Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3923 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00321.pdf (LA CHAPELLE DES FOUGERETZ (35). le Bas Plessis. rapport de sauvetage urgent.)
  • LA CHAPELLE-DES-FOUGERETZ
  • LA CHAPELLE DES FOUGERETZ (35). le Bas Plessis. rapport de sauvetage urgent.
  • a i n retranchement" sil"e des 11 Tertres" Fig. 1 0I 5 km I I I LJ J-P. B. '35 LA Plan m LES ORMEAUX J-R B. A.R CHAPELLE d'ensemble DES PÓUGERETS/'les du s/Ye, répartition Tertres" des 1979. découvertes 35 LA CHAPELLE Relevé stratigraphique terre végétale
  • type. Rextugenoò - Véeae p-tc'4" A : Statuettei du type "extugenoi - venuò Itm-ite de la Gaute Lugdunati e Patrick GALLIOU .Université de Bretagne Occidentale. Quelques objets de parure du Bas-Empire recueillis à La Chapelle-des-Fougeretz (ille-et-Vllaine). o-o-o-o-o-o-o Il
  • chaussures montantes,portant un agneau sur les épaules.Deux brebis sont disposées symétriquement à ses pieds,le corps dirigé vers l'extérieur mais la tête tournée vers le pasteur. Il est certes tentant d'y voir une représentation du Bon Pasteur é v a n g c l i q u e , symbole de l'amour
  • . -Sena Chiesa= G.Sena Chiesa, Gemme del Museo Nazionale di Aquileia, Aquileia 1966,2 vols. -Toynbee,1973= J.M.C Toynbee, Animals in Roman life and art, London, Thames and Hudson,1973. -Veyriès,1884= A.Veyriès, Les figures criopnores dans l'art grec, l'art greco romain et l'art
  • LA CHAPELLE DES FOUGERETZ LE (ILLE-ET-VILAINE) BAS-PLESSIS Fouille de sauvetage de D.A.H.B 1979 . "«CIRCONSCRIPTION ARCHSOLOCIÇUS ...DIRECTION DES ANTIQUITES De • .B.R.EJAG.N.E. HISTORIQUES ,r • 14 décembre 1979 • n 4- d'envoi Dato RAPPORT DE FRLCHE DESCRIPTIVE «• Î
  • travaux de ». pemembrement ; 10 ha ? e> »o N^turn du gisement SITE • s fabrique de statuettes en terre « blanche du potier REXTUGENOS Nature des découvertes effectuées Périodes chronologiques „.. , ! statuettes, poteries, bijoux en •verre et en jais. s 1er - IVe s €«r 0S
  • OBSERVATIONS « CONTENU DU DOSSIER • « . •
  • SAUVETAGE INTRODUCTION Sans aucun doute, la découverte archéologique la plus importante de l'année 1979 en Bretagne aura été la mise au jour de l'atelier ou d'un des ateliers du potier romain REXTUGENOS au lieu dit le Bas Plessis, à la Chapelle des Fougeretz, en Ille-et-Vilaine (cf fig
  • . 1 : l'environnement archéologique). CIRCONSTANCES DE LA DECOUVERTE. A la suite des travaux de remembrement effectués dans la commune, le tracé du ruisseau dit "du Moulin Neuf" fut entièrement rectifié à l'aide de machines excavatrices. Peu de temps après, quelques
  • prospecteurs de la Maison des Jeunes de PACE, sous la direction de M. A. Provost, remarquèrent dans le déblai avoisinant le ruisseau, à la limite des parcelles nn° 374 et 377 (cf fig. 2 : plan d'ensemble du site), de très nombreux fragments de statuettes de terre cuite blanche, qu'ils
  • reconnurent pour gallo-romains. OBSERVATIONS. La Direction des antiquités historiques de Bretagne fut alors prévenue et une visite sur place permit de faire plusieurs observations : 1°) - Les statuettes provenaient d'une couche de graviers située au niveau actuel du ruisseau, sur une
  • longueur de 6 m. environ. Quelques éléments de céramique furent prélevés sur place. Au-dessus, un remblai antique de 50 cm contenait d'abondants fragments de tegulae (cf fig. 3 : relevé stratigraphique). Autour une argile blanche, de très bonne qualité, très épurée, semblait propre à la
  • fabrication des statuettes. Pour vérifier ce fait, une analyse conjointe de l'argile trouvée sur place et des statuettes produites a été demandée au Laboratoire de M. M. Picon, à Lyon (analyse en cours). 2°) - Sur 200 fragments récupérés — d a n s un très faible volume de terre remuée— la
  • plus grande partie appartient au potier bien connu REXTUGENOS (voir en annexe I une étude récente menée par la Direction des antiquités historiques de Bretagne sur cet artiste). Cela est attesté par deux éléments de sa signature (cf fig. 4) et un style particulier, aisément
  • reconnaissables (cf. fig. 4 et 5). 3°) - En dehors des statuettes, trois éléments intéressants ont également été retrouvés : 35 LA CHAPELLE Les Tertres DES FOUGERETS Environnement archéologique d'après A. PROVOST. (prospections 1973) voie probable - • ~ supposée site g a l l o - r o m
  • argile M DES FOUGERETS de la rive remblais pieu 1979, "les Sud du Wi* Tertres 9» ruisseau. gravier statuettes REXTVGENOS B o J 1 I ! 5 m. JP. B. D.A.H.B. a) - un médaillon de verre jaune, représentant le berger cryophore, entouré de deux brebis (fig. 6). b) - une
  • tête de quenouille en jais (cf fig. 6). c) - une bague en jais (fragment) (cf fig. 6). On trouvera en annexe II une étude très documentée de M. P. Galliou sur ces objets, qui semblent appartenir à une tombe féminine du IVè siècle. A la suite de cette première visite, une
  • intervention limitée fut confiée au personnel de la Direction des Antiquités historiques de Bretagne afin, d'une part, de tamiser la terre des déblais pour recueillir la totalité des fragments de statuettes extraits et d'autre part d'obtenir une coupe stratigraphique du dépôt en place
  • . Cette intervention a été menée pendant une semaine du 9 mai au 17 mai 1979. CONCLUSION. En elle même, cette trouvaille apporte d'importants renseignements sur l'activité des potiers de la région de Rennes, où, semblet-il, une industrie céramique dut prendre naissance dès le début
  • de l'Empire romain, comme divers indices l'ont montré (statuettes de terre blanche de Cesson-Sévigné, fabrique de pelves de Saint-Martin à Rennes, etc...) . Mais cette découverte ponctuelle fait partie d'un ensemble plus vaste. Placé à 200 m à l'est de la voie romaine menant de
RAP00934.pdf (PLÉLAN-LE-GRAND (35). la lande de Halogros. rapport de sondage)
  • PLÉLAN-LE-GRAND (35). la lande de Halogros. rapport de sondage
  • - Cependant, similaires i l n'impliquent Photographies de Plusieurs sites Celui nous qui la sont Lande de Halgros (par M.Gautier). visibles. intéresse se trouve en bas à gauche. X J l a Noe Perray levPas du Houx, le C o u r t i n e l a l o g e V i les fluìiiV7
  • 'I'59 P o i r i e ^ ^ f i a Croix Perrau'lf Trudeau j-60 • ' ' ' y ' l e Clocher . ' \ , la Bèlle Arrivée BonamenayV?~"i de-Coganne Borsetterie Jrédéal Lande de Launay Péronnetie •Lande de la -ilCarref.de Fontaine '! M or eau Carrefi de la Buttei I : ' au\Brocard / 4
  • Haute Carrefour s Brianbed Carrefour Me Bou cou Haute I les Rues Mérel / dS.TrécéHen Halgros la Chèvre 5 Rnes : le Pâtis J.osset ' /''fi20 /X7\J J M les flues 'Maudet/AiJr^ Carrefour Pâtis [Belle Femme _ ¡lesi R u e s ^ a l u / 1 4 2 les Brieux' [ou cou '/' les R ù e s
  • j e a n ,Gréi # Coop, e g rie. le P o n Î B r e t p n X Carref. de Patte patte___i—=—- i I Carrefour du BrèH au Seigneur • Carref. de\Pas 1Z5 ja Ruisselée' V / Chagrin le Pont de ïrég(T\ d'Oie/ \ l e Landret / les R u e s ^ v / ¿L Plaisance la Vallée^du Cast
  • , ' / Trochu| /V-t 'Lj- Fenden^JiL^ ftU^Carref. gli /¡0e CarrefourVtu Perray ^^PlélarTI^Grand la Feri dene la Brousse du Gué-il la'Rosiérr du'.Gué Je Landier \ Dario // léGrandyaL m la Cave f \ ' le Bâtiment le Chat Troussé Couédouan :127¿lia r^ci Bourgoulière' le Pré de
  • BouiaPs'du.ThAliny / les Champs Courtiauxi les C h o u x ^ V Rôtis /K/ tfivièr'es / Bne. .'«'/ I»Métairie de B à I / LES STRUCTURES 1 / LA POSSE N° 1 4 Nous et sonder ont 5 at » o r i e n t é e rien. Le servait Le teinte sondages Deux 1, la de ouest éxactement de
  • d'argile. distinguait plus masse Après une concentra- manifeste au f i l minerai en p l a c e de dégagement ouvert et pas était teurs présents soit dans en morceaux le à la de la main- structure est à ont de . charbon Cette ce (200°) qui cette du rx
  • grillage gaine fortes ne nerai de avant la côté poche mélangeait de alentour des concourrent (ici, mesures en moyenne Le en une utilisée On l e ses déchèts comme u n f o y e r était en f e r ) . de scories Tous La repérer visibles. disposés minerai
  • (2 nettement étaient de Préservée ainsi la du d'abord, tout charrue. complètement autour, Au f o n d , une 1,5 périmètre branche morceaux qu'à de une premier l'endroit prenait la dans Le m x du r e m p l i s s a g e fouille. tenue 2 tranchait
  • imprimés Au c e n t r e tion sur Le elle Une provoqué ( soient rauge S-0. traces sondage attachés rouge. pratiqués n'était grosses deuxième ses été plus N-E / substrat sommes nous la le mi- r é d u c - aisément. accélérée. C e t t e technique n ' é t a i t
  • d'extraction fosse en y même j e t e r préparé en p r é v i s i o n était la ont trop de d'autres ébondante aisée (à laissant par dessus matière ciel masse des première réductions, (les la minières c'est en de déchèts ?S'ils sure - témoignent) ouvert). te'i
  • ^tâlfeïlliill mm 2 / LA FOSSE N°2 Un s o n d a g e partant du sondage Au b o u t de la Les petite agrandissements fier une deuxième couches homogènes charbon de mètres. Toutes scories et Cette bois de fosse, bien soinée geur varxait dépassait à re de pense
  • n'était devait y la creusé en t i r e r quelque reconstitution site être la disparaissait serait et le et bois loin. presque la le fond avons line forme Nous imaginons fosse de la la perte si rare et de quelques la des de plus gros parvenons la
  • pourrions Si - retiré l'époque... nous siècle \ dé- mé Inutile à en p l e i n couvert s'est les suite nécessaire, bien*venue. un soignée superposition la ? d'une braië partie cendre brasier par j morceaux grande de Nous de peu grands le chronologique
  • le première. entre idée. dont contours que l a m puis apparàîssait superposées. dèux guère existait. la tranchée morceaux aux 2,5 effectués .recouvrait comme u n e cette 2 m x été successifs Comment perçue de ont coeur. l'on par végétal. à forêt(ou
  • même pen- Pourraiten croit N.Y. Ton- Une analy- Au bout le de foyer par son la de première grillage remplissage Au d é p a r t en forme vite déterminées: m et a une aire décapée du m i n e r a i . de de elle profondeur terre apparaît Elle est la
  • fosse signalée dès contenant le départ rouge. croissant ,ses mesureenL de d'environ 40 dimensions 2,9 cm. m à 3,4 véritables m, seront en l a r g e u r 2,6 Tout au fond de la fosse s© trouvait le foyer de grillage. Il contenait 13 kilos de minerai. Une fois vidé
  • aménagé.Elles sont en forme de portent plaques dans une la loupe paroi du par scories. sur fourneau. C'est restées très la Ce masse Lande Hal- de caractéristique de sont de la Leur stalagtites sur soit fe.Larcher). interesse, de et di- généra
  • industrie rapport D'autres au 30 hors sidérurgiques. aux le du P e r r a y site pour cm x déchets. deux percée conservé utiles 25 de découvert dimensions cm e t dans premier de les loupe souvent n'entravent culots la fluidité.Elles maximale. qui 20 (cf
  • cette même a l l u r e la scories fonctionnaient plates scories niveaux contemporanéité I l ces fragments des)bas-fourneau(x) sont de parois aussi issus très de courants la déstruction sur les sites sidérurgiques. Notre campagne taille pour Espérons qu'au
RAP01920.pdf (PLOUHINEC (56). la villa de Mané-Véchen, étude des peintures de la salle ab. rapport d'étude dans le cadre de la fouille programmée)
  • PLOUHINEC (56). la villa de Mané-Véchen, étude des peintures de la salle ab. rapport d'étude dans le cadre de la fouille programmée
  • plaques encollées. 2 Etude des peintures de la galerie E/K par S. Groetembril et J. Boislève, et étude des peintures de la salle J par S. Groetembril (S. Groetembril, La villa de Mané-Véchen en Plouhinec (Morbihan), Etude des peintures de la salle J dite salle aux niches, rapport CEPMR
  • , septembre 2005 ; S. Groetembril, Les peintures de la galerie de la villa de Mané-Véchen (Mirbihan), rapport CEPMR, septembre 2002 ; J. Boislève, Les peintures de la galerie E/K, étude complémentaire, rapport CEPMR, mai 2003) 3 Claudine Allag et Lucie Lemoigne ont également participé au
  • Centre d’Etude des Peintures Murales Romaines CNRS-ENS UMR 85-46 La villa de Mané -Véchen en Plouhinec (Morbihan) Étude des peintures de la salle AB Décembre 2006 Centre d’Etude des Peintures Murales Romaines CNRS-ENS UMR 85-46 La villa de Mané-Véchen en Plouhinec (Morbihan
  • ) Etude des peintures de la salle AB Responsable de l’étude Julien Boislève Avec la collaboration de Jean-François Lefèvre (infographie) Décembre 2006 Ce rapport ne peut être utilisé sans l’autorisation écrite du responsable du CEPMR Conditions d’utilisation des documents Les
  • rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou
  • non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la
  • source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel
  • les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 SOMMAIRE INTRODUCTION 4 I. CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE I.1. Localisation et nature du site I.2. Découverte des enduits dans la salle AB I.3. Prélèvement des peintures 5 II. ETAT DE CONSERVATION 6 III. COMPOSITION DU DECOR III.1. Organisation
  • générale du décor III.2. Les quatre parois principales III.2.1. Paroi nord III.2.1.1. Zone médiane III.2.1.2. Zone supérieure - Bandeau inférieur - Bandeau médian - Bandeau supérieur III.2.1.3. L’angle de la paroi III.2.2. Paroi ouest III.2.3. Paroi est III.2.4. Paroi sud III.3. Rythme
  • . Couvrement de l’exèdre III.5.1.1. Compartiment principal III.5.1.2. Compartiment de droite III.5.2. Mur sud de l’exèdre III.5.3. Murs latéraux III.6. Problème de restitution de la zone inférieure 7 IV. ETUDE TECHNIQUE IV.1. Mortiers IV.1.1. Mur nord IV.1.2. Exèdre IV.2. Revers IV.3
  • . Traitement de surface IV.4. Pigments IV.5. Tracés préparatoires IV. 6. Eléments en relief IV.6.1. Stucs IV.6.2. Autres reliefs IV.6.3. Mise en œuvre des reliefs 8 9 10 11 12 14 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 2 IV.6.3.1. Préparation de la surface IV.6.3.2. Ajout d’une armature IV
  • .6.3.3. Création du relief IV.6.3.4. Présence de traces de fixations au niveau des orthostates IV.7. Un travail très soigné 26 V. ETUDE ARCHITECTURALE V.1. Dimensions connues au sol V.2. Dimensions restituées V.3. Couvrement de l’exèdre V.4. Couvrement de la pièce V.5. Ouvertures
  • : porte, fenêtre et niche V.5.1. Porte V.5.2. Fenêtre V.5.3. Niche V.6. Essai de chronologie relative de la réalisation V.7. Question de l’ajout de l’exèdre 28 VI. ETUDE STYLISTIQUE VI.1. Structure : aspect général dérivé du Ier style VI.2. Décor d’imitations de marbres VI.2.1
  • .3.2. Etude vestimentaire VI.3.3. Les Amours VI.3.4. Compartiment latéral VI.3.4.1. La corbeille de fleurs VI.3.4.2. La pergola ( ?) 31 VII. CONTEXTE ARCHITECTURAL ET SOCIAL 46 VIII. DATATION 46 CONCLUSION ET PERSPECTIVES 47 BIBLIOGRAPHIE 48 FIGURES 53 29 30 32 33 34
  • 35 37 44 45 ANNEXE 1 Inventaire des plaques 108 ANNEXE 2 Inventaire des cagettes de fragments non intégrés à la restitution 137 3 INTRODUCTION L’étude des peintures de la salle AB du site gallo-romain de Mané-Véchen s’inscrit dans la continuité des recherches entamées en
  • Centre d’Etude des Peintures Murales Romaines de Soissons (CNRS-ENS) et la finalité est une étude exhaustive de tous les décors. La présente étude vise à recueillir le maximum d’informations, en premier lieu sur le décor, mais également sur la structure et le volume de la pièce, une
RAP02838.pdf (SAINT-AUBIN-D'AUBIGNÉ (35). ZAC du chêne romé, tranche 2. rapport de diagnostic)
  • , ces phénomènes sont certainement liés à des évènements pédologiques affectant les limons. Ils peuvent avoir des conséquences sur la lecture de certaines structures OHVVLYDJH GHV KRUL]RQV VXSpULHXUV HW VWUXFWXUHV DQFLHQQHV GHYHQXHV GLI¿FLOHPHQW lisibles). La caractérisation et la
  • HQWLqUHPHQW UHFRQVWUXLWH j OD ¿Q GX ;,;e siècle. Au XIIe siècle, la seigneurie du lieu appartient à la famille Montgermont, puis passe dans les mains de la famille de Freslon jusqu’en 1789. Ils établissent leur UpVLGHQFH DX FKkWHDX GH 6DLQW $XELQ LPSODQWp DX VXG GH O¶pJOLVH /¶DFWXHO pGL
  • DI¿OLpV DX &HUQ\ %LHQ LGHQWL¿pHV HQ Normandie, les occupations domestiques de cette phase du Néolithique sont encore mal connues dans le Massif Armoricain. On peut signaler une bouteille ornée de boutons à dépression découverte dans l’abri sous roche d’Omonville-la-Petite
  • , dans la Hague3. Dans le Finistère, le site de Pleuven a livré un corpus céramique DI¿OLp j OD VSKqUH FHUQRwGH4 et constitue à ce jour le point le plus occidental de cette aire culturelle. 1/3 0 )LJ Céramique néolithique de la tranchée 21. ‹ 7KpRSKDQH 1LFRODV ,QUDS. 10 cm Le
  • attribuables aux débuts du second âge du Fer. La façade sud de l’enclos se dessine moins nettement : seuls les fossés 543 (tr. 31), 592 (tr. 33) et 625 (tr. 35) pourraient y être associés ; ils formeraient alors un OLQpDLUH SOXV LUUpJXOLHU TXH OH IRVVp QRUG 1RWRQV TXH OHV GLI¿FXOWpV GH
  • Ouest Mars 2013 5DSSRUW ¿QDO G¶RSpUDWLRQ Diagnostic archéologique 35251 2012-173 Code INSEE Nr site Entité archéologique Arrêté de prescription DA 05031502 Code Inrap 6$,17 $8%,1 '¶$8%,*1É ,OOH HW 9LODLQH =$& GX &KrQH 5RPp 7UDQFKH sous la direction de avec les
  • ± GpEXW GX VHFRQG kJH GX )HU " Ensemble 1 Enclos 1 Enclos 2 Ensemble 2 Un fossé d’enclos La fosse 173 8QH RFFXSDWLRQ GH OD ¿Q GH /D 7qQH PR\HQQH GpEXW GH /D 7qQH ¿QDOH 8Q EkWLPHQW VXU WUDQFKpH GH IRQGDWLRQ Un fossé d’enclos Le réseau fossoyé 8Q PRQXPHQW IXQpUDLUH " Des traces
  • mobilier protohistorique Julie Conan, Inrap Assistante d’étude DAO, PAO Jérémie Josselin, Inrap Technicien d’opération Traîtement du mobilier Laurent Juhel, Inrap Assistant d’étude et d’opération Collaboration à la synthèse sur l’occupation néolithique Françoise Labaune-Jean
  • L’opération de diagnostic de la ZAC du Chêne Romé - tranche 2 a été réalisée GXUDQW OHV PRLV G¶RFWREUH HW QRYHPEUH VXU XQH VXSHU¿FLH GH P2 sur le territoire de la commune de Saint-Aubin-d’Aubigné, dans la continuité de l’urbanisation existante. Il a permis de
  • mettre en évidence un grand nombre de vestiges archéologiques répartis dans toute l’emprise, et dont la datation s’étend de la Préhistoire à l’Epoque contemporaine. Des éléments mobiliers et deux structures à pierres chauffées constituent quelques indices d’une occupation attribuable
  • au Néolithique, mais c’est à la période gauloise que se rapporte l’essentiel des vestiges découverts dans l’emprise du Chêne Romé. Un complexe d’enclos curvilignes accolés se développe sur le versant sudouest, et deux enclos emboités sont présents au nord-est de l’emprise
  • . Plusieurs fossés, ensembles de trous de poteaux et un bâtiment sur tranchée de fondation occupent ces espaces. Le mobilier relève de la sphère domestique. Des indices d’activités artisanales ont aussi été retrouvés (métallurgie du fer). Une fréquentation des lieux plus tardive se
  • manifeste par la présence de quelques éléments mobiliers se rattachant à la période antique, mais aucun aménagement n’est caractérisé à ce stade des investigations. Des traces d’une petite occupation médiévale à placer entre les Xe-XIe siècles jusqu’aux XIIe-XIIIe siècles ont également
  • été reconnues au nord-ouest de l’emprise sous la forme d’un réseau fossoyé et d’ensembles de trous de poteaux évoquant la présence de plusieurs bâtiments. (Q¿Q GH QRPEUHX[ IRVVpV KDLHV HW FKHPLQV PRGHUQHV RQW pWp LGHQWL¿pV , 'RQQpHV DGPLQLVWUDWLYHV WHFKQLTXHV HW VFLHQWL¿TXHV
  • 11 Localisation de l'opération 0 - 100 m 100 - 200 m Bretagne Ille-et-Vilaine Saint-Aubin-d'Aubigné Zac du Chêne Romé Tranche 2 infographie : S.Jean - INRAP D'après la carte de la France au 1.1000 000e (I.G.N-1993) 200 - 500 m Saint-Aubind'Aubigné Rennes Section(s) et
  • 97m50 98m 98m50 2m 10 99m 50 2m 10 99m50 100m 3m 10 100m50 101m ZB 172 6m 10 50 3m 10 101m50 ZB 170 105m50 4m 10 102m 102m50 103m 103m50 104m 104m50 105m ZB 33 105m LA BEROUAISAIS 0 m0 107 00 107m 50 106m °110 le n n°109 95m 00 LA REBOURSAIS 104m50
  • GpVLJQDWLRQ SAINT-D’AUBIN-D’AUBIGNÉ (Ille-et-Vilaine)-ZAC du Chêne Romé-Tranche 2 , 'RQQpHV DGPLQLVWUDWLYHV WHFKQLTXHV HW VFLHQWL¿TXHV 21 II. 5pVXOWDWV 24 SAINT-D’AUBIN-D’AUBIGNÉ (Ille-et-Vilaine)-ZAC du Chêne Romé-Tranche 2 Inrap · RFO de diagnostic LA BEROUAISAIS 19
  • perturbation 105m 23 24 20 25 21 LA REBOURSAIS 6m 10 Z B 170 26 30 31 18 32 48 33 22 49 34 29 35 27 36 105m 28 RURAL 39 40 50 38 41 43 44 45 104m CHEMIN 106m Z B 33 103m 51 102m 105m 4m 10 52 Z B 172 47 3m 10 101m 2m 10 100m 1m 10 46 99m
  • 30 68 89.0 0m 42 54 14 65 88.0 0m 36 25 48 87.00 m 18 29 73 YE 107 Le Bas Torial 60 69 41 53 15 26 37 61 10 70 85.0 0m 28 9 72 49 17 6 40 16 27 0m 88.0 64 86.00 m 38 52 84.00 m 63 Y E 24 m 85 .00 m 50 62 83.00 m 8 86 .0 0 87 .00 m 7 71
  • 84 .00 m 39 51 0m 82.0 dé rte 3 me nta le n° 10 6 85.00 m pa Fosse et incinération 5 gallo-romaines 84.00 m ute Emprise du diagnostic effectué en 2012 83.0 0m 82 .00 m ro Emprise du diagnostic effectué en 2010 La Piloinais YE 36 4 8 Puits ZB 155 Tranchées
RAP02893.pdf (SAINT-AUBIN-DES-LANDES (35). carrière des lacs. rapport de fouille)
  • VLWH 0 Echelle 1:2500 100m )LJXUH &DUWH WRSRJUDSKLTXH 50 e ain Vil La 70 La Bic he tiè re 75 75 50 75 65 70 55 65 80 85 60 90 60 Emprise de la fouille 95 60 55 e ch ta an C La 0 400 La Vila ine P 800 ,, 5pVXOWDWV &RQWH[WH
  • WHQWHU GH SURSRVHU XQH LQWHU SUpWDWLRQ IRQFWLRQQHOOH SDU SpULRGH 10 B 3? F.352 E F.349 F.348 VO IE Emprise de la fouille 2011 CO M Extension prescrite suite au diagnostique 2011 MU NA Structures archéologiques LE Chemin et carrière moderne N° 7 Cadastre
  • ) ) ) ) ) HW ) ) ) /H QLYHDX HW OHV VWUXFWXUHV VRXV MDFHQWHV XQ HQVHPEOH GLI¿FLOH j LQWHUSUpWHU
  • H , * 1 St-Aubin-des-Landes ; < = HQYLURQ P 1*) P P P NP 0 1/250 000 5km ‹ IGN 2001 Emprise de la fouille P ‹ IGN 2003 , 'RQQpHV DGPLQLVWUDWLYHV WHFKQLTXHV HW VFLHQWL¿TXHV
  • HVW VXI¿VDQW SRXU H[HUFHU XQH SUHVVLRQ SD\VDJqUH GpIRUHVWDWLRQ PLVH HQ FXOWXUH TXL D FRQGXLW j XQH pURVLRQ SURJUHVVLYH GHV VROV HW j O¶DFFXPXODWLRQ GH FROOXYLRQV HQ EDV GH SHQWH &¶HVW HQ JUDQGH SDUWLH GH FHWWH pURVLRQ TXH UpVXOWHQW OHV GLI¿FXOWpV G¶pWXGH HW G
  • Rennes LQIRJUDSKLH 6 -HDQ ,15$3 ' DSUqV OD FDUWH GH OD )UDQFH DX H , * 1 St-Aubin-des-Landes ; < = HQYLURQ P 1*) P P P NP 0 1/250 000 5km ‹ IGN 2001 Emprise de la fouille P
  • YHVWLJHV G¶XQH RFFXSDWLRQ GRPHVWLTXH OLpH j XQ KDELWDW GH OD 7qQH ¿QDOH /HV pOpPHQWV IRVVR\pV pWDLHQW WUqV DUDVpV HW GLI¿FLOHV j GLVWLQJXHU FKURQRORJLTXHPHQW PDLV LOV PDWpULDOLVDLHQW SUREDEOHPHQW OHV YHVWLJHV GH SOXVLHXUV KDELWDWV VXFFHVVLIV GH O¶kJH GX %URQ]H HW GX VHFRQG
  • < Les Plessis < < La basse Chainais Cu ltu re VOIE COM M UNA LE < N
  • °7 Carrière des Lacs < VO IE 5XLVVHDX GH OD %LFK HWLq UH U MM CO NA Emprise de la fouille 2011 Extension prescrite suite au diagnostique 2011 LE < N°7 Emprise du diagnostique 2011 avec Tranchées de
  • DFFRPSDJQp G¶XQ ER FDJH UpVLGXHO 'HX[ FKHPLQV FUHX[ GpMj SUpVHQWV VXU OH FDGDVWUH QDSROpRQLHQ VWUXF WXUHQW HQFRUH O¶RUJDQLVDWLRQ SDUFHOODLUH G¶DXMRXUG¶KXL ¿J 10 3? B E F.349 F.348 )LJXUH &DGDVWUH QDSROpRQLHQ DYHF HPSULVH GH OD IRXLOOH HW VWUXFWXUHV DUFKpRORJLTXHV 6
  • UpSDUWLWLRQ GHV HQWLWpV DUFKpRORJLTXHV VXU OD FRPPXQH GH 6DLQW $XELQ GHV /DQGHV 0LQLVWqUH GH OD &XOWXUH HW GH OD &RPPXQLFDWLRQ 2UWKR LPDJHULH 13URSULpWDLUH ,*1 : Radray : Système d’enclos, époque indéterminée 2 : La Gibretais : Enclos, époque indéterminée 3URSULpWDLUH ,*1 3 : La
  • Motte : Fossé, Moyen-âge 4 : Les Frenais : Système d’enclos, époque indéterminée 5 : Le Bout de la Lande : Système d’enclos, époque indéterminée 6 : La Gendronnais : Système d’enclos, époque indéterminée 7 : Le Plessis : Enclos fnéraire, âge du Bronze 8 : La Champagne : Réseau de
  • fossés, âge du Bronze -> âge du Fer 9 : Bellevue : Enceinte, Moyen-âge 10 : La Bruère : Enclos, époque indéterminée 11 : La Baculais : Enclos, âge du Fer 12 : La Charonnière II : Enceinte, Néolithique 13 : La Charonnière I : Enclos, époque indéterminée 14 : La Cauvelière : Enclos
  • et détermination archéologique 3DUFHOOHV FDGDVWUDOHV des entités inventoriées 3URSULpWDLUH ,*1 sur la commune de St-Aubin-des-Landes &DUWHV ,*1 : 'RQQpHV GH UpIpUHQFH = IGN (Q GDWH GX 3URSULpWDLUH /25+2 7KLHUU\ &DUWH DUFKpRORJLTXH QDWLRQDOH eWDW GH OD
  • FRQVWLWXHQW OHV YHVWLJHV OHV SOXV FRXUDQWV 9HVWLJHV OH SOXV VRXYHQW XELTXLVWHV TXL HQ O¶DEVHQFH GH WRXWH RUJDQLVDWLRQ VSDWLDOH D UHQGX ELHQ GLI¿FLOH OHXU UDWWDFKHPHQW j O¶XQH RX O¶DXWUH GHV SpULRGHV G¶RFFXSD WLRQV PLVHV HQ pYLGHQFH VXU OH VLWH /D SOXV DQFLHQQH SpULRGH UHFRQQXH VXU
  • GLIIpUHQWHV VH VXSHUSRVHQW VXU XQ PrPH HVSDFH RIIUDQW XQ SDOLPSVHVWH TX¶LO HVW ELHQ GLI¿FLOH GH GpPrOHU GX IDLW GH O¶DEVHQFH GH GDWDWLRQ SRXU XQH JUDQGH SDUWLH GHV VWUXFWXUHV /HV GRQQpHV VRQW SUpVHQWpHV G¶XQ SRLQW GH YXH W\SRORJLTXH DVVRFLpHV DX[ pOpPHQWV GH GDWDWLRQ UHODWLIV HW
  • pOpPHQWV GH GDWDWLRQ PRQWUHQW XQH IUpTXHQWDWLRQ UpSpWpH GHV OLHX[ DX FRXUV GH OD 3URWRKLVWRLUH GHSXLV OH 1pROLWKLTXH DQFLHQ MXVTX¶DX SUHPLHU kJH GX IHU /H SHWLW QRPEUH GH VWUXFWXUHV D\DQW SX rWUH GDWp UHQG FHSHQGDQW GLI¿FLOH WRXWH LQWHUSUpWD WLRQ VSDWLDOH 1RXV YHUURQV TXH OD SUR
  • GH GDWHV D SX rWUH UpDOLVpH VXU RV EU€OpV SRXU FHUWDLQHV VXU FDUDPHO DOLPHQWDLUH SRXU G¶DXWUHV HW VXU FKDUERQV GH ERLV SRXU OHV GHUQLqUHV &HV GDWDWLRQV DEVROXHV FRQVWLWXHQW GH SUpFLHXVHV LQIRUPDWLRQV XWLOHV SRXU FRQ¿UPHU RX DI¿QHU O¶DWWULEXWLRQ FKURQRORJLTXH GH FHUWDLQV
  • GDWH PRQWUH XQH WUqV IDLEOH VXSHUSRVLWLRQ G¶XQH GDWH j O¶DXWUH PDLV SOXW{W XQH VXFFHVVLRQ TXL UHQG ELHQ GLI¿FLOH OD PLVH HQ pYLGHQFH GH SOXVLHXUV RFFXSDWLRQV GDQV OH ODUJH FDGUH FKURQR ORJLTXH GRQQp SDU FHV GDWHV (Q HIIHW GDQV OHV OLPLWHV VSDWLDOHV LPSRVpHV SDU O¶HP SULVH
  • QH VLJQL¿H SDV TXH O¶RFFXSD WLRQ V¶pWHQG VXU WRXWH FHWWH GXUpH PDLV VHXOHPHQW TXH O¶LQWHUYDOOH FKURQRORJLTXH QH SHXW rWUH SOXV DI¿Qp (OOH Q¶HVW UHSUpVHQWpH TXH SDU TXHOTXHV VWUXFWXUHV PDLV FHV GHUQLqUHV VRQW WUqV ULFKHV HQ PRELOLHU FpUDPLTXH &HWWH PLVH HQ SODFH G¶XQ FDGUH
RAP01079.pdf (LA MARTYRE (29). le Bois Noir. rapport de fouille préventive)
  • LA MARTYRE
  • LA MARTYRE (29). le Bois Noir. rapport de fouille préventive
  • — — 1079 1 ! ( P I N I h été averti, le 3 janvier 1372, par M . était en le la Iterine (E. E,), à la Martyre (Finistère). le 6 j'ai M* P . 5 m x 4 m, que la relié par il 1,10 de 0,60 (cf. fig, 1). Ì B J K « la 3 s un fragment île la C^yg^que^jgiBÜag. ' dans le style
  • di 100 à 300 ap. J . G.). la cite des 5 Vi s I, à 37 de la d*c 7225 -
RAP03498 (Les zones côtières et les évènements climatiques. Rapport de PI 2017)
  • charbon. Lors de la visite de terrain, aucune stratigraphie claire n’a pu être établie, cependant, cette couche se trouve entre l’humus dans le niveau supérieur et un limon dans le niveau inférieur. INTERPRÉTATION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV PDWLqUH
  • E Ϭ Ϭ ϭ ŵ ϭϬ Đŵ 293 FOUR À SEL DE LANRIVOAL SXU O HVWUDQ DX Vud de parcelle 1341 Fouesnant 3KRWRV &)5$ 2017 294 FOUR À SEL DE LANRIVOAL Estran au sud de la parcelle 1341 Fouesnant Echelle 1/10000 295 FOUR À SEL DE LANRIVOAL Sur estran
  • en limite sud de la parcelle 1341 /LHX-dit /DQULYRDO 3H] 'RXDU 6HFWLRQ . )HXLOOH FOUESNANT 1341 296 297 E )RXU j 6HO &pUDPLTXHV GH .HUORVTXHQ PUpVHQFH GH FpUDPLTXH – =RQH j VXUYHLOOHU Sites répertoriés ayant fait l’objet d’une fiche SRA =RQH 3URVSHFWpH SDU
  • ALeRT Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre LES ZONES CÔTIÈRES ET LES ÉVÉNEMENTS CLIMATIQUES Arrêté d’autorisation n° 2016-355 Rapport de prospection inventaire 2016-2017 Vol. 2 Chloë MARTIN Avec la collaboration de Marie-Yvane DAIRE Annette FLAGEUL et le CFRA
  • Décembre 2017 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée
  • et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment
  • en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le
  • cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect
  • de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de
  • Ž‡ ƒ—Ž‘‹•‡ǡ ’‘—”–‘—” ȋϔ‹‰Ǥ ͷͶͼȌ – 19 tessons de céramique – 2 fragments de métal Plougasnou Pointe d’Annalouesten – 1 fragment d’ …‡‡„”ƒ ‡”‹ƒ…‡—• – 2 tessons de céramique ‡ ‘—ˆˆ”‡ ȋϔ‹‰Ǥ ͷͺͻǡ ͷͺͼȌ – 15 silex TP/foyer de la plage ouest de la pointe de Primel – 1 tesson de céramique Saint
  • ‘‹–‡ †‡• Šƒ–• ȋ ͻͼ ͶͼͿ ͶͶͽͺ Ǣ ϔ‹‰Ǥ ͸͸ͷȌ – 7 tessons de céramique ‘”Š ‘”˜‹Ž ȋ ͻͼ ͶͼͿ ͶͶͼͻ Ǣ ϔ‹‰Ǥ ͸͸͹Ȍ – 1 tesson de céramique – 4 fragments d’auget La cale de Port Mélite – 4 boulettes d’argile cuite – 1 graine 232 FICHE D’ENREGISTREMENT DE DÉCOUVERTE Année : 2017 Première mention
  • Commune principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Perros Guirec Ploumanac’h 2014 AB . 42 . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI
  • [ INTERPRÉTATION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV PDWLqUH PRUSKRORJLH RX DXWUH Nature (limité à 2) $I¿[H $I¿[H Quantité Commentaire sur l’interprétation MOBILIER 0RELOLHU VLJQL¿FDWLI GpFULW HW FRPPHQWp &RQWH[WH GX PRELOLHU : /LHX
  • : CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE Année de la découverte Circonstance de la découverte OUI NON Inventeur/informateur 0 /H *RI¿F SOURCES : PHQWLRQQHU GRFXPHQWV ELEOLRJUDSKLTXHV DUFKLYHV FDUWHV SODQV SKRWRJUDSKLHV HWF« : QRWLFH SDJHV concernées $UFKLYHV ODERUDWRLUH
  • principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Porz Ran 2014 2$ . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV
  • Géologie ,PPHUJp Géomorphologie limon En élévation : CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE Année de la découverte Circonstance de la découverte 2016 3URVSHFWLRQ $/H57 OUI NON Inventeur/informateur Chloë MARTIN SOURCES : PHQWLRQQHU GRFXPHQWV ELEOLRJUDSKLTXHV DUFKLYHV FDUWHV SODQV
  • Commune principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Olonne 2015 2$ . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV
  • DI¿[HV PDWLqUH PRUSKRORJLH RX DXWUH Structures (illimité) Doute (?) $I¿[H $I¿[H Quantité $PDV FRTXLOOLHU ,QKXPDWLRQ Commentaire sur les structures 'DQV OD SDUWLH QRUG GH O¶vOH SUpVHQFH G¶XQ HQVHPEOH G¶RVVHPHQWV KXPDLQV PpGLpYDX[ GDQV XQ DPDV FRTXLOOLHU GH
RAP02760.pdf (MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). rn164, aménagement de la 2x2 voies entre Saint-Méen le grand et la rn12. rapport de diagnostic)
  • MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). rn164, aménagement de la 2x2 voies entre Saint-Méen le grand et la rn12. rapport de diagnostic
  • Chemin Montauban MON TA UB AN rural de V.C.1 C.E. no LE PETIT LAUNAY 100 ancienne LA VILLE ES JOLIVE ROUT E NO 164 bis NATIONALE ROUTE NAT IONA LE ROUTE LA CHAUVINAIS R.N.164 MON DESIR LE CLOS CHASLE N UBA MONTA S.N .C.F . NO 164 bis NO 164 LA VILLE CODET R.N
  • . LOUDEAC DE NO 164 RENN ES LA HAUTE ROUVRAIE ALE NATION LE DE AIS CROU LE TERTRE LE BAS TERTRE CO MM UN E no 13 R.N.164 LA HAMELINAIS BULGUY N UBA MONTA Chemin Bulguy de MUNE COM lithique flèche BOURRIEN COMMUNE DE MONTAUBAN ROUTE LA CROIX RIBART comm unale LA
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Commune de Montauban de Bretagne (Ille-et-Vilaine) « RN 164, aménagement de la 2x2 voies entre St Meen le Grand et la RN12», Diagnostic sur un tracé routier Diagnostic archéologique sous la direction de Sandra Sicard Inrap
  • QDWXUDOLVWHV HQ FRXUV VXU GHV SUDLULHV PpVRSKLOHV HW VXU GHV SUDLULHV SHUPDQHQWHV KXPLGHV DXWRXU GX *DUXQ ROUTE Chemin X=1323000 X=1322000 d expl. NATION ALE Chemin X=1321000 X=1320000 Voie LA GIBONNAIS NO 12 ROUTE NATION ALE NO 12 LES YONNAIS Garun NO DE 164 Le
  • (Riviere) LA MESLAY LE GARUN LAMB ALLE LE GRAND LAUNAY Voie Chemin d exploitation LA BILLIAIS ancien ne NAT ION ALE S.N .C.F . LA ROUVRAIE Y=7235000 no 204 COM MUNE Y=7235000 (Riviere) no 205 Voie Che d expl. d exploitation min Saint-Meen Chemin a NO 20
  • RABINE COUVROUX R.N.12 NO 164 Y=7234000 Y=7234000 LA VILLE LUCAS Voie DE LA NOE JOSSE LA LANDE JOSSE MUNE COM COMMUNE DE MONTAUBAN LE PLESSIS LE TEMPLE LES SAULAIS 0 500m 1km Echelle : 1/10000e BOISGERVILLY LE BOSQ X=1323000 LY ERVIL ISG BO Figure 2 : Plan
  • des tranchées réalisées sur l’emprise du diagnostic X=1322000 E UN MM CO DE X=1321000 X=1320000 LE FOUTEL ,QUDS Â 5)2 GH GLDJQRVWLF 0RQWDXEDQ GH %UHWDJQH 51 DPpQDJHPHQW GH OD [ YRLHV HQWUH 6W 0HHQ OH *UDQG HW OD 51 DJULFROH VHUUp /H FDOHQGULHU G
  • GH VDEOHV HW SRXGLQJXHV RQW pWp REVHUYpV P HQ PR\HQQH 10 6 DE MONTAUBAN TE ROU LA RABINE COUVROUX 10 7 102 .12 R.N 4 10 2 10 4 NO 16 10 3 102 102 10 6 105 102 102 102 LA VILLE LUCAS 4 10 1 10 10 2 3 10 251 250 249 247 234 235 236 237
  • 99 0 10 10 1 2 3 10 10 98 99 98 COMMUNE DE 97 97 0 100 Echelle : 1/2000e Figure 3 : Plan des structures mises au jour dans les tranchées de diagnostic 200m 97 96 MONTAUBAN 98 LE TERTRE 164 163 99 160 mu nal e 162 com 159 161 10 156 7 101 158
  • 200 186 184 185 197 3 193 183 191 10 192 0 10 105 7 10 104 106 107 6 107 10 10 6 105 E MUN COM 04 0 10 1 99 3 96 97 10 95 105 98 0 100 Echelle : 1/2000e Figure 4 : Plan des structures mises au jour dans les tranchées de diagnostic 200m LE
  • 276 315 76 75 29 74 27 30 25 75 316 28 31 l 26 23 79 76 rura 317 76 24 32 NO 20 318 76 42 77 33 78 34 35 44 77 C.E . 79 no 100 39 41 38 79 LA VILLE ES JOLIVE 36 80 43 37 79 77 80 78 81 40 82 83 NO 164 bis NATIONALE ROUTE 45 84 TE
  • 67 ) 67 274 272 64 275 273 271 LE GARUN 65 66 65 314 310 65 313 312 311 64 64 309 306 65 305 63 304 66 66 308 67 303 67 307 68 68 67 302 69 69 68 299 70 69 70 298 71 301 63 292 72 NA TIO NA LE 300 73 291 70 297 287 282 290 LA ROUVRAIE
  • JULV FRQWHQDQW GH QRPEUHX[ FKDUERQV GH ERLV TXL YLHQW FRPEOHU FRPSOqWHPHQW OH IRVVp 8Q SUpOqYHPHQW GH FH VpGLPHQW FRQWHQDQW GHV FKDUERQV D pWp UpDOLVp GDQV OD SHUVSHFWLYH GH UpDOLVHU XQH GDWDWLRQ & /D IDLEOH KDXWHXU VWUDWLJUDSKLTXH FRQVHUYpH UHQG GLI¿FLOH WRXWH LQWHUSUpWDWLRQ
  • FRQWHQDLW DXFXQ PRELOLHU DUFKpRORJLTXH /H PRELOLHU FpUDPLTXH 'L[ WHVVRQV RQW pWp GpFRXYHUWV GDQV OH FRPEOHPHQW GX IRVVp ,OV VRQW GH SHWLWHV WDLOOHV HW LO Q¶\ D QL IRUPH QL GpFRU /HXU DWWULEXWLRQ FKURQRORJLTXH HVW GRQF WUqV GLI¿FLOH HW G¶DSUqV 7 1LFRODV FpUDPRORJXH ,15$3 LOV
  • OH UHPSOLVVDJH SHUPHW WRXWHIRLV G¶HQYLVDJHU OD UpDOLVDWLRQ G¶XQH GDWH & SRXU DI¿QHU XQH DWWULEXWLRQ FKURQRORJLTXH DXMRXUG¶KXL WURS ODUJH HQJOREDQW WRXW O¶kJH GX EURQ]H /H VHFRQG FRUUHVSRQG j XQ LQGLFH G¶RFFXSDWLRQ DQWLTXH SUqV GX OLHX GLW © /H 7HPSOH ª ,O HVW PDWpULDOLVp
  • SDU GHX[ IRVVpV TXL GHVVLQHQW O¶H[WUpPLWp G¶XQH SDUFHOOH RX G¶XQ HQFORV j O¶LQWpULHXU GH ODTXHOOH RX GXTXHO RQ WURXYH WURLV VWUXFWXUHV IRVVR\pHV /¶pWXGH GX PRELOLHU DUFKpRORJLTXH SHUPHW G¶DI¿UPHU OH FDUDFWqUH KRPRJqQH GH O¶HQVHPEOH HW VRQ DWWULEXWLRQ GHX[LqPH WLHUV GX ,HU V
  • 10, Chronologie Age du bronze, Antiquité Sujets et thèmes Enclos à fossé circulaire, fosses, fossés Au terme de cette deuxième tranche de diagnostic sur le futur tracé de 2x2 voies entre St Meen et la RN12, seulement deux
  • nombreux charbons de bois inclus dans le remplissage permet toutefois d’envisager la réalisation d’une date C14 pour affiner une attribution chronologique aujourd’hui trop large englobant tout l’âge du bronze. Le second correspond à un indice d’occupation antique près du lieu-dit « Le
  • la fin du Ier et au cours du IIème siècle de notre ère. Cet indice semble se développer vers le sud, hors de l’emprise du diagnostic. Enfin, les découvertes ponctuelles mais régulières de tessons de céramique ou de structures fossoyées contenant un peu de mobilier céramique de
  • diverses périodes (âge du bronze, âge du fer, et moyen-âge) en différents points du tracé montrent une présence humaine diffuse mais de toutes les périodes sur cette partie du territoire de la Haute-Bretagne. . Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél
RAP03574 (CORSEUL (22). La Métrie 1 : La frange ouest de la ville antique, ses apports à la connaissance et à l'organisation du chef-lieu de la cité des Coriosolites. rapport de fouille)
  • CORSEUL (22). La Métrie 1 : La frange ouest de la ville antique, ses apports à la connaissance et à l'organisation du chef-lieu de la cité des Coriosolites. rapport de fouille
  • : les années 125-150 ap. J-C. 469 5.1.7 469 Phase 6 : la seconde moitié du IIe s. 5.1.7.1 Phase 6a : le milieu du IIe s. 3KDVH E OD ¿Q GX ,,e s./début du IIIe s. 476 5.1.8 Phase 7 : Le IIIe s. et le retrait des occupations antiques 476 5.1.8.1 Les
  • fouille CORSEUL (Côtes d’Armor), La Métrie 1 Localisation de l’opération Côtes-d'Armor Section(s) et parcelle(s): Corseul Coord. RGF 93 / CC 48 moyenne de l'emprise : Corseul AB - n° 480p ; M - n° 783, 1121 X : 2.1729 Y : 48.4823 Z : 85,89 m Bretagne La Métrie 1 50 Manche e
  • .......................................................................................................................... 13 D. Estimation des moyens de la phase terrain................................................................................................... 13 E. L’achèvement de la fouille et la remise en état des terrains
  • Fouille archéologique Rapport d’opération CORSEUL (Côtes d’Armor), La Métrie 1 La frange ouest de la ville antique. Ses apports à la connaissance et à l’organisation du chef-lieu de la cité des Corisoolites. Volume I - Etudes archéologiques sous la direction de Romuald
  • Ferrette H. Paitier-Inrap. Inrap Grand Ouest Mai 2018 Fouille archéologique Rapport d’opération CORSEUL (Côtes d’Armor), La Métrie 1 La frange ouest de la ville antique. Ses apports à la connaissance et à l’organisation du chef-lieu de la cité des Corisoolites. 22048 avec la
  • contribution de avec la collaboration de Romuald Ferrette Paul-André Besombes Vérane Brisotto Agnès Cheroux Julie Conan Richard Delage Pauline Petit Emmanuelle Collado Stéphanie Le Berre - Nr site Arrêté de prescription SRA 2014-107 Système d’information Lambert 93 Code Inrap
  • F107 943 Entité archéologique sous la direction de Elise Fécamp Serge Le Maho Nicolas Ménez Laure Simon n°- Code INSEE Volume I - Etudes archéologiques Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 grand-ouest@inrap.fr Mai 2018
  • L’intervention de La Métrie 1 au sein de la ville antique de Corseul 57 1.1.4.1 Les données des prospections aériennes 58 1.1.4.2 Les opérations au sol depuis 2002 60 1.1.4.3 L’apport de la fouille de La Métrie 1 dans la compréhension de la sortie ouest de la ville antique 61 1.2
  • décapage 66 1.3.1.1 Le décapage du secteur nord 67 1.3.1.2 Le décapage du secteur sud 69 1.3.1.3 Un décapage complémentaire au sud 70 1.3.1.4 La mise en évidence de points de pollution, les perturbations récentes et contraintes. 72 74 1.3.2 1.3.3 Le site La Métrie 1 au
  • terme de la phase d’ouverture La stratégie de fouille et les choix de terrain 74 1.3.3.1 Principes généraux 78 1.3.3.2 Conclusion 78 1.3.4 L’enregistrement des données 3UpOqYHPHQWV HW DQDO\VHV &DOHQGULHU G¶H[pFXWLRQ HW PR\HQV PLV HQ °XYUH 80 1.3.6.1
  • La phase terrain 81 1.3.6.2 Le post fouille 81 1.4. Valorisation et communication 82 2. Les occupations antiques 82 2.1 Les axes de circulation 82 2.1.1 Un axe majeur : la rue 7 (axe 1) 84 2.1.1.1 86 Une limite foncière majeure au nord de la rue 7 : le linéaire
  • 1244 Les sondages 523, 524 et 525 89 Les sondages 521, 522, 520, 531, 530, 152 et 153 90 Les sondages 540, 163, 157, 155, 148 et 156 91 Les relations avec les fossés 1165 et 1120 94 2.1.1.2 La rue 7 : les sondages 528 et 527 97 2.1.1.3 La rue 7 : les sondages 74, 526 et
  • 529 101 2.1.1.4 La rue 7 : les sondages 73, 519, 79, 530, 532 et 551 101 La chaussée 106 La limite méridionale de la rue 7 : les fossés 1575 et 1640/1641 107 Eléments de chronologie absolue 107 2.1.1.5 Le parcours de la rue 7 en aval du sondage 79 110 2.1.1.6 Un
  • chemin au sud de la rue 7 : l’axe 3 6\QWKqVH VXU OD UXH HW OH OLQpDLUH 114 2.1.2 L’axe 2 114 117 118 120 2.1.3 2.1.4 2.1.2.1 Les vestiges de l’axe 2 5HODWLRQ HQWUH O¶D[H HW OH WUDFp IRVVR\p 2.1.2.3 Conclusion sur
  • l’axe 2 L’axe 4 L’axe 5 120 2.1.4.1 Présentation des données 121 2.1.4.2 Discussion chronologique et interprétation 123 127 2.1.5 2.1.6 127 L’axe 6 La surface de circulation 8 et le fossé 211 2.1.6.1 Le fossé 211 127 Les stratigraphies 130 Eléments de chronologie
  • absolue 131 Conclusion sur le fossé 211 131 2.1.6.2 L’aire de circulation 8 131 Les stratigraphies 134 Eléments de chronologie absolue 135 Conclusion sur l’aire de circulation 8 137 2.2 137 2.2.1 Les organisations parcellaires au nord de la rue 7 Un enclos augustéen
  • 137 2.2.1.1 Description des vestiges 139 2.2.1.2 Eléments de chronologie absolue (R. Delage-Inrap) 139 2.2.1.3 Conclusion 141 2.2.2 La chronologie relative entre les trames 1, 2, et 3 au nord de la rue 7 141 2.2.2.1 Présentation des stratigraphies 145 2.2.2.2
  • Conclusion 145 145 2.2.3 La trame 1 : une trame parcellaire articulée autour des tracés 161 et 167 2.2.3.1 147 Le tracé 161 152 153 Le tracé 167 2.2.3.2 153 Les sondages 512, 511, 515, 510, 509 et 508 2.2.3.3 159 Les fossés associés aux tracés 161 et 167 Le secteur nord 162
  • 166 Les stratigraphies de la partie sud des tracés 161 et 167 : les sondages 103 à 508 Les sondages 103, 104, 132 et 513 154 158 Les stratigraphies de la partie nord des tracés 161 et 167 : les sondages 122 à 189 Le secteur sud 2.2.3.4 Conclusion sur les tracés 161, 167 et les
  • fossés associés 170 2.2.4 170 La trame 2 : une trame parcellaire articulée autour des fossés 33 et 92 2.2.4.1 170 173 Eléments de chronologie absolue et conclusion sur le fossé 33 175 Le fossé 33 Les stratigraphies 178 180 2.2.5 182 2.2.6 2.2.4.2 Le fossé 92
RAP01782.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • LA ROCHE-MAURICE
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fouille programmée annuelle.
  • Culture COS tiER. GEH0MI FINISTERE Chateau de Roc'h Morvan LA ROCHE-MAURICE (29 237 002 AH - Finistère) 2001 DFS d'étude de bàti Jocelyn M A R T I N E A U , Fabien S A N Z - P A S C U A L , Frédéric B O U M I E R , Autorisationn* : 21 014 S E R V I C E REGIONAL DE
  • d'élévation Le relevé topographique L'enregistrement et l'analyse du bâti L'étude documentaire 4 5 5 6 2 -IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE 7 2 . 1 - L E CHATEAU AVANT 1 2 6 3 7 2 . 2 - L E CHATEAU DE 1 2 6 3 A 1 4 2 0 7 2 . 3 - L E CHATEAU DE 1 4 6 0 A 1 5 1 3 8 3 - RESULTAT DE LA
  • diplomatiques relatives à la Roche-Maurice, donc de vouloir en réaliser un inventaire exhaustif. Le fonds Bizeul livre quant même quelques pièces originales des XIV e , XV e et XVI e siècles qu'il nous a été données de transcrire lors d'une étude documentaire sur le château de Blain réalisée
  • deux courtines inégalement conservées. 3.2 - L'espace résidentiel 3.2.1 - Le donjon (zone 1) Orientée N-O/S-E, la tour trapézoïdale localisée au sud du promontoire rocheux occupe une surface hors-tout de 110m2. Les murs sud et est possèdent une épaisseur respective de 3,20m et 3m
  • - 1er niveau Autorisation N° : 2001 014 Site N ° : 29 237 002 AH R.O. : J. Martineau TOPO : F. Boumier (AFAN) / DAO : F. Sanz-Pascual (AFAN) La Roche Maurice Finistère (29) L e Château de Roc'h Morvan P1.08 Donjon Vue de la cheminée à hotte conique P1.09 Vue du donjon
  • générale (zones 2 et 3) Les deux salles enduites du logis central offre au premier niveau une surface habitable d'environ 140m2 orientée N-O/S-E (pl.8, 14). Leur sol a été localisé à l'angle nord-ouest, à une altitude de 68,20m (TOURNIER, 2000). La première salle au nord (zone 3) occupe
  • une surface de 54m 2 (6m sur 9m), la seconde au sud (zone 2) de 84m 2 (7m sur 12m). Elles sont séparées par un mur de refend orienté N-E/S-O, de 11m de long sur 1,80m de large (M7) contre lequel on peut reconnaître au nord les piédroits d'une cheminée engagée ( E l 7 ) (TOURNIER
  • . La liaison verticale est assurée par une rampe droite accessible depuis le côté nord-ouest du logis (M2, E l l ) . Le premier niveau est également lié à une niche en partie arrachée (El), ouverte sur le flanc nord de l'éperon. 11 - Y=S01S + Y-ñOOO - Ys49B5 4- ech. : l/200e
  • 10 m • Rocher — Enduit *,67,74 Altitude indépendante Plan général - niveau d'arase Autorisation N° : 2001 014 Site N° : 29 237 002 AH R.O. : J. Martineau TOPO : F. Boumier (AFAN) / DAO : F. Sanz-Pascual (AFAN) La Roche Maurice Finistère (29) L e Château de Roc'h Morvan
  • décapage des niveaux de remblais situés sur l'arase de la courtine occidentale, a mis au jour la fondation très altérée d'un mur ménagé sur le relief irrégulier du front rocheux (M8) (pl.20). la structure offre une orientation N-O/S-E sur une distance d'environ 15m de long (pl.22). La
  • l'est et 0,80m à l'ouest) ouverte sur la salle nord (zone 3). Le niveau de sol s'élève à une altitude identique à l'embrasure sud-ouest, soit 69,43m. Le côté nord de l'ouverture donne accès à une rampe droite ménagée dans l'épaisseur du mur de courtine ( E l l ) . La première contre
  • repose sur un glacis en grande partie arraché, composé essentiellement de gros blocs de quartzite taillés à la pointerolle ou au pic et liés par un mortier de chaux à granulométrie moyenne (M3, US 1007). Le talus accuse une déclivité de 15°. Orienté N-O/S-E, le mur de courtine
  • matériaux de construction et du sol géologique 1114 remblais rocher remblais Schiste Quartzite rocher rocher Granite N° Structure rocher Arrachement E l é v a t i o n s ouest Autorisation N^ 2001_014___ Site N" : 29 237 002 AH La Roche Maurice Finistère (29) R.O. : J
  • TOPO : F. Boumier (AFAN) / DAO : F. Sanz-Pascual (AFAN) La Roche Maurice Finistère (29) L e Château de Roc'h M o r v a n P1.27 renforce indéniablement l'image d'un muraille naturellement dressée dans le prolongement d'une roche réputée très dure. La tête de rocher présente
  • les matériaux à pied d'œuvre, au moyen d'échafaudage interne. De fait, on peut observer la présence de trous de boulins sur les parements des chambres intérieures. 3.3.4 - L'éperon nord, façade nord (M5). Orientée E-O, l'élévation nord de l'éperon (M5) est conservée sur une
  • ). 15 Tour nord Elévations nord-est P1.32 M 5 1022 N" Structure N'US ^67,74 Altitude indépendante 69,01 * e c k ; l/50e Y=500S - 2,5 m Tour nord - Zone 4 / niche nord-«st / localisation des entités architecturales Autorisation Site La Roche Maurice Finistère (29) N
  • " : 2001 0 1 4 R.O. : J. Martineau Le Château de N° : 29 237 002 AH TOPO : F. Boumier (AFAN) / DAO : F. Sauz-Pascual (AFAN) Roc'h Morvan P1.34 68,00 67,00 67,00 rocher Elévations nord-est - Zone 4 / E l Autorisation Site La Roche Maurice Finistère (29) N" : 2 0 0 1 0 1 4 R.O
  • vers la façade orientale du château, axée N-O/S-E. Le glacis 1022 est percée de trois jours disposés en éventail d'est en ouest (pl.38). La première ouverture, inaccessible pour un tireur, ne peut avoir fonction d'archère (E13) (pl.39). Il s'agit ici d'un simple jour d'éclairage de
  • fin du XlVème siècle, date à partir de laquelle se développe en Bretagne l'utilisation de l'arme à feu. 16 Tour nord Glacis nord-est P1.37 Liaison entre la courtine et le glacis nord-est P1.38 T o u r n o r d - Z o n e 4 / N i c h e n o r d - e s t / O u v e r t u r e s d
  • e tir Autorisation N° : 2001 014 Site N": 29 237 002 AH R.O. : J. Martineau TOPO : F. Boumier (AFAN) / DAO : F. Sanz-Pascual (AFAN) La Roche Maurice Finistère (29) Le Château de Rocli Morvan P1.39 J Embrasures de tir E2 et E 3 P1.40 Tour nord Elévations nord et gorge
RAP03350_1.pdf (SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015)
  • connus, non visibles aujourd’hui N A B C D E F G Logis Nord Logis Est Logis Sud «Vieux Logis» Logis Ouest Tour Neuve Bastions 0 Colombier 25 m Equidistance des courbes : 0,25 m Relevé : P. Lenz, D. Mens, R. Morand, A. Suaud Préault, K. Vincent DAO : K. Vincent Plan de la
  • dans la cour au-devant du logis. La fouille du logis (Figures 3 et 4) est divisée en deux grands espaces séparés par un mur de refend (M_4). L'Espace 1 (E.1) s'étend vers l'est depuis le refend, entre la courtine nord et le mur gouttereau sud, sur une surface de 225 m² (dimensions
  • maximales : 16,5 x 12 m). Sa limite orientale est contrainte par la présence d'un transformateur électrique qui altère la lecture des vestiges et la compréhension générale de cet espace. L'Espace 2 (E.2) se trouve quant à lui à l'ouest du refend et s'étend à ce stade sur 135 m
  • ² (dimensions maximales : 12,5 x 12 m). Afin de faciliter la localisation des vestiges et la fouille, les espaces E.1 et E.2 sont eux-mêmes divisés longitudinalement en soussecteurs. L'Espace 3 (E.3), situé à l'extrémité orientale du logis, n'a été que peu abordé au cours de ce programme
  • . L'Espace 4 (E.4) occupe le quart sud-est de la zone de fouille, sur une surface de 78 m² environ (12,5 x 6,25 environ). Il n'a pas été possible d'étendre ce secteur de fouille davantage vers l'est, jusqu'au mur du logis d'entrée, pour des raisons d'accès (sortie de secours, seul accès
  • LE CHÂTEAU DE SUSCINIO (MORBIHAN – SARZEAU) LE LOGIS NORD Rapport de fouille programmée 2013-2015 Sous la direction de Karine VINCENT Avec la collaboration d'Adrien DUBOIS Tome I SYNTHÈSE et ILLUSTRATIONS Avec les contributions de : Aurélia Borvon Natacha Frenkel Pauline
  • Petit Isabelle Brunie Emilie Godet Carole Vissac Sébastien Daré Pierre-Marie Guihard Géraldine Fray Laura Le Goff Avec la participation de : Yannick Dissez et Caroline Fabre Janvier 2017 L’utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du
  • code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article LI22-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute
  • l’article 10 de la loi modifiée des données du 17 juillet 1987 relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal (1). (1) Loi n°78-753 du 17 juillet 1978
  • , article 10 “les documents administratifs sont communiqués sous réserve des droits de propriété littéraires et artistique. L’exercice du droit à la communication (...) exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins
  • . Actions scientifiques, culturelles et de médiation en 2015 et 2016 2.7.1. Communication scientifique 2.7.2. Actions de médiation 2.7.3. Intégration de la fouille dans les nouveaux dispositifs culturels du site 21 21 22 23 26 26 27 27 27 27 28 29 29 30 32 32 32 33 3. DOCUMENTATION
  • DISPONIBLE 34 3.1. Les sources écrites médiévales 3.2. Les sources écrites modernes 34 34 3.3. La documentation iconographique antérieure au XXe siècle 3.4. Travaux et recherches sur le site avant 2013 3.4.1. Les premiers travaux (XIXe-première moitié XXe siècle) 3.4.2. Les travaux
  • de restauration du château 3.4.3. À la faveur des travaux de restauration (seconde moitié du XXe siècle) 3.4.3.1. La découverte de la chapelle hors les murs 3.4.3.2. L’archéologie préventive (XXIe siècle) 35 43 43 44 47 47 49 4. PRESENTATION HISTORIQUE (Adrien Dubois) 53 5
  • . DESCRIPTION ET ANALYSE STRATIGRAPHIQUE 117 5.2. ESPACE 1 – LA CUISINE 150 4.1. L’affaire du prieuré 4.2. Le château des ducs 4.3. Suscinio et le prince d’Orange 4.4. De Claude de Rieux (1523-1532) au retour à la couronne (vers 1562) 4.5. Le retour à la couronne et la gestion de
  • Catherine de Médicis (1562-1589) 4.6. La Ligue de Bretagne et ses conséquences à Suscinio 4.7. Les gouverneurs du château et les afféagistes du domaine au XVIIe siècle 4.8. Les Cambout, gouverneurs de Suscinio 4.9. La princesse de Conti et ses successeurs 5.1. LE BATIMENT NORD
  • d’arasement 5.1.2.2. Un nouveau mur au nord (M_1) 5.1.2.3. Le pignon oriental (M_49) 5.1.2.4. Le mur gouttereau sud 5.1.2.5. Le mortier coquillé (avec Laura Le Goff) 5.1.3. La couverture 5.1.3.1. Les contextes stratigraphiques 5.1.3.2. Une homogénéisation de la toiture aux XIVe et XVe
  • siècles ? 5.1.4. Synthèse Fiche signalétique 5.2.1. Présentation générale 5.2.2. Précisions méthodologiques 5.2.3. Les premiers aménagements 5.2.3. Les secteurs 3C et 4C 5.2.3.1. Phase II Autour de la canalisation CAN_10 53 54 55 59 65 70 87 102 111 117 117 117 118 121 124 127 129
  • 129 129 135 138 138 141 142 143 144 150 153 153 155 156 156 156 Le mur M_12 L’occupation entre M_4 et M_12 5.2.3.2. Phase III – des niveaux de démolition 5.2.4. L’occupation des secteurs 3B et 4B : la cuisine 5.2.4.1. Phase II et III Organisation spatiale L’occupation en partie
  • sud de la pièce Le four à pain L’occupation en partie nord de la pièce 5.2.4.2. Epilogue : de la cuisine aux rejets 5.2.5. Phase IV – vers la démolition du logis 5.2.6. Synthèse préliminaire à l’échelle de l’espace 1 5.3. ESPACE 2 – LA SALLE DE STOCKAGE Fiche signalétique 5.3.1
  • . Présentation générale 5.3.2. Précisions méthodologiques 5.3.3. Phase II 5.3.4. Phase III 5.3.5. Phase IV 5.3.6. PHASE V 5.3.7. Synthèse chronologique préliminaire à l'échelle de l’espace 2 5.4. ESPACES 4 ET 5 – LA COUR 164 165 168 169 169 169 172 175 181 185 186 189 192 192 196 196 196 216
RAP02711.pdf (NOUVOITOU (35). ZAC de la Lande. rapport de diagnostic)
  • NOUVOITOU (35). ZAC de la Lande. rapport de diagnostic
  • ¶HQFORV ,, E /HV IRVVpV SUpVHQWV DX F°XU GH O¶HQFORV ,, F /HV WURXV GH SRWHDX /HV DXWUHV VWUXFWXUHV H[FDYpHV ,, G
  • ,, ,, ,, ,, ,, ,, ,, D ,, E ,, F ,, G ,, H ,, I
  • ¶DQJOH VXG RXHVW GH O¶HPSULVH TXL FRUUHVSRQG j XQH DOWHUQDQFH VLOWR ZDFNHXVH LQGXUpH E& &HV QLYHDX[ DSSDUDLVVHQW j XQH SURIRQGHXU GH FP DX QRUG GH O¶HPSULVH MXVWH VRXV OH QLYHDX GH WHUUH YpJpWDOH ODERXUpH 3DU FRQWUH DX VXG OH VXEVWUDW DSSDUDvW
  • 1pROLWKLTXH /HV VWUXFWXUHV GH /D 7qQH RQW pWp FUHXVpHV GDQV FH QLYHDX GH FROOXYLRQ FH TXL H[SOLTXH OD GLI¿FXOWp GH OHFWXUH UHQFRQWUpH ORUV GX GpFDSDJH GX EDV GH OD SDUFHOOH /HV GHX[ DXWUHV /RJV TXL RQW pWp UHOHYpV SOXV DX QRUG GDQV OD PrPH WUDQFKpH ¿JXUH
  • YLUDJH YHUV OH VXG ,O HVW LQWpUHVVDQW GH UHPDUTXHU VXU FHWWH SKRWR DpULHQQH TXH OH IRVVp G¶HQFORV HW OHV IRVVpV LQWHUQHV GpWHFWpV QH VRQW SOXV YLVLEOHV HQ EDV GH SHQWH &HWWH SHUWH GH OHFWXUH FRUUHVSRQG j OD ]RQH GH GpS{W GHV FROOXYLRQV R QRXV DYRQV pJDOHPHQW UHQFRQWUp GHV GLI
  • ¿FXOWpV GH OHFWXUH ORUV GH O¶RXYHUWXUH GHV WUDQFKpHV &H IRVVp D OLYUp WHVVRQV GH FpUDPLTXH SRXU XQ 10, GH YRLU ,, E FH UDSSRUW &HW DVVHPEODJH GH FpUDPLTXHV Q¶HVW SDV KRPRJqQH XQH IRUPH SURYHQDQW GH OD VXUIDFH GH VHPEOH GpULYHU GHV SURGXFWLRQV
  • GH OD ¿Q GX HU kJH GX )HU HW WURXYH TXHOTXHV DI¿QLWpV PRUSKRORJLTXHV DYHF FHUWDLQV YDVHV GDWpV GHV GpEXWV GX VHFRQG kJH GX )HU /D 7qQH PR\HQQH HW /D 7qQH ¿QDOH VRQW pJDOHPHQW UHSUpVHQWpV 3DU ,, 5pVXOWDWV 6W 7LWUH GX SUHPLHU QLYHDX GH VXEGLYLVLRQ 1 6 6W
  • FKURQRORJLH UHODWLYH GHV GLIIpUHQWV F{WpV GH O¶HQFORV HW GH FRPSUHQGUH O¶DEVHQFH GX IRVVp GDQV OD WUDQFKpH /¶K\SRWKqVH GH O¶DEDQGRQ GX IRVVp G¶HQFORV HQWUH OD ¿Q GH /D 7qQH ¿QDOH HW OH WRXW GpEXW GH O¶$QWLTXLWp UHVWH pJDOHPHQW j YpUL¿HU ,, E /HV IRVVpV SUpVHQWV DX F°XU GH O
  • ( 2 2 6W E O /LPRQ EUXQ JULV FRPSDFW /LPRQ DUJLOHX[ JULV K\GURPRUSKH HW VFKLVWH /LPRQ DUJLOHX[ JULV K\GURPRUSKH 6W 1 6 WHUUH YpJpWDOH 6W 1 6 /LPRQ DUJLOHX[ JULV K\GURPRUSKH /LPRQ EUXQ KpWpURJqQH PHXEOH 6FKLVWH
RAP00139.pdf (AMBON (56). église paroissiale. rapport de sondage.)
  • , liseré cordé. Base tronconique. Droit : Au sommet de la croix, petit cartouche rectangulaire, de biais, avec isncription INRI. Fifure du Christ fruste (erreurs de proportions ). Tête nimbée penchée sur l'épaule droite. Au pied du Christ, tête de mort et tibias croisés, e, relief très
  • marqué. Revers : Au sommet de la croix, colombe du SaintEsprit, ailes étendues pour l'envol. Au centre de la croix, Sainte Anne assise, tenant par la main Marie, debout à sa gauche. Inscription sur LA traverse : SANTA ANNA (en langue bretonne, ou en latin avec graphie erronée). Sur la
  • , seulement aperçu. La présence, en réemploi, de blocs de mortiers ^e j_]_0t- tu fréquemment rencontrés dans les sols des thermes, plaide en faveur d'un habitat auquel aurait été associé, selon l'usage, un bâtiment de bains privés. Si la nature de ce premier édifice ne peut être
  • Directeur des Antiquités. - Septembre 1990 - SONDAGE ARŒEOLOGIQUE, n° 89-28 AH Département Morbihan Commune AMBON Lieu-dit Eglise paroissiale Coordonnées Lambert Ax, 231,8 Ay, 296,35 Les recherches ont été entièrement financées par la commune d1 Ce rapport a été rédigé par
  • P.ANDRE et A. TRISTE, avec la collaboration de J.P. LABAT &J. HYVERT. LE PLAN GENERAL DES STRUCTURES FOUILLEES EN 1988 et 1990 SE TROUVE EN FIN DE CE RAPPORT CENTRE D'ETUDES ET DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DU MORBIHAN. ( C.E.R.A.M. ) 3 Les fouilles archéologiques, dont rend
  • compte ce rapport^ prolongent et terminent les recherches effectuées en 1988 dans le choeur de l'église Ces fouilles paroissiale d1 AMBON. étaient motivées par la dépose et la réfection du sol de cette partie de l'église. Le rapport de la première campagne, transmis en décembre
  • 1988 à la Direction des Antiquités, développe les raisons de l'intervention et rappelle l'importance historique et architecturale de l'église d' Ambon. On n'a pas jugé utile ici de reprendre ces données. Cette fouille a été faite sous le contrôle de la Direction de Antiquités, et de
  • MM. l'Inspecteur et 1' Architecte en chef des Monuments historiques. L'église d'Ambon est inscrite à l'inventaire supplémentaire. En 1989, la COREPHAE de Bretagne a proposé son classement comme monument historique. MORBIHAN AMBON . LISE S* CYR S" JULITTE FIg 1. AMBON
  • (Morbihan). Eglise paroissiale. Emplacement des structures foull Fouilles 1988 ******** Fouilles 1990 Secteur A : TRANSEPT SUD ET SES ABORDS. La fouille est conduite du niveau initial du pavage( niveau de comparaison auquel est affecté arbitrairement la cote + 20 m) jusqu'au sol
  • naturel, à 18,28 m., soit donc à travers 1,72 m. de structures et couches variées. 1)- En limite orientale et à l'extérieur du transept sud, la dépose des dalles révèle immédiatement la présence de structures bâties Photo 1 en demi-cercle, liées au mortier blanc : l'absidiole sud
  • . Elle conserve quatre à cinq assises de pierres et repose, à la cote 19,40 m. sur une semelle en saillie à l'intérieur, constituée également de quatre à cinq assises. L'ensemble repose, à 19 m. sur une couche de terre noire, où l'on note la présence de plusieurs restes de sépultures
  • première occupation des lieux : on retrouve ici ce qui avait été noté lors de la fouille de l'abside principale en 1988. La construction de cette dernière avait sectionné un champ de sépultures, dont ne subsiste plus que la partie orientale. C'est à ce même ensem- ble funéraire
  • , évidemment antérieure : Sur ce mur en effet sont venus s'appuyer le retour de l'absidiole, et ultérieurement la retombée de l'arc cintré. Ce mur ( large de 0,50 m. et haut de cinq à six assises) nous paraît dépendre de l'édifice fouillé en 1988 sous la croisée du transept. 6 7
  • Photo 2. Transept sud. Vue interne de l'absidiole, dont le retour ( à gauche) s'appuie sur un mur plus ancien qui supporte également la retombée de l'arcade (à droite). I 8 2)- Dans le transept sud, une fois les dalles enlevées, on obf 1 g• 2 Photo 3 serve deux constructions
  • lors de l'aménagement du caveau n°2. De même les hauteurs des parois, réduites à environ 0,20m., traduisent un arasement de ce coffre funéraire à une époque ultérieure. La paroi nord de ce caveau n°l est percée de deux cavités circulaire (0:0,10 m.). Ce caveau 1 a livré le mobilier
  • suivant : - Trois pichets écrasés. Reconstitués, Ils présentent un type Identique : Hauts de 0,13 à 0,15 m., Ils sont à une anse, sans bec verseur (ouverture : 8 cm.) La pâte est belge en surface et contient de gros grains de quartz en dégraissant. Le n° 3 comporte une coulée
  • (accidentelle) de glaçure verte. Ces trois récipients sont perforés ( après cuisson) de trous ( 0:1,5 cm) sur la partie supérieure de la panse, attestant leur usage comme poterie d'inhuflg 4 matlon. Le pichet n° 3 contenait encore des restes de branchages calcinés, en bon état,longs de 5
  • de l'ouest, 1 , 1984, p.125-130). - Des éléments de boucle de ceinture, en bronze. - Une demi-monnaie, à l'intitulé : REX FRAN.... (transmise pour analyse ). - D'Infimes restes d'ossements pulvérulents, non prélevés. Le caveau n°2, postérieur, a détruit la paroi sud du n°l. Il
  • est démuni de fond, et n'a livré aucun mobilier. b) - Ces restes de caveaux funéraires reposent sur un blocage de pierres et terre mêlées. Plus bas, à la cote 18,60 m., la présence de structures impose le démontage de ces caveaux. On observe alors, sous Fig 3 Photo 4 le
  • d'argile cuite, reste d'un foyer, est, à l'ouest, inscrite dans cette couche romaine et s'appuie sur des structures maçonnées sous-jacentes et voisines. Postérieure à ces structures et à la couche romaine, cette galette d'argile cuite n'est pas sans rappeler le four de fondeur mis au
RAP00034.pdf (SAINT QUAY PERROS (22). keringant. rapport de sauvetage urgent)
  • TREGOR - ARSSAT - FEVRIER 1991 Adresse s a v e n u e de L o r r a i n e - 2 2 3 0 0 - LANNION. 3 4 SOMMAIRE I Figure 1 : carte I.G.N. Page 2 Figure 2 : plan cadastral Page 3 C I R C O N S T A N C E S DE LA D E C O U V E R T E ET M O T I F DE LA F O U I L L E II Page 4
  • LOCALISATION F i g u r e s 3 et 4 : p l a n et c o u p e d e s souterrains III IV V E Q U I P E DE F O U I L L E Page 5 Page 6 C O N D U I T E DE LA F O U I L L E D E S C R I P T I O N DU S O U T E R R A I N Le p u i t s d ' a c c è s Page 7 La s a l l e 1 La s a l l e 2 Page 8 La s
  • \,,j yllmieon \ ij 1 \„f " \ i fret h lang' S!-Róclí mí Kervouric PpntarAtang arLeí làc' h Brélêvëriez ^JhC'.ï le Rumeur Unari'hrï Kefbïtoùs ' R É Beg-âr Lan i )• Kilt-, V ,:.&>, ' Keravel Kpfgoinar " ChSfeaO 'de Jiñfóírt l i t FIGURE 1 : E x t r a i t s de la carte I
  • -PERROS (22) I - CIRCONSTANCES DE LA DECOUVERTE ET MOTIF DE LA FOUILLE. Le 20 février 1991, M . G e f f r o y , Conseiller Municipal de Saint-Quay-Perros me téléphonait pour me faire savoir que son v o i s i n , M . Ferezou, marchand de meubles à Lannion, lui avait signalé une
  • découverte sur sa propriété dans la zone artisanale de K e r i n g a n t . En e f f e t , M . Ferezou a fait construire un nouveau magasin et en procédant aux travaux d'assainissement, derrière sa nouvelle structure,un engin mécanique a provoqué deux effondrements en creusant les
  • l'aprèsmidi m ê m e , eurent ainsi l'occasion de venir sur le s i t e . Compte-tenu de l'intérêt de cette découverte et de la nécessité de condamner le souterrain, dans les jours suivants, afin de terminer les travaux le plus rapidement p o s s i b l e , ils décidèrent de demander une
  • autorisation de fouille de sauvetage u r g e n t , en accord avec le p r o p r i é t a i r e , à la Direction des Antiquités Historiques et Préhistoriques de Rennes. L'autorisation de fouille fût accordée pour une période allant du 22 février au 15 mars 1991. II - LOCALISATION. La parcelle
  • du vieux granité de P e r r o s , fractionné en blocs parallélépipédiques résultant des fortes pressions tectoniques qui s'éxercèrent lors du plissement hercynien.La partie supérieure du granité en place a été encore P H O T O N°1 : E f f o n d r e m e n t "1" d e la v o û t e
  • du s o u t e r r a i n - p r i s e du s u d - o u e s t . P H O T O N° 2 : E f f o n d r e m e n t "2" de la v o û t e du s o u t e r r a i n - p r i s e du s u d - o u e s t . 5 . A x e du P]_ - P a r e m e n t s a l l e 1. FIGURE 3 Plan du s o u t e r r a i n P2 E
  • Parement salle 3 NR- Comblement FIGURE 4 : Coupe du N i v e a u de c o l l u v i o n et de Zone charbonneuse cailloux souterrain 1 Sol arable Granita en place Effondrement souterrain plus fragmentée par la gélifraction quaternaire. Le tout est recouvert par des colluvions
  • ,parfois litées,associant des cailloux anguleux de granité gélifracté,de l'arène granitique et du limon de plus en plus prédominant vers le haut de la coupe. III - EQUIPE DE F O U I L L E . L'équipe de fouille était constituée par : - Mme Michelle LE B R O Z E C , Présidente de
  • l'Association pour la Recherche et la Sauvegarde des Sites Archéologiques du T r é g o r . - M . Claude BERGER, - M . Philippe CONSTANTIN, - M . Jean-Charles O L L I V I E R , - M . Yannick J U L L I O T , - Melle Florence O M N E S . Ces personnes ont travaillé en alternance et le chantier
  • a fonctionné avec une moyenne de 2 à 3 personnes simultanément avec un autre chantier de fouille d'urgence sur le site de Convenant Donval en P l o u b e z r e . IV - CONDUITE DE LA F O U I L L E . Etant donné le peu de temps dont nous disposions, nous avons décidé de porter l'essentiel de
  • nos efforts sur le dégagement du puits d ' a c c è s . Nous avons débuté la fouille le 25 février pour terminer le 3 m a r s , tout en tenant compte des obligations des uns et des autres (nous ne sommes que des bénévoles) et d e la pression exercée par l'entrepreneur qui souhaitait
  • taillées dans le g r a n i t e . Il est orienté Nord-Ouest-Sud-Est,et sa longueur totale est de 16,20m. Il se compose d'un puits d'accès qui communique avec la première salle (salle 1) par un passage étroit.Le passage de la salle 1 à la salle 2 est marqué par un rétrécissement ainsi
  • qu'un abaissement de la v o û t e . Il en est de même pour le passage de la salle 2 à la salle 3 . (Voir plan et coupe, fig. 3 et P H O T O N ° 4 : P a r o i s n o r d et n o r d - e s t du p u i t s d'accès. P H O T O N°7: S a l l e 1, c ô n e d ' é b o u l i s du puits
  • ne fonctionnant pas durant le weeke n d , nous avons préféré ne pas provoquer un effondrement que nous n'aurions pas eu le temps de dégager pour la fin du w e e k - e n d . Atteindre le fond du puits nous semblait plus important. Le remplissage (Photo 3) était constitué de blocs
  • de granité (certains si volumineux qu'arrivés à une certaine p r o f o n d e u r , nous ne pouvions envisager de les remonter et nous les avons évacués dans la salle 1 en les passant par l'accès à cette salle), et de terre brune,très pauvre en m a t é r i e l . A 0,20m du fond
  • , dans 2 zones très bien d é l i m i t é e s , l'une le long de la paroi Nord et l'autre le long de la paroi Sud-Ouest, nous avons trouvé deux poches de dépôt charbonneux.(Photos 4 et5). Le fond se présentait sous forme d ' a r è n e , très fine, tassée et de couleur jaune. (Photo 6
  • fond, devant l'accès à la salle 1 , l'autre, le long de la paroi O u e s t , à proximité immédiate d'un des dépôts charbonneux déjà m e n t i o n n é s . 2) La salle 1. Cette salle est de plan rectangulaire; sa longueur est de 2m et sa largeur de 1,85m. Sa hauteur varie de 1,20m à
RAP02739.pdf (RENAC, SAINTE-MARIE (35). rd 177, axe Redon/Rennes. rapport de diagnostic)
  • TXL PqQH DX 3UHVE\WqUH OH SURSULpWDLUH GX 3UHVE\WqUH DI¿UPH DYRLU YX GHV EORFV GH JUDQLW WDLOOpV DVVHPEOpV VRXV IRUPH G¶XQ SXLWV HW G¶XQ DOLJQHPHQW GH W\SH WURWWRLU TXL RQW pWp recouverts lors des travaux de la déviation en 1975-76 par des remblais en provenances
  • Diagnostic archéologique 5DSSRUW ¿QDO G¶RSpUDWLRQ Ille-et-Vilaine, Renac - Sainte-Marie, RD 177, Axe Redon - Rennes - Diagnostic archéologique 5DSSRUW ¿QDO G¶RSpUDWLRQ RENAC - SAINTE-MARIE (Ille-et-Vilaine) RD 177 - Axe Redon-Rennes sous la direction de avec les
  • ,OOH HW 9LODLQH 5' $[H 5HGRQ 5HQQHV avec les collaborations de - Entité archéologique - Code Inrap DA05036901 SRA 2011/157 6DQGULQH %DUEHDX Arrêté de prescription Nr site sous la direction de /DXUHQW $XEU\ 'HOSKLQH %DUELHU 3DLQ 3KLOLSSH %RXOLQJXLH] -XOLH &RQDQ
  • d’Ille et Vilaine Hôtel du département, 1 avenue de la Préfecture-CS24216-35042 Rennes cedex &RGHV code INSEE 35237 Numéro de dossier Patriarche 0DvWUH G¶RXYUDJH GHV WUDYDX[ - G¶DPpQDJHPHQW Numéro de l’entité archéologique - - 6XUIDFH GX SURMHW G¶DPpQDJHPHQW 74 745 m
  • ° 1085p, 1084p, 1492, 1495, 1500 Inrap Grand Ouest 5HVSRQVDEOH VFLHQWL¿TXH GH O¶RSpUDWLRQ Sandrine Barbeau section(s) E parcelle(s) 2UJDQLVPH GH UDWWDFKHPHQW n° 1365, 1440 et 1444, 1385, 1442, 1432, 1371 Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon, CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex
  • agraire Parure Chalcolithique Urbanisme Habillement Protohistoire Maison Trésor Structure urbaine Monnaie Ancien Foyer Verre Moyen Fosse Mosaïque Recent Sepulture Peinture Grotte Sculpture Hallstatt (premier Âge du Fer) Abri Inscription La Tene (second Âge du
  • 1RWLFH VFLHQWL¿TXH /¶RSpUDWLRQ GH GLDJQRVWLF DUFKpRORJLTXH PHQp VXU OHV WHUUDLQV GH OD VHFWLRQ 6DLQWH Marie-Renac de la future 4 voies Rennes-Redon, s’est révélé très positif. Ce lieu JpRJUDSKLTXHPHQW SURSLFH j O¶LQVWDOODWLRQ KXPDLQH HW FKDUJp G¶+LVWRLUH DYDLW XQ SRWHQWLHO
  • DUFKpRORJLTXH WUqV pOHYp TXH OHV GpFRXYHUWHV IDLWHV ORUV GH FHWWH RSpUDWLRQ RQW FRQ¿UPp 6XU KD GH WHUUDLQV GLDJQRVWLTXpV TXDWUH VLWHV DUFKpRORJLTXHV RQW été mis au jour. La découverte de la tombe en coffre de l’âge du Bronze, située entre le lieu-dit Le Presbytère et Le Pont sur la
  • . La sépulture n’a livré aucun artefact. 'HX[ VLWHV DQWLTXHV RQW pWp UHSpUpV VXU OH WUDFp URXWLHU /HV YHVWLJHV IRVVR\pV GDWpV des I-IIème siècles découverts au Presbytère sont peu importants mais viennent FRPSOpWHU OHV LQIRUPDWLRQV VXU O¶RFFXSDWLRQ DQWLTXH DX OLHX GLW /H &KDPS j O
  • ¶RU DX QLYHDX GX VXG GX ERXUJ GH 5HQDF GpMj UpSHUWRULpH ,O IDXW UDSSHOHU LFL TXH OH diagnostic n’a pu être pleinement réalisé sur cette partie en raison du boisement d’une parcelle le long de l’actuelle RD 177 et de la présence du terrain de football encore en usage. Malgré
  • les petits travaux liés à l’ancienne gare du TIV, il est IRUWHPHQW HQYLVDJHDEOH TXH GHV YHVWLJHV VRLHQW HQFRUH FRQVHUYpV j FHV HQGURLWV /H GHX[LqPH SRLQW GH GpFRXYHUWH GH YHVWLJHV DQWLTXHV VH VLWXH DX QLYHDX GX SRQW Saint Julien sur la comme de Sainte Marie. Il s’agit d’un
  • la commune de La Chapelle de Brain et celle d’Avessac. La dernière découverte concerne un aménagement de bois et de pierres dans un DQFLHQ EUDV GH OD ULYLqUH GX &DQXW j PRLQV GH P GHV WKHUPHV HW GDWDQW GH OD ¿Q GH O¶DQWLTXLWp /HV pOpPHQWV PLV DX MRXU QH VRQW SDV VXI¿VDQW
  • , 1084p, 1492, 1495, 1500, section E n° 1365, 1440 et 1444, 1385, 1442, 1432, 1371, section YC : 1408, 341, 61, 60, 339, 57, 56, 55, section YB : 702, 699, 698, 696, 694, 692, 689, 687, 685, Ille-et-Vilaine 682, 680, 678, 676, 674, 672, 670, 499, 500, 734, 733, 736, 735, 738, 737
  • , 739 Rennes Coord. Lambert : Emprise extrémité sud X : 275 800 infographie : S.Jean - INRAP D'après la carte de la France au 1.1000 000e (I.G.N-1993) Redon Renac Sainte-Marie-De-Redon Y : 310 200 Z : 4 à 13m NGF Extrémité nord : X : 276 800 Y : 310 800 Z : 27m NGF Rennes
  • 0 - 100 m 100 - 200 m 200 - 500 m 0 100 km E: 1/250 000 © IGN 2001 0 5km Emprise du diagnostic 0 1000m Echelle 1:25000 © IGN 2003 12 Inrap · RFO de diagnostic $UUrWp GH SUHVFULSWLRQ Renac –Sainte-Marie (Ille-et-Vilaine) - RD 177 - Axe Redon-Rennes , 'RQQpHV
  • OHV FRPmunes de Renac et Sainte- Marie à l’emplacement du projet de la mise en 2x2 voies GH O¶DFWXHOOH 5' TXL UHOLH 5HQQHV j 5HGRQ /H GLDJQRVWLF D SRUWp VXU OHV WHUUDLQV situés au sud de la route départementale sur une bande de 10 à 60 m de large et 1,4 km de long, depuis le
  • lieu-dit le Presbytère sur la commune de Renac à celui de La Chainaie, sur Sainte Marie. (Fig.1) 2EMHFWLIV HW PpWKRGHV /H SURMHW URXWLHU WUDYHUVH XQH UpJLRQ GHQVpPHQW RFFXSp GqV OH QpROLWKLTXH ULFKH HQ VLWHV DUFKpRORJLTXHV /D SUR[LPLWp GH FHUWDLQV GH FHV VLWHV HW OH SDVVDJH
  • GX FRXUV G¶HDX /H &DQXW IDLW GH FH VHFWHXU XQH ]RQH DUFKpRORJLTXHPHQW WUqV VHQVLEOH HW permettait d’envisager la présence de vestiges sur le tracé. L’objectif de ce diaJQRVWLF pWDLW GH YpUL¿HU G¶XQH SDUW OD SUpVHQFH GH YHVWLJHV G¶HQ DSSUpFLHU OD QDWXUH l’étendue
  • ² soit 8% de la totalité de l’emprise. (Fig. 2). &RQGLWLRQV GH UpDOLVDWLRQ GH O¶RSpUDWLRQ DUFKpRORJLTXH Excepté pour la tranchée T80 (Fig. 2) réalisée début janvier, les conditions méWpRURORJLTXHV H[FHSWLRQQHOOHPHQW VqFKHV SRXU FHWWH SpULRGH GH O¶DQQpH RQW SHUPLV d’effectuer les
  • sondages dans les zones basses et humides situées en bordure de la ULYLqUH GX &DQXW HW GX PDUDLV GH *DQQHGHO &HSHQGDQW XQH VXSHU¿FLH GH Pð en bordure du Canut et de la route RD177, et non déboisée avant la montée de la QDSSH SKUpDWLTXH DSUqV OHV SOXLHV GH GpFHPEUH Q¶D