Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3930 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01971.pdf (PAULE (22). "Kergroas". tumulus de l'âge du bronze et sanctuaire antique)
  • PAULE (22). "Kergroas". tumulus de l'âge du bronze et sanctuaire antique
  • . Y. Tinevez). m o r p h o l o g i q u e et sédimentologique v o n t être analysés : 1 : à cheval sur le vieux sol et la couche de limon brun-gris avec des plaques d'oxydation, pour analyser les sédiments et les éventuelles traces de préparation du sol avant la construction du
  • numériques, 356 ektachromes, 20 plans et 42 coupes ou profils. L'ensemble du mobilier et des prélèvements recueillis a été compté et pesé : 2 026 tessons de céramiques, 7 fragments ou objets en métal, 10 objets l i t h i q u e s , 1 f r a g m e n t et u n e p e r l e en verre, 21,5
  • configuration d u tumulus n ° I de Saint-Jude en Bourbriac (Côtes d'Armor), fouillé par J. Briard en 1962 (Briard 1963, fig.4) v i e n d r a i t étayer la s e c o n d e hypothèse : dans un tumulus d'un diamètre de 35 à 38 m et 2,50 m de hauteur conservée, a été mise au j o u r une fosse
  • net de la d o c u m e n t a t i o n imposera vraisemblablement l'étalement de ce travail sur l'année 2005, lorsque la dernière subvention demandée à l'Etat aura été versée à l'INRAP, estimée à 3 500 m 2 (Fig.2). Ministère de la C u l t u r e - S o u s - D i r e c t i o n
  • première moitié d u Bronze moyen, vraisemblablement de sa première phase. Il s'agit donc bien d'un monument de l'âge du Bronze, ce qui élimine définitivement l'une de nos hypothèses d'une contemporanéité des deux tumulus et de l'habitat de l'âge d u Fer. - c h a r b o n d e b o i s p r
  • é l e v é s o u s la s t r u c t u r e 5 bis (planche brûlée piégée à la base du tertre) : GrA-23707 3290 ± 40 BP soit à 95,45% 1690-1450 BC en datation calibrée. La sépulture 4 appartient donc à la seconde moitié du Bronze moyen ou au début du Bronze final, tandis que le bois
  • pourtour des parois du cercueil, de rappelle nombre de sépultures en bois de l'âge d u sorte que la terre, peu agrégée, est parcourue de Bronze en Europe du nord et de l'Ouest. fissures (coupe l-J, Fig. 13). II. 3 Autopsie de la t o m b e 5 - Isabelle LE GOFF Les traces laissées
  • décapage sous la forme d ' u n e couche noire poudreuse. Si en 2002 il n'avait pas été possible de 7 2003 Yves Menez, Anne Villard-Le Tiec v D_ 1 • gi V i A 1 I 4?! i 1 ' l » i V 1 : argile plastique grise - bois décomposé 2 : terre poudreuse noire, parfois argileuse - comblement
  • . *Carhaix altitudes supérieures à 200 mètres altitudes supérieures à 250 mètres altitudes supérieures à 270 mètres Paule m Rostrenen. G lome l # • site de Kergroas tsd'Arrée * $ Brest X» ' tTréogan Rennes wr-"*0' Vannes ^ 50 100km W ' 3T Nantes o i 5 km Fig. 1
  • supplémentaire de 750 m 2 , portant à 7 050 m 2 la superficie totale étudiée dans cette parcelle. Durant 5 semaines, du 30 j u i n au 1 er août, la totalité de la superficie a pu être fouillée par une équipe d'une quinzaine de personnes. La documentation recueillie comprend 372 clichés
  • effet, la plupart des recherches anciennes ont été menées pour trouver à tout prix la tombe centrale et 11.4 La fosse n ° 7 (Fig. 15 et 16) Une fosse a été mise au j o u r dans le quart nord-est d u monument. Sa présence ne s'est manifestée qu'après un nettoyage fin du substrat
  • vraisemblablement au sud. La superficie Ce programme a été respecté, dans les délais et les coûts initialement prévus. Une superficie d'environ 3 450 m 2 a été décapée, portant la surface d u chantier à 6 300 m 2 . L'achèvement de la fouille d u tumulus s'étant en définitive révélée moins
  • substrat n'a donc pas été atteint. phase 3 : la réutilisation d u tertre comme lieu de culte au début de l'époque gallo-romaine. Le mobilier mis au j o u r dans les limons est rare (Fig. 8) ; il consiste en tessons en général de petite taille et en trois grattoirs ; la forme de trois
  • au j o u r dans chaque tertre au début de la série des vases déposés dans les tumulus a été faite à partir des dates radiocarbones, c'est-à-dire vers 1800 BC (non calibré) (Stévenin 2000, p. 128, fig. 21). La « tombe centrale » 3 a été creusée sur son flanc sud. La fosse 7 semble
  • coffres et des corps sont communs à ce type de sépultures, qui a été mis au j o u r essentiellement dans la Bretagne occidentale. recouvraient un abondant mobilier d u Bronze ancien : 7 poignards de bronze avec manches décorés de clous d'or, 2 haches à rebords, 20 pointes de flèches
  • carbonisé antérieur à la construction du tertre peut être daté de l'extrême fin d u Bronze ancien 11.1 Le tertre (Fig.7 et 8) L'étude du monument s'est poursuivie en 2003 avec un réexamen des coupes et la fouille des deux quarts nord-ouest et sud-est n o n abordés en 2002. Les coupes
  • bords identifiables, la présence d'un cordon sous la lèvre de deux grands vases et d'une panse avec un cordon ornée d'impressions trouvent des parallèles dans le mobilier mis au j o u r à Ouessant, daté du Bronze ancien-moyen (Le Bihan 1998, p. 114) et dans celui découvert dans le
  • , telle qu'on peut la restituer à partir des différentes coupes, a la forme d'une auge longue de 3,40 m et large d ' I ,20 m en moyenne, profonde d'à peine une trentaine de centimètres. Les coupes transversales (A-A' et G-H, Fig. 9) montrent des profils relativement arrondis tandis que
  • les coupes longitudinales (E-F' et H-l, Fig. 9) diffèrent par deux bords rectilignes se raccordant en biais au fond d u cercueil par un angle à 45° bien marqué. Il est probable que le petit rebord horizontal relevé sur l'extrémité orientale ceinturait l'ensemble du cercueil. La
  • et d'oxydation) (voir coupes E-F et G-H, Fig.13). La présence des limons d'origine différente par paquets est interprétée comme les indices de rupture d u couvercle avec intrusion plus brutale de la terre d u comblement de la fosse dans l'espace interne d u cercueil . Les parois
RAP01290.pdf (LOCMARIAQUER (56). la table des Marchand, l'alignement du grand menhir et l'habitat pré table des Marchand. rapport final de synthèse de fouille programmée 1989-1991)
  • LOCMARIAQUER (56). la table des Marchand, l'alignement du grand menhir et l'habitat pré table des Marchand. rapport final de synthèse de fouille programmée 1989-1991
  • traîne sur Fo.4, Fo.5, Fo,6, Fo.7 et Fo.8 des morceaux de migmatite qui contrastent avec les blocs de granité habituels. Dans la fosse Fo.9 il subsiste encore, bien ancré, le chicot de granité (0,8 m de long sur 0,12 m d'épaisseur) de la pierre dressée cassée (fig. 18). c : les fosses
  • sol brun-foncé Cailloutis Couche 11 stèles plus jau lia t r e - f oncé Coupe synthétique sud-est/nord-ouest le long de la bande A, passant par la zone des carrières et par la fosse de stèle n°4 + 9 90.55 IXXTMAEOIAQLlIER. - Zone des carrières. Fosse ZI.7. Extrémité
  • édifié le cairn des Marchand et sa tombe à couloir. L'alignement du Grand Menhir et la stèle de chevet de la tombe à couloir des Marchand participeraient de cette phase. 4 Cairn 3 Cailloutis / couche 8 Sol pré-TDM/couche 9-(trou de poteau) h + + + + ■ + ♦ Rocher Sol
  • Fo.l (en haut), Fo.2 et Fo.3, encadrées par les lignes de trous de poteaux. Remarquer les deux trous de poteaux (P 82 et 83) entre Fo.l et Fo.2. 17 91.437 - Alignenent du Grand Menhir. Vue sur la partie centrale, de Fo.5 en bas à droite à F0.11 à gauche. Noter le foyer F.5 au
  • les subdivisions métriques sont désignées par des lettres, de A à Z, puis au-delà de Z, AA, AB,AC,etc, et l'autre, sud-est/nord-ouest, dont les subdivisions métriques sont désignées par des chiffres, de 1 à n; l'extension en deçà de O a nécessité une numérotation 01,02,03. Le Nord
  • magnétique se trouve dans la diagonale de notre carroyage. Les altitudes sont toutes données au-dessous d'une cote de référence arbitraire, 20,00, correspondant au point culminant du tertre avant les fouilles. Terre végétale i © © © (D © 5m + 2 + 3 + 4 Remblais 1938 Sol pré
  • du monument. Il a été démontré que celuici avait servi de carrière à l'époque gallo-romaine. Les prélèvements de pierres ont été organisés en partant d'une tranchée au sud du cairn (carrés O-P/8-9) qui s'est développée vers le centre, a atteint et contourné les structures
  • périphériques, mais, juste sous les souches, toute stratigraphie avait disparu. Au total, les surfaces fouillées atteignent 400 m2. On y ajoutera quelques mètres carrés entre F et I, dans les bandes 01, 02 et 03, où, à défaut des structures néolithiques convoitées, nous avons mis le doigt
  • ZI.7, orientée sud-nord, ce qui correspond à la direction des fractures majeures de la roche, avec une longueur de 4 mètres, une largeur de 2 m et une profondeur maximale de 0,8 m. Le comblement irrégulier comportait des alternances de masses terreuses et de pierrailles éboulées
  • quarts de carrés. ••• • • M 58 9-12 13-16 - o 17 2 REPARTITION LITHIQUE AA AB AC AD 4.1 - Le matériel archéologique du niveau pré-TDM 4.1.1.-Répartition générale Depuis deux ans nous nous sommes employés à cartographier les répartitions des matériels lithiques et
  • grande densité de matériel et secteur pauvre est d'une netteté remarquable. C'est le cas par exemple dans la zone de fouille de 1991: la zone de très forte densité repérée au pied du mur II en S et T-28 se poursuit vers X-30,31 puis s'interrompt; au delà de Y-29 il n'y a plus de
  • XIX et XX siècles Couches remaniées Gallo-romain Cairn néolithique ® ® ancien + 29 + [POTEAUX) + 34 + 35 + LOCMARIAQUER _ Cairn des Mai-o h^Jtnci cfc. occupât ion j^>Jt~é—TDM . Coupes orthogonales synthétiques passant par la chambre de la Table des Marchand. 1: coupe
  • , construit en dalles de granité plates bien ajustées, possède un rayon oscillant entre 8 et 10 mètres, avec un centre approximatif sur la chambre. Le mur II, construit de façon plus grossière, avec des blocs irréguliers, prend ses origines, à 4 et 6 mètres de part et d'autre de l'entrée
  • fragments de poteries, des meules, molettes et percuteurs; ces objets ne sont pas répartis uniformément et l'on peut observer de fortes concentrations (correspondant, pour certaines, à des ateliers de taille du silex, en particulier I-L/13-17) mais aussi des zones stériles. Dans le même
  • bande A a donc été réservée pour la circulation et pour conserver une coupe longitudinale de référence. Dans l'axe sud-est-nord-ouest, la fouille s'est étendue sur 23 mètres, de la bande 4 à la bande 26. A l'arrière du cairn, le décapage a concerné un secteur de 26 mètres, de E à AE
  • éboulis dans les secteurs sud et sud-est. Une datation radiocarbone d'un amas de charbons dans ces niveaux inférieurs d'éboulis, carré L.9, ait. 17.89, a fourni une date de 3250 +-120 BP (LGQ 557), soit 1680 - 1420 av J.C. qui révèle une fréquentation à la fin du Bronze moyen, attestée
  • blocs plus hétérogènes et donc moins bien ajustés que ceux du mur I. En raison de cette technique de construction, assez sommaire, il nous avait semblé que ce mur II n'avait pu être très élevé; aux endroits où il est le mieux conservé, dans le carré AG.5, à droite de l'entrée, il est
  • 17.4S Rochtr MEGALITHIQUE POST - MEGALITHIQUE Terre Ortho - gneiss végétale PRE | 9 ... I "Vieux GEOLOGIQUE T-D-M MEGALITHIQUE 10 sol" Comblement ancien : Terre 5 Terre brun-clair remaniée 8 limoneuse jaunâtre foncée Cailloutis Structures en creux 9.1
  • comblement. \S 68 6 J^CX^MARIAQLUER - Zone des carrières. Fosse ZA-ZE. 13-17. Vue en plan horizontal sur la masse charbonneuse du comblement. Vue sur la coupe du comblement, montrant le passage des résidus de carrière (au fond) à la couche charbonneuse. 13 90.448 I^OGMARIAÊltnER
  • pied du mur II. Vue sur les fosses Fo.8 et Fo.7. .18 1 524 LOCMARIAQUER - Alignenent du Grand Menhir. Fosse Fo.7 avec ses blocs de calage bien en place. Fosse Fo.9 avec le chicot d'une stèle brisée. actuel de l'étude, les constatations suivantes peuvent être faites
RAP00404.pdf (SAINT-MALO (35). les sept perthuis. rapport de sauvetage urgent)
  • SAINT-MALO (35). les sept perthuis. rapport de sauvetage urgent
  • F i G N 8. C O U P E S sud SONDAGES S 10 briques S 2 S3 4 briques S 4 sud ^ Z I Z Z ^ T * 4- N O R D S 6 - - L - S 7 ~ briques M fosses ou fossés n'étant; pas situés dans les zones menacées par les terrassements nécessaires à la création de la Z.A.C. n'ont
  • (il s'agit PHOTO N* 15 - Les fondations de l'entrée PHOTO N* 16 - L' empierrement O o ? m ë Q-, „Ç> o.-y.'sx:.- p 8 ^ - ^ *
  • 0 % ^ C „ 'o l e a A M P H O R E PASCUAL X * COUTEAU A o ^ D
  • , L'enclos nord, est soit contemporain, soit antérieur. PHOTO N 4 19 - Trous de poteau LE MMCTOAIEE M M Q R I C A I M D E S S K E X P E R Ï E U I S Situé aux confins orientaux de la cité des coriosolites, le sanctuaire des Sept Perthuis se profile au débouché de la voie antique qui
  • de pierres à été en partie vidée et remplacée par un PHOTO N 4 6 : Remplissage Ouest de Fl - Restructuration du fossé PHOTO N* 7 : Niveau augustéen avec blocs de quartz FIG N "11 : REPARTITION DU M O B I L I E R SUE FI Ç GALET j • ® JATTE I TESSONS CLAYONNAGE
  • N° DE SITE : 35.288.019.AH L E S S E P T P E R T H U I S en Saint-Malo section BH parcelle 120 cadastre de 1974 R A P P O R T D E S A U V E T A G E U R G E N T 1989 Photo n®l : Vue aérienne de l'enclos sud en fin de fouille Catherine Bizien Jaglin Thierry Lejars
  • ([PARTIE NONEXCAVEE COUPE T T R O U DE P O T E A U F FOSSE FIG N " S> : FLAN ENCLOS SUD PHOTO N* 4 : Fossé 1 Sud - Coupe PHOTO N5 : Fossé 1 Nord - Coupe pierres etc ) et des lentilles de sédiment qui ont permis de les repérer. - Les couches contiennent toutes des restes
  • BAEPQBXIFFISFFLYETFFIL I2BSEHX 1989 L E S S E P T F - E R T H O I S en Saint;-Malo section BH, parcelle 120, cadastre 1974 Nde site : 35.288.019.AH Enclos quadrangulaire Photo n*2 : Photographie aérienne 1976 (L. Langouet) SOMMAIRE PRESENTATION p. 1 FICHED'IDENTITE P. 1 CIRCONSTANCE DE
  • POT GEAPHITE A ANSES RENFONCEES PHOTO N* 9 : Céramique située dans Fl, sectionné par le passage de F3 B -Fossés : 2 3 4 5 6 7: Le deuxième enclos, postérieur au premier, est constitué d'un ensemble de six fossés. Les fossés 2,3,4 et 5 forment un enclos pentagonal de 42 à 46
  • / - ' . | TERREGRISE LL M O N E U S E v FIG N'19 : LES CREUSEMENTS ANCIENS T E R RE B R U N E SAB L E U S E face arrière d'une large tranchée hémicirculaire, à peine plus profonde. Trois légères dépressions semblent clore la construction sur l'avant. Deà imaginer une construction bâtie
  • - + +- + + +- +- + + + + + 4- FOSSE J COUPE 11 FOSSE K-l COUPE 12 FOSSE K-3 COUPE 13 FOSSE K-4 COUPE 14 FOSSE K-5 COUPE 15 FOSSE 0 COUPE 17 F O S S E F + + + + + + COUPE 22 FOSSE H COUPE 16 + + +- 4+ + + + + -*-4+ + 4+ +- + + + + TROU 23 ARENE TROU 12 TROU 21 + ^ t+ 4- f
  • LA TENE P. 4 STRUC TURE S P ART I ELLEMEN T ETUDI EES P- 6 L'ENCLOS SUD P- 7 - DESCRIPTION - LES ENCEINTES A - FI B - F2, 3, 4, 5, 6, 7. - LES AMENAGEMENTS INTERNES A - Fosses B - Principales séquences chronoloqiques - TROUS DE POTEAU - L'ENTREE - PUITS 7 7 7 13 p. 15 p
  • FOSSE L1 ti --w » 4 < _ r\ r z? 7 „ COUPE 9 ?> 4FOSSE L2 COUPE 6A ET 6B S/V, 4- / Al — I v / / / ' ^ ? < • +- iv-o- >»"i \ " 44 444- . \" A .O v-r/.'-tv 4- 44- 4- +444 4 - 4 - 4 - 4 - 4 44 44- 4- 4- 4+- - 4 4 4 4 -I- IV 4 4- 4- 44 4+4- 4+ 4
  • . Il ne présente pas de structure de calage évidente. Un tesson (fond) de céramique de La Tène a été retrouvé dans le deuxième trou à partir de l'est de la série située à proximité de la branche sud de F3. COUPE 1 CPOUPE 2 FIG N°22 : FOSSE C/D COUPE 3A FOSSE B COUPE 5
  • E et F se sont pas moins de 3 états qui ont été identifiés, et deux dans les fosses A et B etc...). - TROUS DE POTEAUX ET FONDATIONS DIVERSES : (fig n* 22) OUtre les traces de fondations associées à l'entrée, quarante petites structures, interprétées comme des trous de poteaux
  • 44 - 4 - 4 - 4 4 4 4 4 4+ 4 - 4 - 4 4_ 4 - 4 - 4 - 4 - 4 - 4 FOSSE E COUPE 8 44 4 - 4 44 - 4 - 4 - 4 - 4 - 4 - 4 - 4 t . l FOSSE E/L COUPE 7 FIG N °22: • 4+ __ 4- 1- 4-+- © > 4- + + + -t- + + + f + + + t - + - 4 - f - f - l - + - + + + FOSSE J COUPE 10 + 4
  • v * r r + MORCEAUX D ARGILE : CHARBON TROU 14 N FI G No 23 : EXEMPLES DE TROUS DE POTEAU ET PETITE EOSSE 0 20. C'est le seul élément, de mobilier retrouvé dans une de ces structures. En l'absence d'organisation spatiale évidente , aucune interprétation géographique
  • fibule en bronze à arc large, fortement cintré, et ressort à deux fois deux spires et corde interne). Dans cette même couche, des blocs de quartz ont été trouvés dans plusieurs fosses (fosses A, B , C, D et F). Ces pierres pour la plupart noyées dans le remplissage augustéen, sont
  • fosses A, B, F et K. - La couche de terre grise, gris/rouille (fig n°20) Ce remplissage caractéristique a été reconnu sur la presque totalité de la surface (à l'exception des fosses A, B, H et R). Cependant, il semble qu'il faille distinguer deux zones, une à dominante gris/brun et
  • GAULOIS IMPLANTATION LES ENCLOS L'ENTREE AMENAGEMENTS INTERIEURS PUITS PERSPECTIVE p. 30 p. p. p. p. p. p. p. 30 32 32 33 34 35 37 P. 38 A D S « •4 c ' . o ROCHE • CHAR30N ROCHE ALTEREE QU DECOMPOSEE • TESSON REMPLISSAGE HETEROGENE ARENLSE A SILEX REMBLAIS MODERNE 0
RAP01451.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1996-1998)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1996-1998
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • » 2698 D « ^ » ^ Î S S ^ ^ ^ V ^ t r f Î l w ^ S i f f 3385- O0 O D «2» o 3311 » 3374 3375^ O tPg> . >• 3386 3343V O G a % 4 Us 149 Q Cp ^ Us 17 ¿30 * : k V Î a zxx Pierres (horizon B ou C) Terre gris clair | Structure 1er ADF (Us 143) Sols Us 1 4 0 / 1 4 4
  • : secteur 5, partie centrale,étatfindefouille1996 | ' • • 'j Us 148, limon argileux jaune Q t, • S 3407 « Z . XLII S 3424 m 4 Z. XL1II US 157 wmM H E W 1 « W m mm US 148 k S 3317 S 3360 .'S 3389 v/.-j'O. US 17 S 3316 sol n a t u r e l (perturbation moderne) S
  • (horizon C) Alignement Us 155 (horizon C) OUESSANT Mez-Notariou 1997 : secteur 2, partie occidentale, niveau 2 (après démontage de l'Us 141/142) z XXVIII \ 2m 3381 '2919 À \ 2918 «i e ZXXVII Us 17 3315 3356 ^ ^ 3 2 9 4 / 9 5 3314 3340 3350 ^3307„(p 1 Mi- -/O -Î^U
  • XLI XLH XLin XLIV XLV IX VIII Secteur 5 XXXV n xxxvi m IV v VI Secteur 1 XLV! xxxvn XXXVIII XLVIII Secteur 4 Secteur 3 LI XLIX XLVII XXXIX XL Secteur 6 REPARTITION DES ZONES D E FOUILLES VII Ch.2. LES VESTIGES DU SECTEUR 2, ZONE OCCIDENTALE 1
  • Us. 142 MS Us 140 Us 137 Vii; Us. 144 Plaque d'argile rubéfiée #ca> - Secteur 2, partie occidentale, fin de fouille 1996 2m Z. X X V I I I Z. X X V I I S. 3290 S. 3340 S. 3294/3295 limite Us. 142 Us 137 Plaque d'argile rubéfiée S e c t e u r 2, p a r t i e
  • EFFRI Terre sombre + traces d'argile rubéfiée Z . XLIII W-" | Argile jaune + pierres, os et coquillages (Us 150) Us 146 OUESSANT Mez-Notariou 1997 : secteur 5, partie centrale,étatfindefouille1996 Q Poterie du Bronze moyen Trou de poteau 2 m d Z. X L I I I US 157 k Us
  • grosses dalles alignées, les vestiges d'un dernier aménagement de leur périphérie 13 Z. XLII z. XL III US 157 •. u s 148 US 17 sol naturel (perturbation moderne) Cc^ • Pierres Us 146, fosse du 1 e r age du Fer Ossements Us 145, fosse du 2 è m e age du Fer Argile jaune
  • âge du Fer Us 148, limon argileux jaune fïf\l\ 0 OUESSANT Mez-Notariou 1997 : secteur 5, partie centrale,étatfindefouille1996 Perturbation moderne 2 m S 3424 o==> Pierres — Ossements !Îf;i Coquillages Z. XLII Z. X L I I I US 157 Terre grise fine Terre sombre
  • recollages et des reconstitutions graphiques ont été effectués, p e r m e t t a n t la restitution de profils de vases archéologiquement complets, ou presque complets. Le corpus de la céramique de l'âge du Bronze de Mez Notariou, entrepris l'année dernière, s'est considérablement étoffé
  • moyen, Mez Notariou représente certainement l'un des grands sites de l'Ouest de la France. Julia ROUSSOT-LARROQUE 5 cm Secteur 2, horizon B, S 3368 Secteur 2, S 3378 Secteur 2, S 3355 0 5 cm 1 I Secteur 2, horizon C, Us 154 Secteur 2 : poteries de l'âge du Bronze moyen
  • au jour (f. annexes). Cela donne de la consistance à l'hypothèse de sanctuaire déjà avancée à propos de cette partie du site ( J.-P. Le Bihan, rapport intermédiaire 1996). 3 La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du 1er âge du Fer en Armorique donne donc un intérêt
  • Quimper chargé de mission auprès du Département du Finistère. J.-F VILLARD assure l'enregistrement des données et la gestion du laboratoire photographique. Il est assisté par Y. GOURMELON-LE BIHAN et V. DUTERME. Y.-L. GOALIC, responsable technique au sein du C.R.A.F., prend en charge
  • d'étude de la poterie de l'âge du Bronze est confié à Madame J. Roussot-Larroque (C.N.R.S.) tandis que le dessin de vases de l'âge du Fer et d'époque romaine est confié à L. ILIOUKOV (Université et Musée de Rostov, Sud-Russie) et à J.-F. VILLARD. 5 Limites de propriété communale
  • , partie occidentale, niveau 3 (fin de fouille) NR(2) Nord-est Sud-ouest S 3331/3326 137 S 2699 g 33 ] I S3312 S 3309 S 3315 Us 139 S 3331 S 3377 s» 2m =1 Us 78 Terre oxydée Us 139 Us. 138 j Us. 140 (horizon A) Sa I Sol S 2699 J Us. 144 (horizon A) gli Aménagements
  • 150) OUESSANT Mez-Notariou 1997 : secteur 5, partie centrale,étatfindefouille1996 Us 146 Q Trou de poteau 2 m d US 157 Cc^ Pierres —Ossements | j et de charbon de bois (Us 152) '.441 Coquillages Us 156 Us 148, limon argileux jaune Argile claire Terre grise fine
  • 148, limon argileux jaune Poterie du Bronze moyen Us 146 Q Trou de poteau 2 m OUESSANT Mez-Notariou 1997 : secteur 5, partie centrale, niveau 5 (fin de fouille 1997) Nord NR(3) Sud S 3399 Us 123 Us 147/153 Us 156 Us 146 S 3360 Us 157 Us j' 52 Us 148 2m Coupe 5
  • 000 ème F. 11 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E, parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. MILIEU NATUREL ET L'INSULARITE Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe naturellement une position exceptionnelle
  • noter que de nombreuses pierres plates, de gabarit moyen, apparaissent sur le niveau U s . l ^ . Elles contribuent, de manière indirecte, à confirmer l'existence réelle de ce niveau. Elles sont assez nombreuses dans la partie nord-ouest de la fouille. Il est possible d'imaginer
  • site correspond à un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud, au pied d'une croupe de roches granitiques. Ceci explique la formation du replat par érosion différentielle. Dans la zone fouillée, et semble-t-il sur une aire plus vaste, d'après les
  • population moyenne et constante d'au moins 150 à 200 habitants. La fin de l'occupation du village paraît se situer vers 450 av. J.-C. La fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthonormé et complet de l'espace, paraît se faire dans
RAP01043.pdf (PLOEMEUR (56). forêt du Talud. rapport de fouille préventive)
  • PLOEMEUR (56). forêt du Talud. rapport de fouille préventive
  • LE GOFFIC Michel
  • lors de la construction . Cette petite intervention fut conduite du 13 au 16 octobre 1975 avec la participation de MM. M. LE GOFFIC, Correspondant, J. GUEGUEN, J. LECORNEC, R. 8ERTRAND et C.-T. LE ROUX. Une zone de fouille de 5 x 4 m a été décapée autour de l'implantation du
  • . l'Ingénieur en Chef ROMENTEAU. C.-T. LE ROUX Directeur des Antiquités Préhistoriques PLOEMEUS Fort m 1 m Vue générale du site Emplacement du menhir au J premier plan» devant le fort. Vue générale du décapage t de G. à Dr. câbles téléphoniques (sous la mire)» cratère d'explosion
  • côtés N et W de la base du menhir (il est évident que toutes les structures situées au S avaient disparu); Ces pierres étaient soit en granité plus ou moins altéré, soit en quartz. - Une petite fosse sub-circulaire d'environ 0,5 m de diamètre et près de 0,5 m de profondeur creusée
  • voit à" ses côtés, couché sur l'herbe, son frère cadet qui n'a que 12 pieds, et je la suppose affligée de son malheur : "Moerentem... fraterna morte". (J. MAHE, Essai sur les Antiquités du département du Morbihan, Vannes 1825, p. 391 ). Depuis cette première mention, les deux
  • menhir qui avait préalablement été déplacé par un camion-grue du Génie-Maritime. Le décapage a bientôt rencontré le sous-sol d'arène jaune homogène dans laquelle se notaient outre une tranchée de cables téléphoniques allemands : - Le cratère d'environ 2,5 m de long, 1 m de large et
  • dans le substratum à 0,3 m au N du menhir ; peut-être un trou de calage pour un des madriers ayant servi à l'érection du mégalithe. - Quelques petites pierres dispersées dans le NW du menhir, sans grande signification apparente. Au cours de l'opération, aucun objet n'a été trouvé
  • fortifications successives. - 3 Il nous est particulièrement agrable de remercier pour leur aimable coopération tous les services de la Marine Nationale de Lorient avec lesquels nous avons eu à faire en cette occasion, tout particulièremèrit la Direction des Travaux Maritimes et M
  • CONTENU DU DOSSIER 3p. de texte 2 plane ' 3 (1 planche) FOUILLE DE SAUVETAGE AU MENHIR DU TALUD COMMUNE DE PLOEMEUR (MORBIHAN) "Mais auprès du corps de garde du fort dit Le Tallut, vous trouverez une fichade plus distinguée, car elle a treize pieds de hauteur bien comptés. Elle
  • menhirs du Tallud ont été régulièrement cités dans les inventaires archéologiques successifs. Toutefois l'inventaire LE ROUZIC, établi avant la dernière guerre, ne mentionne plus qu'un seul "menhir isolé près et au Mord-Ouest du fort". Nul doute que le "cadet" ait été victime des
  • 0,5 m de profondeur soufflé par l'explosion. - La base du menhir, complètement broyée, sous forme d'une lentille de débris granitiques d'environ 1 m de long et 0,6 m de large, en bordure NW du cratère. - Quelques pierres de calage, également plus ou moins disloquées, contre les
  • environ 4,3 m au-dessus du sol, ce qui impliquerait la pulvérisation d'un tronçon d'environ 0,5 m de long si l'on tente le raccordement entre la souche en place et le bloc subsistant). Pour terminer, nous avons recommandé de replanter ce bloc, calé par un petit massif de ciment, dans
  • le cratère d'explosion de manière à laisser comme témoin enfoui les restes du calage originel. Le déplacement de quelques dizaines de centimètres vers le S ne pose pas de problème dans ce cas précis ou le paysage environnant a été plus que bouleversé par des siècles de
  • : INTERVENTION M. M. LE GOPFIC, Correspondant Aménagement d'un camping et relevage d'un menhir abattu pendant la guerre 10M2 fouillés en totalité Estimation de l'étendue du gisement SITE : Menhir Structures de calage Nature des découvertes effectuées Néolithique probable OBSERVATIONS
  • tailleurs de pierre lors de l'un des aménagements succès sifs de cette fortification, au début de ce siècle probablement. Le menhir subsistant fut à son tour abattu par les troupes allemandes occupant le fort pendant la dernière guerre ; une charge d'explosif en avait broyé la base et la
  • pierre était tombée à plat, à côté d'un petit cratère creusé par l'explosion. Les abords du fort étanteen cours d'aménagement en terrain de Camping â l'usage du Service Social des Armées, la Direction des Travaux Maritimes de Lorient, projetant de relever ce mégalithe, demanda l'avis
  • intéressantes quant à l'emplacement' ori ginel exact du menhir du Talud, son orientation (la forme de la souche préservée montre que l'aplatissement de la dalle était orienté WSW - ENE) et à la "perte" due à l'explosion (si l'on se rapporte à la description de MAHE, le monolithe aurait eu
  • de la Circonscription des Antiquités Préhis toriques. Il fut convenu que le relevage serait subordonné à une petite fouille de sauvetage menée autour de la base présumée du monument pour rechercher les restes éventuels des structures de calage ainsi que de possibles objets enfouis
  • ; quelques débris de charbon de bois ont été recueillis, mais en quantité insuffisante pour permettre une datation ; le risque d'une contamination étant d'ailleurs particulièrement fort ici. En conclusion nous noterons que cette vérification n'a pas été sans apporter quelques précisions
  • CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES Date d'envoi 75215 RAPPORT DE. yptTTT.T.F! > DE < SApTEZC/LSE LIEU : Morbihan PLOEMEOR Port du Talud DATES : 75 - 11 du 1er octobre 1975 13 au 16 octobre 1975 Néant d'intervention
  • » calage. lies éléments du calage encore en place autour de la base broyée du menhir. En haut» petite fosse.
RAP02268.pdf (OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à mez notariou. rapport intermédiaire 2007 de fp 3 (2006-2008))
  • OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à mez notariou. rapport intermédiaire 2007 de fp 3 (2006-2008)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • PUBLICATIONS 2. E X P O S I T I O N Ouessant au vent de l'Histoire, vingt années de fouilles archéologiques 3. C O L L O Q U E INTERNATIONAL Routes du monde et passages obligés CHAPITRE 4 : CONCLUSIONS 1. LES VESTIGES DECOUVERTS 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. LES VESTIGES D'HABITAT DU BRONZE
  • VESTIGES PROTOHISTORIQUES ET ANTIQUES DECOUVERTS A MEZ-NOTARIOU (OUESSANT) (29 155 0022 AP) (Finistère) RAPPORT INTERMEDIAIRE DE FOUILLE P R O G R A M M E E ANNEE 2007 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CENTRE DE RECHERCHE A R C H E O L O G I Q U E DU FINISTERE CONSEIL
  • , A. Bourhis, Y. Beneteau, P. Debu, J.-F. D'Asenzo, M. Fabry, S. Kermorgan, A. Kubo, H. Huysseume, Y. Gourmelon-Le Bihan, C. Herlédant, P. Le Bihan, P. Le Bihan, S. Martin, N. Menez, H. Quéffelec, J. Roussot-Larroque,. 3.2.3. La publication et les programmes annexes - Le programme d'étude
  • donnerait de cet établissement une image encore plus forte et plus exceptionnelle. 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du second âge du Fer Le bouleversement, sans doute à la fin du V e siècle après J.-C., ou au début du VI e , d'une vaste partie du secteur de fouille n°5, entraîne
  • et 3 Département : Finistère Commune : Ouessant Lieu-dit : Mez-Notariou Programme : H. 15 Inventaire : 29 155 002 AP Carte I.G.N. :l/25 000 e , F.l 1 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E, parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. MILIEU
  • SECTEUR 5 1. LE SOL NATUREL ET LES CARRIERES 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. LE REMPLISSAGE DES FOSSES LES SEDIMENTS DE RECOUVREMENT UNE BASE DE MUR MEDIEVAL Us.02 LA PARTIE ORIENTALE DU SONDAGE CONCLUSION 2. LES VESTIGES DECOUVERTS A L'OUEST DU SECTEUR 2 2.1. 2.2. 2.3. 2.4. LES EP A N D
  • l'âge du Bronze). J.-F. Villard assure la gestion du programme de publication (tome II). A ce titre, il s'occupe du laboratoire photographique et de la mise en forme des plans de fouille. 3.2.2. Les bénévoles Participent à la fouille à titre bénévole : L. Aznar, C. Beyrand
  • d'Ouessant - Le 6 août, le conseil municipal d'Ouessant est accueilli sur le site. - Publications grand public - Les religions antiques à Ouessant, article de J.-P. Le Bihan dans la revue « Armen », n° 160, septembre - octobre 2007 - Ouessant au vent de l'Histoire, 20 ans de
  • recherches archéologiques à MezNotariou , plaquette de J.-P. Le Bihan avec les collaborations de J.-P. Guillaumet, P. Meniel, J. Roussot-Larroque et J.-F. Villard, aux éditions Fitamant. 4. ETAT DES CONNAISSANCES ET STRATEGIE DE FOUILLE La problématique de fouille programmée conduit à
  • étendre les secteurs 5, 7 et 8. 4.1. ETAT DES CONNAISSANCES Les fouilles conduites depuis 1995 sur le secteur 5 ont livré les vestiges de deux espaces cohérents à vocation rituelle : l'Us.238 pour le Bronze moyen et l'Us.146 pour le premier âge du Fer. Ils se situent dans la partie
  • grande taille, localisées au nord-est, furent maintenues en place pour une éventuelle conservation. 16 Fouille de la plate-forme de pierres Us. 125 CHAPITRE 2 : LES VESTIGES DECOUVERTS 1. LES VESTIGES DECOUVERTS AU NORD-OUEST DU SECTEUR 5 Fig.8 à 20 1. LE SOL NATUREL ET LES
  • été utilisées sur le site aux époques protohistoriques et antiques. Elles sont analogues à celles qui constituent les lambeaux de couches ou sols empierrés mis en évidence dans les secteurs 2, 3 et 5 du site. Leur masse est telle (fosses Us. 314, 316 et 317) que l'on peut songer à
  • tardive. Ce sont eux qui datent le creusement des fosses. - Fosse Us.314 : âge du Bronze moyen : 1 tesson ; 2 e âge du Fer : 4 tessons ; Epoque romaine : 10 tessons (dont 4 de terra-nigra, 6 d'amphore, 2 de poterie commune) et 1 fragment de tuile ; Moyen Âge tardif ou tout début du XVI
  • : poterie onctueuse de la fin du bas Moyen Âge et du début de l'Époque moderne (XVe - début XVie siècle) 306/1 10 cm Us.306 : poterie commune de la fin du bas Moyen Âge et du début de l'Époque moderne {fin XVe - XVie siècle) 301/4 301/5 301/3 Poteries communes 10cm d 301/2
  • courrier A R r / V £ e RAPPORT INTERMEDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMEE ANNEE 2007 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE CONSEIL GENERAL DU FINISTERE S.D.A. - MINISTERE DE LA CULTURE Rennes : S.R.A. de Bretagne 2007 2 CHAPITRE 1
  • MOYEN DES STRUCTURES D'EXTRACTION LA STRUCTURE Us. 125 LE MOBILIER DE L'ÂGE DU BRONZE EN CONCLUSION 2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU ENTRE VESTIGES CONSERVES ET REALITE HISTORIQUE 3. COMMUNICATION ET VALORISATION DU SITE BIBLIOGRAPHIE 4 CHAPITRE 1 : INTRODUCTION 1. SITUATION Fig.l, 2
  • indice immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant. - La zone fouillée et l'espace compris entre les sondages : 10 000 m 2 - Le prolongement évident des structures dans presque toutes les directions hors de la zone maîtrisée
  • du mobilier de l'âge du Bronze est confié à Madame J. Roussot-Larroque (C.N.R.S.). - J.-P. Guillaumet (C.N.R.S.) expertise le mobilier métallique de l'âge du Fer et de l'Antiquité romaine. Y. Gourmelon-Le Bihan assure le classement et une partie de la restauration de ce mobilier
  • e siècle : 15). - Fosse Us.315 : Epoque romaine : 3 tessons (dont 2 de terra-nigra, commune) ; Moyen Âge tardif : 1 tesson. 1 de poterie - Fosse Us.314 : Epoque romaine : 4 tessons (dont 1 de terra-nigra, fragment de tuile ; Moyen Âge tardif : 3). 2 d'amphore) et 1 - Fosse Us
  • de terra-nigra ; 5 fragments de poterie onctueuse tardive (XV e siècle). - Couche Us.306 : E tessons du 2 e âge du Fer ; 5 éléments gallo-romains (dont 1 fragment d'amphore de type Pascual ; 7 fragments de poterie onctueuse tardive (XV e siècle) ; 3 tessons de poterie moderne 1.4
RAP02067.pdf (PLOUGUERNEAU (29). "iliz coz'. dfs de diagnostic)
  • PLOUGUERNEAU (29). "iliz coz'. dfs de diagnostic
  • c PLOUGUERNEAU illliz c o z ^ ^ % %- DFS de sondage de diagnostic Site n° 29 195 017 AH RONAN PERENNEC Conseil Général du Finistère Service départemental d'Archéologie 2004 i U i LOCALISATION DE L'OPERATION Siten 0 : 2 9 . 1 9 5 . 0 1 7 . AH Département : F I N I S
  • T E R E Commune: PLOUGUERNEAU Lieu-dit ou adresse : I l i z coz Année cadastre : 1957, mise à jour 1985 Section (s) et parcelle (s) :B 2379. x = 95,1 y = 1126,05 Altitude : 15 m. IDENTITE DE L'OPERATION Nature : sondage de diagnostic TITULAIRE (Nom et Prénom) : PERENNEC Ronan
  • madame POCHART, à l'aplomb du montant sud de la fenêtre. Le raccordement au N.G.F. n'a pas été effectué. Le niveau de départ de la fouille est cependant proche des 15 m/N.G.F. 5 Photos 1 et 2 : tranchée n° let mur de l'enclos vus de l'est. 6 Photo n°3 : tranchée n° 2 .Vue du sud
  • 1 Un épisode identique (sable très blanc, épais de 1 à 3 cm, discontinu), a déjà été mis au j o u r au cours d'une autre intervention archéologique menée à Plouguerneau, au bourg de Lilia. Dans ce dernier cas, en revanche, la stratigraphie n'avait pas conservé le témoignage des
  • : (Nom et Prénom) : PERENNEC Ronan Collaborateur(s) : 6RALL Bertrand Titre : Plouguerneau, Iliz coz, D.F.S. de sondage de diagnostic Nombre de volume(s) : 1 Nombre de pages : 9. 2 Nombre de figures :7 ar ViHenn an Dol-Ven orne. itrerJautique d re] ou Vage de Corejou * Elev
  • . Photo n°4 : tranchée n° 2. US 06 : traces de trous de piquets dans le substrat.Vue du sud-ouest. 7 Description La stratigraphie rencontrée lors de l'intervention est la suivante : Sous la terre végétale, u.s. 01 de sable terreux, de 0,30 m d'épaisseur, sur u.s. 02 de sable pur
  • 1,50 m à 1,80 m sous le niveau de départ, a été observé sur des fenêtres restreintes, aux extrémités des sondages : 4m de longueur pour la tranchée n°2, 1,35 m pour la tranchée n°1. Il est percé de trous de piquets. La plantation de ces derniers s'est faite de plus haut, mais, étant
  • conservation d'éventuelles traces de creusement. Résultats Les pentes relevées dans les sondages donnent des indications sur le relief du terrain. Ainsi la pente sud-nord du substrat rocheux est-elle très faible. Elle n'est que de 4 cm pour 4 m dans la tranchée n°2. En revanche, dans la
  • . 1 Avicole; Kergratias Kervéogan erven te 1 ^PLOUGUERNEAU Extrait de la carte ign 0415 sud Plouguerneau Brignogan-plage 3 4 Introduction Le patrimoine de la commune de Plouguerneau comporte le site archéologique d'Iliz coz. Il s'agit là du cas tout à fait particulier
  • d'une ancienne église paroissiale, celle de Tréménéac'h, abandonnée en 1729 après avoir été ensevelie. Ce site présente donc tout à la fois l'intérêt d'avoir été figé dans son état XVIIle siècle, et de témoigner du fort ensablement dont le littoral Léonard fut victime durant l'époque
  • correspond au niveau d'affleurement de celle-ci. Une concentration de pierres auprès du mur, notamment à la base de celui-ci, évoque les restes non utilisés d'un chantier de construction, ou la trace d'un éboulement partiel du faîte, etc. La vision de cette u.s. dans la tranchée n°1 est
  • tranchée n°1, le relief s'accentue fortement vers l'enclos paroissial : 12 à 15 cm pour 1,35 m ! Les niveaux postérieurs entérinent ce dénivelé, qui est encore perceptible de nos jours. La carte I.G.N. retranscrit un relief que l'on peut interpréter, au vu des niveaux relevés en fouille
  • XVIe siècle. Cf. B. GRALL, Rapport de sondage : parcelle O 1767 - Bourg de Lilia, commune de Plouguerneau. Dactylographié, non paginé. Service départemental d'archéologie du Finistère, 1992. 8 considère la surface qui en a été mise au jour, dans les deux tranchées, c'est cette
  • diagnostic, confiée au service départemental d'archéologie, a été réalisée le 12 mars 2004 par B. GRALL et R. PERENNEC, avec le concours des services techniques de la municipalité de Plouguerneau. Celui-ci s'est concrètement matérialisé par le prêt d'un engin de terrassement et de son
  • chauffeur, pour les décapages, puis le rebouchage des sondages. Méthode de fouille La surface fouillée l'a été au moyen de deux tranchées disposées en « T », de façon à renseigner à la fois sur l'emprise du bâtiment projeté et de son épandage. Le système retenu pour ce dernier était en
  • moins au début de celle-ci, c'est-à-dire une datation fin XVe-première moitié XVIe siècle ; et une construction édifiée dans le courant de celle-ci (mais avant 1729), c'est-à-dire une datation seconde moitié XVIe-XVIIe siècle. L'édification d'un mur, ou d'un nouveau mur d'enclos
  • des conditions de conservation propres à ce site. 5 A. BARDEL, L'abbaye saint-Gwenolé de Landévennec, Archéologie Médiévale, 1991 4 La concentration de patelles sur le site d'iliz coz semble très nettement inférieure à ce qu'elle est à Landévennec, sans que l'utilisation de moyens
  • datation sont peu nombreux. La plupart des tessons récoltés n'étaient d'ailleurs plus dans leur contexte. Mais les pâtes, comme les formes rencontrées, évoquent des céramiques du bas Moyen Age, et surtout de l'époque moderne. Quelques tessons ont cependant été récoltés à la surface de
  • moderne (XVIeXVIIle siècles). Circonstances de l'intervention Dans le cadre de la mise en valeur du site, la mairie de Plouguerneau y a décidé la construction d'un bâtiment d'accueil du public. Ce projet a donc nécessité la réalisation préalable d'un diagnostic archéologique
  • , avant de se resserrer à l'époque moderne sous la forme qu'on lui connaît aujourd'hui. Or, la construction projetée, accolée à l'enclos paroissial, ne se situera qu'à quelques mètres seulement du chevet de l'église. Elle concerne en effet la parcelle 2379, section B du cadastre. Le
RAP03707 (TREMUSON (22). Le Coin des Petits Clos : du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • TREMUSON (22). Le Coin des Petits Clos : du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique. Rapport de fouille
  • l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (article L122-4). Toutefois sont autorisées : - Les photocopies ou reproductions destinées à un usage exclusivement privé et non à une utilisation collective (article L 122-5, 2° ). - Les reproductions du texte, accompagnées
  • des Petits Clos – 2019 4 7 A 29 B RÉSULTATS SCIENTIFIQUES DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 8 1 FICHE SIGNALÉTIQUE 31 1 ÉLÉMENTS ACQUIS AVANT L'OPÉRATION 8 8 8 1.1 Terrain 1.1.1 Localisation du site 1.1.2 Références cadastrales actualisées 31 1.1 Les
  • le nom de l'auteur et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont
  • la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles
  • utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr
  • d'isaltérites, altérites en position primaire et qui conservent la structure originelle de la roche-mère. Les altérites associées à la Formation de Lanvollon-Erquy sont généralement assez peu épaisses, de l'ordre de 2 à 5 m, et sont composées d'argiles et de sables. D'après la carte
  • Trémuson. Un premier ensemble correspond à un vaste habitat gallo-romain occupé entre le milieu du Ier et le IIe siècle de notre ère d'une superficie se situant entre 3 000 et 5 000 m² (EA 22 372 0012). Le second indice de site prend place à la fin du second âge du Fer et correspond à
  • Néolithique final a concerné l'étude intégrale d'un bâtiment sur tranchée de fondation en amande et de ses abords. Cette tranchée dessine un plan de 16 m de long pour 8 m dans sa plus grande largeur, elle est orientée nord-ouest à sud-est, avec une ouverture à l'est. La très bonne
  • relations entre l'administration et le public). Le non-respect des règles qui précèdent peut constituer un délit de contrefaçon passible de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende (articles L335-3 et L335-2 du CPI). Pour citer ce document Toron 2019 : TORON S., Trémuson
  • NOTICE SCIENTIFIQUE 37 3 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU SITE 12 4 ABSTRACT 37 3.1 Situation de l'intervention 13 5 ÉTAT DU SITE 37 14 6 LOCALISATION CARTOGRAPHIQUE 37 39 3.2 Cadres géographique, géologique et topographique 3.2.1 Contexte géomorphologique et géologique 3.2.2
  • Sommaire 5 43 4 PRÉSENTATION DES RÉSULTATS SCIENTIFIQUES 43 4.1 Organisation générale du site 45 45 50 57 4.2 L'occupation du Néolithique moyen 4.2.1 La fosse de captage 186 4.2.2 Les foyers et rejets de combustion 4.2.3 Les fours à fosse d'accès et sole empierrée (243 et 425
  • sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple
  • sur l'emprise des travaux. Au nord-est de la parcelle 1148p, un chêne a également été contourné au moment du décapage. 13 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 14 6 LOCALISATION CARTOGRAPHIQUE Fig. 1 – Localisation du site dans le département des Côtes d'Armor et
  • sur fond cartographique au 1/25 000. DAO : M. Gourmelon. Source : SCAN25 © IGN DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 15 Fig. 2 – Localisation du site sur fond cadastral. DAO : M. Gourmelon. Source © Cadastre.gouv.fr TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019
  • de 4 410 m², soit environ 13 % de l'emprise totale du projet (33 925 m²). Le site présente de nombreuses structures archéologiques concentrées dans la partie sud du diagnostic. Les vestiges les plus anciens sont datés du Néolithique moyen I. Ils concernent notamment une fosse
  • numérotation continue, correspondent aux unités stratigraphiques de comblement (de 01 à NN). À titre d'exemple, la structure 101 comprend les US 101 01 à 101 03. Les unités stratigraphiques de nature géologique utilisent la numérotation à 5 chiffres de 0 à N ; la couche de terre végétale
  • données numériques fournies par le maître d'ouvrage (fig. 4). RÉSULTATS SCIENTIFIQUES La précision de situation générale des informations ainsi acquises est de quelques centimètres (inférieure à 3 cm) en planimétrie et en altimétrie. L'ensemble de ces données (géométries et
  • terrain (pour les étapes de fouilles). Le balayage photographique a principalement couvert le bâtiment en amande (UA 01) et les fours à fosse d'accès (243 et 425). Il a consisté en une séquence de prises de vues autour de chaque structure archéologique effectuée à environ 1 m au-dessus
  • valorisation Des visites de scolaires (CM1 et CM2) ont été organisées le 6 juillet. Les visites ont été menées par Nolwenn Le Faou (Éveha). Elles ont été complétées à la rentrée scolaire suivante dans l'école par une intervention du responsable d'opération exposant les premiers résultats de
  • topographique Marine Laforge 3.2.1 Contexte géomorphologique et géologique (fig. 7) Le site du Coin des Petits Clos à Trémuson est localisé dans la partie septentrionale du Massif armoricain, au sein de l'ensemble géologique du domaine nord-armoricain, qui s'étend du Trégor au Cotentin. Ces
RAP03181.pdf (PLOUAGAT (22). La Brayette : un dépôt d'antoniniens au lieu-dt Kerouzien. Rapport de sondage)
  • PLOUAGAT (22). La Brayette : un dépôt d'antoniniens au lieu-dt Kerouzien. Rapport de sondage
  • vues de front. – Apollon 1 : debout à g., tenant une branche dans sa main d. et une lyre reposant sur un rocher dans sa main g. – Apollon 2 : debout à d., encochant une flèche à son arc, ses vêtements volant derrière lui. – Apollon 3 : debout à g., sa tête tournée à d., le bras
  • tenant un long sceptre transversal de sa main g. – Sol 1 : debout à g., le bras d. levé, tenant un fouet dans la main g. – Sol 2 : debout à g., le bras d. levé, tenant un globe de la main g. – Sol 3 : courant à g., le bras d. levé et tenant un fouet de la main g., son manteau volant à
  • manteau volant à l’arrière en deux traits au-dessus d’un triangle. – Sol 6 : debout à d., tenant un fouet de sa main d., avec le bras g. levé. – Spes 1 : marchant à g., tenant une fleur dans sa main d. et tenant son vêtement de sa main g. – Spes 2 : marchant à g., tenant une fleur dans
  • – Aurélien Herber n° Droit Revers -/-//- Ref. Poids (g.) Nbr. Valérien et sui. Atelier de Rome Ier émission : 254 ap. 1 IMP C P LIC VALERIANVS AVG ; D1 APOLINI PROPVG ; Apollon 2 RIC 74 Cunetio 437 2,52 1 2 IMP C P LIC VALERIANVS P F AVG ; D1 P M TR P II COS P P ; Virtus 1
  • contenait le 1 Baratte et al. 1984 : BARATTE (Fr.), BONNAMOUR (L.), GUILLAUMET (J.-P.), TASSINARI (S.).- Vases antiques en métal au musée de Chalon-sur-Saône. Revue archéologique de l’est et du centre-est, 5e supplément, Dijon, 1984, 135 p., 76 pl. 2 Tassinari 1995 : TASSINARI (S
  • main g. – Fides 5 : debout à g., tenant une enseigne verticale de sa main d. et une lance verticale dans sa main g. – Fides 6 : assise à g., tenant une patère dans sa main d. et une enseigne verticale dans la main g. – Fortuna 1 : assise à g., tenant un gouvernail dans sa main d. et
  • de sa main g. et une peau de lion couvrant son bras g. – Hercule 3 : debout à g., tenant une branche de sa main d., et une peau de lion ainsi que sa massue dans sa main g. – Hercule 4 : comme Hercule 3 mais avec des variations stylistiques. – Hilaritas 1 : debout à g., tenant une
  • une corne d’abondance dans sa main g., le coude g. reposant sur une colonne, à ses pieds, une roue. – Indulgentia 3 : marchant à g., tenant une fleur dans sa main d., tenant son vêtement de sa main g. – Instruments sacrificiels 1 : de g. à d. ; arroseur, simpulum, cruche, lituus
  • . – Instruments sacrificiels 2 : de g. à d. ; arroseur, simpulum, cruche avec sa poignée à d., lituus. – Impératrice 1 : assise à g., tenant une branche dans sa étude du dépôt monétaire main d. et un long sceptre transversal de sa main g. – Junon 1 : debout à g., tenant une patère de sa
  •  g. – Laetitia 1 : debout à g., tenant une bourse de sa main d. et une ancre de sa main g. – Laetitia 2 : debout à g., tenant une bourse de sa main d. et une corne d’abondance de sa main g. – Laetitia 3 : debout à g., tenant une couronne dans sa main d. et un bâton dans sa main g
  • : louve debout à g., allaitant Romulus et Remus. – Mars 1 : marchant à g., tenant un branche dans sa main d. et une lance transversale pointée vers le haut de sa main g. – Mars 2 : marchant à d., tenant une longue lance transversale de sa main d., et un trophée de sa main  g. reposant
  • branche de sa main d. et un long sceptre vertical dans sa main g. – Pax 3 : courant à g., tenant une branche de sa main d. et un long sceptre transversal dans sa main g. – Pax 4 : Assise à g., tenant une branche de sa main d. et un long sceptre transversal de sa main g. – Pégase 1
  • . – Providentia 2 : debout à g., tenant un bâton de la main d. et une corne d’abondance dans sa main g., à ses pieds à g. un globe. – Providentia 3 : debout à g., tenant un bâton de la main d. et un long sceptre vertical dans sa main g., à ses pieds à g. un globe. – Providentia 4 : debout à g
  • : debout de face, la tête tournée à g., tenant un bâton dans sa main d. et laissant son coude g. sur une colonne. – Serapis 1 : debout à g., le bras d. levé et tenant un long sceptre transversal de sa main g., à ses pieds, à g., une proue. – Serapis 2 : debout à g., le bras d. levé et
  • sa main d. et tenant son vêtement de sa main g., seulement une jambe est visible. – Spes 3 : marchant à g., tenant une fleur dans sa main d. et tenant son vêtement de sa main g., les jambes sont visibles. – Taureau 1 : marchant à d. – Taurocampe 1 : Taurocampe à d. – Temple 1
  • ., levant les bras. – Venus 4 : debout à d., tenant un long sceptre vertical de sa main d. et un petit enfant dans son bras g. – Vesta 1 : assise à g., tenant une patère dans sa main d. et un long sceptre transversal dans sa main g. – Victoire 1 : debout à g., tenant une couronne de sa
  • . reposant contre son épaule g. – Victoire 4 : courant à g., tenant une couronne dans sa main d. et une palme dans sa main g. – Victoire 5 : marchant à g., tenant une corne d’abondance dans sa main d. et un trophée de sa main g. reposant sur son épaule g. – Victoire 6 : courant à g
  • main d. reposant sur le sol, et une longue lance verticale dans sa main g. – Virtus 2 : marchant à d., tenant une longue lance transversale dans sa main d. et un trophée de sa main g. reposant sur son épaule g. – Virtus 3 : debout à d., tenant une longue lance verticale la pointe
  • vers le haut et un bouclier dans sa main g. reposant sur le sol. – Virtus 4 : debout à g., tenant une branche dans sa main d. et une longue lance verticale, pointe en bas, dans sa main g., un bouclier au sol contre sa jambe d. – Virtus 5 : debout à g., tenant un globe de sa main d
  • IMP C P LIC VALERIANVS P F AVG ; D1 ORIENS AVGG ; Sol 7 RIC 106 Cunetio 481 2,55 ; 2,18 ; E 3 13 IMP C P LIC GALLIENVS P F AVG ; B1 P M TR P IIII COS III P P ; Sol 3 RIC 119 Cunetio 568 3,25 1 Ier émission : 254 ap. 14 à 19 SALONINA AVG ; E1 IVNO REGINA ; Junon 1 RIC
RAP01439.pdf (MORLAIX-PLOUJEAN (29). Kervellec. le cimetière de l'âge du fer. rapport de fouille préventive)
  • MORLAIX-PLOUJEAN (29). Kervellec. le cimetière de l'âge du fer. rapport de fouille préventive
  • LE GOFFIC Michel
  • Ht. t W ,-U.O.H.Ô£ H . T . . . . . U V ^ . L e . o t e T x È i ç . . . V t . . . L ' . A f t e ..D.u .fe.R p c . . K s A m . U c C . T ifoiUiyrft&uftW Sous titre : Î>.P.J s e . S . . 0 . f & f c r t T . . ..€.T .. î> t . .Fç^.t.LCC.. Nombre de volumes : ... nbre de pages
  • : v f . M . e . S . O t . i x . v f c l . Q . U Ç . . . . . < î A U r . < ? . " A Q nftri M. -Vestiges immobiliers :.. .S.T.È L ...... ,5.t fULTv/fitJ. À. il* ^ i M l ' i û H . . . ~ . . . Ï A S ^ t .. OAM.Cl(tôUi&ej.t.MVfël - Vestiges mobiliers : COMMENTAIRE :.. & l ta
  • -Carantec de 1987, situant l'endroit de la découverte. l é r o d r b m e de M o r i a i x - P l o u j e a n D 46 Vers Morlaix y 0° 0 I I , I
  • dessins de Bertrand GRALL /f33 g! ss FICHE S I C N A L E T I Q U E LOCALISATION DE L'OPERATION SITE 51 Département : h 0.0. 4 HodUÀ* .7. f L0M fST K~«-y- V t. l U c Lieu dit ou adresse Année cadastre : H 2l3 4Coordonnees Lambert Zone :.. .T.... x l = vl= COMMUNE
  • et mobilier) : U M \ T . - . V^/o^lV - A ^ / c î / i r - iUQÏ/Ir. - .r...q.ty.ii ......a/ûM. - . t - T U n k L T . I W L REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS ANNEE : A * ) Ç, AUTEUR (nom. prénom) : ...LE COLLABORATEUR(s): . . ? € V k l . . . l o t i L t TITRE G.O f . Q C
  • : .MlQ.r.CiO Sectionis) et parcelle(s): Altitude x2= .\3= v2= v3= A S5
  • homme ordinaire pourrait à peine s'introduire. Mais des éboulis de la roche dans laquelle le f \ ^ p Stèle Dépôt m o n é t a i r e 1U | Souterrain ^ ^ Eperon barré Urnets) ^ Lingot J ^ Site f r é q u e n t é Fig. 7 : Carte de localisation des sites de l'Age du Fer de la
  • ... .o. .ç .ç V. .. .S.. \J 1 i O.. .f t ..la.. .MALUXftir.-.C-.A ..TEtfS.. ..jaV.. LIEU DE DEPOT : du mobilier : t.c. F^OO ; /a3£ S..... L t yv^k'vt.^.. £ Afc f^lx.f-,.. i A t ^ û t v i ^ des fonds documentaires: L&... F.tMV Nc des 10 à 20 diapo. les plus représentatives fouille
  • typologique du G.E.E.M. P = percuteur Fig. 12 : Mobilier lithique ; 1 : galet de schiste allongé ; 2 : retouchoir-enclume 3 : fragment de galet de schiste allongé ; 4 : percuteur-retouchoir. Fig. 13 : Mobilier lithique ; 1, 2 et 6 : enclumes ; 3 à 5 : percuteurs ; 7 : molette. 478-4
  • XiLoCquénolé « P r w JvMjflue^ — f v Kerantour^i 'Keryvon Coa'dej; Mézévin \ A Kerbaul- feorrequer Ruhâlari : Bonne - - P e n n ar< /'Goaziouj ^im. KeiolïrizJ, {/ : v; Goasveur RencontrF « r ^ v T f t r ^ cripu b " PenverS Lanmgou •iPoulNiN -IHornec, "-^keiambars; r e n n
  • Départemental d'Archéologie. La fouille de l'urne n° 7 et de l'urne n° 9 a été réalisée par couches de 1 à 2 cm d'épaisseur et les sédiments ont été tamisés à l'eau, sur tamis à maille de 1 mm. Le Dr J. Peuziat a accepté de réaliser l'étude des ossements calcinés. La fouille préventive s'est
  • syénite. Cependant, deux blocs de quartz filonien ont également été utilisés à cet usage, l'un est discoïde (fig. 13, n°5) et l'autre plutôt globuleux (fig. 13, n° 3). Le site a fourni trois enclumes sur galet, pièces peu communes et, de ce fait, intéressantes (fig. 13 n° 1, 2 et 6
  • , Gif - 10573, est le suivant : Fig. 20 : Vue, prise du nord, de la structure en fosse n° 2 et des urnes n o s 8 et 9 Fig. 21 : Vue, prise du nord de la structure n° 2 en cours de fouille Urnén7 Urnen'6 UrnerilO Urne ri9 UrneriH Urne n 8 Fig.22 : Plan de la partie nord-est
  • ces six urnes étaient : 1,3 ; 2 ; 1,3 ; 0,2 ; 0,9 m. L'urne n° 2 se trouvait dans une petite fosse remplie d'arène granitique et constitue un cas unique ; les urnes n os 4 et 5 n'étaient distantes que de 4 à 5 cm et l'une d'elles était recouverte d'une plaquette de schiste. L'urne
  • : . t / l . . nbre fig. : - H . . nb. planches : .. 4 . 9 LE CIMETIERE DE L'AGE DU FER DE KERVELLEC MORLAIX-PLOUJEAN (Finistère) n° de site : 29 151 004 DFS DE SAUVETAGE URGENT (07/06/1995 - 14/06/1995) et de FOUILLE PREVENTIVE (01/07/1996 -25/07/1996) par Michel LE GOFFIC avec
  • Lambert sont les suivantes : x = 144,850 ; y = 1120,660. Les références cadastrales, cadastre de 1957 à jour pour 1994, sont : section AB, parcelle n° 298 (fig. 4). Le substratum est formé par un granité albitique à grain de taille moyenne (de 3 à 5 mm). L'albite se présente en
  • C, I et J ainsi que des datations 14 C réalisées sur des charbons de bois (Giot, 1958 et 1965). A quelque 300 m à l'est de ce monument, en creusant son terrier, un animal a mis au jour les tessons d'un vase de La Tène finale. Les sites d'habitat sont surtout révélés par la
  • Lamelle entière Lamelle proximale Lamelle médiane Lamelle distale TOTAL e du matériel brut par matière silex silex calcé- quartz total brûlé doine 4 4 6 6 10 10 4 4 1 1 6 6 7 7 1 1 98 106 8 97 6 4 2 109 20 21 1 91 47 41 2 1 13 12 1 16 16 9 11 2 19 1 20 357 60 6 3 426 % % 0,93 1,41
  • , a été confirmée par la mise au jour d'un fossé rectiligne orienté N-N-E - S-S-O. Sa largeur s'amenuise presque régulièrement du Sud au Nord, passant de 0,95 m à 0,80. Il en est de même pour la profondeur qui varie, à partir de la transition A/B, de 0,40 m à 0,17 m. Au sud, le profil
  • n° 7 se trouvait au nord-ouest de la n° 6 et à une distance de 0,70 m. En 1995, lors de la fouille de contrôle du parterre situé au nord de l'extension de la maison, les emplacements de quatre urnes ont pu être déterminés (fig. 22). Le fond de l'urne n° 8 , dont les tessons, pour
RAP01562.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1997)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1997
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • T U R E L L E 4 . 2 . 1 . Le village au coeur de l'île 4.2.2. Le site et la façade armoricaine 4.2.3. Le site et l'Europe du 1er Fer CONCLUSION 1. L E V I L L A G E DU P R E M I E R A G E DU F E R 2 . L E S I T E D E MEZ-NOTARIOU E T L ' I L E D'OUESSANT DANS L E C O N T E X T E
  • saisie des données L'observation et la photographie du site Les aspects positifs Les faiblesses du système 2.2. U N E T E C H N I Q U E N O U V E L L E : L ' A I R C O M P R I M E 2.3. LES PROCEDURES D E F O U L L E 2 . 3 . 1 . La maîtrise de l'espace et l'identification des
  • R C H E M E T H O D O L O G I Q U E MEZ-NOTARIOU CONDUITE A Ch.3. L E S BATIMENTS INTRODUCTION La stratigraphie générale 1. L E S S T R U C T U R E S A F O N D A T I O N S P R O F O N D E S Le plan détaillé de l'étude de quelques structures caractéristiques est livré à titre
  • monographies. J L E S I T E A R C H E O L O G I Q U E D'OUESSANT - MEZ-NOTARIOU (Finistère) (29 155 0022 AP) DOCUMENT FINAL D E S Y N T H E S E D E F O U I L L E P R O G R A M M E E ANNEES 1996 - 1997 - 1998 Sous la direction de Jean-Paul L E BIHAN V O L U M E I : Rapport et clichés C
  • Bronze moyen 3.3. Les structures du Bronze final ou du 1er âge du Fer 3 . 3 . 1 . Les éléments d'appréciation 3.3.2. Des suggestions ? 3.4. L ' é p o q u e gallo-romaine 3.5. Conclusion d'ensemble Ch.4. L E S V E S T I G E S D U S E C T E U R 5 1. I N T R O D U C T I O N 1.1. L'état
  • programmes généraux 2.3.3. Les programmes annuels 2.3.4. L'avenir du projet de Mez-Notariou 2.4. B I L A N D E L ' E T U D E 2 . 4 . 1 . Les aspects positifs 2.4.2. Les limites de la méthode 2.4.3. Conclusion 3. P R O B L E M A T I Q U E D'ETUDE 3 . 1 . L A C O M P L E X I T E D U SITE
  • N T 3 . 2 . 1 . Le problème du bois 3.2.2. L'utilisation des pierres 3.3. A R C H I T E C T U R E ET C H R O N O L O G I E 3.4. L ' A R C H I T E C T U R E D ' O U E S S A N T ET SES M O D E L E S Ch.4 L E S S T R U C T U R E S L I E E S A L'HABITAT 1. L E S R U E S E T E L E M
  • . Le l i t de pierres S.2903 et les plaques S.3354 et 3384 4.2.3. Interprétation 4.3. Le cordon de pierres Us. 155 4 . 3 . 1 . Description 4.3.2. Datation - interprétation 4.4. Le mobilier 4.5. L'horizon B : signification 5. L E BRONZE M O Y E N : L ' H O R I Z O N C : Us. 159 ET
  • publication ANNEXE 1 SYNTHESE PROVISOIRE SUR L ' E N S E M B L E D E L A C E R A M I Q U E D E L ' A G E D U BRONZE Par J . Roussot-Larroque ANNEXE 2 NOTES SUR LES RESTES D ' A N I M A U X D E L A FOSSE 146 D E OUESSANT (Fouille 1996) par P. Meniel ANNEXE 3 NOTES SUR L A F A U N E D E
  • PROFONDES Us.24 3 . 2 . 1 . La structure Us.24 3.2.2. La structure Us.49 3.3. RECHERCHES SUR LES STRUCTURES A F O N D A T I O N S LEGERES 3 . 3 . 1 . Les bâtiments isolés 3.3.2. Les trous de poteaux mêlés aux bâtiments à fondations profondes. 4. C O N C L U S I O N S S U R L A R E C H E
  • PROJET T R I S A N N U E L D E F O U I L L E P R O G R A M M E E 2 . 1 . Les données archéologiques en 1996 2.2 Le projet 2 . 2 . 1 . Une programmation trisannuelle 2.2.2. Perspectives d'avenir 3 O R G A N I S A T I O N DES C A M P A G N E S D E F O U I L L E 3 . 1 . La durée du
  • R C H E SUR L E SITE D E M E Z - N O T A R I O U 2.4.2. Les méthodes appliquées dans le secteur 5 3.1 Programme 1999 3 . 1 . 1 . Complément de fouille 3.1.2. Publications 3.2. Programme 2000-2002 3 . 2 . 1 . Mise en route d'un programme trisannuel de fouille 3.2.2. Programme de
  • OUESSANT " M E Z - N O T A R I O U " (Etat d'avancement des travaux en novembre 1998) par P. Meniel C L I C H E S DU C H A P I T R E 2 C L I C H E S DU C H A P I T R E 3 C L I C H E S DU C H A P I T R E 4 BIBLIOGRAPHIE AVANT-PROPOS L ' é t u d e du site archéologique de Mez-Notariou
  • Programme : H . 15 Inventaire : 29 155 002 A P Carte I . G . N . : l / 2 5 000 è m e F.11 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E, parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. M I L I E U N A T U R E L ET I N S U L A R I T E 1.1.1. L'île d'Ouessant
  • A G E DU 1er A G E DU F E R 1. PRESENTATION D E L ' H A B I T A T DU 1er A G E DU F E R 1.1. LES TYPES D E VESTIGES ET L E P L A N G E N E R A L 1.2. L A S T R A T I G R A P H I E G E N E R A L E 1.3. L A S T R A T I G R A P H I E D E L A Z O N E C E N T R A L E 1.3.1. Introduction
  • T R U C T U R E Us. 102 2.23. L A S T R U C T U R E Us.108 2.24. L A S T R U C T U R E Us. 109 2.25. L ' E S P A C E COMPRIS ENTRE LES US.99, 100 ET 114 2.26. LES TROUS D E P O T E A U X D U SECTEUR V I 2 . 2 6 . 1 . Les calages affleurant au sommet de l'Us.07 2.26.1.1
  • village ? Ch.5 L ' I N T E R P R E T A T I O N DU S I T E 1. D E T E R M I N A T I O N E T A N A L Y S E D E S PLANS D E L A ZONE C E N T R A L E DU VILLAGE 1.1. Analyse et détermination des plans successifs 1.1.1. 1.1.2. 1.1.3. 1.1.4. Phase I : Les bâtiments à tranchées parallèles
  • b 2. L E M O B I L I E R E T L E S P R O B L E M E S D E DATATION : DES DEBORDEMENTS SUR L E BRONZE F I N A L O U SUR L E 2ème A G E DU F E R ? 2.1. CONDITIONS DE DECOUVERTE 2.2. L A POTERIE 2 . 2 . 1 . Le mobilier 2 . 2 . 1 . 1 . La poterie du 1er Fer 2.2.1.2. Le mobilier de
  • ) DOCUMENT FINAL D E SYNTHESE D E F O U I L L E P R O G R A M M E E ANNEES 1996 - 1997 - 1998 VOLUME I Sous la direction de Jean-Paul L E BIHAN Avec la collaboration scientifique de J . ROUSSOT-LARROQUE, A . - F . C H E R E L , P. M E N I E L et J . - F . V I L L A R D C O N S E I L G E
  • techniques de fouille et de représentation graphique Ch 2. L E S V E S T I G E S DU S E C T E U R 2, ZONE O C C I D E N T A L E 1. I N T R O D U C T I O N 1.1. L'état des connaissances et la problématique de fouille 1.2. La stratégie de fouille 2. LES N I V E A U X SUPERFICIELS : 1er A G
RAP03350_1.pdf (SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015)
  • SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015
  • connus, non visibles aujourd’hui N A B C D E F G Logis Nord Logis Est Logis Sud «Vieux Logis» Logis Ouest Tour Neuve Bastions 0 Colombier 25 m Equidistance des courbes : 0,25 m Relevé : P. Lenz, D. Mens, R. Morand, A. Suaud Préault, K. Vincent DAO : K. Vincent Plan de la
  • ² (dimensions maximales : 12,5 x 12 m). Afin de faciliter la localisation des vestiges et la fouille, les espaces E.1 et E.2 sont eux-mêmes divisés longitudinalement en soussecteurs. L'Espace 3 (E.3), situé à l'extrémité orientale du logis, n'a été que peu abordé au cours de ce programme
  • Arrêté d'autorisation de fouille programmée 2013 Arrêté d'autorisation de fouille programmée 2014 Arrêté d'autorisation de fouille programmée 2015 Autorisation de travaux sur un immeuble classé MH Remerciements 2 3 4 6 7 8 8 9 9 11 13 15 16 Section 2 - Résultats 1. INTRODUCTION 19
  • préliminaire à l'échelle des espaces 4 et 5 243 246 252 256 259 259 263 263 263 5.5. ESPACE 6LES AMENAGEMENTS MODERNES DANS LE FLANC NORD (RAPPEL SYNTHÉTIQUE) 271 5.5.1. (secteur 2) – Une première occupation domestique 271 5.5.2. (secteur 2) – Un bâtiment avec cheminée 5.5.3
  • ) Sarzeau Château de Suscinio Réf. Lambert RGF93 CC49 X : 1268840 Y : 7161880 Z : 7 m NGF 6 Situation cadastrale 7 État du site Le château de Suscinio est classé Monument Historique depuis 1840, il est propriété du Département du Morbihan depuis 1965 et situé sur la commune de
  • « sondages » dans la cour (comm. pers.). 7 Diagnostic archéologique N°2013-063, sous la direction de J. Martineau (INRAP Grand-Ouest), portant sur une analyse des élévations du logis ouest et du donjon sud-ouest (sans sondages) (MARTINEAU, 2004). 8 Mesqui 1993, p. 46. 9 André 1986, p. 263
  • dans la cour au-devant du logis. La fouille du logis (Figures 3 et 4) est divisée en deux grands espaces séparés par un mur de refend (M_4). L'Espace 1 (E.1) s'étend vers l'est depuis le refend, entre la courtine nord et le mur gouttereau sud, sur une surface de 225 m² (dimensions
  • -UMR6273 (CNRS/UCBN) X : 1268840 Y : 7161880 Z : env. 7 m NGF au centre de la cour Organisme de rattachement Département du Morbihan Direction de la Culture - Service départemental d'archéologie 2 rue de Saint-Tropez CS82400 56000 Vannes cedex 9 Références cadastrales Commune Sarzeau
  • contraire, tous les textes sont de Karine Vincent) 19 2.96 Etang F 1.95 Tour Nord 5.77 E Tour des latrines Tour de l’Epervier A D 5.80 Tour St Nicolas B 8.78 7.49 G C 2.80 Tour des salines G 9.52 8.72 Tour Sud 2.46 Chapelle 12.39 11.28 Zone de fouille Vestiges
  • 5 et 9 m NGF en moyenne (Figure 1). Le site est installé à l’est d’une surélévation, au centre d’une vaste dépression littorale. Le château est édifié sur un terrain sédimentaire métamorphisé, où les micaschistes au plan de débit quasi-horizontal, sont feuilletés et se composent
  • vers les locaux techniques du château). L'Espace 5 (E.5) s'étend vers l'ouest, en vis-à-vis de E.2, sur une surface de près de 95 m² (14,3 x 7,3 m au maximum) ; cet espace se caractérise par des vestiges presque exclusivement maçonnés. 26 2.3.2. Moyens matériels L'utilisation
  • . Présentation générale 5.3.2. Précisions méthodologiques 5.3.3. Phase II 5.3.4. Phase III 5.3.5. Phase IV 5.3.6. PHASE V 5.3.7. Synthèse chronologique préliminaire à l'échelle de l’espace 2 5.4. ESPACES 4 ET 5 – LA COUR 164 165 168 169 169 169 172 175 181 185 186 189 192 192 196 196 196 216
  • 218 222 223 228 Fiche signalétique de l’Espace 4 (secteur 5 Est) Fiche signalétique de l’Espace 5 (secteur 5 Ouest) 228 229 5.4.1. Présentation générale 5.4.2. Précisions méthodologiques 5.4.3. Phase I et phase II – période 1 (seconde moitié du XIIIe siècle) 5.4.3.1. Le
  • . La circulation entre la cour et le logis 5.4.4.4. Un atelier de forgeron 5.4.5. Phase III (fin XIVe - XVe siècle) 5.4.5.1. De nouveaux aménagements dans la cour 5.4.6. Phase V (XVIe siècle) 5.4.6.1. Un remblai généralisé dans les espaces 4 et 5 5.4.7. Synthèse chronologique
  • l’interprétation des documents. 1 Longtemps appelée improprement "donjon". Arch. nat., R3 272 ; Arch. dép. Morbihan, 7 B 415. 3 Arch. dép. Morbihan, 7 B 31, fol. 73v., mention en 1633 de « la grande tour de Sainct Nicollas, laquelle est decouverte et party de la cherpante tombé par le tonnere
  • recherche, celles de comprendre la logique interne de cet ensemble à vocation multiple et souvent complexe, conjuguant résidence, défense, symbole, pouvoir, économie et religion. 24 N LOGIS Espace 2 Salle de stockage 3D 3C 4D 3B 4C Espace 1 Cuisine 4E 4B COUR Espace 5 5ouest
  • 4A Espace 3 5est Emprise fouille Espace 4 Emprise des espaces 3C Sous-secteur Figure 3 : Secteurs de fouille sur fond de plan général des vestiges immobiliers (2015) 0 2,5 5m DAO : K. Vincent / Y. Dissez - sdam56 25 2.3. Présentation générale 2.3.1. Les secteurs de
  • maximales : 16,5 x 12 m). Sa limite orientale est contrainte par la présence d'un transformateur électrique qui altère la lecture des vestiges et la compréhension générale de cet espace. L'Espace 2 (E.2) se trouve quant à lui à l'ouest du refend et s'étend à ce stade sur 135 m
  • l’article 10 de la loi modifiée des données du 17 juillet 1987 relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal (1). (1) Loi n°78-753 du 17 juillet 1978
  • substratum et les premiers aménagements 5.4.3.2. Canalisation et conduite d'eau 5.4.3.3. Des maçonneries indéterminées dans l'espace 5 5.4.4. Phase II - période 2 (XIVe siècle) 232 232 233 233 236 241 243 5.4.4.1. Un chantier de construction 5.4.4.2. Aire de rejets et dépotoir 5.4.4.3
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • projet collectif de recherches
  • les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche
  • : chronologie et stratigraphie f t) , Ces travaux sont dédiés à la mémoire de Claude Audren 3 I. PROBLEMATIQUE 1 . LE PROJET DE RECHERCHE 3 2. ACTIVITES ENTREPRISES 4 EL ORGANISATION DE LA RECHERCHE 7 1 . COMPTE-RENDU DE LA DEUXIÈME REUNION (ESTELLE YVEN ET GREGOR MARCHAND) 7 2
  • Budget Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Gofflc, P. Léoppld, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven Thèmes Campagne de sondages en Finistère Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et Hoëdic Nouvelles datations à Beg-anDorchenn
  • , G. Marchand PCR Etudes de collections et définition d'un protocole d'analyse commun S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, G. Marchand, Y. Pailler, E. Yven - G. Marchand Autonome O. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, R. Schulting PCR R. Schulting - A. Tresset PCR
  • Mésolithique en Bretagne - Rapport 2002 Style du Finistère-Nord 1* M 100 Km Phtanite il \ Styie du Mcriahan -s ) Styie du Finistère-Sud i H ■îf--~ IX r « il Gîte connu ; Zone préférentielle de dfffusion des matériaux j Retaen Figure 7. Carte schématique des traceurs
  • . ENTRE L'ECORCE ET L'ARBRE: REFLEXIONS SUR LES PRATIQUES DE L'ARCHÉOLOGIE (PIERRE GOULETQUER) ... 1 0 m. 13 TRAVAUX SUR LE MESOLITHIQUE 1 . TEVIEC ET HOËDIC (GREGOR MARCHAND ET LUDOVIC SOLER) 13 2. BEG-AN-DORCHENN (NATHALIE DESSE) 15 3. SONDAGES SUR LE SITE DE LA TRINITÉ
  • . Plovan, décembre 2002 Gouletquer, P., 1 987 - Notre préhistoire, Etudes sur la Bretagne et les pays celtiques, Mélanges offerts à Yves Le Gallo. Cahiers de Bretagne occidentale, n°6 ; Centre de recherche Bretonne et Celtique, Brest, pp. 127-133 1 Gouletquer, P., 1991 - Les problèmes
  • ' MONODONTA LINEATA DE SITES MESOLITHIQUES ET NEOLITHIQUES (CATHERINE DUPONT ET YVES GRUET) 88 5. BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE (PARTIES III ET IV) V. UNE BIBLIOGRAPHIE DU MESOLITHIQUE EN BRETAGNE : EST-ELLE EXHAUSTD7E 110 ? 123 1. GENERALITES 123 2. MESOLITHIQUE ANCIEN-MOYEN 3
  • physique Pratiques funéraires et L. Soler — R Schulting (recrutement, caractères domaine symbolique biologiques) Analyse et comparaison des S. Cassen systèmes symboliques mésolithiques et néolithiques Tableau 1. Organisation des travaux du PCR « Le Mésolithique en Bretagne » en 2001
  • processus de néolithisation sur la façade atlantique de l'Europe (7-4 ème millénaires avant J.-C.) ». L'objectif affiché est de parvenir en 2003 à une publication collective des faits archéologiques, des modèles proposés (même contradictoires) et des fondements théoriques qui sous
  • A MELGVEN (GREGOR MARCHAND) 16 4. LE PROJET CORNOUAILLE : JOURNÉE D'ÉTUDE DU MATÉRIEL LITHIQUE (ESTELLE YVEN) 23 5. LE PROJET CORNOUAILLE : UN SÉMINAIRE DE TERRAIN EN NOVEMBRE 2002 (YANN BOUGIO) 38 43 IV. DE NOUVELLES SYNTHESES SUR LE MESOLITHIQUE ET LA NEOLITHISATION 1 DE TEMPS
  • et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet de réservoir océanique Etude faunique Analyse des isotopes stables sur les R. Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles G Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie
  • , Grégor Marchand) . Nathalie Desse et Anne Tresset (études de faune) Grégor Marchand (sondages à Melgven) Bernard Ginet - Jean-Marc Lacot (prospections) Anne Tresset (étude de faune) Figure 1. Carte schématique des principales actions entreprises dans le cadre du PCR «Le
  • -ronde sur la néolithisation Tableau 2. Un bilan des actions entreprises en 2002. 5 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie II. Organisation de la recherche 1. COMPTE-RENDU DE LA
  • posés par le Mésolithique de Basse-Bretagne ; les moyens de les résoudre, in Mésolithique et Néolithisation. Actes du 113° Congrès national des Sociétés savantes, 5-9 Avril 1988, Strasbourg, p. 177-196. 11 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les
  • déposées à l'Institut de Paléontologie Humaine, à Paris., grâce à l'amabilité de Ms. H. De Lumley et D. Vialou. Comprenant moins de 300 pièces des fouilles Péquart sur l'îlot de Téviec, cette collection n'est qu'un mince échantillon de l'industrie initiale. Ces pièces portent le plus
  • débitage sont observées à partir des nucleus et de certains produits du débitage : - Les nucleus à éclats sont les plus fréquents. Ils sont multipolaires, avec des fréquents changements dans l'axe du débitage. la technique employée est la percussion directe dure. Il y a un nucleus sur
  • approfondie des gestes et pratiques funéraires des populations à Téviec et Hoëdic. Cependant, plusieurs questions restent en suspend notamment les problèmes de stratigraphie, de remplissage des structures funéraires, du mode de décomposition des corps, etc.. Dans la sépulture B de Téviec
  • EN TEMPS : L'ARCHÉOLOGIE FACE A LA CONTINUITÉ (PIERRE GOULETQUER) 43 2. LE MÉSOLITHIQUE FINAL EN BRETAGNE : UNE COMBINAISON DES FAITS ARCHÉOLOGIQUES (GREGOR MARCHAND) 49 3. LE FONCTIONNEMENT INTERNE DES TERRITOIRES AU MÉSOLITHIQUE (ESTELLE YVEN) 64 4. DE LA MER AU BETAEL EN
  • . MESOLITHIQUE RECENT-FINAL 4. ENVIRONNEMENT VI. LES MEMBRES DU PCR « LE MESOLITHIQUE EN BRETAGNE » 124 '. 125 128 129 1 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie I. Problématique 1. LE
  • la gestion des ressources animales et marines. Une attention particulière sera également accordée à la hiérarchisation et à la publication des faits archéologiques. Les thèmes de recherche développés sont : Autonome Hiérarchisation du corpus de sites en Finistère P. Gouletquer
RAP01297.pdf (QUIMPER (29). parc ar groas. 3 rue de la Tourelle. rapport de fouille préventive)
  • QUIMPER (29). parc ar groas. 3 rue de la Tourelle. rapport de fouille préventive
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • L E S A N C T U A I R E G A U L O I S ET G A L L O - R O M A Ï N DE P A R C - A R - G R O A S A Q U Ï M P E R Q U I M P E R "3 Rue de La Tourelle" (29 232 ...) Q U I M P E R - Finistère D O C U M E N T F I N A L DE SYNTHESE A N N E E 1995 Sous Sa direction de Jean Paul L E B
  • I H A N S.A.V.I.M V I L L E DE Q U I M P E R C E N T R E DE R E C H E R C H E A R C H E O L O G I Q U E DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne 1995 SOMMAIRE CHAPITRE 1 : INTRODUCTION A 1. Le contexte archéologique 2. L'intervention archéologique 3. L'organisation
  • nouvel indice en faveur de l'existence d'un angle d'enclos gaulois dans ce secteur. infra) 11. L E FOSSE T.20 11.1. L O C A L I S A T I O N ET D E S C R I P T I O N Mis au jour entre les bâtiments C et D, un tronçon de moins de 1 m de longueur, large de 0, 80 m est creusé dans le
  • comblement S 17 (au premier plan, fossé T 17) Poterie sigillée T17/17-03 T17/17-0 2 Poterie commune à pâte grise 5 cm - 19 - 3.3. LE M O B I L I E R Il y a très peu de poteries dans le comblement de ce fossé. Les seuls éléments significatifs sont deux tessons de poterie sigillée
  • tranchées de l'ensemble T . 2 qui avait livré une très grande quantité de vases de la Tène Finale et avait contribué à identifier le site comme un sanctuaire laténien. 12 L E FOSSE T . 2 1 12.1. D E S C R I P T I O N - LOCALISATION Ce fossé n'est décelable que sur une section très
  • Men, occupation par les militaires etc.). 2. LA COUCHE DE TERRE S.20 2.1. N A T U R E DE L A C O U C H E Cette terre se trouve dans la partie orientale du secteur. Elle affleure et prend l'allure d'une bande de terre marron orientée nord-sud. Elle s'élargit de 0,80 m à 1,60 m du
  • FOSSE T. 17 3.1. T R A C E F O R M E ET P R O F I L Ce fossé orienté nord-sud est repéré sur une longueur de 13 m. Presque parallèle à T.9 (cf. il se perd au sud de la fouille dans les même conditions que celui-ci. Au nord il est détruit par des vestiges antiques plus récents
  • partie dans le sol naturel et pour parties dans les fossés T . 10, T.9 et T. 17 qu'il recoupe. 5.2. R E M P L I S S A G E T . 11 est comblé de terre très sombre homogène. 5.3. LE M O B I L I E R Des fragments de verre et de grès sont mis au jour dans le comblement de la tranchée. 5.4
  • peu profonde, il faut envisager l'hypothèse d'un fonctionnement à l'extrême fin de l'époque gauloise ou durant l'époque augustéenne. 9. L E FOSSE T.18 9.1. L O C A L I S A T I O N - D E S C R I P T I O N Ce fossé orienté nord-est/sud-ouest n'apparaît que sur un tronçon de 5 m
  • celle de l'est, vers le prolongement occidental possible de T. 14. 10.2. LE M O B I L I E R Aucun mobilier archéologique n'est mis au jour dans la section de fossé étudiée. 10.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N - 29 - T 15, T 10, T 18, S 53 et bâtiment D Ce fossé
  • accumulation de strates et de fosses est mise au jour lors de la fouille de ce secteur. Nous essayons de les présenter dans l'ordre de leur mise au jour, c'est à dire inverse de leur chronologie relative. 1. LA COUCHE DE TERRE S. 14 1.1. N A T U R E DE L A C O U C H E Il s'agit d'une terre
  • sujet. 4. LE FOSSE T. 10 4.1. T R A C E F O R M E ET P R O F I L Ce fossé à section triangulaire, large de 0,80 m, profond de 0,45 m, comporte trois sections, L'une, à l'est, orientée nord-est - sud-ouest se repère sur une longueur de 15 m et son extrémité orientale est mise au jour
  • toute manière, ceci souligne la difficulté d'interprétation des fossés anciens et les précautions à prendre en ce qui concerne leur typologie, leur datation et leur mode d'utilisation. 5. LE FOSSE T.11 • 5.1. T R A C E F O R M E ET P R O F I L Cette tranchée grossièrement orientée
  • remarques concernant la tranchée T. 10 peuvent également s'appliquer ici. 6. LE FOSSE T.12 6.1. T R A C E . F O R M E ET P R O F I L Repéré sur une longueur de 7 m cette tranchée est orientée nord-sud. Elle est large de 0,70 m, profonde de 0,16 m et présente un profil très évasé. Elle
  • éventuellement s'être raccordé sur l'extrémité orientale du fossé T . 14 qui disparaît dans des conditions identiques. La présence de l'extrémité du fossé T.13 n'arrange pas les choses. 6.2. R E M P L I S S A G E Ce fossé est comblé de terre brun clair et de quelques pierres. 6.3. LE M O B I
  • O B I L I E R Aucun mobilier archéologique n'est mis au jour dans la section de fossé étudiée. 10.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N La possibilité de dater et d'interpréter ce fossé antérieur au mur S.53 dépend naturellement de son raccordement ou non avec le fossé
  • C R I P T I O N Ce fossé est découvert sur un tronçon extrêmement court (2 m) à l'est du fossé T. 15 qui le recoupe et au nord du fossé T.18. Large de 1 m et profond de 0,20 m par rapport au sol naturel dans lequel il s'enfonce, il est orienté est-ouest et son tracé pourrait le
  • sol naturel. 11.2. LE M O B I L I E R Aucun mobilier archéologique n'est mis au jour dans la section de fossé étudiée. 11.3. D A T A T I O N - I N T E R P R E T A T I O N Ce fossé prolonge le fossé T.7 mis au jour en 1990. Ce dernier constituait lui-même le prolongement d'une des
  • brève (moins de 1 m). Adjacent au fossé T.20, il n'est perceptible que par l'existence de son flanc oriental. Aucun prolongement n'est clairement mis en évidence. 12.2. LE M O B I L I E R Aucun mobilier n'est découvert dans cette section de fossé. 12.3. D A T A T I O N - I N T E R P
  • réfection totale de la voie. Ce tracé recouvre le fossé T. 14. 2. LE MOBILIER Des fragments de tuiles gallo-romaines sont mises en évidence parmi les pierres et dans la terre interstitielle. 3. DATATION - INTERPRETATION 3.1. L A F O N C T I O N DE L A V O I E L'interprétation de la
RAP02385.pdf (OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à Mez-Notariou. rapport final d'opération programmée 2006-2008)
  • OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à Mez-Notariou. rapport final d'opération programmée 2006-2008
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • , N. Menez, H. Quéffelec, J. Roussot-Larroque, M.-A. Tu. Participent à la fouille à titre bénévole en 2007 : L. Aznar, C. Beyrand, A. Bourhis, Y. Beneteau, P. Debu, J.-F. D'Asenzo, M. Fabry, S. Kermorgan, A. Kubo, H. Huysseume, Y. Gourmelon-Le Bihan, C. Herlédant, P. Le Bihan, P
  • . Le Bihan, S. Martin, N. Menez, H. Quéffelec, J. Roussot-Larroque. Participent à la fouille à titre bénévole en 2008 : A. Bourhis, A. Carvajal-Castro, B. Clavel, M. Cuyttens, O. Dupart, Y. Gourmelon-Le Bihan, C. Herlédant, A. Kubo, P. Le Bihan, P. Le Binan, N. Menez, P. Méniel
  • l'opération de fouille à titre bénévole en 2006 : J. Balland, E. Barnier, M. Batias, C. Baunard-Delmotte, A. Bleuzen, A. Bourhis, L. Ferront, Y. Gourmelon-Le Bihan, L. Gisbert, M . Giudicelli, J.-P. Guillaumet, C. Herlédant, K. Hoeung, A. Labasse, P. Le Bihan, P. Le Bihan, E. Le Guirierc
  • , C. MoyasRamos, T. Peres, H. Quéffelec, J. Roussot-Larroque, M. Sitkowska, C. Wolf. 3.2.3. La publication et les programmes annexes - Le programme d'étude du mobilier de l'âge du Bronze est confié à Madame J. Roussot-Larroque (C.N.R.S.). Elle est assistée par J.-F. Villard, Y
  • V E S T I G E S PROTOHISTORIQUES E T ANTIQUES DECOUVERTS A MEZ-NOTARIOU (OUESSANT) (29 155 0022 AP) (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE DE FOUILLE PROGRAMMEE VOLUME 1 ANNEE 2006 - 2007 - 2008 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU
  • MUR MODERNE 6.2. LES COUCHES DE TERRE REMANIEE 6.2.1. La terre grise Us.115 6.2.2. La terre grise Us.290 6.2.3. La terre sableuse grise Us.283 6.2.4. Les terres Us.284 CHAPITRE 3 : L E S TRAVAUX ANNEXES 1. L E S PUBLICATIONS 2. LA PREPARATION E T REALISATION D'UNE EXPOSITION 3
  • sa fondation, cela donnerait une image encore plus forte et plus exceptionnelle de cet établissement. 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du Second âge du Fer e e Le bouleversement, sans doute à la fin du V siècle après J.-C, ou au début du V I , d'une vaste partie du secteur de
  • . COLLOQUE INTERNATIONAL 2007 « Routes du monde et passage obligés CHAPITRE 4 : CONCLUSIONS 1. L E S VESTIGES DECOUVERTS 1.1. DES VESTIGES D'HABITAT 1.2. DES STRUCTURES LINEAIRES 1.3. LA STRUCTURE Us. 125 1.4. UN MOBILIER ARCHEOLOGIQUE D'INTERET TRES DIVERS 1.5. UN OBJECTIF ATTEINT 2
  • prêtres, mettre à sac un sanctuaire païen. Un tel raid, peut-être conduit par des hommes en armes, a pu s'effectuer plus tard, dans le cadre d'une politique concertée et d'une gestion du futur espace épiscopal. 2.2 LE PROJET TRISANNUEL Fig. 5, 6 et 7 Un nouveau programme trisannuel est
  • d'élus du Conseil général, du maire d'Ouessant - Le 6 août, le conseil municipal d'Ouessant est accueilli sur le site. - Publications grand public - Les religions antiques à Ouessant, article de J.-P. Le Bihan dans la revue « Armen », n°160, septembre - octobre 2007 - Ouessant au
  • l'existence de plusieurs horizons successif (A, B, C, D et E) sans qu'il soit encore possible de distinguer des faciès typo-chronologiques des différents mobilier. Fig.5 4.2. STRATEGIE DE FOUILLE ET TRAVAIL REALISE EN 2006 Fig.5 4.2.1. Les décapags En 2006, les décapages furent réalisés
  • Bronze moyen 2008, secteur 2 : fouille de la plaque foyère S.4280 CHAPITRE 2 : LES VESTIGES DECOUVERTS 1. LES VESTIGES STRATIFIES DU BRONZE MOYENS A L'OUEST DU SECTEUR 2 (2007 - 2008) Fig.8 2 La fouille réalisée à l'ouest du secteur 2 couvre une superficie de 180 m . Des vestiges
  • . SITUATION Fig.l,2et3 Département : Finistère Commune : Ouessant Lieu-dit : Mez-Notariou Programme : H. 15 Inventaire : 29 155 002 AP e Carte I.G.N. :l/25 000 , F . l l 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E, parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1
  • indice immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant. 2 - La zone fouillée et l'espace compris entre les sondages : 10 000 m . - Le prolongement évident des structures dans presque toutes les directions hors de la zone maîtrisée
  • éclats de silex et des galets de faible diamètre (3 à 5 cm). D'autre part, des milliers d'éclats ou de petits outils de silex ainsi que des haches en pierre polie ressurgissent dans tous les niveaux postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de
  • poteries, important en nombre et varié par les formes, fut mis au jour. Son étude a été confiée à Julia RoussotLarroque (cf. J.-P. Le Bihan, D.F.S., 2005). Les premières observations en révèlent 2 l'importance, tant pour la connaissance des spécimens produits et utilisés en Armorique
  • recherche, i l apparaît que l'ouvrage se déclinera essentiellement à partir des découvertes du secteur 5. - Il ne fera pas l'économie d'une double analyse et d'une double réflexion. - Sur les mobiliers remarquables du Bronze moyen au Bas-Empire romain - Sur la nature et la fonction de
  • . Gourmelon-Le Bihan et J.P. Le Bihan. - J.-P. Guillaumet (C.N.R.S.) expertise le mobilier métallique de l'âge du Fer et de l'Antiquité romaine. Y. Gourmelon-Le Bihan assure le classement et une partie de la restauration de ce mobilier. M. Giudicelli assiste ces deux collaborateurs. - P
  • vent de l'Histoire, 20 ans de recherches archéologiques à MezNotariou , plaquette de J.-P. Le Bihan avec les collaborations de J.-P. Guillaumet, P. Meniel, J. Roussot-Larroque et J.-F. Villard, aux éditions Fitamant. - Exposition, 27 septembre 2007: Ouessant au vent de l'Histoire
  • Fer. Ils se situent dans la partie centrale du secteur. Deux grandes fosses (Us.222 et Us.229) comblées de mobilier à caractère rituel ont également été découvertes. En dépit du caractère tardif de bon nombre des objets, i l a été suggéré que leur creusement a pu intervenir dès le