Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3852 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00669.pdf (LANDÉVENNEC (29). l'abbaye Saint-Gwénolé. rapport de fouille préventive)
  • stratigraphique a été bouleversée, sur une grande partie de la longueur du sarcophage, par la fosse de plantation d'un palmier qui atteignait presque le dessus du cercueil. -, D'un autre côté., les incertitudes concernant la longueur de l'église pré-romane empêchent de le rattacher à l'une
  • FOUILLES VE L'ANCIENNE ABBAYE VE LANVEl/ENNEC [Finû>tM V(Lc.ou.\)2A£t d'un AaAcopkagn. m bo-U -197S- LANDEVENNEC 1978 LE SARCOPHAGE 1) Circonstances de la découverte : Mis au jour à la fin de la campagne de fouilles d'Août 1978. Comme il était impossible de le dégager
  • entièrement et de le prélever dans l'immédiat, faute de moyens techniques, il a été jugé préférable de ne pas l'ouvrir et de le réenfouir aussitôt sous un remblai reconstituant la stratigraphie d'origine. 2) Description : Grand sarcophage de bois (probablement de chêne), avec un couvercle
  • monoxyle bombé surmonté d'une crête longitudinale de section carrée(8 cm x 8). Celle-ci était percée vers le pied du cercueil, mais ce trou paraissait plutôt accidentel. Dimensions : longueur 2,46 m. largeur à la tête : 0,55 m. " au pied : 0,37 m. La hauteur n'a pu être mesurée, elle
  • doit se situer aux alentours d'une cinquantaine de crns, tout compris. Le dessus est légèrement décalé vers le nord, au pied du sarcophage, ce qui laisse supposer que le couvercle est simplement posé sur la caisse, et non pas emboité par 1'inter médiaire d'une moulure. Ce détail
  • peut faciliter l'ouverture du sarcophage. Apparemment bien conservé au moment de sa découverte, le bois était gorgé d'eau, mais encore relativement ferme, très noir en surface, mais de couleur brune là où la couche superficielle avait été entamée. 3 - Emplacement - Situation
  • : - Il est immergé dans la nappe phréatique sur presque. toute sa hauteur. La couche de cailloutis de schiste plus ou moins mêlée d'argile brute qui le recouvre, doit maintenir l'humidité constante. Les fouilles effectuées depuis 78, dans le reste de l'église, ont pu faire office de
  • drain, au moins provisoirement, malgré les précautions prises lors de ces / ) fouilles* x ', mais n'ont pas dû transformer radicalement le contexte environnant. Les ruines de l'ancienne Abbaye, situées dans le bas de la colline, sont le réceptacle de toutes les eaux de
  • ruissellement, ainsi que des eaux de pluie par l'absence de toiture et le sol végétal de l'église. - Enfoui dans le bas-côté Nord, juste au pied du 3 e pilier Nord de la nef, ,et presque à- l'aplomb extérieur de ce pilier, il est coincé dans le substratum schisteux qui a été creusé à son
  • intention (il s'agit de. schiste briovérien, très délité, relativement facile à entailler). La largeur du bas-côté (2,20 m.) permet d'élargir la fosse vers le mur nord de ce bas-côté. Si cette solution est 1) - Pas de fouilles à proximité immédiate du sarcophage, aucun sondage profond
  • dans la partie basse de l'église, et rebouchage aussitôt après la fouille. insuffisante pour résoudre les difficultés de manoeuvre, il faudra envisager de démonter la pile dont la base des fondations est sensiblement au même niveau que le sarcophage. - La profondeur
  • d'enfouissement est de 1,40 m» par rapport au sol de l'église. La fosse.du cercueil a été recomblée avec les cailloutis extraits lors de son creusement. Elle est ensuite recouverte 'd'une couche d'argile jaune-verdâtre, très compacte, semblable à celle qui surmonte, dans tout le site, le
RAP03389.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). Allée des Peupliers 2. Rapport de diagnostic)
  • potentiel archéologique. En effet, le tracé de la voie antique reliant Carhaix-Plouguer à Douarnenez est en périphérie immédiate. © Gaétan Le Cloirec Carhaix N rili Hyères Ke Limite du territoire des Osismes en Rennes / Vann es / Corseul Pont-aqueduc Monument funéraire
  • désignation Résultats 25 1. Le cadre de l’opération 25 1.1 Circonstances de l’intervention 25 1.2 Contexte géographique et géologique 26 1.3 Contexte archéologique 27 1.4 Méthodologie et problématiques 28 2. Présentation des résultats et conclusion
  • 28 3. Annexes I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne législations sur le patrimoine et l’environnement Intégré au zonage archéologique
  • sensible Département Finistère (29) Commune Carhaix-Plouguer Adresse ou lieu-dit Allée des Peupliers - 2 Codes Dates d’intervention sur le terrain Numéro de l’arrêté de prescription 2016-246 Numéro de l’opération D116191 Numéro de l’arrêté de désignation 2017-018 29024 Nature
  • de l’aménagement Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert 93 x : 1211372,03 y : 7251022,03 z : 110 m NGF Références cadastrales Commune Carhaix-Plouguer Année 2016 section(s) AS parcelle(s) 67, 68 Propriétaire du terrain Mairie de Carhaix
  • scientifiques 9 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, SRA
  • affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, SRA Ingénieur d’études Contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Grand Ouest Mise en place et
  • Laurent, Inrap Gestionnaire de la base Gestion du matériel Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Entreprise Beaussire Terrassement Ouverture des tranchées de sondage Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches
  • génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Céline Baudoin, Inrap Responsable d’opération Responsable scientifique Serge Kosseev, Inrap Technicien d’opération Travaux de terrain Frédéric Boumier, Inrap Topographe Levés topographiques Prénom Nom, organisme
  • d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Céline Baudoin, Inrap Responsable d’opération Rédaction du rapport Frédéric Boumier, Inrap Topographe Réalisation du plan topographique Stéphane Jean, Inrap Dessinateur-infographe DAO / PAO Intervenants
  • administratifs Intervenants techniques Équipe de fouille Équipe de post-fouille 10 Inrap · Rapport de diagnostic Carhaix-Plouguer (Finistère), Allée des Peupliers - 2 Notice scientifique État du site Le diagnostic a été réalisé le 20 février 2017 à l’emplacement d’un projet de
  • lotissement, allée des Peupliers à Carhaix-Plouguer (29). La surface à sonder était de 1824 m². L’opération présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe le long de la voie antique CarhaixDouarnenez. Trois tranchées de diagnostic ont été réalisées. Le terrain naturel a pu être
  • observé dans chaque tranchée et ce, à une profondeur moyenne de 40 cm sous le niveau de sol actuel. Cependant, elles n’ont livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. À l’issue de l’opération, toutes les tranchées ont été rebouchées. I. Données administratives
  • km Inrap · Rapport de diagnostic Département : FINISTERE Commune : CARHAIX PLOUGUER Carhaix-Plouguer (Finistère), Allée des Peupliers - 2 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Le plan visualisé sur cet extrait est géré
  • par le centre des impôts foncier suivant : BANT DE CHATEAULIN PLACE DE KERJEAN 29150 29150 CHATEAULIN tél. 0298867900 -fax 0298863228 bant.chateaulinj@dgfip.finances.gouv.fr Section : AS Feuille : 000 AS 01 Échelle d'origine : 1/1000 Échelle d'édition : 1/2000 Cet extrait de plan
  • - 2 II. Résultats 25 1. Le cadre de l’opération 1.1 Circonstances de l’intervention Suite à la demande volontaire de diagnostic émise par la ville de CarhaixPlouguer, propriétaire du terrain situé allée des peupliers à CarhaixPlouguer (29), le Service Régional de l’Archéologie
  • a saisi l’Inrap afin de réaliser un diagnostic archéologique sur les parcelles concernées. Les parcelles AS 67 et 68 du cadastre actuel représentent une surface de 1824m² (Fig.1). X=1211500 X=1211400 X=1211300 X=1211200 Y=7251300 Y=7251200 67 Tr.3 Y=7251100 Tr.1 Tr.2 68 Allée
  • des Peupliers tranchée de diagnostic. emprise du diagnostic. 0 100 mètres Fig. 1 Localisation de l’intervention. © Stéphane Jean 1.2 Contexte géographique et géologique Le projet est localisé sur la partie ouest du plateau carhaisien dont l’altitude moyenne se situe à 116m
  • NGF. Le sous-sol est caractérisé par des formations carbonifères de schiste dit de Châteaulin. Sur la parcelle, le substrat, atteint sous 40cm du sol actuel, correspond soit à des veines de roches de schiste soit à une altérite de schiste ocre-jaune (Fig.2). 26 Inrap · RFO de
  • ? Localisation présumée du centre monumental ez nen Tronçons mis au jour Rues antiques attestées Rues antiques présumées Nécropole et urnes isolées emplacement du terrain sondé allée des Peupliers 0 m 500 Document G. Le Cloirec / INRAP - 2015 uar Do II. Résultats 27 1.4
RAP03387.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). Allée des Peupliers 3. Rapport de diagnostic)
  • archéologique. En effet, le tracé de la voie antique reliant Carhaix-Plouguer à Douarnenez est en périphérie immédiate. Carhaix N rili Hyères Ke Limite du territoire des Osismes en Rennes / Vann es / Corseul Pont-aqueduc Monument funéraire ? Localisation présumée du centre
  • désignation Résultats 25 1. Le cadre de l’opération 25 1.1 Circonstances de l’intervention 25 1.2 Contexte géographique et géologique 26 1.3 Contexte archéologique 27 1.4 Méthodologie et problématiques 28 2. Présentation des résultats et conclusion
  • 28 3. Annexes I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et
  • l’environnement Organisme de rattachement Intégré au zonage archéologique sensible Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Références de l’opération Dates d’intervention sur le terrain Finistère (29) Commune Carhaix-Plouguer Numéro de l’arrêté de prescription
  • 2016-288 20 février 2017 Adresse ou lieu-dit Allée des Peupliers - 3 Numéro de l’opération D116996 Codes code INSEE Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 29024 2017-019 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert 93 Nature de
  • scientifiques 9 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, SRA
  • affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, SRA Ingénieur d’études Contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Grand Ouest Mise en place et
  • Laurent, Inrap Gestionnaire de la base Gestion du matériel Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Entreprise Beaussire Terrassement Ouverture des tranchées de sondage Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches
  • génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Céline Baudoin, Inrap Responsable d’opération Responsable scientifique Serge Kosseev, Inrap Technicien d’opération Travaux de terrain Frédéric Boumier, Inrap Topographe Levés topographiques Prénom Nom, organisme
  • d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Céline Baudoin, Inrap Responsable d’opération Rédaction du rapport Frédéric Boumier, Inrap Topographe Réalisation du plan topographique Stéphane Jean, Inrap Dessinateur-infographe DAO / PAO Intervenants
  • administratifs Intervenants techniques Équipe de fouille Équipe de post-fouille 10 Inrap · Rapport de diagnostic Carhaix-Plouguer (Finistère), Allée des Peupliers - 3 Notice scientifique État du site Le diagnostic a été réalisé le 20 février 2017 à l’emplacement d’un projet de
  • lotissement, allée des Peupliers à Carhaix-Plouguer (29). La surface à sonder était de 1824 m². L’opération présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe le long de la voie antique CarhaixDouarnenez. Trois tranchées de diagnostic ont été réalisées. Le terrain naturel a pu être
  • observé dans chaque tranchée et ce, à une profondeur moyenne de 40 cm sous le niveau de sol actuel. Cependant, elles n’ont livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. A l’issue de l’opération, toutes les tranchées ont été rebouchées. I. Données administratives
  • · Rapport de diagnostic Département : FINISTERE Commune : CARHAIX PLOUGUER Carhaix-Plouguer (Finistère), Allée des Peupliers - 3 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Le plan visualisé sur cet extrait est géré par le centre des
  • . Résultats 25 1. Le cadre de l’opération 1.1 Circonstances de l’intervention Suite à la demande volontaire de diagnostic émise par Mme Marie-Hélène Saliou, propriétaire du terrain situé allée des peupliers à Carhaix-Plouguer (29), le Service Régional de l’Archéologie a saisi l’Inrap
  • tranchée de diagnostic. emprise du diagnostic. 0 100 mètres Fig. 1 Localisation de l’intervention. © Stéphane Jean 1.2 Contexte géographique et géologique Le projet est localisé sur la partie ouest du plateau carhaisien dont l’altitude moyenne se situe à 116m NGF. Le sous-sol est
  • caractérisé par des formations carbonifères de schiste dit de Châteaulin. Sur la parcelle, le substrat, atteint sous 40 cm du sol actuel, correspond soit à des veines de roches de schiste soit à une altérite de schiste ocre-jaune (Fig.2). 26 Inrap · RFO de fouille Carhaix-Plouguer
  • (Finistère), Allée des Peupliers - 3 Fig. 2 Tranchée 3. © Céline Baudoin 1.3 Contexte archéologique (Fig.3) Fig. 3 Localisation du site dans la ville antique. © Gaétan Le Cloirec L’opération se situe dans une zone de la cité antique de Carhaix-Plouguer, présentant un potentiel
  • monumental ez nen Tronçons mis au jour Rues antiques attestées Rues antiques présumées Nécropole et urnes isolées emplacement du terrain sondé allée des Peupliers 0 m 500 Document G. Le Cloirec / INRAP - 2015 D r oua II. Résultats 27 1.4 Méthodologie et problématiques
  • L’opération s’est déroulée sur la journée du 20 février 2017 et a mobilisé deux agents de l’Inrap ainsi qu’un topographe. Les sondages ont été réalisés grâce à une midi-pelle de 15 tonnes équipée d’un godet lisse de 2m de large. Quatre tranchées ont pu être réalisées (Fig.4). Fig. 4 Vue
RAP03608 (CARHAIX-PLOUGUER (29). Allée des Peupliers 5. Rapport de diagnostic)
  • Époque contemporaine Sujets et thèmes Fossé Mobilier Le diagnostic a été réalisé les 27 et 28 août 2018 à l’emplacement d’un projet de lotissement, allée des Peupliers à Carhaix-Plouguer (29). La surface à sonder était de 11 060 m². L’opération présentait un potentiel
  • archéologique puisqu’elle se situe le long de la voie antique Carhaix-Douarnenez. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. Diagnostic archéologique Chronologie Rapport final d’opération Carhaix-Plouguer, Allée des Peupliers 5 Carhaix-Plouguer
  • scientifique État du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Arrêté de désignation Projet scientifique 12 12 13 14 18 19 Résultats 23 1. Le cadre de l'opération 25 2. Présentation des résultats et conclusion Inventaire Inventaire
  • des photographies 28 I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 Inrap · RFO de diagnostic Carhaix-Plouguer, Finistère, Allée des Peupliers 5 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Statut du terrain au regard des législations sur le
  • patrimoine et l’environnement Intégré au zonage archéologique sensible Département Finistère(29) Commune Carhaix-Plouguer Adresse ou lieu-dit Allée des Peupliers 5 Codes code INSEE Propriétaire du terrain Mme M.-J. Guillou Les Chansorts 72540 Longnes Pétitionnaire Références de
  • Opérateur d’archéologie INRAP Grand-Ouest Année 2017 Responsable scientifique de l’opération section(s) Céline Baudoin, Inrap AS parcelle(s) 46, 48p, 6p, 5 27 et 28 août 2018 Surfaces - Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert 93 RGF93 Dates
  • d’intervention sur le terrain - Numéro de l’arrêté de prescription Numéro de l’entité archéologique Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40 Fax. 02 23 36 00 50 diagnostic archéologique 29 024 Numéro de dossier Patriarche Organisme
  • Inrap · RFO de diagnostic Carhaix-Plouguer, Finistère, Allée des Peupliers 5 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional de l'archéologie
  • scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Céline Baudoin, Inrap Responsable d'opération Responsable scientifique Intervenants administratifs Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA
  • Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Grand-Ouest Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap Administrateur Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap Responsable scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Thomas
  • affectées dans le cadre de l’opération Entreprise Beaussire Entreprise de terrassement Ouverture des tranchées I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Équipe de diagnostic Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de
  • le cadre de l’opération Céline Baudoin, Inrap Responsable d'opération Rédaction, DAO Erwan Bourhis, Inrap Dessinateur Infographe Mise en page du RFO Équipe de post-fouille 12 Inrap · RFO de diagnostic Carhaix-Plouguer, Finistère, Allée des Peupliers 5 Notice
  • scientifique Etat du site Le diagnostic a été réalisé les 27 et 28 août 2018 à l’emplacement d’un projet de lotissement, allée des Peupliers à Carhaix-Plouguer (29). La surface à sonder était de 11 060 m². L’opération présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe le long de
  • la voie antique CarhaixDouarnenez. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. Dix tranchées de diagnostic ont été réalisées. Le terrain naturel a pu être observé dans chaque tranchée et ce, à une profondeur moyenne de 40 cm sous le niveau de
  • sol actuel. Une ancienne limite parcellaire a pu être observée dans la tranchée 10. A l’issue du diagnostic, toutes les tranchées ont été rebouchées. I. Données administratives, techniques et scientifiques 13 Localisation de l’opération Région : Bretagne N Département
  • Peupliers 5 I. Données administratives, techniques et scientifiques Projet scientifique 19 20 Inrap · RFO de diagnostic Carhaix-Plouguer, Finistère, Allée des Peupliers 5 II. Résultats II. Résultats 23 1. Le cadre de l'opération 1.1 Circonstances de l’intervention Suite
  • à la demande volontaire de diagnostic émise par Mme Marie-José Guillou, propriétaire du terrain situé allée des peupliers à Carhaix-Plouguer (29), le Service Régional de l’Archéologie a saisi l’Inrap afin de réaliser un diagnostic archéologique sur les parcelles concernées. Les
  • parcelles AS 46, 48p, 6p et 5 du cadastre actuel représentent une surface de 11 060 m² (fig. 1). 1.2 Contexte géographique et géologique L’emprise du diagnostic est localisée sur la partie ouest du plateau carhaisien dont l’altitude varie entre 116 m et 122 m NGF. Le sous-sol est
  • caractérisé par des formations carbonifères de schiste dit de Châteaulin. Sur la parcelle, le substrat, atteint à 30 cm en moyenne sous le sol actuel, correspond soit à des veines de roches de schiste soit à une altérite de schiste ocre-jaune. Fig. 1 Plan général des tranchées. © Erwan
  • situe dans une zone de la cité antique de Carhaix-Plouguer, présentant un potentiel archéologique. En effet, le tracé de la voie antique reliant Carhaix-Plouguer à Douarnenez est en périphérie immédiate. 1.4 Méthodologie et problématiques Fig. 2 Localisation de l’opération par
RAP03388.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). Allée des Peupliers 1. Rapport de diagnostic)
  • topographe. Les sondages ont été réalisés grâce à une midi-pelle de 15 tonnes équipée d’un godet lisse de 2m de large. Sept tranchées ont pu être réalisées. Carhaix N Limite du territoire des Osismes en rili Ke Hyères Rennes / Vann es / Corseul Pont-aqueduc Monument funéraire
  • désignation Résultats 27 1. Le cadre de l’opération 27 1.1 Circonstances de l’intervention 27 1.2 Contexte géographique et géologique 28 1.3 Contexte archéologique 28 1.4 Méthodologie et problématiques 29 2. Présentation des résultats et conclusion
  • 30 3. Annexes I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et
  • l’environnement Organisme de rattachement Intégré au zonage archéologique sensible Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Références de l’opération Dates d’intervention sur le terrain Finistère (29) Commune Carhaix-Plouguer Numéro de l’arrêté de prescription
  • 2017-071 21 février 2017 Adresse ou lieu-dit Allée des Peupliers - 1 Numéro de l’opération D115648 Codes code INSEE Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 29024 2017-020 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert 93 Nature de
  • scientifiques 9 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, SRA
  • affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, SRA Ingénieur d’études Contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Grand Ouest Mise en place et
  • Laurent, Inrap Gestionnaire de la base Gestion du matériel Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Entreprise Beaussire Terrassement Ouverture des tranchées de sondage Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches
  • génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Céline Baudoin, Inrap Responsable d’opération Responsable scientifique Serge Kosseev, Inrap Technicien d’opération Travaux de terrain Frédéric Boumier, Inrap Topographe Levés topographiques Prénom Nom, organisme
  • d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Céline Baudoin, Inrap Responsable d’opération Rédaction du rapport Frédéric Boumier, Inrap Topographe Réalisation du plan topographique Stéphane Jean, Inrap Dessinateur-infographe DAO / PAO Intervenants
  • administratifs Intervenants techniques Équipe de fouille Équipe de post-fouille 10 Inrap · Rapport de diagnostic Carhaix-Plouguer (Finistère), Allée des Peupliers - 1 Notice scientifique État du site Le diagnostic a été réalisé le 21 février 2017 à l’emplacement d’un projet de
  • lotissement, allée des Peupliers à Carhaix-Plouguer (29). La surface à sonder était de 2854 m². L’opération présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe le long de la voie antique CarhaixDouarnenez. Sept tranchées de diagnostic ont été réalisées. Le terrain naturel a pu être
  • observé dans chaque tranchée et ce, à une profondeur moyenne de 40 cm sous le niveau de sol actuel. Une ancienne limite parcellaire de type haie a pu être observée dans la tranchée 7, tranchée la plus à l’est de la parcelle. Cependant, aucune trace d’occupation à caractère
  • archéologique n’a été détectée. À l’issue de l’opération, toutes les tranchées ont été rebouchées. I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Localisation de l’opération Bretagne, Finistère, Carhaix-Plouguer, Allée des Peupliers - 1 Saint-Brieuc Carhaix x : 1211552,10
  • GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Le plan visualisé sur cet extrait est géré par le centre des impôts foncier suivant : BANT DE CHATEAULIN PLACE DE KERJEAN 29150 29150 CHATEAULIN tél. 0298867900 -fax 0298863228 bant.chateaulinj
  • 26 Inrap · RFO de fouille Carhaix-Plouguer (Finistère), Allée des Peupliers - 1 II. Résultats 27 1. Le cadre de l’opération 1.1 Circonstances de l’intervention Suite à la demande volontaire de diagnostic émise par M Robert Manac’h, propriétaire du terrain situé allée des
  • peupliers à Carhaix-Plouguer (29), le Service Régional de l’Archéologie a saisi l’Inrap afin de réaliser un diagnostic archéologique sur les parcelles concernées. Les parcelles AS 47p et 49 du cadastre actuel représentent une surface de 2854m² (Fig.1). X=1211500 X=1211400 X=1211300 X
  • L’emprise du diagnostic est localisée sur la partie ouest du plateau carhaisien dont l’altitude moyenne se situe à 116m NGF. Le sous-sol est caractérisé par des formations carbonifères de schiste dit de Châteaulin. Sur la parcelle, le substrat, atteint sous 40cm du sol actuel, correspond
  • , présentant un potentiel archéologique. En effet, le tracé de la voie antique reliant Carhaix-Plouguer à Douarnenez est en périphérie immédiate. 1.4 Méthodologie et problématiques L’opération s’est déroulée sur la journée du 21 février 2017 et a mobilisé deux agents de l’Inrap ainsi qu’un
  • ? Localisation présumée du centre monumental ez nen Tronçons mis au jour Rues antiques attestées Rues antiques présumées Nécropole et urnes isolées emplacement du terrain sondé allée des Peupliers Fig. 2 Localisation du site dans la ville antique. © Gaétan Le Cloirec 0 m 500 Document
RAP00287.pdf (VANNES (56). 21, avenue de Verdun. rapport de sauvetage urgent.)
  • de bronze. fig. 2 n° 11 - une monnaie très usée. AS DE NIMES (-8 à + 15) * Droit: IMP. au dessus DIVI F. au dessous. Bustes adossés et couronnés d'Agrîppa et d'Auguste Revers : COL. NEM. Crocodile attaché à un palmier. - 9 - - Les couches 106 et 107 - La couche 108
  • sortie de Vannes en direction de Rennes, et qui dessert le quartier militaire :casernes, ancien arsenal,ancien hôpital militaire. Lors de la construction de ces casernes, dans les années 1870, de très nombreuses sépultures à incinération exhumées lors du tracé du chemin de ronde
  • , avaient fait connaître l'emplacement du cimetière de la ville romaine, et, donc, la limite orientale de celle ci. Depuis, d'autres découvertes, liées à la pause de différents réseaux, ont confirmé l'intérêt d'exercer une surveillance sur les chantiers de ce quartier. La destruction
  • caves devaient être creusées. En effet, il apparut aux différents intervenants qu'il n'était pas souhaitable d'arrêter le chantier, et qu'en rassemblant un nombre relativement élevé de fouilleurs, épaulés par l'assistance technique des ouvriers chargés d'édifier l'immeuble
  • , on pouvait en deux journées assurer la fouille et le relevé des structures enfouies. La fouille a été effectuée dans ces conditions fîg- 1 les 30 et 31 Août 1988. Elle a porté exclusivement sur la partie sud Photo 1 de la parcelle, soit sur une aire de dix mètres de côté. C'est de ce
  • sauvetage dont il est rendu compte, dans la première partie de ce rapport. Dans la deuxième partie, on lira le compte-rendu de la deuxième partie de la fouille, non prévue initialement, mais rendue nécessaire par le bouleversement du sol de la parcelle lors du creusement des tranchées
  • fouillé en Septembre 1988 Responsable : A. PROVOST. la parcelle AY 224 La fouille de sauvetage menée les 30 et 31 Août 1988 n'a porté que sur la partie sud de la parcelle ( v. page précédente), là où le projet de caves imposait un décaissement de deux mètres. En un premier temps, la
  • été successivement mis au jour - A - PREMIER NIVEAU : COUCHE 100. Il est matérialisé par une couche de terre végétale, rapportée, épaisse de 0, 80 m., et recouvrant les horizons anciens. Cette couche comprend des tessons de céramique moderne et post-médiévale. Elles est
  • interrompue par les fondations des constructions modernes qui viennent d'être arasées. On observe en particulier le long mur de façade du garage détruit, dont les assises coupent perpendiculairement les structures romaines. - B - DEUXIEME NIVEAU. NIVEAUX ROMAINS DES l°-2° S. dnè. Cuuuttb
  • JLUI a ±m, xOy a XIJ, lzO a ±zz. En plan, ce deuxième niveau se définit par un ensemble de structures bâties, dont subsistent les fondations des murs "volés". Ces structures s'ordonnent autour d'une galerie centrale, large de 2,80 m., orientée nord-est/ sud-ouest, dite
  • ensemble B, et séparant un ensemble A, semble-t-il en partie à ciel ouvert, d'un ensemble C où l'on observe, dans cette partie de la fouille, deux pièces, dont une carrée, de 3,60 m. de côté. Le mur oriental de cette galerie, dénommé mur 121, et le mur occidental, dénommé mur 122
  • , n'apparaissent que par leurs tranchées de fondation, comblées de débris variés, larges de 0,60 m. En coupe, ces tranchées apparaissent emplies de débris de mortier, de remblais de démolition et parfois d'enduits peints. - 7 - Dans l'espace appelé galerie (ensemble B), limité par les murs
  • 121 et 122, et à ses abords, les différentes couches suivantes ont été reconnues : -1- Couche 101 et couches 109 à 113^ contemporaines des murs 120 à 122. - COUCHES 109 à 111. Très apparentes dans la galerie. 109 est de couleur marron-brun, recouvrant la couche 101 et 111
  • faveur d'une couche de destruction.EIle a livré un fragment de poterie commune, une anse d'amphore, bifide, et un tesson de fumigée. -2- Couches 103 et 104,semble-t-il antérieures aux murs 120 à_122_. - Les couches 103 et 104 Il photo 5 couvrent serait tentant d'y voir murs 120
  • à 122, ces couches, niveau de fier si qu'il la coupe, l'ensemble de la zone fouillée. la couche d'occupation, la coupe ne montrait que sectionne. Faut-il le mur 121, l'état antérieur, repose sur admettre qu'au moins su peut-être refait, sans qu'il associée aux le mur
  • bronze - Un fragment de ouvert : lampe à huile - 104 est une couche d'argile jaune, crue, vierge de tout tesson. Elle apparait surtout entre 121 et 122. - 8 - Les datations fournies par le mobilier trouvé dans ce deuxième niveau sont cohérentes, et orientent vers une
  • occupation englobant la deuxième moitié du premier siècle, et le second siècle. L'ensemble de ces structures pourrait avoir appartenu à une domus avec cour centrale, entourée d'une galerie. - C - TROISIEME NIVEAU. NIVEAU PRECOCE. COUCHES 105 à 108. (Fin 1° siècle avant au milieu 1
  • ° siècle après.) Le mur 121 repose sur la couche 106, tandis que le mur 122, contemporain du précédent, sectionne les couches 105 à 108. Une occupation antérieure à l'édifice évoqué page précédente est donc évidente. Sa chronologie est fournie par le mobilier de la couche 105. - La
  • Couche 105 est une épaisse couche dépotoir, dont le faciès se détache nettement de la partie sud du secteur A. Elle a été malheureusement sectionnée par les sondages de la pelleteuse. Cette couche a livré unabondant matériel, chronologiquement homogène : - briques, tegulae, mêlées à
  • des ossements divers, huîtres, coqu.i II âges. fig. 3 n°1 - Une corne de cervidé, utilisée comme outil : les traces d'usure montrent qu'elle a servi de pic. - clous métalliques et charbons de bois. fig. 4 fig. 4 n°3 n°4 fîg. 4 n°5 - céramique noire, commune, à gros
RAP03139.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). Rue Le Borgne. Rapport de diagnostic)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). Rue Le Borgne. Rapport de diagnostic
  • LE CLOIREC Gaétan
  • ne permettent pas d’interpréter la nature du bâtiment. Il se pourrait même que les deux murs repérés délimitent simplement un espace ouvert. Le mobilier témoigne d’une occupation allant du Ier au IIIe siècle apr. J.-C. Carhaix en rili Ke Hyères Rennes / Vann 5 Limite du
  • Mobilier Céramique Un diagnostic a été prescrit par le Service Régional de l’archéologie dans la parcelle AM 197, située en périphérie orientale de la ville antique de Vorgium. Deux murs, formant l’angle sud-ouest d’une construction ou d’un espace clos, ont été mis au jour à
  • cette occasion. Un plot parementé a également été retrouvé mais son rapport avec les autres structures est difficile à interpréter. Ces incertitudes ne sont pourtant pas essentielles car l’intérêt principal de ces découvertes concerne la présence même de vestiges gallo-romains
  • , orientés selon la trame viaire, dans ce secteur de l’agglomération. Ces résultats confirment que le chef-lieu des Osismes s’étendait à l’est de la rue de l’Aqueduc Romain conformément à une hypothèse, formulée dès 1999. A cette date, un diagnostic, entrepris dans un terrain situé plus
  • au nord, avait effectivement révélé que d’importantes constructions, intégrées au tissu urbain, se développaient de ce côté. La limite orientale de la ville n’est toutefois pas très loin car les voies de circulation modernes bifurquent au-delà d’un axe nord-sud situé au niveau de
  • la rue Le Borgne. Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Bâtiment, Urbanisme Carhaix-Plouguer, Finistère, Rue Le Borgne Rapport d’opération Chronologie Antiquité romaine, Empire romain Carhaix-Plouguer, Finistère Rue Le Borgne sous la direction de Gaétan Le Cloirec
  • Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Inrap Grand Ouest septembre 2015 Diagnostic archéologique Rapport d’opération Rue Le Borgne 29024 Code INSEE — D110702 2014-138 Système d’information Code Inrap Arrêté de
  • prescription Carhaix-Plouguer, Finistère sous la direction de avec la contribution de avec la collaboration de Gaétan Le Cloirec Françoise Labaune-Jean Céline Bélanger Philippe Cocherel Stéphane Jean Vincent Pommier Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné
  • prescription 18 Projet scientifique 21 Arrêté de désignation Résultats 25 1. Le cadre de l’opération 25 1.1 Le contexte administratif 25 1.2 Le contexte archéologique 26 1.3 Méthodologie et problématique 28 2. Présentation des
  • vestiges 29 2.1 Sondage 1 30 2.2 Sondage 2 31 2.3 Sondage 3 33 2.4 Le mobilier par Françoise Labaune-Jean 33 2.4.1 Méthode de travail 33 2.4.2 Catalogue 33 2.4.3 Apport du mobilier 34 3. Interprétation et conclusion 35
  • administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine te l’environnement Propriété privée Département Finistère (29) Propriétaire du terrain Commune Mme Catherine Garignon
  • Carhaix-Plouguer Adresse ou lieu-dit Rue Le Borgne Codes 29024 Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription 2014-138 D110702 Numéro de l’arrêté de désignation Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert CC48 x : 1213210 y : 7251610 z : env
  • 67737 35577 Cesson-Sévigné Dates d’intervention sur le terrain 15 juin 2015 - 22 juin 2015 Numéro de l’opération code INSEE Organisme de rattachement Responsable scientifique de l’opération Gaétan Le Cloirec, Inrap 8 Inrap · RFO de fouille Carhaix-Plouguer (29) – Rue Le
  • Restauration I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie
  • Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, SRA Conservateur Contrôle scientifique Michel Baillieu, Inrap Adjoint scientifique technique Mise en place et suivi de l’opération Gaétan Le Cloirec, Inrap Responsable d’opération Responsable scientifique Prénom Nom
  • , organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, SRA Conservateur Contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap
  • Gestionnaire de base Gestion du matériel Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Gaétan Le Cloirec, Inrap Responsable d’opération Direction de l’opération Céline Bélanger, Inrap Technicienne de fouille Fouille, relevés et
  • enregistrement Phillipe Cocherel, Inrap Technicien de fouille Fouille, relevés et enregistrement Vincent Pommier, Inrap Topographe Levé topographique Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Gaétan Le Cloirec, Inrap Responsable
  • Réalisation du plan topographique Intervenants administratifs Équipe de fouille Équipe de post-fouille 10 Inrap · RFO de fouille Notice scientifique Un diagnostic a été prescrit par le Service Régional de l’archéologie dans la parcelle AM 197, située en périphérie orientale de la
  • ville antique de Vorgium. Deux murs, formant l’angle sud-ouest d’une construction ou d’un espace clos, ont été mis au jour à cette occasion. Un plot parementé a également été retrouvé mais son rapport avec les autres structures est difficile à interpréter. Ces incertitudes ne sont
RAP00284.pdf (VANNES (56). rue du Four. rapport de sauvetage urgent.)
  • - 0,80 m/N.O. - NIMES. AS, coupé pour servir de semis. 28 av. J.C., 15 après J.C. - D : Bustes d'Agrippa et d'Auguste au dessus IMP ; au-dessous DIVI F - R : Crocodile attaché à un palmier COL NEM - ref : J.B. Giard. Le monnayage antique de Nîmes. Ecole antique de Nîmes. 1971/72, p
  • à un palmier CÔL NEM - ref : J.B. Giard : le monnayage antique, op.cit. p. 47-60 ,n° 5,9 et BNC,I,p.26. n° 14 - CASALE ( Italie). Guillaume Gonzague. 1566-1587 - LIARD au dauphin, 1581 - D : D G DVX MAU III et M F E I dauphin à droite - R : IN DEO SPES MEA. 1581 Croix
  • PATRICK ANDRE ALAIN TRISTE A A *4r 4r 4r 4r 4>"A>' *Jc FOUILLES ARCHEOLOGIQUES (SAUVETAGE PROGRAMME) RUE DU FOUR A VANNES MORBIHAN 1982 Décision de sauvetage programmé n* 1 882 - Direction du Patrimoine - Sous-Direction des Fouilles et Antiquités Rapport transmis à M. Le
  • .) Direction scientifique : M. ANDRE Patrick 5 rue Jérôme d'Arradon 56000 VANNES : aidé de : TRISTE Alain 3 rue Mathurin Méheut 56000 VANNES Plans et dessins : K. NASLAIN, A. TRISTE, P. ANDRE. I - L;INTERVENTION ARCHEOLOGIQUE : Origine et Conduite II - LES VESTIGES ARCHITECTURAUX MIS
  • AU JOUR : Ensemble n° 1 Ensemble n° 2 Ensemble n° 3 Ensemble n° 4 III - LE MOBILIER Analyse des principaux éléments : - 29 Monnaies - 87 Fibules - 43 Estampilles - Amphores - "Bleu d'Egypte" - Céramique sigillée - Céramique fumigéè "terra nigra' - Céramique commune _ 20 Lampes à
  • huile - 10 Sépultures Iv _ L'APPORT DE CETTE INTERVENTION ARCHEOLOGIQUE A LA CONNAISSANCE DU VANNES ANTIQUE. I - L'INTERVENTION ARCHEOLOGIQUE : Origine et Conduite A) Les raisons de 1'intervention Le quartier Saint-Patern, à VANNES, occupe la colline de Boismoreau, où s'est
  • développée au Haut-Empire la ville romaine de DARIORITUM. Cette colline s'élève à quinze mètres au-dessus du quartier de l'actuelle Préfecture édifiée dans une zone alluviale autrefois marécageuse. A 17,50 m d'altitude, la place Cabello est le point culminant de ce quartier Saint-Patern
  • . Plusieurs rues rayonnent autour de ce point élevé : la rue du Four descend vers le carrefour Saint-Nicolas, très étroite, elle a conservé un aspect désuet, voire insalubre. Ses vieilles bâtisses, la plupart sans caractère, étaient depuis plusieurs années appelées à disparaître. Dans le
  • cadre de 1'opération : Programme d'Amélioration de l'Habitat (O.P.A. H.), une action de rénovation immobilière visait à remplacer l'ancien tissu urbain par un complexe de quatre-vingt logements sociaux. En 1981, le Centre d'Etude et de Recherches Archéologiques du Morbihan avait
  • réalisé, dans la parcelle 202 des sondages qui avaient montré la richesse du site. Les vestiges mobiliers attestaient une occupation précoce, datant de la période augustéenne et tibérienne : on exhumait là, les plus anciens souvenirs connus du Vannes Antique (v. rapport de sauvetage de
  • 1981) B) Le chantier de sauvetage programmé 1982. La campagne de fouilles, commencée au début du mois de mai s'est poursuivie jusqu'à l'automne : 1°) - De mai à juillet, les fouilleurs membres du Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan, ont poursuivi et terminé
  • les recherches dans les parties non bâties des parcelles 200, 201 et 202. Les foui1leurs permanents étaient : . Patrick ANDRE . Alain TRISTE . Ka'él NAS LAI N . Monique THUREAU . Xavier MOUTET . Patricia POIRIER L'aide de la municipalité a permis de mener à bien cette fouille
  • , sans précipitation : A la demande du responsable, et sous son contrôle, un engin mécanique a supprimé la terre végétale, et les différents obstacles ralentissant l'approche de la couche archéologique (buissons, appentis, gravats etc.). Le plan 2 montre l'implantation des carrés de
  • fouille sur les parcelles 200, 201 et 202. La fouille y est menée jusqu'au rocher et occupe tout l'espace non bâti. 2°) Lors de la destruction des immeubles bordant la Rue du Four et le côté Nord de la rue de la petite Garenne, une surveillance active est exercée car cette opération
  • s'accompagne du nivellement de l'ensemble du site jusquà la cote - 3 m. Des structures appartenant aux ensembles 2,3,4 (Plan 3), sont alors révélées et étudiées. Comme en 1981, toutes les mesures de nivellement sont prises à partir d'un point 0 qui est le seuil bétonné de l'immeuble récent
  • , sis au 31 rue du Four. I Niveau 0 (Seuil immeuble 31 rue du Four) : 17,10 m. ait. | 3") Etude du Matériel Le sauvetage-programmé de la rue du Four a livré une masse considérable d'objets mobiliers qui en constituent l'intérêt premier : Ils éclairent d'un jour nouveau les débuts
  • de l'occupation romaine à Vannes et témoignent l'ouverture de son port sur le monde antique. L'étude de ce mobilier est appelée à se prolonger plusieurs mois. A quelques semaines de la fin des recherches, on ne peut, ici, n'en donner qu'un reflet provisoire. Du moins, a-t-on tenu
  • à présenter quelques séries complètes : fibules, amphores, estampilles, etc.. Le responsable scientifique de la fouille remercie les spécialistes qui ont bien voulu procéder aux analyses et à l'étude des différents vestiges : . M. Le Professeur P. R. GIOT : Etude du "bleu
  • * lui +0 50 k0 50 fandati on ***** i~-o E 1 + 1,00 rocher -2, 50 1 PLAN N°4 A . TRISTE i II - LES VESTIGES ARCHITECTURAUX MIS AU JOUR 1°) - Introduction, (voir plan 3) La fouille archéologique effectuée avant la destruction des immeubles, et les ultimes découvertes
  • révélées lors des terrassements qui ont suivi leur démolition, ont mis au jour quatre ensembles architecturaux Le plan 3 situe.ces quatre secteurs : - Ensemble 1 : C'est le bâtiment fouillé pendant toute l'année 1982. (voir ci-après et plan 4) Ensemble 2 Au Sud-Ouest, et contigue à
RAP02930.pdf (QUIMPER (29). 8 rue Léo Lagrange. rapport de diagnostic)
  • direction du sud pouvant atteindre 11 %. Le terrain se présente sous la forme d’un ancien jardin en friche, planté d’arbres (chêne, palmier, pommier…). Le substrat se compose d’arène granitique. Fig. 2  - Quimper, 8 rue Léo Lagrange : localisation cadastrale 13 Rue A. Menard Rue Pen
  • ET SCIENTIFIQUES RÉSULTATS 1 : INTRODUCTION 1.1. Les conditions d’intervention 1.2. Les moyens 2. LE CONTEXTE GÉNÉRAL 2.1. Le site 2.2. Le contexte archéologique 3. L’INTERVENTION ET LES RÉSULTATS 3.1. L’intervention 3.2. Les vestiges mis au jour 4
  • Madame Bontonnou et Monsieur Le Floc’h Références de l’opération Commune Quimper Numéro de l’arrêté de prescription n°2013-270 Adresse ou lieu-dit 8 rue Léo Lagrange Numéro de l’opération D106138 Codes Code INSEE 29232 Numéro de dossier Patriarche Numéro de l’entité
  • au 10/01/2014 Post-fouille Du 27/01/2014 au 31/01/2014 Lieu de dépôt des archives: Numéro de l’arrêté de désignation n°2013-290 Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Madame Bontonnou et Monsieur Le Floc’h (propriétaires) Nature de l’aménagement Coordonnées géographiques
  • 37577 Cesson-Sévigné Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Non communiqué 6 INRAP, Cesson-Sévigné Lieu de dépôt de mobilier : Dépôt de fouille du Faou Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance
  • Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération François Erlenbach, DRAC Directeur régional des affaires culturelles Prescription et contrôle scientifique Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie Mise en place et suivi de l’opération Jean
  • , organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Clande Le Potier, Inrap Directeur interrégional Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap Administrateur Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap Adjoint
  • Logistique Collaborations Intervenants administratifs Maîtrise d’ouvrage et financeur de l’opération Prénom Nom, organisme d’appartenance Madame Bontonnou et Monsieur Le Floc’h 1 rue Paul Gauguin 29000 Quimper Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques
  • Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-François Villard, Inrap Chargé d’études et d’opération Responsable scientifique Eddie Roy Assistant d’étude Travaux de terrain, de relevés et d’enregistrements Équipe de post-fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches
  • génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-François Villard, Inrap Chargé d’études et d’opération Coordination scientifique, texte, dessins, infographie, étude de mobilier, mise en page du rapport 7 Mots-clefs des thesaurus Objet métallique Chronologie Édifice
  • osseuse Céramique Restes Végétaux Faune Sujets et thèmes Flore 8 Conservation Restauration 9 Fig. 1  - Quimper, 8 rue Léo Lagrange : localisation du site 10 1 : INTRODUCTION 1.1. Les conditions d’intervention (Fig. 1 et 2, cliché 1) Le projet de construction d’une maison
  • individuelle sur les pentes du mont Frugy à Quimper, a amené les propriétaires du terrain, M. Le Floc’h et Mme Bontonnou, à réaliser des sondages préalables à la demande du Service régional de l’archéologie, dans le cadre de la politique de surveillance du patrimoine archéologique (arrêté
  • 2013-270, cf. annexe). Cette opération de diagnostic archéologique, sise au 8 rue Léo Lagrange (parcelle CE 332), a pour but de déterminer la présence ou non de vestiges sur ce terrain, de les caractériser et, éventuellement, d’en demander l’étude, ceci dans le but de viabiliser
  • l’emprise du projet immobilier envisagé. La superficie de la parcelle à diagnostiquer est de 395 m². Celle-ci s’inscrit dans le zonage de protection archéologique défini sur la commune de Quimper. 1.2. Les moyens La mise en œuvre du diagnostic archéologique est confiée à l’Institut
  • , assistant d’étude. Le Centre de recherche archéologique du Finistère assure la logistique en mettant à disposition ses locaux et sa documentation, le matériel de fouille ainsi que le matériel informatique et photographique. Cliché 1 : vue vers le sud de la parcelle avant
  • l’intervention archéologique 11 énie Trom du la Frugy 12 vers Ké ri (nord d lien e des Osi la cité smes) Kervouyec B Kergolvez (?) Kergolvez St Conogan Kergroac'h (?) 0 1 km N E O S Relief (courbes et tous les 10 mètres) Od Zone basse Penvillers (- de 5 m) Cuzon
  • -Avel Kercaradec Bourg-les-Bourgs Mont Frugy IX XII Creac'hMaria Kermoisan Jet Parc-ar-Groas LOCMARIA Keriner Rue L. Lagrange VIII Poulguinan Kerlaéron V Le Braden II VII I Penancréac'h IV III vers V a nnes Keradennec Kersalé Le Quinquis Le Moustoir n n) oe de
  • Tronçon d'itinéraire principal fouillé Site fortifié du Second âge du Fer Itinéraire ancien (pré-romain, romain ou médiéval ?) Fig. 3 - Quimper, 8 rue Léo Lagrange : environnement archéologique de la parcelle, les sites gaulois et gallo-romains (fond de carte CRAF ; extrait de Le
  • Bihan, Villard, 2012) 2. LE CONTEXTE GÉNÉRAL Site rural gallo-romain 2.1. Le site (Fig. 1 à 4) Le terrain se trouve sur la pente méridionale du promontoire du mont Frugy, en contexte densément urbanisé. Il s’agit de la dernière parcelle libre de toute construction, vestiges
  • des terres agricoles entourant les fermes de Creac’h-Maria jusqu’au milieu du XXe siècle. Ce secteur de la ville fut progressivement loti à partir des années 50. La parcelle concernée se situe à une altitude moyenne de 45 m NGF. Elle présente cependant un pendage général en
RAP01480.pdf (VANNES (56). le site gallo-romain de bilaire. rapport de diagnostic)
  • VANNES (56). le site gallo-romain de bilaire. rapport de diagnostic
  • LE SITE GALLO-ROMAIN DE BILAIRE VANNES 56 260 036 H (MORBIHAN) D.F.S de Sondages de diagnostic. 13/11/1997-05/12/1997 Sous la direction de Michel BAILLIEU A.F.A.N RENNES : S.R.A. BRETAGNE 1997 I FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPERATION 'P.Département : 56 SITE
  • documentaires: ..S.£/?... N° des 10 à 20 diapo. les plus représentatives fouille et mobilier) : . R^ït*. d.*u.sr. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS ANNEE : „/.ô.9.?.... COLLABORATEUR(s): TITRE : . . le . .S./e AUTEUR (nom. prénom) : S. l.tTfiOW fc.ft.lll. .l.Ç.M WXjLOh.cr LOLMXC
  • . Simon (A.F.A.N). Mise à jour de la documentation graphique Inventaire et identification du mobilier céramique. Participations: E. Le Goff. Consultation sur l'attribution chronologique des céramiques non tournées. D. Pouille (A.F.A.N). Identification des monnaies. G. Le Cloirec
  • -A Le Goff (C.E.R.A.M) Topographie - dessin : T. Arnoux. Géomatitien. Objecteur de conscience au S.R.A. L. Simon Gestion du mobilier : L. Simon Photographie : M. Gautier (vues aériennes) M. Baillieu Intervenants administratifs: Service Régional de l'Archéologie M. Vaginay
  • sur le cadastre de 1977. Fig. 3 : Localisation de la fouille sur le cadastre de 1807. Fig. 4 : Localisation des sondages sur le plan d'ensemble de la fouille. Fig. 5 : Plan d'ensemble des vestiges gallo-romains. Fig. 6 : Sondage 3, coupe A-A' Fig. 7 : Plan de l'emprise estimée
  • du site sur le cadastre de 1977. 1 1. Cadre matériel de l'opération archéologique. Le projet de lotissement communal de Bilaire se situe en dehors du zonage archéologique de la ville de Vannes, sur les parcelles 222 et 224, section AV et AW du cadastre de 1977. Des mentions de
  • 1997 par le Service Régional de l'Archéologie, afin de vérifier la présence d'un site archéologique sur l'emplacement du futur projet de lotissement communal (Cl. 1). Cl. 1 : Vue par photographie aérienne du site (cliché M. Gautier, juillet 1997) Fig.1 : Cadastre 1807. Plan de
  • le contrôle scientifique du Conservateur Régional de l'Archéologie a été confiée à M. Baillieu, assisté de L.Simon (Archéologue de l'AFAN). La ville de Vannes, maître d'ouvrage, a assuré le financement de l'opération. Sa gestion a été confiée à l'Association pour les Fouilles
  • Archéologiques Nationales. Nous tenons a remercier les personnes suivantes pour leurs différentes contributions : - Monsieur A. Triste, Président du Centre d'Etudes et de Recherche Archéologique du Morbihan, ainsi que les membres de l'association pour leur participation à la fouille et au
  • traitement préliminaire du mobilier. - Monsieur T. Arnoux, objecteur de conscience au S.R.A. de Bretagne, pour la réalisation du plan de la fouille et des figures 1, 2, 3 et 7. - Monsieur D. Pouille pour l'identification des monnaies romaines et Monsieur G. Le Cloirec, consulté sur nos
  • attributions typologiques des fibules. - Monsieur Rouzé, responsable du Service Culturel de la Ville de Vannes et chargé du suivi du dossier. - Monsieur Maurice Gautier, archéologue responsable de la prospection inventaire sur le bassin occidental de la vilaine, pour son aide technique et
  • , Conservateur Régional, pour leurs multiples contributions à la mise en place et au suivi scientifique de l'opération. 3 . Méthodes de fouille et implantation des sondages. Ce diagnostic complémentaire a été mis en place afin de cerner plus nement les limites du site et de préciser les
  • bâtiment et de ses abords. Les tranchées situées sur le sommet de la colline (T10, T11, T12 et T13) )nt très peu profondes (0,10 à 0,20m). Un seul remblai de terre noire Dmogène (terre de labour) vient recouvrir le substratum rocheux en granit. La artie centrale de la parcelle 222
  • , située à l'ouest des tranchées T11 et T12 n'a as été sondée, compte tenu de l'absence de sédimentation : les veines de ■anit affleurent très régulièrement dans cette zone. Les tranchées situées à îxtrémité nord de cette même parcelle, soit au plus bas de la pente n'ont pas ivélé de
  • vestiges. Un sédiment unique d'argile ocre à marron clair et épais de 50 à 0,60m recouvre l'arène granitique. On peut noter l'absence de tout atériel archéologique (tessons, tuiles ou briques...) dans cette zone. Enfin, les tranchées positionnées au sud et au sud-est du bâtiment (T1 à 3
  • ) ont montré une sédimentation plus importante (0,60 à 0,80m) qui s'explique ar la forte déclivité du sol naturel. Ainsi, un dénivelé de 3m a été relevé entre fond de la tranchée T13 (située au sommet de la colline) et le fond de la anchée T9. Cependant aucune trace d'occupation n'a
  • été mise en évidence ans ce secteur. La tranchée T5, implantée dans le prolongement du mur de ôture du bâtiment, a recoupé des niveaux gallo-romains et plus précisément s couches de démolition du site. Ces niveaux sont présents dans la coupe sur iviron 5 m de long, au-delà desquels
  • ont retrouve un sédiment unique d'argile :re brune, homogène et stérile. L'ensemble des tranchées a été positionné ir le cadastre ancien de 1807. Les tranchées T9 et T2 ont été implantées de anière à vérifier si l'anomalie observée sur le cadastre de 1807 pouvait irrespondre à
  • tranchée 5 et ceci, afin de cerner les limites îriphériques du site gallo-romain. Trois sondages (S1, S2, S3) ont été stallés dans la partie sud du site (Fig. 4). Cela devait nous permettre acquérir des données propres à caractériser la nature et la chronologie du sèment, afin de
  • mesurer son intérêt scientifique et son niveau de mservation. L'enregistrement des données de terrain a été effectué en continu et de anière homogène pour les deux campagnes de sondages, à partir des fiches jnité stratigraphique utilisées pour les fouilles urbaines. L'inventaire du
RAP00636.pdf (CARHAIX (29). Persivien. rapport de sauvetage urgent)
  • iridi vi duel les à 2 km environ au sud-est de la ville au nord du village agricole de Persivien (cf. fig. 1). Cette opération allait donner à la Direction des antiquités historiques de Bretagne l'occasion de procéder à la fouille du sous-sol d'une exploitation rurale romaine sur
  • une grande étendue. En effet, avant que notre service eut été averti par son correspondant à Carhaix, M . Yves Guenver, de la présence sur le chantier de très nombreux tessons de poterie gallo-romaine, les engins de terrassement avaient décapé la totalité de la terre végétale
  • fait disparaître tous les témoins dépassant le sol (cf. fig. 2 Ainsi, par l'effet des engins modernes, et sans destructions superficielles, les archéologues étaient-ils à même d'examiner comme une table ras le ¿ubsStAatum d'une ferme romaine de grande taille, dans lequel avaient
  • été creusés les fondations des habitats, les fosses et les drains résultant d'une exploitation de quatre siècles. Si l'on ajoute â cela que le soleil, pointant à la fin de la période de fouille et asséchant rapidement un sol argileux, permit de remarquer, par l'effet différentiel
  • de la sécheresse sur les anciens murs et sur le terrain vierge, un ensemble de constructions dispersées â l'intérieur d'une enceinte, on pourra convenir que la fouille fut éminemment rentable. Qu'on veuille bien en faire le constat : Au cours de la première semaine de fouilles, au
  • 1978. - Une fosse avec de nombreux éléments du 1er siècle (verre, bronze, fer, céramique). - Un tronçon de l'aqueduc romain alimentant la ville de Carhaix, avec un pichet intact en céramique commune. Les fouilles étaient organisées avec la participation du personnel de la D.A.H.B
  • ., soit : R. SANQUER, Directeur 5 J.P. Barde!, agent technique, M . Ballan, objecteur de conscience affecté à la D.A.H.B., P. Aumasson, vacataire ; B . Gra'll, vacataire, et quelques jeunes Carftaïsiens. L " L'ETABLISSEMENT AGRICOLE, La situation est présentée sur le plan n° 3 , ci
  • -joint : a ) " Plusieurs bâtiments à l'intérieur d'une enceinte. A l'intérieur d'une enceinte matérialisée par des fondations de schiste de 0,80 m . d'épaisseur, plusieurs bâtiments apparaissent, soit greffé directement sur le mur d'enceinte (bâtiment A ) , soit placé à proximité
  • (bâtiments B et C). Dans la majorité des cas, il n'en subsistait plus que la dernière rangée de pierres de fondations (schistes), et seule la sécheresse plus marquée au-dessus d'elles permit de les apercevoir, pendant une seule journée / et de les mesurer. Les seuls restes de murs qui
  • subsistaient étaient placés au sud (sondages R 28 et R 25). Encore ne comportaient-ils que deux à trois rangées de moellons. La céramique découverte dans les couches d'occupation correspondaient principalement aux Ild et 11le siècles. b) - Plusieurs fosses dépotoirs d'époques différentes
  • . La coloration différente des fosses se détachait sur l'argile jaune : plus noire, plus fine, la terre qui les remplissait, montrait également des tessons plus abondants. Au centre, une fosse était remplie d'objets de fer. (plan n° 3 - 1 ). a) - La figure n° 4 , qui ne contient
  • qu'une petite partie de découvertes, montre surtout des instruments agricoles dont la plupart sont peu reconnaissables. b) ~ Dss fragments de bronze accompagnaient les objets de fer. Dans la figure n° 5 on reconnaît : - Une clochette (5a) - Une fibule (5b) - Une corne de cerf (5d
  • ). - Un cure-oreille (5f). - Un manche de miroir (5g). c) - des monnaies datent la fosse (cf. fig. 5) L'analyse fournie ci-dessous (voir en annexe 1 , par P. Gai 1iou) nous offre, comme monnaies les plus récentes, des oaam de Vespasien. Cela fixe la date d'enfouissement à la fin du 1er
  • (330-335). II - L'AQUEDUC ROMAIN Au mois de septembre 1 9 7 8 , l e s engins de terrassement approfondiren leurs sondages pour établir l'assise des divers pavillons constituant le lotissement. C'est alors qu'ils défoncèrent en trois endroits le sommet, de l'aqueduc alimentant la
  • ville de Carhaix. Cet a q u e d u c , dont la structure était connue (cf. G A L L I A , 1973, p . 365) et dont le tracé était suivi sur une bonne part des 40 kilomètres de son p a r c o u r s , se trouvait en excellent état de conservation (cf. fig. 10). Etabli en tranchée, l'aqueduc
  • a une largeur de 0,80 m et une hauteur de 1,20 m . La voûte est faite de moellons de schiste assemblés à la glaise. Le conduit lui-même est bordé de moellons de granit recouverts d'un enduit de tuileau sur une semelle de béton b l a n c , avec joints d'ëtanchéité en quart-de-rond
  • Carhaix à Rennes, était composé de plaques de schiste posées sur le sol argileux. De part et d ' a u t r e , deux fossés creusés dans l'argile étaient remplis de poteries de la fin du Ild et du début du Illê siècle. Sous le d a l l a g e , une poterie plus ancienne (époque flavienne
  • ) datait la construction du c h e m i n . Sur le côté o u e s t , à 3 m . M . Yves Guenver a v a i t , le 1er février 1 9 7 8 , découvert une urne funéraire recouverte d'une pierre. Cette u r n e , en poterie commune locale, était placée dans un entourage de pierres circulaires, de 1,00
  • de la D.A.H.B. a été particulièrement fructueuse. Elle a apporté de nouvelles données sur les exploitations agricoles romaines de grande t a i l l e , confirmant ce que l'on savait par les photographies aériennes, à savoir qu'un établissement de ce type ne se borne pas à une
  • résidence principale, mais est constitué de nombreux habitats entourés d'une enceinte. La particularité de cette fouille a porté sur les fosses et sur la présence d'un aqueduc urbain traversant le d o m a i n e . Fig. 1.- Localisation du chantier Fi g . 2.- Vue d'ensemble de
RAP01324.pdf (CORSEUL (22). Monterfil II. rapport de fouille programmée)
  • , MONTERFIL II1995 Année de préparation de publications Etude des données archéologiques Le site de Monterfil II fait l'objet de fouilles programmées depuis une dizaine d'années. Les premiers travaux se sont déroulés sous la direction de François Fichet de Clairfontaine en 1986 puis, lors
  • d'une fouille pluriannuelle de 1987 à 1989. Ces quatre années ont permis de commencer l'étude du bâtiment commercial de l'ilôt nord de Monterfil II. Le départ de ce chercheur a entrainé l'interruption des recherches en 1990. Ensuite, les travaux ont repris en 1991, sous la direction
  • de Hervé Kerébel, dans un premier temps par une fouille annuelle puis, de 1992 à 1994, dans le cadre d'un programme pluriannuel. Après l'achèvement de ce dernier programme, il s'est avéré nécessaire d'arrêter momentanément les travaux de terrain afin de reprendre l'ensemble des
  • données du site de Monterfil II. L'année 1995 a alors été réservée aux différentes études indispensables à la bonne compréhension des nombreuses données livrées par le site de Monterfil II depuis 1986. Ces travaux sont très variés et seuls quelques uns ont été programmés pour cette
  • année. D'abord, certaines vérifications sur le site s'avéraient utiles pour une meilleure compréhension de l'évolution architecturale du quartier sud de Monterfil II. Cinq secteurs différents étaient proposés, ils ont tous été abordés et ont permis de confirmer ou non certaines
  • hypothèses et de répondre à certaines interrogations du rapport de fouille pluriannuelle de 1994. Ces nouvelles recherches nous ont obligé à reprendre, en plusieurs endroits du site, le schéma d'évolution de ce secteur de la ville antique. Le diagramme stratigraphique des secteurs abordés
  • et une chronologie du site plus corrects. Les travaux d'étude ne sont cependant pas encore terminés. Certains articles peuvent tout de même être préparés et déjà proposés. Les recherches sur le site de Monterfil II et sur la ville antique en général, sont complétées par un travail
  • , dans le cadre d'un projet collectif de recherche, avec d'autres chercheurs spécialisés en urbanisme antique. Ce projet collectif de recherche regroupe les sites de Corseul, lublains (Mayenne), Rezé (Loire-Atlantique) et a pour titre : "Thèmes et méthodes pour l'étude de trois villes
  • de l'Ouest, élaborations d'outils communs". L'objectif de ce travail est de pouvoir rapidement proposer des sujets de recherche concernant les trois sites. Afin de faciliter les comparaisons et les échanges de documents, nous avons été amenés à réfléchir sur une standardisation de
  • nos outils de travail (informatique, thésaurus...) Ainsi, en 1995, nous avons poursuivi une réflexion sur la normalisation de nos documents graphiques. Sur les trois sites, ceux-ci seront désormais élaborés en fonction de règles communes susceptibles de faciliter rapidement des
  • comparaisons fiables. Les documents ci-après répondent à ces règles du projet collectif de recherche. LES TRAVAUX DE 1995 : Le programme de recherche pour l'année 1995 prévoyait deux opérations. La première consistait en la reprise, sur le terrain, de cinq secteurs non abordés ou non
  • compris au cour du programme précédent. La deuxième partie du travail concernait surtout l'étude du mobilier issus des fouilles depuis 1986. Ces travaux devaient aussi permettre de confirmer et d'affiner la chronologie du schéma d'évolution perçu sur le site de Monterfil II. I. Les
  • sondages de vérification sur le terrain : A la fin de l'opération 1992-1994, cinq points du chantier avaient été retenus afin d'y réaliser des sondages de vérification. Les cinq secteurs ont été abordés au cours de l'année 1995. Sondage A : L'enlèvement du sol du petit hypocauste
  • (secteur IV, rapport 1994, p.64) devait nous permettre de retrouver le prolongement vers le sud du mur est du bâtiment à l'estrade (rapport 1994, p.39). La présence du sol bétonné de l'hypocauste nous permettait aussi de disposer, en-dessous, d'ensembles stratigraphiques bien scellés et
  • donc non perturbés par d'éventuelles structures postérieures. Ceci s'avérait intéressant pour s'assurer, entre autres, de la datation d'un niveau précoce (US. 118) reconnu autour de l'hypocauste dans le secteur III. Le même niveau retrouvé sous l'hypocauste (US.473) a livré une
  • grande quantité de fragments de céramique (616 fgts) qui, associé à ceux de l'US.l 18 proche (841 fgts) permet, pour une fois, de disposer d'un lot suffisamment intéressant pour étudier la céramique de cette période (au total, 1457 fragments). Le premier objectif était en fait de
  • retrouver la jonction entre le bâtiment à l'estrade et le bâtiment dit "à mosaïque" (rapport 1994, p.41). Le premier bâtiment apparaît au cours du règne de Tibère. L'autre, plus tardif est construit lors de la phase d'expension de l'urbanisme correspondant au milieu du premier siècle. Le
  • bâtiment à mosaïque ne vient pas détruire le bâtiment antérieur, il le borde sur ses côtés est et sud. Ils ont fonctionné ensemble jusqu'à la fin du premier ou le début du second siècle. Ils sont alors, tous les deux, détruits et remplacés par de nouvelles constructions. Le bâtiment à
  • l'estrade ou bâtiment tibérien se prolonge au delà des limites de l'hypocauste. On ne le retrouve cependant pas au sud de la fondation de quartzite du mur de l'hypocauste (mur 10) du bâtiment à la cave construit plus tard. La présence d'un arbre n'a pas permis d'étendre le sondage vers
  • ce secteur. Il semble cependant que le mur est du bâtiment à l'estrade ne se poursuit pas au delà de ce mur 10. Le retour du mur a probablement été détruit par le mur sud de l'hypocauste. Dans ce cas, le mur 80 du bâtiment à mosaïque se poursuit plus vers l'ouest. Il rejoint peut
RAP00672.pdf (LANDEVENNEC (29). abbaye Saint-Gwénolé. rapport de sondage)
  • afin d'y planter des palmiers! Enjambant vers le Sud la zone déjà fouillée par Mr BARDEL, nous avons commencé par trouver la suite du dallage en dalles de calcaire , signalé dans le rapport de 1978, qui vient buter contre un muretin en arc de cercle (largeur: 0, 0m) ne comportant
  • Coupes stratigraphiques 81 et 32. Pl. 6 à 10: Clichés des sondages et murs. Pl. 11 à 16: Le matériel recueilli. -Pl. -Pl. -Pl. -Pl. -Pl. 11 : monnaies. 12 et 13: céramique XVIlIème. 14: céramique XVIIème. 15: le verre. 16: le métal. L'Eglise Abbatiale. Pl. 1?: Plan des sondages
  • . -tages 10 à 13: les sondages, description... il. 18: coupes stratigraphiques. Pl. 19: Le Bas-côté Nord. Pl. 20: au pied de l'escalier. Pl. 21 et 22: le bas-côté Sud. M O N A S TIC O N GALLiCANUM. Âne. Prov. de Tours ARC Dioc. de Quiuiper CoîV? Peigné-Delicourt 1869 ABBAYE D E S
  • le Clergé Itégulier du Einistère en 1 790 (cf. BSAE 1937, pages 106 et s.), Laniel BERNARD nous donne l'état de la Maison Conventuelle au 16 Avril 1792 d'après l'estimation des délégués du district de Chateaulin. Il nous rapporte cette description de l'aîle Est: "L'aîle de la
  • Maison sur le jardin a 150 pieds de longueur, 30 de profondeur, largeur du cloître comprise, et 24 pieds de hauteur, 2 cavec en terre." Le plan " du premier étage" réalisé par le î'rère Robert PLOUVIER en 1 651 nous renseigne utilement sur la fonction des diverses pièces qui
  • composaient le rez-de-chaussée de cette aîle et dont les traces sont encore repérables sur le terrain; il s'agit, du Nord au Sud, de la prison, du chapitre, d'un cabinet attenant à la salle des hôtes, puis après un couloir, du lavoir attenant au réfectoir des moines, et enfin à l'extrémité
  • Sud le pressoir. Après dégagement des broussailles et d'une partie des déblais nous sommes en mesure de situer ces diverses pièces sur le terrain, b'aîle Est de la maison conventuelle a une longueur totale hors-tout de 48,50m côté jardin (pressoir non compris) et comprend
  • successive- ment : - la prison: 3m x 6,50m - la salle du chapitre : 9m x 6,40m - le cabinet: 2,80m x 6,40m - la salle des.hôtes :. 8,50 x 6,80m; le mur ouest possédait une cheminée d'une largeur de 2,20m bien située dans l'axe de la pièce. - Le passage vers le jardin: 1,60m x 6,80m - le
  • lavabo: 2,60m x 6,80m - Le réfectoir: 14,70m x 6,60rn. Les murs de refend qui séparent ces diverses pièces sont d'épaisseur inégale: - prison-salle du chapitre: 0,65m, avec des fondations d'une épaisseur de 1,10m. - salle du chapitre-cabinet: ? peut-être 0,90m. - cabinet-salle
  • des hôtes: 0,65m. - salle des hôtes-passage: - passage-lavabo: 0,85m 0,90m - lavabo-réfectoir: 0,55m - mur sud du réfectoir: 0,95m. Tout ceci noxjs indique clairement que cette longue aîle était de fait le résultat de l'adjonction de trois bâtiments, soient deux bâtiments de
  • d'hôtes, et de la salle d'hôtes à la cuisine et aux escaliers. Le rez-de-chaussée: Chapitre et Salle d'hôtes. Le mur Ouest est encore debout sur une hauteur d'environ 6m au-dessus du niveau de la salle du chapitre du XVIIème. La hauteur sous plafond dans cette salle du chapitre et les
  • salles avoisinantes était de 4,20m. Au niveau du seuil de la salle du chapitre, nous re- marquons dans le mur ouest deux autres portes: l'une dans la salle du chapitre est entièrement bouchée, l'autre dans la prison n'est murée que du côté cloître; il s'agit là de vestiges de l'état
  • antérieur aux travaux de 1 643. Le niveau du plancher dans le cabinet et la salle d'hôtes était plus haut que celui de la salle du chapitre d'environ o,50m, d'après l'emplacement de poutre maîtresse découvert dans le parement Nord du mur (E); soit quelque 0,20m plus bas que celui du
  • passage vers le jard in. Ici le niveau du plancher est très net: le parement Nord du mur ( E ) comporte huit logements pour poutrelles destinées à porter un plancher. Le mur Ouest de ce 2ème bâtiment (Cabinet + salle d'hôtes), mur (D), est bien moins épais que le mur ouest de la
  • salle du chapitre mur (C): 0,75m au lieu de 0,95- Il comporte lui aussi les traces de deux embrasures de portes, dont la plus proche du chapitre est de type gothique. Elles appartiennent à un stade antérieur aux travaux de 1637 au cours desquels elles auraient été murées. Leur niveau
  • de seuil se situe à environ 0,65m plus bas que celui du chapitre du XVIIème siècle S'il faut en croire le changement d ' apj)areillage au-dessus de la porte qui jouxte la cheminée, ces pièces en ce temps-là auraient eu une hauteur sous plafond de 2,65m. Ces données sont
  • corroborées par le pare- ment ouest du mur ( D ) : 4 logements de poutres du cloître gothique sont repérables à une hauteur de 2,80m par rapport au niveau des seuils de ces deux portes. le niveau des planchers des pièces qui précéaèr®ftt.""la salle d,' hôtes et le cabinet a été
  • surélevé d'environ 1 ,1&m, afin de permettre 1'installation d'une cave. le mur Est présente la même particularité que le mur ouest: celle de varier considérablement en épaisseur. Depuis l'extrémité Nord du bâtiment, et sur une longueur de 18m, il a une épaisseur de 1,30m, puis pas se
  • ensuite à une épaisseur régulière de 0,95m, jusqu'à l'extrémité Sud de l'aîle. Dans la prison et une partie du chapitre, ce mur Est est encore debout sur une hauteur de 1,80m. A proximité du pignon Nord, ce mur (A) possède une fenêtre à ébrasement important, et dont le tableau
  • large de 1 ,50m a été muré probablement à la construction de la "prison" A partir de 6m depuis l'extrémité Nord, lemur Est a été démoli jus- qu'au niveau du chemin qui dessert le jardin; avant les dégagements il ressembla.it à un talus en pierres plutôt bas, sauf à l'extrémité
RAP01971.pdf (PAULE (22). "Kergroas". tumulus de l'âge du bronze et sanctuaire antique)
  • (Côtes d'Armor) Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Pau le. / % % responsables de l'opération : Yves Menez, Anne Villard-Le Tiec étude anthropologique : Isabelle Le Goff conception graphique / infographie : Mathilde Dupré détail d'une fresque de
  • la villa d'Oplontis près de Pompeï Conseil Général des Côtes d'Armor Service Régional de l'Archéologie de Bretagne UMR6566 RAPOOies jvî-1 " Les voyageurs pieux ont coutume, si quelque bois sacré, quelque lieu saint se présente à eux sur leur route, de formuler un vœu, de
  • encore un tertre consacré entouré d'une clôture, un tronc dans lequel on a taillé une figure, une motte de gazon arrosée de libations, une pierre ointe d'une huile parfumée. Car ce sont là choses menues. Quelques uns s'en enquièrent et les adorent ; mais ceux qui ne sont pas avertis
  • passent sans s'y arrêter. " Apulée, Florides I (exorde d'un discours prononcé par Apulée dans une ville ou il est de passage) trad. Paul Valette, Les Belles Lettres, Paris, 1924, p. 125 (Côtes d'Armor) Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroah à Paule
  • . responsables de l'opération : Yves Menez, Anne Villard-Le Tiec étude anthropologique : Isabelle Le Goff conception graphique / infographie : Mathilde Dupré détail d'une fresque de la villa d'Oplontis près de Pompeï Conseil Général des Côtes d'Armor Service Régional de l'Archéologie de
  • Bretagne UMR 6566 2003 Sommaire Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. Remerciements page 1 I - Rappel du programme d'intervention proposé pour 2003 page 2 II - Le tumulus - Anne Villard-Le Tiec page 6 11.1 Le tertre 11.2 La sépulture 3 11.3
  • Autopsie de la tombe 5 • Isabelle Le Goff - La fosse sépulcrale - Les traces laissées par le cercueil en bois - Taphonomie du cercueil - L'assemblage des planches - La mise en place du cercueil 11.4 La fosse 7 11.5 Synthèse - Le tertre - La fosse 7 : une sépulture ? - La sépulture 3
  • - Les sépultures en coffre 11.6 Premiers éléments du recrutement du tumulus 1 - Isabelle Le Goff 11.6.1 Les structures sans os - Sépulture 3 - Sépulture 5 11.6.2 Les structures sans os - Détermination du sexe. - Estimation de l'âge au décès - Sépulture 1 - Sépulture 2 - Sépulture 4
  • - Sépulture 6 - Conclusion III - Voie et sanctuaire - Yves Menez III. 1 La vole du second âge du Fer 111.2 La voie du Haut-Empire 111.3 Le sanctuaire 111.3.1 La clôture 111.3.2 Les portes 111.3.3 L'intérieur de l'enclos - Fosse et trous de poteaux - Les bâtiments maçonnés - Fondations
  • dallées ou maçonnées - Fours, foyers et rejets de cendres - Les chablis 111.4 Voies et épierrements 111.5 Le réseau routier : origine et évolution 111.6 Evolution et organisation du sanctuaire 111.7 Les mobiliers : objets offerts ou perdus 111.7.1 Monnaies et fibules - Inventaire des
  • monnaies 111.7.2 Les figurines 111.7.3 Céramiques et verreries page 6 page 7 page 11 page 11 page 11 page 11 page 13 page 14 page 14 page 14 page 16 page 17 page 18 page 19 page 21 page 21 page 21 page 22 page 22 page 22 PaQe 22 Page 23 page 23 page 23 page 23 page 23 page 25 page 30
  • page 32 page 32 page 37 page 42 page 42 page 42 page 47 page 49 page 52 page 53 page 55 page 57 page 60 page 60 paye 63 page 67 page 67 III. 8 III. 9 III. 10 III. 11 Offrandes, mobilier et cuisine de sacrifice Le sanctuaire antique de Paule : éléments de comparaisons Elements
  • d'interprétation En guise de conclusion page page page page 73 74 79 80 IV- Perspectives en faveur d'une poursuite du programme de recherches page 82 Annexe 1 Annexe 2 Bibliographie page 84 page 85 page 88 Remerciements Les données analysées dans ce rapport résultent de l'effort
  • reconnaissance pour la sueur qu'ils ont largement dispensée sur le chantier à l'ensemble des fouilleurs. Elodie BAIZEAU Anne BARON Olfa BEN YOUSSEF Sébastien BEREAU Linda BOUTOILLE Pierre CARRIÉ Franck COLUN Béatrice CORBEL Audrey DESSAGNE Véronique DUBOULET Adeline HANNOYER Martin HEES
  • Véronique JOUAULT Yann LAUNAY Alice LE BAUD Joseph LE GALL Axel LEVILLAYER Céline MERRER Elodie PETIT Manuel PRADEL Olivier RENAUD Frédéric TEISSIER Mathieu TREGRET Nous n'omettrons pas de remercier les financeurs : - le Ministère de la Culture et de la Communication Direction Régionale
  • des Affaires Culturelles - Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, et notamment M. Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Régional, qui a soutenu cette activité de recherche effectuée par deux agents de son service ; - le Conseil Général des Côtes d'Armor et notamment M. Claudy
  • LEBRETON, Président du Conseil Général, Mme Françoise MAURICE, Chef du Service de l'Action Culturelle, ainsi que M. Erwann LE BOZEC, en charge du patrimoine archéologique et des musées, qui ont su convaincre les élus de la nécessité de mettre en place les financements nécessaires à
  • l'intérêt qu'ils ont manifesté envers la fouille et la qualité de leur accueil, Mme de KERSAUZON, propriétaire, et MM. Pierre-Yves et Dominique LE BORGNE, exploitants de la parcelle concernée. 1 Yves Menez, Anne Villard-Le Tiec I - Rappel du programme d'intervention proposé pour 2003
  • - Localisation du site. - ce programme prévoyait d'autre part, pour l'année 2003, la poursuite de la fouille d ' u n tumulus protohistorique et d'un sanctuaire antique partiellement étudiés en 2002 (Fig. 2). Les objectifs prioritaires fixés pour cette opération étaient d'achever la fouille d
  • u tumulus sous la responsabilité d'Anne Villard - Le Tiec, avec la participation d'Isabelle Le Goff, anthropologue de l'INRAP, et celle de Dominique Marguerie de l'UMR 6566 de Rennes, pour le prélèvement d'échantillons. Le site de Kergroas à PAULE, dans les Côtes d'Armor, est
RAP03599 (CARHAIX-PLOUGUER (29). rue Le Borgne. Rapport de Fouille)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). rue Le Borgne. Rapport de Fouille
  • Sujets et thèmes Bâtiment Mobilier Industrie lithique, Céramique, Objet métallique, Verre Un projet de maison individuelle, rue Le Borgne à Carhaix-Plouguer (29) a nécessité la réalisation d’une fouille archéologique. Bien que l’emprise de la fouille soit restreinte (304 m
  • ²), il a été possible de mettre en évidence l’installation d’un parcellaire dès le ier siècle ; parcellaire qui semble conditionner toutes les installations postérieures. Cependant, les différents aménagements observés ne présentent pas de plan assez complet pour être clairement
  • identifiés. Le mobilier indique que le site est occupé de manière continue entre les ier et iie siècles voire jusqu’au iiie siècle de notre ère. Il n’y a pas de traces d’occupation entre les vestiges antiques et les fosses contemporaines repérées sur le site. Si les vestiges mis au jour
  • au cours de la fouille de la rue Le Borgne sont tenus, ils permettent cependant d’affiner nos connaissances sur l’organisation de la ville antique de Carhaix. Grace à eux, nous pouvons compléter la trame urbaine de ce secteur encore peu étudié. Fouille archéologique Finistère
  • , Carhaix-Plouguer, rue Le Borgne Empire, Bas-Empire Rapport d’opération Antiquité romaine, Haut- Finistère, Carhaix-Plouguer, rue Le Borgne  : Rue Le Borgne Chronologie Finistère, Carhaix-Plouguer, rue Le Borgne Rue Le Borgne sous la direction de Céline Baudoin 37 rue du
  • Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Rapport d’opération Inrap Grand Ouest Inrap Grand Ouest juillet 2018 Fouille archéologique Rapport d’opération Rue Le Borgne 29024 Code INSEE — F115892 2016 - 202 Système d’information Code Inrap
  • Arrêté de prescription Finistère, Carhaix-Plouguer, rue Le Borgne sous la direction de avec la contribution de Céline Baudoin Françoise Labaune-Jean Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné juillet 2018 « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un
  • document administratif communicable au public dès sa remise au service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions de la Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26
  • mars 1993, il pourra être consulté ; les agents des Services Régionaux de l’Archéologie rappelleront à tout demandeur les droits de la propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les
  • photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit
  • de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les
  • documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique 8 Mots-clefs des thesaurus
  • 9 Intervenants 11 Notice scientifique 12 Localisation de l’opération 14 Arrêté de prescription 21 Projet scientifique d’intervention 35 Arrêté d'autorisation de fouille Résultats 39 1. Le cadre de l'opération 39 1.1 Circonstances de l’intervention 39 1.2
  • vestiges 64 3.1.1 3.1.2 3.1.3 3.1.4 64 3.2 L’intégration des vestiges dans le paysage antique 67 4. Étude de la céramique par Françoise Labaune-Jean 67 4.1 Méthodes de travail 67 4.2 Catalogue par contexte de découverte 71 4.3 Les autres mobiliers 63 63 64 Phase
  • Phase Phase Phase 71 4.3.1 4.3.2 4.3.3 4.3.4 72 4.4 Apport du mobilier 72 4.5 Archivage du mobilier 73 5. Conclusion 75 6. Bibliographie 71 71 71 Le Le Le La I II III IV métal verre lithique terre cuite Inventaires techniques 79 1. Tableau des inventaires 79
  • , techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet
  • 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs
  • conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs
  • . Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont