Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4060 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00696.pdf (PLOMEUR (29). beg an dorchenn. pointe de la Torche. rapport de fouille préventive)
  • PLOMEUR (29). beg an dorchenn. pointe de la Torche. rapport de fouille préventive
  • . . .J L-J—i1 L_ , Lui ,J ,.l . , i i L . . i i „ «4—1. 4¿ rl Ii iV |, •i» «ii««« M « nfl« la M B 11un H U U t»«mji »M M uuu >1 H 11 * M»H un »1 H »1« »i « U»H U * »1 un11T M 11 » « « M M MU ««M«« II H « K «1 11
  • objets pouvant être replacés par quart de mètre carré V - et 5 à 8 cm de niveau. LA S T R A T I G R A P H I E f (fig. 4) . ' V Un sondage réalisé en CI 203 révèle la stratigraphie suivante, qu'on a retrouvée dans les autres carrés, sauf bouleversements dûs à la tranchée
  • lithique est celui qu'on retrouve dans la majorité des sites de transition Mésolithique final - Néolithique ancien, avec dominance des armatures trapézoïdales et présence des lames et lamelles d e n t i c u l é e s , dites "L Montba.nl". Plusieurs caractères négatifs différencient
  • Fnagmentz mlziaux ExxnimUiz diztaiez TOTAL LAMELLES BRUTES Lrnez bnuXez entilnez ! I ; : i : : : 1 l 2 1 : 9 :i4 : 6 :ii : 7 :: 101 '.'•'. 1 '. 1 '. 1 3 '. 2 '. '. : '. I '. : ', 1 '. 3 '. '. '. '. : ', 1 ', '. 1 '. ', \ S 4 2 :: : '. 4 '. 1 \ 1 : 2 : 1 : 2 : 7 : 4 : : 2 \ 3
  • \ S l 3 l 4 112 '. 7 l 2 ' 4 l 3 '.'. 55 '. '. 1 '. '. '. '. '. 2 '. '. ! : '. '. 3 Tableau 1 : Décompte de l'outillage trouvé dans la couche 4, par carré. ::::: :;:: : ::::: ::::: ::::: ::::: :::: : :::: : GRATTOIRS ECLATS PERCOIRS DJVERS U N E S BURÏHS RET. o.c
  • . LAMELLES RET. JET. t'' i / ? .., .. ^S BEG 7 \ AN D3RCHEN N KERI IILUO [ y J / i h- / pgjKïïS LAMELLES RET- POINTES A BASE LAMES ET ! RETOUCHEE M. LAMELLES TRAPEZES A BASE SEGMENTS A DOS TRIANGLE! CQUV. I 0 MOHTBAHl NUK P E J . i i . i i i É 1 1 1 1 1 1 L 1 1 i i i
  • v / e.* . .rJSKViu Petite -Chômez Praz- •. v ínirrinrriv k o LA TORCHE 6QS v» PLOMEUR Finistère Section A4 Echelle 1/2000 — —" 3 FRONT Fig. 3 : DE FALAI5E surface fouillée en 1984. BEG AN DORCHENN 4 : coupe stratigraphique; carré CI 2 0 3 , nord . La couche 4
  • a . I a ' i + + i . i • < i • . : . . i • ° i . > i la cf »• l Fig. 7 : Répartition des artefacts dans la couche 4 ; les carrés de fouille donnent l'échelle : 1 X 1 m. o Fig. 8 : armatures et pointes en os ; les armatures prises dans l'encadré ont été découvertes hors
  • Programme Olivier P 24 PLOMEUR B E G AN (FINISTERE) DORCHENN Campagne Sauvetage Site N ° 29 programme 171 002 N° 1456 1984 KAYSER Programme P 24 Olivier KAYSER, Conservateur à la Direction des Antiquités de Bretagne PLOMEUR (FINISTERE) BEG-AN-DORCHENN
  • ++++ Campagne Sauvetage programmé N° 1456 Site N° 29 171 002 1984 BEG-AN-DORCHENN I - ENVIRONNEMENT - CAMPAGNE 1984 ARCHEOLOGIQUE Le patrimoine archéologique du pays bigouden se révèle très riche : rappelons l'important champ de menhirs, actuellement détruit, qui s'étalait entre la
  • ) ; sites à trapèzes du Mésolithique récent à Ty-Lann, Ty-Nancien (Plovan), Porz-Carn (Penmarc'h). C'est dans ce contexte que se situe le site de Beg-an-Dorchenn (également connu sous le nom de La Torche) en Plomeur. II - LE SITE Il se présente comme une éminence rocheuse formant
  • actuellement une presqu'île dans la Baie d'Audierne (Coordonnées Lambert, zone I : X = 99,50 à 100,20 ; Y = 336,40 à 336,65, parcelle A4 (609) du cadastre de Plomeur). Ce point élevé attira l'attention à plusieurs époques : il y a 6000 a n s , une population de chasseurs-pêcheurs vint
  • s'installer dans la partie nord-est ; leur séjour dura probablement plusieurs décennies, voire siècles, pendant lesquels ils accumulèrent un nombre impressionnant de débris de cuisine. Durant le Néolithique, une sépulture mégalithique fut construite sur le sommet. - 2- A partir de 1
  • 'Age du Bronze et pendant 1'Age du Fer, il semble que sur la partie occidentale s'est établi un village, ce qu'attesteraient plusieurs dizaines de tessons de céramique recueillis en surface. A l'époque contemporaine, une habitation existait au niveau du mégalithe, tandis qu'un
  • le "dolmen". En I947-1950, P.R. GIOT fouilla plusieurs points du site, mettant en évidence un niveau mésolithique (l'amas coquillier), un niveau Bronze récent et un niveau de 1'Age du Fer. Ses travaux portèrent également sur le mégalithe. III - R A I S O N S DE L A FOUILLE
  • d'ailleurs renforcé par le fait que cette population serait en voie de néolithisation tations C 14 : GRN 2001 = 5970 (présence d'animaux domestiques ; da+ 80 BP ; GSY 65 = 5440 + 400 B P , d'après les fouilles de GI0T). IV - LA C A M P A G N E 1984 La Municipalité de Plomeur
  • réseau de précipitations, couleur brun très pâle. 0,95 - 1,30 m = C4 : amas coquillier, couleur brun-gris très foncé. 1,30 m - ? = C5 : terre argileuse, couleur jaune. - COUCHE I De formation récente, elle a livré des morceaux de f e r , un bouton d'uniforme et quelques silex dont
  • parois lustrées, sont attribuables à l'Age du Fer ; un fragment d'anse d'amphore a également été trouvé. . Lithigue : Il y a v a i t de nombreux silex en position se- condaire : nuclei, éclats, lamelles. Quelques outils attribuables au niveau mésolithique sont remarquables : un
  • épaisseur de couche de I m dans une partie actuellement détruite). Quelques charbons de bois ont pu être prélevés à la base, en vue d'une datation C 14. La couche était riche en matériel, avec une concentration verticale dans les dix centimètres supérieurs et à la base, le mobilier étant
  • plus clairsemé entre ces deux niveaux. D'autre part, une grande structure de pierres a pu être mise en évidence sur 8 m2. f " LA STRUCTURE (photos I à 5 et fig. 6) Il s'agit d'un lit de grosses pierres roulées et de galets pouvant dépasser les 50 cm de long. Cette structure
RAP01049.pdf ((29). région de Plovan. rapport de prospection inventaire)
  • les points 98,980/346,940 et 98,925/347,000, tandisque les environs du po i n t98 , 880/34 6 , 940 présenterait un groupe différent, sans grattoirs sur entame et avec des nuclei peu typiques. Ce dernier groupe n'est peut être cas- sans rapport avec la présence d'une hache polie en
  • partie del' ensemble de Corlan, et de 1' ensemble de Pontpouillec Il n'est pas impossible que la prés-'nce de quelques butins, ainsi que d'un briquet soient des indices d'une occupation néolithique . . F) Ensemble dit de Kerdrezec; Ce petit ensemble d'outillage n'aurait rien de
  • LÀ CAMPAGNE 1-974 DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE DANS LA REGION DE PLOVAN (FINISTERE) RAPPORT Les recherches antérieures dans la région de Plovan, commencées il y a un peu plus de dix ans par P. Berrou et Y. Le /"bal, puis poursuivies depuis 1970 par des campagnes de fouilles
  • annuelles, avaient montré la richesse de l'arrière-pays de la Baie d'Audierne en sites mésolithiques de surface (Berrou-Gouletquer, 1973). Au fur et à mesure de 1 ' avancement de r\oi travaux,,, il devenait cependant de plus en plus évident que les recherches préliminaires aux fouilles
  • , en partant du principe qu'il convenait de rendre compte clans les documents définitifs de la position des objets avec une précision en rapport avec le densité des concentrations. 1) Les parcelles pauvres (voir par exemple, fig. 1, parcelles 398, 200/. 98,400 347,000/347,200) sont
  • de faire effectuer un premier tri de ce matériel au fur et à mesure de la récol te, chaque participant . suivant ses trouvailles d'un bout à l'autre de la chaîne de l'étude. Le document definitf ne tient compte que des objets ne prêtant à. aucune confusion (nuclei, outils divers
  • ° (fig. 1), en tenant compte de la répartition repérée sur le terrain. La dispersion de ceux-ci fait. qu'une grande précision n'est pas nécessaire pour donner une image significative de la surface étudiée. 2) Les parcelles riches. Lorsqu'une surface se révèle particulièrement riche
  • reportées sur le plan cadastral. Cette métho.de n'empêche pas le prospecteur de noter sur sa fiche de ramassage les observations qu'il peut faire concernant la répartition plus ou moins homogène des objets à 1 ' intérieur- de son carré. Le résultat est que, dans des parcelles où la
  • en évidence, dans une répartition générale assez dispersée, trois nuages assez bien délimités, autour des points 97,875/347,200 ; 97,925/347,210 : 98,000/347,220. Dans ces trois ensembles, les grattoirs sont rares, les nuclei peu typiques. La signification des dispersions dans les
  • silex (98,935/346,960). E) Point 98 , 750/34 8 , 575 ; Il s'agit d'un petit ensemble assez nette, assez bie délimité dans une grande zone très pauvre. Bien que nombreux, les nucleis sont peu typiques, ainsi que les grattoirs, ce qui semble indiquer un site assez semblable à une
  • , qui serait, caractérisée par l'utilisation de ce silex blond, et un débitage très soigné à lamelle, très différent G) KERVOUYEN. • Le site de Kervouyen, sur lequel nous avons effectué deux comapgnes de fouille, occupe 1? majeure partie de la parcelle ZD 16 a, et déborde sur la
  • préciser l'existence d'une concentration dans la parcelle ZD 17 a. Très riche par endroits, cet ensemble est orienté Est-Ouest. La répartition des outils est à peu près homogène, et la figure 2 montre l'intérêt qu'il y a à isoler outils et nuclei du reste du maté- riel : les
  • différences dues au plus ou moins grand entraînement des prospecteur s'estompent. Cette concentration, que nous connaissions par des prospections traditionnelles, en particulier effectuées au cours de la campagne de fouille de 1971, est caractérisée par des nuclei pyramidaux très typiques
  • se différencie très nettement d'un autre cjont nous avons découvert l'existence, le long de la bordure sud de la parcelle ZD 17 e. Il sem- ble d'ailleurs que le découpage des parcelles nous donne une idée très partiell de ce nouvel ensemble, qui peut se diviser en deux groupes
  • , ainsi qu'un scalène épais. . Au contraire, le second ensemble comporte davantage de grattoirs, et sur- tout de nuclei, et peu de lames et lamelles. Cette différence dans le matériel courant est soulignée par la présence d'un trapèze symétrique très soigné, que l'on pourrait
  • d'établissements plus durables. Cette constatation va nous conclu i re à chercher, dans les sites principaux, les éléments caractéristiques les plus visibles (matériaux employés, nuclei, grattoirs, lames et lamelles) qui pourraient servir à identifier les groupes disséminés sur le territoire
  • étaient insuffisantes, et le resteraient, tant qu'elles seraient tributaires de cher- cheurs isolés, comme cela avait jusqu'alors été le cas. C'est pourquoi, cours de la seconde campagne de fouille sur le site de Kergalan, au en 1973, une première expérience de prospection
  • systématique fut effectuée sur le site de Ty-Lan, sous la direction de J. Krzepkowska. Ce premier essai nous confirma que la véritable recherche dans ce domaine, et dans l'aire géographique qui nous concerne, devait coomencer par de telles prospections. METHODE DE TRAVAIL Elle consiste à
  • fraîchement labouiées, cultures, familiari- nous avons ainsi ou recèlent débarrassées des et sur lesquelles le matériel lithique était visible. Au cours de la canpagne de Septembre, nous avons approfondi nos observations, • tout en amé- liorant progressivement notre technique de
  • repérage des objets. Une dernière sortie, effectuée le 30 Octobre, devait nous permettre d'illustrer une méthode maintenant parfaitement au point. Les parcelles peuvent se classer en trois groupes : 1) Les parcelles pauvres en matériel archéologique, vues, ou même totalement dépour
RAP01472.pdf ((35). les sites préhistoriques dans les vallées du Canut et de la moyenne Vilaine. rapport de prospection thématique.)
  • (35). les sites préhistoriques dans les vallées du Canut et de la moyenne Vilaine. rapport de prospection thématique.
  • lames et à lamelles ont été décomptés : - 1 nucleus unipolaire arrivé à l'état d'exhaustion. Débitage de micro-lamelles et abrasion de la corniche. - 5 nuclei bipolaires dont 3 sont arrivés à l'état d'exhaustion. Les enlèvements peuvent être perpendiculaires (4) ou opposés (1). Deux
  • supports lamellaires et laminaires qui était recherchée et non pas la réalisation d'éclats. Plusieurs éléments d'avivages et flancs de nuclei ont été recueillis. Deux pièces sont plus particulièrement intéressantes : - 1 flanc de nucleus à 2 directions de débitage opposées. Les
  • Stéphane BLANCHET LE MESOLITHIQUE DANS LA MOYENNE VALLEE DE VILAINE Rapport de synthèse Prospection thématique Programme 10 Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1997 Autorisation de prospection n° 1997/13 du 18/03/97 SOMMAIRE INTRODUCTION 1 - Rappel des objectifs
  • et de la problématique 2 - Méthodologie mise en oeuvre 2. 1 Prospections et ramassages de surface 2.2 Etude des séries lithiques 3 - Prospections 1997 : les premiers résultats 4 - Prospections complémentaires et récupération de collectes anciennes 5 - Etude typo-technologique
  • d'une série lithique : l'exemple du site de la Cadiais 5. 1 Le site de la Cadiais et son milieu environnant 5.2 Méthode d'étude du mobilier 5.3 Nature des matières premières 5.4 Etude descriptive des produits de débitage 5.5 Economie du débitage et modes opératoires 5.6 Conclusion 6
  • - Occupation et matières premières 6. 1 L'état de la question 6.2 De nouvelles perspectives 7 - Bilan et perspectives CONCLUSION ANNEXES BIBLIOGRAPHIE INTRODUCTION Comme chaque année depuis 1993, notre campagne de prospection a été menée dans les vallées du Canut et de la moyenne Vilaine
  • quantitatives, c'est surtout l'aspect qualitatif qui a été favorisé. 1 - Rappel des objectifs et de la problématique Les objectifs et la problématique de ce programme de prospection 1997 sont restés, dans leurs grandes lignes, identiques à ceux des années précédentes. Nos recherches
  • réduite réunie aux moments opportuns, sur des secteurs précis, nous paraît plus efficace et facilement adaptable aux contraintes de la recherche. 1 La notion de she et d'indice de site reste subjective et n'implique pas obligatoirement la notion d'habitat. Contrairement aux années
  • effet, faut-il mieux travailler à partir d'un ensemble constitué de 50 débris et déchets ou d'une série de 20 objets composée d'outils, de nuclei et de débitage ? Nous préférons écarter la notion de site ou d'indice de site et raisonner en terme de point d'information. Même si nous
  • assidues. 3 - Prospections 1997 : les premiers résultats Comme chaque année, la campagne de prospection 1997 a livré une série de nouveaux points d'information concernant l'occupation mésoUthique de la vallée de la moyenne Vilaine (cf figures 1 et 2). Nous réalisons ici une synthèse
  • : Bruz - Le Boël 3 ; 2 : La Chapelle-Bouëxic - La Crochais ; 3 : Guignen - Le Rochedeitx ; 4 : Iffendic - La Chambre aux Loups 1 ; 5 : Iffendic - La Chambre aux Loups 2 ; 6 Pléchatel - Le Prieuré 2 ; 1 : Pléchatel - La Rochelle ; 8 : Pléchatel - Le Val de bas Figure 1 : Points
  • Chapelle Bouëxic -La Crochais 1 : Trapèze ; 2 : Lamelle retouchée 3.3 Guignen : Le Rochedeux Le gisement de Rochedeux est situé sur un petit éperon formé par la confluence de deux petites vallées encaissées à 700 mètres en amont d'une belle cluse. La station de surface n'est pas
  • nucleus. Quelques éléments semblent en discordance avec le reste du mobilier et pourraient traduire une perturbation néolithique. Néanmoins, ce site très probablement attribuable à une phase récente du Mésolithique mérite d'être revisité. 3.4 Iffendic : La Chambre aux Loups 1 Le site
  • de la Chambre aux Loups 1 est implanté à l'entrée d'une magnifique cluse qui contrôle l'accès à une vallée très encaissée. Le gisement, qui semble assez riche en mobilier Uthique, présente une extension qui paraît importante mais relativement bien délimitée. La série recueillie
  • questions sur le contexte pétrographique et archéologique de l'occupation mésolithique de ce secteur. Iffendic - La Chambre aux Loups 1 1 : Pointe à base non retouchée ; 2 et 3 : lamelle et lame 4 : Nucleus Au sein de l'outillage, nous remarquons une pointe à base non retouchée, une
  • : La Chambre aux Loups 2 Le site de la Chambre aux Loups 2 se trouve en face du site de la Chambre aux Loups 1, de l'autre côté de la cluse. Sur ce secteur en lande les conditions de prospection sont beaucoup moins favorables. Les ramassages ne peuvent s'effectuer qu'au niveau d'un
  • concentrations. Les matériaux utiUsés semblent être les mêmes que ceux utiUsés sur le site de la Chambre aux Loups 1 (grès lustré et silex). Néanmoins, la proportion de silex paraît légèrement plus importante. Les artéfacts présentent un mauvais état de conservation (brûlés, fragmentés
  • nucleus Débris et casson chute de burin microburin Divers TOTAL Quantité 4 18 92 3 0 0 1 6 34 20 10 136 0 2 0 326 %* 1,20 5,55 28,25 0,90 0 0 0,30 1,80 10,45 6,15 3,05 41,70 0 0,60 0 100 * Les % sont donnés par rapport aux éléments bruts de débitage. L'observation des nuclei montre
  • que le débitage était orienté vers la production de lamelles. L'ensemble des nuclei est de petite dimension et se trouve à l'état d'exhaustion. Plus de 66% de ces éléments sont unipolaires ou bipolaires. Plusieurs tables et éclats de ravivage témoignent d'une activité de débitage
  • , les éléments proximaux montrent que l'abrasion des corniches était pratiquée, les talons sont fisses, bien délimités et à bulbes peu marqués. La faible part d'éléments corticaux et d'entames pourrait indiquer que la phase de préparation des nuclei n'était pas effectuée sur le site
RAP01403.pdf ((35). les vallées du Canut et de la moyenne Vilaine. rapport de prospection inventaire)
  • (35). les vallées du Canut et de la moyenne Vilaine. rapport de prospection inventaire
  • |5MlQl M|S,e| t Rayon du site (en 1 | | A \ S| m mètres) Année d'édition Circonstance de la découverte ; 9
  • / / 0.3% 0.7% / / / nbr artefacts 63 51 62 122 68 99 350 386 64 55 165 157 47 69 96 54 48 Tableau de décompte des silex de type 1 SITE L'Aubriais* Basse Rouillais I* Basse Rouillais II* Basse Rouillais III Beaurade* Bout de Semnon La Boutinière* Branfeul* Le Chatelier* La
  • Circonstance de la découverte ;(fî .oA Xa L XbL Xc L XdL XeL m 1 1 .il . . 1 ■ . 1 Yal Ybl Ycl . , i i i I , . Ydl Yel , , 1 i i i 1 1 iV II i i il i i 1*1 l vl M 1 1 i il 1 1 i 1 |.«ii.VK....s(»i -.U-)îWÏ>.. l Techniques de repérages t.Wft >./?fcvlj«*...fl
  • DOMANIALES lie-ot^ilaine (Sapt. 19701 Section g- -1'' CADASTRE COMMUNE l\ ' Feuille EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ZI SECTION 53 Chemin 5 37 35 \ 36/ h' II I t C LA N* d'ordre eu registr^ rotation des droits Coût du présent extrait: Cachet
  • est- I Zone :J£- Contours Iti9 (3 H ?i friS 1 YlZ |"S [(no| l i Circonstance de la découverte Xa I Xb I Xc I Xdl Xe I ^5\Q\ t Rayon du site (en mètres) | Année d'édition \2 i^g I m i i i ! i i i r i i I I M | | II 1 1 i i | ■ i i i L i i Ya[ Ybl Ycl ) Yd| , YeL
  • la découverte i^.o^x.[^ . J*- ...Lo.U««!v < Technktues de repérages i.. ?
  • MESOLITHIQUE ET PROCESSUS DE NEOLITHISATION DES VALLEES DU CANUT ET DE LA MOYENNE VILAINE SOMMAIRE Introduction I - Rappel des objectifs et de la problématique II - Méthodologie mise en oeuvre III - L'occupation mésolithique des vallées de la Vilaine et du Canut IV - Les indices de
  • CANUT Les matériaux se répartissent principalement entre le silex (73,5%) et le grès lustré (23,5%). Environ 35,3% des éléments sont issus de silex de type 1 Le débitage est plutôt orienté vers la production d'éclats. Néanmoins, les nuclei à lamelles et les lamelles restent très
  • été apprécié des Mésolithiques. En effet, au cours des campagnes de prospection précédentes, deux autres stations de surface ont été localisées à 200 mètres plus à l'est (Basse Rouillais I et II). => Le site de La Touche est matérialisé par une concentration de mobilier lithique
  • Poligné : - La Griffais (Mésolithique) Commune de Sainte-Anne-sur-Vilaine : - La Cossais II (Indéterminé) Commune de Sixt-sur-Aff : - Fouesnel (Mésolithique) ANNEXE 3 ILLE— ET — VILAINE PROSPECTIONS 1996 ■ 1 \...y> limite cantonale limite communale Cadre géographique de
  • à l'ourlé | Section(s) et parcelles :_-^e .4 '. ..ZJ^... ...../2aKa6L ..3^A / Observations : CARTE I.G.N. Numéro Nom .. Année d'édition BhVÙkjK Q COORDONNÉES LAMBERT Centre du site X Zone |Zi3 Rayon du site (en mètres) Contours i§ I 13 iS |Q 1 J ll
  • Xbl Xc I i i Q, \Q 1 m Xel Circonstance de la découverte ;.£ft#>^c(«j«>i Techniques de repérages j.m : YlliViiio^Mi? .51 Rayon du site (en mètres) | Année d'édition Zone : X- COORDONNÉES LAMBERT Centre du site Nom
  • 1 J L i 1 ■il i i 1 i i 1 . Ybl Ycl Ydl Yel , i , , , , ! . 1 1 1 1 Il II II ! . . 1 1 1 1 1 1 1 1 1 JLu..lo.t SJI>. S ..&Lnmexz Informateur jL - - AêtdJtfk .... P" IL. L -Cffk^Af^...^.^ J . . . .0*. . M.a{y. . . .V*v.U|*;< . . . JL* . - .4e»U . .0-./ ^^WlC
  • .
  • AH / 1 ' fî\3fà Modification^ I DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPOTS DÉPARTE MGNIÏÏ- Hle^t-Vilaine S«a.Vt$£ AFFAIRES FONCIÈRES ET DOMANIALES CADASTRE 6816 T (Sept. 1970 1 . Section - e Feuille COrvTrJfJtfTJIE ■AD- ^_f0^^.Lt :/A^ e N* d'ordre ou regisb rotation des
  • droîtifj T-XTRAIT ^5 Cachet du Service d'origine : POTS F NCIER Ga Charles : 9 B.P- '5 ' 35En3 CADASTRAL Echelle :l/_S^Oo Extrait certifié conforme au plan cadastral . à la date du 1
  • — Cachet du Service d'origine : DÉ REOOf . .. j < Place Charte* rf p : B. P - Gaulle i •- »-35603 ■ ' - , •y -,_L .ir* - T.* .-.-Jjélépfaone: fis 71 11 .23 *> Echel/e : Exfroif- certifié conforme au plan cadastral _ o-)
  • |& | Nature de l'opération : fjte >ç £i [jm ^L^éwdiiu*~< Responsable Année de première mention LA |AU\-e*J \L .^.l(ie.
  • _o la dofe tri -dessous (1). JL5LF _S>Q_ _ à la date du 1*janvierl9 Cochet du Service d'origine: A _J2J£CLO3Q_ le CENTRE" . tfKMWPôTs FONCIER DE REDON Place Charles de Gpulle B.P. 119 356Q3 REDON Télépliuiifci. 93 .7 l. h .23 t§ , 41 (1) I * i ARCHÉOLOGIQUE
RAP01644.pdf ((35). la vallée de la moyenne Vilaine. rapport de prospection thématique avec sondage)
  • (35). la vallée de la moyenne Vilaine. rapport de prospection thématique avec sondage
  • Stéphane BLANCHET CONTRIBUTION A L'ETUDE DE L'EPIPALEOLITHIQUE ET DU MESOLITHIQUE DANS LA VALLEE DE LA MOYENNE VILAINE Rapport de synthèse Sondages et prospection thématique Programme 10 Autorisation de prospection n° 1999/016 Autorisation de sondage n° 1 999/69 LES FAROUCHES
  • CHASSEURS MÉSOLITHIQUES Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1999 CONTRIBUTION A L'ETUDE DE L'EPIPALEOLITHIQUE ET DU MESOLITHIQUE DANS LA VALLEE DE LA MOYENNE VILAINE SOMMAIRE INTRODUCTION 1 - RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA PROBLEMATIQUE 2 - METHODOLOGIE MISE EN ŒUVRE 3
  • - PROSPECTIONS 1999 : LES PREMIERS RESULTATS 4 - UNE SECONDE SERIE DE SONDAGES SUR LE SITE DE LA GOHERAIS 1 5 - OCCUPATION ET MATIERE PREMIERE 6 - BILAN ET PERSPECTIVES Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de
  • Vilaine 1 7 DEC, 1999 INTRODUCTION Cette campagne de prospections et de sondages a été menée en 1999 dans la vallée de la moyenne Vilaine et ses abords. Ces recherches s'intègrent dans le programme 10: Le Mésolithique, mis en place par le Conseil National de la Recherche
  • sites présentés dans ce rapport. Une bonne part de nos recherches a par ailleurs été consacrée à la réalisation de sondages complémentaires sur le site de la Gohérais 1 sur la commune de Bourg-des-Comptes. 1 - RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA PROBLEMATIQUE Les objectifs et la
  • , zones humides...). Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 2.2 Etude des séries lithiques L'étude typo-technologique des séries lithiques que nous avons à notre disposition constitue une des
  • chronologiques ? quelles sont leurs Les sondages entamés sur le site de la Gohérais 1 à Bourg-des-Comptes en 1998 ont été poursuivis en 1999 avec quelques aménagements au niveau de la méthodologie. Ces deux campagnes de sondages ont livré des résultats particulièrement intéressants qui
  • seront présentés dans le chapitre 4 : une seconde série de sondages sur le site de la Gohérais 1 . Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 3 - PROSPECTIONS 1999 : LES PREMIERS RESULTATS Bien que
  • la campagne de prospection 1999 ne soit pas encore achevée, nous pouvons dès à présent livrer une nouvelle série de découvertes inédites réalisées sur notre secteur d'étude (figures 1 et 2). Ces découvertes sont issues de prospections que nous avons effectuées cette année mais
  • découverte par A. Hamerlack a malheureusement été égarée depuis l2 cm Guichen - Le Châtellier 1 : nucleus ; 2 : pointe à dos ; 3 : pointe Rapport de synthèse 1999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine par ce dernier. Nous
  • secteur sera effectué pour affiner la compréhension de ce site qui nous semble très prometteur. 1 : Guichen - Le Châtellier ; 2 : Laillé - Le Breuil-Durand ; 3 : Maure-de-Bretagne - Bout de Lande ; 4 : La Noë Blanche - Le Bas Branfeul (locus 3) ; 5 : Saint-Gonlay - Lorinou ; 6 : Saint
  • -Senoux - La Fosse Auger ; 7 : Sixt-sur-Aff - La Croix des Gouturiers FIGURE 1 : Points d'information signalés dans le rapport 1999 Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine FIGURE 2 : L'occupation
  • épipaléolithique et mésolithique dans les vallées de la Vilaine et du Canut Etat des découvertes en 1999 Rapport de synthèse 1 999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 3.2 Laillé : Le Breuil Durand La station de surface du Breuil
  • cassons TOTAL Quantité 1 1 2 1 1 1 4 8 16 3 26 64 Cette série lithique qui est limitée quantitativement offre néanmoins des éléments qui nous permettent de la rattacher au Magdalénien ancien et plus précisément à une occupation badegoulienne. Elle présente, en effet, un débitage de
  • envisagés. Rapport de synthèse 1999 - Contribution à l'étude de l'Epipaléolithique et du Mésolithique dans la moyenne vallée de Vilaine 1 Laillé - Le Breuil Durand 1 : grattoir sur éclat ; 2 : perçoir ; 3 et 4 : burin transversal sur troncature latérale ; 5 : burin transversal sur
  • , à grain fin qui présente de très bonnes propriétés élastiques. Bien que relativement modeste (91 pièces), la série lithique est particulièrement homogène et intéressante. L'observation des nuclei et des déchets de taille montre que le débitage était orienté vers la production de
  • supports lamino-lamellaires. La production d'éclats est plutôt liée à des phases de préparation ou de réfection. Ces éclats sont parfois utilisés de façon opportuniste, par exemple comme grattoirs. Notons que seuls 1 1 fragments de supports lamino-lamellaires ont été recueillis. Cela
  • peut paraître faible puisque la production était justement orientée vers l'obtention de lames et de lamelles. Néanmoins, il est fort possible que les préhistoriques soient repartis avec leurs précieux supports. Malgré l'absence d'armatures, plusieurs éléments (nuclei à Rapport de
  • l'analyse. 3.4 La Noë Blanche : Le Bas Branfeul (locus 3) La Noë Blanche - Le Bas Branfeul (Locus 3) 1 et 2 : triangles scalènes ; 3 : lamelle à troncature oblique ; 4 à 6 : divers microlithiques Cette station de surface constitue le troisième ensemble mésolithique connu à ce jour sur
  • certains éléments (notamment ceux sur silex) paraissent plutôt néolithique. Globalement, le débitage est orienté vers la production de supports Saint-Gonlay - Lorinou 1 et 2 : pointes à troncature ; 3 : débris de microlithe, 4 : lamelle à dos ; 5 : divers microlithique Rapport de
RAP00875.pdf (PLOUGOULM (29). toul an naour - penn an dour. rapport de sondage)
  • ' A g e du d e la p r o s p e c t i o n recueillirent le s e c t e u r voir de 50, période entraîné protohistoriques parcellaire 1 9 8 0 , au c o u r s années la d u n e a v a i t vestiges du B r o n z e , passages le d é b u t d e s à au sur continent. du Q u i
  • l l i e c . Lambert le I : x = Ses 191,1 -2- ; y = sous 1129,5. Il est e n r e g i s t r é le nO 2 9 - 1 9 2 - 0 0 2 I - LE de mésolithique exclus de p r o c é d e r l'aspect de son à un d é c a p a g e et s'est donc de la c o u p e prélèvements de
  • les substrat. . C cm, la limitée de de potentiel, et d é t r u i r a i t II - L A S T R A T I G R A P H I E sommet recouverte extensif paysager superficiel d'une dizaine est intérêt cette dune naturel intervention Archéologique AP. dune. Malgré l'extraction
  • presqu'île. d'éléments Couleur attribuables au - 3. C 1 à 1'Age du : Couche Formation postérieure Fer. III - I N D U S T R I E Le toutefois dunaire. mobilier des recueilli caractères La s é r i e DE LA C O U C H E C 3. est (Fig. peu d'identification 3) abondant
  • , avec satisfaisants. se r é s u m e à : , 43 éclats et esquilles. . 12 m i c r o l a m e l l e s , entières . 2 nuclei informes (galets . 1 éclat d'avivage de . 3 lamelles de fragmentées. testés). nucleus. à retouches 2 fragments ou latérales. lamelles étroites
  • à bord retouchée, trouvée hors abattu. . 1 (Une pointe stratigraphie, segment. étroite peut être IV - D A T A T I O N Un datage Gif-sur-Yvette, VALLADAS. La m e s u r e , l i v r é le r é s u l t a t base jointe à cet DE L A C O U C H E a grâce à été à
  • N D A G E (nO 8 9 - 0 9 AP) Le secteur de T o u l - a n - N a o u r / P e n - a n - D o u r est connu depuis l'exploitation nombreux de la région D. ROUE grande de permirent partie au d'où de c o n s t i t u e r provenaient La m i c r o f a l a i s e , à cet
  • endroit particulier mésolithique rare une prélevé des Le les rongée une tombolo q u i r e l i e la p r e s q u ' î l e Il sur est coordonnées la sont rive est de les s u i v a n t e s l'Age 1979). En littoral de J . - C . LE GOFF attribuable avec et Plusieurs
  • sédiment de de hauteur qui à afin la sur 5 cm de se plusieurs il demeure entraînerait irrémédiablement presqu'île. un Notre rafraîchissement relever et de cm de d'une quinzaine La s t r a t i g r a p h i e à deux largeur, profondeur. (Fig. présente 2) a i n
  • s i , d e la base au : . C 5 : Substrat C irrégularités du 4 : 3 : ( s u r la p a r t i e v i s i b l e ) m. Couleur noisettes et d ' u n e que l'on beige. Texture Mésolithique. Head diaclasé. arénacé, Lentille et brune. Texture . C granitique piégé dans
  • suivant 0 3. effectué la réalisée ensemble.) par compréhension sur coquilles tandétron de Madame de n o i s e t t e s , : . Gif, TAN 89 339 : 8 830 + 180 B.P.. à H. a -4V - INTERPRETATION Les c a r a c t é r i s t i q u e s C 3 sont d'armatures en le
  • constante de terme afin de pouvoir Dour aux quatres d'années que : ce n'est le donc à ce q u e sa position l'érosion de la coupe une série supposer. La s u r v e i l l a n c e devrait quinzaine Préboréal-Boréal. habitat côtier, contrairement laisserait alors groupe
  • a l o r s un p r e m i e r à l'intérieur la au ce jour sur c e t t e i n d u s t r i e à la t r a n s i t i o n Ce q u i sommes calage chronologique positionner Toul-an-Naour/Pen-an-Dour place jusqu'à de l'existence attribuable plus d'une finistérien, aucun et
  • : PLOUGOULM. Pen-an-Dour XSÍH? : Stratiqraohie « Fig. 3 1s 3 4, 6 7 i : PLOUGOULM. Pen-an-Dour 2 : Mobilier d e la c o u c h e : Lamelles retouchées : Microlamelle retouchée (débris d'armature ?) 5 : Lamelles étroites à bord abattu : Segment : Pointe étroite à base retouchée (H
  • EcK*»>Vlibiwxy. dé oatahW OJîssW RasMAa/. ¿ 'A. cao|K. Surface fouillée ......... Estimation d e i'étendue •±i qisesnent . „ 4 íS x a?tA é oljtwwA vwu. m. C o u î M é . wicv¡J Mature ces découvertes eirectueees IncKwW
  • üHwjwt, totjw.'Xts ét mxsittw Fin.
  • . i . . ?, ' .» m/n Circonscription des A n t i q u i t é s Olivier TOUL Bretagne KAYSER PLOUGOULM SITE de (29) MESOLITHIQUE ANNAOUR / PEN DE AN DOUR R A P P O R TD ES O N D A G E (nO 89-09 AP) 29 - PLOUGOULM : TOUL-AN-NAOUR/PEN-AN-DOUR R A P P O R T DE S O
  • , repérer comprenant d'effectuer échantillons et d e laquelle objets une série stratigraphie coquilles à sur l'estran. par l'érosion lentille et des occasion Messieurs silex Mésolithique Fer) Plougoulm découverte systématique Saint-Pol-de-Léon, des la (dolmen, l
  • la C a r t e SONDAGE. La c o u c h e mètres sur d'une épaisseur dizaine maximale de de m 0,20 de coquilles de quarantaine de mésolithique. : Couche retrouve d'une sableuse. Présence industrie 2 longue épaisse autour sableuse. Présence de la d'une
  • débitage étroites, présence d'une il y a l'ouest permettait de le site pas dans livre le nous était implanté un actuelle laisse permettre significative quatre temps. entrevoir sites absolu ne Le s i t e de jalon qui par a i l l e u r s des terres à
RAP01079.pdf (LA MARTYRE (29). le Bois Noir. rapport de fouille préventive)
  • LA MARTYRE
  • LA MARTYRE (29). le Bois Noir. rapport de fouille préventive
  • — — 1079 1 ! ( P I N I h été averti, le 3 janvier 1372, par M . était en le la Iterine (E. E,), à la Martyre (Finistère). le 6 j'ai M* P . 5 m x 4 m, que la relié par il 1,10 de 0,60 (cf. fig, 1). Ì B J K « la 3 s un fragment île la C^yg^que^jgiBÜag. ' dans le style
  • di 100 à 300 ap. J . G.). la cite des 5 Vi s I, à 37 de la d*c 7225 -
  • — — I -iU i oO i i— —ift \ t\rf\r «o.>r >r< - c: w G —i=T t=1\Vf1« 1 ! O-1 — F=1 — — i— =F — 1 - ... — ¡9 3 — 1 — _ ß en c — — — i — — - — hJN S r ETf - — I - — — ) h H — FTPTYP — - - - - » £ fis hJ sk. r ! — r — 1 — —I
RAP02470.pdf (PLUSSULIEN (22). atelier d'extraction et de taille des haches polies en dolérite du type a à Plussulien. rapport de fouille programmée)
  • site a&xwwsrt m 1965 et gai a m 1966 et ìWf, fait 1« olajet 4® de« mag*®®* rnw mx iLfiféwite «apporta oaasennBt abacua de « e tMMBitt i « p e l a » s & m ì m é fu© la tat&éese » vasto tatti* aite« b i n m du HUbo» te séMdim» m mtàeim a texani ®mM§m salvi© par te fouill*s
  • a a o i t l é 1 e t l a Moitié S. La p a r t i e If a été descendue Juaga »ai rocher tandis que l a parti® S a été arÊtée à l a surface fia Sol 4 qui f e n a a i t l e fond m carré m SM* Ba f i s de f o u i l l e , l a banquet t e gai avait été l a i s s é e do façon à dooasr xm
  • ® l i « à la. ^rnUtm^A^ te- tifa:« s a i l a mxm S! Mt » W SE» 1 1 « © f f ® t clalroaoat f « é ÌM {tesassi e s t li* tiKiiattwasife te Sol 4 tì® n o t t e «e»»«» asirMiiWìl®* L» isiispMp te liei san© 31 i ® , autoua? do la imm, tmmadS jstea avaat» a éii g e l « ìm
  • Zone 0 SE ; P e t i t f o y e r d ' o ù é t a i e n t charbons d i s p e r s é s datés GIF 1 8 7 2 en f a i t issus les (GIF 1 5 ^ 2 ) » c o n f i r m a t i o n de la, d a t e obtenu® p o u r 1 ' e x p l o i t a t i o n a u sommet du déjà rocher. s 5100 + ikO B . P
  • . « 3150 B . C . Zone Kl SW j L e n t i l l e coupe p r i n c i p a l e couches reccueillis et qui doit charbonneuse associée au S o l 3 de c o r r e s p o n d r e à l a f i n du d é p ô t la des inférieures, GIF 1 8 7 3 : 5150 + lUo B . P . » 3200 B.C. Zone S I SW | F o y
  • pour qu'une d i f f é r e n c e s i g n i f i c a t i v e la date roche : 5075 £ ifcO B . P . « 3 1 2 5 B . C . Zone S I SW ; l e n t i l l e établis des mêiê à l a apparaisse un avec précédente. : U96O + ikG B . P . « 3010 B.C. GIF 1875 Zone I I SW ; c o u c h e d e t e
  • incomplètement dégagé (Sol 5 ?). PLUSSULÏEir, Ateliers de Sélédin, Zone de fouille 02 lî E Planche XI3J Vue générale de la coupe Sud» au premier plan, le foyer de la pl. III. Vue générale^ysol^^^^ws^ au fond ds la fouille (Sol 5?) Mf II lti>rw«lil I générale de la coupe lord
  • C -T. a a h j u r i t L i o l e . R O ü X o a x ñbdxvL ¿ extk&cfcjcra eiíde. G M - f o u RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DES ATELIERS D'EXTRACTION ET DE TAILLE DE LA "DOLERITE DU TYPE A" PRES DE SELEDIN , COMMUNE DE ( Côtes - du - Nord ) —• • » • Campagne de 1971
  • PLUSSULIEN mmm sur u m m iwms msM mmmmm m âmmm m u * HSS 9B s s m s e i>* i s m m o t i msmm »Mil du nm M a «, BUSSIEUl C Côtes - du - îtord ) Sf-T" ^jj^iM» $5"*" ^ f W Caapagno & 1971 la coapae?»
  • «fiUflTOUtesdati» aadtocmtoxi» éf# oberai«» iNBfeMr
  • « p ® uae ämm l a Bépôfc & feuille 91e a » l e d w a t i ® I i i M I m » 6 e t a r m a t t a # Ü t A t a t a é 3*0® wê é p t g © pS&ÉÉi* 1* M P * * ûm I M U m r s »*apMÉ twiWfc£M
  • $ 0 m I » 4 908 f s s t t  Π» ^ tóe TO a» p?!©* sutwsotioa m i m H I » de l o îîtÂsfcèf© ê » á í f a i i w i t t l t e s o l l s s i f ö t t a f e l i « ö f e msxrää-» aeôŒÂi» ¿la ! f* a i r I s pia» i M i « M Bm&sôêB w» Qmasm iô Qœmsâl d » flmmMm Ês® ttétêâmé a# e o
  • ixjdjuülum . i ' t i s M-eti3hlSe peaaîït fííms» â*®© fem©» aa catare dt-y;:i© i^ateiv veülá®, p^ê3,ls5âiîsâ cfilÂpÈl.s© as» Bsate d'iewiî« mm m fàmamm 1 , f#i(f» K3 1» f » âiwtetimt Ä | p ö t fesetfflifB© .ästitwiMsf Ä r e o t e » % tìisutiec j A s t i p d t l s ( t e s s t e
  • » t ï a s t t t e i t s w , C®«TO0i«tìaafe Cii Mf©0t©« tea Aaitiípifcé® \ h* a» Sä (JOSSìfl, studlatttf » . S. Ö i » at a . m o w s , InetitotwTO» im® Ö. m U f t l f , M u t a t o » , a» I t e s c i t o ? äes M M f u i t l e $ -3i s a » © à
  • » a n s f f i!» w m w m t e , ® i s i c ^ t A, N U M ^ A. ¿ m e w , A. m i n i è a s HK* f» MO03Ì# J , t S O U B , P. W m m f E» Iiots.» II* B&MBMp IfSBIAf, «t 0» W B » SftH®, étuàlaiata» hssuhbs sii mmwffiitm
  • » à t©sir à los «tmsasws» wtits viuiteurs do «e alt© «oarté. M m q u i mmmm l a pm^mtim te© maefo&M tì© f o u l l l e àm^a໩• à #tre repriaee I*aa grattala» news avana ret«u la aoOUttifltt tes Mtobes .piasti«!» ungte*» lesté©®- dotetra®et de jalaEP©» aolufioti qui news afisàt
  • @ coflàaite sar pàUMMtf ixmr l*eiisaitioi tìu saoiiJS« gaimmtK a» Bi-sum» as te a u « « 1971 La. foo&il® a été oontìbiit® plus ou r t ó a s ^,ìBMl'1istt6$iB©st dsuo t x o l s a o ^ s ^ ttmtte» « iswcp «ur l e p l m do a l t e t i a i s loop sbolx a étc dioté sa» ìm wé&Of» t a t
  • $$$»f 0 geli® a pianato d» la ooupo do " p i a i do fals%is@w do la '¿aiTlèrc |®|jieipile ot te la »eoifdter à »
  • f f é r e n t e s ssones stmt traduit«» daas l a s i l l u s t r a t i o n s j o i n t e s , que nous nous oontonterone donc de cornenter brièveamt» 20® m SE - NI sw La decapado de HI SSf carré de 4 m do côté, a été conduit Diiaultanéaenfc star toata sa surface» aaisfea t m l
  • >loû@am& vers te pied du rœfesr s « e t t e disposition s'observe du haut a i bas de l a coupe, aaifj est de plus aa plus accusée f s f s l e tes et terni h s ' a t t é n u e r epaai on s'éloigne du f r o n t de taillis» On p u t rappeler que l a s sols 1 e t 2 , ngoaWB «a 1969 et
RAP01727.pdf ((35). contribution à l'étude de l'épipaléolithique et du mésolithique dans la vallée de la moyenne Vilaine. rapport de prospection thématique avec sondages.)
  • (35). contribution à l'étude de l'épipaléolithique et du mésolithique dans la vallée de la moyenne Vilaine. rapport de prospection thématique avec sondages.
  • présentent des négatifs d'enlèvement de sens opposés (planche 2:1). Cela est confirmé par la présence de nuclei à deux plans de frappe obliques opposés (planche 1 : 27). Il semble en fait que le débitage s'effectuait à partir d'un plan de frappe principal relayé par un deuxième opposé en
  • ailleurs, moins systématique. Le débitage d'éclats semble plutôt correspondre à des phases d'aménagement des nuclei ou à des débitages de lame avortés. => Les lames et lamelles à coches (planche 1 : 16 à 18) : Les pièces à coche(s) ont pour la plupart été obtenues sur des supports
  • Stéphane BLANCHET CONTRIBUTION A L'ETUDE DE L'EPIPALEOLITHIQUE ET DU MESOLITHIQUE DANS LA VALLEE DE LA MOYENNE VILAINE Rapport de synthèse Sondages et prospection thématique Programme 10 Autorisation de prospection n° 2000/01 1 Autorisation de sondage n" 2000/070 Service
  • Régional de l'Archéologie de Bretagne 2000 CONTRIBUTION A L'ETUDE DE L'EPIPALEOLITHIQUE ET DU MESOLITHIQUE DANS LA VALLEE DE LA MOYENNE VILAINE SOMMAIRE INTRODUCTION 1 ère PARTIE : LES PROSPECTIONS THEMATIQUES 1 _ RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA PROBLEMATIQUE 2 - METHODOLOGIE MISE
  • Méthodologie mise en œuvre 3.2 Les données issues des sondages 4 - ETUDE DE L'INDUSTRIE LITHIQUE 4. 1 La matière première 4.2 Les objectifs du débitage 4.3 La technique 4.4 La séquence de mise en forme 4.5 Le plein débitage 4.6 La phase d'exhaustion 4.7 L'outillage 5 - L'ATTRIBUTION
  • grande partie du temps alloué à nos recherches a été consacrée à la réalisation de sondages sur le site épipaléolithique de la Cadiais sur la commune de Bourg-des-Comptes (35). |1 ére PARTIE : LES PROSPECTIONS THEMATIQUES 1 - RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA PROBLEMATIQUE Les
  • secteurs qui recèlent ou qui sont susceptibles de livrer des matériaux siliceux. A ce titre, l'édition toute récente (année 2000) de la carte géologique au 1/50000 de Montfort-sur-Meu nous livre quelques données intéressantes concernant les possibilités d'exploitation de matières
  • Gohérais 1 (Bourg-des-Comptes) en 1998 et 1999 ont livré des résultats relativement intéressants (cf. rapport 1999). Les sondages effectués cette année sur le site de la Cadiais (Bourg-des-Comptes) apportent des données significatives et sont présentés dans la 2ème partie de ce rapport
  • . Au cours de cette année, nous avons entamé l'exploration d'une partie de la vallée du Meu (figure 1 : zone grise). Il s'agit d'une vallée secondaire qui alimente la Vilaine et qui se situe immédiatement au nord du micro-terroir que nous explorons depuis quelques années. Le choix
  • intermédiaire entre le groupe sud breton représenté sur la carte (figure 1) par les sites de la moyenne vallée de la Vilaine et le groupe normano-breton représenté par les sites de la côte nord de la Bretagne. • Sites mésolithiques 0^^___^j^_2o Kilomètres — ~~ \ : — ' |T . Lorho
  • CADIAIS A BOURG-DES-COMPTES (llle-et-Vilaine) 1 - INTRODUCTION Nous avons découvert le site de la Cadiais en 1984 à la suite d'un labour profond. Entre 1984 et 1990, les multiples prospections ont permis de constituer une série lithique exploitable et de reconnaître la superficie du
  • : Localisation du site (extrait de la carte IGN lœsocxf™, 1219 o, Bruz) 6 7 3 - LES SONDAGES L'apparente homogénéité de l'industrie lithique recueillie sur le site de la Cadiais et son attribution à une occupation tardiglaciaire nous ont conduit à réaliser cinq sondages (photo 1
  • préciser l'appartenance culturelle du site et ce d'autant plus que les données de références sur ces périodes restent encore ténues dans la région. Photo 1 : Vue du site depuis le sud-est. Les sondages 3 et 4 qui correspondent à l'épicentre présumé du site apparaissent au premier plan
  • . Au second plan, nous pouvons distinguer les sondages 1 et 2. 3.1 Méthodologie mise en œuvre 3. 1 . 1 Les prospections Les prospections qui ont permis la reconnaissance du site ont été réalisées suivant les modalités habituelles. L'épicentre du gisement et son extension ont pu
  • de travail (fouille + tamisage) pour traiter 1 m 2 sur 0,15 m d'épaisseur. Soulignons que la couche de terre végétale a été tamisée. Si cela nous a conduit à recueillir du matériel lithique, cela nous a surtout permis de reconnaître la dispersion du mobilier au sein de celle-ci et
  • d'horizons archéologiques conservés dans la couche sableuse. Rappelons qu'une prospection menée sur la parcelle en 1983 et avant un labour profond n'avait livré aucun vestige. Actuellement, seul le secteur où se trouvent les sondages 1 et 2 semble avoir été épargné par les labours et
  • niveau de la couche de labour superficielle (niveau 1). Si on ne tient pas compte d'une zone d'extraction de sable qui a peut-être détruit une partie du site dans la partie nord-ouest de la parcelle, la superficie actuelle du gisement est certainement plus importante que celle du site
  • originel et correspond à une dilution de celui-ci par les labours successifs. Le sondage 5 le montre parfaitement puisque sur ce secteur les vestiges ne sont présents que dans la couche de labours superficiels (niveau 1). L'absence d'artefacts dans la couche de labours profonds (niveau
  • sableuse c'està-dire au niveau des sondages 1 à 4. La présence de mobilier a priori en place ne semble être effective qu'au niveau des sondages 1 et 2 (annexe 2) où les labours ont été semble-t-il moins destructeurs. Ce qui limite considérablement la zone qui serait exploitable dans le
  • , d'origine animale ou végétale, est toutefois restée limitée. Ces perturbations s'expliquent notamment par la proximité de la surface du sol. Dans les sondages 1 et 2, le niveau archéologique se situe effectivement à la base du labour. L'industrie lithique recueillie dans les sondages 1
RAP01489.pdf ((35). le bassin de Rennes. rapport de prospection inventaire.)
  • $A5>?m Sy M OC- y H s±e KG-Hut* PRIOL ALAIN LA PROSPECTION-INVENTAIRE DU BASSIN DE RENNES EN 1997 AUTORISATION 1997/026 DU 07 AVRIL 1997 AVEC LE CONCOURS DES MEMBRES DU CENTRE DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DU PAYS DE RENNES I - PROBLEMATIQUE DE L'OPERATION 1
  • \ V V II i/iiliaisiî la/Gouaudièfe 1 la Buissonniêre*' |leBois^ ChXdeJàuiT Fonta\ne% Il— — im - . Gtosiaux/ /le Coudfcay , lafyoheliète^gj^ JesHain^ f ^5 le.Beau Il lajTeluche; I' 1|V_y ) la Ronsachère -T./ f* Mes |^\ donnais - là io la Haie le Plessis
  • \ )«lf Bel Etre ^^l&rS"cher de, la Vallée la Porter ^ Chalonge.J(?-s' Chalonge_
  • d'édition Nom Nurnéro Carte I.G.N. 1 / 1 »—* * Coordonnées Lambert Contours Zone l l-S Centre sito : X m Rayon du site (mètres) Xa Ya Xb Yb Xc Yc Xd Yd Xa Ye ^Ctffc Ui Circonstances de la découverte .J^k**..t % *7ï. Techniques de repérage : M ii
  • . N* de sito attribué |3| 5 \ N* d'enregistrement DRACAR [3> \S \Z | 1 C | Oj 3f \\ |% [^.ffi fS 1 CodoAP/AH Modification | |_ CARTE DE FRANCE - 1:25 000 vertu su* $e \CHe Déclaration de découverte archéologique Ar.ioumer.u Annexe I. > Service Régional de
  • ~ 35 .*L. Observations : Carte I.G.N. ^ Numéro Nom Année d'édition •4 «go Coordonnées Lambert Centresite X= [C] Zone : Contours \U% III . 131 Ï\S | HTTg 1^ I Rayon du site (mètres) : Im Circonstances de la découverte : :..T$M1&££iMàl Techniques de repérage : ...rv
  • .£ -5. .Uc&..A .t*.G.S& Nom du site : ..L.£é. Cadastre (Anné« de dernier* irise * jcxr) '. I -^1 $\3\T>\ Section(s) et parcelles) : ~Z..r&r. 4.. Observations : Carte I.G.N. Numéro Nom A4f.O e *T Coordonnées Lambert Centresite: pl Année d'édition PrtiA-C Mît) Zone
  • .>î4r. Observations : Cartel. G. N. Numéro Nom P/ P Coordonnées Lambert Centre site QHH] Année d'édition 0 HP Zone : X= fl 1 A Contours , l?H. I Y» Xb I ei^NUi . I 6-1 ^1 Y= I Yb Xc Yc Xd t. I O I m Rayon du site (mètres) : Circonstances de la découverte
  • Yb Xc Yc Xd Yd Xa Ya g| ç> I m Rayon du site (mètres) : Xa f?.Q,Q£.P..Ç..C .1.L0.M Circonstances de la découverte : Techniques de repérage : fy^.D rVIl Ilnformateur : Description des vestiges : ft.QA.lh/. ...X Ç».*.ÛNL& PS ?.QlÇAlL )A&P.LCS).k.L£....^ ..JS.IJJ
  • jJe^Qorr llëâ Places/ ^aPwt?*! 7*1 52,*'-' Cou dHmrpi&s i-Eosses la Forge"50 ' i Grande!to pRagotière j Rocher t Nouettes 1 ré Haine ^iF ^^fcpOermiiiJu-PinE le/G5iïtay \f~ _2>ftoc R/V f'Beauregérd 7 A -94*% Jm^S^ KrK [~ Z/rtSaMascotière *c / ., la BlotièreJ_ •8 t
  • u ja/SaIrrromtèie| 1 83 la Robara Jv^ -. _ r. X les Freux le Chenal ,^ ^i ^ lesTo aPetite_ Jambuère annertf ■ Wjjivier \ le CormÈ 4 lîGascorinière Htéu [(l'Ecoubiète \le.flessis -TT Métairie la Pilière 'fcdl -J~ TïHMalibert iartin] Barré .... 3g ^ r-—3
  • '^Touchelieu V Ui^, -^f 1 "^-^,. \ \ les Landes" rk-Pichbliè Mu: ^ila Reussaréiere r VA SiOWinantreise, -t £ -fir"8H TV « - i^^éi les Etres .la- Rivière ibrie L ChaultièryigHf? \ je Grandi « Cb Pnrholot"orbelet_^ î Chêne \ SauvéX ■ Bourdonnais^!/ «
  • ) Problématique archéologique Sur ce vaste secteur de 1 .400 KM2, les études ont été reprises en 1977. Les quelques éléments recueillis au XIXème siècle ne laissaient entrevoir que des campagnes peu peuplées avant le Moyen-Age. Les auteurs anciens y voyaient le signe de l'extrême avancée de la
  • vaste "forêt centrale armoricaine" arrivant jusqu'aux portes de RENNES. Les recherches entreprises sous la conduite d'Alain PROVOST à partir de 1 977 vont démontrer au contraire la grande densité de sites ruraux dans les environs de CONDATE. Constatée au départ pour l'époque Gallo
  • , dans un secteur cohérent, apporte autant d'éléments que la présence. Le partis-pris de la prospection est donc depuis cette année de s'intéresser prioritairement aux zones peu ou pas prospectées les années précédentes et cela en s 'intéressant à toutes les périodes . 0 S II
  • la prospection en ligne exposée par P.J.FASHAM dans le D.A.F. n°3 (1). La collecte des artefacts permet de donner des éléments de datation du site ainsi que d'envisager son étendue. Cependant,la nature particulière des cultures dans le bassin de RENNES ne facilite pas toujours la
  • primordiale concernant la disponibilité des terrains(et des propriétaires) pour la prospection/ (1) P.J. FASHAM « APPROCHE DE LA PROSPECTION SYSTEMATIQUE » in D.A.F. n°3,1986,p.20 \ METHODOLOGIE DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE (Ce.R.A.A) BIBLIOGRAPHIE TOPONYMIE MICRO-TOPONYMIE
  • RENSEIGNEMENTS DIVERS CONTACT AVEC LES CULTIVATEURS structure inédite PRECISION SUR LES LIEUX PROSPECTION AERIENNE ANOMALIES DU CONTENU DES TERRES LEGENDES LOCALES VESTIGES DE SURFACE 1 PLAN t LOCALISATION DATATION FICHIERS LA RECHERCHE (C.N.R.S, UNIVERSITES, etc.) LA
  • . La prospection au sol va concerner notamment le secteur d'ACIGNETHORIGNE.les environs de MONTAUBAN et ceux d'IFFENDIC. LISTE DES DECOUVERTES 1 AMANLIS -PANLIEVRE:hache marteau « naviforme » 2 PACE -POUEZ:nombreux outils de silex,néolithique final + poterie âge du fer 3
  • " , dans la Revue Archéologique de l'Ouest, supplément N*4, 1991, page 67-80. Déclaration de découverte archéologique At.toumemu Annexe I. Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 6, rufl du Chapitre, 35044 Rsnno» CedflX. Données complémentaires = | Première mention
RAP01171.pdf (SAINT-MALO (35). la cité d'Alet à Saint-Servan-sur-Mer, rapport de fouille programmée)
  • SAINT-MALO (35). la cité d'Alet à Saint-Servan-sur-Mer, rapport de fouille programmée
  • eiAHfll® DE FOUILLES ASGHEOLÛGI$!ES ' DE LA CITE D'ALET â SAIHT-SEHVAN S/MER RAPPORT POUR 1'ANNEE 1967 ooooooooooooo© â la f i a â© l a e&spaga© de f o u i l l e s do 1966»»ouïs avions atteint 1® rocher soit à l a profondeur de 1 s 30 environ .J'avai^j^karquer, dans l e
  • * G© fut l e 11 Août qu'ell8 u îieu„r 1© 30 de la cavitéCou bassin)dans la paroi D 3»fut mis au jour un bloc d'architecture»en pierre blanche,mouluré,encastré dans l e rocher t a i l l é pour l e recevoir.La fosse s© prolonge du côté* du Kord-Est sur une longeur égale à celle du
  • bloc comme pour en mettre un second» Le blo© lui-sêae.»Bur le côté droit «a été taillé sur place car nous avons trouvé les taille© dans la fosseCPhotos 1% et 15). Du côté D 2 l e rocher remonte en pente douce mais reste t a i l l é et est coupé de deux rigoler;. _ue s i g n i f i e
  • . »©ue prtta deux «alie® de la fotir paniaat la piriod© d«étéf LHuauguratisa eut l£@u le 19 JUillat «a présase© cíe límsí&m le Sou&»Pi#f®% de BftiaMHfc» | da M M t a E r s i j e i a t raprSaaataat tfiMaSatur 1« Malre de Saiat-Servan | 4© üoasioar HBEf,vice-Présideat du Conseil Géaóral
  • A Saint»S®rvan s/mer l e 10 Décembre 196? 1© Directeur du Chantier Antoine DOS CHAKTILR TB FOUILLES D*âLEf TABLi. DE.', PHOTOGRAPHIES ABÎÎEE^ 1967 IIXIIIIIIII PLANCHE F I I » Mai-Juint Aspect de stratification d© la coupe D3 du plan a » * w i'îêae aspect avec»au pied»uae
  • «Sept.) 21 » Octobres Etat de 1*ensemble et de la coupe D 3 22 » w sAspect du chantier fin Octobre * Arrêt des travaux pour l'année 196 Le© réglettes posée® dans 1© champ font 0 m 50 et sont divisées en 3 centimètres» V' V Í L L E de S A I N T - S E R V A N Pa'He s/ MER du
  • chantier 'de fouilles or. t>e c/ogiifues Annie dt ta Ote JA LET 196J Echelle de omo S /your 1 mètr PLAN N° A U* lettre» Pt-H* -I 11-13. se remportent an Pian Je 1961 Dl-DS - D4-DS = limi.ts Je la fou,//e f ( - Petit bassin L - Bloc d arduttetur M .filile X 3-Keener Rk
  • de'débris de tégul&es ou f i g u r a i t également un grand morceau de sehieteCâ droite de la photo 3)*Au fond de cette cavité d'environ Ô a 30 de pro/fondeur,on trouva une quinzaine de monnaies des mêmes époques et de même nature que l e s précédentes,nais en accès mauvais état«Il va
  • «a at »Sme donas aaa d*at» teata*Pour le m m m % on se trawa pías ni %setia.eatstai coquillag©e»ni raemnaie-n. I* %mm¡$X a*«at j>a® tarasiaS penar mtmt pnim^m mm le mmmm mtmmé •prmí&r des marm á©ai«©i'i7®iilaire© eigaalée pa* le eteBotee CAKPIOI ta 1f08f 'II «at situé á ? seta»© de
  • p 3 , w w le et mesure «urrtro» deux jAtsw* 50 de larga, Satoas«aat 4 peu pié» I I s |l de jírafoadottr» ¿a tefaiaerai óe rapport par l«évaeattaa de aotra expooition afi» étóolagiqu© á la f©ur Solidor^Elle fut ggám a l*aaabillt¿ de l^Ji^Mtelvatta di» timrnoata ífietariques qttl
  • ^Sertsa s/m#r M 10 M®m%m. t f # le Bireeteur du Chaattar A&taiaa m s C M Ï I E R DE FOUILLEi; ARCHEOLOGIE DE LA CITE D»ALET A SAIÎIT-SEHVAS S/MER OO0OC«OO0O«O0OOOO J u s t i f i c a t i o n de l ' e m p l o i de l a subvention accordée par l e Ministère de© AFFAIRES Ct&fBRELLËS
  • .».»»352 frs 00 Fourniture 2 piètements métallique® à élément® tix»& pour l e môme u © a g e * t t # # , . * » , » * * . « , » . » » l Ô O f r e 00 MIROITERIES del» 0UEST(St î îialo) Fourniture 6 v e r r e s ( v e r r e normal) pour v i t r i n e s d ' e x p o s i t i o n . « s
  • . * . « . * . » » 3 0 f r s 88 Studio DAVUJ (St«Serran) Tirages et développements pfcofcoe•....«91 f r s 00 33 agrandi ssenent c 18X2^ 1 cliché reproduction plan pour panneaux d * exposition ..131 f r s 00 f r a i e de bureatt»eorr©spoadaaee,#*#»»# 12fre 1000 f r s TOTAL 1 87 1Ô00 f r s 00
  • de verre et quelques objets usuels• s Expositions Vitrine contenant la poterie commune • 7 - Juillet Ï Vertèbre supposée d*aniaal marin i Larg*öa 20 - Saut, 0 a If* 8 • " s iltae objet,face arrière» 9 - * 10 • « II « " 12 » * 5 Tesson et fragment anse de grande poterie,pâte
  • blanche) découvert le 11 Août* 15 - " î Ensemble de la cavité{ou bussin)ot bloc d'architecture. M 16 *» IL'1 équipe de fouilles au travail de dégagement du bloe# 17-18»*SI~ » Divers aspects du bloc et de l'ensemble du rocher taillé«Août«Sept PLABÇHL Ii° k 19-20 « uême observation (Août
  • 5.1 A Z / WM KÉFAT STK 4 Iftf • • R E S ClILTI)RT;LIZ S| 4 DIRECTION «VHISTORIQUES d @ K c N r V I L L E d e S Al N T - S E R V A N s / du chantier Partie archéologiques de delà. Année MER fouilles Ole d'ALET I36J Echelle de 0/7705 pour 1 mitre PLAN
  • rapport, que ce rocher é t a i t à étudier soigneusement à cause de sa surfaire bien dressée. Le mot d'ordre do cette année fut donc do l ' a t t e i n d r e partout au fur et à mesure de l'avance des travaux*Bien «que® en à pris cor »ou© allions f a i r e de© découvertes
  • importantes.Le t r a v a i l commença sur l a paroi 2 2(6ôté route)et sur l a paroi © jCcitê Hord-Queet)(voir M plan)* Après avoir enlevé une masse de terre constituée par une banquette ê© deux mètres de long»0 m 30 de lar&e et autant d'épaisseur sur laquelle se trouv a i t unS^f^lharbon de
  • bois(déjà citée en 1966) de 0 m 07 d'êpaisseurCphoto N* 2) nous nous aperçûmes que l e rocher s'enfonçait.Avançant toujours de ce côté»après dégagement d'une nasse de terre de 1 m 50 do haut sur 2 »fie large apparut une cavité de 0 m 95 de eftê(F£$ 3 et k)«Elle était remplie
  • cet ensemble? % sanctuaire? Possible mai© nous n'avons pas trouvé d'objets l e prouvant*L*eaigme demeureI m procédant au dégagement complet âu bloc nous avons r e c u e i l l i une soixantaine de monnaies ©ai» peu en bon état! un fragment de hache en silex polit quelques bois de
RAP00705.pdf (PLOUHINEC (29). pors poullan. allée couverte. rapport de fouille programmée)
  • arêtes émoussées. PHOTO 1 : Fosse de calage d u p i l i e r N I . La mire est placée h o r i z o n t a l e ment au n i v e a u d u socle g n e i s s i q u e V u e p r i s e de l ' o u e s t . PHOTO 2 : Fosse de calage d u p i l i e r N i . On r e m a r q u e , encore en place q u
  • , à la s u r f a c e d u vieux sol. Carré : S 5 P H O T O 37 : G r o s p l a n de la hache polie en p l a c e . p o r s - p o u i n a n°de s i t e : 2 9 1 9 7 007 P mise au nef: B G R A L L août:1987 -< /
  • U T 1987. /SOMMAIRE/ INTRODUCTION / - LOCALISA 7 T ION 2 II - EQUIPE DE FOUILLE III - CONDUITE ET MOYENS LOGISTIQUES DE LA FOUILLE IV - DESCRIPTION 3 DES STRUCTURES 1) Les piliers NI, 5 N9, S8, S9 et leurs 2) Le tertre du côté sud. 3) Le parvis occidental Le
  • Extrait DE AU de la carte Ale. Goredf^/!\>it/ PONT-CROIX 1/25 000. y^*la C?nchej| lcantou^"|j_j ,JeJ>eure ene? Re^olf^äT Kerrien Df BAIE o o 0 evi (Ti 1 I I PLOUH1MEC Cadastre année 1976. Section ZV Echelle : 1/2 000 AUDIERNE o o 0 fo 01 157 135 po H 073; i í8 13
  • ? 13 6/ 171 I 6 I 1 93\ \ 17? 167 i?6 P LO U H I N E C 0 176 -1 t m Porz Poulhan relevé fopographiqu - 77 - - Bertrand CRALL, Adjoint-technique du Service Départemental d'Archéologie du Finistère, - Daniel BARDON, retraité, Douarnenez, - François QUERAT, retraité
  • qui émergeaient allée couverte d'un tas du Finistère, d'immondices au moins l'une PLANCHE 1 : CHOIX DE MOBILIER CERAMIQUE N E O L I T H I Q U E 1 : c a r r é A 7 , f r a g m e n t s d ' u n vase m o n t r a n t u n b o u r r e l e t ou c o r d o n s u r lequel sont rajoutés
  • des p a i r e s de t é t o n s p r o é m i n e n t s . Le diamètre i n t e r n e au n i v e a u d u b o u r r e l e t est d ' e n v i r o n 10 cm. Ces t r o i s tessons f o n t penser soit à u n vase de t y p e chasséen, q u o i q u e la q u a l i t é de la p o t e r i e soit t r è
  • g u l i è r e s non lissées et mauvaise c u i s s o n . 5 : c a r r é C6 : r e b o r d d ' u n bol h é m i s p h é r i q u e à l è v r e p i n c é e , légèrement éversée. o I 5 cm PLANCHE 2 2. 1. O 5cm 1. c a r r é I 11 : tesson à décor incisé de s t y l e chasséen
  • . 2. c a r r é E 5 : tesson à décor composé de p e t i t e s incisions parallèles. 3. c a r r é S5 : hache polie en d o l é r i t e A de Plussulien ( C ô t e s - d u - N o r d ) PLANCHE 3 1 : c a r r é M9 : p e r c u t e u r o u r e t o u c h o i r s u r galet a l l o n g é
  • a c e s d ' u s u r e ou de p o l i , o b t e n u e s u n i q u e m e n t p a r p e r c u s s i o n s . PLANCHE « : CHOIX DE MOBILIER L I T H I Q U E . 1. c a r r é N 10 : p o i n t e de flèche t r a n c h a n t e f a i t e à p a r t i r d ' u n éclat ; les deux b o r d s t r
  • o n q u é s sont d'inégale épaisseur et il s u b s i s t e des t r a c e s de c o r t e x à la p e t i t e base d u trapèze. 2. c a r r é P 9 : p o i n t e de flèche t r a n c h a n t e f r u s t e , réalisée s u r éclat ; une des t r o n c a t u r e s consisté à e n l e v e r
  • u p t e s i n v e r s e s de la p a r t i e proximale de la lamelle, dégageant ainsi une s o r t e d ' é p e r o n u t i l i s é en p e r ç o i r . 5. c a r r é H 10 : petit perçoir sur fragment d'éclat. 6. c a r r é H 10 : p e r ç o i r s u r e x t r é m i t é distale de
  • lamelle, à r e t o u c h e s d i r e c tes s u r le b o r d d r o i t , i n v e r s e s s u r le b o r d g a u c h e . La p a r tie proximale a été cassée p a r f l e x i o n . 7. c a r r é J 11 : f r a g m e n t d ' u n e lame de couteau ou de p o i g n a r d à r e t o u c h e s b i
  • le b o r d d r o i t . 19. c a r r é 1 11 : g r a t t o i r s u r entame de r o g n o n . 20. c a r r é P 2 : pièce d e n t i c u l é e à coches. 21. c a r r é D7 : éclat à une coche. 22. c a r r é P3 : éclat u t i l i s é . 23. c a r r é Q9 : pièce à retouches bifaces à
  • e l q u e s p i e r r e s de calage et la base d u p i l i e r v o l o n t a i r e m e n t cassée au N é o l i t h i q u e de façon à a s s u r e r une assise h o r i z o n t a l e épousant le f o n d de la fosse. PHOTO 3 : Fosse des p i l i e r s S7 et S8 en c o u r s de f o u
  • i l l e . V u e p r i s e de l ' o u e s t . PHOTO * : Fosse des p i l i e r s S7 et S8, v u e p r i s e de l ' o u e s t . On r e m a r q u e u n décalage e n t r e l'axe de la fosse des p i l i e r s S7-S8 et c e l u i d u p i l i e r S9 ( c e l l a ) . De p l u s la l a r g e
  • u r et la p r o f o n d e u r de la fosse des p i l i e r s de la p a r o i s u d sont p l u s i m p o r t a n t e s q u e celle d u p i l i e r s u d de la cella. PHOTO 7 : V u e p r i s e d u n o r d . Relevage d u p i l i e r S7 a v a n t la f o u i l l e d u t e r t r e
  • : Fosse de calage d u p i l i e r S9 ( c e l l a j . On notera la f a i b l e p r o f o n d e u r de c e t t e fosse. V u e p r i s e de l ' o u e s t . PHOTO 6 ; Fosse de calage d u p i l i e r S9. A l'angle d u m è t r e - m i r e est le d é p a r t de la fosse de la dalle de c h e
  • v e t , p l u s p r o f o n d e que celle d u p i l i e r S9. Vue p r i s e de d e s s u s . PHOTO 9 : Vue p r i s e de l ' o u e s t . Fosse et p i e r r e s de calage d u p i l i e r N9 ( c e l l a ) . On notera les faibles l a r g e u r et p r o f o n d e u r de la fosse et
  • le calage, somme t o u t e assez sommaire de ce p i l i e r . PHOTO 10 : V u e p r i s e de l'est de la fosse d u p i l i e r N9. PHOTO 11 : V u e p r i s e de l ' o u e s t . Fouille de la p a r t i e s u d - o u e s t d u t e r t r e t u m u l a i r e . Le c a i r n est b o r
RAP00022.pdf (PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). Piegu. rapport de sauvetage urgent)
  • sondage à la pelle mécanique afin d'atteindre les niveaux inférieurs avant la fin de la campagne 1987 et de vérifier la présence de la couche paléolithique dont la situation présumée (sondages de l'hiver dernier) se trouvait à 2 mètres sous le niveau du quai. 3 I u P h a s e II
  • Bouglé en contrebas de la rue de la Corniche. 3 —i— 239 238 240 mm 241 LES A M O R C E S NUMÉROTÉES SUR LES CÔTÉS D U C A D R E C O R R E S P O N D E N T A U Q U A D R I L L A G E K I L O M É T R I Q U E DE LA P R O J E C T I O N LAMBERT I Z O N E NORD isMir. io-uni xWwA
  • ] reutran 107 Figure 1 : localisation du gisement de Piégu d'après la carte de la France au 1/25000°, feuille de Saint-Brieuc. LA MANCHE Figure 2 : situation cadastrale du | I I gisement de Piêgu et implantation des futurs bâtiments du Centre nautique. andré hauvcsprc
  • : D é g a g e m e n t d e l ' é b o u l i s d e b l o c a i l l e supérieur à ossements jusqu'au niveau B Déblai s VD Figure 6 : QUAI CELESTIN SOUGLE JJ33* FOUILLE Phase DE III PIEGU - 1987 : Elargissement 1 1é bou 1 is inférieure! du sondage 'les d é p ô t s Cal
  • : vue frontale niveau rj^itoio'e» U, 1 h + + + ++ ++ + + + + + ++ f + + + + + +TiiW^vi ++ + + + •»• + + + + + + +» o NGF 2 ir 8 S e cteur 2 10 Figure 7b : Sondag e «a » é l a r g i : vues l a t é r a l e s NIVEAU QUAI CELESTIN BOUGLE REMBLAIS EBOULIS f.' » > « i
  • .) verrucosa L X X X Tapes (R.) decussatus (L. ) X (Ph. BRÉBION et A. LAURIAT-RAGE ) Situation des niveaux fossilifères. I . II. a II. c III. IV. Plage ancienne plaquée contre l'éboulis supérieur : site de la fouille Plage ancienne inférieure à l'extrémité de la rue de Piégu. Plage
  • nettement séparée du sol F par une couche de solifluxion. Inventaire des industries récoltées au cours de la campagne 1987 : * DUNE : - aux trois quarts du versant vers le haut, un nucleus sur galet de silex (L = 53 ; 1 = 46 ; e = 34). - même emplacement, 1 petit éclat à retouches
  • (utilisation ?), partie distaie cassée par un choc perpendiculaire au plan de l'éclat (L = 40 ; 1 = 40 ; e = 18). Pièce située dans la partie Est du secteur Al. SECTEUR A 2 : - nucleus en silex sur galet de silex, émoussé (L = 47 ; 1 = 33 ; e = 33) - éclat cortical (L = 37 ; 1 = 19 ; e = 9
  • ) - fragment de rognon de silex plus ou moins gélifracté (L = 43 ; 1 = 34 ; e = 15). Dans la partie Ouest du secteur A2 - petit éclat à talon cassé (L = 23 ; 1 = 21 ; e = 6). Idem, partie Ouest - éclat à talon punctiforme, rebroussé, dos cortical et retouches irrégulières sur le bord opposé
  • ; 1 = 21 ; e = 4). Partie Est du secteur A2 - petit éclat à retouches irréguiières, cortical (L = 17 ; 1 = 21 ; e = 8) - demi petit galet de silex, émoussé (L = 37 ; I = 28 ; e = 14). Dans les graviers - éclat de taille (L = 13) - petit éclat à dos cortical et talon lisse (L = 22
  • sur bord coupant (à droite), talon facetté convexe (L = 52 ; 1 = 37 ; e = 13). Partie Est du secteur A2, dans éboulis à gros blocs près de la paroi, vers la base du niveau grossier sans matrice surmontant l'éboulis à matrice - fragment distal d'éclat (L = 29 ; 1 = 22 ; e = 5
  • (L = 41 ; 1 = 40 ; e = 24) - éclat à dos cortical et talon dièdre, peu patiné, retouches irrégulières sur bord coupant (bord droit), encroûtements calcaires, couteau à dos naturel (L = 72 ; 1 = 43 ; e = 15). Dans la coulée de blocailles. - fragment proximal d'éclat à dos cortical
  • , peu patiné, encoche inverse sur bord coupant (bord gauche) et retouches irrégulières, talon lisse, encroûtements calcaires (L = 57 ; 1 = 49 ; e = 14). Dans la coulée de blocailles - éclat de quartz (L = 40 ; 1 = 30 ; e = 20). Dans la coulée de blocailles - éclat de taille en quartz
  • (?). Dans la coulée de blocailles - éclat de taille (cortical), talon cassé (L = 12 ; 1 = 14 ; e = 3) - fragment d'éclat, non patiné ( L = 37 ; 1 = 29 ; e = 7). Dans la coulée de blocailles - fragment mésial d'un éclat à dos cortical, non patiné (L = 22 ; 1 = 25 ; e = 8). Partie Ouest du
  • coupant (bord droit), enlèvement direct abrupt prolongeant le dos cortical dans la partie distale (L = 65 ; 1 = 30 ; e = 9). - partie distale d'un éclat, peu patiné, encroûtements calcaires, retouches irrégulières sur bords latéraux, cassure en languette (L = 42 ; 1 = 42 ; e = 10
  • ). Dans la coulée de blocailles 32 - partie proximaie d'un éclat peu patiné, encroûtements calcaires, talon facetté anguleux, dos cortical (L = 57 ; 1 = 53 ; e = 11). Dans la coulée de blocailies - nucleus fragmenté (5 fragments + 1 petit débris) par gel ou concassage, peu patiné (L
  • = 65 ; 1 = 42 ;e = 38). Dans les graviers sur la coulée de blocailies - petit fragment d'éclat (L = 17). Dans la coulée de blocailies - éclat cortical, extrémité distale cassée (L = 33 ; 1 = 23 ; e = 7). Dans la partie Ouest du secteur A3 - éclat de silex ou silexoïde (translucide
  • ), non patiné, talon oté, bec burinant alterne sur partie proximaie (L = 31 ; 1 = 31 ; e = 8) - éclat débordant, talon cassé ou oté, encroûtement calcaire, préparation de la face dorsale de type levaliois (L = 38 ; 1 = 43 ; e = 13) - petit nucleus à trois plans de frappe croisés (L
  • = 34 ; 1 = 28 ; e = 24) - nucleus sur petit galet de silex, peu patiné (L = 32 ; 1 = 31 ; e = 19) - éclat allongé, extrémité distale cassée, cortex sur la moitié de la surface dorsale, talon lisse, retouches irrégulières sur bord latéral gauche, sorte de couteau à dos naturel (L
  • = 69 ; 1 = 42 ; e = 13). Dans les graviers - éclat irrégulier à talon cortical, encroûtements calcaires (L = 69 ; 1 = 53 ; e = 17). la paroi SECTEUR A4 : - quartz taillé (?) (L = 36 ; 1 = 25 ; e = 9). Dans le head à gros blocs près de - fragment d'éclat avec cortex, retouches
RAP01318.pdf (les sites préhistoriques de la vallée du Canut. rapport de prospection thématique)
  • les sites préhistoriques de la vallée du Canut. rapport de prospection thématique
  • > Champ IMiguel l e .'.V-* H ; ùSr BRUZ V la Rivière Kersan le Marais 1 -55 ' es Voudrais ~7(T»i, «esuWx 1 x t |^«-^^* JfpwiV-^ ^"-0 J II Chattiiori rtpallets ¥ •V^~îeGfand Pâtis „ Bel-Air les Chouasnieres /.,;' ' % \ • il ^EjjePont St-Armél^ , •37 "•'"*> % Sabf
  • .*' ,'*s# } I s 1 11 7M»\ ^ -^;..' a Monnaisi '^V^ Lonnais -^AY rjy^T" Caméru , Chaton II I le Pâtis Chaton Zr ■^V.la .Malroche le Nid ^|[M«âiriêlirctàTeiu' S / Béetrals la Foideusais - -—- »/i'"~" ' \ Vît • la B'ouchetiére ' la Marchandai! -i¥^U^ÎL. . -1la-Cro,x
  • * Y» J.t> ..\?\a±^i.t.tLj**k. Circonstances de la découverte : £fcV«a\*J/.%.. 5JL. mu. L -ERouVT. Informateur : Descript notion des vestiges , £i«X".H»-;| ...fciCsc .v ..../VM £^L ....C6ui^4»»^*>e^.X^^ i*, 1 Etat de conservation : Eléments de datation
  • : ijfti Documentation Bibliographie : CAOAE .Cv-0 -UCl £t_ ^.f?
  • CARTE ARCHÉOLOGIQUE EaflLfcs... ^".eo^^ux. ..geflu^ft^. N° de site attribué | , |] , N° d'enregistrement DRACAR I , || I , I , I | 1 Code AP/AH) Modification! , I Implantation cadastrale du site de La Prévalaye (Rennes). Section E 1 ; 1,2000. e noussjis ie i.n
  • -uertroy ■ Hirdyerlk 4S "i^^fe ^i Haul «o — »L«»n.»» Genieul . ^Vtfajsori Ii>uve\ . ?ija Pénardière ^ »vles Nouettei V£ r ■ -1( ' ife r > "'\ Moigné >T-~la Perche^ - m Hitoree /•/•... v C:Ï^' ! lii Linoon Xv le Haul * ^ Plessis 4—1131 - cru II" la Ville Asse
  • //
  • = .§.e./*\4tfrpfc..-. Année = ZBj&..À ..rAihkia Département : \ J[ \$ j j Année première mention = Commune = |Ç j Çfifo.J ...SL-Soi^M*.. Lieu-dit ( du Cadastre) : L ^....X).cn £rrrr.ée. Lieu-dit (del 'I .G .N.) : Lfij> P^ETT^É Nom du site : Cadastre 1/4 (Anntod.drtMni
  • . . ... C*I»E «SERVE
  • MCME0I.OGJOUE N" de site attribué 1 ^|5 I N° d'enregistrement DRACAR |Q W 101 |Q |0|& l/?l£3l Code AP / AH Modification (P. / Bnet-' " Sabol jT/-^ • y Carr , , \ ' la Bétonnière i le iertre [lu Miiieu . Implantation du site de l'Aubriais (Bain-de-Bretagne) Carte IGN au
  • 1/25000 de Bain-de-Bretagne, 1220 oues ouest. le rente du Bas •le Pont au Roux laiPagonnats V, 4?" f -59 Tl k -—rr.\ 9i , ..- la Martinais ila Guii- Déclaration de découverte archéologique •u Annexe I. Service Régional de I Archéologie de Bretagne a fu» du CMM
  • : informateur : r» Q I /: N° d'enregistrement DRACAR | | A # | 1 # A | | | W\0 l^lS l2 | i | Code AP / AH Modification \ | Q | implantation cadastrale du site de La Réauté (Bourg-des-Comptes). Section A 1 ; éch : 1/2000.
  • . !aj< • ..;v^îl i ® la Claye les Garennesj v '. "la Betuaui| si* j *i; Rnée Al lu , f la Roche eRoclier . + Hospice la Massaye la " 'e Ve "! er . • / V Je"! f lesCouil " » la Haute Porte Quemerais es'Barres lA \". ' >-! laOouBttée 3 Martigné la
  • Vieille Rue 13 Gau,,ais • le Dégage. Renoûette les Landelles Jç4~ le Cahoté. eCas Rouget ''■j$ys/^ [ i \ I \. le Grétel »jp ■il le Pont Réan '; > la Vigne . le Pâtis Cahon y; , . ct' Chap. laSilardiere nu la Bodrais i . : 1 »ift-lS • i • ,n le Peut />» 1 Ormeaur
  • Chemin^ ) Breuil OuranrfJ la Grée i> 14=--*■* la Cherbannais ' .3, y, J^', ^H** "'leCha'mpduOroui * sla Gingouiilère ^ irt . .^j
  • I YlttSi !>iSl^iQ|Q| | Rayon du site (en mètres) | i Si 0 1 m Circonstance de la découverte ; .^.•©.pcjiixx*!,. i)»».. Techniques de repérages Informateur : . Année d'édition i i i i I I M i i L Xc L_J Xd I , Xel ■ i i I I L I I i ■ ■ Il i ■ X YaL J Yb
  • |_ Ycl J i . L i l l I I I I I I 1 1 L Yd Yel J I II JL-JJ J 1,1 ,' I 1 L L a-tau*-.}. . l...PflA.yruàc*»w ...tM...S^t- s .ÛLAhiaer. TOA. t.t«J?Vf: KvWt Description-des vestiges ; .(?Or
  • Lieu-dit ( du Cadastre) : Lieu-dit (de ..Lk-..-Cto l'I.G.N.) : Nom du site : ...LA...CC Cadastre .
  • Corbinais (Laillé). Section F 2 : 1/2000. Implantation du site de La Corbinais (Laillé). Carte IGN au 1/25000 de Bruz, 1219 ouest. Bout ,-*V.de Semnon
  • Follais "Vi l'Épine®! / l'Ornerais Implantation du site de Branfeul (La Noë Blanche) Carte IGN au 1/25000 de Bain-de-Bretagne, 1220 ouest. le Chêne Poirier 1) "~| /la Grande . 1., Hurlais JÇ les Fosses\,ar •rt' « Ti Déclaration de découverte archéologique •u Annexe I
RAP01059.pdf (PLOVAN (29). Kergalan. rapport de fouille programmée)
  • des divers outil§/g . Il serait donc imprudent d'émettre dès maintenant des hypothèses définitives sur 1» matériel r é c o l t é . T o u t e f o i s , il ne nous parait pas.impossible crue le site de Kergalan, comme nous l'avions pensé au début de nos investigations dans la réqion
  • chasse, pêche, approvisionnement en matière premiè r e , e t c . . . C'est dans cette optique que continueront nos recherches sur le méso lithique de la région de Plovan dans les années à v e n i r . P . L . GOULETQUHR, Charqé de Recherche au C.N.R.S I Figure" 1 : ' Plan partiel
  • correspondre à la trace en surface d'une autre fosse du m ê m e g e n r e . Figure? 7 à 10 : dessin des outils récoltés en 1 9 7 2 , et m i c r o l i t h e s récoltés en 1973 . TUUitnh'ans ftfeg-/>rrt>cû}SM U1 .1. ! X Or u. V O" -n -r -< Cr - o UJ-WiU i 11"^
  • i JtH tt tt . «nltSZíSEE» U222 X Uêê équipe- mtm§timak dméêoiêgsm effectue des fouilles devant l'étang de Kergafen I! faut croire o«e c'est la période desfouiilesen pars blgouden. Oïi sait dé„'à qu'une équipe était çif-iiupôo ii Troaoêo, c6té Ptonreur, à iouiiler un
  • : Jegn-Pierre BOUCHER, 9 Rue Maryse Bastie, 29000 QUIMPER Béatrice B U E T , Rue des Sables, 85190 AIZEMAY Nicole.s CASIMIR, 1 Rue Zimmermann, 69007 LYON Yvette CASIMIR, 1 Rue ZImmermann, 6^007 LYON Pierre Louis GOULET011ER, 4 Rue de Lorient, 29200 BREST Ncrreriine HA'^DI, 90 Avenue
  • le sous-sol. La fouille 0 0 , qui n'avait été que commencée en 1 Q 7 2 , a été poursuivie cette année, et étendue vers 1'Est jusqu'au carré I 6 , et vers le Nord jusqu'au carré F 15 (voir plans). ETUDE DES FOSSES Le sondage 01 avait montré qu'à des interruptions dans la nappe de
  • présence de dépressions artificielles, traversant successivement la couche de.oalets supérieure, la couche de graviers sous—jacente, et partiellement -la couche de sable décalcifié, et s'arrêtant approximativement à 60-70 cm de le surface, c o m m e cela s'observait dans le sondaoe 0 1
  • remarquable : il s.'agit toujours d'humus, plus ou moins r e m a n i é nar les terriers de petits' rongeurs, oui ont permis la descente de terre fraîchement remaniée depuis la surface, ou eu contraire la remontée de sable décalcifié du sous—sol. Par enddroits dp nombreux galets, toujours
  • entre 1 a nanpe de galets en place et les fosses est très nette, et peut ê t r e reconnue dès que l'on atteint une profondeur de 25 à 30 cm. Le bord des fosses n'est pas rectiligne, et se présenterait plutôt comme une s o r t e H e sinusoïde, dont la forme n'apparaît clairement que
  • quantité et la Qualité de travail que l('on peut demander à chacun, selon sa formation, l'importance qu'il donne au stane dans ses projets d'avenir, et les conditions matérielles dans lesquelles il tra v a i l l e . Un certain seuil de "rentabilité" ne peut être dépassé, et nous pensons
  • l'avoir atteint cette année avec une équipe parfaitement entraînée, et en majeure partie déjà rompue aux difficultés de la fouille de sites m é s o l i t h i q u e s . Ce seuil "volumétrique" représente environ 0,7 m3 par personne pour la durée du stage. Une étude rationnelle d'un tel
  • de la parcelle Z*L 62 du Cadastre de Pl'ovan," o v p c locali saticn aproximative des la concentration en matériel lithioue, et emplacement des fouilles. Figure 2 : nomenclature des surfaces f o u i l l é e s . En clair : carrés fouillés seulement en surface, en grisé : surfaces
  • fouilles précédentes faites etc. Tout se que reisîerme un carre' sur te t e r r i t o i r e cle la commune d'obseryetîûs est soigneusement ra- de Piovau permettront compaaaassé, les découvertes les plus im-raisons intéressantes etdespourront portantes étant notées sur un plan.servir
  • l'exercer. Là, sur la dune, on vous reçoit comme un os dans u n jeu de quilles. Le fouilleur en chef a f f i r m e qu'il est chez soi avec e f f e c tivement un accent pur de sincérité et qu'en t a n t q u e . m e m b r e d'organisme d'Etat il donnera, pius t a r d des nouvelles. L'Etat
  • i n s que le. site de K e r g a l a n en Plovan, où u n e équipe i n t e r n a t i o n a l e vient d'effectuer des fouilles sous la direction de M. Gouletquer, a t t a c h é a u C.N.R.S., prédispose à la longévité. O n a p p r e n d t o u jours a u x archéologues de bien « sentir
  • » le site sur lequel ils vont travailler. Ici, u n e i m m e n s e p a l u e à deux p a s de la mer, la côte de la baie d'Audierne, dom i n a n t u n é t a n g en triangle, e n vahi p a r u n e végétation a q u a t i que, qu'une b a r r e de galets s é p a r e de l'océan. Seul le
  • cléus, qui o n t servi de m a t é r i a u . Mais situons t o u t d'abord c e t t e f a m e u s e époque d u mésolithique. P l u t ô t que de p a r l e r de l'âge de la pierre taillée, do la pierre p o li.:, il est plus rigoureux, plus scientifique, de s'en t e n i r a u x t e r m e s
  • métaux a f a i t que l'on est passé à l'âge du bronze, période riche pour la Bretagne, du moins le territoire équivalent. Enfin, vint l'âge du fer, période très faste, florissante même, en Bretagne, que la conquête des Gaules p a r César clôtura. Lieu d'un a u t r e bloc, tout en
  • obten a n t , f a i t remarquable, une p r é cision dans le fini que la grossièreté du matériau ne laissait pas deviner. On peut même p a r ler de r a f f i n e m e n t en l'occurrence, que ce soit dans les g r a t toirs, qui leur servaient à t r a vailler les peaux de bêtes ou les