Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3381 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01075.pdf (CORSEUL (22). le champ Mulon. rapport de fouille programmée)
  • en Bl, 32, constitué par le carré 32 de l'an dernier élargi au sud* c) un ensembleC(ancien carré C2, sud de Cl, ainsi que la partie sud d'un carré ouvert à l'Ouest par l'équipe de lycéens dinanais) . d) Une cour s'étendant au Nord, formée oar la majeure partie des carrés Al, 31
  • cour, et cela d'autant plus que nous avons dégagé à «imètrea au Nord du mur, là oû il est rejoint par celui qui sépare les ensembles B et C, un dépotoir - 4 - où avaient été jetés pêle-mêle dos os calcinés, aes coquillages, des tessons de céramique commune et de sigillée. Après
  • stratigraphlques ont été perturbées aux environs immédiat s
  • attestée en 23 endroits, et ka le potier oeuvra, à ls Graufesenque entre les règnes de Claude et 0. cf. P«.*C llHXMLtflh - 14 - de Vespaslen. Hermet attribue à la forme de notre découverte le type 4b,"comportant un bourrelet intérieur, è bord évasé, et toujours estampillée au centre
  • ,n°5). c) - Plat profond, ayant 23 cm de diamètre ; son rebord, horizontal, devait avoir un déversoir. Il ressemble aux types donnés pai Hermet sous le n° 20 -s. (photo n°5 en bas). d) Petite tasse (3,2 cm de haut 9 cm de diamètre) à paroi extérieure «ot convexe j son rebord
  • orné d'un oiseau et de lignes brisées ait fait partie du même va se. 1) - OSWALD (P.), Index of figure types on terra sigillata. liverpool, 1936 - 4
  • n° 5 et 7 ont été découverts l'an dernier j l'un d'entre eux laisse apparaître un début de signature : CT5R... (Cerialis ity c - Photographie n°6 ; en haut : tesson provenant de Lezoux ; il s'agit d'un fragment de panse bien conservé, orné d'un grand rinceau j un oeilleton
  • apparaît â gauche, deux masques en haut à gauche et à droite. Au-dessus d'une ligne perlée sont représentées des oves au coeur étroit, entouré d'une double nervure ; le dard est formé d'un filet perlé et d'une tête étoilée. î?n bas : autre tesson d'origine lédosienne ; c?est un pied de
  • constituées de deux bourrelets (le bourrelet supérieur à 1 cm de haut, l'intérieur 0,5 cm ; ceci est l'une des caractéristiques de la période de splendeur. 1) - OSWALD (Pi), Index of fleure types hn terra sigilleta, Planche XIII, nw 2446 et page 31, 2) - Id. 3) - Id. , Index of oottara
  • ' staraps on terga siglllata, plaisKh& page 74 : Cerialis I, de Lezoux (Trajan- Hadrle , Index of figure types..». planche XXXIX, n° 814 A ; page 60. 4) - ratHSV (F.?, op. cité, I, planche IV, n°2 ; II pages 182 - 184. - 17 La frise est séparée des lèvres supérieures par une ligne
  • Carnac, dans la villa gallo-romaine du Bossénno, par James Miln. C - Les objets en bronze 2) , Deux fibules (photo n°9), l'une feuilletée, et l'autre en forme de losange ; elles ont été travaillées avec beaucoup de soin. D'autres objets de moindre importance (une punaise en bronze
  • «.»ettes , oméi de fcoille^, co«-cU formes a. cCerqrn
  • Rr^ile cjrisï ii-e CO
  • . iv* occupation Fondations de la. I'" occupation Mur* de la. 2"* occupation- Fondations de U 2«5~ occupation BriauKïj tuile» dt'com posées C^o.rbon 4 PI onna.it cL K ad rien SiECUM] ^ Autre bijrtqtore SLtr Pond. de poterie ^ipillée. Sond< 3e
RAP00551.pdf (rapport préliminaire. les alignements de Carnac. étude documentaire)
  • rendre. Mais certains éléments centralisés à Paris nécessiteront par la suite un déplacement. 1.3- Comment traiter le document ? Les références de base sont systématiquement notées (Titre, auteur, éditeur, année et lieu d'édition...). Elles feront l'objet d'une indexation lors de
  • traitées séparément des textes et feront l'objet d'une indexation distincte. 8 Trois agrandissements à l'échelle l/2500e de photographies aériennes (mission 1991, noir et blanc ), ont été commandées à l'Institut Géographique National . Il est prévu d'effectuer une commande plus
  • déplacement: [ ] [ [ [ [ ] ] ] ] Proximité d'une construction ( route , bâtiment ...) : [ ] Nature : Distance: Influence: Documents relatifs au menhir: Photographies: Références index: Gravure: Références index: Carte postale: Références index: Film: Références index: Textes: Références
  • index: Notes : NB: les références à l'index l'élaboration de l'ouvrage. seront définies lors de 14 CONCLUSION: I 0 ! Ces quelques exemples ont montré la structuration globale de la recherche. Il est certain qu'elle ne fait que débuter. Ces deux mois ont été nécessaires
RAP00839.pdf (VANNES (56). 1 et 3 place Stalingrad. rapport de sondage)
  • de fouilles de la Ruelle du Recteur. 1992. 5. BEMONT (C) et JACOB (J.P.), La terre sigillée gallo-romaine, in DAF n° 6, 1986. 6. GALLIOU (P), L'armorique romaine. 1984. 7. LE MEUR (A), Les cruches gallo-romaines en céramique communes dans Y ouest de la Gaule. Maîtrise d'Histoire
  • de I' art et d'Archéologie, Université de Haute-Bretagne, 1990. 8. MENEZ (Y).Les céramiques fumigées du nord-ouest de la gaule, mémoire de maîtrise d' Archéologie, Université Paris IV, 1985. 9. OSWALD (F), Index of porter' s stamps on terra sigillata "samian ware. Margidunum, East
RAP02567.pdf (REDON (35). carte archéologique communale. rapport d'étude)
  • INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON (ILLE-ET-VILAINE) Janvier 1995 - Mars 1995 par C. COURBOT, stagiaire de la M.S.T. de Tours S.R.A. Bretagne: 1995 la circulaire n °98650 du 30 juin 1992 relative à l'accès aux documents administratif détenus par les services du
  • montrent chacune un aspect du réseau hydrographique. La Vilaine, avant 2 C. COURBOT W,' 1 / 2? îTÎSe Fontaine d'en/ Sas Près i je yé *?eRd y T^kH ■'«Porte /es Hamblons Mussain A/laison . ,St JeardMemV^^i.- ^^«g^S^è^L^ y •)(>>;/ >, jt-« a «,\ / V rV '••.câT /a Gagnerie
  • CROQUIS TOPOGRAPHIQUE DE LA COMMUNE DE REDON Les principaux reliefs et les cours d'eau C. COURBOT Figure 2 500 m 29 Colline Forte pente 4 INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON qu'elle ne soit détournée de son lit, enserrée par des quais et coupée par de nombreux barrages
  • le domaine vannetais où le pouvoir de commandement reste peu partagé, l'abbaye de Redon fait partie de cette petite dizaine de seigneuries banales complètes, au même titre que l'évéché de Vannes (Chedeville, 5 C. COURBOT INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON Tonnerre
  • aussi très souvent abordées. Plus récemment, les problèmes de voies romaines (Banéat, 1927, 1-83) ainsi que le port de Redon (Compadre, 1952, 35-39) sont le thème de plusieurs articles, montrant l'apparition de différents intérêts pour les problèmes de communication. 6 C. COURBOT
  • fouilles n'apparaissent à l'ordre du jour des réunions de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine. 7 C. COURBOT PLAN DES BATIMENTS ACTUELS DE L'ABBAYE SAINT-SAUVEUR INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON En 1929, sans que l'on sache dans quelles circonstances ni par qui
  • , plusieurs étapes différentes du rempart ont été révélées, avec notamment la mise en place d'un bastion devant une tour d'angle appartenant à un système de fortification plus ancien. 9 C. COURBOT INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON
  • Figure 6: Mise en valeur du rempart place de Bretagne Figure 7: Céramique médiévale trouvée à Saint-Sauveur en 1984 il C. COURBOT INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON Deux découvertes fortuites ont aussi été signalées au Service Régional de l'Archéologie, concernant cette
  • nationale, et une volonté régionale, de gestion du patrmoine archéologique, devraient, à l'avenir, permettre d'envisager de façon plus globale la compréhension de l'histoire de la commune. 12 C. COURBOT INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON II. METHODOLOGIE ET OUTILS DE
  • les plus anciens de Bretagne conservés sont aussi liés à l'abbaye SaintSauveur. Il s'agit du cartulaire de Redon du Xlle siècle, transcrit par A. de Corson dans son volumineux ouvrage (1863) et de deux textes hagiographiques, Gesta sanctorum rotonensis 13 C. COURBOT INVENTAIRE
  • DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON et Vita Cornuionis, édités par C. Brett (1991). La transcription, ancienne, d'A. de Corson contient quelques erreurs, aussi le cartulaire de Redon a fait l'objet, plus récemment, d'une thèse par N. Y. Tonnerre. Ce volumineux document en latin
  • de vestiges trouvés lors de la construction de l'hôpital, qui se trouvent confirmées par l'examen des comptes de travaux. Il s'agit donc de croiser au 14 C. COURBOT INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON maximum les sources de données afin de pouvoir les compléter et les
  • d'archives. Ils sont de nature, d'importance et d'intérêt très divers. Il n'a pas été possible de consulter les inventaires de tous les fonds d'archives. Les principaux fonds intéressants ont pu néanmoins être répertoriés et leur potentialité superficiellement examinée. 15 C. COURBOT
  • notamment des plans et descriptions de l'église Notre-Dame et de l'église abbatiale à l'extrême fin du XVIIIe siècle. Deux axes d'études ont été privilégiés : la recherche des documents concernant Redon antérieurement à la Révolution avec les fonds de l'Intendance (série C) et de
  • l'abbaye Saint- Sauveur de Redon (série 3 H), et la collecte de l'ensemble des plans anciens concernant tout ou partie de la commune de Redon. La série C (fonds de l'Intendance) a fait l'objet d'un dépouillement systématique aux archives départementales, classé par commune. C'est à
  • de Mlle Mottais qui n'a pu retrouver le nom de l'auteur. 16 C. COURBOT INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON les bâtiments liés aux activités économiques comme les moulins ou les pêcheries ainsi que la voirie. Ainsi, il est conservé un document concernant "la rétribution
  • rapidement consulté (Annexe 5). Ce sont, là encore, les séries C et 3H qui demeurent les plus intéressantes. On possède de nombreux plans concernant la ville close de Redon tout au long du XVIIIe siècle. Ils ont donc été, dans la mesure du possible, remis à une échelle commune (1/2500
  • les structures économiques, judiciaires et défensives. Les archives de l'Intendance viennent compléter ces données, surtout pour le XVIIIe siècle. 17 C. COURBOT INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON 2. 2. 3. Les archives communales de Redon Seul le fonds ancien des
  • intéressants, tout particulièrement sur l'aménagement urbain au XVIIe et XVIIIe siècles, qui devrait permettre de retrouver la configuration de la ville avant les grandes modifications apportées par les XIXe et XXe siècles. 18 C. COURBOT INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON 2. 2
  • Morbihan ne possède aucune archive concernant Redon. La Société Archéologique d'Ille-et- Vilaine a versé l'ensemble de sa collection d'objets au musée de Bretagne et ses archives à la bibliothèque municipal de Rennes. Les 19 C. COURBOT PLAN DE LA RIVIERE DE VILAINE DEPUIS MESSAC
RAP00322.pdf (LA CHAPELLE-DE-BRAIN (35). Lezins ou la butte des buis. rapport de sondage)
  • ) : OJjtfULD inde (3): m s'iues:gauche n ° 1 > 3 0 - droite n ° 1 3 3 1 -(OSJJHLD index) ((if): ove 1 coupée de 5UTRIO(SîANFI-WLD. ¿iïHifôÛN:C.G.P.) (5): d a T. : ( ST HN • S » «-'. l'SON C.G.P. ) M A3 PL. - B a o o do vas:? b i c o n i q u e t o u r n é p&te g r i s e , f i n e , l é g
  • NIAiNVS - de MAT'ERNIANVS ( Aatonin - ou SABINIMVS C V l'autre porte la terminaison OCISI 138-161 ) es pas! en-Hadrien 69-138 ) d'après de ADVOCISVS OSWAID ( 160-190 ) (voir fiche complémentaire) CONCLUSION Le sondage nous a permis de mettre à jour des substructions de
  • marais et en bordure immédiate d'un fleuve relativement Important : la Vilaine. O? «« ¿O « 3 -Ë Q0 H 1 S A ^ N S S V X "G il O O C "O Li_ -C e sí ft âaiéjnotreï' f/ue l)&u~f~ ¿L La íaiíc yiûir-e- ¿>h JhftYiSj Ut >yyiu\r dt yite ¿U ¿ ou e f t Iti. ¿V¡
  • )'it~i> m h ) e77 • r U / L es ve c. deh/'/: //e 2 Ccuoii^ i erejt w e „ 7- Cok' Jeto/ c\ote j. ^ Txyoc&us/'ht. Hri^u-t- Ja//^ J en < jZa.cz. ~ friut-eZs oíe ßlri yuei Yti¿kc0yin
  • £ov\ Jorfavi'f filìMS /Q : cfAmœuiwa SMMUNK ¿Í Té-Sion e/e /a marcete. /e^üux Jana, St^io»y „ J ûc(7?èi e/c /a Jj^ure^ /a J Cfau/ìit) , A t V Je . y Sur ¿/ec/x re/re'senfant - ^cj/èK/ /> ¿/cu* fC> rareren/ Á H'-*) C /?¿j> ¿>¿>rJ a. QùucÀe. / rytoreeau
  • * Deche/e~7/c- ÀEZdUx Oií4//)¿2) .. Se£ ¿áfov ^/'/)*/£ - 6$-Ii?) ^c- J/^nant' / Ha/lire. ( iW-iói) ('S/
  • l //¿-Hi, O C¡S i J e»Pe i/asea p acte hrTani~ "~ferflu ¿uh¿ (ÔMA/D J "fcïion tyraj 19- iUxTOTT BJ3 mWAlkiS ASCHEOUOOîiarSS LFFSC'tîKfi .DÎT 10 CH7T0BH1Û Alf IO iWüL-BEi, ¡!>7C m s -BU I A V E U AU I KAI I97Itl'R0J40:-î0E AIR AUTORI SAT ICI! OJR U-XSJiiLUT CUW
  • }~ÄQL.All? DE M BUTTL Sl^i DUIS; MRSMSÄ IIO -¿338-^33* SSCXIGH 1-4 L'RSS SU vL ^ ¿ W Q M'.uà TOSCTE SAIKT-: X-AHïii.ÎUtë h VLu.*m OHÏ M T I C I P ^ A OLÍ: l i u y m s phillppe dei, aines joan-¿"ves coirei y ve s oogre.. yénniok epie Christel huatmi françoise bureau patri htij^au
  • d'une épaisse couche de cendres compactez. C e t le foyer proprement dit ; un trou de cendres profond de 15 cm, l'entoure en partie. Outre la "baignoire, la salle ohauffée et son foyer, les bains se composaient d'au moins une autre salle, située entre la baignoire et 1'hypocauste
  • . Le mur ouest de oe dernier se prolonge en effet, vers le nord, par un mur de moellons, de même facture. C e mur est coupé bientôt par un mur, de schistes qui lui est donc postérieur. se trouver Nous n'avons pas retrouvé le sol de cette salle, qui devaitVau niveau du suspensera de
  • et d'Argonne. On a donc, à ces endroits, jeté les objets ca -es et inutilisables M INVENTAIRE DES TESSONS ETUDIES Les t e s s o n s p o r t e n t 1 ' i n d i c a t i f ( l e t t r e e t c h i f f r e ) d u oarrè f o u i l l é e t un numéro d ' o r d r e » Ce numéro e s t p r é
  • c é d é da l a l e t t r e " S " p o u r l a céramique s i g i l l é e . Pl. Vlanc-li& A15 ^ ^ - F r a g m e n t de b o l s i g . m o u l é , t y p e d r a g « > ? , p à t e c o m p a c t e , r o s e , pau a i e a s s é e , g l a ç u r e r o u g e — f o n c é , m a t e . D é
  • i c o r s t é t e d ' a n i m a l e t p o r t i o n d* a r c , r e c o n n u s comme p a r t i e s d ' un d é c o r r e p r é s e n t a n t D I À N E c h a s s e r e s J s e . T e r m i n a i s o n "OCISI" de l a s i g n a t u r e d'ADVOCISUC a c c o m p a g n é e de d e u x b â
  • t o n s I l e c h é s . 'înn T .1.//111 uD alunuil. iuu-c-uw cljv.j.O. "iiIiilUWA« \ IX ,.J...J.JL r -f _ / .» * A 17 -Fragment de fond de plat sigillé,tourné,lis ;e,type rfalS1 ters 79/^0??;¿iara.estimé : 125mm. pâte rose pôle,micatesée, glaç.ureorang (très écai llée
  • ) terminaison N I A N T de MAÏSI&IANUS ou SABINIAMJIS provenance :lefcoux (2 1 s.ap.j.c.) (2) ' i J A 15 3 2 - Ç u a r t de p l a t ^ i g * u r n e , 1 i s s e , d e t y p e . w a i t e r s 7 9 / S o ? ? pâte rouge,compacte,miccasaée.Glaçurerouge,mate,épaisse, é c a i l l é e « s u r l
  • a f a c e interne. Un cercle couronne la face interne(à la molette)* Diam.282mm ;leaoyx (2- s*ap.j.c.) g PL. - t £ n W A19 PL.!) -Fragment de v-«se sigillé de forme indéterminée 31 pâte orange,glagure orange,peu e'paisse, très écaillée,mate décoration à la molette orovenanC
  • ' : argonne ( V auap.J»«.) .j -fragment de tasse sigillée,ruillocfeée,type drag. pâte o r ange,c ompac t e,m i c as sé e{glaç u re 0 r ange,e pai s e e mate. provenance:lee,oux (2s.ap, j ,c. ) PL.5 « Bjjg^ "' , 'A lotos: -Fragment de bol sigillé,moulé,type drap;.37 pote micasaéo
  • , friable,rose-orangée,glaçure épaisse, orange,m te. décor : feuille de vigne vierge®** folioles, de chaque coté un masque (3) ove: sillon central alternant avec un b. ton court fin,indépendant. ( 0 caractéristiques du style de BtîïSIO (120-145) LIJLOUX (5) ( 15 : OSïïiiLD index . ( i
  • è r e m e n t ¡ n i c a ë s é e ^ f a c e i n t e r n e g r i s e c a n n e l é e non l i s s é e , f a c e e x t e r n e l i s s é e , n o i r e , t r è s l u i s a n t e ; f o n d d é t a c h é d i a m . d u fond:6.4mm. à la ficelle5cuisson réductrice; A7 1 -Bord d ' é c u e l
  • l e c a r é n é e , m o d e l é e à l a main;pfte très gro»sièro,gri m i c a s s é e } d é g r a i s s a n t quartzeux a b o n d a n t ; f a c e i n t e r n e g r i s - c l a i r ' J * 1 1 non l i s s é e ; f a c e externe grise a v e c z o n e « p l u s f o n c é e s cuisson
RAP00343.pdf (HIREL (35). l'aupinière-le paradis. atelier de briquetage. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • de doigte (modèle le plus ancien) * -ouisur de© faces externe«. « en i-'nvrsl , jaune beige uni . - 1 »autre (II) c^rc ct-'-risé par «©0 traces très prof»de» de doigta dans le fond externe des god ta' et par ua bord inf rieur enguieux obtenu par ¿.lace - ent entre pouce et index
  • c i r c o n s c r i p t i o n LIRECTION DES archéologique f ',. Kf SttWOyiU^ PP&UQiJÇ. ÏHSTOFtiqUES AlfDIQUXTES Dato d'envoi .50. insalare..197^ :tN!TRE REGIONAL ARC H ÉOLO. ! D'ALE! Fort c¡3 ia Cité ' ¿5400 SAINT M A L C ^ p p ^ de ^Q^J^ES»ABCMEOLOGIQUE
  • D O S S I LiTL DIT Rapport scientifique. oui Plans oui Coupes . „—_ gallo-romains 0 - IVéme s ap J.C OB SEP.VAT 101 ! S CONTENU 197^ oui Illustrations oui Photographies légendées crui ENTRE RÉGIONAL ^ D'ALET Fort d e la Cité 0 5 4 0 0 SAINT MALO JLrft C 1
  • ' J"'l- •:» - -U Ht: ¿¡*¿l*.'Qj 'J£ J'.l ji-T dédie ce r e u p o r t d e s f o u i l l e ® d* ¡il à t o u s c e u x q u i o n t a p p o r t é leur aide , e t plue , .• f r t i c u l i ère» en - à 1» Girooaseritien des Antiquité» historiques dont le ,irecteur, ©n&ieuc >->t\x
  • 2 m == IIIs avec COMPACTE ARGILE poteries MUR + "H + + *+ + + + 4 ROCHER POTERIES = • GLAISE ARDOISES i BETON REMBLAI RECENT INCENDIE on O O o O ¿o í?
  • a» Recherche au G.B.R. , ®pé»i«li«t» de ces o p é ration« sur des site® préhistorique»• La «urfac» l prospecter > y artie la plus septentrionale de 1» parcelle H 1?t de JH'^fw appartenant à onaieur »fut divisé» en c a r r é » de s i t r è s sur > »être» • Cette zone avait déjé été délimitée
  • e n par une prospection plus grossière • Ghague fouilleur fut chargé d'une série de tels carrée t avec mission de collecter tous l e « vertipe» de r o b i lier vifcibler en surface et de le® rerrcuper dan® un sac c o d é . Le dénombrement des quatre type» de vestige» rencontré
  • » » â »avoir 1«® fragment* de godets , cl» pilier» et de boulette» de calage et le» ttfsrcau de poteries , s. parais d ' o b t e n i r de» cartogra, hie» de» d é c o u v e r tes» -Cependant , le? frc.. ..entr de o d e t e , en trop grand noa-bre , n'ont p» s été utilisé» } de cJv'e
  • , les tesson» de poteries , très peu n o m b r e u x , fauraiJBent une cartographie trop dtairs»«é» pour Itre exploitable* la fin de cette opération » eeule» Isa carto&raphies de® d é c o u vertes de piliers: et de* boulettes t 'lé.-eBtr -fondait, tintaux des- brieuétape», (tlanche
  • jointe) ont &»rvi à définir 1'implantation de la fouille • 'pré» avoir constaté sur les deux plan» que la. zone codée '}€ seablsit c o r r e s pondre à un» concentration significative d«» vestige» « un carré d» 10 a être a sur 1€ «êtres , codé HL t fut implanté en utilisant des repère
  • contre le reste de l'excavation fut consacré s l'exploration d'un atelier de briquetsge contenu dan© l a eouch» ** partielle i ce qui entrain» « pour des problèmes de des couches 5 et 6 • atetion , 1s fouille Plusieurs coupes e tr^tiiiraphiqu»» ont été relevées (: I ç n c h e s
  • jointes) 1o couches différente» ont été id*atifi«ee j Irurt c?.rect? r i a n t e s , p o u r éviter une prose qui sursit pu Itre longue et monotone , sont r e g r o u p é e s dans un tableau joint qui constitue aussi la lffend» des illustration»« La couche G % dép$t «aria d» tangu» t
  • - 4- G H 78 HI78 GH78 l 5,80 N G F ! I \l . ^ — » ETAT FINAL 1,50 Lt H8 COUPES •v a' - — — — a b b' c' "•o \ T1 T2 T3 0 1 c N 0 t= 1 m Nomenclature couches Contenu 'briquetâges . poteriesx nature couleur © terre noir brunâtre oui men. morceaux
  • : --at ¿0 s» surface t o t a l e ) il fut «••.é nsgé fi l'iaVrjttlHL d'une zone délli»ité« par uu fo> é c i r c u l a i r e de rayon «« courbure voisin fit S mètre» • :. a tin««« • ainsi récupérée , ervit en particulier »' confectionner un talus interne } celui-ci , e f f o n dré , se
  • retrouve dans le remblai ultérieur du fossé » peu près au centre de courbure de ce fossé , un foyer c o n f e c tionne avec cette ¡8«® tangue et deux coucher d'huîtres placées â l ' e n v e r s « ¿té ls.pl«nté • Cette i plantation sert de b
  • centre de es foyer • : $ t - M la trace d'une i m p l a n t a t i o n de p i l i e r ^ ? C'est très probable d'autant que let» diamètres correspondent • Jea deux trous étaient r a c p l l s de terre noir« » ce qui les rendait très v i s i b l e ® • :.« petitesse du foyer ne por» siet
  • : ris *y envisager une fabrication importante de pslat de sel» u n travail «l'artisan qu* u n travail d'un groupe important de b o u i l l e u r s ce s e l . l'Cueot de ce foyer , un amas important do menus débris de brique tagea
  • «» c o n s titué® d'éléments brisé« sur place ou d'éléments encore intacts ; ils attablai ¿at éparpill as cor .1© s*lia avaient été jetés là • Ces goîota f praaquo entiers , ne peuvent correspondre qu'au dernier asaire de 1*atelier car las godets n'auraient pas résisté r un piétine
  • o x e ) , cJautre part des brique ta pas * 9 de la mer (probable- elle servait I 1® confection foaaé circulaire par et* -dt de piérar de l'eau de mer ea vue de le fabrication des ;.-aia» de • el par é v a p o r a t i o a f o r c é ® . 'On foyer fut ensuite ménagé • --ette
  • tose de débris rlomérai GodeJr ( c o u aï-o e w h e \ r ( ' c o u c W C). Inventaire son,-'aire do la céramique contenue dan« 1er? différente® couches --ouclto 1 :-an» cette couche o fipureni quelques tesson» relativement modernes C-'.Ifé » xé s) en très faible
RAP00840.pdf (VANNES (56). 6 rue des Quatre Frères Crapel. rapport de sondage)
  • de la Paix ( parcelles cadastrales: AO 225, 226, 227, 232 ), 1989. 4. BAILLIEU (M). Rapport de fouilles de la Ruelle du Recteur. 1992. 5. BEMONT (C) et JACOB (J.P.), La terre sigillée gallo-romaine, in DAF n° 6, 1986. 6. GALLIOU (P), L'armorique romaine. 1984. 7. LE MEUR (A), Les
  • . OSWALD (F), Index of porter' s stamps on terra sigillata "samian ware, Margidunum, East Bridford, Notts, 1931. 10. PROVOST (A), Rapport de fouilles du Bd de la Paix. 1989. 11. Quand Vannes s' appelait Diaroritum. musée de La Cohue de Vannes, 1992-1993. 12. SANTROT (M.M. et J
RAP02073.pdf (LORIENT (56). "ZAC de la Cardonnière")
  • Suivi scientifique : C. Jablonsky, S.R.A. Bretagne Résumé Les sondages exploratoires réalisés sur les parcelles concernées par le projet de ZAC ont permis de confirmer la présence des deux fossés repérés en photos aériennes. Cependant, ces deux structures fossoyées, bien conservées
  • différents fossés repérés lors du diagnostic. 1m Table des figures Figure 1 : Plan de localisation Figure 2 : Plan général des tranchées Figure 3 : Coupes des fossés Index des photos Photo 1 Photo 2 Photo 3 Photo 4 Photo 5 Photo 6 Photo 7 : Vue en coupe du fossé Fl de la tranchée 1
RAP00903.pdf ((29). le mésolithique dans le Finistère intérieur. rapport de prospection thématique)
  • VERIFICATION DES MODELES, p. 9 C) LA REALISATION DU FICHIER, p. 10 V) NOUVEL ETAT DE LA PROBLEMATIQUE, p. 10 A) LE MESOLITHIQUE FINAL, p. 10 B) LE MESOLITHIQUE ANCIEN ET MOYEN, p. 11 C) INDUSTRIES LITHIQUES D'AUTRES PERIODES, p. 12 VI) PROGRAMME POUR 1994, p. 12 - Bibliographie, p. 14
  • - Index des noms de sites, p. 16 - Index des noms de personnes, p. 17 - En 1993, la prospection s'est déroulée sur les communes de, p. 17 - Liste des personnes ayant participé à la campagne 1993 "Prospection thématiq' "Le Mésolithique en Finistère", p. 18 2 Pierre GOULETQUER
  • final affectionnaient particulièrement les terrasses alluviales, si nous affectionnons nous-mêmes celles-ci dans nos prospections. C) LA RÉALISATION DU FICHIER Après plusieurs tâtonnement, nous proposons la réalisation d'un fichier qui devrait comporter les éléments suivants : - la
  • hypothèse dont la contre-vérification relève de nos méthodes d'observation. C) INDUSTRIES LITHIQUES D'AUTRES PÉRIODES Il est bien évident qu'une prospection thématique orientée vers le Mésolithique peut nous amener à repérer des indices plus anciens ou plus récents. Par contre
RAP02264.pdf ((29). forêt domaniale de Carnoët. rapport de prospection inventaire)
  • X: 159524.906 Inventeur : C. Dardignac Y : 2332608.828 Commune : Quimperlé Z : 60 Parcelles forestières : 36, 38 Rayon : 50 Remarques sur la localisation : Situé dans la partie Sud de la parcelle, au Photos : B milieu d'une plantation de résineux. Relevés GPS : El
RAP01633.pdf (LOCMARIAQUER (56). le tumulus d'er grah. rapport intermédiaire de fouille programmée 1986-1988)
  • W ' MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE LOCMARIAQUER Rapport de fouille C.-T. LE ROUX, Y. Décision n° 974 du 9 avril 1986 ER GRAH - Avril - Septembre LECERF, M° de site : 56-116-008 AP - J.-Y. TINEVEZ, 1987 E
  • . GAUME MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DEPARTEMENT DU MORBIHAN D.R.A.C. DE BRETAGNE CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE COMMUNE DE LOCMARIAQUER LOCMARIAQUER E R G R A H Rapport de fouille intermédiaire 2ème année Avril - Septenbre 1987 par C.-T. LE ROUX
  • 1987 à M. LEFEVRE, Architecte en Chef des Monuments Historiques .; elle devrait trouver place dans le cadre de la " Loi de programmation Patrimoine " actuellement en préparation. C.-T. LE ROUX O m w V. a' c co O ta ; < •O 2 o ë n) • .D u > *± < u m < u O co CO £ 3
  • = UJ = . w bo = w - a É '2 2 -g E » u. 5 en = ïï I ' X < .r s w * = IL o E g h 3 -! n CD _ co 2 n 3 3-= o> — re 3 a j - S.00 CM oor^ «re | - [n "O M ai" kl 3 o in C E C Ûl O to —* — —I ••H ai u •D C n n u kl \a; LU ^ — 3 MU U OJ u 101 T 00 en —1 H O M
  • —' (A c — 01 kj T3 — O en ki c M VI U 01 01 — CQ 01 k. J3 ••4 **4 O re u. O) A DM h-l ►J UJ a à -J m ai o Oui to < re ce 3 CM «re o o re a o SI OO au u kl u u nj • *• 0> •H M •D \ai > CM c w X ai toi :enc oo
  • a. « e o .—( CL kl -a 00 CM m re •v ai 03 ~* (01 CM U •«H 00 E > u vai 01 RB C rat ai n: T. fk u u CJ
  • u re z ai O t/3 w \0I O bi 1 âge C CO co co — ai c co eu 01 LU W u y < —' LU co 3 3 cr — 5 u B as T. LU C0 > CM > cd M kl o en o ai Ui re c— L> 3 • 0=0 co LU 3 re 5 2 c Ul ai < H > O 101 Pw re — « —i kl 01 *J TD C
  • C O CL LU U — " • 1 •-4 c o .. u tO «O a , kl c re r-. 00 u toi ' 00 ai -a CM W • «-< 3 — n) n3 >ai ai u u: -u 0 LU (/I 01 u ai _i s O C VX3 +| O ki o ra O •a u ai 3 ai « k. jo "* o _l CO < M ce
  • CQ M LU Q CJ) ai "D 01 u c ai E ai > «ai \ai ki ki 3 V) 01 ai •a 3 3 • r-* ai mi oo E re «n ai "C3 CL re ki 01 kl kl • — kl > CO -rH C o et) C «0 CJ r—1 kl cr U) ' CL Q) D — OS • u eu "O 00 CTi O M U ■—' re 1 O C kl _z re u k» MU
  • CM 3 *• O y 1C C M O -a 10) 01 E \0l en • "3 a re °" CM CO iki u
  • particulier. La faible épaisseur des couches et l'arasement du cairn dans ce secteur expliquent peut-être la pauvreté du mobilier, C/ SECTEUR 3 1 - SITUATION : Partie Sud de la zone fouillée - carrés G 51 - G 52 - G 53, H 50 H 51 - H 52 - H 53, I 52 - I 53 (surface fouillée 170 m2
  • Nord du secteur). Couche C : couche de sédiment brun foncé (épaisseur 0,20 m) constituant le sol archéologique contemporain de la construction du cairn. Couche D : couche de sédiment naturel jaune clair. Couche E : substratum granitique. 3 - STRUCTURES DEGAGEES : Devant le
  • d'habitat). Ce tertre, qui prolonge le cairn quadrangulaire, recouvre des vestiges d'éboulis à l'aplomb du parement transversal et un sol brun foncé (couche C). Dans ce sol brun, probablement contemporain de la construction du cairn, une série de petits trous de poteau (quelques
  • . Sous cette couche C, dans l'angle Sud-Est du caré G 52, un foyer bien structuré a été construit dans une cuvette creusée dans le limon naturel du sous-sol jaune clair (couche D) (diamètre du foyer : 1,40 m). La position stratigraphique de ce foyer indique une occupation antérieure
  • coups de poinçon (H 53 - 391). . Un tesson présente plusieurs coups de poinçons larges sous la lèvre à rebord brisé (H 53 - 240). 4 - 2 - 2 - Dans la couche de sédiment brun foncé = a) Le lithique : présente la répartition suivante : courte C ; CARRES G 51 G 52 G 53 H 52
  • TOTAL COUCHE C ; : Ensemble des pièces 26 57 187 34 304 : :Pièces en silex 25 55 187 32 299 : Comme dans la couche supérieure, le débitage est issu de petits galets de silex blond côtiers et quelques grosses pieèces (éclats larges, gros grattoirs) contrastent avec
  • - SITUATION : Partie Sud-Est de la zone fouillée - carré G 54. Surface fouillée : 10 m2. 2 - STRATIGRAPHIE : - Couche A : terre végétale mêlée de blocs déplacés du cairn. - Couche C : sédiment marron foncé, sol archéologique contemporain du cairn. - Couche D et douche E : sédiment
  • naturel jaune clair et substratum granitique. 3 - STRUCTURES DEGAGEES : Sous la partie arasée du cairn en 1970, l'assise de base du double parement longitudinal Est est conservée. Elle repose sur une couche de sédiment brun foncé similaire à celui de la façade Ouest (couche C). Ce
  • - SITUATION : Partie Est de la zone fouillée - carrés I 54 - 155, J 54 - J 55, K 54 - K 55 - surface fouillée : 85 m2. 2 - STRATIGRAPHIE : (coupes DD', EE', FF', NN', fig.8 ) Couche A : sous une faible couche d'humus, terre végétale poudreuse avec blocs de l'éboulis du cairn. Couche C
  • CHAMPS DEFINIS : N° Type Long. Avt virg Apr virg 1 ALPHA 4 2 NUMER 3 3 ALPHA 4 Signe Champ index Long, index Oui 4 Oui 8 13 Oui 13 ALPHA 25 Non 5 NUMER 4 1 2 Oui 8 6 NUMER 4 1 2 Oui 8 7 NUMER 6 2 2 Oui Oui 8 8 alpha 20 Oui Oui 20
RAP01702.pdf (ÎLE-DE-BRÉHAT (22). les Agneaux. rapport de fouille programmée)
  • '■ "ÔCJ> Or. ^i —sax^v' c - hftuWnr --^O 9 '
  • sondage 1 et son appartenance à la série aurignacienne n'est pas certaine. 13 / 113 114 122 142 o r é m ipic Les Agneaux - industrie lithique, outils et pièces esquillées dimnmm eimax n- tu u tu M ra c (D (U .0) type d'outil observations marquage o ZI o com
  • trit *c in z (D o u .(1) 7" ° é- ° bû x y z 88 121 53 143 ro (D cat; débiég 1 ~~~47"" 11 2 _ 4 6,ï 6,2 6,3 8 inf. à 10 11 " ~13 " 14 ; inf. â 10 32 85 9,1 9,2 9,3 10 11 12 13 14 15 17 18 20 21 22 23 "~] ..... 24 ~26 27 29 30 31 32 33 T 38 39 40 42 43 44
  • (6 feuilles A4 et pliées), ■ 78 diapositives et index, ■ 3 films noir et blanc avec leurs planches contact et index, ■ carte SHOM 7127P "abords de l'île de Brehat, anse de Paimpol, entrée du Trieux". Prélèvements : Quatre prélèvements de sédiment ont été effectués (au
RAP01503.pdf (SAINT-FRÉGANT (29). villa de Keradennec. rapport de fouille)
  • Motre-Bame du l'olgoët et sur se^ environs, Brest, Î853 œ b d ^ti^^xife^ a'^ . (2) Bien que de Kerdanet dise que cette signature se trouvait sur une urne de verre, il convient de noter que Divixtus est un potier de Lezoux, comEe l'indique P. Oswald, Index of yptters'stannas. p. t07
  • , avec la forme Divixti M(anus), et qu'il a travaillé, selon J.A. Stanfield et G. Simpson, Central Gauliah Potters. p. 210, de 160 à 190 p. C. Devant une telle richesse, Kerdanet n'hésita pas à y placer une des villes mythiques de la Bretagne Occidentale, Tolente, détruite par les
  • aujourd'hui, mais dont la couleur laisse penser qu'il fut jadis recouvert d'un plancher de bois, 2S) par une porte étroite, dont le battant était fixé du côté de la salle A, avec la petite salle C, remarquablement bien conservée. Celle-ci, assez petite (2,92 m x 2,68 m), a des murs de près
  • baignoire de briques et de mortier rose (1,50 m x 1,30 m) dont le tuyau d'évacuation, fait d'une feuille de plomb repliée, était encore en •#•!••• Oft «W^vivJ! ^ m c k - SdL^JÍl \ivjj C^jÍAJÍMÜÍÍ. I^Wvft ^ - Ouu - OM -^ovAA, h^'yUM, ^ -i'e'i^ovít• IpCU^YvCv/m • .-j
  • complètement vidé. L'axe du four, fait d'argile rougie par le feu, était recouvert d'une quinzaine de centimètres de cendres pulvérulentes et de charbon de bois dont une partie a été recueillie pour une datation au C. 14. Vers le Sud, le tas de cendres provenant du nettoyage du praefurnium
  • d'un enduit peint qui est resté en place sur près d'un mètre de hauteur par endroits. Vers l'Ouest, la recherche des murs en surface nous fait deviner un plan qui complète le carré formé par les salles A, B et C. La stratigraphie h. l'Ouest de la pièce B montre que cette partie est
  • également décorée d'un enduit peint • • • ! • • • (.fWAWJ^ OuiAtr) • klUxWuA, - Ö rv\ . - ^ W l Ä J l C ^ rrvvjoA. v^rrA..) •• mj ••• 6 et comporte un sol bétonné. C'est dans ces directions, ainsi qu'au Nord de l'appentis, que se poursuivront les recherches en 1969. II
  • bande rouge porte des bouquets de plantes aquatiques. i W t k X - BlsLvwjujJi toi ^ ^ C ^ rVNAJOA. OujiAít- jCsyxNcVj"^ ^ í^cBv ^ - ^SflJUiL C d». ObatVjb ^ ^-wWi - iVu^lpW Ainsi également de la frise de nénuphar, qui permet de reconnaître encore feuilles et
  • feuille aiguë, ils se terminent en lignes abstraites. % % % / • • • I I I I Ss oJlU ÎVÂCo iVoCb a - nrvuA/v 0 uOAt m v® vO) Ì^WiCò io { -% ^ m 4- e m Í I I wiêw fe c I r r f •t » « •Ì c? o ''»n, -.t-mme VT - Vj(ji4t (Li P A T E R N J U S i i B
  • page suivante a) \FôJ^ ^ isJtMrvwo (^c^^ou-jt _ Mm. - lio Y L ck tiViJiWar Jbj^ Wvuç W^tlA bv-^ûu ix ¿OULUJÖU. a AV/jsjjl^ di'OS bro'y^^ ?{fì < s 0 œ 1 O _J < e t a en z tu S t/) w tu _J m ? lU Uii z LU > UJ z (/) LU tu O z o Ö tu œ tu UJ z < LU
  • . Ce vase a été trouvé près du praefurnium. au niveau iïiférieur. ^ s e C : forme Drag. 37 = Ch. 320 : bonne qualité. Décor à la molette Ch. 201. Provenance : Avocourt-en Hesse ; date de production : 350-370 après Jésus-Christ. Ce vase, découvert dans la salle A, au contact immédiat
  • légende visible. A l'exergue, une étoile à huit branches, X.. Poids î t,40 gramme. Cohen, t. Vil, ne 22, p. 522 - RIC, t. VII - Date : 330-337 p. C. Toutes ces monnaies ont été trouvées dans l'appentis du praefurnium, au niveau intermédiaire ou supérieur. La monnaie de
  • trouvées près de la tour Sud-Est, niveau inférieur, c^ VUl^h S" 42) Ob.lets de bronze A côté de nombreux fragments provenant de résidus de fusion, il a été découvert un anneau et un petit objet en forme de torque (of pl\^Îjbs ^ • CONCLUSIONS PROVISOIRES La première campagne de
RAP01076.pdf (CORSEUL (22). le champ Mulon. rapport de fouille programmée)
  • ensembles B et C. Nous nous sommes décidés cette année à garder les mêmes ensembles que l'an dernier (A, B, C); ceux-ci sont bordés au nord par une cour, au sud par un couloir de 2 mètres de large, lequel a été mis au jour au cours de notre dernière fouille. Dès lors, notre étude
  • pouvant dater du 1er siècle après J.C. Par contre le dépotoir, dont nous avons dégagé la partie inférieure a fourni d'innombrables tassons de céramique commune, noire ou grise, ainsi que quelques tessons de céramique sigillée. 1) - QSWALD (F.) Index of potters' stamps on terra
  • avons reconstituée entièrement.(cf. photo n°7 planche II). Sur la partie extérieure de cette assiette ont été tracés au stylet dus graffites difficile à lire (photo n°6). Le mot (ou les mots) gravé semble commencer par la lettre C, puis nous avons l'impression qu'apparaissent un M ou
  • un N (ou un A et un M?)ligaturés, ensuite un P, un A (très caractéristique étant donné le petit trait vertical qui apparaît entre les deux hastes obliques), un N, un I j à ce moment pourrait commencer un autre mot composé des lettres suivantes : C E (d'après le C.I.L., deux traits
  • Néron-Vespasien). Donc la couche inférieure du dépotoir est datable de le deuxième moitié du 1er siècle après J,C. ; étant donné qu'à l'intérieur du bâtiment, les plus vieux tassona datent de cette période, on peut en conclure que c'est au 1er siècle aprèa J.C. que commença
  • ciment qui avaient été découvertes l'an dernier dans la partie Al,. Le aoubasement est formé d'un hérisson de pierres en micashistes posées de champ, comparable a celui rencontré dans l'abside, mais moins compact. En dessous se trouvait une argile grise avec en surface des taqulas c
  • tessons signés, nous les avons déjà étudiés j ajoutons seulement quelques petites remarques ayant trait à l'assiette signée C R I S P I N U S . La forme de cette assiette semble Stre indiquée dans l'ouvrage d'USWALD (l) il s'agit soit de la (1) - OSWALD (F.) et PRYCE (T.D.) op
  • lettres y apparaissent t C A N I . Elles sont insuffisantes pour que l'on puis- A fo? se tenter de compléter les mots auxquels elles appartiennent. Cependant nous devons remarquer que les lettres, gravées à la perfection (les hastes des I et des i\! sont magnifiques) rappBlle^une
  • inscription sur marbre, se trouvant actuellement au Musée de Rennes ^ et qui aurait été découverte au temple du Haut Bêcherai. Nous sommes tentés de dater ces deux inscriptions du 1er ou du Ile siècle après J,C, d'après la facture des lettres ; mais il est fort dangereux de se fonder sur
  • a accentué le tracé au moyen d'un stylet, mais de manière très irrégulière. Que peuvent signifier les décors? Peut-être faut-il voir dans la représentation symbolique du soleil? c) - Pierre sculptée et fragment de base de colonne. Le lieu où e été découverte cette pierre (photo n°-i3 et
  • "c\n ce H de la. vwov\v\oùe. ghoVoye^Wc o= &0 : à gauche , ^ \ ou urc tn -br mcu c W& PUVoyaY Plaque, oit schlsU scul^Vée.. 4. Cou^Art \'a»>\*kte W4oiIe.««e ^* S. Coupe
  • *' occupationfondations de-la A* occupâtion. c Sondage effectue probablement au 2£* siècle, fle^t très ne.t d««5 la *fra- ttqr«.ph
RAP00752.pdf (PLESTIN-LES-GRÊVES (22). les thermes du Hogolo. rapport de sauvetage programmé)
  • -romains Thermes et hangar I - IVe s i è c l e s OBSERVATIONS 7 pages dactylographiées CONTENU DU Rapport ecientifi vie.... DOSSIER Plans et coupes 3 plans Planches et dessins 9 photos lëgenc Photographies légendées. m B:b!ioth!q-ue Clrconscrîptie« des Antiquités
  • Historiquws île shOàûKfe En 1982, l a D i r e c t i o n des Antiquités H i s t o riques de Bretagne a r e p r i s l a f o u i l l e de sauvetage des thermes gallo-romains du Hogolo sur l a pointe de l'Armorique en P l e s t i n s - l e s - G r ê v e s . La campagne de f o u i l l e
  • a porté cette année sur l a p a r t i e Sud du bâtiment, à savoir un hangar a t tenant aux thermes. D'autre p a r t , les bermes qui n'avaient pas été f o u i l l é e s au niveau de 1'atepoditerium et du c a l d a ruim ont été déposées. La campagne de f o u i l l e de cette année s ' e
  • s t déroulée pendant t r o i s semaines, du 5 au 19 a v r i l 1982, avec l e concours d'élèves du Collège Notre-Dame de Kerbonne à Brest, du C . E . S . de Cesson ( 3 5 ) , et du C . E . S . de P l e s t i n 1 es-Grèves ( 2 2 ) . LOCALISATION : * Département : Côtes-du-Nord
  • d'encadrement v e r t i c a l e s é t a i e n t séparées des deux arêtes Nord et Sud de l a niche par un espace blanc de 0,05 m. L ' i n t é r i e u r de l a niche p r é s e n t a i t encore l e s traces d'un panneau identique à ceux du mur. L'appui de l a niche n ' o f f r a i t pas de s
  • a i l l i e par rapport au plan de l a maçonnerie. I l s'agit simplement d'une chape de mortier de chaux blanche arrondie en façade pour mourir sur l e plan v e r t i c a l du mur sans aucun débordement. A l ' e x t é r i e u r du bâtiment, du côté de l ' E s t , l a f o u i l l
  • e a été r e p r i s e sur une longueur de 5 m et une profondeur de 1 m à p a r t i r de l ' a n g l e Nord-Est de l ' é d i f i c e , dans toute cette zone de remblai dépotoir que nous avions observée en 1981, a f i n d'essayer d ' é t u d i e r l a p o s s i b l e extension vers
  • l ' E s t de l ' o c c u p a t i o n du s i t e . Si aucune nouvelle i n d i c a t i o n dans cette d i r e c t i o n de recherche n'a été observée, par contre une importante découverte concernant l ' a l i m e n t a t i o n en eau de l ' é d i f i c e a été f a i t e . En e f f
  • e t , p l u s i e u r s c o l l i e r s de serrage en f e r , t r è s oxydés, ont été r e l e v é s , l e long du mur E s t . Le premier f u t découvert à 0 , 1 0 m du mur et à 0,20 m de l ' a n g l e du mur Nord-Est du bâtiment. Le second e s t à 0,30 m du mur et à 1,50 m du
  • amenait l'eau â cette piscine froide. C tme sur d'autres s i t e s bretons (oar exemole, Kerradennec en SarntFrégant (29) ) , l a conduite était composée de tuyaux de bois emboités l e s uns dans l e s autres et tenus par des colliers de f e r . Ceux-ci mesurent 0,04 m de largeur et
  • , d'eau) u "a p in de cette première campagne, nous avions supnosé que, ver*, le nous étions en présence d'une couf dont le mur d enceinte a v a i t été dégagé par les travaùs intempestifs de .¡. PMSBu l e dernier propriétaire, du site. En 1982, nous avons don». ••:•«c i dé de
  • dégager cette zone afin de déterminer son a.oect, o s d i f f é r e n t e s phases d'occupation et son évolution. Contrairement au* p r é v i s i o n s , i l s'est avé?"é que nous n ' é t i o n s pas en présence d'une "cour", mais d'un grand bâtiment r e c t a n g u l a i r e dont l
  • a longueur a v a i t évolué et qui f u t occupé au IVe s i è c l e . Ce grand bâtiment est c o n s t i t u é par une prolongation des murs du bâtiment thermal vers le Sud. Il comprend deux états de constructions. Premier état de construction. Ce premier état e s t c a r a c t é r i s é
  • par une const r u c t i o n r e c t a n g u l a i r e dont i l reste deux à t r o i s a s s i s e s de moellons sur l e s parois Nord-Ouest et E s t . Il mesure 12,60 rn de long sur 6,50 m de l a r g e . Le sol est constitué par une t e r r e battue de couleur brun foncé
  • e c o n s t r u i t avec une extension vers l e Sud de 3 , 1 0 m. Le second état du bâtiment se t r a d u i t dans l a maçonnerie par des murs moins épais (0,50 m) et en conséquence une largeur plus importante (6,70 m) de l ' é d i f i c e . Le mur qui ferme au Sud l
  • a construction présente une ouverture importante. Au premier abord, e l l e apparaît comme une destruction du mur mais l a f o u i l l e dans l ' a x e du mur montre que l ' o n a un a r r ê t des fondations à ce niveau. Il semble donc que nous soyons i c i en présence d'une porte. La
  • deux défauts : 1 ° . - Le système de chauffaqe ne fonctionn a i t pas bien dans l e tépidarium ; 2 ° . - l e hanqar à bois é t a i t i n s u f f i s a n t . C) REOCCUPATION_DES_BATIMENTS. L'ensemble de l a f o u i l l e du hanoar et du bâtiment thermal nous montre une réoccupation
  • e . Au Sud, on observe un niveau d'occupation t a r d i f avec céramique commune et s i g i l l é e du courant IVe s i è c l e et i n c l u s i o n s de mobilier du I I et I l l e s i è c l e s . Dans l'ensembl on notera une monnaie de Constantin. I l s ' a g i t d'un f o l i s
  • . La construction de l'ensemble du Hogolo se fit dans l e m i l i e u du premier s i è c l e sur une implantation qui n'a pas été d é f i n i e précisément (on n'en connaît que le mur situé sous l ' e s c a l i e r de 1 ' a t é p o d i t é r i u m ) . Ce premier édifice ne fut sans
  • doute pas une r é u s s i t e technique car nous remarquons que l'on abandonne l ' i n s t a l l a t i o n de chauffage du tepidarium, g'une p a r t , et que l ' o n r e c o n s t r u i s i t le hangar à bois, d'autre part Nous avons l ' i m p r e s s i o n d ' ê t r e en orésence