Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4115 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02205.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006
  • , Région Bretagne, Inédit. SCHULTING, R.-J., 1999 - Nouvelles dates AMS à Téviec et Hoëdic (Quiberon, Morbihan). Rapport préliminaire. Bull, de la Société Préhistorique française, T.96, numéro 2, p. 203-207. SCHULTING, R.-J. et RICHARDS, M.-P, 2001 - Dating Women and Becoming Farmers
  • lithique et les très nombreuses collections non analysées mais aussi des régions entières encore vierges de toute investigation. La participation à cette dernière réunion en témoigne, nous avons clos un chapitre mais l'équipe pourra être reformée lors d'une éventuelle découverte majeure
  • échantillons sur la crête, aux périodes préhistoriques comme aux périodes contemporaines, rendant indatables les négatifs d'enlèvements pourtant observés sur l'ensemble de la surface considérée. b) Caractérisation de la collection. Les prospections menées par B. Hallégouët sur le site du
  • documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Table des Matières : I) Rappel de la problématique, (par Estelle Yven et Grégor Marchand). A) Le projet de recherche. B) Les activités
  • spatiale et territoriale des industries lithiques. Constantes et variantes dans l'occupation du substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne, (par Estelle Yven). Vni) Liste des articles réalisés sur le Mésolithique en Bretagne par
  • monographies (Raguénez, Kerliézoc, Kerhuellan, Kervilien, la Presqu'île, ...). -Synthèses sur les industries du MésoUthique ancien et moyen du Massif Armoricain. -Synthèses sur le MésoUthique final de Bretagne et sur les processus de Néolithisation. -Synthèse sur l'Epipaléolithique. PCR
  • et marins, avec des prélèvements à Beg-an-Dorchenn et à Hoëdic. Au cours de l'année 2002, plusieurs synthèses ont vu le jour, présentées notamment lors d'une réunion de la Société Préhistorique Française tenue à Nantes les 26 et 27 avril, sur le thème : « Unité et diversité des
  • prospections en Ille-et-Vilaine en orientant les investigations vers la recherche de placages de grès lustré dans la région de Merdrignac. 4 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Dans le sud-Finistère et dans le Morbihan, Rodrigue Tsobgou et Grégor Marchand ont recherché des gîtes
  • d'ultramylonite de Trémeven le long des grands systèmes de failles. A l'ouest de Melgven et jusqu'à la pointe du Raz, aucun faciès taillable n'a pu être localisé, ce qui en définitive correspond à la rareté de cette roche dans les séries préhistoriques. Il s'avère donc que le faciès
  • également attelée à l'étude de la collection du site du Crann, jamais étudiée auparavant et Grégor Marchand réalise celle des sondages de Ty-Nancien, inédits depuis 1971. Toutes ces entreprises devraient contribuer à améliorer la lisibilité du Mésolithique breton. Le Programme Collectif
  • des groupes concernés » et celle d'Estelle Yven intitulée « Approche spatiale et territoriale des industries lithiques - Constantes et variantes dans l'occupation du substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne ». Yvan Pailler
  • a observé l'existence de placages tertiaires dans la région de Merdrignac mais sans reconnaître de véritables traces d'exploitation. Il compte également organiser une planigraphie sur le site du Cap Fréhel et étudier les sites découverts dans la région de Saint-Malo par Catherine Bizien
  • Bretagne ont contribué à proposer une chronologie du Mésolithique et à circonscrire des entités culturelles. Toutefois, les investigations ont essentiellement porté sur les régions côtières ainsi que sur le département du Finistère et la partie occidentale des Côtes d'Armor. Des zones
  • entières de la Bretagne intérieure restent méconnues, mais quelques indices montrent tout l'intérêt d'une recherche centrée sur cette région. Moins fréquentée, la Bretagne intérieure permet de : -distinguer des systèmes d'occupation de l'espace caractéristiques du Mésolithique moyen et
  • /ou du Mésolithique récent-final, selon une démarche similaire à celle effectuée dans la région de Callac. En déportant les prospections à l'Est, nous pourrions vérifier la consistance de ces modèles dans un secteur au caractère péninsulaire moins marqué - comme l'indiquent les
  • nécessiteront l'organisation de deux campagnes de prospections : -la première organisée dans la haute vallée de l'Oust (Côtes d'Armor), une région encore non prospectée -la seconde organisée en Basse Cornouaille et destinée à reconnaître des filons d'ultramylonite de Trémeven et de grès
  • structuration du massif armoricain et d'essayer de se mettre dans la peau des hommes du Mésolithique pour appréhender le mode de collecte de la matière première et sa situation. Le massif armoricain (figure 1) s'est structuré à la suite de mouvements tectoniques (orogenèses) cadomiennes et
  • gîte d'approvisionnement en microquartzite, le Crann. Par Estelle Yven (in thèse : « Approche spatiale et territoriale des industries lithiques - Constantes et variantes dans l'occupation du substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en
  • . Les collections constituées ont été en partie déposées au Musée de Préhistoire Finistérien, à Penmarc'h, et nous ont été confiées par J.-L. Monnier. Le microquartzite se présente sous la forme de blocs de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de kilogrammes, découpés par des
  • varie du blanchâtre au brun, en passant par l'orange, le mauve et le bleu ; toutefois dominent les échantillons d'un gris-blanchâtre plus ou moins jaunâtre. La collection étudiée ne comprend aucun élément en calcédoine rose ou verte ; l'unique produit en ce matériau, de coloris rouge
RAP01114.pdf (GUISSENY(29). plage du Curnic. rapport de fouille préventive)
  • GUISSENY(29). plage du Curnic. rapport de fouille préventive
  • des différents niveaux d'occupation préhistorique, est de 260 mètres, far rapport au sommet du rocher le plus élevé, le fond ds la cuve gallo-romaine eut à - 5,60 is. Comme le point haut des marie® de vives eaux est, en cet endroit, à - 4,75 m , du aime sommet, on voit que notre
  • technique que nous avons rer: ontrée sur tous les chantiers de fouilles de la région. Par son poids, elle devait être réservée à la consolidation des bordures et jouer le rôle d'antéfixes. L'intéri ur est divisé en deux parties par un muretin. A l'ouest, un bassin de 4 m x 3,40 m et
  • semble pas qu'il y ait eu parmi eux des 0 sements humains canidés.(6) : nous nous sommes aperçus, en effet, que le sable et l'eau de mer avaient parfaitement e • • / • e e (5) cf. Ponsich et Tarradell, Le garum et les industries antiques de salaison dans la Méditerranée
  • , 1914, pp. 1259-1260 et fig. 538. J'utilise pour le classement des fibules les randes divisions établies par h. Lerat, et P. Blinû, Catalogue aes collections archéologiques. , / - 8 - a) pl. III, fig. 1 et la, fibule à ressort nu, de 4 spires. La corde est intérieure à l'arc. Le
  • . Déchelette, les fouilles du • ont Beuvray de 1667 à 1S9;3. Autun, 1899, p . 141-142, et anuel d'archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, t. IV, 2è éd., P ris, 1927, pp. 764-766 et fig. 938 ; Korin-Jean, les fibules de la Gaule Boiaaine. Bssai de typologie et de chronologie
  • » Congrès préhistorique. 1910, p . 807, n . 1 ; G . Behrens, Keinecke Pestschrift. 1950, p. 2 ; et R . Gavelle, art. cit., p . 203, qui note la présence de telles fibules au musée d'Alésia, suivant il. Corot, les fibules préroraaines trouvées sur le plateau d'Alégia. p . 87, et pl. VII
  • ouest de la construction gallo-romaine à cette pointe de rochers, choisie comme repère fixe par M, Giot pour déterminer l'altitude relative des différents niveaux d'occupation préhistorique, est de 260 mètres. Le site romain est placé au niveau des plus hautes mers. 11 est d i f f i
  • jusqu'à nous. De quel type d'établissement s ' a g i t - i l ? On a découvert, J||nls la côte occidentale du Maroc jusqu'en Bretagne, de nombreux bassins identiques»au nôtre, . "i > Celui-ci est cependant le premier signalé sur la côte nord de l'Armorlque* Situés tantôt sur la plage
  • 4tr ä ; % B! M- t. - J ; V : '- : - ; ** 'iJ-'- • &£ • m - £ aw* FOLI O •i -'I 44Í* • -^.jf'í-?' BREST, le 10 octobre 1967 »«ai u m w m Monsieur 1® Directeur de la Correspondant Départemental à 12, rm leptune à Bllf^ Circonscription des Antiquités Historiques de
  • Bretagne et des Pays de la Loir© Faculté des Lettres l » 1 8 S 8 1 8 Au début du «sois de mars 1967 le du journal «Le de Brest1» signalait la présence de substrac- télégrmm tions sur la plage du Curnlc en Cuissény. Une forte marée avait mis h m quelques tronçons de mura, au pied
  • d'une dune de 4 m de haut, à la lirai te tes hautes taux. Le ait© 4a Curnie est bien eoatm des archéologues, en particulier grâce aux travaux fie il. P.-IUSiot qui y & décelé, a» voisinage du aim . vieux sol néolithique habité, que l'on a pu dater approximativeisent, par 1
  • de 800 avant Jésus-Christ. {voir P.-K.Giot, J.L'ielgouach et J.Briard, .¡j>ftUfl4n fiTOfe ep, ffuissény, dans AHftftfom.flift t.LXXÏI ( i m ) , pp.49-70, ,vee la repro- duction d'une carte détaillée du secteur considéré ici)* -2Auewn indice remettant de supposer m® occupation
  • ultérieur® de ootte plage n'avait été signalé jusque là. Mais l'articl® du Télégramme 4e Brest faisait état d® briques « t te poteries, de surs soigneusement appareillés* ce qui excluait toute attribution h la préhistoire. Je s® suis rendu sur place uns première fois« le $ mars» pour
  • mars 1967, avec 1s concours de professeurs st d'étudiants 4u Collège Littéraire Universitaire de Brest. Elles se sent déroulées dans des conditions lisses particulières s on effet, le site était recouvert deux fois par jour par la aarés st, chaquo fois, ls travail devait être
  • recommencé car la mr déposait sur les subatructlons de grandes quantité« 4® sable qui devaient être évacuées $ chaque séance. D'où ls nécessité 4'allsr assez vit® et d'employer un personnel nombreux. ¿*ça].isaslfta fAtfi » longitude » 4»26'48" Ouest latitude » 4« « 38 ' 30 " Nord
  • coordonnées Lambert s 100,5 Sst 126,2 Mord Carte 1/50000 -Plougueraeau. La construction antique se trouva à peu près au milieu 4® la plage délimité® par la point® 4® Beg-ar-Sksz à l'est et par m cordon 4® galets reliant l ' i l ® Enes-Kroaseent à un® point® de rochers à l'ouest. La 41s
  • et de longueur encore Inconnue -plue de 4,30 » ont été dégagés dejas*enfonçant perpendiculairement sous la dune épaisse en ce point de 4 m . environ. • _ ' • • • »«M- L#e sur» ont h la base un® largeur de 0,43 » et 0,39 m m à la partie supérieur» séparée de la base par un
  • décrochement. I l s «ont assis sur des fondations de gros galets marins oreu- *••' es dans une argile sableuse très claire qui représente la partie supérieure de 1'ancien sol fossilisé sous la dune. Los murs ont une élévation maximum de 1 » à partir du fend. Les pierres de petit appareil
  • sont liées par un mauvais mortier argileux. Si l'extérieur n'a reçu aucun soin particulier, par contre, l'intérieur est revêtu d'uncir.snt blanc bien lissé épais de 0,03 m» qui recouvre les murs et le fond du bassin, en assure l'étanohéité. La fond est légèrement incliné vers 1s sud
  • lors de notre in tervention. Bans le coin nori-ouest étaient rangées verticalement les unes contre les autres des tuiles à rebord intactes, n'ayant ¿sisals servi à la couverture d'un teit. On a pu en compter une quins inc. C© sont lee seuls objets découverts. L'état dans lequel il
RAP03623 (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de fouille programmée 2018)
  • PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de fouille programmée 2018
  • variées, à propos de la présence des foyers, mais surtout de sa longue stratigraphie et de son industrie lithique abondante. Problématique de la recherche et principaux travaux Des avancées considérables ont été réalisées depuis la découverte du premier site de type Colombanien en
  • utilisées pour la production de cette industrie a fait l’objet d’un master (Dréano, 2010, 2011) et d’une publication (Tsobgou Ahoupé et Monnier, 2012). L’homogénéisation des données spatiales du site ayant été achevée par V. Pommier en 2018, un autre travail de master a fait le point sur
  • datations effectuées sur le site de Menez-Dregan I. Ce rapport présente une courte synthèse des données produites depuis presque 30 ans sur le site de Menez-Dregan I. L’étude de l’ensemble de la collection lithique s’est achevée en 2017 (Ravon, 2017), et permet de faire un premier point
  • indiquent que lors de l’occupation préhistorique de certains niveaux archéologiques, le niveau de la mer étant bien plus bas, la ligne du rivage devait probablement se situer entre 5 et 10 km plus loin que l’actuelle (Lefort et al., 2007). Le gisement se situait donc au sommet d’un haut
  • ). Les 20 à 30 derniers centimètres de cette unité sont perturbés par une occupation humaine dont témoigne une abondante industrie lithique, la base de la couche restant quant à elle stérile (Monnier et al., 1996a). Cet ancien cordon de galets est pédogénétisé et humifère, et il
  • la transition avec le Paléolithique moyen dans la région (Ravon et Monnier, 2013). Une datation par thermoluminescence a été réalisée sur un silex chauffé de la couche 4c, et donne un âge de 223 000 +/- 23 000 ans (Mercier et al., 2004). Cependant, selon l’état actuel des
  • industrie abondante, dont il serait intéressant de reprendre l’étude afin d’effectuer de nouvelles comparaisons et interprétations à la lumière des informations dont nous disposons à présent concernant l’industrie lithique de Menez-Dregan I. Ainsi, les gisements de MDI, MDII, MDIII et
  • application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du
  • demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété
  • intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à
  • l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique
  • de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à
  • des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à
  • aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne
  • Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Avant-propos Le site de Menez-Dregan I, découvert en 1985, est en cours de fouille depuis 30 ans. Il est probable que 2 à 3
  • campagnes de terrain de 8 semaines soient encore nécessaires afin d’achever intégralement la fouille du gisement. Une rapide synthèse mise à jour des données stratigraphiques et des occupations humaines est proposée en début de ce rapport, suivie des apports de la campagne 2018, ainsi
  • que des perspectives de recherche. Exceptionnellement, et suite au démarrage du stage post-doctoral Fyssen d’A.-L. Ravon au British Museum en octobre 2018, l’étude de l’assemblage lithique issu de la campagne 2018 ne présente aucune planche photographique ni illustrations cette
  • année ; ces figures sont toutefois en cours de réalisation, et seront présentées lors du rapport 2019. Les principales données relatives au site de Menez-Dregan I sont développées plus en détail dans les rapports précédents, tous disponibles en ligne sur le site internet de la DRAC
  • SITE................................................................................................................ 13 PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE ET PRINCIPAUX TRAVAUX ................................................................ 15 30 ANS DE FOUILLES A MENEZ-DREGAN I
  • .......................................................................................................................................................................20 VERS UNE PREMIERE SYNTHESE DES OCCUPATIONS HUMAINES : LES DONNEES DE L’INDUSTRIE LITHIQUE...................................27 La couche 9 : SIM 12/11 ......................................................................................................................... 27 La
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • projet collectif de recherches
  • le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches
  • industries de la Villeneuve à Locunolé (Finistère). Il s'agit d'une très longue occupation sur environ un hectare, avec de ce fait de nombreuses chaînes opératoires. Les collections de John Perry et de la Société Lorientaise d'Archéologie (ramassages de D. Delaloy et B. Ginet) seront
  • organisé par Damien Leroy et Christian Verjux du Service régional de l'Archéologie de la région Centre. Ces manifestations comprendront des communications de membres de ce PCR. Enfin, Anne Tresset et Grégor Marchand organisent une journée de la Société Préhistorique Française les 26 et
  • contrairement à la collection équilibrée de la planigraphie. Il faut donc conclure que les mouvements d'eaux de ce lac ont totalement détruit les niveaux archéologiques, déplacés puis triés les vestiges préhistoriques. De manière paradoxale, le site de La Presqu'île reste pourtant une des
  • chacun, avec des réunions 2003 à une publication collective des des fondements théoriques qui sous- 2. Activités entreprises La réunion inaugurale s'est déroulée au Musée Miln-Le Rouzic à l'invitation de sa conservatrice M. A.-E. Riskine, membre de ce programme collectif de recherche
  • résumées dans le tableau 2 et dans la figure 1. Elles prolongent pour certaines les travaux entrepris depuis bientôt quinze ans dans la région à l'incitation de P. Gouletquer. Elles ouvrent pour d'autres de nouveaux champs de recherche. La plupart verront leur aboutissement en 2002 ou
  • effondré de la coupe. Dans ce mouvement vers l'océan, Y. Gruet a rejoint le PCR, avec une analyse des crabes des amas coquilliers. 5 PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 Sylvie Philibert doit entreprendre une série d'analyses tracéologiques sur des industries du
  • l'approche des habitats mésolithiques de la région. Les résultats sont à la hauteur des efforts consentis. S. Blanchet montre clairement la structuration de l'habitat en unités bien circonscrites dans l'espace, de part et d'autre d'un vallon. Même si aucune datation par le radiocarbone
  • nord de Pont-Ivy (Morbihan), de S. Blanchet à l'est du Bassin de Rennes (Ille-etVilaine), de B. Ginet et J.-M. Lacot entre Blavet et Aven, de R. Le Floch et P. Gouletquer dans la région de Concarneau (Finistère), de Y. Pailler dans le Nord-Finistère et de E. Yven dans l'ouest des
  • Côtes-d'Armor apportent leurs lots de découvertes que l'on ne peut espérer résumer dans ce rapport. Les résultats, même s'ils viennent nourrir la réflexion collective, appartiennent encore aux inventeurs. La gestion des crédits de fonctionnement du PCR par le CNRS a permis de
  • pratiques funéraires et le domaine symbolique. Outre la confrontation des recherches de chacun, l'un des objectifs prioritaires du programme est de favoriser la visibilité du Mésolithique breton, fort mal connu hors de la région ; la publication de monographies semble impérative afin
  • d'offrir à tous les chercheurs l'accès aux fondements de nos modèles. Une reprise des sites classiques (Téviec, Hoëdic, Beg-anDorchenn, Beg-er-Vil, La Presqu'île) est d'ores et déjà prévue, si l'on parvient à lutter contre les réticences de certains « gardiens » de collections (à ce
  • fait les prochaines années. Des contacts ont été pris en ce sens avec Lionel Visset et Delphine Barbier (Université de Nantes). Un autre effort de recherche pourrait être fait vers la réalisation d'analyses techno-fonctionnelles sur les industries en silex ; Sylvie Philibert
  • d'Armor) vient bousculer le modèle actuel d'implantation des sites. Il permet également de s'interroger sur le jeu des traditions techniques entre Bertheaume et groupes normands. Le phtanite de la région de Callac fait l'objet d'une analyse totale, en association avec des géologues de
  • 2001. Cette industrie forme un lien très attendu entre le groupe de Bertheaume et les groupes ligériens ; l'organisation de l'habitat devrait pouvoir également être abordée. La discussion s'oriente vers les problèmes de fouilles de sauvetage sur des habitats du Mésolithique ; à la
  • traditions techniques. Les phases récentes et finales du Mésolithique sont encore absentes, ce qui tient probablement plus à des facteurs géomorphologiques qu'à la géographie préhistorique. Seuls deux chercheurs travaillent sur les phases anciennes et moyennes du Mésolithique et un débat
  • -an-Dorchenn mettent en avant la domination sans partage des espèces sauvages, avec un très large spectre de chasse. Les mammifères sont dominants sur le site morbihannais, alors que ce sont les poissons à Beg-an-Dorchenn. Sur ce dernier site, l'abondance de poissons dans les collections
  • septembre 2000, une planigraphie avait permis de recueillir une importante collection lithique, qui venait s'ajouter aux ramassages antérieurs. Le quartzite de la Forest-Landerneau compte pour 5 1 % des matières taillées ; le gîte se situe à une quinzaine de kilomètre de Kerliézoc
  • , couverture sédimentaire, taux de destruction). Pour finir, Yvan Pailler évoque les sondages qu'il a réalisés à Lanhuel en Guipronvel (Finistère) en août 2000. La préservation d'un niveau archéologique sous le labour est à noter, avec une association entre une industrie à trapèze et des
  • étudiées. A la suite, John Perry nous informe sur ces prospections le long de l'Ellé et sur la découverte de deux nouveaux sites. La présence de phtanite à la Villeneuve l'incite également à chercher des gisements plus proches que ceux de la région de Callac, présentés en début de
  • d'élaborer des modèles de fonctionnement. Progressivement, l'étude de l'économie des matières premières dans la structuration de l'espace préhistorique et dans la compréhension de son fonctionnement a gagné en vigueur. A l'heure actuelle, nous disposons de 1200 sites à silex sur le
RAP01811.pdf (variantes et constantes dans la gestion des territoires de l'épipaléolithique au mésolithique en Bretagne occidentale. rapport de pt)
  • variantes et constantes dans la gestion des territoires de l'épipaléolithique au mésolithique en Bretagne occidentale. rapport de pt
  • : Problématique et méthode. I) Rappel de la problématique. L'organisation d'une nouvelle campagne de prospections répondait à une nécessité d'atteindre plusieurs objectifs. -Je souhaitais trouver de nouveaux sites préhistoriques afin de compléter une garniture encore pauvre dans la région
  • restreint, si leur implantation répondait à une logique dans la structuration du territoire. -L'étude des collections de Gérard Tournay et la maîtrise de Peggy Portier (en cours) indiquent une pénétration du phtanite dans les régions Sud et Sud-Est de la Bretagne occidentale. Une
  • éclat en quartzite blanc portant des retouches directes semi-abruptes complète la collection. De par sa couleur et sa texture, il ressemble aux blocs de quartzite présents dans la région de la ForêtLanderneau (Giot et al., 1977) et distants de quelque 75 kilomètres de la Picardie 1
  • Talon sauté, prep Comme toutes celles du secteur, la collection de la Picardie 3 compte quelques échantillons de phtanite non roulés provenant de la région de Callac. La proportion importante d'outils suggère que cette station correspond au satellite logistique d'une place centrale
  • lustré complètent l'échantillonnage. Les négatifs d'enlèvements visibles sur certains produits témoignent d'un débitage préférentiellement unipolaire. Deux d'entre eux ont été transformés par de courtes retouches (figure 9, n°4). Toutes les collections de la région révèlent une
  • de Perros-Guirec et limitée par les agglomérations de Belle-Isle en Terre et Lannion. L'intention consistait à compléter les données acquises l'année précédente. Le deuxième concernait la région de Callac, notamment la formation du Briovérien à phtanites. Le dernier secteur était
  • interfluve entre les ruisseaux de Pontol et de Porz al lan, deux affluents du Léguer. Les pièces lithiques étaient davantage concentrées sur un méplat qui domine le versant ouest de Porz al Lan. La petite collection constituée après un seul ramassage rassemble 49 pièces parmi lesquelles
  • on compte 5 objets en calcédoine, 3 en phtanite de type « Kerannou » et 41 en silex. 1) Les différents matériaux utilisés. La calcédoine : Les quelques gisements de calcédoine découverts dans la région de Lannion se distinguent par la couleur brune des échantillons découverts ; pourtant
  • , au Mouster 1, les pièces taillées sont vertes, jaunes ou roses et ressemblent à celles découvertes dans la région de Morlaix sur le site du Clos (Plourin-lès-Morlaix, Finistère) (Gouletquer et Léopold, 1994) distant d'une trentaine de kilomètres. Les inclusions de certaines pièces
  • dans la région de Callac. Elle présente des retouches inverses rasantes (figure 2, n°8). Un deuxième outil appartient à la catégorie des burins sur troncature. Le support est un éclat mince au talon large (figure 2, n°6). Le silex : Les couleurs variées des pièces en silex
  • renseignent sur la situation des gîtes d'approvisionnement. Les collections épipaléolithiques constituées par Gilles Chevalier le long des côtes de Perros-Guirec se caractérisent elles aussi par la présence de silex de diverses couleurs. Cette particularité témoignerait de l'existence de
  • d'utilisation (figure 2, n°9) et 4 des retouches qui modifient le produit originel (figure 2, n°5). Elles sont généralement inverses, courtes et totales sur un bord. 4 éclats portent des coches aux retouches abruptes à semi-abruptes d'extension variable. La collection comprend également 3
  • d'échanges ou le long des parcours de migrations. Nous ne savons pas actuellement si ce matériau remplissait une fonction particulière. 7 Quartz et grès : Deux éclats en quartz témoignent d'une utilisation très marginale de ce matériau local. Un percuteur en grès complète la collection
  • portent des coches. Trois burins sur lamelles complètent la collection. Les deux premiers sont sur cassure et à 1 pan (figure 4, n°8 et 10), les deux coups de burin du troisième ont été stoppés par des coches aux retouches abruptes (figure 4, n°13). Il entre dans la catégorie des
  • ancien/moyen régional. La collection apparaît comme homogène malgré la présence d'une pointe de flèche à pédoncule et ailerons. Cette pièce, caractéristique du Chalcolithique ou de l'Age du Bronze, était isolée et située davantage sur le versant. III) Des stations mésolithiques. 1
  • matériaux autres que le silex, notamment le phtanite. Le wake et les surfaces naturelles des pièces en phtanite ne sont jamais roulés. Elles ne peuvent provenir de blocs amenés par les cours d'eau mais reflètent des contacts avec les gisements de la région de Callac, situés à une
  • (figure 6, n°4). Cette dernière pièce reste peu fréquente dans la région d'exploitation directe du phtanite à cause du manque d'homogénéité de la matière première. Le quartz est un matériau d'origine locale exploité de façon toujours marginale tant au Mésolithique qu'au Néolithique. Un
  • . Il témoignerait d'une circulation des matériaux sur des distances relativement longues, selon des relations directes ou des échanges. Le silex constitue le matériau majoritaire sur la station considérée. Il a été importé des régions côtières sous la forme de galets aux dimensions
  • 26 15 E 3 2 1 11 20 Support Lamelle, 1 nervure sinueuse Eclat dist Retouches Troncature oblique+directes Utilisation inverse Bulbe, talon Talon épais. La collection de Ponthiou comprend une lamelle à une nervure sinueuse en grès lustré (figure 9, n°2). Elle porte une
  • frag bloc 19 bloc brut ph bq 4 frag med 24 bloc testé 12 bloc brut ph mdq, plages bq microlithe utilisation inverse 2 enlèvements pas sur la même table 10 éclat 24 bloc brut ph mdq, plages bq 12 Fig. 7: Les gisements de phtanite dans la région de Callac. * O • Zone grisée
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • (29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches
  • . -Calcul de l'effet de réservoir océanique à partir de plusieurs types de coquillages sur le site de Beg-an-Dorchenn. -Etudes de collections Uthiques anciennes et réalisation de monographies (Raguénez, Kerliézoc, Kerhuellan, Kervilien, la Presqu'île, ...). -Synthèses sur les industries
  • périodes préhistoriques comme aux périodes contemporaines, rendant indatables les négatifs d'enlèvements pourtant observés sur l'ensemble de la surface considérée. b) Caractérisation de la collection. Les prospections menées par B. Hallégouët sur le site du Crann ont été complétées par
  • malacofaune des sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique Contribution à l'économie et à l'identité culturelle des groupes concernés, (par Catherine Dupont). B) Approche spatiale et territoriale des industries lithiques. Constantes et variantes dans l'occupation du
  • milieux insulaires, la saisonnalité dans l'exploitation de l'environnement), -les contraintes géographiques et environnementales (effets de péninsules, adaptations au milieu, évaluation du potentiel géologique de certaines régions), -territoires et identités (intégration/réaction face
  • l'année 2002, plusieurs synthèses ont vu le jour, présentées notamment lors d'une réunion de la Société Préhistorique Française tenue à Nantes les 26 et 27 avril, sur le thème : « Unité et diversité des processus de néolithisation sur la façade atlantique de l'Europe (7-4 ième
  • recherche de placages de grès lustré dans la région de Merdrignac. 4 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Dans le sud-Finistère et dans le Morbihan, Rodrigue Tsobgou et Grégor Marchand ont recherché des gîtes d'ultramylonite de Trémeven le long des grands systèmes de failles
  • . A l'ouest de Melgven et jusqu'à la pointe du Raz, aucun faciès taillable n'a pu être localisé, ce qui en définitive correspond à la rareté de cette roche dans les séries préhistoriques. Il s'avère donc que le faciès sélectionné par les tailleurs de pierre n'est pas répandu sur l'ensemble
  • répartir entre les dépôts de fouilles départementaux. Par ailleurs, Stéphane Blanchet a centralisé les collections découvertes par l'équipe de Catherine Bizien dans le nord de l'Illeet-Vilaine, en prévision d'une étude future. Estelle Yven s'est également attelée à l'étude de la
  • collection du site du Crann, jamais étudiée auparavant et Grégor Marchand réalise celle des sondages de Ty-Nancien, inédits depuis 1971. Toutes ces entreprises devraient contribuer à améliorer la lisibilité du Mésolithique breton. Le Programme Collectif de recherche a également permis de
  • Yven intitulée « Approche spatiale et territoriale des industries lithiques - Constantes et variantes dans l'occupation du substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne ». Yvan Pailler devrait quant à lui terminer la sienne au cours
  • . SCHULTING, R.-J., 1999 - Nouvelles dates AMS à Téviec et Hoëdic (Quiberon, Morbihan). Rapport préliminaire. Bull, de la Société Préhistorique française, T.96, numéro 2, p. 203-207. SCHULTING, R.-J. et RICHARDS, M.-P, 2001 - Dating Women and Becoming Farmers : New Palaeodietary and AMS
  • dans la région de Merdrignac mais sans reconnaître de véritables traces d'exploitation. Il compte également organiser une planigraphie sur le site du Cap Fréhel et étudier les sites découverts dans la région de Saint-Malo par Catherine Bizien et son équipe. Estelle Yven a présenté
  • non analysées mais aussi des régions entières encore vierges de toute investigation. La participation à cette dernière réunion en témoigne, nous avons clos un chapitre mais l'équipe pourra être reformée lors d'une éventuelle découverte majeure. Un projet commun de prospection est
  • chronologie du Mésolithique et à circonscrire des entités culturelles. Toutefois, les investigations ont essentiellement porté sur les régions côtières ainsi que sur le département du Finistère et la partie occidentale des Côtes d'Armor. Des zones entières de la Bretagne intérieure restent
  • méconnues, mais quelques indices montrent tout l'intérêt d'une recherche centrée sur cette région. Moins fréquentée, la Bretagne intérieure permet de : -distinguer des systèmes d'occupation de l'espace caractéristiques du Mésolithique moyen et/ou du Mésolithique récent-final, selon une
  • démarche similaire à celle effectuée dans la région de Callac. En déportant les prospections à l'Est, nous pourrions vérifier la consistance de ces modèles dans un secteur au caractère péninsulaire moins marqué - comme l'indiquent les niveaux bathymétriques. Les travaux de N. Brault
  • campagnes de prospections : -la première organisée dans la haute vallée de l'Oust (Côtes d'Armor), une région encore non prospectée -la seconde organisée en Basse Cornouaille et destinée à reconnaître des filons d'ultramylonite de Trémeven et de grès lustré ainsi que de nouveaux sites
  • et d'essayer de se mettre dans la peau des hommes du Mésolithique pour appréhender le mode de collecte de la matière première et sa situation. Le massif armoricain (figure 1) s'est structuré à la suite de mouvements tectoniques (orogenèses) cadomiennes et hercyniennes et présente
  • d'approvisionnement en microquartzite, le Crann. Par Estelle Yven (in thèse : « Approche spatiale et territoriale des industries lithiques - Constantes et variantes dans l'occupation du substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne, p. 271-278
  • ). Les prospections menées par E. Morel et par B. Hallégouët aux alentours de la vallée de l'Elorn ont permis de recenser des gisements de microquartzite explorés et exploités (Giot et al., 1977) (figure 2), même si les investigations systématiques manquent encore. Les collections
RAP01403.pdf ((35). les vallées du Canut et de la moyenne Vilaine. rapport de prospection inventaire)
  • (35). les vallées du Canut et de la moyenne Vilaine. rapport de prospection inventaire
  • pratique de la majorité des participants. Les vallées du Canut et de la moyenne Vilaine font l'objet de prospections thématiques inscrites au programme P10 (Mésolithique et processus de néolithisation) depuis 1 993 . Ces recherches révèlent une occupation préhistorique dense et variée
  • puisque la diversité des périodes d'occupation, de l'implantation des sites est chaque année constatée. L'occupation préhistorique et plus particulièrement mésolithique commence seulement a être mieux cernée dans ses grandes lignes. Comme pour les années passées, sont appelées sites
  • fréquents. Par ailleurs, un fragment d'armature (non identifiable) a été recueilli. Malgré sa brièveté, la campagne de prospection 1 996 a permis de localiser de nouveaux points d'informations sur l'occupation préhistorique de notre secteur d'étude (figure 1 ) et de compléter la carte
  • série. => La station mésolithique du Meneu est implantée à la sortie d'une cluse au fond de laquelle coule le Canut. La position topographique du site constitue un poste de chasse classique du Mésolithique. La station est bien limitée au sol et présente une industrie lithique
  • tronquées. De nombreux nuclei et réavivages ont également été recueillis. Si le débitage est caractéristique d'une industrie mésolithique, aucune armature ne permet d'affiner la datation. fragments d'armatures ont ete identifiés (figure 5). Ils ne sont pas suffisamment caractéristiques
  • , Pont Lagot 35000 RENNES LEVERGER Monique, 34 Rue Saint Georges 35000 RENNES LIMON Audrey, 34 Rue Gurvand 35000 RENNES MARQUET Vincent, 3 Rue de la Santé 35000 RENNES MARTIN Frédéric, 15RueBrizeux 35200 RENNES MARTIN Karl, 22 Allée du Gacet 35200 RENNES MESLIN Jacky, 27 Allée Charles
  • |& | Nature de l'opération : fjte >ç £i [jm ^L^éwdiiu*~< Responsable Année de première mention LA |AU\-e*J \L .^.l(ie.
  • _o la dofe tri -dessous (1). JL5LF _S>Q_ _ à la date du 1*janvierl9 Cochet du Service d'origine: A _J2J£CLO3Q_ le CENTRE" . tfKMWPôTs FONCIER DE REDON Place Charles de Gpulle B.P. 119 356Q3 REDON Télépliuiifci. 93 .7 l. h .23 t§ , 41 (1) I * i ARCHÉOLOGIQUE
  • : DU PLAN Echelle -.1/%^ CADASTRAL Extrait certifié conforme au plan cddasfral _ôHa dare ci-dessoas (1). J15>. F _QJ3_ Cachet du Service d'origine : ■ à la date du* 1*janvterl9 A I 'ft^lPOTS CENTRE T ES FONCIER ÙE "REDON place Charles de Gaull B.P. 11 9 35603 REOON 23
  • £ l !tS !Wr CENTRESTO&S) DE REDON ^4-" Feuille ZS ^ f Extrait certifié conforme au plan cadastral ^(1 3NCIER \ B P. 119 35603 REDON 99r74r4 Echelle :1/ . à la date du-1*janvier19 Place Charles de G ulle -'-•.'Tél6nhone: Section _ à la date -ciijessous (1). Coût du
  • Stéphane BLANC H ET MESOLITHIQUE ET PROCESSUS DE NEOLITHISATION DES VALLEES DU CANUT ET DE LA MOYENNE VILAINE Rapport de synthèse Prospection thématique Programme P10 Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1996 Autorisation de prospection n° 1996/022 du 07 mars 1996
  • MESOLITHIQUE ET PROCESSUS DE NEOLITHISATION DES VALLEES DU CANUT ET DE LA MOYENNE VILAINE SOMMAIRE Introduction I - Rappel des objectifs et de la problématique II - Méthodologie mise en oeuvre III - L'occupation mésolithique des vallées de la Vilaine et du Canut IV - Les indices de
  • l'avantage d'évaluer rapidement l'occupation préhistorique d'un secteur. Or, le bilan de cette campagne de prospection en équipe reste mitigé puisque seuls trois sites nouveaux et une dizaine de points d'information ont été identifiés. Ce bilan mitigé s'explique en partie par le manque de
  • les concentrations d'artefacts qui ont fourni plus de 50 objets. Cette notion de site est définie par rapport à un seuil que nous jugeons exploitable (50 objets). Elle n'implique pas obligatoirement la notion d'habitat. En accord avec la Carte Archéologique du SRA, nous n'avons
  • établi des fiches de découvertes que pour les gisements ayant livré plus de 50 individus. Nous n'avons pas jugé pertinent d'inclure la vingtaine d'indices de sites - identifiés cette année - dans le cadre de cette étude et d'établir des fiches de découverte. Il nous semble plus
  • opportun de revisiter ces indices de sites afin de nous assurer de leur validité et d'obtenir des séries significatives et utilisables. La campagne de prospection 1996 a fourni un ensemble de sites nouveaux attribuables au Mésolithique et/ou au Néolithique (figure 1). Plusieurs indices
  • d'occupation ont par ailleurs été identifiés. I - RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA PROBLEMATIQUE Les objectifs et la problématique de ce programme de prospection restent les mêmes que pour les années passées (cf. rapport 1995). Une fois de plus, nous avons été fortement tributaire des
  • conditions météorologiques. La sécheresse particulièrement sévère et durable n'a permis de rencontrer des conditions de prospection satisfaisantes qu'à partir du 1 5 octobre, c'est-à-dire, quasiment à partir du moment où nous aurions dû entamer la rédaction de ce rapport. Cette
  • coïncidence entre la période de réalisation du rapport et la période favorable aux prospections pédestres est très difficile à gérer. Elle explique en partie le caractère synthétique de ce travail et le nombre limité de planches de mobilier (seul l'outillage le plus caractéristique a été
  • dessiné). Il serait souhaitable qu'une solution soit rapidement trouvée : décalage de la période de remise du rapport.. Il s'agit de cerner au mieux l'occupation mésolithique dans les moyennes vallées du Canut et de la moyenne Vilaine. Pour cela, nous travaillons a partir d'un
RAP03132.pdf (RENNES (35). Rue Jean-Marie Duhamel (puits Duhamel, métro ligne B). Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • RENNES (35). Rue Jean-Marie Duhamel (puits Duhamel, métro ligne B). Rapport de diagnostic
  • s’appuient sur celui-ci. Fig. 25 Fes Maroc, Quartier des tanneurs © http://www.fond-ecranimage.com/galerie-membre,marocfes,fes-maroc-1jpg.php Le bassin F1 et dans une moindre mesure le F2 évoquent les bassins des foulons et tanneurs que l’on peut observer à la fois dans certaines
  • Sujets et thèmes Artisanat, Four (chaudière) Bassin, Bâtiment Diagnostic archéologique L’emplacement du puits Duhamel se situe en dehors de l’emprise de la ville de l’époque romaine, mais à proximité d’une voie antique se dirigeant vers Angers, dans un secteur où les
  • observations archéologiques sont peu abondantes. L’urbanisation de ces terrains situés en bordure d’un bras de la Vilaine ne semble débuter qu’à partir du XIXème siècle, cependant dès le XIème l’existence de deux moulins hydrauliques dépendant de l’abbaye SaintGeorges y est attestée. L’un
  • a consisté à creuser le sol sur la totalité de l’emprise du futur puits d’aération, c’est-à-dire sur une surface de 16m de côté. A une profondeur de 1,50m par rapport à la surface du sol actuel, sous d’épais niveaux de rejets charbonneux et domestiques remontant au début du XXe siècle
  • vestiges ont été fouillés et étudiés dans le cadre de la réalisation du diagnostic afin de permettre rapidement le démarrage des travaux de creusement du puits d’aération. La présence de ces cuves dans lesquelles les étoffes étaient mises à tremper et d’une chaudière dans laquelle elles
  • vestiges d’occupation plus ancienne des lieux n’a été mise en évidence à cet emplacement. Rapport final d’opération Chronologie Epoque médiévale, Epoque moderne Commune de Rennes (Ille-et-Vilaine) Rue Jean-Marie Duhamel (puits Duhamel - Métro, ligne B) sous la direction de
  • ) 35238 Code INSEE Commune de Rennes (Ille-et-Vilaine) sous la direction de Nr site Dominique Pouille avec la participation de Code Inrap 2012-273 DA 05051701 Système d’information Arrêté de prescription Entité archéologique Paul-André Besombes Arnaud Desfonds Françoise
  • du puits Duhamel, Ligne B du métro) Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paleolithique Mobilier Edifice public nb Industrie lithique Industrie osseuse Inferieur Edifice religieux Moyen Edifice militaire Superieur Bâtiment
  • ) Sepulture Sculpture La Tene (second Âge du Fer) Grotte Inscription Abri … Antiquite romaine (gallo-romain) Republique romaine Megalithe Empire romain Artisanat Etudes annexes Haut-Empire (jusqu’en 284) Argile : atelier Bas-Empire (de 285
  • Paul-André Besombes, SRA Arnaud Desfonds, INRAP Stéphanie Hurtin, INRAP Françoise Labaune-Jean, INRAP Jacques Labrot Ingénieur d’étude et de recherche Numismate Dessinateur Gestionnaire de collection Céramologue Numismate Responsable scientifique Etude des monnaies DAO, PAO
  • puits Duhamel se situe en dehors de l’emprise de la ville de l’époque romaine, mais à proximité d’une voie antique se dirigeant vers Angers, dans un secteur où les observations archéologiques sont peu abondantes. L’urbanisation de ces terrains situés en bordure d’un bras de la
  • quelques mètres au nord de l’emplacement où le diagnostic a été effectué, là où s’élèvent aujourd’hui les Grands Moulins de Rennes ou Moulin de Saint-Hélier. Le diagnostic a consisté à creuser le sol sur la totalité de l’emprise du futur puits d’aération, c’est-à-dire sur une surface de
  • 16m de côté. A une profondeur de 1,50m par rapport à la surface du sol actuel, sous d’épais niveaux de rejets charbonneux et domestiques remontant au début du XXe siècle, sont apparus des vestiges d’installation artisanale. Les fondations d’une chaudière maçonnée complétée par deux
  • empreintes de cuves de bois circulaires à demi enterrées associées à quelques restes de murs ont été retrouvés. Avec l’accord du service régional de l’archéologie, ces vestiges ont été fouillés et étudiés dans le cadre de la réalisation du diagnostic afin de permettre rapidement le
  • démarrage des travaux de creusement du puits d’aération. La présence de ces cuves dans lesquelles les étoffes étaient mises à tremper et d’une chaudière dans laquelle elles étaient ensuite traitées permet d’identifier l’activité d’un teinturier. Le mobilier exhumé : fragments de
  • X=1352.335 Y=7222.585 Z : 24 à 26m NGF Vitré Rennes Argentré Châteaugiron Janzé Bais La Guerche de Bretagne Bain de Bretagne Le Grand Fougeray 0 10 25km Redon N 0 500m 1km Département : ILLE ET VILAINE Commune : RENNES DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES
  • Jean Duhamel (site du puits Duhamel, Ligne B du métro) 23 II -Résultats archéologiques II - Résultats 24 Inrap · RFO de diagnostic Rennes (Ille-et-Vilaine) rue Jean Duhamel (site du puits Duhamel, Ligne B du métro) 0 500 m 60 N 60 L'Ille N 50 50 40 30 30 40 50 La
  • Vilaine 30 40 : rempart du Bas-empire. : emprise supposée de la ville du Haut-Empire. : localisation du diagnostic. 0 1 km Contexte géographique de l'opération et extensions des villes du Haut-Empire et de l’Antiquité tardive. Localisation de l’opération sur un plan publié en
  • 1847 par Adolphe Toulmouche fig.1 Localisation topographique du site © Arnaud Desfonds Inrap : rempart XVème : rempart du Bas-empire. : emprise supposée de la ville du Haut-Empire. : localisation du diagnostic. Localisation de l’opération par rapport aux limites des villes
  • antiques et médiévales d’après un plan récent de Rennes. 25 II -Résultats archéologiques 1. Le diagnostic 1.1 localisation du projet. L’emplacement du puits Duhamel se situe en dehors de l’emprise de la ville de l’époque romaine, mais à proximité d’une voie antique se dirigeant vers
RAP03823 (PLENEUF-VAL-ANDRE (22). Kerdishéol, 108 rue Georges Clémenceau, parcelle 1. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLENEUF-VAL-ANDRE (22). Kerdishéol, 108 rue Georges Clémenceau, parcelle 1. Rapport de diagnostic
  • code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute
  • Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Références de l’opération N uméro de l’arrêté de prescription Région 2019-159 Bretagne Département Côtes d’Armor Commune
  • s’inscrivent parfois des sols et/ou occupations préhistoriques (Monnier, 1980). Inrap · RFO de diagnostic Pléneuf-Val-André (22), Kerdishéol, 108 rue Georges Clémenceau, parcelle 1 An LA dr é M AN CH E 28 Pla ge d uV al Les Monts Colleux 45 35 25 Ru iss ea u 25 du Va l An dr
  • nous concerne ce sont les sites préhistoriques de Piégu, du Pissot ou des Murs-Blancs, sur la commune de Pléneuf-Val-André, qui caractérisent le mieux les contextes et les types de vestiges potentiellement présents dans les dépôts. Au Piégu, sur le versant et au pied de la falaise
  • la falaise. Le placage des sables dunaires sur le relief est bien perceptible au premier plan. À l’arrière plan, la pointe de Piégu et l’îlot du Verdelet © collection Yves Douard. I. Données administratives, techniques et scientifiques Fig. 5 La villa de Kerdishéol. Cartes
  • - veillance de travaux sur le site paléolithique moyen de Piégu (Pléneuf-ValAndré, Côtes-d’Armor). Rapport final d’opération de fouille préventive, Inrap, SRA Bretagne, 23 p. Monnier J.-L., 1974 - Les dépôts pléistocènes de la région de Saint-Brieuc ; stratigraphie et préhistoire. Bulletin
  • de la Société géologique et minéralogique de Bretagne, VI, 1, p. 43-62. Monnier J.-L., 1976 - Le gisement paléolithique ancien du Port de Piégu, Pléneuf-Val-André (Côtes-du-Nord). Bulletin de la Société préhistorique française, t. 73, p. 179-189. Monnier J.-L., 1980 - Le
  • Paléolithique de la Bretagne dans son cadre géologique. Travaux du Laboratoire d’Anthropologie préhistorique, Rennes, 607 p. Monnier J.-L., avec la collaboration de Amoureux P., Clément J.-H., Pincemin S., 1985 - Données nouvelles sur le gisement paléolithique moyen de Piégu (Pléneuf-Val
  • l’implantation des premières villas sur la dune, entre le front de mer et la falaise. Le placage des sables dunaires sur le relief est bien perceptible au premier plan. À l’arrière plan, la pointe de Piégu et l’îlot du Verdelet © collection Yves Douard. Fig. 5 La villa de Kerdishéol. Cartes
  • © collection Yves Douard. Fig. 6 Pléneuf-Val-André, Kerdishéol, 108 rue G. Clémenceau. Plan général du diagnostic archéologique dans l’emprise de la parcelle 1 et position des deux sondages profonds Tr.4 et Tr. 5. © L. Juhel, F. Boumier. Fig. 7 Pléneuf-Val-André, Kerdishéol, 108 rue G
  • En préalable au projet de construction d’un pavillon individuel à proximité de la villa de Kerdishéol à Pléneuf-Val-André un diagnostic archéologique a été engagé sur la surface prescrite, soit environ 500 m². Dans le contexte paléoenvironnemental particulièrement favorable du
  • fond de baie, comprenant d’importants dépôts sédimentaires quaternaires, plusieurs indices et sites archéologiques majeurs, notamment du Paléolithique, se localisent à proximité de la parcelle étudiée. L’ouverture de deux sondages profonds dans la parcelle 1, à défaut d’identifier
  • la présence de vestiges de quelque période que ce soit, va néanmoins permettre de recueillir d’importantes données d’ordre géomorphologique et stratigraphique sur le comblement d’un vallon au cours du Quaternaire et de l’Holocène. Diagnostic archéologique Diagnostic archéologique
  • diagnostic archéologique a été conduit par l’Inrap suite à une prescription du SRA Bretagne et sous le contrôle de ce dernier. Sous la direction de Stéphan Hinguant Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Inrap Grand Ouest
  • Décembre 2019 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Kerdishéol, 108 rue Georges Clémenceau, parcelle 1 2019-159 D128692 22186 Arrêté de prescription Code Inrap Code INSEE Pléneuf-Val-André, Côtes-d’Armor sous la direction de par avec la collaboration de
  • d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures
  • d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le
  • SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du
  • nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès
  • prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de
RAP00784.pdf (onze communes du département des Côtes d'Armor. rapport de prospection inventaire)
  • onze communes du département des Côtes d'Armor. rapport de prospection inventaire
  • LE ROUX Charles-Tanguy
  • P.R. GIOT - C.-T. LE ROUX ++++++ PROSPECTIONS AERIENNES COTES-VU-NORV Direction lie la Circonscription fies Antiquités Préhistoriques de BRETAGNE PLOUGUERNEVEL, St-Jean foi AstiQuIlés Prsîîls de BRETAGNE PLOUAGAT, Guerbriac Direction fie la Circonscription
  • des Antimites Frénistoriques de BRETAGNE PLUSSULIEN, Kergolen
RAP00177.pdf (ERDEVEN (56). Kerhillio. rapport de sondage.)
  • ERDEVEN (56). Kerhillio. rapport de sondage.
  • ^HISTOIRE_à_ERDEYEH Il est commode de distinguer deux grands ordres de faits : les alignements de Kerzerho, partie la plus voyante de l'héritage préhistorique d'ERDEVEN, et les autres vestigyfes mégalithiques. a) Les alignements de Kerzerho M» ROLLANDO (BSPM I96I)1, les présente ainsi
  • , deux tertres tumulaires (25°)o D(r/as La même région, deux dolmens (Lann-er-Groh) et un groupe de 13 menhirs couchés, vestiges peut-être d'une enceinte en rectangle (26°). Bovelane, sur la limite de CARNAC, a des tertres tumulaires et un dolmen ruiné (28° et 29°). Enfin au Puco 4
  • limon de limon fin et à 13,2 d'argile et présente 3,1 % de grains refusés au tamis de 2 mm. On relève dans le "mortier" de ce mur 10 % de matières organiques Cette proportion peut s'expliquer par la présence d'éléments végétaux, faisant partie du "mortier" depuis sa pose, ou par
  • Danièle KE'IMOUVANT - Jean Lac QUIrvIO KERHILLIO Sondages archéologiques Le 30 novembre 1971 KERHILLIO et SON CONTEXTE HISTORIQUE La préhistoire et les débuts de l'histoire à ERDEVEN Pour l'archéologue, ERDEVEN ne présente que l'intérêt mitigé d'un prolongement de
  • : "Décapité par la route nationale, un groupe imposant a survécu au Sud d'ERDEVEN, les alignements de Kerzerho. Il a conservé ses I 129 menhirs en 10 lignes de 2 105 m de long sur 64 de large. A l'Ouest de la route, dans le petit groupe de tête un menhir porte des cupules. A l'Est, une
  • ligne de 23 monolithes, dont 2 dépassent 6 m, s'avance perpendiculairement à l'alignement,, Celui-ci s'oriente à 60° jusqu'au Mané-Bras où il oblique à II4°« A cet endroit apparaissent quelques dotoens et un vestige d'enceinte carrée. A la fin des alignements, les files se confondent
  • les deux guerres par Z.LE ROUZIC et publié par BSPM I965, p.23-27. La liste commence par Ergadouéric de Kerhillio, sur lequel on reviendra plus loin. Puis sont cités le groupe de menhirs de Man-Liesse-an-Nargon, les menhirs isolés Men-Cam et Men-Guen de Kersasic (3° et 4°)» le
  • tumulus Le Runel de Kervasic (5°)» le menhir de Lann-er-Runel et le dolmen de RohQuévy à Kériourec (6° et 7°), le menhir Men-Plat au Lando (8°), le groupe de 8 menhirs Mer-er-Morh de Kerascouët (9°), le dolmen Er-Roh de Kergangre (10°) (I) BSPM I96I : Bulletin de la Société
  • Polymathique du Morbihan de I96I ../ le groupe de ptits menhirs de Kerdavid, peut-être restes d'une enceinte rectangulaire (II0), le tumulus circulaire de St-Germain, monument historique (12°), tandis que les murs et les environs de la Chapelle St-Germain contiendraient les restes d'un
  • enceinte à ce même endroit (22°). Le dolmen de Keredo-er-Trion est ruiné (23°) ; un menhir a. disparu au début du siècle au Sud du village. Encore au Keredo, deux dolmens s'élèvent sur la colline de Er-Run (sur le plateau entre Keredo et St-Sauveur) (24°). A Manné-Groh, Lannec-er-Menhir
  • tertres tumulaires. Butin moindre que celui de CARNAC (120 numéros). Mais il faut se rappeler que la commune est légèrement moins étendue et comporte de vastes dunes. Aucun des dolmens fouillés n'a livré de trésor comparable à ceux de CARNAC ou même des objets d'or comme ceux de
  • Rendosec en PLOURARNEL et Kerclément en BELZ. II - LES_DEBUTS_DE_LjHISTOIRE_à_ERDEYEN Avec moins de richesse que la période mégalithique, faute peutêtre de recherches suffisantes, la phase gauloise et la phase romaine se trouvent représentées à ERDEVEN. a) la période gauloise Un nom
  • résume cette période : Kerhillioo Mais dans les environs immédiats, à la limite de PLOEMEL et de BRECH, l'Abbé COLLET, vicaire de PLOEMEL, découvrait le 23 avril 1888 un trésor typique de cette époque, comprenant entre autres 7 bracelets de verre et une quarantaine de monnaies
  • gauloises (l)o A la fin du siècle dernier l'Abbé LAVENOT, vicaire à QUIBERON, écrivait dans "Les Iles d'HOUAT et d'HOEDIC" (VANNES 1889, p. 28) » "L'îlot de Rohallan est près de la côte d'ERDEVEN. M. GAILLARD y a recueilli des poteries qui paraissent être d'époque romaine en quelques
  • éclats de silex"o Si l'on reprenait les fouilles, sans doute découvrirait-on aussi la preuve d'une occupation gauloise» b) La période romaine La période romaine est encore représentée par Kerhillio, mais aussi par le trésor de KeredooDans une carrière proche de ce village
  • de KerhilliOo a) Le dolmen du Cadouéric (voir BSPM I883, P. 27-29) Zacharie LE ROUZIC le décrit comme "dolmen à galerie^ruiné^au bord de la mer (exactement 39 m au Sud de la Maison brûlée et à 25 m de la côte, dans la section I d'ERDEVEN et sur le n° 768 qui porte au cadastre le
  • devait en 1877 découvrir sous la table qui avait arrêté CAPPE : 1°) six haches de pierre, 2°) des grains de collier en terre et autres substances, 3°) un petit vase de terre grossière ayant sensiblement la forme d'un biberon. b) Les premières fouilles connues à Kerhillio L'Abbé
  • LAVENOT dans "Les Iles d'HOEDIC et d'HOUAT et la Prequ'île de QUIBERON", VANNES 1839, écrivait de manière énigmatique : "Si nous descendions sur la côte d'ERDEVEN voisine de Rohellan, nous nous trouverions à Kerhillio en présence de monuments celtiques dont la fouille a donné de
  • midi de KeMllio, une médaille d'argent d'Adrien (II7-I38)". c) Zacharie LE ROUZIC à KERHILLIO Bulletin de la S.P.M. 1903, p.256-266. La première visite de LE ROUZIC date de juin 1879» et fut effectuée en compagnie de M. J. MILN. Les chercheurs en rapportèrent les poteries
  • journée avec d'AULT-du-MESNIL, Ch. KELLER et sa famille. Il reconnut superficiellement un terrain de 800 x 120 m parsemé de buttes, les unes contenant de la poterie romaine faite au tour, les autres de la poterie gauloise, beaucoup:, plus grossière, d'autres enfin des fragments de
RAP04016 (CANCALE (35). Pointe du Grouin : aménagement des accès, tranche 2. Rapoort de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CANCALE (35). Pointe du Grouin : aménagement des accès, tranche 2. Rapoort de diagnostic
  • une carte archéologique la plus précise possible du site. Ce dernier, par sa position géographique et stratégique, est en effet fréquenté depuis les temps préhistoriques (Mésolithique, Néolithique) jusqu’à l’Époque contemporaine (en particulier au cours de la Seconde Guerre
  • collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par
  • /Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologique Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Région
  • stratégique, est en effet fréquenté depuis les temps préhistoriques (Mésolithique, Néolithique) jusqu’à l’Époque contemporaine (en particulier au cours de la Seconde Guerre mondiale), périodes pour lesquelles l’inventaire des vestiges et les descriptifs précis des sites restaient à
  • position géographique et stratégique, est en effet fréquenté depuis les temps préhistoriques (Mésolithique, Néolithique) jusqu’à l’Époque contemporaine (en particulier au cours de la Seconde Guerre mondiale), périodes pour lesquelles l’inventaire des vestiges et les descriptifs précis
  • pointe du Grouin (Tranche 3), ces interventions ont pour objectif de dresser une carte archéologique la plus précise possible du site. Ce dernier, par sa position géographique et stratégique, est en effet fréquenté depuis les temps préhistoriques (Mésolithique, Néolithique) jusqu’à
  • Mobilier — Le projet de réaménagement des accès, des parkings et de la mise en valeur du site naturel de la pointe du Grouin, à l’extrémité nord de la commune de Cancale, est à l’origine d’une prescription de diagnostic archéologique du Service régional de l’archéologie de
  • Bretagne. Subdivisées en trois tranches, deux en diagnostic du sous-sol à l’emplacement des futures voiries et aires de stationnements (Tranches 1 et 2) et une en prospection pédestre sur l’intégralité de la pointe du Grouin (Tranche 3), ces interventions ont pour objectif de dresser
  • mondiale), périodes pour lesquelles l’inventaire des vestiges et les descriptifs précis des sites restaient à entreprendre. La deuxième tranche couvre une superficie d’environ 16 000 m². Elle concerne les parcelles situées au sud-est le long de la voie d’accès actuelle à la pointe du
  • Grouin, destinées à l’implantation des futures aires de stationnement du projet d’aménagement. Trois tranchées s’implantent dans une parcelle en prairie et cinq autres au niveau de parkings. Au-delà de quelques observations géomorphologiques et de la découverte d’un foyer probablement
  • néolithique et d’une substruction sans doute moderne, ces tranchées révèlent la pauvreté relative de ce secteur du site en termes de vestiges anthropiques. Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Foyer, Structure empierrée Ille-et-Vilaine, Cancale, Pointe du Grouin Rapport
  • d’opération Chronologie Néolithique, Époque contemporaine Ille-et-Vilaine, Cancale, Pointe du Grouin Aménagement des accès à la pointe du Grouin, tranche 2 sous la direction de Stéphan Hinguant Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40
  • www.inrap.fr Inrap Grand Ouest avril 2021 Diagnostic archéologique Rapport d’opération Pointe du Grouin, tranche 2 35049 Code INSEE — D136799 2020-366 Système d’information Code Inrap Arrêté de prescription Ille-et-Vilaine, Cancale, Pointe du Grouin sous la direction de avec
  • la collaboration de Stéphan Hinguant Rozenn Colleter Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné avril 2021 « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un document administratif communicable au public dès sa remise au service Régional de l’Archéologie
  • , suivant les prescriptions de la Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, il pourra être consulté ; les agents des Services Régionaux de l’Archéologie rappelleront
  • à tout demandeur les droits de la propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation
  • ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue
  • Méthodologie 35 2. Résultats 35 2.1 Présentation des données 37 2.2 Une énigmatique structure récente 38 2.3 La présence très discrète du Néolithique 39 2.4 Conclusion 39 3. Bibliographie Inventaires techniques 43 1. Inventaire de la documentation
  • communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les
  • détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de
RAP02959.pdf (LILLEMER (35). rapport de fouilles 2013. rapport de fp)
  • LILLEMER (35). rapport de fouilles 2013. rapport de fp
  • implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • nettement distinct du modèle généralement admis pour l'habitat en bois sur poteaux planté du Néolithique moyen dans la région, a ainsi pu être validé. Les discussions qui on eu lieu sur le terrain nous ont toutefois montré la nécessité de valider certaines observations plus ponctuelles
  • terre crue, bien que de nature très différente. Il est également Conservateur Régional de l'Archéologie pour la région Bretagne. Il était accompagné de P. Allard, néolithicien et membre de la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique. Leurs regard extérieur sur cette
  • enthousiasme, à la lumière des informations récentes qui m'avaient été données, que j'ai répondu à l'invitation de Luc Laporte, de me rendre "truelle à la main", sur le chantier de fouille. J'ai participé durant deux jours à une réflexion collective, sur le site même. Ma présence avait pour
  • régions du monde. La technique du pain de terre que j'appelle "en masses humides", elle aussi largement distribuée, permet la construction relativement rapide de bâtiments ou de greniers, à condition que la main d'œuvre soit suffisante. Le résultat est parfois le même, de visu, car les
  • d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre
  • l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de
  • faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références
  • exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • Etude du mobilier lithique : J.-N. Guyodo Datations dendrochronologiques : E. Werthe, V. Bernard Datations radiocarbone : Programme Artémis - via CDRC, Lyon Mise au net des plans : C. Bizien-Jaglin, D. Guérin, J. Bansard Remerciements Nous tenons à remercier les propriétaires de la
  • parcelle sondée, Monsieur et Madame Delépine, pour l’attention qu’ils ont toujours portés à nos travaux. Nous avons le plus grand plaisir à remercier la Mairie de Lillemer qui a mis une salle à notre disposition. Elle a toujours accueilli nos recherches avec beaucoup de sympathie. Le
  • CeRAA, à l’initiative de la découverte, a très aimablement facilité nos démarches sur place. Ces travaux n’auraient pas pu être réalisés sans le soutient financier du Conseil Général et celui actif du Service Régional de l’Archéologie, en particulier en la personne de P.-A. Bezombes
  • en 2013 Annexe 2 - Liste des Us Annexe 3 - Liste du mobilier recueillien 2013 4 Lillemer (Ille-et-Vilaine) fouille programmée 2013 La campagne de terrain 2013 s’est déroulée pendant trois semaines avec une équipe restreinte, du 6 au 25 mai. Au sein du sondage 5 (parcelle 733
  • ), il restait à démonter la section de talus du Néolithique moyen qui recouvrait encore une partie des architectures en terre sous-jacentes. Cette section de talus mesure 2,5 à 3m de large pour un peu plus de 6m de long. Elle se situe entre les entrées A et B, bordées de blocs
  • dressées et dégagées au cours des campagnes précédentes sur ce sondage 5. Ces mêmes travaux avaient démontré l'existence d'une stratigraphie complexe au sein de la structure du talus, construit en plusieurs étapes et traversé par de multiples tranchées de palissade. Compléter le plan
  • opération achève dix ans de fouilles sur la parcelle 733. La préparation de la Monographie correspondante a notamment été marquée par l'obtention d'une vingtaine de datations radiocarbone supplémentaires. G. Hamon a réalisé un voyage d'étude jusque dans le sud de la France et dans la
  • vallée du Rhône pour affiner le cadre général de la synthèse concernant l'étude du mobilier céramique recueilli sur le site de Lillemer. Pour une question de disponibilité l'étude complémentaire concernant les charbons de bois, initialement prévue en 2013, a été reportée au premier
  • 2012. Un autre a été soumis à la revue Antiquity. Un premier travail pour la préparation de la monographie a consisté à mettre bout à bout tous les textes qui avaient déjà été écrits dans les différents rapports de fouilles depuis une dizaine d'année, et de les ordonner selon un
RAP02906.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). L'abri sous roche du rocher de l'impératrice. Rapport de sondage)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). L'abri sous roche du rocher de l'impératrice. Rapport de sondage
  • ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que
  • dans le reste de l’Europe et surtout dans le Bassin parisien les études se multipliaient dans les années 1990, les régions Bretagne et Pays de la Loire restaient en dehors des dynamiques de recherche et des grandes synthèses européennes (Valentin, 1995 ; Bodu et Valentin, 1997
  • reprise de collections anciennes dans une optique systémique, comme celle du Camp d’Auvours, Saint-Mars-laBrière, Sarthe (Allard, 1982, Naudinot, 2010), tout comme la découverte de nouveaux gisements, dont certains majeurs comme les Chaloignes à Mozé-sur-Louet, Maine-etLoire (Marchand
  • et Sicard, 2008 ; Marchand et al., 2009) ou la Fosse, Villiers-Charlemagne, Mayenne (Naudinot et Jacquier, 2009, 2013 ; Naudinot, 2010), ont ainsi permis de restructurer le Tardiglaciaire de la région en remettant à plat l’organisation chrono-culturelle de cette intervalle
  • chronologique dans le Grand-Ouest de la France (Naudinot, 2010, 2013). En l’absence d’éléments datables et d’occupations stratifiées, ce sont les études technologiques comparées avec les régions voisines, à l’époque mieux documentées, qui ont permis de construire progressivement un nouveau
  • (Naudinot, 2010, 2013). Cette nouvelle organisation a également permis de sérier l’Azilien en au moins deux phases évolutives d'azilianisation des industries. Ce processus est perceptible à travers une simplification progressive des méthodes de production lithique. La phase récente
  • indubitablement cet assemblage à l’Azilien ancien. Ce gisement constitue ainsi un élément capital pour la compréhension des mécanismes d’azilianisation dans la région et permettra certainement, à plus grande échelle, de mieux appréhender la nature, les mécanismes et le rythme de ces
  • été prélevés d’abondants ossements de bovidés, cervidés, ovi-capridés, suidés (sanglier) ainsi que des charbons de bois, des tessons de poterie médiévale ou des temps modernes et des scories de fer, mais aucun artefact préhistorique ou protohistorique. En contrebas de la plateforme
  • Rapport de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) L’ABRI SOUS ROCHE DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE À PLOUGASTEL-DAOULAS, FINISTÈRE Rapport de sondage 2013 Nicolas NAUDINOT (UMR 7264 CNRS CEPAM) Avec la participation de : Michel LE
  • de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents
  • administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et
  • l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies
  • dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son
  • organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves
  • , d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la
  • propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Rapport de sondage 2013
  • .-G.) 21 5.1. SOL ET STRATIGRAPHIE DE LA COUPE I-J 5.2. SONDAGE DE L’ABRI B 5.3. LE CENTRE DE L’ABRI 22 24 25 6. DÉROULEMENT DE L’OPÉRATION (N.N.) 26 6.1. INSTALLATION DES STATIONS 6.2. PROTOCOLE GÉNÉRAL DE FOUILLE 6.3. TRANCHÉE EST-OUEST 6.4. LE CENTRE ET L’EXTRÉMITÉ SUD DE
  • L’ABRI 6.5. ABRI B 6.6. FERMETURE ET PROTECTION DU SITE 26 26 27 27 27 28 7. CONSERVATION DES NIVEAUX (N.N.) 29 7.1. DIFFÉRENTES PERTURBATIONS IDENTIFIÉES SUR LE SITE 7.2. LES COMPOSANTES CHRONO-CULTURELLES IDENTIFIÉES AU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE 7.3. LA QUESTION D’ÉVENTUELLES
  • DIFFÉRENTES COMPOSANTES AZILIENNES 29 34 35 8. PREMIERS RÉSULTATS DE L’ANALYSE ANTHRACOLOGIQUE (I.T-P.) 41 8.1. PROBLÉMATIQUE, SPÉCIFICITÉ ET OBJECTIFS DE L’ÉTUDE 8.2. RELEVÉ BOTANIQUE ET COLLECTION DE RÉFÉRENCE 8.3. STRATÉGIE D’ÉCHANTILLONNAGE 8.4. POTENTIEL ANTHRACOLOGIQUE 8.5
  • DE L’ASSEMBLAGE 9.2. APPROVISIONNEMENT EN MATÉRIAUX LITHIQUES 9.3. OBJECTIFS DE LA PRODUCTION 9.4. L’OUTILLAGE LITHIQUE 9.4.1. LES ARMATURES LITHIQUES 9.4.2. L’OUTILLAGE « DOMESTIQUE » 9.5. TECHNIQUES ET MÉTHODES DE PRODUCTION 46 47 50 52 53 57 62 10. LES TÉMOIGNAGES SYMBOLIQUES
RAP01215.pdf (PLOUHINEC (29). le campement de menez dregan. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995)
  • PLOUHINEC (29). le campement de menez dregan. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995
  • du remplissage. D'autres gisements similaires jalonnent le promontoire de la Pointe du Souc'h et fournissent des indices d'occupations préhistoriques au niveau des plages anciennes culminant entre 9 et 11 m NGF. Travaux antérieurs : Découvert en 1985 par B. HALLEGOUET, le site de
  • présentation du gisement. - Organisation de la campagne et déroulement des travaux. - Stratigraphie et description générale du gisement. Premier carroyage. - Répartition planimétrique de l'outillage au sommet de la plage 6. - Structure de galets rubéfiés (foyer). - Industrie lithique. - 40p
  • niveau de référence du chantier a été définitivement fixé à zéro ce qui simplifiera la saisie des données des cahiers de fouille en annulant le calcul du Az. Par ailleurs, toutes les opérations classiques liées à une fouille préhistorique se poursuivent : tamisage des terres à l'eau
  • bibliographiques en cours). d) Les restes osseux La poursuite de la fouille dans la couche 9 a permis de mettre au jour d'autres ossements, venant ainsi compléter la collection déjà acquise l'année dernière. Il faut signaler dès maintenant que la fragilité de ces pièces rend très difficile
  • pierres et dent de proboscidien ? Levés : F.X Fauvelle et S Hinguant, 1994. Légende Bloc Galet marin Industrie lithique Objet rubéfié Dent ^ ^ Coupe E.F .11,150 Altitude en m. N.G.F V V 1L Figure 8 8 De nombreux outils et éclats divers sont associés à cet ensemble mais la
  • Paleolithic in Brittany (France), recently dated by Electron Spin Resonance. C.R. Acad. Sci. Paris, t. 319, série II, p. 155-160. M O N N I E R J.L., 1992 - Acheuléen et industries archaïques dans le nord-ouest de la France. Acters du colloque de Saint-Riquier, 1989, l'Acheuléen dans
  • ou de ruissellement issus de 5. Photo du bas: carrés LM.22, stratigraphie E.F. Au dessus de la plage 6, la stratification de la couche 5 est très nette, avec ses alternances de couches noires sableuses (5e, 5d...) et d'horizons très riches en industrie lithique (5d!, 5c
  • UPR 403 DU CNRS, RENNES RAPPORT INTERMEDIAIRE SUR LA FOUILLE DU GISEMENT PALEOLITHIQUE INFERIEUR DE MENEZ-DREGANI Campagne 1994 Fouille programmée S.D.A, Service Régional de l'Archéologie programme P4, autorisation n° 000 795. Département : Finistère, Commune : Plouhinec
  • I Bernard H A L L E G O U E T , Maître de Conférences, Laboratoire de Géographie de la Mer des littoraux, Université de Bretagne Occidentale (Brest), associé à l'UPR 403 Chef de chantier et réalisation du rapport : Stéphan I I I N G U A N T , contractuel A F A N , rattaché à
  • . La fouille de Menez-Dregan repose sur une équipe scientifique pluridisciplinaire constituée dès le début de l'opération (1988). Placée sous la responsabilité de J.L. Monnier qui en assure l'organisation générale, la coordination et le suivi scientifique en collaboration avec
  • de l'industrie lithique) des travaux de terrain et de laboratoire * Bernard HALLEGOUET, Docteur d'Université, Maître de Conférences au Laboratoire de Géographie de la Mer et des Littoraux (Université de Bretagne occidentale): suivi géomorphologique et géologique (stratigraphie
  • au CNRS, Géosciences-Rennes, micropédologue et sédimentologue: analyses micromorphologiques * Nathalie MOLINES, Doctorant, rattachée à l'UPR 403 (Université de Rennes 1): techno-typologie des industries lithiques * Christophe FALGUERES, Docteur d'Université, Chargé de Recherche au
  • d'Archéométrie, Université de Rennes 1, physicien: datations par thermoluminescence (sédiments) * Hervé MORZADEC, Docteur d'Université, UPR 403 (Université de Rennes 1), géoarchéologue: pétro-archéologie des industries lithiques * Dominique MARGUERIE, Docteur d'Université, UPR 403 (Université
  • -ci est en cours (thèse de N. Molines). D'autres travaux universitaires seront programmés dans les années à venir, conformément à nos objectifs. De même les levés de coupes et plans sont forcément partiels et font principalement état des travaux de la campagne 1994. C'est seulement
  • à la fin de la totalité de l'opération (programmes pluriannuels suivants à envisager) que des levés complets pourront être fournis. Les autres analyses et datations sont sous la responsabilité des collaborateurs cités plus haut. Un certain nombre de résultats ont été produits
  • ; des analyses sont en cours, d'autres restent à interpréter dans une appréhension globale du gisement. Ceci appartient aux programmes de notre unité de recherche dont les membres et collaborateurs doivent conserver la maîtrise de leur stratégie de publication. En outre, les
  • spécialistes qui acceptent de travailler avec nous ne doivent pas être considérés comme de simples prestataires de service, mais comme des collaborateurs à part entière. Je conteste les prescriptions rédigées par le Conservateur régional à la suite de l'expertise du 19 juillet (cf. extrait
  • de ma réponse, joint en annexe au présent rapport). Je conteste également le refus de me communiquer le rapport d'expertise, en contradiction avec la loi du 17 juillet 1978. Il est important de bien comprendre que je ne mets pas en cause l'expertise qui fut une occasion de réunir
  • antérieurement et que les moyens ou méthodes suggérés étaient mis en oeuvre depuis longtemps. Pour respecter un minimum de déontologie scientifique, il eut été plus correct de me transmettre l'avis des experts, me laissant en apprécier la pertinence et en faire le meilleur usage. J'affirme
  • également que le responsable de la fouille est, en définitive, le mieux placé pour juger des moyens et méthodes à employer en fonction des diverses contraintes, notamment celles du terrain. Je suis d'autant plus étonné par le contenu des prescriptions, que les rapports intermédiaires