Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4132 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01426.pdf (CORSEUL (22). Monterfil I. rapport de fouille préventive)
  • CORSEUL (22). Monterfil I. rapport de fouille préventive
  • coeur de la ville anti.que. La Vire.ction des Antiquités y a demandé une mise en oeuvre systématique de l'article R 7 7 7 — 3-2 du Code de V Urbanisme. Zone 4 - Z.A.V. du lotissement. Elle correspond à la partie nord du projet de lotissement incluant quelques constructions
  • CLA1RF0NTAJNE). CORSEUL MONTERFIL RAPPORT 1984 n 6 M 0 M T E R F I L Concernant la Z.A.V. [zone 4) du lotissement, une fouille de sau- vetage programmée s'est déroutée sur la parcetle MI.181, du 1è juillet au 15 août 1984. Ves 1976, ta prospection aérienne, menée par L.Langouet, y
  • d'habitations à caractère modeste, le site de MonteAfll est le premier fouillé à la périphérie de la ville antique. On y note l'absence d'Installations artisanales et la modestie des habitants qui devaient sans doute travailler les champs tout proches. 35 En 7 954, trois chantle.su de
  • partiellement. Leur largeur est variable et II ne semble pas qu'il y ait eu un modèle précis. Ainsi le fossé 1 est, le long de la vole 1, large de 1,07 m dans le secteur A 18-19, puis s'amincit jusqu'à 64 cm. Il atteindra 1,50 m le long de la vole 1. La profondeur des fossés est aussi
  • . Recharge de la volz 1 à l'aide d'une couche de filocs de quaAtz. Comblement des faosbés 1 et 2 [bans doute vrai aussi pouA Izs hosbés 3 et 4) ainsi que des tranchée* d'écoulement d'eau. A 49 su - 111e, début 11/ siècle kph.it> J.-C. La voie 1 n'est plus utili- sée que- pah
  • MINISTERE DE LA CULTURE DIRECTION DES ANTIQUITES ' DE BRETAGNE COR SEUL 198- CORSEUL , RAPPORT DES TOUILLES, ANNEE 1984 TABLE VES MATIERES INTRODUCTION GENERALE 7: p. 1 Le ph.OQh.ammz de photzcXÀon, d'ztudz zt de miàz zn vaJLzuh. p. 1 II: Lz6 ^ouJJJLzi, p. 3 UONTERFIL
  • p. 6 A) La ph.zmi.zfiz occupation du i,Ltz p. 11 8) L'habitat, jfôi Iz-dzbut ÏÎIè 4. p. 19 C) Le ^.é-ieau de uox>u^e e-t 4cm évo&tttcm p. 35 ConcZu-5-ton CABINET MEDICAL p. 50 ' p.52 A) Phaôe î: une occupation auguitzznnz p.57 B) Mcie en p£ace de £a -tue e-t
  • CONCLUSION GENERALE p.11b p.121 p.122 1: Eaai de èynthzàz p.122 2: Pouh. unz ph.oghammati on de la hzchzhchv à CohsSZul p. 123 J CORSEUL I. - LE PROGRAMME DE PROTECTION, V'ETUDE ET DE MISE EN i/ALEUR. Le-i pn.0bl2.mej> dz £a protection zt dz la misz en uo£euA de £a villz antiquz
  • dz CORSEUL, chzf-tizu dz la civitas dzs coriosolitaz sz sont trouvés posés dz manizrz brutale en 19&3 par Iz projet dz lotisszmznt com- munal et par la mise, zn chanttzr, d'un Plan d'Occupation des, SolA pour lesquzls aucune przscri.pti.on aAch.zologi.quz n'était envisagez
  • lotisszmznt communal a été zntizrzmznt rzfondu, à Vzxczption dz la partiz orizntalz, qui n'affzctz pas dz vestiges, zt intégré dans le zonage du P.O.S. a) Le. Bourg : Le cozur dz la villz antiquz eàt àitué à proximité immédiate du centre du bou^xg actuel. Au àtade actuel de réflexion du
  • groupe de travail du P.O.S., on peut considérer que le zonage proposé zst défcinitivzment acquit. 2 Zone 7 - Constitution d'une réserve archéologique. La réserve archéologique projetée, à moyen terme, s'étendra sur S ha. Au Plan d'Occupation dzs Sols, cette zone sera
  • inconstructible, avec statut de réserve d'utilité publique, au bénéfice de la commune. Après acquisition, les parcelles seront classées au titre des Monuments Historiques, avec une Z.P.P.A.U. dont ta délimitation précise n'est pas encore fixée. Une première tranche d'acquisition de 3,6 ha est
  • prévue pour le début de l'année 19&5. On doit envisager un coût de ZOO 000 F. Le montage financier associera la commune {10 %), maître d'ouvrage, l'Etat qui a consenti le. versement d'une somme de 75 000 T, le département [38 000 F) et la Région [réponse en attente). Zone 1 - Zone
  • inconstructible. Elle intègre tout le centre le ville antique. Seuls pourront être effectués - sous contrôle archéologique - des travaux d'amélioration de l'habitat existant, pouvant comprendre une extension limitée [30 m2) de l'emprise au sol. Zone 3 - lone périphérique. Elle entoure le
  • classiques en dur et surtout des structures en creux [trous de poteaux, fossés) dont la conservation ne s'impose pas après fouille. Ce secteur aura le statut de Zone d'Aménagement différé [Z.A.V.), ce qui permettra, avant la mise en place de toute infrastructure pour le lotissement, la
  • réalisation de fouilles extensives pendant plusieu années. 3 b) - La campagne.. Par les prospections aériennes" et au sol, la campagne environnante de Corsent à l'époque romaine est bien connue. Pour les 41 sites périurbains et ruraux répertoriés, le statut de zone 3 a été demandé
  • . Le temple gallo-romain du Haut-Bécherel, qui est le plus bel édifice romain de Bretagne, figure dans la première liste de classement des Monuments Historiques. Il est actuellement propriété privée, et la Direction des Antiquités a commencé de. négocier son acquisition par une
  • collectivité. Un programme de restauration doit être mts sur pied ultérieurement. II. - LES FOUILLES a) Le sauvetage programmé. Pour l'année 1984, ta Direction des Antiquités a présenté au Conseil Supérieur de la Recherche Archéologique un dossier de proposition de décision de sauvetage
  • d'un carrefour de voies. L'objectif prit cipal était d'en étudier V évolution ainsi que les types d'habitats qui trouvaient contigus. Si Enfin, la présence de champs délimités par des fossé, de drainage pouvait nous amener à étudier ici une zone de la périphérie d Corseul
  • antique. Plus de 11 personnes ont participé au chantier de fouille qui t'est déroulé du 1er juillet au 15 août sous la direction de F. FICHE! VE CLAIRFOÏÏTAIUE [conservateur] et de J.P. BARDEL de la Municipalité et de Mme Guêrin et de M. de (technicien). Grâce à l'ai Pontbriand
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
  • QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020
  • programmés lors du premier confinement sont pour certains décalés dans le premier trimestre 2021. Les premiers tests sur les apports du tamisage à maille fine et du tri qui y est associé ont été réalisés sur les crabes (C. Dupont). Ils montrent clairement que les comportements des
  • notamment avec les micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et 5 Etudes post-fouille – 2020 des aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la
  • d’environnements exploités : des oiseaux inféodés aux environnements terrestres ou marins y ont été déterminés (le pingouin torda, le guillemot de Troil, le grand pingouin, la bécasse des bois, le colvert, le canard siffleur ou pilet, le fuligule, la cigogne blanche ou la grue cendrée, le
  • . Après une phase initiale où les activités étaient très éloignées de la zone actuellement fouillée, il y eut une installation avec rejets de coquilles et autres déchets, qui s’est aussi accompagnée de quelques creusements et de l’aménagement d’une aire de combustion de grandes
  • île escarpée. Les milliers de silex taillés qui y furent recueillis en prospections pédestres et en sondages manuels, laissent penser à une installation sinon pérenne, du moins régulière, mais l’absence d’autres restes que l’industrie lithique limite forcément les interprétations
  • comme l’extraction d’ADN de mollusques à partir de la coquille et de parasites qui s’y sont installés n’étaient pas imaginables il y a moins de cinq ans. Pour ces raisons, il nous parait indispensable de poursuivre l’investissement dans le tri des refus de tamis. La possibilité de
  • Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Deuxième année de post-fouille Décembre 2020 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2020-083 du 13 mars 2020 Responsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Coresponsable (Archéologie) : Grégor
  • Marchand Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Deuxième année de post-fouille
  • Décembre 2020 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2020-083 du 13 mars 2020 Responsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Coresponsable (Archéologie) : Grégor Marchand Contributions de : Nancy Marcoux (Université de Rennes 1) Marylise Onfray (UMR 8215 Trajectoires) Marie-France
  • Diesch-Sellami (Inrap GSO, ISEM /UMR 5554,) Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne 3 5 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • , cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologique Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • Table des matières Résumé des travaux en 2020 1 Remerciements 3 Première partie : problématique de l’intervention 4 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence 5 1.1. Les fouilles d’Olivier Kayser (1985-1988) 5 1.2. Une longue période d’analyses
  • postopératoires 6 (années 1990 et 2000) 2. 2012-2018 : Retour à Beg-er-Vil 7 3. Une vie domestique en bord de mer… 8 Seconde partie : Etudes menées en 2020 10 1. L’équipe de recherche en 2020 10 2. Le tri intégral des sédiments 12 2.1. Plaidoyer de l’intérêt scientifique du
RAP03205.pdf (MARCILLE-ROBERT (35). Le château. Rapport de PT 2015)
  • MARCILLE-ROBERT (35). Le château. Rapport de PT 2015
  • en élévation. Le périmètre de l’enceinte villageoise de plan globalement rectangulaire reste par ailleurs facilement décelable à travers une lecture parcellaire sommaire, surtout si on y ajoute les fossés périphériques. L’impression qui se dégage de ce panorama trop rapide, est
  • analyse historique et d’essais de mise en perspective. Les sources elles-mêmes y figurent sous un numéro associant un chiffre romain, celui du chapitre, suivi d’un tiret et d’un chiffre arabe celui de la pièce (ex. : II-3). Elles sont regroupées dans un dossier « Sources » distinct
  • château au sens étroit du terme. Une seule y fait une allusion. Pièce inédite recopiée au XVIe siècle, conservée à Rennes (AD 35, 1 F 1801, fonds Le Gonidec de Traissan), je l’ai retranscrite, mise en forme et traduite (pièce I-2). Il y est dit qu’un conflit s’est élevé entre les
  •  » désignent plutôt des mottes élevées tardivement à des fins d’agrément, à moins qu’il ne s’agisse d’une ancienne « motte à connils » (garennes à lapins) comme il y en eut tant au second Moyen Âge. Enfin, si cette « Motte à Madame » a bien existé, à l’ouest de la Ville Bedon, elle n’aurait
  • Marcillé-Robert, Ille-et-Vilaine, Bretagne Le château (EA 35-165-0023) Rapport de prospection-thématique par Jocelyn Martineau et Jean-Claude Meuret, avec la collaboration du CERAPAR, du CNPAO et de l’INRAP et de Pierre Tressos. Décembre 2015 Prospection thématique 2015 1
  • Table des matières Notice scientifique........................................................................................................................................... 4 Introduction
  • ....................................................................................................................... 10 3.1 - Désignation des secteurs......................................................................................................................... 10 3.2 - La dévégétalisation, le relevé micro-topographique et le scan 3D du château
  • ................................................... 14 2 – L’apport des dépouillement, transcription, et étude des sources écrites à l’histoire du château de Marcillé-Robert – par Jean-Claude Meuret................................................................................................. 16 2.1 – Apports et limites des
  • sources des XIe et XIIe siècles............................................................................ 17 2.2 – Au XVe siècle, des informations sur l’imminence du conflit avec la France et ses retombées quant au château de Marcillé
  • ..................................................................................................................................... 20 2.3 – Fin du XVe siècle des données sur la vie au château et ses environs en temps de paix....................... 22 2.4 - Pour la fin XVIe du siècle, une ébauche d’exploration des registres paroissiaux de Marcillé.................. 24 2.5 – XVIIe et XVIIIe siècles : actes
  • ............................................................................................................................................... 27 3 – Analyse archéologique............................................................................................................................... 28 3.1 – Le secteur 1, la motte castrale et son enceinte de pierre
  • ..................................................................................................................................... 58 4.1 - L’état primitif : la motte et ses enclos à emboîtements multiples............................................................. 58 4.2 - Un chantier uniforme avec un système de fondations originales............................................................. 59 4.3 - Le
  • fortifiée entre deux tours : l’axe sud-est ?..................................................................................64 Conclusion et perspectives de recherche........................................................................................................ 65
  • .......................................................................................................... 67 I - Dossier sources écrites pour le château de Marcillé-Robert (Ille-et-Vilaine). Recherches, transcriptions, traductions et mise en forme par Jean-Claude Meuret............................................................. 67 Château de Marcillé-Robert (35) 2 Remerciements
  • . Nous remercions Jean Mesqui, Denis Hayot et Emmanuel Litoux pour leur aide et conseils concernant l’analyse comparée de ce monument complexe, André Corre et les bénévoles de l’association du CERAPAR pour la réalisation du plan micro-topographique du site dans son ensemble, motte et
  • basses-cours, Jean-Baptiste Barreau et Yann Bernard du CNPAO pour leur patience et leur écoute quant à la restitution des données 3D de l’enceinte flanquée, largement au-delà de leur mission contractuelle, ainsi que Michel Baillieu et Pierrick Leblanc, de l’Inrap, pour avoir acceptés
  • de réaliser le géoréférencement du site à titre gracieux. Droits d’auteur : @Jocelyn Martineau @Jean-Claude Meuret @Pierre Tressos Prospection thématique 2015 3 Notice scientifique La morphologie et la chronologie relative du château de Marcillé se rattachent à deux grandes
  • périodes de construction. La première vraisemblablement datable du XIe siècle, même si le château est mentionné plus tardivement en 1161, voit l’érection de la motte castrale, de ses basses-cour, du bourg et de l’étang, sans compter le pr ieuré dans un second noyau urbain situé à
  • l’écart, sur la route de la Guerche-deBretagne. L’ensemble se rattache à la problématique plus générale de la genèse des habitats élitaires fortifiés et de leur noyau urbain entre le Xe et le XIIe siècle. Jean-Claude Meuret présente ainsi le bourg et son château comme un exemple
  • particulièrement emblématique de « proto-ville », siège d’une agglomération médiévale primitive maintenue dans son état XIIe sans transformation notoire1. Sans doute délaissée dans le courant du XIIIe siècle au profit de Vitré, le bourg castral aura en effet conservé sa structure poly-nucléaire
RAP03508 (VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007)
  • VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007
  • le CERAM (Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan) a devant l’intérêt des découvertes immédiatement pris contact avec l’aménageur, le groupe Lamotte constructions copropriétaire des lieux avec la SCI Chimère. Il y avait urgence à préserver les structures mises
  • environ. Deux chapelles latérales ont aussi été mises au jour et probablement un porche, flanqué de la base d’une tourelle d’escalier. Non menacée par le projet, la nef de l’église a été sauvegardée. Un sondage réduit y a révélé, sous le niveau de sol, une dizaine de Fig. 1.05 - Vue
  • entama des pourparlers pour aboutir à la mise en place d’une fouille de cet espace avant qu’il ne soit livré aux travaux. Il était clair, au vu des des vestiges dégagés en 2007, que des découvertes y seraient faites. L’extension des recherches à cette parcelle était susceptible
  • du centre urbain de Vannes, siège épiscopal et résidence ducale. Les ducs de la dynastie des Montfort, de Jean IV (1364-1399) à l’avènement de François II en 1458 y séjournent très fréquemment, François I (1442-1450) et Pierre II (1450-1457) y possèdent même des résidences de
  • Le Bondon - Vannes (Morbihan) EA n° 56 260 0124 Rapport final d’opération archéologique (Arrêtés d’autorisation n° 2007-260, 2008-245, 2008-248) Sébastien Daré et Alain Triste avec les contributions de Thibault Cardon, Gwendal Gueguen, Victorien Leman, Diego Mens et la
  • collaboration de Jean-Luc Daré et de Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne juin 2017 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code
  • de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Vannes
  • (Morbihan) - Le Bondon EA n° 56 260 0124 Rapport final d’opération archéologique (Arrêté d’autorisation 2007-260, 2008-245, 2008-248) Sébastien Daré et Alain Triste avec les contributions de Thibault Cardon, Gwendal Gueguen, Victorien Leman, Diego Mens et la collaboration de Jean-Luc
  • Daré, Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne Septembre 2017 Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de fouille archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public après remise au
  • service régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédées par les
  • auteurs et les contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit de la communication, exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de
  • reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Illustration de couverture - La partie occidentale de l’église au niveau du contrefort MR 1015 et du caveau funéraire 1030 (S. Daré positif du sceau
RAP02969.pdf ( Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2013)
  • projet collectif de recherches
  • Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2013
  •   concerne  l’étude  de  l’habitat  et  de  la  chronologie.  Par  contre,  elles  semblent  plus  intéressantes à exploiter dans le cadre de travaux comme, par exemple, ceux réalisés par M. Fily, C.  Nicolas  et  Y.  Pailler  sur  les  tumulus  du  Finistère  et  plus  largement  dans
  • ,  la  compilation  des  données  concernant  l’habitat  a  également  été  réalisée.  Déjà  évoqué  précédemment,  l’inventaire  exhaustif  des  tumulus  et  des  structures  funéraires  du  Finistère  a  été  poursuivi  cette  année  par  M.  Fily,  Y.  Pailler,  C.  Nicolas.  Vu
  • Compte-rendu d’activité 2013 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Le cadre chronologique et les formes de l’habitat Stéphane Blanchet (coord.) Vérane Brisotto Anne Françoise Cherel Quentin Favrel Muriel Fily Mickaël
  • Le Maire Muriel Melin Clément Nicolas Théophane Nicolas Yvan Pailler Julien Ripoche Sandra Sicard Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents
  • administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés
  • ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être
  • justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation
  • ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • ://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Projet Collectif de Recherche Compte rendu de l’activité 2013 SOMMAIRE 1. LE PROJET : rappels
  • p. 5 2. L’ACTIVITE 2013 p. 6 2.1 Inventaire de la documentation et des données 2.2 La chronologie p. 6 p. 8 3. LA CHRONOLOGIE ET L’HABITAT : Les premiers résultats 3.1 Le mobilier céramique 3.2 Les datations 14C 3.3 Les formes de l’habitat 3.3.1 Critique de la documentation
  • 3.3.2 L’habitat : vers une relative diversité et une hiérarchisation des formes 3.3.3 Une nécessaire prise en compte des structures funéraires 3.4 Travaux universitaires et études complémentaires p. 39 p. 39 p. 54 p. 56 p. 57 4. PROGRAMME PREVISIONNEL 2014 p. 59 5. COLLABORATIONS
  • p. 60 6. BIBLIOGRAPHIE p. 61 DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES p. 65 FICHES D’ENREGISTREMENT DE DECOUVERTES ARCHEOLOGIQUES p. 89 3 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne LISTE DES PARTICIPANTS  (La trame grise signale les agents de l’INRAP
  •  bénéficiant de jour PAS)    BIZIEN‐JAGLIN  Catherine  BLANCHET Stéphane  CeRAA  Archéologue, Pré‐protohistoire, prospection aérienne.  INRAP GO  Ingénieur chargé de recherche, Préhistoire récente/Protohistoire ancienne. BRISOTTO Vérane  INRAP GO  Responsable d’opérations
  •  Maréva  UM 5594 ARTeHIS  Chargée de recherche, âge du Bronze.  GANDOIS Henri  UMR 7041 ArScAn  Doctorant  GAUTIER Maurice  Chercheur bénévole  Prospecteur aérien  GOMEZ DE SOTO José  UMR 6566 CReAAH  Directeur de recherche émérite, âge du Bronze.  HENAFF Xavier  INRAP GO
  •   Assistant d’études, Préhistoire récente/Protohistoire ancienne.  HAMON Caroline  UMR 7041 arScan  Chargée de recherche, macrooutillage.  LE BIHAN Jean Paul  CRAF  Archéologue, Protohistoire.  LE CARLIER Cécile  CNRS  Ingénieure de recherche, spécialiste du métal.  LE MAIRE
  •  Mickaël  Rennes 2  Etudiant en Master 1  LE PROVOST François  Chercheur bénévole  Prospecteur au sol  LEROUX Gilles  INRAP GO  Ingénieur chargé de recherche, prospecteur aérien.  LORHO Thierry  SRA Bretagne  Ingénieur d’études, SIG.  MELIN Muriel  UMR 6566 CReAAH
  •  récente/Protohistoire ancienne.  POILPRE Pierre  INRAP GO  Archéogéographe  QUILLIEC Bénédicte  INRAP  Ingénieure chargée de recherche, âge du Bronze.  RIPOCHE Julien  Paris I  Etudiant en Master 2  SICARD Sandra  INRAP GO  STEVENIN Claire  Enseignante, Chercheur  bénévole
RAP00869.pdf (PENESTIN (56). lotissement de Lomer. rapport de sauvetage urgent)
  • PENESTIN (56). lotissement de Lomer. rapport de sauvetage urgent
  • • tosJATIOM ET OBJECTIF : Tertre situé â une altitude de 21,00m.en arrière de la pointe du CofrenaU dans un lieu dit Ile de Marzein. Coordonnées : X-236,000 Y- 287,750 'carte. 1/25000 la Roche Bernard n° 1-2. Le tertre occupe une partie des lots & et 7 du nouveau lotissement dit du
  • Lomer. Nota : Le tertre est mentionné sur la carte sus mentionnée. Letertre d'un diamètre dé 2Û m environ pour une TSAVAUX : hauteur de 0,50^ a fait l'objet.de quatre sondages jusqu'à une profondeur de -1,00m sous le sommet de la hutte. Trois sodages de I,50m x 1,00m ont été
  • RAPPORT DE SONDAGE PJ5EE3TIÎÎ - LE LOMBR, OPERATION REALISEE LE 04 KARS 1981. Participants à l'opération : Yvon LABORDSRIE ,Cité Plein Ciel,Bât G à Vannes. Christian GOURET,Atelier de Kerinadeleine,Pénestin. Joël LSCORfflî;C,Gorrespondànt du Service,2 rue Rodin à Vanne s
  • réalisés selon l'axe Nord-Sud un quatrième a été effectué en plein centre du quadrant N/W. A l'issue du sondage,les fouilles ont .été rebouchées. RESULTATS: Tous les sondages ont présenté une même stratigraphie,à savoir : a) couche de terre végétale de 0,Ï5 à 0,20m d'épai seur* •h
  • ) couche argileuse de 0,40m d'épaisseurc) couche argileuse grise à charbon de bois de 0,20 à 0,25 a d'épaisseur. d) substratum d'argile et galets roulés; ce'dornier niveau est observable dans tout le plateau alluvionnaire* Aucune structure n'à pu être observée en dehors de cette
  • stratigraphi CONCLUSION: Le tertre en question semble bien être une, tombell rudimentaire à "gâteau" -endreux central,fortement arasée*Ce no peut 8 être le turaulus détruit du GOSTiiîiïAU,les travaux n'ayant pas fait apparaître de terres anciennement remuées. H* QUI1GARS signalait en
RAP01920.pdf (PLOUHINEC (56). la villa de Mané-Véchen, étude des peintures de la salle ab. rapport d'étude dans le cadre de la fouille programmée)
  • PLOUHINEC (56). la villa de Mané-Véchen, étude des peintures de la salle ab. rapport d'étude dans le cadre de la fouille programmée
  • ), et dont le décor, bien que peu lisible, laisse percevoir un fond à zones violacées et grises, aux limites floues, la totalité de la surface étant rehaussée d’un mouchetis blanc de larges projections. Il faut y voir une imitation de marbre. Ces orthostates sont en léger relief (0,7
  • présentent un fond noir rehaussé de petites touches vertes. Il faut vraisemblablement y voir une imitation de porphyre vert. Le compartiment en relief, visible sur la plaque 1 est orné d’un filet noir (1 cm) en retrait d’1 cm par rapport au bord laissé blanc. Il est attesté sur trois
  • , l’exèdre étant large de 9 pieds. Pour le décor, nous parvenons à observer quelques répétitions intéressantes sur la base d’un module similaire, sans parvenir à une définition aussi précise. Il semble y avoir une déclinaison autour d’une mesure étalon qui oscillerait entre 31 et 33 cm
  • du marbre en remplissage des carrés entourant disques et carrés sur pointes en relief, ainsi que les rectangles à redans, ne fait aucun doute. Il faut y voir un porphyre vert. Il est réalisé à partir d’un fond noir rehaussé de touches vert moyen faites une à une au pinceau (fig
  • jaune antique tel celui de Chemtou (Tunisie). Enfin, l’imitation utilisée pour les orthostates et dont ne subsiste qu’une petite partie, présente des zones noires et roses unies par un mouchetis à larges éclaboussures blanches. On peut y voir, avec toutes les réserves nécessaires, un
  • rehaussée d’un gros point rouge cerné de beige9 . Il s’agit d’un flabellum. L’essentiel du visage a disparu, mais la plaque 12 (fig. 45) appartient à sa partie supérieure droite. On y perçoit l’œil droit, incomplet, dont le traitement laisse à penser que le modelé était subtil. Cette
  • présentent un fond rose chair similaire à celui du grand personnage. Sur certains fragments, on perçoit un collier aux perles cylindriques alternant avec des perles rondes suspendues à un cordon violet (fig. 53). Enfin, il faut encore y associer des éléments représentant des fleurs rouge
  • Centre d’Etude des Peintures Murales Romaines CNRS-ENS UMR 85-46 La villa de Mané -Véchen en Plouhinec (Morbihan) Étude des peintures de la salle AB Décembre 2006 Centre d’Etude des Peintures Murales Romaines CNRS-ENS UMR 85-46 La villa de Mané-Véchen en Plouhinec (Morbihan
  • ) Etude des peintures de la salle AB Responsable de l’étude Julien Boislève Avec la collaboration de Jean-François Lefèvre (infographie) Décembre 2006 Ce rapport ne peut être utilisé sans l’autorisation écrite du responsable du CEPMR Conditions d’utilisation des documents Les
  • rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou
  • non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la
  • source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel
  • elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par
  • les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 SOMMAIRE INTRODUCTION 4 I. CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE I.1. Localisation et nature du site I.2. Découverte des enduits dans la salle AB I.3. Prélèvement des peintures 5 II. ETAT DE CONSERVATION 6 III. COMPOSITION DU DECOR III.1. Organisation
  • générale du décor III.2. Les quatre parois principales III.2.1. Paroi nord III.2.1.1. Zone médiane III.2.1.2. Zone supérieure - Bandeau inférieur - Bandeau médian - Bandeau supérieur III.2.1.3. L’angle de la paroi III.2.2. Paroi ouest III.2.3. Paroi est III.2.4. Paroi sud III.3. Rythme
  • et géométrie du décor : un module de base ? III.3.1. Régularité des dimensions III.3.2. Rythme du décor III.3.3. Perception d’un module de base III.4. Imitations de marbres, facture et essai d’identification Tableau 1, identification des marbres III.5. Décor de l’exèdre III.5.1
RAP00941.pdf (LOCMARIAQUER (56). l'alignement du grand menhir brisé. rapport intermédiaire de fouille programmée 1992-1994)
  • LOCMARIAQUER (56). l'alignement du grand menhir brisé. rapport intermédiaire de fouille programmée 1992-1994
  • stratigraphiques utilisées dans le document. 1 - Terre végétale et niveaux superficiels, y compris remblaiements modernes. 2 - Remblais 1938, lors des travaux de Z. Le Rouzic autour de la Table. 3 - Sol avant 1938, avant l'intervention de Z. Le Rouzic. 4 - Déblais des fouilles de la Table des
  • secteur de fouille (VA-VU/33-37) ; ce travail a fait l'objet d'un rapport de stage soutenu devant le jury d'examen. Par ailleurs nous avons également confié un secteur de fouille ( TA-SU/13-16) à Mademoiselle Claire-Hélène BLANQUET dont genre d'opération, en l'expérience de
  • fouille, premiers trouver TÀ-SU/13-16, tronçons l'emplacement du de a Grand la été ouvert Menhir; fosse du il Grand Menhir et de la situer par rapport au système de fosses mis au jour. b - un deuxième secteur a été ouvert en VA-VU/33-37 dans le prolongement du secteur
  • nettoyées remplissage et la XV — L.A I.E SECTEUR EOSSE DU TA— su/X3—xe GRAND MENHIR A la suite des travaux que nous avions conduits en 1992 de VA à TU dans les bandes 18 à 23 et qui nous avaient montré l'existence suite à d'une fosse très allongée l'alignement des
  • délimité une surface de 10 mètres de long, de TA à SU, sur 4 mètres de large, de 13 à 16 (pl.l). Par rapport à cette surface, la base du premier tronçon du Grand Menhir se trouve en bordure du carré SU/16 et l'un des angles du second tronçon mord légèrement sur la bordure
  • du carré TI/13. Cette aire de fouilles a été subdivisée en secteurs, TA-TE-TI/13-16 TU-SA-SE/13-16 qui laissaient subsister deux banquettes: TO/13-16 SI/13-16 SO-SU/13-16 trois :-»:-:v:-:-x-x-:->:i fig. 4 COUPE fosse grand menhir En SU/16, pierres de calage du
  • Grand Menhir. En SU/13,14, sur le socle, niveau de comblement néolithique (9. lbd). On remarquera l'importance des remblaiements gallo-romains (5) dans une excavation qui recoupe les comblements de carrière néolithiques en SU/13-14 et le calage du Grand Menhir en SU/13. 43 15 SI
  • notre décapage, donc située exactement entre les deux premiers tronçons du menhir. - La coupe 43 (RA.SU/13-16) montre bien cette tranchée qui descend en SU/15 à plus de 0,8 m sous la surface (fig.4); - dans la coupe 42 (SO.SI/13-16), la dépression est encore très manifeste
  • alternances de couches LOCMARIAQUER - 1993 Plans de répartition Fig. 7 o o 888 00 "8 8 0 r OO o3o 16 0 OOO OOO 00 0 O OO 00 0 0 1 r- 1 0 0 00 0 00 A 0 O O OO O OO 00 15 O-tr OO O OO O 00 00 O A 00 0 0 14 A 33 13 0 1 su so O gallo-romain TÏT
  • archéologiques montre une densité allant en croissant de la bande TE vers la bande SU, ce qui va dans le sens de l'augmentation croissante de la profondeur de l'excavation (fig.7). Les carrés les plus riches, en SO.SU/16, correspondent à la bordure de la fosse du Grand Menhir
  • base du monolithe déjà abattu. On notera aussi, dans les comblements gallo-romains, et plus spécialement dans les carrés SU/14-16, la présence d'une quantité notable de fragments d'orthogneiss (fig.8). Si ces fragments résultent des opérations de tronçonnage, comme nous le supposons
  • exploités. l'ensemble de les comblements niveaux archéologiques Cependant il a été la surface explorée, et néolithiques assez deux remblais clair zones ont pu que sur s'opposaient; l'une dans les bandes SI-SU/13-16 et SA.SE/15.16, l'autre, de TA à TU/13-16 et SA.SE
  • masse de moellons traversant toute la coupe avec un pendage est-ouest, (9.1d) jusqu'au niveau supérieur de la diaclase qui traverse le sondage. coupe 41 bandes SO (fig.12): et SU, à partir d'ici et en allant vers les l'effet des creusements gallo-romains se fait
  • ). b - Zone SO-SU/13-16 et SE.SI/15.16 (fig.13). Ici deux facteurs essentiels modifient la stratigraphie observée dans les bandes voisines, d'une part l'importance du creusement gallo-romain, d'autre part le creusement de fosse du grand Menhir et la mise en place de son
  • calage. la Par ailleurs on remarque que le socle est beaucoup plus fracturé que dans les secteurs voisins. La coupe 43 (fig.4 et pl.7), dans sa partie est, en SU/13.14, montre une forte masse de pierrailles; cela semble n'être qu'un simple rejet de carrières (9.1a), sans
  • doute dû au fait que la roche, très fracturée en cet endroit, a fourni beaucoup de déchets non réutilisés. Il n'y a là que fort peu de matériel archéologique; en revanche les tessons de poterie deviennent très nombreux à la surface de cette couche, le carré SU/13, à une
  • par fosse (9.02). Cette couche a l'excavation gallo-romaine qui, en SO/14, atteint le socle en place, vers 12,6 NGF. LOCMARIAQUER Fig. 13 - Plans de la zone de bordure de la fosse du Grand Menhir: 16/ su so h si SE SA ru + 13,92 m NGF I 13.50 m NGF 13 m NGF C
  • . Fosse grand menhir coupe 45, montrant en SU-SO la poche de remaniements gallo-romains; en SI-SE, le blocage de pierres à son niveau le mieux conservé et en SA, la masse de mortier bloquant le calage. relevé des premières assises en place et le socle rocheux alentour de la fosse
  • déplacés par les perturbations gallo-romaines, il est apparu des agencements bien organisés (pl. la de en SU/15, creusée dans le roc, une rangée de 13 et 14): visible dans moellons de taille modeste - puis une ligne parallèle de blocs de gros module. - particulièrement en
  • Il limon Cette bien visible dans la coupe 45 (pl. 10). s'agit d'un blanchâtre masse de vrai et blocage de est Il est évident que dans ce secteur SE-SU/15-16, l'on se trouve en présence de la structure périphérique de la fosse, un peu semblable à ce qui avait été
RAP01139.pdf (PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouille programmée)
  • PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouille programmée
  • , Etant donné le brassage par les sépultures, on n e peut plus penser y établir un© stratigraphie significative, ~ la durte su^rieitre 3 . formée de sable friable, blanc lorsqu'elle n'est pas humifiée. Elle s'est m i s e en place postérieurement à la principale utilisation du cimetière
  • , de ce que pouvaient être les immigrants Bretons, malgré u n léger métissage avec les rares Armoricains survivant dans ces régions en principe asses désertées et dépeuplées. Planche I SU-74 Les inhumations les plus profondes dans la partie nord du rectangle A vues du Nord-Est, y
  • il y a eu une prolongation à effectif plus réduit} enfin jusqu'à la fin Août on a opéré avec l'aide d'enseignants de la région sur le raccord entrela fouille A et les anciennes fouilles. On avait prévu une campagne complémen- taire à l'automne, à petit effectif purement
  • des fouilles y a été i m m é d i a t e a m t conduit pour préparation, conservation, et étude sur place. Ces travaux à'après-fouille ont nécessité le séjour presque continu sur place d© l'ainé d'entre nous en octobre et novembre, et il reste encore beaucoup à faire. Las
  • le littoral n'était pas loin. L'échantillon à la base est moins purement dunalre, et le petit sol intermédiaire témoigne d'une décalcification» - l.e sommet de la dune supérieure passé au sol actuel, ou sol î . Mais corne ©es terrains étaient cultivés il y a encore 25 ans, et sont
  • phénomène de la réutilisation, approximative des mlfees emplacements pour les sépultures a pu être analysé« H y a m général un léger décalage, de sort® que le premier occupant peut être coupé. D'autres fois la première sépulture est à peu près restée m place, à part le cran®, qui a pu
  • noter qu'au fond il y avait pas m a l d'espaces non oacupés par des sépultures anciennes, mais qui l'auront été, un peu moins profondément, par des sépultures plus récentes, L a mise en place de pierres autour du cadavre, figurant plus ou moins u n cercueil, n'était pas une pratique
  • général®, mêfce si l'on tient compte du fait que dans quelques cas, les paquets d'os provenant du prédécesseur en tenaient un peu l i e u . Il y a cependant quelques tombes avec des entourages de pierres autour du squelette assez soigneusement disposées; dans u n cas cela correspondait
  • , mais à l'écart de toute sépultur et comme l'échouage des baleines sur les côtes était jadis un phénomène assez fréquent, il n'est pas étonnant que les populations littorales aient su en profiter, Cette année, en dehors de deux sépultures où les traces étaient si minimes pour qu'on
  • pour le» niveaux supérieurs, m définitive i l y a une très grande variabilité dana la position &©a atani-bras et des mains de® inhuiaés, L'abaonce de tout vestige d'objets mobiliers (à part le f r a i e n t de berceau en os susnommé) a i de tout v e ^ M g ^ d'ornements
  • vectimentalrea reste constante. Il faut cependant dire quelques mots des objets et débris d'objets archéologiques d'âges divers découverts dispersés dans la masse des sables de la dune inférieure, témoignages de toutes les occupations antérieures du site. Il y a des silex mésolithiques ou de
  • ont été portées sur des plans d'ensemble au 2/20 ème. Nous joignons des tirages de mises au net où.pour l'une, on a figuré toutes les structures se trouvant construites à la surface de l a dune inférieure (y compris les quelques entourages inclus dans la base de la d m © supérieure
  • ' " / . ... . idCl - B' V. ' • ...... ill- V \ k : ' m y .. .. 'ÍW g : . g - B Oïi peut estimer qu'il ¡s'agit des ruines aoo«rauléeâ d'un petit bâtiment tris fruste, dont 1 « superstructures devaient être ©n "bois, comme la. très grande majorité des constructions bretonnes
  • moin» m cordon en relief, plus les quelques motifs ©n relief précédemment décrits•(spirales» croix à ©rossett^ et sa basej&ésentalt au moin» un biseau plan de 2cra d© large. Quoique dans 1© remplissage subséquent du four comme dans les diverses .masses de blocage 11 y ait de
  • n'a de suit© dans aucune direction. Il est difficile de dire que ses fondât!ans vont jusqu'au niveau de la dune ancienne, ou. a*il y a eu superposition d e deux piles de maçonnerie successives, Quoique 1 1 n ' y a i t pas de massifs symétriques, on peut penser que cette pile
  • détermination dee sexes, puisqu'il y a toujours indécision pour un certain nombre d'individus, et que les tables ou équations de détermination de la taille à partir des os long» ne sont pas les mêmes selon les sexes, C'est ainsi que pour l'échantillon de femmes (telles que nous les avons
  • déterrainées h un premier examen d'ensemble) la médiane se trouve, par rapport à l'échantillon, d'hommes, à un point ou deux trop bas, et que la distribution des forâmes est déficitaire du côté des grandes femmesî c'est clair, celles-ci ont été prisen pour des hommes. Autrement dit il y
  • moyennement élevés. Les indices faciaux sont moyens avec une forte proportion d® faces larges et basses, A ces considérations anthropométriques forcément très arides, nous joigions le portrait en trois norma. du sujet SU-74-95 qui se trouve asses bien représent e r l e Breton t
  • compris quelques restes de sépultures recoupées. Çlsch® P.-JR.
  • SU-74 Exemples de sépultures dérangées ou recoupées par des nouvelles 3U-74-92 orienté en travers (au fond passant sous la section), ayant dérangé SU-74r-93 dont le crâne manque, mais qui a gardé sa mandibule, et qui par ailleurs supporte les pierres d'encadrement d'un autre STi
RAP01446.pdf (LA CHAPELLE-SAINT-AUBERT (35). les habitas ruraux du haut Moyen Âge de Montours et de la chapelle Saint-Aubert. a84 Rennes/Avranches. rapport de fouille préventive)
  • LA CHAPELLE-SAINT-AUBERT (35). les habitas ruraux du haut Moyen Âge de Montours et de la chapelle Saint-Aubert. a84 Rennes/Avranches. rapport de fouille préventive
  • , tendent d'infirmer ou de confirmer les textes anciens et leurs interprétations. La région Ile-de-France illustre parfaitement les progrès réalisés dans l'étude de cette période, à travers les nombreux sites qui y ont été découverts ces vingt dernières années. L'Ouest de la France
  • LES HABITATS RURAUX DU HAUT MOYEN AGE DE MONTOURS ET DE LA CHAPELLE SAINT-AUBERT (ILLE-et-VILAINE) Le Teilleul (35.191.007), Louvaquint (35.191.008), La Talvassais (35.191.006) à Montours La Chaîne (35.063.002) à la C h a p e l l e - S a i n t - A u b e r t DFS DE SAUVETAGE
  • URGENT - 0 Î 2 . 18/04/1996 - 31/08/97 Sous la direction d'Isabelle CATTEDDU avec la collaboration de Karl BOUCHE, Françoise LE BOULANGER Stéphanie HURTIN, Chrystèle PICAULT, Mathilde DUPRE, Patrick NOGUES, Cécilia RAPINE (archives) Bénédicte PRADAT et Marie Pierre RUAS (carpologie
  • ), Dominique MARGUERIE (paléoenvironnement) VOLUME I AUTOROUTE A84 RENNES-AVRANCHES SECTION 3 et 4 AFAN Grand-Ouest avec le concours de la Direction Départementale de l'Equipement Ministère de la Culture et de la Francophonie Rennes : SRA de Bretagne 1997 j f f e fcr» i UJ cS> S
  • -SI. INTRODUCTION ET CONTEXTES par Isabelle CATTEDDU I _ LES HABITATS RURAUX DU HAUT MOYEN AGE DE MONTOURS ET DE LA CHAPELLE SAINT-AUBERT (ILLE-et-VILAINE) Le Teilleul (35.191.007), Louvaquint (35.191.008), La Talvassais (35.191.006) Montours La Chaîne (35.063.002) à la
  • Chapelle-Saint-Aubert à DFS DE SAUVETAGE URGENT 18/04/1996 - 31/08/97 Sous la direction d'Isabelle CATTEDDU avec la collaboration de Karl BOUCHE, Françoise LE BOULANGER, Stéphanie HURTIN, Chrystèle PICAULT, Mathilde DUPRE, Patrick NOGUES, Cécilia RAPINE (archives) Bénédicte PRADAT et
  • MariePierre RUAS (carpologie), Dominique MARGUERIE (paléoenvironnement) AUTOROUTE A84 RENNES-AVRANCHES SECTION 3 et 4 AFAN Grand-Ouest avec le concours de la Direction Départementale de l'Equipement Ministère de la Culture et de la Francophonie Rennes : SRA de Bretagne 1997 Financement
  • : L'opération archéologique a été réalisée par l'AFAN (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales), sous le contrôle scientifique du SRA (Service Régional de l'Archéologie) de Bretagne. Le financement a été pris en charge par la Direction Départementale de l'Equipement d'Ille-et
  • -Vilaine. 1. GENERIQUE COORDINATION DE L'OPÉRATION SCIENTIFIQUE Isabelle CATTEDDU, Afan COLLABORATION Dominique MARGUERIE, CNRS, UMR 6566, Laboratoire d'anthropologie, Université de Rennes 1 Marie-Pierre RUAS, CNRS, UMR 5608, Université de Toulouse le Mirail Bénédicte PRADAT
  • , Afan, associée à l'UMR 150, Université de Toulouse Laboratoire de Mr. EVIN, Centre de datation par le radiocarbone, Université Claude Bernard Lyon 1 Pierre-Roland GIOT, Directeur de recherche honoraire, CNRS, Laboratoire d'anthropologie,Université de Rennes 1 FOUILLE (équipe Afan
  • ) Isabelle CATTEDDU, responsable d'opération sur le Teilleul et Louvaquint Karl BOUCHE, responsable d'opération sur la Talvassais et responsable de secteur sur Louvaquint Françoise le BOULANGER, responsable de secteur sur Le Teilleul Stéphanie HURTIN, responsable d'opération sur la Chaîne
  • Vincent POMMIER, technicien de fouille Fabrice LE MENEAH, technicien de fouille Véronique CHAIGNE, technicien de fouille Eric GAUME, technicien de fouille Cécile TALBO, ouvrier de fouille, technicien de fouille Frédéric MELLEC, ouvrier de fouille, technicien de fouille François BRIAND
  • , technicien de fouille Patrick NEURY, technicien de fouille Moustafa BAKKAL, technicien de fouille Laurent VIPARD, technicien de fouille Laurence JEGO, technicien de fouille Christophe COLLARD, technicien de fouille Maud LE CLAINCH, technicien de fouille Laurent AUBRY, technicien de
  • fouille Anne BOTERF, ouvrier de fouille Eric NICOLAS, technicien de fouille Anne-Louise HAMON, technicien de fouille Servane JOVIN, ouvrier de fouille Thierry LORHO, ouvrier de fouille PHOTOGRAPHE (Afan) Hervé PAITIER GESTIONNAIRE DU MOBILIER (Afan) Chrystèle PICAULT BENEVOLES Astrid
  • FROMENT Geraint JONES STAGIAIRES Simon DIARD Emeiyne JAMONT ETUDE (équipe Afan) Isabelle CATTEDDU, responsable d'opération sur le Teilleul et Louvaquint Karl BOUCHE, responsable d'opération sur la Talvassais et responsable de secteur sur Louvaquint Françoise le BOULANGER
  • , responsable de secteur sur Le Teilleul Stéphanie HURTIN, responsable d'opération sur la Chaîne TOPOGRAPHIE (Afan) Patrick NOGUES Vincent POMMIER ARCHIVES (Afan) Cécilia RAPINE DESSIN-INFOGRAPHIE (Afan) Mathilde DUPRE Patrick NOGUES INTERVENANTS ADMINISTRATIFS SRA , Rennes : Michel
  • VAGINAY, Conservateur Régional de l'Archéologie Yves MENEZ, Conservateur de l'Archéologie, coordinateur de l'A84. AFAN, Antenne Grand-Ouest : Gilbert AGUESSE, Chef d'Antenne Didier LETOURMY, Chef Comptable Christine TAMARELLE, Comptable DDE : Section 4 : Yves ROBIN, Chef de section
  • , assistant Ingénieur Section 3 : J-M. JAGUIN, contrôleur des travaux publics AMENAGEURS Direction Départementale de l'Equipement de l'Ille-et-Vllaine CONSEILLERS Sandra CABBOI et Christophe DUNIKOWSKY, Afan : étude paléo-métallurgique Claude FORRIERES, Laboratoire ARCANTIQUE de Nantes
  • , étude paléo-métallurgique CORRESPONDANT Didier DUBANT SÉCURITÉ AFAN 3. AVERTISSEMENT DFS Ce rapport réalisé à l'issue de l'intervention archéologique a été conçu comme un document final de synthèse, tel qu'il a été défini par le Ministère de la Culture et de la Francophonie
  • (circulaire du 5 juillet 93, publiée au Bulletin officiel du Ministère de la Culture et de la Francophonie, n°77, sept.1993, p. 12-25), concernant la diffusion des résultats en archéologie préventive et de sauvetage. Il comprend donc une première synthèse des données sous la forme d'un
RAP00377.pdf (RENNES (35). 38 rue de Saint-Malo. rapport de sondage.)
  • RENNES (35). 38 rue de Saint-Malo. rapport de sondage.
  • : 38, rue de Saint-MaZo Section, parcelles : AB [36 5) Coordonnées Lambert, Zone II : x = 301,00 ; y = 54,00 Autorisation te.mpoA.cuAe de sondage : n" 21 H. SONDAGES ARCHEOLOGIQUES EFFECTUES AU 38, RUE VE ST-MALO A RENNES, LE 27 DECEMBRE 1983. L'OUlce public d'Habitation à Loyer
  • Modéré de la ville de RENNES a décidé de reconstruire un immeuble su/i l'emplacemen du n" 38, me de Saint-Malo, Rennes. Paul BANEAT dam ¿on ouvrage Le Vieux Rennes, publié en 1911, mentionne, ¿un. l'emplacement du n" 38 de la rue de Salnt-Malo, la présence d' un aqueduc gallo-romain
  • mécanique, établi la pA.ue.nce. d'une couche de Aemblati avec du 30/40 cm. moficeaux de bnlquu, médiévale, et nocaWLu de vutlgu po a t-médiévale de com>tAuctloni cLLévale. Le txacé de l'aqueduc piuumé ont a/igileux belge nolAcLt/ie, Mélangé à ce Aemblal, Il y avait du gaULo
  • CIRCONSCRIPTION HISTORIQUE BORDEREAU RECAPITULATIF Date d'envoi DE. . . è t â Q f f î ^ RAPPORT D E . S & W À Q i ^ LOCALISATION ¿¿U eJt-\rJlxxurU Département Commune 3 iZoXlJt Oft Lieudit : du cadastre. I.G.N fatfaJLo local N ° de Site Cadastre DATES Coordonnées
  • Lambert.., Ax 3 o lj 00 Ay ^ V . O O Bx By Autorisation (n°, date)..... "¿1 ¡4 ¿9-// V ^ ô Intervention (début et fin) Années antérieures d'intervention. INTERVENTION Responsable . ri. özxtr Motif d'intervention Surface fouillée Estimation de l'étendue du gisement SITE
  • Nature du gisement. Nature des découvertes effectuées.. Périodes chronologiques OBSERVATIONS CONTENU DU DOSSIER Rapport scientifique... Plans et coupes £ h
  • . Une zone à portes débités de découvertes archéologiques existe entre la rue de Salnt-Malo et la rue de Vlnan et au nord ¿ur V emplacement de, l'hôpital Hôtel Dieu, depuis 19.77 des fouilles archéologiques métho- diques, dans le quartier, du [/leax Saint-Etienne, ont mis au
  • jour d'Importants, vestiges de la ville, romaine. Aucune, découverte archéologique n'est véritablement connue dam ce. ¿ecteur de la rue de Salnt-Malo mais vu l'Importance des découvertes à V ouej,t, la Direction des Antiquités Historiques et Préhistoriques de Bretagne,a décidé venir
  • SUA le terrain acquis par l'Osiez de Rennes. La vérification présente un grand Intérêt. d'Inter- Public d'H.L.M. de la ville, de l'emplacement probable d'un aqueduc romain / W ^ Ä /ÍM^ • mm i^ill'Mn/iií/Íll/lli!. •• (Hôte!///? ^Èiiiii/fìr^ Avec l'aide d'une petle
  • -iomalne, de tnacu blou eu ¿ondagu de ¿ckiàte tuions et modeAne. anténleunu galto-Komaln de épalA d potenle Il n'y avait pou> à l'époque n'a pu êtAe Wo-ô concZuàloni iont HmiXéu paA eu iondagu po&t-mélocaLU ponctuels, malô II semble que. Î>UA l'emplacement du 38 de la me de
  • Saint-Malo, lu coucku antiquu aient été totalement peAtunbéu pa/i lu tioné poitéiieufiu, buhtout au Moyen-Age. comttuc- RENNES Porte Mordelaise Place Saint-Michel Pont Jean-Jaurès Préfecture Rue d'Echange Rue Saint-Martin Rue Hoche Ancienne Faculté des Lettres 5» ruuL A* -s-v
  • r. S* Melaine 500 m i zones à forte densité de j découvertes archéologiques,! extension probable de la ville sous le Haut-Empire. ; FIG : 22 Aqueduc
RAP02988.pdf (SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES (35). ZAC plaisance 2. rapport de fouille)
  • SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES (35). ZAC plaisance 2. rapport de fouille
  • XwèSe*
  • Yairies : Le Croisé — Parc d'activités communautaires de Plaisance 2 : Cadastre Section YM, : N° de site Coordonnées Lambert 2 Propriétaire du terrain Situation parcelles 25p et 64 35.310.0014 : X= 3 294 : Z=115 Fougères Communauté : topographique Y= 23 778
  • nombre minimal de personnes affectées à la phase fouille compris le responsable d'opération et les spécialistes. • ne pourra pas être inférieure jours 5.2.1 - Relevés ne pourra pas être inférieur à 6 personnes, y simples : •relevés topographiques des plans généraux
  • résultats positifs, l'auteur de la notice y joindra au maximum 2 ou 3 illustrations légendées (photographie, plan, coupe, etc.). Ces documents sont également à transmettre sous forme numérique, au format .jpg, et à la taille de 800 x 800 pixels. La date de remise du rapport final
  • Rapport final d'opération Volume 1 4CX. SAINT-SAU VEU R-DES-LANDES Z.A.C. Plaisance 2 Marion LAHAYE (sous la responsabilité de) et avec la collaboration de : Sitâ ANDRE, Béatrice BORET, Emilie BOUTONNET, Julio CHZRAVZEZ, Geoffrey LEBLE, Sylvie LERAY, Aurore NOËL, Jean
  • -Charles OILLIC, Linda RAHOU Région Bretagne Justine VORENGER, Dendrotech, Xylotree, CEDAD, BETA Analytics Dates d'intervention N de site : : du 22 août 35.310.0014.EA N d opération : 10 novembre 2011 mai N° d'arrêté de prescription : 2011.092 N° d'arrêté de désignation
  • : 2011.159 2011.092 ArchéoLoire au - Parc d'activités de Tel. 02 40 24 90 04 www.archeoloire.fr - Villejames - 8 Fax. 02 40 24 90 94 rue des Guérets - 2014 44350 GUERANDE d*sic&ftsdii x«Miyteif ■ xl
  • ilto/irn i« iriiiu-p ina.wJlMS-^ ectaa a! Saa pVjisçpaa ■£ ôôril dnsfra d an uitmtp i-yLta.f*VB fto&cJp L 7ZZ-S Ai ùùSv Je a pvçrtâ* n^1i;Agfâ: Pc*_fcr»*«toA.y:JeA à* ta: Ivé-jxxviv* 3.1*0 uu fisn dn ^uîusyifs'i'w, ci!hT-:v 3tf«r:r .i bo! kjiiIm qui Jnrj ta lwc de Lxu-fei ctiLw. nts
  • Générique Résumé SECTION 2 : Description 1. Présentation de de l'opération et résultats l'opération 1.1 Le cadre administratif 1.1.1. Les origines de l'opération mis en œuvre 1.1.2. Les moyens 1.2. La méthodologie 1.2.1. L'enregistrement de terrain 1.2.2. Les relevés 1.2.3
  • . La photographie 1.2.4. Le traitement et l'archivage du mobilier archéologique final d'opération 1.2.5. Réalisation du rapport 2. Cadre naturel et archéologique de l'opération 2.1 Localisation 2.2. Topographie hydrographie (G. Leblé) géologique (G. Leblé) 2.3.1
  • sédimentaires 2.3.2.3. Coupes parallèles à l'axe du talweg 2.3.2.3.1. La coupe AB 2.3.2.3.2. La coupe CD 2.3.2.3.3. La coupe EF 2.3.2.3.4. Les coupes ST et TU 2.3.2.3.5. Le log sédimentaire 2.3.3. Synthèse des modifications du système hydromorphologique local 2.3.3.1. Le système pré-Holocène
  • 2.3.3.2. Le système méandriforme 2.3.3.3. Une longue phase transitionnelle 2.3.4. Conclusions et perspectives et 2.3. Environnement SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES -ZAC Plaisance 2 2.4 Environnement veur-des-Landes : - 35.310.0014_2011.092 archéologique et historique de la commune de
  • Saint-Sau- état des connaissances 2.4.1. Environnement archéologique néolithique 2.4.1.2. A l'Age du Bronze et à l'Age du Fer 2.4.1.3. A l'époque antique 2.4.1.4. A l'époque médiévale Environnement historique au Moyen Age (S. André) 2.4.1.1. Au 2.4.2. 2.4.2.1. Etat documentaire
  • 2.4.2.2. Aperçu historique 2.4.2.2.1. Saint-Sauveur-des-Landes, un 2.4.2.2.2. La baronnie de 2.4.2.2.3. Le 3. Etude palynologique (J.-C. Oillic) 3.1. Méthodologie 3.1.1. Les prélèvements 3.1.2. Extraction 3.2. Les données et comptage polliniques 3.2.1. La colonne 1 3.2.1.1
  • . Stratigraphie et échantillonnage pollinique Description des spectres polliniques Interprétation 3.2.1.2. Sédimentation 3.2.1.3. 3.2.1.4. 3.2.2. La colonne 2 3.2.2.1. Stratigraphie et échantillonnage pollinique 3.2.2.3. Description des spectres polliniques 3.2.2 .4. Interprétation 3.2.2.2
  • . Sédimentation 3.2.3. La colonne 3 3.2.3.1. Stratigraphie et échantillonnage pollinique Description des spectres polliniques Interprétation 3.2.3.2. Sédimentation 3.2.3.3. 3.2.3.4. 3.2.4. La colonne 4 3.2.4.1. Stratigraphie et échantillonnage pollinique 3.2.4.3. Description des
  • spectres polliniques 3.2.4.4. Interprétation La coupe AB 3.2.5.1. Stratigraphie et échantillonnage 3.2.5.2. Sédimentation pollinique 3.2.5.3. Description des spectres polliniques 3.2.5.4. Interprétation La coupe CD 3.2.6.1. Stratigraphie et échantillonnage 3.2.6.2. Sédimentation
  • pollinique 3.2.6.3. Description des spectres polliniques 3.2.6.4. Interprétation 3.2.4.2. Sédimentation 3.2.5. 3.2.6. site transitoire l'organisation du paysage féodal ? Fougères prieuré de l'abbaye de Marmoutier dans SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES - ZAC Plaisance 2
  • - 35.310.0014_2011.092 3.2.7. La coupe MN 3.2.7.1. Stratigraphie et échantillonnage 3.2.7.2. Sédimentation pollinique 3.2.7.3. Description des spectres polliniques Interprétation La coupe OP 3.2.8.1. Stratigraphie et échantillonnage 3.2.8.2. Sédimentation pollinique 3.2.8.3. Description des
  • spectres polliniques 3.2.8.4. Interprétation La coupe ST 3.2.9.1. Stratigraphie et échantillonnage 3.2.9.2. Sédimentation pollinique 3.2.9.3. Description des spectres polliniques 3.2.9.4. Interprétation 3.2.7.4. 3.2.8. 3.2.9. 3.2.10. La fosse F.2010 3.3. Synthèse et discussion
RAP00546.pdf (Comblessac et les communes périphériques. rapport de prospection inventaire)
  • Comblessac et les communes périphériques. rapport de prospection inventaire
  • o IJUJ Y Prospections réalisées sur les communes de Comblessac et de Carentoir, au lieu-dit "le Mur" (novembre 1992) David Couturier f46 Le fanum de Comblessac Evoqué pour la première fois au début de ce siècle, le fanum de Comblessac, situé exactement au lieu-dit "le
  • site Cadastre Coordonnées Lambert , AX &y 3 £S,S^O Alt. Bx DATES Autorisation (N , date).... 52.' Il à» 9 IM /$L- Intervention (début et fin) Années antérieures d' intervention INTERVENTION Responsable Motif d'intervention, Surface fouillée Estimation de l'étendue du
  • gisement , SITE Nature du gisement, Nature des découvertes effectuées ' Périodes chronologigues , nRSERVATIONS CONTENU DU DOSSIER Rapport scientif igue . . . Plans et coupes Planches et dessins.... Photographies légendées / fM -60^y| Service Régional de l'Archéologie. Bretagne
  • : \ 3£ Ç . 3 O O f>J.ÇJff£.&.î.9a....&jf.Sit.ti . . £-*E&rri& ...d/.. 8/ ! Â^.k.°Ar.S. .. xcéûf*.. . M^r^i ?^J^a.%T. ... .y. ! = LJJL'-JJEJ . ^IStJ ' ! M.'.JLS,. 11/ ! Xc = ! Techniques de repérage : 7/ Y = ! Ya = ! ?A ! _£.'-i_ ! %o -r+ Altitude: T
  • \../vï'.n. A ft3 2/ Année : Nature de l'opération : ^r«jf.«.rft>».T. !>.y.*!»î*.{r*r. Responsable : .(mffMJkîSik Organisme : .Ç.&jft Inventeur : ..Coyja zie*. Identification : Département : Lieu-dit (du cadastre) : Lieu-dit (de l'I.G.N.) : Nom du site : 3/ 4/ Cadastre : Carte
  • = !_!_!_!_! , L_L_LJ 5/ Circonstances de la découverte : Techniques de repérage : 6/ 7/ Description des vestiges : liants f.rjfA.&3&Xï.9 *.....£y..?.?.t .
  • Mur", présente la double et intéressante particularité de conserver encore des élévations sur plusieurs assises (photographie n° 1) et d'être bâti selon un plan septagonal. Même s'il a déjà livré un mobilier relativement important (des monnaies en particulier), une rapide opération
  • de prospection nous a permis de recueillir des éléments semble-t-il nouveaux. Des labours réalisés dans la parcelle située juste au sud du fanum ont mis en évidence, au milieu de quelques fragments de tuiles romaines, de nombreuses scories de fer et, dans une moindre mesure
  • , d'autres mobilers (céramique et verre). Ces vestiges ont été découverts à l'immédiate périphérie de la galerie du temple (côté sud-est) et sur une très faible surface (rayon de 2 mètres). La rapidité des semailles nous a interdit d'étendre et de multiplier nos investigations. Un nouveau
  • (?) site sur la commune de Carentoir Non loin du fanum de Comblessac (à 175 m au sud), sur la commune de Carentoir, une rapide opération de prospection nous a permis de découvrir sur une surface de plus de 3 000 m 2 tout un niveau de destruction d'une structure antique (bâtiment
  • ?) caractérisée par de très nombreuses pierres associées à des tuiles romaines (tegulae et imbrices ) (photographie n° 2). Ce niveau de destruction était parsemé de fragments de céramique dont plusieurs tessons de sigillée. Des traces de rubéfaction et des couches charbonneuses étaient
  • nettement visibles avant le passage de la herse. Il est par ailleurs possible que nous ayons repéré deux murs ou empierrements parallèles dans la partie occidentale du terrain prospecté, mais une nouvelle fois le hersage a complètement bouleversé les niveaux et étalé les vestiges. De
  • plus, le chemin qui longe côté nord ce site et qui fait office de limite entre les communes de Comblessac et de Carentoir et aussi entre les départements de l'Ille-et- Vilaine et du Morbihan, est bordé de chaque côté par un fossé. Dans ce fossé, on peut lire en stratigraphie, aussi
  • bien au sud qu'au nord, un niveau de destruction (?) marqué par des pierres (photographie n° 3). En tout cas, ce niveau pierreux est bien antique puisque la couche de pierres du fossé nord a livré un tesson de céramique sigillée, ce qui ne laisse au cun doute sur la datation. Dès
  • lors, il paraît évident que le chemin a recoupé le site de Carentoir qui devait s'étendre vers le nord en direction du fanum de Comblessac qui occupe une position dominante. Conclusions Au terme de ce rapide rapport, que nous aurions aimé plus développer, il apparaît nécessaire de
  • s'interroger sur les liens qui peuvent exister entre le fanum et la structure repérée en contrebas de celui-ci, surtout qu'une prospection aérienne réalisée en 1989 a révélé que le fanum était beaucoup moins isolé qu'on le pensait. Les structures découvertes à cette époque ont été
  • interprétées comme les "annexes" du temple. S'il nous semble que les deux sites sont liés, la fonction de cet ensemble reste hypothétique : vaste complexe sanctuaire ou grande villa ? Pour terminer, nous aimerions attirer l'attention sur l'état lamentable dans lequel se trouvent les
  • élévations du fanum de Comblessac. Pourtant classé Monument historique, ce temple ne semble bénéficier d'aucun entretien et est progressivement détruit par une végétation parasite (photographie n° 4). La Croix-Payen, le 1/12/92. SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE BORDEREAU
  • RECAPITULATIF RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE / / SAUVETAGE URGENT / / SAUVETAGE PROGRAMME / / SONDAGE / / PROSPECTION / P< / LOCALISATION Département Commune. . .(
  • . FICHE DE DECOUVERTE ARCHEOLOGIQUE 1/ Première mention : ! X ! ^ ?J Données complémentaires : ! Années mentions antérieures : 2/ Année : \^ }^}^}^- Responsable : .ÇçyiV.&&&...P.fi*.4 3/ 0 Nature de l'opération : L Organisme : # Identification: Département : ! 5 ! 6
RAP02658.pdf (VANNES (56). Campen Bernus secteur sud : les abords d'un établissement périurbain antique à l'ouest de la capitale vénète. rapport de diagnostic.)
  • opération préventive de diagnostic
  • VANNES (56). Campen Bernus secteur sud : les abords d'un établissement périurbain antique à l'ouest de la capitale vénète. rapport de diagnostic.
  • Rapport final d’opération Vannes (56), Campen Bernus, secteur sud Les abords d’un établissement périurbain antique à l’ouest de la capitale vénète Jean-François Villard Inrap Grand Ouest Mai 2011 Rapport final d’opération Vannes (56), Campen Bernus, secteur sud Les
  • abords d’un établissement périurbain antique à l’ouest de la capitale vénète par avec la collaboration de Jean-François Villard Gwenael Herviaux Pierrick Leblanc du Centre de recherche archéologique du Finistère et du Centre d’étude et de recherche archéologique du Morbihan
  • Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon, CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Mai 2011 Nexity Eprim ouest SRA de Bretagne
  •                                                                  su 1 409 20 143 su 1 62,5 0,7   Numéro T. 1 T. 2 T. 3 T. 4 T. 5 T. 6 T. 7 T. 8 T. 9 T. 10 T. 11 T. 13 T. 14 T. 15 T. 16 T. 17 T. 18 T. 19 T. 20 T. 21 T. 22 T. 23 T. 24 T. 25 T. 26 T. 27 T. 28 T. 29 T. 30 T. 31 T. 32 T. 33
  • Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord B4 B4 B4 B4 B4 B4 B4 B4 B4 B5 B5 B5 B6 Trou de poteau fosse chablis Trou de poteau Trou de poteau Trou de poteau ? fosse
  •                                                                    Y =307200 Y =307150 Y =307100 Y =307050 Y =307000 Y =306950 Y =306900 Y =306850              Cadastre
  • cde Vannes Section G de Bernus, 3ème feuille,1844 Le Boisy
  •                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Cadastre cde Vannes Section G de Bernus, 3 feuille, 1844
  •                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                ANNEXES Chronologie Antiqu ité Sujets et thème s Établissement p ériurb ain Fossé Bâtiment sur solin Sab lière basse Fosse d’e xtracti on Les abords d’un établissement périurbain antique à l’ouest de la capitale vénète Cette opération de diagnostic, réalisée sur un rebord
  • de plateau à l’ouest de Vannes, capitale de la cité des Vénètes, permet la mise au jour d’un établissement périurbain gallo-romain implanté au sud de l’itinéraire antique reliant Vannes à Locmariaquer par Arradon et le fond du Golfe du Morbihan. Cette occupation entièrement
  • appréhendée est caractérisée par un enclos rectangulaire fossoyé, des bâtiments construits sur solins, un espace empierré sablé. Quelques réseaux de fossés périphériques et une fosse d’extraction complètent l’ensemble. Mobilier Céramique Meule Inrap Grand O uest 37 rue du Big non, CS 67
RAP01173.pdf (SAINT-MALO (35). cité d'Alet à Saint-Servan-sur-Mer.)
  • ^tu sfci&â sjn t^ A e&à/Lùf su* ^I&OVHJL, -Jk^h tCK) cet yh^ sù ez^îc&t jp^u a ^ - yhéûù /we/e tfë ÎS>« tsLùt U 0CU^ e? fi^ , et éac /n *yT>L£ tùJtâû^Cz^ tù. (a. ^/ù ^ c l i ^ y r i j H v f a ^j^cc^âg, f iUt û[ M^têw-tétf/ /atcd i^dbuït/. d^lsin
  • ?yhïi^A é'âu. tyifi^'t-Ut/'- (ÇuJUu ' i o t ^ .^-T^ést. - éù ûts&Zc de Mci&zj (//)/'a** - L 4 tfre S £ ^
  • ùtsf-/ ltCLL efax-de ^ S dfrusti'jdijtk. «tC? fflez^^ 7 0 erCJh*/tu*4 / l/aiùuj f ^Xœvûi&u, t Çdxéà^ ; Thfru &tt^ tée (j £lt< êû-ù-^. en* û-^ê^f-, toa^ rfCuti iû itîpi e/^Lt ^ \ -^i erH^^Uu^^y / ^ y?^ ê-6 uau/z^tcf-, djt ^é^/îU i czi, j'sl^ï sv^ji^j
  • -i-te^^{Jv^o & fo tyâax^- SL^AsoJozJ- ^ fvs/sLjJ-ei.?, -Ja^Kj cc^^/- e~â /Las-C- » fou* £ •I t^ -éct A-/lct^écû''trb -du âeyi/t JxûUA/LOU /h* r
  • ^, t/o^t-^ ^7-e/Vt iujtustthjs^: , /^tO^O + û&tëaZ&œi?{/u //"/L&t fat éuctxjL- ^Uci â^ tooà^tVJest / y^ettCe. -â. j J j l jùJL fit/ -dt&^/x. f (j^c*. dù/CtcS-
  • fûuc//ts 4 CXz d'/ft-f 7 oQzJu,/"- cPeA^a*^ ^Zcc^L fra-i. L^attc-h &m
  • - dxslrlê-ajjéit é'éa^e œt^^ é^Mx^ t-Ùtcfi-u Ùi te^Ùj iic( âùur ^ s a é&^i ^ où> "e^ ÙU^. Su? du ^/Latf 'Tru.isXr iszw fru-ci d A'dftS- ûwfgT tcx/u^- Sus? Û^LCUÙery, iMlceZcûy^j Oy/jtJj t/u- f^Us*/ /n^t a i^t-^t Scy Z/ ~ £
  • wiu ^ / j ^c ûp^no a-i^ -r, ^ e/t &uMt e-x / lé e êéfe jPéytj ^ W - û(_i A 6>u?antres yZ âisœuui, -ôi -^U. tè/ié-s^-eJé^ ^ & n û-u-i^^t ^a u- f , éé ^^ I Z dJL /to S éditej fitZJ y^tifXhyhe / 3é'jP&.//(//; Ant^ rf étécrt ^ Stio-Ki*} cùa fi ôl ^eja^'-éi A SH -ÛJ
  • -A «^ff sj. $ 'au.'tuû ^^ta&y- ly/y/i** U-^i- £ c I ^ J ^ ^ / r i M I /tetù^'& fcce-'L ^irC^UC t XOt^JL twû-tséif ëCt (ci Ci^r^Mu tu /y- d* diû^èl/UL dz /i &tùÙLu.\. . fyi-i (fct iU-^ ÙL, eé ^ Qt^ V .t-î&j _ dt-j^ah twf&j e-t syuj é--ù
  • lirùt /-) ovfoinj- - tù^o ^tlstCê^ dU e/iM/lécTh éù ÔcrC-o , ,. ^^t CM JaôUsV^U/' i,C /ut 't-ïcJ-AfM ^yyAéibœott&c^yi^. -^i*. ^y'? ta -&L S Û /u eZt \ ^ '^yh ê-t^c^ ^u i ^a. ô&vte. yu-i^e ^isce^c-z A&JH % ([ly^âtXt/i -d-e -é/O-idfSùi-i-t^hké ^ert^i y^éà 'ÛL A^mdte . d'y^lé
  • ? c'^uy, ïù'y^bâ/zji,/ - /te ù^a^eu-i is&wfe ! e reùz / ëy^ty^-é ^ a crt d-ùc^'t/tu tétx Z&j-pu^ex Sh- CJ^L) cPc Sil-Ts, (j^-^tHÂ/n-id^,^ti iA^! -Cx s&AMjl j, lony^ b Ôe fa ^ét âe&bL -éà && d^j^e^t Jte^L Cûueiué . dji ^éiccm A yùïfrtd jA-O-h! (tco
  • /lu?-sùZélxtytlï. Û- .A£Ql$/ldt/ .' l^L'l^ur £>( £ s J- ù. ' - d&ocf- Â âù£f /ia-t '£j/i& iét/^^ji tut f&ccéùL. Ofa 33 de Cay P
  • &é â* .Mairej du^, a&CU ûf 0(y/-tré/u^f ./K &U* ^t~aut/9 ÉLj>^suiu d ^P/^h - / eftre F 6~J.
  • sur PARTI E du CHANT I E R de F O U I L L E S Année 1365 autour des dal/ccges om b î - o r» b Z ARCHEOLOGIQUES P L A N d ' A T T A C H E M E NT Profondeurs bord de la fouille Profondeurs MER côté Sud d'ALET Echelle s omospour Ou es! e/- foyens Subs/-ruc/"/on huiles F