Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3842 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00441.pdf (LE QUIOU (22). les Ruettes. rapport de sauvetage urgent)
  • 22 - LE QUIOU Les Ruettes R a p p o r t de sauvetage 1984 D I R E C T I O N DES A N T I Q U I T E S H I S T O R I Q U E S ET P R E H I S T O R I Q U E S DE BRETAGNE En Novembre 1983, la commune, de Le Quiou (22) informait la VÂAection des Antiquités de V existence d'un
  • s verts [carte géologique au 1/80 000 de Vinan). Un réseau de tranchées à la pelle mécanique à permis de d finir l'importance des vestiges archéologiques et de constater leur tuation Limitée à la bordure Est de la parcelle B 294. Lei itAuctuAoi MmcowtAiii (nurnin.oto.QJ,> eie
  • 7 a 4 on alZa Sud au Moid) iont tAoti {oaei [itAuctuAoi 7, 1, 4) ot une poJJjto coni tAuctlon AectangulalAe [itAuctuAe 3). - do, AOAOA ÌQI> {0ii2J> 7 Ot L, CAOUiOOi dani ¿0. iol vIoAge, Ont livA {¡nja.gm2.nti, di tegulae et quelquei> 2io.mo.nti, do. cóA - La itAuctuAe 3
  • ut uno. petite conitAuctlon AectangulalA oAiontóe U 7 5° Ouo.it, do dimensioni IntoAtouAoi, 3,10 x 7, 95 m. La guouA. eit dani lo i>om> do la ponto. Elio a ete établle a pcuvbLn d'un cavatlon CAOUAOQ dani lo iol vioAgo ot paAementóo IntenleuAement pan. muAi do calcalAe
  • coqiu.llA.oA, lo {\ond Aocevant un beton ; iol oX muA otaiont Aecouventi d'un mohtloA do tutZeau dont iubilitent quelquei d Il iomble donc i'aglA d'un baiitn tAei aAaié ot appaAommont tioló. Lei nombAeuiei tnacei cendAouiei do la co uà10 d'e{{ondAoment do tulloi a nliont Vhypotheio
  • d'uno doitAuctlon consecutivo a un incendio. La pAo ience do tenoni veAniiiéi dani la coucke d'e{{ondAement n' oxclut pai Aéutilliation medievale ou poit-médiévale. - La itAuctuAe 4, ¿¿tuo. a pou do diitance au Ho Ad du ball- moni. AeclangulalAo, eit uno {ono ou un {onó dont
  • l'utilliation commo dópotoin. eit atXeitée paA do nombnoux Aojeti allmentaiAoi [coqullJL d'kultAeò ot coquillagoJ, divoAi, {aune) almi quo paA du mobilleA c mlquo, paAml loquol un teiion do iigiULee à dócoA vegetai eit attnlbu au Ilo iiodo (expoAtiio on couAi). L'enie.mblo de,i tulloi
  • a. AoboAd Aecuelltiei {alt. l'ob d'uno ótude aAchóomagnétique complémentalAo deitinée à con{ÌAmeA la chAonologio d'occupation [LaboAatoiAe d'aAch.oome.tAle, Unlvemité d Rennoi IT). L' o,xlitence do voitlgoi maq.onnéi à conduii à la dóllmi d'uno zone de pnotection de dimensioni
  • lotissement communal Zone Archéologique \ \ r" \ Le b â t i m e n t r e c t a n g u l a i r e , vu du sud Le b â t i m e n t r e c t a n g u l a i r e . D é t a i l du béton et du m o r t i e r à l'angle S~U de la maçonnerie.
RAP01072.pdf (PLONÉOUR-LANVERN (29). Languivoa. rapport de sondage)
  • 29 174 ID 101 PLOHEOIIR—LMVERS" "LA3ÎŒJIV0A" Cache Médiévale. w % o I s V i » » * * i * i m s f i08*f>f R - f c A S f B l H * i t e i f e k a ^ i i f e t e »#, te m m ® fa i© ja s Ä a t B i « do Ist dispailo do wm^mmklm da JflBf et tjii « f & o t u ® tefe» ûé#clfeâ
  • © devrait la faoado do la cho» pélto 4t cfeô œ t % et est ir.elus feas i s p a l l i a a® Iff d e te aoottoa f i 4» aadaHare de I M M H M W ä V f c to p i p é l i l t o « s t 3Mi a s « ® © {oocyte a 8 4)# il t, m mm% la r p i 00 «pa» te -pirn aùakm tes m^.MÙ. teotive mm mp
  • &m do psrsfis» íleo aódlétót r o , 0fe Lit, äimm^MMtiiAm^MtJk^ M diane&lo &t â& œt aie. im jj&m gsomâ^mmû
  • mststèl&tìé p r troío smm de sdhdete* » l e H ü » Sod i s « » 3,90 a» m w %S©> s* « $0 sua? Ouest fuit ?»3t aat Ogfti m M é daâ i l Ô s p m d œ t deas m sed*- m teét 0m qm Û,3ô a* do hmm am 3*40 a* &mb a© pourtant no s -Hes* fc cotte; ârtfntlttte laïipfâr ©as?
  • « H trnmé® d@ §i®Sô* m la « tomm m méte Oaast* U m o l*üB(ß& l a l à t w t t ïSwrt«Qooet do l*àa.ficô s© trouve l'osi £100 &*«anii IM, Soft» d e la oaeà». I»eo quûtro ofttéa öö®st, ©««aMá. mqpeetfere¿«at « 0,86, ö,m, 0,75
  • ) s 3,10 ei» a® à e t s,68 a» de s» « Il , an i © tetMftiär de l * o * i & e ö d'aooòa { s a á * ü t ) s 3,89 a * ite A et %\2 - m » «vit© mmm bu de B, de v mmm 9,44 a . êe 3 et 6,15 s* é» 0 . m (sad-ouost) a s Wmt item it g&Qma» (M*9$y Xos retorts do tdveia* aous
  • «J I. toe la rochc m f§Mm et m am% fos jtwm'iant&Mu L&3 narois Quasi 0$ .3s% aont tail loss afeaa e a a ^ t l i » » tf§i 1 « tus? ooittd do m m toitesr, ©e&s M r i t M M l t a r et a»n£ t e i l l & m »«li«iw% w » lie» .1« S a offot alios SB p i « » ¿ o t s t e ^ b OI
  • étant m m s m m f ß i m S f ! ^ la IN<^TLAIS D*«M» flan ÉPATONIN1 EST CTE ÔF3S A* sa «#8t «t «SKI W I $ M m vmamm d® 0,60 eu» m © s tM&m la vcAt» présente, m É M I do la H i t to &3a « t « r ta »
  • «fìfot* .la m & g m m s â M te?«« 'tm ourets #f wspoee m m la m e t e . t mmmm Ita m ^ x m B & s do l ' o t l f l » d%ooéi§ fsg&ae m » la iwtôtt (ûf. lig, l&apo a» 4 * ÖB y d© pa? la -Sod ob olio a» arsito iti m t * m da d é t i r é e tot d é p m â l à cadi®, ai^^sœ. «pi eo
  • © «pgtò páf¡3 hm&Xvm m im tse#aaatt 0 sia a» â l a fiait® fe Qött® dáaot*» iloaaLeur StliiiilEf oUroctcRìr» »»a
  • tslocs aont encore «si jsls»» 0© cm m e t la Ì&&» 13* m des* Ml m peétmxm 4«w» pitie
  • «ktouvée à |.*Iü e t I « rasmt tisi fiât 1,46 a* d© 3 « m Qftìè S i i l e » pm% un© i s m m de gar m e© 9 * 1 4» t morets. et 0,40 ss# de largo* Le satoset ¡-lad fíáf 1»2B &mtòm m soit pelotsgS « « e I*Bet ess? im m x p Q f
  • «te 1© teî>- ohée d e dá§ag«®is-i Ai . « » t Uli« la l e e o H m i & é a p * M « e d e l * « i û â c © et do la oacte & lté fîât® à partì, r dee potete â , 3, % Ü U i | * I « patata ear la façade de la d i a g l i ® (of Ä g * «ont loa 1 - 1 » an^Le iBft&RUmr à*«do (SarMM
  • mm In dm M iatita mmm p i s z&mrn cfe*pias## i t a u d i -it I M I » fcft nivssu, >k*a?o qui s o w a a s r d jxsw few; loo jm&miai ?» I'infeMeur a© 1». cssseto ©St & m f g H i5|r pt* ZUpgOTt « Ht9Ggfl A© 11.0 « - 1,50 a . / S«J «l-io m t m n s M t m ® par tmo «¡all® 4
  • » tanas&i&ttg, test 4 cs&t
  • HI. l e fe®! to la i t « B P W 11 sa t r o w m I ®m p t a t M t M l itsttsts: iiteMUg Kwd «1 pm i e fta® bm oat ahmlm&A plat, a* / H . 8 . o t h m r^ispeKrfiw:«!, It * 2,04 / j&s» hast) ft It * 2*48 m* / S*l* tseit WRD* (aoit a» m* jit» &»%}». tm parole. Horn at f
  • -iJF) poiifsM© I la b^e- to .la aisfe i® 4 «£,&•«© so titswant tooa m la doll-:'. p l a m u J a daaeftis t ® « ® » issio Oueat (ef. H g * pe4$m* { s» !.#• % . % altee l i l ^ a t * f «* & » t t # » 2 * & * t,45 m i « f «• It * f-t42 m / 4 m h » 1,43 13* / I A 4 ) qai
  • G m 8 Ä Ä « M » a » «MriWKMi p » Ü s » «tei st&duMu Bfe efltofc k m (an notant la® ööt#© « b œ , • 1 • « 0,10 K 0 , 1 ? X 0*10 X 0,13 13. - 2 « « 0,t4 - 3 - • « M ? X 0,15 X
  • » tes m û t * » feu» X 0,14 X 0,14 eu * 0,15 a . » 5 - à » S » a ilf.44^ mfmk mt$ff/m m$m & m\ 9$f/m wMmlm p-domt® m m W B & f é 6 , 7 t 8>* H a sont $*mUm ite 1« p a w l d t a a w l a i m « m h tes le& tejt, le. paroi l3ot (©£» H t * «Pai-Di » ti4Uee %m b i n e
  • n t cal ste à p u » Its Botono o f s l l ! (m notent ì m » t e a * tes, gaueto, luvt» ê m % » te) « m S m m 0,1? X 0,17 k 0,17 x 0,17 S* • € » » 0,10 K 0 | « X 0,20 N 0,89 A» * f * * 0*15 x 0 , 1 0 x 0,15 x 0,10 m mêm m 0,1 g 13, faut 33ot«? rnimaämt qm (of ELg» " I
RAP01277.pdf (PLOUEDERN (29). Leslouc'h. rapport de sondage)
  • ms
  • daña la nomam m da Plméá&xn llea-dit Leataue*lu Aprfte n'fttro z m é i aur ilaoe ©t nvoir pu conntator
  • de la Lodre qtil «•aeouafda un© m t w a n t l e » do 150 P , aíin do róanir lo raaasim» do ren®oi
  • » i n o o n m e • «lie avs&t dé^a étS rep Irée par 1« Ilegcll«, arpenteur b h m é o m m x m J3X* idéele et ¿1 en avriit lalnaé u n eacoellent plan (ef.rersroduotion d - ¿ o l n t e » arfcrair te da Billetln do la Sfce&été «.oad&aiqp« do Brest, 1 3 , t. J'avnis eu noi-rafirae
  • l'oooaaion do la voir Intacto en iffí 1 « OAatto M N & )« 1964» loreijae, elgnalé non int«ntlon de la d é t m l » f ¿ H m U i éM dáaigné pour dtmn®r u n avio (oi* lettro de U» Boue^iot & 1* 1« Frefot te finÉatêr© m tet® éx 30 ©ot©te© 1964). M&4 ®®n avis « i f c m N t t * » 1
  • ®®rvi à U e r 1«® doive». a«uit p®nser $ d ' a t ó s la e « ® « d© Hagrtll«»
  • % au ni'VM du a d -«si sin, ma® grand® parti® te la anrfaea était ©oavort® te piarr®» «¡s 1® paysan' avait «ntropri® d* «rilavar m4tîioâi(|U«e3«nt pour na
  • &aa* â î «?tiiii»* ila dtSlaitalant un® granit «alla «1 eour 1 «©otsaptsiSP® te $tua a® m a* te %mm*** ®t te ê » . te larga®»« a s i a t e te «mrd «a m 4 , ®t àêmnt3?ém w m m % * m m t * I^fnpl^oonent des m » rte®»» aaat tetfttât® apptttaiaaalant « n o s ® aou® Itea®
  • ® taanaktea* 21 vastoit « © o r ® ©appâtent ûm porti « e d® w a a « fessant a n androit a n a u d - w t t la M r é t a n t s ! mmxmit 15«#0 a» 1® an» ®»d 3,80. Z,««lte*tian nnriraa â partir des fomktione était d*lp4ù pr^dL® par «ndroit® il® avaient été «ointe mwi®nn®a«nt pr©equo ïx*q
  • ®n#te tei ® « t r a l « % I f ss 1* fil trmi large d® 0 f ( ^ S aur la fê^c® ®u|n&4««ra asurfiait d'un 1»a.t» teatini â faailltftr la rotatioa. I>a taillé m e®t tarée Ikuaft®, 1îô.aa®iRîp pi»« #1« ©eli® K8B1 !» te® à @hilm iallo^rmlnott* ta rd- un® .grœd® tpantitl d*ard®â®e
  • toute la haut««* da mar* Boas avons obtenu la stratigraphie a o v a n t e 1 - â» y M n e e d,
  • «®»® noir© de % 2 5 «s avec m a r e a s : testons« Gels perraet d© retracer u n e partie 4e l'histoire 4» cette nette « la presi&re oocu^ation est caractérisé© par u n s©l d» torre battue, dent l a « M # s e e est ©ouvert© de grandes .«laqua» d'argile n w g i © par l e fea» Cette ooueh
  • © a restitué de» f s m m & u l e i» deuar. ©êrasaifpee différent©a » la première est une eéraíiiqpe de osaisur faune» reeouvert© d® B«âareux ffragaoate de mica, très fitofllle à l'était buoid© et «pi, u n e fois sèeh© présente u n tou©bar ©apaise et a© laisse « y e r à l ' e n t e * tasx f
  • o s e s f@n û m m % < û m ont été notête t une gnlettitse à pared» tesases et à rebord versé w r s l*@ri«iriear, une »«asait© e n parias vertioales élevees et su rebrod éffAenftst rabattu* Cette poterie m m m t dite ©feieiti
  • * Aucune trae©' de oouvertur® n*e pu être trouvée 1 cependant qu«&- ques oleas de fer représentait peut-être le iode de ft^ttfl» d'un© toiture v i t a l e sur une ©happent© de M e « â partir d'une msftnàm # © < p e » indatabl©, e«s eonstruetions ont été rasées, la surface aplani© et
  • l'on a construit la vévitafel© nette m terse» aire© p a s é e t e protégeant u n édifice de M e couvert d'ardoises» La poterie à vernâs vert £© èadt pas itre «intérieur© m XII® olàele. Cette dáfiO! ¡vert® «®t à rapprocher dee fouille® faite® par I® Cdt Martin es 18¡?5 m
RAP00702.pdf (PLOUHINEC (29). Kersandy. rapport de fouille programmée)
  • » risfoes «n tllex tail-» l i s , do toutes é.>>qaaa» Le «erdon do galets contenant des rognons 4e silex fcnmiiaaalt le aatJrlcl lêmmait® te tumultis de Ferae 4 ces " t a i l l e r i e s " ta "bordure do e8ta» intrigua de tout tensps» ta légende rapporte fa* i l fut érigé >a* m soigne
  • «* du temps paoeé qui avait demandé à ses paysans d'apporto* dos eharretôes de terre our conatruire la butte, Ainsi i l pouvait » itt haut é$ oo tertre, embrasser du regard le totalité do ssa domai«» ne» A plusieurs * aeri s os, quelques sondages superficiels €-gratig»$reat la
  • butto« 'aio ©•est surtout pots* des raioojts agricoles quo lo aosìuaent fut ceeacé* S'une ;>art i l était gênant aour la mise on oui ture et sea ,w.>s-ilt a i res successif© rooédérort â des arasements partiels« D'autre ,.art c'était un® Bouree do matériel da bonne qualité ">our
  • ?fI6 iohel, étudiant ( f o n i l i ® , çêd®l®«?ia) Rennes '•'r, 1,1 "»WVQnt «orres-noadait servie® dos f o u i l l e s ( f o u i l l e « coupes) r , v m m m frêàërio» ¿Studiasi ( f o u i l l e , jòaUzvmpkié) s»arto r* riA®S1Mf todré, :s®rviee des f o u i l l e » ( t o p o g r
  • ®» Itfi «Clfitf • et fAMCtëï A* affeotaaiont, aur o® o t a t i e r , loua? d«03tiétfs« anale de stagiaire du servie® dee f o u i l l e s * mAv» !»* organisât ion du chantier fut faoilitéo par los municipalités do leuhinoo ot • losevet* Un logoacmt du soir fat assuré â l'ancienne
  • éoolo do losovet» La. repas du raidi fut pris cous tente» mr le ohantier* ÏM® partie des rs-ios du soir ut litre rine au restaurant do lor.evot* Le ferraîor-ox-jle i tant ot soi f i l s collaborèrent aux travaux bénévolement» aotlœr.ou-t . our l'établissement d'un© clôture
  • tanna poraaitd "(¡sema tuaiX'airoa na&mst) -s^aaaoa do sw8tesi®at|i a*» gilsas: m * la aurfaee dea agrlgata et ta-sissaat i«s pow» (a«^ito da aéo— fonaatie») %ts«ìqaes raoiaaa £i»aat ta?aasiiìaa aett» et eaduìéa» «yri.•m» m«* I l sai è noto* qua tei© la partie orientale de la
  • 1974, l'aiaoro® d%ss# M U «atomi® d'uà oairr» (ohoto «a 4)* l e •• e r u t t a i t la - ^ i ^ a s s i f d'un oaísm «teatral { ¡feote aft 8} riipiiè*®«» m®
  • dalle êlji bridée à l*ori^ gine. le aérait un exemple de réutilisation do figuration néolithique pour m caveau d» 1**$» te ^»na*« b) le,„o^ve>m ^ s p j ^ g g 4, »hotoa 14 «t 15)« :!»est an gratd c o f f r e îégalithiqae orienté ssœaiMewaat aat-Oaaat (figura ¡5), ttauAlions . la
  • on ©orettoil on 1aaiat dont les llénente «»aient été dêrangêo . ar los soimett» fouin^oœre ot qui parfoi»* aveioRt tdkm ovmœâ des galerietî & i H a t é r i e w dm "bois (photos a ô 14 st 15) • o) apo ¿a PopM» t n towtoe a étâ ouverts sa soulovant, as. oric, m s moitié 4© l a dallo do
  • >sut l'Ust-quer on dotali ioi. ;igaaìoao toutofoia» Ha® teli© pointo do fi ¿olio & ailorotvs ©t pédtwoul© altéréa do cor ilo le tombe» en ooe;.agaio de déhris très storio Sto >arìifotsi#* itene la -asce don terrea, las lolats et di- •»ISS«» ohets de s i l e x seat abondants* 11
  • ® aUv -rend «a ,?aa l o i Äasa ce cortex;© Arac*» se M e i e « , Par ailleurs on a r e c u e i l l i quelques galota éclatée, l i s s o - t » , peu»» catear® eu f r a n c a t a do >©u2©f outillage f r o s t e , habituel dea f*eae dea tana»» lus. Snfia an e t i t frugmoit#d' ameau
  • * ( W 4 ) » î%oto â - w trou n le la oaapti» Horá* laisoant v o i r 1974» ï*mmssw âo l a dalle et l e oaira centrai» « fü üvjs »s mmmw noiru o Finistère Photo $ ** turaulus an oouro do i • sp; fouille* i Astea do aol. sons lo v i a « » 'hâaemhxû géologique ou
  • « firmtB m mm'mm U M H B t » Finiatòr© %et© 12 - fit© do ta •déos«*"» La « t i © fiord «at intaota, résalièvomat t a i l l é « » ta parti« 3ad (â crmoà© sur la photo) «et tePiaêe» Le graaita ©a débite éroeioa «sivoat tes - M s e w naturelles* TO mm m rnium »umv: •hoto 1.3
  • vieuat sol en place (ancien sol brun acide) 10: roche-mère en place, granite superficiellement altéré PL0UHT7EC• 29 3. Tumulus do Kersandy - 1975 Figure n s 4 - lan du cairn central. Au Nords zone .perturbée due à l'essai de pénétration dans la tombe par les "clandestins". Le
  • NordEst, un muret de 80 cm. do haut. V". Ourìif o «8» « • S? ti E Äg «© O tri O Cî m*v «o o S S Ö «W «8 ti © -H «6 i ••f u Î(B s r4 Ck fi fe R M O Sí © u s3 • « ri C* 0 •a * • 49 m © • fi s» •P t: 4»3 «0 © p 4® ta s* 4» ß e ST e> « 4» $ 4» ta © *3 s s • 4' c tí! © e
  • Jacques BRIARD RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DU TUMULUS DE KERSANDY A PLOUHIHEC, FINISTERE Août-s ept emhr e 1975 autorisation n° 0718 Equipe de Recherche n° 27 du C.N .R.S. Laboratoire d'Anthropologie B.P. A 25 35031 RENNES POUXttES SU TO 0103 m mimtim
  • A ?tOOHXlBQf (Finistère) ï) aiwmoa« Mpa*4«ia«atf Finistère îlud C omamnei PtOOKXîlBC ? « n m U * « An Dafumel 3utte) » a 4 1279 et 12$o# aeotioa D ro •>riétaire-ex?loitFw.t ft Serwwiâff FL0ÎIHX1TSC. te twnulu» s© trouve
  • à 300 m« ait lord du villa/*» de K@raa,i.4y (autre** fois appelé Keraaudy), à 4 kra» environ sa "ud-Sst du bourg de Plouhiaee et à 3 km* à vol d'oiseau do la «3 te ( l a i t dHudiewie)» I l 30 trouve mt une faible pente» â ua© soixaataine de mètres au-dessus de la raer* il
  • remblayer les mnm ouliivôoa ou la terre arable manquait et â .»laaiaure reprises, des Honorants" do terre feront faits à Eeroandy, C'est aurttiit• .-ooa dix dernières année» que la situation espira« ta dostruotien partielle éeo talus ;our agrandir las parcelles favorisait déjà une mmmê
RAP00029.pdf (SAINT-ADRIEN (22). brun-bras. rapport de fp 1)
  • amenant ooaroe toujours us arasement processifs et insidieux des monuments en terre. Par suite des impératifs do «mitur% la campagne principale de fouille a eu lieu du 15 mars au 17 avril 1974. L'équipe de fouille permanente comprenait s telle B a w j M e A0RBSAH f étudiante en
  • Economiques * M» François LE PBQfQSï, Instituteur» Correspondant du Service des fouilles • M« Jean-Laurent M0NNIER f Attaché do Recherche au C.ïJ.R.S. 1 , Yvan QHSIS f Dessinateur au 0*1,t*S* Molle artiste PïiAIfS®| étudiante en Arts Plastiques Ont participé également au chantier, îf. et
  • a a p a ® âaaa la aaasf»atla» do la Imite» I ? «» IJGOII?FIAFG P , ,AFGI3^85 ,PB .M te taabe devait aa teiteté dans la parti® castrai© du t w a û n * * a a s » il «et da régla* Ê m m m m et sondages lo lang ê » tatua chevauchant le aa santföraiat aucuns asscrea de atifaeturea
  • descriptions, montrent la disposition intern© du cairn aussi bien quo son dévoloppoment extérieur» - La tombe avait été aménagée dan® le sous-sol â une profondeur d'un s sous le vieux sol, D*après 1»effondrement, la hauteur da caveau on bols était do l'ordre du mètre et le sommet du cairn
  • n v i r o n s u i v a n t le petit a m * 0» ratronv© les normes olassiques dos aairna ®»t©ur«at les t o m b e s , tavelles soient d'ailleurs à structures internes en bols o u ©s grosses dalles. - Sans la soustraction de e e ©airn o n retrouvait le rêeaploi ©iassiqu© d e » e u
  • r o e a t (P s u r l e p l a n n ® ô). » Wm traoes de ouir provenant du linceul étaient recueillies au milieu du bois, enchevêtrées dans les pierres effondrées, et le bols pourri» - Au •ord-Oueat do la tosbe une grande hache a rebords était déposée, isolée, f î - ^ Mi-Olî^MIT
  • carquois du guerrier inhumé« Une dos pointes présentait un peu do bois blanc sur le p é d o n c u l e contrai, peut Itre ultime vestige d'un empennage«, Les p o i n t e s d e f l è c h e s é t a i e n t p r o b a b l e m e n t d é p o s é e s «ïamMMfcéM m a i s , leur b o i s ayant p o
  • u r r i s u r m e couche d e b o i s pourrie eUo-wÔSNi, leur t r a c e n'était pas distincte de l'ensemble huraique décomposé«, 11 est certain que les deux pointes do flèches, recueillies au moment de la fouille, proviennent de cet ensemble» la première ointe d® flèche t r o u v
  • situé S 1 m de la paroi Est, j u t e après le icignard de bronse visible lors do la fouille (plan n« 6). - On troisième poignard en bronse» succédant au » o i m a r d décoré d'ox* était d é p o s é d a n s l e c e r c u e i l . 1 1 s ' é t a i t pm décoré, « Les vestiges d'au moins
  • multiples travaux d'analyses (S 14» botanique* et®»*«) viendront compléter heureusement notre connaissance dos premiers bronziers protohistoriques d*anvftp®• Sonnes® lo 10 décembre 1974 J* S8IA3SD kprnmos Awmnm m om>-im m ß*azoti m: m m m m m aovotm w wm%m PU löbaatlllaa mi m m m
  • *0389a«tt das aoupas raaatrs dos apporta de deas tjraasi Isa praaiers saut i > m m m à de;s aauehea au;;iarfiaialloa da vieaa aal, «vas pífala un mafitM$9mmî m m%ièm® ovgmîqit«** iw a&smâsp mtem riche* m ear'oaae et anote, coftpea^orJcat â des .rcl^T'-rnents de Hasaa lee^icue j M M î
  • »l«w iwaftmâ» $ f ¡mtr© i>acri9 les examaûa des «atipas aussi M a n que ces frasBidraa aaalyoes aoatreat aae .Homogénéité générale des apporta» 11 # * ' f É É été reaoaau Ü viens- sois latear* $di?Jjrts qui auraient aorrosfaaâit â des reprises et dos Ínter» » r U d a s de '..sr.st
  • • ¡e .v,'•.> ,,, X Jacques BRIARD RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DU TUMULUS DE BRUN BRAS A SAINT-ADRIEN COTES-DU-NORD m a r s - a v r i l 1 9 7 4 (n° 0 9 9 2 ) Jacques BRIARD RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DU TUMTJLUS DE BRUN BRAS A SAINT-ADRIEN COTES-BU
  • ?3ITUATI03. Le tumulus de Brun Bras à Saint—Adrien ne figurait sur aucun inventaire ancien. Il noua fut signalé» lors de la campagne de fouille de 1972 menée au tumulus do Scdnt-Jv.de on Bourhriac, communs limitrophe de Satnt-Adrion, par le Dr. LeLreton et M» J.-I» lorvan* Le tumulus de
  • Histoire do l'Art et Préhistoire 1« Jean-Roger BQfEHÏS, Ingénieur au C.lî.H.S, Jacques BRI M B , aitre de ftecherehe au C.N.R.S, Mme Michèle BtlAîîD 1» Patrick ï*Tï m m ® B $ étudiant en Ethnologie M , Jean-Tves HORVAI» étudiant en Géologie 1« '-Daniel ^OUfOB, étudiant on Sciences
  • ftme B08AËB, I» 80IIIEH» M* kp nàMSUWSm Les travaux ©n cours furent 1»occasion d'une visite des correspondants de la Circonscription des Antiquités Prohistoriques d© Bretagne. M« 0,-T, LSROUX, Directeur de la Circonscription suivit régulièrement 1*avancée dos travaux. Pour les
  • travaux de laboratoire, le dépouillement dos blocs prélevés dans la tombe, J. Briard les assura ? ?» Qnnëe, ceux do miss au net dos dessins ; J.-R. Bourhis les analysas de métaux f J.-L. or.nier les analyses sédimentologiques, I , Le Gotffio les analyses pédologiques * Pour le
  • traitement dos bois nous avons eu l'assistance do M , LoSo LangouSt, "aitro-Assistant de Physique, Doux axes de recherche ont déterminé la conduite do la fouille. fout d'abord l'analyse do la structure de la butte, principalement par la menée d'un© grande tranchée lord qui a permis do
  • pu être identifiés s 1 - l'humus récent, d*une épaisseur moyenne de 30 cra, Le -tunulus étant sous culture, cette couche était assez irréguliêre, saules quelques sônes plus huraifiées apparaissaient à 9 a et 11 m du centre, souvenir de trous ou d'arbres anciens, 2 - de 11 â 15 m
  • du centre se rencontrait une couche de limon colluvionné brun dû à 1*étalement dos terres du tumulus, A 15 m du centre cette cou- cha avait une épaisseur de 1 m . Elle recouvrait,à cet endroit, un vieux sol avec traces de colluvionnament blanchâtres, aies â des coulées de boues
RAP02469.pdf (PLUSSULIEN (22). atelier d'extraction et de taille des haches polies en dolérite du type a à Plussulien. rapport de fouille programmée)
  • ® 1 000 P du Conseil, Général des Côtes-du-Rord. V C œ œ en 1969, nous avéras pu u t i l i s e r l a s locaux de l ' é o o l e publique do Plussulioa, f o r t aimablement ndo à mtxxi disposition par I®. Jaglitt, » a i r e , e t Jêgo 9 Directeur» ¡ w l'hébensaoeirt û& l'équipe és
  • f o u i l l e f c e l l e - c i a compris? fi. C.-T. 1® M M , Assistant dos Antiquités, directeur du cîaautier, II* ï , JECBRF, iWpnt fectsiique de® Antiquités, H, F» ÏM FR0TO3T, I n s t i t u t e u r , Correspondant du Directeur des â a t i q u i t é e , I . M. LS GŒF1C
  • de CORK (Irlande) qui nous a honoré do aa v i s i t e e t noua a f a i t p r o f i t e r de son expérience des aitoa comparables des l i a s Britanniques., tandis qua H. iïict voulait biœ. tenter une s é r i e de mstsiros prospection électrique* SBOssessoir bp: chantier La f e u
  • . &B»...m En pied, de f a l a i s e * au SE de l'affleurement» e l l e a v a i t révélé m « aeeaa»l a t i o n complexe e t s t r a t i f i é e dos déchets de t a i l l e » eimoyant une vérita~ Me c a r r i è r e . Les datations radiocarbone avaient donné un© série, de r é s u l t
  • a^leuremant a©c«3âlre avait r o teau l a m u m dos d é b e t s de t a l l i ® , foacaant uns s o r t e de reniât* I l a s e r a i s de â&mmr un "vieux sol» de t a i l l e é t a b l i un peu à l ' é c a r t des zones d ' e x t r a c t i o n p u r e m e n t d i t e s . RESULTATS I l s
  • é e e t a© oovraspondait qu'à une a c t i v i t é relativement modeste. De aôae, l'aocumulation dos decheto r e s t a i t f a i b l e e t limitée aux oraux de rocher, entre l e s pointemonts u t i l i s é corne «©»lûmes». A l ' e x t r é m i t é Ouest de l a f o u i l l e , l
  • , qui p a r a i s s a i t v i r t u e l au départ» correspoaiait en f a i t à un vieux sol sur lequel nous avons mis m évidence une s é r i e do s t r u c t u r e s particulièrement intéréssantesî trainoes de bros blocs j o i n t i f s séparant des surfaces à p e t i t s é c l a t s
  • en r e l a t i v e abondance sur l e s h a b i t a t s de l a .région voisine do St-îiioolas-du-Péleia, paa^I. F. Lo Provost. De l a poterie f r u s t e , mais dont l a forme n ' e s t pas reconstituable a également été trouvée dans l e s niveaux supérieurs de l a zone 01 Klf, a i
  • n s i que quelques é c l a t s médiocres do s i l e x . Une p e t i t e lame de s i l e x blond provient du sosmet du remplissage d© l ' a » f r a c t u o s i t é rocheuse où sont calés l e s deux b l o c s - é t a b l i s associés au sol 4, dans l a zone H1 SW» ce qui ouvre des
  • premiers a t e l i e r s ont M constituer une véritobl.- « t ê t e de pont* i n d u s t r i e l l e dans «no région absolument dépourvue do c i t e s anciens par a i l l e u r s (.las voisins l e s plue proches devaient ê t r e l e s habitants d© la région camacéenne, reliés par les
  • o r t l ' a n dernier que l ' e x p l o i t a t i o n au feu représentait une phase ralativœô&t smimxm» - La poursuite de l a f o u i l l e en pied de f a l a i s e avec agrandissement des zones do f o u i l l t s » à l a f o i s pour étudier dans de bonnes coalitions le® a t
  • l o u r © » « ! ©t - l a f o u i l l e d'un s i t e d ' h a b i t a t repéré à moins de 2 te do l ' a f f l e w e s m t . Sur ce tanin» us ©sssl do ^ s p e o t l c m p t r r é s i s t i v i t l électrique du sol, t e n t é par M. P.-R. aiot, est resté n é g a t i f , peut-être
  • si-hauteur et l e Sol 2 , au-dessus des couches en place. La basa de l a e e c t i t i o n correspond au Sol 4» Vue générale de l a zone en f i n do f o u i l l e . PHJSSBLIEÎÏ •teliern de Sélédin, Zone ÏB S Section Sud montrant l ' a c c u mulation des é c l a t s contre tin
  • CrT. Akte* LE ßOOX d'&fcuctuni etoL Ule. de. JxuMcJaoM- / Xt g « - n ^ „ P RAPPORT s® i/. mous m SCIE®IHQ0E asfmebs x>» ctia.ctioh ET US miLIS DE 1A « DOLERITE W ïïffi à » .RMIOf US SEBSEtf, î§f HÎ13SD13SIÎ ( Oaspgae 00 1970 ) La campagne de fouilles, objet du
  • , Etudiant, Correspondant du Directeur des Antiquités, m * J . PACER, Steglai*© de {techenfte au 1 . R.BERTRAiT), Chirurgten-Deiitigte, » r t e de l a Soc. Lorientais® d'ârchëe l é s-, OCSKE, I n s t i t u t e u r , » f i l e s C. LE BARS, F* PELLETIER, A. POSTEL, B. SHEE et D. OTMÎ
  • , étudiante MM. J . BELLOIR, P. HâRDY, J . P5UZIAT e t X. PtROI, étudiants. S» outre, ont f a i t de plus ou iusiss b r e f s K. M . sur l e k a n t i e n GIQT, Directeur des Antiquité«! Préhistoriques de Bretagne e t M. l e Professeur 0» KELLY, Professeur d'Archéologie à l'Université
  • i l l e i©vmt ê t r e e m t i s u é « « 197?, nous nous mmrnB c o n t œ t ê s de ccs&ier .les tranchées avec des broifâtaiMes e t à I«® signaler h l ' a i d e de pancartes, comme l'an passé. L'expérience nous a montré que cette mesure suffisait à la sécurit é de© ctosseuss et
  • «dt>4fQr&, à S u i s « , lorsque son étude sera terminée. Mtsoms DË WiïtîSM Qamœ l ' a n ùmàa», mm avons procédé par d é c a p a s progressifs avec, dégjagefiimt des horiacos repérés sur tlss surfaces l e s plus garnies possibles, a f i n de pouvoir m f a i r e isae idée de l
  • *OT|pniaatiç» âe l'espace aux différent® atades à ne r e c u e i l l i r que l e s pièces ^figurées** &î 2m é c l a t s présentant un i n t é r ê t part i c u l i e r » ce que nous avons cs^pensé par de® r é c o l t e s i a t é g œ l e s , par tamisage, d'échantillons limités des
RAP01172.pdf (SAINT-MALO (35). chantier de fouille de la cité d'Alet, rapport de fouille programmée)
  • DOS Antoine
  • do la Cité d'ALBÎ 0»C!»OOI>W M « « » 0 0 I y H.Siff > V M'?;- • ^ -.'4 y'V V travaux '' T-. l Rapport pour X*année 1966 Si le ehantier ne s*«si pas,cette année,agrandi en longueur il l'a été en largeur et on profondeur car, à un endroit«noue avons creusé Jusqu'à XaâO et
  • trouvé le rocher. Ces'nous ont permis de tirer dos enseignements plus complets et d'accumuler dos découvertes de toutes sortes. Les monnaie o ont encore été nombreuse s ; e 1 le s sont de la époque que l e s précédentes(ille et IVe s i è c l e s ) , à ce p r o p o s , e n o c t o b r
  • s par des coups de p o i n ç o n . (ifcoto ¿y ¿'uiles s Fragments de tégulae on assez grande quantité; quelques unes ont la marque de terôles concentriques mais sans inscription et, quelques fois,une empreinte de patte d'animal. Imbricee : JPeux sont à proximité dos rainures du
  • que ces objets proviennent d'un basrelief. OBMBÏS 08BB81.S - M W L Fragment de peigne en bois - Fibule en forme d'Oméga,avec pampille, diamètre : 0 m620,bronze étamé - Une autre fibule en forme d'épingle, repli à un® extrémité,dessin au dos, longî 0 m 045, brona© - Petit ûé à
  • de r o n g e u r s , e t c . . . peu d ' o s s e m e n t s o n t dos t r a c e s de f e u , b i e n que nous ayons teouvé beaucoup de charbon de b o i s l e s accompagnant . Tous c e s o s s e m e n t s s e r o n t à i d e n t i f i e r , m a i s J u s q u ' à p r é s e n t , i l
  • : i » ; p . D i o c u m A s u s . auc . Reversï GK1JI0. POPUî J.ROMAîlI. î:;.® Avers ; DÏVO.COîiSTABTIO.HO. R e v e r s : MEWOKIA.milX, 3®Avere : URB8.;
  • i v e m e n t l e g r o s mur qui penche t o u j o u r s dangereusement. A S a i n t - S e r v a n s/Mer l e 29 novembre 1966 Le D i r e c t e u r du Chantier Antoine DOS f f \ ALET _ A U F_T n -i jZj" - y> 2 _ p 5 1 \ _ IJILΫ U e T ip I a n Mr -i - "D 5 ÏÏJ 3) S
  • a t i f i c a t i o n s diverses Correspondance , P r é p a r a t i o n exposition 1967 Total..1000 f r s Total loSo"! â S a i n t - O e r v a n s/Mer l e 29 novembre 1966 Le D i r e c t e u r du C h a n t i e r ' Ministère ! . _ -^¿fC Antoine DOS M V I L L E DE S A I N
  • >D< * 0 e» % FF \ • V à •v.-Y\ yyo R\ SC / 7 N ; s Ñ 'V r : \tI 3 S G*!? -C 1 E U R O J FOLIO \ 1 F -T Í7 H RI R \ i\ 1 c\ o \rV (\I f TT ( ! I VilaJ. de SàSJIY*BXilVAff ^ H s r ; r numnnmu — . C h a n t i e r de Fouilles rehéologiques
  • e dernier*je tae suis rendu au Cabinet des médailles où 4*ai pu m$entret e n i r ave© la personne chargée d ' i d e n t i f i e r l e s p i è c e s que nous y a v i o n s envoyées en f é v r i e r . J ' a i é t é f o r t i n t é r e s s é d'apprendre qu'une p a r t i e de ces
  • Jusqu'au roeber,des ossements de -petite faune. Viennent ensuite deux foyers : F 6 et F ? ( lan M I et D £). Le foyer F 6 a 0 m 60 de diamètre et est bordé de tuiles à rebords(en partie), rebords d e s s o u s . Le foyer F 7 e s t beaucoup p l u s petit en ce qui concerne l'orifice,mais
  • 1). Dans les parois j» 2 et i» 3 tlan M l,nous avons découvert des scories et des petites masses «le terre ocreuse brune,se réduisant m poudre très facilement'* Dans «es mêmes endroits, quanti té de ©©quilles d'huitres et de berai©les à environ 0 a 60 du fond, â 0 s 35
  • M Q Bmiwm nmm : Quelques fragments gravés surtout au poinçon .IKDtfôTfllfr Pierres, i Belate lamellaires et fragments polis G a l e t s : Formes d i v e r s e s p a r a i s s a n t o b t e n u e s par f r o t t e m e n t . Un galet 'présente de nombreux t r o u s «orne f a i t
  • rooher(Plon H $« ifcotos I® 7 e t i E J. â remarquer que «os tuiles demi-cylindriques sont eg 1 bien grandes quantités que les tuiles à rebords. ,Verre : Fragments nombreux do verre coloré es jaune,en bleu très clair; quelques uns ont des godrons et des bords roulés . nous pensons
  • Jouer,en bois - Osselets,dont un a subi le feu. » . . / . . « 3 mois Grande gagne : Ossements en t r è s grande quanti t é ; c h e v a u x , b o v i d é s , o e r v i dés fragments de mâchoires i n f é r i e u r e s ; v e r t è b r e s , . d e n t s ; m o l a i r e s , i n c i s
  • i v e s . C o m e s ; d é f e n s e s de s a n g l i e r s , e t c . . . (Photo H® { 3 ) P e t i t e Faune : P e t i t s o s de c o t e s , o m o p l a t e s , f r a g m e n t s de c r â n e s , p a t t e s , probablement de g a l l i n a c é s ; Mâchoires s u p é r i e u r e s
  • n ' a p p a r a î t .pas d ' o s s e m e n t s humains. Faune marine : Bui très.. Be m i d e s Î Très nombreuses c o q u i l l e s mélangées a v e c l e s ossements s u r t o u t dans l a paroi Nord-Ouest(Plan H I . J) 3) (Photo H° * ) . e k 4 l t MRaS^ATiqtEE AHTI(yPB
  • ; : monnaies nombreux spécimens non encore i d e n t i f i é s . Ces p i è c e s ont é t é t r o u v é e s un peu partout,notamment aux abords immédiats d e s f o y e r s . Leurs d i a m è t r e s v a r i e n t e n t r e 0 m Oï 8 e t 0 m 0 0 6 , V o i c i p r i s au h a s a r d î iaAvers
  • é s i g n é s dans ce r a p p o r t , e n part i c u l i e r l e s p o t e r i e s , o n t pour données c o m p a r a t i v e s , l e s c o l l e c t i o n s des Musées de : Monaco ( A n t h r o p o l o g i e - P r é h i s t o r i q u e ) ; M i c e - C i m i e z j V i l l a d e s
  • Arènes) ; A n t i q u i t é s N a t i o n a l e s ( S a i n t - G e r m a i n en L a y e ) . I l e s t é v i d e n t que t o u t e s c e s t r o u v a i l l e s o n t é t é a p p o r t é e s à c e t e n d r o i t pour des c a u s e s n é c e s s i t a n t l a manutention de grandes
RAP01171.pdf (SAINT-MALO (35). la cité d'Alet à Saint-Servan-sur-Mer, rapport de fouille programmée)
  • DOS Antoine
  • eiAHfll® DE FOUILLES ASGHEOLÛGI$!ES ' DE LA CITE D'ALET â SAIHT-SEHVAN S/MER RAPPORT POUR 1'ANNEE 1967 ooooooooooooo© â la f i a â© l a e&spaga© de f o u i l l e s do 1966»»ouïs avions atteint 1® rocher soit à l a profondeur de 1 s 30 environ .J'avai^j^karquer, dans l e
  • cervidés et une rondelle m bois de cerf,pcrcée d'un trou et qui constitue sans aucun doute un talisman gallo-romainî deux pointes de flèches en fer,d'une longueur de 0 s 10 et,un peu partout,de nombreux tessons do poteries a qui neme «ai perrnle de- fair© des reaoaetitutloiia aproe
  • A Saint»S®rvan s/mer l e 10 Décembre 196? 1© Directeur du Chantier Antoine DOS CHAKTILR TB FOUILLES D*âLEf TABLi. DE.', PHOTOGRAPHIES ABÎÎEE^ 1967 IIXIIIIIIII PLANCHE F I I » Mai-Juint Aspect de stratification d© la coupe D3 du plan a » * w i'îêae aspect avec»au pied»uae
  • 075 ! haut. 0 a 096 t Gobelet pâte rouge elair»vernis rouge brillant,desslnfbandes alternées brillantes et mates tâiaouQ a 070 j haut«0 a 103 PLANCHE K° 3 13 - s Tesson de poterie do Lesoux,pS.te rouge sombre : larg. 0 a 031 ; long. 0 a 10 14 « Août ï Bloc d'architecture(pierre
  • rapport, que ce rocher é t a i t à étudier soigneusement à cause de sa surfaire bien dressée. Le mot d'ordre do cette année fut donc do l ' a t t e i n d r e partout au fur et à mesure de l'avance des travaux*Bien «que® en à pris cor »ou© allions f a i r e de© découvertes
  • bois(déjà citée en 1966) de 0 m 07 d'êpaisseurCphoto N* 2) nous nous aperçûmes que l e rocher s'enfonçait.Avançant toujours de ce côté»après dégagement d'une nasse de terre de 1 m 50 do haut sur 2 »fie large apparut une cavité de 0 m 95 de eftê(F£$ 3 et k)«Elle était remplie
  • de'débris de tégul&es ou f i g u r a i t également un grand morceau de sehieteCâ droite de la photo 3)*Au fond de cette cavité d'environ Ô a 30 de pro/fondeur,on trouva une quinzaine de monnaies des mêmes époques et de même nature que l e s précédentes,nais en accès mauvais état«Il va
  • s'en dire que dtms toute la terre enlevée l a récolte habituelle d'osse mente,tuiltOfcoquillagesffut fructueuse»Do très grands débris de Ghafcbon de bois, des masses plus ispoirtaiites de terre ©creuse furent trouvés et »pour ces dernière© jusqu'au moment de la deuxième découverte
  • * G© fut l e 11 Août qu'ell8 u îieu„r 1© 30 de la cavitéCou bassin)dans la paroi D 3»fut mis au jour un bloc d'architecture»en pierre blanche,mouluré,encastré dans l e rocher t a i l l é pour l e recevoir.La fosse s© prolonge du côté* du Kord-Est sur une longeur égale à celle du
  • bloc comme pour en mettre un second» Le blo© lui-sêae.»Bur le côté droit «a été taillé sur place car nous avons trouvé les taille© dans la fosseCPhotos 1% et 15). Du côté D 2 l e rocher remonte en pente douce mais reste t a i l l é et est coupé de deux rigoler;. _ue s i g n i f i e
  • p 3 , w w le et mesure «urrtro» deux jAtsw* 50 de larga, Satoas«aat 4 peu pié» I I s |l de jírafoadottr» ¿a tefaiaerai óe rapport par l«évaeattaa de aotra expooition afi» étóolagiqu© á la f©ur Solidor^Elle fut ggám a l*aaabillt¿ de l^Ji^Mtelvatta di» timrnoata ífietariques qttl
  • . »©ue prtta deux «alie® de la fotir paniaat la piriod© d«étéf LHuauguratisa eut l£@u le 19 JUillat «a présase© cíe límsí&m le Sou&»Pi#f®% de BftiaMHfc» | da M M t a E r s i j e i a t raprSaaataat tfiMaSatur 1« Malre de Saiat-Servan | 4© üoasioar HBEf,vice-Présideat du Conseil Géaóral
  • Préeideat do la Sociótá d*Jitstoire et d«A*cfaúoloeie Mttti de Saiat»Mal© de l'arrondicse- de atrtMPiKM» pereotiaalitéa civiles at ailitaires# esmprettait sise vitrina® d«©%|ete et documente #1 bíx gmmúú pmmmm. de jAptagNpteUs aoatraat la. m m k a du tfcaatl«* depuis 1f#%, A Saiat
  • ^Sertsa s/m#r M 10 M®m%m. t f # le Bireeteur du Chaattar A&taiaa m s C M Ï I E R DE FOUILLEi; ARCHEOLOGIE DE LA CITE D»ALET A SAIÎIT-SEHVAS S/MER OO0OC«OO0O«O0OOOO J u s t i f i c a t i o n de l ' e m p l o i de l a subvention accordée par l e Ministère de© AFFAIRES Ct&fBRELLËS
  • pour l'année 1967 RECETTES DEPENSES M»..arcel HERTU,serrurier Saint-fiervan Fourniture et façon 32 poteleto à images d© c l ô t u r e * * • * * * * * * * « * « » » • • • * 2 Q 2 f r s 25 1000 f r s Fourniture k piêtesents Métalliques démontables à usage de vitrines d*exposition
  • .».»»352 frs 00 Fourniture 2 piètements métallique® à élément® tix»& pour l e môme u © a g e * t t # # , . * » , » * * . « , » . » » l Ô O f r e 00 MIROITERIES del» 0UEST(St î îialo) Fourniture 6 v e r r e s ( v e r r e normal) pour v i t r i n e s d ' e x p o s i t i o n . « s
  • . * . « . * . » » 3 0 f r s 88 Studio DAVUJ (St«Serran) Tirages et développements pfcofcoe•....«91 f r s 00 33 agrandi ssenent c 18X2^ 1 cliché reproduction plan pour panneaux d * exposition ..131 f r s 00 f r a i e de bureatt»eorr©spoadaaee,#*#»»# 12fre 1000 f r s TOTAL 1 87 1Ô00 f r s 00
  • de verre et quelques objets usuels• s Expositions Vitrine contenant la poterie commune • 7 - Juillet Ï Vertèbre supposée d*aniaal marin i Larg*öa 20 - Saut, 0 a If* 8 • " s iltae objet,face arrière» 9 - * 10 • « II « " 12 » * 5 Tesson et fragment anse de grande poterie,pâte
  • rouge»dessins au doigt à la base du col. Cotes de ce tesson s Larg. 0 m 091 Haut.O m 15* Diamètre probable de la poterie ï 0 m 20 • Petit bol pâte rouge mat s diamètre,0 M 13 {Haut.sans la base» 0 a 0^3» i Gobelet pSte rouge clair,vernis rouge brillant zÊÈMmasMmxMiéigi diamètrei 0 m
  • «Sept.) 21 » Octobres Etat de 1*ensemble et de la coupe D 3 22 » w sAspect du chantier fin Octobre * Arrêt des travaux pour l'année 196 Le© réglettes posée® dans 1© champ font 0 m 50 et sont divisées en 3 centimètres» V' V Í L L E de S A I N T - S E R V A N Pa'He s/ MER du
RAP00022.pdf (PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). Piegu. rapport de sauvetage urgent)
  • Bouglé en contrebas de la rue de la Corniche. 3 —i— 239 238 240 mm 241 LES A M O R C E S NUMÉROTÉES SUR LES CÔTÉS D U C A D R E C O R R E S P O N D E N T A U Q U A D R I L L A G E K I L O M É T R I Q U E DE LA P R O J E C T I O N LAMBERT I Z O N E NORD isMir. io-uni xWwA
  • '-ló^f^ .. V M ' Ì P O ' W E DE P L É M u f «fG 111 ¡c
  • en particulier). Les racloirs sont de bonne facture, avec un indice moyen. Les outils à bords retouchés convergents sont assez nombreux, bien qu'il n'y ait pas de pointes moustériennes (il s'agit de racloirs déjetés et convergents). Les encoches, denticulés, couteaux à dos naturel
  • proprement dite a débuté le 9 juin ; elle s'est achevée le 30 septembre. Les conditions atmosphériques ont été dans l'ensemble favorables (guère plus de 12 jours pluvieux sur 78 jours de travail). 4 cm Figure 3 : Industrie de Piêgu (ramassages sur 1 ' e s t r a n ) 7 Une
  • sondage à la pelle mécanique afin d'atteindre les niveaux inférieurs avant la fin de la campagne 1987 et de vérifier la présence de la couche paléolithique dont la situation présumée (sondages de l'hiver dernier) se trouvait à 2 mètres sous le niveau du quai. 3 I u P h a s e II
  • : D é g a g e m e n t d e l ' é b o u l i s d e b l o c a i l l e supérieur à ossements jusqu'au niveau B Déblai s VD Figure 6 : QUAI CELESTIN SOUGLE JJ33* FOUILLE Phase DE III PIEGU - 1987 : Elargissement 1 1é bou 1 is inférieure! du sondage 'les d é p ô t s Cal
  • : vue frontale niveau rj^itoio'e» U, 1 h + + + ++ ++ + + + + + ++ f + + + + + +TiiW^vi ++ + + + •»• + + + + + + +» o NGF 2 ir 8 S e cteur 2 10 Figure 7b : Sondag e «a » é l a r g i : vues l a t é r a l e s NIVEAU QUAI CELESTIN BOUGLE REMBLAIS EBOULIS f.' » > « i
  • ++ ++ +++ + + + + + + + ++^- + ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ - ++ ++ +•!• ++ ++ ++ ++ ++++++ ++ r.M'-ÉEPOTS ' HOLOCENES S^CORDON FLANDRIEN + ++ + + + + +++ + + + -|l + + + + + + + + + + + + + -H 4+-+++++++++++ + ++ ++ ++ ++ ++ ++ -Î +++++++++++++ +++++++++++++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++ ++++++++++++++++++++++++++++I
  • essais de datation réalisés par S. Occhietti, par la méthode de la Racémisation des acides aminés. Les premiers résultats obtenus permettraient de donner à la plage (II), un âge nettement ancien : haut niveau océanique 7 ou plutôt 9 (Holsteinien ?). Des conclusions définitives sur
  • (A.) erinaceum (Lmk) . . . X X X Acanthocardia (R.) tuberculatum (L. ) . . . . X X X X X Cerastoderma edule (L. ) X X X Lutraria (L.) lutraria (L.) X X X Eastonia rugosa (Helb.) X Solen (S.) margina tus (Penn.) X Tellina (A.) crassa (Penn.) X Macoma (M. ) balthica (L. ) X X X Venus (V
  • ) - fragment de rognon de silex plus ou moins gélifracté (L = 43 ; 1 = 34 ; e = 15). Dans la partie Ouest du secteur A2 - petit éclat à talon cassé (L = 23 ; 1 = 21 ; e = 6). Idem, partie Ouest - éclat à talon punctiforme, rebroussé, dos cortical et retouches irrégulières sur le bord opposé
  • coupant, pouvant être des traces d'usage, encroûtements calcaires. Couteau à dos naturel (L = 42 ; 1 = 34 ; e = 11). Idem, partie Ouest du secteur A2 - éclat débordant (réavivage de nucleus ou gel). L = 53 ; 1 = 35 ; e = 11. idem partie Ouest du secteur A2 - fragment d'éclat (L = 16
  • ; 1 = 21 ; e = 4). Partie Est du secteur A2 - petit éclat à retouches irréguiières, cortical (L = 17 ; 1 = 21 ; e = 8) - demi petit galet de silex, émoussé (L = 37 ; I = 28 ; e = 14). Dans les graviers - éclat de taille (L = 13) - petit éclat à dos cortical et talon lisse (L = 22
  • (sorte de pointe pseudo-levallois), talon lisse, patiné, (L = 31 ; 1 = 31 ; e = 8) - petits débris (L = 13) - éclat cortical non patiné, enlèvements sur face plane (sorte de bec burinant) - éclat laminaire cassé, peu patiné, dos cortical (couteau à dos naturel), retouches irrégulières
  • (L = 41 ; 1 = 40 ; e = 24) - éclat à dos cortical et talon dièdre, peu patiné, retouches irrégulières sur bord coupant (bord droit), encroûtements calcaires, couteau à dos naturel (L = 72 ; 1 = 43 ; e = 15). Dans la coulée de blocailles. - fragment proximal d'éclat à dos cortical
  • (?). Dans la coulée de blocailles - éclat de taille (cortical), talon cassé (L = 12 ; 1 = 14 ; e = 3) - fragment d'éclat, non patiné ( L = 37 ; 1 = 29 ; e = 7). Dans la coulée de blocailles - fragment mésial d'un éclat à dos cortical, non patiné (L = 22 ; 1 = 25 ; e = 8). Partie Ouest du
  • secteur A3 - lame à talon lisse, non patinée, large encoche inverse à droite, retouches irrégulières sur bord gauche, partie distale cassée (L = 69 ; 1 = 38 ; e = 14). Dans les graviers - éclat à dos cortical (couteau à dos naturel), talon punctiforme, traces d'utilisation sur bord
  • coupant (bord droit), enlèvement direct abrupt prolongeant le dos cortical dans la partie distale (L = 65 ; 1 = 30 ; e = 9). - partie distale d'un éclat, peu patiné, encroûtements calcaires, retouches irrégulières sur bords latéraux, cassure en languette (L = 42 ; 1 = 42 ; e = 10
  • ). Dans la coulée de blocailles 32 - partie proximaie d'un éclat peu patiné, encroûtements calcaires, talon facetté anguleux, dos cortical (L = 57 ; 1 = 53 ; e = 11). Dans la coulée de blocailies - nucleus fragmenté (5 fragments + 1 petit débris) par gel ou concassage, peu patiné (L
  • = 34 ; 1 = 28 ; e = 24) - nucleus sur petit galet de silex, peu patiné (L = 32 ; 1 = 31 ; e = 19) - éclat allongé, extrémité distale cassée, cortex sur la moitié de la surface dorsale, talon lisse, retouches irrégulières sur bord latéral gauche, sorte de couteau à dos naturel (L
RAP00666.pdf (GUENGAT (29). Kervouster. rapport de fouille programmée)
  • i é l e Sud. A u - d e l à du r u i s s e a u du J u c h , de rares exceptions près, roche e s t v a r i a b l e , d'un quartzite mais t o u j o u r s par l a présence de g r a i n s de q u a r t z à , c a s sure ca- translu- - couteau à dos n a t u r e l - encochesj
  • ! - çarré_B2 racloir à retouche a b r u p t e . . 1 c o u t e a u x à dos a t y p i q u e s . . . . 2 encoche 1 éclats 28 éclats de t a i l l e débris 685 ;.. nucleus informes éclats 568 ) 8 22 éclats de t a i l l e débri s 3 3 ] 437 404 J nucleus informes percuteur
  • çarré_C3 - éclats 2 - éclats de t a i l l e 647 çarré_C4 - grattoir - burin atypique.... typique - couteau à dos naturel 1 (sur 1 (type 1 (sur éclat) sur - éclats de t a i 1 1 e . . . . - débris - nucleus 1 8 1 \ 671 490 i 2 informes 3) I n d u s t r i e
  • dos a m i n c i racloir à retouche alterne... couteau à dos n a t u r e l d e n t i cul és b i face nucleus informes nucleus d i s c o ï d e s nucleus pyrami dal nucleus 1 e v a l l o i s Nord de l a p a r c e l l e 48 éclat 1eval1oi s éclat levallois pointes atypique
  • biface... grattoirs grattoir convexe.. typiques atypique burin typique perçoirs atypiques couteau à dos n a t u r e l raclette éclats tronqués encoches denticulés pointe de Tayac atypique,.... bi f a c e s nucleus informes..... n u c l e u s discoTdes - nucleus
  • u e 1 ( t y p e Châtel p e r r o n ) - couteaux à dos a t y p i q u e s 2 - c o u t e a u x à dos n a t u r e l 7 - raclette 1 - éclats 5 tronqués - tranchet 1 - encoches 50 - denticulés 20 - bec b u r i n a n t a l t e r n e 1 - pointes de Tayac 2
  • tronquée 1 - p o i n t e à dos c o u r b e , a z i 1 ien VIII ; i iî'is-l >V':j| ij type .'f.'ilp 2 'ï'ïlM - CONCLUSIONS Contraints, nouveaux c a r r é s pouvoir à cause des c u l t u r e s , de f o u i l l e , installer d'entreprendre d'ouvrir cette nous avons eu
  • d u s t r i e destination, bifaces très est exercée sur s o n t sur é c l a t s e t souvent proches ment e t sans doute a u s s i par l e u r cloirs. s'est caractérisé teaux à dos, g é n é r a l e m e n t peu t y p i q u e s . t r o u v é s en p l a c e , de des d é b
  • J . L . M O N N I E R + + + + R A P P O R T SUR DU S C I E N T I F I Q U E LA G I S E M E N T F O U I L L E DE G U E NG AT K E R V O U S T E R ( 2 9 ) + + + + AOUT - S E P T E M B R E 1 9 7 5 rôr DJrecîïon de la Circonscription îles Antiquités PréliislGrips de
  • BRETAGNE I - ij. INTRODUCTION 1) S i t u a t i o n du gisement Le s i t e (rappel) de K e r v o u s t e r (ou K e r n o u s t e r ) se t r o u v e auprès du m o u l i n du même nom e t de l a ferme de K e r v o u s t e r Izella, sur commune de Guengat, à e n v i r o n 4
  • km au Nord-Ouest du bourg Le gisement s ' é t e n d sur 4 h e c t a r e s dans l e s p a r c e l l e s la (fig. 47 e t 1 48, s e c t i o n ZA du c a d a s t r e , occupant un v e r s a n t en pente douce, au confluent nitique de deux r u i s s e a u x (granité 2 , 3, 4
  • ) . Le s o u s - s o l Aucune f o u i l l e n'avait .i § I été e f f e c t u é e a u p a r a v a n t , connu depuis l a f i n carrés f u t e n t r e p r i s e . sait du s i è c l e Nous n ' a v i o n s à cet e n d r o i t . pas v i n g t La t e r r e centimètres Au
  • -dessous l ' i n d u s t r i e était gra- de l a campagne 1974 ; elle alors labourée contenait a p p a r u t en p l a c e . un l i m o n f r i a b l e , brun-jaune, b i e n que dernier. septembre 1974, une e x c a v a t i o n d ' u n e s u p e r f i c i e tigraphie est à
  • deux m i c a s ) . 2) Rappel des r é s u l t a t s l e gisement f u t (fig. En a o û t - de h u i t mètres aucune idée de l a (couche stra- 1) ne dépas- beaucoup d'éclats. La couche 2a (15 cm) avec des é c l a t s ; la couche 2b (10 cm) é t a i t à peine p l u s a r
  • g i l e u s e e t compacte, r i c h e i n d u s t r i e . Plus bas, l e s couches 3a à 3 f , s a b l o - a r g i 1 e u s e s , en se présentaient ni- comme une a l t e r n a n c e veaux s t é r i l e s . deur, é t a i t L'origine Sur t o u t La couche 4 , a t t e i n t e
  • un sable f l u v i a t i l e loessique le p r o f i l , l'industrie tils retouchés recueillis recueillie ; il était l a couche 2b, un n i v e a u j a l o n n é e t des t r a î n é e s c o n t e n a n t encore de acheuléenne, des d i f f é r e n c e s cendreuses f u t
  • profon- l'industrie. comme p r o b a b l e . ïi semblait appartenir à sans q u ' i l est vrai très e t de vers deux mètres de de l a couche 2 a p p a r a i s s a i t un M o u s t é r i e n de t r a d i t i o n de d i s t i n g u e r de n i v e a u x à é c l a t s soit
  • possible que l a q u a n t i t é insuffisante. d'où Vers l a base du par des gros n u c l e u s , une enclume remarqué. il La f o u i l l e n'avait pas dépassé l a couche 3a, sauf dans deux c a r r é s où un sondage a v a i t é t é e f f e c t u é j u s q u ' à de p r o f o n
  • d e u r . reboucher En f i n l'excavation de campagne, i l pour r e n d r e p l u s de 2 mètres a v a i t été i n d i s p e n s a b l e le t e r r a i n aux 3) Campagne 1975 - Mise en oeuvre de l a f o u i l l e - cultures. Participants Nous tenons à r e m e r c i e r
  • Madame L o u i s e DIVERRES, de l a p a r c e l l e 4 7 , qui nous a aimablement a u t o r i s é de propriétaire à poursuivre ces recherches, Monsieur Hervé DIVERRES, Monsieur G u i l l a u m e TYMEN q u i nous a donné t o u t e s facilités pour p r o s p e c t e r dans
RAP02470.pdf (PLUSSULIEN (22). atelier d'extraction et de taille des haches polies en dolérite du type a à Plussulien. rapport de fouille programmée)
  • pfc» la*«*«*» « 19& «t ffH» S W immmrn % la roche te m m dateli«© mm Pmtmmmrnà Ito da ^pe» A» pflf J* OopiS rt M U mot et q m ce pitBJ du tiare do teutea te© taob» patos #§ fireta^ test « étmà U m m m t ¿ftfttuaé dai» ¿»anta*» vè&cmfteagoiaeset «Sana le Sud et© la 1
  • @ coflàaite sar pàUMMtf ixmr l*eiisaitioi tìu saoiiJS« gaimmtK a» Bi-sum» as te a u « « 1971 La. foo&il® a été oontìbiit® plus ou r t ó a s ^,ìBMl'1istt6$iB©st dsuo t x o l s a o ^ s ^ ttmtte» « iswcp «ur l e p l m do a l t e t i a i s loop sbolx a étc dioté sa» ìm wé&Of» t a t
  • a dea wm®mt>®® mtétimm® « M i
  • $$$»f 0 geli® a pianato d» la ooupo do " p i a i do fals%is@w do la '¿aiTlèrc |®|jieipile ot te la »eoifdter à »
  • f f é r e n t e s ssones stmt traduit«» daas l a s i l l u s t r a t i o n s j o i n t e s , que nous nous oontonterone donc de cornenter brièveamt» 20® m SE - NI sw La decapado de HI SSf carré de 4 m do côté, a été conduit Diiaultanéaenfc star toata sa surface» aaisfea t m l
  • a a o i t l é 1 e t l a Moitié S. La p a r t i e If a été descendue Juaga »ai rocher tandis que l a parti® S a été arÊtée à l a surface fia Sol 4 qui f e n a a i t l e fond m carré m SM* Ba f i s de f o u i l l e , l a banquet t e gai avait été l a i s s é e do façon à dooasr xm
  • do & f o i m t i « iafêMewa®» paxuisaast traisi éù samaSé* i * a i ü m m * s a i s a s s i t l*ìnet»HatlQ(i éì äoH 4*(au te» t a l na®' daatl^oaga✠dMolata iisfoa»© e t vsxm ball© l i » doat ! *my?> '«tes « t z á s t ^ S eat asatetgáe m ¿jeattai*). Oa pent asse;? eussi l
  • a ' e í » ! » Sol avait a t t s í j a ' p v o f o n â t e t l a Sol 4 e t nmlt qui été casiblé® de dkStìiefce do teille ot de felaes Jeté® à sec» à tma iiéiiad® eiasoût tepossibte à ptiyhüiP sasA® de twta® fefÄ® s u s t i ö d i w » vom m ss » is s» - œ î® « m m ïm 'Mûimm m m m sm
  • ® l i « à la. ^rnUtm^A^ te- tifa:« s a i l a mxm S! Mt » W SE» 1 1 « © f f ® t clalroaoat f « é ÌM {tesassi e s t li* tiKiiattwasife te Sol 4 tì® n o t t e «e»»«» asirMiiWìl®* L» isiispMp te liei san© 31 i ® , autoua? do la imm, tmmadS jstea avaat» a éii g e l « ìm
  • © travasa«* la «orni« # t e l a t s s p i l à porto .§ colà a mmiwè
  • , 00»msgmà aui formations anté~ rtoures au Sol 4* a été décapée dams toute l a sons sw xm oiaqtiantei» do coati«*» tros ï olla s'est r é g l é e t r è s ocawara&Lo à ce qu'elle é t a i t m m SB, sisplsaont un pou plus pauvre groa blocs bruts. L'argile contenait encore de nombrases
  • plus inférieur de la série garait associé avec un vieux sol qui n ' a sas «mor® é t é dégagé» 5a 03 j u s t e en b i B i ® ; do l*affl®ir®.aoat m^ieus saooadai»©, l e itíea» page a als au jour, dans les niveaux supéri«r®, un poste do taille, ou de ratouaho e t de boœliaislago, g
  • n'y a plus ici do te«- ¿•extraction à propraasnfc parler (tout au plus ijualquea ealévesasnts gouteicc» la roche est d ' a i l l e m s aédioere, injectée do «parts)» ihr conta©, les dédhoto do taille rencontrés sorableat ancore cm placo, à la «Uflflrmoû do ©e qui avait été noté en
  • de groe élésento, et tout d'abord uno tedie, brisée au talon, abandonnée au stade du bouchardage f i n a l . Cette pièce, loague do 15 en environ, est la pmaièr® du genre découvert© sur le site j entière, e l l e devait dépasser 20 cm de long pour une large« de 6 m s
  • s t TW^niwwfá mi&afc ü é o h l a adse «a placo dea flgig vedólas» Oxí poufc SMPOtier qiíb l a s p ü o a s itootiedllájto ooio&fc aaaai í ^ t e t e s e t mms ggaaá i&fclrtt t$|»oIí^$is.fís3 »erar Ir- tsaij-sra/t. m i s ©*oot l a l o t earrxia g/í biea dos sáseQeBts Hr¡dllthi
  • &SHwmüñ f o r t pour tes p®wai©rs otado©, ou la taille so fait a gzzmin ©oup© ot 0»- se r ' v é l e a t l e e défeuts do l a pierrcs i il (któeat faible pour la retoushe, míik violeate et ;pi©0#s dó^i iplas fslMe ^»ore t>:mi? la sur de© ot pstfati^two^ §« n a l j ä s t U %timmm
  • ¿u*mm/h f » l a « s ä e pasti» i ü t de l a ftaeíbe Ü É l e tranc&svw yonr l e ç a A IA§ a r t j a a j » dewienÉ psti?» ijaa? d i « i ® a e s f e 1® p a û a s i n e « P'ûmmân t t i t t ä l t * ¿M&tatilt «Ittel. I«» ħP*# à*êêm» mat o e t t e itairMé fieadObs do lêatiÈtlS Cslà
  • © plus Oft iî sortante «li laoiiie importan coaas tsie cáaj»ié repris© locale ^toisjuo telles l e ..aL'.xc tes radie» Carbone obtsnuas Is, pmrfeir do l a cascabas ìS'/O et dc&sSéfi e& osasse» arfe q » .10 @oa» f i a ^ ^ t Iuü eeui«s obtenues (ïi î 971. Apri»» a ü ' £teœ Wütos
  • PLUSSULIEN mmm sur u m m iwms msM mmmmm m âmmm m u * HSS 9B s s m s e i>* i s m m o t i msmm »Mil du nm M a «, BUSSIEUl C Côtes - du - îtord ) Sf-T" ^jj^iM» $5"*" ^ f W Caapagno & 1971 la coapae?»
  • site a&xwwsrt m 1965 et gai a m 1966 et ìWf, fait 1« olajet 4® de« mag*®®* rnw mx iLfiféwite «apporta oaasennBt abacua de « e tMMBitt i « p e l a » s & m ì m é fu© la tat&éese » vasto tatti* aite« b i n m du HUbo» te séMdim» m mtàeim a texani ®mM§m salvi© par te fouill*s
RAP01069.pdf (PRIZIAC (56). Cosquéric. rapport de fouille préventive)
  • permettait quand môme des observations intéressantes. Le détail d^s ooupes relevées montre cette structure (fig. 3 et 4), ^a masse essentielle était formée d'un limon marmÉréen à lentilles plus jaunes. Au niveau lu vieux sol,des précipitations ferrugineuses et manganiques,sous forme do
  • + ',' + + + '.* + + + + + + + + + + -t.+ + + + -(.+ 4 0 ftv,, I, H- 4-4+ + 4 + 444-4-4-4-444+ 4 8 ?ig, 3 ** ?BI3ÏÀC, 55 - Cosquéric - Ooupo du tumulus, La position proba do la tomba est restituée, (l)t huanu» réc:ut j (2)g lison jaune | (3)t non grie Earmoréen j (4)1 arène granitiquo du aoupu'iOt 5 (3) s
  • granité (6)s remplissage moderne ? (?)« oouléo for rugi rieuse 5 (8JÎ traînées ma ganiques 5 (9)* pleines (vtet&gM dos parois de la tombe)» PRÏ3IAC» 5é. Cooquério - Section ie la tranchée montrant on détail le type de remplissage* (l)t limon marmoréen g^is avec lentilles plus
  • COSQUERIC A PRI2ÎAC, MORBIHAN, W SEPTEMBRE 1973 I • Circonstances do l/intorvoatloa« Bn août 1973 un court article dans uns chronique locale d'une des éditions régionales du journal Ouest-France (13-8-73) Signalait de façon fort suoolncte la découverte de ♦Viens morceaux de cuivre
  • longue» avait été transportée dans la cour do la ferme de Cosquêrio, avec quelques tombereaux de terre, pour agrémenter un jardinet» Ce fragment (fig, 2) mesurait 1,55 ni de long pour une largeur maximum de 1,10 m. Un deuxième élément de la dalle granitique gi3ait encore dans le fossé
  • près du turaulus * Il mesurait 1»10 m de long sur 1,25 ta do large, La reconstitution totale, malgré une perte centrale débitée en petits morceaux, laisse supposer une grande dalle de près de 3 m de long » plus large à une extrémité (1,30 m). Son épaisseur maximum était de 30 cm
  • Poullansur-ïîer, Finistère, qui ne recouvrait également qu'une petite fooae funéraire parée de quelques pierres. Il est diffiolle de préciser l'orientation do la tombe, mais d'après les renseignements elle pouvait Stre SW-ïfE, sinon branchement B-*T, Cette orientation est très fréquente
  • pour les tombes de l'Age du Bronse où le squelette reposait souvent la tSte à l'est» II '. Structure du tumulus• Il restait une partie intaote du tumulus sur une épaisseur de 50 cm environ mais qui permettait quand m8me des observations intéressantes. Le détail dos ooupes relevôes
  • , on retrouvait le sous-sol naturel, limoneux jaune et plus are— naoé en profondeur au contact du soole granitique. Ce type de structure avait déjà été observé pour dos turaulus du Léon, Il e3t intéressant de le retrouver en Bretagne intérieure. ■& bordure du tumulus aucune traite de fossé
  • traînées parfois dédoubléesfpréoédalent un vieÇL humus 3aune"*fc,rttn» Au dessous, on retrouvait le sous-sol naturel, limoneux jaune et plus arênaoé en profondeur au contact du soole granitique. Ce type de structure avait déjà été observé pour dos turaulus du Léon. Il e3t intéressant
  • connu an Bronze Ancien. îiifin il faut noter deux beaux fragments de meules dormantes, témoin d'usages agricoles (fig. 5 et photo 8). V. Conclusion. Le mobilier funéraire do Cosqueric,non ôvoqu? ioiy laisse entrevoir une de ces grandes tombes princiôres du Bronze Ancien d'Armorique
  • , 3a destruction vorapl te au bull-dozer ne pet laisser que d s regrets. L'intervention de terrain a pu préciser quelques détails de structurel tombe bâtie s ir le sous-«ol à peine entamé, grand tumuliis formé d'importants apports de limon jaune devenant blanc en profondeur aveo
RAP02725.pdf (RETIERS (35). le clos Bouzard. rapport de sondage)
  • e s d e tranchdes ont ete r e a l i s e s muni large, sur une s y s t 6 m a t i q u e de la sous le poteaux enceinte au j o u r , a sol LEROUX. une Une douve de t r e s a remarqu6e, de prospection tranchees ont et de 30cm de t r o u s do f a i b l e
  • Michael S e r v i c e R e g i o n a l de Date de 24 Suite future a une zone a r c h 6 o l o g i q u e au portant lieu - dit sur l e Clos Bouzard, archeologiques ont 6te e f f e c t u e s un site des sondages 24 1991 par l e S e r v i c e R e g i o n a l d e 330 m e t r
  • profondeur a pas de t r a c e s de est par moyenne des zones profonds. de 1.20m localisee Monsieur G i l l e s entour l e s i t e , de godet a l'aide le archeologique present est par de comme habitat, par comparable certaines analogies express Rennes - S a i n t f
  • a i t p r o b a b l e . On avec un que parait ayant par des sondages p o n c t u e l s une absence de v e s t i g e s v e r s l ' e x t e r i e u r . La presence de de t u i l e s a considerer recuperation sur de ce comme resultat site servi dans du recontrees
  • a p l u s i e u r s r e p r i s e s serait de espace v e r t dans l e p l a n et la Service date et de de r6alisation construction pour Regional des de travaux piquetage e f f e c t u e a f i n de d 6 1 i m i t e r l a zone s e n s i b l e . du S e r v i c e R e g i o
  • n a l octobre ete pas en cause le l a c o n s e r v a t i o n du s i t e en puisse ont des sondages. La presence du s i t e ne zone de ces r e s i d u s modernes de site tout a superficie cerne la zone ayant enceinte recemment p r e s de T i n t e n i a c s u r
RAP00635.pdf (BREST (29). le château. rapport de sondage)
  • liamaines de RI.HHLS. RAPPQKT SUE LL3 30NDAOL3 LFFLC1UL3 AU CHATEAU DJl Bffir.sT ( F i n i s t è r e ) Le Château de B r e s t , en 1°69 a c t u e l l e m e n t r é s i d e n c e du P r é f e t t i m e do l a i l 1 ' R é g i o n , e s t l ' u n des monuments g a l l o - r o m a i n
  • i , l a s i t u a t i o n p r i v i l é g i é e - du Château de iixfebï, t e r r a i n m i l i t a i r e , n ' a v a i t pas p e r m i s d ' y o p é r e r des ou dos s o n d a g e s . C ' e s t p o u r q u o i i l m ' a semblé i n t é r e s s a n t de bonnes r e l a t i o n s
  • - t r o u v e r en a b o n - dance dos d a t t d i l o s de c a r t o u c h e s , des b a l l e s , des é c l a t s d ' o b u s ou de bombes, j u s q u ' à 0 , 5 0 m de p r o f o n d e u r . j-n p r o f o n d e u r , nous d ê c o w v r î n e o en g r a n d e abondance des
  • soigneusement damées, t é m o i g n a i t entre I6b5 et 1689. dos t r a v a u x e f f e c t u é s p a r Vauban , Comme nous n ' a v i o n s q u ' u n équipement sommaire j p e l l e s , pioches, s e a u x , nous n ' a v o n s pas pu t r a v e r s e r ce d a l l a g e p o u r p a r v e n
  • -i de d i a m è eu q u i domio au mur u n e é p a i s s e u r de 2 M, été c o n s t r u i t intérieure De on deux t e m p s . L u e f f e t , le mortier de l a e s t n e t t e m e n t p l u s b l a n c que c e l u i do J.a p a r t i e s qui est tout à f a i t Il semble
  • • BREST TÉLÉPHONE 4 4 - 5 9 - 8 7 Heué SiàV'4JixÎ Maîtro-Assistant d'Histoire Ancienne à M o n s i e u r l e D i r e c t e u r de l a . C i r c o n s c r i p t i o n dea A n t i q u i t é s H i s t o r i q u e s de i Bretagne, F a c u l t é dea L e t t r e s e t Sciauo
  • s l e s Mariplus i m p o r t a n t s du F i n i s t è r e . C ' e s t en e f f e t l e s e u l e n d r o i t du d é p a r t e - ment où l ' o n t r o u v e une e n c e i n t e c o n s t r u i t e s e l o n l e s t e c h n i q u e s du IÏI°-ÏV° s i è c l e a p . J . - G
  • . avec a l t e r n a n c e de c h a î n a g e s de " b r i q u e s et d ' a s s i s e s de m o e l l o n s . Ce s e u l f a i t a pu sembler s u f f i s a n t à c e r t a i n s a r c h é o l o g u e s e t h i s t o r i e n s p o u r y p l a c e r l a g a r n i s o n de Maures que l
  • a l i o t i i i a Dignitatum signale à Osismis, v i l l e l o c a l i s e e avec p r é c i s i o n . Pour d ' a u t r e s , qui n ' a jamais c'est à Brest q u ' i l été faut s i t u e r l e G e s o c r i b a t e de l a T a b l e de P c u t i n g e r . M a i s , j u s q u ' i c
  • p e r s o n n e l l e s avec p l u s i e u r s o f f i c i e r s pour s o l l i c i t e r fouilles de- p r o f i t e r de n a r i n e de 1 ' A m i r a l - P r é f e t m a r i t i m e l ' a u t o r i s a t i o n de p r o c é - d e r L uns p r o s p e c t i o n dans l ' e n c e
  • i n t e du C h â t e a u . C e l l e - c i me f u t a c c o r d é e , non sans l i m i t a t i o n s nombreuses ( c f en annexe l e d o u b l e de l ' a u t o r i s a t i o n ) . A l a S u i t e d ' u n r a p p o r t p r é l i m i n a i r e que j e vous parvenir, vous v o u l
  • û t e s b i e n p r e n d r e en c o n s i d é r a t i o n l ' i n t é r ê t de fis c e s t r a v a u x e t m ' a c c o l e r une a u t o r i s a t i o n de sondages e t une subven- t i o n de 4 0 0 , 0 0 F . , L e s t r a v a u x e u r e n t l i e u du 1 ° au 5 sep t o n b
  • r e 19 69 avec une petite é q u i p e d ' é t u d i a n t s 'comprenant 1 ® . D . ï l o c h , J - C R e n a v o t , G. T r é g u i e r , b e l l e s J . Simon, Y . Xaïap, G. Le C a e r , e t moi-même. Les t r a v a u x f u r e n t d i f f i c i l e s . In effet, avaient été
  • bouleversas p l u s i e u r s f o i s historiques : en 1 9 4 4 , l o r s du s i è g e de Lrt-.stj l ' a r m é e allemande y a v a i t c o n s t r u i t pai' l a ces l i e u : : ¿ys t r a n c h é e s , rcoblayoes o u i t e . A u s s i n'uVOu'a—iiOu.& ¿/u» é t é é t o n n é s ù« r t
  • ossements d ' a n i m a u x , des t e s s o n s de c é r a m i q u e du. XVIIème au XIXème s i è c l e , p i p e s en t e r r e , des morceaux de f e r , des etc.». j - n f i n , a u n i v e a u d ' a r a s e m e n t des t o u r s , u n é p a i s n i v e a u de p i e r r e s
  • i r au ni- veau m é d i é v a l e t a n t i q u e , d ' à u t a n t p l u s q u ' i l des- nous a u r a i t c e n d r e t r o p p r o f o n d é m e n t , m e t t a n t en danger l ' a s s i s e fallu de l a muraille du C h â t e a u . Cependant, l e s r é s u l t a t s s
  • u i v a n t s ont été a t t e i n t s ; Une t o u r de l ' e n c e i n t e r c m a i n ° a é t é dégagée s u r 1 , 5 0 m de h a u t e u r e n v i r o n . me c i r c u l a i r e , tre intérieur, avoir for- e l l e a 6 , 7 0 ra de d i a m è t r e e x t é r i e u r e t 2 , 7 0 i
  • partie extérieure, r o s e . C e t t e p a r t i c u l a r i t é a d é j à é t é remarquée a i l l e u r s , ' en p a r t i c u l i e r au c a s t e l l u m de Famars ( c i h , W i l l , Gallia l a t o u r m o n t r e une s u c c e s s i o n de t r o i s arases 19^1
  • ). Extérieurement, de b r i q u e e t de c i n q a r a s e s de p i e r r e o , 4 i a n t au m u r , au p a r t s e l o n l e schéma h a b i t u e l . e t d ' a u t r e de l a t o u r , il m o n t r e l a même a l t e r n a n c e de b r i q u e s e t de p i e r r e s . Au n i v e a u i n f
  • é r i e u r , 1,25 tous les u n t r o u de b o u l i n v i e n t e n c o r e a c c e n t u e r l a p a r e n t é avec l e s a u t r e s e n c e i n t e s de l a même époque. 7 j -3Ln plus de oe travail de sondages, un examen attentif fut effectué sur toute la longueur de
RAP01158.pdf (HUELGOAT (29). Kerbirien. rapport de sondage)
  • ' Pointes - L a m e s à dos: 2 _ ?! 1 t î t »» 1 | i - ? ! ! 1 î 1 1 - • - i 3 A -+ I T 1 i1l it * ' 1 ! îî 2 - - ! 1 1 1 »' » _ i i Triangle scalène 1 - - Triangles isocèles 2 1 t j-T r o n c a t u r e |j »t - t? _ ! 1 i 1 23 - _ 21 _ 1 t• i
  • é c l a t s | 27 I « j ! 392 - _ ! . ? . • Trapèzes ! _ - - î 555 100 _ tî• _ j i ! - à * 68 _ - « - y TOTAL 1 > 0,4 : 0,7 1 1 1 ¿L 1 « 2 4 2 ; l:j » » Lamelles dos TOTAL 1 ! Pièces esquillées t J Pointes { à dos Gros 1 î J 1 tt
  • 97,2 | ou é c l a t s t i ? 1 S ? t I | 116 ! j 1 ! t»I I< I _ t ' 7 _ 5 i - Denticulé Triangles scalènes t !» I - t i i t i 4,1 8,4 - Lamelles à dos -, 49 99 1 [ [ 1 i | j (8) 'j (6) „ - i ? t t i ! i t _ 1 i 1 1185 100 o C ! t i• ! i• i t ! 1
  • a s é t é c o m p t é s d a n s le t o t a l ' d e s é c l a t s du ramassage puisqu'ils ne proviennent pas d'un d é h i t a g e . - Le m a t é r i e l rnicrolithique * Les pointes à dos E l l e s s o n t r e p r é s e n t é e s par 2? e x e m p l a i r e s ( n u m é r o s 1 , 2
  • ..., Mésolithique ; Néo-Bronze OBSERVATIONS CONTENU DOSSIER DU 6 pages P l a n s et c o u p e s 2 Planches et 6 dessins...., Photographies légendées, 8 U s * • r ^ .ä RAPPORT DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE A b r i s o u s - r o c h e de K e r b i z i e n D é c o u v e r t e du ( R
  • u e l g o a t , 29 ) site Le site f u t d é c o u v e r t a u p r i n t e m p s 1 9 8 3 au m o m e n t où je r é a l i s a i u n e e x p o s i t i o n d ' a r c h é o l o g i e l o c a l e a v e c l e s é l è v e s de 6° C d u c o l l è g e J e a n J a u r è s d ' H u e l g o
  • a t e t leur p r o f e s s e u r d ' h i s t o i r e , A r m e M . M a z u r i e r . S o n m a r i J . J a c q u e s M a z u r i e r , p r o f e s s e u r d ' a n g l a i s d a n s le m ê m e é t a b l i s s e m e n t , se m i t à n e t t o y e r un e n d r o i t de sa p r o p r i
  • é t é o ù se t r o u v a i t u n c h a o s g r a n i t i q u e . Ce l i e u lui s e r v a i t en p a r t i e de p o u b e l l e et il b r û l a i t le t a s de d é c h e t s de t e m p s en t e m p s . R a p i d e m e n t il m i t à jour a u n i v e a u de la s u r f a c e r e m
  • a n i é e q u e l q u e s é c l a t s de silex et d ' a u t r e s r o c h e s qui s e m b l a i e n t a v o i r été t a i l l é e s . S e n s i b i l i s é p a r m o n a c t i o n au c o l l è g e , i l me f i t pari^ de sa d é c o u v e r t e . Situation Le site se t r o u v e sur
  • la p a r c e l l e B1 ( 3 0 9 ) d u c a d a s t r e d ' H u e l g o a t , a n n é e 1 8 3 6 , r e v i s é en 1 9 6 7 et 1 9 8 1 , à la l i m i t e de la c o m m u n e de B e r r i e n p r è s de l a v o i e c o m m u n a l e n ° 1 ( d i t e r o u t e d e s c a r r i è r e s ) v e
  • n a n t du b o u r g d ' H u e l g o a t et se d i r i g e a n t v e r s l e s v i l l a g e s de C r o a s S t e p h a n et de G o a s s a l e c en B e r r i e n . Il f a u t r e m a r q u e r que ie c h a o s g r a n i t i q u e o ù se t r o u v e le s i t e , se p o u r s u i
  • t sur l a p a r c e l l e v o i s i n e n ° B1 ( 2 9 5 ) . L e s c o o r d o n n é e s L a m b e r t s o n t : 1 4 8 , 3 0 et 9 2 , 9 0 . Description Le s i t e e s t u n c h a o s g r a n i t i q u e c o m p o s é de t r o i s p r i n c i p a u x r o c h e r s . C e l u i d u m
  • i l i e u f o r m e un a b r i s o u s r o c h e de 9 , 5 0 m de l o n g u e u r à l ' o u v e r t u r e sur 5 , 5 0 m de p r o f o n d e u r d u s u r p l o m b j u s q u ' a u f o n d de l ' a b r i . A l ' h e u r e a c t u e l l e la h a u t e u r à l ' e n t r é e e s t de 2
  • m è t r e s . La h a u t e u r t o t a l e d u r o c h e r q u i f o r m e l ' a b r i p e u t ê t r e e s t i m é e à 10 m è t r e s sinon p l u s . Il f a u t r e m a r q u e r q u ' u n e p a r t i e d u r e m p l i s s a g e a ?té e n l e v é e au m o m e n t de l a • c o n s
  • t r u c t i o n de la m a i s o n (voir p h o t o ' n ° 5 ) de M . et M m e M a z u r i e r . La p a r o i du f o n d g a r d e d e s t r a c e s de ce r e m p l i s s a g e . On p e u t e s t i m e r que 25 à 30 c m de t e r r e o n t d i s p a r u . C e t t e t e r r e a été d
  • i s p e r s é e un peu plus loin entre l'abri et la maison d ' h a b i t a t i o n . L ' o u v e r t u r e de l ' a b r i e s t d i r i g é e v e r s le S u d - O u e s t . Il se t r o u v e sur le v e r s a n t Sud d ' u n e c o l l i n e d o n t la p e n t e à c e t e n d r o i
  • t d e s c e n d r a p i d e m e n t v e r s la r i v i è r e de K e r b i z i e n . Il est p o u r t a n t p r o t é g é du c o t é O u e s t p a r u n a f f l e u r e m e n t de g r a n i t é q u i f o r m e u n e p e t i t e c o l l i n e où l a m a i son d ' h a b i t a t i o
  • n a été i m p l a n t é e (voir p h o t o n ° 8 ) . D u c o t é de la p e n t e , c r e s t à d i r e v e r s le S u d , un p e t i t b l o c de g r a n i t é a e m p ê c h é la t e r r e de. s ' é c o u l e r et p e r m i s le r e m p l i s s a g e (voir p h o t o n ° 7 ) . Le r
  • o c h e r a é t é p a r t i e d é b i t é à u n e é p o q u e a s s e z r é c e n t e et il g a r d e d e s t r a c e s de p i q u e t a g e , t a n d i s que c e l u i q u i f o r m e l ' a b r i a é t é p a r t i e l l e m e n t d é b i t é par le p r o p r i é t a i r e de lr
  • . p a r c e l l e B1 ( 2 9 5 ) il y a q u e l q u e s a n n é e s . Le s o n d a g e archéologique M . M a z u r i e r , a p r è s a v o i r n e t t o y é le c e n t r e de l ' a b r i d e s c e n d r e s q u ' i l c o n t e n a i t , se m i t à r e t i r e r la t e r r e q u i r