Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00476.pdf (PLÉDRAN (22). le camp de Péran. rapport de sauvetage urgent)
  • PLÉDRAN (22). le camp de Péran. rapport de sauvetage urgent
  • terrain: pierriers, dépressions, talus et broussai11es pers i stantes. BIBLIOGRAPHIE: BAHR J. K. (1850) Die Gräber der Liven ein Beitrag zur nordischen Alterthumskunde und Geschichte, 1850, pl.XVI, n° 6, 7 et 8. CHATELLIER P. (du), LE PONTOIS L. (1908) La sépulture Scandinave à barque
  • Ausqrabung Haihabu, Berichte, über die Ausgrabungen Bericht 12, 1978, 83 p., 12 fig. ROSSDAHL, E. (1977) Fyrkat En iysk gravpladsen, 1977, 233 p., 242 ffig. . vikingeborg II. Oldsagerne og PLANCHES .1.- Carte de situation du Camp de Péran l/25000e 2.- Plan cadastral du site 3
  • y *! mhm Ï Î A F T P O R T D E S F O U I K L E S E X E C U T E E S E N 1 9 8 9 A U P L E D R A N C A M P D E P E R A N (C Ô t t ; s - c l u - N o i - d ) N° d'inventaire: 22 176 002 AH Musée des Antiquités Nationales Saint-Gérmain-en-Laye, le 15 décembre 1989
  • . En cours d'étude depuis 1983 par notre équipe, l'enceinte fortifiée médiévale dite Camp de Péran, implantée sur un substrat d'habitat protohistorique de La Tène moyenne et finale, a fait l'objet de recherches, én 1989. en continuité des travaux engagés depuis 1988 dans les
  • sections 8 et 9 situées le long du parement interne du rempart intérieur et dans sa partie médiane ouest (cf. pl.3 et 4). Ces travaux de terrain, complétés pai" des études en laboratoire, ont été exécutés sous couvert d'une autorisation de fouilles de sauvetage urgent (15 juin au 30
  • novembre 1989), assortie d'un crédit de fonctionnement de 5000 F. Les études de laboratoire (anthracologie et. carpologie) se sont vu attribuer une subvention de 15.674 F (notification transmise le 4 septembre 1989) et le crédit de 10.000 F. attribué en 1988 pour travaux archéologiques
  • sur le Camp de Péran, a été reconduit pour les besoins de stabilisation des objets exhumés. Les recherches prioritaires: sur le terrain ont porté sur .quatre objectifs 1.- l'étude des structures de constructions légères de bois et d'argile mises au jour en 1988 (travaux en cours
  • ). 2.- l'achèvement de la fouille d'une fosse située le long du parement interne du rempart principal dans laquelle a été retrouvé un deuxième chaudron en fer. 3.- la poursuite de l'étude d'un fossé intérieur qui contient du matériel archéologique céramique et objets métalliques
  • ainsi que de nombreux macro-restes végétaux (travaux en cours). 4.- le prélèvement pour études des macro-restes végétaux comportant des pièces de bois, essences qui ont servi, soit comme bois d'oeuvre pour les contructions et certains objets mobiliers, soit comme combustible, ainsi
  • que l'étude de nombreuses semences de végétaux issues d'une végétation domestique, de cultures et d'une flore spontanée. L'ensemble des informations de terrain a fait l'objet d'une saisie informatique sur compatible I.B.M. qui sera utilisée pour la publication des résultats
  • définitifs des travaux. Le logiciel "Works", réunissant les fonctions de traitement de texte, base de donnée et de tableur, a été utilisé et a permis la récupération de toutes les informations de fouilles précédemment informatisées sous Apple II et logiciel "Appleworks". La base de
  • données qui contient les informations de la fouille (renseignements strat¿graphiques, typologiques et cotation en trois dimensions) permet l'interrogation, sur plusieurs critères, de 1500 observations enregistrées sous un inventaire appelé Pt. n° (Point topographique - coordonnées X
  • Y et Z) . Les données d'altitudes sont rattachées au nivellement général de la France (Z NGF). Un fichier bibliographique concernant les observatiens de la fouille et un inventaire archéologique des sites archéologiques de l'arrondissement de Saint-Brieuc sont également
  • informatisés. Parallèlement, des travaux de laboratoire, nettoyage et premiers traitements préventifs contre la corrosion, ont été entrepris "sur les objets métalliques et en bois découverts, en vue de leur identification et permettre des études comparatives et typologiques. Les premières
  • remarques et données comparatives faites sur le chaudron I (Pt. n" 1109) sont particulièrement intéressantes avec les rapprochements que nous avons "pu établir avec le chaudron pratiquement identique trouvé il y a quatrevingt trois ans dans la sépulture en "barque" de l'île de Groix/ Les
  • structures de constructions n" IV, V, VI VII et VIII ( 1.) et leurs macro-restes végétaux: Dans les sections 8 et 9 ouvertes en 1988, d'importants vestiges de constructions comprenant des structures de bois et d'argile ont été mises au jour, principalement dans les secteurs 7 à 10 ./ E à
  • L de la section 8 (ensemble de structures IV et V) (pl.5) et les secteurs 7 à 9 / C à K de la section 9 (ensemble de structures VI) (pl.6). Ces constructions, à fortes pièces de bois porteuses et clayonnages s'opposent à celles mises au jour dans la section 2 qui comprenaient des
  • murs de pierres liées d'argile (pl.4). La structure VII. retrouvée dans le fossé intérieur,à proximité des structures IV et V, se différencie notamment par la nature de ses essences et l'on ne peut encore dire si elle doit être rattachée ou non aux structures des constructions
  • voisines ou être interprêtée comme une structure particulière, appartenant à une palissade effondrée dans le fossé intérieur. La structure VIII, retrouvée dans les sections 8 et 9. correspond vraisemblablement à la suite du fossé intérieur reconnu dans la section 2. La fouille des
  • témoins stratigraphiques (3) laissés entre les sections 2 et 8 ainsi qu'entre les sections 8 et 9 (pl.4), permettra de reconnaître s'il y a réellement une solution de continuité pour ce fossé intérieur. La structure IV: Les pièces de bois retrouvées in situ disposées
RAP03423 (RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille )
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille
  • Mobilier Céramique, végétaux, faune, flore, objet métallique, arme, outil habillement, monnaie, verre, cuir. Les données recueillies concernent principalement les périodes allant de l’Antiquité tardive à la destruction du quartier en 1944, sur une épaisseur stratigraphique de
  • plus de 5 m. Elles documentent la naissance d’un quartier urbain au débouché d’un franchissement de la Vilaine, formant un accès majeur à la ville, son développement et son intégration intramuros, puis sa transformation au cœur de la ville moderne et contemporaine. La situation sur
  • la berge nord du fleuve a favorisé une excellente conservation de tous les matériaux en milieu humide. L’intervention sur la totalité de l’épaisseur sédimentaire, la conservation des matières organique a permis la réalisation d’études environnementales importantes, qui fixent le
  • cadre de l’implantation du quartier dans le cours majeur du fleuve et l’interaction continuelle entre les occupation humaines et le milieu naturel. La fouille livre également des lots de mobilier médiéval exceptionnels, notamment en cuir et en métal. Les nombreuses datations sur les
  • bois gorgés d’eau permettent l’établissement de chronologies précises. L’analyse proposée concerne donc des axes d’études extrêmement variés, touchant les questions d’urbanisme, d’histoire économique et sociale, de culture matérielle. Elle pose de nombreuses bases et ouvre de
  • nombreuses perspectives pour des recherches à venir. Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Fouille archéologique Rapport final d’opération Tome 1 Sujets et thèmes Édifice public, bâtiment, structure funéraire, voirie
  • , hydraulique, urbanisme, structure urbaine, fossé, sépulture, artisanat. La fouille de la place Saint-Germain a été réalisée dans le cadre de la construction d’une station de métro sous-terrain. Elle a été prescrite par le service régional de l’Archéologie de Bretagne et fait suite à une
  • étude documentaire réalisée en 2008 et un diagnostic réalisé en 2011 par l’Inrap qui avaient mis en évidence la présence d’un quartier ancien de la ville de Rennes, installé en bordure de la Vilaine. La fouille s’est déroulée d’août 2014 à février 2015, et s’est insérée dans le
  • calendrier très contraint d’une opération de génie civil complexe en centre-ville. Ille-et-Vilaine, Rennes, place Saint-Germain  : Naissance et évolution d’un quartier de Rennes, de l’Antiquité tardive à 1944 Chronologie Époque médiévale, haut Moyen Âge, Moyen Âge, bas Moyen Âge,Époque
  • moderne, Époque contemporaine Rapport final d’opération Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 Ille-et-Vilaine, Rennes, place Saint-Germain Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 Tome 1 sous la direction
  • de Laurent Beuchet Inrap Grand Ouest février 2017 Plan de « Rennes, ville capitale de Bretagne et siège du Parlement 1616 » (AM Rennes 1Fi42) 1618, 60x33. Fac similé d’un plan qui se trouve dans l’histoire de Bretagne d’Argentré, 3e édition de 1618. Fouille archéologique
  • Rapport final d’opération Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 35138 Code INSEE Ille-et-Vilaine, Rennes, place Saint-Germain Arrêté de prescription 2012-095 Code Inrap F025052 sous la direction de Laurent Beuchet Inrap Grand Ouest 37
  • rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné février 2017 avec la collaboration de Rémy Arthuis Delphine Barbier-Pain Gaël Barracand Vincent Bernard Paul-André Besombes Beta Analytic Inc. Aurélia Borvon Thibault Cardon Johanne Esnault Charlotte Hallavant Elsa Jovenet Françoise
  • Labaune-Jean Yannick Le Digol Pierre Poilpré Nicolas Portet Carole Vissac Sommaire Tome 1 Données administratives, techniques et scientifiques 14 Fiche signalétique 15 Mots-clefs des thesaurus 16 Intervenants 18 Notice scientifique 19 Localisation de l’opération
  • 21 Arrêté de prescription 31 Arrêté de désignation 33 Projet scientifique d’intervention 51 Définition des moyens 55 I Introduction I.1 Cadre de l’opération 55 55 55 I.1.1 L’étude documentaire de 2008 I.1.2 Le diagnostic du portail Saint-Germain 2009 I.1.3 Le
  • diagnostic de la place Saint-Germain en 2011 57 57 58 59 59 59 60 61 62 64 I.2 Des contraintes fortes I.2.1 Insertion dans un calendrier très contraint I.2.2 Une coactivité partielle I.2.3 Sécurité I.2.4 Un chantier en centre-ville I.2.5 Pollution I.2.6 Une fouille
  • en milieu humide I.2.7 Des vestiges peu dégradés, mais des contraintes de tenue d’ouvrage engendrant des restrictions de fouille I.2.8 Découverte d’un engin de guerre I.2.9 Suivi de chantier 64 64 68 68 69 72 I.3 Calendrier de l’opération, méthodologie, effectifs I
  • .3.1 Une intervention en plusieurs phases I.3.2 Ressources humaines I.3.3 Méthodologie de fouille, enregistrement et traitement des données I.3.4 Études spécialisées I.3.5 Communication 73 I.4 Cadre géographique et historique Résultats 81 84 84 88 88 92
  • 92 II Résultats II.1 Un méandre fossile ? II.2 Un secteur aux marges de la ville au premier millénaire II.2.1 Un chemin de l’antiquité tardive II.2.2 Une nécropole du premier Moyen Âge II..2.2.1 Présentation générale II.2.2.2 Gestion de l’espace funéraire II.2.3
  • Un suburbium du haut Moyen Âge ? 97 97 97 107 108 111 111 118 118 121 130 136 140 II.3 Des mutations importantes au tournant de l’An Mille II.3.1 Un pont du Moyen Âge central II.3.1.1 Données stratigraphiques II.3.1.2 L’architecture du pont II.3.2 Une
RAP02620.pdf (PAULE (22). l'enceinte de Bressilien. rapport de fp 2010)
  • PAULE (22). l'enceinte de Bressilien. rapport de fp 2010
  • L’enceinte de Bressilien à PAULE (Côtes d’Armor) Côtes d’Armor site n°22.163.0003 Rapport d’opération 2010 et programmation 2011-2012 Responsables d’opération : Joseph Le Gall (INRAP Bretagne) Yves Menez (SRA Bretagne) Etude des monnaies : Guillaume Sarah (IRAMAT – CNRS
  • ) Conseil Gén éral Côtes d’Armor C R eA A H cliché : Maurice Gautier Côtes d’Armor site n°22.163.0003 L’enceinte de Bressilien à PAULE (Côtes d’Armor) Rapport d’opération 2010 et programmation 2011-2012 Responsables d’opération : Joseph Le Gall (INRAP Bretagne) Yves Menez (SRA
  • Bretagne) Etude des monnaies : Guillaume Sarah (IRAMAT – CNRS) SOMMAIRE Remerciements p. 5 I – Historique des recherches et résumé du programme d’intervention 2009-2010. (J. Le Gall) II - L’enceinte altomédiévale de Bressilien. (J. Le Gall) 1.Les limites d’enclos. 2.Le rempart
  • intérieur et l’accès au site. 3.La structuration de l’espace interne de l’enceinte. A. La basse-cour : une zone de dépendances. B. L’espace résidentiel. 4. Conclusions et remise en contexte historique et géographique. III – Une occupation de la fin du Moyen-âge. (J. Le Gall) 1.Un grand
  • logis du XIVe siècle : Manoir ou établissement hospitalier ? 2.Une grange des XVe-XVIe siècles. IV – Perspectives d’étude et programmation envisagée pour 2011-2012. (J. Le Gall) p. 6 p. 11 p. 11 p. 11 p. 23 p. 23 p. 33 p. 34 p. 36 p. 36 p. 45 p. 48 Bibliographie p. 49 ANNEXES
  • Analyses élémentaires des monnaies carolingiennes de l’atelier de Melle issues des sites archéologiques de Saint-Symphorien et Bressilien à Paule (22) et de Saint-Lupien à Rezé (44). (G. Sarah) p. 51 p. 67 Arrêté préfectoral d’autorisation de fouille programmée sur le site de
  • Bressilien Conseil Gén éral Côtes d’Armor C R eA A H cliché : Maurice Gautier REMERCIEMENTS l’INRAP, pour le travail d’analyse très complet qu’elle a effectué sur le fragment de verre du haut Moyenâge, ainsi que François Arnaud, verrier travaillant en archéologie expérimentale
  • (atelier PiVerre, La Plaine sur mer (44)), qui a tenté avec succès une reconstitution de l’objet. Nous remercions également Claudine BERNARD, Nous tenons donc à témoigner notre reconnaissance prospectrice bénévole, pour sa précieuse participation à l’ensemble des fouilleurs, pour la
  • sueur qu’ils ont autant lors de la fouille que durant l’année. largement dispensée sur le chantier, et, une fois n’est Nous remercions aussi Jean-Pierre BARDEL (SRA pas coutume, sous un soleil plutôt radieux, durant cinq Bretagne), mais également Olivier LAURENT (INRAP Bretagne
  • ), pour l’aide précieuse qu’il nous ont apporté semaines de fouille, du 28 juin au 30 juillet 2010 : pour l’installation du système de treuillage en vue de la fouille d’un puits qui n’en était finalement pas un... Gaël BARRACAND Nous remercions enfin Jean-Jacques RIOULT, du Pierre
  • CARRIE Service Régional de l’Inventaire de Bretagne, et Elodie Romain CHAILLY BAIZEAU, architecte du Patrimoine et archéologue, Léa CLOUET qui nous ont aidé à la compréhension de l’architecture Marie DECHOSAL du «manoir». Constance DE COURREGES Anastasia DELECOLLE Nous n’omettrons pas
  • de remercier les financeurs : Marije DE VRIES Yoann DIEU - Le Ministère de la Culture et de la Communication, Guillaume DOURY Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Jean-Marc FEILLET Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, et Caroline HAMON notamment M
  • . Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Martin HEES régional, M. Yves ROUMEGOUX, Conservateur Véronique JOUAULT précédemment en charge des Côtes d’Armor au sein de Olivier LAURENT ce Service, et M. Jean-Yves TINEVEZ Conservateur, Matthieu LE BOULCH qui lui a succédé. Marion LE DENMAT Valérie
  • LE GALL - Le Conseil Général des Côtes d’Armor, notamment Hugo LE GUENNIC M. Claudy LEBRETON, Président du Conseil Général, Audrey LE MERRER M. Christian PROVOST, Vice-Président en charge de Charlotte LEPELLEY la Culture, M. Claude LE POTIER, Directeur de la Nicolas LOEW Culture
  • , de la Jeunesse et des Sports du Conseil Général, Lydie MANO M. Yvon PELLERIN, en charge du Patrimoine au sein Estelle MARTINET de cette Direction, ainsi que Mlle Emilie VENEAU, Camille MAYEUX en charge des dossiers d’archéologie au sein du service Loïc MENAGE Patrimoine. Juliette
  • MENEZ Laurence PHILIPPE Nous tenons à remercier M. Paul FRAVAL, propriétaire Simon RANNOU et exploitant de la parcelle n°11d, section ZV, qui a bien Camille RINGENBACH voulu immobiliser le temps nécessaire aux fouilles la Marine SALAUN partie de ce vaste champ dont il est locataire
  • . Bastien SIMIER Guillaume TISSERAND Nous remercions enfin les personnels de l’UMR 6566 Joséphine TUQUOI de Rennes qui ont bien voulu faciliter la réalisation Nous remercions tout particulièrement Thierry de cette fouille : M. Dominique MARGUERIE, son LORHO, ingénieur d’études au SRA de
  • Bretagne, Directeur, ainsi que Mmes Marie-Thérèse RIBAULT et Catherine LOUAZEL qui ont assuré la gestion de cette pour la réalisation des relevés topographiques. Nous remercions chaleureusement Françoise Labaune- opération. Jean, spécialiste du mobilier antique et altomédiéval à Les
  • données présentées dans ce rapport résultent de l’effort collectif de professionnels et de bénévoles. La qualité comme la quantité des informations recueillies ont toujours dépendu de leur capacité à mener cette opération archéologique comme un travail d’équipe et non comme un simple
  • supérieures à 200 mètres altitudes supérieures à 250 mètres altitudes supérieures à 270 mètres Fig. 1 - Localisation des sites de Saint-Symphorien et Bressilien I – Historique des recherches et résumé du Brecelien au XVe siècle, pourrait provenir du breton programme d’intervention 2009
RAP02833.pdf (PAULE (22). l'habitat aristocratique de Bressilien. rapport de fp 2012)
  • PAULE (22). l'habitat aristocratique de Bressilien. rapport de fp 2012
  • L’habitat aristocratique de Bressilien à PAULE (Côtes d’Armor) Côtes d’Armor site n°22.163.0003 Conseil Gén éral Côtes d’Armor C R eA A H Rapport d’opération 2012 R.O. : Joseph Le Gall (INRAP) Côtes d’Armor site n°22.163.0003 L’habitat aristocratique de Bressilien à
  • PAULE (Côtes d’Armor) Rapport d’opération bisannuelle 2011-2012 Responsable d’opération : Joseph Le Gall (INRAP Bretagne) SOMMAIRE Remerciements p. 5 I. Présentation de l’opération 1. Cadre géographique, topographique et géologique de l’intervention 2. Historique de
  • l’opération 2.1. Historique des recherches 2.2. Résultats du programme d’intervention 2009-2010 2.3. Programme d’intervention 2011-2012 3. Méthodologie p. 7 p. 7 p. 7 p. 7 p. 9 p. 10 p. 10 II. Présentation des données archéologiques 1. Les limites d’enclos 2. Les accès 3
  • . L’avant-cour 4. L’espace résidentiel 4.1. La moitié sud : un ensemble monumental de bâtiments en pierre 4.1.1 Les premières phases d’occupation 4.1.2 L’installation d’un bâti de pierre 4.1.3 Les aménagements extérieurs liés aux habitations 4.2. La moitié nord de
  • l’espace résidentiel : dépendances agricoles ou habitations ? 4.2.1 Deux grands bâtiments sur poteaux plantés 4.2.2 Trois bâtiments semi-excavés 4.2.3 Traitement des céréales p. 12 p. 12 p. 14 p. 16 p. 18 p. 19 p. 19 p. 22 p. 26 p. 28 p. 28 p. 32 p. 35 III. Etat de la
  • réflexion et programmation de l’opération 2013 p. 39 Bibliographie p. 43 ANNEXES p. 45 Conseil Gén éral Côtes d’Armor C R eA A H cliché : Maurice Gautier 4 Rapport d’opération 2012 L’habitat aristocratique de Bressilien à Paule (22) REMERCIEMENTS Les données présentées
  • dans ce rapport résultent de l’effort collectif de professionnels et de bénévoles. La qualité comme la quantité des informations recueillies ont toujours dépendu de leur capacité à mener cette opération archéologique comme un travail d’équipe et non comme un simple passe-temps. Je
  • tiens donc à témoigner ma reconnaissance à l’ensemble des fouilleurs, pour la sueur et l’énergie qu’ils ont largement dispensées sur le chantier durant cinq semaines de fouille, en bravant les tumultes climatiques du Kreiz Breizh. Merci donc à : Chloé BERTRON Mathieu BRISSON Cannelle
  • BRUSCHINI 5 Je remercie également Thierry LORHO, ingénieur d’études au SRA de Bretagne, pour la réalisation des relevés topographiques. Je remercie chaleureusement Claudine BERNARD, prospectrice bénévole, pour sa ténacité à prospecter un site ingrat en terme de mobilier. Je remercie
  • Yves MENEZ, adjoint au Conservateur régional de l’Archéologie de Bretagne, pour ses nombreux conseils tant logistiques qu’archéologiques. Je remercie les archéologues de l’INRAP : Laurent BEUCHET, Isabelle CATTEDDU, Françoise LABAUNE-JEAN, et Françoise LE BOULANGER, pour leurs
  • Nicolas LOEW Lydie MANO Loïc MENAGE Alix MENEZ Yves MENEZ Merlin MUZELLEC Corentin OLIVIER Laurence PHILIPPE Marjolaine QUERCY Betty RAME Emmanuelle RENAULT Camille RINGENBACH Noémie TOMADINI Nolwenn TROADEC Anna URIEN Je n’omettrai pas de remercier les financeurs, sans qui cette
  • opération ne pourrait avoir lieu : Le Ministère de la Culture et de la Communication, Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, représentés par M Stéphane DESCHAMPS, Conservateur régional, et M. Jean-Yves TINEVEZ
  • , Conservateur en charge du département des Côtes d’Armor au sein de ce service. Le Conseil Général des Côtes d’Armor, représenté par M. Claudy LEBRETON, Président du Conseil Général, M. Charles JOSSELIN, Vice-Président en charge de la Culture, Mme Emmanuelle CASTELGRANTERAL, directrice de la
  • Culture, des Sports et de la Vie Associative, M. Yvon PELLERIN, en charge du Patrimoine au sein de cette direction, et Mme Emilie VENEAU, en charge des dossiers d’archéologie au sein du service Patrimoine. Je tiens à remercier M. Paul FRAVAL, propriétaire et exploitant de la parcelle n
  • °11d, section ZV, qui a bien voulu immobiliser, le temps nécessaire aux fouilles, une partie de ce vaste champ. Je remercie enfin les personnels de l’UMR 6566 de Rennes qui ont bien voulu faciliter la réalisation de cette fouille, et tout particulièrement M Pierre-Yves LAFFONT, son
  • directeur, ainsi que Mme Catherine LOUAZEL qui a assuré la gestion de cette opération. Rapport d’opération 2012 6 L’habitat aristocratique de Bressilien à Paule (22) Cherbourg C M A N H Carhaix E Paule Bressilien M Quimper Glomel onts d' A r r ée Saint-Brieuc M on oi r
  • tagnes N es Brest Rostrenen Rennes Tréogan A T L A N 0 Vannes T I Q 100 km U E Nantes 0 4 km altitudes supérieures à 200 mètres altitudes supérieures à 250 mètres altitudes supérieures à 270 mètres Fig. 1 - Localisation du site de Bressilien. Bressilien 0 1 2 km
  • Viséen supérieur-Namurien : Formation de Pont-de-Buis-Châteaulin : schistes et wackes à niveaux ardoisiers Alluvions et colluvions: Colluvions de fond de vallons Fig. 2 - Position du site sur un extrait de la carte géologique éditée par le B.R.G.M. 7 I. Présentation de l’opération
  • 1. Cadre géographique, topographique et géologique de l’intervention Le site de Bressilien est situé à 1 km au sud du bourg de Paule, dans les Côtes d’Armor. Il est implanté sur le versant nord d’une ligne de crête des Montagnes Noires, à une altitude comprise entre 220 et 225 m
  • NGF. Il domine au nord-est une petite vallée, située 20 m plus bas, où se trouve l’actuelle ferme du même nom. Bien que la ligne de crête empêche toute vue panoramique au sud, l’emplacement de ce site permet de bénéficier au nord d’une vue dégagée sur la vallée de Carhaix. Le
RAP02726.pdf (PAULE (22). l'habitat aristocratique de Bressilien à Paule)
  • PAULE (22). l'habitat aristocratique de Bressilien à Paule
  • L’habitat aristocratique de Bressilien à PAULE (Côtes d’Armor) Côtes d’Armor site n°22.163.0003 Conseil Gén éral Côtes d’Armor C R eA A H Rapport intermédiaire d’opération bisannuelle 2011-2012 Responsable d’opération : Joseph Le Gall (INRAP Bretagne) Côtes d’Armor site n
  • °22.163.0003 L’habitat aristocratique de Bressilien à PAULE (Côtes d’Armor) Rapport intermédiaire d’opération bisannuelle 2011-2012 Responsable d’opération : Joseph Le Gall (INRAP Bretagne) SOMMAIRE Remerciements p. 5 I. Présentation de l’opération 1. Cadre géographique, topographique
  • et géologique de l’intervention 2. Historique de l’opération 2.1. Historique des recherches 2.2. Résultats du programme d’intervention 2009-2010 2.3. Programme d’intervention 2011-2012 3. Méthodologie p. 7 p. 7 p. 7 p. 7 p. 9 p. 10 p. 10 II. Présentation des données
  • archéologiques 1. Les limites d’enclos 2. L’avant-cour 3. L’espace résidentiel 3.1. Les premières phases d’occupation 3.2. L’installation d’un bâti de pierre p. 13 p. 13 p. 14 p. 20 p. 20 p. 29 III. Etudes à venir et programme d’intervention 2012 p. 32 Bibliographie p. 34 ANNEXES p. 35
  • Rapport des datations par radiocarborne réalisées par le laboratoire Beta Analytic p. 36 Arrêté préfectoral d’autorisation de fouille programmée sur le site de Bressilien p. 46 Conseil Gén éral Côtes d’Armor C R eA A H cliché : Maurice Gautier REMERCIEMENTS Les données
  • présentées dans ce rapport résultent de l’effort collectif de professionnels et de bénévoles. La qualité comme la quantité des informations recueillies ont toujours dépendu de leur capacité à mener cette opération archéologique comme un travail d’équipe et non comme un simple passe-temps
  • . Je remercie également Thierry LORHO, ingénieur d’études au SRA de Bretagne, pour la réalisation des relevés topographiques. Je remercie chaleureusement Claudine BERNARD, prospectrice bénévole, pour sa ténacité à prospecter un site ingrat en terme de mobilier. Je tiens donc à
  • témoigner ma reconnaissance à l’ensemble des fouilleurs, pour la sueur et l’énergie qu’ils Je remercie Yves MENEZ, adjoint au Conservateur ont largement dispensées sur le chantier durant cinq régional de l’Archéologie de Bretagne, pour ses semaines de fouille, en bravant les tumultes
  • climatiques nombreux conseils tant logistiques qu’archéologiques. du Kreiz Breizh. Merci donc à : Je remercie les archéologues de l’INRAP : Laurent BEUCHET, Isabelle CATTEDDU, Françoise Alexandre BOULOUMOU LABAUNE-JEAN, et Françoise LE BOULANGER, Pierre CARRIE pour leurs différents
  • conseils scientifiques qu’ils Romain CHAILLY m’apportent durant l’année. Yoann DIEU Merci également à Richard DELAGE pour la caractérisation du fragment de sigillée. Guillaume DOURY Angélique HAUTEFORT Martin HEES Véra GAUTRIN-CLERET Rachael LEAHY Matthieu LE BOULCH Hugo LE GUENNIC Mona
  • LE LUYER Charlotte LEPELLEY Delphine LE MOAL Nicolas LOEW Sébastien LOMETTI Aurélien LUPU Lydie MANO Loïc MENAGE Alix MENEZ Juliette MENEZ Yves MENEZ Laurence PHILIPPE Guillaume POTIER Antoine POUCHARD Camille RINGENBACH Alexandra RIO Bastien SIMIER Je n’omettrai pas de remercier
  • les financeurs, sans qui cette opération ne pourrait avoir lieu : Le Ministère de la Culture et de la Communication, Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, représentés par M Stéphane DESCHAMPS, Conservateur régional
  • , et M. Jean-Yves TINEVEZ, Conservateur en charge du département des Côtes d’Armor au sein de ce service. Le Conseil Général des Côtes d’Armor, représenté par M. Claudy LEBRETON, Président du Conseil Général, M. Charles JOSSELIN, Vice-Président en charge de la Culture, Mme
  • Emmanuelle CASTELGRANTERAL, directrice de la Culture, des Sports et de la Vie Associative, M. Yvon PELLERIN, en charge du Patrimoine au sein de cette direction, et Mme Emilie VENEAU, en charge des dossiers d’archéologie au sein du service Patrimoine. Je tiens à remercier M. Paul FRAVAL
  • , propriétaire et exploitant de la parcelle n°11d, section ZV, qui a bien voulu immobiliser, le temps nécessaire aux fouilles, une partie de ce vaste champ. Je remercie enfin les personnels de l’UMR 6566 de Rennes qui ont bien voulu faciliter la réalisation de cette Je remercie tout
  • particulièrement Lydie MANO et fouille : M Dominique MARGUERIE, jusqu’alors son Guillaume DOURY, qui ont accepté et mené à bien la Directeur, ainsi que Mme Marie-Thérèse RIBAULT et Mme Catherine LOUAZEL qui ont assuré la gestion de responsabilité de l’enregistrement. cette opération. 6
  • mètres altitudes supérieures à 270 mètres Fig. 1 - Localisation du site de Bressilien. Bressilien 0 1 2 km Viséen supérieur-Namurien : Formation de Pont-de-Buis-Châteaulin : schistes et wackes à niveaux ardoisiers Alluvions et colluvions: Colluvions de fond de vallons Fig. 2
  • - Position du site sur un extrait de la carte géologique éditée par le B.R.G.M. L’habitat aristocratique de Bressilien à Paule (22). I. Présentation de l’opération 1. Cadre géographique, topographique et géologique des lieux durant le Moyen-âge. Cela est notamment dû à une position
  • topographique privilégiée ainsi qu’à de l’intervention la présence d’un carrefour de trois axes de circulation Le site de Bressilien est situé à 1 km au sud du bourg majeurs (Menez, 2001). En 2008, la fouille du site des de Paule, dans les Côtes d’Armor. Il est implanté sur le sources de
  • Saint-Symphorien, à 300 m au sud-ouest versant nord d’une ligne de crête des Montagnes Noires, de Bressilien, a permis la mise au jour des fondations à une altitude comprise entre 220 et 225 m NGF. Il d’une chapelle remontant au VIIIe siècle de notre ère. domine au nord-est une
RAP03350_2.pdf (SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015)
  • SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015
  • LE CHÂTEAU DE SUSCINIO (MORBIHAN – SARZEAU) LE LOGIS NORD Rapport de fouille programmée 2013-2015 Sous la direction de Karine VINCENT Avec la collaboration d'Adrien DUBOIS Tome II – Volume 1 Études spécialisées Avec les contributions de : Aurélia Borvon Natacha Frenkel
  • Pauline Petit Isabelle Brunie Emilie Godet Carole Vissac Sébastien Daré Pierre-Marie Guihard Géraldine Fray Laura Le Goff Janvier 2017 L’utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la
  • propriété littéraire et artistique. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article LI22-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schéma, n’est possible que dans le cadre de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur de l’ouvrage. Toute utilisation des données du rapport à des fins lucratives est interdite en vertu de l’article 10 de la loi modifiée des données du 17
  • juillet 1987 relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal (1). (1) Loi n°78-753 du 17 juillet 1978, article 10 “les documents administratifs sont
  • communiqués sous réserve des droits de propriété littéraires et artistique. L’exercice du droit à la communication (...) exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués”. SOMMAIRE
  • – Tome II, volume 1 1. Le mobilier céramique – par Isabelle BRUNIE (doctorante-céramologue à l'université de Rennes 2– LAHM, UMR 6566 CReAAH) avec la collaboration de Sébastien DARÉ (archéologue, Céram)………………………………………………………………………….…………...p. 1 1.1. Rapport d'étude de la céramique des
  • campagnes 2013 et 2014………………p. 1 1.2. Rapport d'étude de la céramique de la campagne 2015 et synthèse………..p. 138 2. Étude des vestiges fauniques – par Aurélia BORVON (UMR 7041 ArScan, Équipe Archéologies environnementales Nanterre – Laboratoire d'anatomie comparée, ONIRIS)……….p.330 2.1
  • . Étude archéozoologique du dépotoir du XIVe siècle……………………….p.330 2.2. Étude des vestiges osseux de l'US2184 (Cour/Espace 4), datée du XIVe s…p. 359 3. Étude archéomalacologique – par Laura LE GOFF (Doctorante à l’Université de Rennes 2 – LAHM, UMR 6566 CReAAH) et Catherine DUPONT
  • (UMR 6566 CReAAH)………………...p. 402 4. Le mobilier métallique des campagnes 2014 et 2015 – par Pauline PETIT (CRAHAM – UMR 6273 CNRS/UCBN)……………………………………………………………..….p. 479 5. Le mobilier en verre – par Sébastien DARÉ (archéologue, Céram) ………………….…p. 506 6. Étude du lot de monnaies des
  • campagnes 2014 et 2015 – par Pierre-Marie GUIHARD (ingénieur d'études – Responsable du service de numismatique, CRAHAM– UMR 6273 (CNRS/UCBN)) …………………………………………………………………………..p. 524 7. Rapport d'étude micromorphologique de la cuisine – par Carole VISSAC (GéoArchÉon – GéoArchéologie
  • , palÉoenvironnements et médiatiON scientifique)………………………..…p. 529 8. Rapport préliminaire d'étude des ardoises de couverture – par Émilie GODET (Service départemental d'archéologie du Morbihan), avec la collaboration de Karine VINCENT et Adrien DUBOIS……………………………………………………………………………...…..p. 549 Note
  • pour le lecteur : cette pagination renvoie aux numéros situés dans le coin supérieur droit du volume. Château de Suscinio 2013-2015, Etudes spécialistes LE MOBILIER CERAMIQUE 1 Château de Suscinio 2013-2015, Etudes spécialistes 2 1. RAPPORT D’ÉTUDE DE LA CÉRAMIQUE DU
  • CHÂTEAU DE SUSCINIO PAR ISABELLE BRUNIE – Centre d’études et de recherches archéologiques du Morbihan. AVEC LA COLLABORATION DE SEBASTIEN DARÉ – Centre d’études et de recherches archéologiques du Morbihan Rapport d'étude de la céramique - Campagnes de fouilles 2013 et 2014 (rapport
  • réalisé en 2015) Sommaire 1. Cadre de l’étude................................................................................................................................... 1 2. Problématique
  • ................................................................................................................ 6 3.4. Le catalogue de formes .............................................................................................................. 11 3.5. Proposition de datation et d'assemblage ..................................................................................... 11 4
  • . Description des ensembles par secteur .............................................................................................. 13 4.1. Secteur 1..................................................................................................................................... 13 4.2
  • . Les secteurs 4C, 4D, 3C et 3D ............................................................................................ 25 4.3.3.1. Niveaux modernes (XVIe s. - XVIIIe s.) .................................................................... 26 4.3.3.2. Niveaux de démolition et
  • remblais du bas Moyen-Âge et de l'époque moderne ........ 27 4.3.3.3. Niveaux de circulation ................................................................................................ 44 4.3.3.4. Niveaux de la structure hydraulique (collecteur) dans le secteur 4C
  • dépotoir .................................................................................................................. 56 4.4.1.4. Niveaux du chantier de construction .......................................................................... 57 4.4.2. Partie occidentale du secteur
RAP02429.pdf (SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE, NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). ZA mi-voie. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE, NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). ZA mi-voie. rapport de diagnostic
  • Rapport + N S T I T U T N A T I 0 N A De R E C H € R C H E S R C H É 0 L 0 G I Q U -E S P R -É V E N T I V E + + D E Diagnostic Février 2009 33Aiyyv y g j y y n o o 6002 « Dominique Pouille 0C vys-ovya Saint-Jacques de la Lande / Noyai Châtillon sur Seiche
  • « Z-A mi-Voie» (Ille-et-Vilaine - Bretagne) Dates d'interventions : 06/2008 - 09/2008 N° de prescription : SRA 2008-009 N° de projet INRAP : DA 05025701 INRAP -Direction interrégionale Gd. Ouest, 37 rue du Bignon 35510 Cesson-Sevigne - Tél.0223360040 Siège social : 7 rue de
  • Madrid 75008 PARIS - Tél 01 40 08 80 00 - Fax 01 43 87 18 63 - N° SIRET 180 092 26" 2L,Z3 — ~ FICHE SIGNALÉTIQUE Numéro de projet INRAP DA 05025701 Région : Bretagne Département : Ule et Vilaine Commune : Saint-Jacques de la Lande / Noyal-Châtillon sur Seiche. Lieu-dit ou
  • : altitude : m NGF Propriétaire du terrain : Arrêté de prescription n° :2008 009 en date du 4/02/2008 Arrêté de désignation n° : en date du Responsable désigné : Pouille Dominique Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : SEM Territoires Nature de l'aménagement
  • : Zone artisanale Opérateur chargé des travaux : INRAP interrégion Exploitant (s) : Surface du projet d'aménagement : 520948m2 Dates d'intervention sur le terrain : Juillet-Septembre 2008 Surface diagnostiquée : 27686m2 % de la surface sondée : 5,5% Problématique de recherche: « Le
  • diagnostic doit répondre à deux objectifs : détection et caractérisation du site comportant notamment : son emprise, sa nature, sa datation, son état de conservation, sa profondeur d'enfouissement et son potentiel environnemental ». Lieu de dépôt temporaire du matériel archéologique
  • : Base Inrap de Cesson-Sévigné 35. 1 MOTS CLÉS DES THESAURUS Chronologie : I Antiquité romaine (gallo-romain) J République romaine I Empire romain I Haut-Empire (jusqu'en 284) J Bas-Empire (de 285 à 476) _ Époque médiévale haut Moyen Age Moyen Âge _ bas Moyen Âge _ Temps modernes
  • Datation Anthropologie Paléontologie Zoologie Botanique Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Acq. des données Numismatique Conservation Restauration Autre INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : Paul-André Besombes Conservateur en
  • charge du dossier INRAP : Dominique Pouille / Laurent Aubry Responsable scientifique Michel-Baillieu Adjoint scientifique et technique Intervenants administratifs : DRAC de, SRA : Stéphane Deschamps INRAP interrégion Gilbert Aguesse Conservateur régional de l'archéologie Directeur
  • interrégional Aménageur : S.E.M. Territoires Financement : redevance Organigramme de l'équipe scientifique : Responsable d'opération : L.Aubry puis D. Pouille Technicien : A. Fauvel Topographe : Vincent Pommier Dessinateur : A. Desfonds Anthropologue : M. Texier Céramologue : F. Labaune
  • Intervenants techniques : Terrassement mécanique : entreprise MVTP Dinan (22), pelle équipée d'un godet de curage de 3,00 m. 3 TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS Chronologie Gallo-romain Structures Sépultures : 7 Mobilier Céramique commune Verre Clous 4 Interprétation Nécropole
  • incinération à
  • tout l'étendue importante concernée par la ZAC qui est à l'origine de cette opération. 1.2 ÉTAT DES CONNAISSANCES AVANT L'OPÉRATION Aucun site ou indice de site n'était recensé sur l'emprise concernée. Le tracé de la voie antique Rennes-Nantes, assez mal connu est toutefois
  • probablement situé à proximité de la limite méridionale de l'emprise du projet. 1.3 STRATÉGIE ET MÉTHODES MISES EN ŒUVRE Les sondages ont été réalisés systématiquement sur l'ensemble de l'emprise, en ayant pour objectifs la reconnaissance, l'échantillonnage et le relevé des structures
  • rencontrées. Ils ont été effectués à l'aide d'une pelle rétro munie d'un godet lisse de 3 m de large fig. 2. Les sondages couvrent une surface au moins équivalente à 5,5% de l'emprise du projet. Les tranchées ont été pratiquées sur une largeur de godet et une longueur moyenne de 18 m
  • , suivant un maillage en quinconce. En cas de découverte de vestiges archéologiques lors du diagnostic, un élargissement des sondages positifs a été pratiqué, afín d'appréhender au mieux les structures rencontrées et de pouvoir évaluer leur densité et leur stratigraphie. Les sondages
  • positifs et les structures archéologiques découvertes dans ceux-ci ont fait l'objet d'un relevé systématique précis par un topographe et d'un échantillonnage suffisant afin de permettre leur interprétation et leur datation. Dans le cas présent, en raison de la présence de vestiges sur
  • une emprise très limitée (nécropole) et du faible nombre de sépultures concernées (7 sépultures), il a été décidé d'un commun accord avec le Service de l'Archéologie et afin de libérer les terrains de toutes contraintes archéologiques, de fouiller immédiatement les sépultures
  • exhumées. 5 ialifcard POHI 'Morinas lintiftais" wöiais k Pélt Bel-Air, ta Martmièrt \ mskrb" JBeteSQiBnisffi, ST-JACQUES-DE-LA-LANDE frame h Gautrais^p jkBavnel. NÔYÂL-CHAT1LL0N-SUR-SEIQHE pus* KP« bis SJqÇ (la lande do Pnnl iire re^oi fijande Portei ¡a JIÏT'V
  • *: MalcotakjË du Hit , \ Sràmfes la Crox i Jr .aux£ itacs ùJïîllL rö ionneria MîjsonOâi! .CHARTRES» DE BRETAGNE l^f|ntensy !a Toueiiä, P^ftfflg |pomp - »te Pavais iMcm spps i M J f l Fig. 1 Localisation du diagnostic 1 mlÊÊÈÊÊM Fig. 2 : Plan d'ensemble d u diagnostic
RAP03672 (GEVEZE (35). La Croix du Vivier : occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • GEVEZE (35). La Croix du Vivier : occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale. Rapport de fouille
  • Mobilier Lithique, céramique, macrorestes végétaux, faune, objet métallique, outil, parure, monnaie, verre Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Fouille archéologique Rapport final d’opération L’aménagement de la
  • ZAC de La Croix du Vivier par la commune de Gévezé a conduit l’Inrap à fouiller une zone de près de 4,3 hectares au sud-ouest du bourg, sur un versant exposé au sud situé à 200 m du fond de vallée. Les vestiges mis en évidence témoignent d’une succession d’occupations datées de la
  • Préhistoire jusqu’au haut Moyen Âge. Les indices d’occupation les plus anciens sont attribués au Néolithique et sont matérialisés par des éléments mobiliers (dont une hache marteau cordiforme) et deux foyers à pierres chauffées. L’étude carpologique et la datation radiocarbone d’une graine
  • au Bronze final III B attestent la fréquentation du secteur durant cette période. Ces carporestes proviennent de cinq trous de poteaux isolés qui ne forment pas d’architecture cohérente. C’est vraisemblablement durant La Tène ancienne et La Tène moyenne que se met en place une
  • exploitation agricole autour de laquelle se développe un réseau de fossés parcellaires structurant l’espace à l’ouest de l’emprise. Entre la fin de La Tène finale (-70/-20 av. J.-C.) et le début de la période antique (Ier s. ap. J.C.), l’occupation semble se concentrer au nord de l’emprise
  • au sein d’un enclos délimité par un fossé. La découverte de mobilier antique montre que ce secteur est encore exploité après le changement d’ère et ce malgré le glissement du coeur de l’occupation vers l’est. En effet, au cours du Ier s. de notre ère, on assite au déplacement de
  • l’occupation et à la probable création d’un nouvel établissement à quelques centaines de mètres à l’est du site primitif gaulois. Un réseau de fossés dont le comblement est daté de la seconde moitié du Ier siècle et des premières décennies du IIe siècle, délimite des parcelles orthonormées
  • installées le long d’un axe nord-sud. Elles sont recoupées par un chemin contemporain qui traverse l’emprise du nord au sud. Dès la fin de l’Antiquité, un ensemble de parcelles quadrangulaires délimitées par des fossés se développe à l’est du parcellaire antique et témoignent d’une
  • occupation du haut Moyen Âge, entre le VIe et le VIIIe s. ap. J.-C. À l’intérieur des différentes parcelles mises en évidence, on retrouve des structures domestiques et agricoles, dont de nombreuses structures de combustion, qui confirment la vocation agro-pastorale de l’établissement
  • . L’étude carpologique des structures de combustion a fourni un corpus remarquable de macrorestes végétaux qui confirme que la majorité d’entre elles étaient principalement destinées au traitement des céréales, probablement le séchage ou le grillage des céréales. Enfin, des fossés et
  • haies modernes délimitent des parcelles agricoles dont la vocation reste inchangée jusqu’à nos jours et la construction de la ZAC de La Croix du Vivier. Bretagne, Ille-et-Vilaine, Gévezé, La Croix du Vivier : Occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale Sujets et thèmes
  • bâtiment, voirie, habitat rural, bâtiment agricole, foyer, fosse, sépulture Occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale Rapport final de fouille Chronologie Néolithique, âge du Bronze final, La Tène, Haut-Empire, haut Moyen Âge, Temps modernes, Époque contemporaine
  • Bretagne, Ille-et-Vilaine, Gévezé, La Croix du Vivier Occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale sous la direction de Emmanuelle Ah Thon Inrap Grand Ouest Janvier 2019 35120 Occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale sous la direction de Arrêté de
  • Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Janvier 2019 par avec la collaboration de Emmanuelle Ah Thon Paul-André Besombes Vérane Brisotto Richard Delage Françoise Labaune-Jean Myriam Le Puil-Texier Yvan Paillier Julian Wiethold Nolwenn Zaour Rémy Arthuis Stéphane Jean
  • Laurent Juhel Emeline Le Goff Patrick Maguer Lydie Mano Hervé Paitier Patrick Pihuit Amandine Poupon Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 11 Fiche signalétique 12 Mots-clefs des thesaurus 13 Intervenants 15 Notice scientifique
  • 15 État du site 16 Localisation de l’opération 18 Implantation cadastrale 19 Arrêté de prescription initial 26 Arrêté de prescription modificatif 28 Définition des moyens 30 Projet scientifique 46 Arrêté d'autorisation de fouille
  • Résultats 51 I. Introduction 51 I.1 Circonstances de l'intervention 51 I.2 État des connaissances avant l'opération Le cadre géographique et géologique Le contexte archéologique 51 55 I.2.1 I.2.2 56 I.3 Stratégie et méthode mises en oeuvre Les objectifs
  • scientifiques de l'opération Les moyens mis en oeuvre 56 57 I.3.2.1 Le décapage 59 I.3.2.2 La fouille et l'enregistrement des données 57 I.3.1 I.3.2 60 I.3.2.3 Les contraintes 61 I.3.2.4 La post-fouille et les études connexes 63 II. Résultats
  • 64 II.1 Des indices d'une fréquentation des lieux au Néolithique et à l'âge du Bronze Les indices du Néolithique 64 II.1.1 65 II.1.1.1 Le foyer à pierres chauffées F92 65 II.1.1.2 Une hache-marteau cordiforme (ou hache coin) à emmanchement transversal
  • 68 II.1.2 69 II.2 Des indices d'une occupation de l’âge du Bronze ou du premier âge du Fer Une occupation du second âge du Fer 70 II.2.1 L'aménagement d'une trame parcellaire à La Tène ancienne-La Tène moyenne 71 II.2.1.1 L'angle d'une parcelle au sud-ouest de
RAP02455.pdf (MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). ZAC de la Brohinière. rapport de diagnostic)
  • MONTAUBAN-DE-BRETAGNE
  • opération préventive de diagnostic
  • MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). ZAC de la Brohinière. rapport de diagnostic
  • Rapport I N S T I T u T N A T I 0 N A L R E C H -E R C H E S A R C H É 0 L 0 G I Q U € S P R -É V E N T I V E S + + j. 0 E De Diagnostic Juin 2009 1 Ì JUIN 2009 Dominique Pouille COURRIER ARRIVEE Montauban de Bretagne « Zac de la Brohinière» (Ille-et-Vilaine
  • - Bretagne) Dates d'interventions : N ° de prescription : N° de projet INRAP : Janvier-Mars2009 SRA 2008-084/085 D A 05028101 INRAP -Direction interrégionale Gd. Ouest, 37 rue du Bignon 35510 Cesson-Sevigne - Tél.0223360040 Siège social : 7 rue de Madrid 75008 PARIS - Tél 01 40 08 80
  • 00 - Fax 01 43 87 18 63 - N° SIRET 180 092 264 00019 - APE 732 Z SOMMAIRE FICHE SIGNALETIQUE P. 3 M O T S CLES DES THESAURUS P.4 LISTE DES INTERVENANTS ET M O Y E N S MIS EN OEUVRE P.5 I. I N T R O D U C T I O N P.6 1.1. Circonstances de l'intervention P.6 1.2. Etat
  • des connaissances avant l'opération P.6 1.3 Stratégie et méthodes mises en oeuvre P.6 II. L ' O C C U P A T I O N A R C H E O L O G I Q U E II. 1. Les points d'occupation ponctuels et indices P.8 P.8 II.l.l L'ensemble 1 P.8 II. 1.2 L'ensemble 2 P.9 II. 1.3 L'ensemble 3
  • P. 10 II. 1.4 L'ensemble 4 P.10 II. 1.5 Des indices d'une occupation du début de l'époque moderne II.2. Les sites avérés P. 11 p.13 11.2.1 L'ensemble 5. La nécropole antique p.13 11.2.2 L'ensemble 6. Les vestiges d'un habitat protohistorique isolé? p.20 11.2.3
  • L'ensemble 7. Un site protohistorique de 1' Age du Fer p.21 11.2.4 L'ensemble 8. Un site d'habitat du Haut-Moyen-Age III. A N N E X E S p.33 P.37 10 Porch, la Pfltièfe ' •'«A «tf/tée le Coudray J a MssjWdiifg la Ville èì Jarnet «V vW&Sfc '« %ut PaviÖ "te Pavillon xNX X
  • '»floiiGioneti?''Ü-te Village" Oondelais la Gidcnnsis Carrier,-JtU; g. le Maine Gmidal ÌM3 Pestslais Èiand^s te Vergers' Ion Désii Wile Codi cETAGNE 1 la Haute Ruiwaie Mameli! a, la Nei Josse tes Saiilais 250 m 1/25 000 Montauban-de-Bretagne et-vilaine; FICHE SIGNALÉTIQUE
  • Numéro de projet INRAP DA 05025501 Région : Bretagne Département : Ille et Vilaine Commune : Montauba, de Bretagne Lieu-dit ou adresse : LA Brohinière Cadastre année : (voir liste dans l'arrêté de prescription joint en annexe) Coord. Lambert : X : Y : altitude : 72 à 68m NGF
  • Propriétaire du terrain : Communauté de communes du Pays de Montauban de Bretagne Arrêté de prescription n° :2008/084 en date du 21 mai 2008 Arrêté de désignation n° : en date du Responsable désigné : Pouille Dominique Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : Nature
  • de l'aménagement : ZAC économique Opérateur chargé des travaux : INRAP Grand Ouest Exploitant (s) : Surface du projet d'aménagement : 595922m2 Dates d'intervention sur le terrain : Janvier-Avril 2008 Surface diagnostiquée : 595922m2 Résultats Problématique de recherche et
  • principaux résultats : « Le diagnostic doit répondre à deux objectifs : détection et caractérisation du site comportant notamment : son emprise, sa nature, sa datation, son état de conservation, sa profondeur d'enfouissement et son potentiel environnemental ». Lieu de dépôt temporaire du
  • matériel archéologique : Base de Cesson-Sévigné (35) MOTS CLÉS DES THESAURUS Chronologie : B Antiquité romaine (gallo-romain) J République romaine | Empire romain I Haut-Empire (jusqu'en 284) J Bas-Empire (de 285 à 476) | Époque médiévale I haut Moyen Âge Moyen Âge bas Moyen Âge Temps
  • Atelier Artisanat Autre Nb • • It 10 Mobilier Études annexes Industrie lithique i Géologie Industrie osseuse H Datation Céramique Anthropologie Restes végétaux Paléontologie Faune Zoologie Flore Botanique Objet métallique Palynologie Arme Macrorestes Outil 1 An. de céramique
  • Parure An. de métaux Habillement Acq. des données Trésor Numismatique Monnaie Conservation Verre Restauration Mosaïque Autre Peinture Sculpture Inscription Autre INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : INRAP : Conservateur en charge du dossier
  • Responsable scientifique Adjoint scientifique et technique A. Villard D. Pouille M. Baillieu Autre : Intervenants administratifs : DRAC de Bretagne, SRA : INRAP interrégion Gd Ouest S. Deschamps G. Aguesse Conservateur régional de l'archéologie Directeur interrégional Aménageur
  • : Communauté de communes du Pays de Montauban de Bretagne Financement : redevance Organigramme de l'équipe scientifique : Responsable d'opération : D. Pouille Technicien : S. Barbeau, R. Battais, F. Le Boulanger, V. Guitton, M. Levan, S, Leforestier Topographe : F. Boumier Dessinateur : M
  • . Dupré Céramologue : F. Labaune Anthropologue : M. Texier Intervenants techniques : Terrassement mécanique : entreprise Beaussire, Carentan (Manche). 10 I. INTRODUCTION 1.1 CIRCONSTANCES DE L'INTERVENTION Le dépôt d'un projet d'extension de la zone artisanale de la Brohinière
  • , sur la commune de Montauban de Bretagne est à l'origine de ce diagnostic archéologique fig. 1. C'est avant tout l'étendue importante concernée par la ZAC (70 hectares au total), dont près de 60 diagnostiqués dans cette première tranche qui est à l'origine de cette opération. 1.2
  • ÉTAT DES CONNAISSANCES AVANT L'OPÉRATION Aucun site ou indice de site n'était recensé sur l'emprise concernée, en revanche des indices de site gallo-romain au lieu-dit Saint-Maurice, situé en marge méridionale de la future Zac, étaient connus. 1.3 STRATÉGIE ET MÉTHODES MISES EN
  • ŒUVRE Les sondages ont été réalisés systématiquement sur l'ensemble de l'emprise, en ayant pour objectifs la reconnaissance, l'échantillonnage et le relevé des structures rencontrées. Ils ont été effectués à l'aide de deux pelles rétro munie d'un godet lisse de 3 m de large fig. 2
RAP03661 (HOEDIC (56). Les derniers chasseurs-cueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort : étude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic)
  • HOEDIC (56). Les derniers chasseurs-cueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort : étude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic
  • Les derniers chasseurscueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort Etude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic (Morbihan, France) Rapport de prospections géophysiques sur le site mésolithique de Hoedic « Port-Neuf » - Année 2018 Grégor Marchand
  • (Université de Rennes / CNRS) Pablo Arias (Université de Cantabria) Autorisation n° 2018-192 Prospections géophysiques    Hoedic, 2018      2    Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse
  • , sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce
  • auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces
  • rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes
  • de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de
  • courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance
  • et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  • . Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  Table
  •  des matières    Remerciements ___________________________________________________________________ 4  Résumé de l’opération _____________________________________________________________ 5  1. Nature et importance scientifique du site _________________________________________ 6  1.1
  • . Bref historique des fouilles sur Hoedic ___________________________________________ 6  1.2. Description du gisement _____________________________________________________ 10  1.3. Un témoignage archéologique fort incomplet _____________________________________ 12  1.4. Heurs et
  • malheurs des datations par le radiocarbone _______________________________ 14  1.5. Le Programme CIMATLANTIC (2015-2017) : un état des lieux sur Téviec et Hoedic ____ 15  2. Problématique de la recherche de 2018 _____________________________________________ 17  2.1. Etat sanitaire d’un
  • site majeur_________________________________________________ 17  2.2. L’histoire totale d’un espace restreint aux fortes contraintes _________________________ 18  3. Méthodologie et développement des travaux _________________________________________ 18  3.1. Généralités
  • résistivité éléctrique __________________________________________ 25  4. Analyses préliminaires des résultats obtenus en juin 2018 ______________________________ 27  5. Conclusions __________________________________________________________________ 40  5.1. La prospection géophysique
  •     Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  Remerciements Nous sommes grandement redevables à M. Jean‐Luc CHIFFOLEAU, Maire de Hoedic, pour  l’autorisation d’intervenir sur la commune dont il a la charge.    Nous  remercions  M.  Yves  MENEZ,  Conservateur  Régional  de  l’Archéologie
  • ,  et  M.  Olivier  KAYSER,  son  adjoint,  pour  l’autorisation  qui  nous  fût  accordé  pour  cette  prospection  géophysique.    Nous  avons  une  immense  gratitude  envers  M.  Pierre  BUTTIN,  acteur  scientifique  et  patrimonial de premier ordre sur l’île de   4
  •     Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  Résumé de l’opération   Fouillé entre 1931 et 1934, l’amas coquillier de Port‐Neuf à Hoedic est l’un des plus célèbre  sites  du  Mésolithique  européen,  qui  témoigne  à  la  fois  des  modes  d’habitat  des  derniers  chasseurs‐cueilleurs
  • ‐pêcheurs  du  6ème  millénaire  avant  notre  ère  et  de  leurs  pratiques  funéraires.  Une  révision  récente  de  tous  les  éléments  découverts  en  fouille  (programme  Cimatlantic) et une analyse de l’ADN ancien sur certains squelettes viennent d’être réalisés.    Depuis  les
  •   années  1930,  aucun  travail  de  terrain  n’a  été  réalisé  sur  ce  site  mésolithique  exceptionnel.  Dans  le  cadre  du  programme  international  « Símbolos  subterráneos:  Una  aproximación  al  pensamiento  de  los  cazadores‐recolectores  del  Tardiglacial  y  el  Holoceno
RAP01669_2.pdf (RENNES (35). Station Val place Sainte-Anne. Rapport de fouille)
  • RENNES (35). Station Val place Sainte-Anne. Rapport de fouille
  • RENNES S i t e N° 3 5 2 3 8 0 0 8 A H . Fouilles du métro V.A.L Station Place Sainte Anne. 1998. Tome 5. Etude d'archives. Par N. Cozic. Sous la direction de D. POUILLE. A.F.A.N. S.R.A.Bretagne 1998-2000. ISS3 -Fouilles archéologiques Station Métro VAL. Place Sainte
  • P r e m i è r e phase: avant 1340-fin XV , mise en place de Sainte-Anne. l'hôpital I. Le site Place Sainte-Anne avant 1340. 1. a. b. c. une position de carrefour aux XI°-XIII° s i è c l e s ? La Voirie; g e n è s e et fonction. Les f o s s é s à Gahier. L ' é g l i s e Saint
  • -Aubin. 2. Le tissu urbain. a. H y p o t h è s e sur la d e n s i t é de l'habitat. b. L'organisation du parcellaire. 3. La p r é s e n c e d'une c a r r i è r e . a. La mise en é v i d e n c e de la c a r r i è r e . b. Les c a r r i è r e s m é d i é v a l e s à Rennes. c
  • . L'origine de la c a r r i è r e de la place Sainte-Anne Il l'hôpital Sainte-Anne: de sa c r é a t i o n à la fin du X V ° . 1. La c r é a t i o n de l'hôpital Sainte-Anne en 1340. 2. le site d'implantation de Sainte-Anne. 3 La construction de l'hôpital Sainte-Anne; son fonctionnement
  • : 1340-fin X V ° . a: La construction de l'hôpital Sainte-Anne. b. Evolution et r é n o v a t i o n de Sainte-Anne au milieu du X V ° . D e u x i è m e phase: de la reconstruction à l'abandon: 1494-vers 1566. I L'agrandissement, les mises en chantier (1494-vers 1520). 1 : Le contexte
  • . a. Les nouvelles d o n n é e s topographiques. b. Les d o n n é e s d é m o g r a p h i q u e s et sociales. 2 L'agrandissement de l'hôpital Sainte-Anne. a: « L ' a u g m e n t a t i o n » de l'hôpital. b: l'accroissement de l'enclos Sainte-Anne. c. D'autres chantiers mais mal ou
  • pas documentés. 3. a. b. c. d. la fosse-dépotoir. La configuration de la « fosse-dépotoir ». La date de mise en place de cette structure. La fonction originelle de la « fosse-dépotoir ». La transformation de la « buanderie » en « fosse dépotoir ». II Activités hospitalières et
  • données matérielles. 1. La fréquentation de l'hôpital. a. L e s effectifs. b. Quelle fréquentation? 2. L e s activités exercées au sein de l'hôpital Sainte-Anne. a. L e s soins. b. L'alimentation c. L e s textiles et habillements d. Le mobilier. e. Jardinage et élevage de porcs. f. L e
  • s activités artisanales. III Le déclin et l'arrêt des activités hospitalières à Sainte-Anne (milieu XVI°-1566). Troisième phase: La reconversion du site de l'hôpital Sainte-Anne (1566-finXIX°) I. Première étape: la gestion de l'hôpital Sainte-Anne en l'état (15661589). 1. La
  • location des bâtiments. 2. L'incendie de 1584. 3. Un premier aménagement urbain au sud de l'hôpital Sainte-Anne. Il Deuxième étape: les mutations topographiques du site de SainteAnne; la création de la place Sainte-Anne (1589-1700). 1. Ruines et reconstructions de certains logis de
  • Sainte-Anne (15891598). a. 1589: Abandon et dégradations du bâti de l'hôpital Sainte-Anne. b. 1590: la reconstruction des maisons de Sainte-Anne. 2. L a création de la place Sainte-Anne; l'évolution du bâti de SainteAnne (1592-vers 1700). a. L a création de la place Sainte-Anne (1593
  • -1600). b. L'évolution du bâti de l'hôpital Sainte-Anne (1600-1700). c. L'annexion de la ruelle Saint-Aubin par l'église Saint-Aubin (vers Ill Les mutations urbaines du XVIII° e t X I X ° siècles. 1. L'appropriation de l'emplacement des vielles maisons de SainteAnne par la
  • paroisse Saint-Aubin 2. Les aménagements de la place Sainte-Anne aux XVIIP et XIX siècles. 0 Fig.88 - Positionnement du creusement de la carrière au sein de l'îlot de l'hôpital. Les bâtiments sont installés à la périphérie du creusement. e Fig.96 • Topographie du quartier milieu X
  • V siècle d'après l'étude de Nicolas Cozic. (g) : propriété de Pierre Pillon. Fig.98 - La fosse d'aisance 2597 au sein de l'hôpital. Restitution du tracé des conduits d'évacuation 2035 et 2035 bis vers les douves. ® : emplacement des latrines de la salle des malades, d'après
  • l'étude effectuée par Nicolas Cozic. Introduction La fouille d e sauvetage m e n é e de janvier à juin 1998 sur le futur e m p l a c e m e n t d e la station du Métro-VAL place S a i n t e - A n n e a révélé quelques vestiges gallo-romains mais surtout de n o m b r e u x vestiges d e
  • bâtiments m é d i é v a u x et m o d e r n e s qui sont pratiquement tous liés à l'existence de l'établissement hospitalier S a i n t e - A n n e . Parmi ces derniers, il convient de distinguer la mise à jour d'une i m p o s a n t e construction, une fosse m a ç o n n é e de 76 m et de 3
  • à 5 m de creux. O n peut lui attribuer l'appellation de « fosse-dépotoir », s a n s que cette désignation c o n f è r e à cet édifice une fonction originelle. Q u o i q u 'il en soit, cette «fosse-dépotoir » renfermait des boues qui ont permis la conservation de multiples objets
  • de la vie quotidienne, dont certains nous sont p a r v e n u s p r e s q u e intacts, ainsi que de n o m b r e u x restes organiques. 2 P a r m i les différentes d'études c o m p l é m e n t a i r e s qu'ont e n g e n d r é s les d o n n é e s d e la fouille, une recherche
  • archivistique a s e m b l é nécessaire dans la mesure où une g r a n d e partie des vestiges tant immobiliers q u e mobiliers relèvent des périodes m é d i é v a l e s et m o d e r n e s . L'apport de la bibliographie -rennaise o u générale- c o n c e r n a n t le bâti et le mobilier de ces
  • deux périodes s'est avéré c o m m e pour d'autres sites déjà fouillés bien insuffisant. U n e mise e n o e u v r e exhaustive des sources archivistiques s'imposait donc, d'autant plus q u e celles-ci sont assez riches et diverses à R e n n e s . Bibliographie: Généralités: Caille
RAP02648.pdf (LILLEMER (35). les Hauts. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • LILLEMER (35). les Hauts. rapport de fouille
  • Les Hauts Rapport d’opération Lillemer – Ille-et-Vilaine sous la direction de Jean-Noël GUYODO Inrap Grand-Ouest Avril 2011 Les Hauts Rapport d’opération Lillemer – Ille-et-Vilaine sous l a dire ctionde Jean-Noël GUYODO avec Jérôme Defaix Gwenaëlle Hamon Stéphane
  • ....................................................................................... 4 Fiche signalétique...................................................................................................................................5 Mots-clefs des thesaurus
  • .................................................................................................................................. 9 Localisation de l’opération ................................................................................................................... 12 Arrêté de prescription
  • ........................................................................................................................... 14 Intervention 2005 : résultats .......................................................................................................................... 18 Données de terrain
  • ................................................................................................................................ 19 Le mobilier ........................................................................................................................................... 31 Analyses des résidus organiques : résultats préliminaires
  • .................................................................................................................................... 82 Données administratives, techniques et scientifiques 4 Fiche signalétique Localisation Région Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Bretagne — Département Ille-et-Vilaine (35) Organisme de rattachement Inrap Grand-Ouest 37
  • rue du Bignon-CS 67737 35 577 Cesson-Sévigné Propriétaire du terrain Dates d’intervention sur le terrain Mr J. CAPES et Mme C. BHATTI Commune Lillemer Les Hauts 35111 Lillemer Les Hauts Références de l’opération Codes Numéro de l’arrêté de prescription 2004-158 code INSEE
  • Numéro de l’opération N° DB05003102 Numéro de l’entité archéologique n° Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence (Lambert93) x : 1341,125 y : 7274,125 z : 6 à 9m NGF Numéro de l’arrêté de désignation du responsable n° -030 du 25 février 2005
  • Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Inrap Nature de l’aménagement Références cadastrales Commune Lillemer Année Permis d’aménager pour la construction d’une habitation 1982 Opérateur d’archéologie section(s) Inrap Grand-Ouest A Responsable scientifique de l’opération
  • parcelle(s) 718p post-fouille du 26/03 au 31/05/2005 Adresse ou lieu-dit 35 153 du 28/02 au 25/03/2005 Jean-Noël Guyodo, Inrap — Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier nb Paleolithique Edifice public Industrie lithique Inferieur Edifice
  • Sculpture La Tene (second Âge du Fer) Abri Inscription Mégalithe … Age du Fer Antiquite romaine (gallo-romain) Republique romaine Artisanat Empire romain Argile : atelier Epoque Haut-Empire (jusqu’en 284) Atelier Bas-Empire (de 285 à 476) … medievale Etudes annexes
  • Géologie Datation haut Moyen Age Anthropologie Moyen Age Paléontologie bas Temps Moyen Age modemes Zoologie Botanique Epoque contemporaine Palynologie Ere industrielle Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration … 6
  • Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Anne Villard, SRA Conservateur en charge du dossier Prescription et contrôle scientifique Jean-Noël Guyodo, Inrap Chargéed’opération et de
  • recherche Responsable scientifique Jérôme Defaix, Inrap Archéologue Traitement du mobilier et des données Gwenaëlle Hamon Néolithicienne Étude céramique néolithique Stéphane Jean, Inrap Archéologue Infographie Alexandre Lucquin, Univ. Rennes I UMR 6566 Chimie organique
  • Ramiro March, CNRS UMR 6566 Chimie organique Carole Vissac, UMR 7041 Micromorphologue Micromorphologie Tâches généri ques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Collaborations Intervenants Prénom Nom, organisme d’appartenance Stéphane Deschamps, SRA Conservateur
  • régional Prescription et contrôle scientifique Anne Villard, SRA Conservateur en charge du dossier Prescription et contrôle scientifique Gilbert Aguesse, Inrap Directeur interrégional Grand-Ouest Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap Adjoint scientifique
  • et technique Bretagne Mise en place et suivi de l’opération Luc Laporte, CNRS UMR 6566, resp. coordination programme Lillemer Contrôle scientifique Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Noël
  • Guyodo, Inrap Assistant d’étude et de recherche Responsable scientifique Jérôme Defaix, Inrap Technicien Valérie Le Gall, Inrap Technicien Jérôme Pain, Inrap Technicien Équipe de post-fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de
  • Enregistrement des données Infographie Gestiondes photographies Rédaction des textes Jean-Noël Guyodo, Inrap Mise en page du RFO 8 Notice scientifique A la suite d’une demande de permis de construire déposée le 23 janvier 2004 sur la parcelle A 718p sud au lieu-dit Les Hauts (Lillemer
  • , Ille-et-Vilaine) par Mr G. CAPES et Mme C. BHATTI, un diagnostic archéologique a été réalisé en juin 2004 par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP, Interrégion Grand-Ouest), conformément à la loi du 17 janvier 2001 sur l’archéologie préventive, en
RAP02143.pdf (LILLEMER (35). une enceinte du néolithique moyen à Lillemer. rapport final de synthèse de fouille programmée 2003-2005 et de prospection thématique)
  • LILLEMER (35). une enceinte du néolithique moyen à Lillemer. rapport final de synthèse de fouille programmée 2003-2005 et de prospection thématique
  • 3 n ^^A Rapport de fouille programmée et de prospection thématique 2003-2005 Lillemer (Ille-et-Vilaine) Rapport 2005 et Synthèse 2003-2005 (Complément aux rapports 2003 et 2004) L. Laporte, C. Bizien-Jaglin, J.N. Guyodo G. Hamon, F. Bertin, L. Quesnel R , HWii-k A /c-c^ju
  • - "/ ZU3 2 Renseignements administratifs Fouille programmée : Site n° 35 153 003 AH Parcelle n°733 Coordonnées Lambert : X = 290,35 Y = 1104, 65 Financement : Ministère de la Culture : 12750 euros Conseil Général 35 : 12750 euros Equipe de la fouille programmée: Direction : Luc
  • Laporte Encadrement sur le terrain : Catherine Bizien-Jaglin, Véronique Guitton Equipe de fouille : Jacques Bansard, Jacques Garbarini, Agnès Guillouet, Jérôme Jehannes, Jacqueline Lapéras, Faustine Roussel, Pierre, Jean-Pierre Sourcin. Redressement des images : Laurent Quesnel
  • Mise au net des plans : Francis Bertin Remerciements Nous tenons à remercier le propriétaire de la parcelle sondée, Monsieur sa gentillesse et l'attention qu 'il a porté à nos travaux. Delépine pour Nous avons le plus grand plaisir à remercier la Mairie de Lillemer qui a mis une
  • salle à notre disposition ainsi qu'un lieu pour camper. Elle a toujours accueilli nos recherches avec beaucoup de sympatie. Le Ceera, à l'initiative de la découverte, a très aimablement facilité nos démarches sur place. M. Tostivin, gestionnaire de l'UMR 6566, s'est - comme toujours
  • - dévouée pour faciliter le bon fonctionnement du chantier sur le plan administratif et financier. Ces travaux n'auraient pu être réalisés sans le soutient actif du Service Régional de l'Archéologie, en particulier en la personne de A. Villard que nous souhaitons remercier. Sur le
  • terrain, nous avons eu un grand plaisir à travailler avec une équipe de particulièrement enthousiaste et efficace. Un grand merci à tous. fouille Lillemer 2004 ^ Occupations du marais Dépôts ? ••^i Sondage archéologique ~~1 présence de mobilier ncolilhiqucmmm talus observe en
  • coupc en surface I imile parcelaire avec forte dénivelée | Q [ Forme céramique complète en surface I. imile parcelaire ¿«ïc nimiii tracé hypothétique détruite par les c a r r i è r e s Enceinte du Néolithique moyen Figure 1 : plan général du site de Lillemer 7 Sur le flanc est de
  • la butte, la construction toute récente de trois pavillons individuels a motivé plusieurs interventions d'archéologie préventive. Une opération de diagnostique réalisée par S. Blanchet sur la parcelle 968 a livré quelques vestiges du Néolithique moyen, dont un fragment de coupe à
  • socle décorée de triangles imprimés. Deux opérations de diagnostique et une fouille d'archéologie préventive ont été réalisées par A.-L. Hamon sur la parcelle adjacente (718). Elles furent suivies d ' u n e fouille préventive menée en 2005 sous la direction de J.-N. Guyodo. Deux
  • phases d'occupation distinctes, datées du seul Néolithique moyen II par la culture matérielle (production céramique et assemblage lithique), ont été mises au évidence, offrant ainsi un nouveau point d'information sur les aménagements collectifs ainsi que la structuration de l'espace
  • villageois. Plus bas sur la pente encore, à l'extérieur du fossé, des niveaux rubéfiés ont été identifiés au contacte du socle schisteux. Ils contenaient du mobilier néolithique. Dans la parcelle 968 quelques plaquettes de schiste disposées à plat surmontaient ce niveau rubéfié. Elles
  • pourraient constituer l'ultime prolongement d ' u n vaste aménagement que nous décrirons plus en détail lorsque nous aborderons les zones humides autour de la butte. 2/ Les enceintes du Néolithique moyen Nous venons de décrire un premier système de talus et de fossé repéré
  • ponctuellement sur la butte, en bas de pente. Il a été repéré sur presque quarante mètres de long. Un second système de talus, fossé et palissade est situé en contrebas de la route qui contourne la butte. Il semble bien avoir ceinturé l'ensemble de la butte sur plus d ' u n kilomètre de long
  • . Fort bien conservé en élévation, le talus marque encore faiblement le paysage dans les parcelles 727 à 725, à l'est. Une ré-interprétation des coupes relevées au cours d'une opération de diagnostique sur la parcelle 749 Permet d ' en observer l'existence au sud. Il pourrait se
  • poursuivre à l'emplacement de limites parcellaires sur son flanc ouest. Deux opérations de fouilles effectuées en 2004 et 2005, ont permis d ' e n reconnaître le tracé et la structure. Diamétralement opposées, elles se situent pour l'une près de l'extrémité nord de la butte et pour
  • l'autre en contrebas de son flanc sud-est. Il s'agit d ' u n e opération de fouille préventive menée par l'INRAP sous la direction de Jean-Noël Guyodo pour la première et d ' u n e opération de fouille programmée réalisée sous la direction de Luc Laporte (CNRS, U M R 6566, Rennes) pour
  • la seconde. 8 Planches Piquets Sondage 2 Couche 4 Plaoches bru le es s» concentrations dn charbons Figure 2 : Le chemin de planches dégagé en 2003 dans le sondage 2 r-y , \ • W f ^ T 'v- t£ nmviiSfUitm'i T:a r - -j- G«. V Figure 3 : assemblage céramique du
  • Néolithique moyen à Lillemer et quelques d é m e n t ^ d e comparaison 9 3/ L'occupation des marais environnants Des vestiges du Néolithique moyen ont été repérés par prospection de surface sur plus de 30 hectares tout autour de la butte. L'arrachage de troncs d'arbres fossiles
  • (couërons), combiné avec un assèchement croissant du marais, contribue à faire affleurer le mobilier archéologique en surface des niveaux tourbeux. De nombreuses coupes de fossés ont été observées par les membres du C.e.r.a.a. à l'occasion du calibrage des fossés de drainage. La
RAP03068.pdf (PLÉCHÂTEL (35). le bois : architecture et vie quotidienne au néolithique moyen. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PLÉCHÂTEL (35). le bois : architecture et vie quotidienne au néolithique moyen. rapport de fouille
  • Mobilier Industrie lithique, Céramique, Macrorestes, Faune, Outil La typologie des quatre constructions sur poteaux permet d’en proposer une approche architecturale et fonctionnelle. Les bâtiments 1 et 3 peuvent être interprétés comme des maisons d’habitation. Une fonction de
  • stockage est envisagée pour le bâtiment 2, qui s’apparente à une « dépendance » du bâtiment 3. L’interprétation de l’ensemble 11 demeure en revanche plus problématique. Cette construction pourrait s’apparenter à un édifice ostentatoire, dont la fonction dans l’aménagement de l’espace ou
  • dans le paysage reste délicate à aborder. Le phasage du site s’esquisse à la lecture des datations absolues, mais aussi grâce à un certain nombre d’indices de chronologie relative. Une première phase d’occupation (bâtiments 1 et 11) se positionne à la charnière entre le Ve et le IVe
  • millénaire avant notre ère. La deuxième phase (bâtiments 2 et 3) se place dans le courant de la première moitié du IVe millénaire. Entre ces deux étapes, la surface étudiée semble avoir été délaissée pendant une durée estimée à un ou deux siècles. Si le décapage documente clairement les
  • limites de l’occupation vers l’ouest et vers le nord, il ne peut être exclu que les vestiges se poursuivent au sud ou à l’est, sur des terrains topographiquement favorables. La fenêtre d’observation ouverte dans le cadre de cette fouille préventive est donc positionnée sur la limite
  • nord-occidentale d’un habitat, dont l’étendue reste toutefois incertaine. Fouille archéologique La fouille du site de Pléchâtel « Le Bois » a été conduite par l’Inrap en 2012, dans le cadre de l’aménagement d’un Parc d’Activités Intercommunal par la Communauté de Communes Moyenne
  • Vilaine et Semnon. Le décapage a concerné une surface de près de deux hectares, mettant en évidence quatre bâtiments sur poteaux et une soixantaine de structures de combustion. Une trentaine de foyers sont regroupés sous la forme d’une « batterie » organisée en une aire quadrangulaire
  • . L’ensemble de ces vestiges est rapportable au Néolithique moyen II. Rapport d’opération Sujets et thèmes Bâtiment, Structure funéraire, Habitat rural, Bâtiment agricole, Structure agraire, Maison, Fosse, Sépulture Architecture et vie quotidienne au Néolithique moyen Ille-et-Vilaine
  • moyen sous la direction de Laurent Juhel Il y a une dizaine d’années seulement, nous ne disposions de pratiquement aucune donnée sur l’architecture domestique du Néolithique moyen dans l’ouest de la France. Parmi un corpus de sites qui commence à s’étoffer, les architectures de
  • Architecture et vie quotidienne au Néolithique moyen 35221 Code INSEE Pléchâtel, Ille-et-Vilaine, Le Bois — 2011-148 Système d’information Code Inrap DB05036302 Arrêté de prescription sous la direction de Laurent Juhel Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson
  • -Sévigné décembre 2014 par avec la collaboration de Klet Donnart Philippe Forré David Gâche Jean-Christophe Le Bannier Guirec Querré Hélène Seignac Myriam Le Puil-Texier Julian Wiethold Philippe Boulinguez Stéphane Jean Pierrick Leblanc Vincent Pommier Illustration de couverture
  • Bâtiment 3, Néolithique moyen II. © Emmanuelle Ah Thon, Inrap Sommaire 9 10 Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus 11 Intervenants 12 Notice scientifique 13 Localisation de l’opération
  • 15 Arrêté de prescription 24 Définition des moyens 26 Autorisation de fouille Résultats 31 1. Présentation de l’opération 31 1.1 Contexte de l’intervention 33 1.2 Méthodologie 33 1.2.1 Les objectifs de la fouille 33
  • 1.2.2 Le décapage 33 1.2.3 La fouille 34 1.2.4 L’enregistrement des données 34 1.3 Situation topographique et paysagère 36 1.4 Environnement géologique et stratigraphie du site 39 1.5 Environnement archéologique 43 2. 43 2.1
  • Présentation des résultats Les occupations du néolithique moyen 43 2.1.1 Les bâtiments 43 2.1.1.1 Le bâtiment 1 55 2.1.1.2 L’ensemble 11, une construction singulière 64 2.1.1.3 Le bâtiment 3 85 2.1.1.4 Le bâtiment 2 92 2.1.1.5 L’implantation
  • des bâtiments 2 et 3, hypothèses 94 2.1.2 94 2.1.2.1 Les structures de combustion Généralités et méthodologie 95 2.1.2.2 Une batterie de structures de combustion (Ensemble 5) 108 2.1.2.3 Les foyers à sole empierrée isolés 113 2.1.2.4 Quelques
  • structures à pierres chauffées 118 2.1.2.5 Le grand foyer F.226 120 2.1.2.6 Les foyers «en cuvette» 132 2.1.2.7 Étude anthracologique du foyer F.623 (Hélène Seignac) 134 2.1.2.8 Le grand foyer F.164 138 2.1.2.9 Des structures fonctionnant en binôme
  • ? 143 2.1.2.10 Les structures de combustion, bilan 144 2.1.3 Le puisard F.862 148 2.1.4 Le mobilier 148 2.1.4.1 La céramique (David Gâche) 151 2.1.4.2 L’industrie lithique 152 2.1.4.2.1 Les matières premières siliceuses utilisées
  • 2.1.4.3.3.3 Ensemble 11 177 2.1.4.3.3.4 Hors ensemble 181 2.1.4.3.4 183 2.1.5 183 2.1.5.1 190 2.1.5.2 199 2.1.6 Le macro-outillage (Klet Donnart) Synthèse Éléments de chronologie des occupations néolithiques Les datations isotopiques Les
  • rythmes de l’occupation du Néolithique moyen Les comparaisons architecturales 199 2.1.6.1 Les bâtiments de Pléchâtel, typologie et comparaisons 203 2.1.6.2 Des comparaisons explicites et étonnantes 206 2.1.6.3 Synthèse 208 2.1.7 208 2.1.7.1
RAP00477.pdf (PLÉDRAN (22). le camp de Péran. rapport de fouille programmée et rapport de restauration d'un corpus d'objets en fer)
  • PLÉDRAN (22). le camp de Péran. rapport de fouille programmée et rapport de restauration d'un corpus d'objets en fer
  • -West Furien, Journal of Danish Archaeology, vol.7, 1988 (1990), p. 93114, 28 f i g . . BAHR J. K. (1850) Die Gräber der Liven ein Beitrag zur nordischen Alterthumskunde und Geschichte. 1850, pl.XVI, n° 6, 7 e t 8. CHATELLIER P. (du), LE PONTOIS L. (1908) La sépulture Scandinave à
  • RAPPORT DES FOUILLES EXECUTEES EN 1990 ELEEBâM (Côtes-d'Armor) Jean-Pierre Nicolardot. Chargé de Recherche au C.N.R.S, U;A. 880 au Musée des Antiquités Nationales Chargé de Mission des Musées Nationaux N° d'inventaire: 22 176 002 AH Cadastre 1957 Section G, n°64 à 69
  • Coordonnées Lambert Zone I Ax : 221,75 Bx : 97,15 Z : 160 m Musée des Antiquités Nationales Saint-Germain-en-Laye, l e 10 Janvier 1991, SE : 1. - Présentation du Camp de Péran p.2 2. - L'équipe de f o u i l l e s e t organisation des recherches p.3 3. „- Bilan des recherches en 1990 p,7
  • 4. - Inventaire des principaux objets mobiliers mis au jour (19831990) e t état d'avancement de leurs travaux de consolidation e t de restauration p . l l 5. - Conclusions e t perspectives p.16 6. - Bibliographie p.18 7. - Nomenclature e t légendes des planches p.19 8. - Annexe
  • : rapport de r e s t a u r a t i o n du L.A.M. p.28 1. Présentation du Camp de Péran à PLEDRAN (Côtes-d'Armor) Le Camp de Péran est une enceinte fortifiée s u b - c i r c u l a i r e (diamètre Est-Ouest = 120 m env. e t diamètre Nord-Sud = 130 m env.), dont l a f o n c t i o n
  • défensive a cessée brusquement au cours du Xe siècle. Le s i t e a été réoccupé par l a s u i t e , en t a n t qu'habitat ouvert, notamment au X l I I e siècle e t jusqu'au XIXe siècle. Les recherches en cours n'ont pu permettre encore de déterminer l a date de l a construction des
  • ouvrages défensifs, mais e l l e s ont montré que c e t t e enceinte a été établie sur l e rebord d'un plateau déjà fréquenté au cours du Deuxième Age du Fer. C'est à l a f i n des temps carolingiens q u ' i l f a u t s i t u e r l a destruction de l a forteresse. Les mobiliers
  • archéologiques retrouvés s'accordent typologiquement avec les datations archéométriques obtenues selon les méthodes du radiocarbone e t plus particulièrement par c e l l e s de l'archéo-magnétisme qui s i t u e n t l a v i t r i f i c a t i o n du rempart aux environs de 915 plus ou moins 20
  • ans après J.-C. (datation obtenue par L. Langouët, Laboratoire d'Archéométrie de l a Faculté de Rennes I ) . C'est par un v i o l e n t incendie que les i n s t a l l a t i o n s médiévales ont été détruites. Les traces se retrouvent aussi bien sur l e s s t r u c t u r e s
  • défensives, deux fossés concentriques, un glacis d ' a r g i l e e t un rempart de p i e r r e à ossature de bois, que sur les vestiges architecturaux des constructions e t bâtiments, de p i e r r e liée d ' a r g i l e ou de bois e t de clayonnage a i n s i que sur l e s objets mobiliers
  • calcinés, armes de c a v a l i e r s , o u t i l s e t ustensiles de f e r , de bois ou en céramique, restes de végétaux e t d'animaux, témoins des activités guerrières, domestiques e t agricoles, retrouvés à l'intérieur de l a forteresse. En cours d'étude par notre équipe depuis 1983
  • , l'enceinte fortifiée carolingienne d i t e Camp de Péran, implantée sur un substrat d'habitat protohistorique gaulois (La Tène moyenne e t f i n a l e ) , a f a i t l ' o b j e t de recherches en 1990 sur les s t r u c t u r e s médiévales de l ' h a b i t a t . En conformité avec l a p r
  • e s c r i p t i o n du Conseil Supérieur de l a Recherche Archéologique, une équipe notablement renforcée a été constituée. E l l e a permis de poursuivre e t d'achever l e s recherches en continuité des travaux engagés depuis 1988 dans l e s sections 8 e t 9. Rappelons que c e t
  • t e section de f o u i l l e s est située l e long du parement interne du rempart intérieur, dans l a p a r t i e médiane ouest de l'enceinte ( c f . pl.3 e t 4), E l l e a permis de reconnaître une importante p a r t i e du parement intérieur du rempart, sur une longueur- de 40
  • m a i n s i que les constructions q u i l e jouxtent. Ces travaux de t e r r a i n ont été exécutés sous couvert d'une a u t o r i s a t i o n de f o u i l l e programmée, assortie d'un crédit de fonctionnement limité à 10.000 F. Les études de l a b o r a t o i r e
  • (métallographie, radiographie, anthracologie, carpologie e t cêramologie) ont été poursuivies, mais e l l e s n'ont pu connaître l e développement souhaité, l e s crédits d'analyses sollicités n'ayant pas été accordés. 2. L*équipe de f o u i l l e s e t organisation des recherches: E l l e
  • a rassemblé une t r e n t a i n e de personnes, membres du Centre Archéologique de Péran, professionnels, étudiants e t bénévoles. L'encadrement a été assuré par Jean-Pierre Nicolardot, t i t u l a i r e de l ' a u t o r i s a t i o n de f o u i l l e s , Ancien Elève Diplômé de 1'Ecole
  • Pratique des Hautes Etudes (E.P.H.E. devenue E.H.S.S.), Docteur en H i s t o i r e (3e c y c l e ) , Chargé de Recherche au C.N.R.S. membre du Conseil S c i e n t i f i q u e de l'U.A. 880 du C.N.R.S. au Musée des Antiquités Nationales, Chargé de Mission des Musées Nationaux, Ancien
  • membre des Missions Archéologiques Françaises au MoyenOrient (archéologue e t a r c h i t e c t e des f o u i l l e s de Ras ShamraUgarit Syrie e t d'Enkomi-Alasia Chypre dirigées par l e Professeur Cl. Schaeffer), Membre du Conseil e t du Bureau de l a Société Préhistorique Française
  • (Vice-Président de l a S.P.F. en 1990), Secrétaire du Conseil, a i n s i que par Colette Nicolardot, Ingénieur au C.N.R.S., membre de l'U.A. n°880 au C.N.R.S., Laboratoire au Musée des Antiquités Nationales à SAINT-GERMAIN-en-LAYE, chargée de l a formation des s t a g i a i r e s sur