Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3381 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • of the relationship between land-use and settlement during the 1 ast two thousand years, took place from 25 August - 1 October in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the department of Morbihan in eastern Brittany. The ai m of the study is to détermine when
  • southerly, 0.S lm wide and 0.4m deep (51: filled with 50), appears to have been reçut, for a smaller ditch (80: fill 81) 0.5m wide and 0.15m deep had removed the eastern side of ditch 51. Neither ditch produced finds. Ditch 53 was wider (1.2m) and deeper (0.5m) and its fill (52) contai
  • to have been a Spanish amphora; the upper fill (58) produced no finds. The eastern edge of the ditch had been eut into by a group of four pits. Pit 77 was dug first, and then three more -71, 73 and 75: none of the fills produced finds (76, 70, 72, 74). A mètre down slope
  • . The pottery was abraded, which implies that some time and/or distance separated its use as pottery from its place of déposition in A31/79. Now, the pits were largely confined to the ridge while a séries of approx i mat el y parai lel ditches, most with the same profile, extended from
  • five-day planning trips by two in September 1987 and April 1988. The team, consisting of volunteers from a wide range of places, numbered twenty-six, including the directors, one finds assistant and three supervisors; it worked for f i ve weeks from 28 August, with four days off
  • some pièces were 5mm across. This layer varied in thickness -from 0.75m on the eastern, up-slope, side o-f the trench to 0.38m on the west. At the east end the top sur-face o-f 2 curved as i -f the layer had been mounded up. This layer could not be total ly excavated over the whole
  • charcoal (16) and smail 1 fragments of mudstone; this produced two smal 1 and abraded sherds of Iron-Age pottery (Fabric 86); the upper fill (15) had no finds. Another pit was also found in the north section (22: lm wide, 0.42m deep) whose fill (23) had no finds but more mudstone
  • . An oval pit (29: 1.15 x 0.6m and 0.08m deep with fill 30) had been eut by a circular pit (17: diameter 0.75m and 0.15m deep) which had a thick deposit of charcoal (14) in its base and then a sandy fill (18). This had in turn been eut by a circular pit (19: 0.6m diameter and 0.1m deep
  • without more extensive investigation. The séquence from T36 is important. The trench was sited on the highest part of the field, near the top of the slope, yet it has a much deeper stratification than T37 lower down the slope. The buried soil 32, with its charcoal, might represent
  • , loosely compacted quart:-: pebble conglomerate and riverine gravel . The lower fill (17) had more stone (47.7kg) than the upper (16: 19.6kg): the différence may reflect two separate dumps of soil; the cleanness of the fillings, the comparât i vel y small number of finds and the lack
  • of charcoal would suggest a quick and deliberate backfill of this ditch. There was, however, a patch of charcoal (20) in the upper part of 16 at the west end of the ditch. No pottery was recovered from the upper fill but in context 17 were a near-compl ete terra-ni qra bowl with a foot
  • into natural. The edges were not as clearly defined as ditch 5, and the profile was more irregular; a 2m length was excavated, which was 0.6m deep and 1.2m wide. Although it was parallel with 5, its filling (12) was much sandier and the range of finds was différent. Large quanti ties
  • suggests that the building did not stand long after the second century, and hence that this ditch fill from the building took place at or shortly after that time. It is difficult to suggest a function for the earlier ditch (5 and 10) other than for drainage. The présence of Iron-Age
  • and ear 1 y Roman pottery in its fills, and the virtual absence of roof tile, implies that it had been filled before the buildings went put of use; the pebbly, foreign, nature of the fills shows that thèse were deliberate. This ditch may have been in existence before the structure
  • was built and may have been made redundant by its construction - hence the fills. Although, then, excavation of A92 was very limited, it cl earl y demonstrates that. there was a Roman-period building on or near the ridge, which was occupied in the first and second centuries
  • and A79 were first walked at 50m intervais in 1982; the material which was recovered concentrated where the two fields joined and was classified as a 'probable médiéval site'; Roman pottery was also noted. The field boundaries were subséquent 1 y changed and the eastern part of A31 has
  • ned four' sherds of southern Gaulish Sami an , and one of grey coarse ware (Fabric 37). The most northerly ditch (55) was 0.9m wide and 0.4m deep, and from its fill (54) came three pièces of tile (Fabric 1). In so far as can be seen in a narrow trench, the three ditches appear
  • at the bottom of the valley slope. The part of T39 which was on the ridge produced one shallow feature only, perhaps the base of a pit (65: 0.6m wide, 0.1m deep), whose fill (9) produced no finds. Between the brow of the ridge and upper part of the slope (between 30 and 60m from the south
  • was to check the course of thèse ditches, and both original ditch and reçut were found; however they produced neither pottery nor tile. A f 1 at-bottomed pit (17), 1.4m wide and 0.5m deep , was located close to ditch 3. Its fill (18) contained 3.7kg of tile (Fabric 1) , 7kg of quartz, one
  • dug parallel, 6.4m apart. Ditch 19, 1.75m wide and 0.6 m deep, had within its fill (20) two sherd s of late Iron- Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13) and 6 small pièces of iron— working slag. The more northerly ditch, 2:4, had a primary silt (60) with no finds and then a loam
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
  • par O. Kayser, de 1985 à 1988, puis d’une grande série d’analyses paléo-environnementales, archéozoologiques et technologiques, qui ont dessiné les contours d’un site désormais considéré en Europe comme une référence pour comprendre les sociétés de la fin du 7ème millénaire avant
  • Archéosciences – UMR6566 CReAAH) pour toutes leurs aides. Elles se sont concrétisées, cette année en 2020, entre autres, lors de l’organisation logistique du stage collectif et la mise en place des conventions. • Les trieurs de sédiments qui ont encore une fois démontré leur patience et leur
  • chronologique désormais mieux assurée fait non seulement de Beg-er-Vil le plus ancien des niveaux coquilliers de Bretagne, mais le place aussi intégralement dans une péjoration climatique majeure de l’Holocène, le « Finse Event », dont la position chronologique est diversement appréciée mais
  • étroit font de Beg-er-Vil une référence exceptionnelle pour le second Mésolithique en Europe atlantique. L’habitat de Beg-er-Vil est encore bien seul dans l’Ouest de la France pour cet intervalle chronologique de la fin du 7ème millénaire avant notre ère. Par les caractères généraux
  • Beg-er-Vil en relation avec le terrain, c’est ce mode de fonctionnement (stage individuel) qui sera mise en place les années à venir pour finaliser le tri de Beg-er-Vil. Il reste moins efficace que de prendre quelqu’un de former au tri en contrat ou que les stages collectifs qui
  • internationaux (Meso'2020 Dixième congrès international sur le Mésolithique en Europe. 7-11 septembre 2020, Toulouse / Investigate the shore, sounding the past: methods and practices of maritime prehistory. Séance de la Société préhistorique française, décembre 2020. Brest). Ils permettent de
RAP03185.pdf ((22)(29)(35)(56). Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR)
  • systèmes techniques au Paléolithique ancien : quelle actualité ?, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Paris, 0810/10/14, pp. 47-51. RAVON A.-L., MONNIER J.-L., LAFORGE M., 2015 – Menez-Dregan, layer 4 : a transitional layer between the Lower and Middle Palaeolithic in Brittany
  • , Quaternary International, http://dx.doi.org/10.1016/j.quaint.2015.07.066. RAVON A.-L., GAILLARD C., MONNIER J.-L., 2015 - Menez-Dregan (Plouhinec, Far Western Europe): the lithic industry from layer 7 and its Acheulian components, Quaternary International, sous presse. 5.2
  • of the Middle Paleolithic site of Piégu (Brittany, France). A multi-material approach. In : 13th International Conference on Luminescence and Electron Spin Resonance Dating, Torun, Poland, 10-14 July 2011, Quaternary Geochronology, LED2011 Special Issue, 10, 424-429. - BATES M.R., BATES C.R
  • for Middle and Upper Pleistocene landscape evolution in the Sussex/Hampshire Coastal Corridor, UK. Proceedings of the Geologists’ Association, 121, 369-392. - BIGOT B., MONNIER J.-L. (1987) - Stratigraphie et sédimentologie des lœss récents du nord de la Bretagne. Données nouvelles
  • . 3 : Carte de localisation de Jersey (in Scott et al., 2014). De plus, un nouveau PCR se met en place afin d’étudier les occupations sur Belle-Île (L. Audouard et B. Gerhes dir.). Dans ce cadre, nous interviendrons dans ce projet si des dépôts pléistocènes ou de l’industrie
  • , ou sous les estrans, dans les couches érodées par la mer. Ces gisements, souvent non-remaniés et donc parfaitement en place, sont menacés notamment par l’érosion marine qui progressivement les détruits en libérant les artefacts que l’on retrouve alors sur les estrans. De nombreux
  • jour essentiellement sur le littoral septentrional (fig. 6). Il s’agit notamment des sites de Kerlouan (Finistère ; Monnier, 1980 ; 1986 ; 1990) : Beg-ar-C’hastel dont l’industrie, rattachée à l’Aurignacien, se situe dans un sable limoneux rapporté à la transition MIS 3 - MIS 2 ; et
  • Enez Amonar-Ross, rattaché au Châtelperronien et découvert au sein d’une arène limoneuse pouvant être rattachée au MIS 2, mise en place au cours de la dynamique loessique du Pléniglaciaire supérieur (Bigot et Monnier, 1987). Le gisement de Plasenn-al-Lomm à Bréhat (Côtes-d’Armor
  • of the Palaeolithic landscape at the western most tip of continental Europe: The shoreline seen by the Menez-Dregan dwellers. Environmental Archaeology, sous presse. MONNIER J.-L., RAVON A.-L., 2015 - Terra Amata et Menez-Dregan. Des industries du Paléolithique inférieur à rares bifaces et riches
  • (Plougastel-Daoulas, Finistère) et les premiers temps de l'Azilien sur le Massif armoricain. Table-ronde organisée en hommage à Guy Célérier « Les sociétés de la transition du Paléolithique final au début du Mésolithique dans l'espace nord-aquitain ». Musée national de Préhistoire, Les
  • ., GIBBARD P.L., MacPHAIL R.I., OWEN F.J., PARFITT S.A., PREECE R.C., ROBERTS M.B., ROBINSON J.E., WHITTAKER J.E., WILKINSON K.N. (2000) - Late Middle Pleistocene deposits at Norton Farm on the West Sussex coastal plain, southern England. Journal of Quaternary Science, 15 (1), 61-89
RAP02397.pdf (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. rapport final de fp 2006-2008)
  • relativement peu de temps après le début de la régression, donc dans des conditions encore assez clémentes. A Menez-Dregan, du moins en couche 5, l'occupation se place dans un contexte paléoclimatique encore peu froid, relativement tempéré, dans un contexte limite océanique-continental. La
  • de Pors Poulhan (carte géologique de la France au 1/50000, feuille Pont-Croix, 1981). Il s'agit d'un granité porphyroïde mis en place vers 345 M.A., au début du Dinantien, aux dépens de greywackes affleurant largement plus au sud, ainsi que sur les fonds de la baie d'Audierne en
  • coulées de solifluxion, mais plutôt du remaniement anthropique d'un sédiment en place. La micromorphologie a montré que la couche 9 est un sol très humifère. Le sommet de la couche 9 est marqué par une surface d'érosion probablement d'origine marine, ce que confirment la présence de
  • formes d'abrasion typiques (marmites) et la nature des couches 8a et 8b qui correspondent manifestement à des sédiments de plage ancienne. Lors de la campagne 2008 il a été observé une distinction 8b et 8b' : 8b correspondant à la plage marine en place, avec une matrice limoneuse et
  • humaine. Au-dessous, la plage en place est caractérisée par une matrice limoneuse. La couche 5 apparaît comme la couche la plus fortement anthropique du gisement, extrêmement riche en industrie lithique et conservant des structures. L'abondance de matières charbonneuses organiques
  • fin colluvium postérieur à une première occupation humaine sur les galets de la couche 6 et sous la couche 5e. Sa mise en place a vraisemblablement incorporé des éléments de sables dunaires. Elle a été préservée de l'érosion grâce à l'abri du gros bloc effondré. La couche 5e
RAP03654 (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2018 de FP 2017-2019)
  • ces travaux, les recherches se sont considérablement développées sur le sujet dans la région, grâce à un travail de mise en réseau d’archéologues non professionnels, à la reprise de collections anciennes ou encore à la mise en place d’opération programmées, faisant de l’Ouest de la
  • avec les régions disposant d’éléments de datation (fig. 1). Un des principaux résultats de ce travail aura tout d’abord été de rajeunir les sites jusqu’alors attribués au Magdalénien, en les plaçant à l’extrême fin du Tardiglaciaire, à la transition Pléistocène-Holocène (Naudinot
  • stratigraphique, avait toutefois largement limité la portée de ces analyses. Cette phase de l’Azilien est pourtant essentielle afin de caractériser les modalités et le rythme des transformations qui touchent les sociétés de chasseurs-collecteurs à la fin du Magdalénien. La transition entre le
  • « processus d’azilianisation » des sociétés magdaléniennes. Ces transformations sont-elles le résultat d’apports extérieurs (arrivée de nouvelles populations comme tendent à le suggérer les données de la génétique ; Fu et al., 2016) ? D’une évolution sur place ? Quel est le rythme de ces
  • résultats de ces fouilles ont dépassé les objectifs annoncés et l’abri du Rocher de l’Impératrice constitue aujourd’hui un des gisements les plus importants pour la compréhension de la transition Magdalénien-Azilien en France. Voici un résumé des principaux éléments mis en évidences lors
  • , témoignant d’importantes ruptures dans la chaîne opératoire de production de l’outillage lithique. Si ce phénomène est intéressant afin de discuter du statut du site et de sa place dans l’organisation socio-économique des groupes aziliens, cette rareté des déchets de taille complique la
  • compréhension détaillée des modalités opératoires mises en jeu par les occupants du site durant l’Azilien. Les éléments disponibles, notamment quant aux objectifs de débitage et techniques de détachement, apportent toutefois des informations particulièrement intéressantes sur la place du
  • exigence qualitative avec des bords et des nervures le plus souvent parallèles et une certaine normalisation morphométrique. S’il est trop tôt pour décrire précisément les méthodes mises en place pour la production de ces supports, cette régularité laminaire a dans tous les cas
  • nécessité la mise en place de méthodes structurées avec des phases de mise en forme et d’entretien des volumes soignées. On notera également la possible utilisation de matériaux non strictement locaux, avec la très probable mobilisation de silex récoltés sur les affleurement crétacés de
  • témoignages symboliques sont très rares pour cette phase de l’Azilien en Europe. Seuls quatre gisements livrent en effet de l’art mobilier : Bois Ragot (une pièce ; Cholet et Dujardin, 2005), Le Closeau (quelques cortex gravés ; Bodu, 1998), Abri Murat (série de la fouille Lorblanchet
  • disparition totale des motifs figuratifs au profit de représentations uniquement géométriques. Nos travaux suggèrent toutefois une mise en place de ce phénomène probablement plus tardivement qu’initialement proposé dans ce techno-complexe (possible perduration des représentations
  • l’Impératrice durant l’Azilien ancien L’extension de l’opération, le développement de l’analyse technologique de l’assemblage lithique, ainsi que la mise en place d’une analyse fonctionnelle a permis de développer une première approche des modalités d’occupation de l’abri du Rocher de
  • d’enfants. Les normes qualitatives du débitage ne sont en effet pas encore suffisamment évaluées pour qu’il soit possible de déceler de quelconques « écarts » pouvant résulter de maladresses. Les activités de débitage ne semblent pas avoir tenu une place prépondérante au Rocher de
Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne (2018) (Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR 2018)
  • Plouhinec, Finistère - L'AMARAI – Association Manche-Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les Îles - La Fondation Fyssen - The British Museum, Department Britain, Europe & Prehistory 3 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne 4 Rapport final d’opération 2018
  • informelle pour l’instant. Les différents apports de ce PCR entre 2015 et 2017 sont présentés dans le rapport de triennale de 2017, et les activités de 2018 dans ce volume. Ce projet avait été mis en place fin 2014 afin de développer une approche unifiée de la recherche sur le
  • trois thèmes naturellement liés entre eux sont rappelés ici, et interviennent dans toutes nos activités : Recherche scientifique Mise en place d’une équipe pluridisciplinaire, ces différents thèmes s’insèrent dans des projets de recherche nationaux ou internationaux.  Caractériser
  • place, sont menacés notamment par l’érosion marine qui progressivement les détruit en libérant les artefacts que l’on retrouve alors sur les estrans. De nombreux gisements paléolithiques ne sont ainsi bien souvent connus que par le biais de différentes prospections, livrant des
  • , Europe & Prehistory lithique UMR 6566 CReAAH – Laboratoire Archéosciences Rennes LAFORGE Marine Géoarchéologie ÉVEHA – UMR 6566 CReAAH AOUSTIN David Palynologie UMR 6566 CReAAH – Laboratoire Archéosciences Rennes BAHAIN Jean-Jacques Datation ESR-U/Th BATES Martin
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • years, took place from 20 March - 4 April in the communes surrounding Ruffiac, Treal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the departments of Morbihan and 1 1 1 e-et-Vi 1 ai ne in eastern Brittany. The aim of the study is to détermine when, how and why the exploitation
  • : 115). P is notable for its relatively high proportion of fields with significant concentrations of surface material, high by comparison both with Transects M and R as also by comparison with the core, where fields with notable concentrations averaged only 24.27. of those walked
  • . However, P, an area topographi cal 1 y characterized by the drop of land down to the River Oust, was not dissimilar to the eastern section of M, where the land dropped down to the River Vilaine; here, for a comparable distance, 6.77. of fields walked had notable concentrations
  • of material (15.67. 'possible', 177. 'probable' and 4.57. 'site'). Transect M itself produced unusually high quanti ti es of brick and tile, and a high proportion of its concentrations were characterized by brick and tile - some of which had Roman pottery associated. Transect R was notable
  • for its very 1 ow proportions of médiéval pottery and very high of post-medi eval . Thèse results are striking by comparison with patterns of material recovered from the four core communes. Whereas the amounts of Roman material collected from the surface are mue h the same, the amounts
  • two groups of 'blank' fields south east and south west of Comblessac. Together thèse zones suggest that the settlement of Comblessac and its immediately dépendent arable may have been rather small, much smaller than the centres in the core communes: it is notable that a tile
  • scatter with Roman material lies near the bourg of Comblessac and not on some distant periphery, as is more usual . In Transect M there were 'blank' areas on the banks of the River Aff and its tributaries but most notable was a very marked and very large 'blank' zone in the commune
  • of Bruc — for a distance of some 2.5km; thèse 'blank' fields begin already in the eastern part of Sixt commune though do not reach as far as the présent boundary of Pipriac on the east. Everything, including the shape of the fields, suggests that this is an area of late exploitation
  • material and not pink. Pink schi stes are found, however, in some discrète areas: close to south-eastern Carentoir, in western parts of the Bruc 'blank', in odd fields near Pipriac, around Patis de la Porte, Château La Frèche, La Glonnais, Malon and in small quantities around Les
  • Emailleries. It seems highly likely that most of this transect, beyond its western parts, lay beyond the normal area of distribution of this material, whose source we have recently localized to quarries immediately south west of Guer. In Transect R there were no 'roofing' schi stes
  • further. This is not the place -For comprehensi ve considération o -F contrasts between the core communes and the transects sampling the surrounding area o-F the Oust/Vilaine watershed. However , it may be useful to make one or two observations about the material, prior to sustained
  • examination o-F it. Preliminary examination of the pottery suggests that there are some distinctions between the fabrics collected between Pipriac and the Vilaine (Transect M, eastern portion) and those characteri sti c both of the core and of sample transects near it (N, P, R
  • and the western section of M). Some of the Roman fabrics in eastern ti had not been noted before, and included a late Roman roi 1 er-st amped sherd of Argonne ware from M447, near 'Château Gaillard', 2.5km east of Pipriac bourg ■ This ware has an essentially coastal distribution, although
  • there are finds from the Rance/ Vi 1 ai ne river Systems and one sherd from Pipriac is already known (Galliou 1977: 91-2). The médiéval fabrics from this eastern région seem to have less mica, fewer spi cul es and more grog. Some of the fields with Roman material are of particular interest
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 11.5. CONCLUSIONS SUR LA MISE EN PLACE DES DÉPÔTS ET LA CONSERVATION DU SITE .......................................... 53 12. ÉTUDE ANTHRACOLOGIQUE (I. THÉRY-PARISOT
  • ......................................................................................................................................... 90 16.5. LA PLACE DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE DANS LE PROCESSUS D’AZILIANIZATION .......................................... 92 17. ANALYSE FONCTIONNELLE DE L’ASSEMBLAGE LITHIQUE (J. JACQUIER) ......................................... 92 17.1. RAPPEL DES RÉSULTATS OBTENUS L'AN
  • ........................................................................................................................... 131 20. OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES DE LA RÉPARTITION SPATIALE DES VESTIGES (N. NAUDINOT) ... 133 21. PREMIÈRES HYPOTHÈSES SUR LES MODALITÉS D’OCCUPATION DU SITE ET SA PLACE DANS LE SYSTÈME PALÉO-ÉCONOMIQUE AZILIEN (N. NAUDINOT, J. JACQUIER ET C. BOURDIER) ................... 138 22
  • connaissances restent inégales : si l’Azilien récent et les sociétés de la transition Pléistocène-Holocène sont aujourd’hui particulièrement bien connus, ce n’est pas le cas du Magdalénien et des premiers temps de l’Azilien. Le lancement en 2013 d’une fouille dans un petit abri découvert par
  • de Brest. L’obtention de datations radiocarbones (les premières pour le Tardiglaciaire de Bretagne), place l’occupation azilienne entre 13000 et 12000 cal. BC, soit dans le GIS-1e (Bølling). Plusieurs indices participent à faire de ce site une petite occupation fréquentée à
  • (recherche de lames régulières, mise en place de méthodes soignées, utilisation de matériaux non strictement locaux, usage ponctuel de la préparation en éperon), mais témoigne toutefois d’un net cheminement vers l’Azilien (systématisation de l’usage de la pierre tendre, disparition de
  • globales sur la nature et le rythme des transformations qui touchent les sociétés paléolithiques durant cette période de transition encore mal connue. Il ne fait aucun doute que la prochaine campagne pluriannuelle (2017-2019), qui aura pour objectif de fouiller l’intégralité des niveaux
  • knowledge of these groups is however unequaled: if the Late Azilian and the Pleistocene/Holocene transition communities are now well known after some recent works, this is not the case of the Magdalenian and first Azilian societies. The launching of a research program in 2013 in a small
  • occupied during the Early Azilian. The obtaining of radiocarbon dates (the first ones for the Lateglacial of Brittany) places the Azilian occupations between 13000 and 12000 cal. BC, that is to say during the GIS-1e (Bølling). Several evidences suggest this site to be the result
  • the nature and rhythm of the techno-economic transformation marking this poorly understand transitional period between Magdalenian and Azilian. Lithic production shows high qualitative standards and exhibits some characteristic clearly inherited from the Magdalenian (production of long
  • , development of a weaponry essentially constituted of axial points). More than 50 engraved schist tablets were also discovered at the Rocher de l’Impératrice. This discovery is particularly interesting since it constitutes the first evidence of Paleolithic art in Brittany. These engraving
  • are also essential at a greater scale since Early Azilian art is extremely rare in Europe. This discovery allows developing our research to another part of the Early Azilian socio-economic system. By their thematic and their formal codes, these engravings are firmly in the tradition
  • and symbolic changes during the Azilian. The Rocher de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature
  • and rhythm of the transformation of the last Paleolithic communities. There is no doubt that the next plurennial program (2017-2019) will participate to bring much more data with the extension of the excavation to the totality of the surface preserved on the site. 11 Rocher de
  • un travail de mise en réseau d’archéologues non professionnels, la reprise de collections anciennes ou encore la mise en place d’opération programmées (Marchand et al., 2004 ; Naudinot, 2010). Il a ainsi été possible de proposer un nouveau modèle d’organisation chrono-culturelle
  • l’extrême fin du Tardiglaciaire, à la transition Pléistocène-Holocène (Naudinot, 2008, 2010, 2013). Ces résultats ont eu pour effet de gommer toute évidence de Magdalénien dans le Grand-Ouest (ibid.). Les premières occupations tardiglaciaires régionales étaient alors rapportées à
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • place between 21 March and 13 April in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Nicol as-du-Tertre and Carentoir in the Morbihan in eastern Brittany. The aim of the study is to détermine when, how and why the exploitation of the environment changed direction within the historic period
  • similar to médiéval and modem pottery and could have been introduced on to the surface. The small quantities of archaeol ogical material recovered, and its gênerai distribution, suggest that it was brought on to the field in the course of manuring; quantities, pattern of distribution
  • . The results confirm the impression that this 1 and was not brought into cultivation until the twentieth century, and confirm the classification made on the basis of transect walking - the field real ly is 1 bl ank 1 . B347 lies on a slight east-facing slope at 35m, beside a stream, and its
  • of brick and tile (50.82g). The assemblage included second-century Roman wares, fifteen fragments of tegul a and one of imbrex. Médiéval and post-medieval pottery were gênerai 1 y distributed over the field but both Roman pottery and brick and tile cl ustered in the north-eastern third
  • lynchet some 1.8m high. This area is near the northern periphery of the Ruffiac commune, and the ancien cadastre indicates that it was a zone of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Set within the 1 ande was the petit château of Coetion, with its metai ries (associated
  • useful information. After three days préparation, excavation took place over eight days with a team of nine people, making a total of 52 working days. The weather during this period was appalling, with torrential rain and high winds: one complète day was lost and extremely difficult
  • of évidence suggests intensive cultivation in the late middle âges that was limited in the early modem period with changes in the social status of the 1 andowner and in his method of 1 and management. 8 Envi ronmental , Pottery, Architectural and Language Work, 1984-85 In the course
  • from the fields of the study area, and to pursue the problem of surface scatter arising from middens, it was decided to investigate phosphate and magnetic susceptibil ity readings from this known settlement with its known pattern of rubbish disposai. In December 1984 soil samples
  • and magnetic suscepti bil i ty readings were taken at mètre intervais along transects intersecting in the middle of an unexcavated building. In gênerai both magnetic susceptibil ity readings and phosphate quantities were very low, at less than 10 Si/kg and lOOppm, but over the site
  • of the building, especially inside and immediately outside its walls, there were higher levels of 26-37 Si/kg and 200-300ppm. The experiment suggests that we might expect structures and middens in the study area to produce relatively high levels. Pottery from the 1984 season has been sorted
  • quantities of surface material are no sure guide to the ci rcumstances of its déposition: distribution over the field is as significant as quantity and fields - and even gardens - beside long-establ ished inhabited settlements do not necessarily produce the greatest quantities of material
  • black and grey.) This needs more observation and more testing but at présent it suggests that the présence of pink-purple imported roofing schi ste is an indicator of areas of 1 ate médiéval and early modem arable while its absence is an indicator of land more recently taken
  • them within the study area, it is probably impractical to attempt to instruct a teamamateurs to do so. However, it would be possible, in some areas, to be précise about the source of local building material and deduce patterns of its movement within the study area over time. More
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • of fieldwork, itself part of a larger, mul t i -di sci pl i nary study of the relationship between land-u.se and settlement during the last two thousand years, took place from 21 March - 5 April and 6 -- 27 September in the communes of Ruffiac, Treal, St~Ni col as-du-Tertre , Carentoir, La
  • Chapelle Gaceline, Caro, Reminiac, Augan and Campélieac in the Morbihan in eastern E
  • features, Work on the excavation was eventually abandoned in the main season because of the rising water table; however, the smal I team that returned in late April was able to complète the trial. Altogether excavationtook place on 8 days, with an average of 6 people per day, thereby
  • because of the weather. Quadrats with 6m si des were chosen since a smal 1er cutting could fall within a structure, failing to reveal its existence. However, in the later stages of the excavation a machine (JCB) was used to eut three 1m wide trenches to extend the investigation
  • by the early post médiéval period (Asti 11 and Davies 1985s 92-5, 97)» If the occupation in T4 is prehistoric then it is the first of its kind for the? région and has important implications for survey work» Its low-lying position, in a wet valley bottom and sealed by 70cm of colluvium
  • a wide range of places) numbered twenty-one, including the directors and Alan Lane, and worked for ei ghteen days, from 7 September , with two days off? Anne Gebhardt joined it for soil sampling for the second half of the season, and was assisted by a f ri end for the 1 ast week
  • 145 10m 0 10 20 F i g. 2 \4- 30 UQ 50 m H145 (Tréai ZB154a) This field was classified as a 'possible site' (médiéval) after •f i el dwal ki ng at 50m intervais in 1984» Intensive collection •from the whole of its surface in March 3.986 indicated smal 1 quanti ti es
  • arable land-use and smal 1 enclosures (çl_os) , with two buildings and ? walled yards inside its western edge - since démoli shed. The site of thèse buildings i s presumably now marked by a remembrement mound near the junction of the two road s. Excavation strategy was the same
  • . The depth of the plough soil varied between 30 and 50cm and in some places overlay the natural clay subsoil and in others the natural bedrock. No archaeol ogi cal features were encountered ., Trench 11 The plough soil was excavated by hand and found to be between 35 and 45cm deep. It 1
  • not reveal were any f eat ures ., Trench 12 The trench was excavated by machine and -for most of its 28m length merely provided a record of the depth of plough soil» However in its extrême north end a section of stone walling was excavated- The wall, 30cm high, consisted of coursed
  • presurnabl y some kind of hardstanding or floor (9) « The northern extent of the standing was established by augering and was found to peter out some three mètres north of the wall. The eastern extent. of the wall was similarly established and found to end 1 » 2m from T12, with no sign
  • , ail médiéval (9 of fabric group 1, and i of fabric group 3), and 2 pièces of tile (one a tequl a) . The upper part of the pit continued to be filled in during the médiéval period (3); 32 médiéval pottery sherds were found, of which 25 were of fabric group 1, 2 of group 3 and 5
  • sel f . K446 (Ruffiac ZA106) Ruf f i ac K446 is si tuât ed on the eastern outskirts of Becul eu 1 n
  • ste. In five places an apparent 1 y linear arrangement of quartz blocks set in natural clay was found (12/13, 20, 23, 28, 29); excavation showed that they were probably formed natural 1 y. The archaeol ogi cal features in the trench concentrated in the southern (highest) end
  • , nearest the settlement of Becul eu. A shallow (15cm) pit rnay be dated by the single médiéval sherd in its filling (5), and may be associated with other features which apparent 1 y constitute a roadway. A deep (2m) ditch or holloway (66) had either been eut or worn into the natural
  • ). The surface had been fragmented through plough destruction. Five mètres south of the holloway a ditch 1.5m wide and 45cm deep was excavated (.1.0); its filling contained one médiéval sherd of pottery (7, 8, 9). It was apparently on the same alignment as the holloway and had silted up
  • Its in the holloway wi 1 i provide an interesting comparison with those samples taken -from the lower plough soi 1 s in T24 and T25 , which may be expected to be colluvial in charaicter. ^1 H80 (Treal ZN4b) 1-180 is located right on the western edge of Treal commune, some 150m
  • the first trench was placed over one of the 'concentrations' of Iron Age pottery. Initial ly ai 6m square (T15) was excavated as at Al 16, A92 and H145, and then five trenches (1 mètre wide) were eut north-south across the field at 30m intervais using a machine (from west to east. T16/17
  • . soft shale (Bri overi an ) , were more prolific in the upper levels and are likely to dérive from plough scatter » aa Context 1 (plough soil) on sur -face 0-1 0cm 10--20cm 20-30cm No. 2 prehistoric 1 médiéval 1 post médiéval 2 prehistoric 7 médiéval 23 post médiéval 1
  • activities taking place within small enclosures beyond the residential area» One possible interprétation of H80, then, is that it was the site of a late prehistoric settlement, the focus of which lay in the west of HSO and beyond it, with associated enclosures to the east » A92
RAP03499 (PLOUHINEC (29). Ménez-Drégan : Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2017)
  • ..........................................................................22 PRESENTATION DE LA SEQUENCE STRATIGRAPHIQUE DU SITE DE MENEZ-DREGAN I ..............................30 MISE EN PLACE DE LA CAMPAGNE 2017 ............................................................................................36 LE DEROULE DE LA FOUILLE 2017
  • ................................................................................................................. 137 3 4 5 6 Figure 1 : Localisation de Menez-Dregan (Plouhinec, Finistère) en Europe occidentale. Figure 2 : Localisation de Menez-Dregan dans le Finistère, sur une carte bathymétrique. 7 Menez-Dregan I : résumé des connaissances actuelles Le site de Menez-Dregan I est
  • la couche 9a, daté par ESR à 465 ka, serait parmi les plus anciens connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils se présentent sous la forme d’une sole de sédiments
  • sites analogues, localisés sur le littoral sud armoricain, approximativement entre Noirmoutier et Crozon, qui constituent le groupe Colombanien, une variante régionale de l’Acheuléen dominant en Europe. Il représente vraisemblablement un témoin de la fréquentation par les
  • sédimentologiques réalisées sur la partie aval du site, fouillée dans les année 1990, ont permis de reconstituer dans leurs grandes lignes les modes de mise en place des sédiments et les types de climat associés (Monnier J.-L., Hinguant S.). Les nouveaux faciès découverts ces dernières années
  • d'Afrique) et le thème 3 « Dès l’usage du feu : développement et dynamique des groupes sociaux paléolithiques en Europe ». L'axe thématique III, "Paysages, Hommes, archives sédimentaires, matériaux de la Préhistoire" est également concerné, surtout les thèmes 1 et 2
  • ensembles anthropiques. Elle confirme que les épandages de pièces lithiques peuvent être perçus comme des palimpsestes de niveaux de circulations successifs, et non pas comme des accumulations aléatoires mises en place par le simple jeu de l’érosion ou de la taphonomie du site. L’absence
  • ; Figure 9). La présence de charbons de bois et les mesures de température de chauffe (entre 200 et 300°C), confirme qu'il s'agit bien d'un foyer en place. La couche, non datée, devrait se situer aux environs de 350 000 ans. Ce foyer a fait l'objet d'un moulage, présenté au muse de la
  • l’abri du gros bloc effondré séparant cette zone de la zone Centre. Il s’agit d’une surface rubéfiée, avec une grande quantité de charbons, des pièces avec cupules thermiques et des éclats thermiques, dont certains en place sur leur cupule (Figure 15). Lors de la campagne 2013, en
  • rubéfiés successifs. - Les éléments de sédiment rubéfié identifiés en couche 5e en carrés G19-20 et supposés appartenir à une structure de combustion en place ou démantelée (Monnier et al., 1998, p. 11) se sont révélés être de simples lambeaux sans organisation aucune. L’existence d’un
  • et de charbons de bois, cet ensemble évoque la structure de la même couche en L18 et pourrait correspondre à un rejet de foyer plutôt qu'à une véritable structure en place. Figure 8 : Structure de combustion en couche 5c (cl. S. Hinguant). 24 Figure 9 : Détail de la même
  • datation ESR a été réalisée sur le foyer de la couche 9a, carré L18 : la date obtenue est de 465 000 +/- 65 000 ans (Falguères et al., in Monnier et al., 1996a), le plaçant ainsi parmi les plus anciens foyers entretenus par l’Homme en Europe, probablement au cours de la fin du MIS 12
RAP03316.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez-Dregan 1 : des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de FP)
  • de fouille 2016 ............................................................................................ 26 Mise en place de la campagne 2016 .......................................................................................................... 26 L’équipe des fouilleurs
  • l’instant). Le foyer de la couche 9, datée par ESR à 465 ka, serait parmi les plus anciens connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils se présentent sous la forme d’une sole
  • . Aoustin). De nouveaux prélèvements ont été effectués en 2016. Les analyses sédimentologiques réalisées sur la partie aval du site, fouillée dans les année 1990, ont permis de reconstituer dans leurs grandes lignes les modes de mise en place des sédiments et les types de climat associés
  • unifaces et les hachereaux très rares mais étonnement proches de ceux d'Afrique) et le thème 3 « Dès l’usage du feu : développement et dynamique des groupes sociaux paléolithiques en Europe ». L'axe thématique III, "Paysages, Hommes, archives sédimentaires, matériaux de la Préhistoire
  • anthropiques. Elle confirme que les épandages de pièces lithiques peuvent être perçus comme des palimpsestes de niveaux de circulations successifs, et non pas comme des accumulations aléatoires mises en place par le simple jeu de l’érosion ou de la taphonomie du site. L’absence de foyers
  • présence de charbons de bois et les mesures de température de chauffe (entre 200 et 300°C), confirme qu'il s'agit bien d'un foyer en place. La couche, non datée, devrait se situer aux environs de 350 000 ans. Ce foyer a fait l'objet d'un moulage. - En couche 5d un foyer en cuvette a été
  • Centre. Il s’agit d’une surface rubéfiée, avec une grande quantité de charbons, des pièces avec cupules thermiques et des éclats thermiques, dont certains en place sur leur cupule (Figure 12). Lors de la campagne 2013, en zone Centre D (Figure 13), Centre B (Figure 14) et Est C
  • rubéfié identifiés en couche 5e en carrés G19-20 et supposés appartenir à une structure de combustion en place ou démantelée (Monnier et Hallégouët, 1998, p. 11) se sont révélés être de simples lambeaux sans organisation aucune. L’existence d’un foyer à cet endroit est cependant
  • évoque la structure de la même couche en L18 et pourrait correspondre à un rejet de foyer plutôt qu'à une véritable structure en place. Menez-Dregan Rapport2016 19 Figure 5 : Structure de combustion en couche 5c © S. Hinguant Figure 6 : Gros plan de la même structure de
  • fouille 2016 Mise en place de la campagne 2016 L’équipe des fouilleurs La campagne de fouille a débuté cette année le lundi 25 juillet et s’est achevée le vendredi 2 septembre 2016. Elle était organisée en deux sessions de 3 semaines, avec possibilité pour les stagiaires de participer
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • avant notre ère, il est très homogène et exempt de perturbations ultérieures. Aussi représente-t-il un témoin unique des modes de vie des chasseurs-cueilleurs maritimes de la France atlantique. Sa rapide détérioration par l’érosion marine et anthropique a entraîné la mise en place
  • . Ayant pour objectif d’apporter de nouveaux éléments à ces discussions, on a décidé de mettre en place un programme expérimental analytique pour tester la fonctionnalité des flèches tranchantes, à partir de reproductions de bitroncatures symétriques analogues à celles de Beg-er-Vil
  • Bretagne, mais le place aussi intégralement dans une péjoration climatique majeure de l’Holocène, le « Finse Event », dont la position chronologique est diversement appréciée mais toujours comprise dans les deux derniers siècles du millénaire (Thomas et al., 2007 ; Kobashi et al., 2007
  • l’intervalle de datation étroit font de Beg-er-Vil une référence exceptionnelle pour le second Mésolithique en Europe atlantique. L’habitat de Beg-er-Vil est encore bien seul dans l’Ouest de la France pour cet intervalle chronologique de la fin du 7ème millénaire avant notre ère. Par les
  • dans une bien moindre mesure à des charbons (relevés en place pour de futures datations). En 2016, les pratiques de tamisage ont été transformées et nous avons adopté les pratiques courantes dans les fouilles paléolithiques et mésolithiques de l’Ouest, à savoir un tamisage à l’eau
  • (suivant l’hygrométrie du jour). Comme les autres années, les pierres étaient laissées en place et relevées
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • : présentation des travaux 8 III. LES SITES MESOLITHIQUES EN FINISTERE : CHRONOLOGIE ET STRATIGRAPHIE 12 1. Problématique générale : pour une nouvelle définition archéologique des sites mésolithiques 12 2. Objectifs des nouvelles recherches de terrain 12 3. Mise en place d'une base de
  • Mésolithique final, ce qui va à rencontre des modèles dominants en Europe où la recherche de bonne matière s'intensifie. Stéphane Blanchet présente le site de la Croix-Audran à Carnac, qui a fait l'objet d'un premier diagnostic en septembre 2000 et devrait être fouillé en sauvetage à l'été
  • travaille sur les processus de néolithisation en Europe de l'Ouest et notamment sur les changements dans la diète des populations révélés par l'analyse des isotopes stables d'ossements humains. Ses analyses ont porté sur Téviec et Hoëdic et doivent continuer, tant au Musée de Carnac qu'à
  • entend étudier les différences morphologiques et les caractères discrets non pathologiques, d'origine génétique. On peut signaler, comme complément d'information, que Laurent Courtois commence une thèse sur l'ADN des populations mésolithiques en Europe, avec évidemment une attention
  • particulière aux individus de Téviec et Hoëdic. Anne Tresset étudie l'arrivée des taxons domestiques de mammifères en Europe occidentale. Elle propose un panorama de cette question, de la Bretagne à l'Irlande aux 6 ème et 5 ème millénaires avant J.-C. Ses travaux sur Beg-er-Vil et Beg
  • . Avec Yves Gruet (qui étudie les crabes de ce site), Catherine Dupont a mis en place des diagrammes cumulatifs, intégrant le milieu et les espèces. On voit ainsi qu'à Beg-er-Vil, la récolte a été réalisée sur des roches et sur du sable. Dans ce site, la taille des coquilles semble
  • . Jeremy Josselin 9 PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 distingue deux chaînes opératoires, adaptées aux matières. Sur les 107 armatures, il y a 94 trapèzes symétriques, ce qui le place dans le Téviecien final. L'analyse spatiale montre des décalages dans les
  • , il semble nécessaire de commencer à définir l'éventail des types d'implantation, afin de mettre en place un mode d'exploitation adapté, dans l'optique de travaux de sauvetage. Il s'agira dans un premier temps de s'intéresser à la typologie de la localisation topographique, pour
  • , l'établissement de fouilles de grande ampleur sur un site mésolithique du Finistère aurait un effet dynamisant pour la recherche sur cette période, en suscitant de nouvelles problématiques, dans un constant allerretour entre prospections et excavations. 3. Mise en place d'une base de données
RAP02608.pdf (PLOUHINEC (29). le gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire de fouille programmée 2009-2011)
  • l 1,1 Ma ? ; / ,-• Soloilhac I f • • | Ma Atapuerca , Valûrjnçt 1,1 Ma 0.6 Ma F ™ A M Ç J O Kdzamikä 1,4 Ma? 2 V Programme : « Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Eurasie : L'émergence du Paléolithique moyen en Europe Occidentale » Opération
  • assez clémentes. A Menez-Dregan, du moins en couche 5, l'occupation se place dans un contexte paléo-climatique encore peu froid, relativement tempéré, dans un contexte limite océanique-continental. La question des niveaux marins et rivages aux époques des occupations reste sujette à
  • au 1/50000, feuille Pont-Croix, 1981). Il s'agit d'un granité porphyroïde mis en place vers 345 M.A., au début du Dinantien, aux dépens de greywackes affleurant largement plus au sud, ainsi que sur les fonds de la baie d'Audierne en avant des falaises du Cap Sizun. Par la suite
  • coulées de solifluxion, mais plutôt du remaniement anthropique d'un sédiment en place. La micromorphologie a montré que la couche 9 est un sol très humifère. Le sommet de la couche 9 est marqué par une surface d'érosion probablement d'origine marine, ce que confirment la présence de
  • formes d'abrasion typiques (marmites) et la nature des couches 8a et 8b qui correspondent manifestement à des sédiments de plage ancienne. Lors de la campagne 2008 il a été observé une distinction 8b et 8b' : 8b correspondant à la plage marine en place, avec une matrice limoneuse et
  • présence humaine. Au-dessous, la plage en place est caractérisée par une matrice limoneuse. La couche 5 apparaît comme la couche la plus fortement anthropique du gisement, extrêmement riche en industrie lithique et conservant des structures. L'abondance de matières charbonneuses
  • fin colluvium postérieur à une première occupation humaine sur les galets de la couche 6 et sous la couche 5e. Sa mise en place a vraisemblablement incorporé des éléments de sables dunaires. Elle a été préservée de l'érosion grâce à l'abri du gros bloc effondré. La couche 5e
  • remaniement des sols (sommet de la couche 5) et de la partie supérieure des dépôts qui occupaient le versant au-dessus de la grotte. Les analyses granulométriques confirment cette interprétation d'un dépôt mis en place par cryo-reptation. Les déformations observées, particulièrement au