Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4047 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00116.pdf (SAINT-VOUGAY (29). Graeoc. rapport de sauvetage urgent.)
  • , présentant une large réserve corticale, - un petit nucleus â lamelles qui semble plus d'époque Mésolithique ou Néolithique que datant de l'âge du Bronze, - un firagment proximal d'une pointe â retouches blfiacUales en silex belge. CONCLUSION La. structure du caveau comportant deux paroi
  • SAINT - 1/ 0 U G A V TUMULUS VE L'AGE VU BRONZE VE GRAEOC 1984 Fouille. de scuuveXage. n° 84.11 P Numlro du ¿¿te : 29.3.31.271.001 RESPONSABLE : Michel LE GOFFJC Archéologue. VépaAlcmental du FINISTERE LE TUMULUS VE L'AGE VU BRONZE VE GRAEOC EN SAINT-VOUGAV (Finistère
  • firiable, transition graduelle. B-C -125 a -140 : Horizon de transition semblable au précédent à la dlfifiérence près qu'il comporte environ 50% de graviers éollsés en quartz ; sa couleur est gris-belge-clair, transition très nette. Cj^- 140 à -148 : Horizon de précipitation du Fe^O^ au
  • graviers et cailloux éolisés en quartz qui se trouvent à la base de l'horizon B [une granulométrie permettrait de l'affirmer). Le lessivage et Vhydromorphie sont antérieurs à VAge du Bronze, en e f f e t , ces phénomènes sont absents dans le remplissage de la fosse creusée pour la
  • 10 a. 15cm d'épalsseuA, formé de bols décomposé provenant d'un plancheA et/ou du ceAcueil. Les fragments de la pointe du poignard en bronze ovil été trouvés en place au milieu de la tambe ; les tessons de pótenle Aécoltés montrent que le vase avait été placé dans I'angle sud-est
  • six emplacements des sont encore parfaitement visibles. Ce poignard n'est pas sans présenter de grandes analogies avec celui de Kervellerin A en CLEGUER (MORBIHAN), daté de la fin du Bronze ancien ou du début du Bronze moyen (1300 â 1400 avant J.C.). Le vat>efiunénalAe - La
  • * maçonnées et deux parois mégalithiques recouvertes d'une grande dalle de granite, est bien caractéristique de l'Age du Bronze. La présence d'un poignard en bronze décoré de trots filets et d'un vase biconique à une ans e plate, décoré de chevrons et de triangles hachurés permet de situer
  • fessa ds c r e u s e m e n t du Mue de la f a s s e a p r è s d é g a g e m e n t .calage et (Je b o u r r a g e V u e de d é t a i l ds en place la des p i e r r e s au d r o i t de la p a r o i de ouest ¡s e "f cii q î d a n s le lit La p a r o i n o r d , v u e de 1
  • ) I - CIRCONSTANCES VE LA VECOUVERTE ET MOTIF VE LA FOUILLE A la. {in du printemps 1983, Monsieur Paul MEZANGROAS, demeurant au. Penker en PLOUNEVEZ-LOCHRÏST, apprit que Monsieur PORHEL, habitant à Liorzou, avait l'Intention de proceden, à un déroctage par dynamitage dans une
  • quant à la présence d'un a{{leuAement de granite à cet endroit et pensa à la possible existence d'un caveau de l'Age du Bronze. Une {ois enlevé le peu de terre qui recouvrait la roche, quelques pierres de ceinture {unent déplacées et une cavité {ut mise d'un caveau au jour. Monsieur
  • MEZANGROAS y pénétra, remarqua qu'il s'agissait maçonné comportant deux dalles de champ aux extrémités, des muAS de pierres sèches SUA les cotés, le tout étant surmonté par une grande dalle de granite. II {ut surpris par le peu de terre qui s'était in{iltrée à l'intérieur du caveau et, en
  • remuant les terres a. la main, saisit un vase en terre culte qui, malheureusement, se brisa. Quelques instants après il sortit un {ragment de poignard en bronze qui se brisa aussi. Conscient de l'intérêt de la découverte, Monsieur PORHEL renonça au dynamitage et reboucha l'excavation
  • a{in de remettre la parcelle en culture. Ce n'est qu'en décembre que j'ai appris l'existence de ce tumulus arasé et sommairement "prospecté". A {in d'obtenir des in{ormations complémentaires SUA cette tombe et de tenter de retrouver les parties ' manquantes du poignard et du vase, une
  • ", la présence de trois tumulus à proximité du liorzou, l'an {ouille le 28 mars 1906, un autre le 10 avril 1906, le troisième a été {ouillé plus tardivement, en 192S (c{. LE PONTOIS "Le Finistère Préhistorique" page 241 ]. Ve celui dont il est question dans ce rapport il n'est nulle
  • récupérer deux rivets et quelques tessons de poteries très petits. Veux firagments de la pointe du poignard ont été trouvés en place ainsi que quelques tessons de poterie. La localisation originelle du mobilier de la tombe est par conséquent bien défilnle. Les travaux de fioullle
  • contact de la rochemère qui est un granité superfilclellement altéré en arène de couleur belge. Il a'a.g¿t d'un sol brun peu lessivé et très légèrement hijdromorphe qui ¿'est constitué sur un limon fin, très bien granoclas*é et probablement d'origine éollenne, comme en témoignent les
  • construction du caveau. La très légère dégradation du sol qui s'est produite entre le Würm et l'Age du Bronze est donc stabilise et il est très vraisemblable qu'à l'époque de la construction da monument le niveau, du sol était sensiblement le même qu'aujourd'hui. VI - DESCRIPTION VU CAVEAU
  • formée paA des blocs d'une taltle beaucoup plus importante, qui constituent I'assise de la dalle de couventure. Le fond du caveau a la forme d'une cuvette dont les bords sont formes par lejs banquettes el le fond par le granite en place. Au centre de la tambe existe un tres net
  • de la sépultare. Vil - LES STRUCTURES EXTERNES Les coupes réalisées dans la partie ouest du monument ont mis aa jour la fosse de creusement et son remplissage. Il apparaît nettement qu'avant le creusement de la fosse destinée â mettre en place le caveau, un décapage superficiel
  • des terres a eu lieu. En e f f e t l'étude pédologique descriptive montre que le sol ancien en place est tronqué dans sa partie supérieure et recouvert par une lentille d'arène granitique provenant du fond de la fosse. Cette lentille est actuellement interstratlfiêe dans l'horizon
RAP03648 (LANNION (22). Route de Petit Camp : un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze. Rapport de fouille)
  • LANNION (22). Route de Petit Camp : un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze. Rapport de fouille
  • scientifiques Projet d'intervention Concernant la présence même ténue d’éléments ou de traces linéaires (fossés, tranchées et autres éléments) contemporain à l’occupation principale (âge du Bronze), la méthode d’approche en sondage sera privilégiée (fouille par échantillonnage). Des
  • de probables enclos est aménagé et organise le paysage. Aucune structure d’habitat n’a été reconnue pour cette période. En revanche, un petit cimetière à inhumations attribué au Bronze ancien et plusieurs incinérations du Bronze moyen indiquent que ce secteur possède plutôt une
  • vocation funéraire. Au cours du Bronze final, cinq constructions sur poteaux plantés, dont trois maisons rondes sont édifiées au sein du système agraire et à proximité des structures funéraires antérieures. En plus de plans particulièrement intéressants du point de vue architectural
  • . foiuille archéologique Menée en 2016 sur 7 900 m², l’intervention archéologique réalisée au lieudit route de Petit Camp à Lannion a permis de mettre au jour un ensemble de vestiges dont la chronologie s’échelonne du Néolithique moyen au haut Moyen Âge. Cependant, les éléments les plus
  • remarquables - des structures funéraires et des structures d’habitat – sont attribuable à l’âge du Bronze. On notera que ces vestiges se situent dans la stricte continuité spatiale du site de Penn an Alé étudié en 2013. Ils viennent largement compléter et affiner les résultats obtenus lors
  • de cette première opération. Rapport final d’opération Chronologie Néolithique Âge du Bronze Néolithique Antiquité Moyen Âge route de Petit Camp, Lannion, Côtes-d’Armor, Bretagne Un ensemble funéraire et un habitat de l’âge du Bronze Côtes-d’Armor, Lannion, Route de Petit
  • Moyen Âge. Inrap Grand Ouest Novembre 2018 Rapport final d'opération 22113 — — Code INSEE Nr site Entité archéologique Côtes-d'Armor, Lannion, Route de Petit Camp Un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze sous la direction de Arrêté de prescription 2016-80
  • millénaire avant J.-C. Le cimetière à inhumation Autres indices d’occupation de la transition IIIe-IIe millénaire av. J.-C. La question du récipient retourné de la fosse F149 en contexte de nécropole. Une occupation de la fin du Bronze moyen et du Bronze final Une incinération, le fait 93
  • attribuées au Bronze ancien Le fossé Bronze ancien/Bronze moyen Etude anthropologique des incinérations (M. Le Puil-Texier) L’incinération F93 L’incinération F101 Synthèse et discussion générale (S. Blanchet) 177 3. Quelques structures de l’époque antique et du Moyen Âge 182 3.1 3.2
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • métallique Chalcolithique Batiment agricole Protohistoire Structure agraire Parure Âge du Bronze Urbanisme Habillement Ancien Maison Trésor Moyen Structure urbaine Monnaie Récent Foyer Verre Âge du Fer Fosse Mosaïque Outil (macro-outillage
  • Étude des occupations de l'âge du Bronze et haut Moyen-Âge, rédaction Myriam Le Puil-Texier, Inrap Anthropologue Étude anthropologique, rédaction Théophane Nicolas, Inrap Céramologue Étude de la céramique Véronique Chaigne, Inrap Assistante d'étude et d'opération Traitement
  • a permis de mettre au jour un ensemble de vestiges dont la chronologie s’échelonne du Néolithique moyen au Haut Moyen Âge. Cependant, les éléments les plus remarquables - des structures funéraires et des structures d’habitat – sont attribuables à l’âge du Bronze. On notera que ces
  • vestiges se situent dans la stricte continuité spatiale du site de Penn an Alé étudié en 2013. Les structures archéologiques et le mobilier associé attestent d’une forte occupation entre 2200 et 1000 ans avant notre ère. Au Bronze ancien et au Bronze moyen, un réseau fossoyé délimitant
  • des parcelles et de probables enclos est aménagé et organise l'environnement. Aucune structure d’habitat n’a été reconnue pour cette période. En revanche, un petit cimetière à inhumations attribué au Bronze ancien et plusieurs incinérations du Bronze moyen indiquent que ce secteur
  • possède plutôt une vocation funéraire. Au cours du Bronze final, cinq constructions sur poteaux plantés, dont trois maisons rondes sont édifiées au sein du système agraire et à proximité des structures funéraires antérieures. En plus de plans particulièrement intéressants du point de
  • .............................................................................................. 13 2/13 I. Données administratives, techniques et scientifiques Projet d'intervention Préambule L’opération de fouille préventive vise à l’étude scientifique des vestiges fossoyés d’un vaste site de l’âge du Bronze en partie étudié en 2013 en préalable à l’aménagement de la
  • de plusieurs espaces funéraires au sein même ou en périphérie immédiate d’un vaste habitat de l’âge du Bronze. En partie centrale de la parcelle CH 57, un axe ou chemin orienté nord-sud est matérialisé par deux fossés parallèles. Ce réseau prolonge parfaitement la trame antique
  • Projet d'intervention du Bronze mais également des vestiges fossoyés d’un important établissement rural du début de l’Antiquité en grande partie étudié sur le site de Pen an-Alé. L’épaisseur moyenne des stériles nécessitant un décapage archéologique est d’environ 0,50 m d’épaisseur
  • régionale pour la période de l’âge du Bronze final au même titre que le site d’habitat de Caudan en Morbihan (Mélanie Levan, Inrap, RFO, mars 2016). L’étude du corpus de maisons rondes à l’échelle du site (Pen An Alé et route de Petit Camp) permettra de mieux comprendre les modalités
RAP03597 (BREST (29). ZAC de Messioual 2. Une occupation du Premier âge du Fer. Rapport de fouille.)
  • BREST (29). ZAC de Messioual 2. Une occupation du Premier âge du Fer. Rapport de fouille.
  • qui couvre la fin de l’âge du Bronze final et le début du second âge du Fer. Elle est constituée de deux entités distantes l’une de l’autre d’une cinquantaine de mètres. La plus prégnante se situe sur le haut de la butte avec l’implantation d’un enclos de 45 m de côté en appui sur
  • fin de l’âge du bronze final et le début du second âge du fer. Elle est constituée de deux entités distantes l’une de l’autre d’une cinquantaine de mètres. La plus prégnante se situe sur le haut de la butte avec l’implantation d’un enclos de 45 m de côté en appui sur l’émergence
  • fondation de cet établissement rural trouve ses origines dès la fin de l’âge du Bronze. Concernant, l’habitat du moyen-âge, l’organisation comme la chronologie des occupations restent à déterminer à partir d’une étude exhaustive et en plan des différents vestiges. Une confrontation des
  • aménagement de fossés interrompus. Il faut adjoindre aux vestiges exposés ici, un petit enclos circulaire et sa structure centrale, fouillés en 2014 et dont la datation C14 s’inscrit dans cette même fourchette chronologique du Premier âge du Fer et de début du Second âge du Fer. Cet
  • 50 II.2 Un dépôt céramique de la fin du Bronze moyen ou de la première moitié du Bronze final 50 II.2.1 Le dépôt F 42 52 II.3 L’occupation du Premier âge du Fer et du début du Second âge du Fer 52 II.3.1 L’ensemble 1 52 II.3.1.1 Des aménagements successifs à fonction
  • a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la
  • ) Néolithique Époque médiévale Ancien haut Moyen-âge Moyen Moyen-âge Récent bas Moyen-âge Chalcolithique XX Protohistoire X X Temps modernes Époque contemporaine âge du Bronze Ère industrielle ancien X moyen X récent X âge du Fer X Hallstatt (premier âge du Fer) X La
  • aménagement de fossés interrompus. Il faut adjoindre aux vestiges exposés ici, un petit enclos circulaire et sa structure centrale, fouillés en 2014 et dont la datation C14 s’inscrit dans cette même fourchette chronologique du Premier âge du Fer et de début du Second. Cet aménagement est
  • localisé en bordure nord de l’emprise du présent projet, à 100 m de l’enclos, dans l’axe de la façade orientale. En outre, l’emprise de fouille a permis de mettre en évidence l’existence de vestiges qui témoignent d’interventions humaines plus ponctuelles au cours des âges. Pour les
  • périodes les plus anciennes, il s’agit d’un dépôt d’une céramique en fosse daté de la fin du Bronze moyen et de la 1ère moitié du Bronze final, localisé au nord dans la partie basse de l’emprise. Pour les périodes les plus récentes, il s’agit d’une part de petites carrières
  • l’opération Un habitat fossoyé du premier âge du fer La première phase d’occupation du site est vraisemblablement relative à un habitat protohistorique dont la fondation pourrait remonter à la fin de l’âge du Bronze ou tout au moins au début du premier âge du Fer et qui s’est maintenu puis
  • sur la genèse et l’évolution de ces habitats, plus particulièrement sur la période de la fin de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer si bien entendu la datation se confirmait. De plus, ce site de Messouial bénéficie d’un contexte géographique et topographique favorable
  • comparaison on peut citer la fouille d’Inzinzac-Lochrist (56) qui a révélée l’existence d’un 5/14 20 habitat fossoyé du premier âge du fer, organisé à partir d’un axe viaire à partir duquel se développe un module parcellaire assez dense (J. Le Gall, 2015, étude en cours). La
  • Mobilier Céramique Macrolithique Stèle En outre, l’emprise de fouille a permis de mettre en évidence l’existence de vestiges qui témoignent d’interventions humaines plus ponctuelles au cours des âges. Pour les périodes les plus anciennes, il s’agit d’un dépôt d’une céramique en
  • fosse daté de la fin du Bronze moyen ou de la 1ère moitié du Bronze final, localisé au nord dans la partie basse de l’emprise. Pour les périodes les plus récentes, il s’agit d’une part de petites carrières d’exploitation de l’émergence rocheuse (gneiss) du sommet de la butte et de
  • ses abords immédiats et d’autre part de l’implantation d’une probable ligne de défense allemande de la seconde guerre mondiale partiellement appréhendée en limite nord de l’emprise. Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Fouille
  • archéologique Rapport final d’opération Les résultats de cette intervention ont motivé la prescription d’une fouille dans la partie nord de l’emprise du projet où les vestiges d’une implantation humaine au cours du Premier âge du Fer et du début du Second avaient été identifiés. Cette
  • aménagement est localisé en bordure nord de l’emprise du présent projet, à 100 m de l’enclos, dans l’axe de la façade orientale. ZAC de Messioual 2, Brest, Finistère, Bretagne Sujets et thèmes Enclos d’habitat Nécropole Stèle La demande d’aménagement de la deuxième tranche de la Zone
  • Premier âge du Fer sous la direction de Serge Mentélé Serge Mentélé Chronologie Premier âge du Fer Rapport de Fouille Fouille archéologique Brest - ZAC de Messioual 2 Inrap Grand Ouest Juillet 2018 Rapport final d’opération Fouille archéologique 29019 Une occupation du
  • Premier âge du Fer sous la direction de avec la collaboration de Serge Mentele Vérane Brisotto Anne-Françoise Cherel Eddy Roy SRA 2016-141 F114471 Code Inrap Système d’information Arrêté de prescription Entité archéologique Nr site Code INSEE Bretagne, Finistère, Brest, Zac
RAP01108.pdf (RENNES (35). ZAC Saint-Malo ille. rapport de fouille préventive)
  • * Analyse des e s t a m p i l l e s : P a t r i c k GALLIOU. - p 115 * Etude du m o b i l i e r l i t h i q u e : Damien LEROY. - p 129 * Etude des p i p e s en t e r r e : P a t r i c i a POIRIER. - p 141 UNIVERSITE DE RENNES DEPARTEMENT DE PHYSIQUE CRISTALLINE LABORATOIRE
  • microns des particules correspondant au pourcentage cumulatif 50*5 X : Indice statistique, mis au point par A- Rivière, appréciant la grossièreté du sédiment (plus i l est élevé, plus le sédiment est grossier) N : Indice statistique, reflète l'énergie de mise mis au en
  • aspect tacheté ou réticulé selon le mode d'orientation des particules. Chambre : cavité fermée irrégulière. Chitonique : entoure les éléments du squelette en une fine i pel1icule. Diatomées : organismes unicellulaires formés de deux valves de nat ure s i l i ceuse
  • : Françoise LENY, L o u i s GOULPEAU. - p 20 * Rapport d'analyses micromorphologiques: Anne GEBHART. - p 34 * Analyse métallurgique: Claude FOURRIERES. - p 42 * Analyse a n t h r o p o l o g i q u e : P r o f . P.-R. GIOT. - p 49 * Les ossements animaux du s i t e u r b a i n de
  • D'ARCHEOMETRIE Compte-rendu de l'étude archéomagnetique de la datation des structures du site de V RENNES(35) Rue de Saint-Malo Lots ••317-318,-319 RAPPORTEUR: L.GOULPEAU ANNEE :1988 Travail effectué par :M. Haddad.J. F. Le Goff, P. Lanqs DATATION EN ARCHEOMAGNETIQUE FOUILLES, RUE
  • effet du c h a m p démagnétisant l o r s d e l a c u i s s o n d e s matériaux»C'est d o n c s u r l e s résultats corrigés p o u r t e n i r c o m p t e d e cet effet q u e r e p o s e r a l a s u i t e d e c e rapport» R E N N E S 317 . 1 318 F.uljl*. Ru. StH.l. fl.kl.t : JS2JI022
  • 319) s o n t c o n s t r u i t e s D ' où peut-être,1 ' i m p r e s s i o n d e contemporanéïté d e c e d e r n i e r e n s e m b l e , t o t a l e m e n t infirmée p a r l e s m e s u r e s d e l ' a i m a n t a t i o n rémanente» 0 LABORATOIRE QUATERNAIRE E.R. n'27 du C.N.R.8
  • a i s s a n t s d e s Bernard Juin 1988 Bigot mortiers Le site gallo-romain Etude de l a Rue de Saint-Malo granulométrique à Rennes (35) des dégraissants des mort i ers Bernard Bigot En romain 1 9 8 7 , la fouille, de sauvetage d'un vaste ensemble gallo- urbain
  • ' i l existait F. Goupil devaient en vue permettre plusieurs ensembles entre d'analyses autres de typés parmi ces mor- t i ers. I - INVENTAIRE ET LOCALISATION DES PRELEVEMENTS : 16 même mortiers ont architecture (ouest été analysés. de la I l s proviennent fouille
  • comparaison. formations fluviátiles a été également II une RESULTATS DES ANALYSES GRANULOMETRIGUES I1/1 - I nt r o d u c t i o n Ces analyses calcium. en - Elles sont précédées d ' u n consistent e n u nt a m i s a g e microgranuloniétrie milieu aqueux à des l
  • - Dosage du Les teneurs e n carbonates d e dans suivant indiquées E c h a n t i11 on 1 2 4 5 6 S 9 ( ( ( ( ( I I I I I ) ) ) ) ) ( I ) ( 1 ) (I ) granu1 ometriques l a nature I 1/2 sont des des sépa- éléments. .calcium l e tableau % C a CO:,. calcium
  • a été c o n s t r u i t e a v e c u n même e t u n i q u e en à nette vers : deux i n t e r n e s ( n ° 2 , 5, 6, 8, 9 e t 1 0 ) e t d e l a t e r r a s s e viatile et mortiers L e résultat q u i proches s u r l a f i g u r e . Deux g r o u p e s p r i n c i p a u x a p p
  • s u dd e l a s t r u c t u r e . le ont tous galets dont laissait romaine faite réa- homogène. Un du chantier s u rc r i b l e e t 2 cm. P a rc o n t r e , d evoie étaient l e : i l diamètre l'observation à partir du p a s soupçonner u n q u e l c o n q u e
  • u d e sédimentoloqique. (Anne Gebhardt) Au printemps dernier, lors de la fouille du chantier de la Rue de St Walo, l'échantillonnage d'une couche très noire située sous les structures. I l s'agissait de caractériser ce niveau, et de détecter d'éventuelles traces
  • d'activité agricole. 1 - Inventaire des p r é l è v e m e n t s : Dans cette couche a été prélevé un gros bloc orienté qui a permis la fabrication de 3 lames minces (Haut, Milieu, Bas). complément, deux analyses granulométriques En ont été effectuées dans ce sédiment. 2 - R é s u
  • l t a t s d e s a n a l y s e s miçromorpholoqiques : 2-1 - I n t é r ê t de l a m é t h o d e : La micromorphologie est l'étude au microscope polarisant de sédiments meubles non perturbés, prélevés en blocs orientés. Elle permet la reconnaissance sédimentaires, pédologiques
  • transformations de l'homme de liées à sur son l'organisation de la mise en valeur agricole des espaces environnants. Pour ce dernier cas, i l peut être mis en évidence des traits directement liés à la mise en culture d'un champ, à condition que celui-ci soit conservé à l'abri des
  • découpés en plaques et amincis jusqu'à 25Mm pour permettre leur observation au microscope p o l a r i s a n t . été t r a i t é e à l ' I . N . A . Nous t e n o n s l'I.N.A. de a Paris-Grignon. à remercier de P a r i s G r i g n o n T o u t e c e t t e série i c i M
  • relativement La pédalité du assez plus profil ; ce sont sur et fine toutes mais Le très développée faible- La de c h a m b r e s , e t de sédiment ;_ L a f r a c t i o n prend grossière (585 à 1085) a u sommet des fragments matriciel et vers de q u a r t z (0,2mm) m
  • i e u x r e p r é s e n t é e l e s lames fond reste e s t composée ; ce s o n t un aspect (0,1cm à e s t micacé, 3cm) l a base du e t de s c h i s t e s . La (2085) e s t b i e n des g r a i n s de q u a r t z , micas e s s e n t i e l l e m e n t . Tous sont Le
RAP01526.pdf (CORSEUL (22). cabinet médical. rapport de fouille)
  • va de V occupation Augustéenne au milieu du lie s. Après J.-C. Peu de fragments de sigillées ont été recueillis. La seule forme complète, datable du milieu du le s. Apres J.-C, est un drag 35/36 sans décor et portant une estampille en forme de rosette [Pl. l/ÏIÎ, n" 1). Lui sont
  • fonction. PL XVtl T>L* Vtl I Cliché 9 - Statuette en tcïjie blanche. 92 93 C'est sans doute dans la phase 111 qu'il faut placer le comblement des fossés 1 et 2. S'il n'est pas contemporain de l'édification du bâtiment 11, Il Va suivi de peu. La céramique provenant de la
  • . IV, n° 67). Etude de la céramique. Mous y avons indu les formes décorées de la fin du Lie s. Après J.-C. [Pl. XIX, n" 1) Vrag 37 a pâte belge-rosé et engobe rouge brique. Décor à rinceau de feuillage (feuilles de type Rogers H 21) ■en ^cadrant une scène animalière. Lion
  • .-C). Il est poAAible que. te Aite. ait connu une bnève occupation antéfiieune à la mise en place de. la vole et du bâtiment I, datés des pfiemiéAes année* du Je A. ApnéS J.-C. Cependant ceZle-cl neste encore mal définie, aucune. AtAuctufin ne. lui étant asAociée.. En témoigne
  • , d'une pont, une couche. oAgileuse. ghxs-veht et Aituée A (C. 108) ne. contenant que. des tnaces de chanbon de bolà oui la voiz et un niveau de tiemblal (C. 709) mis au JOUA AOUA le bâtiment l, danA lequel on a nzcueilli un deml-aA de Nîmes. En outn.c, mcléA aux couches
  • moyenne de 50 cm. .../. 60 Ê K Ë i Xi-- ce -S Qj CNJ. 5: î 62 c) Essaie dz datation. /■' ~ l^AQat_de_la_P^haseJ_l : Seule l'étude du comblement des Fossés 1 et 2 a permis de dater, la phase 11 qui débute dans les premières années du le s. Apres J.-C. et s'achève dans le
  • courant de la 1ère moitié du lie s. Après J.-C. Aucune autre couche contemporaine du bâtiment 1 et de la rue n'a pu être mise, en évidence. On a pu distinguer, trois couches formant le comblement des fossés. Malgré un curage certain et fréquent, un niveau de terre noire (C. 107
  • surface Interne a été lissée) est datable du le siècle, sans doute des années 0 -40 Après J.-C. Pl. V 6 Assiette en céramique fumlgée, à pâte grise micacée et couverte noire. La lèvre a profil triangulaire fait suiie à la panse oblique. Cette forme pourrait être une imitation du
  • une légère gorge. Vacation présumée 0-40 Après J.-C. Pl. VI S Coupe, à £ond plat (?) en cé^ramlq.ue lumigée, à pâte grise micacée et couverte gris £oncé. La lèvre est à inflexion externe au dessus d'une. paroi oblique.. Vatation présumée 0 -40 Après J.-C. '?l. vi 9 Coupe
  • présentes.- dam les niveaux du lie. s. kpn.es J.-C. ■ ?i. n io Urnes ovoZdes à bord mouluré, a pâte belge-orangé micacée et à dégraissant siliceux abondant et de taille variable ,(0,3 à 2 mm). Cette fiorme tournée est datable de la période libère-Claude et est présente au Clos Julio
  • rapproche d'un autre vase trouvé dans le fiossé 2 du site de Monterfill. Vatatton présumée : ïe moitié du le s. Après J.-C. / / < / CLiché 3 - La tranchez, a" ébouLLs en fiouJJULo. [Secteurs F-6 et G-6) COUAA de Cliché 1 - Fouille, de la tranchée. d'éboutis. [secteurs F-7 et G-7
  • ) 11 s- Pl. VI 12 Col de cruche à anse, unique. Le col peut élevé porte un haut manchon cannelé légèrement évasé. La pâte est belge-orangé, légèrement micacée. On remarque des traces d'engobe blanc. Cette forme proche du type 416 de Santrot peut être Ici datée de la 2e moltlté du
  • et lèvre débordante formant un léger bourrelet qui domine la panse. Datation présumée : 2e moitié du le s. Après J.-C. Le grafifilto est actuellement en cours d'étude. » - Pln_de_^JPhase_ll : Il est dlfifilclle de préciser l'abandon du bâtiment 1 qui connut sans doute des
  • siècle. vi. vm 5 " Amphore"spkérlque à deux anses larges et moulurées et embouchure à anneau en forme de chapiteau mouluré. Il manque le fond. Datation présumée : lie s. Après J.-C. Pl. IX 6 .. '• :'i , .„ :\\>" V Amphore.pkérlque, type Dressel 20. La pâte de couleur belge
  • clair est micacée et contient un dégraissant siliceux abondant et de petite taille. Elle a été réutilisée après que le col se soit cassé. On a alors taillé les bords. Datation : lie s. Apres J.-C. Pl. XVlll 2 Venus Anadyomène en terre blanche de l'Ailler. Jeune fillle sortant du
  • pensons que le bâtiment l ne fiut abandonné qu'au cours de la première moitié du lie s. Après J.-C. La durée de son occupation semble donc particulièrement longue. . (J) La réfiérence n'est donnée qu'à titre de comparaison. ? . Voir M.A.8. et R.S. Jefifierles "The Alice Holt
  • micaschiste provenant des murs du bâtiment I. Ils semblent avoir été liés au mortier de chaux, dont on a retrouvé des traces. A l'ouest du bâtiment, on a aménagé une cour en déposant une couche d'argile jaune (C. 704). Celle-ci a scellé les niveaux de démolition du bâtiment 1. Cette
  • séparée de la collenette par une gorge bien marquée. Une rape intenne à grains de quartz couvne la vasque. Cette exemplaire ponte une estampille Sun la collerette. Elle est malheureusement illisible A... R.F. Datation : lie s. kpnès J.-C. Cliché 12 - Poignée en bronze [Pl. XII, 3
  • manque la tête et le socle de ce type identique au n" 1. Datation : seconde moitié du lie s. Après J.-C. Pl. XIV 4a 6. Jetons en os. Jl s'agit sans doute de pièces de jeux. D'un diamètre moyen de 18 mm, ils sont, mis a part le n° 6, décorés de cercles concentriques. La surface
  • inférieure est lisse et polie. Pl. XVII 1 Petit objet en bronze et plat. La plaque ovale se termine par un appendice en forme de bouton. En haut, elle est pourvue d'un tenon de fixation, fonction indéterminée. Datation présu- mée, ll-llle siècle Après J.-C. Pl. XVII 3 Poignée de
RAP00462.pdf (SAINT-PABU (29). Poulledan. rapport de sauvetage urgent)
  • céramique grise et belge tourner. En l'absence de décors ou formes caractéristiques, ce mobilie céramique est dlflicitement databie avec précision molò est, toute façon, postérieur à l'Age du fer. Il pourrait être galloromain ou médiéval. ( 4 ) Sable dunalre chargé en matière organique
  • By : _/ DOCUMENTATION //1200/ Nature du site : Type en surface plein air 1, État à la découverte : État actuel : : ! 1, hors du sol ¡ Z I grotte ou abri exceptionnel conservé.]^ 1 L 2, LJ 2, enfoui immergé structuré 1. partiellement conservé : T j 3 / n 3/ [..] 2 , 2 inorgani
  • végétation. ( 9 ) Sable dunalre llté blanc avec lits horizontaux gris. [10 ) Niveau du sol et de la vole charretière avant la mise en exploitation de la carrière. m ) Véblalò de découverture. La zone. ¿¿tuée, au ¿ud-e^t de. la ¿tile. a iti pentunbic pan V exploitation de. ¿able
  • T • / , Niveau , £ • , / , , / _ A à L _ / * Struct. Commune , , , , /• ({ t . / $ î M T _/ F Q V L L é p A / V /" / / 1 1 1 0 / N o m du site o u adresse : //1120/ CADASTRE Année : //1140/ P O S I T I O N /" ^ 9 ? 6" / Section(s) et Parcelle(s
  • / Circonstance de la découverte ou motif du sauvetage //1420/ Propriété du terrain : /* Etat L i 1, Collectivité //1440/ Conservation provisoire du mobilier £ 2 3. forêt I ÇvÇftlS Vl\ x-frèc^icH Privé L H 3 /• 1 i— n Je I 4, bâti • c* 5, autre ^ Je Sòl le. S
  • t w € dépôt de fouille L _ J 1, autre l—I 2 / Lieu : _ //1460/ Conservation définitive //1600/ Rédaction Lieu : du bordereau . 6 /• / inconnue ; 1, collection publique auteur ExistenceL€ de 1 SoFfiC j fiche(s) complémentaire(s) Vi eilli 2. collection /* / Date privée '/J L I
  • LE TRONÇON DE STELE DE L'AGE DU FER DE POULLEDAN NORD, SAINT-PABU (FINISTERE) MICHEL LE.GOFFIC. ARCHEOLOGUE DEPARTEMENTAL DU F I N I S T E R E , O C T O B R E 1983, LE TRONÇON DE STELE DE L'AGE DU FER DE POULLEDAINI NORD, SAINT-PABU ( F I N I S T E R E ) . I
  • . Vescrlptlon_de_la_coupe (de la base vers le sommet] ( 7 ) Mlgmatltes de Plougu2An2.au très altérées superficiellement. ( 1 ) Horizons B Indifférenciés du sol enterré de teinte jaune-brun tre avec massIf de pierres Surmonté d'une. assise de. dalles rlzontales. ( 3 ) Horizons A Indifférenciés du
  • , de teinte brun-cla stérile. ( 5 ) Sable belge, stérile. ( 6 ) Horizon humilié montrant une dépression sous la base de la stèle ainsi qu'une poche. ( 7 ) Sable belge clair. Sable gris fonce témoignant d'un amet des apports dunalres 2l d'une colonisation temporaire par la
  • pa¿ peAm¿i> d' e.xpllquen comme.nt ce. tn Con de. ¿tele. de. VAge. du Tex ¿'e¿>t netnouvi lnteA¿tnatl{¡li dan¿ la du ni à quelle, ipoque. cela a pu ¿e. pno duine.. Apni¿ V lntenve.ntlon, poun iviteA ¿a cLí¿panltlon, la. ¿tel a iti tnan¿{¡inie. devant la. maJjile. de. SaÁnt-Pabu
  • où. elle. e¿t actu vl¿lblz. FICHE DESCRIPTIVE DE SITE ARCHÉOLOGIQUE //1450/ RECHERCHE EFFECTUÉE Année Nature de l'opération Auteur -4308 I fKoïfECTiotV / H ce Organisme Go FF „jJJLè I'Ç AP ou A H £ _ / _ _ J 4 Î L . .._ / • A P o u AH / / 1 0 0 0 / RÉFÉRENCE
  • I.N.S.E.E. J , / j L Dépt. / / 1 1 3 0 / S i t e s étendus : Dépt. , , / Arrdt. , / S Lieu d i t : Canton Commune , / / 1 1 0 0 / RÉFÉRENCES A D M I N I S T R A T I V E S Commune : I Â J L Î /• • Commune , , Département : , / • / • Site Dépt. F~ f h/1 • , î
  • ) : M ^ TOPOGRAPHIQUE Altitude N.G.F, : //115U LAMBERT / Précises ^ 1, Profondeur d'enfouissement : Approximatives Abscisse Ax : _/ Abscisse Bx : L J 2/ 3 ~ 4" ^ Zone Lambert I / Ordonnée A y : _.. / Ordonnée
  • :._ //1310/ Attribution culturelle : 4 /? S //1320/ Autre élément de datation : _ //1400/ Degré de protection.. //1700/ //1800/ • Occupation du sol : labouré Sources : , 1. • 2, /base: • 3, _/ • 4 /• • 1, prairie • T ^ in-fv ct±U 2, lande ou friche • /^ch //1445
  • a "ÌMKerlumbar's X—/Kerroignantiii iabous PÌou3a]mézelu^ihcuft Menhir .Keivatoi .eransiou Tréouré;.. fPnnfS il òciéol Kerarc'haluer Ker;édoc E x t r a i t de la c a r t e I . G . N . au 1/25 000 de P L A B E N N E C 1 - 2 . —LJLj/ V/ J V . Déblais de découvert.urfc Sable
  • éboulé Coupe N - 0 - S - E d u f r o n t de la c a r r i è r e . if y *y ^ PHOTO 1 : V u e d u t r o n ç o n de stèle en place dans la d u n e . Photo p r i s e le 1 9 . 0 9 . 8 8 . PHOTO 2 : V u e p r i s e d u s u d d u t r o n ç o n de stèle en place dans le f r o n t de
  • t a i l l e de la c a r r i è r e . »-> — > -'-* • - PHOTO 4 : Vue d u t r o n ç o n de stèle i n t e r s t r a t i f i é dans la d u n e . On r e m a r q u e sous la stèle le sondage c l a n destin. PHOTO 5 : V u e d u s o n d a g e e f f e c t u é d a n s le v i e u x sol
  • e t m o n t r a n t le massif de p i e r r e s s u r monté d ' u n e assise de d a l l e s h o rizontales PHOTO 6 : V u e r a p p r o c h é e d e la s t r u c t u r e p i e r r e u s e p r é c é d e n t e .
RAP03284.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015)
  • éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015
  •  Bronze :  p. 93 exemples d’analyses spatiales portées sur les enclos circulaires par E. Le Goff    2.6  Étude  archéo‐anthropologique  des  squelettes  de  l’âge  du  Bronze  en  Bretagne  par  L.  Tonnerre  p. 107 3. PRINCIPALES PERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2016 P.133  DOCUMENTS
  •   DONNART Klet  INRAP GO, UMR 6566 CReAAH  Céramologue, âge du Bronze et âge du Fer  ESCATS Yoann  INRAP GO  Responsable d’opérations  FAVREL Quentin  Université de Nantes  Etudiant en Master 2  FILY Muriel  CG 29  Attachée de conservation, âge du Bronze.  GABILLOT Maréva
  •  rappeler qu’il  s’agit d’un prolongement tout à fait naturel de l’enquête nationale sur l’âge du Bronze pilotée par M.  Talon,  C.  Marcigny  et  L.  Carrozza  mais  aussi  d’autres  travaux  passés  ou  en  cours  (PCR  Bronze  en  Normandie, PCR Bronze Pays de La Loire…).   A l’instar
  •  l’ornementation des céramiques du Bronze final et du début du 1er âge  du Fer ou Ha C, entre le XIIIe et le VIIe siècle avant notre ère. La consultation de la base Patriarche du  service régional de l’archéologie, recensant l’ensemble des opérations archéologiques autorisées en  Bretagne
  •   a  fourni  quatre  exemplaires.  On  peut  également  mentionner  ceux  des  habitats  ruraux de Lamballe (22), ZAC de La Tourelle pour l’occupation du 1er âge du Fer, de St‐Aubin‐des‐  17 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Fig. 3 – Planche typologique
  • Compte‐rendu d’activité 2015 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de  l’âge du Bronze en Bretagne  Le cadre chronologique et les formes de l’habitat  Stéphane BLANCHET (coordination), Vérane BRISOTTO, Anne‐Françoise CHEREL, Klet  DONNART, Muriel
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  SOMMAIRE  LISTE DES PARTICIPANTS  p.5  1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p.7  2. L’ACTIVITE EN 2015 p.9  2.1 Typologie des céramiques de l’âge du
  •  Bronze final et du début du 1er âge du Fer (XIIIe ‐  VIIe siècles av. J.‐C.) par A.‐F. Cherel et O. Lierville  p.13 2.2 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : premiers éléments de réflexion  par X. Hénaff  p.43 2.3 Le macro‐outillage à l’âge du Bronze dans le Massif
  •  ANNEXES  Le  Bronze  moyen  et  l’origine  du  Bronze  final  en  Bretagne  par  S.  Blanchet,  M.  Mélin,  T.  Nicolas et P. Pihuit  Le  macro‐outillage  lithique  sur  les  sites  de  l’âge  du  Bronze  armoricain :  quelques  hypothèses fonctionnelles pour aborder la notion
  •  d’artisanat par C. Hamon et S. Blanchet   FICHES D’ENREGISTREMENT DE DECOUVERTE  3 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne                                                                                                       4 Projet Collectif de
  •   UMR 5594 ARTeHIS  Chargée de recherche, âge du Bronze.  GANDOIS Henri  Univ. Paris 1, UMR 8215  Trajectoires  Chercheur bénévole  Doctorant  GAUTIER Maurice  Univ. Rennes 1, UMR 6566 CReAAH Doctorant  Prospecteur aérien  GOMEZ DE SOTO José  CNRS, UMR 6566 CReAAH  Directeur
  •  de recherche émérite, âge du Bronze.  HENAFF Xavier  INRAP GO  HAMON Caroline  CNRS, UMR 8215 Trajectoires  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire  ancienne.  Chargée de recherche, spécialiste du macrooutillage.  LE BIHAN Jean Paul  CRAF  Archéologue
  •  8215 Trajectoires  Céramologue, âge du Bronze  PAILLER Yvan  PIHUIT Patrick  INRAP GO, UMR 8215 Trajectoires  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire  ancienne.  INRAP GO  Dessinateur  POILPRE Pierre  INRAP GO  Historien, Archéogéographie  QUILLIEC Bénédicte
  •   Ingénieure d’études, âge du Bronze.  SICARD Sandra  INRAP (siège), UMR 8215  Trajectoires  Univ. Paris 1, UMR 8215  Trajectoires  INRAP GO, UMR 6566 CReAAH  STEVENIN Claire  Education nationale  RIPOCHE Julien  Doctorant  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire
  •  n’est bien sûr pas  figée et évolue en fonction des problématiques, des travaux mis en place mais aussi des besoins. La  trame grise signale les agents de l’Inrap bénéficiant de jours PAS.  5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 6 Projet Collectif
  •   précédentes.  Rappelons simplement qu’à partir des données disponibles en Bretagne, deux axes prioritaires ont, au  démarrage du projet, été définis :      construire  un  référentiel  chrono‐culturel  pour  l’âge  du  Bronze  régional  en  prenant  notamment  en  compte  la  typo
  •  Bronze. Ils serviront à préciser les marqueurs chronologiques et culturels.     fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation du sol.  En  lien  avec  le  thème  précédemment  évoqué,  l’étude  des  formes  de  l’habitat  nous  permet  bien évidemment de
  • du Bronze en Bretagne                                                                                                         8 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  2. L’ACTIVITE EN 2015 Dans le cadre de la programmation 2015, le PCR a été reçu favorablement
  •  principaux axes du projet et de dresser un bilan de l’activité 2015.   Les résultats de plusieurs travaux en cours ont par ailleurs fait l’objet de présentations :               ‐ Habitat Bronze final de Caudan (M. Levan)  ‐ Etude des enclos circulaires de Bretagne et Pays de la Loire (M
  •  leur représentativité, un travail  9 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne de hiérarchisation et d’analyse a donc été réalisé en parallèle. Le référentiel continu à être alimenté  en fonction des découvertes (diagnostics, fouilles) dont le rythme
RAP00377.pdf (RENNES (35). 38 rue de Saint-Malo. rapport de sondage.)
  • Nature du gisement. Nature des découvertes effectuées.. Périodes chronologiques OBSERVATIONS CONTENU DU DOSSIER Rapport scientifique... Plans et coupes £ h
  • Modéré de la ville de RENNES a décidé de reconstruire un immeuble su/i l'emplacemen du n" 38, me de Saint-Malo, Rennes. Paul BANEAT dam ¿on ouvrage Le Vieux Rennes, publié en 1911, mentionne, ¿un. l'emplacement du n" 38 de la rue de Salnt-Malo, la présence d' un aqueduc gallo-romain
  • mécanique, établi la pA.ue.nce. d'une couche de Aemblati avec du 30/40 cm. moficeaux de bnlquu, médiévale, et nocaWLu de vutlgu po a t-médiévale de com>tAuctloni cLLévale. Le txacé de l'aqueduc piuumé ont a/igileux belge nolAcLt/ie, Mélangé à ce Aemblal, Il y avait du gaULo
  • CIRCONSCRIPTION HISTORIQUE BORDEREAU RECAPITULATIF Date d'envoi DE. . . è t â Q f f î ^ RAPPORT D E . S & W À Q i ^ LOCALISATION ¿¿U eJt-\rJlxxurU Département Commune 3 iZoXlJt Oft Lieudit : du cadastre. I.G.N fatfaJLo local N ° de Site Cadastre DATES Coordonnées
  • Lambert.., Ax 3 o lj 00 Ay ^ V . O O Bx By Autorisation (n°, date)..... "¿1 ¡4 ¿9-// V ^ ô Intervention (début et fin) Années antérieures d'intervention. INTERVENTION Responsable . ri. özxtr Motif d'intervention Surface fouillée Estimation de l'étendue du gisement SITE
  • . Une zone à portes débités de découvertes archéologiques existe entre la rue de Salnt-Malo et la rue de Vlnan et au nord ¿ur V emplacement de, l'hôpital Hôtel Dieu, depuis 19.77 des fouilles archéologiques métho- diques, dans le quartier, du [/leax Saint-Etienne, ont mis au
  • -iomalne, de tnacu blou eu ¿ondagu de ¿ckiàte tuions et modeAne. anténleunu galto-Komaln de épalA d potenle Il n'y avait pou> à l'époque n'a pu êtAe Wo-ô concZuàloni iont HmiXéu paA eu iondagu po&t-mélocaLU ponctuels, malô II semble que. Î>UA l'emplacement du 38 de la me de
RAP00727.pdf (GUER (56). zone d'activité la bonde. rapport de sondage)
  • , et de Brocé- importants, joignant La l'un l'Atlantique La tombe n"1, contenait un une hache fer, eti en verre bleu. de ceinture Près des en un petit bronze bois, lance et couteau et son talon de hampe, les débris niveau du bassin du mort, était pieds du
  • Guer possède un construit par Saint-Malo, évêque (paroisse) Le le en 629 en tant cartulaire de Dela tombe n 2 ont été retouvés un fer de javelot, en bronze bleu et du type surtout verdâtre, ?) devait, un "en oméga", grand de forme conique. à l'origine, des
  • comptent parfois par dizaines. Selon l'auteur, ils ne peuvent jouer le rôle de "foosiles directeurs", puisqu'ils se retrouvent également dans le mobilier du groupe dit de "Blicky",dont le site éponyme se situe dans le Hainaut, en Belgique méridionnale. Celui-ci semble contemporain, mais
  • DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE - zone d'activités de tion dans ia Bonde en Guer - la présence, parcelle 267 trouve sa justifica- la .jouxtant à l'ouest, de PARCELLE YK 331 tombes du Bas-Empire romain découvertes et fouillées en 1968. AUTORISATION DE SONDAGE N° 93-06 L'opération
  • jour de Loca-lement, le site est souvent désigné sous le vocable L'Hérupée. Le site de La Bonde se situe à 3km au nord du centre de Guer, sur le Guer bord à de la l'agglomération militaire. dan, est en La départementale de 773 Bellevue-Coëtquidan, future voie
  • 1 - Plan de situation générale les de d'accès à la zone de la d'activités RN24, diagnostiqueurs future 1.'échangeur route mené à à ainsi a motivé cet en sonder proches du gique n'y avait été décelé. qui que site. le choix de la endroit. 1992 de le avait
  • Lanvaux deux sud-nord, ce une le du de l'Oyon zone de pas- l'Océan massif itinéraires dernier schisteux Les limites et lombes ont. été le contenu espace reconnus; en place lance fut alors exécu- 16m2 . de de en pleine Aucune trace sols n'a été repérée
  • bouteille en d'un petit verre bleu bracelet furent en décou- verts. I,'étude du moitié du ture I n mobilier .1 Ve m e siècle peut-être compte-tenu de 1' ra ppée ent re dans le boucle, sent, et Plus dernières de la tombes de la seconde précisément, la
  • trouant le schiste du substrat : chablis (négal ifs iaissés par des souches arrachées) et caves de pommier (un verger dont il reste quelques pommiers en place, occupai! cette parcelle), caractérisées par leur forme carrée, leur remplissage de terre humide ei. la présence de racines en
  • occidentale vraisemblable du chemin rural encore utilisé il v a u n e v i n g t. a i. n e d'années. 111: en surface de 110, au niveau d'interface labours/substrat NGF. 8 f) , (5 H soit exactement à 0, 3 2m sous le niveau du sol actuel : fragment. d'anneau-disque en schiste de facture
  • celui-ci, creusée dans Je schiste du .2 à 3cm de profondeur, à la cote NGF. 85,65 comblement de terre humifère de l'ornière 220. 235: ornière parallèle à la précédente (220), à 1,02m à l'est do celle-ci, creusée dans le substrat, à profil en auge, de 0,25 m de large à 1
  • : comblement de 1 'orn i ère 2 60-261. I 'ornière 255 , ferre hum i que identique a 2 3 1. et 241 . de 5 à 7cm d'épaisseur, de 226: lenti 1 le de I i mon recouvrant, entre les ornières 220 et 235, en I. imite nord du sondage, le substrat et. le remblai 230; recoupée par Le
  • . Ecofact vra i semblable. 4 30 mêmes remarques que pour 420: écofact. 440 mêmes remarques que pour 420: écofact. 450 mêmes remarques que pour 420: écofact. 451: en surface de 450, au niveau d'interface labours/substrat NGP. 85,09 soit exactement à 0,31m sous Le niveau du soi
  • actuel : fragment d'anneau-di sque en schiste de facture néolithique (cf.infra, ANNEXE 1). 460: fossé de parce! Laire mi s à jour en 19 58. moderne repéré sur le plan cadastral 470: fossé de direction sud-nord de 0,50m de largeur comblé de terre brune. Prolongement nord du fossé
  • , prolongement est de 460. 540 : fossé (?) de direction sud-est - nord-ouest, à profil en paliers de 0,70m de largeur à l'ouverture pour 0,30m de largeur du fond et 0,i5m de profondeur conservée. Comblement de schiste venu du substrat sur une couche de limon brun.iaune très tassée. Il
  • , remplissage; supposées de différentes ornières dimensions et l'écartement contemporaines étant entre seul de nature les axes des susceptible de fournil' des données chronologiques. Aucun élément en place ne peut Bas-Empire romain. On ne être attribué à la nécropole du
  • peut qu'en déduire que celle-ci ne touve nulle extension dans la parcelle 331. La limite orientale la présence du semble-t-il Ont été, par structures contre, d'une mis voie en évidence ancienne ainsi dans nos que le sondages tracé de les La voie
  • Côté d'anneaux-disques par ailleurs été découverts en hors schiste de du néolithique tout contexte. une (entre ouest faible fragments ont Leur étude est détaillée dans l'annexe 1. est) structures 300 ne en laissent creux (?)(figure 9) aucun empreintes
  • interprétation: de véhicules caractérisées. moderne, chronologique en doute dans des de du contre tracé ornières terre est parfaitement 370). ancienne. identifiée par Son comblement Il les ornières B et D) le emprise (moitié moins comblé On d'emprise rencontrées
  • niveau l'ornière B; dépression naturel d'autre du l'ornière perceptible 2 sur la coupe apparaissent à 5 cm et B-B de 2 la ornières espacées, d'axe en (ornières B et D). dont au-dessus bien se des distante, est, on humifère, situe d'axe verra autre
RAP03524 (PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille)
  • PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille
  • constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. I2I DÉPARTEMENT DU MORBIHAN (56) PONTIVY, « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Rapport d’Opération d’Archéologie Préventive Illustration de couverture : Vue générale du site en cours de fouille
  • romaine  Empire romain  ancien  Haut-Empire (jusqu’en 284)  moyen  Bas-Empire (de 285 à 476)  récent  Epoque médiévale  Chalcolithique  Haut Moyen Âge  Protohistoire  Moyen ÂgeÂge du Bronze  Bas Moyen Âge  ancien  Temps modernes  moyen  Epoque
  • osseuse  Sculpture  Conservation  Structure urbaine  Céramique  Inscription  Restauration  Foyer  Restes végétaux  Autre : Eléments en terre (torchis, revêtement, etc.)  Autre : I 11 I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Générique de
  • par le département du Morbihan. Le niveau d’épandage de mobilier de l’âge du Bronze final mis en évidence lors du diagnostic (Crowch, 2016) était au centre de la prescription. Cette dernière portait également sur une possible occupation du Néolithique moyen I, sous-jacente. La
  • meilleure préservation de la stratigraphie dans ce secteur. La fouille a permis de mettre en évidence un petit établissement rural de l’âge du Bronze final. Un niveau d’occupation (US003A), comprenant des lambeaux de paléosol, a été reconnu sur 220 m² au centre de l’emprise. Épais de
  • fréquentation du secteur au cours de l’âge du Bronze moyen a également été discernée. Une concentration de mobilier livre ainsi un corpus céramique homogène daté du xve s. av. J.-C. Cette structure demeure néanmoins bien esseulée, au cœur de l’US003A. En dépit d’un second décapage, aucune
  • ° 2016-140 en date du 29/03/2016 I 17 I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final I 18 I Données administratives, techniques et scientifiques I I 19 I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final I 20 I Données administratives
  • ..................................................................................................................... 5 Contrat d’opération d’archéologie préventive –n°2016.07.07-JB - « Kernaud 1 », Cléguérec (Morbihan) I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Remise en état 51 Sous-traitant Chef projet Arch Fin semaine : CR hebdomadaire pour MO et SRA
  • a également été découverte. l’entité archéologique (EA 56 178 0008). Une céramique à décor poinçonné du Néolithique représentée par un dépôt d’ébauches de hache en métadolérite, et serait à mettre en lien avec néolithique et une occupation de l’âge du Bronze final
  • Vol I/I Rapport final d’opération d’archéologie préventive Texte - Figures - Inventaires Nantes - février 2018 Région Bretagne / Département du Morbihan (56) PONTIVY Kernaud 2 Une ferme de l’âge du Bronze final Code INSEE : 56 146 Arrêté de prescription : n° 2016-139 Arrêté
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant
  • diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en
  • ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus
  • universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Avertissement Les rapports de fouille constituent des documents administratifs communicables au public dès leur remise au Service Régional de
  • Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final sommaire Données administratives techniques et scientifiques................................ 9 Fiche signalétique du site............................................................................................... 10
  • /25 000e.............................................................. 16 Extrait du cadastre......................................................................................................... 16 Copie de l’Arrêté de prescription n° 2016-140 en date du 29/03/2016
  • archéologiques...................................................................................51 2.3 Le niveau d’occupation de l’âge du Bronze (Épandage _ US003A).......................... 51 2.3.1. Les structures de la zone B
  • ................................................................................................53 L’âge du Bronze moyen ..............................................................................................................53 L’âge du Bronze final..................................................................................................................53
RAP02370.pdf (PACÉ (35). ZAC "les touches", tranche1. rapport de diagnostic)
  • DONNEES ARCHÉOLOGIQUES 2 . 1 - Une exploitation agricole transition de Y Âge du fer/époque gallo-romaine (ensemble n°l) 2.1.1 - Descriptions des vestiges archéologiques 2.1.1.1 : L'endosn°l 2.1.1.2 : Le réseau fossoyéparcellaire 2.1.1.3 : Les vestiges de deux constructions antiques
  • gauloise (ensemble n°3) 2.3.1 - Descriptions des vestiges archéologiques 2.3.1.1 : Les structures fossoyées linéaires 2.3.1.2 : Les autres structures 2.3.2 - Conclusion 2 . 4 - Une possible occupation de l'Âge du Bronze/Âge du Fer (ensemble n°4) 2.4.1 - Descriptions des vestiges
  • les meilleurs de la commune de Pacé. I l est donc tout a f a i t normal qu'une importante occupation humaine ancienne ait été présente sur cette partie du terroir du néolithique à nos jours. A contrario, la qualité de ces terres est une menace pour ces mêmes sites. En e f f e t
  • tous les fossés et du puits antique ont été réalisés à la pelle mécanique. Les autres structures (fosses et trous de poteau) ont été fouillées manuellement. Tous les vestiges sondés ont été relevés en plan et/ou en coupe à l'échelle l/10ème ou l/20ème. Le relevé général de l'emprise
  • (époque néolithique). Les époques les plus récentes, le Moyen Age en particulier, ne sont représentées sur l'emprise du diagnostic que de façon anecdotique. Le premier site (ensemble n ° l ) que nous avons mis au jour, est localisé à l'extrémité méridionale du projet sur les
  • parcelles n°AW 14 et 15. I l s'agit de vestiges datant de l'Age du Bronze et de l'Age du Fer. Les éléments de datation, céramique essentiellement, proviennent de niveaux de colluvionnement piégés dans des dépressions naturelles (micro talweg). Les quelques structures exhumées dans cette
  • ensemble bâti n°2, seules des propositions peuvent être a\/a.r\cízs. I l s'agit tout d'abord de la grande longueur de radier (74 m) qui semble t-il, s'apparente de par ses dimensions à un mur de clôture. Ce dernier vient en effet parfaitement s'aligner sur la bordure ouest du fossé
  • oriental de l'enclos. S a construction intervient à une période où celui ci est totalement comblé comme le confirme l'analyse stratigraphique. Ceci démontre qu'une trame parcellaire plus ancienne a perduré car elle a scrupuleusement été respectée durant la mise en place du bâti n°2. I l
  • une petite partie d'entres elles a été sondée dans le cadre du diagnostic (fig. 9). Quelques fosses, liées vraisemblablement à l'extraction de matériaux (limon) ont été identifiées en périphérie orientale du bâti n°l. Celles-ci témoignent de la construction de bâti traditionnel en
  • INTERRÉGIONALE Du GRAND OUEST SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE JUILLET 2006 JEAN Photo de couverture : Vue aérienne du diagnostic archéologique en cours de réalisation prise au mois de mai 2006 (Pacé, ZAC Les Touches). Cliché : Gilles Leroux SOMMAIRE FICHE SIGNALETIQUE
  • °28, section A W , parcelles n°l, 2, 6p, 7, 8, 12p, 14,15, 16, et 17, section E, parcelles n°827, 828p, 835p et 840. Coord. Lambert : X : Y : altitude : de 61 m à 69 m NGF Statut du terrain : (au regard des législations sur le patrimoine e t l'environnement) Propriétaire du
  • terrain : Communauté d'Agglomération Rennes Métropole e t divers propriétaires privés. Arrêté de prescription n° 2006-031 en date du 1 4 / 0 3 / 2 0 0 6 Arrêté de désignation n° 2006-032 en date du 1 4 / 0 3 / 2 0 0 6 Responsable désigné : Laurent Aubry Organisme de rattachement
  • t i f de déterminer la présence, ou l'absence, de vestiges archéologiques enfouis menacés par le p r o j e t . Cette opération a permis d'isoler cinq indices de sites allant de l'Age du Bronze à l'époque gallo-romaine. Lieu de dépôt temporaire du matériel archéologique INRAP
  • d'études INRAP), relevés topographiques. Phase post-fouille : M. Laurent Aubry (Assistant d'études INRAP), rédaction et mise en forme du DFS. Melle Françoise Labaune (Assistante d'études INRAP), étude et archivage du mobilier, fouille des urnes. M. Stéphane Jean (Technicien supérieur
  • ), s'est déroulée du 3 avril au 7 juin 2006. La mise en place de cette opération a été motivée par le fait que l'emprise de ce projet couvrira, à terme, une surface importante (70 ha environ) et qu'elle se trouve sur un secteur géographique recélant un certain nombre de sites
  • archéologiques. La première tranche de ces travaux, d'une superf icie de plus de 47 hectares, a permis d'identifier une série de cinq occupations anciennes s'étalant de l'Age du Bronze à l'époque gallo-romaine. Ce diagnostic, financé par la Société TERRITOIRE, a été réalisé par l'Institut
  • a permis de répertorier de nombreuses entités archéologiques réparties sur l'ensemble du projet. I l s'agit pour l'essentiel de structures fossoyées linéaires matérialisées à l'intérieur des tranchées de sondage par des tronçons de fossé. Le reste des structures a été identifié comme
  • fragmentaire (fig. 3). Deux petits bois, dont l'un a été planté récemment, se développent en limite ouest du projet. Aucune investigation n'a été entreprise dans ces massifs forestiers comptes tenus de leurs préservations dans le cadre de la création de la ZAC. Les autres terrains sont
  • /ucI e Cachdt la t e n n e n Bas Figure 1 : localisation géographique du diagnostic, en rouge, sur extrait de la carte I.G.N au 1:25000 (1218 O Rennes). Rennes de t e r r e végétale au brun jaune orangé pour les dépôts éoliens inférieurs). Les structures archéologiques sont
  • d'ambiance montrant la façon dont sont espacées les tranchées de sondages. Cliché : Hervé Paitier 1 Laurent Aubry, Véronique Chaigne, Olivier Ezanno et Olivier Morin 2 Philippe Cocherel du 24 au 28 avril 2006 Les sondages, d'une longueur moyenne de 17 m, ont été réalisés " en
RAP00021.pdf (PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). Piegu. rapport de sondage)
  • (comparaisons des sédiments trouvés sous l'estran avec ceux des falaises voisines) laissaient présumer un âge anté-éemien pour l'habitat paléolithique. Au printemps 1986, l'un d'entre nous (B.H.) a découvert dans un placage au nord du quai Célestin Bouglé et en contrebas de la rue de la
  • quai Célestin Bouglé présente un élargissement et la présence du chantier ne devrait pas trop gêner la circulation automobile en direction du port de Piégu. Après la fouille, le bâtiment projeté pourra être construit. B. HALLEGOUET B. BIGOT 3.L. MONNIER RAPPORT PRELIMINAIRE
  • bas de la rue de Piégu, comme le montrent les témoins retrouvés récemment. En effet le gisement a été en partie détruit par les travaux d'aménagement du littoral liés à l'installation de la station balnéaire depuis la fin du siècle dernier (construction puis agrandissements
  • successifs du quai Célestin Bouglé, édification de maisons particulières en contrebas de la falaise). L'industrie de Piégu nous a été signalée pour la première fois en 1971 par un jeune pléneuvien, Monsieur Alain Guillon. A l'époque aucune couche en place n'était connue et nous ne
  • entrepris sur la plage dans le but de construire un nouveau réseau d'eaux pluviales et d'améliorer la défense contre la mer en édifiant un perré incliné. En accord avec la mairie de Pléneuf et avec la D.D.E. des Côtes-du-Nord, maître d'oeuvre de l'ouvrage, nous avons pu assurer le suivi
  • grands conifères et qui domine le quai Célestin Bouglé en contrebas de la rue de la Corniche. Cette parcelle, qui renferme les derniers témoins intacts du gisement paléolithique de Piégu (cf. § 4), est directement menacée par un projet de construction d'un centre nautique. 2
  • niveaux archéologiques dans la parcelle 340. Une.copie, de cet article est jointe en annexe du présent rapport. L'industrie de Piégu, essentiellement en silex, est caractérisée par un débitage levallois et par un faciès levalloisien très marqué (nombreuses pointes levallois en
  • donc permis la conservation de restes de grands mammifères, dans une zone correspondant au débouché du vallon de Piégu. Observations résultant des sondages dans la parcelle 340 Deux sondages ont été effectués en bordure du quai Célestin Bouglé au bas du versant en contrebas de la
  • rue de la Corniche. Ils ont été implantés de part et d'autre du tunnel permettant l'évacuation des eaux de la station au nord du cap de Pléneuf. Gisement de Piégu (Pléneuf-ValAndré, Côtes-du-Nord), parcelle 340. En haut, vue générale du versant avec les sondages. En bas, sondage
  • site d'habitat correspondant peut-être à une ancienne grotte marine, telle que celles qui étaient autrefois visibles le long de la falaise plus à l'ouest en direction de la pointe de Pléneuf. Il s'agit de l'un des plus anciens gisements préhistoriques du Massif Armoricain et l'un
  • archéologiques sur au moins 6 mètres en arrière du quai et d'une pointe rocheuse à l'autre. La fouille de la parcelle 340 correspondant à un rentrant de la falaise rocheuse colmaté par des dépôts pléistocènes devrait être fructueuse. Elle se déroulerait d'abord en deux temps, dans un espace
  • correspondant à l'implantation future du bâtiment : centre nautique P L E N E U F VAL A N D R É COUPES_PLAN Œ MASSEich.0,01 265 - déblaiement des niveaux supérieurs constitués par une dune et un amoncellement de pierres et de blocs, avec récupération des ossements - fouille du niveau
  • deviendrait alors inaccessible. Aussi, en fonction des résultats des premières opérations, faudrait-il envisager la fouille exhaustive du restant des dépôts pléistocènes en arrière du bâtiment. Le déblaiement des niveaux supérieurs nécessite la coupe des arbres et demande l'usage d'un gros
  • matériel. Les possibilités de stockage des matériaux dégagés du versant, sont limitées sur le site. Les déblais devront donc être évacués. Ils pourront être réutilisés par la commune pour des remblais. Le site du Val-André est très fréquenté en été. Aussi la fouille de la parcelle 340
  • . Le quai Célestin-Bouglé longe la falaise. Son agrandissement en 1974 (terre-plein) a oblitéré une partie du gisement. 1 : zones ayant livre les silex (ramassages entre 1969 et 1984) ; 2 : zones ayant livré des traces d'ossements en place. le bas de l'actuelle rue de Piégu, avant
  • pratique plus développée du facettagc des plans de frappe. Le nombre d'enlèvements sur la face dorsale des éclats est en moyenne de 4 à 5 pour les éclats Icvallois et de 2 à 3 pour les éclats non Icvallois (tabl. 4) ; la différence est hautement significative ce qui ne surprendra pas
  • limons sableux carbonatés (fig. 4). En outre, comme dans la couche 35 de Nantois, il n'y a aucune trace de coquilles de mollusques terrestres alors que celles-ci sont toujours abondantes dans les limons sableux carbonatés du Weichsélien. En conclusion, la couche archéologique de Piégu
  • guère taillé que le silex (99,6 °7o). De très rares éclats tirés de roches locales ont été trouvés ; il s'agit de quartz, de grès et de phtanitc, en proportion infime. Près de 220 nucleus ont été récoltés, représentant environ 20 % de la totalité du matériel lithique (éclats, outils
  • , avec celui de l'industrie du Mont-Dol, l'un des plus forts observés en Bretagne. Le facettage des plans de frappe est également très important ; il est beaucoup plus élevé en ce qui concerne les seuls éclats levallois. L'indice laminaire est moyen ; il est aussi notablement plus
  • concave ; punctif. : punctiforme. 1 cul porte sur la fraction Icvallois de l'industrie. On observe donc que le débitage levallois s'accompagne d'un enrichissement en lames et d'une pratique plus développée du facettage des plans de frappe. Le nombre d'enlèvements sur la face dorsale
RAP03924 (PORT-LOUIS (56). Etude archéologique du bastion Desmouriers et du « donjon espagnol » de la citadelle de Port-Louis (Morbihan). Fouille programmée)
  • PORT-LOUIS (56). Etude archéologique du bastion Desmouriers et du « donjon espagnol » de la citadelle de Port-Louis (Morbihan). Fouille programmée
  • Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la
  • à travers les âges. L’archéologie permet alors d’exhumer ces traces du passé. Le rapport est séparé en deux grandes parties, du bastion Desmouriers et du corps de garde ou « donjon espagnol ». La première prescription porte sur une étude scientifique liée à une surveillance de
  • dans le cadre de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Toute utilisation des données du rapport à des fins lucratives est interdite en vertu de l'article 10 de la loi modifiée du 17 juillet 1978 relative à l'amélioration des relations
  • TECHNIQUES DE L'OPERATION Autorisations 2018-260 et 2019-212 écrites en date du 15/05/2019 par le conservateur régional de l'archéologie Titulaire : N. Morelle, Organisme de rattachement : bénévole, LA3M, UMR 7298 CNRS/UNIVERSITE AIXMARSEILLE Motif de l’opération : opération de fouille
  • documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration
  • des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA
  • par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • travaux (5 interventions étalées entre 2018-2019) du bastion Desmouriers en cours de restauration. Une opération d’archéologie préventive a été réalisée en mai 2019 sur la plate-forme du bastion (LECAMPION 2019), poursuivant les sondages de 2017 (MORELLE 2018). Deux surveillances de
  • travaux ont été réalisées par Anne-Marie Fourteau en 2019. Il a été nécessaire d'étudier l'intégralité du front de terre pour comprendre l’évolution du bastion Desmouriers et la surélévation générale entre 1620 et 1640 de trois mètres déjà observée (MORELLE 2018). Dans ce cadre, une
  • extension de prescription du SRA a été effectuée pour l’étude du bâti du corps de garde central appelé « donjon espagnol », permettant de mettre en relation les deux bastions du front de terre et ce bâtiment central peu connu. Une prochaine campagne de sondages archéologiques doit être
  • effectuée à l’automne 2020 afin de finaliser l’étude de la plate-forme, des parapets du bastion Desmouriers et la fouille de la glacière débutée par l’Inrap en mai 2019. Le rapport 2021 sera donc une synthèse générale des interventions archéologiques sur le bastion. A la suite de
  • l’opération archéologique de 2019, l’étude du bâti permet de dresser une nouvelle vue de la citadelle lors de sa construction dans les années 1620 avec deux bastions de terre plus bas, reprenant très probablement en partie le tracé des bastions espagnols préexistants à la même hauteur
  • la fortification bastionnée et de l'influence espagnole en Europe de l'Ouest. 15 L’étude archéologique du donjon est un préalable aux travaux de restauration engagés par les Monuments Historiques et le Musée national de la Marine. Toutefois, il n'a pas été possible de décrouter
  • pierre à pierre avec mise au net en DAO. Afin de comprendre l’évolution du bastion Desmouriers, il est impératif de poursuivre l’étude des autres bastions de Port-Louis, notamment ceux de Groix, des Chambres et de la Brèche qui ont fait l’objet de relevés en 2018. Il a été décidé que
  • définir les éléments originaux donc, notamment de la phase espagnole de 1591 (aménagement spécifique des bastions avec des 2 LISCH, 1988. 25 voûtes en raison du manque de terre de fourrage ?), du premier remaniement par Jaques Corbineau, architecte royal, en 1618 (modification du
  • sont amenées à disparaître ou à s’effacer. En collaboration avec les Monuments Historiques, un travail de relevé archéologique systématique permet la mise en lumière du phasage chronologique de la construction et des remaniements d’un des plus vieux bastions de la citadelle
  • (construit à la fin du XVIème siècle lors de l’occupation espagnole) en continuité de nos observations de terrain lors de la fouille programmée de l’été 2017. Les données des opérations archéologiques de 2017 à 2019 (FOURTEAU 2018, MORELLE 2018, LECAMPION 2019) sur le bastion Desmouriers
  • font ici l’objet d’une synthèse replacée dans le contexte de l’archéologie du bâti. La recherche historique en plus de l'étude archéologique permet de compléter nos connaissances du fort original et du plan du fort de l'Aigle de 1591 (établi par Cristobal de Rojas), conservé aux
  • diffèrences de nature du site et de modalité d’intervention, le rapport est séparé en deux grandes parties, du bastion Desmouriers et du corps de garde ou « donjon espagnol ». Les US et faits sont donc séparés entre les deux contextes. A la demande du Service Régional de l’Archéologie, la
  • première prescription porte sur une étude scientifique liée à une surveillance de travaux (5 interventions étalées entre 2018-2019) du bastion Desmouriers en cours de restauration. En raison des diffèrentes opérations effectuées sur le bastion (FOURTEAU, LECAMPION, MORELLE), certaines
RAP03001.pdf (QUEVEN (56). extension de la zone du Mourillon ouest, park an denved. rapport de diagnostic)
  • QUEVEN (56). extension de la zone du Mourillon ouest, park an denved. rapport de diagnostic
  • ) 8 Inventaire des documents graphiques 9. Inventaire/tableau comparatif des sites « en amande » de la transition Néolithique/Âge du Bronze en Bretagne ANNEXE 4 : Datation par carbone 14 – Rapport Bêta Analytic Inc. ANNEXE 5 : Données administratives Diagnostic 2014/QUEVEN/ZI du
  • l’emprise, en partie « basse » et à proximité de la bordure humide et boisée de la parcelle. Enfin, une occupation datant de la transition Néolithique final - Âge du Bronze ancien, a également été mise au jour sur la partie haute de la parcelle, localisée à l’Ouest de l’emprise. Le
  • occupation. L’occupation datée de la transition Néolithique final – Âge du Bronze ancien quant à elle, se matérialise au niveau de l’extension de la tranchée 29 soit sur un replat du terrain dominant la parcelle. Le fossé 74, qui correspond à une tranchée de fondation, dessine en plan un
  • Bronze ancien, Haut Moyen- Âge, période moderne et contemporaine. Nature des vestiges immobiliers : fossé, enclos, bâtiment « en amande », trou de poteau, fosse, foyer, fossé parcellaire. Nature des vestiges mobiliers : céramique, prélèvements (charbons de bois). 1 Diagnostic 2014
  • /QUEVEN/ZI du Mourillon-Zone du Mourillon Ouest : QUEVEN_2013-197 RÉSULTATS CHRONOLOGIE Age du fer Fer La Tène ou deuxième âge du Fer Antiquité romaine (Gallo-romain) et Epipaléolithique Néolithique récent x Néolithique / Chalcolithique x Protohistoire x Age du Bronze x Bronze
  • mégalithiques a ensuite été réoccupé durant l'Âge du Bronze. Un dépôt de haches à douille, découvert en 1822 à Kerhor, correspond à cette période (Galliou et al. 2009). Globalement cette phase chronologique de l’Âge du Bronze reste méconnue sur ce secteur. 11 Diagnostic 2014/QUEVEN/ZI du
  • l’emprise du projet d’aménagement de la RD 163 et qui a été diagnostiquée en 2012 par le Service départemental d’archéologie du Morbihan (Crowch, 2012). Hormis cet enclos diagnostiqué appartenant à la période du haut Moyen-Âge, les autres enclos reconnus par prospection aérienne ne sont
  • (Leroy, Lotton, 2012 ; Villard, 2009). En effet, cette fouille a entrainé l’étude et la mise au jour de sites couvrant des périodes d'occupation allant du Néolithique au Moyen Âge. La datation et l’étude des nombreux enclos repérés par prospection aérienne, et présents dans ce secteur
  • , Planche 8).  Un secteur clé, localisé en partie centrale de la « base du triangle » formé par le fossé à l'est, est rubéfié et induré. Ce secteur vient dans le prolongement de l’ « alignement » formé par la ST 73 et plusieurs trous de poteau internes. Il n’a pas pu être testé dans le
  • l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies
  • sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de
  • Présentation du corpus mobilier et de son protocole d’étude 13 2. Une occupation datée de la transition Néolithique final - Bronze ancien 13 2.1 Archéologie (Annexe 1/1-2 et Annexe 2, Planche 4 à 13) 2.2 Le mobilier 13 18 2.2.1 2.2.2 Le mobilier lithique (Annexe 3/5) La céramique
  • (Gwenaëlle HAMON) (Annexe 2/11, 12, 35 à 40 et Annexe 3/5) 2.2.2.1 Présentation générale du corpus 2.2.2.2 Descriptif détaillé des éléments céramiques 2.2.2.3 Synthèse sur la céramique 2.3 Bilan sur l’occupation pré-protohistorique 18 19 19 20 23 24 3. Une occupation du Haut Moyen-Âge
  • 26 3.1 Archéologie (Annexe 1/1-2 et Annexe 14 à 24) 26 3.2 Le mobilier (Annexe 3/5 et Annexe 2/34) 36 3.2.1 3.2.2 La céramique La perle en verre (Jean SOULAT) (Annexe 2/34 et Annexe 3/5) 36 36 4. Evolution du site pendant les périodes médiévale et moderne et contemporaine
  • : évolution du parcellaire 37 4.1 Archéologie (Annexe 1/1-2 et Annexe 2/25 à 29) 4.2 L’entité archéologique (EA) 56 185 0007 37 39 5. Une occupation diachronique du site de « Park an Denved » : synthèse et comparaisons 40 5.1 La transition IIIème/IIème millénaire, le Bronze ancien
  • 5.3 Evolution parcellaire du site : du Moyen-Âge à nos jours CONCLUSION GÉNÉRALE Bibliographie 40 41 41 42 43 44 45 47 49 50 51 52 ANNEXE 1 : Figures d’implantation 1 - Implantation générale A3 2 – Implantation phasée A3 ANNEXE 2 : Planches d’illustrations Liste des planches 1
  • terrain : Tranche opérationnelle : 14-04-2014 – 30-04-2014 Surface brute concernée par l’opération : 43 253 m ² Surface sondée : 3867,3 m ², soit 9 % de la surface totale. Mots clés des thésaurus Niveau d’apparition des vestiges : 0,4/0,6 m Chronologie : Néolithique final- Âge du
  • ancien Bronze moyen Haut Empire (jusqu’en 284) Bas Empire (de 285 à 476) x Époque médiévale x Haut Moyen Age Bas Moyen Age x Temps modernes Ère industrielle x Époque contemporaine 2 Diagnostic 2014/QUEVEN/ZI du Mourillon-Zone du Mourillon Ouest : QUEVEN_2013-197 SUJETS ET THÈMES
  • -197 Synthèse des résultats Le diagnostic réalisé en amont de l’extension de la zone d’activité du Mourillon Ouest, a permis de mettre au jour différents ensembles fossoyés et indices d’occupations se rattachant à plusieurs périodes chronologiques. Une entité archéologique repérée
  • par photographie aérienne et positionnée en tant qu’enclos au centre de la parcelle, n’a pas en revanche livré les résultats escomptés. Outre des éléments parcellaires datant des périodes contemporaines et modernes : un enclos datant du Haut MoyenÂge a été repéré sur le Nord-Est de
RAP00559.pdf (la région du haut-ellé (56). rapport de prospection inventaire)
  • la région du haut-ellé (56). rapport de prospection inventaire
  • - KERSOUFFLET Hache de combat en cuivre découverte en 1882 lors d'un labour. Longueur : 340mm. Poids : 2,7kg. Biblia : BRIARD J. 1965 - Les dépots bretons et l'âge du bronze atlantique, pp. 52-54. BRIARD J. Les tumulus d'Armorique, . p 109. GIOT P.R, BRIARD J, PAPE L - 1979 - Protohistoire
  • : HACHE DE COMBAT Diamètre moyen : AGE DU BRONZE Protection : / / / m. IS MH SC SI DESCRIPTION Eache de combat découverte en 18S2 lors d'un labour Dimensions — Manche: 540mm delong, l?mm de diamètre — Eache : 250mm de long, tranchant large de 80mm, talon en ferme de bouton
  • : Nature HACHES 1 DOUILLE Diamètre moyen Datation AGE DU BRONZE Protection / / / / m. : MH 5C 1S SI DESCRIPTION 14 haches à douille armoricaines découvertes en 1909 dans un talus Découverte signalée par L. Karsille dans le "bulletin de la S.P.K Une seule hache étudiée : L
  • ont atteint une cavité dans le sol qui pourrait être un souterrain de l'Age du Fer. Biblio (l) ^ - KERHAS Site gallo-romain. Mobilier ramassé en surface : tegulae, briques, poteries communes dont un fragment de panse d'amphore, céramique sigillée ( Drag 37 et Drag 38 )» le tout
  • . Biblio (l). . N - KERANVAL Dépôt de haches à douille. Quatorze haches retrouvées en 1909 en démolissant un talus au lieu-dit * Penfelë " près du bourg du Faou'ét. Biblio : MARSILLE L. 1909 " Les 14 haches de Keranval " Bull, de la Soc. Polym. du Morbihan. T 2, 145. y0, N
  • Rennes. L'une de ces haches analysée par J. R. BOURHIS a montré une forte teneur en étain. Biblio : BRIARD J, GOUEZIN Ph, ONNEE T, "Deux dépots inédits de l'Age du Bronze". Soc. d'Hist. et d'Archéo. du Pays de Lorient, 1988-1989» pp. 22-28. - SAINT FIACRE Stèle hémisphérique gauloise
  • BRONZE / / / / Diamètre moyen BRONZE m. Protection : MH 1S se DESCRIPTION 5 hacb.es en bronze retrouvées dans les parcelles : — D2 2?0 : une hache à douille découverte en 1981 un dépôt de 3 haches à talon en 1987. Mesurent de 125 s. 160mm de long et sont du type armoricain
  • médite Q Photographies 'aériennes □Documents divers pouvant être obtenus auprès de : Musée des Antiquités Nationales de St Germain en Lave (lieu ce dépôt) BIBLIOGRAPHIE □ Simple mention ^Recherche approfondie BRIARD J. - Les dépôts bretons et l'âge du Bronze atlantique. Rennes
  • larnaudienne A la date du II juin 1909, notre excellent ami, M. Victor Itobic, conseiller général du Faou'ét, nous signalait la découverte faite chez lui de haches en bronze. En démolissant un talus qui séparait deux pièces de terre, à Kéranval, au lieu-dit "Pen-Feld", à la porte du
  • . Quatre orthostats sont encore visibles. La dalle de couverture, affaissée, montre une vingtaine de cupules. A livré quelques tessons de poterie romaine. Section PI, parcelle 119. Biblio (l) - BOTQUENVEN Stèle hémisphérique gauloise. Quelques cupules. Provient d'un talus en bordure
  • ) Bibliographie. DE TOC A. M, BARRACH A, LE BEC L - 1988-89 "Découvertes récentes dans les régions du Faou'ét et de Plo'êrdut'* Bull, de la Soc. d'Histoire et à*Archéo. du Pays de Lorient,pp. 46-49. - KERHAS ^^.qvje, bV À^lo. ^ ojash*,}** JMM djt 'JoAjtf i»^ ) Tombelles protohistorques
  • hémisphérique gauloise. Porte de nombreuses cupules. Trouvée dans un talus bordant le chemin de Kerjean à Carnal. Aujourd'hui dans la parcelle 63 de la section El. Biblio' (l) - LA ROCHE PIRI0U Trésor de monnaies médiévales. Section P2, parcelle 487. Le trésor découvert en Février 1972
  • '; Toponyme : " Goh Illis Biblio (l) Section C2, parcelle 391. 4 £1,1 h fit —D - LICHOUET Sltfi. Aj2>u_ /lû-^t^V àSx wA (k &
  • : BRIARD J., GOUEZIN BH. , ONNEE T. du Bronze ,r rt Deux dépots inédits de l'Age Soc. d'Hist. et d'Archéo. du Pays de Lorient, 1988-1989, pp. 22-28. - TREUSCOAT Manoir médiéval. Section C2, parcelle 46?. Le manoir de Treuscoat a été vendu au début des années 70, et remonté par son
  • . Trouvée au cours d'un labour. Section XE, parcelle 11. COMMUNE v DE LAN7ENE5EN - KEROUAL D*EN HAUT Allée couverte. Six orthostats sont encore visibles, dont quatre affaissés. Deux dalles de couverture. Longueur de l'allée : 11m au moins. Les structures du tumulus sont décelables
  • Grand tertre ovalaire de 50 x 6 x lm orienté NS, situé sur le flanc nord de la colline de Quenepozen, dans un chemin désaffecté. Section II, en bordure des parcelles 70 et 29. - BOIS DE Biblio (l). LOCHRIST Etablissement gallo-romain identifié par la présence de nombreuses
  • tegulae apparues à la suite du déracimement d'un épicéa qui avait pris racine sur un tertre ovalaire de 14 x 10 x lm inclus dans une enceinte rectangulaire de 60 x 46m. Section R4, parcelle 438. Biblio (l). - LA VILLENEUVE Etablissement gallo-romain identifié par la mise au jour
  • d'une grande quantité de tegulae lors de la destruction d'un talus. Section 01, parcelle 187. Biblio (l). COMMUNE DE LE CROISTY La commune de Le Croisty n'a pas fait l'objet de travaux pendant l'année 1989. SONDAGE A P1ELZIAC - PELLAN - VIHAN La prospection en surface avait
  • Paléol«ithique. ( Voir carte ) — Néolithique : 3 sépultures mégalithiques à Priziac et Lanvenegen. — Périodes protohistoriques : 4 dépots ou trouvaille isolée de haches en cuivre ou bronze, 3 zones à tombelles à Priziac et au Faou'ét. 14 stèles armoricaines, 2 dépots de monnaies
  • pilote de l'Armée de l'Air, archéologue amateur qui a participé à des chantiers de fouilles. II reste à trouver le financement de ce programme. Des contacts sont en cours avec le " Crédit Agricole du Morbihan ** qui ne semble pas être, a priori, hostile à un certain engagement