Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

250 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02767.pdf (HUELGOAT (29). l'abri sous roche de Kerbizien : bilan archéologique du site et fouille d'un niveau azilien résiduel. rapport de fp 2011)
  • HUELGOAT (29). l'abri sous roche de Kerbizien : bilan archéologique du site et fouille d'un niveau azilien résiduel. rapport de fp 2011
RAP00010.pdf (ÎLE-DE-BRÉHAT (22). goareva. rapport de sauvetage urgent)
  • marine et humaine, dans le cadre d'une étude d'ensemble» + + + L'abri, du Goareva est donc un site au pied de falaise, en l'occurence d'un pointe granitique. Il se remarque fort bien à distance de mer, et il est intéressant d'observer les stades successifs de son envahissèment et
  • difficulté, A vrai dire la site préhistoriaue est vraiment "au péril de la mer", un courant de marée assez fort frisant la pointe et en ayant érodé tous les niveaux supérieurs à la dernière relique que nous y connaissons au plancher de l'abri: nous arrivons à "minuit moins cinq". Il est
  • fort possible qu'il ait connu des couches d'occupation, sépa- 3 ï'ées par des stériles, postérieurs au niveau attesté. Il était évidemment important lors de la fouille de sauvetage d'essayer d'atteindre le fond de l'abri partout et de vérifier si en-dessous du niveau d'occupation
  • pue nous avions découvert, il n'y avait pas des traces d'un niveau plus ancien. Du fait des difficultés d'approche, l'épaisseur du gisement en tous points était difficile à apprécier de la surface. C'est que l'emplacement de l'abri a été conditionné par des données géologiques et
  • -parallèles. L'extérieur se situe au niveau des plus basses mers, l'intérieur constitue partie du ïfLancher de l'abri et la face de son éponte nord paraît avoir dessiné le profil de la falaise, le surplomb formant abri et autres détails importants. Mais entre les deux filons se trouve un
  • massif de granité formant "balcon", culminant actuellement à eniiron 2 m au-dessus du niveau moyen des mers; d'autre part il sembl que le filon de dolérite formant pour partie le plancher de l'abri s'amenuise vers la partie est de celui-ci, et que la coulée à bords parallèles
  • dessinant le fond de l'abri soit tout autant déterrninée par des diaclases du socle granitique. Au coui des péidodes froides du Wurm le cryoclastisme a joué et détaché des blocs du haut de la. galaise, il en est tombé sur le fond de l'abri où il en subsiste par-dessus le reliquat de
  • gisement: ces blocs se reliant à des coulées de blocs descendant du plateau vers l'ouest de l'abri déterminent un autre aspect actuel des lieux. ■ ; :, + ■■'■■ C'est le deuxième abri en pied de falaise que je découvre en Bretagne (l'autre ayant été Saint-Suliac 35); ailleurs les
  • DE BREHAT - GOAREVA (22) ♦ + + + INTRODUCTION Depuis le mois d'avril 1967, date de la découverte de l'abri-sous-roche, de nombreuses interventions avaient été effectuées à intervalles réguliers, dans le but de sauver le maximum de pièces au fur et à mesure de leur exhumation par
  • - METHODES DE FOUILLES Le temps de travail dont nous disposons sur place est limité à moins de quatre heures utiles par jour. Vu les heures des marées on doit choisir les basses mers de vives eaux. A marée basse le fond de l'abri ne se vide jamais complètement, l'eau étant retenue par
  • la cale; il faut donc l'évacuer chaque jour. A mesure que le volume de l'excavation augmente ce travail fastidieux s'en trouve multiplié. Nous avons utilisé des seaux et une petite pompe manuelle. Nous avons établi un quadrillage du fond de l'abri. Toutefois, à part quelques
  • ou marquage des outils sur place est impensable. La reconnaissance stratigraphique du remplissage de l'abri est menée envers et contre tous les handicaps du site; on a pu prélever des échantillons en vue des analyses sédimentologiques. LA FOUILLE - STRATIGRAPHIE DE L'ABRI L'abri
  • s'étend sur plus de 20 mètres, au pied de la paroi de granité. Nous sommes intervenus dans la partie Est qui est la plus directement menacée. La fouille a porté sur les carrés 5B, 5C, 5D, 6A, 6B, 6C, 6D, 7A, 7B, 7C, 8A, 8B, 8C, 8D. Sous les gros blocs effondrés de l'abri on trouve des
  • blocs et cailloux. Au-dessus existe une couche de sable limoneux à peu près stérile (couche III). Ce sable a été principalement rencontré au Sud de l'abri, dans les carrés 6C, 6D, 6E et SD. Les couches qui forment le remplissage de l'abri s'infléchissent vers le Sud, formant ainsi
  • qualité parfois médiocre, car pris dans les galets des cordons littoraux) et la dolérite dont un filon, d'ailleurs largement mis à contribution, forme le substratum de l'abri. Mais des roches plus variées ont aussi été taillées (des porphyres, tufs, quartz et même du granité
  • de surface effectués depuis 1967 confirmerait leur identité. Par contre l'industrie de la couche IV est très mal connue, par l'insuffisance de pièces récoltées. La stratigraphie de l'abri est assez complexe du fait des phénomènes de gëlifluxion wurmiens et aussi des perturbations
  • introduites par les hommes préhistoriques eux-mêmes. En gros, un head (couche IV),avec son industrie, serait le remplissage le plus ancien de l'abri. Puis a été apporté un sédiment sableux stérile (couche III) dont l'origine, peut-être marine, sera précisée par les analyses
  • sédimentologiques. Ensuite l'abri a été à nouveau occupé et la reprise du froid entraînant la formation de coulées de gélifluxion et des effondrements de la voûte de granité a sans doute interdit toute occupation humaine (couche II). Des limons fins et lités (couche I), d'autres couches de
  • head, des loess ont probablement comblé l'abri, comme dans les coupes toutes proches, avant d'être détruits par l'érosion marine. C'est la un témoin important des variations du niveau de la mer en même temps qu'une indication climatique. Le rivage, pour que l'abri fut habitable
  • 45. 4^» —i —1 ro ro -p=> u3 co —i ro —i ert —• ro ro —* Encoches ro cr> -F=> —1 co —j —> Denti culés Pointes de Tavac ro •—> —■ ro Nuc1 ei LEGENDES DES FIGURES Figure I : emplacement de l'abri-sous-roche sur le plan de l'île sud. Figure II : plan cadastral
RAP02278.pdf (PLOUNEOUR-MENEZ (29). Pont-Glas. les occupations humaines en abri sous roche en Bretagne. rapport de fp 1 2007)
  • programme sur le fonctionnement des sociétés mésolithiques en Bretagne, il a semblé important de documenter une occupation en abri-sous-roche, susceptible d'offrir un autre spectre d'activités que les grands sites désormais mieux connus. L'abri-sous-roche de Pont-Glas (Plounéour-Ménez
  • mètres en avant de l'abri. Sous une litière végétale riche en vestiges lithiques mésolithiques et en céramique gauloise, des niveaux denses de pierres brûlées contenaient de la céramique de la Tène moyenne et des éléments lithiques du Mésolithique, sur une épaisseur de 40 cm (à
  • . Position de l'abri de Pont-Glas et des abris potentiels alentours sur le cadastre. Le talus entre les parcelles 421 et 422 n'existe plus sur le terrain. indiqué 2. Caractères généraux du site 2.1. Implantation géographique L'abri-sous-roche de Pont-Glas se trouve sur la commune de
  • 50 m2) devant l'abri, selon les recommandations de M. Le Goffic. Notre intervention s'est donc faite dans un couvert arboré très dense, qui empêche de percevoir les blocs granitiques alentours. Figure 4. Formation géologique autour du site de Pont-Glas. L'abri est signalé par une
  • , montre plusieurs affleurements chaotiques dont la h a u t e u r hors sol est variable et p e u t dépasser 5 m. La disposition des blocs est aléatoire et certaines masses rocheuses ont parfois basculé et sont restées en appui contre u n bloc ou u n affleurement. C'est le cas de l'abri
  • sous roche, objet de ce rapport. 2.3. Description de l'abri D ' u n e surface de 20 m 2 environ, la zone abritée est encadrée par deux blocs granitiques inclinés qui se chevauchent, le bloc 1 au sud passant par-dessus le bloc 2 au nord (figure 5). Le bloc 1 mesure environ 5,10 m de
  • u sol actuel. Un bloc plus petit (bloc 4), de 2 m de long p o u r 0,50 m de large, est placé au centre de l'auvent et occupe u n e partie de l'abri (figure 6). Il porte u n e cupule à son extrémité orientale. L'abri s'ouvre plein est p a r u n auvent de 2 m de h a u t e u r à son
  • maximum, mais u n e seconde entrée de 1,40 m de h a u t est également visible à l'ouest. A l'origine, le bloc 3 fermait u n tant soit peu l'auvent principal, offrant alors de plus grandes facilités p o u r établir u n toit en matière périssable entre les blocs. Au Mésolithique, l'abri
  • ? «: Figure 5. Plan de la clairière et de l'abri de Pont-Glas. Les cotes altitudinales sont relatives (DAO : G. Marchand). «, Limites des blocs de granité au-dessus du sol Limites des blocs de granité au-dessous du sol Blocs erratiques de granité Talus de pierre | j Z o n e fouillée e
  • n 2 0 0 7 I H Sondage de 1987 — Limite du surplomb rocheux 2 mètres Figure 6. Plan de l'abri et des fouilles réalisées en 2007 (DAO : G. Marchand). Rapport de fouille programmée - 2007 Figure 7. Premiers coups de truelle devant l'entrée orientale de l'abri de Pont-Glas
  • (photographie G. Marchand). Figure 8. Entrée occidentale de l'abri, avec le petit muret entre les blocs 2 (à gauche) et 1 (à droite) (photographie G. Marchand). 13 Rapport de fouille programmée - 2007 Un talus borde le site au sud-est, avec un fossé de 0,80 m de large sur son flanc
  • réalisé devant la fouille (Relevé et DAO : G. Marchand). La pente est faible devant l'abri (5 cm pour 100 cm en moyenne) et elle ne permet pas d'envisager de migration des éléments archéologiques sur la pente. Il s'agit d'une zone très perturbée, comme le montre le Modèle Numérique de
  • Terrain réalisé au début de la fouille (figure 9). Il a été réalisé sur le logiciel Mapinfo 5.5, à partir d'un relevé de 240 points dans la clairière en avant de l'abri. La zone la plus élevée (en rouge) contre le talus correspond à des blocs de granité non débités car fichés trop
  • l'abri, sont davantage émoussées. A u n e quarantaine de mètres au sud de l'abri de Pont-Glas, la rupture de pente offre plusieurs autres blocs massifs de granité, avec des surplombs rocheux exposés au sud, qui sont autant d'abris potentiel susceptibles de protéger des occupations de
  • initialement en une année, la fouille de l'abri embrasse la totalité de la zone , couverte par les surplombs des blocs 1 et 2, ainsi q u ' u n e b a n d e de 2 m en avant d u bloc 3. U n e berme de 60 cm de large a été établie suivant u n axe sagittal, afin de circuler et de garder u n e
  • coupe de référence. Le carroyage métrique est orienté suivant les points cardinaux (nord magnétique), les abscisses s'étendant de 20 à 28 et les ordonnés de K à Q. P o u r les relevés au tachéomètre laser, le point d'origine (point Z) a été installé devant l'abri, avec des
  • à 10 cm et riche en mobilier archéologique. Elle a été décapée p a r mètre carré et tamisé à l'eau intégralement, au m ê m e titre que les niveaux sous-jacents. A l'extérieur de l'abri, le tamisage à l'eau n'a commencé qu'avec l'US 2, sous le niveau h u m i q u e (sans vestige
  • numériques devant l'abri (bandes 20 et 21), et p a r dessins u n i q u e m e n t à l'intérieur (bandes 22 à 28). Le sommet des pierres significatives a été relevé au tachéomètre laser. Le dessin de ces empierrements n'est pas encore 15 Rapport de fouille programmée - 2007 disponible
  • est encore provisoire et sera remaniée à l'issue de la dernière année de fouille, lorsque nous disposerons de la totalité des coupes stratigraphiques. O n distinguera deux zones principales dans la succession sédimentaire : - l'extérieur de l'abri (bandes 20-21), où sous le limon b
  • r u n d u sol actuel, une accumulation de 0,40 m de pierres brûlées ou non (d'âge gaulois) (US 1.1 et 2) repose sur u n ensemble de blocs naturels (US 3), - l'intérieur de l'abri (bande 23 à 28), qui comprend sous l ' h u m u s des successions de limons sableux avec des blocs
RAP02481.pdf (PLOUNÉOUR-MÉNEZ (29). Pont-Glas , les occupations humaines en abri sous roche en Bretagne. rapport final de fp 2008)
  • en abri-sous-roche, susceptible d'offrir un autre spectre d'activités que les grands sites désormais mieux connus. L'abri-sous-roche de Pont-Glas (Plounéour-Ménez, Finistère) proposait de bonnes conditions pour aborder cette problématique. Deux blocs de granité appuyés l'un contre
  • perturbées, et à l'établissement de la stratigraphie dans une bande de deux mètres de large devant l'entrée orientale de l'abri. En 2008, la totalité de l'abri a été fouillé, ainsi que l'entrée occidentale. Si cette dernière n'a visiblement jamais été concernée par les occupations
  • humaines, ni même les circulations, l'abri a livré un foyer soigneusement empierré aux bords hélas érodés, puis une quinzaine de centimètres plus bas un épandage de charbon correspondant probablement à un foyer à plat. Au même endroit mais dans une US du Mésolithique encore plus basse
  • a porté sur quatre unités stratigraphiques : les US 5.6, 5.10/6 et 5.11, attribuées mésolithiques, et l'US 5.3 datant du second Age du Fer pour sa partie supérieure. L'environnement végétal contemporain des occupations de l'abri-sous-roche est une chênaie 3 Pont-Glas / Rapport de
  • , l'observation de charbons de petit calibre comportant un dernier cerne de croissance composé uniquement de bois initial suggère une occupation de l'abri au printemps. Des sondages de quelques mètres carrés ont été réalisés sous des blocs granitiques proches : trois à Viou Euzc'hlazard, deux
  • habitats du Mésolithique n'étaient pas cantonnés à une frange côtière. D'ailleurs, un sondage mené sous l'abri de Kerbizien au Huelgoat en 1984 avait permis de trouver un nouveau type d'habitat mésolithique pour la Bretagne, sans que les conséquences n'en soient alors tirées pour
  • l'orientation des recherches. Trois années plus tard, le sondage réalisé par M. Le Goffic dans l'abri-sous-roche de Pont-Glas à Plounéour-Ménez (Le Goffic, 1990) ne devait pas non plus avoir de conséquences sur la manière d'explorer le Mésolithique : l'heure était aux prospections de surface
  • ) a entraîné un paysage très particulier, immédiatement au nord des Monts d'Arrée, malgré les destructions opérées par les carriers de l'ancien temps ou les travaux agricoles mécanisés actuels. L'abri-sous-roche de Pont-Glas se trouve sur la commune de Plounéour-Ménez (Finistère), à 2,250
  • km au nordest du bourg (figure 1). Il est installé sur un plateau, à proximité d'une rupture de pente qui correspond au flanc ouest du Coat Toulzac'h, à environ 0,2 km de l'abri (figure 2). Cette rivière suit un axe globalement nord-sud et rejoint la Penzé à proximité de son
  • embouchure ; la mer est aujourd'hui à 23 km du site. 6 Pont-Glas / Rapport de fouille 2008 Figure 1. Position de l'abri de Pont-Glas sur les contreforts septentrionaux des Monts d'Arrée (cartographie : Yann Bouggio). 100 Figure 2. Position de l'abri de Pont-Glas (polygone rouge) sur
  • de résineux, à l'exception d'une vaste zone (environ 50 m2) devant l'abri, selon les recommandations de M. Le Goffic. Notre intervention s'est donc faite dans un couvert arboré très dense, qui empêchait de percevoir directement les blocs granitiques alentours. 2.2. Description de
  • l'abri de Pont-Glas D'une surface de 20 m2 environ, la zone abritée est encadrée par deux blocs granitiques inclinés qui se chevauchent, le bloc 1 au sud passant par-dessus le bloc 2 au nord (figure 5). Ce dernier est nettement plus incliné que l'autre, ce qui empêche toute
  • davantage incliné que le bloc 1, son sommet est seulement à 2,5 m du sol actuel. Un bloc plus petit (bloc 4), de 2 m de long pour 0,50 m de large, est placé au centre de l'auvent et occupe une partie de l'abri (figure 6). Il porte une cupule à son extrémité orientale. L'abri s'ouvre
  • entre les blocs. Au Mésolithique, l'abri affectait alors un plan grossièrement triangulaire de 5 m de côté (axe nord-sud) et de 6 m de hauteur (axe est-ouest). Ce bloc 3 d'environ 1,20 m d'épaisseur pour 2,20 m de large a été débité à une époque post-mésolithique avec des outils en
  • topographie ; peut-être est-ce à l'occasion de sa construction que les hommes ont détruit le bloc 4. Mais fut-il déjà entamé à La Tène ? Les réponses que nous donnons ci-après le laissent penser. La pente est faible devant l'abri (5 cm pour 100 cm en moyenne) et elle ne permet pas
  • environ, à l'exception d'une berme d'axe sagittale d'une soixantaine de centimètres de large. La surface fouillée s'étend également deux mètres en avant de l'abri. Sous une litière végétale riche en vestiges lithiques mésolithiques et en céramique gauloise, des niveaux denses de
  • homogènes de la base de la fouille, qui indiquaient la présence d'une composante plus ancienne. 2.4. Les objectifs de fouille pour 2008 La fin de la fouille à l'intérieur de l'abri était l'objectif principal de la campagne 2008. Cela comprenait le démontage du muret de clôture de
  • disposer de la totalité du matériel lithique amené par l'homme à cet endroit, ce qui est important pour juger de la fonction de ce petit abri. A une quarantaine de mètres au sud de l'abri de Pont-Glas, le sommet de la rupture de pente offre plusieurs autres blocs massifs de granité
  • d'éclairage empêchant un usage correct des photographies numériques à l'aide d'une perche. Par ailleurs, ce mode de relevé s'accommode mal de pierres à des niveaux très différents, ce qui était le cas cette année. Le niveau de référence devant l'abri a été placé arbitrairement à 200 m
  • d'élévation. 3. Les résultats de la campagne 2008 à Pont-Glas 3.1. Conduite des opérations Dans l'abri, la fouille des bandes 22 à 27s'était partout arrêté en 2007 au sommet des US arénacés ; leur fouille en 2008 s'est révélée plus satisfaisante que ce que nous avions supposé, notamment à
RAP01159.pdf (HUELGOAT (29). Kerbizien. rapport de fouille préventive)
  • e s t a s de d é b l a i s et en e f f e c t u a n t un s o n d a g e d a n s l'abri. Le t a m i s a g e d e s d é b l a i s Il c o n f i r m e l ' i m p o r t a n c e du t a s n°1 p u i s q u ' o n y a t r o u v é 4 4 8 é c l a t s et 36 o u t i l s et le p e u d ' i m p o r t
  • o n d a g e : il p r o v i e n t e s s e n t i e l l e m e n t d u c e n t r e de l'abri où J . J . Mazurier avait fait du f e u . Le m a t é r i e l Le m a r é r i e l t r o u v é n e f a i t que c o n f i r m e r le c a r a c t è r e mésolithique d u s i t e . M a i s il
  • a n s le s o n d a g e en p a r t i c u l i è r e m e n t en f a i s a n t un a u t r e la p a r c e l l e v o i s i n e a i n s i que d e v a n t l'abri. dans M a t é r i e l t r o u v é a u c o u r s de la f o u i l l e 1985 1. f r a g m e n t de p o i n t e à d o s . s i
  • u i l l e . 8. Le f o y e r sous le t a s n°1. 9. Le s y s t è m e p o u r é v a c u e r l ' e a u p e n d a n t 10. B309. B309. B295. B295. l'abri. l'hiver. Vue g é n é r a l e d u site prise du h a u t de la p a r c e l l e B 2 9 5 . La f l è c h e i n d i q u e l ' e
  • m p l a c e m e n t de l'abri. INGENUE + + + + G r a n i t ( a b r i v u en c o u p e ) P o i n t d ' a p p u i de i -+• S u r p l o m b de +— l'abri l'abri L i m i t e d e s t a s de 0 .Traces de p i q u e t a g e 4 . 6 . 8 7 ; déblais 1 .Tas n°1 ; .Blocs de
  • Pierre 2 à 9 .Niveaux .Sondage sondés en p l a c e l'abri granitique) ; 3 1985 .Tas n°3 3L 45 il 2,8 9 9 2,1 1,4 0,6 i i L- 3 X 3,2 7 2.8 2.4 3,2 2.4 VOLUME DENSITE/DM = 50 1 EN N- DM' CM. 4 5 6 7 8 9 _ e DE DEBITAGES
RAP00170.pdf (CARO (56). le Pommaut. rapport de sondage.)
  • la Boissière (parcelle. 189 de la section ZE) sur la pelouse faisant face au logement de M. FRAPSAUCE. Placée dans l'angle d'une haie de petits conifères, elle y sera à l'abri des manoeuvres des engins agricoles et des variations climatiques. Le schiste feuilleté de la pierre
RAP03244.pdf ((29). Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne. Rapport de PT 2015)
RAP01539.pdf (TREDANIEL (22). château de la Cuve. rapport de sondage)
  • occupation semblal^le et de tous points similaires à ceux appelés ailleurs "camps romains". 4 - Construction présumée des calvinistes pour se mettre à l'abri contre les attaques des ligueurs plus nombreux qu'eux dans ce pays ces religionnaires ne pouvaient se réunir sans péril pour la
RAP00845.pdf (PLOUGONVELIN (29). Keraouen. rapport de fouille préventive)
  • cache qui permettait de mettre à l'abri les divers biens des personnes du hameau voisin en période de trouble. Arrondissements H N V. du FINISTÈRE H--PLOUE8CAT Cé l d«r i usa- _ • : Po l unéouf-Tryi •V Pl.u,u.,»«u ( • Oui
RAP00230.pdf (PLOUAY (56). habitat de Mané Costy. rapport de sauvetage urgent.)
  • limité nos investigations sur des terrains très touchés et devenus inacessibles. Elle est aussi à l'origine d'une exploitation intensive de parcelles boisées restées jusqu'à présent à l'abri de ce type de menaces. Les dégâts produits dans certains bois sont tels que
RAP00914.pdf (RENNES (35). la chapelle Saint-Yves. rapport de sondage)
  • bord de la fosse d'une seconde (cliché n° 6). Celles-ci se trouvent sous 70 cm d'un remblai riche en ossements (3000) déjà remarqué dans les sondages 1 et 2. Un niveau de remblai (3001) butant contre le mur nord de la chapelle a été préservé à l'abris de l'enfeu. Ce cas de figure
RAP00708.pdf (PLOUHINEC (29). Lannilis. rapport de fouille préventive)
  • " de datation radiocarbone si elle positive. qui ne d'une s'il une tombe étendue corres- mégalithique a pas eu la roche préliminaire abandonnée par aux ou n'y de été pas la de silex un périodes suite à Sud-Est et pourrait l'abri la outils au
RAP00233.pdf (PLOUHINEC (56). villa de Mané-Véchen. rapport de sauvetage urgent)
  • sollicitée de . sur j i .Plunian ne Vannes téléphone de F la menace Les » des gendarmes, lèvent fi¬ a été Lot 2 et confiées et les monnaies sont alors mises à l'abri au dans un au coffre en banque dépôt de fouilles de (photographie 2). dimanche 29 Janvier, est
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • . LAFORGE ET R.I. MACPHAIL)..................................................................................................................... 49 11.4. SYNTHÈSE DU BILAN STRATIGRAPHIQUE ET CHRONOLOGIQUE DU REMPLISSAGE DE L'ABRI ............................... 52 11.4.1. LE DERNIER
RAP00642.pdf (COMMANA (29). penn ar quimquis. rapport de fouille préventive)
  • d'environ des labours. Cette aire peut être interprétée l'abri mobilier. 1, et photos et elle était située entre 25 et 30 cm de profondeur indurée radi- animaux. de terre arable une aire de brûlage au nord du puits. et a par conséquent ré- EXTERNES 7 > Autour Après du des
  • ), brû- peut-être, a été mise au jour. La position du sol n'est le l'abri. planche orientée quant à leur signification. du calage d'une Les pierres des traces (Cf. 11). de clayonnage, ce qui nous incite à penser de opposée de la terre qu'avant à l'exception, de
  • des pierres de bois, de l'abri aussi d'un structu- conservé. due aux intempé- et terre brûlée comme des restes des pierres portent trou- de foyers du résultat nouveau de l'existence -c'est du établis brûlage le bourrage du puits et l'intérêt les fondations