Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

788 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02565.pdf ((29). les sites paléolithiques en Finistère. éléments pour une réflexion sur l'étude et la protection des gisements. rapport d'étude)
  • quelques outils appartenant indubitablement à l'Aurignacien (grattoirs et burins en bout de lames...) (fig. 4) et d'autres évoquant plutôt l'Epipaléolithique (nombreuses petites lamelles entre autres) (fig. 5). L'ensemble est sur silex, très émoussé. Le site a été publié sous le
  • burins plus fréquents (dièdres) et des outils composites (fig. 32). De nombreuses lamelles Dufour (fig. 33) qui, bien que ne pouvant pas servir de marqueur exclusif de l'Aurignacien, reflètent avec le reste de l'assemblage lithique, un certain caractère aurignacien primitif (Monnier
RAP02564.pdf ((22)(56). les sites paléolithiques en côtes d'armor. éléments pour une réflexion sur l'étude et la protection des gisements. rapport d'étude)
  • de la préhistoire ancienne. Les niveaux conservant les périodes récentes du Paléolithique (Pléistocène moyen tardif et Pléistocène supérieur) étant quasi absents, le potentiel archéologique de la côte morbihannaise s'en trouve d'autant plus affecté et 3 explique la très faible
RAP01702.pdf (ÎLE-DE-BRÉHAT (22). les Agneaux. rapport de fouille programmée)
  • technologiques qui permettent de confirmer l'attribution à l'Aurignacien sont la présence d'outillage sur lames épaisses à trois pans, de grattoirs sur bouts de lames épaisses, de burins souvent multiples, surtout sur troncature, et l'absence de pointes à dos (qui auraient montré un caractère
RAP00420.pdf (CORSEUL (22). Monterfil II. nord-est du bourg. rapport de sondages réalisés en 1989 et 1990)
  • encore différents nous pierres En siècle a était des Ainsi, plus une pu qui épaisse dans laquelle étaient inclus de nombreux fragments de l'enduit qui recouvrait les murs. Au dessus relativement plus tardif de ce niveau important, dont de destruction
  • pierres sont La fouille de ce niveau de destruction a permis de recueillir du matériel de la première moitié du iv*m siècle dont sigillée d'Argonne de mobilier plusieurs monnaies et un tesson de céramique (bol Chenet 320) décoré à la molette. Dans ce lot tardif, il
  • faut également signaler la présence de céramique à l'éponge. En tuiles, niveau dessous de ce niveau de tardif, recouvrant toute la surface de l'espace IV, de destruction, probablement iiiène du un lit nous indique le siècle, d'une longue pièce en partie
  • plafond, sol. La fouille ultérieure devrait, effondrées dans ce cas là, sur le nous permettre de disposer d'informations suffisantes sur le décor de cette pièce de l'édifice. Photo.n0 4 et 5 : Le mur tardif 42 avant et après la fouille de la couche de démolition Photo. n° 6
  • construction, du mur tardif de l'espace IV, que des murs soignés utilisant le nord par le petit appareil cubique. L'espace XI est délimité au mur 38 d'encore moins bonne qualité, les blocs de pierres, de plus grande taille, semblant uniquement posés les uns à côté des autres. Le sol de la
  • , pourrait nous signaler l'existence d'un bâtiment tardif de faible importance. Cf. coupe page 27 En dessous de ce niveau de destruction, une succession de lentilles appartiennent aux phases du premier siècle. Aucun véritable sol n'a pu être identifié dans cette coupe. Parfois, des zones
RAP01741.pdf (DINAN (22). place Duclos sur l'emplacement de la porte de Brest. rapport de sondages.)
  • -pelle mis à la disposition du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne par la Municipalité de DINAN. Le sondage 1, localisé sur la fig. 1, a mis en évidence jusgu'à environ 3,50 m de profondeur les niveaux de remblais tardifs, datables de 1744 et de 1880 selon les archives, sur
  • limite du projet de parking souterrain, bénéficiait d'un enlèvement préalable sur une épaisseur d'environ 2,00 m des remblais tardifs, ces travaux ayant été effectués lors de l'implantation d'un parking au pied des fortifications (fig. 1). Il a donc été possible d'atteindre dès une
RAP00406.pdf (SAINT-PÈRE-MARC-EN-POULET (35). la mare. rapport de sondage)
  • l'emplacement d'une r e c t i f i c a t i o n d e v i r a g e s , sur la RD 7 . Les terrassements ont détruit les couches superficielles (terre v é g é t a l e et niveaux archéologiques tardifs) sur une profondeur variant de 0,50 à 0,80 m de p r o f o n d e u r . Ils o n t m i s en é v i d e
RAP02522.pdf (INGUINIEL (56). kerven teignouse, un habitat de l'âge du fer. rapport de fp 2007-2009)
  • domestiques, directement liées u rôle de cette élite sont associées et protégées dans un même système e défense. PHASE D Les vestiges tardifs confirment la pérennité du site après notre ère. Une nouvelle organisation se met en place, la fortification est abandonnée et un habitat aux
  • stérile et homogène a du se faire rapidement, seuls quelques tessons tardifs apparaissent en surface. UN HABITAT DE L ÂGE DU FER À KERVEN TEIGNOUSE (INGUINIEL - MORBIHAN) ni-1-3/ L'ENCLOS NORD, ESPACE FORTIFIÉ À LA PHASE 21 C L'achèvement de l'étude de l'habitat fortifié à
  • le creusement d'un fossé plus tardif dans l'angle nord est de l'enclos. De plus, le creusement postérieur d'un petit fossé adossé à l'intérieur du fossé 23 a quelque peu modifié la nature du remplissage supérieur. Le profil du fossé est en V ouvert, sa profondeur varie entre 1,80m
  • peut être les supports internes de la tour mais ils peuvent être aussi associés à un aménagement plus tardifs lié au fossé bordant l'intérieur du fossé 23 Car cette limite s'interrompt pratiquement au même niveau, avec un léger retrait
RAP01429.pdf (QUIMPER (29). les vestiges du bas Moyen Âge du n° 8 de la rue Tiercelin. rapport de diagnostic)
  • vestiges médiévaux tardifs. Le site est encore occupé par un corps de ferme de belle facture qui pourrait remonter au XVIIIe siècle. Il n'est pas impossible de penser qu'une ocupation rurale permanente s'est développée depuis la fin du Moyen Age sur ce secteur. La fouile se révèle donc
RAP00138.pdf (PLOURIN-LES-MORLAIX (29). Kerveguen. rapport de sauvetage urgent.)
  • l'ensemble des souterrains, la galerie de Kervéguen est située sur un coteau. Son abandon tardif situé à La Tène III est confirmé par la prospection de surface qui - 3a livré du mobilier importé (terra rubra) au début du 1er siècle A.D. De même, la présence d'un fragment de hache
RAP00467.pdf (PLOUMOGUER (29). Kergoleau. rapport de sauvetage urgent.)
  • -rfp.p.o fnm'llnn 8 m2 Estimation do l'étendue du gisement ? SITE Souterrain-cache médiéval Nature du gisement . tardif. Nature des découvertes effectuées Céramique onctueuse tardive. S X? - XVI © 9 0 siècle AD. OBSERVATIONS CONTENU DU DO SSI ER : • • * a : Plans _ Coupes
RAP01137.pdf (GOUEZEC (29). croas kervenn. rapport de fouille préventive)
  • du Bronze, des mégalithes tardifs ou des roches naturelles. Mais avec la découverte de St-Ouarneau en Langoelan (Morbihan), c'est ici pratiquement le seul cas où ces marques dessinent une figure intelligible indiscutable (mais qui n'en reste pas moins énigmatique)) Cette petite
RAP00935.pdf (SAINT-AUBIN-DU-CORMIER (35). le château. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995)
  • . Il peut s'agir là d'un aménagement ayant lors de pu être gouverneur remarqué installé au XVIIè siècle dans sur un son bâtiment flanc Nord jouxtant Est un le tardif l'installation site. parement aux ON en a en du effet pierres sèches destiné à retenir
  • réaménagements tardifs. A la fin du Moyen Age, les réaménagements sont, comme pour le reste de L'Est de la forteresse, la rechemisée muraille par une particulièrement Nord muraille a, comme de 1,50 importants. sa jumelle m. La du d'épaisseur tour Sud, à été
  • blanc. siècle Il en particulier est plus des orangé, faudra également se révèlent d'ores et déjà études que de celui mortier plus tenter des études car tardif, celui du souvent dendrochronologiques sur les poutres calcinées, dont certaines sont bien conservées
RAP02182.pdf (QUIMPER (29). le Banellou. dfs de diagnostic)
  • VESTIGES ANTIQUES ET MEDIEVAUX TARDIFS AU BANELLOU A QUIMPER (FINISTÈRE) QUIMPER - LE BANELLOU - (29 232) (Finistère) RAPPORT DE DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN INRAP Collaborations : VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHÉOLOGIQUE DU
  • FINISTÈRE Rennes : S.R.A. de Bretagne - 2006 2 IPZ VESTIGES ANTIQUES ET MEDIEVAUX TARDIFS AU BANEIXOTT A QUIMPER (FINISTÈRE) QUIMPER - LE BANELLOU - (29 232) (Finistère) RAPPORT DE DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE Jean-Paul LE BIHAN et Jean-François VILLARD INRAP Collaborations VILLE DE
  • ETAT INITIAL 2.2. LE CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE 3. LA FOUILLE DE DIAGNOSTIC 3.1. LES CONDITIONS DE FOUILLE 3.2. QUATRE SECTEURS OUVERTS Ch.2 LES VESTIGES 1. LE SONDAGE B.I 2. LE SONDAGE B.II 3. LE SONDAGE B.III 3.1. LES VESTIGES GALLO-ROMAINS 3.2. LES VESTIGES MEDIEVAUX TARDIFS 4. LE
  • septentrionale, des vestiges médiévaux tardifs dans sa partie méridionale. 3.1. LES VESTIGES DE LA PARTIE SEPTENTRIONALE Le sol argileux est presque atteint après décapage des épais remblais récents et d'une couche de terre grise également assez épaisse : il s'agit d'une accumulation de
  • pourrait figurer le flanc de la chaussée. En revanche, des bouleversements tardifs (peut-être médiévaux ou modernes) semblent avoir affecté sa limite nord. La partie septentrionale du sondage est en effet occupée par des terres grises mêlées de pierres dépourvues de toute organisation
  • -romaine. Ce sont, à ce jour, les vestiges les plus excentrés de l'agglomération antique, également les plus proches de la rivière dans cette partie de l'agglomération (environ 40 m). 3.2. LES VESTIGES MEDIEVAUX TARDIFS La partie méridionale du sondage a livré un ensemble de bâtiments
  • de l'extrême fin du Moyen Âge. Ces derniers sont apparus au décapage à une très faible profondeur : entre 0,15 et 0,20 m sous le sommet de la prairie actuelle. Nous sommes ici très près du lit de l'Odet et les épais sédiments de colluvionnement tardifs ne se sont plus accumulés
  • . Sondage B.III sud-ouest : vue d'ensemble des vestiges médiévaux tardifs Plusieurs ensembles cohérents de vestiges peuvent être isolés. 3.2.1. Le bâtiment A, à l'angle sud-ouest du sondage .vrv' -JtpV . . h / "I;' • '-xHé- 1. V Sondage B.III sud-ouest : angle nord-est du bâtiment
  • niveau d'occupation médiévale tardif existe sur toute cette partie du terrain et sous les édifices A, B et C. Il faut envisager la présence de fondations et l'existence de vestiges d'occupations médiévales un peu plus anciennes parmi les couches profondes et antérieures aux bâtiments
  • détruit à une époque assez basse dans la mesure où il est noyé dans des sédiments tardifs (des dépôts post-médiévaux de terre grise). Son mode de construction (petits moellons reliés par de l'arène granitique) et son orientation révèlent son antiquité. Sondage B.IV, sud : mur M. 18
  • ). Quand aux fondations de bâtiments, leur enfouissement dans le sol naturel n'est pas un critère de datation 1.2. LES VESTIGES MEDIEVAUX Fig. 6 et 10 L'interprétation des vestiges médiévaux tardifs est plus complexe. En ce qui concerne la datation, l'hypothèse la plus vraisemblable est
RAP01234.pdf (CORSEUL (22).Monterfil II. rapport de synthèse de fouille programmée 1992-1994)
  • IVeme siècle. Le mobilier tardif est peu abondant. Quelques monnaies de Constantin donnent des terminus post quem pour quelques niveaux pouvant cependant avoir été touchés par les labours. Du mobilier plus tardif (Dérivés de Sigillée Paléo-chrétienne) apparaît également dans certains
  • édifices tardifs ou non conservent encore en partie ou en totalité les sols de leurs pièces. La densité de l'urbanisme dans ce secteur de la ville est aussi une cause de destruction importante des vestiges. En effet, il apparaît qu'à chaque fois qu'un bâtiment est détruit pour être
  • -ouest du chantier, au pied du bâtiment de la Poste, l'emplacement et surtout l'axe du fossé nord-sud est repris par les murs de deux constructions postérieures. Il n'est pas impossible que certains murs tardifs soient aussi venus détruire et remplacer certaines parois de bâtiments
  • antérieurs. 12 Fig.6 : Vue de l'alignement de trous de poteaux dans le fossé nord de la voie principale. Fig.7 : Vue de l'entrepôt tardif et du bâtiment à stylobates au cours du nettoyage après le décapage au tracto-pelle. 13 Fig.9 Le quadrillage lOmxlOm établi sur la parcelle AB
  • entrepôt tardif. Ceci rend difficile son étude dans le secteur XXI. Il apparaît qu'une partie de la tranchée de fondation de ce mur est creusée dans un limon ressemblant fortement à celui comblant le fossé. Il est donc possible que ce fossé se prolonge vers l'ouest. Les deux derniers
RAP00424.pdf (CORSEUL (22). Saint-Uriac. rapport de sauvetage urgent)
  • dans le galbe général»(1), est donné comme asses tardif. Les profils bien marqués et même anguleux dee urnes I et 2, sont par contre caractéristiques du "début de l'Age du fer'C1). Tous ces vases sont modelés à la main, mais régularit ses à la tour nette de telle aorte que certains
  • (surtout 1, 2 et 3) paraissent montés au tour. Ce degré d'évolution de la technique est aussi donné comme asses tardif (2). Enfin, J.-J Hatt indique que les déoors à la molette et par estampage "sont exceptionnels dans la céramique dé la période indépendante" (3). Mais ai l'on se réfère
  • qu'il a'agit du contenu de l'urne 4, briaée, mais ce charbon ne contient paa d'ossements. Rien n'exolut la présence de trous d'esu à proximité de la nécropole, et un remblai quelconque, beaucoup plus tardif, a pu amener le dépôt du tesson de sigillée au fond d'un de ces trous, sans