Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3933 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02278.pdf (PLOUNEOUR-MENEZ (29). Pont-Glas. les occupations humaines en abri sous roche en Bretagne. rapport de fp 1 2007)
  • PLOUNEOUR-MENEZ (29). Pont-Glas. les occupations humaines en abri sous roche en Bretagne. rapport de fp 1 2007
  • est encore provisoire et sera remaniée à l'issue de la dernière année de fouille, lorsque nous disposerons de la totalité des coupes stratigraphiques. O n distinguera deux zones principales dans la succession sédimentaire : - l'extérieur de l'abri (bandes 20-21), où sous le limon b
  • (bord nord des carrés N22, N23, N24, N25 et N26) Figure 11. Coupes stratigraphiques de l'abri de Pont-Glas Rapport de fouille programmée - 2007 20 © 21 22 23 24 25 ffi 26 27 Blocs 1 et 2 ' • -j s y : -J ; i' : -j ; v : -j i y : y ; y s y ; y > y : ' Litière
  • stratigraphique de l'abri de Pont-Glas (DAO : G. Marchand). 18 Rapport de fouille programmée - 2007 Figure 13. Sommet de VUS 3, constituée de blocs verticalisés par les effets du gel. En haut, niveau de grosses pierres de l'US 1.1, qui forment peut-être un dispositif démantelé de fermeture
  • atteint le substrat rocheux. Les carrés sous le surplomb d u bloc 2 restent à fouiller p o u r leur p a r t la plus intéressante, l'US 5.3 contenant l'industrie mésolithique. Les unités stratigraphiques théoriquement en place au centre de l'abri doivent également être explorées (US 5.3
  • Départemental du Finistère) Etude de la céramique : Michel Le Goffic Etude de l'industrie lithique : Grégor Marchand Etude géomorphologique et pédologique : Michel Le Goffic Etude anthracologique : Yolanda Carriôn Relevé topographique et numérique : Grégor Marchand Dessin assisté par
  • programme sur le fonctionnement des sociétés mésolithiques en Bretagne, il a semblé important de documenter une occupation en abri-sous-roche, susceptible d'offrir un autre spectre d'activités que les grands sites désormais mieux connus. L'abri-sous-roche de Pont-Glas (Plounéour-Ménez
  • mètres en avant de l'abri. Sous une litière végétale riche en vestiges lithiques mésolithiques et en céramique gauloise, des niveaux denses de pierres brûlées contenaient de la céramique de la Tène moyenne et des éléments lithiques du Mésolithique, sur une épaisseur de 40 cm (à
  • . Position de l'abri de Pont-Glas et des abris potentiels alentours sur le cadastre. Le talus entre les parcelles 421 et 422 n'existe plus sur le terrain. indiqué 2. Caractères généraux du site 2.1. Implantation géographique L'abri-sous-roche de Pont-Glas se trouve sur la commune de
  • 50 m2) devant l'abri, selon les recommandations de M. Le Goffic. Notre intervention s'est donc faite dans un couvert arboré très dense, qui empêche de percevoir les blocs granitiques alentours. Figure 4. Formation géologique autour du site de Pont-Glas. L'abri est signalé par une
  • , montre plusieurs affleurements chaotiques dont la h a u t e u r hors sol est variable et p e u t dépasser 5 m. La disposition des blocs est aléatoire et certaines masses rocheuses ont parfois basculé et sont restées en appui contre u n bloc ou u n affleurement. C'est le cas de l'abri
  • sous roche, objet de ce rapport. 2.3. Description de l'abri D ' u n e surface de 20 m 2 environ, la zone abritée est encadrée par deux blocs granitiques inclinés qui se chevauchent, le bloc 1 au sud passant par-dessus le bloc 2 au nord (figure 5). Le bloc 1 mesure environ 5,10 m de
  • u sol actuel. Un bloc plus petit (bloc 4), de 2 m de long p o u r 0,50 m de large, est placé au centre de l'auvent et occupe u n e partie de l'abri (figure 6). Il porte u n e cupule à son extrémité orientale. L'abri s'ouvre plein est p a r u n auvent de 2 m de h a u t e u r à son
  • maximum, mais u n e seconde entrée de 1,40 m de h a u t est également visible à l'ouest. A l'origine, le bloc 3 fermait u n tant soit peu l'auvent principal, offrant alors de plus grandes facilités p o u r établir u n toit en matière périssable entre les blocs. Au Mésolithique, l'abri
  • ? «: Figure 5. Plan de la clairière et de l'abri de Pont-Glas. Les cotes altitudinales sont relatives (DAO : G. Marchand). «, Limites des blocs de granité au-dessus du sol Limites des blocs de granité au-dessous du sol Blocs erratiques de granité Talus de pierre | j Z o n e fouillée e
  • n 2 0 0 7 I H Sondage de 1987 — Limite du surplomb rocheux 2 mètres Figure 6. Plan de l'abri et des fouilles réalisées en 2007 (DAO : G. Marchand). Rapport de fouille programmée - 2007 Figure 7. Premiers coups de truelle devant l'entrée orientale de l'abri de Pont-Glas
  • (photographie G. Marchand). Figure 8. Entrée occidentale de l'abri, avec le petit muret entre les blocs 2 (à gauche) et 1 (à droite) (photographie G. Marchand). 13 Rapport de fouille programmée - 2007 Un talus borde le site au sud-est, avec un fossé de 0,80 m de large sur son flanc
  • réalisé devant la fouille (Relevé et DAO : G. Marchand). La pente est faible devant l'abri (5 cm pour 100 cm en moyenne) et elle ne permet pas d'envisager de migration des éléments archéologiques sur la pente. Il s'agit d'une zone très perturbée, comme le montre le Modèle Numérique de
  • Terrain réalisé au début de la fouille (figure 9). Il a été réalisé sur le logiciel Mapinfo 5.5, à partir d'un relevé de 240 points dans la clairière en avant de l'abri. La zone la plus élevée (en rouge) contre le talus correspond à des blocs de granité non débités car fichés trop
  • l'abri, sont davantage émoussées. A u n e quarantaine de mètres au sud de l'abri de Pont-Glas, la rupture de pente offre plusieurs autres blocs massifs de granité, avec des surplombs rocheux exposés au sud, qui sont autant d'abris potentiel susceptibles de protéger des occupations de
  • initialement en une année, la fouille de l'abri embrasse la totalité de la zone , couverte par les surplombs des blocs 1 et 2, ainsi q u ' u n e b a n d e de 2 m en avant d u bloc 3. U n e berme de 60 cm de large a été établie suivant u n axe sagittal, afin de circuler et de garder u n e
RAP02481.pdf (PLOUNÉOUR-MÉNEZ (29). Pont-Glas , les occupations humaines en abri sous roche en Bretagne. rapport final de fp 2008)
  • PLOUNÉOUR-MÉNEZ (29). Pont-Glas , les occupations humaines en abri sous roche en Bretagne. rapport final de fp 2008
  • a porté sur quatre unités stratigraphiques : les US 5.6, 5.10/6 et 5.11, attribuées mésolithiques, et l'US 5.3 datant du second Age du Fer pour sa partie supérieure. L'environnement végétal contemporain des occupations de l'abri-sous-roche est une chênaie 3 Pont-Glas / Rapport de
  • base de l'US 2 est environ à 200 m dans l'abri et à 199,95 m à l'extérieur. Devant l'entrée occidentale de l'abri-sous-roche, la succession stratigraphique est encore plus simple, puisqu'un épais sol humique (US 8.1 et 8.2) recouvre un niveau arénacé (US 8.5 et 8.6), qui surmonte
  • -Glas / Rapport de fouille 2008 5.10 5.6 5.4 5.3 inf 5.3 US 5.2 5.1 3 2 1 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 N Figure 11. Répartition stratigraphique des tessons recueillis en 2007 et 2008 à l'intérieur de l'abri (la quantité de tesson est exprimée en nombre, elle diffère
  • ) SECOND ET ULTIME RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMÉE - ANNEE 2 0 0 8 Equipe de recherche Responsable de l'opération archéologique : Grégor Marchand (Chercheur au CNRS - UMR 6566 Université de Rennes 1) Co-responsable : Michel Le Goffic (Archéologue Départemental du Finistère) Etude de la
  • céramique : Michel Le Goffic Etude de l'industrie lithique : Grégor Marchand (collaboration de Rodrigue Tsobgou Ahoupe pour l'origine des roches) Etude du macro-outillage : Klet Donnart (Université de Rennes 1) Etude pédologique : Michel Le Goffic Etude anthracologique : Nancy Marcoux
  • en abri-sous-roche, susceptible d'offrir un autre spectre d'activités que les grands sites désormais mieux connus. L'abri-sous-roche de Pont-Glas (Plounéour-Ménez, Finistère) proposait de bonnes conditions pour aborder cette problématique. Deux blocs de granité appuyés l'un contre
  • sondé en 1987 par M. Le Goffic, qui y reconnut un niveau remanié contenant des silex du Mésolithique final et de la céramique gauloise, au-dessus d'un empierrement qualifié de « dallage ». Les fouilles de 2007 s'étaient intéressées aux unités stratigraphiques supérieures, totalement
  • perturbées, et à l'établissement de la stratigraphie dans une bande de deux mètres de large devant l'entrée orientale de l'abri. En 2008, la totalité de l'abri a été fouillé, ainsi que l'entrée occidentale. Si cette dernière n'a visiblement jamais été concernée par les occupations
  • humaines, ni même les circulations, l'abri a livré un foyer soigneusement empierré aux bords hélas érodés, puis une quinzaine de centimètres plus bas un épandage de charbon correspondant probablement à un foyer à plat. Au même endroit mais dans une US du Mésolithique encore plus basse
  • fouille 2008 acidiphile à houx. Les cortèges taxonomiques observés révèlent toutefois des incursions dans des milieux d'autres types. Il semble ainsi vraisemblable que les bois ont été sélectionnés pour des usages spécifiques. Dans les unités stratigraphiques datant du Mésolithique
  • , l'observation de charbons de petit calibre comportant un dernier cerne de croissance composé uniquement de bois initial suggère une occupation de l'abri au printemps. Des sondages de quelques mètres carrés ont été réalisés sous des blocs granitiques proches : trois à Viou Euzc'hlazard, deux
  • habitats du Mésolithique n'étaient pas cantonnés à une frange côtière. D'ailleurs, un sondage mené sous l'abri de Kerbizien au Huelgoat en 1984 avait permis de trouver un nouveau type d'habitat mésolithique pour la Bretagne, sans que les conséquences n'en soient alors tirées pour
  • l'orientation des recherches. Trois années plus tard, le sondage réalisé par M. Le Goffic dans l'abri-sous-roche de Pont-Glas à Plounéour-Ménez (Le Goffic, 1990) ne devait pas non plus avoir de conséquences sur la manière d'explorer le Mésolithique : l'heure était aux prospections de surface
  • ) a entraîné un paysage très particulier, immédiatement au nord des Monts d'Arrée, malgré les destructions opérées par les carriers de l'ancien temps ou les travaux agricoles mécanisés actuels. L'abri-sous-roche de Pont-Glas se trouve sur la commune de Plounéour-Ménez (Finistère), à 2,250
  • km au nordest du bourg (figure 1). Il est installé sur un plateau, à proximité d'une rupture de pente qui correspond au flanc ouest du Coat Toulzac'h, à environ 0,2 km de l'abri (figure 2). Cette rivière suit un axe globalement nord-sud et rejoint la Penzé à proximité de son
  • embouchure ; la mer est aujourd'hui à 23 km du site. 6 Pont-Glas / Rapport de fouille 2008 Figure 1. Position de l'abri de Pont-Glas sur les contreforts septentrionaux des Monts d'Arrée (cartographie : Yann Bouggio). 100 Figure 2. Position de l'abri de Pont-Glas (polygone rouge) sur
  • de résineux, à l'exception d'une vaste zone (environ 50 m2) devant l'abri, selon les recommandations de M. Le Goffic. Notre intervention s'est donc faite dans un couvert arboré très dense, qui empêchait de percevoir directement les blocs granitiques alentours. 2.2. Description de
  • l'abri de Pont-Glas D'une surface de 20 m2 environ, la zone abritée est encadrée par deux blocs granitiques inclinés qui se chevauchent, le bloc 1 au sud passant par-dessus le bloc 2 au nord (figure 5). Ce dernier est nettement plus incliné que l'autre, ce qui empêche toute
  • davantage incliné que le bloc 1, son sommet est seulement à 2,5 m du sol actuel. Un bloc plus petit (bloc 4), de 2 m de long pour 0,50 m de large, est placé au centre de l'auvent et occupe une partie de l'abri (figure 6). Il porte une cupule à son extrémité orientale. L'abri s'ouvre
  • entre les blocs. Au Mésolithique, l'abri affectait alors un plan grossièrement triangulaire de 5 m de côté (axe nord-sud) et de 6 m de hauteur (axe est-ouest). Ce bloc 3 d'environ 1,20 m d'épaisseur pour 2,20 m de large a été débité à une époque post-mésolithique avec des outils en
RAP02767.pdf (HUELGOAT (29). l'abri sous roche de Kerbizien : bilan archéologique du site et fouille d'un niveau azilien résiduel. rapport de fp 2011)
  • HUELGOAT (29). l'abri sous roche de Kerbizien : bilan archéologique du site et fouille d'un niveau azilien résiduel. rapport de fp 2011
RAP00010.pdf (ÎLE-DE-BRÉHAT (22). goareva. rapport de sauvetage urgent)
  • ÎLE-DE-BRÉHAT
  • ÎLE-DE-BRÉHAT (22). goareva. rapport de sauvetage urgent
  • ou marquage des outils sur place est impensable. La reconnaissance stratigraphique du remplissage de l'abri est menée envers et contre tous les handicaps du site; on a pu prélever des échantillons en vue des analyses sédimentologiques. LA FOUILLE - STRATIGRAPHIE DE L'ABRI L'abri
  • marine et humaine, dans le cadre d'une étude d'ensemble» + + + L'abri, du Goareva est donc un site au pied de falaise, en l'occurence d'un pointe granitique. Il se remarque fort bien à distance de mer, et il est intéressant d'observer les stades successifs de son envahissèment et
  • difficulté, A vrai dire la site préhistoriaue est vraiment "au péril de la mer", un courant de marée assez fort frisant la pointe et en ayant érodé tous les niveaux supérieurs à la dernière relique que nous y connaissons au plancher de l'abri: nous arrivons à "minuit moins cinq". Il est
  • fort possible qu'il ait connu des couches d'occupation, sépa- 3 ï'ées par des stériles, postérieurs au niveau attesté. Il était évidemment important lors de la fouille de sauvetage d'essayer d'atteindre le fond de l'abri partout et de vérifier si en-dessous du niveau d'occupation
  • pue nous avions découvert, il n'y avait pas des traces d'un niveau plus ancien. Du fait des difficultés d'approche, l'épaisseur du gisement en tous points était difficile à apprécier de la surface. C'est que l'emplacement de l'abri a été conditionné par des données géologiques et
  • -parallèles. L'extérieur se situe au niveau des plus basses mers, l'intérieur constitue partie du ïfLancher de l'abri et la face de son éponte nord paraît avoir dessiné le profil de la falaise, le surplomb formant abri et autres détails importants. Mais entre les deux filons se trouve un
  • massif de granité formant "balcon", culminant actuellement à eniiron 2 m au-dessus du niveau moyen des mers; d'autre part il sembl que le filon de dolérite formant pour partie le plancher de l'abri s'amenuise vers la partie est de celui-ci, et que la coulée à bords parallèles
  • dessinant le fond de l'abri soit tout autant déterrninée par des diaclases du socle granitique. Au coui des péidodes froides du Wurm le cryoclastisme a joué et détaché des blocs du haut de la. galaise, il en est tombé sur le fond de l'abri où il en subsiste par-dessus le reliquat de
  • gisement: ces blocs se reliant à des coulées de blocs descendant du plateau vers l'ouest de l'abri déterminent un autre aspect actuel des lieux. ■ ; :, + ■■'■■ C'est le deuxième abri en pied de falaise que je découvre en Bretagne (l'autre ayant été Saint-Suliac 35); ailleurs les
  • DE BREHAT - GOAREVA (22) ♦ + + + INTRODUCTION Depuis le mois d'avril 1967, date de la découverte de l'abri-sous-roche, de nombreuses interventions avaient été effectuées à intervalles réguliers, dans le but de sauver le maximum de pièces au fur et à mesure de leur exhumation par
  • - METHODES DE FOUILLES Le temps de travail dont nous disposons sur place est limité à moins de quatre heures utiles par jour. Vu les heures des marées on doit choisir les basses mers de vives eaux. A marée basse le fond de l'abri ne se vide jamais complètement, l'eau étant retenue par
  • la cale; il faut donc l'évacuer chaque jour. A mesure que le volume de l'excavation augmente ce travail fastidieux s'en trouve multiplié. Nous avons utilisé des seaux et une petite pompe manuelle. Nous avons établi un quadrillage du fond de l'abri. Toutefois, à part quelques
  • s'étend sur plus de 20 mètres, au pied de la paroi de granité. Nous sommes intervenus dans la partie Est qui est la plus directement menacée. La fouille a porté sur les carrés 5B, 5C, 5D, 6A, 6B, 6C, 6D, 7A, 7B, 7C, 8A, 8B, 8C, 8D. Sous les gros blocs effondrés de l'abri on trouve des
  • blocs et cailloux. Au-dessus existe une couche de sable limoneux à peu près stérile (couche III). Ce sable a été principalement rencontré au Sud de l'abri, dans les carrés 6C, 6D, 6E et SD. Les couches qui forment le remplissage de l'abri s'infléchissent vers le Sud, formant ainsi
  • qualité parfois médiocre, car pris dans les galets des cordons littoraux) et la dolérite dont un filon, d'ailleurs largement mis à contribution, forme le substratum de l'abri. Mais des roches plus variées ont aussi été taillées (des porphyres, tufs, quartz et même du granité
  • de surface effectués depuis 1967 confirmerait leur identité. Par contre l'industrie de la couche IV est très mal connue, par l'insuffisance de pièces récoltées. La stratigraphie de l'abri est assez complexe du fait des phénomènes de gëlifluxion wurmiens et aussi des perturbations
  • introduites par les hommes préhistoriques eux-mêmes. En gros, un head (couche IV),avec son industrie, serait le remplissage le plus ancien de l'abri. Puis a été apporté un sédiment sableux stérile (couche III) dont l'origine, peut-être marine, sera précisée par les analyses
  • sédimentologiques. Ensuite l'abri a été à nouveau occupé et la reprise du froid entraînant la formation de coulées de gélifluxion et des effondrements de la voûte de granité a sans doute interdit toute occupation humaine (couche II). Des limons fins et lités (couche I), d'autres couches de
  • head, des loess ont probablement comblé l'abri, comme dans les coupes toutes proches, avant d'être détruits par l'érosion marine. C'est la un témoin important des variations du niveau de la mer en même temps qu'une indication climatique. Le rivage, pour que l'abri fut habitable
  • 45. 4^» —i —1 ro ro -p=> u3 co —i ro —i ert —• ro ro —* Encoches ro cr> -F=> —1 co —j —> Denti culés Pointes de Tavac ro •—> —■ ro Nuc1 ei LEGENDES DES FIGURES Figure I : emplacement de l'abri-sous-roche sur le plan de l'île sud. Figure II : plan cadastral
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016
  • . LAFORGE ET R.I. MACPHAIL)..................................................................................................................... 49 11.4. SYNTHÈSE DU BILAN STRATIGRAPHIQUE ET CHRONOLOGIQUE DU REMPLISSAGE DE L'ABRI ............................... 52 11.4.1. LE DERNIER
  • ) ......................................................................................................... 40 10.4. RELEVÉ DES DONNÉES PAR PHOTOGRAMMÉTRIE (S. SORIN) .................................................................... 42 11. STRATIGRAPHIE ET SÉDIMENTOLOGIE (M. LAFORGE).................................................................... 44 11.1. CONTEXTE STRATIGRAPHIQUE
  • GÉNÉRAL ET DESCRIPTION DES DIFFÉRENTES UNITÉS STRATIGRAPHIQUES IDENTIFIÉES SUR LE SITE ............................................................................................................................................ 44 11.2. HISTORIQUE DES ÉVOLUTIONS DE LA STRATIGRAPHIE
  • Naudinot (CEPAM) Analyse technologique de l’industrie lithique : Nicolas Naudinot (CEPAM) Études stratigraphiques, géomorphologiques et sédimentologiques : Marine Laforge (Eveha) et Michel Le Goffic Analyse micromorphologique : Richard Macphail (University College London) Analyse des
  • la présence de cette phase dans le Grand-Ouest (Naudinot, 2010). Le contexte de collecte de cet assemblage à la fin du 19e siècle, notamment sans aucune approche stratigraphique, avait toutefois largement limité la portée de mes analyses. Cette phase de l’Azilien est pourtant
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 RAPPORT DE SYNTHÈSE (OPÉRATION PLURIANNUELLE 2014-2016) LE ROCHER DE L’IMPÉRATRICE PLOUGASTEL-DAOULAS (FINISTÈRE) PLOUGASTELL-DAOULAZ (PENN AR BED) Sous la
  • direction de Nicolas NAUDINOT avec les contributions de : Michel LE GOFFIC Loïc BARON Ludovic BELLOT-GURLET Sylvie BEYRIES François BLANCHET Camille BOURDIER Klet DONNART Annette FLAGEUL Gwendoline GREGOIRE Marine LAFORGE Jérémie JACQUIER Richard MACPHAIL Erwan MESSAGER Céline PARIS
  • Sabine SORIN Isabelle THERY-PARISOT Avec le soutien : Service Régional de l’Archéologie de BRETAGNE Conseil général du FINISTÈRE Commune de PLOUGASTEL-DAOULAS 1 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de
  • synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs
  • s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de
  • ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou
  • autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le
  • cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme
  • d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants
  • , d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété
  • intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Rocher de l’Impératrice (Plougastel
  • -Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 2 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 SOMMAIRE RÉSUMÉ
  • ........................................................................................................................................... 13 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 21 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 25 5. LOCALISATION DU SITE (N. NAUDINOT
  • ) .......................................................................................... 27 6. CONTEXTE GÉOLOGIQUE (M. LE GOFFIC) ........................................................................................ 29 7. LA RADE DE BREST DURANT L’AZILIEN (G. GRÉGOIRE) .................................................................... 30 8. L’ABRI DU ROCHER DE
  • L’IMPÉRATRICE (N. NAUDINOT)................................................................... 32 9. RÉSUMÉ DE LA CAMPAGNE DE FOUILLE 2016 ................................................................................. 33 9.1. POURSUITE DE LA FOUILLE (N. NAUDINOT
RAP03244.pdf ((29). Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne. Rapport de PT 2015)
  • (29). Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne. Rapport de PT 2015
  •   humaines  (grottes  marines,  amas  coquilliers,  dépôts  de  lœss,  densité d’occupation préhistoriques). La construction d’un référentiel chrono‐stratigraphique  pertinent  en  zone  continental  gagnera  à  s’intéresser  aux  dépôts  sédimentaires  en  abris,  dès  lors que les
  •  superficies, avec des  remplissages plus ou moins importants suivant la nature de l’encaissant et l’orientation de la  cavité.     Ils  n’ont  cependant  jamais  livré  de  séquences  stratigraphiques  très  développées  pour  la  Préhistoire  récente,  au  contraire  du  Paléolithique
  •   place  du  Tardiglaciaire  au  fond  de  la  caverne  et  en  partie  sud  du  bloc.  Les  niveaux résiduels en place formaient une bande de deux mètres de large le long de la paroi.  L’industrie  lithique  y  a  été  découverte  dans  deux  unités  stratigraphiques  superposées
  •  fouille et du tamisage, 20% proviennent des  unités  stratigraphiques  tardiglaciaires  en  place.  Il  s’agit  principalement  de  silex,  mais  aussi  des  grès  éocène,  du  microquartzite,  de  la  cataclasite  et  de  la  calcédoine.  Ils  témoignent  d’échanges  ou  de  parcours
  •   stratigraphiques  de  Kerbizien  plus  hétérogènes  fouillées  en  2011  ne  viennent  pas  transformer  notablement  ce  spectre  fonctionnel,  pour  autant  que  l’on  puisse  en  juger.  L’ensemble  permet  d’évoquer  un  Azilien  ancien,  même  si  l’absence  de  grattoirs  pose  question
  •   RAPPORT ANNUEL DE PROGRAMME DE  PROSPECTION THEMATIQUE 2015    Tous aux abris ! (T2A)  Inventaire et sondages  dans les cavités naturelles de Bretagne          Sous la direction de  GREGOR MARCHAND et NICOLAS NAUDINOT  Avec le soutien :   Service Régional de l’Archéologie
  •  de BRETAGNE  Conseil général du FINISTÈRE                    1      Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au
  • public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent
  • , au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la
  • propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont
  • strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le
  • caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits
  • est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne
  • donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions
  • /Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018       2    Tous aux abris !  Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne      Table
  • des matières Remerciements ...................................................................................................................................... 5  1. Mise en perspective du programme « Tous aux abris
  •  » ............................................................. 7  1.1. Problématique ou pourquoi chercher des petites cavités ........................................... 7  1.2. Histoire des recherches cavernicoles en Bretagne ....................................................... 9  1.3. Trois exemples de fouilles récentes, trois modèles
  •  de l’Impératrice à Plougastel‐Daoulas ..................................................... 16  1.4. Ambition du programme « Tous aux abris ! »............................................................ 18  2. La base de données T2A
  •  ................................................................................................................ 19  3. Réalisation des inventaires de terrain en 2015 ........................................................................... 24  3.1. Les missions de terrain .................................................................................................. 24  3.2. Mission
  •  d’inventaire à Huelgoat (Camp d’Artus et Rivière d’Argent) .................. 26  3.3. Mission d’inventaire à Loqueffret (gorges de l’Ellez à Saint‐Herbot) ..................... 31  3.4. Mission d’inventaire à Lopéret
RAP03050.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). l'abri sous roche du rocher de l'impératrice. rapport intermédiaire de fp 2014-2016)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). l'abri sous roche du rocher de l'impératrice. rapport intermédiaire de fp 2014-2016
  • -abri (SA-300), abri B (A2-400) et au niveau du carré U13 de l'abri B (U13-200). 5.1.  Description  pédo-­‐sédimentaire  et  interprétation  lithostratigraphique  du  contexte   géologique  de  l'occupation   5.1.1. Description des unités stratigraphiques
  • dans l’US A2-403 tandis que le niveau azilien serait en US A2-404-405. Au regard de ces premières observations stratigraphiques et pédologiques, la séquence conservée sous l'abri rocheux et en avant de celui-ci se compose donc principalement de niveaux remblayés et colluviés
  •  PÉDOLOGIE   22   5.1.  DESCRIPTION  PÉDO-­‐SÉDIMENTAIRE  ET  INTERPRÉTATION  LITHOSTRATIGRAPHIQUE  DU  CONTEXTE  GÉOLOGIQUE  DE   L'OCCUPATION   22   5.1.1.  DESCRIPTION  DES  UNITÉS  STRATIGRAPHIQUES   22   5.1.1.1.  Secteur  Sud-­‐abri
  •  :  unités  stratigraphiques  des  coupes  nord-­‐sud  et  section  est-­‐ouest  des   carrés  O13  et  P13   22   5.1.1.2.  Secteur  U13  –  Abri  2  :  unités  stratigraphiques  du  carré  U13  –  coupe  est-­‐ouest  (fig.  14
  • )   24   5.1.1.3.  Secteur  Centre-­‐abri  :  unités  stratigraphiques  de  la  coupe  L  est-­‐ouest  des  carrés  L13,  L14  et   L15  (fig.  15)   25   5.1.1.4.  Secteur  Abri  2  (ouverture  bande  S/T  2014)  :  unités
  •  stratigraphiques  des  coupes  ouest-­‐est  des   carrés  S14,  S15  et  S16  (fig.  16)   28   5.1.2.  INTERPRÉTATION  DES  SÉQUENCES  STRATIGRAPHIQUES  ET  PÉDOLOGIQUES  (FIG.  17)   30   6.  DÉROULEMENT  DE  L’OPÉRATION   33   6.1
  • Paris (UMR 7075 LADIR) Études stratigraphiques, géomorphologiques et sédimentologiques : Michel Le Goffic et Marine Laforge (Eveha) Micro-stratigraphie : Cristiano Nicosia (Université Libre de Bruxelles), Richard Macphail (University College London) et Paul Goldberg (Department
  • stratigraphie des dépôts conservés sous l'abri et à l'entrée de celui-ci est complexe. Les séquences se placent dans un contexte de forte pente, sur le versant sud de la vallée de l'Élorn, à l'abri d'une barrière de quartzite ordovicien et reposant sur un bedrock composé de schistes zébrés
  • briovériens, non atteints à la fouille. Afin d'aider à la clarté des profils stratigraphiques décrits et d'ainsi faciliter les corrélations éventuelles, les descriptions des unités stratigraphiques ont été scindées en 4 groupes, selon leur secteur de provenance : centre-abri (CA-100), sud
  • 5.1.1.1.  Secteur  Sud-­‐abri  :  unités  stratigraphiques  des  coupes  nord-­‐sud  et  section  est-­‐ouest   des  carrés  O13  et  P13   Carré O13 sud – Coupe sud-nord - US SA-301: 6 à 15 cm d'épaisseur. Limon argileux, grumeleux et meuble, brun
  • pluriannuelle du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Figure 13. Relevé stratigraphique au 1/10ème de la coupe nord-sud de la berme ouest en P13 et O13 (DAO S. Sorin, relevé M. Laforge et L. Dutouquet) 5.1.1.2.  Secteur  U13  –  Abri  2  :  unités
  •  stratigraphiques  du  carré  U13  –  coupe  est-­‐ouest   (fig.  14)   Figure 14. Relevé stratigraphique au 1/10ème de la coupe est-ouest en U13 (DAO S. Sorin, relevé M. Laforge et L. Dutouquet) 24 Rapport intermédiaire 2014 de la fouille pluriannuelle du Rocher de
  • ). - US U13-206 : head limoneux à blocs. 5.1.1.3.  Secteur  Centre-­‐abri  :  unités  stratigraphiques  de  la  coupe  L  est-­‐ouest  des  carrés  L13,   L14  et  L15  (fig.  15)   La fouille du transect L-M 14-15-16 s’est développée sur 3 m de
  • longueur, 2 m de largeur et a atteint une profondeur maximale de 1,20 m. La coupe relevée se situe au nord des carrés L et est donc orientée Est-Ouest, le fond de l’abri se trouvant à l’Est. Quatre unités stratigraphiques majeures se détachent et elles peuvent être également comprendre
  • des subdivisions. Une grande variation latérale de faciès est à noter entre le fond de l'abri et les carrés plus éloignés de celui-ci. Notre relevé et l’interprétation provisoire, en attendant les résultats d’analyse des prélèvements, sont les suivantes : - US CA-101: Remblais
  • plus limoneux au plus près de la paroi rocheuse, en fond d'abri. 26 Rapport intermédiaire 2014 de la fouille pluriannuelle du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Figure 15. Relevé stratigraphique au 1/10ème de la coupe est-ouest en L14, L15 et L16 (DAO S
  • . Sorin, relevé M. Le Goffic) 27 Rapport intermédiaire 2014 de la fouille pluriannuelle du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 5.1.1.4.  Secteur  Abri  2  (ouverture  bande  S/T  2014)  :  unités  stratigraphiques  des  coupes   ouest
  • . Relevé stratigraphique au 1/10ème de la coupe ouest-est en S14, S15 et S16 (DAO S. Sorin, relevé M. Le Goffic) 29 Rapport intermédiaire 2014 de la fouille pluriannuelle du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 5.1.2. Interprétation des séquences stratigraphiques
  • , mettant en évidence la forte perturbation qu'a connue ce site. Ces perturbations sont particulièrement développées dans le secteur sud et centre-abri, l'abri B (bandes S, T et U) semble quant à lui plus épargné par ces remaniements anthropiques. La base des sondages met cependant en
  • stratigraphique, pour le moment uniquement basée sur les observations de terrain. Les données sédimentologiques et micromorphologiques (cf. infra) nous conduiront ainsi à approfondir nos interprétations de ces niveaux et à mieux appréhender les contextes stratigraphiques de ces occupations pré
RAP03502 (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2017-2019)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2017-2019
  • LA PROCHAINE CAMPAGNE (N.N) ....................................... 71 19. MOYENS MATERIELS MIS EN ŒUVRE POUR LA CAMPAGNE DE 2017 (N.N) ................................... 73 20. ETUDES SCIENTIFIQUES ENVISAGEES POUR LES ANNEES A VENIR (N.N
  • technologique de l’industrie lithique : Nicolas Naudinot (CEPAM). Études stratigraphiques, géomorphologiques et sédimentologiques : Marine Laforge (Eveha) et Michel Le Goffic. Contrat d’analyse micromorphologique : Richard Macphail (University College London). Analyse des plaquettes de
  • à la pierre) pouvant suggérer la présence de cette phase dans le Grand-Ouest (Naudinot, 2010). Le contexte de collecte de cet assemblage à la fin du XIXe siècle, sans aucune approche stratigraphique, avait toutefois largement limité la portée de ces analyses. Cette phase de
  • définir s’il est le résultat de plusieurs phases d’occupations successives). En dehors de cette couche azilienne qui a guidé ce projet de recherche, le site livre également, plus haut dans la séquence stratigraphique, un niveau attribué au Néolithique final (industrie sur galets
  • déployés durant ces quatre années afin de pouvoir évaluer au plus près les conditions de conservation du site. Ces observations de terrain, analyses sédimentologiques, géomorphologiques et micro-stratigraphiques, nous ont permis de constater une préservation hétérogène du niveau azilien
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport intermédiaire 2017 de l’opération pluriannuelle 2017-2019 RAPPORT INTERMEDIAIRE 2017 (OPÉRATION PLURIANNUELLE 2017-2019) LE ROCHER DE L’IMPÉRATRICE PLOUGASTEL-DAOULAS (FINISTÈRE) PLOUGASTELL-DAOULAZ (PENN AR BED
  • ) Nicolas NAUDINOT (dir.) Michel Le Goffic, Camille Bourdier, A. Gorczynska, Gwendoline Grégoire, Marine Laforge, Jéremie Jacquier, Sabine Sorin Avec la collaboration de : L. Baron, L. Bellot-Gurlet, S. Beyries, F. Blanchet, H. Duval, A. Flageul, R. Macphail, I. Théry-Parisot Avec le
  • soutien : Service Régional de l’Archéologie de BRETAGNE Conseil général du FINISTÈRE Commune de PLOUGASTEL-DAOULAS 1 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des
  • documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui
  • les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le
  • respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont
  • autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent
  • être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la
  • représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • ://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport intermédiaire 2017 de l’opération
  • pluriannuelle 2017-2019 2 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport intermédiaire 2017 de l’opération pluriannuelle 2017-2019 SOMMAIRE 1. FICHE SIGNALETIQUE DU SITE
  • ............................................................................................................................. 9 4. PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N.N) ....................... 11 5. LOCALISATION DU SITE (N.N) .......................................................................................................... 13 6. CONTEXTE GEOLOGIQUE (M.L.-G
  • ) ................................................................................................... 15 7. LA RADE DE BREST DURANT L’AZILIEN (G.G) ................................................................................... 16 8. L’ABRI DU ROCHER DE L’IMPERATRICE (N.N) .................................................................................. 18 9. PRINCIPAUX
  • ACQUIS DES CAMPAGNES PRECEDENTES (N.N) ........................................................... 19 9.1. CONSERVATION DES NIVEAUX ARCHEOLOGIQUES .................................................................................... 19 9.2. DATATIONS ABSOLUES
RAP03190.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2015 de FP 2014-2016)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2015 de FP 2014-2016
  • blocs, à matrice brun foncé meuble et humifère. Cette formation est très probablement due à des perturbations anthropiques, de type remblai (101). Au regard de ces premières observations stratigraphiques et pédologiques, la séquence conservée sous l'abri rocheux et en avant de celui
  • . L’ABRI DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE .................................................................................................. 17 6. STRATIGRAPHIE ET SÉDIMENTOLOGIE (M. LAFORGE, M. LE GOFFIC, N. NAUDINOT, S. SORIN) ........ 18 6.1. SIMPLIFICATION DES SÉQUENCES STRATIGRAPHIQUES
  • Naudinot (UMR 7264 CEPAM) Études stratigraphiques, géomorphologiques et sédimentologiques : Marine Laforge (Eveha) et Michel Le Goffic Relevé photogrammétrique : Sabine Sorin (UMR 7264 CEPAM) et Nicolas Naudinot (UMR 7264 CEPAM) Analyse des plaquettes de schiste gravées : Camille
  • l'abri et à l'entrée de celui-ci est complexe, du fait des perturbations engendrées par le contexte géomorphologique particulier qu'est cet abri sous-roche. Les séquences se placent ainsi dans un contexte de forte pente, sur le versant sud de la vallée de l'Élorn, à l'abri d'une barre
  • de quartzite ordovicien et reposant sur un bedrock composé de schistes zébrés briovériens, non atteints à la fouille. 6.1. Simplification des séquences stratigraphiques En vue de simplifier les stratigraphies relevées en 2014, il a été convenu, lors de la campagne de 2015, non
  • plus de proposer des unités stratigraphiques par secteur de fouille, mais au contraire, de proposer des équivalences entre les unités de ces différents secteurs. Les variations de faciès sont en effet faibles sur l'ensemble de l'emprise. Ainsi, seules les unités décrites en centre
  • des zones de projection stratigraphiques des pièces (S. Sorin et N. Naudinot) Figure 10. Relevé de la coupe L (relevé M. Laforge ; relevé photogrammétrique et traitement S. Sorin et N. Naudinot) Figure 11. Relevé de la coupe S (relevé M. Laforge ; relevé photogrammétrique et
  • lecture des séquences stratigraphiques observées. L'interprétation stratigraphique plus fine sera déduite des données issues des analyses sédimentologiques. À première vue, seules les US-104, 102 et le sommet de 103 peuvent correspondre à des dépôts antérieurs ou légèrement postérieurs
  • aménagement spécifique tel un système de talus fossoyé, bordant l'abri parallèlement à celui-ci par l'ouest ? Les recherches lors de la campagne de 2016 pourront apporter des réponses quant à ce questionnement grâce à la proposition d'ouvrir plus largement la zone fouillée (un carré
  • remaniés, avec des courbes cumulatives très peu redressées et des indices de classement élevés. Aussi, la distinction stratigraphique de l'US-104 est largement remarquable sur les courbes granulométriques, en particulier au niveau du sous-carré L15n. Les courbes mettent en évidence un
  • sondages met cependant en lumière des niveaux assurément anciens, reposant au sommet d'une coulée de solifluxion périglaciaire. Les analyses en cours permettront d'étayer cette étude stratigraphique, pour le moment basée sur les observations de terrain et les données sédimentologiques
  • . De nouvelles analyses sédimentologiques et l'acquisition de données micromorphologiques (cf. infra, partie 11) nous conduiront ainsi à approfondir nos interprétations de ces niveaux et à mieux appréhender le contexte stratigraphique de cette occupation préhistorique. 7. RAPPEL
  • Rapport intermédiaire 2015 - Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) RAPPORT INTERMÉDIAIRE 2015 (OPÉRATION PLURIANNUELLE 2014-2016) LE ROCHER DE L’IMPÉRATRICE PLOUGASTEL-DAOULAS (FINISTÈRE) PLOUGASTELL-DAOULAZ (PENN AR BED) Nicolas NAUDINOT (Université Nice
  • -Sophia Antipolis - UMR 7264 CEPAM) Michel LE GOFFIC Marine LAFORGE (Eveha) Sabine SORIN (CNRS UMR 7264) Jérémie JACQUIER (Université de Rennes 1) Isabelle THERY-PARISOT (CNRS UMR 7264) Sylvie BEYRIES (CNRS UMR 7264) Camille BOURDIER (Université de Toulouse 2 - UMR 5608 TRACES) Ludovic
  • BELLOT-GURLET (Université Pierre et Marie Curie) Alexandre BOUSQUET (Université Nice-Sophia Antipolis) Loïc BARON (Université Nice-Sophia Antipolis) Avec le soutien : Service Régional de l’Archéologie de BRETAGNE Conseil général du FINISTÈRE Commune de PLOUGASTEL-DAOULAS 1
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant
  • diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en
  • ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • ; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de
RAP02906.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). L'abri sous roche du rocher de l'impératrice. Rapport de sondage)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). L'abri sous roche du rocher de l'impératrice. Rapport de sondage
  • nombreuses radicelles. Transition nette et régulière. 1 Les couleurs sont données d’après le Munsell soil color charts, édition 2000. 22 Rapport de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Figure 15. Relevé stratigraphique de la coupe est
  • de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Figure 16. Relevé stratigraphique des coupes est-ouest et nord-sud en U13 (DAO S. Sorin, relevé M. LeGoffic) 5.3. Le centre de l’abri Cette partie du site a été perturbée par différents agents
  • naturels et anthropiques (fig. 317). La fouille de ce secteur a ainsi révélé la présence de plusieurs niveaux indurés pouvant correspondre à des rejets de pelletés de terre piétinées. Figure 17. Relevé stratigraphique de la coupe sud-nord dans le centre de l’abri (DAO S. Sorin, relevé
  • passes artificielles. Les vestiges mis au jour ont été relevés au tachéomètre laser et isolés dans un sachet dans lequel une étiquette mentionnant le numéro de la pièce, le carré, le sous carré (Nord, Sud, Est ou Ouest) et l’horizon stratigraphique a été systématiquement glissée. Pour
  • et présence de matériel lithique abondant, y compris d’outillage retouché), elles ont en revanche détruit toute trace d’une organisation stratigraphique et spatiale au moins dans la partie centrale de l’abri. Figure 20. Foyer à sol empierré en M11 (cliché N. Naudinot) Une partie
  • sédiments bruns dans les premiers centimètres de l’horizon A1 (fig. 24) pourrait témoigner également de ce phénomène. Ces plaquages de sédiments bruns ont également été observés dans les coupes stratigraphiques et notamment sur la coupe est-ouest (fig. 15). Sud Nord Sondage U13 Tranchée
  • extrait d'un galet de silex littoral – fig. 25) est particulièrement intéressant puisqu’il témoigne d’un lien direct entre l’abri du Rocher de l’Impératrice et l’abri B. La position stratigraphique des deux fragments est plutôt similaire ce qui ne démontre pas de perturbations
  • pièce ait été brisée en place par piétinement après son dépôt dans les déblais. La position stratigraphique des deux fragments qui constituent le raccord 3 (deux fragments mésiaux laminaires dont un portant une troncature inverse – fig. 46, n°8) est en revanche plutôt similaire ce
  • Rapport de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) L’ABRI SOUS ROCHE DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE À PLOUGASTEL-DAOULAS, FINISTÈRE Rapport de sondage 2013 Nicolas NAUDINOT (UMR 7264 CNRS CEPAM) Avec la participation de : Michel LE
  • GOFFIC Sylvie BEYRIES (UMR 7264 CNRS CEPAM) Isabelle THERY-PARISOT (UMR 7264 CNRS CEPAM) Sabine SORIN (UMR 7264 CNRS CEPAM) Jean-Denis STRICH (UMR 7264 CNRS CEPAM) 1 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final
  • de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents
  • administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et
  • l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies
  • ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que
  • dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son
  • organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves
  • , d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la
  • propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Rapport de sondage 2013
  • sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 2 Rapport de sondage 2013 sur le site du Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS 5 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE 7 2. ÉQUIPE 7 3. CONTEXTE CHRONO
  • -CULTUREL (N.N.) 9 4. PRÉSENTATION DU SITE 11 4.1. LOCALISATION DU SITE (M.L.-G.) 4.2. CONTEXTE GÉOLOGIQUE (M.L.-G.) 4.3. L’ABRI DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE (N.N.) 4.4. HISTORIQUE DES RECHERCHES (M.L.-G.) 4.5. FLORE ET FAUNE (M.L.-G. ET I.T.-P.) 11 14 15 19 20 5. STRATIGRAPHIE (M.L
RAP02151.pdf (QUIMPER (29). l'habitat de l'âge du fer de Kergariou. rapport de sondage)
  • QUIMPER (29). l'habitat de l'âge du fer de Kergariou. rapport de sondage
  • rocade nord de Quimper (document extrait du rapport de diagnostic archéologique remis par Eddie Roy, élaboré d'après les données fournies par le Service des Etudes et Aménagements Routiers du Conseil Général du Finistère). L'habitat de l'âge du Fer de Kergariou à Quimper (Finistère
  • compris la berme stratigraphique. La partie située à l'est de cette berme a été vidée sur une hauteur d'environ 1 m à l'aide d'une pelle mécanique, sous la surveillance constante d'un archéologue. La partie inférieure du remplissage, épaisse de 0,50 m environ, a ensuite été fouillée à
  • la main sur 3 m de long depuis la coupe stratigraphique; la partie subsistante n'a pas été fouillée (Fig. 17). Cette méthode, relativement 16 Y. Menez, J. Gomez de Soto et M. Dupré Fig. 18 : Vue générale de la salle excavée, prise du sud-est ; au premier plan, le comblement de
  • la baguette X X Les fragments de haches III - 4.2 Etude du mobilier métallique (José Gomez de Soto, UMR 6566 de Rennes) Aux cinq haches intactes s'ajoutent quarante-sept fragments. Ces fragments semblent, autant qu'on en puisse juger, pratiquement tous appartenir à des
  • DRAC-SRA 1 S NOV. 2005 Quimper - Finistère L'habitat de l'âge du Fer de Kergariou COURRIER ARRIVÉE Yves Menez, conservateur au Service régional de l'archéologie de Bretagne, UMR 6566 José Gomez de Soto, directeur de recherches au CNRS. UMR 6566 Mathilde Dupré, dessinatrice de
  • l'Institut national de recherches archéologiques préventives Rapport d'opération préventive Novembre 2005 2151 Quimper - Finistère L'habitat de l'âge du Fer de Kergariou Yves Menez, conservateur au Service régional de l'archéologie de Bretagne, UMR 6566 José Gomez de Soto, directeur
  • de recherches au CNRS, UMR 6566 Mathilde Dupré, dessinatrice de l'Institut national de recherches archéologiques préventives Rapport d'opération préventive Novembre 2005 2 Y. M e n e z , J. G o m e z de Soto et M . D u p r é vers l.ocromin è vers Briec Cherbourg S* ko
  • ^JAZée Brest ^ . ^ f . i t i - 1 r • Kergariou Saint-Brieuc 4 Rennes 1 Aiontagnes^4" Quimper Çm „ ¿ g OUIMPER Vannes 100 km Nantes Fig. 1 : Localisation du site de Kergariou. I - DECOUVERTE DU SITE ET MISE EN PLACE DE L'INTERVENTION Depuis 1970, la commune de Quimper
  • bénéficie d'un réel programme d'archéologie préventive, progressivement élaboré sous la conduite de JeanPaul Le Bihan et du Service régional de l'archéologie. Limité dans un premier temps à l'étude de la ville, il s'est ouvert depuis 1980 aux vastes espaces ruraux localisés à sa
  • périphérie. Dans le cadre d'un partenariat entre l'Etat, la Ville, le Conseil Général du Finistère et l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), les parcelles englobées dans l'extension du réseau urbain ont été sondées et les sites découverts ont été fouillés
  • avant d'être détruits par les terrassements. Lorsque le projet de construction d'une rocade contournant le nord-ouest de Quimper est parvenu au Service régional de l'archéologie de Bretagne, c'est donc tout naturellement qu'une procédure d'évaluation de l'impact de ce projet sur le
  • patrimoine archéologique a été mise en place. L'Etat a prescrit la réalisation de sondages sur l'ensemble du tracé. Cette opération, effectuée en 2 0 0 3 sous la direction de JeanFrançois Villard, puis de Eddie Roy, de l'Inrap, a mis en évidence trois sites archéologiques dans l'emprise
  • du projet (Roy, 2003). Le premier, localisé au lieu-dit Kergolvez (Fig. 2), correspond à un vaste habitat groupé organisé autour d'une voie qui franchit la rivière du Steïr. Ces vestiges ont été fouillés à la fin de l'année 2004 et durant le premier semestre de l'année 2005 sous
  • la direction de Elven Le Goff, de l'Inrap. Evalué dans un premier temps à 650.000 €, le montant de cette opération a dû être revu notablement à la hausse suite à la mise au jour, au cours de cette fouille, de vestiges mieux conservés que les sondages ne le laissaient entrevoir
  • . Dans le cadre de la négociation qui s'est alors instaurée entre le Conseil Général du Finistère, maître d'ouvrage du projet routier, l'Inrap et l'Etat, le Service Régional de l'Archéologie a proposé de prendre à sa charge la fouille des deux autres sites repérés sur l'emprise de la
  • déviation, qui semblaient d'une importance scientifique mineure au regard des découvertes effectuées à Kergolvez. En conséquence, l'opération dirigée par Elven Le Goff a pu être prolongée sur une durée de trois mois, avec des résultats scientifiques majeurs. Le deuxième site, localisé au
  • lieu-dit Kervouyec Nevez, à 800 m au nord-est de Kergolvez, a livré, lors des sondages effectués par Eddie Roy, les vestiges de deux fosses et de possibles trous de poteaux attribués au Néolithique moyen. Conformément à l'accord passé entre le Conseil Général et l'Etat, cet ensemble
  • a été fouillé dans le cadre d'un sondage effectué en mai 2005 sous la direction de Jean-Yves Tinevez, du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne. Le troisième site, localisé au lieu-dit Kergariou, à 300 m au nord-est du précédent (Fig. 2), avait livré lors emprise de la rocade
  • •'./tranchées de sondage ' archéologique 0 500 m de Kergariou. étudié par Y. Menez, de Kervouyec Nevez. étudié par J. Y. Tinevez. site de Kergolvez. étudié par E Le Goff Fig.2 : Localisation, sur le plan général des sondages, des trois sites découverts par Eddie Roy sur le tracé de la
  • ) des sondages effectués par Eddie Roy les vestiges d'un petit fossé (n° 75, Fig. 3) et, distants de 80 m, ceux d'un souterrain creusé dans le gneiss altéré. Les tessons de céramiques découverts permettaient de faire remonter au V e siècle avant J.-C. le comblement de ces excavations
RAP02054.pdf (COËSMES (35). l'habitat du haut Moyen Âge des Rochettes. dfs de fouille)
  • COËSMES (35). l'habitat du haut Moyen Âge des Rochettes. dfs de fouille
  • charbons de bois ont été effectuées à des fins de datation C.14 ou de détermination des essences d'arbres utilisées. Le silo F. 94 a, pour sa part, fait l'objet de prélèvements intégraux de plusieurs unités stratigraphiques de son remplissage dans le but d'une étude carpologique
  • l'établissement en aire ouverte a été juste entrevue (cf. Introduction), sans qu'il soit possible de l'extrapoler ou de déterminer sa véritable nature. La seconde tient peut-être au mode d'occupation et d'aménagement de ce site rural où les témoins stratigraphiques sont plus « horizontaux
  • comblement des sections de fossés bordant cette entrée, même si cette dissemblance est moins nette en ce qui concerne les profondeurs de creusement. A l'évidence, les unités stratigraphiques visibles sur le côté est de l'entrée correspondent au prolongement de la section de fossé bordant
  • interne de l'enclos, sans connaître les limites spatiales de son développement, sans connaître précisément les relations stratigraphiques et chronologiques entre ce qui a été observé à l'intérieur et à l'extérieur de l'enclos, relève quelque peu de la gageure. Le terme même
  • L'habitat du haut Moyen-Age des Rochettes, à COESMES (llle-et-Vilaine) Fouille archéologique préventive Février 2003 - Avril 2003 Dirigée par Gilles LEROUX INRAP Grand Ouest 2004 Z o S i - t Fiche signalétique Générique de l'opération Introduction Présentation du site
  • - Planche 1 Les méthodes de fouille - Planche 2 Plan d'ensemble - Planches 3, 3bis, 3 ter, 4, 5 L'enclos - Planche 6 Les entrées - Planche 7 L'entrée 1 - Planche 8 L'entrée 2 - Planche 9 L'organisation interne de l'enclos - Planche 10 La zone bâtie 1 - Planche 11 La zone bâtie 2
  • - Planche 12 La zone excavée - Planche 13 Les poteaux - Planche 14 Les foyers - Planche 15 Les silos - Planche 16 L'espace non clos - Planche 17 Autres faits et structures - Planche 18 Eléments de chronologie relative - Planche 19 Le mobilier céramique (considérations générales
  • ) - Planche 20 Annexe 1 : Le mobilier céramique, par Françoise Labaune Meules et objets lithiques - Planche 21 Annexe 2 : L'outillage macrolithique de Coësmes, par Eric Gaumé Scories et loupes de fer - Planche 22 Synthèse FICHE SIGNALETIQUE Identité du site : Site n° : 35 082 0009
  • Département : Ille-et-Vilaine Commune : Coësmes Lieu-dit ou adresse : Les Rochettes Cadastre : Sections et parcelles : ZD ; 146 b Coordonnées Lambert : x = 318,300 y = 2327,200 Altitude moyenne : 65 m Propriétaire du terrain : Commune de Coësmes L'opération archéologique : Autorisation
  • ou décision : Titulaire : Gilles LEROUX Organisme de rattachement : INRAP, Direction interrégionale Grand Ouest Motif de l'intervention : construction d'un lotissement Aménageur/Maître d'ouvrage : Commune de Coësmes Date de l'intervention sur le terrain : du 25-02-2003 au 11-04
  • -2003 Résultats La fouille des 8000 m 2 objets de la prescription archéologique a révélé la présence d'une partie d'un habitat du haut Moyen Age. La totalité des structures correspond à des fossés, fosses et trous de poteaux creusés dans un substrat schisteux. La mise en phase des
  • vestiges et l'étude du mobilier céramique, au demeurant peu nombreux, ne rendent pas bien compte de la durée d'occupation du site qui voit probablement sa création au cours de la période mérovingienne pour se poursuivre jusque vers l'an mil. Morphologiquement, le site est marqué par la
  • présence d'un grand fossé en forme de fer à cheval, ouvert face au nord et prenant appui de cette manière sur un ruisseau pérenne. Ses différentes sections ont été mises en place au fur et à mesure du développement de l'habitat et sont ponctuées de deux entrées bâties sur un même modèle
  • ayant probablement supporté un porche. Une phase ultérieure d'aménagement du site est sans doute à l'origine de la mise en place d'une organisation rigide qui s'étend au delà des limites de l'enclos et aux orientations de laquelle répondent la majorité des autres fossés et surtout
  • des poteaux. Ces derniers participent à l'élaboration de palissades et de bâtiments parfaitement identifiables. Enfin, la fouille fine d'un silo a permis de noter la présence de nombreuses graines carbonisées qui feront l'objet d'une étude carpologique. GENERIQUE DE L'OPERATION
  • Partenaires Commune de Coësmes : Mr David, maire Mr Heude, adjoint au maire Ministère de la Culture : DRAC de Bretagne Service régional de l'archéologie Mr Stéphane Deschamps, conservateur régional Mme Villard-Le Tiec, conservateur chargée du dossier Institut National des Recherches
  • Archéologiques Nationales : Direction interrégionale Grand Ouest Mr Gilbert Aguesse, directeur interrégional Mr Michel Baillieul, adjoint scientifique et technique chargé du dossier Archéologues de l'INRAP : Equipe de terrain : Mr Gilles Leroux, responsable de l'opération (fouille, relevés
  • , photographies de terrain et aériennes, rédaction et mise en page du rapport) Mr Laurent Aubry, fouille, relevés Mme Aline Briand, fouille, relevés Mr Eric Gaumé, étude du mobilier lithique, fouille, relevés Mme Françoise Labaune, étude du mobilier céramique, fouille, relevés Mr Gaëtan Le
  • Cloirec, fouille, relevés Mme Mathilde Noël, fouille, relevés Mr Dominique Pouille, fouille, relevés Mr Jean-François Royer, fouille, relevés Mr Fabien Sence-Pascual, fouille, relevés Stagiaires en licence d'archéologie de l'Université de Rennes II : Mme Elise Baudouin, fouille
  • , relevés Mme Elise Sehier, fouille, relevés Plateau technique : Mr Frédéric Boumier, topographe Mr Stéphane Jean, D A.O. Mr Hervé Paitier, photographie du mobilier Terrassements : Entreprise Beaussire, Catz, Carentan (50) L'opération de fouille du site des Rochettes à Coësmes, Ille-et
RAP02205.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006
  • , (par Rodrigue Tsobgou). B) Un gîte d'approvisionnement en microquartzite, le Crann. (par Estelle Yven). C) Etude pétrographique des outils en ultramylonites armoricaines : détermination des zones d'approvisionnement en matières premières au Mésolithique final, (par Rodrigue Tsobgou
  • par l'analyse des restes de mammifères, d'oiseaux, de crabes, d'oursins, de coquillages et de poissons. -Calcul de l'effet de réservoir océanique à partir de plusieurs types de coquillages sur le site de Beg-an-Dorchenn. -Etudes de collections Uthiques anciennes et réalisation de
  • Finistère Etudes de collections et définition S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, d'un protocole d'analyse commun G Marchand, Y. Pailler, E. Yven PCR Campagne de sondages en G. Marchand Finistère Bilan archéologique des sites de O. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, Beg-an-Dorchenn
  • , Téviec et R. Schulting. Hoèdic Nouvelles datations à Beg-an- R. Schulting Dorchenn et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet réservoir océanique Nouvelles datations au Biiou, à S. Blanchet, E. Yven et G. Marchand Quillien et à Kerliézoc A. Tresset Etude faunique Gestion et exploitation
  • l'analyse stratigraphique, l'analyse malacologique et l'analyse lithique du rapport de PCR millésime 2001 et l'analyse des poissons du millésime 2002. Par ailleurs, les travaux sur l'effet de réservoir océanique effectués sur certains prélèvements de ce site sont également arrivés à leur
  • devrait quant à lui terminer la sienne au cours de l'année 2004. Tableau 3 : Récapitulation des travaux effectués en 2003. Travaux Sondages Séminaire de prospection dans le Finistère-Sud Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Nouvelles datations Prospections géologiques
  • ramassés. Ils ont pourtant pu survenir lors de l'extraction ou des premières séquences de la chaîne opératoire. Tableau 1 : Etude de la collection du Crann. Produits Nombre Plaquettes testées 17 % dans la collection 0,75% Déchets Cassons Cassons testés 63 64 14 2,5% 2,5% 0,5
  • PROGRAMME COLLECTIF DE RECHERCHE LE MESOLITHIQUE EN BRETAGNE ANNEE 2003 Estelle Yven et Grégor Marchand (coordination) Avec la participation de Yann Bougio, Catherine Dupont, Loïc Gaudin, Jean-Noël Guyodo, Dominique Marguerie, GaëUe Martin, Anne Tresset et Rodrigue Tsobgou
  • . looÇ L Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée
  • et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment
  • en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont
  • incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le
  • cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect
  • de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de
  • documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Table des Matières : I) Rappel de la problématique, (par Estelle Yven et Grégor Marchand). A) Le projet de recherche. B) Les activités
  • entreprises en 2003. H) Organisation de la recherche - Compte-rendu de la troisième réunion, (par Estelle Yven). III) Des prospections géologiques aux prospections arcchéologiques. A) Rapport de campagne de terrain : détermination des gisements à ultramylonites cataclastiques armoricaines
  • ). D) Rapport concernant le séminaire de terrain du 8 au 1 1 novembre 2003. (par Yann Bougio et Gaëlle Martin). TV) Des opérations de sondages en Finistère. A) Le Mésolithique en Finistère : chronologie et stratigraphie - Bilan d'une prospection thématique réalisée entre 2001 et
  • 2003. (par Grégor Marchand). B) L'assemblage lithique de l'Ile aux Moutons (Fouesnant, Finistère), sondages 2002. (par Jean-Noël Guyodo). V) Le Mésolithique final en synthèse - Aspects des néolithisations. A) Derniers chasseurs-cueilleurs et premiers agriculteurs sur la façade
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • (29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches
  • Estelle Yven). C) Etude pétrographique des outils en ultramylonites armoricaines : détermination des zones d'approvisionnement en matières premières au Mésolithique final, (par Rodrigue Tsobgou). D) Rapport concernant le séminaire de terrain du 8 au 1 1 novembre 2003. (par Yann Bougio
  • . -Calcul de l'effet de réservoir océanique à partir de plusieurs types de coquillages sur le site de Beg-an-Dorchenn. -Etudes de collections Uthiques anciennes et réalisation de monographies (Raguénez, Kerliézoc, Kerhuellan, Kervilien, la Presqu'île, ...). -Synthèses sur les industries
  • + M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, Y. PCR Guéguen, M. Le Goffic, P. Léopold, G. Marchand, Y. Pailler, J. Perry, R. Tsobgou, G. Tournay, E. Yven. Hiérarchisation du corpus des sites en Finistère Etudes de collections et définition S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, d'un
  • -er-Vil et calcul de l'effet réservoir océanique Nouvelles datations au Biiou, à S. Blanchet, E. Yven et G. Marchand Quillien et à Kerliézoc A. Tresset Etude faunique Gestion et exploitation des ressources animales Analyse des isotopes stables sur R. Schulting les ossements
  • -étudiés. L'analyse des charbons recueillis à Beg-an-Dorchenn (Plomeur, Finistère) par Catherine Dupont et Grégor Marchand en 2001 a été réalisée par Loïc Gaudin et Dominique Marguerie. Elle vient compléter l'analyse stratigraphique, l'analyse malacologique et l'analyse lithique du
  • de l'année 2004. Tableau 3 : Récapitulation des travaux effectués en 2003. Travaux Sondages Séminaire de prospection dans le Finistère-Sud Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Nouvelles datations Prospections géologiques Officiants G. Marchand Y. Bougio Blanchet
  • de l'extraction ou des premières séquences de la chaîne opératoire. Tableau 1 : Etude de la collection du Crann. Produits Nombre Plaquettes testées 17 % dans la collection 0,75% Déchets Cassons Cassons testés 63 64 14 2,5% 2,5% 0,5% Eclats de mise en forme Eclats de mise
  • PROGRAMME COLLECTIF DE RECHERCHE LE MESOLITHIQUE EN BRETAGNE ANNEE 2003 Estelle Yven et Grégor Marchand (coordination) Avec la participation de Yann Bougio, Catherine Dupont, Loïc Gaudin, Jean-Noël Guyodo, Dominique Marguerie, GaëUe Martin, Anne Tresset et Rodrigue Tsobgou
  • . looÇ L PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Table des Matières : I) Rappel de la problématique, (par Estelle Yven et Grégor Marchand). A) Le projet de recherche. B) Les activités entreprises en 2003. H) Organisation de la recherche - Compte-rendu de la troisième réunion, (par
  • Estelle Yven). III) Des prospections géologiques aux prospections arcchéologiques. A) Rapport de campagne de terrain : détermination des gisements à ultramylonites cataclastiques armoricaines, (par Rodrigue Tsobgou). B) Un gîte d'approvisionnement en microquartzite, le Crann. (par
  • et Gaëlle Martin). TV) Des opérations de sondages en Finistère. A) Le Mésolithique en Finistère : chronologie et stratigraphie - Bilan d'une prospection thématique réalisée entre 2001 et 2003. (par Grégor Marchand). B) L'assemblage lithique de l'Ile aux Moutons (Fouesnant
  • , Finistère), sondages 2002. (par Jean-Noël Guyodo). V) Le Mésolithique final en synthèse - Aspects des néolithisations. A) Derniers chasseurs-cueilleurs et premiers agriculteurs sur la façade atlantique de l'Europe, (par Grégor Marchand et Anne Tresset). B) Les niveaux coquilliers du
  • Mésolithique final en Bretagne : fonctionnement des habitats côtiers et intégration territoriale, (par Grégor Marchand). VI) Analyses archéobotaniques - Pré-rapport d'une étude anthracologique - Beg an Dorchenn. (par Loïc Gaudin et Dominique Marguerie). VII) Résumés de thèses. A) La
  • malacofaune des sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique Contribution à l'économie et à l'identité culturelle des groupes concernés, (par Catherine Dupont). B) Approche spatiale et territoriale des industries lithiques. Constantes et variantes dans l'occupation du
  • substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne, (par Estelle Yven). Vni) Liste des articles réalisés sur le Mésolithique en Bretagne par les membres du PCR entre 2001 et 2003. IX) Conclusions à trois ans de recherches et perspectives
  • (par Grégor Marchand et Estelle Yven). 1 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Principaux acquis du programme « le Mésolithique en Bretagne » - 2001/2003. -Organisation chronologique et culturelle de la base de données constituée par Pierre Gouletquer sur des critères
  • typologiques. La base comporte désormais 1318 entrées, avec une centaine de sites mésohthiques avérés. -Campagne de sondages manuels et mécaniques sur cinq sites mésolithiques en Finistère, choisis dans des contextes topographiques contrastés et à partir du fichier de Pierre Gouletquer
  • . -Prospections dans le sud Finistère et découverte de soixante-deux nouveaux sites et indices. -Travaux sur l'économie de subsistance et sur les saisons d'occupation des amas coquilliers par l'analyse des restes de mammifères, d'oiseaux, de crabes, d'oursins, de coquillages et de poissons
  • du MésoUthique ancien et moyen du Massif Armoricain. -Synthèses sur le MésoUthique final de Bretagne et sur les processus de Néolithisation. -Synthèse sur l'Epipaléolithique. PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 I) Rappel de la problématique (Estelle Yven et Grégor Marchand
  • ). A) Le projet de recherche. Ce projet collectif de recherche réunit trente-deux chercheurs amateurs ou professionnels pendant une durée de trois ans. L'objectif consiste à coordonner les travaux concernant la période mésolithique sur la Bretagne, en dégageant de nouvelles
RAP00230.pdf (PLOUAY (56). habitat de Mané Costy. rapport de sauvetage urgent.)
  • PLOUAY (56). habitat de Mané Costy. rapport de sauvetage urgent.
  • limité nos investigations sur des terrains très touchés et devenus inacessibles. Elle est aussi à l'origine d'une exploitation intensive de parcelles boisées restées jusqu'à présent à l'abri de ce type de menaces. Les dégâts produits dans certains bois sont tels que
  • datation relativement ancienne, sans que rien ne vienne pour le moment confirmer réellement. L'organisation globale de la nécropole reste méconnue, plus constate-t-on une restreint. grande densité de monuments La présence de structures "annexes", tout au sur un espace talus
  • Sauvetage un cimetière Mané Costy urgent sur- protohistorique , commune de à F* I— CD U J0K Y ÇtS/t o r b i h a n ) Août 1991 D.TANGUY Vu Ce v\< Aï cW' o FOUILLE DE SAUVETAGE SUR UN CIMETIERE PROTOHISTORIQUE A MANE COSTY, COMMUNE DE PLOUAY (MORBIHAN
  • ) L'opération de prospection inventaire menée en 1987 sur la moyenne vallée du Scorff a montré toute la richesse du patrimoine archéologique préservé dans les zones boisées et plus particulièrement sur les rebords de la vallée. La tempête d'octobre 1987 avait quelque peu
  • l'exploitation forestière nécessite un abattage complet, celui-ci est suivi de l'arrachage des souches et de la mise en place sillons de de plantations. Ces actions impliquent de gros moyens mécaniques. C'est au cours de la première phase d'abattage que le site de Mané Costy est
  • apparu. Un léger replat dans la pente de la vallée du Scorff a facilité l'installation de ce cimetière, à quelques dizaines de mètres d'un rebord abrupt. du fleuve. La limite sud est formée par la vallée d'un affluent La topographie de l'ensemble est donc bien marquée et le site
  • occupe un espace bien délimité (fig. 1). Il comporte 18 petits tertres de pierres d'une hauteur moyenne de 70 cm pour un diamètre variant de 4 à 5 m, ainsi qu'un petit enclos ou bâtiment quadrangulaire de 6 m sur 5 m (fig.2). La nature et la taille de ces vestiges les exposent
  • sérieusement aux travaux forestiers ; les premiers débardages ont, avant notre intervention, causé quelques dégâts sur cinq tertres. La parcelle exploitée, cadastrée sous le numéro 25, section 2 M du cadastre de PLOUAY, appartient à Mr Dominique JACQUEAU, demeurant à 12 BIS AVENUE
  • Elisée Reclus PARIS VII, qui à la demande de la Direction des Antiquités de Bretagne, a bien voulu donner son accord pour une fouille de sauvetage urgent sur deux monuments. / / 25" UF 2» •UF 1 O m • F* L O LJ yx Y M a ne C osty Zk Cette intervention s'est déroulée du 26
  • au 31 août 19915 avec l'attribution d'un crédit d'état de 5-000 F et la participation de - Mme Yvonne TANGUY - Melle Gwénaël CLEMENT - Melle Monique PIRIOU - Mr Auguste BARRACH - Mr Thierry BOUYAUX - Mr Jean-Paul ELUDUT - Mr Bertrand LEGRAND LA FOUILLE L'opération a donc
  • concerné deux tertres détériorés : Sur le premier (U.F.l), un arbre déraciné laissait entrevoir une amorce de structure en coffre. Le second (U.F.2) était particulièrement arasé après le passage d'un débardeur et d'une grosse grume. Les monuments sont distants de 11 mètres
  • . On peut d'ailleurs constater la grosse concentration de monuments sur une faible superficie dans la parcelle 25. Tout laisse penser que plusieurs tertres ont été détruits antérieurement, lors de travaux similaires, dans la parcelle voisine. L'étude des monuments a débuté par un
  • important travail de déblaiement et enlèvement de branchages, de souches en place. Par contre, le décapage superficiel s'est épaisseur de l'humus. déroulé La masse des rapidement, facilité par la faible cairns était en partie visible avant notre intervention. U.F.l La
  • méthode de fouilles utilisée ici diffère sensiblement de celle pratiquée habituellement sur ce type de monument. Après le décapage superficiel, de gros blocs de granit sont apparus et l'hypothèse d'une structure en coffre s'est confirmée. Il n'était donc pas nécessaire de dégager le
  • monument par cadran. Le tertre est de forme arrondie (2,80 m sur 3,60 m), allongé dans le sens de la pente du terrain. Il est évident que, malgré l'importance des matériaux mis en oeuvre, des éléments se sont affaissés dans la partie inférieure du cairn. UF 1 PLOUAY Mane
  • Oosty niveau 2 UF 1 coupas du coffre PLOUAY Mane G ost y De grosses pierres, certaines placées de chant, sont destinées à limiter cette poussée, sans pour autant former un véritable parement bien construit. Toutefois, la disposition en placage de l'ensemble est bien
  • soignée. La disposition du coffre, dans le quart nord-ouest est donc quelque peu faussée par l'affaissement de la structure (fig. 3). La souche de châtaignier évoquée plus haut a partiellement détruit la partie supérieure du coffre formé lui aussi de grosses pierres, sans pour autant
  • affecter sa forme générale. Long d'1,20 m pour une largeur moyenne de 0,60 m, il est orienté Est-Ouest. Le côté Est a une construc- tion relativement soignée ; on peut parler de maçonnerie en pierre sèche. Par contre, la face Ouest, légèrement arrondie d'un petit appareil inorganisé
  • . Le côté sud est légèrement incurvé, sans doute pour faciliter la mise en place d'une couverture à encorbellement dont l'amorce est manifeste (fig. 4). La hauteur du coffre est de 0,70 m, et sa base est légèrement creusée dans la roche en place. Une étude complète du
  • monument, supposant l'enlèvement du cairn et le démantèlement du coffre, devrait apporter des précisions sur le creusement de fosse. Le fond de celle-ci est aménagée et quelques pierres disposées à plat indiquent un dallage sommaire mais exceptionnel dans ce type de structure. Aucun