Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3845 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • of the relationship between land-use and settlement during the 1 ast two thousand years, took place from 25 August - 1 October in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the department of Morbihan in eastern Brittany. The ai m of the study is to détermine when
  • was completed in 1987, and a survey of ail standing buildings in the core in 1986. The complète study involves (amongst other éléments) analysis of documents, including the very détail ed cadastral maps and records of the early ni neteenth century. Thèse latter analyses have been completed
  • ; the cadastral work allows total reconstruction of the early rà neteenth- century ] andscape and is of parti cul ar value for the fieldwork programme (Asti 11 and Davies 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987)." The 1988 season involved sample excavation of parts of seven fields (B409, A92, A31
  • century as a metai rie (fig. 2). The field was permanent meadow in the early nineteenth century. In 1982 it was walked at 50m intervais and was classified as a 'médiéval site'; some Roman pottery was also recovered. In 1987 the field was gridded in 5m squares and walked for 'total
  • . It was original ly hoped to eut lm—wide trenches, 30m apart, acr oss the field, but the crop of maize prevented suc h ex t en si ve sampling. The f armer, however , kindly àgjeèd to the prématuré h ar vest i ng of some of the-? maize so théi we could ex cavale a 6m square. The square (T36
  • , and the majority (577.) of the post-medi eval wares was ni neteenth-century . Smal 1 quanti ti es of brick and tile were recovered but only from the first three spits (total 23 fragments, 0. 787kg) . Context 1, however, had in addition to local quartz and quartzite large quantities (120kg
  • , fill 20). None of thèse pits produced finds. The layer into which thèse pits had been eut was a yellowish clay with charcoal flecks and it overlay a degraded quartzitic Ordovician mudstone (31: 05a/05-6) . The surface of this layer sloped in the opposite direction to that of context
  • -orange clay (24) from the surface of which came 20 sherds of Iron-Age pottery, the majority of which were of Fabrics 86 (607) and 89 (257). There was no sign of feat ures eut into this layer, which 1 ay directly on the degraded, manganèse— stai ned , quartzitic bedrock (05a) (33
  • an agr i cul tural phase at a time when the topography of the field was not so pronounced. The pits eut into this layer represent a change in land-use and presumably indicate the présence of a nearby Iron-Age settlement. The clean and pottery-free fills would argue against use
  • Roux) documented from eighteenth and fifteenth centuries respect! vel y , with a possible médiéval structure near T36 (see fig. 2). It is potentially of the highest significance for long—terni settlement history and would merit a much more extensive investigation. A92 (Ruffiac
  • ) and A31/79 below, suggest a firstand second-century date for the occupation of the nearby, but still unlocated, structure. The later ditch (11) was filled with structural material from this building. The absence of post-second-century pottery from the excavations and fieldwalking
  • suggests that the building did not stand long after the second century, and hence that this ditch fill from the building took place at or shortly after that time. It is difficult to suggest a function for the earlier ditch (5 and 10) other than for drainage. The présence of Iron-Age
  • was built and may have been made redundant by its construction - hence the fills. Although, then, excavation of A92 was very limited, it cl earl y demonstrates that. there was a Roman-period building on or near the ridge, which was occupied in the first and second centuries
  • and was destroyed or collap>sed in the second century, with no subséquent occupation of that parti cul ar site. A31/79 (Ru-ffiac ZN 119) A3 1/79 is situated 4 00m north of Petit Madou in Ruffiac; it stretches from the crest of a ridge on the 40m contour down the north-east slope of a small
  • valley. Near the top of the slope and near the valley bottom are two breaks of slope which follow the contours and could therefore be lynchets or river terraces (fig. tf.) . The ancien cadastre shows this area to have been arable in the early nineteenth century. The two fields A31
  • the second century, or even in the prehi stor i c period, since i t does not respect, any of the? demonstrâbly Roman ditches or pits (see fig. 4). It is, however, différent from other s that have been excavated: the 1 ynchet lacks a ditch or bank at its core, as did Tl , T2, and T35 (see
  • Asti II and Davies 1985, 90-5; and below, D153) . With the exception of the features at the bottom of the slope which are associated with modem attempts at drainage, the pottery suggests that ail the pits and ditches ware filled in or after the first and second centuries AD
  • , it looks as if the field was used for agriculture at a time when firstand second-centur y pottery was being discarded; in this case the ditches are likely to have been field or enclosure ditches of the first and/or second century. It is clear from the worn condition of the pot
  • that this phase of agricultural land-use lasted for some time without fresh sherds being added; indeed, at least. two ditches were reçut. There is, however, one ditch R (64) and its reçut (3) that do not fit this pattern for they were larger and were dug at right angles to the other
  • . To a certain ex tent the results from A31/79 are similar to those from A92, one and a half km away, despite the considérable différence in data derived from the surface. Both sites are located on ridges and both suggest nearby structures occupiéd during the first and second centuries AD
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • that are mapped, far less than in 1984, while a further 39% were up to 500m, and 25.6% more than 500m, away; it was largely sites in F that caused this anomaly. Comparison was systematical ly made with the early nineteenth-century pattern of land-use and settlement, as evidenced by the ancien
  • in nineteenth-century meadow and/or pasture (3.8%), marginal 1 ande (unculti vated land, not fallow - a high 8.6%), woodl and (0.5%), curtilage and areas of mixed land-use; ail but the latter suggest some measurable change in land-use by indicating pre-nineteenth-century arable or settlement
  • interests put their mark on this landscape. The bank, which lies in an area of nineteenth-century meadow and is not shown on the ancien cadastre, may therefore relate to earlier land-use; the lynchet lies at the edge of the château arable, about which - at least - it should furnish some
  • EAST BRITTANY SURVEY: QUST-VILAINE UATERSHED REPORT ON FIELDWORK IN MARCH-APRIL 1985 The fourth season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, multi-discipl inary study of the rel ati onshi p between land-use and seulement during the last two thousand years, took
  • ; in addition, environmental analysis and a survey of standing buildings is being undertaken. The larger study involves (amongst other éléments) analysis of documents, including the very detailed cadastral maps and records of the early nineteenth century (Asti 1 1 and Davies 1982a, 1982b
  • cadastre, as usual. More than three-quarters of the concentrations (80.2%) lay more than 100m away from early nineteenth-century settlements and only 7.5% lay within 50m of them. (This is not signif icantly différent from distances from modem settlements). Surface material tends
  • to be found within areas of nineteenth-century arable, as always - especially in bandes (literally 'bands 1 , arable divided into tenant parcels) - and the proportion was comparable with that of 1984 (70.1% of concentrations in 1985, as compared with 66.7%). The remainder occurred
  • . In some parts cadastral land-use, naming and road patterns themselves indicate former settlement sites, especially where very small fields of very mi scell aneous^ land-use are arranged in relation to tracks, like the curti 1 agesand clos that surround settlements both now
  • and in the early 'nineteenth century (Astill and Davies 1982b: 21f, 31). Thèse cadastral suggestions coincided with fields that produced concentrations of surface material at the post-medieval 'site' C470 and, more arguably, the post-medieval 'probable site 1 C473, although no buildings were
  • indicated there in the nineteenth century. One concentration was located in an area which had standing, inhabited, buildings in the early nineteenth century, but which is now devoid of structures or earthworks: F212, a 'possible site' (médiéval and post-medieval ) . Overall
  • or schi ste; the imported material is notably absent from fields cleared of woodl and since the 1 ate nineteenth century. Fieldwalking in 5m squares ('Total' Coll ecti on ) In order to investigate the nature of sites identified in transect walking, as in 1983 and 1984 some fields
  • contour in a flat area. In the early nineteenth century it 1 ay on a track and was part of a block of arable in the ' château landscape' associated with La Meule, 125m to the west (a landscape where seigneurial 1 and management introduced distinctive rectangular field shapes, greater
  • ) and 6.36 fragments of brick and tile (115.57g). The assemblage included second-century central Gaulish Samian and rims of third/fourth-century types; thirty-eight pièces of tegul a and twenty-nine of imbrex; three pièces of haematite (310g) and two worked flints. Magnetic susceptibil
  • in an area that was extensive 1 ande in the early nineteenth century. Previously, there was little to suggest that it was cultivated before the twentieth century and it is clearly in a zone that was marginal for most of the historic period: the nearest settlement (La Bridelaie) is 500m
  • . The results confirm the impression that this 1 and was not brought into cultivation until the twentieth century, and confirm the classification made on the basis of transect walking - the field real ly is 1 bl ank 1 . B347 lies on a slight east-facing slope at 35m, beside a stream, and its
  • size is 0.44 hectare. In the early nineteenth century it was part of an area of water meadow, 250m from the nearest settlement of Le Cleu. 0.3 Roman sherds per square were collected (2.11g), with 0.4 médiéval sherds (1.63g), 0.31 post-medieval sherds (1.71g) and 2.38 fragments
  • of brick and tile (50.82g). The assemblage included second-century Roman wares, fifteen fragments of tegul a and one of imbrex. Médiéval and post-medieval pottery were gênerai 1 y distributed over the field but both Roman pottery and brick and tile cl ustered in the north-eastern third
  • lynchet some 1.8m high. This area is near the northern periphery of the Ruffiac commune, and the ancien cadastre indicates that it was a zone of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Set within the 1 ande was the petit château of Coetion, with its metai ries (associated
  • of arable characteristic of the ' château landscape". Since the château appears to have been built by the seventeenth century, and the associated landscaping at least considerably pre-dates the nineteenth century, the settlement at Allô was presumably abandoned before seigneurial
  • characteristic of the région in the sixteenth to early eighteenth centuries was notable: only 3% of post-medieval pottery was recovered, and that mostly modem. There was no apparent zoning of particular fabrics, which would suggest a constant accumulation of soil produced by near continuous
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • years (58,9% of concentrations in 1986, as compared with 70. 1% in 1985). The remainder occurred in n i net eenth-century meadow or pasture (an unusually high 12.5%), marginal 1 an de ( un c u 1 1 i vat ed land 10.77.), curtilage (5.47.) Concentrations of material in and areas
  • (Ruffiac ZK67a) A92 is very close to Les Landes de la Ruée on the crest o-f a ridge some 700m from La Hattaie (fig. 5). At the time of the anei en cadastre the field was u n d e
  • of fieldwork, itself part of a larger, mul t i -di sci pl i nary study of the relationship between land-u.se and settlement during the last two thousand years, took place from 21 March - 5 April and 6 -- 27 September in the communes of Ruffiac, Treal, St~Ni col as-du-Tertre , Carentoir, La
  • nineteenth century» This latter analysis has been completed and is of parti cul. ar significance for fieldwork because it allows complète reconstruction of the early ni neteenth-century landscape (Astill and Davies 1982a, 1983, 1984, 1985). THE EASTER SEASON The 19S6 Easter season
  • the ancien cadastre , as usua 1 . More than three-quarters of concentrations of pottery (76.7V.) 1 ay more than 100m away from early n i net eenth-century settlements and only 12» 5% 1 ay within 50m of them» (The former is only slightly higher than distances from modem settlements
  • and the latter proportion the same.) Surface material tends to be found within areas of ni net eenth-century arable, as always especially in bandes (1 itérai ly 'bande' , arable divided into tenant parcels) and the proportion was comparable?, though slightly smal 1er, with that of earlier
  • of mixed 1 and— use. 1 an des (like B2S and D52) and meadow early ni net eenth-century (ilke BS7 and B90) demand some further investigation, since they previous to the nineteenth imply either arable use or settlement century; sites 1 i ke G21S, 220 and 221, lying in the di sti net i vel
  • y managed landscapes associated with pet i ts further investigation because such château;-: , also warrant areas tend more traces of earlier landscapes. to préserve Add i t i on al 1 in some parts cadastral land— use, naming and road suggest. former settlement sites (Asti 11 p
  • .Land whiie 14/. were on south-f aci ng and 19.37. on east-facing slopes. Upland concentrât i on s were not especially notable, with only a quarter lying between the 50m and 75m contours (28. IX) 5 almost a half 1 ay between 25m and 50m (49.17.). Somewhat less than a half
  • of Augan commune centre, Here there was a marked change in topography - as the and in modem land management — as we moved also in the bedroc north 5 it was with steeper rnuch higher hi 1 1 s and some north/south valleys; but farms (and often fiel ds and houses) were biqger
  • -medi eval , and 11.87. more than the necessary minimum proportions of médiéval and post-medi eval sherds. 13.77 had a. prédominance of building material and the rest had more than the necessary minimum of building material and pottery. Despite the changes in topography and land
  • , are still in use?» Concentrations of material in N tend to be on higher land (ail over 50m and 58,27» over 75m), reflecting the generally higher topography, and tend to be cl oser to streams (517. within 250m of a mapped stream) . Fewer sites are on flat land (14.37.) than is gênerai
  • was found on the surfaice (see Table 3),, Identification of the lynchet by T4, T5 and T6 confirma the 1985 resuit s suggested by T2? the lower si opes of the valley had been in arable use in the médiéval period but had been turned over to meadow by the nineteenth century, perhaps
  • from fieldwalking» The T4 features were excavated in an area where there was a small amount of médiéval pottery and high phosphate concentrations» While the small quanti ty of pottery is commensurate with the agricultural nature of the médiéval land-use, the high phosphates around
  • arable land-use and smal 1 enclosures (çl_os) , with two buildings and ? walled yards inside its western edge - since démoli shed. The site of thèse buildings i s presumably now marked by a remembrement mound near the junction of the two road s. Excavation strategy was the same
  • . Further areas
  • of a new fabric. The ri m forms were similar to those recovered from the médiéval settlements of Plumelec and Melrand, and are probably of t. we 1 f t h t o t h i r t een t h -c en t ur y date ( An d r e , 19 74 , 32-3 5 An d r e , 1982, 168-9); see fig. 6, H145-1, 2, 3. A thick (40cm
  • because it shows that that part of Quoiqueneuc was occupied by the thirteenth century; hence, the buildings recorded in the ancien cadastre on the edge of H 145 did not represent a post-medi eval extension of an earlier settlement. , but an aspect of the médiéval settlement pattern i t
  • -f an enclosure, but the -failure to -find a turn would argue against this, and may suggest that it was eut merely to drain the land. The mixed date range o-f the pottery ■from this ditch makes it impossible to suggest a firm date for i t. The évidence for a holloway, replaced
  • east of La Hattaie (fig. 4). The field is in a low-lying position and si opes very slightly down to the north. The ancien cadastre shows that H80 was an area of mixed land-use, parti y cultivated in strips but also with 1 an des (uncul ti vated ) and pasture, in small enclosures
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • ' areas in which nothing - or virtually nothing - can be found on the surface. It looks as if thèse 'blanks' are fields on land not cultivated in the historic period until the twentieth century; sometimes they are in areas clearly utilized as woodland until very recently. In P
  • éléments) analysis of documents, including the very detailed cadastral maps and records of the early nineteenth century. This latter analysis has been completed and is of psrticular significance for fieldwork since it allows complète reconstruction of the early ni neteenth-century
  • (see fig. 1). M was in 1986, and six fields walked then: the alignment transect was slightly changed in 1987 to ensure coverage of a cross-section of land-use types Carentoir and the Vilaine. to the started of this adéquate between Sui table fields under plough and with young crop
  • . However, P, an area topographi cal 1 y characterized by the drop of land down to the River Oust, was not dissimilar to the eastern section of M, where the land dropped down to the River Vilaine; here, for a comparable distance, 6.77. of fields walked had notable concentrations
  • the 'blanks' lay on the steep si opes around La Hennelaye and Le Haut Couëdic. In R the 'blanks' lay near the Carentoi r /Combl essac commune boundary and on the steep si opes to the north east of this area; also north of Comblessac bourg , in and around the Lande de Craon. There were also
  • (23.8%) - north-east especially; in R on east-, north-eastor south-east-f aci ng slopes (37.77.) - east especially. In P 37% lay on -Fiat land, in M 19.47. and in R 22.6%. Ail this is unremarkable in the light of the prevailing local topography. Présence of the imported schi stes
  • . Previous work suggests that they reached the fields in the course of manuring and are therefore probably a useful indicator of pre-twenti eth-century manuring patterns. As in the core communes and in Transect N, it is again notable in thèse sample transects that there are some areas
  • on the north-east side of the high land near the Carentoi r /Combl essac boundary and none by the wood in the Lande de Craon, both areas lacking surface pottery too. There was little or no pink material on the western and south-western si des of this high land, and none from Couè'dillan
  • north east to Comblessac, as also north from Comblessac to the Lande de Craon. The pattern of occurrences of the schi stes in thèse transects suggests that the pink schi stes . i.e. material from the Guer quarries, may wel 1 have been the earliest to be used in the roofing industry
  • by smelting iron ore in shaf t f urnaces; that from R9, however, weighed 2kg and came from the bottoms of bowl furnaces; first- and second-century pottery was collected from the surface in this 6 area. This season 's work has produced several indications that the core communes
  • , adding a further 13 fields to the 26 from which 'total collection' has been made. Transcription of land-use information from mi scel 1 aneous thirteenth- to ei ghteenth-centur y archives in Vannes, Rennes and Nantes was completed in August and September 19B6 by Lesley Ritchie, who
  • de recherche sur le terrain dans l'est de la Bretagne', Arch. en Bretagne . 35, 24-42. Astill, G. and Davies, W. 1983 'Recherches dans l'Est de la Bretagne - 1983', Arch. en 13-23. sur le terrain Bretagne. 39, Astill, G. and Davies, W. 1984 'Prospection dans l'Est de la Bretagne
  • . Résultats de la campagne de mars-avril 1984', Dossiers du CRAA. 12, 49-59. Astill, G. and Davies, W. 1985 'Prospections archéologiques dans l'Est de la Bretagne. Prospections de terrain en mars-avril 1985', Dossiers du CRAA. 13, 85-9B. Astill, G. and Davies, W. dans l'Est de la Bretagne
  • : CRAA. 14, 111-20. Gai lia. 35 (1977): annual report. 19Bé> 'Prospections archéologiques mars-avril 19B6', Dossiers du Direction des Antiquités de Bretagne Galliou, P. 1977 'Les importations céramiques du IVe siècle en Armorique', Fi ql i na . 2, 85-95. 8
RAP03605 (BRANDIVY (56). Notre-Dame de Lanvaux, abbaye Cistercienne. Rapport de PT 2015)
  • conservé aux A.D. Morbihan (2 H 36). A noter qu’un document non daté de la même liasse indique une fondation en 1137. 8 ROSENZWEIG, 1895 ; JEANNERET, 2016. 9 Le cas est similaire pour Notre-Dame de Bégard et toute sa filiation, à l’exception de l’abbaye de Coëtmalouen pour laquelle des
  • . 12 GUILLOUX 1890a et 1894. 13 2 h 30, A.D. Morbihan ; LE MENE, 1902. 29 XIII e -XV e siècles On retrouve au XIIIe siècle d’autres actes, toujours assez peu nombreux, avec notamment en 1224 la confirmation de la donation d’un étang, situé entre l’abbaye et le village de
  • général22. C’est également à cette époque, vers 14 2 h 30, A.D. Morbihan ; ROSENZWEIG, 1895 ; LE MENE, 1902. 15 MORICE, 1750, p. 170-171 ; GUILLOUX, 1896, p. 11-16. 16 MORICE, 1750, p. 171. Le manque d'informations est d’ailleurs souligné par Dom Morice : « Quel en fut précisément
  • : Comparaison entre le plan de 1831 et le cadastre de 1856 (A.D. Morbihan) 34 Lanvaux 2018 – Rapport de prospection thématique avec sondages 1.2.3 État de la recherche Les études sur les cisterciens en Bretagne sont pour la plupart anciennes et essentiellement le fait d'historiens
  • avoir supporté la boue, les ronces et les horaires, tout en gardant de l'entrain, À Jean-Baptiste Vincent, collaborateur et à l’origine du projet, lequel m’a encouragé à étudier le monachisme cistercien en Bretagne. 3 Table des matières Remerciements
  • .................................................................................................................. 36 1.4 Méthodologie..................................................................................................................... 37 1.5 Mise en œuvre ................................................................................................................... 37
  • ..................................................................................................... 181 3.2.4 L’espace de l’abbé : le secteur de la maison abbatiale ............................................ 182 3.2.5 Les vergers, champs et terrasses en périphérie de l’espace conventuel................... 183 3.2.6 L’organisation des différents secteurs
  • Bégard (Côtes-d'Armor), l'abbaye aurait été fondée en 1138 à la demande d’Alain de Lanvaux, un seigneur local. Cependant, l'absence d'acte de fondation et d’actes des premiers siècles de l’abbaye laisse un hiatus important dans notre connaissance du processus fondateur et de
  • , couplée d'une investigation topographique et archéologique sur le milieu et le bâti des rares vestiges encore en place. Les opérations archéologiques effectués à l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux (arrêtés n°2015-037 et 2016-030) s'inscrivent dans le cadre d'un Master 1 et 2 d'Archéologie
  • l’espace monastique. Le site est situé en bas du versant nord de la vallée, à la rupture avec la plaine alluviale et au niveau d’un point de résurgence en eau, attesté par deux sources. Pour permettre l’implantation des bâtiments conventuels à proximité des zones humides, notamment le
  • textuelles et iconographiques, de proposer une restitution de l’organisation de l’abbaye pour l’époque moderne, tout en identifiant les infrastructures conservées pour la période médiévale. Cela nous permet aujourd’hui d’identifier précisément la morphologie de l’aile des moines (rez-de
  • , n’a pu être restitué dans son ensemble. Cette aile est précisée comme logis de l'abbé dans les textes de la période moderne avant qu’un bâtiment séparé, à l’écart du carré claustral, soit construit à la fin du XVIIe siècle. Des cours et des écuries, aujourd’hui invisibles en
  • surface, ont pu être replacées par la confrontation de plans modernes avec les éléments encore en élévations. Les sondages ont également révélé que les niveaux d’occupations modernes, au niveau de l’aile des moines et du cloître, étaient conservés sous 1 m de remblais. Cette différence
  • d’altitude entre les niveaux actuels et anciens permet désormais de reconsidérer la morphologie du site ainsi que les élévations conservées, plus importantes que ce qui apparait en surface. 11 Certaines questions demeurent en suspens concernant l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux, notamment
  • l'abbaye dans leur environnement et de fournir une première approche de la stratigraphie du site, ce qui était absent de la bibliographie disponible. Le site est actuellement en vente et cette prospection a également permis d’établir un état de conservation pour prévenir une possible
  • Responsabilité scientifique : • Édifice religieux • Implantation • Système hydraulique • Géomorphologie Merlin Muzellec En collaboration avec JeanBaptiste Vincent Mobilier : • • • Référence cadastrale : Dates d'intervention : Commune : Brandivy Année : 2007 Section : 000 ZA 01
  • de l’Archéologie : Yves MENEZ Conservateur régional de l'archéologie Anne-Marie FOURTEAU-BARDAJI Conservatrice en charge du dossier, Gestion Morbihan hors secteur UNESCO Service départemental d'archéologie du Morbihan : Karine VINCENT Archéologue - Responsable d’opérations
  • : Responsable scientifique : Merlin MUZELLEC en collaboration avec Jean-Baptiste VINCENT Équipe bénévole : Luca BANCHETTI, Marie BISSON, François BOUNOURE, Lydia GUERIN, Malo LEMÉE, Morgan LOUESDON, Baptiste MENARD, Alexandre MOREL, Pierre ROHÉE 14 Lanvaux 2018 – Rapport de prospection
  • – Rapport de prospection thématique avec sondages 1. Cadre d’opération Deux opérations ont été menées sur le site de l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux. Tout d'abord une prospection archéologique, à savoir un relevé topographique du site au cours de l'année 2015, puis en 2016, l’ouverture
  • de sondages archéologiques à l’intérieur d’une tranchée du XIXe siècle qui traverse le carré claustral. Ces études de terrain sont effectuées dans le cadre d'un mémoire de Master 2 en Archéologie des périodes historiques, dirigé par Pierre-Yves LAFFONT à l'Université Rennes 2. Les
RAP03383.pdf (RENNES. Église Toussaints : la sépulture de Louis du Plessis (†1661). Rapport de sondage)
  • Mobilier Objet métallique, Habillement, Inscription La conservation exceptionnelle de corps bien préservés dans des cercueils en plomb permet d’appréhender la chaîne opératoire intégrale de l’intervention post-mortem grâce à une approche pluridisciplinaire autour des questions
  • , Stucture funéraire, Sépulture La découverte fortuite et isolée, pendant les travaux de réfection des sols de l’église Toussaints de Rennes, d’un cercueil en plomb, a entrainé la mise en place d’une intervention de sauvegarde des données. Affleurant sous le dallage de l’église, le
  • cercueil était partiellement endommagé et présentait des ouvertures par lesquelles des pièces en textiles et un corps étaient reconnaissables. Une procédure d’urgence mise en oeuvre sous le contrôle du SRA Bretagne a permis d’éviter une altération des matières organiques et une première
  • 13 Arrêté de désignation 14 II. Résultats 17 1. Présentation de l’opération 19 1.1. Origine et mise en place de l’opération 19 1.2. Problématiques : le traitement des cadavres aristocratiques à l’Époque moderne 19 1.3. Le contexte archéologique
  • . Les éléments textiles liés à la préparation du corps 53 3.4.7.1. La couche 3.4.7.2. Les fils de suture 53 3.5. Qui était Louis de Bruslon du Plessix et pourquoi fut-il inhumé en l’église Toussaints de Rennes ? 55 3.5.1. Contexte : le collège Saint
  • -Thomas et sa chapelle 3.5.2. Louis et sa famille : une noblesse d’extraction du Rennais 3.5.3. Les Bruslon et le collège Saint-Thomas : une histoire de famille 55 59 62 3.6. Mise en perspective de la découverte à la connaissance des rites funéraires du XVIIe dans les
  • Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Paul-André Besombes, Inrap Conservateur du Patrimoine Contrôle scientifique Michel Baillieu, Inrap Directeur -adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Rozenn Colleter, Inrap
  • Contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional GO Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap Directeur-adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Thomas Arnoux, Inrap Délégué du directeur-adjoint scientifique
  • et technique Mise en place et suivi de l’opération Isabelle Girond-Audéoud, Inrap Conseillère Sécurité Prévention Sécurité, Prévention Rozenn Colleter, Inrap Chargée de recherches Responsable scientifique Olivier Laurent, Inrap Gestionnaire de centre Mise en place et
  • Toussaints (Rennes-35) Notice scientifique La découverte fortuite et isolée, pendant les travaux de réfection des sols de l’église Toussaints de Rennes, d’un cercueil en plomb, a entrainé la mise en place d’une intervention de sauvegarde des données. Affleurant sous le dallage de
  • l’église, le cercueil était partiellement endommagé et présentait des ouvertures par lesquelles des pièces en textiles et un corps étaient reconnaissables. Une procédure d’urgence mise en œuvre sous le contrôle du SRA Bretagne a permis d’éviter une altération des matières organiques et
  • une première étude du corps à l’Institut Médico-légal de Rangueil Toulouse, avec un prélèvement optimal d’échantillons pour permettre des études complémentaires postérieures. La conservation exceptionnelle de corps bien préservés dans des cercueils en plomb permet d’appréhender la
  • mise en place de l’opération La découverte fortuite et isolée, pendant les travaux de réfection des sols de l’église Toussaints de Rennes, d’un cercueil en plomb, a entrainé la mise en place d’une intervention rapide de sauvegarde des données, sous le contrôle du SRA Bretagne
  • . Affleurant sous le dallage de l’église, le cercueil était partiellement endommagé et présentait des ouvertures par lesquelles des pièces en textiles et un corps étaient reconnaissables (fig. 1). À notre arrivée, le 21 avril 2015, une forte odeur de pourriture et quelques rares insectes
  • contamination et la dégradation de l’ensemble de la dépouille. Dans un second temps, une procédure mise en œuvre avec le SRA Bretagne vise à extraire en urgence la cuve pour éviter une altération des matières organiques et une première étude du corps est pratiquée à l’Institut MédicoLégal de
  • Rangueil Toulouse avec un prélèvement optimal d’échantillons pour permettre des recherches complémentaires postérieures. La très bonne conservation des matières organiques envisagée dans ce type de contenant a motivé d’emblée ce partenariat qui avait déjà été mis en place en 2014 pour
  • chronologies abordées, et la volonté de préserver des cadavres par l’embaumement en est un aspect bien documenté (Aufderheide 2003). Si ces interventions régressent en Europe au tout début du Moyen Âge, elles semblent revenir en force à partir du xie siècle, quand il faut trouver une
  • l’église Toussaints (Rennes-35) aux Croisades médiévales contre l’Orient (Saint Louis), la pratique des funérailles multiples, issue de la tripartition des corps ou Dilaceratio coropris (dissociation du cœur, des entrailles et du corps du défunt), se développe en Occident à partir du
  • centré autour de temps forts : l’exposition du corps, le convoi funéraire, l’office religieux et la mise en bière (Chrościcki et al. 2012). Les témoins matériels de ces pratiques se distinguent alors par l’utilisation de plus en plus fréquente de cercueils et cardiotaphes en plomb
  • sphères de l’aristocratie locale, également adeptes (Colleter et al. 2016). Si aujourd’hui les recherches progressent sur l’embaumement médiéval et moderne notamment grâce à la rédaction de synthèses en Angleterre (Westerhof 2008), en France (Bande 2009 ; Chrościcki et al. 2012), en
RAP03312.pdf (CHARTRES-DE-BRETAGNE (35). ZAC des Portes de la Seiche, tranche 1B1. Rapport de fouille)
  • , du Pré de Pellan seigneur de Carcé, vendit à la société d'exploitation minière la terre et seigneurie de Carcé, avec les fiefs et les droits qui en dépendaient (Bossard 1919 : 118 ; A.D. I.V., E. minutes de Baudoin, 17 oct. 1754). L'exploitation de la mine engendra un détournement
  • Châtillon-sur-Seiche, le grand fief de Martigné en Laillé et d'autres encore (Bossard 1919 : 125 ; A.D. L.A., B 2097, Bruz 1496, et B 2165 aveu d'Hertot Mauvy). Le seigneur de Carcé exerçait sur tous ses fiefs une moyenne et basse justice. RÉSULTATS SCIENTIFIQUES b) Chartres-de
  • ). On trouve ensuite les mentions Ecclesia de chartis en 1214 (B.M.de Rennes H cartulaire de l'abbaye Saint-Melaine, f°57 ; Bossard 1905 : 420), terrouer de Chatres en 1397 (A.D. L.A. B 2117 ; Bossard 1905 : 420), In medietaria sua de chartres en 1421 (B.M.de Rennes H cartulaire de l'abbaye
  • dressaient sur la lande de Teslé en Sain-Erblon (Guillotin de Corson 1897-1899 : T2, 177-178). Au XVIIIe siècle, Fontenay est qualifié de baronnie. Son pouvoir s'étendait sur 9 paroisses : Chartres, Noyal-sur-Seiche, Châtillon-sur-Seiche, Saint-Jacques-de-laLande, Saint-Erblon, Bourgbarré
  • aménageur VILLE DE CHARTRES-DE-BRETAGNE FOUILLE PRÉVENTIVE RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Vue du four à chaux F101 en cours de fouille. Cliché B. Leroy © Éveha, 2016. Bretagne, Ille-et-Vilaine Fouille préventive du 31/08/2015 au 09/10/2015. Prescription n° 2015-094
  • qu'ils ont été en fonction entre la seconde moitié du XIVe et la seconde moitié du XVe s. Suite à leur abandon, les fours et de même que l'ensemble de la zone ont fait l'objet de nombreuses phases de remblaiement entre les périodes moderne et contemporaine. 35 066 Les investigations
  • rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • céramique 3.1.1 Méthodologie 3.1.2 Étude des pâtes 3.1.3 Description par structure 3.1.4 Essai de classement typologique 3.1.5 Synthèse 121 121 121 123 3.2 Étude de la faune 3.2.1 La méthodologie mise en œuvre 3.2.2 Présentation des données 3.2.3 Comparaisons et interprétations 124
  • 1 INVENTAIRE DES DONNÉES DE TERRAIN 208 2 INVENTAIRE DU MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE 208 2.1 Inventaire général du mobilier 222 2.2 Inventaires descriptifs de certaines catégories de mobilier 2.2.1 La céramique 2.2.2 La faune 2.2.3 Le mobilier métallique 2.2.4 Le mobilier en
  • l'Époque moderne. Ils sont matérialisés par deux importants fours à chaux et les vestiges des installations associées, dont un système de fossés et les fondations d'un petit bâtiment. La datation du bâtiment et celles effectuées au niveau des deux fours montrent qu'ils ont été en
  • nombreuses phases de remblaiement entre les périodes moderne et contemporaine. Une seconde activité artisanale, en lien avec l'extraction de l'argile, vient s'implanter en partie orientale de l'emprise de fouille, au sein d'une ancienne mare. Les reliefs observés sur les parcelles
  • voisines permettent d'estimer que la zone d'extraction avoisinait dans sa totalité 4 000 m². Le chemin traversant le site d'est en ouest, toujours utilisé dans les années 1950, permettait vraisemblablement d'y accéder à l'origine. L'extraction, datée de la toute fin de la période
  • de la fin du XXe siècle. Le site de la ZAC des Portes de la Seiche fournit des éléments supplémentaires pour le patrimoine artisanal de la commune de Chartres-de-Bretagne. La nature géologique singulière de la zone pour le massif armoricain a en effet motivé, dès l'Antiquité, le
  • encore visibles à Lormandière, au nord de la commune. En ce qui concerne la production céramique, pour laquelle l'extraction d'argile est nécessaire, les premières installations connues sont celles de Fontenay, datées des XIe-XIIe siècles ; au niveau de ces dernières, la matière
  • en lien avec les dernières productions potières du début du XXe siècle à Chartres-de-Bretagne. 4 ABSTRACT The excavation located in Chartres-de-Bretagne, ZAC des Portes de la Seiche, have revealed remains from medieval, modern and contemporary period. The main layout is dated
  • to the late medieval and early modern period. Two lime kilns, related to a ditch system and the foundations of a little building have been found. The kilns and building 's datations revealed that they were in use from the second half of the XIVe century to the second half of the XVe
  • century. After their abandonment, the kilns and the entire space were subjected to several phases of fillings between modern and contemporary period. A quarry for extracting clay, located into an ancient pond was partially revealed. It would mesured about 4 000 m². The extraction
  • , dated from the end of modern period to XIXe century, was conducted into lined up square shape pits. The pits were separated by a little mound of clay. DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 5 LOCALISATION CARTOGRAPHIQUE Fig. 1 – Localisation du site dans le
RAP00518.pdf ((35). le bassin de Rennes. rapport de prospection inventaire)
  • centre, second siècle. 10) -11) Curie 15. Gaule du centre, A.D. 150-200. 12-13) Drag. 15/17. Gaule du centre, A.D. 60-100. 14-36) Fragments indéterminés, mais surtout de Gaule du centre. 37-43) - quatre fragments de gobelets en céramique métallescente de Gaule du centre, second
  • indéterminée , Gaule du centre, second siècle. 35.196.001 MORDELLES. Sermon 1) Drag. 35. Gaule du centre, A.D. 60-100. 2) Drag. 37 . Gaule du sud, A.D. 100-120 ( frise de chevrons imbriqués en bas de panse et oiseau Osw. 2226 à droite ). 3) Drag. 24-25. Gaule du sud, avant A.D. 60. 4
  • barbotiné) . " " » ". 27) Fragment de vase du même type. " " " ". 28) Fragment de gobelet en céramique métallescente. Gaule du centre, fin second siècle. 29) Fragment de terra rubra ( cruche ?). Gaule du centre, premier siècle. 30) Drag. 15-17. Gaule du sud, A.D. 60-100. 31
  • centre, second siècle. B/ La Poterie 3) Drag. 18 . Gaule du centre, A.D. 50-80. 8) Id. ( fragment du précédent ?) 10) -11) Fragments de plats indéterminés. Gaule du sud, fin du premier s iècle. 12) Drag. 27. Gaule du sud, fin du premier siècle. 13) Drag .37, avec frise imbriquée en
  • Prospection Archéologique dans le Bassin de Rennes rapport 1983 q.ra. m.j.c. Pacé La Prospection Archéologique dans le Bassin de Rennes en 1983 Groupe de Recherches Archéologiques de la Maison des Jeunes et de la Culture de PACE (35) Gaël CHERUEL Jean -Michel COLLET
  • Nicole GAUDICHON Véronique LE HELLEY Frédéric LEMAIRE Yann LE POGAMP Bernard LEPRETRE Stéphane PEENEC Alain PRIOL Jac ques-Albert RAULT Alain PROVOST LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE DANS LE BASSIN DE RENNES en 1983 Le Groupe de Recherches Archéologiques de la Maison des Jeunes et de
  • la Culture de PACE (35) a poursuivi en 1983 la prospection intensive du Bassin de Rennes, avec l'autorisation de la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne. Le cap du 100° gisement inédit a été franchi cette année. 26 gisements ont été prospectés dont 22 inédits. 4
  • toponymes "La Haie Perrière" et "La Croix Belfer".On subodore, dans cet ensemble un petit Vicus sur une voie reliant Rennes aux gisements ferrifères de la région de Combourg récemment prospectés par le CeRAA. Enfin, le très intéressant gisement gallo-romain des "Tertres" en La Chapelle
  • des Fougeretz a fait l'objet d'une prospection quadrillée rendue possible par la "révélation" en surface d'une image nette du gisement due à des conditions exceptionnelles de labour non suivi de hersage. Un édifice, probablement cultuel. des dépotoirs ont été relevés sur plan. La
  • découverte d'un fr. de moule de déesse-mè re laisse entrevoir la possibilité d'une fabrique de statuettes en terre-blanche. A ce rapport est incluse une première expertise des céramiques sigillées collectées en surface de plusieurs gisements ru- raux du Bassin de Rennes. Expertise de
  • trouvailles sont rares. b) -des importations non négligeables au Bas-Empire, d'Argonne notamment. En 1984 le GRA MJC de Pacé entend poursuivre la prospection du Bassin de Rennes tant par la prospection au sol que par la prospection aérienne, notamment sur les marges Nord et Ouest du
  • Bassin, ainsi qu'à l'Est et au Sud de Rennes. D'ores et déjà, 6 nouveaux gisements ont été repérés et sont en cours de fichage. Alain Provost GISEMENTS INEDITS 1) BREAL SOUS MONTFORT - LA VALLEE - REGNIER Gisement de Tégul ae sur un versant au midi - parcelles 45,47, Section
  • de fours ou foyers, n'a pas été cerné en raison de la perma- nence des prairies. Outre des tégul ae, 2 tessons de céramique sigillée du Ilème siècle dne ont été recueillis. NGF:66 Coord.Lamb. II : 0X= 285,200 0Y=2. 358,750 3) GEVEZE - LE CAS ROUGE Gisement pré-romain et
  • gallo-romain étendu sur un versant à l'Est, sur au moins 4 parcelles de la section BI, du cadastre de I965;en 68:tégulae, briques et I tesson de céramique sigillée .En 82:tégul.ae, jattes pré-romaines , céramique commune, tetra-nigra et fumigée. L'enquête auprès de l'agriculteur
  • a révélé l'existen- ce de substructions en 47 et la découverte d'une monnaie, non conservée à la ferme, en 74. Ces parcelles en prairies seront à prospecter. A noter outre le toponyme "Le cas rouge" le micro-toponyme " Clos de l'église" en 79. Source importante en 51. NGF : 95
  • ) GEVEZE - LES AUBIERS: Gisement postr-médiéval attesté par des tuiles plates, briques, moellons, des tessons de céramique vernissée, des grès etc.. parcelle 22, sec- tion AI, cadastre 1965 en bordure d'un ancien chemin. NGF:80 Coord.LamblI : 0X=29I,000 0Y=2.368,I75 6) MELESSE
  • parcelle II57;on a relevé des fragments de tégulae et des tessons de céramique commune ainsi qu'un fragment d'amphore. En bordure de route ,on remarque, en coupe, une couche de tégulae en 1155, section E2, cadastre NGF : 79 1979. Coord.Lamb II : 0X=30I,200 0Y=2.365,I25 8 ) MELESSE
  • - LA BOUVETTE Giseemnt gallo-romain, diffus, matérialisé par des tégulae et des tessons de céramique commune en 91 ,104,739,867 avec extens'on possible en 92,101,103,105, section DI.En 804, section D2, dans la parcelle à l'intéressant microtoponyme "La poterie" on a en outre glané 2
  • tessons de céramique sigil lée du II? s dne et une fusai oie en terre cuite. De nouvelles prospections seront nécessaires afin d'apprécier l'étendue et le contenu de ce gisement - cadastre de 1979 NGF :78 Coord.lambll : 0X =302,025 0Y =2.364,500 9) MELESSE - LE MESNIL (Ouest) Dans
  • , commune, sigillée: notamment Drag. 35/36 de la fin du Is dne et Drag.46 du Ils. Bonne source au centre du versant exposé au Sud-Est. En 422,42 3,possibles rejets secondaires ^extension probable en 1095. NG F : 80 Coord.Lamb. II : 0X= 301,350 0Y=2.367,I75 IL) MELESSE - LE CHATEAU
RAP03808 (KERPERT (22). L'abbaye Notre-Dame de Coatmalouen, étude topographique du bâti et de l'environnement. Rapport de PT 2019)
  • commune : N° d’entité : Cadastre : Kerpert – 2018 - 000 ZD 01 Association ARVALES – 12 rue des Lilas, 35136 SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE (SIRET 503 377 970 00028 – APE 9499Z) Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement Illustration de
  • administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés
  • ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • ........................................................................................................................... - 21 Mise en œuvre .......................................................................................................................... - 21 - Interprétation et commentaire des données ............................................................... - 23 A. B. C
  • ................................................ - 27 - L’aménagement en terrasses du vallon du Dourdu .......................................................... - 27 B.1. La terrasse conventuelle (T1) ................................................................................... - 30 - B.2. La terrasse de l’église (T2
  • alluviale du vallon du Dourdu ................................................................- 104 - B.2. Sources et retenues d’eau du coteau ouest .............................................................- 112 - B.3. Alimentation en eau du complexe monastique
  • sud-est de la ville de Guingamp. Le site se trouve sur le coteau ouest d’un vallon. Cette abbaye aurait été fondée par Alain dit « le Noir », comte de Richemond avant sa mort en 1146. Cette donation, dont l’acte n’est pas conservé, est connue par un acte de confirmation du duc
  • Conan IV, probablement rédigé entre 1156 et 1171. Plusieurs études historiques sur l’abbaye aident aujourd’hui à retracer les grandes lignes de son histoire : la fondation ; le développement du temporel ; la mise en commende ; les restaurations ; la saisie lors de la Révolution. Il
  • reconstructions de l’abbaye à l’époque moderne. L’opération de prospection et de relevé topographique menée sur le site en 2019 s’inscrit dans le cadre d’une thèse en cours depuis septembre 2018 à l’Université Rennes 2, sous la direction de Pierre-Yves Laffont, sur les abbayes cisterciennes
  • implantée au niveau d’un relief granitique, sur le coteau ouest du vallon du Dourdu, un affluent du Trieux. L’abbaye a été installé à un endroit stratégique du vallon, mettant à profit la morphologie de celui-ci. En effet, le site est placé au niveau d'un tronçon aux versants
  • . L’implantation en surplomb du vallon a également autorisé la mise en place d’un ensemble d’étangs, dont les digues rompues sont aujourd’hui les derniers vestiges visibles. L’organisation générale du site repose sur un ensemble de terrasses maçonnées qui permettent l’implantation des
  • bâtiments bordant le cloître est encore visible sur le site via des maçonneries conservées en élévation ou des arases de murs, mises au jour et stabilisées lors des travaux. L’église est située sur une terrasse indépendante au nord et surplombe l’ancien cloître. L’aile des moines
  • probable que ces différents édifices reprennent l’emplacement de structures antérieures. Ainsi, Notre-Dame de Coatmalouen apparaît comme un site dont l’implantation a été clairement réfléchie en termes altimétriques et planimétriques. Les moines ont profité de la pente douce d’un
  • de la plaine alluviale a cependant condamné l’exploitation du Dourdu pour les besoins en eau courante et a par conséquent entraîné la captation de sources situées sur le coteau pour alimenter les bâtiments ainsi que deux plans d’eau. A l’issue de cette opération de prospection et
  • structures annexes. A l’avenir, il serait également intéressant d’effectuer une étude poussée des matériaux de construction et en particulier une approche pétrographique pour déterminer si les blocs servant aux différentes maçonneries ont été prélevés (et taillés ?) localement, en mettant
  • cadastre 2018 (source cadastre : DDFIP) - 14 - EA 22 092 0010 - Kerpert - Côtes-d’Armor Introduction Cadre d’opération Cette opération de prospection et de relevé topographique autour de l’abbaye Notre-Dame de Coatmalouen s’inscrit dans le cadre, plus large, d’une thèse en
  • archéologie sur les anciennes abbayes cisterciennes de Bretagne, débutée en 2018 à l’Université Rennes 2, sous la direction de Pierre-Yves Laffont1. Le corpus comporte 15 abbayes, fondées aux XIIe et XIIIe siècles dans le territoire politique dessiné par les frontières de l’ancien duché de
  • l’organisation et l’évolution de l’espace, des aménagements et du bâti de chaque complexe monastique. La campagne 2019 sur l’abbaye de Coatmalouen a fait l’objet d’une demande d’autorisation et de subvention en 2018 auprès du Service Régional de l’Archéologie de la Région Bretagne. Contexte
  • et conflue avec le Trieux au niveau de l’Étang Neuf, en aval du site3 (fig. 3). 1 Les abbayes cisterciennes du duché de Bretagne (XIIe-XVe siècle) : fondation, implantation fonctionnement. Base Sandre : Le Trieux (J1—0170) ; Le Leff (J18-0300) 3 Base Sandre : J1705100. Le
RAP01502.pdf (bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • problème. Il a pu exister des aménagements agraires de grande ampleur en Armorique, peut-être sur les territoires proches des capitales de cité, mais il ne s'agit pas nécessairement de centuriations sur le modèle de celles reconnues dans le monde méditerranéen. L'étude qui apparaît
  • le centre Bretagne ont continué de faire l'objet en 1997 d'une campagne de prospection - inventaire pour la Carte Archéologique de la France. Ces travaux ont mis en œuvre deux techniques de prospection : la détection aérienne à basse altitude et les reconnaissances au sol. Cette
  • treizième campagne de prospection-inventaire entre Rennes et Carhaix a, une nouvelle fois, montré que le Porhoët constituait « un véritable laboratoire » pour l 'étude de la mise en place des paysages agraires armoricains. REMERCIEMENTS Ces différents travaux ont bénéficié d'une
  • Archéologique. Il nous faut également remercier Philippe GUIGON et Richard GUYOT qui auront été, en cette campagne 1997, nos deux uniques pilotes. Au niveau local, des aides et de précieuses informations nous ont été apportées, notamment par Madame Claudine BERNARD de Laniscat (22), par
  • Monsieur Gilles MONTGOBERT de Mauron (56). Que tous soient ici remerciés. LE CADRE GEOGRAPHIQUE DES RECHERCHES La zone survolée s 'étend de Rennes à Carhaix mais certains secteurs ont été privilégiés, en particulier le Porhoët et la région de Plussulien (22). Des interventions très
  • spécifiques ont également été menées autour du site de Paule-St-Symphorien et sur le fuseau de la future déviation de St-Caradec. Les résultats obtenus sur ces zones sont en cours de traitement et seront livrés ultérieurement (Fig. 1). PROBLEMA TIQUE DE LA RECHERCHE Les travaux de
  • . Les indices phytologiques apparurent d'ailleurs très tôt fin avril début mai. Malheureusement quelques gros orages en juin sont venus contrarier cette situation exceptionnelle et les différences de teintes attendues sur les céréales n 'ont pas pu être photographiées comme les
  • limites agraires fossoyées (Cliché. 6). APPRECIA TION GLOBALE SUR LES DECOUVERTES DE L 'ANNEE 1997. Les ensembles d'enclos fossoyés et les parcellaires associés constituent l'essentiel des découvertes contrairement à l'année 1996 où quelques vestiges « en dur » avaient pu être
  • nettement caractérisé par la présence sur les ensembles d'enclos à dominante curviligne d'un dispositif de fossés doubles ou triples rigoureusement parallèles et d'une entrée « en touche de palmer ». Les limites agraires associées aux enclos apparaissent également assez nettement
  • l'appropriation d'un terroir individualisé par l'orographie et la topographie. Le site des Rues Bouillé est, lui, intéressant à un autre titre : on constate en effet que les limites agraires fossoyées s'arrêtent au contact des schistes pourprés qui, de tout temps, ont été délaissés du fait de
  • l'espace urbain ou rural. Les plans et les photographies au sol sont bien souvent insuffisantes car les perspectives, les relations de volumes, les valeurs architecturales de masse ne peuvent être mises en évidence. Un récent séminaire (S.A.O) consacré aux fortifications de terre
  • pour ce type de reportage photographique très particulier. Par ailleurs, nous avons couvert un certain nombre de sites en cours de fouilles, à la demande de certains responsables d'opération. Nous rappelons ici quelques-unes de nos interventions bénévoles. M Déviation de Trémorel
  • (Responsable : Laurent Aubry). B Paule- St-Symphorien . (Responsable : Yves Ménez). B Rochefort-en-Terre. Le Château. (Responsable : Anne Nissen-Jaubert). B Vannes. Bilaire. (Responsable : Michel Baillieu). B Créhen. Le Guildo. (Responsable : Laurent Beuchet). B Corseul. Le Haut-Bécherel
  • d'investigation en ayant recours, dans un premier temps, à des contrôles systématiques au sol et à des enquêtes auprès des habitants. Ensuite il faudra bien entreprendre l'indispensable, c'est-à-dire les sondages sur des éléments bien identifiés comme la connexion entre les habitats et les
  • consacrées à l'étude du peuplement et des paysages agraires de la région de St-Brieuc-deMauron (56). 4 PUBLICA TIONS, COMMUNICA TIONS DIVERSES. GAUTIER M.,LEROUX G..MEURET J-C..NAAS P., Des habitats enclos gaulois et galloromains en Armorique. Données de la prospection aérienne entre
  • Blavet et Mayenne, (à paraître) Communication sur l 'environnement des enclos fossoyés en Bretagne le samedi 31 mai 1997 à l'Ecole Normale Supérieure (P.C.R - Installations agricoles de l'Age du Fer). Communication sur l'Archéologie aérienne en Bretagne le 25 juin 1997 à Monteneuf
  • bizarrement d'un pare-feu réalisé il y a une dizaine d'années (Renseignements Emmanuel LAIGLE, Maire-Adjoint de la Chapelle). Fig.12 - ST-PIERRE-Q UIBER ON (56). Eperon barré de Beg-an-Aod. Fig.15 - ST-CAST. Château du Guildo en cours de fouilles (RO. Laurent Beuchet). OGIE
  • et Gilles LEROUX UMR 153 « Civilisations atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université Rennes I, Ministère de la Culture L'objet de cette étude n'est pas de présenter une synthèse sur l'archéologie des parcellaires en Armorique mais de renouveler la problématique à l'échelle
  • régionale en développant certains aspects méthodologiques liés à une approche nouvelle concernant l'étude de l'occupation ancienne du sol. Cette approche s'appuie sur les données, parfois complémentaires, de la prospection aérienne à basse altitude, de la photo-interprétation des clichés
  • ont en commun d'avoir été massivement remembrées et font l'objet, depuis 1989, d'opérations de prospection-inventaire systématiques, financées par le Ministère de la Culture et les Conseils généraux d'Ille-etVilaine, de la Mayenne et du Morbihan. Ces régions se distinguent entre
RAP01714.pdf (PLOUHINEC (29). "ménez-drégan I". rapport intermédiaire 2000 de fp 3 (2000-2002))
  • -Dregan I N° de site: 29 197 015 Cadastre : section ZW, parcelles 366, 370, 372 et hors parcelles Coordonnées Lambert II : X = 92, 200. Y = 2353, 800. Z moy. = 10 m NGF Autorisation n°: 2000/015 1 - Mise en place de la campagne 2000 Préalablement à la campagne de fouille proprement
  • dite, un décapage et tm dérochage de la falaise a été réalisé en avril 2000 sous la conduite de Stéphan HINGUANT, assisté bénévolement de Rozenn COLLETER. Cette opération avait pour objectif de libérer le sommet de la falaise des blocs partiellement effondrés ou glissés sur le
  • définitivement démonté. A l'issue de l'opération, et après nettoyage de la zone, une nouvelle clôture grillagée a été mise en place autour du site et un grillage de protection plaqué sur le pan de falaise au dessus de fouille (Ets GLOAGUEN). Ce demier, fixé par des pitons dans la paroi, vise
  • a protéger les fouilleurs d'éventuelles chutes de petits blocs. Il conviendra peutêtre d'étudier une mise en sécurité plus conséquente dans les années à venir s'il s'avère que la grotte se poursuit profondément sous la falaise. La campagne de terrain elle-même a débuté le 16 août et s'est
  • marquer les artefacts lithiques récoltés cette armée. Outre les visites de personnalités officielles, une ouverture du site en cours de fouille a été organisé pour le grand public (deux matinées, pour un accueil de plus de 200 persormes), ainsi qu'une visite pour les élus de la région
  • anciennes du gisement, ces niveaux ont été débarrassés des blocs instables de la falaise qui les scellaient, au cours de la campagne de dérochage préliminaire mentionnée ci-dessus. Cette opération a permis de mettre en évidence, et pour la première fois, la voûte subsistante de la grotte
  • , dont l'amorce se dessine dorénavant parfaitement (Pl. 2). La morphologie de la caverne est donc maintenant bien perçue quant à son contour. La fouille des niveaux immédiatement sous-jacents à la voûte permettra petit à petit d'en apprécier le volume. Si l'on en juge par la courbure
  • terminaison (Pl. 3, photo du haut). Par ailleurs, la mise à nue de la roche en place permet d'apprécier le mécanisme de desquamation à l'origine d'une partie du démantèlement de la voûte, dont les écailles s'écartent petit à petit par injection de sédiment dans les fissures. Ce phénomène
  • passées, la fouille des couches concernant l'ultime remplissage de la grotte, en particulier la couche de sable dunaire 3a, avait révélé leur caractère archéologiquement stérile. Les couches 2 et 3, comme déjà observé lors des campagnes précédentes, contiennent quelques pièces
  • dispersées, en position remaniées (Monnier et Hallégouët, dir., 1999). Elles ont été dégagées sous la voûte subsistante de la grotte, coincées entre le toit de celle-ci et les niveaux sous-jacents, sur une épaisseur cumulée d'environ 20 à 30 cm. Quelques poches de sable de la couche 3a
  • la couche de sable dunaire a dû être carbonatée à l'origine. Enfm, la couche 4, subdivisée en trois niveaux (4a à 4c), avait quant à elle fourni de nombreux artefacts lithiques mais la nature des dépôts qui la constituent, un sédiment arénacé lité englobant de gros blocs
  • -Dregan ! 3. 2- Mise en évidence d'une quatrième et ultime occupation humaine dans la grotte : les données de la couche 4b La couche 4b, riche en galets marins, s'est vite avérée correspondre à un véritable sol d'occupation paléolithique et non plus à un simple remaniement de couches
  • de surface sous la voûte, et probablement en liaison avec une structure légère de type cabane de branchage ou de peaux (évidement aujourd'hui disparue !), les occupants ont aménagé une légère dépression le long de la paroi en la comblant de petits blocs de granité jointifs
  • disposés à plat. La « structure » ainsi formée avoisine 2 m de long et 70 à 80 cm de large (fig.3 et Pl. 5, photo du bas). Son caractère anthropique est absolument indéniable. Il ne peut pas s'agir de blocs issus du démantèlement de la voûte (encore en place au dessus !), ni d'éléments
  • . Par contre, parmi les galets épars du sol en question, se trouvait un alignement de cinq d'entre eux, jointifs et disposés verticalement en arc de cercle à la manière d'une petite « murette » (fig.3 et Pl. 4, photo du bas, Pl. 5, photo du haut). Hasard ou construction
  • abandonnés en couche 4b sont donc telles que nous sommes à présent convaincu de cette ultime occupation. Il s'agit même de la couche qui a fourni à ce jour la plus grande quantité de galets aménagés sur le site, au dépends d'ailleurs des autres types d'outillages. On note effectivement
  • l'hypothèse d'un apport anthropique, tous les galets non utilisés récohés en 4b ont été isolés puis comptés, mesurés et identifiés (c/Annexe). L'échantillonnage est suffisant pour établir des statistiques et essayer d'en tirer des conclusions. Et il semble bien que la nature pétrographique
  • peu variée de ces galets, tout comme leur module moyen constant, procède davantage d'un tri intentionnel que d'un véritable niveau marin en place. Les galets étudiés sont au nombre de 865. Outre la détermination pétrographique à partir d'un référentiel de base, chaque l'objet a été
  • pétrographique disponible dans l'environnement immédiat de la grotte avait en eftet montré une variété beaucoup plus importante (Morzadec In : Monnier et Hallégouët (dir), 1996). De plus, si l'on considère les modules des galets pour les deux matières principalement représentées on constate
  • ? A t-on affaire, par la quantité de galets aménagés, à une aire d'activité spécialisée ? à un simple atelier de débitage ? Par son mode de mise en place, sa nature et les éléments anthropiques qui la constituent, nul doute que cette couche apportera d'appréciables informations
RAP00340.pdf (GUIGNEN (35). les hervins. rapport de sauvetage urgent.)
  • A la suite des redistributions de parcelles liées au remembrement, de nombreux talus et landes ont été rasés sur le territoire de la commune de GUIGNEN, en 1979-1960. Dans la môme période l'Association pour la Revalorisation du Patrimoine Culturel de GUIGNEN, animée par M . et Mme
  • méthode archéomagnétique nous donnent deux solutions : soit 90 à 150 A.D. soit 290 à 340 A.D. La méthode D.A.T.E. nous donne une seule solution 300 à 650 A.D. (cf la Documentation en AMEXE). L'ensemble de ces dates permet de situer l'activité du four entre 290 et 340 A.D. CONCLUSION
  • effectuées 1 I -, C^ixÇMfUK. Surface fouillée I I Commune ____ Motif d'intervention Site I Ille-et-Vilaine Armées antérieures d'intervention I I Départ en ont Périodes chronologiques „ villa ronaine le et Ille s. f o o ^ &JL -Jt 1 >' tessons . 01SEFÏVAT I0ÏÏ S CONTENU
  • remise au ptintemps,si vous voulez bien nous autoriser à continuer les travaux à ce moment . Le propriétaire du terrain et surtout le fermier exploitant n'accepteraient en aucun cas de voir leur travail gêné pendant une nouvelle année . /«T Le responsable du chantier Robert JULIEN
  • DE BRETAGNE. Une étude en vue d'une datation archéomagnétique et thermoluminescente a été menée par le Laboratoire d*Archéomagnétisme de l'Université de Rennes I, dirigé par M. Loïc LANGOUET. Une étude détaillée des marques de tuilier a également été effectuée par M. Louis
  • GOULPEAU membre du même Laboratoire. ETAT DU SITE AYANT LA F0UILI£ * Le site est implanté sur le versant Nord de la colline où nous trouvons de nombreux filons d'argile parmi le terrain naturel constitué en majeure partie de grès. Cette observation géologique explique du reste la
  • 0,70 m. de profondeurjpuis on monta la maçonnerie en pâment de pierres (petits moellons de grès) vers l'extérieur, et en parement de briqugjà l'intérieur. L'intérieur du four comporte 5 consoles de briques qui soutenaient la sole et la fournée de brique» à cuire. Ces consoles
  • forment des arcjen mitre sous lesquels circulait l'air brûlant. L'espace entre chacune d'entre elles est enduit d'argile de façon à constituér des conduits au*parois arrondies allant en s'écar tant vers le sommet. Un alandier très court et une tranchée cendrier continuent le four du
  • moyenne des entassements de Briques : 0,50 m. à 0,70 m. Longueur du drainage : 2;20 m. largeur du drainage : 0,12 m. Profondeur du drainage : 0,08 m. en moyenne. S auteur moyenne des maçonne ries s 0,20 à 0,40 m. DATATION : Aucun mobilier datable n'ayant été découvert nous devons nous
  • replier sur les méthodes physiques pour dater le site des Hervins. Monsieur L. LANGOUET professeur à l'Université de Rennes I a bien voulu effectuer les prélèvements en vue de datations par procédé Archeomagnétique et par la méthode D.A.T.E. (thermoluainescence). Les datations de la
  • différentes (on se rapportera à l'étude en ANNEXE), dont le sens n'a pas été déterminé. L'ensemble des mesures de briques et tuiles a permis de constater une taille inférieure à la moyenne généralement rencontrée sur les Dimensions_et ¿aractérijitiques j. Longueur du coté Nord et du Coté
  • l'allandier vers l'Est. En effet la dimension du four était beaucoup trop importante pour l'alandier qui devait etre de capacité trop faible pour obtenir une cuisson optimum des fournées de tuiles. Aussi l'alandier fut-il rallongé du coté Est sur 1,40 m. Dans le même temps pour lutter
  • but de protéger le foyer et d'éviter trop de perte de chaleur. sites, (se reporter à l'ANNEXE). La datation 290-340 est très inattendue. La typologie du four aurait plutôt fait paiser à un four fin 1° siècle II0 siècle. Cependant cette datation tafdive est très intéressante. En
  • . RESULTATS DE L'ETUDE ARCHEOMAGNETIQUE FAITE EN VUE n ' U N E D A T A T I O N D U F O U R D E T U I L I E R D E O U I G N E N (35) P a r m i les matériaux qui nous ont été soumis nous avons pu étudier 2 3 6 fragments de tuiles et 2 8 1 fragments de briques (correspondant pour celles-çi à
  • deux modules différents doubles l'un de l'autre).Ces échantillons ont été regroupés en 4 lots selon leur provenance. -Intérieur du four (89 tuiles et 233 briques ): pour les matériaux provenant de l'effondrement des superstructures du four aujourd'hui disparues et recueillis lors de
  • l'entrée du four directement en avant du foyer. -Muret avant-four ( 6l tuiles et 14 briques ): pour ceux des structures encadrant l'accès au four et les plus éloignées du foyer. P o u r chacun des fragments étudié,une carotte a été prélevée et l'orientation de son vecteur magnétique
  • thermorémanent déterminée.Nous en avons déduit laquelle des trois positions(debout,de chant ou à plat)occupait le matériau lors de sa dernière cuisson.Nous donnons çi-dessous lot par lot les statistiques de ces différentes positions. Intérieur four briques tuiles Extérieur four tuiles M u r
  • situation très perturbée et inexploitable .Nous nous cantonnerons donc à l'étude des deux autres lots. N o u s donnons en figure la et & la cartographie finale pour ceux-çi. D a n s le cas des matériaux prélevés à l'intérieur du four,le seul groupement net correspond à une inclinaison I
  • résultats crédibles.Nous donnons en figure 2 la cartographie finale des densités des couples de valeurs ( I, D ) . C ' est l'élément le plus net de cette étude.Deux agglomérats complémentaires( D = 4 * et 86°) regroupent plus de 75$ des éléments étudiés et se situent pour une m ê m e
  • inclinaison 1=56° identique à celle déterminée pour les tuiles recueillies également à l'intérieur d u four. Exploitation des résultats D e u x types de renseignements sont accessibles à partir de ces résultats . a). L a date en utilisant l'inclinaison r a m e n é e à Paris (+1 ° ) : I=620
RAP02357.pdf (SAINT-MARCEL (56). "la Sente Verte". le bourg. rapport final d'opération de fouille préventive)
  • « LE BOURG » (56) 2008 SOMMAIRE Fiche signalétique p.4 Mots-clés du Thésaurus p.5 Liste des intervenants et moyens mis en œuvre p.6 Pièces complémentaires Carte topographique au 1/25000 précisant la localisation de l'opération. Extrait du cadastre sur lequel figurent
  • l'emplacement et l'emprise de l'opération. Copie de l'arrêté de prescription contenant le cahier des charges scientifique. Copie de l'arrêté d'autorisation de fouille. Copie du projet d'intervention qui a été accepté. p.8 Introduction 1- Raisons de la mise en place de l'opération 2- Cadres
  • géographique et géomorphologique 3- Contexte archéologique 3.1. L'environnement archéologique et l'occupation du sol autour de SaintMarcel à l'époque antique (Patrick NAAS) 3.2. Bilan des découvertes de sépultures de l'Antiquité tardive en Bretagne 4- Conditions de réalisation de
  • céramique Phase 3 : mise en place et utilisation d'une petite nécropole dans un environnement déjà structuré 1- Des fossés qui structurent le paysage et délimitent partiellement la nécropole 1.1. Les fossés limites de la nécropole 1.2. D'autres fossés contemporains ? 2- Le bâtiment 9
  • , contemporain de la nécropole ? 3- La nécropole 3.1. L'unité 1 3.2. Les sépultures en fosse 3.2.1. La gestion de l'espace funéraire 3.2.2. La sépulture Des fosses sépulcrales Des indices de coffrages et de cercueils 3.2.3. Les rites et dépôts funéraires Le feu dans la tombe Des dépôts
  • .114 p. 114 p.115 p. 122 p. 122 p. 130 Perles en verre, bagues et bracelets p.131 Les perles en verre p.131 Les bagues p. 134 Les bracelets p. 135 Les boucles et plaques-boucles et autres éléments de ceintures p. 138 Quatre plaques décorées avec agrafes : des éléments de parure
  • numismatique Par PA Besombes (SRA Bretagne) Annexe 2 : Résultats des datations C14 Par le Centrum voor IsotopenOnderzoek Annexe 3 : La conservation des objets en verre et métal découverts au cours de la fouille préventive Par la Cellule Conservation Inrap (M. Biron, V. Matilla) Annexe 4
  • l'emprise archéologique : Dates d'intervention sur le terrain : 8 | . 0 [ 0 [ 0 | 7 | Code INSEE : 560228 altitude : 80 m NGF en date du 28 février 2006 en date du 29 mai 2006 Françoise LE BOULANGER INRAP Lotissement INRAP interrégion Grand-Ouest 20 125 m2 29 mai - 1er
  • septembre 2006 Résultats - deux sépultures en fosse mises en place au cours du Bronze ancien I et disposées en parallèle, à peu de distance l'une de l'autre ; leur organisation interne est la même. II ne reste aucune trace de tumulus (travail de l'érosion), ni d'ossements (substrat
  • quadrangulaire, et installé en sommet d'une pente exposée au sud. Cette exploitation rurale plutôt modeste est installée dans la zone d'influence d'une agglomération secondaire centrée à Missiriac, en limite du territoire coriosolite, à proximité de la voie Angers -Corseul. Cependant les
  • état se rattache-t-il strictement à cette phase du développement du site ; y a-t-il des aménagements internes ? Il peut être mis en place à la fin de cette phase et fonctionner lorsque la nécropole est en fonction. Aucun indice ne permet de soutenir l'hypothèse selon laquelle
  • l'enclos, dans son état 2, a servi d'habitat aux personnes inhumées dans la nécropole qui le jouxte. - Nécropole soigneusement gérée, composée au total de 45 sépultures en fosse et d'un enclos funéraire de plan rectangulaire. Les tombes, orientées NO-SE, s'insèrent dans une campagne
  • n'a pas conservé d'artefacts. Des objets de facture ou d'inspiration germanique mis au jour dans 5 sépultures dont celle d'un homme en armes, interrogent sur l'origine culturelle de ces 5 défunts et du reste du groupe. Lieu de dépôt temporaire du matériel archéologique : Inrap
  • Analyse sédiment Dendrochronologie SAINT-MARCEL « LE BOURG » Rapport Final d'Opération 2008 LISTE DES INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : Christine JABLONSKI Françoise LE BOULANGER Michel-Alain BAILLIEU SRA Bretag ne: Inrap Grand-Ouest : Conservateur
  • en charge du dossier Responsable scientifique Adjoint scientifique et technique Intervenants administratifs : DRAC de Bretagne, SRA : Stéphane DESCHAMPS INRAP interrégion Grand-Ouest :Gilbert AGUESSE Aménageur : SNC DLA Aménagement Financement : prise en charge FNAP
  • céramiques) Marina BIRON et Valérie MATILLA, Cellule Conservation Inrap (nettoyage, stabilisation, remontage des objets en verre et en métal) Stéphane BLANCHET, Inrap (étude et dessin des silex) Patrick NAAS, prospecteur aérien Barry AGER, Curator of the Continental Early Médiéval
  • d'Opération 2008 TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS Bronze Ancien Fosses d'inhumation : Fosses en chapelet : Trous de poteau : Interprétation Mobilier Structures Chronologie 2 Sépultures 2 Bâtiment ? 6 Céramique sigillée « Terra nigra tardive » Fossés Gallo-romain Bâtiments
  • : 8 au moins Foyer : Céramique commune Meule Fosses Puits : Etablissement rural Tuiles 1 Fragments d'objets en 1 fer Céramiques Verre Monnaie : Inhumations en fosse : Antiquité tardive Métal-alliage 44 Sépulture en enclos : 1 (récipients et perles) 1 1
  • (bracelets, bagues, plaques, boucles de ceinture) Bâtiment ? Hache, talon de lance, couteaux en fer Clous, divers en fer 1 Nécropole Rapport Final d'Opération SAINT-MARCEL « LE BOURG » 2008 PIÈCES COMPLÉMENTAIRES (À FOURNIR OBLIGATOIREMENT) Carte topographique au 1/25000
  • du patrimoine notamment son livre V ; VU le décret n° 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en matière d'archéologie préventive. VU le rapport du diagnostic archéologique prescrit par arrêté n° 2005-094 du 11 juillet 2005 ; reçu le 9 février
RAP02587.pdf (SAINTE-MARIE, REDON, BAINS-SUR-OUST (35). axe Rennes/Redon rd 177, section Sainte-Marie/Redon, tranche 2. rapport de diagnostic)
  • archéologique effectué sur le tronçon Sainte-Marie-Redon s'est fait en trois temps. Le résultat de la première campagne de prospection menée au lieu-dit « les Landes » était négatif. Les sondages entrepris par Vérane Brisotto sur la parcelle YC 185 au « Portail » ont en revanche révélé un
  • , Epoque moderne à contemporaine Le diagnostic archéologique effectué sur le tronçon Sainte-Marie-Redon s'est fait en trois temps. Le résultat de la première campagne de prospection menée au lieu-dit Sujets et thèmes « les Landes » était négatif. Les sondages entrepris par Vérane
  • 2009/152 Diagnostic archéologique 35 013 C/î o5 B) 3 5CL i (D 00 D) -i CT (D B) C en ® 0) •o Rapport final d'opération Code INSEE m -o U 9j D0 s» 0) 3 m CD O O > X CD 7} o" g CD § I O
  • Ah Thon pour nous avoir permis de survoler le secteur en avion et à toute l'équipe pour sa bonne humeur durant toute l'opération. I- RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS Fiche signalétique Numéro de projet INRAP : DA 05032802 Région : Bretagne Département : Ille-et- Vilaine Commune
  • , 102, 107, 108, 109, 137 à 140, 142, 161 Coord. Lambert : X : 271000 Y : 308000 altitude: 25 à 60 mNGF Propriétaire du terrain : nombreux Arrêté de prescription n° : 2009-152 en date du 21/12/2009 Arrêté de désignation n° : 2010-021 en date du 29/01/2012 Responsable désigné
  • /03 au 22/03/2010 Surface à diagnostiquer : 127 308 m 2 2 Intervenants et moyens mis en œuvre Intervenants scientifiques : SRA : Anne Villard INRAP : Michel Baillieu, Adjoint scientifique et technique Intervenants administratifs : DRAC de Bretagne, SRA : Stéphane Deschamps
  • gisement de surface caractérisé par du mobilier lithique (silex taillé) mais n'ont pas mis en évidence de niveau d'occupation. Ce gisement était déclaré par les prospecteurs locaux (site n° 23). Associé aux découvertes précédentes, le ramassage de 7 éclats de silex lors du présent
  • de l'opération dénommée « Axe RennesRedon (RDI77) - Section SainteMarie / Redon - Tranche 2 » à REDON et BAINS SUR OUST (35) Cesson-Sévigné, le 12 janvier 2010 LETTRE RECOMMANDEE AVEC ACCUSE DE RF-CEPTION Monsieur le Conservateur, Par la présente envoyée en recommandé avec
  • demande d'accusé de réception et conformément à l'article 16, alinéa 1 du décret n°2002-89 du 16 janvier 2002, je vous transmets le projet de diagnostic rédigé par l'Institut national de recherches archéologiques préventives, indiquant les modalités de la mise en œuvre de votre
  • loi 2001-44 du 17 janvier 2001 modifiée, relative à l'archéologie préventive et au décret 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en matière d'archéologie préventive. Les coordonnées du maître d'ouvrage de l'opération sont : Conseil Général
  • décret n° 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en matière d'archéologie préventive ; VU l'arrêté initial n° 2009-075 du 10 août 2009 définissant les modalités de saisine et le calendrier prévisionnel d'une opération soumise à un diagnostic
  • archéologique et réalisée par tranches successives et modifiant l'arrêté n° 2009-015 du 4 février 2009 portant prescription de diagnostic archéologique ; VU le courrier du Président du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, maître d'ouvrage, en date du 16 décembre 2009, demandant la réalisation
  • de la 2nde tranche du diagnostic ; CONSIDERANT que, en raison de leur localisation, les travaux envisagés sont susceptibles d'affecter des éléments du patrimoine archéologique ; en effet, l'ensemble de la mise à 2 x 2 voies de la RD 177 (axe Rennes-Redon) fait l'objet de
  • diagnostics archéologiques en raison de la présence de sites connus sur le tracé ou à ses abords, et de la vaste superficie de cet aménagement. CONSIDERANT qu'il est nécessaire de mettre en évidence et de caractériser la nature, l'étendue et le degré de conservation des vestiges
  • archéologiques éventuellement présents afin de déterminer le type de mesures dont ils doivent faire l'objet ; ARRETE Article 1er : Un diagnostic archéologique sera réalisé sur le terrain faisant l'objet des aménagements, ouvrages ou travaux susvisés, sis en : Région : Bretagne Département
  • : (Ile-et-Vilaine Commune : REDON et BAINS-SUR-OUST Lieu-dit : Axe Rennes-Redon (RD 177) - section Sainte-Marie - Redon - TRANCHE 2 Cadastre : section : parcelles : cf liste en annexe Le diagnostic archéologique comprend, outre une phase d'exploration du terrain, une phase
  • d'étude qui s'achève par la remise du rapport sur les résultats obtenus. Article 2 : Le diagnostic sera réalisé sous la maîtrise d'ouvrage de l'opérateur d'archéologie préventive retenu. Les conditions de sa réalisation seront fixées contractuellement en application des article 28 à
  • -et-Vilaine Emprise du diagnostic archéologique : 127.308 m3 Principes méthodologiques : Les principes méthodologiques seront ceux qui sont habituellement utilisés pour les opérations de diagnostic en milieu rural : sondages à la pelle mécanique avec godet lisse jusqu'à
  • l'apparition du substrat. En tant que de besoin, des fenêtres élargies devront être réalisées afin de contribuer à caractériser et dater les structures ou ensembles de structures mis au jour. Des sondages manuels pourront être effectués en fonction des besoins afin de préciser la complexité
  • stratigraphique, la nature et la datation des structures, sur la base d'un échantillonnage raisonné. Objectifs : Les travaux de mise à 2 x 2 voies de l'axe Rennes-Redon traversent une région densément occupée dès la Préhistoire. En témoignent les nombreux sites mésolithiques et néolithiques
RAP03138.pdf (MONTGERMONT (35). ZAC Les Petits Prés : un établissement rural antique de la région rennaise. Rapport de fouille)
  • ARCHÉOLOGIQUE SEPTEMBRE 2015 BRETAGNE Le site des Petits Prés comprend de nombreuses similitudes avec celui de Bais, Bourg Saint-Pair, fouillé en 2009 sous la direction de D. Pouille, bien qu'un décalage chronologique distingue les deux établissements, puisqu'une installation de la
  • transition entre La Tène finale et l'époque gallo-romaine est à l'origine de la villa de Bais (Pouille 2011 : 69-111). Il se rattache à la ceinture d'exploitations mise en évidence autour de Rennes-Condate. La principale période de fonctionnement de l'établissement, fixée entre le milieu
  • du IIe siècle et le milieu du IIIe siècle ap. J.-C., correspond d'ailleurs à une période de développement de la ville. En revanche, un décalage apparaît entre la fin de l'occupation de l'établissement et la rétractation de la ville antique dans une enceinte fortifiée à la fin du
  • activités agricoles sont mises en évidence par la présence d'un séchoir et d'un four à griller le grain. Un espace voué à l'activité métallurgique antique a été reconnu, au sud duquel s'étendait une mare située en bas du terrain. Les éléments matériels semblent indiquer une accentuation
  • de l'occupation de la zone méridionale au cours de l'Antiquité tardive, avec une proportion inhabituelle de céramique de cette période, associée à la découverte de bracelets en alliage cuivreux produits dans le sud de la Bretagne romaine au IVe siècle. Une extension de
  • abondant. 35189 La fouille du site de Montgermont, ZAC Les Petits Prés, a permis d'aborder une occupation rurale antique établie aux abords de Rennes-Condate. Les traces d’occupation précédant la mise en place de l'établissement sont ténues et se limitent à quelques fosses, ainsi
  • l'occupation. L'établissement de type « villa » se met en place semble-t-il vers le milieu du IIe siècle ap. J.-C. (phase 2). Sa durée de vie est assez courte, puisque le démontage des bâtiments intervient au début du IVe siècle ap. J.-C. La partie résidentielle connaît plusieurs états
  • 2124 49 49 50 50 59 59 3.2 Les axes de circulation 3.2.1 Le réseau viaire nord 3.2.2 L'axe de circulation 3036 3.2.3 Un chemin desservant le secteur sud du terrain ? Sommaire 3 61 61 64 66 3.3 Phase 1 : l'occupation romaine antérieure à la mise en place de l'établissement
  • 4.6.2 Chaîne opératoire sidérurgique et méthodologie 4.6.3 Méthodologie 4.6.4 Étude du corpus 4.6.5 Estimation de la masse de métal travaillée 4.6.6 Comparaisons et mise en perspective 4.6.7 Conclusion 188 67 67 87 89 93 96 100 100 105 108 113 113 117 119 121 143 155 155 155 155
  • siècle) : démontage de la pars urbana et continuité de l'occupation en partie sud 3.6.1 La phase de démontage des constructions de la pars urbana et éléments de datation 3.6.2 Le maintien des axes de circulation principaux 3.6.3 Deux fosses de la phase 3, à proximité de la pars urbana
  • 3.7.4 Les fosses de plantation ontemporaines 191 MONGERMONT (35) – ZAC Les Petits Prés – 2015 4 369 C LES INVENTAIRES 289 4.7 Étude de l'industrie lithique 293 4.8 Inventaire du lapidaire et du mobilier en pierre 299 299 300 304 305 4.9 Étude archéozoologique 4.9.1 La
  • méthodologie mise en œuvre 4.9.2 Présentation des données 4.9.3 Analyse des données 4.9.4 Comparaisons et interprétations 307 307 309 310 311 4.10 Étude malacologique 4.10.1 Méthodologie 4.10.2 Les coquillages marins de la ZAC Les Petits Prés 4.10.3 Observations 4.10.4 Analyse et
  • ET MISE EN CONTEXTE 347 SOURCES DOCUMENTAIRES ET RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES 363 LISTE DES FIGURES 371 1 INVENTAIRE DES DONNÉES DE TERRAIN 449 2 INVENTAIRE DU MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE 449 2.1 Liste des abréviations utilisées pour les matières 449 2.2 Inventaire général
  • , situé en bordure d'un réseau viaire, dont la partie résidentielle et une partie du domaine agricole entrent dans la fenêtre d'étude. Elle vient compléter la compréhension de l'organisation rurale du paysage antique aux abords de Rennes-Condate. Un réseau viaire semble préalablement
  • mis en place au nord de l'emprise. Il prend la forme d'un chemin creux d'orientation ouest – est, sur lequel viennent se greffer deux chemins d'orientation nord – sud, qui se développent de part et d'autre de l'emprise de fouille. Le mobilier découvert, notamment dans les fossés
  • vraisemblablement au sein d'un réseau plus ample. En effet, la proximité de la voie reliant Rennes à Corseul est un fait avéré. Les traces d’occupation précédant la mise en place de l'établissement sont ténues et se limitent à quelques fosses, ainsi qu'un probable réseau parcellaire implanté en
  • fonction du réseau viaire. Aucun élément ne permet cependant d'étayer la thèse d'un établissement antérieur et, en dehors du parcellaire, aucune marque d'organisation de l'espace n'a été mise en évidence. Le mobilier céramique de cette première phase est daté entre le dernier tiers du
  • Ier siècle et le milieu du IIe siècle ap. J.-C. Un établissement rural de type « villa » se met en place semble-t-il vers le milieu du IIe siècle ap. J.-C. (phase 2) et le démontage des bâtiments intervient au début du IVe siècle ap. J.-C. Encadrée par les axes de circulation, une
  • extrémités du bâtiment. Ses dimensions atteignent 26,20 m sur 8 m, soit approximativement 88 pieds sur 27. Bien qu'aucune trace de galerie de façade n'ait été mise en évidence, la comparaison de ce plan avec d'autres plans de bâtiments d'habitation antiques de la région incite à envisager
  • la présence d'une galerie de façade, en matériaux périssables, dont les vestiges ne seraient plus perceptibles. Lors des états suivants, une modification de la disposition de la cour et de l'entrée dans l'enclos résidentiel accompagne l'agrandissement du bâtiment principal. Le