Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3922 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00321.pdf (LA CHAPELLE DES FOUGERETZ (35). le Bas Plessis. rapport de sauvetage urgent.)
  • LA CHAPELLE-DES-FOUGERETZ
  • LA CHAPELLE DES FOUGERETZ (35). le Bas Plessis. rapport de sauvetage urgent.
  • OBSERVATIONS « CONTENU DU DOSSIER • « . •
  • fabrication des statuettes. Pour vérifier ce fait, une analyse conjointe de l'argile trouvée sur place et des statuettes produites a été demandée au Laboratoire de M. M. Picon, à Lyon (analyse en cours). 2°) - Sur 200 fragments récupérés — d a n s un très faible volume de terre remuée— la
  • a i n retranchement" sil"e des 11 Tertres" Fig. 1 0I 5 km I I I LJ J-P. B. '35 LA Plan m LES ORMEAUX J-R B. A.R CHAPELLE d'ensemble DES PÓUGERETS/'les du s/Ye, répartition Tertres" des 1979. découvertes 35 LA CHAPELLE Relevé stratigraphique terre végétale
  • s la matière superflue et créant ainsi ce bourrelet saillant.Ce dernier,étiré à chaud,était percé d'une brindille qui ouvrait le chas de la bélière. Dec médaillons de verre similaires,coulés dans des moules de stéatite,se rencontrer, à Cnossos ,Mycènes et Chio dans des niveaux
  • orientale"(Brenot,1969,385) .La présence en Armoriqcc de deux médaillo s de ce type paraît souligner la pérénnité des lions qui unissaient la Gaule de l'Ouest nu reste de l'Empire ainsi que l'activité des colonies d'Orientaux en Occident(Bréhier,1903). Les exemplaires les mieux datés de
  • . -Sena Chiesa= G.Sena Chiesa, Gemme del Museo Nazionale di Aquileia, Aquileia 1966,2 vols. -Toynbee,1973= J.M.C Toynbee, Animals in Roman life and art, London, Thames and Hudson,1973. -Veyriès,1884= A.Veyriès, Les figures criopnores dans l'art grec, l'art greco romain et l'art
  • LA CHAPELLE DES FOUGERETZ LE (ILLE-ET-VILAINE) BAS-PLESSIS Fouille de sauvetage de D.A.H.B 1979 . "«CIRCONSCRIPTION ARCHSOLOCIÇUS ...DIRECTION DES ANTIQUITES De • .B.R.EJAG.N.E. HISTORIQUES ,r • 14 décembre 1979 • n 4- d'envoi Dato RAPPORT DE FRLCHE DESCRIPTIVE «• Î
  • mai au 8 juin 1979 • Arînéc.'S antérieures d'intervention " * « * « lîffERvrmoN « > Responsable .. ,...,„ Motif d'intervention . . Surface fouillée _ " _ . 1? m? _ Estimation do l'étendue du gisement ? • * D.A.H.B. découverte de statuettes dans un J ruisseau aménagé lors de
  • travaux de ». pemembrement ; 10 ha ? e> »o N^turn du gisement SITE • s fabrique de statuettes en terre « blanche du potier REXTUGENOS Nature des découvertes effectuées Périodes chronologiques „.. , ! statuettes, poteries, bijoux en •verre et en jais. s 1er - IVe s €«r 0S
  • SAUVETAGE INTRODUCTION Sans aucun doute, la découverte archéologique la plus importante de l'année 1979 en Bretagne aura été la mise au jour de l'atelier ou d'un des ateliers du potier romain REXTUGENOS au lieu dit le Bas Plessis, à la Chapelle des Fougeretz, en Ille-et-Vilaine (cf fig
  • . 1 : l'environnement archéologique). CIRCONSTANCES DE LA DECOUVERTE. A la suite des travaux de remembrement effectués dans la commune, le tracé du ruisseau dit "du Moulin Neuf" fut entièrement rectifié à l'aide de machines excavatrices. Peu de temps après, quelques
  • prospecteurs de la Maison des Jeunes de PACE, sous la direction de M. A. Provost, remarquèrent dans le déblai avoisinant le ruisseau, à la limite des parcelles nn° 374 et 377 (cf fig. 2 : plan d'ensemble du site), de très nombreux fragments de statuettes de terre cuite blanche, qu'ils
  • reconnurent pour gallo-romains. OBSERVATIONS. La Direction des antiquités historiques de Bretagne fut alors prévenue et une visite sur place permit de faire plusieurs observations : 1°) - Les statuettes provenaient d'une couche de graviers située au niveau actuel du ruisseau, sur une
  • longueur de 6 m. environ. Quelques éléments de céramique furent prélevés sur place. Au-dessus, un remblai antique de 50 cm contenait d'abondants fragments de tegulae (cf fig. 3 : relevé stratigraphique). Autour une argile blanche, de très bonne qualité, très épurée, semblait propre à la
  • plus grande partie appartient au potier bien connu REXTUGENOS (voir en annexe I une étude récente menée par la Direction des antiquités historiques de Bretagne sur cet artiste). Cela est attesté par deux éléments de sa signature (cf fig. 4) et un style particulier, aisément
  • reconnaissables (cf. fig. 4 et 5). 3°) - En dehors des statuettes, trois éléments intéressants ont également été retrouvés : 35 LA CHAPELLE Les Tertres DES FOUGERETS Environnement archéologique d'après A. PROVOST. (prospections 1973) voie probable - • ~ supposée site g a l l o - r o m
  • argile M DES FOUGERETS de la rive remblais pieu 1979, "les Sud du Wi* Tertres 9» ruisseau. gravier statuettes REXTVGENOS B o J 1 I ! 5 m. JP. B. D.A.H.B. a) - un médaillon de verre jaune, représentant le berger cryophore, entouré de deux brebis (fig. 6). b) - une
  • tête de quenouille en jais (cf fig. 6). c) - une bague en jais (fragment) (cf fig. 6). On trouvera en annexe II une étude très documentée de M. P. Galliou sur ces objets, qui semblent appartenir à une tombe féminine du IVè siècle. A la suite de cette première visite, une
  • intervention limitée fut confiée au personnel de la Direction des Antiquités historiques de Bretagne afin, d'une part, de tamiser la terre des déblais pour recueillir la totalité des fragments de statuettes extraits et d'autre part d'obtenir une coupe stratigraphique du dépôt en place
  • . Cette intervention a été menée pendant une semaine du 9 mai au 17 mai 1979. CONCLUSION. En elle même, cette trouvaille apporte d'importants renseignements sur l'activité des potiers de la région de Rennes, où, semblet-il, une industrie céramique dut prendre naissance dès le début
RAP01079.pdf (LA MARTYRE (29). le Bois Noir. rapport de fouille préventive)
  • LA MARTYRE
  • LA MARTYRE (29). le Bois Noir. rapport de fouille préventive
  • di 100 à 300 ap. J . G.). la cite des 5 Vi s I, à 37 de la d*c 7225 -
  • — — 1079 1 ! ( P I N I h été averti, le 3 janvier 1372, par M . était en le la Iterine (E. E,), à la Martyre (Finistère). le 6 j'ai M* P . 5 m x 4 m, que la relié par il 1,10 de 0,60 (cf. fig, 1). Ì B J K « la 3 s un fragment île la C^yg^que^jgiBÜag. ' dans le style
  • — — I -iU i oO i i— —ift \ t\rf\r «o.>r >r< - c: w G —i=T t=1\Vf1« 1 ! O-1 — F=1 — — i— =F — 1 - ... — ¡9 3 — 1 — _ ß en c — — — i — — - — hJN S r ETf - — I - — — ) h H — FTPTYP — - - - - » £ fis hJ sk. r ! — r — 1 — —I
RAP01782.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • LA ROCHE-MAURICE
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fouille programmée annuelle.
  • Culture COS tiER. GEH0MI FINISTERE Chateau de Roc'h Morvan LA ROCHE-MAURICE (29 237 002 AH - Finistère) 2001 DFS d'étude de bàti Jocelyn M A R T I N E A U , Fabien S A N Z - P A S C U A L , Frédéric B O U M I E R , Autorisationn* : 21 014 S E R V I C E REGIONAL DE
  • DETAILLE DE LA DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE, 2001 28 FICHE SIGNALETIQUE IDENTITE DU SITE N° de site : Département : Commune : Lieu-dit : 29 237 002 AH Finistère LAROCHE-MAURICE Château de Roc'h Morvan Propriétaire(s) du terrain Protection juridique : Conseil Général du Finistère
  • deux courtines inégalement conservées. 3.2 - L'espace résidentiel 3.2.1 - Le donjon (zone 1) Orientée N-O/S-E, la tour trapézoïdale localisée au sud du promontoire rocheux occupe une surface hors-tout de 110m2. Les murs sud et est possèdent une épaisseur respective de 3,20m et 3m
  • générale (zones 2 et 3) Les deux salles enduites du logis central offre au premier niveau une surface habitable d'environ 140m2 orientée N-O/S-E (pl.8, 14). Leur sol a été localisé à l'angle nord-ouest, à une altitude de 68,20m (TOURNIER, 2000). La première salle au nord (zone 3) occupe
  • une surface de 54m 2 (6m sur 9m), la seconde au sud (zone 2) de 84m 2 (7m sur 12m). Elles sont séparées par un mur de refend orienté N-E/S-O, de 11m de long sur 1,80m de large (M7) contre lequel on peut reconnaître au nord les piédroits d'une cheminée engagée ( E l 7 ) (TOURNIER
  • décapage des niveaux de remblais situés sur l'arase de la courtine occidentale, a mis au jour la fondation très altérée d'un mur ménagé sur le relief irrégulier du front rocheux (M8) (pl.20). la structure offre une orientation N-O/S-E sur une distance d'environ 15m de long (pl.22). La
  • repose sur un glacis en grande partie arraché, composé essentiellement de gros blocs de quartzite taillés à la pointerolle ou au pic et liés par un mortier de chaux à granulométrie moyenne (M3, US 1007). Le talus accuse une déclivité de 15°. Orienté N-O/S-E, le mur de courtine
  • matériaux de construction et du sol géologique 1114 remblais rocher remblais Schiste Quartzite rocher rocher Granite N° Structure rocher Arrachement E l é v a t i o n s ouest Autorisation N^ 2001_014___ Site N" : 29 237 002 AH La Roche Maurice Finistère (29) R.O. : J
  • exploitation n'est pas datable. Elle est de toute façon antérieure à la construction de l'éperon nord (US 1014). Orienté N-S, la façade occidentale du mur ouest se dresse sur une longueur de 6,30m et une hauteur de 4m (Ml, US 1001) (pl.30). La structure est arasée de façon irrégulière à une
  • vers la façade orientale du château, axée N-O/S-E. Le glacis 1022 est percée de trois jours disposés en éventail d'est en ouest (pl.38). La première ouverture, inaccessible pour un tireur, ne peut avoir fonction d'archère (E13) (pl.39). Il s'agit ici d'un simple jour d'éclairage de
  • fin du XlVème siècle, date à partir de laquelle se développe en Bretagne l'utilisation de l'arme à feu. 16 Tour nord Glacis nord-est P1.37 Liaison entre la courtine et le glacis nord-est P1.38 T o u r n o r d - Z o n e 4 / N i c h e n o r d - e s t / O u v e r t u r e s d
  • l'arase du mur, à une altitude de 72,47m. Un banc en pierre de 0,20m de large occupe toute la longueur de l'embrasure enduite et forme un retour devant l'appui de la fenêtre. L'ancrage d'un barreau de fer reste visible sur la face de l'allège. I E l é v a t i o n est - Z o n e s 2
  • d'élévation Le relevé topographique L'enregistrement et l'analyse du bâti L'étude documentaire 4 5 5 6 2 -IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE 7 2 . 1 - L E CHATEAU AVANT 1 2 6 3 7 2 . 2 - L E CHATEAU DE 1 2 6 3 A 1 4 2 0 7 2 . 3 - L E CHATEAU DE 1 4 6 0 A 1 5 1 3 8 3 - RESULTAT DE LA
  • - L'ENCEINTE 12 3.3.1 - La courtine sud-ouest (M8) 3.3.2 - La courtine nord-ouest (M2, M3) 3.3.3-L'éperon nord, façade ouest (Ml) 3.3.4 -L'éperon nord, façade nord (M5) 3.3.5 -La courtine orientale, façade nord-est (M6) 12 13 14 15 17 3 . 4 - PROPOSITION DE CHRONOLOGIE RELATIVE 19 4
  • - PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE 20 4 . 1 - L'OCCUPATION PRIMITIVE 20 4 . 2 - L'OCCUPATION POSTÉRIEURE A 1 3 6 3 22 4 . 3 - L'OCCUPATION POSTÉRIEURE A 1 4 2 0 23 4 . 4 - CONCLUSION 24 5 - BIBLIOGRAPHIE 6-SOURCES 25 26 7 - RECUEILS ET PUBLICATIONS DE SOURCES 26 8 - INVENTAIRE
  • Inscrit M.H en 1924 LOCALISATION DU SITE Coordonnées cadastrales Année : Section(s) : Parcelle(s) : 1982 A 992 Coordonnées Lambert Zone : Coordonnées : Altitude : I X1 : 116, 85 70m Y1 : 1106,8 OPERATION ARCHEOLOGIQUE Autorisation n° : Valable du : 21 014 24/04/2001 au 31/12
  • Conseil Général du Finistère Site d'éperon échafaudé en surplomb du rocher 200m 2 Néant Néant Courtines, parements extérieurs RESULTATS Chronologie : Vestiges mobiliers : Vestiges immobiliers : Lieu de dépôt de la documentation : Lieu de dépôt du mobilier : Moyen-Age Néant Courtines
  • , tours, donjon SRA Rennes Néant Résumé Les résultats de l'étude de bâti ont mis en valeur deux phases principales de travaux. La première phase est marquée par la construction des deux courtines et de la tour nord. La seconde se distingue par une réfection complète du côté sud-est
  • , ouvert de trois grandes baies sur deux niveaux minimum. La fouille du logis permettra de préciser l'impact de cette réhabilitation sur l'habitat seigneurial primitif. Le donjon ne possède aucune connexion architecturale avec les maçonneries précitées. Un épais massif quadrangulaire
  • construit à l'angle nord-est du donjon, marque une première période d'abandon du logis. La datation absolue des phases et périodes de construction reste ici inconnue. GENERIQUE PARTENAIRES MINISTERE DE LA CULTURE DRAC Bretagne Service Régional de l'Archéologie Stéphane DESCHAMP, Jean
RAP01006.pdf (SAINT-GOAZEC (29). le bourg. rapport de sondage)
  • MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE L'ENVIRONNEMENT Fouilles et Antiquités Campus Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne de Beaulieu Laboratoire 35042 CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES 80 303 0 9 O C ! 1980 G 7 RENNES Tél. (99) 36-48-15
  • CEDEX P o s t e 11-08 LE DIRECTEUR DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES DE BRETAGNE â MONSIEUR LE SOUS-DIRECTEUR DES FOUILLES ET ANTIQUITES S/C. de MONSIEUR LE DIRECTEUR REGIONAL DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE Objet : Finistère, St-Goazec, Sondage N° 79-09 du 22/05/79. Carte
  • archéologique : 29.2.09.249.002 A la suite de l'autorisation de sondage citée en référence, j'ai l'honneur de vous préciser que M. Pierre GAILL0T, titulaire de l'autorisation a effectivement pratiqué des sondages à la tige métallique dans les parcelles N° 12 et 16, section AB, menacées par
  • préhistorique de ce secteur se limite aux deux tombes en coffre découvertes en 1946 et 1973 dans la parcelle N° 12 ou bien s'il se continue par d'autres sépultures sous les jardins environnants. Depuis cette opération, M . GAILL0T a quitté la gérance de son commerce à St-Goazec avant de nous
  • avoir remis son rapport écrit ; ce bref compte-rendu vaut donc rapport préliminaire, dans l'attente d'un document plus circonstancié demandé â l'intéressé. C.-T. LE ROUX A ool • •
RAP03498 (Les zones côtières et les évènements climatiques. Rapport de PI 2017)
  • Commune principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Perros Guirec Ploumanac’h 2014 AB . 42 . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI
  • principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Porz Ran 2014 2$ . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV
  • charbon. Lors de la visite de terrain, aucune stratigraphie claire n’a pu être établie, cependant, cette couche se trouve entre l’humus dans le niveau supérieur et un limon dans le niveau inférieur. INTERPRÉTATION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV PDWLqUH
  • Commune principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Olonne 2015 2$ . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV
  • Braz Commune principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Olonne 2014 2$ . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI
  • principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Olonne 2014 2$ . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV
  • Braz Commune principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Olonne 2014 OA . 1209 . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI
  • principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Olonne 2014 2$ . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV PDWLqUH
  • principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Olonne 2014 2$ . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV PDWLqUH
  • principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Trébeurden ÌOH 0ROqQH 2016 C . 28 . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV PDWLqUH
  • principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Carantec Pointe de Penn al Lann 2014 Commune secondaire(s) AM . 56 . (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV
  • -dit de l'IGN et/ou adresse : KERSAUX Lieu-dit du cadastre KHUVDX[ Chemin de Parc Rouz Commune (s)secondaire(s) Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Sur estran, HQ OLPLWH GH OD SDUFHOOH &( Sur estran, en limite de la parcelle &( Année Section
  • ) . Parcelle (s) Lanrivoal Pez Douar 6XU O Hstran en limite sud de la Parcelle 1341-0K 2 . Commune (s)secondaire(s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DIIL[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DIIL[HV PDWLqUH PRUSKRORJLH RX
  • ALeRT Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre LES ZONES CÔTIÈRES ET LES ÉVÉNEMENTS CLIMATIQUES Arrêté d’autorisation n° 2016-355 Rapport de prospection inventaire 2016-2017 Vol. 2 Chloë MARTIN Avec la collaboration de Marie-Yvane DAIRE Annette FLAGEUL et le CFRA
  • Décembre 2017 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée
  • et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment
  • en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le
  • cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect
RAP00456.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire
  • dessins Photographies légendées. r Alt. PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN HAUTE-BRETAGNE RAPPORT 1990 Tome I : texte de synthèse CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE D'ALET LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE DANS LE NORD DE LA HAUTE-BRETAGNE RAPPORT En 1990, cette activité a été encore
  • importante au sein du Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.RAA.). Une quinzaine de prospecteurs y ont travaillé en apportant chacun des données sur des sites généralement inédits. Parmi ces prospecteurs, deux, L. LANGOUET et L. ANDLAUER, ont assuré la prospection aérienne, les autres
  • ont travaillé essentiellement au sol. Les moyens accordés en 1990 ont été les suivants : - 20000 F par le Ministère de la Culture, - 20000 F par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine. Les résultats de ces prospections ont été les suivants : - 72 sites traités en Ille-et-Vilaine
  • , de notre publication Les Dossiers du Ce.RAA. qui est diffusé à 350 exemplaires. L'année 1990, pour la prospection aérienne, n'a pas eu le même rendement qu'en 1989, la sécheresse n'ayant pas eu les mêmes caractéristiques. Toutefois les résultats ont été excellents et bénéfiques
  • pour la recherche archéologique et la protection des sites. Les sites gallo-romains ont déjà été rentrés dans le fichier informatisé qui regroupe les données du Projet Collectif de Recherche "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine". Ce
  • dernier arrive à une de ses échéances en Décembre 1990. Un rapport de synthèse est en cours de rédaction et la maquette de la publication de synthèse qui sera proposée aux Documents d'Archéologie Française ou à la Revue Archéologique de l'Ouest sera terminée simultanément. D'une part
  • les apports de la prospection sont fondamentaux dans cette recherche collective ; d'autre part le Ce.RAA. y a une part très active. De plus les découvertes ont été déclarées au fur et à mesure à la Circonscription des Antiquités de Bretagne, ce qui a permis d'alimenter très
  • rapidement et substantiellement le Carte Archéologique de la France. 1990 a aussi été, pour notre Centre, une année de diffusion et de mise en valeur des apports de la prospection archéologique. Le volume supplémentaire N°L-1990 des Dossiers du Ce.RAA., intitulé "Le Passé vu d'avion dans
  • le nord de la Haute-Bretagne ; apports de la prospection aérienne et la sécheresse de 1989" a été diffusé à ce jour à plus de 400 exemplaires, en France et à l'étranger. D'ailleurs L. LANGOUET a été invité comme conférencier, le seul français, à la réunion annuelle des
  • prospecteurs aériens de GrandeBretagne pour présenter la typologie des enclos à fossés arasés élaborée par L. LANGOUET et M.Y. DAIRE et publié dans le N°L-1990. De plus le Ce.RAA. a activement participé à la réalisation d'une exposition grand public intitulée "Le Passé vu du ciel" conçue
  • par l'ensemble des prospecteurs aériens de la Haute-Bretagne. Cinq fascicules d'accompagnement ont simultanément été édités. Le Ce.RAA. a été le coordinateur financier. L'opération a été rendue possible par les aides financières assurées par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine
  • , par le Ministère de la Culture, par la Fondation Electricité de France et par l'Institut Culturel de Bretagne. En fait cette exposition se compose de quatre expositions s'appuyant sur quatre micro-régions de la Haute-Bretagne. Toutes les expositions connaissent un grand succès
  • comme le prouvent leurs circulations. Le Ce.RAA. a aussi animé des stages scolaires de sensibilisation à la prospection au sol et assuré de nombreuses conférences sur le thème de la prospection aérienne. De plus, en Décembre 1990, doit être déposée la maquette d'un dossier
  • pédagogique, conçu par L. LANGOUET et M. GAUTIER, au Centre Régional de Documentation Pédagogique de Rennes, demandeur d'un tel document pédagogique. En 1991 la prospection sera poursuivie par le Ce.RAA. dans le nord de la Haute-Bretagne et étendue au sud du département de la Manche, son
  • l'Université de Rennes 1 ** Présidente de la Commission Prospection du Ce.RAA. En 1990, le Centre Régional dArchéologie d'Alct a obtenu des données nouvelles, inédites à raison d'environ 85 %, sur 206 sites ou structures archéologiques de la Haute-Bretagne. Le chiffre est légèrement
  • supérieur à celui des années précédentes (170 sites par an sur les dix dernières années), si on excepte les résultats exceptionnels de 1989 dus à la prospection aérienne (353 en 1989). Ces recherches ont été effectuées dans le cadre d'une opération prospection-inventaire (autorisation 90
  • -18 H de la Circonscription des Antiquités de Bretagne) soutenue financièrement par le Ministère de la Culture et de la Communication et par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine. La prospection aérienne a cependant gardé, en cette année de nouvelle sécheresse, une grande importance
  • M. 1 site POUPA J.C. 14 sites ROUXEL J.L. On peut apprécier la nature des découvertes de Tableau 1 - Répartition des sites et gisements traités par le Ce.RAA. en 1990 par période et par département 22 35 Totaux 36 77 6 6 9 7 13 34 6 8 1 3 7 49 111 12 14 1 12 Totaux 134
  • pour les communes des Côtes d'Armor ANDEL AUCALEUC BEGARD BOUILLIE (LA) BROONS BRUSVILY CALORGUEN CAULNES CHAMPS-GERAUX (LES) COETMIEUX CORSEUL CREHEN DOLO ERQUY ETABLES-SUR-MER EVRAN FREHEL HENANBIHEN JUGON-LES-LACS LAMBALLE LANDEC (LA) LANGUENAN MEGRIT NOYAL PLANCOET PLEBOULLE
  • PLEDELIAC PLELAN-LE-PETIT PLENEE-JUGON PLENEUF PLESTAN PLEVEN PLOUBALAY PLOUER-SUR-RANCE PLOURHAN PLOURIVO PLUDUNO PLUMAUDAN PORDIC ST AGATHON ST ANDRE-DES-EAUX ST DONAN ST JACUT-DE-LA-MER ST JUVAT ST HELEN ST LORMEL ST MELOIR-DES-BOIS SEVIGNAC TADEN TREBEDAN TREDIAS TREGON TREMEUR
RAP00486.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection diachronique.)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection diachronique.
  • Naaén aatear Direction murs et fosses des C3Btr iles r e s erv e it xi te I i\U H/? Naaeri de |)iiti sa; le site (ii 0 s t i C33) rértlatriees lignes i (1) à indiquer dans (2) la a r les nés la aesire irises di itxsible. aires la décaatcrte . Date de lènjtiia
  • m) _ lignes _ dans la Mesure di passible. les Ties prises après la décsu verte . Date r è s e? t i a H de an—MU—M ■—■M— DECLAMATION ( partie A - RECHERCHE DE à DECOUVERTE remplir par EFFECTUEE : PROSPECTION Ce.R.A.A. Auteur •. B-REFERENCES le ARCHEOLOGIQUE
  • Départiaeit: SAINT FALO Caa ■ ne (1) Anée : Seetiii (s) et Q parcelle (s) 71 Limoëlou Lieudit : D-P0SIT10N le Ge.R.A.A. (LANGOUET) B - REFERENCES Carte DECOUVERTE EFFECTUEE : PROSPECTION Auteur : C -CADASTRE DE TOPOSRAPHiqUE I.G.N. SAINT MALO 7-8 28 m Altitude di
  • ? Nxaéri de piita sir le site [it 031 i cas; -t-r-a-s s s _s G-nvb r e : du sissible. Date (2) ? s a r Direction Naaéri I IDENTIFICATION r a s ervë aires la décaurerte de r:::?tias DECLARATION ( partie A ■ RECHERCHE DE à DECOUVERTE remplir par EFFECTUEE
  • prise de rue (I) dive r ses JOINTES Anaalies riréiatrices Direction Antiquités) Niateri I IDENTIFICATION la réservé de site L Si). JL»_J Cm. S ; t» H/P Kaaért de pbiti sa r le site (it sa t i cas] .trace s _ claires _ ou sombres (Gf photos) du passible. prises après
  • la découverte, Date de rèetptiai rniBMiHan»-rr.T''fe- SAINT P1RB - Boulienne DECLARATION ( parti» A - RECHERCHE Aitur DE à DECOUVERTE remplir par EFFECTUEE : PROSPECTION Ce.R.A.A s B • REFERENCES la ARCHEOLOGIQUE prospecteur ) AERIENNE LANGOUET) Dat 6 e
  • de la diciiftrte : Août 87 ADMINISTRATIVES Caaaut : Côtes du Nord Déaarteateat: CHAMPS GERAUX C -CADASTRE (1) Aaaée: I9O3 Lieudit : La Haute Pesnais 0 - P0SIT10M Carte El Sectiea(s) et parcelle(s): 75 TOPOSRAPHiqUE I.B.N. au 1/25 000 Illb ouest 65 m Altitade 4a
  • • REFERENCES prospecteur) AERIENNE Ce.R.A.A ( ANDLAUER) Auteur : ARCHEOLOGIQUE (éeiifirte : it Dïte 13 Juillet 87 ADMINISTRATIVES Côtes du Nord Département: CORSEUL Cimmaaa C -CADASTRE (1) Allie : Section (t) et parcelle (s) : 251 La Ville Gout Lleudit : D - POS IT10H El
  • Antiquités) Numéri 1 IDENTIFICATION la réservé JOINTES Aaamalies révélatrices I Bip. de site il I Cm. S t te 1 H/P Numéri de pbita sar le site Ht est i 033) _ anomal i e s _de hauteur § Date de téceptiast : COR.5CUL El. DECLARATION ( parti» A • RECHERCHE DE à
  • DECOUVERTE remplir par EFFECTUEE : PROSPECTION Auteur : Ce.R.A.A. B - REFERENCES la ARCHEOLOGIQUE prospecteur) AERIENNE (LANGOUET) Oati it la diciaiirte s 18 Juin 87 ADMINISTRATIVES Département : Côtes du Nord DO.LO Cimene C -CADASTRE (1) 1983 Aaaéa : ZA 22 La
  • à 039) s _ jaunes . Date de rèceptiaa 1967 FREHEL La Ville Men DECLAMATION ( pari!» A - RECHERCHE DE a DECQUÏERTE remplir par EFFECTUEE : PROSPECTION la B - REFERENCES prospecteur) Jf^ AERIENNE Ce.R.A.A. (LANGOUET) Auteur : ARCHEOLOBf QUE Date de la
  • déeiiferte : 6 Août 87 ADMINISTRATIVES Côtes du Nord Dépirtmeit: JUGON LES LACS Ciame C -CADASTRE (1) Allée : Seetiu (s) tt 496 Parga Litudit : D-POSITION Carte CZ in celle (s) TOPDSRAPHIQUE I.G.N. ai 1/25 000 IOI7 est Broons 105 m Altitide di site : Cairdinaées
  • ) Nsméra auteur 87-22142-01 DES Date de prise de rue (2) 26/6 "3/7 "et 477" PHOTOGRAPHIES Directioi de prise de rue (I) ■divers-e-S- (1) à indiquer dans la mesure du passible. (2) pour les vues prises après la décauverte . Direction Antiquités) Nustéri I IDENTIFICATION la
  • dictaiertt : 3 Juillet 87 ADMINISTRATIVES Côtes du Nord Départi. tit: LANCTEUX Cimsut C-CADASTRE (1) Antt Sictin (s) tt parcelle (J) domaine maritime Liiudit D -POSITION Cirtt TQP06RAPHIQUE I.G.N. n 1/25 000 SAINT MALO 5-6 4 m Attitude di site : Ceerdanaées
  • le ARCHEOLOGIQUE prospecteur) AERIENNE (LANGOUET) 15 Juillet 87 Date ie la iécairerte : ADMINISTRATIVES Côtes du Nord Département -. Caaaiie L ANVALLAY-TRESS AINT C -CADASTRE (1) Aaiée : Le Puits Harel Lieuiit : D-POSITION Carte 236 , B2 Sectiia (t) et parcelle (s
  • - - - (1) à indiquer dais la mesure di passible. (2) pur les vues prises après la découverte. i* 1 CM . Siti H ' /P JOINTES Anaalies - de site / Bip. IDENTIFICATION Direction révélatrices Niaén de plate sir le Site («1 (91 i 033 ) traces vertes Date de réeeptiei: LA
  • CENTRE REGIONAL ARCHEOLOGIQUE D'ALET RAPPORT 1987 LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN BRETAGNE 99 Les Dossiers du Ce.RAA., 15, (19S7) CHRONIQUE DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE 1987 EN BRETAGNE Loïc LANGOUET* et Gabrielle FAGUET** * Maître de Conférences à l'Université de Rennes
  • I ** Présidente de la Commission Prospection au Ce.RAA. Les lecteurs des Dossiers du Ce.RAA. sont habitués à être régulièrement informés des découvertes de l'année, effectuées en Haute-Bretagne par les prospecteurs du Ce.RA.A.. La présente chronique correspond à la fois à cette
  • préoccupation du Centre et au souhait de rendre hommage au travail réalisé sur le terrain. Voici la liste nominale des prospecteurs actifs avec l'indication du nombre de sites traités par chacun en 1987 AMOUREUX P.(15) LEROUX G.(18) ANDLAUER L.(4) MEURY J.(l) BOUGERIE H.(l) MOUTON D.(l
  • ) CLEMENT J.H.(15) NAAS P.(2) FAGUET G.(34) PIRAULT D.(l) LANGOUET L.(24) THENADEY D.(l) LE BOULANGER M.(l) C'est la quatorzième chronique de ce type qui est ainsi publiée. Elle correspond à une recherche menée collectivement dans la moitié orientale des Côtes-duNord et la moitié
RAP01156.pdf (ILE-DE-BATZ (29). penn ar cléguer. rapport de fouille préventive)
  • page. 1 plan. Photographies légendées. dis* P . THERENE Ingénieur en retraite Antony, le 13 juin 1981 5, av. Marquise du Deffand 92160 ANTONY Monsieur le Directeur, Voici le compte-rendu de l'intervention effectuée cet hiver à demande à la pointe de Pen-ar-Chleguer, sur
  • décembre 80-février 81 F o u i l l e s de l a Selle vers 1920 Autorisation (n°, date)...., Intervention (début et fin), Années antérieures d'intervention INTERVENTION M. Pierre THERENE Erosion marine Responsable Motif d'intervention 1 m 2 environ 10.000 m2 ? Surface fouillée
  • Estimation de l'étendue du gisement SITE Nature du gisement Nature des découvertes effectuées Périodes chronologiques OBSERVATIONS : : : ..: cimetière à coffres enfoui sous une dune Structures funéraires. Charbons de bois. A se d u Bronze ? Le s i t e apparaît j u s t i f i a b
  • l e , pour l'immédiat, d'une simple suveillance. Son e x p l o i t a t i o n r é e l l e , en cas de nécessité, dépassant nettement les p o s s i b i l i t é s du présent f o u i l l e u r . CONTENU DU Rapport scientifique.... DOSSIER Plans et coupes Planches de dessins 1
  • l'Ile de Batz : votre La prospection de la côte m'a permis de localiser trois tombes en coffre recoupées par l'érosion de la falaise et plus ou moins dégradées ; toutes semblent avoir été du même type que celles qui sont dégagées à l'intérieur du "jardin colonial" depuis les
  • travaux de M . de la Selle, avant-guerre, mais leur état ne permet plus d'en relever les dimensions de façon utile. La tombe 2 est la mâeux visible car elle est coupée franchement en travers ; les parois sont faites d'un empilement de moellons plats et la couverture de deux petites
  • dalles superposées. Il n'y a pas (ou plus) de dalle de fond. La profondeur conservée est d'environ 50 cm, la largeur de 60 cm et la hauteur intérieure de 35 cm. Ces trois tombes sont implantées dans une terre arénacée, épaisse de 1 m ou un peu moins, entre l'humus superficiel et le
  • granité altéré ; je n'ai pas reconnu de traces nettes de la gosse creusée pour les instalèer en raclant la coupe avec une truelle. Cependant, autour de la tombe NÔ 2 , et spécialement en-dessous, il y a une assez grande densité de grains de charbon de bois. J'ai prélevé de mon mieux
  • ceux-ci en raclant la coupe sur une dizaine de centimètres d'épaisseur et sur 2 m de long environ entre la base du coffre et le rocher. Ci-joint cet échantillon qui est malgré tout bien minime, je n'ai pas voulu aller plus avant pour ne pas risquer d'aggraxrer l'érosion de cette
  • falaise. Je suis à nouveau à l'Ile de Batz tout l'été et je me tiens à votre disposition pour revoir ce site avec v o u s . Croyer, Monsieur, en mes sentiments dévoués d'archéologue amateur. P . THERENE
RAP00494_2.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire
  • de prise de rie (1) Bip. Ci». JOINTES Aiiaalies I »* Siti i H/P Niaéri de piatt sir le site (
  • : Ciirdaaaées M* 6 1/25 000 : A C-WYtCUi. V\t
  • appnxiaatius Abscisse Ai : Oriniée Ay Abscisse Orientée Bj j Q Y = SS /ScrO 8x : (cadre réserve E • DOCUMENTAT ION à Stractires Castrât es repérées : aa des s a l (1) : I IDENTIFICATION Niaèn aiteir (2) pur les rees DES Date ie prise ie ne (2) (1) à liiii.nr dais la
  • [^Documents divers Mobilier pouvant être obtenus auprès de : la D.R.A. et du CE.R.A.A, BIBLIOGRAPHIE [2 Simple mention QRecherche approfondie Dossiers du CE.R.A.A. , N °17, 1989 . Coordonnées de 1 ' éDicentre Cadastre Zone Lambert : Année : Section! s) et parcelle(s) >— : Y
  • LJ Photographies I I Mobilier [__ Photographies 'aériennes [^Documents divers la D.R.A. et du Ce»R.A.^; BIBLIOGRAPHIE (^Simple mention QRecherche approfondie - Dossiers du Ce.R.A.AA., n °17, 1989. » Cadastre Année : Section(s) et parcelle(s) Coordonnées de l'épicentre
  • Aaïaalits rérélatriets 1 Haaéri it i i lip. Ci». site i* Siti f ] H/? Xiatri ie pbiti sir le site (ii gai i a») 1989 LA BOUSSAC 35 Gisements protohistorique et médiéval parcelle 528, section G, cadastre de 1982 Lieu-dit : Lépinay Coordonnées Lambert I : X = fcOk.C^S" Y
  • : ASCXEUISlf UE Dati ie la iicunrte : Z% 1989 (LANGOUET) B - REFERENCES ADMINISTRATIVES Dipartem e a t Ciaam : Ille-et-Vilaine COnbOORC C -CAO ASTRE (1) A.... A^V. lieiiit : *TVia.Y\
  • [it 901 i a») rirélatricts a. (1) à iid'mer dais la aesire il passible . ' Bu. Ci». it Û CUGUEN 35 Enclos probablement gallo-romain parcelle 668, section B2, cadastre de 1982 Lieu-dit : Lu „ Oimiup El uni y (_£s F^-U k)(r 6 S . Coordonnées Lambert I : X « 306.725 Y = 92.150
  • DECLARATION ( part!» A -RECHERCHE DE à DEC89YEITE ramplir par EFFECTUEE : PR0SPECT10M A.tnr: la ASCXEUISlf UE prospactaur) AERIENNE CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE ^ „ tf| jjtmilU ; (LANGOUET) S ■ REFERENCES 1989 0 ADMINISTRATIVES Départe. eit Cl. .m: Il le-et-Vi laine
  • : Aascisse Ordonnée Bj : Sx : j | 1 cadre E - DOCUMENTATION 1 Structures repérées Ca.tr il es au *4 o i a g des s*l (1) la raser va Direction Antiquités) ttaaén it I IDENTIFICATION Naièri aateir DES Date de prise it ut (2) PHOTOGRAPHIES Oirectlai de prise de ne
  • (1) g Aat.alies riréiatriets : -89-25- Qfbh-CA Siti I H/P ■ Xa.éra it piati sir le site (
  • Direction Antiquités) Haaéri I IDENTIFICATION Niaèri aiteir Dite de prise de ne (2} (1) à iidiu" d'»* (2) pur les vies DES l> aesirt prises PHOTOGRAPHIES Directiu de prise de ne (1) di pissikle. après la déciuverte. JOINTES Aaaaalies rirélatriets de site li J i Di». Ci
  • : REGI0NAL la ARCNEILISIfUE prospecteur) AERIENNE D'ARCHEOLOGIE
  • et 560, section D2, cadastre de 1960 Lieu-dit : La Provota^s Coordonnées Lambert I : X = 3o4.23û Y = G. FAGUET a localisé un gisement inédit livrant de nombreux fragments de tuiles plates à crochet, des tessons de grès normands précoces et des tessons de la fin du Moyen Age
  • Ai : Orduiée Ay: Abscisse Orioanée B) : Bx : j [cadre réservé E • DOCUMENTATION a la Direction Structures repérées : des Ceitrsles ai Hiaén s»! (1) Antiquités) it site L IDENTIFICATION Date de prise it ut (2) Niaéri aateir -89-3-5 -1^2-^ DES PHOTOGRAPHIES
  • [^Documents divers inédite pouvant être obtenus auprès de : I Mobilier la D.R.A. et de G. Jumel BIBLIOGRAPHIE O Simple mention [^Recherche approfondie Cadastre Année Zone Lambert : Section(s) Coordonnées de l'éDicentre et parcelle(s] X = 288,460 Y 332,250 = Altitude
  • pouvant être obtenus auprès de : la D.R.A. et de G. Jumel BIBLIOGRAPHIE □ Simple mention Coordonnées de l'épicentre Cadastre Zone Lambert Année : Section(s) et parcelle(s) ^Recherche approfondie YB 10 X = 288,460 Y = 332,250 Altitude NGF ' ou GUIPRY 35 Tertre Tumulaire
  • Saint-Malo GUIPRY 35 Gisement néolithique Lieu-dit : La Boquenaie S/ X Cadastre de 1985, section TB, parcelle 7 Coordonnées Lambert II : X = 285-^2: G. Jumel a découvert Y = un petit site à silex, de faible densité, impla té le long du ruisseau de la Chire . (Inédit
  • Date it prise de ne (2) Niatu aateir Directiaa de prise de rie (I) A i • ai a I i e s i JfctlQK ,89-35 -4*4 -CL| réïélatricts Xeaéri de ikiti sir le site [U m i 939} - _U_Wt'_ ~ .._ _ i __ __J (1) à ladite" dais la meurt de pessikle. (2) pur les vaes prises après
  • < Aiscisse Ai : j = .^oo Si : Y = Oriassee ^.5^5" 3j : [cadre r e ser v e E - OQ CUM EîtTAT I OH à S t r a et ar es r s 3 s r s s s : CïlUiles aa Ô^MLàfuJlUi til (l): Ç^. Cy£ toffiJUJÙc- éuL \rtUàC/> . Ç.^ . la des Date de irise it ut (2) Niaeri autsar -89-35 -43^01
RAP00494_1.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire
  • CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE D'ALET LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN BRETAGNE RAPPORT 1989 Tomel SYNTHESE ET DECOUVERTES EN MANCHE ET MORBIHAN CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE D'ALET LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN BRETAGNE RAPPORT 1989 Tomel SYNTHESE ET DECOUVERTES EN
  • volumes, chaque découverte est brièvement décrite et les plans cadastraux sont joints. Toutefois pour les sites résultant de la prospection aérienne, nous y avons ajouté des photographies significatives et le double de la feuille de déclaration. Nous avons arrêté notre bilan annuel à
  • la date du 30 Septembre comme les années précédentes. Au cours de l'année, chaque site a fait l'objet d'une déclaration auprès de la Direction des Antiquités au fur et à mesure de son traitement. En retour nous avons reçu les numéro attribués à chaque site déclaré par la D A.B
  • ., ce qui est nécessaire pour la tenue à jour du fichier du Projet Collectif de Recherche "Archéologie du milieu rural en Haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine". Pour les sites trouvés par voie aérienne, un jeu de photographies en couleurs a été associé aux feuilles
  • de déclaration. La Direction des Antiquités de Basse Normandie a reçu un rapport séparé pour les cinq sites localisés dans le département de la Manche. Pour apprécier les résultats de la prospection en 1989, nous avons joint au présent texte un tiré à part de la Chronique de
  • prospection qui sera publiée en Décembre 1989 dans le N°17-1989 de notre publication Les Dossiers du Ce.R~AA. (Annexe I). Il s'avère ainsi inutile de répéter ici toutes les données analytiques qui s'y trouvent. Toutefois la prospection aérienne de 1989 mérite un commentaire supplémentaire
  • , étant donné sa particulière importance (253 sites ou structures archéologiques). LA PROSPECTION AERIENNE EN 1989. Au sein du Centre Régional d'Archéologie d'Alet, elle a été l'oeuvre de deux prospecteurs, Loïc LANGOUET et Louis ANDLAUER, avec respectivement 175 et 59 sites. Souvent
  • concernant la prospection aérienne (Annexes II et III), deux méritent un premier commentaire : - la cartographie des sites décelés d'avion (dans l'Annexe I) ; celle-ci a l'avantage d'illustrer la zone couverte par les prospecteurs aériens du Ce.RAA. ; - le taux de découverte par heure de
  • vol (dans l'Annexe II) ; le tableau et l'histogramme montrent nettement que ce fut au cours de la deuzième quinzaine de Juin que la prospection aérienne a été la plus bénéfique, avec des taux de près de 11 sites nouveaux par heure de vol. Pour exploiter au maximum ces derniers
  • documents, il nous faut attendre les bilans de la Météorologie Nationale et détailler les rendements selon les types de culture. Nous avons l'intention de le faire, en collaboration avec les autres prospecteurs aériens de la Haute-Bretagne, Alain PROVOST, Maurice GAUTIER et G. LEROUX
  • , dans un article à paraître dans le N°7-1990 de la Revue Archéologique de l'Ouest et portant sur les conditions d'obtention des photographies aériennes, particulièrement en 1989. Le Centre Régional d'Archéologie d'Alet a en plus ses projets propres : - une exposition itinérante sur
  • "LES APPORTS DE LA PROSPECTION AERIENNE EN 1989 DANS LE NORD DE LA HAUTE-BRETAGNE" (titre provisoire). Son inauguration est programmée pour Mai 1990 ; - un volume spécial (Supplément N° M-1990 des Dossiers du Ce.RAA.) traitant du même thème avec de nombreuses photographies en
  • s'est avéré très intéressant de réaliser cette bonne couverture au moment où la sécheresse permettait la visibilité de nombreuses structures archéologiques. La presse s'est déjà emparé de l'aspect sensationnel de cette prospection aérienne en Haute-Bretagne. On peut citer ainsi des
  • articles dans les journeaux OUEST-FRANCE, LE FIGARO, LIBERATION, LE TELEGRAMME, dans les journeaux télévisés de FR3-BRETAGNE et de la chaîne TV M6, dans des revues comme AR MEN.... LE FINANCEMENT DE LA PROSPECTION-INVENTAIRE. Les financements de la prospection, au sol et aérienne, par
  • le Ce.RAA. ont été théoriquement assurés par : - la Sous-Direction de l'Archéologie, du Ministère de la Culture (30.000 F selon une lettre de la Direction des Antiquités de Bretagne en date du 18 Septembre 1989), - le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine (12.000 F), - le Centre
  • Régional d'Archéologie d'Alet (4.000 F). Toutefois à la date du 15 Octobre 1989, nous n'avons pas touché le moindre centime de la subvention de la S.D A.. Cela nous a obligé à faire des emprunts, ce qui se traduit par des intérêts à verser et diminue notre potentiel financier. Nous
  • national. Elle serait à la disposition des Directions des Antiquités, selon les besoins que telle ou telle condition climatique favoriserait dans des opérations régionales de prospections aériennes. PROJETS. Le Centre Régional d'Archéologie d'Alet a l'intention de poursuivre en 1990
  • de Conférences à l'Université de Rennes I ** Présidente de la Commission Prospection du Ce.R~A~A. En 1989, le Centre Régional d'Archéologie d'Alet a obtenu des données nouvelles, inédites à raison d'environ 90 %, sur 353 sites archéologiques de la HauteBretagne ! Le chiffre est
  • exceptionnel puisque, à titre de comparaison, pour les cinq dernières années, le bilan annuel de la prospection par le Ce.RAA a été, en moyenne, de 170 sites par an. La présente chronique offre donc une particulière abondance et ceci pour des causes multiples. Tout d'abord il convient de
  • souligner l'apport très important de la prospection aérienne, une sécheresse exceptionnelle en Haute-Bretagne en étant à l'origine. Les deux prospecteurs aériens, L. LANGOUET et L ANDLAUER ont en effet obtenu des informations sur près de 260 structures archéologiques. Par ailleurs G
RAP01070.pdf (REMINIAC (56). la Gréandais. rapport de sondage)
  • REMINIAC (56). la Gréandais. rapport de sondage
  • . Sur ce s nous avons trouvé plusieurs tessons do^nt un col de carafe en terre orange CARRE B 1: Sol en terre batifrue; murs intérieurs en petit appareillage bien assemblé. Peu de tessons. Dans ce carré nous avons trouvé le so 1 vierge, c'est à di CARRE B2 le shiste qui se trouve à
  • Rapport du sondage effectue enREMINIAC ( 56140) AU LIEU-DIT : " LA GREANDAIS" C'est après une interruption d'un an, durée de mon service militaire, que j'ai repris le sondage archéologique commencé en Mars 1971. Le site, à 2 kms du village , dans un creux, borde une des voies
  • romaines de la commune. Niveau du sondage : + 63 m. ETUDE STATIGRAPHIQUE DU SONDAGE Après quadrillage du terrain de 2 carrés A 1 et B 1 de 3m sur 3m, cette année nous avons continué le sondage par 4 carrés de mêmes dimensions ( voir plan), H 'i Dafcs le a^.rré D1, nous avons trouvé
  • l'angle de la construction. Sur cette façade , nous pouvons remarquer une frise de quelques tégulae et imbrices de 10 cm sur une longueur de 1m 50. Le sol extérieur se situe à 0 m 50 - 0 m 60 de profondeur. Sur ce sol nous avons dégagé quelques tessons de poterie commune, deux morceaux
  • de " dolium" , un morceau de verre fin, ainsi qu'un fragment de sigillée. Dans l'intérieur du carré D1 , nous avons remarqué que les éléments de la toiture effondrée sont presque intacts: nous avons trouvé des imbÊce; tegulae entières. CARRE Cl : Coté intérieur : Une partie du sol
  • est en ciment granuleux de coul&éJr rouge-brique. La gueur Est de ce sol est de 2 m . Son commencement et sa fin s'arrêtent bru' ment , faiâant croire que nous sommes en présence de plusieurs pièces sépa? par des c-^loisons de bois entièrement disparue à l'heure actelle. Sur ce se
  • nous avons trouvé plusieurs tessons do^nt un col de carafe en terre orange. CARRE B 1 : Sol en terre batitue; murs intérieurs en petit appareillage bien assemblé. Peu de tessons. CARRE B2 : Dans ce carré nous avons trouvé le so 1 vierge, c'est à di: le shiste qui se trouve à environ
  • 70 cm de profondeur. CARRE B 3 : A 1m10 de profondeur , nous distingons la toiture et un de terre batiifue. Nous n'y avons pas découvert un seul tesson. ±010 OL CONCLUSION : Dans l'état actuel du sondage, nous ne pouvons détermine la nature du bâtiment, ni son utilisation, ni
  • ses dimensions. Nous pouvons dire dépendant que; 1°/ La façade principale coté Sud comporte un motif composé de tegulae et d'imbuees sur une longueur de 1m 50 environ. 2/ La façade nord n'existe plus, le terrain actuel ayant une pente différente de celle qu'il devait avoir à
  • a 1 t i * Rapport du sondage effectue en R E M I N I A C ( 56140) AU LIEU-DIT : " LA GREANDAIS" C'est après une interruption d'un an, durée de mon service militaire, que j'ai repris le sondage archéologique commencé en Mars 1971. Le site, à 2 kms du village , dans un creux
  • , borde une des voies romaines de la commune. Niveau du sondage : + 63 m. ETUDE STATIGRAPHIQUE DU SONDAGE Après quadrillage du terrain de 2 carrés A 1 et B 1 de 3m sur 3m, cette année nous avons continué le sondage par 4 carrés de mêmes dimension ( voir plan). Dafos le a^rré D1, nous
  • avons trouvé l'angle de la construction. Sur cette façade , nous pouvons remarquer une frise de quelques tégulae et imbrices de 10 cm sur une longueur de 1m 50. Le sol extérieur se situe à 0 m 50 - 0 m 60 de profondeur. Sur ce sol nous avons dégagé quelques teesons de poterie commune
  • , deux morceaux de " dolium" , un morceau de verre fin, ainsi qu'un fragment de sigillée. Dans l'intérieur du carré D1 , nous avons remarqué que les éléments de la toiture effondrée sont presque intacts: nous avons trouvé des imbÉce tegulae entières. CARRE C1 : Coté intérieur : Une
  • partie du sol est en ciment granuleux de coul&SIr rouge-brique. La gueur Est de ce sol est de 2 m . Son commencement et sa fin s'arrêtent bru ment , faidant croire que nous sommes en présence de plusieurs pièces sépa par des c-'loisons de bois entièrement disparue à l'heure actelle
  • environ 70 cm de profondeur. CARRE B 3 : A 1m10 de profondeur , nous distingons la toiture et un de terre batiifue. Nous n'y avons pas découvert un seul tesson. b Dans l'état actuel du sondage, nous ne pouvons détermine CONCLUSION la nature du bâtiment, ni son utilisation, ni ses
  • dimensions. Nous pouvons dire dépendant que; 1°/ La façade principale coté Sud comporte un motif composé de tegulae et d'imb^ces sur une longueur de 1m 50 environ. 2/ La façade nord n'existe plus, le terrain actuel ayant une pente différente de celle qu'il devait avoir à l'époque
RAP01027.pdf (TRÉGOUREZ (29). Kergreac'h. rapport de fouille préventive)
  • • B « •.. 1.. « - m liliïilL mm * S i .V " / N — m A * i * - X .. .t. < ..l •mmmmwmm * r -V ^ ' V S ' >V f ' 7 - ( , x » / f ' . -n f "f IML Di. « ; \ . 1 TREGOUREZ Vue g é n é r a l e - Kergreac'h du site : Au p r e m i e r plan tombe ëventrëe la p a r
  • R C c p p ^ ^y cv T R C E .-T. - A ttç ft rorreo C k O VJ ^ C . - T . LE ROUX RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA F O U I L L E D ' U N E T O M B E DE L ' A G E A KERGREACH Le 9 mai EN T R E G O U R E Z 1 9 7 6 , la m a i r i e q u e m e n t la c i r c o n s c r i p t
  • i o n survenue DU DE SAUVETAGE BRONZE (FINISTERE) de T r e g o u r e z alertait au s u j e t d ' u n e d é c o u v e r t e 1 ' a v a n t - v e i 1 1 e d a n s la téléphoni- de tombe commune. Profitant d'une tournée déjà p r é v u e , nous avons effectuer la p e t i
  • d'un e m p l o y é disposition 11, p a r M . le m a i r e munide Tregourez. E T A T DES LIEUX La d é c o u v e r t e a é t é f a i t e d a n s la p a r c e l l e N ° 2 0 0 , B feuille 2 , située juste N o i r e s " , en b o r d u r e au p i e d du f l a n c sud d e s du C
  • . V . n ° 6 ( C o o r d o n n é e s section "Montagnes Lambert : X = 139,8 Y = 65,0). Au c o u r s d'un cha une r o c h e q u i , s o u l e v é e lant l'amorce entreprirent rencontre' par la c h a r r u e , se r e t o u r n a d ' u n e s é p u l t u r e en d a l l e s de
  • Poussés LA l a b o u r , le p r o p r i e taire, M . R e n é M A H E , révê- schiste. p a r la c u r i o s i t é , l u i - m ê m e e t q u e l q u e s de la v i d e r , a t t e i g n a n t le s u b s t r a t u m a u t r e c h o s e que de la t e r r e en accro- voisins sans
  • avoir d'infiltration. FOUILLE Nous avons effectué raire après avoir décapé X 3 m environ jusqu'au ment galets un r e l e v é les e n v i r o n s r a n t d a n s la M o n t a g n e selon substratum, composé de b a s de p e n t e S m a t r i c e ou c a i l l o u t i s de c e
  • complètement au s o u h a i t l é g i t i m e du p r o p r i é t a i r e , la s é p u l t u r e , ce qui a en o u t r e son m o d e Les éléments en vue d ' u n e de permis nous d'examiner construction. en o n t é t é n u m é r o t é s e t t r a n s p o r t é s reconstitution sur
  • un e s p a c e au vert, envisagé bourg p a r la commune. Le m a t é r i e l charbon recueilli se l i m i t e de b o i s , e t d e u x m i n u s c u l e s à quelques grains t e s s o n s de p o t e r i e a c t u e l l e m e n t d é p o s é au s i è g e de la c i r c o n
  • dalles de e t 4 p a r o i s , le fond n ' é t a n t irrégulier mais notable existe brut, bleuté, f a i t de cinq d a l l e s coupes). Les d i m e n s i o n s ment ; il Finistère. La t o m b e e s t un p e t i t c o f f r e schiste et de utilisées à la p a r t i e sont
  • des plaques q u ' o n ne t r o u v e pas l o c a l e m e n t un de rétrécisse- supérieure. de s c h i s t e ; elles ardoisier peuvent p r o v e n i r d e s s c h i s t e s ordoviciiens de la M o n t a g n e N o i r e , en franchi la l i g n e de c r ê t e ; un f a c i è
  • s local à la f a v e u r d'un m é t a m o r p h i s m e du b r i o v é r i e n ayant local, p a r t i c u l i e r , n ' e s t pas exclu ce- pendant. L e u r é p a i s s e u r va de 5 â 12 cm e t les f o r m e s n ' o n t q u e m e n t pas été r é g u l a r i s é e s . La p
  • a r o i f e n d u e en d e u x s o u s la p r e s s i o n r i a u de s e c o n d c h o i x s u d , trop m i n c e , des t e r r e s . Tout d é n o t e utilisé â l'économie Le c o f f r e é t a i t installé le c o n t o u r a pu ê t r e p r e s q u e et sans grande dans
  • une fosse d i n a l e s du plaquettes maitrise. forte mais irrégulière tan- suivi. dans c a l a i e n t les p a r o i s les- longitu- de la f o s s e é t a i t f a i t d e s m a t é r i a u x t r a i t s , n e se d i f f é r e n c i a n t du s u b s t r a t u m q u e
  • par u n e d u r e t é peu m o i n d r e e t de r a r e s g r a i n s de c h a r b o n masse. maté- coffre. Le r e m p l i s s a g e la un dont d i s que le fond é t a i t p l a t a v e c d e u x l é g è r e s o r n i è r e s quelles quelques petites s'est irrégulière
  • i t , pa- r a i s s e n t a v o i r été p l a n t é e s peut-être de c h a n t i n t e n t i o n n e l l e m e n t l e s d e r n i e r s r e s t e s d'un d i s p o s i t i f b r é au fil des Entre aire d ' e n v i r o n le c h e v e t o u e s t e t la s t r u c t u r e
  • forment plus complexe déla- p r é c é d e n t e , une 30 cm de côté m o n t r a i t une a c c u m u l a t i o n foyer, insuffisants la t e r r e et labours. a s s e z r i c h e en d é b r i s de c h a r b o n s de b o i s durci plaquettes cendreuse i n d i q u a n t une z o
  • de v e r s a n t e t le sol pu que s ' e x h a u s s e r avant l'installation La c o n f i r m a t i o n semble n'a du r é s e a u de t a l u s a p p o r t é e p a r les s t r u c t u r e s qui ne p o u v a i e n t g u è r e a v o i r été que s u p e r f i c i e l l e s e
  • d'accumulation Bronze en e f f e t bien c l a s s i q u e en B r e t a g n e c i d e n t a l e e t d a n s la r é g i o n de C h a t e a u n e u f où l'on un â g e du cer- s o u s le sol actuel. de I *» - m f ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne * 1 R. „ 2 v
  • t e f o u i l l e de s a u v e t a g e qui s ' i m p o s a i t l ' a i d e de M . F . LE P R O V O S T , C o r r e s p o n d a n t , de q u e l q u e s du j e u n e cipal groupe archéologique a i m a b l e m e n t mis â notre p u , le avec membres de S t - G o a z e c e t
RAP01072.pdf (PLONÉOUR-LANVERN (29). Languivoa. rapport de sondage)
  • © devrait la faoado do la cho» pélto 4t cfeô œ t % et est ir.elus feas i s p a l l i a a® Iff d e te aoottoa f i 4» aadaHare de I M M H M W ä V f c to p i p é l i l t o « s t 3Mi a s « ® © {oocyte a 8 4)# il t, m mm% la r p i 00 «pa» te -pirn aùakm tes m^.MÙ. teotive mm mp
  • tslocs aont encore «si jsls»» 0© cm m e t la Ì&&» 13* m des* Ml m peétmxm 4«w» pitie
  • « H trnmé® d@ §i®Sô* m la « tomm m méte Oaast* U m o l*üB(ß& l a l à t w t t ïSwrt«Qooet do l*àa.ficô s© trouve l'osi £100 &*«anii IM, Soft» d e la oaeà». I»eo quûtro ofttéa öö®st, ©««aMá. mqpeetfere¿«at « 0,86, ö,m, 0,75
  • «ktouvée à |.*Iü e t I « rasmt tisi fiât 1,46 a* d© 3 « m Qftìè S i i l e » pm% un© i s m m de gar m e© 9 * 1 4» t morets. et 0,40 ss# de largo* Le satoset ¡-lad fíáf 1»2B &mtòm m soit pelotsgS « « e I*Bet ess? im m x p Q f
  • » tanas&i&ttg, test 4 cs&t
  • HI. l e fe®! to la i t « B P W 11 sa t r o w m I ®m p t a t M t M l itsttsts: iiteMUg Kwd «1 pm i e fta® bm oat ahmlm&A plat, a* / H . 8 . o t h m r^ispeKrfiw:«!, It * 2,04 / j&s» hast) ft It * 2*48 m* / S*l* tseit WRD* (aoit a» m* jit» &»%}». tm parole. Horn at f
  • «J I. toe la rochc m f§Mm et m am% fos jtwm'iant&Mu L&3 narois Quasi 0$ .3s% aont tail loss afeaa e a a ^ t l i » » tf§i 1 « tus? ooittd do m m toitesr, ©e&s M r i t M M l t a r et a»n£ t e i l l & m »«li«iw% w » lie» .1« S a offot alios SB p i « » ¿ o t s t e ^ b OI
  • -iJF) poiifsM© I la b^e- to .la aisfe i® 4 «£,&•«© so titswant tooa m la doll-:'. p l a m u J a daaeftis t ® « ® » issio Oueat (ef. H g * pe4$m* { s» !.#• % . % altee l i l ^ a t * f «* & » t t # » 2 * & * t,45 m i « f «• It * f-t42 m / 4 m h » 1,43 13* / I A 4 ) qai
  • G m 8 Ä Ä « M » a » «MriWKMi p » Ü s » «tei st&duMu Bfe efltofc k m (an notant la® ööt#© « b œ , • 1 • « 0,10 K 0 , 1 ? X 0*10 X 0,13 13. - 2 « « 0,t4 - 3 - • « M ? X 0,15 X
  • » tes m û t * » feu» X 0,14 X 0,14 eu * 0,15 a . » 5 - à » S » a ilf.44^ mfmk mt$ff/m m$m & m\ 9$f/m wMmlm p-domt® m m W B & f é 6 , 7 t 8>* H a sont $*mUm ite 1« p a w l d t a a w l a i m « m h tes le& tejt, le. paroi l3ot (©£» H t * «Pai-Di » ti4Uee %m b i n e
  • Ä X 0,10 X 0,15 X 0,10 33. xamém $ mt 4â%èe$à3vê ûms m. Eti-sfelour©, S B * n a i ) , o» gtó aspliíi « * » btnteur oaariale par à cal» le© doa «SfòNtt» * h*m,M¡imiB: ém © mAm& m Wmm voûte ot lis tiksmaAmm mm %» ddjptffete la d® diacom i*mál ® 8 t É ^ á s t
  • étant m m s m m f ß i m S f ! ^ la IN<^TLAIS D*«M» flan ÉPATONIN1 EST CTE ÔF3S A* sa «#8t «t «SKI W I $ M m vmamm d® 0,60 eu» m © s tM&m la vcAt» présente, m É M I do la H i t to &3a « t « r ta »
  • «fìfot* .la m & g m m s â M te?«« 'tm ourets #f wspoee m m la m e t e . t mmmm Ita m ^ x m B & s do l ' o t l f l » d%ooéi§ fsg&ae m » la iwtôtt (ûf. lig, l&apo a» 4 * ÖB y d© pa? la -Sod ob olio a» arsito iti m t * m da d é t i r é e tot d é p m â l à cadi®, ai^^sœ. «pi eo
  • «wxtwt h 3m m te * % t ! a./ïRU l a taitas? de la (
  • l a t g u t a » agfatfttatit & 1® aéiia des cacba« siiÄ^visiae «p® t m s ? © sa? tes e#t©s â» -flalntà'»» .Hü® eat du afea typ© que ielle da «totofegg» m W I M M ( $ m h (1>. .©¡safes d®» poutres epá « t a©r«á à la csoïMtaiOtlffii de M ( i ) a* mumm* «taMoae** m&w
  • © lon£ Ai Ouoat. Cliché pals dû Sad ir«« M Itoed, a « X > 3 H S V ï S ÏT° 2 L'osi Slco d'acai», la Hoed i fe siegelt® rspoae au- la wfltt*.
  • 29 174 ID 101 PLOHEOIIR—LMVERS" "LA3ÎŒJIV0A" Cache Médiévale. w % o I s V i » » * * i * i m s f i08*f>f R - f c A S f B l H * i t e i f e k a ^ i i f e t e »#, te m m ® fa i© ja s Ä a t B i « do Ist dispailo do wm^mmklm da JflBf et tjii « f & o t u ® tefe» ûé#clfeâ
  • © «pgtò páf¡3 hm&Xvm m im tse#aaatt 0 sia a» â l a fiait® fe Qött® dáaot*» iloaaLeur StliiiilEf oUroctcRìr» »»a
  • &m do psrsfis» íleo aódlétót r o , 0fe Lit, äimm^MMtiiAm^MtJk^ M diane&lo &t â& œt aie. im jj&m gsomâ^mmû
  • mststèl&tìé p r troío smm de sdhdete* » l e H ü » Sod i s « » 3,90 a» m w %S©> s* « $0 sua? Ouest fuit ?»3t aat Ogfti m M é daâ i l Ô s p m d œ t deas m sed*- m teét 0m qm Û,3ô a* do hmm am 3*40 a* &mb a© pourtant no s -Hes* fc cotte; ârtfntlttte laïipfâr ©as?
RAP00441.pdf (LE QUIOU (22). les Ruettes. rapport de sauvetage urgent)
  • 22 - LE QUIOU Les Ruettes R a p p o r t de sauvetage 1984 D I R E C T I O N DES A N T I Q U I T E S H I S T O R I Q U E S ET P R E H I S T O R I Q U E S DE BRETAGNE En Novembre 1983, la commune, de Le Quiou (22) informait la VÂAection des Antiquités de V existence d'un
  • s verts [carte géologique au 1/80 000 de Vinan). Un réseau de tranchées à la pelle mécanique à permis de d finir l'importance des vestiges archéologiques et de constater leur tuation Limitée à la bordure Est de la parcelle B 294. Lei itAuctuAoi MmcowtAiii (nurnin.oto.QJ,> eie
  • 7 a 4 on alZa Sud au Moid) iont tAoti {oaei [itAuctuAoi 7, 1, 4) ot une poJJjto coni tAuctlon AectangulalAe [itAuctuAe 3). - do, AOAOA ÌQI> {0ii2J> 7 Ot L, CAOUiOOi dani ¿0. iol vIoAge, Ont livA {¡nja.gm2.nti, di tegulae et quelquei> 2io.mo.nti, do. cóA - La itAuctuAe 3
  • lotissement communal Zone Archéologique \ \ r" \ Le b â t i m e n t r e c t a n g u l a i r e , vu du sud Le b â t i m e n t r e c t a n g u l a i r e . D é t a i l du béton et du m o r t i e r à l'angle S~U de la maçonnerie.
  • projet de lotissement ¿U la parcelle B 294 "Les Ruettes" et signalait V éventualité de £a prés d'an .¿¿te archéologique SUA ce terrain. L'enqu&te de V¿Auction du Antiquités menée en collabor tion avec le Centre Régional Archéologique d'Alet confirmait, d'une que des tuiles
  • romaines avaient été collectées en 1938 lors de la réf tion de la fontaine Saint-Lunaire, implantée dans la parcelle concern à proximité du ruisseau, et d'autre part la présence de tegulae indiq une occupation gallo-romaine dans les moitiés Nord des parcelles 22 et 23, ainsi que dans
  • la parcelle 310. La répartition des indices issus de la prospection dans le terrains jouxtant la parcelle 294 montrait l'existence indiscutable gisement archéologique dans cette dernière, tout au moins dans sa moi Nord-Est. La présence d'une prairie recouvrant la parcelle 294
  • rend impossible la prospection au sol. Le projet de lotissement affectant cette parcelle nécessitait une opération destinée a évaluer Vimport des vestiges archéologiques en vue d'une protection éventuelle sous de sondages de reconnaissance [Autorisation de sauvetages n° 84-16 25
  • mars 1984). La parcelle 294, section B, est limitée au Sud par le chem communal de La busardiere et au Nord par un ruisseau. Elle descend en pente douce [4 %} du Sud au Nord. Le* sols se sont formés dans les dépôts pliocenes [sables, cailloux de quartz, etc...) reposant SUA des
  • ut uno. petite conitAuctlon AectangulalA oAiontóe U 7 5° Ouo.it, do dimensioni IntoAtouAoi, 3,10 x 7, 95 m. La guouA. eit dani lo i>om> do la ponto. Elio a ete établle a pcuvbLn d'un cavatlon CAOUAOQ dani lo iol vioAgo ot paAementóo IntenleuAement pan. muAi do calcalAe
  • coqiu.llA.oA, lo {\ond Aocevant un beton ; iol oX muA otaiont Aecouventi d'un mohtloA do tutZeau dont iubilitent quelquei d Il iomble donc i'aglA d'un baiitn tAei aAaié ot appaAommont tioló. Lei nombAeuiei tnacei cendAouiei do la co uà10 d'e{{ondAoment do tulloi a nliont Vhypotheio
  • d'uno doitAuctlon consecutivo a un incendio. La pAo ience do tenoni veAniiiéi dani la coucke d'e{{ondAement n' oxclut pai Aéutilliation medievale ou poit-médiévale. - La itAuctuAe 4, ¿¿tuo. a pou do diitance au Ho Ad du ball- moni. AeclangulalAo, eit uno {ono ou un {onó dont
  • a. AoboAd Aecuelltiei {alt. l'ob d'uno ótude aAchóomagnétique complémentalAo deitinée à con{ÌAmeA la chAonologio d'occupation [LaboAatoiAe d'aAch.oome.tAle, Unlvemité d Rennoi IT). L' o,xlitence do voitlgoi maq.onnéi à conduii à la dóllmi d'uno zone de pnotection de dimensioni
  • Aédultei (75 x 10 m) deitinée à otAo pnlio on compte dani la AépaAtition dei, conitAuctioni pnojeteei PLAN DE SITUATION le Besso g le-Fougeray la Lande 'Oritë Cogrieraief\ N 22 LE QUIOU "f 0 metres 1 2 Covrimene d u . CJulldll Ç 4= (22) lo N 22 LEQU/OU Projet de
RAP02467.pdf (PLUSSULIEN (22). atelier d'extraction et de taille des haches polies en dolérite du type a à Plussulien. rapport de fouille préventive)
  • transportés, sont plus diffus et moins "riches", mais surtout plus abîmés par la eu culture® Enfin, des sites d'habitat devaient exister aux environs, dont l'un, très caractéristique dans la parcelle ZN 10, exposée au S et dominant d'une di aine de mètres la rivièce du Daoulas Les
  • c.-T. íUa le am o» M e^ cL exbtadi ài ççfft.. m . . j m RAPPORT SCIESTIFIQïïE STJR LA 3SC0®I CAfîPAGHE I)E PROSPECTION & SOUDAGE D5S5 ATELIERS DE TAILLE DES HACHES POLIES EN DOLSRITE DU TYPE A Régie» de Sélédin, en PLUSSULIEN ( C.- du - N.) —ï—S«>ï—f—t—ï—î—t—j—sLa
  • fouilles dans de bonr.es conditions. Le travail de terrai» s'est déroulé essentiellement du 24 .juillet au 5 août avec la participation précieuse de MH, J. Bourhis, ingénieur au C.N»R,S,, F, .Le Frovogt, instituteur au C,E,G, de St-Nicolas-du-Pélem, correspondant recU^jiof. t
  • laisse sup oser que la taille s'effectuait jusqu'au pied même d l'affleurement, voire sur le rocher. S?» au pied de la falaise d'affleurement qui court sur le flanc V de la col line, et donc dans une position comparable à S2, s'est révélé décevant, ne montrant que des blocs bruts
  • des labours anciens ( t e r r a i n actuellement en friche). En dessous, même argile Jaune avec quelques charbons et 2 minuscules teâeons de poterie, malbeureusementsans caractère. CAROTTACES A LA 30SPEUSE A MAIN Après les quelques essais de 1966, i l s ont été r e p r i s
  • pa ticulière ment riche et vivace, le sonnet voisin de Koc'h-ar-lin ayant sa grotte à sorcière et trésor, pour ne citer qu'tm exemple)» C*-T0 Le Roux Assistant dos Antiquités Préhistoriques KL. 1 - P h H S S ti L I F H (CStes-du-Hord) Sondages effectués dans la parcelle i
  • . 2 P L U S S Ï Ï L I E H ( Cfit©0-dur-Nord ) Affleurement roeheux (dolérite à grain fin) de la parcelle N° ZP 47 o. Traces d*exploitation. 3 - P LUSSI! L I E H (CÔtea-3tt-ïï
  • campagne qui fait 1*objet de ce rapport est la suite logique d'une opération analogue, entreprise en 1966 (Cf» Rapport Scientifique du 23/12/1966). îfous ne pouvons que renvoyer h celui-ci pour tout oe qui concerne l'historique et la localisation du site» ORGANISATION Dïï CHANTIER La
  • oaatp&gne 1966 avait permis de délimiter 1M tendue, 1 ' importance et la richesse de oe ait®, unique en son genre hors des Iles Briteua Iques f il a-»paraissait cependant indispensable de poursuivre? prospections e t surtout sondages avant d'y entreprendre une véritable os Espagne de
  • & réhistoriques, et, "â te®ps partiel» de MM, M, Colombel, arbrier-Gmni tier à Lctudéac, J* le Boucher, Directeur d'école à Ploufragan, JJ. le Men, étudiant h la Faculté des Sciences de Renne», de Flouguejraevel. De plus, quelques visites "à la journée",ont été faites au printemps pour
  • profiter des labours, par II. Colombel essentiellement* nombreux petits gratis de charbon de bois. Vers la base de ce niveau, épais d'une dizs ina de centimètres, on observe souvent des blocs bruts de dolérite grossière, altérés en surface. Quelques éclate disp reés se trouvent encore
  • cette région sur la dolérite à grain fin. En 35» situé plus bis su la pente, cet horizon coloré n'existe plus, le tuf altéré étant simplement verdâtre. In 86, on a à l a base de l ' a r g i l e à charbons un horiecn légèrement rougeâtr passant à l a d o l é r i t e profondément a l t
  • favorable pour une fouille par décapage de grande extension. S9, situé dans la même parce! er au pied de l'affleurement rocheux eue nous décrirons plue loin a montré, dans une stratigraphie plus confuse par suite de la situation en "pied de falaise" la même richesse en Industrie ce qui
  • mêlés à quelques éclats, le tout réparti sans ordre et paraissant provenir de chutes depuis le haut de la falaise. 38, nettement plus bas sur la pente, a révélé l'existence d'une autre couche d'éclats, mais '>eauooup plus près de la surface actuelle et en partie au moins remuée par
  • systématiquement dans quelques zones. Ils ont en particulier montré que X" zone à sol profond, avec couche à éclats et charbons de la parcelle ZP 47 c était très largement répartie dans les zone relativement déprimées (les endroits cil le sondea© butait à 20-30 cm ne signifiant d' ailleurs pas
  • automatiquement la présence du roc waédiate ent sous la surface. Dans la parcelle ZP 37, Zone apparemment riche à juger d'après la coupe du chemin voisin, aucun carottage n'a remonté de charbon tandis que la profondeur de ter CONCLUSIONS Après cette seconde campagne, le site de Sélédin com
  • once à se laisser pénétrer par l'analyse« Ppour ce qui est des ateliers de taille proprement dits, 11 semble que l'on puisse les diviser en "ateliers hauts", situés sur les affleurements mêmes dont la plupart ont sans doute disparu par suite de 1*exploitations Le seul restant est
  • de 1'affleurement en falaise plus ou moins nettte qui court sur le flanc N de la colline, sans en atteindre complètement le pied® Ils sont beaucoup plus étendus puisqu9allant jusqu'à la rivière du Saoulas en plusieurs points,, Ils correspondent au travail de matériaux extraits et
  • techniques d'extraction cpmmencent à être comprises: extraction de blocs prismatiques en profitant des joints de la roche, ou enlèvement direct de grands éclats à coup de perçut ur® L'usage de masses à gorge, classiques dans bien des sites miniers préhistoriques est ici aussi attestée» La
  • présence de gravures indiscutables encore que d'interprétation difficile sur le premier affleurement étudié systématiquement est un point digne d*intérêt0 Si cuvettes et rainures restent énigmatlques, la présence d'u&e "roue rayoniée" est intéressante en ce qu'une telle figuration est