Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3902 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00689.pdf (VANNES (56). 10-12, rue Saint-Symphorien. rapport de fouille préventive)
  • chapelle lors de la campagne de fouilles 1964-65. Vannes le J>0 octobre 1968. J. Lecornée (1)- Fouilles précédentes :De Fréminville ,1857»-Bulletin Société Polymathique du Morbihan,p. 68-73» Lecornée J. Annales de Bretagne t.LXXIY 1967,p.199-209. Jr'MCHE 1. 1 à 18 :Céramique commune
  • Départementales ayant manifesté le désir de voir effectuer une nouvelle campagne de recherches sur ce site dont le Département est propriétaire,nous sollicitions une autorisation accordée par M. le Directeur de Circonscription des Antiquités Historiques le 23 janvier 1968. Les travaux étaient
  • entrepris dès le 25 janvier et terminés conformément à la date prescri^te par l'autorisation. XXX SITUATION. Le site archéologique se situe dans le quartier St Symphorien aux abords de la chapelle ruinée du même vocable (1) parcelle 448 section K,dans le jardin d'un bâtiment récemment
  • groupement local des Eclaireurs de France. Le premier travail a consisté à remettreaà. jour le soubassement du mur nord- ouest de la chapelle sur lequel pouvaient se greffer des murs perpendiculaires, Nous avons mis à jour dans le coin extérieur nord de la chapelle un massif de pierres
  • bien appareillées,vestige d'un contrefort de ce mur nord-ouest dont il faut signaler la mauvaise qualité.On distingue d'ailleurs un rattrapage du soubassement sur 2,50m. A 9,50m de ce coin nord,nous dégagions les substructions d'un mur de 0,60m d'épaisseur limitant une salle de 5,25
  • x 6,75» (.salle A).Contre le mur nord de cette salle et â 1'extérieur,nous avons dégagé une fosse parée intérieurement ( 1,20 x 0,40m).Cette fosse semble bien être une tombe d'enfant malheureusement vide de tout vestige osseux ou mobilier. Au nord de la salle A ,à 1,50m de
  • profondeur nous avons mis a jour une aire de 1,30 x 1,10m constituée par des tegulae retournées et assemblées sans mortier,reposant à même le vieux sol. Nous avons noté également la présence d'amorces de murs limitant à l'ouest et à l'est une seconde salle B,dont une seule dimension a pu
  • être relevée-5,50m. Un puisard construit contre le coin extérieur ouest de la salle A devait nous livrer une certaine quantité de fragments de poterie moyen-âgeuse. MOBILIER. Le mobilier recueilli est très pauvre.Il a'esi toujours trouvé mêlé à un blocage de pierres,mortier
  • "fumigés " de caractère moyen-âgeux. J Les suDS'crucnio^s uatses à jour konavle^v uie- être contemporaines de la chapetLe du XlIIe siècle.On doit noter entreautre la relation existant entre le mur nord de la salle  et le mur transversal rencontré précédemment sous le sol de la
RAP01173.pdf (SAINT-MALO (35). cité d'Alet à Saint-Servan-sur-Mer.)
  • sur PARTI E du CHANT I E R de F O U I L L E S Année 1365 autour des dal/ccges om b î - o r» b Z ARCHEOLOGIQUES P L A N d ' A T T A C H E M E NT Profondeurs bord de la fouille Profondeurs MER côté Sud d'ALET Echelle s omospour Ou es! e/- foyens Subs/-ruc/"/on huiles F
  • imsûw fcotoiréCd'U^^ /yi^ ^usvut^cîscf^ J» ècL^j ,-yi ÛM J r- ddiÉcd^M ^.Là^wtdjUùt, ~â6z 3 a & /eâ ^ J w . ^COM /u-ct^ckr. f ^^cr^ioo al ce. tâ éie^i û^cu •ÙL tù &L && d 4L JLu~ élct-Ml S eé (ÎUrtHdJ Cût^éa'/t/& ^o-uu, frutiz. fa. iUc &Ï-ÛÛ* e /J^oor JUa , été^lyt'ù
  • -i-te^^{Jv^o & fo tyâax^- SL^AsoJozJ- ^ fvs/sLjJ-ei.?, -Ja^Kj cc^^/- e~â /Las-C- » fou* £ •I t^ -éct A-/lct^écû''trb -du âeyi/t JxûUA/LOU /h* r
  • ^, t/o^t-^ ^7-e/Vt iujtustthjs^: , /^tO^O + û&tëaZ&œi?{/u //"/L&t fat éuctxjL- ^Uci â^ tooà^tVJest / y^ettCe. -â. j J j l jùJL fit/ -dt&^/x. f (j^c*. dù/CtcS-
RAP00591.pdf (l'arrondissement de Saint-Brieuc (22). rapport de prospection inventaire)
  • ' é 1 a r g i r 1 a d pc umen t a t i on à t ous 1 es v e s t i g e s a r c h é o 1 o g i q u e s s a n s d i s t i n c t i o n d e n a t u. r e o u d ' é p es q u e „ En effet, la consultation de la bibliographie existante ou les enquêtes sur le terrain, ont très souvent -Fait
  • rencontrer et c o n -f r o n t e r les c h er c h eur s avec d es vest i g es a r c h é o logiques v a r i é s q u ' i 1 c. o n v e n a i t de n o t e r . 1 1 e s t a p p a r u a 1 o r s n é c essa i r e d'élargir la documentation tout, en conservant la pr i gr i t é_ des tCâvaux „sur
  • centralisée à la Mairie de P L El D F; A M si ège soc i a 1 du Cen t r e A r c h é o logique de Péran (association loi 1901). La saisie informatique est assurée par M. J.-P. N ICOLARDQT (Chercheur Ci N. R. S. au. Musée des Antiquités Nationales) et les relevés architecturaux sont dirigés
  • par Mme C. NIC0LARD0T (Ingénieur au C.N.R.S. - Musée des Antiquités Nat i on al es ) . 0n f:J e u. t n o ter" p 1 u. s s p é c i a 1 e m e n t t r a v a i 1 1 e n t p 1 u. s p a r t i c u. 1 i è r e m e n t s u r q u. e c e r t. a i n s p r o s p s c t. e u r s les s e c t e u r s
  • -sur-Li é , QUI NT IN et SAINT-BRIEUC Sud alors 4 L^s^f içhigrs_ErgsBeçt Agn—inventaire : La documentation fait 1 :' objet de deux fichiers informatisés interrogeables selon 3 critères avec les paramètres "ou." et "et" : un fichier de sites et un fichier bibliographique. EA£QAe
  • ). Les_reAeyés_arçhAt
  • ) d a n s les c r o q u i s d u V c t e F R D T I Eï R de La M E S S E L I E R E'. , puis confondue, par la suite, avec le monument de la F:oche-Camio, parfois sous la dénomination de Glérivain, C 1 é r i v a i n o u. C 1 é r i v a n . L e s m o n u. m e n t s relevés f o n t 1 ' o
  • b jet d ' u n p 1 a n d e s i t u a t i o n s u r f o n d d e p 3. a n c a d a s t r a 1 . U n e d o c u m e n t. a t i o n photographique complète l'iconographie rassemblée sur les mégal i thes . Le menhir de la Croix Gloret, actuellement déplacé et couché dans une haie privée
  • saisie informatique en 1989. Actuellement, sur les 127 communes que comporte l'arrondissement de SAINT-BRIEUC, 103 communes ont été 5 répertoriées comme possédant des vestiges archéologiques elles tôt al i sen t. un e i n -f or mat. i on c on t. en ue sur 407 -F i c h es . et Les
  • architecturaux seront poursuivis dans la. région briochine, l'accent sera particulièrement mis sur la vérification sur le terrain des données informatisées d'après la b i b 1 i agr aph i e . I»- -f i c h i e r cl e s i t e s < 4 04 fi c h e s ) 2. - -fichier bibliographique (55 -fiches) 3
  • , - relevé - plan et élévations - monument à entrée latérale La Roche—Cami o . 4„- relevé - plan et élévations - allée couverte du Petit-Chên 5. - relevé - élévations et coupe - menhir du Fuseu de Margot. 6 . - 1 i st. e des fiches mon umen t. s m é g a 1 i t. h i q ues . 7. - liste des
  • 22 4 52 0 4 GRACE--LJZEL 12 4 48 068 H ILLION 22 \ 45 081 LA POTERIE 22 4 18 252 LA POTERIE 22 4 18 252 LANGAST 22 1 00 LANTIC 2 % i; 117 LE FOEIL 22 4 >1 059 LE QUILLIO 22 4 48 260 LE. QUILLIO 22 4 48 260 LE QUILLIO 22 4 48 260 LE VIEUX BOURG : 4 41 586 LE VIEUX BOURG : 4 41 F.86
  • 184 PLEMY 22 4 38 184 PLENEUF-VAL -ANDRE 22 PLERNEUF 22 4 07 188 PLERNEUF 22 4 07 188 Page 1 7 janvier 89 LIEU-DIT TYPE Let f o Ker go-f f i 1 o t cJ e Zéhéresse i 1 e Lavr et Rumai n La V i 1 1 e-Hamon Le BoisCar gui té d'en bas Bo i s d u P 1 ess i s Bois du Plessis St
  • » -Thêta au t. Vi 1 1 e-Méron ♦ dol m en ♦ 2 menhirs ♦ dol m en ♦ a liée c o u v e r t e #2 dolmens ? ♦ d o 1 men à c ou 1 air cna ♦ a 1 1 ée c ouver t e ♦Menhir, ♦ a 1 1 é e c ouver t e ♦menhir et tombe! les * men ni r ♦dol men de la Vill Mé ♦ menh i r ♦ menh i r ♦ menhi r * allé e
  • ♦ menhi r ♦ menhi r ♦ menh i r ♦ menh i r ♦3 dolmens couloir, cha ♦ menhi r ♦ menhi r Cosquer Rose oet P a r c ■ - a n - N e u n Champ oiseau. Parc-Heur Tertre de la Vi lle-Juhel Toul -an-Lern Parc-Bras ou Grand-Clos Champ d u P e 1 v e n près croix de Kerienty P e t i t - B i e r o G
  • r d B r as E p i 1 Porz i c Ker d al mes P a r c - P a 1 v a s o u Pal var s Crasel -Buel 1 an Crozel -Hue Coet—Pars i c Crée ' h-Augel Crée ' h—Auge! À. I I Le Cl os du. Bi 1 i o Lande du Gras Ker i ty L 'Hop i tal Crai x-Cadi o C h e m i n d u M oui i n - N e u f Bi en-assi
  • s Le petit C o u r d r a y o u C a u d Les Ch amp s- B 1 an c s L e pet i t V a u r i d e 1 C 1 os -d e- 1 a -r oc h e-e our t e C 1 os d e 1 a r oc h e E-ioi ssi ère Carnel La Roche G o u r m e t Le Pet i t Ch en e La Roche Camio L a T o u c h e Bu.de La Croix de Gioret Dr ény
  • Roc h e-Lon g ue Vi 1 1 e-Pi char d Pierre Blanche £3 Fichier ? INVENTAIRE 22 Rappor t ; MEGAL . I NV .88.1 é 3. £■■? c ir. i. ci n ! TYPE contient. * COMMUNE LU z Page 2 7 janvier 89 LIEU-DIT PLERNEUF 22 4 0"/ 188 La S au. cirai s PLERNEUF 22 4 0" 188 Kouaul t PLERNEUF 22 4 o
  • : 188 La Landel 1 e PLOEUC-sur-t .ié :; 4 34 2' M o u. 1 i n B e r n a r d PLOEUC-sur-i _ié : Bayo ou Glayo 4 34 2 4 34 2 Mou I i n Ber t r an d PLOEUC-sur— l -ié : 4 34 2 PLQEUC-sur-L-i é : La Norhant PLOUBAZLANEC 28 210 Par c - a r - Rh am ta PLOUFRAGAN 22 4 414 215 Croi x—Tuai
  • PLOUFRAGAN 44 215 T e r t r e d e 1 a Val 1 ée, C r é t PLOUFRAGAN 4 44 215 p r è s A » C . d e !... a C o u. e 1 1 e PLOUFRAGAN 4 44 215 le Bourg PLOUFRAGAN 4 44 215 i e Gr an d Ar g an t e I PLOUFRAGAN 4 44 215 le Bourg PLOUFRAGAN 4 44 215 La Couette PLOUHA 22 4 39 2 Per h en p oen s
RAP01068.pdf (MORBIHAN (56). vérification de l'état des monuments mégalithiques classés ou inscrits)
  • . Galles Ainé. Vannes 477p Cayot-Delandre, 1847: le Morbihan, son histoire, ses monuments. Vannes Fouquet: Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan. Vannes 1853. De la Borderie, 1962: Aimuaire historique et archéologique de Bretagne Rozensweig, 1863: Répertoire
  • : Excavations in Brittany. Spring 1939, in: Archeological journal, vol 100, ppl28-149. Wheeler R.E.M., Richardson K., 1957: Hillforts of Northern France Giot P.R., L'Helgouac'h J., Briard J.:"La Bretagne" in: Arthus, 1962 L'Helgouac'h J., 1965: Les sépultures mégalithiques en Armorique
  • Région Bretagne Direction Régionale des Affaires Culturelles Conservation Régionale des Monuments Historiques Service Régional de l'Archéologie Anne Lamse Hamon la des sites arehémêogiques protégés au titre de du 31 décembre 1913, sur les Monuments iques Département du
  • Morbihan 1993-1994 Autorisation N°93-1Q1 du 21 Octobre 1993 Tome 1/3: Présentation des résultats Inventaire des sites archéologiques protégés au titre de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments Historiques Département du Morbihan 1993-1994 Présentation des résultats Sommaire
  • résultats 1 La documentation 1-1 Problèmes rencontrés 1-2 Motivation des classements 1- 3 La toponymie 2 Les sites 2- 1 Accès, situation 2-2 Localisation parcellaire 2-3 Etat des sites 2-3-1 Dégradations naturelles 2-3-2 Dégradations liées à l'exploitation des terrains 2-3-3 Dégradations
  • "» ît Tugdml K i..,.' i s»,- * J LA TRINy^PORHOÎT " ^}*lni -Sim.nrh V ii (jroUty. C'JÊMENÉ w-SCORf AE FAOUËT / F ., tr,.„ t SpONT!VY->M=,.,.p0 „, LY7 ('•'f^T" M / \ r y.» 9»lntC.r.d.e.Tr*g 0m«l J -r Sourn^y V ' \ Cr Cridlo *d1n *\,
  • archéologiques protégés ou h ire de la loi du 31 Décembre 1913 N /SCraoJI^ " r LÉGENDE u v if PREFECTURE u-» 4. Wp^ » SOUS-PREFECTURE Limita (TnT«ndlii*m*fi1 O CHEF LIEU DE CANTON Umlf d, * Commun. (_,•*.,„ d* commun* tmom . . . . L'inventaire des sites archéologiques
  • protégés au titre de la loi du 31 décembre 1913 porte sur plusieurs années, et concerne les quatre départements bretons: le Finistère, les Côtes d'Armor, l'Ille et Vilaine et le Morbihan. Les deux premiers ont été étudiés dans les cinq dernières années par monsieur Alain Provost avec le
  • travail duquel je tenterai d'établir une continuité, dans les méthodes et les modes d'analyses. Cette mission fit l'objet d'une autorisation préfectorale de prospection signée le 13 octobre 1993 et dont la validité s'est étendue du 18 octobre 1993 au 15 janvier 1994. Le présent rapport
  • ne rendant compte que de la première tranche du travail, il m'a paru opportun de présenter une étude qualitative du résultat, accompagnée de quelques chiffres indicatifs. Des statistiques portant sur un tiers seulement des sites ne sauraient en effet représenter l'ensemble de la
  • d'environnement. Définition du sujet d'étude 1 Nature des sites A partir de la liste des immeubles protégés au titre de la loi du 31 décembre 1913 du Morbihan, publiée par la Direction du Patrimoine, et arrêtée au premier juillet 1987, une sélection de sites a pu être définie, ne prenant en
  • dolmens de Mané-Bras (Erdeven) - Le cromlec'h de Kerlescan (Carnac) - Les menhirs de Keriaval (Carnac) - Les alignements de Sainte Barbe (Plouharnel) La grande majorité des sites se compose de mégalithes, dont les dolmens (bien souvent réduits à la seule chambre, le couloir ayant
  • disparu.) constituent l'essentiel (46 % de la liste), auxquels se joignent les menhirs "isolés" (dans la série desquels j'ai inclu les binômes), les alignements (7%), et les allées-couvertes (6%). \ 2 Attention de ne pas considérer ces chiffres comme une représentation de la
  • répartition des mégalithes dans le département: Même si l'abondance naturelle de ce type de monument dans la région de Carnac se retrouve sur la carte des Monuments Historiques, ne perdons pas de ue que ces derniers se répartissent suivant des critères aléatoires liés à l'environnement et
  • à l'évennementiel du site. Gardons aussi à l'esprit que ces monuments, à la suite de diverses mutilations, ont pu changer de catégories au cours du temps: le groupe des dolmens céderait sûrement un partie de son effectif à celui des allées-couvertes si l'on effectuait l'étude
  • sites Pourcentages 24 162 10.86% 73.3% - 18 - 105 -24 35 -08.14% -47.51% - 10.86% total: 66.5% 15.84% 221 100% On notera une très forte concentration dans la région méridionale du département, et plus particulièrement au niveau des cantons de Belz, Auray et surtout Quiberon
  • , qui rassemble àjlui 3 seul, 47.51% des monuments protégés Ce phénomène assez spectaculaire tient au fait de l'abondance "naturelle" des mégalithes dans cette région, mais également de la présence, très tôt, des premiers archéologues qui prirent rapidement conscience de la
  • nécessité d'instaurer une protection légiférée des monuments qu'ils fouillaient. A l'inverse, la moitié est du Morbihan, ainsi qu'une vaste zone aux alentours des cantons de Guéméné-sur-Scorff et Plouay, au nord-ouest, s'avèrent bien dépouillées. Il est vrai que l'intérieur des terres
  • a longtemps été délaissée par les chercheurs qui privilégiaient les alentours de Carnac et ses grandes richesses mégalithiques. 3 Fréquence des publications des décrets de protection Longtemps avant la parution de la loi du 31 décembre 1913, de premières listes avaient été élaborées afin
  • de préserver les sites archéologiques. Le rôle de la Société Polymatique du Morbihan, cercle d'érudits établi à Vannes, fut alors essentiel. Une première série fut retenue, en 1862, puis une seconde en 1889, où 35 monuments, la plupart de Carnac, Locmariaquer et de la presqu'île
RAP01259.pdf (PLOUNÉVENTER (29). coatalec-kérilien. rapport de fouilles)
  • A%S-olÇ> Rapport provisoire sur les fouilles de GOATALSC-KSRILIEN en PLOUNEVENTER (Finistère) présenté per M. Louis PAPE Maître-assistant à la Faculté des Lettres de Rennes» Directeur du chantier Autorisation Ministérielle en date du 20 mars 1968 ; Réf : FA/2, n° 1822. Durant
  • les mois de Juillet et Août 1968, l'équipe des foui1leurs a continué l'exploration du site archéologique de Kérilien-Coatalec en travaillant dans les terres de M. SIMON (parcelle n° 323} section A du cadastre de Plounéventer) non loin et à l'Ouest des chantiers ouverts en 1962 et
  • tessens de Lezoux, quelques ¿ornes sont spécifiques des sites armoricains. En dehors de verre fin, les seules autres trouvailles furent i bouton de bronze et 1 rondelle du même métal. Conclusion : La campagne de 1968 montre donc que chaque butte du site de Kérllien recouvre une
  • caractéristiques. M, Simon apant accepté de couper les arbres pendant l'hiver 1967-68, nous avons pu commencer les travaux durant l ' é t é , mais notre progression fut ralentie par la présence de souches volumineuses : aucun moyen mécanique n'était utilisable pour défricher, car ces souches
  • recouvraient souvent les murs, i l f a l l a i t donc couper les racines une à une. La forma régulière de la butte fouillée laissait présager la forme définitive, celle d'un quadrilatère. Méthode utilisée : étant donné la proximité des champs cultivés 11 a été néces aire de réserver
  • certains emplacements pour les déblais, à la périphérie et aussi au centre, la fouille ne pouvait exploiter qu'une partie de la butte avec le double souci de délimiter l'ensemble de la construction, et de repérer des stratigraphies nettes ; tout ceci explique que le plan des bîtiments
  • n'est pas complet, mais les parties fouillées l'ont été à fond. -U59 - 2 - Dans l'état actuel la fouille présente l'aspect suivant : un ensemble construit mesurant 17,60 m (H-W) x 12 m (N-S) avec la possibilité de prolongements vers L'W sous un épais talus, limite de propriété
  • connues avec assez de sûreté ; en I par exemple toute la toiture de tuile était touchée au même niveau, mals i l n'y avait aucune trace de mur vers L'W, on doit en conclure que cette toiture reposait sur des piliers en bois qui formaient un portique autour de la cour; de la mima
  • portique rudimsntaire. De cette cour on pouvait passer daBs les diverses salles, un système de portes permettant l'accès de I I en VIII-IX, de V en VI-VII de V en IV , la seule inconnue étant l'entrée de la salle I I I . De la salle V on descend dans la salle IV par un petit escalier, 1
  • marche occupe la largeur du mur de séparation, la différence de niveau est de 0,15 x 2, soit 0,30 m. I l y a donc 2 niveaux d'un côté les salles V et VI-VII, et plus bas le reste de l'établissement. Mode de construction : sur des fondations grossières les murs dont 18épaisseur varie
  • l'établissement était totalement rudimsntaire, car le sol de la salle V est bétonné solidement, et certaines portions de murs en V et IV conservent de l'enduit passé au fer sur le mur Nord. Dans les autres salles le col se composait de granit décomposé tassé. • 3 - Stratigraphie s
  • L'exploration détaillée de la partie S.W des bitimants, en I I , VII, V I I I , IX et X a présenté beaucoup d'intérêt car en dessous des niveaux décrits ci«dessus, tout un ensemble antérieur est apparu» composé de 2 murs perpendiculaires dont les orientations sont exactement les mêmes que
  • celles des murs visibles de la période postérieure et qui forment un angle de bâtiment ; ces murs anciens sont de construction plus soignée que les autres, et i l s ont été arasés avec soin ; i l est étrange qu'on ne les ait pas réutilisé ensuite lors de la construction du dernier
  • état, seuls des murs perpendiculaires s'y appuient, en particulier celui qui marque la séparation entre 11 et V I I I sur le cSté M de la porte ; vers l'W le mur récent passe par dessus l'ancien qui lui sert de fondation sur 0,60 m ; à un endroit vers l'W entre X et VII une brèche
  • du mur ancien contenait du mortier, des pierres, quelques poteries ; vers l'E le mur ancien se dégrade un peu et s'arrête par 2 grosses pierres. Ce n'est pas la première fois que nous rencontrons à Kérilien un t e l phénomène, les traces d'arasement et de reconstruction sont assez
  • cuisine accumulé pendant une assez longue période à l'extérieur de la première salle dont i l ne reste que les murs arasés; nous pouvons donc conclure à une construction initiale de la période Néron-Flaviens, soigneusement arasée aux alentours de 100, puis la construction de l'ensemble
  • visible au 2e siècle ; car les poteries du niveau supérieur sont très caractéristiques de la période Àntonine. A l'extérieur, au S , dans l'entrée, les restes d'une amphore formaient la couche la plus profonde ce qulest encore normal, car à Kérilien on ne trouve de tessons d'amphores
  • qu'aux niveaux inférieurs, surtout - A - au niveau ffXavier.. Toutes ces poteries sont en cours d'étude notamment les poteries s i g i l lées, mais dès le premier abord i l y a des poteries de l'époque de Claude, un petit lot de poteries de la ^raufe&enque, et une majorité de
  • habitation ou un atelier gallo-romain ; cette fois-ci nous n'avons pas eu à fouiller un atelier comme dans les campagnes précédentes de 1962 à 1967» mais une habitation dont le plan est clair, ensemble groupé dans un rectangle (sous réserve de prolongements vers l'W) avec une entrée au
  • assez d'éléments pour le dire; mais i l est certain qu'aucun luxe tapageur ne venait agrémenter la vie des habitants : une seule pièce cimentée, pas de fresques, de l'enduit sur un seul mur , pas d'hypocauste, c'est un bon exemple des habitations rustiques qui formaient le lot commun
RAP01971.pdf (PAULE (22). "Kergroas". tumulus de l'âge du bronze et sanctuaire antique)
  • configuration d u tumulus n ° I de Saint-Jude en Bourbriac (Côtes d'Armor), fouillé par J. Briard en 1962 (Briard 1963, fig.4) v i e n d r a i t étayer la s e c o n d e hypothèse : dans un tumulus d'un diamètre de 35 à 38 m et 2,50 m de hauteur conservée, a été mise au j o u r une fosse
  • la villa d'Oplontis près de Pompeï Conseil Général des Côtes d'Armor Service Régional de l'Archéologie de Bretagne UMR6566 RAPOOies jvî-1 " Les voyageurs pieux ont coutume, si quelque bois sacré, quelque lieu saint se présente à eux sur leur route, de formuler un vœu, de
  • . responsables de l'opération : Yves Menez, Anne Villard-Le Tiec étude anthropologique : Isabelle Le Goff conception graphique / infographie : Mathilde Dupré détail d'une fresque de la villa d'Oplontis près de Pompeï Conseil Général des Côtes d'Armor Service Régional de l'Archéologie de
  • Bretagne UMR 6566 2003 Sommaire Tumulus de l'âge du Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule. Remerciements page 1 I - Rappel du programme d'intervention proposé pour 2003 page 2 II - Le tumulus - Anne Villard-Le Tiec page 6 11.1 Le tertre 11.2 La sépulture 3 11.3
  • Autopsie de la tombe 5 • Isabelle Le Goff - La fosse sépulcrale - Les traces laissées par le cercueil en bois - Taphonomie du cercueil - L'assemblage des planches - La mise en place du cercueil 11.4 La fosse 7 11.5 Synthèse - Le tertre - La fosse 7 : une sépulture ? - La sépulture 3
  • - Sépulture 6 - Conclusion III - Voie et sanctuaire - Yves Menez III. 1 La vole du second âge du Fer 111.2 La voie du Haut-Empire 111.3 Le sanctuaire 111.3.1 La clôture 111.3.2 Les portes 111.3.3 L'intérieur de l'enclos - Fosse et trous de poteaux - Les bâtiments maçonnés - Fondations
  • collectif de professionnels et de bénévoles. La qualité comme la quantité des informations recueillies ont toujours dépendu de leur capacité à mener cette opération archéologique comme un travail d'équipe et non comme un simple passe-temps. Nous tenons donc à témoigner notre
  • reconnaissance pour la sueur qu'ils ont largement dispensée sur le chantier à l'ensemble des fouilleurs. Elodie BAIZEAU Anne BARON Olfa BEN YOUSSEF Sébastien BEREAU Linda BOUTOILLE Pierre CARRIÉ Franck COLUN Béatrice CORBEL Audrey DESSAGNE Véronique DUBOULET Adeline HANNOYER Martin HEES
  • Véronique JOUAULT Yann LAUNAY Alice LE BAUD Joseph LE GALL Axel LEVILLAYER Céline MERRER Elodie PETIT Manuel PRADEL Olivier RENAUD Frédéric TEISSIER Mathieu TREGRET Nous n'omettrons pas de remercier les financeurs : - le Ministère de la Culture et de la Communication Direction Régionale
  • LEBRETON, Président du Conseil Général, Mme Françoise MAURICE, Chef du Service de l'Action Culturelle, ainsi que M. Erwann LE BOZEC, en charge du patrimoine archéologique et des musées, qui ont su convaincre les élus de la nécessité de mettre en place les financements nécessaires à
  • l'étude de ce site. - L'UMR 6566 du CNRS qui a accepté de gérer cette opération, notamment M. Jean Laurent MONNIER, Directeur de cette unité, et Mme Michèle TOSTIVINT, qui a bien voulu assurer avec efficacité la comptabilité de cette opération. Nous voudrions enfin remercier, pour
  • l'intérêt qu'ils ont manifesté envers la fouille et la qualité de leur accueil, Mme de KERSAUZON, propriétaire, et MM. Pierre-Yves et Dominique LE BORGNE, exploitants de la parcelle concernée. 1 Yves Menez, Anne Villard-Le Tiec I - Rappel du programme d'intervention proposé pour 2003
  • - Localisation du site. - ce programme prévoyait d'autre part, pour l'année 2003, la poursuite de la fouille d ' u n tumulus protohistorique et d'un sanctuaire antique partiellement étudiés en 2002 (Fig. 2). Les objectifs prioritaires fixés pour cette opération étaient d'achever la fouille d
  • u tumulus sous la responsabilité d'Anne Villard - Le Tiec, avec la participation d'Isabelle Le Goff, anthropologue de l'INRAP, et celle de Dominique Marguerie de l'UMR 6566 de Rennes, pour le prélèvement d'échantillons. Le site de Kergroas à PAULE, dans les Côtes d'Armor, est
  • localisé à une centaine de mètres au sud-ouest de la forteresse aristocratique de l'âge du Fer fouillée de 1988 à 2 0 0 ! . Le programme proposé à la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique prévoyait deux types de travaux : - d'une part, une étude et une mise en forme
  • des données issues de la fouille de la forteresse. Initié en 2002, ce programme a pris d u retard en 2003, l'Etat de Dans un second temps, il était prévu de mettre au l'Archéologie n'ayant pu, pour des raisons budgétaires jour, sous la responsabilité de Yves Menez, la partie du
  • et malgré les avis favorables de la C.I.R.A. et de la sanctuaire antique incluse dans cette parcelle en commission des publications de la Sous-Direction de examinant son rapport avec la voie antique qui le l'Archéologie, verser la subvention prévue à l'INRAP bordait pour
  • l'année 2003. proposée pour cette extension de la fouille était Le travail s'est néanmoins poursuivi dans le cadre d'une thèse effectuée par Yves Menez à l'université de Paris I, grâce à une subvention versée par le Conseil Général des Côtes d'Armor. Le retard pris dans la mise au
  • net de la d o c u m e n t a t i o n imposera vraisemblablement l'étalement de ce travail sur l'année 2005, lorsque la dernière subvention demandée à l'Etat aura été versée à l'INRAP, estimée à 3 500 m 2 (Fig.2). Ministère de la C u l t u r e - S o u s - D i r e c t i o n
  • vraisemblablement au sud. La superficie Ce programme a été respecté, dans les délais et les coûts initialement prévus. Une superficie d'environ 3 450 m 2 a été décapée, portant la surface d u chantier à 6 300 m 2 . L'achèvement de la fouille d u tumulus s'étant en définitive révélée moins
RAP00699.pdf ((22). évaluation de l'état de conservation du patrimoine archéologique inscrit ou classé au titre de la loi de 1913 dans le département des Côtes-d'Armor)
  • (22). évaluation de l'état de conservation du patrimoine archéologique inscrit ou classé au titre de la loi de 1913 dans le département des Côtes-d'Armor
  • (seule action d'envergure de ce type). Le 10 cas du menhir de Trémarche à Trégastel est particulier : abattu par la foudre, il fut remis debout en 1962, par les soins du Syndicat d'Initiative (!) mais déplacé de quelques mètres en bord de route (où d'ailleurs il est fort bien mis en
  • situées en haut de 13 plage. Le site n'avait pas été déclassé, considérant qu'il s'agissait d'une commodité pour des interventions sur les découvertes ultérieures, ce qui n'a pas manqué en 1958, 1962, 1967 et 1974. Aujourd'hui, une digue maçonnée à l'ouest de la pointe de Crec'h
  • de la D 767, route de Guingamp à Corlay, par la D 69 de Canihuel au Vieux-Bourg, puis le chemin rural de Goresto. Non fléché. Visite ou opération antérieure fiche D.A.B. 1978. : Visite C.-T. Le Roux 1962 ; Description sommaire du monument : Menhir en granit de 4 m de haut et
  • appellation : Milieu" . Classement : M. H. "Bel-Air" ; . "La Mare du 29-09-1952. Références cadastrales : Parcelle 42 ou 41 cadastre 1987. Coord. Lambert : tseiair I ; OX = 203,600 ; section Al ; ; OY = 073,100. Propriété : Renseignement non disponible révision . : matrices
  • Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne Circonscription des Antiquités de Bretagne Conservation Régionale des Monuments Historiques Rapport d'évaluation sur l'état de conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi du 31 décembre
  • CLASSEMENT 5 RÉPARTITION 8 GÉOGRAPHIQUE L'ÉTAT DE LA DOCUMENTATION 9 SITUATION FONCIÈRE 10 L'ENVIRONNEMENT DES MONUMENTS 11 ETAT DES MONUMENTS, DEGRADATIONS 12 ACCÈS, FLÉCHAGE, MISE EN VALEUR ET FRÉQUENTATION HI. CONCLUSION IV. ANNEXE : FICHES 15 16 DE SITES FICHES
  • DESCRIPTIVES EXTRAITS CADASTRAUX EXTRAITS CARTES IGN PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES (96) 3 I. INTRODUCTION CONTENU DE L'ÉTUDE Le contenu de la Mission d'évaluation de l'état de Conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi du 31 décembre 1913 sur les
  • monuments historiques dans le département des COTES-D'ARMOR qui nous a été confiée le 24.10.1990 comprenait : - Le repérage topographique de chaque monument classé ou inscrit sur fond cartographique au 1/25000 et sur plan cadastral, - La recherche de propriété sur les documents
  • existantes ou prévisibles, - Une fiche technique sur le modèle de la carte archéologique de la France. Les prestations décrites devaient être fournies en deux exemplaires, le jeu original et un tirage papier pour les clichés. MÉTHODE La première phase de l'étude a consisté en une
  • recherche documentaire comprenant : Le dépouillement des archives et fichiers de la Circonscription des Antiquités de Bretagne, - Le dépouillement bibliographique, - La consultation des plans cadastraux et matrices dans les communes et les services du Cadastre. 4 Le second point
  • a consisté en une visite des monuments concrétisée par la rédaction de notes et la couverture photographique ainsi que l'interrogation, dans la mesure du possible, des riverains et des administrations locales. Dans une troisième partie, on a effectué une analyse de la documentation qui
  • se traduit d'une part par l'élaboration des documents demandés pour chaque site et d'autre part par la rédaction d'une synthèse générale de présentation du patrimoine archéologique classé ou inscrit. RÉFLEXIONS SUR LES CONDITIONS DE RÉALISATION En accord avec Monsieur le
  • Directeur des Antiquités de la Circonscription de Bretagne, on excluait de la notion du patrimoine archéologique, le patrimoine architectural des époques historiques (croix, calvaires, fontaines, églises, manoirs, châteaux, maisons). Le patrimoine archéologique classé ou inscrit des
  • accessibles en période hivernale. Pour un certain nombre de monuments, 5 précisément, les renseignements sur la situation foncière n'étaient pas disponibles, les matrices cadastrales étant en révision durant le laps de temps de l'étude. Ces données manquantes feront l'objet d'un complément
  • à la présente étude dans le courant du premier semestre de 1991 . 5 II. SYNTHÈSE DES DONNÉES LES MONUMENTS ET LEUR CLASSEMENT 96 monuments mégalithiques et sites protohistoriques classés ou inscrit figurent sur la liste des immeubles protégés au titre des législations sur
  • les monuments historiques et sur les sites, arrêtée au 1 er janvier 1984 par la Direction du Patrimoine. En réalité on n'en compte que 95, l'un d'entre-eux étant un doublon. Il s'agit du Menhir de « ParcMenhir » à Glomel, inscrit à l'inventaire le 12.02.1954 sous la dénomination
  • « menhir parcelle 467 » et, eu égard à l'importance du monument, classé M.H. le 4.11.1975. Cette modification du degré de protection de ce menhir n'a pas été répercutée dans la liste de 1984. 6 Le tableau ci-dessous présente les types de monuments ou sites classés : Menhir isolé 34
  • « princiers » du Bronze Ancien du groupe « armoricain ». Dolmens et allées couvertes n'ont pas été distingués dans le tableau. On connaît, aujourd'hui, la subjectivité de ces classements et, à l'exception du dolmen de Kérivoa en Bourbriac et peut-être de la tombe mégalithique de Kerroland
  • à Maël-Pestivien, les autres monuments dénommés dolmens sont très vraisemblablement des allées couvertes résiduelles. Les « tumulus » de la Tour Basse à Plorec-sur-Arguenon et An-Dossen en Louargat, sont incontestablement des mottes castrales. Il conviendrait sans doute de
  • rectifier leur dénomination . . . Quand au camp dit « antique » 7 de Castel-Du en Langoat, il peut fort bien dater de la période médiévale. Le Pont de Saint-Catherine en Treffin, qualifié de « gaulois » est un ouvrage postérieur à l'époque gallo-romaine. Si la voie romaine de Carhaix
RAP03539 (PORT-LOUIS (56). Citadelle : diagnostic archéologique du bastion Desmouriers. Rapport de FP 2017)
  • OPERATION ARCHEOLOGIQUE PROGRAMMEE Rapport final 2017 dates d'intervention : 28/08/2017 au 03/09/2017 Autorisation d'opération n° 2017-129 n° patriarche de la citadelle : 56-181-0001 Sous la direction de Nicolas Morelle, Avec la participation de Amaury Berthelon, Romain Bertin
  • , Grichka Bredow, Morgan Grall, Caroline Laffay et Joachim Lebomin avec la collaboration de : Jean Soulat Clément le Guédard Sébastien Daré Aurélien Creuzieux Avec le soutien de : Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 2
  • Illustration de couverture : Vue du bastion Desmouriers. "L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un
  • usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schéma, n'est possible que dans le cadre de courte citation, avec les références
  • exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Toute utilisation des données du rapport à des fins lucratives est interdite en vertu de l'article 10 de la loi modifiée du 17 juillet 1978 relative à l'amélioration des relations entre l'administration et le public. Le non-respect de
  • remercie le Musée national de la Marine et Anne Belaud de Saulce, administratrice du musée de Port-Louis, pour son aide à mettre en place l’étude et son soutien au projet scientifique, également Yves Menez, Conservateur régional de l'Archéologie, DRAC Bretagne, Henry Masson
  • , Conservateur régional des Monuments Historiques, DRAC Bretagne, et François Leyrat (sous-direction de l’immobilier) du ministère des Armées pour leurs autorisations à effectuer nos recherches archéologiques et nos relevés sur la citadelle. Je remercie Olivier Agogué, directeur du SDAM à
  • Caroline Laffay. Je remercie Clément le Guédard et Sébastien Daré de l'association CERAM, Jean Soulat du laboratoire LandArc et Aurélien Creuzieux pour leurs collaborations dans nos études spécialisées. Je remercie aussi le Service Historique de la Défense et le conservateur en chef de
  • Duigou et Patrick Jadé. Nos échanges fructueux m’ont permis d’améliorer ma compréhension du site et des éléments défensifs, notamment pour le contexte de la fortification régionale. 4 PRESENTATION ADMINISTRATIVE 1.1. FICHE SIGNALETIQUE IDENTITE ET LOCALISATION DU SITE (cf. plan et
  • carte) Site : Bastion Desmouriers, citadelle de Port-Louis Région : Morbihan, Bretagne, France Commune : Port-Louis Coordonnées Lambert 93 : X : 223390.00 Y : 6753646.36 Z : 12.58 m NGF Propriétaire du terrain: Ministère des armées & Musée de la Marine. Protection juridique
  • : Monuments Historiques (29 avril 1948). n° patriarche du site de la citadelle : 56-181-0001 IDENTITE ET CARACTERISTIQUES FINANCIERES ET TECHNIQUES DE L'OPERATION Autorisation 2017-129 écrite en date du 18/04/2017 par le conservateur régional de l'archéologie Titulaire : N. Morelle
  • 28/08/2017 au 03/09/2017 Surface étudiée : 1440 m² Surface fouillée : 16.24 m² Type opération : opération d'archéologie programmée Financements : DRAC (62.5%) ; Musée national de la Marine (37.5 %) RESULTATS SCIENTIFIQUES Mots clés Chronologie : Période moderne : guerre de la
  • Ligue (1591) à la seconde guerre mondiale, mur de l’Atlantique (1944) Vestiges immobiliers : Murs, bâtiments, ensemble fortifié (bastion, ouvertures de tirs, parapets, courtine). Vestiges mobiliers : céramique, métal, verre, faune, petit mobilier. Commentaire : Diagnostic
RAP03052.pdf ((22)(29)(35)(56). littoral breton, prospection alert. rapport de fp 2014)
  • ). 12 débouchant sur une réflexion globale concernant la vulnérabilité du patrimoine côtier et la gestion des sites menacés (Daire et al., 2012 ; López et al., 2013). Ce projet porte sur l’Ouest de la France (Basse-Normandie, Bretagne et Pays-de-la-Loire, 8 départements français
  • côtiers relevaient de quatre registres principaux : naturels, biologiques, anthropique et juridiques. En conséquence, une grille d’observation et d'évaluation de la vulnérabilité (VEF = Vulnerability Evaluation Form) a été mise au point dans le cadre du projet (Daire et al., 2012
  • ; López et al., 2013). 13 Fiche d’enregistrement Alert 2014, la grille de vulnérabilité (VEF) se situe en bas de la fiche 14 Ce document repose sur le principe de base que certaines variables reflètent les facteurs d’altération de l'intégrité des dépôts (menaces) tandis que
  • facteur de risques cumulés, «B» la somme des facteurs de résistance, et «C» la vulnérabilité résultant de la combinaison des précédents. Cette approche fait conceptuellement partie de la philosophie du risk assessment et des cartes de risques (López et al., 2013). L'enregistrement
  • développement d'une application pour Smartphone 'ALeRT Mobile' (technologie jQueryMobile) qui intègre la fiche de site et le VEF de la base de données (Barreau et al., 2013). Cette application, destinée aux chercheurs et aux gestionnaires du littoral, permet la saisie des données directement
  • organisés par d’autres collègues (Groix) (Rouvière et al. 2014). Ces sorties n’ont donc pas été organisées en fonction des zones d’étude établies de manière préalable, la méthode de travail retenue étant d’organiser les sorties au fur et à mesure, en fonction des épisodes climatiques et
  • Rapport Final PROSPECTION DIACHRONIQUE 2014 LITTORAL BRETON, PROSPECTION ALERT Sous la direction de Pau Olmos Benlloch Marie-Yvane Daire Meritxell Monrós González Elías López-Romero En collaboration avec : Grégor Marchand Anne-Lyse Ravon Jean-Baptiste Barreau Loïc Langouët N
  • ° Autorisation de fouille : n° 2014-077 Décembre 2014 2 SOMMAIRE Générique de l’opération p. 5 SECTION 1 : Présentation et méthodologie p.11 1. PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE : Vulnérabilité des sites archéologiques littoraux p.12 2. METHODOLOGIE p.13 2.1 Les outils du projet : la grille
  • d’évaluation de la vulnérabilité p.13 2.2 La démarche participative : les applications Alert Web et Alert Mobile p.15 2.2.1 La base de données ALeRT et l’application Alert Web p.15 2.2.2 L’application Alert Mobile p.16 2.2.3. Utilisateurs Alert et correspondants p.17 3
  • 2014 p.34 4.4 Conférences grand public et divulgation p.34 4.5 Autres activités p.34 5. PUBLICATIONS 2014 p.35 3 6. BIBLIOGRAPHIE ALERT p.36 7. AUTRES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES p.37 8 – MOYENS ET REMERCIEMENTS p.37 SECTION 2: Rapport de la vulnérabilité des sites
  • de rattachement : CNRS, UMR 6566 CReAAH Université Rennes 1 – Campus de Beaulieu Bât. 24-25, 263 Avenue du Général Leclerc 35042 RENNES Cedex Tél : 02 23 23 56 38 COORDINATION ET MOYENS DU PROJET Responsable : Marie-Yvane DAIRE Association Manche Atlantique pour la Recherche
  • Archéologique dans les Iles (AMARAI) Université Rennes 1 – Campus de Beaulieu Bât. 24-25, 263 Avenue du Général Leclerc 35042 RENNES Cedex FINANCEMENT DU PROJET Sources de financement : Projet ARVOR financé par la Région Bretagne, SAD v.2 – Stratégie d’Attractivité Durable, contrat post
  • Présentation et méthodologie 11 1 – LA PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE : Vulnérabilité des sites archéologiques littoraux Les changements climatiques et certains de leurs effets que sont la remontée du niveau marin et l’érosion des côtes menacent de détruire une partie du patrimoine culturel et
  • en particulier des sites archéologiques du littoral français de la Manche et de l’Atlantique, dans des délais allant de quelques mois à quelques années. Un site archéologique ainsi exposé peut définitivement disparaître en quelques mois (Erlandson, 2008). Dans le domaine littoral
  • , la pression anthropique peut se révéler un facteur aggravant pour certains secteurs géographiques à vocation touristique ou industrielle. L’érosion côtière en Europe (Source : CORINE Erosion Côtière). Face à cette situation d’urgence, quelques initiatives européennes ont vu le
  • recherches archéologiques en milieu littoral et insulaire dans l’Ouest de la France1, se sont fédérés dès 2006 au sein du projet «ALERT» (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre) dont les objectifs généraux sont la réalisation d’un état sanitaire du patrimoine archéologique
  • littoral dans l’Ouest de la France, 1 Ce projet fédère notamment des chercheurs de l’UMR 6566 « CReAAH : Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » (CNRS, Ministère de la Culture, Universités de Rennes 1, Rennes 2 et Nantes), Axe de recherche « littoral », des
  • membres de l’Association AMARAI (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les Îles) et génère des collaborations avec plusieurs autres laboratoires (notamment avec Géosciences Rennes et Costel, au sein de l’OSUR Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes
  • ), soit 2974 km de côtes soit un territoire où le potentiel du patrimoine archéologique de la bande littorale (100 m) est estimé à plus de 2500 sites. La première étape de la démarche repose sur l'analyse des indicateurs de destruction des sites archéologiques côtiers (critères de
  • vulnérabilité à diverses échelles locales et régionales) et la construction d’un outil d’évaluation de la vulnérabilité de ce patrimoine. La démarche est donc fondée sur une approche interdisciplinaire (archéologie, études environnementales, géographie, géomorphologie, géologie
RAP01621.pdf ((29). évaluation sur l'état de conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi de 1913 sur les m.h. rapport d'étude documentaire.)
  • (29). évaluation sur l'état de conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi de 1913 sur les m.h. rapport d'étude documentaire.
  • . Divers : Aucune remarque; Restauration (consolidation) en 1966. Le propriétaire du camping demande la rénovation du panneau explicatif. Sources : : p. 127-146 . Gallia, 1962, p. 198 Gallia, 1967-2, p. 355 C.T. Le Roux dans Annales de Bretagne, LXXIV, 1967, Dénomination
  • . : : Picquenard dans B.S.A.F., 1907, p. 305 et suiv. Dénomination COAT-AR-STER. : LA FORET-FOUESNANT - MENHIR DE CHEF-DU-BOIS- Autre lieu-dit ou appelation Classement : Inv. M. H. Références cadastrales Coord. Lambert : le 6-05-1968. : parc. 545; sect . D4 ; cad. éd. 1987 II; OX
  • la fréquentation, dégradations Divers Sources : Aucune remarque. : : H. Waquet dans B.S.A.F., P. V. 1948, p. XIV. Dénomination : FOUESNANT - STELE PROTOHISTORIQUE DE PEN-ILIS. Autre lieu-dit ou appelation Classement : M. H. le 24-04-1968. Références cadastrales Coord
  • 001 AP Dénomination : GUERLESQUIN - Menhir de Kerellou Autre lieu-dit ou appellation : Kérel-ar-Vam-Goz (Quenouille de la vieille mère). Classement : M. H. du 15-03-1909. Références cadastrales : Parc. Al; cad. éd. 1982. Coord. Lamb.: 113 et 515 (mitoyen); section II; OX
  • f Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne Circonscription des Antiquités de Bretagne Conservation Régionale des Monuments Historiques Rapport d'évaluation sur Tétat de conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi du 31
  • décembre 1913 sur les monuments historiques DEPARTEMENT DU FINISTERE PREMIERE TRANCHE présenté par : Alain PROVOST •f DECEMBRE 1991 AVERTISSEMENT La Mission d'évaluation de l'état de conservation du patrimoine archéologique classé ou inscrit au titre de la loi du 31 décembre 1913
  • Gaignoc à LANDEDA et de l'Ile Carn à PLOUDALMEZEAU d'une part et des monuments de Ty-arc'huré à CROZON, Mendy et Guernévez à SAINT-GOAZEC . Ces trois derniers qui n'ont pu être retrouvés du fait soit de la végétation soit d'une cartographie antérieure erronée nécessiteront une
  • recherche approfondie. En 1992, seront à traiter, en sus des 5 monuments cités cidessus, les 90 monuments restants, de l'arrondissement de QUIMPER. La présente étude comprend: - Le repérage topographique de chaque monument sur fond cartographique au 1/25000 et sur extrait cadastral. - La
  • données faisant apparaître la répartition géographique, l'état de la documentation, la situation foncière, l'environnement et l'état des monuments ainsi que les dégradations constatées, le fléchage, la mise en valeur et la fréquentation des monuments. A . PR0V0ST Dénomination
  • : BANNALEC - ALLEE COUVERTE DE L ' EGLISE-BLANCHE , y compris une bande de terrain de 2m de large au-delà des dalles latérales de chaque côté et de 5m de large au-delà des pierres de couverture sur la longueur. Autre lieu-dit ou appelation Classement : M. H. le 30-10-1973. Références
  • toujours enclavé sous le talus, encombré de branches d'arbres pourrissantes. Il reste à la merci de tout "nettoyage" intempestif . Impact de la fréquentation, dégradations : Le dessouchage consécutif à la chute des arbres lors de la tempête de 1987 a peu-être déplacé deux dalles
  • compris une bande de terrain de 2m de large au-delà des piliers latéraux, y compris les pierres à terre et au nord de la chambre. Autre lieu-dit ou appelation Classement : M. H. le 4-11-1975. Références cadastrales Coord. IGN. Lambert : : II; : parc. 526 ; sect. M4
  • ; cad. éd. 1980 OX = 147,200 OY = 340,625 0619 Est Scaër Propriété : Mm e Chantai Fustoc , Accès, fléchage : Non fléché, depuis la ferme de Kermaout. Visite ou opération antérieure 1974 . Kermaout , Bannalec. accès par un chemin communal : Giot, L ' Helgouac ' h , Le
  • Roux, Description du monument : Restes d'une allée couverte encastrée dans un talus. Au sud-est, table de couverture et au moins 3 supports en place. D'autres pierres, provenant de la ruine gisent sur place vers le nord-ouest. Environnement, état des lieux : Toujours encastrée dans
  • un talus bordant le chemin. A son extrémité est, le muretin de soutènement du talus est en voie d ' éboulement . Arbres et arbustes colonisent le monument. Impact de la fréquentation, Divers Sources dégradations : : Flagelle, 18 77, p. 3, Du Châtellier, 1907, p. 343-344
  • couverture reposant sur trois piliers au moins. Le monument est enterré au niveau inférieur de la dalle. Environnement, état des lieux : Monument dont seule la dalle et la tête de quelques piliers sont visibles; autour: pelouse bien entretenue dans un jardinet bordé d'une haie de laurier
  • . Impact de la fréquentation, dégradations Divers : Autrefois sous un tas de fumier, aujourd'hui bien repecté ! Sources : Flagelle, 1877, p. 3. Du Châtellier, 1907, p. 343. : Aucune remarque. le monument est Dénomination : BENODET - MENHIR DU POULQUER Autre lieu-dit ou
  • Meulnart , Domaine de la Bernade, 83340 Accès, fléchage : Non fléché, pas d'accès public, accès difficile à travers un roncier depuis le cul de sac de l'avenue des Sternes. Visite ou opération antérieure Description du monument haut . : C.-T. Le Roux, 1967. : Petit menhir en
  • granit de 2,50m de Environnement, état des lieux : Le menhir a le pied dans une mare entourée d'un roncier d'un côté, d'une haie arbustive de 1 ' autre . Impact de la fréquentation, dégradations abandonné ! Dans un lot non attribué ! : Monument bien Divers : La lotisseur du Loc'h
  • . Coord. Lamb. : 109. section ZD, cad. èd. 1981. II; OX = 088,600 OY = 2 3 6 5.175 Propriété : Yves Perrot, Kersuviant, Esquibien -29. Accès, fléchage : non fléché, accès par un chemin d'exploitation, depuis Luguenez vers la pointe du Luguenez. Visite ou opération antérieure
RAP02212.pdf ((29). les installations hydrauliques de l'abbaye cistercienne du Relec. rapport de prospection thématique)
  • à jour en 1968, de Plounéour-Ménez et 800 du cadastre de 1837, auraient été l'emplacement des communs médiévaux, abandonnés au XVII e siècle, transformés en un nouveau jardin : le jardin neuf. D'ouest en est s'articulent les dépendances, le cloître et la résidence abbatiale. Un
  • , département du Finistère, région Bretagne Numéro de l'entité archéologique liée : 29 202 0003 Numéro de l'arrêté de prescription : 2006 - 217 Pierrick TIGREAT DECEMBRE 2006 22/2 Illustration couverture : Extrait de la photographie aérienne numéro 47 de l'IGN, réalisée au cours de la
  • mission 1962 FR 369, datée du 20 mars 1962, au 1/7500. LES INSTALLATIONS HYDRAULIQUES DE L'ABBAYE CISTERCIENNE DU RELEC RAPPORT FINAL D'OPERATION Prospection pédestre thématique : communes du Cioître-Saint-Thégonnec (Code INSEE : 29034) et de Plounéour-Ménez (Code INSEE : 29202
  • . CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL 1 .3.1. CLIMAT 1 .3.2. VEGETATION 1 .4. CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE DU TERRITOIRE D'ETUDE. 1 .5. L'ABBAYE CISTERCIENNE DU RELEC 1.5.1. CONTEXTE HISTORIQUE 1.5.2. UN FORGE HYDRAULIQUE AU RELEC ? 2. STRATEGIE ET METHODES MISES EN OEUVRE 2. 1. STRATEGIE DE LA
  • PROSPECTION PEDESTRE THEMATIQUE 2.2. ZONAGE DU TERRITOIRE PROSPECTE 2.3. PHASES CHRONOLOGIQUES 2.4. MOYENS HUMAINS ET TECHNIQUES MIS EN ŒUVRE 2.5. ENREGISTREMENT DES DONNEES 2.6. RELEVES ARCHEOLOGIQUES. 2.6.1. LE MOULIN HYDRAULIQUE DE LA CHAUSSEE INFERIEURE 2.6.2. LE « CHATEAU D'EAU » 3
  • . ETANG SUPERIEUR : CHAUSSEE, PLAN D'EAU ET AMENAGEMENTS 3.2. 1. 1. LOCALISATION SUR LE CADASTRE. 3.2.1 .2. DESCRIPTION 3.2.2. ETANG INFERIEUR : CHAUSSEE ET PLAN D'EAU 3.2.2.1. LOCALISATION SUR LE CADASTRE. 3.2.2.2. DESCRIPTION 3.2.3. LA TAILLE ORIGINELLE DES ETANGS 3.2.4
  • . FONTAINE SAINT BERNARD 3.2. 1 1. 1. DESCRIPTION 3.2. 1 1.2. INTERPRETATION. 3.2.12. FONTAINE NOTRE-DAME. 3.2. 12. 1. LOCALISATION SUR LE CADASTRE 3.2. 12.2. DESCRIPTION 3.2.12.3. INTERPRETATION. 3.2. 13. LE MOULIN DE LA CHAUSSEE SUPERIEURE 3.2. 13. 1. LOCALISATION SUR LE CADASTRE 3.2
  • . 13.2. DESCRIPTION 3.2.13.3. INTERPRETATION 3.2. 14 MOULIN SUR DERIVA TION 3.2. 14. 1. LOCALISATION SUR LE CADASTRE 3.2. 14.2. DESCRIPTION 3.2.14.3. INTERPRETATION 3.2. 15. LE MOULIN DE LA CHAUSSEE INFERIEURE 3.2. 15. 1. LOCALISATION SUR LE CADASTRE 3.2.15.2. DESCRIPTION 3.2.15.3
  • . INTERPRETATION 3.2. 16. UNE FORGE HYDRAULIQUE AU RELEC 3.3. LA FERME DU CLOS : INSTALLATIONS HYDRAULIQUES ISOLEES 3.3.1. LOCALISATION SUR LE CADASTRE 3.3.2. DESCRIPTION 3.3.3. INTERPRETATION CONCLUSION : SOURCES ARCHIVISTIQUES ETUDIEES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DU FINISTERE SERIE H SERIE Q
  • Commune : REFERENCES CADASTRALES Le Cloître-Saint-Thégonnec Plounéour-Ménez Année: Mise à jour 1981 Section et feuille : Assemblage, feuille n°2 Mise à jour 1968 Section G, feuille n°1 IDENTITE DE L'OPERATION Autorisation numéro : 2006 - 217 Valable : du 1 er juin 2006 au 31
  • . L'ancien monastère cistercien du Relec est situé dans un fond de vallée, de la haute vallée du Queffleuth, au cœur des monts d'Arrée, sur la commune de Plounéour-Ménez. Fondé dans la première moitié du XII e siècle par les moines de l'abbaye du Bégard, il demeura vivant jusqu'en février
  • 1790. Dès la fin du XIX e siècle, l'abbaye a suscité le plus vif intérêt des érudits de la Société archéologique du Finistère, mais l'apport le plus important dans la connaissance de ce site vient des fouilles archéologiques programmées menées depuis 2001 par Ronan Pérennec
  • grand projet architectural marque le XVIII e siècle, les communs antérieurs sont délaissés, une cour centrale est réalisée autour de laquelle est organisé l'espace. La prospection pédestre thématique menée en 2006 visait à appréhender la maîtrise de l'eau par les moines blancs du
  • les éléments naturels ayant pu jouer sur le choix du site par les cisterciens. L'abbaye est isolée, mais un dense réseau viaire, avéré archéologiquement, la relie au monde extérieur. L'autonomie des moines était toutefois assurée grâce à des ressources naturelles à proximité du
  • , formant deux étangs, réserves en énergie hydraulique qui murent les roues à eau d'un à trois moulins selon les phases d'occupation. Les sources textuelles étudiées permettent d'appréhender leur évolution de la première moitié du XVI e siècle jusqu'à la dissolution du monastère
  • . Cependant, selon la Règle de l'ordre un monastère devait avoir en son enceinte un moulin afin de subvenir aux besoins des religieux, leur évitant tout contact avec le monde séculier. L'hypothèse d'un moulin hydraulique dès la période médiévale n'est pas à rejeter faute de données pour
  • fouilles archéologiques, il faut attendre les XV e -XVI e siècles pour discerner les premiers travaux de grande ampleur. Les terres dépendantes directement du monastère sont également drainées, par d'importants fossés, les sources écrites témoignant de leur existence au moins à la
  • période moderne. Les étangs permirent de réguler l'eau, mais l'assainissement du monastère n'était pas entier, la dernière phase d'occupation monastique marquée par de grands travaux à la fin du XVIII e siècle notamment la construction d'une fontaine centrale monumentale, alimentée par
  • sont à noter, d'une part l'état le plus tangible du site est celui de la fin du XVIII e siècle avec un remaniement profond du site, un fort remblaiement de la zone du jardin neuf, et d'autre part les archives étudiées ne permettent pas d'appréhender la période médiévale. L'étude des
  • installations archéologiques et le travail de documentation écrite seront poursuivis dans le cadre d'un mémoire de master 2 recherche sous la direction de Joëlle Burnouf, le tutorat scientifique de Danièle Arribet-Deroin et Paul Benoit. Mots : 857 Caractères (espaces non compris) : 4835
RAP03650 (PORT-LOUIS (56). Citadelle : diagnostic archéologique du bastion Desmouriers. Rapport de FP 2017)
  • , 1962, p. 6. BUFFET, 1962, p. 7. EGASSE, 2013, p. 2. 9 LISCH, 1988. 10 FAUCHERRE, 1998, p. 160. 11 L’ensemble de la citadelle fut classé au titre des Monuments Historiques par arrêté du 29 Avril 1948. Elle est la propriété du Ministère de la Défense et est actuellement occupée par
  • OPERATION ARCHEOLOGIQUE PROGRAMMEE Rapport final 2018 Dates d'intervention : 28/08/2017 au 03/09/2017 Autorisation d'opération n° 2017-129 N° patriarche de la citadelle : 56-181-0001 Avec le soutien du Conseil Départemental du Morbihan et du Musée national de la Marine Sous
  • la direction de Nicolas Morelle, Avec la participation d’Amaury Berthelon, Romain Bertin, Grichka Bredow, Morgan Grall, Caroline Laffay et Joachim LeBomin avec la collaboration de : Aurélien Creuzieux Clément le Guédard Jean Soulat 4 Conditions d’utilisation des documents Les
  • rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou
  • non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la
  • source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel
  • les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 2 Illustration de couverture : Vue du bastion Desmouriers. "L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises
  • de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schéma, n'est possible que
  • dans le cadre de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Toute utilisation des données du rapport à des fins lucratives est interdite en vertu de l'article 10 de la loi modifiée du 17 juillet 1978 relative à l'amélioration des relations
  • under article 425 of the Criminal Code. " 3 Je remercie le Musée national de la Marine et Anne Belaud de Saulce, administratrice du musée de Port-Louis, pour son aide à mettre en place l’étude et son soutien au projet scientifique, également Yves Menez, Conservateur régional de
  • l'Archéologie, DRAC Bretagne, Henry Masson, Conservateur régional des Monuments Historiques, DRAC Bretagne, et François Leyrat (sous-direction de l’immobilier) du ministère des Armées pour leurs autorisations à effectuer nos recherches archéologiques et nos relevés sur la citadelle. Je
  • remercie aussi le Service Historique de la Défense et le conservateur en chef de l’antenne de Lorient, Jean-Claude Leroux. De nombreux documents sont encore en cours de numérisation afin de rendre les archives militaires de Port-Louis accessibles sur d’autres supports. Je remercie Diego
  • , Emmanuel Bernot, Stéphane Carrara, Benjamin Egasse et l’association 1846 avec Lionel Duigou et Patrick Jadé. Nos échanges fructueux m’ont permis d’améliorer ma compréhension du site et des éléments défensifs, notamment pour le contexte de la fortification régionale. 4 PRESENTATION
  • terrain: Ministère des armées & Musée de la Marine. Protection juridique: Monuments Historiques (29 avril 1948). n° patriarche du site de la citadelle : 56-181-0001 IDENTITE ET CARACTERISTIQUES FINANCIERES ET TECHNIQUES DE L'OPERATION Autorisation 2017-129 écrite en date du 18/04/2017
  • . Suivi de l'opération : A.-M.. Fourteau et Y. Menez Dates d'intervention: du 28/08/2017 au 03/09/2017 Surface étudiée : 1440 m² Surface fouillée : 16.24 m² Type opération : opération d'archéologie programmée Financements : DRAC (62.5%) ; Musée national de la Marine (37.5 %) RESULTATS
  • SCIENTIFIQUES Mots clés Chronologie : Période moderne : guerre de la Ligue (1591) à la seconde guerre mondiale, mur de l’Atlantique (1944) Vestiges immobiliers : Murs, bâtiments, ensemble fortifié (bastion, ouvertures de tirs, parapets, courtine). Vestiges mobiliers : céramique, métal, verre
RAP01348.pdf (PAULE (22). le camp de Saint-Symphorien. rapport de synthèse fouille programmée 1993-1995)
  • , il semble bien que le côté est du rempart ait été arasé par les paysans, la partie sud ayant quant à elle été détruite en 1968 dans le cadre du remembrement. Le camp était donc fortement mutilé, lorsque, en 1984, un projet de déviation de la départementale n° 3 a été soumis pour
  • PREMIERE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1-Localisation géographique du site et historique des recherches. p. 3 2 - Problématique et méthodologie adoptée pour la fouille programmée de 1993-1995. p. 7 3 - Documentation recueillie et état d'avancement de l'analyse des
  • données. p. 10 DEUXIEME PARTIE - NAISSANCE ET EVOLUTION DE L'HABITAT 1 - Préambule : description de l'ensemble archéologique étudié. p. 13 2-Phase I p. 13 : l'habitat primitif. 3 - Phase II : la première fortification. p. 29 4 - Phase III : création de la basse-cour, suivie
  • d'une modification des défenses p. 36 consécutive à un incendie. 5 - Phase IV : la fin du site fortifié. p. 49 6 - Phase V : la période gallo-romaine. p. 65 TROISIEME PARTIE - PREMIERE APPROCHE DE L'ENVIRONNEMENT D E L'ENCEINTE 1 - La position topographique du site. p. 70 2
  • - Le réseau hydrographique. p. 70 3 - L'environnement archéologique. p. 70 QUATRIEME PARTIE - LE SITE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN A PAULE : POSITION E T FONCTION DANS LA HIERARCHIE DES HABITATS D U SECOND AGE DU FER p. 80 CINQUIEME PARTIE - PERSPECTIVES EN FAVEUR D'UN N O U V E
  • A U P R O G R A M M E TRIENNAL DE RECHERCHES p 86 AVANT-PROPOS Les données analysées dans ce rapport résultent de l'effort collectif d'archéologues contractuels, d'objecteurs de conscience ou de bénévoles. La qualité comme la quantité des informations recueillies ont toujours
  • dépendu de leur capacité à mener cette opération archéologique comme un travail d'équipe et non comme un simple passe-temps. Nous tenions donc à témoigner notre reconnaissance pour la sueur qu'ils ont largement dispensée sur le chantier à l'ensemble des fouilleurs : Christopher ALLEN
  • WIMAR Je n'omettrai pas de remercier les financeurs : - le Ministère de la Culture - Direction Régionale des Affaires Culturelles - Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, et notamment M. Michel VAGINAY, Conservateur Régional. - Le Conseil Général des Côtes d'Armor, maître
  • d'ouvrage de cette opération de fouille, et notamment M. Charles JOSSELIN, Député des Côtes d'Armor, Président du Conseil Général, ainsi que M. Claude LE POTIER, Chef du Bureau de l'Action Culturelle, qui ont su convaincre les élus de la nécessité de mettre en place les financements
  • nécessaires à l'étude de ce site. Je voudrais enfin remercier, pour l'intérêt qu'il manifeste envers les fouilles et la qualité de son accueil, M. le Comte Hervé DE SAISY DE KERAMPUIL, propriétaire du Camp de Saint-Symphorien. Les documents graphiques ont été réalisés par Mathilde DUPRE
  • indiqués en noir. Les trames grisées correspondent respectivement à des altitudes supérieures à 200m, 250m et 270m. PREMIERE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1 - Localisation géographique et historique des recherches Le camp de Saint-Symphorien à Paule, dans les Côtes
  • d'Armor, se situe en plein coeur de la Bretagne, à proximité des limites des départements du Finistère et du Morbihan. Il occupe une position topographique remarquable, à l'extrémité d'une ligne de crêtes qui prolonge vers l'est les Montagnes Noires, barrière naturelle entre la
  • Cornouaille, au sud, et le bassin de Châteaulin, au nord. Malgré la modeste altitude de ces sommets, qui culminent entre 270 m et 300 m N.G.F. au voisinage du site, cet emplacement permet à la fortification de disposer d'une visibilité exceptionnelle sur le territoire avoisinant. Elle
  • porte en effet jusqu'à une trentaine de kilomètres en direction du nord-ouest, vers les sommets des Monts d'Arrée (383 m N.G.F.) qui sont les points culminants de la péninsule armoricaine. Cette position topographique, sur des crêtes qui jouent également le rôle de barrières
  • climatiques, explique la faible moyenne des températures (9°) ainsi que le fort volume des précipitations annuelles, supérieures à 1.300 mm. Neige et gel sont ici bien plus fréquents qu'ailleurs en Bretagne. Deux sources au débit important sont connues à proximité du site : celle de Coat
  • ar Scaon, à 800 m au nord-est, et surtout celle de Saint-Symphorien, localisée à moins de 100 m au nord de la fortification et qui alimente aujourd'hui les communes avoisinantes. L'examen géologique préliminaire du site, réalisé par P.-R. Giot, a montré que la fortification
  • recouvrait, pour la partie nord, un niveau à quartzites blancs et grès ferrugineux, pour la partie sud, des schistes phylliteux gris-vert fortement plissés par des phénomènes de cryoturbation. Ces matériaux, très altérés à proximité des grès, se présentent alors comme une "argile
  • " blanchâtre exploitée dès l'âge du Fer, comme en témoignent de nombreuses petites carrières. La première mention connue de cette fortification remonte à 1883, date à laquelle est signalée, dans une publication de J. Gaultier du Mottay, 1"'enceinte fortifiée ou quadrilatère de Castel Odic
  • , ayant soixante-quinze mètres de côté". Cette indication, très succincte, sera ultérieurement reprise par G. de la Chenelière (1884), puis par A.-L. Harmois (1909). Si le toponyme diffère de celui aujourd'hui utilisé, qui se réfère au hameau le plus proche, la description convient
  • quant à elle parfaitement à ce qui devait subsister de la fortification à la fin du XIXème siècle : un champ délimité sur quatre côtés par une puissante levée de terre, large d'environ 10 m à la base et d'une hauteur conservée proche de 3 m. Peu de temps après cette première mention
RAP02475.pdf (SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). prospection inventaire et recherches documentaires de la commune de)
  • SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). prospection inventaire et recherches documentaires de la commune de
  • Prospection-inventaire (et recherches documentaires) de la commune de SAINT-PIERRE QUIBERON (Morbihan) (1998-2008) Réalisée par Christophe LE PENNEC VANNES - Janvier 2009 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 REPUBLIQUE
  • FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES. SERVICE RÉGIONAL DE L'ARCHÉOLOGIE 6, rue du Chapitre 35044 RENNES CEDEX TEL :Standard 02.99.84.59.00 Télécopie 02.99.84.59.19 N° 1998/013 LE PREFET DE
  • LA REGION DE BRETAGNE PREFET D' I LLE-ET-VI LAI NE VU la loi validée du 27 septembre 1941 portant réglementation des fouilles archéologiques ; VU le décret n° 94-422 du 27 mai 1994 modifiant la loi du 27 septembre 1941, portant réglementation des fouilles archéologiques et
  • relatif à diverses dispositions concernant l'archéologie ; VU le décret n° 94-423 du 27 mai 1994 portant création des organismes consultatifs en matière d'archéologie nationale ; après avis de la commission interrégionale de la recherche archéologique Ouest, en date du 18/03/98
  • ; ARRETE Article 1er : Monsieur LE PENNEC Christophe est autorisé à procéder à une opération de prospection [ ] thématique [X] inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à partir du 15/05/98 jusqu'au 31/12/98 concernant en région BRETAGNE, la zone de: 56-La Presqu'île de Quiberon
  • Organisme de rattachement : Bénévole. Article 2 : prescriptions générales. Les recherches sont effectuées sous la surveillance du conservateur régional de l'archéologie territorialement compétent, qui pourra imposer toutes prescriptions qu'il jugera utiles pour assurer le bon
  • déroulement scientifique de l'opération. A la fin de l'année, le responsable scientifique de l'opération adressera au Conservateur Régional de l'Archéologie l'ensemble de la documentation relative à l'opération et, en double exemplaire, un rapport de synthèse détaillant les actions menées
  • , les résultats scientifiques obtenus et le nouvel état de la connaissance dans le domaine concerné. Ce rapport sera accompagné d'une cartographie de synthèse des sites étudiés et, le cas échéant, des fiches détaillées pour les sites identifiés au cours des recherches. L'ensemble
  • sera établi conformément au cahier des charges fixé par le Service Régional de l'Archéologie (circulaire en date du 4 mars 1996). En outre, dans le cas d'une prospection thématique, le rapport détaillera les actions menées, les résultats scientifiques obtenus et le nouvel état de la
  • connaissance dans le domaine concerné ; dans le cas d'une prospection avec relevés d'art rupestre, le rapport comportera la localisation précise de chaque support d'art rupestre, accompagné de plans et de photographies ; un exemplaire supplémentaire de chacun des relevés réalisés lors de
  • cette opération sera fourni pour archivage au centre national de la préhistoire quelle que soit la technique utilisée (dessin, photographie, moulage, base de données numériques, etc.). Le responsable scientifique de l'opération tiendra régulièrement informé le conservateur régional
  • de l'archéologie de ses travaux et découvertes. Il lui signalera immédiatement toute découverte importante de caractère mobilier ou immobilier et les mesures nécessaires à la conservation provisoire de ces vestiges devront être prises en accord avec lui. Article 3 : destination
  • -inventaire de la commune de SAINT-PIERRE QUIBERON (Morbihan) Christophe LE PENNEC, 1998-2008 Nature de l'opération PROSPECTION-INVENTAIRE Secteur géographique Presqu'île de Quiberon (56) Commune (n° Insee) SAINT-PIERRE QUIBERON (56234) Périodes de prospection 1998 et 1999
RAP01802.pdf (RENNES (35). "parc des Tanneurs." rapport d'évaluation archéologique)
  • pu être observées (Bousquet 1963 : 424,425). Enfin en 1968-69, lors de la construction des immeubles de la résidence du Castel SaintMartin, des vestiges de bâtiments auxquels ont succédé des sépultures datant de la fin de l'antiquité ont été découverts (Bousquet 1971: 235
  • observable dans cette parcelle. 5 II est possible que cette perturbation profonde soit liée à la mise en place d'une cuve à fuel enterrée dans ce secteur du jardin. Ces travaux qui ont eu lieu en 1962 sont rapportés par J. Bousquet dans GALLIA. L'emplacement de cette cuve a fuel, dont
  • , même si elle est probable, il est actuellement impossible de vérifier l'existence de murs de refend dans cette partie de la construction. la nature des vestiges découverts en 1962 cl.19, que nous avons pu approximativement localiser grâce à l'amabilité du professeur L. Pape, indique
  • sont nettement plus nombreuses, ce que ne démentent pas les quelques informations en provenance de la parcelle voisine fouillée en 1968-69 (Petit M, Rapport de fouille inédit). 4.3. Datations. Ainsi que nous l'avons déjà évoqué, en l'absence de fouille plus exhaustive, la datation
  • DE RENNES, S.R.A. BRETAGNE. Sommaire. 1. Localisation de la parcelle et motivations du diagnostic. p.1 2. Méthodologie et durée de l'opération. p.2 3. Résultats des sondages. p.2 4. Conclusions. 4.1. L'état de conservation du site. 4.2. Nature des vestiges. 4.3. Datations
  • . p. 10 p. 10 p. 10 p. 11 Bibliographie. N.B. Plan de localisation des clichés en fin de volume. p. 13 1. Localisation de la parcelle et motivations du diagnostic. La parcelle où se situe le parc des Tanneurs est localisée en limite septentrionale de l'agglomération antique
  • , sur un flan de coteau dont la pente est orientée au nord. Au pied de celui-ci coule un méandre de la rivière llle, bordé de terrains inhospitaliers car inondables. Cette limite naturelle a bien évidemment contribué à déterminer l'aire géographique au sein de laquelle la ville
  • antique s'est développée. La parcelle de terrain aujourd'hui dénommée Parc des Tanneurs est anciennement connue pour avoir livré quantité de vestiges archéologiques divers. En 1847, le Dr Toulmouche, dans son Histoire Archéologique de l'époque galloromaine de la ville de Rennes, décrit
  • les principales découvertes effectuées dans ce terrain. On y dénombre notamment des blocs de granit en forme de petits autels provenant selon toute vraisemblance d'une nécropole datant du haut empire (Toulmouche 1847: 299), son utilisation persiste jusqu'au bas empire, et la
  • découverte d'un sarcophage de calcaire coquillier (Toulmouche 1847: 301) pourrait indiquer qu'elle est encore utilisée au Haut Moyen-Age, à l'époque où apparaît dans la parcelle voisine, l'église Saint-Martin, dont le vocable à lui seul est révélateur de l'ancienneté. On notera toutefois
  • que l'imprécision des localisation ne permet pas de savoir si la nécropole tardive occupe exactement le même emplacement que la nécropole primitive. Des vestiges tels qu'un puits à eau dont le comblement a livré une quantité importante de matériel archéologique sont probablement à
  • , lors de l'élargissement de la rue Saint-Martin. (BSAIV.1904, T. 33, p.X, séance du 13/01/1903 et Journal de Rennes 12/01/19031 ). En octobre1962, lors de travaux de terrassement destinés à l'installation d'une cuve à fuel enterrée, dans le jardin de la propriété, des maçonneries ont
  • ). Récemment, lors d'une visite sur les lieux, j'ai pu identifier les vestiges d'une maçonnerie encore en élévation (Mur M7-1), servant de mur de terrasse entre le potager et le trottoir faisant le tour de la maison. Cet ouvrage en grande partie dissimulé sous le lierre n'avais encore
  • jamais été recensé. Suite à cette découverte, en accord avec la municipalité rennaise, aujourd'hui propriétaire des lieux, une campagne de sondages, destinée à évaluer l'état de conservation des vestiges archéologiques présents à l'emplacement du potager, a été entreprise. Seule cette
  • zone actuellement inculte a été explorée, le reste du terrain, occupé par un jardin paysager ouvert au public n'a pas fait l'objet d'investigations. 1 On remarquera que l'article de presse qui relate la découverte, de manière plus précise que le procès verbal de la B.S.A.I.V. ne
  • mentionne pas la présence d'urnes funéraires. — Q : rempart du Bas-empire. : emprise supposée de la ville du Haut-Empire. : localisation du site du parc des Tanneurs. Figure 1: Plan de localisation dans la ville. N À M m i *r • 10 20 Mètres " Figure 3 : Localisation des
  • -pelle pour effectuer les tranchées sondages. L'implantation de ces dernières a été conditionnée par l'existence de végétation protégée, ne devant pas être touchée par les terrassements. La présence d'une serre coupant la parcelle en deux dans sa moitié sud a également sérieusement
  • limité les possibilités d'investigations. Dans chaque cas, les terrassements ont été réalisés de manière à éviter les destructions de vestiges, pour cette raison, le détail de la stratigraphie d'une partie du site est inconnu. En revanche l'épaisseur de la couche archéologique peut
  • être aisément évaluée à partir de la confrontation des données. Après l'achèvement de ces recherches préliminaires, les vestiges préalablement protégés par un film géotextile, ont été réensevelis. Le mur M7-1, déjà sérieusement altéré par les intempéries et les attaques dues à la
  • végétation, doit faire l'objet d'une protection similaire qui sera mise en place prochainement par le service des jardins de la ville de Rennes. 3. Résultats des sondages. Sondage 1. Fig.5 Compte-tenu de l'existence d'un couvert végétal assez dense dans ce secteur de la parcelle, il n'a