Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4022 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01250.pdf (LANGON (35). le bourg et la chapelle Sainte-Agathe. rapport de prospection inventaire)
  • LANGON (35). le bourg et la chapelle Sainte-Agathe. rapport de prospection inventaire
  • temple païen, on y a vu le fourneau qui a été détruit, il y a déjà plusieurs annéçf afin d'y établir la fosse pour éteindre la chaux". 14 Le maire parle d'un four à salpêtre dont on reparlera plus loin (voir chap. 2.2.2.). Il semble que la réaction du ministre soit assez rapide
  • CHAPELLE SAINTE-AGATHE LANGON (ILLE-ET-VILAINE) ETUDE DE BATI mars - avril 1994 Cyrille CHAIGNEAU Kristell CHUNIAUD MAITRISE DE SCIENCES ET TECHNIQUES "ARCHEOLOGIE PREVENTIVE" UNIVERSITE FRANÇOIS RABELAIS -TOURS A la mémoire du Père François ROCHER 1919 - 1994 Recteur de
  • Langon Passionné d'histoire de d'archéologie REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier ici les différentes personnes qui nous ont permis de réaliser cette étude dans de bonnes conditions. Tout d'abord la commune de Langon, en la personne de M. Adolphe Roux, maire, qui nous a offert
  • l'hébergement pendant notre séjour et nous a aidé dans tous les aspects matériels et techniques de l'étude. Le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne en la personne de Michel Vaginay son directeur, qui nous a fourni toute l'aide technique dont nous avions besoin (prêt de matériel
  • dans le développement et le tirage des films, réalisés dans le laboratoire photographique du L.A.U.T. Yvette Cassadou, présidente du Syndicat d'Initiative de Langon, pour sa gentillesse. Elle nous a aidé à nous intégrer dans la vie langonnaise et nous a appris à connaître et aimer
  • . Evolution du toponyme de Langon 1.3. Contexte archéologique 1.4. Description générale de l'édifice 1.5. Présentation historique 1.5.1. Evolution du vocable de la chapelle 1.5.2. Eléments de folklore : approches historique du pèlerinage à Sainte-Agathe 1.5.3. Une histoire complexe à
  • partir du XVIe siècle 2. ETUDES DOCUMENTAIRES 2. 1 . La protection de la chapelle 2.1.1. Une première prise de conscience administrative 2. 1.2. Le rôle des sociétés savantes et le classement par le service des Monuments Historiques 2.2. Historique des interventions sur la chapelle
  • 2.2.1. Fouilles anciennes et récentes 2.2.2. Campagnes de Restaurations 2.3. Historiographie et commentaires de la bibliographie ; présentation des diverses hypothèses et développement critique des argumentaires 2.3.1. Un temple de Vénus 2.3.2. Un mausolée funéraire 2.2.3. Une salle
  • élévations 3.2.2. Analyse 3.3. Enregistrement stratigraphique des unités de construction 4. DESCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE LA CHAPELLE 4. 1 . Analyse archéologique de l'édifice par mur 4.1.1. Le mur sud 4.1.2. Le mur ouest 4.1.3. Le mur nord 4. 1 ALe mur est 4.1.5.L'abside 4.2. Mise en
  • phase des Observations archéologiques CONCLUSION ANNEXES Bibliographie Autres sources documentaires Historique des interventions Liste des figures 3 INTRODUCTION L'étude de bâti de la chapelle Sainte-Agathe a été réalisée en mars et avril 1994. Elle constitue l'un des cinq
  • mémoires nécessaires à l'obtention de la Maîtrise de Sciences et Technique "archéologie préventive" de l'Université François Rabelais à Tours. Le présent mémoire intègre donc l'exercice proprement dit, demandé dans le cadre de cette formation, à savoir une étude archéologique et
  • a bénéficié d'un crédit de fonctionnement de 2000fr. (dans la catégorie "Sauvetage Urgent") délivré par le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne. Nous avons également bénéficié d'une bourse d'étude d'un montant de 5000frs, allouée par la Sous-Direction de l'Archéologie. La chapelle
  • Sainte-Agathe est un petit bâtiment relativement simple a priori, mais nous avons rencontre d'énormes difficultés pour lire archéologiquement les murs, et ce pour différentes raisons : - la chapelle, depuis le milieu du XIXe siècle, a été très largement restaurée, et l'on peut dire
  • que le bâtiment actuel est, en grande partie, un bâtiment contemporain (en surface tout du moins) les murs archéologiques étant cachés par les différentes phases de restauration. - l'humidité permanente du sous-sol, autour de la chapelle, entraîne la formation d'une très importante
  • l'intérieur de la chapelle), ou à toute autre intervention physique sur les murs. Ces difficultés réelles nous ont obligé à diversifier notre approche du monument afin d'en comprendre la chronologie relative. Nous avons dû identifier toutes les interventions récentes sur l'édifice afin de
  • pouvoir accéder sans interférence à la réalité archéologique des élévations. Dans ce but, nous avons entrepris le dépouillement critique de l'ensemble de la bibliographie, pléthorique, consacrée au petit édifice. Ce travail est présenté succintement dans une première partie. Il est
  • aussi bien les interventiomcontemporaines que l'histoire de la chapelle. Le dépouillement exhaustif de cette documentation pourrait nous permettre d'approcher une chronologie absolue du monument et d'argumenter la chronlogie relative que nous avons élaborée suite à notre travail sur
  • nous a permis de mettre en place une chronologie relative fine de l'édifice, chronologie (présentée dans la troisième et la quatrième partie* du rapport) qui est un des éléments essentiels du présent mémoire, nous présentons surtout une documentation brute, organisée, parfois
  • l'intérêt de poursuivre la recherche documentaire sur le petit édifice, de façon à pouvoir enfin proposer un dossier cohérent, libéré de la lourdeur des traditions bibliographiques qui s'attache à la chapelle de Langon. La dernière partie est consacrée à la présentation synthétique de la
  • chronologie relative qui ressort de notre travail. Cette mise en phase est maintenant cohérente archéologiquement parlant. Il reste à la caler dans l'absolu, et seule la poursuite du travail entamé l'année dernière pourra nous permettre d'y parvenir. 5 1. PRESENTATION 1.1. Cadre
RAP03397.pdf (BERNE (56). Zinsec. Rapport de sondage)
  • -ce St Gilles apparaissant décapité parce qu’on avait laissér sa chapelle et son culte disparaître [...] » «[...] Désormais sur un ancien camp romain où dominèrent longtemps des divinités païennes se dressent la statue et l’oratoire [...] » L. Kervégant, recteur de Berné, bulletin
  • Zinsec - Berné (56) Rapport d’Évaluation archéologique Août / Octobre 2016 Responsable : Daniel TANGUY SOMMAIRE 1. INTRODUCTION | p.4 1.1  Les sources écrites 1.2  Des destructions récentes 1.3  La proximité d’une voie ancienne
  • //////////////////////////////////////////////////////////////////////////// p.4 2. LA MISE EN PLACE DE L’EVALUATION | p.5 2.1  Problématique dans le cadre de la prospection  thématique 2.2  Méthodologie et mise en place du sondage /////////////////////////////////////////////////// p.5 3. LES RESULTATS DE L’OPERATION | p.12 3-1   Le sondage
  • 74.1 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// p.10 3-1-1    Les tranchées de fondation 3-1-2    Les trous de poteaux 3-1-3    La structure de combustion FO1 3-2   Le sondage 116-1
  • ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// p.14 3-2-1   La cavité Cav.1 3-3  Le sondage 117-1 ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// p.18 3- 3 -1   3-3-2   La fosse 117 Fo Le fossé M.1 3-4  Le sondage 74-2
  • ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// p.18 4. LA VOIE ANCIENNE | p.20 4 5 2. LA MISE EN PLACE DE L’EVALUATION 1  CAYOT-DELANDRE (François-Marie) Le Morbihan, son histoire, ses monuments, Vannes, Paris 1847. P. 458. Les derniers travaux réalisés sur la R.D. 109 en 1966 ont achevé la destruction des
  • élévations en détruisant la bordure ouest. Une cavité souterraine a été mis au jour en bordure est de la voie. Cette découverte n’a pas donné lieu à des investigations mais la localisation reste bien présente dans la mémoire locale. Au cours de la rectification du tracé routier, les
  • riverains ont souhaité que l’ensemble du site soit « aplani ». Des élévations, il ne reste plus donc que des restes de talus vers l’est ainsi qu’une portion mieux conservée vers le sud, en bordure du village. 1.3 La proximité d’une voie  ancienne Au milieu du XIXe siècle Cayot
  • - Delandre emprunte la route qui « [...] conduit du haras de Langonnet à Berné [...] Le camp est traversé par le chemin [...] » Les haras en question occupaient le site de l’abbaye de Langonnet. Le tracé de cet axe, figuré sur le cadastre napoléonnien, traverse effectivement le site du
  • , il semble étonnant que celle-ci traverse le site. 2.1 Problématique dans le cadre de la prospection thématique Le site de Zinsec est installé à 11 kilomètres au nord ouest de Kerven Teignouse. Il est installé à 2 kilomètres de Berné, à l’ouest du Morbihan, sur un plateau dominant
  • au sud une large dépression (Fig.1). Dans le cadre d’une étude portant sur l’environnement archéologique à l’âge du Fer du site d’Inguiniel, le sondage destiné à préciser la datation et la nature du site Zinsec a semblé cohérent avec la démarche entreprise. Le choix de ce site
  • s’est appuyé sur deux éléments importants : L’existence démontrée d’une voie protohistorique qui n’a rien de mineure puisqu’elle conduit au moins jusqu’au site de Paule, à 22 kilomètres au nord 7 et très probablement jusqu’au site fortifié du Coz Yaudet sur les côtes de la Manche
  • . Son débouché sur le sud et les côtes atlantiques est désormais très probable, on le verra par ailleurs. La présence plus ou moins attestée d’une cavité souterraine laissant entrevoir la présence d’un habitat de La Tène. Malgré tout, l’absence d’éléments tangibles pouvait aussi bien
  • études dans ce domaine restent bien lacunaires et les résultats connus à ce jour méritent largement quelques précisions. Le lien entre le site de Zinsec et la voie ne fait aucun doute. Les premiers résultats de la prospection mettent en évidence le lien entre le site fortifié de
  • Kerven Teignouse et la voie toute proche. La position topographique, la nature des vestiges repérés anciennement au Zinsec et la présence d’une voie ancienne méritaient largement que l’on s’attarde sur ce site. Il est bien sûr délicat de poser des postulats très fermes avant toute
  • investigation mais il est clair que l’objectif de l’opération était de pouvoir dater là ou les occupations du site et de savoir s’il s’agissait d’un lieu de contrôle et de pouvoir à l’âge du Fer. Il a été jugé plus simple de décaler la portion est du sondage vers la parcelle voisine, en
  • gardant le même axe. Nous avons ainsi régler les problèmes liés aux plantations et à la maîtrise foncière. Les tranchées ont été réalisées au godet lisse d’une largeur d’1,50m par un tracto-pelle capable d’opérer dans un espace restreint. La première séquence a eu lieu du 1er au 7 août
  • 2016. Sur les conseils du S.R.A. Bretagne, elle a été prolongée d’une semaine à la fin du mois d’octobre. Cherbourg H C M A N Brest E s d'Arrée o nt Saint-Brieuc ire s Cette documentation montre les altérations importantes subies par le site lors du dernier siècle. Il est
  • possible d’en retracer la chronologie : Le site présente donc au XIXe siècle des élévations conséquentes avec des parapets de 5 mètres de hauteur et 4 mètres de largeur à la base et une enceinte bien circonscrite sur 100mètres de diamètre. Les premières destructions liées au tracé
  • routier datent de la fin du XIX e siècle puis les aménagements successifs de la R.D. 109 en 1948 et 1966 ainsi que quelques travaux connexes ont bouleversé l’ensemble du site. La création d’un oratoire aux alentours de 1958 a aussi modifié la configuration des lieux. Le tracé mis en
RAP02167.pdf (BAZOUGES-SOUS-HÉDÉ (35). le nymphée antique de la ville Allée. rapport intermédiaire de fp 2 2005-2006)
  • BAZOUGES-SOUS-HÉDÉ (35). le nymphée antique de la ville Allée. rapport intermédiaire de fp 2 2005-2006
  • Le N y m p h é e antique de la Ville Allée à Bazouges sous H é d é Rapport de fouille programmée DR AC-S RA Août 2005 1 0 HAB 2(06 COURRIER ARRIVE:L Frédérick Béguin DR AC de Bretagne- Ministère de la Culture Générique de la fouille Direction: Frédérick Béguin
  • , archéologue Prise en charge de la logistique : Jean Pierre Bardel, Technicien de Recherches, Ministère de la Culture Suivi scientifique: Anne Villard, Conservateur du Patrimoine, Ministère de la Culture Propriétaires du terrain : M. et Mme Thébault Jean-Claude et Thérése. Maire de Hédé- St
  • Symphorien : Mme Feudé Jeanine 9 Maire délégué de Bazouges sous Hédé : M. Béni Jean-Christophe Logistique, participation à la fouille et prêt de matériel et de locaux : M. et Mme Thébault Jean-Michel et Stéphanie Stagiaires de l'Université : Bouju Pauline, Université de Paris I De Salins
  • Stéphanie, Université de Rennes II Piccirilli Sarah, Université de Louvain-la-Neuve, Belgique Ray Marjolaine, Université de Rennes II Tessier Anne-Jérémie, Université de Rennes II Wen Zhen, Université de Rennes II Un remerciement particulier aux nombreux bénévoles locaux ainsi qu'aux
  • familles Thébault et Feudé pour leur accueil, leur gentillesse et leur amour de leur terroir et de son histoire. Sommaire de l'étude Générique de la fouille Avant Propos Sommes nous en présence d'un nymphée : la question centrale de l'étude La stratégie appliquée : un mode opératoire
  • dicté par le contexte Descriptif des vestiges : les deux trames de lecture Les principes de détermination de ce type de monument De la datation du nymphée de Bazouges Des dimensions et dispositions du monument : descriptif et analyse raisonnés A propos des connaissances nécessaires à
  • la construction de ce type d'ouvrage en terme de physique La métrologie de l'édifice : le témoignage d'une disposition réfléchie Une hypothèse maximaliste pour une restitution des superstructures La question de l'abandon du site : un exemple supplémentaire des troubles du Illème
  • siècle La question du sacré à propos de la source Conclusion temporaire : résumé et perspectives Avant propos Le présent document constitue le rapport d'activité de la première des deux campagnes de fouilles financées intégralement par le Ministère de la Culture autour du monument
  • de la Ville Allée. Il transcrit à la fois les différentes observations issues de la fouille partielle des vestiges1 comme les hypothèses émises à l'issue de celle-ci et des analogies faites par la suite au travers de la littérature historique et archéologique. Indépendamment du
  • caractère exceptionnel de la conservation des vestiges, notamment ceux en matériaux périssables, la question centrale du débat lancé suite aux sondages préalables était celle de la nature du monument. Le premier document produit après 2004 avait d'ores et déjà fait état de la possibilité
  • d'un nymphée. C'est autour de cette interrogation que fut orientée la présente intervention, c'est aussi autour de celle-ci que sera axée cette étude. Elle revêt évidemment un caractère temporaire, de par sa nature intermédiaire, mais tente de clarifier les points essentiels à la
  • compréhension des témoignages en présence afin de pouvoir collecter ces derniers et les interpréter avec le moins de réserves possible. Il convient donc de la part du lecteur de conserver à l'esprit le fait que ce type de monument reste exceptionnel et que, par conséquent, les comparaisons
  • quasiment en l'état. De ce fait, notre stratégie fut celle d'une vision ponctuelle, mais pertinente de points précis permettant la compréhension de l'ensemble, tant en termes fonctionnels, architectoniques que chronologiques. Nous nous sommes ainsi penchés sur la délimitation des bassins
  • , leur profondeur potentielle, l'articulation de ces derniers entre eux, la nature et morphologie du barrage et sa continuité au-delà, vers le bas de pente. Nous avons également tenté de déterminer l'aspect des abords et des berges ainsi que celle des différentes adductions et
  • évacuations d'un élément infrastructurel à l'autre. Pour finir, nous avons également recherché les éventuels témoignages chronologiques en présence, tant pour l'ensemble du monument que pour les étapes de son occupation. 1 L'aspect partiel est du au fait de la nature non-destructive de
  • l'intervention, comme décrite au chapitre suivant. "Sommes-nous en présence d'un nyinphée ?" La question centrale de l'étude. (Cf.:Plan d'ensemble des vestiges) Rappelons que la première intervention sur le monument eut lieu en septembre 2004, suite à sa découverte fortuite2. Les éléments
  • et observations qui découlèrent de cette courte campagne de sondages nous permirent d'émettre quelques hypothèses ayant constitué la problématique de la fouille menée cette année. Ainsi, si la nature du monument était déjà supposée, elle n'était pas attestée de façon tangible. Ce
  • point particulier constitua la première et principale question à résoudre. Il s'agissait par ailleurs et sous réserve de confirmation de la nature des vestiges, de définir les aspects techniques et morphologiques liés à son usage afin de cerner au mieux les modes de construction et
  • les règles architecturales ayant contribué à son édification. A cet égard, il restait également à confirmer les hypothèses de datation émises au cours de la campagne de sondages grâce à ces dernières3. Vue d'ensemble du bassin bas en cours de fouille depuis la berge orientale. 2
  • .: 1/100ème Conduite ( aqueduc?) plan d'ensemble des vestiges La stratégie appliquée : un mode opératoire dicté par le contexte. La campagne annuelle 2005, d'une durée de quinze jours fut intégralement financée par le Ministère de la Culture pour un budget global de quelques 13
RAP01852.pdf (PLOUHINEC (29). "ménez-drégan". rapport de synthèse de fp 3 (2000-2002))
  • les extraits et pour caractériser l'effet des inhibiteurs. La QPCR permet la quantification des produits de PCR à chaque cycle de la réaction d'amplification grâce à l'ajout dans la réaction d'une sonde fluorescente qui émet un signal spécifique en présence du produit de PCR (voir
  • actuellement le seul moyen d'une estimation de l'authenticité du produit de PCR. En effet, la contamination des réactions PCR par des molécules d ' A D N moderne ne peut pas être exclue malgré toutes les précautions employées, la
  • PLOUHINEC, FINISTERE RAPPORT DE FIN D'OPÉRATION TRIENNALE DE LA FOUILLE DU GISEMENT PALEOLITHIQUE INFERIEUR DE MENEZRDREGAN I Campagne 2002 Sous la direction scientifique de : J e a n - L a u r e n t M O N N I E R et B e r n a r d H A L L E G O U E T Réalisé par : S t é p h
  • a n H I N G U A N T et N a t h a l i e M O L I N E S Avec la collaboration de Rozenn C O L L E T E R UMR 6566 du CNRS « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture Rennes PLOUHINEC, FINISTERE RAPPORT DE FIN D'OPÉRATION
  • TRIENNALE DE LA FOUILLE DU GISEMENT PALEOLITHIQUE INFERIEUR DE MENEZ-DREGAN I Campagne 2002 Sous la direction scientifique de : J e a n - L a u r e n t M O N N I E R et B e r n a r d H A L L E G O U E T Réalisé par : S t é p h a n H I N G U A N T et N a t h a l i e M O L I N E S Avec
  • la collaboration de Rozenn C O L L E T E R UMR 6566 du CNRS « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture Rennes 2002 Le site paléolithique inférieur de Menez-Dregcm I - Campagne 2002 RAPPELS N° de site : 29-197-015
  • Cadastre : section ZW, parcelles 366, 370, 372 et hors parcelles Coordonnées Lambert II : X = 92,200. Y= 2353,800. Z moy. - 10 m NGF (fig. 1) Autorisation n°: 2000/015 (pluriannuelle) 1 - M i s e en place d e la c a m p a g n e 2 0 0 2 La campagne de terrain a débuté le 19 août et
  • s'est achevée le 27 septembre 2002, soit une durée de 6 semaines. L'opération a été menée, sous la direction de Stéphan HINGUANT, en collaboration avec Rozenn COLLETER et avec la participation de 25 bénévoles : Elise AXFORD, Joana BERNARDES (Portugal), Audrey BIORET, Christian
  • BOUCHER, Solène BOURDIN, Gildas BREGAIN, Marion CAMPANA, Simon CARROUEE, Franck COLLIN, Noémie GRYSPEIRT (Belgique), Kieran HAINES (Ecosse), Lucile JANNIERE, Yann LAUNAY, Bénédicte de LA VILLETANET, Laurence LE CLEZIO, Mélanie LEVAN, Anne LOUARGANT, Gillian Mac CORMACK (Irlande
  • ), Julien MAILLARD, Sophie MARCHAND, Rito MARISA (Portugal), Nicolas NAUDINOT, Julie OLIVER, Sylviane RENAULT, Elise SEHIER, Gaëlle-Anne VERLIAC Bénédicte de LA VILLETANET, Solène BOURDIN, Mélanie LEVAN et Elise AXFORD ont été formé à la manipulation du théodolite à visée laser
  • . L'enregistrement des données planimétriques du site était systématiquement transféré dans le logiciel informatique prévu à cet effet, chaque fin de journée, sous la responsabilité de Rozenn COLLETER. Outre les visites de personnalités officielles, une journée « porte-ouverte » a été organisée
  • par la mairie de Plouhinec à l'attention du public (deux visites de près de 150 personnes, le vendredi 28 août) sous la conduite de Stéphan HINGUANT. Les scolaires ont également bénéficié de conférences sur le site (CM2 et 6eme de Plouhinec, Pont-Croix, Audierne). Sur le plan de la
  • communication, outre les habituels articles dans la presse locale, le site a fait l'objet d'un film vidéo dont la diffusion s'est déroulée lors des l eres rencontres régionales du CNRS tenues à Plozévet les 28 et 29 septembre 2002. A cette occasion, des moulages d'objets issus du gisement et
  • des panneaux explicatifs ont également été exposés, appuyés par des conférences de Stéphan HINGUANT. Aucun membre de l'équipe scientifique n'a profité de la réouverture du chantier pour venir effectuer des prélèvements ou faire des observations complémentaires. Néanmoins, des
  • échantillons de sédiments ont été prélevés dans le but d'autres analyses, en particulier pour la paléo-parasitologie (Françoise BOUCHET) (couche 7, paroi ouest, sous le gros bloc effondré et couche 4c, sous la voûte). 1 Figure 1 - Localisation topographique de la grotte de Menez-Dregan
  • . Le site paléolithique inférieur deMenez-DregcmI - Campagne 2002 2 - Fouilles c l a n d e s t i n e s Alors que nous supposions la protection de sacs de sable et de plaques métalliques sur le site efficace, nous déplorons le constat d'une fouille clandestine à notre arrivée sur
  • la fouille, le 19 août. Un individu a en effet bouleversé une large zone à l'amorce du diverticule oriental, affectant les couches 5c'/ 5d et surtout 5d' sur près de 20 cm d'épaisseur et environ un quart de mètre carré (photo 3). Profitant sans doute d'un espace, certes réduit
  • , entre la paroi orientale de la grotte et une plaque métallique posée de chant, le fouilleur a réussi à passer son bras et, en se servant d'un instrument crochu, à faire chuter les sacs de sable puis gratter les couches archéologiques pour en extraire les silex taillés. Sans doute à
  • la recherche de « belles pièces » du type galet aménagé, le collectionneur va négliger les éclats et les débris, abandonnant sur le sol plus de 700 pièces et ne collectant que les quelques rares outils qui l'intéresseront. L'excavation produite par cette fouille clandestine
  • affecte un secteur important du site, dans l'axe de la coupe stratigraphique E ' - F ' et dans une zone de l'habitat particulièrement riche en artefacts lithiques. A l'issue de la campagne, deux jours avant la fermeture du chantier, une nouvelle « visite » a eu lieu sur le site
RAP01387.pdf (MONTENEUF (56). les Pierres Droites. rapport intermédiaire de fouille programmée 1995-1997 analyses radio-carbones)
  • Monteneuf, ne remet pas en cause le texte de vingt deux canons issus de la réunion. L'un de ces canons aborde les croyances païennes. La consigne précise d'abattre les arbres sacrés et les pierres druidiques. Pour ces dernières il sera même stipulé de les enfouir dans des tranchées après
  • ! 3K esra Sommaire Fiche signalétique Données chiffrées de l'opération pluri-annuelle Rapport de synthèse Historique Localisation et environnement archéologique Evolution d'un cadastre La géologie du secteur Description du site Les analyses et leurs interprétations Les nouvelles
  • site Plan d'ensemble Etat en 1989 Secteurs de fouilles 1989/1991 Secteurs de fouilles 1992/1994 Plan actuel de la parcelle AK10 Décapage 1995 Coupe stratigraphique 1995 Plan de détail 1996 Secteur AB nord Plan de détail 1996 Secteur AB médian niveau supérieur Plan de détail 1996
  • 15 plan 16 plan 17 plan 18 plan 19 Sommaire (suite) Planches Photographiques Vues d'ensemble La voie ancienne La voie ancienne Aire compactée secteur AB médian Les trous de poteau Secteur AB médian Secteur d'éclatement géologique Secteur d'éclatement géologique Menhir B2
  • Régional de l'Archéologie de Bretagne Raison de fouille Programme pluriannuel Surface fouillée 372 m2 Surface totale du site 7 ha Mots clefs - Sur la chronologie - Sur la nature du site - Sur la nature des structures - Sur la nature des vestiges Néolithique moyen / Néolithique final
  • / Bronze Menhir Fosse, trou de poteau, foyer, Céramique, lithique Problématique de la recherche et principaux résultats Comprendre l'organisation originelle et la fonction symbolique que les pierres levées peuvent représenter dans un espace géographique. Datations, présence de
  • Morbihan LES PIERRES DROITES Rapport de synthèse de la fouille programmée 1995/1996 Lecerf Y. Historique des recherches: Durant de nombreuses décennies les recherches sur la période néolithique dans l'ouest de la France concentrent leur activité sur le mégalithisme funéraire
  • . Lorsque de rares interventions s'organisent autour des pierres levées, c'est pour répondre à une urgence ou parer à un danger de destruction. La fouille ne concerne alors que les quelques mètres carrés de l'emplacement supposé du calage. Au delà de la satisfaction d'avoir participé à
  • la sauvegarde d'un monument, les résultats scientifiques sont bien maigres. 11 faut attendre 1977 pour voir se mettre en place les premiers programmes d'études sur ce type de monuments. Les alignements du moulin en St Just (35), ceux de Kersolan à Languidic (56) sont abordés avec
  • une autre approche que celle d'une simple restauration. Bien que révélant une somme importante d'informations, ces opérations ne répondent que très partiellement aux multiples questions soulevées par les traces observées. Elles mettent en évidence la nécessité d'entreprendre de
  • Portugal (Alentéjo portugais). Plus récemment des études sont menées dans le sud de la Vendée ainsi que sur des sites éthiopiens. De nombreuses publications récentes signalent des convergences avec des sites d'Afrique (Vidal P. 1966, Joussaume R. 1991) et d'Extrême Orient (Gon gy 1981
  • , Joussaume 1985, Mac Donals 1953). Dans un secteur où beaucoup reste à entreprendre, on constate l'amorce d'une dynamique nouvelle sur le phénomène des pierres levées. C'est à l'occasion d'un incendie de lande que la Direction des Antiquités de Bretagne est alertée par le Maire de
  • Monteneuf de la présence de menhirs et de blocs suspects sur la zone brûlée. En 1989, une première intervention suffit à nous convaincre de la nécessité d'entreprendre un lourd programme. Par une recherche bibliographique, nous constatons l'existence du site au travers de publications
  • anciennes. Proposées par CAYOT DELANDRE (1848), ROZENZWEIG (1863) et J.M. LE MENE (1894) les descriptions s'appuient sur la publication de Jean MAHE. Ce dernier, dans son Essai sur les Antiquités du Département du Morbihan, signale dès 1825 la présence de menhirs sur le secteur. 11 les
  • décrit alors comme " sept à huitpeuivansfJ d'environ douze pieds de n~auteur1. La localisation imprécise accompagnant l'information semble avoir intégré dans ce décompte plusieurs ensembles du même type proches les uns des autres (le Chômet de Coéplan, la Verrie, les Pierres Droites
  • etc.). Plus tard le Père CHENER10T (1953) et l'abbé LECLA1RE (1975) rappellent par leurs écrits la présence de ces pierres. Bien connus des usagers de la lande, les monolithes ne semblent avoir suscité aucun autre intérêt archéologique que celui d'une visite des membres de la
  • Société Polymathique du Morbihan vers 1930. Les quelques grattages intempestifs observés au contact de certains blocs ne révèlent pas l'enthousiasme des chercheurs de "trésors". Après les incendies dus à la sécheresse, la commune de Monteneuf, très au fait de la richesse de son
  • patrimoine archéologique, décidait d'entretenir cet ensemble envahi par la végétation. Les quelques rares visiteurs initiés, la traque des chasseurs et les prospections mycologiques étaient alors les seules fréquentations du lieu. Aujourd'hui, porté par un tourisme culturel et reconnu par
  • la communauté des archéologues, le site reçoit plus de 28 000 visiteurs chaque année. Peulvan est un terme breton désignant une pierre dressée. 2 Localisation et. environnement archéologique: (cf plan l) Le lieu-dit les Pierres Droites est situé à 1,900 km à l'est du bourg de
  • Monteneuf. Traversé par la route départementale n° 776, l'ensemble mégalithique de menhirs s'organise selon un axe est/ouest. Légèrement en contrebas de la ligne de crête, il occupe une part importante du versant d'un plateau coté à 140 m d'altitude. Ce point culminant du secteur compte
RAP00954.pdf (BAIS (35). bourg Saint-Pair. rapport de sauvetage programmé)
  • BAIS CHAPELLE ST-PIERRE FOUILLE DE SAUVETAGE 1986-1987 PHILIPPE GUIGON 1 BAIS CHAPELLE ST-PIERRE FOUILLE DE SAUVETAGE 1986-1987 PHILIPPE GUIGON 2 PREAMBULE REMERCIEMENTS Je tiens à remercier en priorité les propriétaires des parcelles sur lesquelles s'étendit la
  • Bais. Sans le dévouement de Gilbert CHESNEL, qui participa à la totalité des travaux, depuis les premières tombes jusqu'aux dernières, sans compter ses prospections sur les environs immédiats, la fouille n'aurait pu se dérouler de façon satisfaisante. Je tiens donc à remercier
  • chaleureusement cet excellent bénévole et ami. Grâce à un autre ami, Jean-Claude MEURET, qui co-dirigea de fait le chantier après avoir alerté la Circonscription, la fouille arriva à bon terme; je lui adresse donc mes plus vifs remerciements. M l l e Françoise LE BOULANGER et M. Michel
  • l'entremise de J.-C MEURET et l'aval de leurs directeurs d'établissements, plusieurs dizaines de collégiens (classes de 3 e A et B du Collège des Fontaines de La Guerche-de-Bretagne) et de lycéens participèrent au chantier; que soient chaleureusement remerciés: ANTHOINE G. HENRY C
  • CLAIREFONTAINE (céramiques romaines), André CHEDEVILLE, Gildas BERNIER et Robert FAVREAU (anthroponymie) : que tous reçoivent mes vifs remerciements. Les problèmes d'ordre administratif furent résolus par M. Michel CLEMENT, Directeur adjoint de la Circonscription, ce dont je le remercie. La
  • Mairie de Bais, particulièrement M. PICHET, Maire, et M m e Anne BOURGUIGNAT, Adjointe, aplanirent les inévitables difficultés inhérentes à une fouille de sauvetage: qu'ils en soient chaleureusement remerciés. ORGANISATION DE LA FOUILLE LES NOMBRES EN GRAS ET ENTRE CROCHETS RENVOIENT
  • AUX ILLUSTRATIONS. La nécropole de la c h a p e l l e S t - P i e r r e , au B o u r g S t - P a i r , à 3 00 m au n o r d d e l ' é g l i s e paroissiale de Bais [1], a été découverte fortuitement vers le 20 août 1986. M.M. Lévêque et Thorigné plantaient une clôture de séparation
  • entre leurs deux propriétés, lorsqu'ils mirent au jour un sarcophage en calcaire coquillier et des coffres en schiste ardoisier, contenant des squelettes en place. Une maison devant être construite à l'emplacement présumé de la nécropole, une fouille de sauvetage s'y déroula entre
  • octobre 1986 et juin 1987: 151 individus furent exhumés, ainsi que l'abside de la chapelle donnant son nom à la parcelle et à l'écart. Bien que la nécropole de Bais soit inconnue de la bibliographie, les habitants du B o u r g S t - P a i r s a v a i e n t " d e p u i s t o u j o u r s
  • " que des ossements étaient exhumés dans leurs jardins ou lors de la construction de leurs maisons. J.-M. Guet 1 rapporta que "lorsqu'on creusa, il y a quelques années les fondements de la maison Barbron, on trouva ce terrain et celui des jardins qui l'entourent remplis d'ossements
  • humains, indices évidents d'un ancien cimetière". La mémoire collective avait conservé le souvenir d'une chapelle qui donnait son nom a u x parcelles "Chapelle St-Pierre" du cadastre et à l'écart "Bourg S t - P a i r " . P e r s o n n e ne s e r a p p e l a i t l ' a v o i r j a m a i
  • s vue, mais les anciens recteurs de Bais la mentionnaient , ces informations avaient été diffusées plus généralement par A. Guillotin de Corson, mais furent contestées par P. Banéat. Après un décapage mécanique opéré par la Société RENOU, de Bais, il fut procédé à une fouille
  • manuelle des sépultures, classables en trois périodes différentes. 1 2 GUET J.-M., 1 8 8 5 . -Une paroisse de l'arrondissement de Vitré. Bais. Vitré, p. 21. GUET, 1885, op. cit.-, CRUBLETA.. 1945. -Histoire illustrée de Sair^ Morse, évêque de Nantes, patron de la paroisse de Bais au
  • drainage, quelques labours peu profonds, la voirie et certaines maisons de la Chapelle St-Pierre. PUBLICATIONS ET EXPOSITION La fouille a déjà été plusieurs fois partiellement publiée préalablement à la remise du présent rapport^. M. CLEMENT nous avait autorisé à différer ce travail en
  • raison de la préparation d'une thèse de doctorat dont l'un des chapitres était consacré à Bais ; un ouvrage de la collection Patrimoine archéologique de Bretagne , reprenant cette étude spécifique, sera publié dans le courant de l'été 1994. Enfin, J.-C. MEURET, mettant à profit les
  • prospections de G. CHESNEL, a étudié dans sa thèse^ la nécropole, montrant en particulier que son fonctionnement s'inscrit dans le cadre de la longue durée en ce qui concerne le peuplement à Bais; il a d'autre part essayé de quantifier cette population à partir du nombre des défunts. Le
  • plusieurs sarcophages et coffres, appartenant au groupe 1, dans une salle aménagée par la Mairie de Bais; M. Patrick FORGET est le responsable de l'aménagement muséographique de cette salle municipale. GUIGON P.. BARDEL J.-P. et BATT M., 1987. -Nécropoles et sarcophages du haut Moyen
  • nécropoles mérovingiennes de Bals et de Vlsseiche (Ille-et-Vilaine). Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. LXVI, p. 299-353. GUIGON P., 1990. -Bais, dans Les sites religieux et fortifiés du haut Moyen Age en Bretagne. Les églises des saints et les palais des
  • du Laboratoire d'Anthropologie de l'Université de Rennes 1. MEURET J.-C., 1992. -Peuplement, pouvoir et paysage d'une région de marche aux confins de l'Anjou et de la Bretagne des origines au Moyen-Age. Thèse de Doctorat de l'Université de Rennes 2. FERNANDEZ T., 1989. -Etude
  • paléo-pathologique de populations armoricaines du haut Moyen Age. Thèse de Doctorat en Médecine de l'Université de Bretagne Occidentale. Brest; GIOT P.-R., FERNANDEZ T. et PEUZLA.T J „ 1992. -La paléopathologie en Bretagne, dans La santé en Bretagne, sous la direction de J. PECKER, J
RAP01350.pdf (LANGON (35). la chapelle Sainte-Agathe. rapport de prospection thématique)
  • LANGON (35). la chapelle Sainte-Agathe. rapport de prospection thématique
  • pour faire oublier la divinité païenne, elle fut changée en un Saint par Convoyon, premier Abbé et fondateur du monastère de Redon auquel le susdit Agun faisait cadeau de ses biens, pour le salut de son âme et parce que la fin du monde approchait (la copie de cette donation est la
  • CENTRE D'ETUDE DES PEINTURES MURALES ROMAINS C.N.R.S. PARIS-SCISCCMS ARCHÉOLOGIES D'ORIENT AOROC-UMR ET D'OCCIDENT 126 CNRS-ENS 71 Chapelle Ste Agathe à LANGON (Ile et Vilaine) par Alix BARBET avec la collaboration de Jean-François LEFEVRE Novembre-décembre 1995 A la
  • visite destinée à contrôler les relevés effectués en 1981 pour en faire un dessin en couleur, nous avons fait les constatations suivantes, dans la lecture des peintures et sur leur état de conservation. Nous n'envisagerons ici que les peintures galloromaines, laissant aux autres
  • spécialistes l'examen des peintures médiévales. I L'iconographie La voûte en cul-de-four Vénus marine occupe la première place et elle est une interprétation originale de deux modèles. Du premier modèle, celui de Vénus à la Fig.5,6 toilette, elle a gardé le geste de se recoiffer, cheveux
  • roux tout raides d'humidité. Du deuxième modèle, celui de Vénus voguant sur la brise marine, elle a l'attitude, mi-couchée, sans doute en train de nager. En effet, si elle avait été représentée debout, le bas de son corps serait Fig.4 visible là où justement des restes de décor
  • montrent une pieuvre et un poisson (ou un oursin) juste au-dessus de la fenêtre moderne. École Normale Supérieure, 45 rue d'Ulm 75230 Paris Cedex 05 - Tél : (1) 44 32 30 00 poste .. .. - Fax (1) 44 32 30 60 2 Pour la publication prochaine de cet ensemble complexe, je me propose de
  • restituer l'attitude de Vénus, celle du petit Amour qui l'accompagne, par rapport aux autres décors connus du même type, tant en peinture murale qu'en mosaïque. Deux comparaisons déjà viennent à l'esprit. Pour Vénus à la toilette rappelons celle qui orne le mur du frigidarium des thermes
  • des Sept Sages à Ostie, juste au-dessus de la baignoire ; elle est entourée d'une faune marine semblable à celle de Langon ; un petit Amour lui tend , un miroir. Pour Vénus nageant, l'exemple du mur de jardin de la maison de Vénus à la Coquille de Pompéi (II, 3, 3) constitue un des
  • modèles d'origine possibles. Un petit Amour monté sur un dauphin l'escorte. La faune marine qui évolue autour des personnages, comme par exemple le thiase marin dans la piscine des thermes du Phare à Ostie, est à grande échelle et non proportionnelle à celle des humains. Le décor est
  • couvrant, c'est-à-dire qu'il envahit tout le champ, de la voûte au bas des parois, dont la plinthe ou la baignoire est plaquée de marbre. Il faut imaginer une telle restitution pour Langon où nous n'avons qu'une portion de la voûte en cul-de-four. Le petit Eros de Langon, bien qu'effacé
  • , est assez facile à restituer. A califourchon sur un dauphin, il a le bras droit haut levé sans doute pour brandir un fouet, tandis que de la main gauche baissée et fermée il devait tenir les rênes. Un voile s'enroule sur son avant-bras et flotte derrière, sous l'effet de la brise
  • marine. L'attitude, sinon le style, est comparable au petit Amour conduisant un attelage de deux dauphins retrouvé à Plassac (Gironde). Il n'est pas interdit d'imaginer la présence d'un autre Amour à gauche pour équilibrer la scène et nous tâcherons d'étudier cette possibilité dans la
  • restitution d'ensemble. Quant à la faune marine, nous essaierons au mieux de l'identifier et de la comparer avec les autres exemples connus. La tradition des paysages aquatiques avec une sorte d'énumération encyclopédique des espèces connues remonte à l'époque hellénistique. Il y
  • de Naples, d'époque hellénistique, nous le montre. Nous tâcherons aussi spécifiquement locale introduites, ainsi des enquête, un spécialiste de voir en quoi la faune de Langon est plus et à quel moment certaines espèces ont été coquillages comme les couteaux. Pour cette de la
  • années. L'étude de cette école provinciale va encore faire des progrès grâce à la découverte cette année d'un décor marin dans un frigidarium de thermes privés à Rouen (cf. rapport interne du CEPMR sur la station de Métrobus, 1995).L'arc d'entrée Sur l'intrados, à la base, on remarque
  • , de chaque côté, un tracé préparatoire à la sinopia rouge sur un enduit rugueux qui est caché en Fig.lZ zone supérieure. On y distingue parfaitement un losange sur pointe et deux filets de séparation. Logiquement on s'attendrait à des compartiments identiques plus haut ; or, sous
  • la couche qui porte un autre décor (cf. ci-dessous), aucun tracé n'a subsisté. Si l'on reporte les pseudo-caissons sur le déroulé de l'arc, il y a la place pour sept encadrements, soit un central en guise de clef de voûte. Là où la couche picturale est conservée audessus, Cyrille
  • Chaigneau a vu une grande palmette. J'y verrais volontiers une guirlande rigide à grandes feuilles bleues. Sur l'extrados, côté cul-de-four, des traces de marron inorganisées ne permettent pas d'y voir clair ; à la base du côté droit un tracé brun se remarque. Pour déterminer l'âge et la
  • composition du décor de cet arc, il conviendrait de procéder à l'analyse du bleu et de le comparer à celui de la scène marine et de pratiquer des clichés en UV fluorescence pour tenter de mieux lire la composition. II l'état de conservation J'ai été frappée par le pâlissement très
  • sensible des couleurs entre 1981 et 1995 et les clichés comparés montrent bien cette évolution. Toutefois, rappelons-nous que l'été 1995 a été particulièrement sec et qu'il faudrait voir la peinture au moment des pluies de printemps pour mieux comparer les situations. La chapelle paraît
RAP01872.pdf (RENNES (35). rue de l'Hôtel Dieu, en bordure de trottoir. rapport de sondage)
  • la couche jaunâtre située sous la couche de cendres et épaisse de 10 cm au plus, il me semble que, constituée d'argile, sotte couleur très claire doive s'expliquer par une réaction chimique provoquée par l'action indirecte de la chaleur (cf. mon rapport de fouilles à
  • 3 5 2 3 ^ 0 0 2/ Heimes Rue de l'Hôtel-Dieu Pin Septembre 1955 Prévenu par M. Buffet, archiviste en chef d'Ille-et-Vilaine, qui avait ramassé un tesson de poterie gallo-romaine, qu'une tranchée ouverte rue de l'Hôtel-Dieu à Rennes avait probablement amené la démolition de
  • murs transversaux enfouis dans le sol de la chaussée, et me rappelant qu'on avait déjà dans le passé découvert des vestiges gallo-romains sur les terrains occupés par l'Hôtel-Dieu ou à proximité (cf. Bull, aoc. archéol. d'i.-et-V.. X?, 2, p. 326), dont un hypocauste (cf. ?.V. de la
  • officielle de découverte m'eût été faite, bien que les terres de déblais, je le constatai immédiatement, fussent pleines de tessons. Observation en fut faite, par personne interposée, au directeur de l'entreprise et à la municipalité de Bennes par mon collègue, M. Fréville, professeur à
  • la Faculté des Lettres et maire de Rennes. I. - Observations 1) On examen rapide, mais rendu difficile par le fait que la tranchée était entièrement creusée, me montra que plusieurs - 2 murs faits de pierres blanches assez grosses, mais plates et plu® ou moins taillées, avaient
  • été- traversés, dont l'un légèrement à 1*ouest de la grande porte de l'Hôtel-Dieu, et 1* autre, qui avait au ©oins 4 m d'épaisseur, sensiblement devant la petite entrée 0. Cependant la maçonnerie ayant été débitée au pic à air comprimé, je ne pus vérifier s'il s'agissait là de murs
  • gallo-romains, ce dont je doute cependant étant donnée la nature du mortier d'assemblage. 2) Je pus néanmoins constater qu'immédiatement à l'E. de la grande grille et sur une longueur d'au moins 5,40 m, la section de sol offerte par la tranchée qui s'enfonçait en profondeur au ras du
  • trottoir, permettait de fixer, du haut en bas, la stratigraphie suivante : couche de terre rapportée (?); à -0,55 m, couche de mortier (ép. env* 10 cm) constituant probablement un sol dont, en l'absence de tessons caractéristiques, je n'ai pu déterminer l'époque, mais que sa position
  • plus à l'E., mais j'en ai retrouvé la trace à certains endroits à l'O. de la grande porte de 1'Hôtel-Dieu). 3) A 9 m à l'E. du montant 1. de la grande porte de l'HôtelDieu (plan n® 1), je remarquai dans la section U. de la tranchée, à env. 1,30 m au-dessous de la surface du trottoir
  • , un - 3 rang de briques s'étendant sur 1,20 m à peu près et situées au-dessus d'une couche blanchâtre relativement peu épaisse, laquelle' semblait bornée à chacune de ses extrémités par un® paroi verticale de même nature. a) Voulant me rendre compte de la signification de cette
  • autres» que la couche blanchâtre sous-jacente était constituée d'une matière peu dense et friable, que certains vides ou je crus distinguer d'abord des traces de petites coquilles, me firent d'abord considérer comme une masse de falun, mais qu'un examen pifs attentif me détermina à
  • travail de sape progressant, je constatai que les parois verticales précédemment signalées étaient composées de la même matière, mais que celle de l'ouest, qui s'élevait sur plus de 0,40 m et s'enfonçait sous le trottoir selon 'une direction légèrement oblique, était beaucoup plus
  • nette que celle de l'est. Quant aux tuiles, leurs rebords étaient disposés vers le bas et la prise du plâtre assurait la solidité de - 4 leur pose, l'une d'entre elles au moins étant chevauchee par une autre; autant que je pus m'en rendre compte, étant donnai® difficulté de
  • l'exploration et compte tenu du fait que la structure avait été entamée par la tranchée, ces tuiles étaient à peu près intactes (cf. leurs dimen- sions portées sur le plan n® 2). Malheureusement, la crainte de provoquer un effondrement du trottoir m'empêcha de poursuivre mon exploration en
  • profondeur au-delà de 0,70 m (par rapport au bord de la tranchée) et en hauteur audelà de 0,40 m; néanmoins, je pue voir que la structure découverte se prolongeait davantage sous le trottoir, b) Le sondage amena la découverte d'un certain nombre de vestiges dispersés et mêlés à des
  • tessons, dont un de rebord d'embouchure (R 36) provenant d'un vase d'assez grandes dimensions (cf. figure). • à couverte noire non lustrée sur la paroi externe seulement : quelques fragments, dont un fond de plat + à couverte noire non lustrée sur la paroi interne comme sur la paroi
  • récipients en forme de cruches à anse, et leur appartenance à l'époque gallo-romaine (II©Ille s. ap. J.-C. ?) m'est assurée par de la céramique analogue que j'ai recueillie in situ à Bezé, dans la L. Inf. poterie diverse + ui»anse d'assez grand récipient + un fragment de rebord de grande
  • confirme l'époque gallo-romaine de la découverte, déjà suggérée par les tessons de poterie à couverte lustrée noire et de poterie mouchetée; ce dépôt contenait, en effet, outre,un clou en fer analogue aux précédents (H.94) et deux débris d'ossements animaux (un fragment d'omoplate, R.91
  • blanche, couverte externe blan- châtre mouchetée d'ocre rouge (1.9t) et un fragment d'embouchure de vase en terre ocre à couverte blanche (R.90) (cf. figure). c) J'avoue mon incapacité à identifier la structure découver- te; il est certain qu'elle ne s'étendait pas davantage dans le
  • sens £-0, bornée par les deux cloisons verticales de plâtre mentionnées plus haut ; mais partiellement endommagée dans le sens M-S par la tranchée (et encore n'en rele- - 7 vai-je aucune trace sur la section S. de celle-ci), elle se poursuivait en direction du M. au-delà de
RAP00612.pdf (tracé routier de la future Rennes/Avranches. bande de 1 km. rapport de prospection inventaire)
  • tracé routier de la future Rennes/Avranches. bande de 1 km. rapport de prospection inventaire
  • DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES B R E T A G N E SERVICE RÉGIONAL DE L ARCHÉOLOGIE AUTOROUTE RENNES AVRANCHES PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE SUR LA BANDE D'UN KILOMÈTRE RAPPORT A.PROVOST i GRANDE BRETAGNE AUTOROUTE RENNES- AVRANCHES PROSPECTION
  • ARCHEOLOGIQUE DANS LE FUSEAU D'UN KILOMETRE CORRESPONDANT A L'ETUDE DE L'AVANT-PROJET SOMMAIRE RAPPORT PRESENTE PAR ALAIN PROVOST AVEC LA PARTICIPATION DE OLIVIER BLIN AUTORISATION N° 92-37 DU 1 MAI AU 30 SEPTEMBRE 1992 CETE OUEST SERVICE REGIONAL L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE INTRODUCTION
  • La prise en compte du patrimoine archéologique dans l'avantprojet sommaire d'itinéraire de l'autoroute RENNES-AVRANCHES , portion de la "ROUTE DES ESTUAIRES", s'est complétée par une campagne de prospection archéologique dans le fuseau d'un kilomètre défini dans l'étude de l'avant
  • -projet sommaire. MONT-ST-MICH Les finalités de cette prospection étaient de deux ordres: 1- Le repérage des sites archéologiques importants présentant des structures exceptionnellement conservées a prendre en compte lors de la définition de la bande des 300 mètres. 2- Le repérage des
  • sites archéologiques arasés dans l'optique d'une meilleure connaissance du patrimoine archéologique enfoui susceptible d'être concerné par le projet routier et ce, dans une zone mal connue car peu touchée par les programmes de prospection-inventaire. Communes concernées par la m e
  • de un kilomètre: I Ile-et-Vilaine Manche Ce s son- Sév igné Thorigné-Fouillard Lif f ré Gosné Saint-Aubin-du-Cormier Saint- Jean- sur-Couesnon Saint-Marc-sur-Couesnon La Chapelle-Saint-Aubert Saint-Sauveur-des-Landes Saint-Germain-en-Coglès Saint- Et ienne-en-Coglès La Selle-en
  • -Coglès Montours Coglès Le Ferré Carnet Saint- James La Croix-Avranchin Saint-Senier-de-Beuvron Saint-Aubin-de-Terregatte Juilley Poilley Pontaubaul t Saint-Quentin- sur- le -Homme I- LES MOYENS MIS EN OEUVRE ET LEURS LIMITES Toute opération de ce type comporte trois volets: 1- Le
  • dépouillemnt des fichiers des cartes archéologiques régionales, à savoir celles de Basse-Normandie et de Bretagne et le dépouillement des principaux inventaires publiés anciennement et récemment telle la Carte archéologique de la Gaule pour 1 ' Ille-et-Vilaine publiée en 1990. 2- La
  • prospection aérienne: les missions photographiques sont échelonnées durant les périodes les plus propices à ce mode de détection, c'est à dire, pour nos régions, lorsque les plantes révélatrices arrivent en phase de maturation, à la fin du printemps et durant l'été. 3- La prospection de
  • surface qui recouvre trois procédés complémentaires: la visite des sites naturels et historiques susceptibles d'abriter des vestiges ayant conservé des structures hors sol; le contrôle au sol des indices repérés en prospection aérienne et notamment la recherche d'indices de datation
  • : un site gallo-romain en Cesson-Sévigné , par ailleurs concerné par la deuxième ceinture de Rennes (déviation du CD 29); un enclos protohistorique en Poilley, détécté d'avion en 1991; une motte castrale arasée en SaintSauveur-des-Landes ; deux monuments religieux hors sol
  • (chapelles médiévales ou post-médiévales) en Carnet et SaintQuent in-sur-le-Homme , inventoriés par le S.R.A. de BasseNormandie et trois tracés linéaires de voies romaines présumées coupant le fuseau. CARTE GEOLOGIQUE ■n- La prospec t ion aérienne Formation de la Lande Murée et du
  • Val Formation de SlGcrmain/Illc If Or, si la saison de survol était parfaitement adéquate, la pluviosité -ou tout au moins l'absence d ' évaporât ion importante- fut suffisamment conséquente pour limiter l'ampleur des indices phytologiques sachant que traditionnellement les
  • régions de Fougères et Saint-James ont une pluviométrie plus accentuée que les autres secteurs de Haute-Bretagne. D'autre part, le fuseau comporte peu de zones importantes de champs ouverts: en de nombreux endroits, le bocage persiste. Les grandes forêts domaniales, impropres à la
  • détection aérienne, occupent l'essentiel du tracé de Rennes à Saint-Aubin-duCormier soit le tiers du parcours! Enfin, la prairie occupe une place très importante dans l'économie rurale de la région traversée; elle est fortement dominante dans les zones bocagères. Quand aux sols, là
  • encore, ils s'avèrent peu favorables à la détection aérienne. Les schistes briovériens, de loin les plus intéressants pour 1 ' archéologue , ne sont développés qu'entre Carnet et Avranches. Ailleurs, les roches dures, très peu rentables, dominent très largement: grès des forêts de
  • Liffré et Saint-Aubin-du-Cormier , massif granitique de SaintMarc-sur-Couesnon au Ferré. Les schistes du bassin de Rennes, présents jusqu'à Liffré, sont occultés par la forêt de Rennes. Nos collègues G. Leroux et L. Langouet qui mènent des missions de prospection aérienne depuis
  • en blé et qu'ils ont pu être photographiés en mai, au sortir d'un hiver et début de printemps sec, avant la période beaucoup plus humide qui s'est installée à partir de juin. Les indices photographiés s'étaient totalement estompés avant la mi- juin! Schistes Briovériens
  • Cornécnncs (Schiste Briovériens Métamorphiques) Schistes Briovériens intrudés par le Granité Granité avec filons de Quartz et de Doléritc F Dom h\ Mesnil 0 .. L Le MONT Formation d'Andouillé (Schiste à Calymcncs) Les raisons de ce faible rendement sont claires: la prospection
  • aérienne est tributaire de cinq paramètres principaux: une saison propice; une période de sécheresse ou, tout au moins, de très faible pluviosité; un paysage ouvert et remembré depuis plusieurs années; des sols favorables à la persistance de forts différentiels d'humidité et de densité
RAP03207.pdf (TREMBLAY (35). Bourg, église Saint-Martin : à la recherche des origines de l'église. Rapport de diagnostic)
  • TREMBLAY (35). Bourg, église Saint-Martin : à la recherche des origines de l'église. Rapport de diagnostic
  • façon plus anecdotique dans les périodes suivantes. Elle est une survivance de la pratique païenne de l’obole à Charon. Une monnaie est posée dans la bouche ou dans les mains du défunt pour que celui-ci la remette au nocher ainsi symboliquement rémunéré pour aider au franchissement
  • Diagnostic archéologique Rapport d’opération Tremblay, Ille-et-Vilaine, bourg, église Saint-Martin À la recherche des origines de l’église sous la direction de Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest janvier 2016 Diagnostic archéologique Rapport d’opération À la
  • recherche des origines de l’église 35341 Code INSEE Tremblay, Ille-et-Vilaine, bourg, église Saint-Martin — D110178 2015-084 Système d’information Code Inrap Arrêté de prescription sous la direction de Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577
  • Cesson-Sévigné janvier 2016 avec la contribution de avec la collaboration de Paul-André Besombes Françoise Labaune-Jean Pierre Poilpré Agnès Cheroux Stéphane Jean Pierrick Leblanc Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique
  • 25 1.1 Raisons de la mise en place du diagnostic archéologique 25 1.2 Données physiques 25 1.2.1 Contexte géographique 25 1.2.2 Contexte géologique 25 1.3 Contexte historique et archéologique : état des connaissances 28 1.4 Conditions de
  • (Françoise Labaune-Jean) 44 2.2.3 Sondage 4 - sondage 5 44 2.2.4 Bilan 49 3. 49 3.1 Recherche documentaire sur l’église Saint-Martin de Tremblay Origines de l’église de Saint-Martin de Tremblay 49 3.1.1 La tradition populaire : l’effigie de Saint
  • -Martin 51 3.1.2 La donation du XIe siècle : entrée dans l’histoire de Saint-Martin 51 3.1.2.1 Une église cédée à des moines par des laïcs au XIe siècle 52 3.1.2.2 Contexte de la donation de l’église 54 3.1.2.3 Une église déjà ancienne au XIe siècle
  • 55 3.1.2.4 Qui étaient les possesseurs de cette première église de Tremblay ? 57 3.2 Évolution architecturale de l’église de Saint-Martin de Tremblay d’après les sources 62 3.3 L’église Saint-Martin et la formation du bourg de Tremblay : un modèle qui se
  • de l’aménagement Travaux de drainage autour de l’église ; dans l’église, déplacement du maître-autel du chœur dans la croisée du transept Opérateur d’archéologie Inrap Grand Ouest 89, 98, 130, 131 Responsable scientifique de l’opération Françoise Le Boulanger, Inrap Surface
  • (premier Âge du Fer) Sépulture Peinture La Tène (second Âge du Fer) Grotte Sculpture Abri Inscription Antiquité romaine (gallo-romain) République romaine Mégalithe Empire romain Artisanat Haut-Empire (jusqu’en 284) Argile : atelier Bas
  • l’édifice et son histoire. L’étude documentaire complète richement le contexte historique de la mise en place de l’édifice par les moines de Saint-Florent de Saumur au XIe siècle. Les sondages, même s’ils sont de dimensions restreintes, ont permis de vérifier l’usage funéraire de
  • l’édifice de la fin du Moyen Âge au moins jusqu’aux XVIIe-XVIIIe siècles au plus tard. Une telle pratique est chose commune dans les églises paroissiales. L’information la plus originale se trouve dans les sondages ouverts dans l’église. Elle correspond à la mise au jour de fondations
  • une curviligne côté est. Ce plan simple correspond à celui d’un édifice religieux avec une nef de plan rectangulaire et un chœur en abside. Il s’agit d’une construction antérieure à l’église au plan en croix latine édifiée à l’époque romane. La datation absolue des vestiges
  • maçonnés mis au jour dans les sondages est impossible. Il peut s’agir d’une église construite dès après la donation à l’abbaye ligérienne, au cours de la deuxième moitié du XIe siècle. À moins qu’il ne s’agisse de l’église donnée par Hervé en 1057 aux moines de Saint-Florent-de-Saumur
  • fouille Tremblay (35) – Bourg, Église Saint-Martin I. Données administratives, techniques et scientifiques 21 22 Inrap · RFO de fouille Arrêté de désignation Tremblay (35) – Bourg, Église Saint-Martin II. Résultats II. Résultats 25 1. Introduction 1.1 Raisons de la
  • mise en place du diagnostic archéologique Depuis plusieurs années, l’église paroissiale de Tremblay est l’objet de travaux de restauration. Dans ce cadre, ses abords sont soumis à la mise en place ou à la réfection des réseaux souterrains d’évacuation des eaux pluviales. Et dans
  • l’édifice, il a été décidé de déplacer un maître-autel monumental pour mettre en valeur le chœur roman en cul-de-four. Le nouvel emplacement, au niveau de la croisée du transept, nécessite la construction d’une base maçonnée. Le maître-autel, œuvre du xviiie siècle, se trouvait à
  • l’origine dans l’église du monastère Saint-Pierre-de-Rillé. Il a été transféré dans l’église de Tremblay après la Révolution. Ces différents travaux pouvant détruire des niveaux archéologiques, le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne a alors prescrit un diagnostic archéologique
  • . Cette intervention a pour ambition de réunir de nouvelles informations sur la mise en place et l’évolution du bâtiment ecclésial. 1.2 Données physiques 1.2.1 Contexte géographique La commune rurale de presque 1600 habitants aujourd’hui se situe à 26 km au nord-ouest de la ville de
  • Fougères. Elle se développe en limite occidentale du plateau du Coglais délimitée par la vallée du Couesnon côtés sud et ouest, et les hauteurs des Marches de Bretagne côté est (http://paysages-illeet-vilaine.fr/spip.php?rubrique25). Le village est installé sur le versant méridional
RAP03056.pdf (TREDION (56). nécropole de Coëby. rapport de fp 2014)
  • (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public
  • . L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • , cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • 2 Rapport d'opération archéologique 2014 Nécropole néolithique de Coëby Commune de Trédion (56) La fouille de sauvetage réalisée en 1991 et 1992 sur un ensemble mégalithique constitué de deux sépultures accolées (dolmen sans couloir d’appartenance Castellic et dolmen à couloir
  • ) n'avait pas pu être menée à terme. Le site, dans un état d'abandon catastrophique, avec toutes les structures architecturales apparentes méritait d'être étudié dans sa totalité avant le rebouchage complet de l’ensemble. La demande d'opération archéologique 2014 avait pour objectif de
  • reprendre et de terminer les fouilles du site mégalithique TRED2 et de préciser quelques détails architecturaux importants. Malheureusement, une vive altercation entre les deux propriétaires de la parcelle concernée (deux frères), trois semaines avant le début de l’opération
  • parents des deux frères ne voulaient plus entendre parler. Malgré l’aimable autorisation donnée en décembre 2013 rien ne laissait présager une telle réaction. Le facteur quelque peu fragile de cette personne aurait pu être dangereux pour l’équipe des bénévoles. Dans un souci
  • l'ensemble du mobilier archéologique découvert, tels que l'écuelle carénée de type "Castellic" dans le dolmen en coffre ou les dépôts de plusieurs vases à "boutons", sont d'une importance capitale pour la mise en connexion architecture/mobilier archéologique. L'étude d'un dépôt de lames
  • en silex à l'intérieur de la chambre sépulcrale du dolmen à couloir (dont quelques lames en silex blond exogène) apporterait également des éléments de comparaisons avec certains monuments morbihannais. Afin d’envisager la publication de l’ensemble des travaux réaliser sur ce site
  • systématiques réalisés de 1986 à 1992 ont permis de mettre en évidence à l’intérieur du département du Morbihan un patrimoine mégalithique oublié, d’une importance archéologique indéniable, mais quelque peu masqué par la densité archéologique du littoral atlantique. Ainsi environ 300
  • vestiges mégalithiques furent inventoriés notamment sur le massif granitique des Landes de Lanvaux (Fig. n° 1). En plein cœur de ce plateau granitique, un secteur géographique se détache largement de la moyenne et a retenu notre attention par la densité et par la variété architecturale
  • des vestiges néolithiques présents : la nécropole de Coëby sur la commune de Trédion (56) (Fig. n° 2). Nous avons décelé, à ce jour, 85 structures mégalithiques (coffres, tertres tumulaires, dolmens à couloir, menhirs, alignements, allées-couvertes) concentrées sur une surface
  • restreinte et formant une véritable nécropole pérenne sur toute la période néolithique (Gouézin, 1992). Cette nécropole, implantée sur le plateau des Landes de Lanvaux (alt. 100 m), à une vingtaine de kilomètres du littoral, met en évidence une variété architecturale qui indique une
  • fréquentation du site durant toute la période néolithique. Les récentes prospections de 2008, 2009 et 2010 ont été l’occasion d’effectuer une reconnaissance précise du site avec la réalisation de relevés topographiques détaillés. L’opération archéologique de 1991/92 de TRED 2 La fouille de
  • sauvetage, préalable à l’exploitation forestière de la parcelle, a permis de dégager un tumulus de petite dimension d’une hauteur maximum de 0,70 m qui laisse apparaitre deux sépultures accolées (Fig. n° 3). La première montre un dolmen à couloir de Fig. n° 3 : Relevé topographique TRED
  • 2 5 forme classique avec chambre sépulcrale polygonale et couloir d’accès et la seconde prend l’aspect d’un monument en coffre. Huit orthostates sont alors visibles pour le dolmen à couloir et quatre pour le coffre. Les multiples moellons de surface laissant présager la
RAP00140.pdf (ARZON (56). Bilgroix. rapport de sauvetage urgent.)
  • banquette entre les carrés moderne 2 et 11 qui recoupait une perturbation et encore la réaction était-elle relativement peu nette par rapport à ce que l'on peut observer dans la plupart des terres de sépultures. En résumé, on peut dire que le vieux sol situé sous le tertre de
  • C.-T. LE ROUX ++ + RAPPORT SUR LA DU TERTRE SCIENTIFIQUE FOUILLE DE NEOLITHIQUE EN ARZON SAUVETAGE DE (MORBIHAN) +++ Campagne BILGROIX de 1977 C.-T. LE ROUX ++ + RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE DU TERTRE NEOLITHIQUE EN ARZON SAUVETAGE DE
  • BILGROIX (MORBIHAN) ++ + Campagnes de 1977 C.-T. LE ROUX RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE DU TERTRE NEOLITHIQUE DE BILGROIX EN ARZON (MORBIHAN) +++ Campagnes de 1977 HISTORIQUE Rappelons brièvement que le site fut brutalement tiré de l'oubli en janvier
  • 1976 par le lotissement de la parcelle N° 28 section AB du cadastre d'Arzon. Une première campagne de reconnaissance du 12 au 17 avril 1.976 montra que cette énorme butte aplatie de 120 m de long, 25 m de large et 2 m de haut était limitée par des parements en maçonnerie
  • DES TRAVAUX La campagne 1977 s'est déroulée en trois phases : - Du 28 mars au 9 avril, - Du 4 au 30 juillet a donc reçu une "plan de sauve- - 2 - Du 22 août au 3 septembre. Les travaux ont été dirigés par MM. LE ROUX, Directeur des Antiquités Préhistoriques de Bretagne et
  • LECERF, Agent Technique de la Circonscription, assistés de MM. F. LE PROVOST et J. LECORNEC, Correspondants, de Melle M.R. GICQUEL, vacataire F.I.A.S., de Melles BURET et DUCROCQ et de M. BAYLACQ, vacataires exceptionnels. La liste des participants bénévoles comprend en outre ; - M
  • administratif, - Mme Marie-Claude TALMONT, Etudiante, - Melle Annie TESSIER, Reproductrice, - Melle Gisèle TREOGAT, Etudiante, - M. Robert TUAL, Lycéen, - Melle Serena VITRI, Etudiante, - M. Xavier VINCENT, Lycéen. L'effectif présent à la fois sur le chantier variant entre 25 personnes
  • l'extrémité occidentale du tertre, en bordure du C.V. N° 103, déjà en chantier lors de notre intervention, a été simplement surveillée ; la construction ne comportait pas de fondations et a été assise sur un simple écrétage de la butte où nous n'avons noté que des pierrailles
  • manifestement déjà perturbées qui ont été cependant soigneusement examinées pour y recueillir tous éléments du mobilier éventuel. 2 - La partie centrale (lot N° 6) a été presque entièrement de 5 x 5 m fouillée par carrés (pour leur numérotation, se reporter aux plans), le parement Sud
  • étant en outre dégagé et suivi dans deux autres zones de fouille chée sud et tranchée sud-ouest. dites tran- 3 - Plus à l'Est, le lot N° 7 a fait l'objet d'un grand décapage de 10 x 15 m à l'emplacement sacrifié où devait finalement s'asseoir la construction initialement prévue
  • en contrebas. Plus à l'Est, deux terrains restent concernés par la butte qui n'ont pas été explorés : L'un, juste à l'Est du lot N° 7, parcelles N° correspondant à la partie sud des 26 et 27, ne semble pas devoir être construit pour l'immédiat ; sa situation reste cependant à
  • suivre de très près. Cependant, sa surface ayant été très bouleversée par l'installation d'un poste de D.C.A. pendant la guerre, son intérêt s'en trouve très diminué comme nous le verrons. - 4 - Plus à l'Est encore, la moitié sud des parcelles N° 24 et 25 corres- pond à une
  • mégalithique. RESULTATS DE LA FOUILLE I_-_Lot_N°_6 Mis à part de nonbreuses perturbations superficielles souvent profondes et étendues, le décapage de l'humus a très généralement fait apparaître très vite une chape serrée de petites pierres roulantes, épaisse de 10 à 30 cm selon les
  • endroits et à peu près plane. Cette chape qui semble avoir été à peu près continue à l'origine, d'un parement à l'autre, paraît former la surface originelle, plane, du monument, Dans le carré 4, où elle était la mieux conservée, on notait parfaitement son raccordement avec le massif
  • fouille à l'autre.: - Dans les carrés 2 et 3, un cairn en gros blocs anguleux occupait la totalité du volume intérieur, quasi- avec cependant deux zones circulaires apparem- ment affaissées. Le carré 12, malgré ses larges perturbations, semble avoir été lui aussi entièrement occupé
  • occupait le volume entre la chape superficielle et le vieux sol, en arrière d'un cordon de gros blocs qui confortait le parement sud. L'abattage des banquettes témoins a permis de relier entre elles ces structures au premier abord discordantes pour arriver à dégager une grande nappe
  • " ait découpé l'ensemble du tertre en mailles régulières. Tout au plus peut-on noter une certaine concordance d'alignements entre certains éléments de la structure interne témoignant peut-être d'une construction par étapes. Le démontage de ce cairn principal a conduit à des
  • observations déroutantes : - Aucune structure interne n'y a été vraiment reconnue, les quelques ébauches de petits caissons frustes que l'on croyait y voir ici et là ne résistant guère à la critique 1, 2 et 5). (en particulier le "coffre" allongé à la limite des carrés Les deux zones
  • apparemment affaissées ne recouvraient non plus aucun vestige particulier, ni aucune trace reconnaissable d'une structure en matière périssable contrairement à ce que l'on pouvait penser au départ. - Les pierres formant la couche de base du cairn étaient systématiquement plantées
  • (correspondant à un piétinement ?), avait été très soigneusement Ôpierré avant la construction? des alvéoles d'arrachement des pierres s'y lisaient encore remarquablement aussi bien sous les cairns que là où il était recouvert directement par la masse sableuse. On notait en particulier bien
RAP00413.pdf (TRESSÉ (35). le bas Rouault. rapport de sondage)
  • de couleur brun orangé. Elle est fortement dégraissée et rapelle la céramique protohistorique. Le dégraisssant est formé de grains de quartz non roulés. La paroi interne est de couleur plus grise (phénomène de réduction, peut-être réaction de carbone). * Trois tessons. (Poterie
  • RAPPORT DE FOUILLE DU SITE Du Bas-Rouault en TRESSE (Ille et Vilaine). 1986 ;v^jif>41 RAPPORT DE FOUILLE DU SITE Du Bas-Rouault en TRESSE (Ille et Vilaine). RAPPORT DE FOUILLE DU SITE Du Bas-Rouault en TRESSE (Ille et Vilaine). V •• SOMMAIRE I) ORGANISATION DE LA
  • FOUILLE II) LOCALISATION III) PROSPECTIONS - A) Prospection au sol - B) Prospection magnétique IV) DEROULEMENT DE LA FOUILLE - A) Sondage A - B) Agrandissement du sondage A' - C) Agrandissement de l'excavation A" V) DESCRIPTION DU FOUR VI) DIMENSIONS DU FOUR VII) INTERPRETATION DE LA
  • STRUCTURE VIII) DATATION IX) ORGANISATION DE L'ATELIER - A) Les matieres premières * Argile * Dégraissant * Eau * Bois - B) Les structures de l'atelier X) MATERIEL ARCHEOLOGIQUE XI) LA PRODUCTION DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION - A) Nature de la production . - B) Dimensions des matériaux
  • de construction - C) Les marques digitées - D) Les empreintes - E) Divers * Les préparations pour mortier * Les emplacements de clous BIBLIOGRAPHIE I) ORGANISATION DE LA FOUILLE La fouille du site gallo-romain au lieu-dit le Bas-Rouault en Tressé (Ille et Vilaine), en juin 1986
  • , a été autorisé par La Direction des Antiquités Historiques de Bretagne (Autorisation N°86 - 7 AH). La responsabilité de cette fouille a été assurée par Mlle F. LE NY, étudiante en Thèse dArchéométrie - Archéologie à l'Université de Rennes I. Cette recherche n'aurait pu voir le jour
  • sans la bonne volonté de Mr. LOISEL, propriétaire des parcelles dans lesquelles est localisé le site. Celui-ci, nous a accordé l'occupation de ces champs pour une période allant du 1er au 30 juin 1986. L'exploration s'est déroulée du 2 au 24 juin 1986 et a donc duré trois semaines
  • . Mr. LOISEL nous a aidé tout au long des travaux. La première semaine a surtout été occupée par la mise en place de la fouille et le décapage du sondage : A (lm x 2m), puis la découverte du premier muret de soutènement, appartenant à un four, a entraîné l'extension de la fouille en
  • une surface d'investigation plus grande : A' (4m x 3m), enfin la constation que l'alandier de ce four n'apparaissait pas encore dans l'excavation A' a entraîné une deuxième et dernière extention : A" (1,70m x 3m). Ces deux extentions ont été effectuées lors des dernières semaines
  • . La zone explorée a livré un four relativement bien conservé. Il n'est pas entièrement connu puisque le départ de l'alandier n'a pas encore été dégagé. Ce four appartient à un atelier de tuilier, car le remplissage de cette structure était essentiellemnt constitué de matériaux de
  • construction en argile cuite parmi lesquels figuraient des ratés de cuisson caractéristiques. II) LOCALISATION L'atelier de tuilier découvert se situe dans la commune de Tressé (Ille et Vilaine), au lieu-dit le Bas-Rouault. La fouille de cet atelier s'est déroulée dans les parcelles 270 et
  • 268 du cadastre (section Bl, 1982), à cheval sur la séparation de ces deux champs. Les coordonnées Lambert du site sont les suivantes ; zone I (X = 288,400 ; Y = 94,800). III) PROSPECTIONS - A) Prospection au sol : Le site a été découvert par F.LOISEL, cultivateur des deux
  • briques maçonnées et déformées, a été identifié comme pouvant appartenir à la structure d'un four en raison de son aspect fortement voilé et surcuit, allant parfois même jusqu'à la vitrification. - B) Prospection magnétique : Sur la base de ces critères, une prospection magnétique
  • a été décidée afin de localiser les zones susceptibles de recéler des vestiges archéologiques. L'interprétation de la carte obtenue a été rendue difficile par la présence de deux filons de diabase (roche intrusive). Ces filons créent, en effet, de fortes anomalies magnétiques qui
  • peuvent masquer la présence d'anomalies plus faible dues à des structures archéologiques. Néanmoins deux anomalies de ce type sont apparues. L'une appuyée contre le filon de diabase situé le plus à l'ouest, l'autre localisée à l'est et à l'écart des deux filons. C'est sur l'emplacement
  • de cette dernière que nous avons décidé d'ouvrir notre sondage. III) DEROULEMENT DE LA FOUILLE A) SONDAGE : A (2m x lm) : - Terre arable : nous avons dégagé en premier lieu la couche de terre arable dont l'épaisseur moyenne atteignait environ 25cm.. Cette couche recouvrait la
  • première couche archéologique. -Al: Cette couche se caractérise par la présence, dans une terre argileuse de couleur rougeâtre, de nombreuses tuiles, de quelques petites pierres en granité ou en diabase. Des couches fines et ponctuelles d'argile crue de couleur verdâtre y étaient
  • incluses. Sur le dessus de la couche A l reposait un col de crùche et un tesson (bord de récipient) (N° 1). Le dégagement de cette unité stratigraphique a livré de nombreuses tegulae et imbrices ainsi que quelques briques. Le bord d'une fosse, presque parallèle à la paroi sud du sondage
  • , est alors apparu. -A3: Sous la couche A l est apparu un niveau noirâtre, sali par la présence de petits charbons de bois. La couche A3 contenait des tegiilae et des briques ainsi que quelques tessons de poterie commune (N°2). -A4: Le rebord de la fosse, délimité dès Al, est
  • tapissé d'une couche d'argile crue de couleur verdâtre. Sous la couche A3, cette argile constitue un véritable niveau. Mais celui-ci est hétérogène et irrégulier. Il s'agit d'agrégats d'argile crue mêlés à des petites masses d'argile cuite auxquels viennent s'ajouter des fragments de
RAP02533.pdf ((35). prospection diachronique sur le massif de Paimpont. rapport de prospection inventaire)
  • hydrographique, pacages...) La mise en évidence des réactions de cet écosystème particulier aux activités humaines variées par le passé est une occasion de comprendre l'évolution des rapports réciproques entre les sociétés et leur environnement. Dans le cadre de cette thèse, cette campagne de
  • réalisé : - Guy LARCHER -Jean BOUC ARD - Xavier BACHETER - Cécile LE CARLIER - Marie-Jo LE GARREC -Elise MERDY Nadège JOUANNET Manon DRUI Je remercie également le S.R.A. Bretagne, la Communauté de Communes de Brocéliande, le SIVU « Fer et Métallurgie » ainsi que la M.S.H.B pour leur
  • . Le mégalithe de Haute-Forêt 3 14 5. Les Trois Roches 16 Les abris sous roche 18 Les sites métallurgiques 20 1. Les sites à scories piégées 20 1.1. La vallée de l'Aff 20 1.2. La Fenderie 22 2. Les sites à scories écoulées 23 2.1. LesBrieux 23 2.2. LeVauBossard
  • 25 2.3. La Croix du Houx 28 3. Le Pas du Houx 29 Les amas anthropiques 31 Les charbonnières 35 Références bibliographiques associées 37 3 Introduction La campagne de prospection archéologique diachronique réalisée au cours de l'année 2009 à Paimpont et sur les
  • occupations archéologiques et historiques et enregistrement de la végétation sur les 6 derniers millénaires. », a pour problématique la compréhension des transformations qu'a connu le massif forestier de Paimpont en relation avec les activités humaines qui ont eu lieu en son sein. Au cours
  • de ces travaux, il s'agit plus exactement de s'interroger sur les processus naturels et culturels de mise en place du massif forestier ainsi que sur l'évolution de ses limites. Il est en effet logique de supposer qu'au cours des siècles, la forêt a vu sa surface considérablement
  • varier. Les mouvements de populations humaines et leurs activités, dont la métallurgie, ont entraîné des phases de déforestation dans le but d'obtenir, entre autres, des terres agricoles et du combustible. Des phases de recolonisation forestière, lors de l'abandon de certains sites
  • , sont aussi à rechercher dans la composition floristique du peuplement forestier à différentes périodes chronologiques. Les modes d'exploitation du bois et du minerai de fer de son sous-sol ont dû grandement affecter l'écosystème forestier (charbonnières, minières, fourneaux, réseau
  • prospection a pour but d'inventorier un maximum de vestiges archéologiques afin de mettre à notre disposition le plus d'outils possible pour comprendre l'évolution de la végétation et des signaux d'anthropisation qui seront mis en évidence au cours des approches paléoenvironnementales et
  • 2345010 Haute-forêt 3 4 256218 2343398 Rauco 2 5 256319 2343561 Rauco 1 6 262524 2351760 Les Trois Roches Tableau 2 : Coordonnées des sites mégalithiques inventoriés. 1. Les sites de Rauco A Paimpont, sur la parcelle BC007 deux assemblages de schistes ont été repérés. Le
  • premier est situé à environ 200mètres à l'ouest du site de l'Hôtié de Viviane (Briard 1989). Il se compose d'une grande dalle de schiste pourpre couchée, ainsi que d'une série de blocs, également en schiste, fichés dans le sol (figure 5). Dans la continuité de cet ensemble on peut
  • observer la présence de deux autres blocs de schiste couchés et en partie enfouis. Le plus grand mesure au moins 2mètres50 de long. Le second site se situe, quant à lui, à environ un demi kilomètre dans une direction ouestsud-ouest de l'Hôtié de Viviane. Découvert dans des tranchées
  • évoquent ceux constituant le coffre de la Guette. 7 Figure 3 : Localisation du site de Rauco sur la carte au 1/25000. (1 : monument mégalithique ; 2 : dalles de schistes taillées). Figure 4 : Localisation du site de Rauco sur le cadastre. (1 : monument mégalithique ; 2 : dalles de
  • schistes taillées). 8 2. Le mégalithe de haute-Forêt 1 Figure 6 : Localisation du site de Haute-Forêt 1 sur la carte au 1/25000. Figure 7 : Localisation du site de Haute-Forêt 1 sur le cadastre. 10 2. Le mégalithe de haute-Forêt 1 Figure 6 : Localisation du site de Haute-Forêt
  • 1 sur la carte au 1/25000. Figure 7 : Localisation du site de Haute-Forêt 1 sur le cadastre. 10 3. Le mégalithe de Haute-Forêt 2 Figure 10 : Localisation du site de Haute-Forêt 2 sur le cadastre 12 Figure 1 1 : Photographie du site de Haute-Forêt 2. 13 4. Le mégalithe
  • de Haute-Forêt 3 Ce site se trouve sur la commune de Paimpont, au lieu-dit de Haute-forêt, à proximité de la ligne joignant le Carrefour des Noës à celui de Haute-Forêt. Il se compose de quatre blocs en schiste pourpré. Ceux-ci sont disposés de champ selon une forme
  • subrectangulaire. Cette organisation évoque celle qui a pu être observée par J. Briard (Briard 1989) lors de la fouille du Coffre de la Guette, situé à quelques kilomètres à l'ouest de ce site. Figure 13 : Localisation du site de Haute-Forêt 3 sur le cadastre 14 5. Les Trois Roches Le
  • site des Trois Roche se situe sur la commune de Concoret. Il se compose de trois blocs en poudingue de Monfort distants de quelques mètres les uns des autres (figure 17). Dans le folklore local, on raconte aussi qu'une fée portait une pierre sur son dos et deux sous ses bras. Ayant
  • appris la fin de la construction du Mont-Saint-Michel, la fée épuisée pas son voyage aurait donc déposée ces trois pierres. Figure 15 : Localisation du site des Trois Roches sur la carte au 1/25000. Figure 16 : Localisation du site des Trois Roches sur le cadastre 16 Figure 17
  • : Photographies du site des Trois Roches. 17 Les abris sous roche Au cours de cette campagne de prospection, nous avons localisé deux sites d'affleurement rocheux présentant à leur base une ou plusieurs infractuosités. La découverte par J. Briard d'un trapèze mésolithique, lors de la
RAP03853 (CARHAIX-PLOUGUER (29). La butte de Goasseac'h. Rapport de sondage)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). La butte de Goasseac'h. Rapport de sondage
  • 2018 à proximité (Lotton and Brunet, 2018). Les résultats de M2 mettent aussi en évidence une abondance de réactions positives à échelle réduite, de réponses linéaires faiblement magnétiques, ainsi que de courants mal définis, plus particulièrement dans la partie ouest de l’étude
  • antérieure des terres et les débris ferreux modernes ne doivent pas être écartés comme explication possible. M3 Des réponses linéaires et discrètes réactions positives d’intérêt éventuel sont également reprises dans les résultats de l’étude de gradiométrie magnétique en M3, dans la partie
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et
  • portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La
  • mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en
  • application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une
  • réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de
  • l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles
  • constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation
  • : LOCALISATION DES SITES ETUDIES LORS DE LA CAMPAGNE 2019 AVEC LA REPARTITION DES AUTRES ARCHITECTURES FUNERAIRES DU NEOLITHIQUE MOYEN DANS LA PENINSULE ARMORICAINE ...................................................................... 15 FIGURE 8 : CARTE GEOLOGIQUE DE LA BRETAGNE AU
  • MILLIONIEME (BRGM, 1996) .................................................................. 16 FIGURE 9 : LOCALISATION DE GOASSEAC’H, DES HABITATS DE KERGORVO ET DE LA VILLE DE VORGIUM ................................... 17 FIGURE 10 : BUTTE DE GOASSEAC’H, AVANT L’OPERATION DE SONDAGES
  • ARCHEOLOGIQUES ..................................................... 18 FIGURE 11 : IMPLANTATION DES PROSPECTIONS GEOPHYSIQUES AUTOUR DE LA BUTTE DE GOASSEAC’H. .................................... 19 FIGURE 12 : INSTRUMENTATION POUR LA PROSPECTION MAGNETIQUE, A GAUCHE, ET GEORADAR, A DROITE
  • .................................................................................................................................................................... 35 FIGURE 18 : RELEVE DE LA COUPE OUEST DE LA CARRIERE ST102 ............................................................................................. 37 FIGURE 19 : FOYER CENTRAL PRESENT DANS ST102
  • .............................................. 40 FIGURE 22 : SUBSTRAT ROCHEUX DE ST102 .............................................................................................................................. 41 FIGURE 23 : COUPE AU SUD DE LOCARN, FINISTERE, SIMILAIRE A LA GEOLOGIE DE GOASSEAC’H (VILLEY, 1982
  • ) ....................................................................................................................................... 46 FIGURE 28 : DATATION CALIBREE D’UNE GRAINE D’EPEAUTRE VENANT DU DEPOTOIR DU FOUR. .................................................. 48 FIGURE 29 : FOUILLE DE LA STRUCTURE 206
  • .......................... 53 FIGURE 34 : FAÇADE DU CAIRN I DU TUMULUS DU PETIT-MONT A ARZON (LECORNEC, 1994) .................................................... 53 FIGURE 35 : ST303 AVEC LA RANGEE DE BLOCS A DROITE STIGMATE D’UNE PAROI EFFONDREE. ................................................. 55 FIGURE
  • 36 : ÉTUDE MORPHOLOGIE ET MACROLITHIQUE DE DEUX BLOCS DE LA STRUCTURE 303. ................................................ 56 FIGURE 37 : MOITIE OUEST DE SD3 APRES DECAPAGE, AVEC ST304 AU PREMIER PLAN. .............................................................. 59 FIGURE 38
  • : DATATION CALIBREE D’UNE BRINDILLE DU SOL DE CONSTRUCTION DU CAIRN. ......................................................... 60 FIGURE 39 : ST400 AVEC LA PAROI EN PREMIER PLAN
  • ................................................................................................................ 62 FIGURE 40 : PAROI DE ST405 .................................................................................................................................................... 63 FIGURE 41 : VUE PHOTOGRAMMETRIQUE DE LA FAÇADE ORIENTALE DU CAIRN EN SD5. AU PREMIER PLAN, ST501
  • , DERRIERE ST502, 503 ET 504, AU FOND LA CHAMBRE (ST505) ....................................................................................................... 65 FIGURE 42 : FAÇADE ORIENTALE DU CAIRN AVEC ST502 A DROITE ET ST503 A GAUCHE