Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03347.pdf (Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR)
  • projet collectif de recherches
  • Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR
RAP02256.pdf (VIEUX-VY-SUR-COUESNON (35). le Grand Moulinet. dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VIEUX-VY-SUR-COUESNON (35). le Grand Moulinet. dfs de diagnostic
  • : Localisation géographique du diagnostic sur extrait de carte ISN au 1:25000 Liberté » Egalité * Fraternité RÉPUBHQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'IIIe-et-Vilaîne, Officier de la
  • , le 22 mai 2007 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur régional de l'archéologie, Stéphane Deschamps destinataires : copie à : M -Mme MARTIN INRAP Office notarial Bossenec-Verron-Rimasson
  • 42 avenue Philippe de Voivire - 35490 SENS DE BRETAGNE Mairie de Vieux Vy sur Couesnon préfecture de région RÉPUBUQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vilaine, Officier
  • sera notifié au directeur interrégional de l'Institut national de recherches archéologiques préventives , et à Monsieur et Madame Mikaël MARTIN, 25 résidence des Camélias, 35490 VIEUX VY SUR COUESNON. Fait à Rennes, le 22 mai 2007 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet
  • FICHE SIGNALETIQUE Numéro de projet INRAP : DA 05 0121 01 Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine Commune : Vieux-Vy-sur-Couesnon.... Lieu-dit ou adresse : Le Grand Moulinet Références Cadastrales : Section A - Parcelle 482 Coord. Lambert : X : 316230 Y : 2379190 altitude
  • MARTIN Nature de l'aménagement : Maison individuelle Opérateur chargé des travaux : INRAP Interrégion Grand-Ouest Surface du projet d'aménagement : 1600 m2 Dates d'intervention sur le terrain : 10/09/2007 Surface diagnostiquée : 1600 m2 % de la surface sondée : 9,5 % INTERVENANTS ET
  • l'environnement immédiat de l'emprise et/ou les objectifs scientifiques fixés éventuellement dans les prescriptions Dès la fin du WK siècle, J. Ogée signale la présence l'existence de deux « camps romains » dans la commune de Vieux-Vy-sur-Couesnon, dont celui se développant sur un plateau
  • parcellaires pourraient en effet reprendre le tracé d'un rempart aujourd'hui presque totalement arasé. D'après la topographie et la forme du parcellaire, la parcelle concernée par le diagnostic se situerait à l'emplacement ou en bordure immédiate de la fortification présumée, peut-être à
  • Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite, Prescriptions de diagnostic archéologique Annexées à l'arrêté préfectoral numéro 2007-039 région : Bretagne département : llle-et-Vilaine commune : VIEUX VY SUR COUESNON lieu-dit : Le Grand Moulinet cadastre : section
  • stratifiées du site, Objectifs ; Dès la fin du 18ème siècle, J.Ogée signale l'existence de deux « camps romains » dans la commune de Vieux Vy Sur Couesnon, dont celui se développant sur un plateau entre les vallées du Couesnon et du Ruisseau des Vallées Ribault. Aucune fouille n'ayant eu
  • parcellaires pourraient en effet reprendre le tracé d'un rempart aujourd'hui presque totalement arasé D'après la topographie et ia forme du parcellaire, la parcelle concernée par le diagnostic se situerait à l'emplacement ou en bordure immédiate de la fortification présumée, peutêtre à
  • l'emplacement du fossé La mention de la voie romaine de Bayeux à Corseul traversant le Couesnon au Gué Main, et gravissant le plateau escarpé du Moulinet à l'ouest de ce gué (d'après P Banéat, p 313), doit également retenir l'attention. La forme du parcellaire pourrait en effet également
  • suggérer la présence d'une voie Les objectifs de l'opération sont donc, d'une part, de vérifier la pertinence de ces hypothèses, et, d'autre part, de mettre en évidence, de dater et de caractériser les structures archéologiques présentes dans la parcelle Le rapport de diagnostic devra
  • donc s'attacher à apporter tous les éléments permettant d'apprécier la nature et l'intérêt des vestiges mis au jour afin que leur préservation ou leur sauvegarde par l'étude puisse être envisagée préalablement à la réalisation des travaux liés au permis de construire Fait à Rennes
  • décret n° 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en matière d'archéologie préventive ; VU, la saisine par courrier en date du 23 avril 2007 par Monsieur et Madame Mikaël MARTIN demandant en vertu des articles 10 et 12 du décret 2004-490 pris en
  • et du Ruisseau des Vallées Ribault à l'ouest, interprété comme une fortification protohistorique ; CONSIDERANT qu'il est nécessaire de mettre en évidence et de caractériser la nature, l'étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques éventuellement présents afin de
  • déterminer le type de mesures dont ils doivent faire l'objet ; ARRETE Article 1er: Un diagnostic archéologique sera réalisé sur le terrain faisant l'objet des aménagements, ouvrages ou travaux susvisés, sis en : Région : Bretagne Département : lîle-et-Vilaine Commune : VIEUX VY SUR
  • DRAC-SRA -'4 0CT. 200T COURRER/)RRIV EE Rapport De Diagnostic Septembre 2007 Laurent AUBRY VIEUX-VY-SUR-COUESNON « Le Grand-Moulinet » (Ille-et-Vilaine - Bretagne) Dates d'interventions : 10. 09.07 - 11.09.07 N° de prescription : SRA 2007/03 8 N° de projet INRAP : DA
  • :55m NGF Statut du terrain : privé Propriétaire du terrain : M. et Mme Mikaël MARTIN Code INSEE : 35 355 Arrêté de prescription n° : 2007-039 en date du 22/05/2007 Responsable désigné : Laurent AUBRY Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : M. et Mme Mikaël
  • MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : Anne VILLARD-LETIEC, Conservateur en charge du dossier INRAP : Laurent AUBRY, Responsable scientifique Michel BAILLIEU, Adjoint scientifique et technique Intervenants administratifs : SRA de Bretagne : Stéphane DESCHAMP
RAP02617.pdf (LANGON (35). le clos de la Gré, parcelle 242b. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • LANGON (35). le clos de la Gré, parcelle 242b. rapport de diagnostic
  • SIGNALETIQUE Numéro de projet INRAP : DA 05 020 701 Région : Bretagne Département : Ille et Vilaine Commune : LANGON Lieu-dit : Le Clos de la Grée Cadastre année : Section ZS, parcelle n°242b Coord. Lambert : X: Y: Code INSEE : altitude: 50 m NGF Propriétaire du terrain : M. ABLAIN
  • la parcelle 242b. Liberté ■ Egalité ' Fraternité RÉPU3UQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'IIIe-et-Vilaine, Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du
  • directeur interrégional de l'Institut national de recherches archéologiques préventives, au Maire de la commune de LANGON et à Monsieur Jacques ABLAIN, 8 rue Schoelcher, 44620 LA MONTAGNE Fait à Rennes, le 5 mars 2007 pour le Préfet de fa région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine
  • , le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur régional de l'archéologie, Stéphane Deschamps destinataires : copie à : INRAP Mairie de Langon M. J. ABLAIN Préfecture de région Liberté • Egalité • Fraternité RÉPUBIIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE
  • LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vilaine, Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite, Prescriptions de diagnostic archéologique Annexées à l'arrêté préfectoral numéro 2007-018
  • région : Bretagne département : IHe-et-Vilaine commune : LANGON lieu-dit : Le Clos de la Grée cadastre : section : ZS parcelles : 242b propriétaire : M.. Jacques ABLAIN pétitionnaire: M. Jacques ABLAIN Emprise du diagnostic archéologique : 2 040 mz . r Principes méthodologiques
  • fonction des projets d'aménagements proposés pour la parcelle. Fait à Rennes, le 5 mars 2007 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur régional de l'archéologie, - Stéphans Deschamps destinataires
  • + + INSTITUT NATIONAL RECHERCHE ARCHE OLOGIQUfS PRfVENTIVES + + + Rapport De Diagnostic Octobre 2007 + + + + Sandra Sicard LANGON « Le Clos de la Grée » Parcelle 242b (Ille-et-Vilaine - Bretagne) Dates d'interventions : 15.10.07-16.10.07 N° de prescription : SRA
  • intérrégion Exploitant (s) : Surface du projet d'aménagement : 2040 m2 Dates d'intervention sur le terrain : du 15 au 16 octobre 2007 Surface diagnostiquée : 390m2 % de la surface sondée : 19% INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : INRAP : Anne Villard
  • CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES La parcelle se situe au centre d'un vaste ensemble funéraire protohistorique dont les éléments visibles sont constitués d'un ensemble de tumulus s'étendant des alignements des « demoiselles » aux tertres de la Gaudinais. Au nord
  • -est de l'emprise plusieurs tertres ont été repérés et la fouille de l'un d'entre eux a permis de mettre au jour un dolmen du Néolithique moyen qui s'apparente au dolmen à galerie ouest de la Croix St Pierre sur la commune de Saint-Just. Le potentiel archéologique dans ce périmètre
  • est donc important. Ll n 'était donc pas exclu de mettre au jour sur cette zone des éléments mégalithiques ou s'y rattachant. 2 ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 2040 m2 Surface diagnostiquée : 390 m2 Contexte géographique et géologique : La parcelle est
  • concernée mais aucun vestige mégalithique ou fosse de calage pouvant y être associés n'ont été repérés. 3 Fig. 1 : Plan de localisation de la commune de Langon et de la zone d'intervention (en noir). dZ> Tertres tumulaires Parcelle concernée par le diagnostic archéologique Fig. 2
  • : Plan de localisation de la parcelle sondée sur le cadastre de Langon et situation des tertres tumulaires dans le périmètre archéologique, d'après A.Monnier (CERAPAR) et selon les indications de J.Desmardc (1865) Fig.3 : plan de localisation détaillé des tranchées de diagnostic sur
  • administratives et financières en matière d'archéologie préventive ; VU, la saisine par courrier en date du .5 janvier 2007 par Monsieur Jacques ABLAIN demandant en vertu des articles 10 et 12 du décret 2004-490 pris en application de la loi 2001-44 modifiée relative à l'archéologie préventive
  • des "Demoiselles" (classés Monuments Historiques) aux tertres de La Gaudinais ; CONSIDERANT qu'il est nécessaire de mettre en évidence et de caractériser la nature, l'étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques éventuellement présents afin de déterminer le type
  • de mesures dont ils doivent faire l'objet ; ARRETE Article 1er : Un diagnostic archéologique sera réalisé sur le terrain faisant l'objet des aménagements, ouvrages ou travaux susvisés, sis en : Région : Bretagne Département : llle-et-Vilaine Commune : LANGON Lieu-dit : Le Clos de
  • , sondages manuels de structures archéologiques, etctertre ou toute autre structure de ce type serait mis au jour, une coupe de faible largeur serait Dans le cas où un réalisée afin de mettre en évidence la constitution sédimentaire du monument, ses parements et son éventuel fossé, et de
  • disposer d'éléments de datation. Un relevé micro-topographique du tertre et de son environnement proche serait également mis en oeuvre Objectifs : est située au milieu du vaste périmètre funéraire protohistorique récemment révélé par la La parcelle prospection entre l'alignement "des
  • Demoiselles" (cl. M H.) et les tertres de" La Gaudinais". Un vaste tertre néolithique et un autre probable ont été mis en évidence dans les parcelles voisines (ZS n°226 b et ZS n"227 p) Il n'est donc pas exclu de mettre au jour des sépultures sous forme de tertres ou de coffres par exemple
RAP02415.pdf (SAINT-ONEN-LA-CHAPELLE, MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). mise en 2x2 voies entre la rn12 et Saint-Méen-le-Grand (rn164), 1re tranche. rapport de diagnostic)
  • MONTAUBAN-DE-BRETAGNE
  • opération préventive de diagnostic
  • SAINT-ONEN-LA-CHAPELLE, MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). mise en 2x2 voies entre la rn12 et Saint-Méen-le-Grand (rn164), 1re tranche. rapport de diagnostic
  • oeuvre 2 - PRESENTATION DES DONNEES ARCHEOLOGIQUES 2.1 - Un ensemble de structure de la fin de l'âge du Fer CONCLUSION Annexe 1 (Aspect administratif) FICHE SIGNALETIQUE Identité du site Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine Commune(s) : Saint-Méen-Le-Grand - N° INSEE
  • région de Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vilaine, Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite, Arrêté n° 2008-076 portant désignation du responsable scientifique de l'opération d'archéologie préventive prescrite par arrêté n° 2006-053 du 14 avril 2006 VU la
  • au directeur de l'Institut national de recherches archéologiques préventives, à la mairie de Saint-Méen-le-Grand (35). Fait à Rennes, le 7 mai 2008 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur
  • régional de l'archéologie, Stéphane Deschamps destinataires : IN RAP Laurent Aubry copie à mairie de Saint-Méen-le-Grand Liberté • Égalité • Fraternité RÉPUBI IQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION DE BRETAGNE le Préfet de la région
  • de Bretagne, Préfet d'ÎIIe-et-Vilaine, Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite, Prescriptions de diagnostic archéologique annexées à l'arrêté préfectoral numéro 2008-013 région : Bretagne département : ¡Ile-et-Vilaine commune : Saint-Onen-Ia
  • de la région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur régional de f§rchéoiogie, C Stéphane Deschamps Liberté » Égalité • Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION J.J
  • PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE ^ { ¿ ¿ t le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'HIe-et-Vilaine, Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite, > ARRETE n° 2008-013 modifiant l'arrêté n° 2006-053 du 14 avril 2006 portant prescription de diagnostic
  • l'Institut national de recherches archéologiques préventives. Fait à Rennes, le 7 février 2008 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur régional de l'archéologie, Stéphane Deschamps destinataires
  • : D.RE. 35 INRAP copie à : Mairie de Salnt-Onen-la-Chapelle et Montauban-de-Bretagne préfecture de région
  • SAINT-ONEN-LA -CHAPELLE ET MONTAUBAN-DEBRETAGNE, (Ille-et-Vilaine) Mise en 2 X 2 voies entre la RN 12 et Saint-Méen-LeGrand (RN164) 1er Tranche Dates d'interventions : 01.12.08 - 12.12.08 N° de prescription : SRA 2008/013 N° INSEE des communes : 35 302 et 35 184 N° de projet INRAP
  • résultats Cette intervention archéologique entreprise sur la commune de Saint-Méen-Leôrand (Ille-et-Vilaine) résulte d'un projet de mise en 2 X 2 voies de la RN 164 entre les Communes de Saint-Méen-Le-Grand et Montauban-De-Bretagne. La lère tranche du diagnostic (près de 20 ha) a été
  • la fin de lage du Fer (ensemble 1). Les autres vestiges découverts (réseau de fossés parcellaire, caves à pommiers ainsi que les très nombreux drains), appartiennent à un aménagement du paysage beaucoup plus récent (périodes moderne et contemporaine). Le bilan de cette opération
  • La mise en place de cette opération archéologique résulte d'un nouveau projet d'aménagement en 2 X 2 voies de la RN 164 entre les villes de Châteaulin (Finistère) et Montauban-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). La création de ce nouvel itinéraire est motivé par deux objectifs
  • situe dans le département d'Ille-et-Vilaine. I l est plus précisément localisé entre l'extrémité occidentale de l'actuelle déviation sud de Saint-Méen-le-6rand (RN 164) et la portion de la RN 12 localisée sur la commune de Montauban-de-Bretagne, soit une distance d'environ 6,500 km
  • . La première tranche du diagnostic, réalisée entre le 1er et 12 décembre 2008, c'est attachée à évaluer la section du tracé longue de 2,400 km se développant entre la commune de Saint-Méen-Le-Grand au lieu-dit "La Banquette" et la limite communale de Saint-Onen la Chapelle au lieu
  • -dit "La Ville au Manoir". L'étude du reste du tracé, soit 4,100 km environ, sera réalisée ultérieurement, à une date encore indéterminée. Malgré la réalisation d'un maillage régulier de tranchées et la découverte de structures fossoyées anciennes sur cette partie du futur tracé
  • l'Archéologie de Bretagne. 1 - P R E S E N T A T I O N DE L ' O P E R A T I O N ARCHEOLOGIQUE 1.1 - Les raisons et les objectifs de l'intervention Le projet d'aménagement en 2 X 2 voies d'une section de la RN 164 entre SaintMéen-le-Grand et Montauban-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine
  • ), a conduit le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic sur la totalité des parcelles menacées par les futurs travaux. En effet, la surface relativement importante de la zone concernée par le projet routier, associée à un contexte topographique et
  • géographique particulièrement attrayant, ont motivé la réalisation de cette opération. Celle-ci avait plusieurs objectifs. Le premier était de mettre en évidence et de caractériser au moyen de sondages mécaniques (tranchées et/ou vignettes) d'éventuels vestiges archéologiques. I l
  • s'agissait également de déterminer la nature, l'étendue et le degré de conservation des structures ainsi découvertes, afin de disposer de suffisamment d'éléments pour décider du type de mesure à prendre avant le démarrage des travaux. 1.2 - Cadre géographique et géomorphologique de
  • rapports de fouilles numérisés, couvrant la période de 1951 à nos jours et portant sur les différents départements de la région. Le fonds s’enrichit d’environ 150 rapports par an. Ces rapports concernent des interventions diverses : ● diagnostics
  • Le Service régional de l’Archéologie de Bretagne met en ligne plus de 3200
  • /> ● fouilles préventives ● sondages ● prospections archéologiques diachroniques et thématiques ● fouilles archéologiques programmées ● opérations de sauvegarde par l’étude Grâce au module de recherche de la Bibliothèque numérique, il est
  • dans le cadre de l'enseignement et de la recherche. Le Service régional de l’archéologie fait partie de la Direction régionale des affaires culturelles, service déconcentré du ministère chargé de la Culture et conduit à ce titre la politique de l’Etat. Son
  • numérique, le SRA vous accueille sur place et vous aide dans vos recherches parmi ses 6000 ouvrages (monographies, actes de colloques, travaux universitaires, revues régionales, nationales et étrangères) et 120 revues. Ceux-ci portent sur la connaissance et la
  • localisation des sites archéologiques, l’organisation et la réalisation d’opérations. Dans cette bibliothèque numérique, il est possible de faire une recherche par titre, auteur, commune, date... et en plein texte. En ligne, vous avez également accès à une partie de
  • possible de lancer une requête par mot-clé, commune, date, auteur… Nota Bene : Bien que documents administratifs (communicables au public selon la loi n°78-753 du 17 juillet 1978), l’utilisation des informations contenues dans les rapports de
  • fouilles doit s'effectuer dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle (en particulier l’article L122-5). Les reproductions sont réservées à l’usage privé, à fin de citation justifiée par la mention de la source ou encore à des fins exclusives d'illustration
  • ="http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne/Ressources-documentaires/Archeologie" target="_blank"> centre de documentation conserve l’ensemble de l’information archéologique recueillie en Bretagne – et bien davantage. En plus de sa bibliothèque
  • la carte archéologique nationale à laquelle participe le Service régional, grâce à la plateforme GeoBretagne . Si vous rencontrez des difficultés de consultation
RAP01444.pdf ((56). paléoenvironnement de la région de Carnac. rapport de prospection thématique.)
  • (56). paléoenvironnement de la région de Carnac. rapport de prospection thématique.
  • la mer. Ce coteau borde un plateau intérieur, qui culmine vers 30 m et domine au Sud des marais séparés de la mer par des cordons sableux (Marais de Kerdual). La région est entièrement formée de Granités de Carnac, définis comme des granités d'anatexie à deux micas, à grain fin
  • quelques décimètres, du fait de la dispersion progressive de l'eau le long des joints intergranulaires. Il est certain qu'ici, comme dans d'autres régions d'Europe, les cannelures résultent avant tout d'une météorisation chimique (A. Godard, 1977; Y. Lageat et al., 1994; R. Williams et
  • rôle mineur de la gélifraction Le gel peut se produire d'Octobre à Mai dans la région de Carnac et peut également collaborer aux phénomènes précités. La formation de pipkrakes en surface des arènes affleurant aux alentours
  • CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UMR 153 (Civilisations atlantiques et archéosciences) UNIVERSITE DE NANTES Jean L'HELGOUAC'H, Dominique SELLIER et Lionel VISSET PALEOENVIRONNEMENT DE LA REGION DE CARNAC a - D. SELLIER - Etude des formes d'érosion
  • postmégalithiques des alignements de Carnac b - J. L'HELGOUAC'H, D. SELLIER et L. VISSET - Sondages dans le Marais de Kerdual (La Trinité sur Mer) Résultats complémentaires. c- L. VISSET, J. L'HELGOUAC'H et J. BERNARD - La tourbière submergée de la pointe de Kerpenhir à Locmariaquer (Morbihan
  • ). Etude environnementale. Prospection Thématique (P 16) Autorisation du 3 1 mars 1994 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UMR 153 (Civilisations atlantiques et archéosciences) UNIVERSITE DE NANTES Jean L'HELGOUAC'H, Dominique SELLIER et Lionel VISSET PALEOENVIRONNEMENT DE
  • LA REGION DE CARNAC a - D. SELLIER - Etude des formes d'érosion postmégalithiques des alignements de Carnac b - J. L'HELGOUAC'H, D. SELLIER et L. VISSET - Sondages dans le Marais de Kerdual (La Trinité sur Mer) Résultats complémentaires. c- L. VISSET, J. L'HELGOUAC'H et J
  • Institut de Géographie de l'Université de Nantes, U.R.A. 1562-C.N.R.S. et U.M.R. 0153-C.N.R.S. Introduction Les surfaces rocheuses granitiques portent des marques d'érosion dont les plus fréquentes sont les vasques et les cannelures. Ces marques sont dues à la météorisation, c'est à
  • dire à l'action directe ou indirecte des agents météoriques à la surface des roches. Les monuments mégalithiques comportent de telles marques, en partie développées depuis la date de leur construction et permettent dans ce cas d'évaluer les effets de la météorisation
  • postmégalithique depuis plusieurs millénaires. Ce travail traite des formes de météorisation présentes à la surface des menhirs des alignements de Carnac, de leur morphologie, de leur répartition et de leur fréquence en fonction de plusieurs paramètres structuraux et microtopographiques. En
  • étendant son champ d'analyse à chacun des trois alignements, il prolonge des recherches qui ont déjà fourni les éléments d'une typologie des formes de météorisation développées à la surface des menhirs et qui ont souligné l'intérêt des mégalithes comme marqueurs de la vitesse de
  • , hétérogènes et à zones porphyroïdes (J. Cogné, 1960). Les menhirs de Carnac sont tous constitués de ce type de roche. Beaucoup se composent de granité à grain fin, quelques-uns de granité porphyroïde à phénocristaux de feldspath. La plupart sont formés de granités de faciès grenus
  • intermédiaires, à grains de 1 à 5 mm et à phénocristaux épars. La roche présente une linéation subhorizontale due à une fluidalité magmatique signalée par une orientation plus ou moins apparente des minéraux. L'espacement des diaclases est d'ordre métrique à plurimétrique. Les conditions
  • climatiques locales, qui déterminent celles de la météorisation, sont caractéristiques du domaine tempéré océanique. La température moyenne annuelle est de 12°C et l'amplitude moyenne annuelle de 11.8°C. Le total annuel moyen des précipitations est de 735 mm. Le nombre annuel moyen de
  • leur construction, ou d'éléments chronologiques relatifs à des monuments analogues (Z. Le Rouzic et al., 1923; M. Jacq, 1947; J. Miln, 1947; W. Huile, 1967). Il est généralement admis que l'édification des alignements de Carnac se place vers la fin du Néolithique moyen et date
  • nombreux blocs est influencée par la linéation et par des plans de lithage magmatique, ce qui explique que les menhirs de Carnac comprennent généralement deux faces et deux côtés nettement différenciés; le plus souvent une face exposée vers le Sud ou le Sud-Sud-Est et une face exposée
  • d'entre eux proviennent de l'utilisation de rochers enracinés, qui occupaient le site ou ses abords et qui dépassaient du sol de 0,50 à 2 m (D. Sellier, 1995). La proportion de tels blocs est proche de 75% à Kerlescan, mais moindre dans les deux autres alignements. Dès lors, ces blocs
  • présentent souvent deux faces de caractères opposés: une face d'affleurement, longtemps exposée aux agents d'érosion et une face d'arrachement, correspondant à la partie enracinée du rocher exploité. (P. R. Giot ef al., 1962; D. Sellier, 1991). Les faces d'affleurement sont naturellement
  • menhirs de Carnac présentent de nombreuses marques de météorisation, d'origine et de types différents. Certaines sont antérieures à la mise en place des menhirs (formes prémégalithiques), d'autres lui sont postérieures (formes postmégalithiques). Les formes prémégalithiques
  • tiennent au passé des blocs utilisés pour ériger les menhirs. Les unes concernent la forme générale des menhirs lorsqu'ils proviennent de blocs rocheux qui dépassaient du sol et qui ont été alors diversement façonnés par l'érosion. Les autres sont des microformes produites par la
RAP02348.pdf (ESSÉ (35). la roche aux fées. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • ESSÉ (35). la roche aux fées. rapport de diagnostic
  • - Fax 01 43 87 18 63 - N° S1RET 180 092 264 00019 - APE 732 Z. FICHE SIGNALETIQUE Numéro de projet INRAP : Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine Commune : ESSE Code INSEE :108 Lieu-dit ou adresse : La Roche aux Fées Cadastre année : année 2006, section ZL, parcelles 104
  • PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE Arrêté n° 2006-115 portant désignation du responsable scientifique de l'opération d'archéologie préventive prescrite par arrêté n° 2006-108 du 25 août 2006 Le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vilaine, Officier de la Légion d'honneur
  • GUERCHE DE BRETAGNE. Fait à Rennes, le ] q SEP, 2008 Pour le Préfet de la région de Bretagne, préfet d'Ille et Vilaine Le Directeur régional des affaires culturelles Stéphane DESCHAMPS DA 05CH?Ï °1 REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE
  • LA REGION BRETAGNE „
  • le terrain faisant l'objet des aménagements, ouvrage ou travaux susvisés, sis en : Région : BRETAGNE Département : I Ile-et-Vilaine Commune : ESSE Lieu-dit : La Roche aux Fées Cadastre : section : ZL parcelles : 104 et 119 Le diagnostic archéologique comprend, outre une phase
  • numéro 2006.108 région : BRETAGNE département : llle-et-Vilaine commune : ESSE lieu-dit : La Roche aux Fées cadastre : section : ZL parcelles : 104 et 119 propriétaire : commune de ESSE pétitionnaire: commune de ESSE Emprise du diagnostic archéologique : 2 000 m2 Principes
  • 1 9 DEC. 2008 Rapport INSTITUT NATIONAL De RECH-ERCHE ARCHE OLOGIQU£S PR-ÉVENTI V E S + V + Diagnostic Octobre 2006 Gilles LEROUX ESSE « La Roche aux Fées » (Ille-et-Vilaine - Bretagne) Dates d'interventions N° de prescription 16.10.06-18.10.06 SRA 2006/108 N° de
  • et 109, lieu-dit : La Roche aux Fées Coord. Lambert : X: Y: altitude : 70 m NGF Statut du terrain : (au regard des législations sur le patrimoine et l'environnement) Propriétaire du terrain : N° du site et/ou de l'entité archéologique : 108 Arrêté de prescription n° : 2006-108 en
  • site de la Roche aux Fées Opérateur chargé des travaux : ENRAP intérrégion Grand Ouest Exploitant (s) : Surface du projet d'aménagement : 2000 m2 Dates d'intervention sur le terrain : 16-10-06 au 18-10-06 Surface diagnostiquée ; 640 m2 % de la surface sondée : 33 INTERVENANTS ET
  • ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Le diagnostic a été réalisé à une centaine de mètres, vers l'est, du dolmen de type angevin de la Roche aux Fées. C 'est pour cette raison essentielle qu 'un diagnostic a été prescrit ; pour autant aucun indice d'une occupation néolithique, ou
  • plus récente d'ailleurs, n 'a été relevée : ni silex, ni fragment de poterie. CONTRAINTES TECHNIQUES Néant 2 ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 2000 m2 Surface diagnostiquée : 640 m2 Contexte géographique et géologique : indiquer ici la nature et la
  • tronçons de fossés modernes ont été identifiés. Joindre éventuellement des plans, relevés et photographies. 3 Figure 1 : Localisation géographique l'intervention sur la carte au l/25000e. rs2 P y y REPUBLIQUE FRANÇAISE MIN STERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION ,Cpp
  • , Commandeur de l'Ordre national du mérite, VU la loi n° 2001-44 du 17 janvier 2001 modifiée, relative à l'archéologie préventive, notamment son article 2; VU le décret n° 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en matière d'archéologie préventive
  • de recherches archéologiques préventives, à Monsieur le Maire de la commune d'ESSE, à la Communauté de Communes "Au Pays de la Roche aux Fées" et à la Direction Départementale de l'Equipement d'Ille et Vilaine, subdivision de la Guerche de Bretagne, 4 rue des Deux Gares, 35130 LA
  • ; septembre 1941 modifiée portant réglementation des fouilles VU la loi n° 2001-44 du 17 janvier 2001 relative à l'archéologie préventive, modifiée ; VU le décret n° 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en matière d'archéologie préventive ; VU
  • éléments du patrimoine archéologique ; en effet, la localisation des travaux aux abords d'un site mégalithique majeur, classé Monument Historique, rend probable la mise au jour de vestiges dont il convient de vérifier la nature et l'état de conservation; CONSIDERANT qu'il est nécessaire
  • de mettre en évidence et de caractériser la nature, l'étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques éventuellement présents afin de déterminer le type de mesures dont ils doivent faire l'objet ; ARRETE Article 1er: Un diagnostic archéologique sera réalisé sur
  • d'exploration du terrain, une phase d'étude qui s'achève par la remise du rapport sur les résultats obtenus. REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE Prescriptions de diagnostic archéologique Annexées à l'arrêté préfectoral
  • élargies seront réalisées afin de contribuer à caractériser et dater les structures mises au jour. Des sondages manuels ou mécaniques, en fonction de la nature et l'état de conservation des vestiges, devront être mis en œuvre afin de préciser la complexité stratigraphique des structures
  • , sur la base d'un échantillonage raisonné. Objectifs : L'objectif est de mettre en évidence, de dater et de caractériser les structures archéologiques qui peuvent être affectées par les travaux ce terrassement prévus sur le tracé de l'allée et dans l'emprise du parking et du
RAP00878.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). rue de Kerniguez. rapport de sondage)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). rue de Kerniguez. rapport de sondage
  • RAPPORT DE SONDAGE "Rue de Kerniguez". Commune de Carhaix PIouguer 08 septembre 1993 Luc Pérès Responsable Michael Batt SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES
  • CULTURELLES Service Régional de l'Archéologie AUTORISATION TEMPORAIRE DE SONDAGE N° 93-93 Valable du 6 au 30 septembre 1993 Le Préfet de la Région Bretagne confie à M. BATT prénom : Michael Demeurant à : 116 rue des Professeurs Pellé - 35700 RENNES Organisme : SDA la réalisation d'un
  • M.Pascal STAUB demeurant Résidence de l'Aqueduc - 29270 CARHAIX Cette autorisation est délivrée à la demande de : l'interessé - du Conservateur Régional de l'Archéologie (rayer la mention inutile) NATURE DU GISEMENT ET PERIODES : habitat urbain gallo-romain Lieu de dépôt pour étude
  • Régional de l'Archéologie de ses travaux et découvertes. En fin de travaux, un rapport en deux exemplaires devra être remis au Service Régional, comprenant plans de situation, photos, etc. *Le Ministère de la Culture et de la Francophonie décline toute responsabilité en cas d'accident
  • ^ 1993 Le Préfet de La Région Bretagne, Posa U fu j « (*»- Mégaòmi Li chargé de mission, Gilles M A D E L AIME Une opération de diagnostic a été réalisée le 08/09/93 rue de kernigue/, à Carhaix, dans la parcelle 283 section AP du cadastre de 1984 de Carhaix-Plouguer
  • . La parcelle se lotissement, n°l la situant d'évaluer dans la une zone richesse à risque, archéologique ayant fait l'objet de sondages en avril ville antique et proche de l'église il s'agissait, du sous-sol suite des lots à une n°2 demande et n°3 (le de
  • lot 1993). Nous sommes en effet ici en limite de de Plouguer sans doute installée sur un site la terre antique. Cinq végétale tranchées jusqu'au de substrat 9m de naturel long environ (schiste et de lm de briovérien), ont été large, dégageant
  • effectuées d'Est en Ouest dans la partie Nord des deux lots concernés. D'une profondeur tranchée 5 (50 et place et quelques Si ce moyenne de 20/30cm 60cm), elles n'ont à l'Est livré fragments de tegulae ou résultat n'est pas pour strictement de briques
  • inintéressant, 35/40cm aucun hors apportant à l'Ouest, vestige sauf pour archéologique la en contexte. en particulier des précisions sur les limites de la ville antique, rien ne s'oppose en définitive à ce que les lots n°2 et n°3 de la parcelle 283 soient mis en construction
  • : Service Régional de l'Archéologie lieu de conservation : Collection publique départementale JUSTIFICATION DE L'INTERVENTION : demande de permis de construire Superficie du sondage : 400 m2 environ ORIGINE ET MONTANT DES CREDITS EVENTUELLEMENT ATTRIBUES : CONDITIONS ADMINISTRATIVES
  • COMMUNES : Cette autorisation est délivrée sous réserve de l'autorisation écrite du ou des propriétaires du terrain ou de ses ayants droit, qui devra préciser en particulier la dévolution du mobilier éventuellement découvert Le titulaire tiendra régulièrement au courant le Service
  • pour toutes les interventions autorisées à la demande de l'intéressé. DESTINATAIRES : AF.AN. Intéressé Sous Direction de l'Archéologie Préfecture Mairie Gendarmerie Directeur Régional des Affaires Culturelles Archives du Service Régional de l'Archéologie Fait à Rennes, le 1
  • sondage archéologique Département : Finistère commune : CARHAIX-PLOUGUER Lieu-dit : Rue de Kerniguez N° de site : 28 024 030 Cadastre année : 1984 Section, parcelles : AP n° 283 Coordonnées Lambert : Abscisse : 161,175 Zone : I Ordonnée : 1081,220 sur un terrain appartenant à
  • . Cadastre de Carhaix-PIouger; Section AP ^ ^ ^ zone sondée Parcelle 283
RAP01335.pdf (QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire
  • n'était connu en 1980 livre actuellement dix sites différents. En résumé Quimper est une ville possédant un patrimoine archéologique d'une grande richesse et d'une très grande diversité, sans doute exemplaire pour la région. L'histoire ancienne de cette commune a fait l'objet d'une
  • DU FINISTERE CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 1995 caqra95 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER 1. DEFINITION DU PROJET 1.1. NECESSITE DU PROJET ET SITUATION EN 1993 1.2. LES OBJECTIFS 1.3. LA CARTE ARCHEOLOGIQUE 2. MISE EN PLACE 2.1. LES
  • trois dimensions 3. LES RESULTATS 3.1. INTRODUCTION : le travail effectué en 1993 et 1994 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.3. LES FICHES DE SITES ET L'ETAT D'AVANCEMENT DES DOSSIERS 3.3.1. Le travail engagé 3.3.2. Les dossiers complets 3.3.3. Les documents cartographiques 4 CONCLUSIONS 4.1
  • . SUR LE PLAN TECHNIQUE 4.2. SUR LE PLAN ARCHEOLOGIQUE 4.3. SUR LE PLAN GEOGRAPHIQUE ET HISTORIQUE 4.3. CONCLUSION D'ENSEMBLE ET PERSPECTIVES 2 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER 1. DEFINITION DU PROTET 1.1. NECESSITE DU PROJET ET SITUATION EN 1993 1.1.1. La nature et l'importance du
  • site de Quimper La commune de Quimper est très vaste (8500 ha). Des études nombreuses et souvent très approfondies soulignent, depuis le XIXe siècle, l'importance de son potentiel archéologique (cf nombreuses publications de P. Du Chatellier, P. Galliou, J.-P. Le Bihan, R.-F. Le Men
  • , L. Pape). Soixante opérations de fouille réalisées sur la commune entre 1971 et 1993 concernent toutes les périodes incluses entre le Néolithique et le Moyen-Age. Une soixantaine de sites sont actuellement répertoriés au fichier national. Un accroissement de 100% à 200% du nombre
  • des sites attestés est envisageable après étude de la documentation existante. Les vestiges d'époque gallo-romaine et gauloise, depuis 1980 avec les découvertes des hameaux du Braden, ont fait l'objet de fouilles importantes. Une problématique de' recherche, fondée sur l'analyse
  • découvertes de sites protohistoriques de la fin du Néolithique à l'âge du Fer. La découverte et la fouille exhaustive de l'habitat, des débuts de l'âge du Bronze de Penancreac'h participent de celte évolution. Le Moyen Age n'est pas oublié avec la fouille d'habitats ruraux carolingiens et
  • les études du centre urbain (mise en évidence des vestiges romans sous la cathédrale gothique). Il convient d'ajouter la découverte d'habitats, d'édifices et de réseaux d'adduction d'eau d'époque moderne dans le coeur urbain. Les descriptions et les fouilles anciennes sont
  • également très nombreuses mais de précision et de fiabilité variable. Elles soulignent l'importance du patrimoine encore enfoui dans le sous- sol. Elle ne peuvent toutefois prétendre à l'exhaustivité. A titre d'exemple, la zone du Braden couvrant 30 ha et sur laquelle aucun vestige
  • plans relevés au cours de fouilles. Plusieurs obstacles à une large diffusion de la connaissance apparaissent donc : 1.1.2.1. Une documentation dispersée et peu accessible La nature de la documentation archéologique entraîne sa dispersion: - publications scientifiques ou de
  • vulgarisation, anciennes ou récentes. - archives publiques ou privées antérieures à la législation sur les fouilles et à la mise en place de services régionaux étoffés et efficaces. - archives de fouilles récentes dont les notes et rapports sont dispersés entre les Services régionaux ou de
  • particulières. La nature et la dispersion d'une telle documentation la rendent donc très difficilement accessible tant aux chercheurs qu'aux gestionnaires de l'archéologie et au public. 1.1.2.2. Une documentation menacée de disparition La dispersion de la documentation accroît naturellement
  • connus des animateurs de l'activité archéologique quimpéroise seront menacés de disparition lors de la cessation d'activité de ces chercheurs. Tous les sites ne sont pas publiés et une grande partie de la documentation iconographie relève des archives personnelles de ces chercheurs ou
  • vrai que certaines publications ou synthèses aisément consultables existent. Ainsi, le Bulletin annuel de la Société archéologique du Finistère, jouissant d'une bonne audience, publie régulièrement les principaux résultats des fouilles et localise les chantiers d'une manière
  • satisfaisante. Par ailleurs, une plaquette réalisée par l'archéologue municipal et financée par la Ville de Quimper et le Ministère de la Culture permet de faire le point sur ces questions ("Aux origines de Quimper, archéologie et histoire", 1986). Enfin, une "Histoire de Quimper" complète
  • celte première synthèse (Edit. Privai, 1994). Il apparaît toutefois que, en dépit de l'existence de ces écrits et des recherches nombreuses et importantes menées depuis deux décennies sur le territoire de la commune, il est difficile de répondre clairement et rapidement aux questions
  • posées par : 4 - les chercheurs ; notamment parce que de nombreux sites n'ont pas encore fait l'objet d'études complètes. - les responsables de la gestion du patrimoine. - les urbanistes et aménageurs de Quimper souhaitant avoir des renseignements précis sur les risques et
  • hypothèques archéologiques pesant sur tel ou tel secteur de la commune. En outre, l'histoire ancienne de la ville de Quimper demeure très mal connue des enseignants et du grand public. Bien des idées anciennes relevant du fantasme et de l'imagination ont libre cours et sont véhiculées, en
  • particulier par les médias. 1.2. LES OBJECTIFS 1.2.1. Les quatre objectifs de la carte archéologique - Porter sur un document clair et accessible, toutes les données concernant les sites archéologiques de la commune. - Réaliser une documentation cartographique de référence. - Organiser
RAP00550.pdf (La région de Paimpont (35). Rapport de prospection thématique)
  • La région de Paimpont (35). Rapport de prospection thématique
RAP01435.pdf ((35). rn 157. aménagement à 2 x 2 voies de la future rocade est de Rennes. échangeur des rn 136 et 157 entre la ligne de chemin de fer et la rn 137. rapport de diagnostic)
  • (35). rn 157. aménagement à 2 x 2 voies de la future rocade est de Rennes. échangeur des rn 136 et 157 entre la ligne de chemin de fer et la rn 137. rapport de diagnostic
  • R.N 157 - DEVIATION ROCADE-EST DE RENNES (Ille-et-Vilaine) D.F.S DE DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE 26/05/1997 - 8/06/1997 Sous la direction de Laurent AUBRY Avec la collaboration de Patick MAGUER Aménagement en 2X2 voies de la future rocade-est de Rennes Avec le concours de la
  • Direction Départementale de l'Equipement d''Ille-et-Vilaine A.F.A.N. Antenne Grand-Ouest Ministère de la Culture Rennes S.R.A. de Bretagne 1997 ORGANISATION DE L'OPERATION Intervenants techniques Responsable de l'opération et titulaire de l'autorisation Assistant d'Etude). : Laurent
  • AUBRY (A.F.A.N. Equipe de diagnostic : Patrick MAGUER (A.F.A.N. Archéologue Fouilleur Qualifié). Suivi du diagnostic : Laurent AUBRY et Patrick MAGUER. Relevé du plan de masse : Laurent AUBRY et Patrick MAGUER. Mise au net de la documentation graphique : Laurent AUBRY. Rédaction
  • , frappe et mise en page du D.F.S : Laurent AUBRY. Intervenants administratifs Service Régional de l'Archéologie, D.R.A.C. région Bretagne : M. Michel VAGINAY, Conservateur Régional de l'Archéologie. M. Yves MENEZ, Conservateur du Patrimoine. A.F.A.N. Antenne Interrégional Grand-Ouest
  • Patrimoine, pour la mise en place et le suivi de l'opération. La Direction Départementale de l'Equipement d'Ille-et-Vilaine, maître d'ouvrage et financeur du diagnostic. Avertissement. La réalisation de ce document est une annexe complémentaire au D.F.S. réalisé par Dominique POUILLE
  • et Stéphane JEAN en 1996. Raisons de l'intervention : La réalisation de ce diagnostic archéologique est la dernière étape d'un programme de sondages systématiques entrepris sur l'ensemble des parcelles concernées par la future rocade-est de Rennes. Les précédentes recherches
  • ., se situe entre la ligne de chemin de fer Brest-Paris et des R.N.136 et 157 (figure 1). L'emprise globale de cette échangeur avoisine plusieurs dizaines d'hectares. Méthodologie : Sur l'emprise concernée par l'échangeur, seul 6 hectares environ restaient à diagnostiquer dans le
  • : M. Gilbert AGUESSE. Chef d'Antenne. M. Didier LElOURMY, Gestionnaire-Comptable. Mme Christine TAMARELLE, Comptable. REMERCIEMENTS Les auteurs de ce D.F.S tiennent à remercier : M. Michel VAGINAY, Conservateur Régional de l'Archéologie et M. Yves MENEZ, Conservateur du
  • entreprisent du 16 janvier 1996 au 6 mars 1996, n'avaient pu avoir accès à cette partie de la future route nationale. Une équipe de trois contractuels A.F.A.N. dirigée par Dominique POUILLE, étaient affectés à cette tache (voir D.F.S. 1996/70). La partie traitée dans le cadre de ce D.F.S
  • cadre de cette opération. L'évaluation systématique des parcelles accessibles s'est faite à l'aide d'une pelle à chenilles munie d'un godet lisse de 2,00 mètres de large. Le type de culture rencontré (blé et herbe d'un mètre de haut), nous a contraint à entreprendre un maillagc large
  • . Des lignes de tranchées-sondages de 10 à 15 mètres de long exécutées "en pointillé" et espacées de 50 mètres ont été pratiquées. Cettte technique a permis de circonscrire 1 ,1% de l'emprise concernée par le projet autoroutier (figure 2). Chaque sondage a été précisément replacé sur
  • le plan parcellaire au l/2000e. Figurel : Implantation géographique et topographique des sondages réalisées future rocade est. (Carte I.G.N. n° 1218 est.1/25000). CONCLUSION Aucune des tranchées-sondage entreprises sur près de 1,1% de l'emprise concernée par ce diagnostic
  • , n'a permis de mettre au jour des vestiges immobiliers ou mobiliers archéologiques. En conséquence, cette évaluation dont les résultats sont négatifs, lève toute contrainte archéologique sur cette partie de la future rocade-est de Rennes.
RAP02450.pdf (PLOUAY (56). Kerscoulic, des cavités souterraines. rapport de sondage)
  • PLOUAY (56). Kerscoulic, des cavités souterraines. rapport de sondage
  • - MORBIHAN) Sommaire I- LOCALISATION DU SITE 04 II- LES CIRCONSTANCES DE LA DÉCOUVERTE 06 III- LA DESCRIPTION DES STRUCTURES 07 07 10 10 III-i La salle A III-2 La salle B III-3 Identification et interprétation IV- CONCLUSION 12 4 D. TANGUY FIG. 1 et E. BOURHIS
  • - Localisation du site de Kerscoulic (carte IGN® éch. 1:50 000") I - LOCALISATION DU SITE Kerscoulic est un gros hameau situé à 2,5 kilomètres de Plouay et installé sur un plateau dominant vers le nord la vallée d'un petit affluent du Scorff. Le paysage, dans cette direction, s'ouvre
  • largement vers la forêt de Pont-Calleck dont la bordure sud, limitée par le Scorff, est distante de 1 500 mètres à vol d'oiseau (FIG. 1 ET 2, CL. 1 ET 2). CL. 1 - Vue aérienne du site de Kerscoulic (Google EarthK). Vers le sud, le relief est marqué par le prolongement nordouest de
  • l'anticlinal des landes de Lanvaux. Le bois de Coët-Fao couvre cette zone accidentée. De nombreuses bâtisses anciennes, datées pour la plupart des XVIIe et XVIIIe siècles attestent de la vocation agricole du hameau. Parmi celles-ci, en périphérie nord, une maison de prêtre, datée de 1659
  • , présente encore les caractères habituels de ce type de construction. Elle se situe à l'extrémité ouest d'un corps de bâtiment moins bien conservé. DES CAVITÉS SOUTERRAINES À KERSCOULIC (PLOUAY - MORBIHAN) FIG. CL. 2 - Plan cadastral de Kerscoulic et localisation de la cavité (éch
  • . 2 - Façade sud de la bâtisse. 1:1 000e). 5 6 D. TANGUY et E. BOURHIS II - LES CIRCONSTANCES DE LA DÉCOUVERTE Les propriétaires des lieux, M. et Mme GEY, ont entrepris récemment la restauration du bâtiment afin de le rendre à nouveau habitable. Parallèlement aux travaux
  • de gros oeuvres, une tranchée de viabilisation a été creusée au pied de la façade arrière (CL. 3 ET 4). Au cours de ce creusement, une série de blocs de granit plats, d'une longueur moyenne de 80 cm pour une largeur de 40 cm est apparue, ces blocs recouvraient une cavité
  • d'Histoire et d'Archéologie, qui m'a ensuite alerté. De plus, je tiens à remercier M. et Mme GEY pour leur accueil et l'intérêt qu'ils ont portés à ce modeste travail. Le sondage entrepris en février 2009 a consisté à vérifier la nature de ces structures souterraines en fournissant
  • l'ensemble des relevés, plans, coupes et photographies nécessaires à leur a compréhension et leur éventuelle identification. DES CAVITÉS SOUTERRAINES À KERSCOULIC (PLOUAY - MORBIHAN) III - LA DESCRIPTION DES STRUCTURES Avant les travaux de nettoyage et de déblaiement, la cavité
  • souterraine principale était bien dégagée et une chatière, visible sur le côté est de la salle, indiquait la présence d'une seconde salle. L'intervention a donc consisté en un dégagement complet de la première salle, dont la couverture était pratiquement absente, et une investigation vers
  • . Perpendiculaire à la façade de la maison, elle se développe sur une longueur totale de 2,20 mètres selon un axe sud nord; sa largeur moyenne à la base est 0,85 cm. La hauteur conservée est de 1,10 mètres (FIG. 3, CL. 5 ET 6). La salle s'appuie contre le mur du bâtiment du XVIP siècle ; pour
  • compact (alors que les affleurements granitiques sont nombreux dans l'environnement immédiat). Les murs présentent un pendage vers l'intérieur annonçant une couverture en encorbellement. Cependant le calibre et la taille de l'appareillage ne permettent pas un encorbellement classique
  • . Le rétrécissement est néanmoins conséquent sur la partie supérieure et permet la mise en place d'une couverture constituée de gros blocs plats. Dans les sections bien préservées, on constate que la partie supérieure des côtés est constituée de dalles plates constituant une bonne
  • une fosse, monté les parements, puis la couverture et enfin recouvert l'ensemble par le matériau de creusement. Une couche de 15 cm de terre arable recouvre les cavités et il est possible que l'aménagement global pouvait, à l'origine, être perceptible de l'extérieur, sous forme
  • d'un petit tertre, comme l'évoquent les propriétaires des lieux. 8 D. TANGUY et E. BOURHIS CL. 5 - Salle A (vue ouest). CL. 6 - Salle A et chatière (vue est). DES CAVITÉS SOUTERRAINES À KERSCOULIC (PLOUAY - MORBIHAN) CL. 7 - Paroi maçonnée de la salle A (vue nord-ouest
  • ). CL. 8 - Couche argileuse recouvrant la cavité souterraine. 9 ÎO D. TANGUY et E. BOURHIS III-2 LA SALLE B Une chatière large de 32 cm et haute de 74 cm s'ouvre sur le côté est de la salle A. Elle est donc de dimensions réduites et permet un accès très difficile, voire
  • impossible, pour des personnes de taille adulte, vers la seconde cavité. La maçonnerie est identique. Les murs sont constitués d'assises de moellons plus importants et réguliers que ceux de la salle A, sans doute pour répondre à des contraintes de solidité. La salle B, n'a pas été étudiée
  • l'existence d'une troisième salle. Aucune trace d'ouverture vers l'extérieur n'a été relevée. Il est vrai que l'enlèvement d'une bonne partie de la couverture de la salle A et l'impossibilité d'explorer plus à fond la seconde salle nous prive d'éléments importants. Nous n'avons donc
  • , actuellement, aucune idée de l'accès à ces salles. La mise en place d'une dalle dans la maison attenante n'a pas révélée l'existence d'une entrée et, à ce niveau, le lien entre la construction et les cavités n'est pas établi. Cela dit, on sait que l'arrière de la bâtisse a connu des
  • modifications, par la suppression d'une tourelle, plus à l'ouest. Nous n'avons pas relevé de traces de construction au dessus des cavités et, s'il y a eu des reprises dans le mur arrière du bâtiment, une ouverture condamnée, rien ne démontre l'existence de superstructures au niveau des
RAP02420.pdf (BRUZ (35). Pont-Réan la Couperie, lotissement d'habitations "résidence du Parc". rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • BRUZ (35). Pont-Réan la Couperie, lotissement d'habitations "résidence du Parc". rapport de diagnostic
  • - Un ensemble de structures de époque moderne CONCLUSION A n n e x e 1 (Aspect administratif) FICHE SIGNALETIQUE Identité du site Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine Commune(s) : Bruz - N° INSEE : 35 047 Lieu-dit ou adresse : Pont-Réan « La Couperie » Cadastre année
  • . ANNEXE 1 Liberté • Egalité • RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION NàRi A.P. PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vilaine, Arrêté n° 2008-167 portant désignation du responsable scientifique de
  • culturelles est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera notifié au directeur de l'Institut national de recherches archéologiques préventives, à la mairie de Bruz ; Fait à Rennes, le 23 octobre 2008 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur
  • PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'IIIe-et-Vilaine, Prescriptions de diagnostic archéologique annexées à l'arrêté préfectoral numéro 2008-109 région : Bretagne département : I Ile-et-Vilaine commune : Bruz lieu-dit : Pont-Réan "La
  • site comportent notamment : son emprise, sa nature, sa datation, son état de conservation, sa profondeur d'enfouissement et son potentiel environnemental Fait à Rennes, le 13 juin 2008 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'ille et Vilaine, le directeur régional des
  • affaires culturelles, le conservateur régional de l'archéologie, Stéphane Deschamps R É P U B I R Q U E FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION REÇU LE PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'IIfe-et-Vîlaine, î 8 JUIN 2008
  • de Bruz Fait à Rennes, le 13 juin 2008 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur régional de l'archéologie, Stéphane Deschamps destinataires : société Viabilis INRAP copie à : mairie de
  • COUPERIE AVEC LA JESSICA », (Ille-et-Vilaine) Lotissement d'habitations « Résidence du Parc » Dates d'interventions : 05.01.09 - 09.01.09 N° de prescription : SRA 2008/109 N° INSEE des communes : 35 047 N° de projet INRAP : 2008- DA05028801 INRAP -Direction Interrégionale du Grand
  • . Laurent AUBRY Technicienne de fouille : Melle Jessica FREITAS Levé topographique : M. Vincent POMMIER Phase post-fouille Rédaction du RFO et mise en page : M. Laurent AUBRY DAO : Melle Jessica FREITAS Mise au net du levé topographique : M. Vincent POMMIER INTRODUCTION La campagne de
  • sondages archéologiques, réalisée sur les communes de BruzPont-Réan (Ille-et-Vilaine), sur l'emprise d'un projet de lotissement d'habitation situé au lieu-dit "la Couperie", s'est déroulée du 05/01/2009 au 09/01/2009. La mise en place de cette opération a été motivée par le contexte
  • géographique et archéologique particulièrement sensible du secteur. En effet, le terrain sur lequel s'est déroulé le diagnostic se situe d'une part à moins de 100 m de la rive gauche de la Vilaine et d'un point de franchissement de la voie gallo-romaine de Rennes (Ille-etVilaine) à Rieux
  • (Morbihan). D'autre part, nous sommes également en périphérie de sites et indices de sites archéologiques répertoriés dans le cadre de prospections pédestres et aériennes. Malgré la réalisation d'un maillage régulier de tranchées couvrant près de 11,50 % de l'emprise du projet immobilier
  • , nous avons uniquement mis au jour que des structures fossoyées modernes et contemporaines dont une partie est probablement associée à un manoir localisé en limite orientale de l'emprise diagnostiquée. Cette opération, f inancée par la Société Viabilis Aménagement, a été réalisée
  • "La Couperie", a conduit le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic sur la totalité des parcelles menacées par les futurs travaux. Le contexte topographique et géographique associé à un contexte archéologique particulièrement sensible, a motivé la
  • réalisation de cette opération. Celle-ci avait plusieurs objectifs. Le premier était de mettre en évidence et de caractériser au moyen de sondages mécaniques (tranchées et/ou vignettes) d'éventuels vestiges archéologiques. I l s'agissait également de déterminer la nature, l'étendue et le
  • (3,9km) et Bruz (4,5km). Ce bourg, ne forme pas une commune à part entière. Placé sous l'administration de Bruz et de ôuichen, Pont-Réan ne dispose pas du statut de commune. La Vilaine fait figure de frontière entre la partie administrée par (Suichen et celle administrée par Bruz. Les
  • terrains concernés par ce présent diagnostic sont localisés à 100 m au nord de la rive gauche de la Vilaine et à moins de 50 m à l'ouest de la R.D 577 (axe BruzGuichen). Fig. 1 Ils sont implantés en limite des basses et moyennes terrasses de la Vilaine, à des altitudes variant de 19 m
  • et 22 m N6F. Ils sont délimités à l'est par le bassin de la Seiche qui serpente à 1 km et au sud et à l'ouest par un vaste méandre formé par la Vilaine. La zone sud des parcelles étudiées est constituée de niveaux d'alluvions sablograveleuses grises misent en place sous un climat
  • périglaciaire. La partie nord du site est quand à elle composée d'altérites schisteuses plus ou moins argileuse. Ces deux niveau sont ensuite recouverts par des apports plus récents de limon sal de débordement, épais en moyenne de 0,20 m et dans lequel sont creusées les structures fossoyées
  • -et-Vilaine, ont permis de 1 LEROUX G., 1987 à 2004, programme de prospection inventaire du bassin oriental de la Vilaine qui touche le bassin de la Seiche. Extrait du plan cadastral informatisé de la commune de Bruz au 1/4000è. Ministère du budget, des comptes publics et de la
RAP02851_2.pdf (CHÂTEAULIN (29). penn ar roz : un site d'activité métallurgique protohistorique et antique. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CHÂTEAULIN (29). penn ar roz : un site d'activité métallurgique protohistorique et antique. rapport de fouille
  • et Les Glyorels 3 (Vivet 2007b). 6 Châteaulin – Penn ar Roz 2013 Ces sites sont répartis sur 4 régions : la région de Rance (Nord Ille et Vilaine), la région de Paimpont (Sud-est Ille et Vilaine), la région de Tourc’h (Sud Finistère) et la région de Morlaix (nord Finistère
  • Archéosciences UMR 6566 CReAAH) Le site de Penn ar Roz a livré une grande quantité de mobilier sidérurgique : des scories et des parois liées à la réduction du minerai de fer et des scories et des parois liées à la post-réduction. 1. La réduction 1.1. Problématique La fouille de Penn ar Roz
  • a mis au jour des vestiges sidérurgiques liés à la réduction du minerai de fer : des scories de réduction et de nombreux fragments de parois de four. La typologie des scories de réduction a été identifiée lors du diagnostic (Roy 2009). Ce sont des scories piégées à usage unique
  • supérieures souvent effondrées rend toute reconstitution délicate. Dans la plupart des sites fouillés, les matériaux de construction de la cheminée sont retrouvés effondrés à l’intérieur du four. Ils peuvent être pâteux et sans forme, limitant toute étude des fragments (Les Glyorels 1 et 2
  • . L’architecture des bas-fourneaux à scorie piégée est composée de deux principaux éléments : - - La cheminée est munie d’une ouverture sommitale (le gueulard) par laquelle sont introduites en alternance les charges de minerais et de charbon de bois. La partie basse de la cheminée dispose
  • – Penn ar Roz 2013 A l’issue de l’opération, la cheminée du bas-fourneau est détruite afin de récupérer la masse de fer (Dunikowski et Cabboi 2001). Tandis que la scorie reste figée dans le sol, où elle a refroidit et prit la forme de la fosse réceptacle. Fig. 1 : Schéma d’un bas
  • . Plusieurs échantillons ont été prélevés dans des bas-fourneaux F. 1046, F. 1047 et F. 1049. La structure F.1048 n’a pas fait l’objet de prélèvement de scories lors de la fouille. Mais le mobilier provenant de ces structures ont été étudiés dans le cadre du rapport de diagnostic. Par
  • ailleurs, des scories, de taille modeste, ont été mises au jour dans des trous de poteau. Tandis que Châteaulin – Penn ar Roz 2013 3 la scorie F. 4174 a été découverte dans un fossé. 1.3.2. Description morphologique et métrologie des scories de réduction Le taux de fragmentation
  • . Ces fragments de scories proviennent de la partie inférieure de culots de scories piégées. Fig. 2 : Fragments de scories piégées A gauche : fragments de scories massives avec de nombreux charbons (F. 1046 et 1049) A droite : extrémités de cordons, que l’on retrouve généralement en
  • permet donc d’appréhender les caractéristiques originelles d’un culot de scorie complet de Châteaulin : la forme, les dimensions et la masse. 4 Châteaulin – Penn ar Roz 2013 Fig. 3 : Fragment de culot de scorie piégée F. 4174, trouvé dans un fossé 1 : Face interne ; 2 : Face
  • cette opération, ainsi que les quantités de charbon de bois et de minerai de fer consommé. Lors de la fouille, la scorie présente dans la structure F. 1049 a été intégralement pesée. On sait donc que le poids minimum des scories de Châteaulin est de 200 kg minimum. La morphologie
  • montrent une scorie noire compacte, parfois agrémentée de quelques micro-vacuoles. Les cassures révèlent surtout la présence des très nombreuses empreintes et cavités liées à la présence de résidus de combustible. La scorie, à l’état liquide traverse la masse charbonneuse qui comble
  • l’intérieur de la cuve et de la fosse réceptacle. L’écoulement de la scorie emporte des charbons de bois et de bois qui ont laissé leurs empreintes lors du refroidissement de la scorie. Au moment de la fouille, ces résidus de combustible avaient pour la plupart disparu. 1.3.3. Les scories
  • varie de 60 à 90 cm, avec une moyenne de 80 cm. Ce diamètre est plus petit que le diamètre des scories rencontrées à Tourc’h (100 à 110 cm) et de Morlaix (120 cm), qui sont des sites datés de la fin de La Tène ancienne et de la moitié de La Tène moyenne. Néanmoins, les fourchettes de
  • datations radiocarbones sont larges et ces sites peuvent très bien être datés de La Tène moyenne plus que de La Tène ancienne. Lors du colloque de l’AFEAF de 2003, J.-B. Vivet a mis en rapport les données chronologiques et la taille des diamètres internes (Vivet 2007). Ce travail
  • livré un peu plus de scories (Les Glyorels 3 : 320 kg). La hauteur estimée des scories de Châteaulin est de 50 cm. C’est beaucoup plus que ce qui a été observé sur les scories de Tourc’h (20-30 cm), de Morlaix (40 cm) et de Paimpont (Les Glyorels 2 : 30 cm). De plus, cette différence
  • l’abondance de combustible emporté par l’écoulement de la scorie. Les scories découvertes à Paimpont, Tourc’h ou Morlaix présentent une structure plus compacte et beaucoup moins chargée en charbon de bois et en bois. Châteaulin – Penn ar Roz 2013 7 1.3.4. Caractéristiques de la partie
  • inférieure des bas-fourneaux Les scories piégées nous donnent des informations sur la fosse réceptacle. Cette fosse devait être creusée sur 50 cm de profondeur. Transversalement, elle était de forme cylindrique irrégulière, c’est-à-dire que le plan circulaire était un peu déformé et le
  • . 1.4. Les parois du bas-fourneaux 1.4.1. Inventaire du mobilier étudié Les sidérurgistes ont réutilisé des fosses de charbonnages en fosses dépotoirs, où ils ont rejeté les parois après la destruction du four. Trois lots de parois ont été découverts : Les lots F. 1044 et F. 1045
  • de four Les fragments de parois étudiés mesurent entre 10 cm et 60cm. Les fragments de parois ont subi une exposition à de fortes chaleurs combinées à la présence des minerais de fer en cours de réduction et du charbon de bois. On distingue deux faces principales : la face interne
RAP02322.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). rue de Callac, parcelle ah.13. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). rue de Callac, parcelle ah.13. rapport de diagnostic
  • COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Piéfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vllalne, Officier de ta Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite, ARRETE n° 2007 - 044 portant prescription de diagnostic archéologique VU le code du Patrimoine, notamment
  • - 32bis, rue des Martyrs, 29833 CARHAIX-PLOUGUER cedex et Madame Jocelyne CHABRIER, 10 rue Commandant Léandri, 75015 PARIS Fait à Rennes, le 27 juin 2007 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur
  • régional de l'archéologie, Stéphane Deschamps destinataires : - Jocelyne Chabrier - maîtres Garignon et Le Gohic -INRAP copie à - mairie de Carhaix-Plouguer - préfecture de région Librnr • égalité • Fraltrnflf REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
  • PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vilaine, Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite, Prescriptions de diagnostic archéologique Annexées à l'arrêté préfectoral numéro 2007-044 région : Bretagne
  • vestiges archéologiques (aqueduc et habitat) Sur la limite nord et nord-est de la parcelle sur les terrains cadastrés AH 14 et AH 167, le tracé de l'aqueduc romain sur pont a été attesté par prospection terrestre. Fait à Rennes, le 27 juin 2007 pour le Préfet de la région de Bretagne
  • - CARHAIX - PLOUGUER, rue de Callac 9 décembre 2007 -7 REÇU LE El UùÉrti • Égalité • Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 2 ! FEV. 2008 N RXR MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vflalne
  • préventives, à monsieur le maire de Carhaix-Plouguer (29) Fait à Rennes, le 15 février 2008 pour le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur régional de l'archéologie, Stéphane Deschamps destinataires
  • des secteurs sensibles de la commune de Carhaix-Plouguer. L'emprise du projet est localisé dans un environnement recelant des indices ou vestiges archéologiques (aqueduc et habitat). Sur la limite nord et nord-est de la parcelle sur les terrains cadastrés AH. 14 et AH. 167, le
  • tracé des l'aqueduc romain sur pont a été attesté par prospection terrestre. » CONTRAINTES TECHNIQUES - La limite entre les parcelles AH. 12 et AH. 13 n 'est pas matérialisée sur le terrain et aucun piquetage n 'a été réalisé avant notre intervention. ELEMENTS DU DIAGNOSTIC
  • Surface du projet d'aménagement : 2020 m Surface diagnostiquée : 2020 m2 Contexte géographique et géologique : Le terrain se situe sur le versant sud-est de la colline de Kerampest qui domine elle-même la ville de Carhaix au nord-est. A cet endroit, le substrat se compose de limon
  • nord-sud, il présente un décalage avec les axes habituels de la trame viaire de Vorgium et n'a fourni qu'un modeste fragment d'amphore type Dressel 2/4 découvert en surface du comblement. La structure n'a pu être étudiée plus précisément car elle a été rapidement noyée sous les
  • remontées de la nappe phréatique, fortement présente dans la partie basse de la parcelle. Par ailleurs, de nombreuses anomalies circulaires ou ovales ont été mises au jour sur l'ensemble du terrain. Leur comblement homogène de terre végétale brune et l'absence totale d'élément
  • radier lié au mortier jaune. La taille de la vignette de sondage aurait permis de dégager plusieurs piles si les vestiges d'un pont-aqueduc s'étaient trouvés à cet endroit. Documents administratifs Libitit • &ggW ' Fralûrnlti RÉPUBUQUH FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA
  • 2007 par Maîtres Catherine GARIGNON et Romuald Le GOHIC, Notaires associés, mandatés par la propriétaire Madame Jocelyne CHABRIER demandant en vertu des articles 10 et 12 du décret 2004-490 pris en application de la loi 2001-44 modifiée relative à l'archéologie préventive, la
  • évidence et de caractériser la nature, l'étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques éventuellement présents afin de déterminer le type de mesures dont ils doivent faire l'objet ; ARRETE Article 1er: Un diagnostic archéologique sera réalisé sur le terrain faisant
  • , Préfet d'Ille et Vilaine, le directeur régional des affaires culturelles, le conservateur régional de l'archéologie, Stéphane Deschamps destinataires copie à : Jocelyne Chabrier maîtres Garignon et Le Gohic INRAP mairie de Carhaix-Plouguer préfecture de région Page 2 sur 3
  • 4 METHODES ET TECHNIQUES ENVISAGEES Le diagnostic consistera dans la réalisation de tranchées de sondage d'environ 20m de long disposées en quinconce et régulièrement réparties sur l'ensemble du projet La surface sondée devra couvrir au moins 5% de l'emprise affectée par les
  • caractériser la nature et la chronologie des différentes entités archéologiques 5. VOLUME DES MOYENS PREVUS (en jours ouvrés) 51 Iranche ferme correspondant à la vérification de la présence ou de l'absence de vestiges : 5 1.1 Phase de terrain (incluant la pr éparation) : Encadrement : 5
  • correspondant à la caractéiisation des sites découverts : 5 2 1 Phase de tenain : Encadrement : 5 jours Technicien : 10 jours Topographe : 2 jouis 5 2 2 Phase de post-fouille : Encadrement : 5 joins Dessinateur : 5 jours Technicien : 5 jouis (traitement de la documentation et du mobilier
  • interrégionale Grand-Ouest : 37, rue du Bignon, CS 6773 7 35577 Cesson-Sévigné Cedex FICHE SIGNALETIQUE Département : Finistère Commune : Carhaix-Plouguer Lieu-dit ou adresse : Rue de Callac Cadastre : Année : Section(s) et parcelle(s) : AH. 13 Coordonnées Lambert : Zone : Abscisses