Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3930 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02195.pdf (OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à mez-notariou. rapport intermédiaire 2006 de fp 3 (2006-2008))
  • OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à mez-notariou. rapport intermédiaire 2006 de fp 3 (2006-2008)
  • , parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux
  • Néolithique. 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU Fig.2 En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, le site est implanté sur le flanc sud-ouest de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest
  • ait été modeste (guère au-delà de 30 m2). Un lot important de mobilier céramique est découvert. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France et de domaines nettement continentaux de l'Europe de
  • ces éléments. Un autre niveau révèle une association répétée de crânes d'agneaux et d'arrêtés centrales de poissons. Une patelle en bronze est également mise au jour sur le sol de cet espace particulier. L'importance de cet animal dans l'ensemble des vestiges à caractère rituel du
  • activités rituelles La fouille du secteur 5 découvre une très vaste lentille de sédiments du premier âge du Fer contenant de très abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère
  • de sanctuaire du second âge du Fer Le bouleversement, sans doute à la fin du Ve siècle après J.-C., ou au début du VIe, d'une vaste partie du secteur de fouille n°5, entraîne l'accumulation désordonnée d'un très riche mobilier osseux, céramique et métallique datant de toutes les
  • singulièrement l'intérêt de la publication, surtout si la fonction rituelle de cet ensemble se confirme. En revanche, il apparaît que les mobiliers et structures du Bronze final mises au jour relèvent davantage de préoccupations religieuses ou rituelles que de l'habitat proprement dit. Ces
  • assiste ces deux collaborateurs. - P. Méniel (C.N.R.S.) poursuit l'étude de la faune. Il intervient sur le site et contribue à la mise en place du protocole de fouille des dépôts d'ossements et de coquillages à caractère rituel. - B. Clavel (INRAP) prend en charge l'étude des très
  • . Trois mois doivent être réservés au travail de post-fouille. 3.4. LES RELATIONS PUBLIQUES 3.4.1. Les médias - Articles dans la presse régionale (Ouest-France, Le Télégramme, Armen) - Participation à l'élaboration d'un documentaire consacré à l'environnement naturel d'Ouessant par
  • dans la partie centrale du secteur. Deux grandes fosses (Us.222 et Us.229) comblées de mobilier à caractère rituel ont également été découvertes. En dépit du caractère tardif de bon nombre des objets, il a été suggéré que leur creusement a pu intervenir dès le Bronze moyen. Toute la
  • de la structure de pierres Us. 125 a exigé le décapage supplémentaire d'une bande de 50 m2 à l'est du secteur 5 (10 m du nord au sud et 5 m d'ouest en est). Ces travaux ont, en outre, nécessité de déplacement de l'abri de chantier et une réorganisation du réseau téléphonique
  • sédiments de cette zone de sanctuaire. - Que son axe est perpendiculaire à celui d'alignements de gros blocs de pierres mis au jour, en 1995, au-dessus du dépôt à caractère rituel du premier âge du Fer (Us. 146). A l'époque, une datation tardive avait été proposée (fin de l'Antiquité
  • type Ilb). Des structures à organisation (Us.47) ou dimensions analogues (Us.09) ont été mises au jour. L'Us.281 pourrait d'ailleurs avoir supporté la charpente d'un grenier autant que celle d'une habitation. Quelques tessons du premier âge du Fer mis au jour dans le trou S.4147
  • : soit à l'est du secteur 2 de fouille, soit au sud du secteur 3. 21 L'Us.287, vue d'ensemble vers le sud S.4153 : structure et fragment d'os mis au jour 2.2.3 La nébuleuse méridionale Nébuleuse de trous de poteaux au sud de la zone septentrionale de fouille Au sud de la zone de
  • et le Bronze final (Us. 17 et Us.07) semble, ici, réduite à sa plus simple expression (Us. 164/118). La couche Us.294, encore en cours de fouille, située au nord-est de la structure de pierres Us. 125 présente des similitudes avec les deux précédentes. Sa couleur gris beige varie
  • de l'homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l'âge du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de
  • centrale du site (Us. 16, secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granité, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l'existence d'une carrière est envisagée au nord de celui-ci. L'interface entre la couche Us. 16 et la
  • , épointée, était ajustée au trou de la dalle. Un tel système isolait les poteaux de l'humidité du sol et permettait à l'ensemble de la charpente de vriller durant les longues et violentes tempêtes de vent. Aucun plan complet d'édifice ne fut mis au jour mais il semble que leur superficie
  • l'Ouest. Le caractère exceptionnel et l'intérêt de tels vestiges sont évidents. 2.1.2.2. Un sanctuaire ? Un vaste dépôt d'os de mammifères (bétail), d'oiseaux et d'animaux marins (coquillages et poissons) est mis au jour (secteur 5). Le caractère rituel d'une telle accumulation est
  • domestiques parmi lesquels se glissent des poteries et des fragments de terres cuites (fours ou foyers détruits). La couche la plus spectaculaire (Us.246264) livre des ossements sélectionnés (épaules droites à l'ouest, épaules gauches à l'ouest) et un poignard en bronze déposé au coeur de
RAP02268.pdf (OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à mez notariou. rapport intermédiaire 2007 de fp 3 (2006-2008))
  • OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à mez notariou. rapport intermédiaire 2007 de fp 3 (2006-2008)
  • mêlent des céramiques fines de qualité. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère sélectif des ossements déjà perçu au Bronze moyen est confirmé, et même amplifié (70 à 80% des membres supérieurs droits chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la
  • NATUREL ET L'INSULARITÉ Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent, Ouessant
  • rapport à l'ensemble de l'île, le site est implanté sur le flanc sud-ouest de la colline Saint Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du précédent. Le
  • . Aucun plan complet d'édifice ne fut mis au jour mais il semble que leur superficie ait été modeste (guère au-delà de 30 m 2 ). Un lot important de mobilier céramique est découvert. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions
  • espace particulier. L'importance de cet animal dans l'ensemble des vestiges à caractère rituel du site engage à l'inscrire dans le processus sacré. Il semble bien que l'on se trouve-là en présence des vestiges d'un sanctuaire attaché au village décrit précédemment. 2.1.3. Un site du
  • consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'activités d'abattage suivies de banquets rituels. Les vestiges d'empierrement étendu, la base en pierres d'un petit édifice (Us.279) et un réseau de poteaux de palissade ont permis de suggérer l'existence d'un vaste espace
  • vers la partie septentrionale de l'île, l'autre, sablée, se dirigeant vers le port d'Arlan, au sud-est de l'île), confirment l'importance de MezNotariou à l'époque romaine. Même si aucune trace de construction et d'habitat n'est mise au jour, il faut admettre l'existence d'un site
  • assez complexe, hélas totalement érodé. La mise au jour et le début de la fouille, en 2006, d'une structure en pierres (Us. 125) semble compléter la panoplie des traces d'occupation romaine sur le site (sans qu'il soit possible d'attribuer une fonction à cette structure). Sans aller
  • dépôt d'ossements (avec poignard) accroît singulièrement l'intérêt de la publication, surtout si la fonction rituelle de cet ensemble se confirme. En revanche, il apparaît que les mobiliers et structures du Bronze final mises au jour relèvent davantage de préoccupations religieuses
  • opérations à caractère scientifique directement liées à la fouille du site de Mez-Notariou. - Un colloque International - Une exposition intitulée archéologiques à Mez-Notariou ». intitulé « Routes du monde et passages obligés ». « Ouessant au vent de l'Histoire ; 20 ans de fouilles 3
  • disposition de l'équipe, de même que le matériel de informatique et numérique nécessaire à la prise et au traitement des clichés. La commune d'Ouessant apporte également sa contribution : mise à disposition d'un mobile-home. 3.2. LES MOYENS HUMAINS ET SCIENTIFIQUES 3.2.1 L'encadrement La
  • (ainsi que la gestions financière de l'opération). - P. Méniel (C.N.R.S.) poursuit l'étude de la faune. Il intervient sur le site régulièrement et contribue à la mise en place du protocole de fouille des dépôts d'ossements et de coquillages à caractère rituel. - B. Clavel (INRAP
  • d'Ouessant - Le 6 août, le conseil municipal d'Ouessant est accueilli sur le site. - Publications grand public - Les religions antiques à Ouessant, article de J.-P. Le Bihan dans la revue « Armen », n° 160, septembre - octobre 2007 - Ouessant au vent de l'Histoire, 20 ans de
  • centrale du secteur. Deux grandes fosses (Us.222 et Us.229) comblées de mobilier à caractère rituel ont également été découvertes. En dépit du caractère tardif de bon nombre des objets, il a été suggéré que leur creusement a pu 14 intervenir dès le Bronze moyen. Toute la partie
  • naturel semblent indiquer l'existence d'une cuvette dans laquelle sont accumulées les pierres. Une datation à l'époque romaine a été proposée. Sans être plus précis, il semble difficile de l'écarter de l'accumulation permanente des vestiges à caractère rituel de ce secteur. La partie
  • fouiller les sédiments niveau par niveau, de mettre au jour les structures en creux avant de les fouiller. 4.2.3. La fouille de la structure de pierres Us.125 En dépit des critiques formulées à propos de l'excès de clichés présentés dans le rapport intermédiaire 2006, nous avons
  • Bronze moyen (cordons près de la lèvre), de l'époque romaine (terra-nigra) se mêlent à d'autres en céramique onctueuse, tessons beaucoup plus récents et attribuables au XV e siècle. Ces derniers sont mis au jour dans des niveaux suffisamment profonds pour ôter tout risque de pollution
  • inachevée. 2.1.1. La structure Us.309 Au sud du sondage, la terre végétale recouvre une plaque de terre grise à texture limoneuse. Fine à la périphérie, cette plaque s'épaissit ver son centre. La fouille, niveau par niveau, de ce sédiment fait apparaître, progressivement, un étalage de
  • pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de l'âge du Bronze. L'étendue du site est assez difficile à déterminer car aucun
  • indice immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant. - La zone fouillée et l'espace compris entre les sondages : 10 000 m 2 - Le prolongement évident des structures dans presque toutes les directions hors de la zone maîtrisée
RAP01689.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002
  • mobilier : - les poteries du Bronze mises au jour au cours de la fouille du secteur 5, - les perles et la céramique de la structure funéraire Us.68 (un doute subsiste à propos de la datation de cette sépulture à inhumation), - le mobilier lithique exhumé depuis le début des fouilles. 2
  • correspondant à l'habitat de cette période. Les caractères de la poterie sont analogues à ceux du mobilier du secteur 2 (Le Bihan et Roussot-Larroque, D.F.S., 1996-1998) : anses plates, décors digités, cordons près de la lèvre... 2.2. LE COLLIER ET LA CÉRAMIQUE DE LA STRUCTURE FUNÉRAIRE Us
  • Inventaire : 29 155 002 AP Carte I.G.N. : 1/25 000e, F. 11 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E, parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1 MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe
  • de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg septentrional qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du précédent (fig.3). Le sol du gisement archéologique descend donc en
  • nord du site depuis 1991 (secteur 2) est achevée depuis 1998. Le programme trisannuel 1996-1998 confirme la présence de structures d'habitat et de travail en place et en position stratigraphique identifiable. Un lot important de mobilier céramique est mis au jour. Il présente des
  • caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France et de domaines nettement continentaux. Le caractère exceptionnel et l'intérêt de tels vestiges sont évidents. La fouille d'une vaste dépression à vocation rituelle, creusée
  • chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'activités d'abattage rituel. La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du 1 er âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à cette fouille. En fait
  • le mobilier à caractère rituel du 1er âge du Fer évoqué précédemment, ces vestiges sont découverts dans la dépression gallo-romaine Us. 157. Des monnaies et du mobilier métallique accompagnent cet ensemble. L'hypothèse de transferts de dépôts et accumulations de ces mobiliers à
  • . Les vestiges d'époque gallo-romaine Le creusement, sans doute à la fin du IIIe s. ap. J.-C., ou au début du IVe, de la vaste dépression Us. 157, dans laquelle un abondant mobilier osseux, céramique et métallique antique se mêle à celui de périodes plus anciennes déjà citées
  • 1999, d'un tronçon de voie de qualité, se dirigeant vers le port d'Arlan, au sud-est de l'île, confirme l'importance de Mez-Notariou à l'époque romaine. 2.2. LE PROGRAMME DE PUBLICATION Les recherches ont donné lieu à la publication de nombreux articles, notes techniques, dans des
  • relatif sur cette partie du site. 2.3. LES ENFOUISSEMENTS ET TRANSFERTS DE SÉDIMENTS 2.3.1. Remplissage de la dépression Us.222 2.3.1.1. La nature des sédiments Fig. 15 à 22, 38 à 41, 43 et 49 Trois couches de sédiments peuvent être distingués au sein de la dépression Us.222 : il
  • , surtout, au trait vertical ou oblique réalisé à la baguette sur une pâte humide, constituent l'essentiel du lot. La rareté des cruches ou poteries à pâte beige ou rouge, de la céramique métallescente, des vases à paroi fine et des fragments d'amphores (même si ils sont plus nombreux
  • -romaine et à la phase des dépôts à caractère rituel Fig. 43 - Secteur 5, partie occidentale, phase 1 des dépôts à caractère rituel LI1I LII XLI XLII Lll XU XLII Fig. 45 - Secteur 5, partie occidentale, phase 3 des dépôts à caractère rituel lu XLI XLII Fig. 47 - Secteur 5
  • ) Dépôts de sédiments et de mobilier (phase 5) | | | Structures en creux Dépôt de sédiments sableux (phase 6) Empierrement (phase 6) Fig. 49 - Secteur 5, partie occidentale, superposition des phases de dépôts à caractère rituel 30O« Secteur 4 Secteur 3 Voie Secteur 6 Bronze
  • demander si la structure funéraire Us.76, mise au jour à l'est du secteur 2, ne date pas du Bronze final (fig.64), tout autant que l'ébauche d'une troisième (S. 3252). 2.3. LE MOBILIER LITfflQUE Voir annexe : rapport de J. Roussot-Larroque 2.4. CONCLUSION L'étude du mobilier des phases
  • les plus anciennes du site et des âges du Bronze progresse. Couplée aux réflexions concernant les structures en place, elle incite à réaliser quelques recherches complémentaires de terrain afin de mieux comprendre la mise en place du site du Néolithique au Bronze final. Ch. 4
  • nettement confirmée. Ce site atteint 150 m m de longueur d'est en ouest. L'extraction de sable arénitique et de pierres a dû se poursuivre au nord du site à cette époque. La liaison et la continuité entre les structures de la fin du Néolithique et celles du Bronze ancien restent à
  • définir. 1.1.3. Age du Bronze final Une structure funéraire importante est identifiée. Peut-être faut-il en ajouter une ou deux autres et envisager l'existence d'une véritable nécropole tumulaire au pied de la colline Saint-Michel. Il s'agit d'un élément tout à fait nouveau qui réduit
  • avec les dépôts secondaires à caractère rituel du secteur 5 n'est pas établi. 1.1.5. Second âge du Fer Les fragments de poterie mis au jour dans le secteur 5 confirment les hypothèses antérieures concernant l'existence d'une accumulation de mobilier à vocation cultuelle. 1.1.6
  • . Époque romaine L'abondance de mobilier gallo-romain exhumé dans le secteur 5, le creusement à une époque assez basse (entre la fin du IIe et le début du IVe s. ap. J.-C.) de plusieurs dépressions conservant du mobilier à caractère rituel et témoignant d'activités métallurgiques
RAP02596.pdf (OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011)
  • OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011
  • des activités à caractères rituels, ainsi que les correspondances entre les mobiliers métalliques, 8 céramiques et les datations radiocarbones, livrent une vision cohérente de l'ensemble. Et confirment le passage très franc et certainement extrêmement rapide entre des structures
  • du site purent être rédigés et établis dès l'hiver 2005 - 2006. Ils permirent d'asseoir la stratigraphie et des correspondances entre les secteurs d'habitat et de structures à caractères rituels et donc de proposer à Madame Roussot-Larroque un premier schéma chronologique pour le
  • régulièrement et contribue à la mise en place du protocole de fouille des dépôts d'ossements et de coquillages à caractère rituel. - Jean-François Villard (INRAP/CRAF) étudie la céramique et les terres cuites. - Benoît Clavel (INRAP puis CNRS) prend en charge l'étude des très nombreux restes
  • Inventaire : 29 155 002 AP Carte I.G.N. :l/25 000 e , F. 11 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E, parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. MILIEU NATUREL ET INSULARITÉ (fig. 3) Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe
  • végétation d'herbes et d'arbustes proche de celle d'aujourd'hui. 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU (fig. 3) En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, sur le flanc sudouest de la colline Saint-Michel, le site est implanté sur un replat délimité au sud par le vigoureux
  • à caractère Bronze ancien finissant et un faciès très caractéristique d'un milieu Bronze final I de type continental ; ceci dans une fourchette chronologique allant, grosso-modo, de la fin du XVI e siècle au XIII e siècle avant J.-C. (Le Bihan, Villard, publication en cours et
  • d'animaux marins (coquillages et poissons) est mis au jour (secteur 5). Le caractère rituel d'une telle accumulation est confirmé, notamment grâce aux sélections osseuses pratiquées et aux associations à du matériel métallique de prestige (en place ou dans les couches de destruction
  • vestiges à caractères rituels du site engage à l'inscrire dans un processus de sacralisation. Il semble bien que l'on se trouve-là en présence des vestiges d'une zone à laquelle on peut risquer le qualificatif d'espace sacré, espace attaché au village décrit précédemment. Il convient
  • à caractère Bronze ancien finissant et un faciès très caractéristique des milieux Bronze final I évoqué précédemment. Le lot de mobilier céramique découvert est très important. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions
  • abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère sélectif des ossements, déjà perçu au Bronze moyen, est confirmé, et même amplifié (70 à 80% des membres supérieurs droits chez les
  • mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un espace sacré ou, tout au moins, d'une zone d'abattage suivi de banquets rituels. Les vestiges d'un vaste empierrement, la base en pierres d'un petit édifice (Us.279) et un réseau de poteaux de palissade ont permis
  • d'Ouessant - Mez-Notariou fut élaboré en fin de programme de fouille trisannuel 1996-1998 et mis en œuvre à partir de 1999. 2.2.2.1 L'état du programme - La rédaction d'une collection d'ouvrages intitulée " Archéologie d'une l'île à la pointe de l'Europe " publiée sous la direction de
  • , poteries issues de la couche Us. 355 Sous la terre végétale apparaît une couche de sédiments à caractère limoneux, bruns rouge et de texture très fine. Cette strate, épaisse de 0,20 à 0,30 m du nord au sud rappelle et prolonge, par sa nature et par sa position stratigraphique, la
  • une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent, Ouessant possède un caractère insulaire fort. Il faut toutefois tenir compte du niveau de la mer et du
  • cette occupation humaine, en particulier au cours de l'âge du Bronze. L'étendue du site est assez difficile à déterminer car aucun indice immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant. - La zone fouillée et l'espace compris
  • néolithique apparaît au cœur de l'épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du site (Us. 16, secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granité, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l'existence d'une carrière est
  • envisagée au nord de celui-ci. L'interface entre la couche Us. 16 et la couche supérieure (Us.07), accumulée dès l'âge du Bronze moyen, livre de nombreux éclats de silex et des galets de faible diamètre (3 à 5 cm). D'autre part, des milliers d'éclats ou de petits outils de silex ainsi
  • de nord-est. Il reste à déterminer dans quelle mesure il s'appuyait davantage sur les pentes de la colline. Des restes de bâtiments sont mis au jour (habitats, ateliers). Certaines fondations, classiques, sont constituées de trous de poteaux de dimensions modestes. D'autres, plus
  • originales, incluent des dalles perforées dans des réseaux de sablières basses. Ces dalles reçoivent des pieds de poteaux porteurs dont la base, épointée, était ajustée au trou de la dalle. Un tel système isolait les poteaux de l'humidité du sol et permettait à l'ensemble de la charpente
  • également de réfléchir à des fonctions religieuses liées aux habitants du village mais peut-être également à des individus étrangers à l'île : des navigateurs par exemple. 2.1.2.3. Un site d'importance majeure Les étroites correspondances chronologiques entre la zone d'habitat et celle
RAP01622.pdf (OUESSANT (29). le site archéologique de mez notariou. rapport de fouille)
  • OUESSANT (29). le site archéologique de mez notariou. rapport de fouille
  • Bretagne, l'île d'Ouessant occupe naturellement une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent, Ouessant possède un caractère insulaire fort. Il faut
  • l'importance des trouvailles de silex au sein de la couche Us.07 : 50 éclats répartis sur 1000 ans.... Faut-il, dans ces conditions, évoquer la présence d'un habitat néolithique final à MezNotariou, ou même son spectre ! Au vu des structures en place, la réponse doit être négative. En
  • l'ensemble de l'île, le site est implanté sur le flanc sud-ouest de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg septentrional qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du précédent. Le
  • mobilier céramique est mis au jour puis étudié par J. Roussot-Larroque. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France et de domaines nettement continentaux. Le caractère exceptionnel et l'intérêt de
  • auxquels se mêlent des céramiques fines de grande qualité est mise au jour depuis 1995. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Au caractère sélectif du mobilier de terre cuite s'ajoute celui des ossements. Les sélections d'ossements d'animaux permettent à P. Meniel, chargé
  • de leur étude, d'avancer l'hypothèse de dépôts de sanctuaire à propos de cette partie du site (J.-P. Le Bihan, rapport intermédiaire 1998). Enfin, les limites du village du 1er âge du Fer demeurent inconnues. Depuis 1994, la mise au jour de structures linéaires avec talus et aire
  • premier tome s'attache à présenter l'île d'Ouessant et le site de Mez-Notariou dans leur cadre géographique et historique. L'histoire des programmes et les méthodes de fouille particulières développées au cours de l'étude font l'objet d'un chapitre important. Sont enfin décrites les
  • pierres, non plus qu'au sein des limons Us. 16 qui le recouvrent. En revanche, le mobilier et la nature des dépôts mis au jour au-dessus du lit de pierres et de la couche le limons Us. 16 incitent à dater cet épisode de la vie du site d'une phase indéterminée de l'époque néolithique
  • d'activités humaines plus prégnantes et, éventuellement, très proches de la zone actuellement fouillée. 1.2 L'INTERFACE ENTRE LES SEDIMENTS US 16 ET Us.07 1.2.1. Présentation - description Cl.5 à 8 ; fig.9. A la base de la couche de terre limoneuse Us.07, au sein de laquelle une
  • centaines de pièces découvertes réemployées en calage de poteaux et en empierrement de rue dans le village du 1er âge du Fer (Le Bihan, D.F.S., 1992 à 1998). Au même niveau, au sein de la même couche, des pierres étroitement rassemblées font penser, par leur allure et par leur
  • . Il faut laisser une porte ouverte à d'autres datations, tout au moins pour leur dépôt. 1.3.3. Interprétation Si la proposition de lectures de la structure en pierres S.3657 est satisfaisante, il y a tout lieu de penser que nous sommes en présence des prolongements méridionaux de
  • -Michel. Sur l'île d'Ouessant, ces dépôts résiduels résultent, sans doute, des processus éoliens qui, au cours des périodes froides du Quaternaire, ont accumulé au pied des plateaux du nord de la Bretagne, sous la forme d'une couverture loessique et limoneuse, les matériaux érodés sur
  • certain nombre d'éléments lithiques attribués au Néolithique et des particules de charbons de bois sont visibles au sein du dépôt ; enfin, l'épaisseur des limons est recoupée par les structures du village de l'âge du Fer. Ces différents éléments permettent de définir la période de mise
  • -organiques au sommet du paléosol (Us.07 et Us. 16) provenant du pacage ou de l'amendement des champs et, d'autre part, à la présence de charbons fins pouvant provenir de brûlis. - les Us.07 et Us. 16 présentent, quant à elles, des caractères communs. Ces deux niveaux sont plus clairs
  • périodes anciennes. Cela ne signifie pas qu'ils n'existaient pas. En revanche il faut constater que les défrichements de l'île ont été précoces et très avancés dès le Néolithique. 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU 1.2.1. La topographie Fig.3. En position relativement centrale par rapport à
  • sol du gisement archéologique descend donc en pente douce vers le sud, sud-ouest. L'assiette du site correspond à un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud, au pied d'une croupe de roches granitiques. Ceci explique la formation du replat par
  • , identifiées et fouillées à partir de 1991. En 1998, la fouille de la zone nord-ouest du secteur 2, pratiquement achevée, confirme la présence de structures, certes très endommagées et de faible étendue nord-sud, mais en place et en position stratigraphique identifiable. Un lot important de
  • (publication en cours). L'occupation du village débute au VIIIe siècle et s'achève vers 450 av. J.-C. La fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthonormé et complet de l'espace, se fait dans un horizon proche de l'extrême fin de
  • mobilier, principalement des poteries. La complexité et la nouveauté des questions posées par ce dernier exigent en effet une reprise du travail de J.-Y. Robic (D E.A, 1991) et l'étude des lots importants de céramiques mises au jour depuis 1995 dans les dépôts de sanctuaire. Un ouvrage
  • ne constituera que le second tome de la collection, en étroite collaboration avec J. Roussot-Larroque. 2.2.2. La fouille de contrôle de 1999 Trois objectifs précis furent assignés à l'équipe au cours de la campagne 1999 (fig.5). - Etude de la dynamique de mise en place du substrat
RAP01926.pdf (OUESSANT (29). vestiges antiques et de l'âge du bronze : rapport intermédiaire de fouille programmée)
  • OUESSANT (29). vestiges antiques et de l'âge du bronze : rapport intermédiaire de fouille programmée
  • présence de structures d'habitat et de travail en place et en position stratigraphique identifiable. Un lot important de mobilier céramique est mis au jour. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France
  • du secteur 5, en particulier celle du dépôt à caractère rituel du Bronze moyen (Us.238), représente l'objectif essentiel de la campagne 2003. Toutefois, d'autres structures de même époque, ou légèrement plus anciennes, sont mises en évidence. 1. LES TROUS DE POTEAUX DU BRONZE
  • 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. e 1.1. MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe naturellement une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de
  • le Néolithique. 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU Fig.3 En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, le site est implanté sur le flanc sud-ouest de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en ouest
  • dépôt d'os de mammifères (bétail), d'oiseaux et d'animaux marins (coquillages et poissons). Le caractère rituel d'une telle accumulation est envisagé à cause de la présence d'un poignard en bronze soigneusement déposé et par une éventuelle sélection des os des mammifères. 2.1.3. Un
  • caractère rituel du premier âge du Fer évoqué précédemment, ces vestiges sont découverts dans la dépression gallo-romaine Us. 157. Des monnaies et du mobilier métallique accompagnent cet ensemble. L'hypothèse de transferts tardifs de dépôts et d'accumulations de ces mobiliers à partir de
  • ), évoque des activités liées à un sanctuaire. e e La découverte sporadique, mais constante, de tessons antiques et surtout celle de deux tronçons de voies (l'une en pierre se dirigeant vers la partie septentrionale de l'île, l'autre se dirigeant vers le port d'Arlan, au sud-est de
  • : - La fouille du très riche dépôt de l'âge du Bronze moyen Us.238 et vérifier son éventuel caractère rituel. - le prélèvement de l'abondant et riche mobilier contenu dans le fond des fosses Us.222 et 229 au nord du secteur et, dans sa partie sud, celui des dépôts gallo-romains. Cela
  • antiques, . du mobilier céramique du premier âge du Fer de l'ensemble du village, . de la faune du premier âge du Fer, . des mobiliers archéologiques céramiques et organiques de la Tène et de l'époque gallo-romaine, c'est la mise au jour de pratiques rituelles d'un type exceptionnel
  • mise en place du protocole de fouille des dépôts d'ossements et de coquillages à caractère rituel. marins. - B. C lavel ( INRAP) p rend e n c harge l'étude d es t rès n ombreux r estes d e p oissons - J.-Y. Robic, auteur d'un D.E.A. sur le mobilier céramique du village du premier
  • , s'applique à la vaste fosse d'environ 250 m recoupée par ce secteur de fouille n°5 et mise au jour entre 1996 et 1998. Il est alors admis que ces sédiments, concentrés dans une seule fosse, appartiennent à des vestiges d'activités rituelles datables du 1 âge du Fer à l'époque romaine (cf
  • coquilles de patelles (Us.226). Une structure en cuvette sédimentaire agrémentée d'un phénomène auréoles périphériques (au sud-est) semblait alors correspondre à ce dépôt primaire dont la partie centrale (vers le nord-ouest) aurait été arrachée par les Gallo-romains. Des couches plus
  • cm d'épaisseur, brutalement interrompue à l'est. L'horizon Us.266 est un lit d'os de mammifères mis au jour entre l'Us.264 et l'Us.252. Ce lit s'interrompt vers l'est selon la limite orientale de l'Us.252. Une seule et même structure est envisageable. Les os de l'Us.266 reposent
  • AIGUILLES D'OURSINS 3.5. LA COUCHE DE SEDIMENTS Us.264 3.6. LA COUCHE DE TERRE OSSEMENTS ET POTERIES Us.244 3.7. LA COUCHE DE COQUILLAGES Us.263 3.8. LA PLAQUE DE TERRE Us.262 3.9. LE LIT DE COQUILLAGE Us.247 3.10. LA SELECTION OSSEUSE AU SEIN DU DÉPÔT Us.238 3.11. CONCLUSION A PROPOS
  • de l'homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l'âge du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de
  • , secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granité, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l'existence d'une carrière est envisagée au nord de celui-ci. L'interface entre la couche Us. 16 et la couche supérieure (Us.07
  • et de domaines nettement continentaux de l'Europe de l'Ouest. Le caractère exceptionnel et l'intérêt de tels vestiges sont évidents. La fouille d'un vaste secteur occidental du site (secteur 5) met en évidence un prolongement des installations du Bronze ancien et moyen au nord
  • -ouest du site (secteur 5). Cela porte la longueur est-ouest de ces aménagements anciens à près de 150 m. Deux types de vestiges sont mis au jour : - des restes de construction et d'architecture (trous de poteaux, alignements de pierres plates évoquant des substructions). - un vaste
  • . L'état d e conservation d e c e m obilier est e xcellent. Le c aractère s électif d es o ssements e st assuré (70 à 80% des membres supérieurs droits chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'activités
  • d'abattage rituel. La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du 1er âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à cette fouille. En fait, l'absence de fouille de site régional de référence se fait cruellement sentir, en particulier pour dater le mobilier avec précision
RAP02385.pdf (OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à Mez-Notariou. rapport final d'opération programmée 2006-2008)
  • OUESSANT (29). vestiges protohistoriques et antiques découverts à Mez-Notariou. rapport final d'opération programmée 2006-2008
  • . MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent
  • centrale par rapport à l'ensemble de l'île, sur le flanc sudouest de la colline Saint-Michel, le site est implanté sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du
  • révèle une association répétée de crâne d'agneau et d'arête centrale de bar. Une patelle en bronze est également mise au jour sur le sol de cet espace particulier. L'importance de cet animal dans l'ensemble des vestiges à caractère rituel du site engage à l'inscrire dans le processus
  • abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère sélectif des ossements déjà perçu au Bronze moyen est confirmé, et même amplifié (70 à 80% des membres supérieurs droits chez les
  • mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'une zone d'abattage suivi de banquets rituels. Les vestiges d'empierrement étendu, la base en pierres d'un petit édifice (Us.279) et un réseau de poteaux de palissade ont permis de
  • publication exhaustive des résultats des fouilles archéologiques d'Ouessant - Mez-Notariou fut élaboré en fin de programme de fouille trisannuel 1996-1998 et mis en œuvre en 1999. La rédaction d'une collection d'ouvrages intitulée "Archéologie d'une l'île à la pointe de l'Europe " publiée
  • (avec poignard) accroît singulièrement l'intérêt de la publication, surtout si la fonction rituelle de cet ensemble se confirme. En revanche, i l apparaît que les mobiliers et structures du Bronze final mises au jour relèvent davantage de préoccupations religieuses ou rituelles que
  • . - Une exposition intitulée « Ouessant au vent de l'Histoire ; 20 ans de fouilles archéologiques à Mez-Notariou ». Elle sera l'occasion de faire une présentation de l'essentiel du mobilier et des structures d'habitat mis au jour sur le site, de reprendre la réflexion au sujet de ces
  • d'élus du Conseil général, du maire d'Ouessant - Le 6 août, le conseil municipal d'Ouessant est accueilli sur le site. - Publications grand public - Les religions antiques à Ouessant, article de J.-P. Le Bihan dans la revue « Armen », n°160, septembre - octobre 2007 - Ouessant au
  • Fer. Ils se situent dans la partie centrale du secteur. Deux grandes fosses (Us.222 et Us.229) comblées de mobilier à caractère rituel ont également été découvertes. En dépit du caractère tardif de bon nombre des objets, i l a été suggéré que leur creusement a pu intervenir dès le
  • pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de l'âge du Bronze. L'étendue du site est assez difficile à déterminer car aucun
  • indice immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant. 2 - La zone fouillée et l'espace compris entre les sondages : 10 000 m . - Le prolongement évident des structures dans presque toutes les directions hors de la zone maîtrisée
  • granité, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l'existence d'une carrière est envisagée au nord de celui-ci. L'interface entre la couche Us. 16 et la couche supérieure (Us.07), accumulée dès l'âge du Bronze moyen, livre de nombreux
  • dalle. Un tel système isolait les poteaux de l'humidité du sol et permettait à l'ensemble de la charpente de vriller durant les longues et violentes tempêtes de vent. Aucun plan complet d'édifice ne fut mis au jour mais il semble que leur superficie ait été modeste (guère au-delà de
  • 30 m ). 2 Un lot important de mobilier céramique est découvert. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France et de domaines nettement continentaux de l'Europe de l'Ouest. Le caractère
  • exceptionnel et l'intérêt de tels vestiges sont évidents. 2.1.2.2. Un sanctuaire ? Un vaste dépôt d'os de mammifères (bétail), d'oiseaux et d'animaux marins (coquillages et poissons) est mis au jour (secteur 5). Le caractère rituel d'une telle accumulation est envisagé. Un sol damé, creusé
  • glissent des poteries et des restes de terres cuites (fours ou foyers détruits). La couche la plus spectaculaire (Us.246-264) livre des ossements sélectionnés (épaules droites à l'ouest, épaules gauches à l'est) et un poignard en bronze déposé au coeur de ces éléments. Un autre niveau
  • sacré. Il semble bien que l'on se trouve-là en présence des vestiges d'un sanctuaire attaché au village décrit précédemment. Il convient également de réfléchir à des fonctions religieuses liées aux habitants du village mais à des individus étrangers à l'île : des navigateurs par
  • comme le résultat d'une adaptation à un territoire clairement défini par la nature et l'insularité (Le Bihan, Villard, 2001). 2.1.4.2. Un espace à activités rituelles La fouille du secteur 5 découvre une très vaste lentille de sédiments du Premier âge du Fer contenant de très
  • suggérer l'existence d'un vaste espace réservé à ces activités rituelles, ceci à l'ouest de la zone d'habitat groupé (Le Bihan, 2005, D.F.S.). La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du Premier âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à tous ces vestiges. L'absence
RAP02781.pdf (OUESSANT (29). mez notariou : fondations de bâtiments du premier âge du fer. rapport intermédiaire de fouille programmée)
  • OUESSANT (29). mez notariou : fondations de bâtiments du premier âge du fer. rapport intermédiaire de fouille programmée
  • . activités à caractères rituels, ainsi que Le lot de mobilier céramique découvert est important. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France du sud-ouest et du sud-est, mais aussi de domaines
  • 400 habitants), se dote aussi des structures artisanales de la zone septentrionale et qu'apparaissent les mobiliers importés (ambre et lignite). Il faudra vérifier que les grands dépôts à caractères rituels du secteur 5 (Us. 146) se rattachent bien à la période tardive du village
  • d'Ouessant occupe une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent, Ouessant possède un caractère insulaire fort. Il faut toutefois tenir compte du niveau de la
  • d'édifice ne fut mis au jour mais il semble que leur superficie était modeste (guère au-delà de 30 m2). - au Un sanctuaire ? À l'ouest du site, un vaste dépôt d'os de mammifères (bétail), d'oiseaux et d'animaux (coquillages et poissons) est mis au jour (secteur 5). Le caractère rituel
  • répétée d'un crâne d'agneau à une arête centrale de bar. Une patelle en bronze est également mise au jour sur le sol de cet espace particulier. L'importance de cet animal dans l'ensemble des vestiges à caractères rituels du site engage à l'inscrire dans le processus sacré partiellement
  • habitants du village mais aussi à des individus étrangers à l'île : des navigateurs par exemple. on - Un site d'importance majeure Les étroites correspondances chronologiques entre la zone d'habitat et celle des les correspondances entre les mobiliers métalliques, céramiques et les
  • .-C., le débat a eu lieu ailleurs et la question de la datation des dernières haches à douille demeure d'actualité (impossible de placer celles de Mez-Notariou dans une séquence chronologique propre au site). structures d'habitat En revanche, se profile l'idée selon laquelle, à
  • laquelle, le modèle social du Bronze final III était toujours présent. Cela pose le problème général de la nature du Premier âge du Fer dans nos régions. 2.1.2.2. Un espace à activités rituelles A l'ouest du site, au-dessus des dépôts du Bronze moyen-final 1, la fouille du secteur
  • au Bronze moyen est confirmé, et même amplifié (70 à 80% des membres supérieurs droits chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, minimum, d'une zone d'abattage suivi de banquets rituels. Des vestiges d'empierrement, la en
  • pierres d'un petit édifice (Us. 279) et un réseau de poteaux de palissade, ont permis de suggérer l'existence d'un vaste espace réservé à ces activités rituelles, ceci à l'ouest de la zone d'habitat groupé (Le Bihan, 2005, DFS). au base donne La méconnaissance de l'histoire et des
  • . Le bouleversement du site, d'abord au début de l'époque romaine, puis à la fin du Ve siècle après J.-C. ou au début du VIe, d'une vaste partie du secteur de fouille n° 5, la zone d'activités cultuelles, entraîne l'accumulation désordonnée d'un très riche mobilier osseux, céramique
  • et métallique datant de toutes les périodes du Bronze moyen à la fin de l'Antiquité. Le Second âge du Fer est alors représenté par un abondant lot de céramiques de belle qualité mais très fragmentées et ayant subi les bris de nature rituelle. Des monnaies et du mobilier métallique
  • lequel la composante religieuse est sans doute importante. L'hypothèse de la base d'un fanum est posée à la suite de la fouille de la plate-forme de pierres Us. 125 à l'est du secteur 5. Il a été suggéré que des travaux liés à ces aménagements à caractères rituels ont pu s'étendre
  • compléter les observations publiées en 2001 (Le Bihan, Villard, 2001). ont entraîné des modifications de au cours ce Il s'agira donc, en 2012, d'achever la fouille fine des structures Us. 372 et Us. 03 qui correspondent à des empilements de fondations d'édifices durant une période
  • réflexion à l'évolution générale de l'Ouest de la Gaule durant cette période. - âge du Fer, en Un tome 4 consacré aux activités à caractères rituels et s'étendant de l'âge du Bronze moyen à la fin de - aux problèmes religieux l'époque gallo-romaine. 3. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE
  • NOUVELLES APPROCHES La localisation et l'accumulation des structures découvertes en 2009 et les datations avancées pour les vestiges situés au nord et à l'est du 2010, ainsi que site, permettent de reconsidérer l'ensemble de l'organisation du village du Premier âge du Fer
  • village à la limite entre le Bronze final III et le début du Premier âge du Fer. du Premier L'histoire du au sein de la village se pose alors en terme d'évolution et, éventuellement, de rupture période du Premier âge du Fer. 4.2. UNE AUTRE LECTURE ET DES RECHERCHES RENOUVELÉES
  • période avancée de La Tène. Ces lots - se rattacheraient à des Un lot ancien traditions des (tableau 1, lot A), rattaché aux bâtiments à fondations profondes et céramiques du Bronze final III se prolongeant au Hallstatt C. 21 aux Lot B : poteries issues de la zone à
  • (tableau 2, lot B), mis au jour dans la zone d'activités rituelles (Us. particulier) et parmi les bâtiments à fondations légères de l'habitat, rattaché 146 et Us. 150 au en Hallstatt D. Un lot plus récent (tableau 3, lot C) correspondant au stade final du Premier âge du Fer et à une
  • période basse du Hallstatt D : il s'agirait des poteries découvertes en 2010 - encore à l'est du secteur 1. Un lot de céramique assure la transition Hallstatt D et La Tène ancienne (tableau 4, D). Il s'agirait des notamment les poteries mises au jour en 2008 dans le secteur 8A, des
RAP02009.pdf (OUESSANT (29). vestiges antiques et de l'âge du bronze à mez-notaroiu. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005))
  • OUESSANT (29). vestiges antiques et de l'âge du bronze à mez-notaroiu. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005)
  • est représentée par un abondant lot de céramiques de belle qualité mais très fragmentées. Le mobilier à caractère rituel du premier âge du Fer évoqué précédemment, ces vestiges sont découverts au-dessus la lentille du premier âge du Fer Us. 166 et parmi les vestiges de la vaste
  • dépôts romains à caractère cultuel dans leur partie méridionale et en achever la fouille. Au-delà de la fouille et de la découverte : . du riche mobilier des âges du Bronze ancien, moyen et final qui ne cesse d'apparaître parmi les vestiges antiques, . du mobilier céramique du premier
  • : 1974, Section E, parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à
  • d'aujourd'hui dès le Néolithique. 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU Fig.3 En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, le site est implanté sur le flanc sud-ouest de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en
  • place et en position stratigraphique identifiable. Un lot important de mobilier céramique est mis au jour. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France et de domaines nettement continentaux et
  • mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'activités d'abattage rituel. La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du premier âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à cette fouille. En fait, l'absence de
  • de l'île, l'autre sablée se dirigeant vers le port d'Arlan, au sud-est de l'île), confirment l'importance de MezNotariou à l'époque romaine. 2.2 LE PROJET TRISANNUEL Le programme trisannuel en cours est mis sur pied pour la période 2003-2005. Comme les précédents, il poursuit un
  • creusée à multiples reprises de l'âge du Bronze à l'époque gallo-romaine. Il faut achever : - la fouille du très riche dépôt de l'âge du Bronze moyen Us.238 et vérifier son éventuel caractère rituel, - le prélèvement de l'abondant et riche mobilier contenu dans le fond des fosses Us
  • âge du Fer de l'ensemble du village, . de la faune du premier âge du Fer, . des mobiliers archéologiques céramiques et organiques de La Tène et de l'époque gallo-romaine, c'est la mise au jour de pratiques rituelles d'un type exceptionnel (fondées sur la sélection des ossements
  • poteaux. Cela porte à plus de 3000 m2 la superficie occupée par le site de cette époque ancienne. La découverte, en fin 2001, puis la fouille largement entamée d'un vaste dépôt à vocation rituelle d'ossements de bétail, de mobilier céramique, lithique et métallique (poignard, rasoir et
  • intervient sur le site régulièrement et contribue à la mise en place du protocole de fouille des dépôts d'ossements et de coquillages à caractère rituel. - B. Clavel (INRAP) prend en charge l'étude des très nombreux restes de poissons marins. - J.-Y. Robic, auteur d'un D.E.A. sur le
  • poteries et les restes de poissons (Us.244) s'interrompent brutalement et s'appuient sur la couche de terre fine plus ancienne dont l'appartenance à la structure restera à discuter (Us.245). - Au nord, les couches contenant des amas de coquillages ou d'ossements de poissons ou d'animaux
  • sensiblement parallèle au front de taille du sol naturel mais aussi aux pierres des Us.258-257. 22 Us.245 : vue d'ensemble et détail 3.2. MOBILIER Un assez abondant mobilier céramique est mis au jour dans la couche Us.245. 359 tessons sont comptabilisés. D'importants fragments de vases à
  • arêtes. 7.3. DATATION - INTERPRETATION Datée du bronze moyen, la couche de terre argileuse Us.270 est interprétée comme le sol ayant reçu la couche de débris animaux Us.267. 8. LE DÉPÔT Us.267 8.1. NATURE ET STRUCTURE Epaisse de 3 à 5 cm, la couche de sédiments Us.267 apparaît au
  • nord-ouest de l'Us.238 est constituée d'éléments de terre (Us.242/234) et de structures de pierres difficiles à distinguer les unes des autres Nord de l'Us.238 : au 1er plan à gauche, empreintes des dalles de l'Us.227 dans les limons Us.242/234 ; à droite, pierres de la structure S
  • fonction particulière à ces terres. Elles traduisent simplement l'accumulation progressive des sédiments au sein de l'Us.238. 10.2 LES STRUCTURES DE PIERRES (fig.16) De nombreuses
  • 11.3. FONCTION : UNE FONCTION RELIGIEUSE AVEREE AU CŒUR D'UN SANCTUAIRE CH.3. LES VESTIGES DE LA ZONE SUD : VESTIGES ANTIQUES ET HABITAT DU BRONZE MOYEN 1. LES COUCHES SUPERFICIELLES 4 1.1. L'Us.116 1.2. L'Us.115 1.3. CONCLUSION 2. LA COUCHE ROMAINE Us.233 2.1. LA STRUCTURE 2.2
  • de l'ouvrage consacré au site des origines à la fin de l'âge du Bronze Ch.l INTRODUCTION 1. SITUATION Fig.l et 2 Département : Finistère Commune : Ouessant Lieu-dit : Mez-Notariou Programme : H. 15 Inventaire : 29 155 002 AP Carte I.G.N. :l/25 000e, F.ll 7-8 Ouessant Cadastre
  • particulier au cours de l'âge du Bronze. L'étendue du site est assez difficile à déterminer car aucun indice immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant. - La zone fouillée et l'espace compris entre les sondages : 10 000 m2 - Le
  • établissement d'époque néolithique apparaît au cœur d'une épaisse couche de limon recouvrant la zone centrale du site (Us. 16, secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granité à cassures fraîches évoquent des arrachements massifs de pierres dans une zone proche du site
RAP01760.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2001 de fp 3 2000-2002)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2001 de fp 3 2000-2002
  • cœur du village du 1er âge du Fer. 6 2.1.5. L e s vestiges d ' é p o q u e g a l l o - r o m a i n e Les vestiges à caractère rituel des âges du Fer sont découverts au sein de structures mises en place à l'époque romaine, sans doute vers les III e et IV e siècles après J.-C
  • problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : - Poursuite de l'étude des dépôts à caractère rituel - Mise au jour : - d'un dépôt primaire du premier âge du Fer - de fosses gallo-romaines - de substructions du Bas Empire Lieu de dépôt du mobilier
  • la présence de structures d'habitat et de travail en place et en position stratigraphique identifiable. Un lot important de mobilier céramique est 5 mis au jour. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de
  • Faut-il réunir toutes les dépressions creusées dans le sol naturel au sein d'une structure unique ? La forme et la nature des « trous » conduisent à écarter cette hypothèse, même s'il ne faut pas exclure des associations. Rappelons qu'il existe : - des cuvettes peu profondes, assez
  • 2414. 1.1. M I L I E U N A T U R E L E T L ' I N S U L A R I T É Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe naturellement une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et
  • T E D E M E Z - N O T A R I O U En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, le site est implanté sur le flanc sud-ouest de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par
  • l'ensemble de la France et de domaines nettement continentaux de l'Europe de l'Ouest. Le caractère exceptionnel et l'intérêt de tels vestiges sont évidents. La fouille d'une vaste dépression à vocation rituelle, creusée à la fin de l'Antiquité romaine (Us. 157) met en évience un
  • donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'activités d'abattage rituel. Toutefois, il est admis que ces vestiges ne sont pas découverts dans leur position d'origine. La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du 1er âge du Fer en Armorique donne
  • qui livre de nombreux vestiges mobiliers datables du second âge du Fer. Cette période est représentée par un abondant lot de céramiques de belle qualité mais très fragmentées. Comme le mobilier à caractère rituel du 1er âge du Fer évoqué précédemment, ces vestiges sont découverts
  • de qualité, se dirigeant l'une vers le port d'Arlan, au sud-est de l'île, l'autre vers le nord de l'île et le sommet de la colline Saint-Michel (plate-forme Us.63). Leur croisement sur l'emprise du site confirme l'importance de Mez-Notariou à l'époque romaine. 7 2.2 LE P R O J
  • dépôts plus anciens, s'applique à la vaste fosse d'environ 250 m2 recoupée par ce secteur de fouille n°5 et mise au jour entre 1996 et 1998. Il est alors admis que ces sédiments, concentrés dans une seule fosse, appartiennent à des vestiges d'activités rituelles datables du 1er âge du
  • ). D'autres apparaissent au cœur de la dépression (S.3807, 3839). Certains ne sont pas encore dégagés, ni numérotés. - A l'est, une troisième dépression de profondeur moyenne analogue à celle de la précédente présente des caractères sensiblement identiques. Si elle est plus vaste (5,50 m
  • , notamment en ce qui concerne la céramique. Des tessons graphités et quelques décors estampés ou à fines rainures, des anses renfoncées, illustrent cette période. - Fusaïoles protohistoriques Une dizaine de fusaïoles protohistoriques sont mises au jour, sans qu'il soit possible de
  • nombreuses pièces de métal, datables de différentes périodes, s'ajoutent à un mobilier céramique qui paraît avoir fait l'objet d'une sélection. Les ressorts de la composition du lot peuvent être recherchés du côté de l'activité métallurgique ou de pratiques rituelles. Le riche mobilier
  • l'homme, clairement attestée du Néolithique à la fin de l'âge du Bronze, n'est pas non plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) ont permis de soupçonner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de
  • site (Us. 16, secteur 1) : au fond de cette couche, des plaquettes de granité, à cassures fraîches, évoquent une arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l'existence d'une carrière est envisagée au nord de celui-ci. L'interface entre la couche Us. 16 et la couche
  • prolongement des installations du Bronze ancien et moyen au nord-ouest du site (secteur 5). Cela porte la longueur est-ouest de ces aménagements anciens à près de 150 m. 2.1.3. U n v i l l a g e d u p r e m i e r â g e d u F e r Le 1er âge du Fer est particulièrement bien représenté par un
  • de très abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère sélectif des ossements est assuré (70 à 8 0 % des membres supérieurs droits chez les mammifères et les oiseaux). Cela
  • dans la dépression galloromaine Us. 157. Des monnaies et du mobilier métallique accompagnent cet ensemble. L'hypothèse de transferts de dépôts et accumulations de ces mobiliers à partir de structures primaires assez voisines est envisagée. Il pourrait s'agir de dépôts issus du
  • fouille du programme trisannuel, et sans prétendre retracer très précisément l'histoire du secteur 5, il est possible d'établir le cheminement de la mise en place de vastes dépressions dans lesquelles un abondant mobilier osseux, céramique et métallique antique se mêle à celui de
RAP02413.pdf (LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008)
  • LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008
  • restes appartenant à cette espèces ont également été mis au jour au sein des niveaux archéologiques datés du Néolithique de Er Yoh sur l'île de Houat (Boyle, 2005) ainsi que dans les lots protohistoriques de Beg er Loued (datés d'environ 2100 av. J.-C., Tresset, 2004) et de Hoedic (La
  • leur caractérisation morphodynamique. Les restes archéologiques de l'atelier de bouilleur de sel gaulois s'insèrent au sein de l'unité n°3 qualifiée de « zone en érosion » (fig. 7) qui correspond à la partie de la plage orientée au nordouest et donc relativement exposée aux houles
  • les divers acteurs) (fig. 9). Au niveau des structures archéologiques, l'observation de l'évolution géomorphologique de la coupe entre 2007 et 2008 (fig. 9) montre en un an la disparition du comblement de la structure S 3 (à droite du cliché), de la seule dalle du four qui
  • , inédit). 15 1.3.3 - La richesse d'un ensemble faunique Un second aspect de la problématique d'étude du site de Triélen est lié à la présence, au sein du niveau archéologique de l'Âge du Fer stratifié, d'une couche très épaisse (jusqu'à 0,50 m) constituée majoritairement de
  • par des galets marins densément répartis au sein d'une matrice limono lœssique ocre brun. Cette plage ancienne est surmontée par un niveau d'épaisseur irrégulière de limon lœssique brun à ocre (N3), sans galet, au sein duquel on observe la présence d'outillages lithiques (éclats
  • dépôts successifs formant ce niveau, dont le sédiment brun argileux est homogène : - à la base, le niveau C est le plus étendu spatialement ; il contient des coquilles de patelles entières ainsi que des pierres abondantes et des tessons de céramiques de l'Âge du Fer ; - au dessus, le
  • une dizaine de cm d'épaisseur. En surface, au contact du comblement, ce tapissage d'argile jaune forme une véritable croûte dure, parfois légèrement brunie. Cette fosse est apparue en arrière du four à sel reconnu en 2004. Localisée au sud de la structure SI, la structure S3 n'a
  • montrait en 2007 une série de pierres, plates et brûlées pour la plupart et, au cœur du comblement, un amalgame compact d'argile brûlée. Nous avions alors pensé à une possible structure de combustion. Au cours de l'hiver 2007-2008, l'érosion a entièrement vidé la structure qui se
  • et une phalange III). Cet élément est très intéressant car au sein des lots de faune provenant de l'île aux Moutons (Baudry, 2005 b) et de Hoedic (Daire, Baudry et Quesnel, 2005), le cheval est également représenté par des restes de bas de pattes. Se pose alors la question de la
  • détermination au rang de l'espèce et de la nature de l'os en 2009 à l'aide de la collection de comparaison du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris. Les mammifères marins Au sein de ce lot, une phalange proximale de pinnipède adulte et plus précisément de phoque gris a été identifiée. Des
  • l'ensemble de tessons de poteries assez uniformes à pâte et surface brun noir, avec quelques variantes. Au sein de cet ensemble, quelques éléments fournissent des indications relatives à la forme des vases et/ou leur décor (Daire, 1992). Un tesson trouvé par J.Y. Le Gall au pied de la
  • (Doctorante, Université de Rennes 1, UMR 6566 « CReAAH »), Catherine Dupont (chargée de recherche au CNRS, UMR 6566 « CReAAH ») et Valérie-Emma Leroux (chercheur bénévole, collaboratrice UMR 6566). Laurent Quesnel (Infographiste, UMR 6566 « CReAAH») s'est joint à l'équipe pour la phase de
  • le chenal du Four et le Fromveur. Élevées seulement de quelques mètres au dessus du niveau de la mer, les îles sont soumises à la houle et au vent qui modèlent leurs paysages : dunes, cordons de galets, plages en queues de comètes, étangs littoraux (appelés « loc'hs ») isolés par
  • qui constellent les plages de l'île sont donc d'origine exogène (Brigand, 2002 ; Fichaut et Suanez, 2007). L'île de Triélen est longue d'un kilomètre et large de 250 m au maximum ; elle culmine à 12 m NGF et ne dépasse donc que d'à peine 8 m le niveau des hautes mers de vives eaux
  • années 2000 sur ce territoire, et coordonné par Y. Pailler et Y. Sparfel (Pailler et al, 2002 et 2004 ; Sparfel et Pailler, 2004). Au sein de cet archipel, l'île de Triélen révèle des occupations humaines discontinues, du Néolithique, de l'Age du Bronze et de l'Âge du Fer, sous forme
  • structure archéologique fut mise au jour par l'érosion : le premier élément constituant la structure est apparu un peu avant août 2002, sous l'aspect d'une dalle rubéfiée ; puis le recul du trait de côte dégagea rapidement d'autres dalles. En 2003, la structure visible était constituée
  • ; Pailler et al., 2004), destinée notamment à déterminer la nature de la structure et à en préciser la datation. Cette opération permit l'étude de ce qui subsistait d'un four à sel, datant de l'Age du Fer, dont la technologie put être précisée ultérieurement par l'analyse des vestiges
  • principaux : - un relevé minutieux, après nettoyage, de la coupe stratigraphique, sur un développé de 15 m de long du nord au sud, de part et d'autre des structures repérées, - une coupe perpendiculaire B-B', réalisée sur 1 m de large dans une zone déjà largement érodée - un sondage dans
  • l'amas de patelles S5, en façade de falaise, avec analyse de la taphonomie et du contenu du dépôt - un sondage dans la structure SI, destiné à analyser le comblement de la structure et à effectuer des prélèvements de matières. L'intérêt scientifique des données recueillies, doublé de
  • problématique de recherche, en liaison avec des thèmes de recherche et de réflexion développés au sein de l'UMR 6566 « CReAAH» : - le site de Triélen au péril des changements climatiques et de l'érosion côtière, - le site de Triélen et la production gauloise de sel ; - les possibilités
RAP02500.pdf (OUESSANT (29). installations artisanales de l'âge du fer à mez-notariou. rapport intermédiaire 2009 de fp)
  • OUESSANT (29). installations artisanales de l'âge du fer à mez-notariou. rapport intermédiaire 2009 de fp
  • caractères rituels, ainsi que les correspondances entre les mobiliers métalliques, céramiques et les datations radiocarbones, livrent une vision cohérente de l'ensemble. Et confirment le passage très franc et certainement extrêmement rapide entre des structures à caractère Bronze ancien
  • description des structures et l'essentiel du phasage du site purent être rédigés et établis dès l'hiver 2005 - 2006. Ils permirent d'asseoir la stratigraphie et des correspondances entre les secteurs d'habitat et de structures à caractères rituels et donc de proposer à Madame
  • coquillages à caractère rituel. - J.-F. Villard étudie la céramique et les terres cuites. - B. Clavel (INRAP) prend en charge l'étude des très nombreux restes de poissons marins. Les objectifs sont les mêmes que ceux de Patrice Méniel : zoologie, économie et étude des pratiques rituelles
  • Carte I.G.N. :l/25 000 e , F . l l 7-8 Ouessant Cadastre : 1974, Section E, parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe une position exceptionnelle
  • d'arbustes proche de celle d'aujourd'hui. 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU Fig.2 En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, sur le flanc sudouest de la colline Saint-Michel, le site est implanté sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île
  • à caractère Bronze ancien finissant et un faciès très caractéristique des milieux Bronze final I de type assez continental ; ceci dans une fourchette chronologique allant, grosso-modo, de la fin du XVI e siècle au XIII e siècle avant J.C. (Le Bihan, Villard, publication en cours
  • et d'animaux marins (coquillages et poissons) est mis au jour (secteur 5). Le caractère rituel d'une telle accumulation est confirmé, notamment grâce aux sélections osseuses pratiquées et aux associations à du matériel métallique de prestige (en place ou dans les couches de
  • des vestiges à caractères rituels du site engage à l'inscrire dans le processus sacré. Il semble bien que l'on se trouve-là en présence des vestiges d'une zone à laquelle on peut risquer le qualificatif de sanctuaire, espace attaché au village décrit précédemment. Il convient
  • espace à activités rituelles La fouille du secteur 5 découvre une très vaste lentille de sédiments du Premier âge du Fer contenant de très abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le
  • caractère sélectif des ossements déjà perçu au Bronze moyen est confirmé, et même amplifié (70 à 80% des membres supérieurs droits chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'une zone d'abattage suivi de banquets
  • Second âge du Fer Le bouleversement, sans doute à la fin du V e siècle après J.-C., ou au début du VI e , d'une vaste partie du secteur de fouille n°5, entraîne l'accumulation désordonnée d'un très riche mobilier osseux, céramique et métallique datant de toutes les périodes du Bronze
  • des résultats des fouilles archéologiques d'Ouessant - Mez-Notariou fut élaboré en fin de programme de fouille trisannuel 1996-1998 et mis en œuvre à partir de 1999. 2.2.2.1 L'état du programme - La rédaction d'une collection d'ouvrages intitulée " Archéologie d'une l'île à la
  • caractère tardif et très inachevé du travail de cette dernière, réalisé au cours de l'été et remis à l'automne 2008, interdit la remise du manuscrit pour la fin de l'année 2008. Il exigea, de la part de Jean-François Villard et Jean-Paul Le Bihan, un travail considérable de remise en
  • entre les faits religieux mis en évidence à Ouessant et les manifestations de rituel analogues perceptibles sur l'ensemble de l'Europe, monde classique ou monde barbare. 3.3. LA DUREE DU CHANTIER En 2009, la campagne de fouille se déroule du 21 juin au 8 août, soit pendant une
  • mises au jour au cours de la fouille. En effet, une date relativement tardive (transition Premier - Second âge du Fer) mais très homogène de l'abondant mobilier mis au jour dans toutes les structures découvertes (cf. infra) paraît correspondre à celle de cet aménagement au demeurant
  • , a été utilisée jusqu'à l'époque romaine. Son axe suggérait un franchissement de la croupe montueuse prolongeant, à l'ouest la colline Saint-Michel en direction de la côte nord de l'île. Si la dépression mise au jour en 2009 prolonge bien la voie ancienne Us.65, cela implique une
  • de réalisations de très grandes dimensions, au maximum 60 m2. 2.1.2 Le mobilier De nombreux trous livrent un abondant mobilier céramique, qu'il s'agisse de tessons de vases brisés ou de fusaïoles. La poterie PLI à 12. Les vases découverts offrent presque toujours des parois
  • (4510-1). Un fond annonce les vases à piédestal du Second âge du Fer (4367-1). 21 Un tout petit vase apode (S.4359-2 ; diamètre 2,3 cm) rappelle d'autres sujets mis au jour dans le village du Premier âge du Fer et dans les couches de destruction de la zone d'activités rituelles
  • . Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent, Ouessant possède un caractère insulaire fort. Il faut toutefois tenir compte du niveau de la mer et du dessin des côtes aux
  • occupation humaine, en particulier au cours de l'âge du Bronze. L'étendue du site est assez difficile à déterminer car aucun indice immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant. - La zone fouillée et l'espace compris entre les
RAP00900.pdf (le littoral breton. rapport de prospection inventaire.)
  • le littoral breton. rapport de prospection inventaire.
  • , principalement des structures d'enclos de type paracurviligne. Le suivi de la prospection de ces sites, à travers les vérifications au sol, est assuré grâce à une collaboration établie avec des chercheurs et étudiants de l'Université de Bretagne Occidentale, regroupés au sein de l'Association
  • lieu à une publication finale ; il s'agit d'un volume, "L'île d'Ouessant depuis la préhistoire... (l'apport des prospections archéologiques)" qui parut au mois de décembre 1992 dans la collection "Patrimoine archéologique de Bretagne" (5 volumes parus), lancée par L'Institut
  • : Prospection-inventaire systématique de l'arrière pays léonard (nord du Finistère). La problématique scientifique définie au départ d'une manière très large vise à une étude diachronique de l'évolution du peuplement au sein du Léon, qui constitue une entité géographique et naturelle bien
  • situant au niveau quantitatif et non qualitatif. Dans le cadre de la prospection des îles et du littoral de Bretagne, l'accent fut mis, en 1993, sur une nouvelle opération de prospection systématique ; après l'île de Groix (56) (Goupil, 1989), l'île d'Ouessant (29) (Robic, 1992), les
  • qu'une autre a été motivé par divers facteurs. Au-delà de son caractère récent, un avantage mis à profit est la • Chargée de Recherche, U.P.R. 403 du C.N.R.S., Laboratoire d'Anthropologie, Université de Rennes I, 35042 RENNES Cedex. Fig. 1: A: Localisation du Léon. B: Hydrologie et
  • Roscoff, et le coefficient de marée relativement fort (86). Les enceintes et éperons barrés correspondent à des «sites relief», dont les talus de protection sont conservés dans le paysage actuel, généralement au sein de milieux boisés, de taillis ou de landes. En plus des structures
  • - rogène. Les premières campagnes de prospection aérienne à basse altitude, et surtout celles de 1991 et 1992, ont révélé au total 129 sites dans le Léon (fig. 3) (Daire, 1991 et 1992b), auxquels viennent s'ajouter 135 traces ou structures décelées sur les clichés de la mission n° 8505
  • ), permettent une première analyse; la répartition des sites, bien que plus homogène, est relativement inégale au sein du territoire couvert avec des zones de concentration de sites (densités 6 à. 8) et des Fig. 3: Carte cumulative des sites détectés à basse altitude sur le Léon. zones de
  • TERRAIN et LISTE DES SITES 14 L'arrière-pays léonard 15 Annexe 17 L'île de Batz 31 Inventaire des sites 42 Annexe 74 PREAMBULE Ce cinquième rapport des prospections réalisées sous la responsabilité de Marie-Yvane DAIRE (Chargée de Recherche au C.N.R.S., U.P.R. 403
  • régressions et transgressions marines se sont succédées pendant la Préhistoire, avec des variations du niveau marin et un déplacement progressif des rivages ; ce point est parfaitement illustré par les structures mégalithiques et les habitats préhistoriques submergés à l'heure actuelle
  • îles n'est pas uniquement quantitatif ; en effet, si la densité des sites côtiers est remarquable, la qualité de conservation des sites insulaires est souvent très bonne, voire excellente. En effet, le caractère insulaire actuel a permis à bon nombre de sites d'échapper aux
  • secteurs de Bretagne (Haute-Bretagne notamment). Sur le plan de la recherche, l'objectif est, au bout de plusieurs années de travaux de terrain aussi approfondis que possible (prospection aérienne à basse altitude, clichés de l'I.G.N., prospection au sol, sondages et fouilles), celui
  • mai 1992, réalisée en couleur (Daire, 1993 ; cf. annexe). N.B. : La série des clichés au 1/25000 (format 24X24) de cette mission fut acquise à la fin de l'année 1992 sur des moyens propres (U.P.R. 403 du C.N.R.S.) ; selon la réglementation en vigueur, n'autorisant pas la
  • commentaires généraux, préalablement à l'analyse plus détaillée des opérations de prospection. Nous avons introduit une distinction entre "sites traités" et "sites déclarés" ; en ce qui concerne la prospection de l'île de Batz, la recherche a, en effet, pris en compte dans un premier
  • ) a révélé que ces anomalies correspondent à des structures parcellaires ou à d'anciens chemins et ne méritent pas pour l'instant (en l'absence de données significatives) de figurer à la Carte Archéologique. Les 31 sites ou indices de sites (enclos à fossés complets ou partiels, pour
  • , revues annuelles, mais d'autres organes sont bien entendu concernés par ces publications (cf. Bibliographie). -11- L' achèvement d'opérations thématiques donne lieu à des publication monographiques de synthèse ; ainsi, l'opération menée sur l'île d'Ouessant (1990 et 1991) a donné
  • Culturel de Bretagne ; ce volume consacré à l'île d'Ouessant est publié en co-édition entre l'I.C.B. et l'A.M.A.R.A.I. et regroupe des contributions d'une dizaine de chercheurs appartenant à divers organismes (Centre de Recherche archéologique du Finistère, Service départemental
  • (poursuite des prospections au sol et aériennes, exploitation des clichés verticaux...) encore pendant deux ou trois ans, en intégrant quelques campagnes de sondages archéologiques sur des sites pertinents et cela afin d'étoffer la base documentaire nécessaire à la réalisation d'une
  • genre de traitement étant relativement plus long), de poursuivre et, si possible, d'intensifier les vérifications au sol tout en poursuivant les propections à basse altitude (la complémentarité des photographies à basse et haute altitude ayant été démontrée ; Daire, 1993 a). Le
  • (29), bilan des campagnes 1990 et 1991. Bulletin de l'A.M.A.R.A.L, n° 4, p. 15-24. ROBIC J.Y. (Dir.), 1992 - L'île d'Ouessant depuis la Préhistoire... Apports des prospections et de l'archéologie. Coll. Patrimoine archéologique de Bretagne, co-éd. A.M.A.R.A.I. et I.C.B., 112 p
RAP02119.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fp3 2003-2005)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fp3 2003-2005
  • pointe nord-ouest de la Bretagne, l'île d'Ouessant occupe une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 k m du continent, Ouessant possède un caractère insulaire fort. I
  • de structures d'habitat et de travail en place et en position stratigraphique identifiable. U n lot important de mobilier céramique est mis au jour. I l présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France
  • fragmentées. Comme le mobilier à caractère rituel du premier âge du Fer évoqué précédemment, ces vestiges sont découverts dans la vaste dépression Us. 157 issue de creusements successifs (du Bronze moyen au haut Moyen  g e ) . Des monnaies et du mobilier métallique accompagnent cet
  • occidentale du secteur 5, au nord-ouest du site, et creusée à multiples reprises de l'âge du Bronze à l ' é p o q u e gallo-romaine. I l faut achever : - La fouille du très riche dépôt de l'âge du Bronze moyen Us.238 et vérifier son éventuel caractère rituel. - le prélèvement de l'abondant
  • archéologiques céramiques et organiques de la T è n e et de l ' é p o q u e gallo-romaine, c'est la mise au jour de pratiques rituelles d'un type exceptionnel (fondées sur la sélection des ossements d'animaux) étendues à une durée également exceptionnelle (environ 2000 ans) qui constitue le
  • de l'île, le site est implanté sur le flanc sud-ouest de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins m a r q u é , orienté nord-sud, affluent du précédent. Le sol du
  • d'os de mammifères (bétail), d'oiseaux et d'animaux marins (coquillages et poissons). Le caractère rituel d'une telle accumulation est envisagé à cause de la présence d'un poignard en bronze soigneusement déposé et par une éventuelle sélection des os des mammifères. 2.1.3. Un site
  • mêlent des céramiques fines de qualité. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère sélectif des ossements est assuré (70 à 80% des membres supérieurs droits chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou
  • , tout au moins, d'activités d'abattage rituel. La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du 1er âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à cette fouille. En fait, l'absence de fouille de site régional de référence se fait cruellement sentir, en particulier pour
  • -romaine e e Le creusement, sans doute à la fin du I I I siècle après J.-C, ou au début du I V , de la vaste dépression Us. 157, dans laquelle un mobilier osseux, céramique et métallique antique se m ê l e à celui de périodes plus anciennes déjà citées, traduit une franche occupation
  • pierre se dirigeant vers la partie septentrionale de l'île, l'autre se dirigeant vers le port d'Arlan, au sud-est de l'île, confirment l'importance de Mez-Notariou à l ' é p o q u e romaine. 2.2 L E PROJET T R I S A N N U E L U n nouveau programme trisannuel est mis sur pied pour la
  • l'intérêt de la publication, surtout si la fonction rituelle de cet ensemble se confirme. En revanche, i l apparaît que les mobiliers et structures du Bronze final mises au jour relèvent davantage de préoccupations religieuses ou rituelles que de l'habitat proprement dit. Ces découvertes
  • âge du Fer au Bas Empire, tout le mobilier osseux du Bronze moyen au Bas Empire. e r I l peut être suggéré, dès à présent, que les aspects rituels et religieux du site seront le fil conducteur de ce tome 3. 2.2.3. Etudes expérimentales sur la production de poterie à Ouessant
  • dépôts d'ossements et de coquillages à caractère rituel. - B . Clavel (INRAP) prend en charge l'étude des très nombreux restes de poissons marins. - J.-Y. Robic, auteur d'un D.E.A. sur le mobilier céramique du village du premier âge du Fer (Robic, 1991), étend l'étude de ce m ê m e
  • l'étude de la faune. I l intervient sur le site régulièrement et contribue à la mise en place du protocole de fouille des dépôts d'ossements et de coquillages à caractère rituel. - B . Clavel (INRAP) prend en charge l'étude des très nombreux restes de poissons marins. - Ph. Abollivier
  • intervient sur le site et contribue au réajustement du protocole de fouille des dépôts d'ossements et de coquillages à caractère rituel. - B . Clavel (INRAP) poursuit l'étude des très nombreux restes de poissons marins. I l intervient sur le site et contribue également au réajustement
  • visites du site ont été organisées au f i l de la campagne à l'occasion du passage de touristes ou habitants de l'île et des Marcheur de l'U.C.P.A (une visite ou un entretien par semaine). 5.5 C O M M U N I C A T I O N S SCIENTIFIQUES ET P U B L I C A T I O N S - M a i 2005 : Colloque
  • plus étrangère à la formation de ces couches. Les fouilles de 1999 (Le Bihan, 1999) laissent deviner la part de construction qui revient à cette occupation humaine, en particulier au cours de l ' â g e du Bronze. L'étendue du site est assez difficile à déterminer car aucun indice
  • immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant. - L a zone fouillée et l'espace compris entre les sondages : 10 000 m 2 - Le prolongement évident des structures dans presque toutes les directions hors de la zone maîtrisée
  • de cette couche, des plaquettes de granité, à cassures fraîches, évoquent un arrachement de la pierre dans une zone proche du site ; l'existence d'une carrière est envisagée au nord de celui-ci. L'interface entre la couche Us. 16 et la couche supérieure (Us.07), accumulée dès l
RAP00318.pdf (arrondissements de BREST et de MORLAIX (29). rapport de prospection inventaire.)
  • arrondissements de BREST et de MORLAIX (29). rapport de prospection inventaire.
  • demeurés inédits ou très mal connus. Au sein de cet ensemble que constitue le Golfe du Morbihan, nous avons, en 1991, privilégié la plus importante en surface, à savoir l'île aux Moines. Là encore, une priorité a été établie pour le traitement des sites protohistoriques et gallo-romains
  • fort" de prospection intensive pour l'opération de prospection systématique menée à l'île d'Ouessant (29), de juillet à septembre. Dans l'arrière pays léonard, les prospections se sont essentiellement concentrées sur les mois d'été et l'automne, notamment pour la reconnaissance
  • sites à l'heure. Mais cette répartition au cours de la campagne est inégale : Juin = 2,5 sites/heure Juillet = 4,5 sites/heure Août = pas de vols Septembre = 6 sites/heure Octobre = 7 sites/heure. Nous avons effectivement pu constater que la visibilité des structures était optimale à
  • l'occupation humaine dans ce territoire, et équilibrer ainsi la recherche régionale. La mobilisation des chercheurs Au sein de ce thème de recherche, il faut noter la mobilisation de chercheurs 16 appartenant à divers organismes : C.N.R.S. (en particulier l'U.P.R. 403), Ministère de la
  • sur l'île d'Ouessant (1990 et 1991) donne lieu à une publication finale ; il s'agit d'un volume, "Le passé de l'île d'Ouessant" qui paraîtra dans le courant du 1er semestre 1992 dans la collection "Patrimoine archéologique de Bretagne" (5 volumes parus), lancée par L'Institut
  • d'un financement de la part du Conseil Général du Finistère (38 000 F.), financement sur lequel a été prélevé une vacation de 1 mois/homme attribué à une personne (J.Y. Robic) chargée de la mise au net des fiches et documents (relevés de cadastres, plans) destinés à la fois à la
  • déclaration des sites (Carte Archéologique) et à l'archivage de sites finistériens (Ouessant). Cette entreprise d'équipe a, de nouveau, bénéficié du support logistique de TA.M.A.R.A.I. (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les îles), dont le siège se trouve au
  • ; le dépouillement archivistique et bibliographique ayant été préalablement réalisé, pour les îles et le littoral, les recherches au sol ont porté à la fois sur les estrans, les falaises et les terres cultivées ; pour le nord du Finistère, le Golfe du Morbihan et la presqu'île de
  • Quiberon, elles ont été combinées avec des survols aériens, permettant notamment la découverte de structures immergées types enclos ou pêcheries (Daire, 1991). Pour la prospection de l'arrière pays léonard, cette première campagne s'est pratiquement limitée à la recherche en archive et
  • , d'un certain nombre de structures immergées, type pêcheries notamment, dont la datation reste à établir par des études fines (de terrain et en archives) mais dont il nous paraît opportun de poursuivre le recensement. En ce qui concerne la répartition géographique des sites traités
  • (Figure 1), il apparaît nettement que les départements du Finistère et du Morbihan, qui sont majoritaires, continuent à bénéficier en particulier des opérations de prospection systématique qui ont été menées dans le Léon, sur l'île d'Ouessant, et dans le Golfe du Morbihan et Quiberon
  • ; il s'agit soit de pêcheries (en "U" ou en "V"), soit encore de structures type enclos, la plupart se trouvant aujourd'hui en zone non accessible car ne découvrant à aucune marée. L'arrière-pays léonard (Finistère) Cette première campagne de prospection systématique de l'arrière
  • ). Pour le département du Finistère, il s'agissait de la première opération de ce type, mais nous n'avons guère tardé à découvrir que ce type d'investigation était tout aussi approprié au territoire d'influence maritime qu'est le Léon, qu'à d'autres zones de Bretagne où les recherches
  • conditions pédologiques sont particulièrement favorables à la détection aérienne dans l'environnement des abers et le long des cours d'eau qui y aboutissent. Les structures détectées sont majoritairement à base de fossés comblés, mais de types divers : fossés (linéaires et orthogonaux ou
  • avec des gisements gallo-romains connus au sol (ex. à Ploumoguer). 12 Figure 5 b - Cartographie des structures détectées en 1991 dans le Léon (29). Tableau III : RECAPITULATIF DES STRUCTURES DETECTEES EN 1991 DANS LE LEON (Finistère). - BRELES, Ouest de Keruzaré - BRELES, Est
  • d'installation : base aéronavale de Landivisiau, définissant une zone interdite assez large dans la partie est du territoire étudié ; installations militaires de l'île Longue (rade de Brest), interdisant (en principe) les survols au sud-ouest de l'agglomération brestoise ; l'agglomération
  • l'année prochaine à l'ensemble du nord Finistère et qui mettra en oeuvre d'autres moyens d'investigation (prospection au sol notamment) ; des contacts avec les chercheurs locaux ont déjà été pris en ce sens. Ces recherches visent à la connaissance et à la protection du patrimoine
  • Culturel de Bretagne ; ce volume consacré à l'île d'Ouessant sera publié en co-édition entre 1T.C.B. et l'A.M.A.R.A.I. 17 BIBLIOGRAPHIE BIZIEN C, 1990 - Le site des Haches, premières réflexions. Bulletin de VA.MA.RAJ., n° 3, p. 35-40. DAIRE M.Y., 1989 - Archéologie insulaire en
  • Trieux. Dossiers du Ce.RAA., n° 19 (sous presse). DAIRE M.Y., 1991 - Prospection archéologique aérienne dans le Léon. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, à paraître. DE BEAULIEU F., 1991 - Bref inventaire du patrimoine archéologique de l'île aux Moines (56). Bulletin de
  • Archéologique du Finistère, 1982 à 1989. LE GOFF J.C., ROUE D., 1990 - Découvertes de l'île Callot (Finistère). Bulletin de l'A.MA.RA.1., n° 3, p. 21-26. PAPE L., 1978 - La Civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine. IAREH. Librairie Klincksieck ed. , 541 p. ROBIC J.Y., 1991 - Prospection