Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019
  • micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des 10 Etudes post-fouille - 2019 aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la surface granitique vers
  • aux environnements terrestres ou marins y ont été déterminés (le pingouin torda, le guillemot de Troil, le grand pingouin, la bécasse des bois, le colvert, le canard siffleur ou pilet, le fuligule, la cigogne blanche ou la grue cendrée, le pygargue à queue blanche, le merle ou la
  • . Après une phase initiale où les activités étaient très éloignées de la zone actuellement fouillée, il y eut une installation avec rejets de coquilles et autres déchets, qui s’est aussi accompagnée de quelques creusements et de l’aménagement d’une aire de combustion de grandes
  • cette période (Marchand, 2013). L’habitat de plein-air de Bordelann est installé à proximité d’une source, en tête d’un vallon de la « côte sauvage » de cette île escarpée. Les milliers de silex taillés qui y furent recueillis en prospections pédestres et en sondages manuels
  • -environnement) : Catherine Dupont Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne 1 Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Première année
  • Lisbonne) Marylise Onfray (Université de Paris 1) Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • , cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • II l i&ud • Îigo.'i,,• • F::t•••tii lt,l R~PUOUQ.UE F~ PRÉFET OE LA RÉG ION BRETAGNE ()irection ré~ i o n nle des 11 l'fair
  • archéologique programmée La Préfète de ln région Brctagoe Préfète d 'Ille-et-Vilaioe VU le code du patrimoine et notamment son livre V ; V(; le décret d u 30 octo bre 2018 portant nominatio n de Mme Michèle KIRRY, préfete de la region Bretagne, préfète de la zone défense et de sécurité
  • Ouest, pré fète d'IIle-et-Y ilaù1e ; VU l'arrête préfectoral n° 2018 DRAC'lDSG e n date du 19 novembre 20 18 pOI'tant délégation de signature à M. Michel ROUSSEL, Directeur régional des affaires culturelles de Bretagne; VU l'an·êté préfectoral en date du 21 novembre 2018 portant
  • subdélégation de signature; VU le do~sier de demande de fouille archéologique programmée intitulée « Beg-er-Vil" présentée par M. Grégor MARCHAl'-."0, reçue à la Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne, Service régional de l'a rchéologie, le 21 septembre 20 18. V(; l'avis
  • de la commissio n territoriale de la rec herche archéologique (CTRA) en date des 5, 6 et 7mars 2019 ARRÊTE Article 1" : M. Grégor tv1ARCHAi'iD est autorisé, e n qualité de responsable scie ntifique, à conduire une opération de fouille archéologique programmée à pattir de la
  • notificatio n du présent arrêté j usqu'au 31 décembre 201 9 sise en : Région: Bretagne Département : Mo rbihan Commune : QlJlBERON Localisation :Pointe de Beg-er-Vil Intitulé de l'opération: Beg-er-Vil Orgat\isme de rattachement : Centre National de la Recherche Scie ntifique - Délégation
  • régionale 17 Article 2 : prescriptions générales Les recherches sont effectuées sous la surveil lance du Conservateur régional de l'archéo logie territorialement compétent ct conformément aux prescriptions imposées pour assurer le bon déroulement scientifique de l'opération. Le
RAP01595.pdf (SARZEAU (56). carte communale. rapport de prospection inventaire.)
  • SARZEAU (56). carte communale. rapport de prospection inventaire.
  • : (précises, approximatives). Zone : 2 Abscisse Ax : Ordonnée Ay : Abscisse Bx : 2
  • : &CCK8U«£, prairie, 1 $tfuè^Xft^^XŒ^^ Référence des photographies : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation. MENHIR n°2 KERTOMAS.LA MASSE SARZEAU MENHIR DE KERTOMAS dit la MASSE RELEVE LE $ JANVIER 19?? ALTITUDE 39 m T :293,220 SECTION
  • OCCUPATION DU SOL :WiW^,Wt^ autre. MER Référence des photograohies : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation SARZEAU MENHIR DE LA POINTE DE BECUDO LES TROIS DEMOISELLES Echelle 1/500° SARZEAU MENHIR POINTE DE BECUDO dit LES 3
  • Xî209,820 Y :295,0 *K) SECTION: A Echelle 1/20» PARCELLE n °6l6 et 37 AUTEUR: LABORDERIE YVON S6"_ -2i, o_ o-A^ Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année :i982 et 1983 auteur
  • SARZEAU ifm MENHIR DE KERBIGEOT RELEVE LE 19 FEVRIER 1983 ALTITUDE: 17 m I X :212,1?0 Y :293,?10 Echelle 1/20° SECTION :Z PARCELLE n# 53 AUTEUR tLABORDERIE YVON Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE
  • Référence des photograohies : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation. EGLISE 1 V- SARZEAU STELE DE BRILLAC RELEVE LE 5 FEVRIER 1983 ALTITUDE 6 a Xl212 f 300 1:295,110 SECTION: B.H PARCELLE: Echelle 1/20
  • RAPPORT DE .SWfÇTïQH. Département : MORBIHAN Commune jSARZEAU Lieudit : du cadastre : I.G.N \ local : N° de Site. Dépouillement en cours 15 sites : Cadastre : : Ax : Bx Coordonnées Lambert DATES INTERVENTION Autorisation (ffi , date) M Ay By [15 mars 1982
  • Intervention (début et fin) :9 1 1983 à 18 IV 1983 Années antérieures d'intervention " Responsable • Motif d'intervention.. Surface /fyiliWtJd'. prQSjD.ep£ée .M. Yvon LAB0RDER1 S , Aménagements . touristiques, tgavauiQa^e |uipamenTs divers Estimation de l'étendue du gisement. SITE
  • Nature du gisement. Nature des découvertes effectuées.... : Mégalithes, tumulus, stèl'e Périodes chronologiques : Néolithique à Age du Fer Devant l'importance des découvertes et en raison de l'urgence des travaux, une prolongation est sollicitée pour 1983 Rapport scientifique
  • . : 20 pages Plans et coupes : Planches et dessins. : / Photographies légendées. 44 19 Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 19 s2 et 1983 auteur : LABORDSRIE TVON B
  • - REFERENCES ADMINISTRATIVES : Département : commune (s) : MORBIHAN Lieu-dit du cadastre : SARZEAU LANEK ER MEN DE KERGILET C - CADASTRE : Année M979 section (s) et parcelle (s) : B.H n° 202 D - POSITION TOPOGRAPHIQUE DU SITE : Feuille I.G.N. au 1 /25.000 : VANNES 5 et 6
  • Altitude : 11 m Coordonnées Lambert : (précises, approximatives). Zone : 2 Abscisse Ax : Ordonnée Ay : Abscisse Bx 1212,825 Ordonnée By : 295,2^0 E - DOCUMENTATION : Description des formes repérées : Dolmen 11 supports deux dalles de couverture et deux dalles au sol restauré
  • Nature de l'anomalie révélatrice : Interprétation proposée OCCUPATION DU SOL : £M 1 KUH &, prairie, IWfe^WieW^î^, bâti ,XMÏKSCX Référence des photograohies : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation. SARZEAÏÏ DOLMEN DE LANEK EH MEN
  • DE KERGILET RELEVE LE 8 JANVIEH 1983 ALTITUDE 11 m - . 1m 2.m Xt212 ,825 3,m YT295^25Ô— ' SECTION :B. H Echell» 1 /20" PARCELLE: n* 202 AUTEUR :LABORDERIE YVON SARZEAU DOLMEN DE KERGILET dit LANEK ER BEN Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne
  • DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 1982 et 1983 auteur : LABORDERIE YVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES : Département : commune (s) : RBIHAN SARZEAÏÏ MO Lieu-dit du cadastre : KERMAILLARD C - CADASTRE : Année :197g section (s
  • - DOCUMENTATION : Description des formes repérées : Menhir coucher couver de cupules Nature de l'anomalie révélatrice : Interprétation proposée OCCUPATION DU SOL : &itaC5ïX. prairie, tmS&WttMWïymWPmWW^ Référence des photograihies : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou
  • un schéma de localisation Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année :i982 et 1933 auteur : LABORDERIE YVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES : Département : MORBIHAN commune (s
  • : Ordonnée Ay : Abscisse Bx : 210,900 Ordonnée By : 29^,130 E - DOCUMENTATION : Description des formes repérées : MENHIR GOïïOHER Nature de l'anomalie révélatrice : Interprétation proposée OCCUPATION DU SOL : ^t^^x ^jRmK ^^xaît friche, fHKSSX^WMW. Référence des photograohies
  • : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 1982 et 1983 auteur : LABORDERIE YVON B - REFERENCES
  • : (précises, approximatives). Zone : 2 Abscisse Ax : Abscisse Bx Ordonnée Ay : 21 : 3t3lO Ordonnée By : 29^,790 E - DOCUMENTATION : Description des formes repérées : Dolmen dont il ne reste que deux supports et une dalle de couverture Nature de l'anomalie révélatrice
RAP00029.pdf (SAINT-ADRIEN (22). brun-bras. rapport de fp 1)
  • SAINT-ADRIEN (22). brun-bras. rapport de fp 1
  • co qui est a a » a t jMNtr das »anea pvriMI» ttmH prélevées ®a pvofbadvt»»« Par acati*« la f a o u r «a ê m b M M das aauafaea da typ® 6 est tete farta, at SÉrae ampérlaar®' ä la tasaur de casHwIiis sala fa-* raatiara actuals» Il a pu y mmíw m œeUtoUHtêamt tatti«! par %ftl4»t
  • tenant malgré sa» anplea» qui pau^ vait a t t e l a i » quelques 3©00 ®3* ôaai Infinse la tliéaa parfois Isis« de canêtract la». 4a sao»u»at M m M M i tarcpiseat ê m m le tarai?® * lai 11 a »y a p m de traces do véritables "sala intermédiaires" qui auraient 4 M le rjoaltnt de l
  • (¿••rat)« Sa dehors des traces d© "planches" reconaatsaables il y avait des tracoo basiques pulvérulentes le long dea a*üls (photo n» 12). Sans doute ua bifio d© petit® rondl»%at» moins verticaux,, retenaient les .premières assises de pierres« - Une fois complètement dégagée, la
  • plus pmm de linan est #a»vta sa garba»*« a» i « lîmn j a m e âe typo 3 -sais ia nîmm la p%m iafério-ur, 21 y a appauvrissement ©a >ro£oad«u* des teneurs a» asoto et aaaboaa, s»« »apport ! C/W rsate inférieur ansas nsttsttaat à aelui du vieux aaî. (19 >S aoatre 3,4-9 ai ttowfl l
  • • ¡e .v,'•.> ,,, X Jacques BRIARD RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DU TUMULUS DE BRUN BRAS A SAINT-ADRIEN COTES-DU-NORD m a r s - a v r i l 1 9 7 4 (n° 0 9 9 2 ) Jacques BRIARD RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DU TUMTJLUS DE BRUN BRAS A SAINT-ADRIEN COTES-BU
  • ?3ITUATI03. Le tumulus de Brun Bras à Saint—Adrien ne figurait sur aucun inventaire ancien. Il noua fut signalé» lors de la campagne de fouille de 1972 menée au tumulus do Scdnt-Jv.de on Bourhriac, communs limitrophe de Satnt-Adrion, par le Dr. LeLreton et M» J.-I» lorvan* Le tumulus de
  • Brun Bras est situé dans un champ bordant la route de Bourbriac â Saint—Paver {D, 24)» voie très ancienne qui fut route royale sinon voie romaine. Il se trouve juste en faoe d'une petite route menant au "bourg de Saint-Adrien situé à 1,1 Qm (D, 63 de Mur â 'Joustêru). Le tumulus est
  • situé â cheval sur deux parcelles séparées par un talus surmonté de chênes* La parcelle forci, n° 334» section B du "bourg, contient les trois-quarts du monument encore assez "bien conservé* Cette partie est propriété de Eugène Blanchard, secrétaire de mairie à Saint-Adrien«, qui
  • nous a donné toutes facilités pour mener les travaux, de même que 3* André Creurer, fermier exploitant. La parcelle n° 335 contient une partie du tumulus arasée et située â 1 m en contrebas• 311e est propriété de DU Simon qui nous donna également toutes facilités pour nos travaux
  • * Le tumulus et la parcelle sont dénommés 2run Iras sans doute une déformation de Rtm Bras ? la Grande Butte* II - TOPOGRAPHIE, GOroUITE DES TRAVAUX* Au moment de la fouille le tumulus se présentait, du coté Word, comme une butte encore bien conservée, La hauteur apparente était de
  • 1,ropre étalement. Le diamètre apparent était d'une quarantaine de mètres (plan n° 1), Au Sud, de l'aube coté du talus, il avait été arasé poux la culture, mais la forme du monument se devinait encore et se traduit sur le plan par
  • des courbes de niveaux concentriques,restituant la forme générale initiale. De oe coté la dénivellée maximum est de 2,90 m» ce qui indiqua que la hauteur du monument actuel au dessus du vieux sol est de l'ordre âe 3 m , ta fouille a montré que primitivement le monument avait
  • environ 30 m de diamètre et compte-tenu de 1 »étalement' des terres coté Nord f une hauteur primitive d'au mains 4 m au dessus du vieux sol* Autour du tumulus des zSnes à® ouitare montrent des sois peu épais avec traces de pierres parfois appareillées grossièrement. Il a pu y avoir des
  • amenant ooaroe toujours us arasement processifs et insidieux des monuments en terre. Par suite des impératifs do «mitur% la campagne principale de fouille a eu lieu du 15 mars au 17 avril 1974. L'équipe de fouille permanente comprenait s telle B a w j M e A0RBSAH f étudiante en
  • ftme B08AËB, I» 80IIIEH» M* kp nàMSUWSm Les travaux ©n cours furent 1»occasion d'une visite des correspondants de la Circonscription des Antiquités Prohistoriques d© Bretagne. M« 0,-T, LSROUX, Directeur de la Circonscription suivit régulièrement 1*avancée dos travaux. Pour les
  • travaux de laboratoire, le dépouillement dos blocs prélevés dans la tombe, J. Briard les assura ? ?» Qnnëe, ceux do miss au net dos dessins ; J.-R. Bourhis les analysas de métaux f J.-L. or.nier les analyses sédimentologiques, I , Le Gotffio les analyses pédologiques * Pour le
  • traitement dos bois nous avons eu l'assistance do M , LoSo LangouSt, "aitro-Assistant de Physique, Doux axes de recherche ont déterminé la conduite do la fouille. fout d'abord l'analyse do la structure de la butte, principalement par la menée d'un© grande tranchée lord qui a permis do
  • connaître les couches successives d'apport et le vieux sol, dans une eSne ou le terrain n'était pas perturba par la prêseaoe d'un talus. Ensuite la structure et l'analyse &%'contenu"'dela tenue ont été recherchés par un dégagement aussi complet que le permettait la fragilité des
  • structures « Sa fin de chantier, la tombe et la tranchée ont été rebouchées, avec le concours notamment de l'entreprise HSLÂHT de Bourbriac» Les éléments inférieurs du tuœulos et les structures externes de la tombe seront ainsi préservés dans le tumulus qui M o n que partiellement arasé
  • est encore reconnaissable» III - SgggTfJRl BP T1MJLÏÏ3. La grande coupe lord,longue de 15 «êtres, complétée par la saignée du dégagement de la tombe, a permis d'avoir m profil de la. zôae intacte du tumulus d'une longueur totale de 18 m (plan n» 2). fers le centre, au niveau du
RAP02787.pdf (SAINT-YGEAUX (22). Hellez : un dépôt métallique de la fin du bronze final 2 atlantique et une occupation du premier âge du fer. rapport de sondage)
  • SAINT-YGEAUX (22). Hellez : un dépôt métallique de la fin du bronze final 2 atlantique et une occupation du premier âge du fer. rapport de sondage
  • ) Etude du mobilier Le dépôt se compose de 33 objets métalliques et de quelques petits fragments de bronze (7 dispersés, 13 dans le contenant végétal). Il s’agit d’un dépôt de taille assez modeste. Les objets y sont représentés uniquement sous la forme de fragments. Le dépôt contient
  • des outils, des armes, de la parure et des éléments de métallurgie attribuables à l’âge du Bronze final. Les catégories fonctionnelles y sont donc assez variées. Les objets étaient contenus dans une céramique qui a été éventrée lors des labours ; une partie du mobilier et des
  • : fragment de hache à ailerons. 63 grammes. Seuls deux ailerons et un fragment de la partie proximale sont conservés. S’il y avait un anneau latéral, il n’est pas conservé sur ce fragment. Les barbes latérales ont été polies. 29 Figure 38. Fragment de hache à ailerons n°41 Haches
  • Cordier, des épées décorés de filets verticaux, des lames à bourrelets axiaux marqués pour certains, un fragment de pointe de lance, des bracelets à tampons, et des éléments de métallurgie. Celui-ci est daté par P.-Y. Milcent de la fin du Bronze final II atlantique et d’une étape de
  • Un dépôt métallique de la fin du Bronze final 2 atlantique, et une occupation du Premier âge du Fer, à Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes d’Armor) Rapport de sondage 12 - 16 novembre 2007 sous la direction de Muriel Fily avec la collaboration d’Axel Levillayer 1 Un dépôt métallique
  • de la fin du Bronze final 2 atlantique, et une occupation du Premier âge du Fer, à Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes d’Armor) Rapport de sondage 12 - 16 novembre 2007 sous la direction de Muriel Fily avec la collaboration d’Axel Levillayer 2 Fiche signalétique Identité du site Site
  • n° : 22 334 0018 Département : Côtes d’Armor Commune : Saint-Ygeaux Lieu-dit : Hellez Année de découverte : 2007 Section et parcelles : ZI 22 24 Coordonnées Lambert : x= 195868 y= 2377010 Propriétaire du terrain : Jean-Yves Le Moigne, Kériolet, 22570 Saint-Ygeaux Découvreur du
  • ................................................................................................................................................................ 73 La céramique du dépôt .......................................................................................................................................... 73 La céramique des fossés
  • la recherche des dépôts métalliques. Grâce à son flair, et sa bonne connaissance des procédures de prospection, elle a beaucoup fait avancer la recherche dans ce domaine ces dernières années. Mes remerciements vont ensuite à Jean-Yves Le Moigne pour avoir autorisé la fouille sur
  • ces parcelles et nous avoir facilité l’opération. Le SRA Bretagne a permis la réalisation de cette opération de « sauvetage » grâce à l’attribution d’une subvention de 1793 euros. Laurent Beuchet et Jean-Yves Tinevez ont participé à l’opération et ont dirigé le décapage mécanique
  • . Circonstances de l’intervention Suite à la découverte de nombreux enclos lors des prospections aériennes de Maurice Gautier (prospecteur aérien bénévole), Claudine Bernard, prospectrice pédestre bénévole, a parcouru les parcelles de Hellez sur la commune de Saint-Ygeaux dans les Côtes
  • d’Armor (figures 3 et 4). Elle a ainsi mis au jour en août 2007 une dizaine d’objets en bronze dispersés dans les labours. Elle a repéré ces objets sur un plan, les a prélevés et a aussitôt déclaré la découverte au SRA de Bretagne. L’importance de cette découverte, et la perspective de
  • découvrir un dépôt en place proche, ont engendré la réalisation d’un sondage, dit de sauvetage, à l’emplacement de la découverte. Laurent Beuchet et Jean-Yves Tinevez, alors conservateurs au SRA de Bretagne, ont participé à la direction du décapage mécanique du sondage du 12 au 15
  • novembre 2007. Une subvention de 1793 euros a été allouée afin de mener à bien cette opération. Elle a été utilisée pour l’hébergement, le transport, la nourriture de l’équipe de fouille et pour le décapage mécanique. 2. Cadre géographique La commune de Saint-Ygeaux se situe dans le
  • centre de la Bretagne dans les Côtes d’Armor. Le site est localisé au lieu-dit Hellez au sud du bourg, en milieu rural, dans une parcelle appartenant à Jean-Yves Le Moigne (figures 1 et 2). Figure 1. Localisation de la commune de Saint-Ygeaux en Bretagne 7 Figure 2. Localisation
  • du site sur une carte IGN au 1/25000 millième Figure 3. Photographie aérienne de la ferme de Hellez et des enclos (cliché M. Gautier) 8 Figure 4. Photographie aérienne de la ferme de Hellez et des enclos (cliché M. Gautier) 9 Figure 5. Premières interprétations des enclos
  • avant vérification d’après photo aérienne (M. Fily d’après photo M. Gautier) 10 3. Caractéristiques générales du sondage Le sondage a porté sur la zone dans laquelle les objets de bronze ont été découverts, ainsi que sur plusieurs enclos repérés et photographiés par Maurice Gautier
  • . La zone d’enfouissement des objets a ainsi pu être dégagée et le dépôt mis en évidence. L’objectif était de vérifier si celui-ci était en place, de distinguer de quelle manière les objets avaient été enfouis (présence ou non d’un contenant), et de définir si les enclos adjacents
  • étaient contemporains du site. 4. Cadre Historique La commune de Saint-Ygeaux est connue pour la découverte récente de plusieurs dépôts du Bronze final de l’horizon de Rosnoën au lieu dit Kerboar. Ces dépôts, également découverts par Claudine Bernard, ont fait l’objet de sondages
  • (Menez Fily 2002, 2005, Fily 2004, Gabillot 2003). Plusieurs tumulus probables sont aussi répertoriés sur la commune. Un tertre a notamment été repéré dans la parcelle voisine du dépôt lors du sondage. B. Les structures 1. Remarques générales L’objectif principal de ce sondage était
RAP02109.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). "rue Renan 1". dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). "rue Renan 1". dfs de diagnostic
  • •Da íf%% f.fvi tí m Sala ig is a ss« a' 1si ¡i CO I P
  • CARHAIX-PLOUGUER (Finistère) Rue Renan 1 (parcelles AC. 139,140 et 284) / ^ 1
  • /05/2005 TITULAIRE (nom et prénom) : Le Cloirec Gaétan Organisme de rattachement : I.N.R.A.P. Propriétaire du terrain : M. Gérard Le Manac'h Protection juridique : zonage archéologique Motif de l'opération : saisine en vertu de l'article 10 du décret 2004-490 de la loi 2001-44
  • , Carhaix-Plouguer. 5 Mai 2005 Carhaix-Plouguer (Finistère) - Rue Renan 1 NOTICE SCIENTIFIQUE La localisation de ce sondage offrait l'occasion d'explorer un secteur de la ville antique placé dans les quartiers nord. Nos connaissances actuelles de l'urbanisme de Vorgium laissaient
  • penser que le terrain se plaçait toujours dans l'emprise de la trame orthogonale. La question d'une occupation particulière en périphérie d'agglomération se posait néanmoins, les découvertes environnantes montrant jusqu'ici un urbanisme encore très dense dans le quartier. Les
  • résultats de notre intervention sont en accord avec les observations effectuées à proximité. Ils montrent que le cadre urbain, apparemment très rigide à Vorgium, s'applique toujours à ce niveau. Les limites de la cité sont donc plus loin. Une ruelle orientée est-ouest structure l'espace
  • successifs et la découverte de dalles de schiste laissent penser que nous avons à faire à un ensemble initial de qualité (une domus ?). L'occupation finale est plus médiocre car elle se caractérise par des sols grossièrement rechargés avec des lits de graviers et des fragments de schiste
  • . D'importants foyers ont été retrouvés dans l'un des deux espaces mis en évidence. Ils sont associés à des sols en terre battue plus anciens. La rubéfaction visible sur un mur montre pourtant qu'ils fonctionnent bien avec la construction. Deux ensembles de blocs monumentaux sont apparus au
  • nord de la voie. Le premier se compose d'un alignement de quatre éléments devant un mur de 0,60 m de large (fig. 1). Le second groupe se place plus à l'est à une altitude inférieure qui laisse supposer des aménagements en terrasse. Il s'agit cette fois de deux gros blocs servant de
  • soubassement à une maçonnerie. La vision de ces vestiges est trop restreinte pour proposer des interprétations fonctionnelles. La nature des installations suppose toutefois des moyens de construction importants, difficiles à imaginer dans un contexte modeste. Il pourrait donc s'agir
  • FICHE D'ETAT DU SITE Les vestiges ont été enfouis à l'issue du diagnostic. Ils se trouvent à une profondeur de 20 cm par rapport au niveau actuel pour ce qui concerne la partie centrale du terrain. Du côté est, les structures sont largement plus profondes puisqu'il faut enlever 2,60
  • m de terre végétale et de remblais gallo-romains pour trouver des éléments archéologiques en place. La présence de plusieurs hangars dans la partie ouest de la parcelle n'a pas permis de vérifier la présence de vestiges aux abords immédiats de la rue Renan, considérée par
  • plusieurs auteurs comme une rue majeure de la ville antique (fig. 2). La surface qui n'a pas pu être explorée est de 200 m2. Bien que d'importantes fosses recoupent les structures gallo-romaines au plus près de ce secteur, nous ne pouvons pas affirmer que des vestiges n'y sont pas
  • conservés. N° sondage 1,2,3,4 5 Total superficie 170 m2 35 m2 205 m2 Tableau I : surfaces ouvertes lors des sondages. Fig. 2 : localisation de la zone inaccessible (D.A.O. S. Jean et G. Le Cloirec /Inrap - 2005) 690 I ¿)P\ oo ojL- 3 o REPUBLIQUE FRANÇAISE , „ M I N I S T E
  • R E D E L A C U L T U R E E T D E L A C O M M U N I C A T I O N , f Q J Jl P R E F E C T U R E DE LA R E G I O N B R E T A G N E tj4| |j REÇU A R R E T E n° 2005-017 portant p r e s c r i p t i o n de d i a g n o s t i c a r c h é o l o g i q u e — o I LE MARS 2005 I.N
  • .^A.^. L a Préfète de la r é g i o n Bretagne, Préfète d u département d'IIIe-et-Vilaine, C h e v a l i e r de la Légion d'honneur, O f f i c i e r de l'Ordre national d u mérite V U la loi du 27 archéologiques ; septembre 1941 modifiée portant réglementation des fouilles V U la
  • Gérard L E M A N A C ' H demandant en vertu de l'article 10 du décret 2004-490 pris en application de la loi 2001-44 modifiée relative à l'archéologie préventive, la réalisation d'un diagnostic archéologique sur le terrain situé rue Ernest Renan, 29240 C A R H A I X - P L O U G U E R
  • , cadastré section A C 139, 140 et 284, reçue le 27 janvier 2005 par la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Service Régional de l'Archéologie ; C O N S I D E R A N T que, en raison de leur localisation, les travaux envisagés sont susceptibles d'affecter des éléments
  • du patrimoine archéologique ; en effet, un projet de réalisation de maison individuelle est susceptible d'affecter des éléments du patrimoine archéologique dans un secteur sensible de la ville antique de V O R G I U M ; C O N S I D E R A N T qu'il est nécessaire de mettre en
  • évidence et de caractériser la nature, l'étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques éventuellement présents afin de déterminer le type de mesures dont ils doivent faire l'objet ; ARRETE Article 1 e r : Un diagnostic archéologique sera réalisé sur le terrain
RAP00478.pdf (PLEUMEUR-BODOU (22). Landrellec. rapport de sauvetage urgent)
  • PLEUMEUR-BODOU (22). Landrellec. rapport de sauvetage urgent
  • a permis que l'intervention se fit à temps et ceux qui ont bénévolement participé à la fouille : M. Le Brozec, J.Y. Moisan, O. Guérin, P. Ballard, I. Le Mée, E. Bakou, Y. Julliot, S. Delorme, J. Wartel, C. Berger, M. Kerleau, M. Sap. Ce rapport reflète le travail de ces différentes
  • profonds), "rechapage" en argile crue, nouvelle cuisson et ainsi de suite. D'après la stratigraphie, il y aurait au moins eu quatre phase d'utilisation du four avant son abandon. La coupe stratigraphique réalisée dans le compartiment nord-est du four (fig. 5, carré B7, coupe est/ouest
  • ). L'observation de la coupe dunaire étant impossible à l'ouest de la fouille (à cause des enrochements), on ne sait si d'autres structures de ce type y ont existé. Ces cinq cuves sont en fait aménagées dans une seule grande fosse sub-rectangulaire allongée de 5 m. de long sur 1 m. de largeur
  • archéomagnétiques sur les sites fouillés, ces analyses pouvant à la fois affiner considérablement une chronologie encore trop floue et préciser l'organisation des structures de combustion et des éléments qui y sont associés (augets, briques). En ce qui concerne précisément le calage
  • à StJacut-de-la-Mer, l'autre dans le Ce site repéré il y a une trentaine d'années a vu sa structure dégagée par les tempêtes de cet hiver. Il était temps de l'étudier avant de le recouvrir de sable pour le protéger. Selon Marie-Yvane Daire. chercheur
  • LANDRELLEC en PLEUMEUR-BODOU (Côtes d'Armor) Rapport de la fouille de sauvetage urgent 29 avril-6 mai 1990 Marie-Yvane DAIRE avec la collaboration de Michelle LE BROZEC LANDRELLEC en PLEUMEUR-BODOU (Côtes d'Armor) Rapport de la fouille de sauvetage urgent 29 avril-6 mai
  • le texte. REMERCIEMENTS La fouille de sauvetage urgent du site de Landrellec en Pleumeur-Bodou (22) s'est déroulée du 29 avril au 6 mai 1990. Cette opération était dirigée par Marie-Yvane DAIRE, chargée de recherches au C.N.R.S. (U.P.R. 403, Laboratoire d'Anthropologie de
  • l'Université de Rennes I et fut réalisée en collaboration entre l'A.MA.RA.I. (Association Manche Atlantique pour la recherche archéologique dans les îles) et l'A.R.S.S.A.T. (Association pour la recherche et la sauvegarde des sites archéologiques du Trégor), présidée par Michelle LE BROZEC
  • . Nos plus vifs remerciements vont à l'A.R.S.SA.T., association qui a fourni le support logistique à cette opération et dont les membres se sont si aimablement impliqués dans cette opérations : Monsieur Mazé, qui a signalé la menace de destruction qui pesait sur le gisement et
  • , en vue d'une étude archéomagnétique, ce dont nous lui sommes tout à fait reconnaissants... Il faut également remercier la Municipalité de Pleumeur-Bodou qui, en autorisant la fouille, a su témoigner tout son intérêt pour ces recherches et faciliter grandement leur déroulement
  • secteurs du littoral armoricain est attestée depuis longtemps (Gouletquer, 1970). La côte trégorroise figure parmi les secteurs les plus riches en vestiges de ce type. L'érosion naturelle du littoral permet en effet l'observation et la détection de ce type d'occupation, comme en
  • attestent les opérations de prospection-inventaire systématiques menées par l'A.M A . R A.I. depuis deux ans. Le nouveau site de briquetages fouillé sur la presqu'île de Landrellec, commune de Pleumeur-Bodou, sur une portion de côte exposée au nord, avait été reconnu en prospection et
  • Bihan (fig. 1), à l'île Grande, ... Cette densité de sites de briquetages sur la côte trégorroise atteste de l'importance de cette activité de production de sel dans la région, pendant la protohistoire et peut-être également pendant l'époque gallo-romaine. Enfin, il faut noter que
  • les démaigrissements successifs de la plage ont permis d'observer, à 100 m à l'est de la fouille (fig. 2, en avant de la parcelle 711), la présence d'un vieux sol, en divers points de l'estran, sol sur lequel des tessons de céramiques de l'Age du Fer ont été collectés (information
  • aimablement communiquée par J.P. Pinot) Il se trouve que l'érosion littorale évoquée a connu, dans certains secteurs, une accélération brutale, due aux violentes tempêtes qui ont touché la Bretagne en janvier-février 1990. Monsieur Mazé, de l'A.R.S.SA.T., surveillant régulièrement cette
  • la réalisation, par l'A.R.S.SA.T. de clichés photographiques et relevé ; fig. 3 et photo. n° 1) , M. Le Brozec, M.Y. Daire et C.T. Le Roux convinrent de la nécessité d'intervenir avant la destruction totale des structures. Le site se trouve sur un terrain appartenant à la commune
  • site avant la fouille, avec une fosse apparue à la suite des tempêtes (mars-avril 1990). Photo. n° 2 - Landrellec en Pleumeur-Bodou (22) : Vue aérienne générale de la presqu'île. 1M matière noire organique argile crue sable dunaire terre sableuse avec éléments de briquetages
  • Figure 3 - Landrellec en Pleumeur-Bodou (22) ; relevé en élévation de la face nord du site avant la fouille. 9 rocher \\7;V sable 0,17 niveau par rapport au N.R. Figure 4 - Landrellec en Pleumeur-Bodou (22) ; plan général de la fouille et des structures. faut signaler qu'un
  • sentier d'accès à la plage traverse le site, les passages répétés accélérant également sa dégradation. Alors que la plupart de ces sites trégorrois, uniquement détectés en prospection pour la plupart, ne sont connus que par la présence des éléments caractéristiques en argile cuite
  • , l'intérêt des recherches menées sur celui-ci est la découverte de structures bien conservées sous l'épaisse couverture dunaire, non perturbées, permettant d'appréhender un nouvel atelier quasi-complet, avec ses différentes structures et aménagements intérieurs ; deux autres ateliers
RAP00767.pdf (PLÉLAN-LE-GRAND (35). Couëdan. rapport de fouille préventive)
  • PLÉLAN-LE-GRAND (35). Couëdan. rapport de fouille préventive
  • : 270,050 A Bx : By : sur un terrain appartenant à M. me FAUCHEUX-LECOMTE y : B 005 AH n° 872 et 890 I I Altitude : 2341,450 demeurant à Ville-ès-Cerfs 35380 PLELAN-LE-GRAND structure liée à la métallurgie du fer mise en évidence lors de la prospection thématique menée
  • particularité était déjà d i s c e r n a b l e , en limite de la ceinture de scorie, une "cheminée" v e r t i c a l e , de d i a m è t r e intérieur environ 10 c m . * Nous avons d'abord cherché les limites e x t é r i e u r e s des p a r o i s , m a i s nous y avons bientôt renoncé pour ne
  • semble qu'une partie de la limite e x t e r n e soit e f f o n d r é e (voir p l a n ) . Il ne s'intègre pas bien dans schéma d ' e n s e m b l e qui est ovalaire et assez r é g u l i e r . se le + A noter également qu'il y a fort peu de d é c h e t s : scories, m o r c e a u x de p
  • inférieure et quelques bribes de la p a r o i . C e p e n d a n t , nous y avons trouvé des scories c o m p a r a b l e s à celles des autres structures. De p l u s , le niveau inférieur était constitué de charbon de bois que nous avons prélevé pour a n a l y s e s . c) La structure S3
  • final) -y ± scorie sol en place charbon de bois argile grise sol en place 58 40 AS ¿0 iîc^. COUEDOUAN 1991 S t r u c t u r e S1 Etat final de la structure S4: seul le culot de four subsiste- La coupe montre la légère fosse dans laquelle se trouve le four, et surtout le
  • d'éclats d'un silex jaune ont été r e c u e i l l i s . I l n e s e m b l e p a s q u ' i l y a i t la m o i n d r e r e t o u c h e . C e l a p o s e m a l g r é t o u t le p r o b l è m e d e l e u r p r é s e n c e : d é j à n o u s a v i o n s trouvé deux éclats lors de la fouille
  • e c a r à p r e m i è r e a n a l y s e , ils s e m b l e n t t o u s ê t r e s e n s i b l e m e n t d e la m ê m e p é r i o d e : t è n e f i n a l e e t / o u g a l l o - r o m a i n p r é c o c e . O r , si un certain nombre de ces tessons se t r o u v a i e n t d a n s d e
  • r s d e la f o u i l l e d u P e r r a y ) . Nous avons également noté l'absence de scories "plates" a v e c " c i r c o n v o l u t i o n s " a l o r s q u e le s i t e à s c o r i e s d é j à s i g n a l é à 150 m d e là c o n t i e n t u n i q u e m e n t c e s s c o r i e s p
  • l a t e s . . . d e m ê m e qu'au Perray. 66 COUEDOUAN 1991 S c o r i e s p r o v e n a n t de la fosse F TT^r/iTfffTf^fTTi ^ wy/fiVj») >f i i A j7i"'Vfti'! n"> i m* M ¡TH iïïwTi'iiTi^r, j'itnr^ 69 A titre de c o m p a r a i s o n : LE P E R R A Y 1989 Scories
  • débordé sous cette ceinture d'argile. 71 COUEDOUAN 1991 Morceaux de parois agglomérés, trouvés dans la fosse, preuve qu'ils y ont été jetés encore chauds? Morceau de paroi issu d'un effondrement de la base de l'une des structures, à peine vitrifiée sur la face interne, et dont
  • , a évolué en la fouille d'un site complexe comportant plusieurs bas fourneaux ou bas f o y e r s , une fosse dépotoir et sans doute un a b r i . . . Peut-être même c e r t a i n e s des structures ont-elles servi au r a f f i n a g e ? Estil fort p o s s i b l e que nous n'ayons exploré
  • structure S I , e x e m p l e , ait d'abord servi de four de r é d u c t i o n , p u i s de f o y e r s . . . ce q u i pourrait expliquer cette forme ovalaire a i n s i cette grosse scorie collée à la paroi et déjà m e n t i o n n é e . mais par bas que Il faut souhaiter q u e , dans
  • u b l i c . Dans le cas p r é s e n t , nous ne saurions trop nous féliciter de la complémentarité des c o m p o s a n t e s de notre Collectif de Recherche : * L'Association des Amis du Moulin du C h â t e n a y , g u i assure l'essentiel de la prospection et une partie de
  • COUEDOUAN en PLELAN F b i ù t \ U l a B m m l l u r ç t q i t t f H m j i m t fo p t m j r o t i t •PS' RAPPORT 1 COLLECTIF RESPONSABLE : Gliï URCHER Sous-Direction de l'Archéologie MINISTERE DE LA CULTURE E T D E LA COMMUNICATION CIRCONSCRIPTION 1 £S
  • ANTIQUITES D I I I E BRETAGNE A U T O R I S A T I O N valable du Le Directeur des Antiquités I I (je 15 T E M P O R A I R E a o DE au ot Bretagne n° 91-42 AH- S A U V E T A G E 15 septembre 1991 confie à M. LARCHER prénom Guy Trudo - 35380 PAIMPONT demeurant à la
  • réalisation d'une fouille de sauvetage archéologique à : Département I HISTORIQUES Lieu-dit : Ille-et-Vilaine : PLELAN-LE-GRAND Commune : C o u é d o u a n ~ La Ville-ès-Cerfs N ° de site : 35 23 2 Cadastre année : S e c t i o n , parcelles : Coordonnées Lambert Zone : Ax
  • D I T S E V E N T U E L L E M E N T A T T R I B U E S : 0 (crédits de prospection thématique 1991) En f i n de t r a v a u x , u n r a p p o r t en d e u x exemplaires devra être remis à la D i r e c t i o n , c o m p r e n a n t plan de s i t u a t i o n , p h o t o s , etc
  • . i DESTINATAIRES : I I ^ X . Intéressé S o u s direction de l'Archéologie Préfecture Mairie Gendarmerie Directeur Régional des Affaires Culturelles A r c h i v e s de la c i r c o n s c r i p t i o n . Fait à - m juillet 1991 IN 7 021 123 L ! RGONSCRIPTION HISTORIQUE
  • BORDEREÁU RECAPITULATIF RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE / / SALA/ETAGE PROGRAMME / X ? SAUVETAGE URGENT SONDAGE / / PROSPECTION OCALISATION / / / / ~-V I C Département vrJÊ Owu. r Commune C-OU £J)oU ¿ W • Lieudit : du cadastre I.G.N Local ¿n a £ A- ~}>ç zzi ouf fin . N de
  • ^ Surface fouillée Estimation de 1'étendue du gisement ITE 1 ? Nature du gisement Nature des découvertes effectueées A Périodes chronologiques I SERVATIONS y*- ¿iwT "^¿vti» " ( M Î U I ÖNTENU DU m SSIER I I I Rapport scientifique ... Plans et coupes Planches et dessins
RAP03776 (Autour du Golfe du Morbihan - Les Landes de Lanvaux et le Sud de la Vallée de la Vilaine.Rapport de Prospection Diachronique)
  • Autour du Golfe du Morbihan - Les Landes de Lanvaux et le Sud de la Vallée de la Vilaine.Rapport de Prospection Diachronique
  • pérode antique et de groupes techniques pour la période médiévale. Ces derniers correspondaient à ceux définis dans le cadre du PCR sur « la céramique médiévale dans les pays de la Loire et en Bretagne », coordonné par Y. Hénigfeld entre 2012 et 2017. Il n’a en revanche pas été
  • correspondent à la mi-parcours de la tranchée exécutée entre les places Dariorigum et la place général de Gaulle Type de fond : Lambert 93 Précision de l’emprise : X du centroïde : 253 531 Y du centroïde : 6735 594 Z du centroïde : 4,6 m altitude en m : 4,6 m ETAT ACTUEL
  • Autour du golfe du Morbihan les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine Arrêté d’autorisation n° 2018-190 Rapport de prospection diachronique 2018 Sébastien Daré avec la collaboration de Clément le Guédard, Mikaël le Maire, Bruno Régent et Daniel Tatibouët
  • Centre d’études et de recherches archéologiques du Morbihan Service régional de l’archéologie de Bretagne août 2019 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Illustrations de couverture : en haut à gauche : vue de la crypte, cathédrale (Vannes) ; en haut
  • à droite : première pierre datée de 1648 des travaux de la crypte , cathédrale (Vannes) ; en bas à gauche : angle d’un bâtiment antique contre lequel vient s’appuyer une autre construction également antique, place Dariorigum (Locmariaquer) ; en bas à droite : deux fragments d’un
  • , sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce
  • auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces
  • rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes
  • de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de
  • courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance
  • et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  • le sud de la vallée de la Vilaine Arrêté d’autorisation n° 2018-190 Rapport de prospection diachronique 2018 Sébastien Daré avec la collaboration de Clément le Guédard, Mikaël le Maire, Bruno Régent et Daniel Tatibouët Centre d’études et de recherches archéologiques du
  • ministère de la Culture et de la Communication, Direction régionale des Affaires Culturelles de Bretagne (DRAC), service régional de l’archéologie, représenté par Monsieur Yves Ménez, conservateur régional, Madame Anne-Marie Fourteau, ingénieur de recherches en charge du Morbihan à
  • reconnaissance à différentes institutions et personnes pour le support apporté. Dans le cadre du suivi de travaux de la crypte à la cathédrale de Vannes : Monsieur Olivier Curt, chef de service et architecte des bâtiments de France, et Monsieur Laurent Corlay, bureau monuments historiques
  • et patrimoine, de l’Unité Départementale de l’Architecture et du Patrimoine du Morbihan chargés de la conservation de l’édifice, qui ont favorisé nos investigations. Nous leur exprimons aussi notre gratitude pour l’aide financière allouée. Madame Marie-Suzanne de Ponthaud
  • , inspectrice générale des Monuments Historiques, architecte en chef des Monuments Historiques, en charge des travaux de restauration de la cathédrale de Vannes ; L’entreprise Lefevre et son équipe d’une grande compétence, pour les terrassements dans la crypte ; Monsieur Diego Mens, conseil
  • départemental du Morbihan, pour sa connaissance des archives de la cathédrale et les discussions avisées que nous avons pu avoir sur le monument et les découvertes. Nous remercions pour les travaux accomplis à la chapelle Saint-Yves à Vannes : M. Davide Stefani, directeur des bâtiments à
  • la ville de Vannes ; M. Lagneau, architecte en chef des Monuments Historiques,en charge du projet de restauration de la chapelle Saint-Yves, pour avoir mis à notre disposition les plans dressés par son cabinet. Pour les interventions menées à Locmariaquer, il nous est agréable
  • de remercier : Monsieur Jacques Madec, adjoint à la culture à la mairie de Locmariaquer, pour son accueil, attentif à nos besoins pour que nos condition d’intervention soient les meilleures possibles, et son enthousiasme ; Monsieur Laurent Simon, directeur général des services, et
RAP00597.pdf (RENNES (35). 4-4bis rue Saint-Martin. rapport de fouille préventive)
  • RENNES (35). 4-4bis rue Saint-Martin. rapport de fouille préventive
  • terrain aie $ de ce four, K > ', / 1 \ J h J n i i ' h àrM'S. -1 o_ \ - s y B - LA PRODUCTION I La céramique à cuisson réductrice n 1 ) La Terra Niera (33 f des tessons) De nombreux tessons émanant de vases brisés en début de cuisson ont été r e c u e i l l i s dans l
  • . , 2 0 0 1 - D i e u x , s a n c t u a i r e s e t rites e n A r m o r i q u e r o m a i n e . Patrimoine, bulletin de la Société archéologique de Corseul, 15, p. 2 7 - 3 9 . E V E I L L A R D , J . - Y . , 2 0 0 1 - L e s o r i g i n e s d e C a r h a i x : m i s e a u p o i
  • a i n e . Bulletin Société archéologique du Finistère, 131, p. 7 1 - 8 9 de la p. 5 7 - 7 4 . E V E I L L A R D , J . - Y . , 2 0 0 2 - L a c a r r i è r e d e L o c u o n e n P l o ë r d u t . Kreiz Breizh, 3, p. 2 1 - 2 5 . E V E I L L A R D , J . - Y . , 2 0 0 2 - L e s v o
  • K3NNRS 1969 et 1970 Résidence St-Martin : Fouille de sauvetage An mois d'octobre 1969, l a la.^action des Antjouités ïïistoTicmes de B r e tagne était avisée ou'une entreprise fie travaux "oublies e f f e c t u a i t d'importants travaux de terrassement au l i e u - d i t
  • être étudiés en p a r t i e . Pendant toxite l'année1970,à l'occasion de divers travaux de terrassements et d'aménagements effectués sur l e s i t e , i l nous a été possible de vérifier e t de préciser dans certains cas la, chronologie générale mise en évidence l o r s des
  • premiers travaux. ETUDE DB LA ZOHE "A" Etude strati^raphique de l a " v i l l a " . A — Première occupation B - Deuxième occupation C - Troisième occupation Etude de l a nécropole. I - ETUDE STRATIGRAPHiqJB : Zone A, Coupe n° I I , Nord-Sud. Nous trouvons en premier l i e u une
  • de terre battue (photo 3) constitue l a couche de destruction de la. seconde occupation du s i t e (de Claude à l a f i n du I l e siècle). Ce nouveau s o l (îshoto 1) est limité au nord et au sud par deux murs (M3 et K l ) an p e t i t appareil dort l e s fondations en pierres
  • caractère indigène très marqué (cabanes ou huttes de t e r r e et de branchages ; l e f a i t qu'aucune trace de fond de cabane n ' a i t été remarquée s'explique sans doute par les engins de terrassement qui ont raclé l a p a r t i e haute de cette couche). La grande majorité du
  • matériel r e c u e i l l i (surtout de l a céramique) dans ce niveau ( l ) , provient d'une série de p e t i t e s fosses-dépotoirs établies dans des dépressions naturelles du substratum argileux. Etude du mobilier
  • à lèvres en biseau ( P l . I I I , f i g . 3) ou a rebords moulurés ( P l . IV, f i g . 2a e t 2b). Fragments d'ovoïdes à p r o f i l élancé, à fond p l a t ou dotés d'un pied balustre. SE .'••Ns>* Photographie n° 3 - w Dégagement en escalier d'une section de la couoe II
  • , mettant en évidence : 1 - la remblai de la 3e occ. 2 - la couche de destruction de la 2e o c c . 3 - le sol en terre battue de la 2e o c c . P h o t o ^ a p b i e n° 4 - Zone A , 1ère occupation Vase ovoïde modelé à la. main * céramique blanche : (peu abondante sur l e s i t e
  • très belle glaçure marron (sur l e fond e t à l'intérieur, première l e t t r e d'une estampille : H...). A t e l i e r indéterminé. c) La céramique commune. * céraminue à cuisson réductrice (60 % des tessons). < - céramique modelée à l a main (30 $ dés tessons à cuisson
  • ) .
  • , céramique peinte e t céramique blanche) 4 ?• La rareté de cette dernière céramique et l a très f a i b l e quantité defiéramiqueà cuisson oxydante, semblant i n d i quer une certaine fermeture de l'Armorique aux influences techniques romaines, a i n s i qu'aux marchés commerciaux. (9 b
  • \*) B - SECONDE OCCUPATION : D E CLAUDE A . L A PIN DU Ile SIECLE., Cette période marque le début des constructions sur le site. U n i m p o r tant remblai est étendu sur la couche d'occupation précédente afin d'aplanir le terrain et de compenser son uendage. La phase de
  • construction intervient avec la mise e n place de murs en petit appareil (photo n ° 2) liés par u n mortier jaune très résistant dont les fondations s'enfoncent de 0 , 8 0 m dans le terrain s o u s jacent. L e sol des deux pièces, délimitées par les murs identifiés en stratigra- phie, est
  • dans la partie est du chantier A . Aucun plan d'ensemble n'a. n u être dressé, les engins de terrassement ayant, dans la plupart des c a s , atteint le sol vierge. Il est difficile de déterminer la n a ture de ou des édifices de ce secteur. Il s'agit sans doute de demeures privées
  • , car la plupart des édifices publics et religieux devaient se trouver à cette é n o rme dans la ville basse (comme cela est attesté au Ile siècle pour les temples et la b a s i l i c m e ) . Cependant, ceci pourrait être vérifié par des sondages dans la p r o priété voisine, les
  • murs identifiés passant sous le m u r de clôture. Les murs de cet édifice étaient recouverts d ' u n enduit blanc-jaunâtre uniforme dont de très nombreux fragments ont été retrouvés sur le sol et dans la couche de destruction. Etude du mobilier, (constitué uniquement de céramique
  • sigillée : cette céramiaue, très abondante recueillie dans les angles des murs au niveau du sol et dans la couche de destrucc tion, renrésente environ 30 /o des tessons 0 < V - La Graufesencme. j . formes lisses : coupelles D 27 e t R i t t e r — l i n g 11b (Claude), coupelles
RAP02047.pdf (LILLEMER (35). étude de l'occupation néolithique en milieu humide. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005) et de prospection thématique 2004)
  • LILLEMER (35). étude de l'occupation néolithique en milieu humide. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005) et de prospection thématique 2004
  • séries de haches polies des arrondissements de Saint-Malo et de Dinan (Ch.-T. Le Roux et Lecerf Y., 1980 et 1981). La reprise de ces inventaires enrichis par l'étude de nouveaux objets signalés devrait permettre d'une part de compléter la vision du peuplement néolithique et d'autre
  • . Hingant S. Guyodo J ;-N., Hamon G., Bizien-jaglin C., Dupont C., March C. et Jean S., 2002 - L'habitat chalcolithique de la Place des Frères Lamennais à Saint-Malo (Ille-etVilaine), Les Dossiers du Ce.R.A.A. n°30, p. 33 à 50. Tynevez J.-Y., Cornee Th., Pihuit P., 1990 - Une fosse
  • , bordant la parcelle sur son coté sud est a seule livré quelques structures. Deux fosses y ont été mises au jour à 0.5m de profondeur: La fosse 3/1 a été entièrement vidée manuellement du fait de sa richesse en mobilier céramique et lithique. Le remplissage de la fosse 3/2 se compose de
  • . 2.2 Tranchée 2 Longue de 28 mètres, elle atteint 75cm de profondeur au sud et 135cm au nord. Y a été mise en évidence une succession de structures témoignant d'aménagements complexes au niveau de la tangue et dans la tourbe : trois empierrements de schistes, composés de pierres
  • vestiges dégagés. Nous souhaitions ici retrouver la continuité du chemin de planche dégagé en 2003 sur la parcelle 732 adjacente. La stratigraphie observée y est similaire. Décrite dans les précédents rapports nous n'y reviendrons pas. Sous une petite couche remblais récents, dégagés à
  • médiévaux ou modernes y ont été recueillis. Au milieu de cette tranchée, une grosse boule de dolérite est calée à la base par des plaquettes de schiste. La fouille des niveaux tourbeux s'est faîte manuellement. Les niveaux organiques supérieurs (Co 3) viennent recouvrir en biseau la base
  • Fouille programmée : Equipe de fouille : Site n° 35 153 003 AH Parcelle n°733 Coordonnées Lambert : X = 290,35 Y = 1104, 65 Direction : L. Laporte Encadrement sur le terrain : J.-N. Guyodo Etude dendro : Q. Lemouland, V. Bernard Equipe de fouille : Pénélope Amato, Corinne Fourcade
  • , Pierre Griffith, Stéphanie Hedda, Gaëlle Hild, Marion Kucharski, Erwan Marion, Faustine Roussel, Julien Vieugué, Wilfrid Vitali, Mise au net des plans : C. Bizien-Jaglin, F. Bertin Financement : Ministère de la Culture : 21 000 euros Remerciements Nous tenons à remercier le
  • propriétaire de la parcelle sondée, Monsieur Delépine pour sa gentillesse et l'attention qu 'il a porté à nos travaux. Nous avons le plus grand plaisir à remercier la Mairie de Lillemer qui a mis une salle à notre disposition ainsi qu'un lieu pour camper. Elle a toujours accueilli nos
  • recherches avec beaucoup de sympatie. Le Ceera, à l'initiative de la découverte, a très aimablement facilité nos démarches sur place. M. Tostivin, gestionnaire de l'UMR 6566, s'est - comme toujours - dévouée pour faciliter le bon fonctionnement du chantier sur le plan administratif et
  • financier. Ces travaux n 'auraient pu être réalisés sans le soutient actif du Service Régional de l'Archéologie, en particulier en la personne de A. Villard que nous souhaitons remercier. Sur le terrain, nous avons eu un grand plaisir à travailler avec une équipe de fouille efficace et
  • compétente. Un grand merci à tous. 3 Plan Chapitre I - Contexte du peuplement Néolithique Catherine Bizien-Jaglin Chapitre II - Les opérations d'archéoloogie préventive Anne-Louise Hamon p. 5 p. 11 Chapitre III - La fouille programmée Luc Laporte p. 20 Chapitre IV - Analyse des
  • inégale qui est principalement due aux orientations des prospections pédestres. Ainsi la concentration de gisements située au sudouest de Lillemer est issue d'actions de terrain particulièrement intensives sur ce secteur. Cependant le choix et surtout le développement de ces
  • prospections provient bien de l'intérêt de la zone et la densité d'occupation reste significative. La définition de ce secteur de peuplement ne peut être pleinement abordée sans la prise en compte des parcelles prospectées vierges d'artefacts. Cette dynamique de terrain est d'ailleurs en
  • cours. La même remarque concerne la portion côtière entre Saint-Malo et Cancale où le littoral a été plus particulièrement étudié. Dans cet inventaire, les découvertes isolées n'ont pas été répertoriées, les éclats de roche taillés voir les outils isolés se rencontrent fréquemment
  • dans les prospections pédestres et ne peuvent être qualifiés de traces de peuplement au premier abord. Tentative d'interprétation Au sein des gisements deux groupes se distinguent aisément. Sur la côte, les gisements 28,27 ont livré une industrie sur petits galets de silex similaire
  • à celle étudiée lors de l'habitat Chalcolithique de la place des Frères Lamennais à Saint-Malo intra-muros (Hingant et al. 2002). La concentration de gisements au sud-ouest de Dinan (n° 8 à 111,13 à 20,29 à 32, 34 à 37) correspond à des industries essentiellement en grès lustrés
  • (roche locale). Les gisements parfois très proches, s'organisent surtout le long de la vallée du ruisseau de la Chenaie, où, au lieu-dit la Vilaie, une enceinte mégalithique avait été signalée au XIX0 siècle. Le silex apparaît comme roche d'appoint. On rencontre aussi de manière plus
  • localement. Ces artefacts, parfois retaillés, traduisent une réutilisation de cette matière première au néolithique. Quelques flèches à pédoncule et ailerons orienteraient vers une occupation de la fin du Néolithique. Ce constat trouve d'ailleurs un écho dans les quatre allées 6
  • couvertes connues sur ce secteur et dans une moindre mesure avec le menhir sculpté de SaintSamson-sur-Rance, plus éloigné, qui offre un répertoire iconographique que l'on peut associer au Néolithique final (Le Roux, 2003). Les occupations plus anciennes sont attestées par la fosse
RAP02953.pdf (LA GUERCHE-DE-BRETAGNE, RANNÉE, DROUGES (35). rd 178 déviation, tranche 3. rapport de diagnostic)
  • LA GUERCHE-DE-BRETAGNE RANNÉE DROUGES
  • opération préventive de diagnostic
  • LA GUERCHE-DE-BRETAGNE, RANNÉE, DROUGES (35). rd 178 déviation, tranche 3. rapport de diagnostic
  • , 35125 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence Extrémité nord : x : 332039,65 y : 2333446,79 z : 74 m NGF Extrémité sud : x : 332039,65 y : 2329515,27 z : 79 m NGF Références cadastrales Communes Drouges, Rannée, La Guerche-de-Bretagne Année
  • : Ille-et-Vilaine (35) Commune(s) : La-Guerche-de-Bretagne Adresse/Lieu-dit : déviation RD 178, tranche 3 N Coordonnées géographiques et altimétriques : Extrémité nord : x : 332039,65 y : 2333446,79 z : 74 m NGF Extrémité sud : x : 332039,65 y : 2329515,27 z : 79 m NGF Rennes La
  • , tranche 3 X=1383900 X=1383700 X=1383500 X=1383300 X=1383100 X=1382900 X=1382700 X=1382500 X=1382300 X=1382100 RD 463 Y=7202600 BC68 la Vigne BC8 BC18 BC9 BC19 Y=7202400 BB188 BB40 BB32 BC6 BB31 COMMUNE DE LA GUERCHE-DE-BRETAGNE Y=7202200 le Bois Bougemont BB30 Y
  • =7202000 BB29 BB26 BB28 Y=7201800 Falèche BB21 BB22 La Pinelière BB15 BB14 BB13 La Haie Nouvelle Y=7201600 BB23 BB126 AY40 La Houssaie BB127 BB36 BB134 BB118 BB117 La Sallerie WB17 DE WB21 WB18 WB19 Y=7201400 AY41 BB135 BB137 WB20 Y=7201200 WB23 Y=7201000
  • WB114 Y=7200800 La Gaudinière Y=7200600 COMMUNE DE RANNÉE WB80 Y=7200400 RD 47 Y=7200200 WB74 Les Rimbaudières Y=7200000 WB76 WB75 nn l’Arde e WB39 Y=7199800 WB40 voie SNC F WB58 La Chaussée WB51 Y=7199600 ancie WB44 nne WB57 Y=7199400 WB52 WB50 Y=7199200
  • WB45 La Grande Bécannière Y=7199000 COMMUNE DE DROUGES La Bécannière 17 limite de commune ZB10 ZB16 Y=7198800 RD 95 ZB18 8 ZA55 ZA58 RD 22 Y=7198600 ZB14 site repéré en prospection aérienne 0 50 200 500 m I. Données administratives, techniques et scientifiques
  • sites et indices de sites identifiés entre la RD 463 et la RD 178. 1 km II. Résultats 55 2. Résultats 2.1 La Bécannière (35102 007) Coordonnées géographiques (Lambert III-CC48) : X : 138 25000, Y : 7198600, Z : 80 m NGF Parcelle(s) : ZB10-16 (4) Tranchée(s) : 227 Niveau
  • chemin préexistant à l’installation de la voie antique. La question du développement spatial du terroir en relation avec la présence du passage de cette voie ouvre un large champ d’études. 2.3 La Chaussée (35235032) Coordonnées géographiques (Lambert III-CC48) : X : 138 2500 / Y
  • Inrap Grand Ouest Le diagnostic a permis en outre d’évaluer 6 sites : – la voie romaine au niveau de la limite communale entre Drouges et Rannée à La Grande Bécannière, repérée en prospection aérienne par Gilles Leroux, est fort bien conservée ; – un système d’enclos à La
  • Chaussée, détecté en prospection par Gilles Leroux et sondé partiellement par J.-C. Meuret s’étend sur plusieurs hectares ; – aux Rimbaudières, des vestiges de bâtiments sur poteau s’étendent sur toute la partie basse du champ. Le mobilier céramique a permis de mettre en avant
  • l’étonnante étendue du spectre chronologique de cette occupation qui débute au Néolithique pour finir au à la période du Bronze final/1er Fer ; – l’enclos de La Gaudinière, connu de la carte archéologique, s’est enrichi de nouvelles données. Les fossés attenants à l’enclos principal
  • indiqueraient que l’emprise passe à travers un système d’enclos lié à un habitat beaucoup plus étendu qu’il ne paraissait sur la photo aérienne. La découverte de céramique du 1er âge du Fer sur ce site et d’un fossé d’enclos curviligne en filigrane des larges fossés laisse entrevoir la
  • complexité de l’histoire de l’évolution de ce site ; – un deuxième site daté du Bronze final /1er Fer a été découvert à Falèche sur la commune de La Guerche-de-Bretagne. L’emprise passe au travers d’une petite densité de trous de poteau et de fossés d’enclos ou parcellaires. Leur fonction
  • n’a pu être déterminée ; – à La Sallerie, sur la commune de Rannée, plusieurs haches en bronze à talon datées du Bronze moyen ainsi que des vases de la même époque constituent une découverte exceptionnelle. Dans la même parcelle, les vestiges d’une occupation médiévale dont il
  • subsiste deux chemins, de larges fossés quelques structures de type fosse et sans doute la base d’un four ont été mis au jour. Sujets et thèmes Structure funéraire, habitat rural, voirie, fosse. 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr
  • Diagnostic archéologique Mobilier Céramique, objet métallique, outil, monnaie. Cinq indices de sites : une fosse isolée néolithique et des fossés protohistoriques à La Sallerie à Rannée, des fossés antiques et protohistoriques à La Houssaie (La Guerche‑de-Bretagne) et à La Haie Nouvelle
  • (La Guerche‑de-Bretagne), trois sépultures à incinération sur les bords de l’Ardenne au niveau du lieu-dit Les Rimbaudières (Rannée). L’enclos protohistorique de La Houssaie (n° 13) sur la Guerche‑de-Bretagne à proximité de l’emprise ne s’étend que très partiellement sur l’emprise
  • . Les apports du diagnostic restent limités pour l’enclos protohistorique de La Bécannière (n° 7) sur Drouges. Rapport final d’opération Les résultats du diagnostic archéologique sur la dernière tranche du projet de la déviation de La Guerche-de-Bretagne se sont avérés positifs
  • . Sur les 26 ha sondés, pas moins de 5 indices de sites et 6 sites s’échelonnant entre la période Néolithique et le Moyen âge, ont été détectés. La Guerche-de-Bretagne/Rannée/Drouges  : RD 178-Déviation, tranche 3 La-Guerche-de-Bretagne/Rannée/Drouges, RD 178-Déviation, tranche 3
  • Rapport final d’opération Chronologie Néolithique, Protohistoire, âge du Bronze, âge du Fer, Hallstatt, la Tène, Antiquité romaine, Haut-Empire, époque médiévale, bas Moyen âge Ille-et-Vilaine, La-Guerche-de-Bretagne/Rannée/ Drouges, RD 178-Déviation, tranche 3 La-Guerche-de
RAP02211.pdf (ÎLE-MOLÈNE (29). beg ar loued. un habitat en pierres sèches de la fin du néolithique / âge du bronze ancien. rapport de fp 1)
  • ÎLE-MOLÈNE (29). beg ar loued. un habitat en pierres sèches de la fin du néolithique / âge du bronze ancien. rapport de fp 1
  • Département : Finistère Commune : Molène Lieu-dit : pointe de Beg ar Loued Coordonnées Lambert I I étendu : X = 60,300 ; Y = 2401,880 Parcelle, section cadastrale : commune non cadastrée Propriétaires : La partie terrestre est propriété de la commune de Molène. Coût de l'opération vis à
  • sommes ont permis d'embaucher deux vacataires (C. Dupont et Y . Dréano) pour un total de 5 mois. Les vacations de t r i se déroulent actuellement au laboratoire d'Archéozoologie de l ' U M R 5197 sous la responsabilité de K . Debue et A . Tresset. Elles ont permis de traiter les
  • seule la partie supérieure émerge de la dune. En cas de perte de ce repère, toujours possible dans un milieu mouvant, Y . Bougio et son équipe ont implanté à notre demande l'an passé un repère géodésique ("Ref-Fouille") matérialisé par un clou d'arpenteur fiché dans une diaclase d'un
  • rocher de la pointe de Beg ar Loued. Pour des raisons de logistique, l'équipe a été réduite en 2006 à une quinzaine de fouilleurs m ê m e s'il y a eu des pics à 20 personnes. Globalement, 6 personnes étaient affectées en permanence au t r i des sédiments, 1 à l'intendance, 1 au
  • avoir parfaitement survécu aux intempéries et des retours positifs ont été obtenus de la part de la population insulaire. 2) PROTOCOLE DE TAMISAGE ET GESTION DES REFUS DE TAMIS (K. Debue, Y . Dréano, C. Dupont) Le volume tamisé cette année 2006 correspond à 9200 litres. A la f
  • été à 500 u (172 litres). La planche 6 (annexe) montre la répartition des prélèvements et la maille du tamisage utilisée pour chacun d'entre eux. D / U N INDICE D U P A L E O L I T H I Q U E M O Y E N PRES D E BEG A R L O U E D (A. Lourdeau). Découverte d'un nucléus Levallois en
  • culturelle. Fig. 3 : Molène, littoral ouest. Nucléus Levallois à éclat préférentiel Fig. 4 : Schéma diacritique du nucléus E/ C O M P T E - R E N D U DES MISSIONS TOPOGRAPHIQUES (Y. Bougio avec la collaboration de C. Angles, C. Chapelle, G. Quiniou) Dans le but de faire un suivi et un
  • contrôle de son évolution physique, le site fait l'objet tous les ans d'une mission topographique. Comme pour l'année 2005, les relevés topographiques effectués sur l'île Molène ont été réalisés en collaboration avec la société I n V i v o environnement représentée par Y . Bougio
  • rapport n ° 7), i l est nécessaire de contrôler à partir de ceux-ci, l'évolution topographique sur le chantier fouille. L'année précédente, nous avions défini au niveau du site, 2 stations au Nord-Ouest : Mol-fouille 1 ( X : 60473,21 ; Y : 102772,92) et Mol-fouille 2 à partir de la
  • station RGP placée sur le toit de la Chimère. En arrivant sur place, j e constate la destruction du deuxième clou installé. Le but est alors de contrôler la position du premier repère (une marque sur une pierre) à partir du clou géodésique (Ref-fouille - X : 60484,97 ; Y : 102675,34
  • du 8 juillet 2006 Pour réaliser l'ensemble du relevé au niveau du site, au sud de l'île, nous décidons d'installer la station de base GPS au niveau de la borne S H O M située entre le cimetière et la salle polyvalente ( X : 60329,33 ; Y : 103199,72 ; Z : 24,174 m / I G N 69) (à
  • mégalithique au Nord. Dans cette partie, le relevé se fait par la marche de l'opérateur qui suit les profils sur le cahier de terrain. Le mobile GPS est placé sur le sac à dos. Durant 4h, en alternance, nous avons relevé 2500 points ( X , Y et Z ) . Nous avons d û adapter les profils à la
  • -même à la date du 8 juillet 2006 ( d ' o ù un manque d'informations sur le plan à l'Est - Voir Planches Topo n ° 4 et 5). I c i , nous installons le GPS mobile sur la canne topographique (Hauteur : 2 m ) . Nous relevons ainsi, 263 points ( X , Y et Z ) , sur l'ensemble de l'habitat
  • 2 6 JAN. 2007 Y v a n Pailler, Sandie G i o v a m a c ^ j ^ g ^ r i ^ ^ ^ ^ r i n e Tresset (dir.) avec les contributions de Yann Bougio, Jean-René Darboux, Karyne Debue Fravel, Marie-France DietchSellami, Klet Donnart, Yvon Dréano, Catherine Dupont, Henri Gandois, Laurence Le
  • L E S I T E D E B E G AR LOUED ( I L E MOLENE) 10 10 Al B I L A N F I N A N C I E R INTRODUCTION: I - T A B L E A U X D E SYNTHESE I I - A N A L Y S E DES V A R I A T I O N S POSTE A POSTE 10 10 11 13 B/ STRATÉGIE D E F O U I L L E 15 CI M E T H O D E S 1) METHODES MISES E
  • N Œ U V R E 2) PROTOCOLE D E T A M I S A G E E T GESTION DES REFUS D E T A M I S 3) PROTOCOLE D E P R E L E V E M E N T M I S E N P L A C E POUR L A CARPOLOGIE 16 16 17 18 D/ UN I N D I C E D U P A L E O L I T H I Q U E M O Y E N P R E S D E B E G A R L O U E D 19 El C O M P
  • E S T I G A T I O N O F A T I N Y DISC B E A D FOUND IN M O L E N E ISLAND 117 AI L E S I N V E R T E B R E S MARINS D E B E G A R L O U E D , TEMOINS D E S A C T I V I T E S DES N E O L I T H I Q U E S E T DU PALEOENVIRONNEMENT : D E L ' E C H A N T I L L O N A R C H E O L O
  • presse Journal Télévisé Ouvrage grand public BIBLIOGRAPHIE : 156 156 156 158 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur aide et leur soutien : - Le Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil Général du Finistère qui nous ont accordé les subventions
  • rebouchage lors des campagnes à venir. Dans ce cadre, i l est également prévu qu'un panneau explicatif temporaire soit posé sur le site pour expliquer les travaux effectués. - La compagnie de transports maritimes Penn ar Bed et son directeur M . Lagadec qui nous fait bénéficier chaque
  • année du tarif insulaire, de la gratuité du transport des containers de matériel et de marchandises et met gracieusement à notre disposition un container qui nous sert de cabane de chantier. Nous tenons aussi à remercier le personnel à terre et les équipages de la Penn ar Bed pour
RAP03176_1.pdf (LA MÉZIÈRE (35). ZAC des Lignes de la Gonzée : fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. Rapport de fouille)
  • LA MÉZIÈRE
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • LA MÉZIÈRE (35). ZAC des Lignes de la Gonzée : fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. Rapport de fouille
  • 6.7.1 6.7.1.1 6.7.1.2 6.7.1.3 La cuve Le couvercle Un matériau de quelle provenance ? Visibles ou invisibles ? Quelle durée d’utilisation ? Le défunt dans la tombe La position du corps Des adultes exclusivement ? Quand il y a des ossements conservés Étude anthropologique Données
  • Y : 6800842 Z : environ 91 m NGF Section(s) et parcelle(s) : AH 137 et 145 AI 75p 20 0 20 40 60 80 100 km N 0 250 m 1/25 000 1 km 2 km I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 17 18 Inrap · RFO de fouille La Mézière
  • encore gallo-romaines et ont suivi un protocole bien rodé : nettoyage en plan, observations (contours, chronologie relative, etc.), fouille, photographies, relevé au 1/20 du plan, des profils et de la stratigraphie, fiche d’enregistrement, enregistrement en X,Y et Z des points de
  • Ille-et-Vilaine, La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée Mobilier Industrie lithique, céramique, végétaux, objet métallique, outil (macro-outillage), parure, monnaie. Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr
  • L’occupation la plus ancienne, attribuable au Néolithique moyen, est notamment matérialisée par un grand bâtiment sur poteaux et des structures de combustion. Le mobilier associé et les datations 14C situent cette occupation vers 4200-4000 ans av. J.-C. Comme l’attestent diverses structures
  • de la période antique pour de nouveau observer une importante implantation domestique sur le secteur. Le tiers nord du décapage a ainsi révélé la pars rustica d’une grande villa se développant plus au nord à proximité du bourg actuel de La Mézière. L’approche territoriale mise en
  • place dans le cadre de l’opération montre que les Lignes de La Gonzée, situées en bordure du projet, sont probablement édifiées aux cours de l’Antiquité tardive. Enfin, une nécropole du haut Moyen Âge fait partie des éléments remarquables mis au jour dans le cadre de cette opération
  • , en raison notamment du nombre de sépultures étudiées et de son organisation. Le mobilier archéologique mis au jour permet de caler l’utilisation de cette nécropole entre la fin du ve siècle ap. J.-C. et le viiie s. ap. J.-C. Fouille archéologique Rapport final d’opération
  • Sujets et thèmes Bâtiment, structure funéraire, habitat rural, villa, bâtiment agricole, structure agraire, foyer, fosse, sépulture Menée sur près de 6 hectares, l’intervention archéologique réalisée sur le site des Lignes de La Gonzée à La Mézière a permis de mettre au jour de
  • nombreux vestiges archéologiques. Ils couvrent un large intervalle chronologique compris entre le Néolithique et le haut Moyen Âge. Une partie des données obtenues étant inédites ou peu documentées au niveau de la péninsule armoricaine, elles renouvellent un certain nombre de
  • connaissances. Rapport final d’opération Chronologie Néolithique moyen et récent, âge du Bronze récent, âge du Fer/ La Tène, haut Moyen âge, Empire romain. Ille-et-Vilaine, La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée : Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 1 Fenêtre
  • ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Volume 1 sous la direction de Stéphane Blanchet Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest novembre 2015 Code INSEE 35119 Volume 1 Arrêté de prescription 2011-141 Code
  • Inrap DB05035802 Fouille archéologique Rapport final d’opération Ille-et-Vilaine, La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours sous la direction de avec la collaboration de Stéphane Blanchet Françoise Le Boulanger
  • 2.2.4.3 2.2.4.4 2.3 2.3.1 2.3.1.1 2.3.1.2 2.3.1.3 L'occupation néolithique Présentation générale La chronologie La répartition et l’état de conservation des vestiges Les limites du site Les structures Un grand bâtiment rectangulaire Les grandes caractéristiques architecturales Les
  • principaux éléments porteurs Les éléments de façade Les structures en creux présentes à l’intérieur de la construction Le lambeau d’un niveau d’occupation ? Éléments de chronologie absolue et relative Quelques pistes de réflexion pour une éventuelle restitution architecturale Les
  • caractéristiques générales Typologie de quelques structures à pierres chauffantes Éléments de chronologie absolue et relative Synthèse et discussion Le mobilier néolithique La céramique Présentation générale L'ensemble 1 L'ensemble 2 4 139 140 141 141 141 141 163 167 172 172 172 174 178 179
  • discussion Éléments de chronologie Le mobilier céramique : chronologie et comparaisons régionales La chronologie absolue Éléments d’architecture Les comparaisons Une occupation protohistorique Des ensembles bâtis Un ensemble de fosses et de trous de poteau (ens. 1) Une construction sur
  • relation habitat/espace funéraire ? Les vestiges protohistoriques intégrés dans un système plus vaste ? L’occupation de La Tène finale et de la période romaine Les fossés directeurs Les fossés du groupe 1 Les fossés du groupe 2 La parcelle A La parcelle B La parcelle C La parcelle D La
  • Les fossés 1160 et 1790 Les fossés de partition Les tracés 1050/214 et 1410/1890 Le linéaire 1050-2140 Le linéaire 1410 Le cloisonnement interne : un ensemble d’espaces partitionnés, à l’est de la limite 1410 La limite méridionale : les tracés 1420 1430 et 1500 Le tracé 1110/1440
  • grange antique de plan standard 4.3.1.2 La fondation 1054 et le contrefort 1201 : le pignon méridional 4.3.1.3 La fondation 1052 : le mur occidental de la pièce principale 4.3.1.4 Les fondations 1051 et 1053 : délimitation de la pièce méridionale de l’avant-corps. 4.3.2 La fosse 1059
RAP03318.pdf (RANNEE (35). La Sallerie : du Bronze à l'argile, une route au coeur de l'histoire. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RANNEE (35). La Sallerie : du Bronze à l'argile, une route au coeur de l'histoire. Rapport de fouille
  • littéraire et artistique. Les informations qui y sont contenues ne sont pas considérées comme des informations publiques pouvant être librement réutilisées quand des tiers détiennent sur ce document des droits de propriété intellectuelle (articles 9 et 10 de la loi n° 78-753 du 17 juillet
  • RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE FOUILLE PRÉVENTIVE Aménageur CG D'ILLE-ET-VILAINE LA SALLERIE RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Arrêté de prescription 2014-234 DU 7 JUILLET 2014 RANNÉE (35) NOVEMBRE 2016 Numéro de l'entité archéologique 35 235 0054 35 235
  • ROUTE AU COEUR DE L'HISTOIRE La troisième tranche du projet de déviation de la RD 178, menée par le Conseil Général de l'Ille-et-Vilaine, a motivé la réalisation d'un diagnostic archéologique sur les 26 ha du tracé. Les découvertes ont donné lieu à cinq prescriptions portant sur des
  • sites allant de l'âge du Bronze au Moyen Âge (La Sallerie, Les Rimbaudières, La Pinelière, La Chaussée et La Grande Bécannière). Les fouilles menées à La Sallerie ont été réalisées entre le 13 avril et le 22 mai 2015 sur une surface totale de 6 970 m². La première occupation
  • déterminer ni le nombre ni la nature exacte du dépôt, probablement incomplet et dispersé. Deux vases en position fonctionnelle ainsi qu'une fosse contenant cinq vases fragmentés, datés strictement de la même période, ont été découverts à proximité. Cet ensemble pourrait autant être
  • implantation domestique en marge d'une zone d'extraction d'argile en lien avec une activité artisanale de relativement grande ampleur (production tuilière ?). Enfin, aux Époques moderne et contemporaine, les lieux remblayés semblent dévolus à des activités agricoles. Code INSEE de la
  • commune 35 235 a pu également être attribuée à la période laténienne et deux modestes Auteurs LAURENCE LE CLÉZIO (DIR.) NOLWENN LE FAOU (RS) Aménageur CG D'ILLE-ET-VILAINE FOUILLE PRÉVENTIVE RANNÉE (35), LA SALLERIE DU BRONZE À L'ARGILE... UNE ROUTE AU COEUR DE L'HISTOIRE Arrêté
  • de prescription 2014-234 DU 7 JUILLET 2014 Numéro de l'entité archéologique 35 235 0054 Code INSEE de la commune 35 235 SRA Bretagne NOVEMBRE 2016 RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Auteurs LAURENCE LE CLÉZIO (DIR.), NOLWENN LE FAOU (RS), Avec la collaboration de
  • TORON. Utilisation des données d'un rapport de fouille L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique : « toute représentation ou reproduction intégrale
  • incorporées et sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits de propriété
  • Conclusion 43 43 44 65 109 112 2.2 L'occupation de l'âge du Bronze 2.2.1 Contexte archéologique 2.2.2 Les différentes formes de vestiges 2.2.3 Le mobilier associé 2.2.4 Une unique fosse datée de la période de La Tène 2.2.5 Synthèse de l'occupation protohistorique 32 33 41 41 12 3
  • NOTICE SCIENTIFIQUE 13 4 ABSTRACT 13 5 ÉTAT DU SITE 16 6 LOCALISATION CARTOGRAPHIQUE 19 7 ANNEXES ADMINISTRATIVES 19 7.1 Arrêté de prescription et cahier des charges de la fouille 27 7.2 Arrêté d'autorisation et de nomination Sommaire 247 C LES INVENTAIRES 115 115 115
  • 2.3.8 Les terres cuites 2.3.9 Le verre 287 3 INVENTAIRE DE LA DOCUMENTATION DE FOUILLE 287 3.1 Inventaire de la documentation écrite 288 3.2 Inventaire des minutes de terrain 289 3.3 Inventaire des photographies 5 A DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 7
  • avenue de la préfecture, CS 24218, 35042 Rennes Statut du terrain au regard des législations néant DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1.2 Opération N° de l’entité archéologique 35 235 0054 Arrêté de prescription 2014-234 du 7 juillet 2014 Arrêté d'autorisation
  • de l'opération et de désignation du responsable 2014-331 du 3 décembre 2014 Maître d’ouvrage Conseil général d'Ille-et-Vilaine Nature de l’aménagement RD 178, Déviation de La Guerche-de-Bretagne et Rannée Opérateur archéologique SAS Éveha 31 rue Soyouz - ESTER Technopole, 87068
  • ; Road, Agrarian structure, Fireplace, Pit, Ditch, Grave, Lithic, Ceramic, Metal objet, Coin, Glass 9 RANNÉE (35) – La Sallerie – 2016 10 2 GÉNÉRIQUE DES INTERVENANTS 2.1 Suivi administratif et scientifique Ministère de la Culture, direction régionale des Affaires culturelles
  • , spécialiste du mobilier métallique protohistorique). 2.5 Autres intervenants Étude et spectrométrie de la perle en ambre : Colette DU GARDIN - CG Vendée, Pôle culture, SPAMA (18, rue Luneau 85000 La Roche-sur-Yon) et Vincent GIRARD - ISEM, Université de Montpellier, UMR 5554 (Place
  • Eugène Bataillon, CC065, 34095 Montpellier Cedex 5) Réalisation de la lame mince : Association ADERA UMR 5805, EPOC Environnements et Paléoenvironnements Océaniques et Côtiers (Avenue des facultés, 33405 Talence cedex) Analyse radiocarbone : Stephen HOPER - 14Chrono Centre
  • Nolwenn LE FAOU Traitement des données topographiques François FOURIAUX Étude micromorphologique et géomorphologique Marine LAFORGE Études de la céramique protohistorique, antique et médiévale Océane LIERVILLE, Guillaume BRON, Aurore NOËL Étude du dépôt de haches, du métal et des
  • Étude carpologique Elsa NEVEU PAO Carine BUCHERON Restauration des dépôts de haches et bracelet en Bronze : Laboratoire Arc'Antique (26, rue de la Haute Forêt, 44300 Nantes) Transmission des données issues du diagnostic : Sandrine BARBEAU et Vincent POMMIER – Inrap Grand-Ouest (37
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016
  • : Le Rocher de l’Impératrice Commune : Plougastel-Daoulas (29470) Coordonnées Lambert (Zone II étendue) : X = 103,520 Y = 1098,600 Coordonnées géographiques : Latitude : 48° 23’ 20” Longitude : 4° 22’ 33” Les références cadastrales de la parcelle contenant le site sont, pour 1982
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 RAPPORT DE SYNTHÈSE (OPÉRATION PLURIANNUELLE 2014-2016) LE ROCHER DE L’IMPÉRATRICE PLOUGASTEL-DAOULAS (FINISTÈRE) PLOUGASTELL-DAOULAZ (PENN AR BED) Sous la
  • ........................................................................................................................................... 13 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 21 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 25 5. LOCALISATION DU SITE (N. NAUDINOT
  • ) .......................................................................................... 27 6. CONTEXTE GÉOLOGIQUE (M. LE GOFFIC) ........................................................................................ 29 7. LA RADE DE BREST DURANT L’AZILIEN (G. GRÉGOIRE) .................................................................... 30 8. L’ABRI DU ROCHER DE
  • L’IMPÉRATRICE (N. NAUDINOT)................................................................... 32 9. RÉSUMÉ DE LA CAMPAGNE DE FOUILLE 2016 ................................................................................. 33 9.1. POURSUITE DE LA FOUILLE (N. NAUDINOT
  • ET ATTEINTE DU SUBSTRAT AFIN DE VÉRIFIER LA PRÉSENCE D’OCCUPATIONS PALÉOLITHIQUES ANTÉRIEURES À L’AZILIEN ANCIEN (N. NAUDINOT) .................................................................. 36 10. PROTOCOLE ET DÉROULEMENT DES CAMPAGNES DE FOUILLE ENTRE 2014 ET 2016 (N
  • GÉNÉRAL ET DESCRIPTION DES DIFFÉRENTES UNITÉS STRATIGRAPHIQUES IDENTIFIÉES SUR LE SITE ............................................................................................................................................ 44 11.2. HISTORIQUE DES ÉVOLUTIONS DE LA STRATIGRAPHIE
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 11.5. CONCLUSIONS SUR LA MISE EN PLACE DES DÉPÔTS ET LA CONSERVATION DU SITE .......................................... 53 12. ÉTUDE ANTHRACOLOGIQUE (I. THÉRY-PARISOT
  • )........................................................................... 54 12.1. RAPPEL DE LA PROBLÉMATIQUE, SPÉCIFICITÉ ET OBJECTIFS DE L’ÉTUDE........................................................ 54 12.2. LA VÉGÉTATION ACTUELLE ................................................................................................................ 55 12.3
  • . OBJECTIFS DE PRODUCTION .............................................................................................................. 78 16.4. DES CHAÎNES OPÉRATOIRES FRAGMENTÉES QUI FLOUTENT ENCORE LA CARACTÉRISATION DES MÉTHODES DE PRODUCTION
  • ......................................................................................................................................... 90 16.5. LA PLACE DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE DANS LE PROCESSUS D’AZILIANIZATION .......................................... 92 17. ANALYSE FONCTIONNELLE DE L’ASSEMBLAGE LITHIQUE (J. JACQUIER) ......................................... 92 17.1. RAPPEL DES RÉSULTATS OBTENUS L'AN
  • DERNIER ET OBJECTIFS DE L'ÉTUDE ................................................... 92 17.2. LE RÔLE DES DIFFÉRENTES GAMMES MORPHO-TECHNIQUES :.................................................................... 94 17.3. LE RÔLE DE LA RETOUCHE LATÉRALE RASANTE : ENFIN DES ARGUMENTS
  • CLAIRS ............................................. 98 17.4. LES USURES DOCUMENTÉES SUR LES COUTEAUX : PROBLÈMES D'INTERPRÉTATION ........................................ 99 17.5. LE TRAVAIL DE LA PEAU : DIVERSITÉ D'OUTILS ET DE CINÉMATIQUES
  • ) ........................................................................................... 112 19.2. PREMIERS ÉLÉMENTS DE CARACTÉRISATION DE LA SÉRIE (C. BOURDIER) ................................................... 113 19.2.1. LES SUPPORTS
  • PROCESSUS D’AZILIANISATION DANS LA PRODUCTION GRAPHIQUE : LA CONTRIBUTION MAJEURE DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE (C. BOURDIER ET N. NAUDINOT) .................................................................... 122 19.5. ÉTUDE TRACÉOLOGIQUE DES PLAQUETTES GRAVÉES (L. BARON ET S. BEYRIES
  • ........................................................................................................................... 131 20. OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES DE LA RÉPARTITION SPATIALE DES VESTIGES (N. NAUDINOT) ... 133 21. PREMIÈRES HYPOTHÈSES SUR LES MODALITÉS D’OCCUPATION DU SITE ET SA PLACE DANS LE SYSTÈME PALÉO-ÉCONOMIQUE AZILIEN (N. NAUDINOT, J. JACQUIER ET C. BOURDIER) ................... 138 22
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 Résumé : Les recherches sur les sociétés tardiglaciaires ont bénéficié d’un important regain d’intérêt dans l’Ouest de la France ces dernières années, mais nos
  • connaissances restent inégales : si l’Azilien récent et les sociétés de la transition Pléistocène-Holocène sont aujourd’hui particulièrement bien connus, ce n’est pas le cas du Magdalénien et des premiers temps de l’Azilien. Le lancement en 2013 d’une fouille dans un petit abri découvert par
  • M. Le Goffic au Rocher de l’Impératrice à Plougastel-Daoulas, vise à progressivement combler ce hiatus. Les premiers résultats de cette opération suggèrent en effet une occupation au cours de l’Azilien ancien de ce petit abri-sous-roche dominant l’estuaire de l’Elorn et la rade
  • plusieurs reprises par de petits groupes de chasseurs durant de courts séjours pour des activités essentiellement dédiées à la chasse. Ces chasseurs seraient arrivés sur le site déjà équipés de certains outils domestiques sur lames et de nucléus en cours de débitage (destinés notamment à