Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3845 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02103.pdf (VANNES (56). 26 avenue Saint-Symphorien. dfs de diagnostic)
  • LE CLOIREC Gaétan
  • d'aménagement : 1108 m2 Surface diagnostiquée : 1108 m* Contexte géographique et géologique : le substrat est constitué d'arène granitique orangée qui affleure sur le terrain. D'importantes remontées d'eau sont à signaler. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce Tranchées continues
  • . Fig. 3 : localisation du terrain sondé sur le cadastre de 1807.
  • • • ! + + INSTITUT » t + lATIOHAl RECHERCHES Rapport de diagnostic ARCHÉOLOGIQUES PR-ÉVENTIVES 2005 Gaétan LE CLOIREC VANNES 26, avenue St Symphorien (Morbihan) 17.01.05-21.01.05 N° de prescription : 2004-135 N° de projet INRAP : DA 05 0050 01 INRAP Direction
  • interrégionale Grand-Ouest : 37, rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Cedex ZÀ03 FICHE SIGNALETIQUE Département : Morbihan Commune : Vannes Lieu-dit ou adresse : 26, avenue Saint Symphorien Cadastre : Année : Section(s) et pai celtes) : AO, n° 519 à 524, 551, 581 et 582 Coordonnées
  • Titulaire : Gaétan LE CLOEREC Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention : demande de permis de construire Exploitant : Dates de l'intervention : 17/01/2005 au 21/01/2005 Surface diagnostiquée : 1108 m2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA : Christine
  • JABLONSKI Inrap : Gaétan LE CLOIREC, Michel BAELLIEU Autre : Intervenants techniques Techniciens : Philippe COCHEREL Topographe : Vincent POMMIER Terrassements mécaniques : SARL H.T.P. et Cie, 56400 Plougoumelen Intervenants administratifs Drac, SRA : Stéphane DESCHAMPS Inrap, Direction
  • interrégionale ... : Gilbert AGHESSE, Dominique RAFFRET Aménageurs : Olivier MERER CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Les parcelles concernées par le diagnostic sont situées dans le périmètre archéologique de la ville de Vannes. A proximité immédiate des terrains
  • , les investigations archéologiques qui se sont succédées depuis près de 150 ans ont montré des occupations de l'époque gallo-romaine, sans doute plusieurs do mus en périphérie de ville, ainsi qu 'uneprésence au Haut Moyen-Age (chapelle Saint Symphorien). E s'agit donc d'identifier
  • le cas échéant les différents vestiges et de les restituer dans le cadre d'une réflexion plus générale sur la trame urbaine de la ville antique de Vannes et sur l'occupation de la ville au Haut Moyen-Age. CONTRAINTES TECHNIQUES Terrain enclavé dans le parcellaire urbain. Présence
  • de hauts murs sur tout le pourtour. A notre demande, des dalles de béton et le macadam ont été cassés par l'aménageur avant l'intervention. Les gravas ont été laissés sur place le long des emplacements de tranchées à ouvrir. ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet
  • Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives Géo-physique Autres (précisez) r— % surface sondée : 14% '::>■■■ listes des archives consultées : cadastre napoléonien S.I.G. archéologique de Vannes Profondeur des sondages ou carottages : de 1,25 m à 0,15 m Description
  • sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : Trois tranchées parallèles ont été réalisées dans le sens est-ouest (voir plan joint). La première a montré qu 'un bâtiment a été démonté dans la partie nord-est de la parcelle. Il intégrait des cuves en béton
  • etfonctionnait avec l'édifice qui se trouve à l'est. l'arrachement du mur de façade se voit encore dans l'élévation. Les deux autres sondages ont révélé le substrat rocheux sous 0,15 m à 0,90 m de remblais récents. La pente naturelle s'accentue vers l'ouest où la terre végétale est conservée
  • . Quelques tessons et fragments de tuiles gallo-romains sont à signaler mais aucune structure particulière n 'a été mise en évidence. Une concavité (naturelle ?) marque simplement l'extrémité de la tranchée 2. Le terrain semble avoir subi un nivellement général au moment de l'installation
RAP01210.pdf (VANNES (56). 47-49 rue Ferdinand le Dressay. rapport de diagnostic)
  • VANNES (56). 47-49 rue Ferdinand le Dressay. rapport de diagnostic
  • a n va n n es — Commune : Lieu-dit ou adresse:-47-49 RUE F. LE DRESSAY. Cadastre : Année: 1988 Section et parcelle :_ BY n° 49.. BX n° 50. Coordonnées Lambert : Zone : Abscisse: _217.720_ Ordonnée: 2307,100-Altitude: Propriétaire du terrain Protection juridique :_ Ju SB
  • terreux substrat géologique Vannes U.D.A.F 1994 BÂTIMENT PREFABRIQUE DEMOLI site: 56 26083 AH BUREAUX DE L'UDAF figure 8 : Implantation des sondages (dessin : S. Hurtin) Fonds de plan : plan de situation de l'architecte (Le Dorlot) NJ3.: L'orientation du nord a été rectifié. 0
  • sondages pratiqués au 47-49, rue F. LE DRESSAY, devaient donc enrichir notre connaissance topographique et géologique de ce secteur de Vannes4 . Les bureaux de l'UDAF se trouvent au niveau du port de plaisance et donc, en contrebas de la butte de Calmont. Le site connaît donc une forte
  • jardin de la maison d'habitation située à l'extrémité sud des bureaux de l'UDAF (cf. fig.8). Ils sont orientés de telle manière à suivre au maximum le profil du substrat géologique: les deux tranchées les plus à l'est sont orientées nord-sud alors que celle la plus au sud est orientée
  • présent rapport). -* 0 lm Description sommaire des sondages Parcelle n° 49 : Des terrassements récents6 ont bouleversé le sous-sol jusqu' au substrat géologique lui-même. SONDAGE 1 (Tl) (fig.9 et planche 1) Ainsi, directement sous la couche de terre végétale (US 1000) est
  • appartenant à la série de remblais récents. Le substrat géologique très altéré par de nombreux remaniements a été atteind au niveau NGF 6,40. i 6 . Les remblais récents sont vraisemblablements à mettre en relation avec l'aménagement du bâtiment préfabriqué datant de 1950 ou antérieur à
  • ce dernier, mais en tout cas postérieur à 184? (le cadastre ancien mentionne des jardins). " I 6 4 2 I I Vannes U.D.A.F 1994 n° site: 56 26083 AH NGF 5,65 0 1m SONDAGE 2 (T2) (fig.10 et planche 2) De même, la tranchée 2 a livré sous la couche de terre végétale (US
  • ). De même que pour le sondage 2, un sondage géologique semble avoir été pratiqué un peu plus à l'est du fossé. Le substrat géologique a été atteint à la cote NGF 5,33 à l'est de la tranchée. Il suit ensuite un pendage général est-ouest avec une dénivellation plus importante à l'est
  • de la tranchée pour atteindre un niveau NGF de 3,89 à l'extrémité ouest de la tranchée. i 8 Nous n'avons pu poursuivre la tranchée sous la maison d'habitation récemment démoli et située à l'extrémité sud des bureaux de l'UDAF car la présence d'un puits mentionné sur le cadastre
  • L'OPERATION Financement Générique de la fouille Remerciements TV. ETUDE ARCHEOLOGIQUE 1) Contexte archéologique : Le port de Vannes et le faubourg de Calmont 2) Problématique 3) Méthode adoptée 4) Description sommaire des sondages V. BILAN ET SYNTHESE IMLJ Porttfu Crou^sty 6». ,^r
  • le àroue«ty IO 2' ©ISarzeau^ .^jt^^ Kerlévenan iertàQM i^Gree' __/S5' .«nse rf» Susclnla '^V, ^o/rt're rfe S! Jacoues ''Pointé de Penvms Rade de Penerf gure 1 : Port de Vannes. Carte Michelin. Echelle 1/200 000 4* ?» I. INTRODUCTION Dans le cadre d'une politique de gestion
  • sur les secteurs archéologiquement sensibles de l'agglomération vannetaise, des sondages archéologiques ont été effectués au sud de la ville à la suite d'une demande de permis de construire, à l'est du port actuel. Ainsi, le projet d'extension des bureaux de l'Union Départementale
  • des Associations Familiales (UDAF) a rendu indispensable un diagnostic archéologique visant d'une part à évaluer le risque archéologique du terrain et, d'autre part à étudier sa paléogéographie. À' i l I FICHE SIGNA I.ÉTIOUE Site n ' : 5626 0 83 AH Département :_ M o r b i h
  • pour la chronologie et les - sur la chronologie : MOD CON sur la nature des vestiges immobiliers : sur la nature des vestiges mobiliers : vestiges immobiliers) * Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : RISOIIF ARHHÉm
  • naimiF QUE LE SITE SE VANNES.RESULTATS PROFIL AU SUD nu TFRRAIN SITUE AUX MFmOCRFS DU TERRAIN FT FTUDE ABORDS I A IFS AUX DU DE BJBA5 LA PALÉQTQBQ-GBAELH1E—SACHANT DE REMANIEMENTS BJV1EBE—DE—LA—VILLE—DE CQHIEMEQRA1NS. SEUL UN ÉTÉ __PQ_S31BLE Lieu de dépôt du
  • mobilier archéologique : collection départementale publique gure 3 : Vannes Plan cadastral 1988. Section BY n° 49-50. Echelle 1/1 000 gure 4: Vannes Plan cadastral napoléonien 1843. Section K Echelle 1/1 0(X) III. CLyiRILJVlâXEJRIE 1) Réalisation et financement La gestion
  • financière de l'opération a été assurée A.F.A.N. Ces sondages ont été réalisés par l'AFAN sous le contrôle du Service régional de l'Archéologie et financés en intégralité par 1' UDAF, le maître d'ouvrage des travaux. 2) Générique de la fouille. L'autorisation de fouille a été accordée à
  • documentaire succinte. 3) Remerciements. Nous remercions ici toutes les personnes qui nous ont apporté leur aide: - Tout particulièrement, le maître d'ouvrage pour la mise à disposition d'un local pour entreposer le matériel de fouille ainsi qu'un tracto-pelle, indispensables à la bonne
  • exécution des travaux archéologiques. - M-A PAULET-LOCARD (ingénieur d'étude au SRA/RENNES) pour le suivi de l'opération . - F. BEGUIN, A. DESFONDS, F. MELEC, E. PIERRE, contractuels A.F.A.N intervenant à la même période sur d'autres sites vannetais, qui nous ont conforté sur le terrain
  • . -L'ensemble du personnel scientifique, technique et administratif du SRA BRETAGNE. 3 figure 5 : Le port de Vannes. Lithographie de FICHOT, 1850 ,La Bretagne contemporaine. Arch. Dép. du Morbihan (photo : J.F. Decker) LEGENDE: cailloux fragments d'ardoises fragments de briques
RAP03431 (CHATEAUBOURG (35). Les Petites Bonnes Maisons. Rapport de diagnostic)
  • CHATEAUBOURG (35). Les Petites Bonnes Maisons. Rapport de diagnostic
  • figures géologiques plus foncées dessinées par les contrastes de matériaux constituant le sous-sol (fig. 17). L’enclos à double fossé n’était pas autre chose qu’une de ces figures naturelles. Fig.16 Superposition des résultats du diagnostic sur le cadastre napoléonien II. Résultats
  • graves...) a crée un leurre géologique ayant été interprété comme une structure archéologique. Rapport final d’opération Chronologie Les petites bonnes maisons, Chateaubourg, Ille-et-Vilaine, Bretagne Chateaubourg, Les petites bonnes maisons Bretagne, Ille-et-Vilaine
  • Arrêté de désignation Plan cadastral Résultats 27 1. Le cadre de l’opération 27 1.1 Circonstance de l’opération 27 1.2 Stratégie et méthodes mises en œuvre 29 1.3 Contexte archéologique 30 1.4 Cadre géographique et topographique général 31 2. Les données de terrain 31
  • 2.1 Etude géologique (Hervé Morzadec) 31 2.1.1 Contexte géologique 31 2.1.2 Description des ensembles géologiques observés dans les tranchées 35 2.2 Les vestiges archéologiques 38 3 Conclusion 39 Liste des illustrations Inventaire 42 Inventaire des Faits 3 I
  • Rédaction de la partie sur le contexte géologique Frédéric Boumier, Inrap Topographe Réalisation des plans Équipe de post-fouille 9 10 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Ille-et-Vilaine, Chateaubourg, Les petites bonnes maisons Notice scientifique Etat du site Suite à la
  • Projet de diagnostic 21 22 Inrap · Rapport de diagnostic Arrêté de désignation Bretagne, Ille-et-Vilaine, Chateaubourg, Les petites bonnes maisons I. Données administratives, techniques et scientifiques Plan cadastral 23 Plan cadastral Extrait de plan aiu 1/3000è délivré
  • emprise du diagnostic La Vilaine 50m 50m * 41m * 0 0 100 Fig. 4 Carte et profil topographique de la zone d'étude 500 m 55m * 41m * II. Résultats 2. Les données de terrain 31 2. Les données de terrain 2.1 Etude géologique (Hervé Morzadec) 2.1.1 Contexte géologique
  • beige à des teintes rouilles. 0 250 500 750 1000 m emprise diag Fig. 5 Carte géologique de la zone d'étude (site infoterre) 2.1.2 Description des ensembles géologiques observés dans les tranchées Le relevé de la nature du substrat dans les tranchées ouvertes dans le cadre du
  • diagnostic archéologique montre une grande variabilité dans l’espace ainsi que du point de vue géologique (fig.8). Cette variabilité permet d’expliquer l’apparition d’artéfact en photographie aérienne. 32 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Ille-et-Vilaine, Chateaubourg, Les
  • , des sédiments sablo-graveleux correspondant à une terrasse ancienne - Au niveau de la rupture de pente on a observé des affleurements de schiste briovérien - En bas de pente, un niveau d’épaisseur variable de sédiments colluvionnés remaniant les formations géologiques situé sur le
  • haut de pente et le replat - Dans la tranchée 6 une poche sableuse a été piégée dans une dépression dans les formations briovériennes II. Résultats 2.1 Etude géologique S 33 N TV TV : sédiment brun beige avec sable et cailloux de la terrasse remaniée 1 : sédiment brun beige
  • terrain, aucun vestige archéologique n’a été détecté sur l’emprise des futurs travaux (fig. 15). Seuls deux fossés d’orientation est/ouest et un fossé d’orientation nord/ sud attestent d’un parcellaire assez ancien puisqu’ils ne sont pas sur le cadastre napoléonien (fig. 16). Leur
  • · Rapport de diagnostic Bretagne, Ille-et-Vilaine, Chateaubourg, Les petites bonnes maisons Un chemin a également découvert à l’extrémité sud de la tranchée 2. Ce chemin, visible sur le cadastre napoléonien a livré en surface des éléments en fer et des blocs de schiste (fig. 16). Parmi
  • les autres structures repérées au décapage, aucune de celles ayant été testées ne correspondait à une structure anthropique. L’indice de site supposé dans la partie nord-est de l’emprise n’a pas été confirmé et l’on peut affirmer qu’il s’agissait seulement d’un leurre géologique
  • diagnostic Bretagne, Ille-et-Vilaine, Chateaubourg, Les petites bonnes maisons 3 Conclusion En dépit de l’absence de découverte archéologique, ce diagnostic a permis d’annuler un indice de site correspondant à un leurre géologique et d’apporter des précisions sur les formations
  • tranchée 2 © H. Morzadec 35 Fig.15 Plan général des structures archéologiques mises au jour sur l'emprise du diagnostic 35 Fig.16 Superposition des résultats du diagnostic sur le cadastre napoléonien 36 Fig.17 Cliché pris par A. Provost en 1989 et report de "l'indice" sur le plan du
  • l’organisation géologique complexe (passage de petits chenaux, irrégularités d’apparition des niveaux de graves...) a crée un leurre géologique ayant été interprété comme une structure archéologique. Rapport final d’opération Chronologie Les petites bonnes maisons, Chateaubourg, Ille-et
  • Mobilier Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Suite à la demande volontaire de réalisation d’un diagnostic archéologique sur la commune de Chateaubourg, au lieu-dit «Les petites bonnes maisons», une équipe de deux archéologues de l’Inrap est intervenue du 24 au 28 avril
  • 2017 sur l’emprise des futurs travaux couvrant une surface de 32 911m². L’ouverture de 7 tranchées continues n’a livré aucun vestige archéologique et l’indice de site répertorié à la carte archéologique sous le n° 35 068 0009 et correspondant à un enclos sub-circulaire à double
  • fossé repéré en prospection aérienne par Alain Provost en 1989 n’a pas été retrouvé. La zone concernée par cet indice est située dans une ancienne terrasse de la Vilaine, dont l’organisation géologique complexe (passage de petits chenaux, irrégularités d’apparition des niveaux de
RAP02112.pdf (THORIGNÉ-FOUILLARD (35). ZAC de la vigne. 1re tranche. dfs de diagnostic)
  • Surface du projet d'aménagement : 89 479 m2 Surface réellement traitée au diagnostic : 73401 m2 Surface ouverte au diagnostique : 4014 m2 Contexte géographique et géologique : Les terrains inclus dans la 1er tranche du projet de la ZAC de la Vigne sont situés sur une zone peu favorable
  • % surface sondée : | 5,46 % listes des archives consultées : Géo- physique Autres (précisez) Profondeur des sondages ou carottages : de 0,30 m à 0,90 m Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : cf. contexte géographique et géologique. Couche
  • Grand-Ouest : 37, rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné Cedex ZAA% FICHE SIGNALETTQUE Site n° : Département : Ille-et-Vilaine Commune : Thorigné Foui I lard Lieu-dit ou adresse : ZAC de la Vigne Année du cadastre : Section(s) et parcelle(s) : BH , n° 16,17, 24, 28 à 30 et
  • : Commune de Thorigné Fouillard CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Confirmer par sondages mécaniques la présence ou l'absence de vestiges archéologiques sur les parcelles concernées par l'arrêté de prescription. CONTRAINTES TECHNIQUES ELEMENTS DU DIAGNOSTIC
  • du point de vue géologique et topographique. En effet, la majorité des parcelles sondées sont implantées en fond de talweg sur une zone humide où l'absence de couverture végétale est récurent. La présence d'oxydes de manganèse trahis la présence de fréquente remonté aquifère. Une
  • de terre végétale peu épaisse (15 à 20 cm) scellant des niveaux argileux hydromorphes dans les parcelles situées en partie basse du projet. Niveaux limono-argileux de près de 90 cm d'épaisseur surmontant le socle schisteux briovérien, sur les parcelles situées sur le haut du
  • projet. Substrat atteint : |fjj/non fe' non» précisez pourquoi) Observations : Aucun indice archéologique n'a été repéré dans le cadre du diagnostic réalisé sur la tranche 1 du projet de ZAC de la Vigne. 1 griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) j le
  • Gaudtier- m r\ ■''ÈilaiieSîi'fKs'lrran Thorigné-Fouillard sselets'; / Rennes J:" 2? y \ H K^^i,Z. d'e*aJ§ | i ,, ,T _ Bernoav | : w e LAa&UJeM^ / \lés Bas-Bo'uplons^ le Portai^ lump fouri ruun ■ le Chàmj) i^g-^ ri v Y C£a»_ -v .la Bégaudière — ^ 1 : tranche
  • 1 (avril 2005) PÏH : tranche 2 (septembre 2005). ^.•.^•1 te.Wseoh Blan^^^^-Ts le Pâtis--'- % T 1 km . e ou Moulinet -.,..-\V/^x--" Figure 1 : localisation des interventions sur la carte IGN 1218 O au l/25000e. .' ^a^WteL^-;:^,
RAP02314.pdf (SAINT-BRIEUC (22). collège Anatole le Braz. rapport de sondage archéologique)
  • SAINT-BRIEUC (22). collège Anatole le Braz. rapport de sondage archéologique
  • couvent abrite l'école Centrale qui sera supprimée en 1803. Le cadastre de 1814 mentionne à cet endroit le collège qui sera érigé en lycée en 1848. Les bâtiments actuels sont construits en 1849. Le plan cadastral de 1814 montre la configuration ancienne des lieux, et notamment la
  • ). Il est probable que ces restes aient été déplacés à l'occasion de travaux sur le site de l'ancien couvent. La présence dans les gravats de fragments de granité de même nature géologique à celui utilisé pour les encadrements d'ouverture et les chaînes d'angle du bâtiment actuel
  • laissent penser que ces travaux sont liés à la construction du collège en 1849. Le bâtiment actuel a remplacé l'ancienne chapelle, visible sur le cadastre de 1814. On peut imaginer que c'est lors de cette destruction que les corps ont été déplacés. Certains restes, dans un état de
  • Ministère de la Culture et de la Communication Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne Service Régional de l'Archéologie Rapport de sondage archéologique Saint-Brieuc - Collège Anatole-le-Braz 18-19 février 2008 DRAC-SRA 2 1 FEV. 2008 COURRIER AR RIVEE L
  • . Beuchet-J.-P. Bardel Cadre de l'intervention : Le service Régional de l'Archéologie a été prévenu le 12 février 2008 par le cabinet de monsieur le Préfet des Côtes d'Armor de la découverte d'ossements lors de travaux de terrassements liés à la réhabilitation du collège Anatole Le
  • Braz, rue du 71 régiment d'infanterie, à Saint-Brieuc. Laurent Beuchet, archéologue en charge du département des Côtes d'Armor au Service régional de l'Archéologie, s'est rendu sur place le jeudi 14 févier. Il a été constaté la présence de nombreux ossements humains, occupant une
  • fosse partiellement détruite par une tranchée. Le comblement de la fosse apparaît très hétérogène, mêlant des restes osseux épars, des restes en connexion anatomique et des couches de chaux. Il est décidé de mettre en oeuvre un sondage de diagnostic archéologique afin de caractériser
  • , de circonscrire et éventuellement de définir la chronologie des vestiges (figure 1) Contexte historique : Le site du collège A. Le Braz est archéologiquement très peu documenté. Il semble que les Cordeliers, présents à Saint-Brieuc dès 1457, s'y installent en 1503. En 1801, le
  • présence d'une chapelle, située au sud du lieu de découverte (figure 2) Le sondage archéologique : Le sondage a été pratiqué les 18 et 19 février 2008, par Laurent Beuchet et Jean-Pierre Bardel, agents du Service Régional de l'Archéologie (Direction Régionale des Affaires Culturelles
  • de Bretagne). Les gravats de surface ont été décapés à l'aide d'une mini-pelle mécanique mise à disposition par l'entreprise de terrassement, sur une emprise de 3 m2 environ, entre la tranchée de travaux et la limite des terrassements du futur parking, au sud. Le décapage a été
  • extension au sud, au delà de la limite de terrassement. La fosse est peu profonde (0,20 m environ). Elle est creusée dans un limon argileux brun, contenant des nodules d'argile jaune. Ce limon ne semble pas en place mais être le fruit d'un remblaiement ancien. Le fond est irrégulier mais
  • grossièrement plat. Les parois est et ouest sont abruptes. A l'est, un bloc de granité grossièrement équarri, est bloqué contre le bord du creusement. A l'ouest, les vestiges d'une maçonnerie de pierre sèche sont également partiellement conservés. Le comblement de la fosse est composé d'un
  • mélange hétérogène de terre brune, de gravats de mortier de chaux, d'enduits, de fragments de granité, de dallage de calcaire et de terre cuite parmi lesquels les restes humains sont très nombreux. Ce niveau est surmonté d'une terre très argileuse, jaune, également mêlée de gravats
  • identiques à la couche sous-jacente et de restes osseux. Le tout est surmonté de gravats noyés dans une matrice argileuse jaune. Enfin une épaisse couche de terre végétale recouvre le tout. Une perturbation est visible à l'ouest de la section, correspondant aux travaux en cours. Les
  • restes humains sont le plus souvent épars, totalement désorganisés. Trois ensembles en connexion anatomique ont toutefois été observés. Les squelettes 1 et 2 sont disposés l'un au-dessus de l'autre. Ils ont été partiellement bouleversés par la tranchée de gaz, au nord. Le squelette 1
  • ne conserve que le tronc et la boîte crânienne, très altérée (figure 6). Les membres n'ont pas été observés. Les restes sont ennoyés dans un amas de chaux très pure. Le squelette 2 est situé sous le précédent. Il conserve le tronc, le crâne, le bras, le poignet droit ainsi qu'un
  • fragment de l'humérus gauche (figure 7). Seul le fémur droit, incomplet, reste des membres inférieurs. Autour de ces restes, des traces d'un cercueil ou coffre de bois ont été observées (effet de paroi formé par les planches, alignement de clous), ainsi que deux épingles de linceul
  • , dont une collée par la corrosion à l'arrière du crâne). Du squelette 3, seuls les membres inférieurs ont été prélevés. Le reste du corps, engagé dans la berme sud, a été laissé en place (figure 8). Interprétation : Les restes humains retrouvés dans la fosse apparaissent le plus
  • souvent bouleversés. Les ensembles cohérents sont très dégradés, le plus souvent incomplets. Ils sont mêlés avec des gravats manifestement issus de la destruction d'un édifice important (fragments d'enduits portant des traces de polychromie, dallages de calcaire et de céramique, etc
  • décomposition moins avancé, ont alors été redéposés face à l'orient. De la chaux a été jetée dans un soucis d'hygiène. L'ensemble a été recouvert par les déblais du chantier, puis aménagé en jardin. Conclusion : La découverte des restes humains au collège Anatole Le Braz ne forme pas une
RAP03695 (PLOMELIN (29). Hent Ti Menhir. Rapport de diagnostic)
  • LE GALL Valérie
  • cadastral de 2019 (section AB) Fig. 2 : Extrait de la carte géologique de Plomelin (feuille n°346 de Quimper © BRGM) Fig. 3 : Tranchée 2 vue vers le nord Fig. 4 : Relevés des logs géologiques Fig. 5 : Log géologique 1 – tranchée 1 Fig. 6 : Carte archéologique de la commune de Plomelin
  • ), Hent Ti Menhir Notice scientifique Le diagnostic archéologique réalisé dans le cadre de la construction d’un lotissement au lieu-dit Hent Ti Menhir sur la commune de Plomelin (29) concerne les parcelles 170 et 346 de la section AB du cadastre. La parcelle 346 fait partie du
  • limite parcellaire, recensée sur le cadastre napoléonien, marquée par deux fossés arasés d’orientation est/ouest, a été découverte. État du site Les quatre tranchées de sondage ont été creusées jusqu’à des profondeurs variant de 0,15 m à 0,40 m. La surface ouverte représente 858,50
  • : Localisation du diagnostic sur le plan cadastral de 2019 (section AB) 27 II. Résultats 1 Circonstances de l’intervention Le projet de lotissement au lieu-dit Hent Ti Menhir à Plomelin (29) a donné lieu à la prescription d’un diagnostic archéologique de la part du service régional
  • cadastre napoléonien ont été mis au jour. Les tranchées et les fossés ont fait l’objet d’un relevé topographique à l’aide d’un GPS afin de les resituer dans leur environnement. 28 Inrap · RO de diagnostic PLOMELIN (Finistère), Hent Ti Menhir FzC Dépôts fluviatiles et lacustres
  • . Résultats 3 Contexte géographique et géologique Plomelin est une commune du Finistère localisée dans le sud du département. Elle se situe en aval de Quimper sur la rive droite de la ria de l’Odet. Le projet de construction de lotissement au lieu-dit Hent Ti Menhir, se localise au nord
  • présentant une surface enherbée régulièrement entretenue. Les logs géologiques réalisés (fig.1, 4,5) sur le bord est de chacune des tranchées révèlent une terre végétale constituée de limon arénacé brun foncé. La parcelle 170 située au nord, en haut de pente, présente une faible
  • en bas de pente, la terre végétale repose sur une interface de limon argileux de teinte jaune pouvant atteindre une quinzaine de centimètre d’épaisseur. Fig. 4 : Relevés des logs géologiques V Fig. 3 : Tranchée 2 vue vers le nord Log 1 Log 2 TV Log 3 Log 4 TV TV a b
  • géologique (fig.2), les parcelles se situent dans une zone de contact entre le granite de Pluguffan au nord et le leucogranodiorite de Plomelin au sud. Le leucogranodiorite de Plomelin forme un massif démarrant sur les bords de l’Odet et se développant vers l’ouest sur 8 km de long et 0,5
  • diagnostic menée au lieu-dit Hent Ti Menhir à Plomelin a permis l’ouverture de quatre tranchées. Les tranchées 1, 2 et 3 ont révélées la présence de deux fossés parallèles d’orientation est/ouest (fig.1, 8). Fig. 8 : Cliché des fossés F1 et F2 - tranchée 2 La superposition du cadastre
  • napoléonien de 1834 avec le plan du diagnostic (fig.9) révèle que ces deux fossés correspondent à une limite parcellaire d’époque contemporaine. Fig. 9 : Plan général des vestiges sur fond de cadastre napoléonien (1834) 33 II. Résultats Une coupe de ces fossés a été réalisée à la
  • fossés répertoriés sur le cadastre napoléonien ont été mis au jour au cours de cette opération. 34 Inrap · RO de diagnostic PLOMELIN (Finistère), Hent Ti Menhir Bibliographie Arramond 2017 ARRAMOND (J.C.) – Plomelin (29), la villa du Pérennou, rapport de fouille, SRA Bretagne
  • Bretagne, 2016, 88p. Le Bihan 1988 LE BIHAN (J.P.) – Plomelin (29), Kerhoal, rapport de fouille, SRA Bretagne, 1988, 17p. Bureau de recherches géologiques et minières [Ressource électronique], Carte géologique, France, (1/50000), feuille Quimper (346) [consultation du 22/02/2019] http
  • artefact n’ont été découverts. Seule une limite parcellaire, recensée sur le cadastre napoléonien, marquée par deux fossés arasés d’orientation est/ouest, a été découverte. Inrap Grand Ouest  37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40  grand-ouest@inrap.fr
  • Diagnostic archéologique Rapport d’opération PLOMELIN Hent Ti Menhir (Finistère) Diagnostic archéologique en contexte mégalithique sous la direction de Valérie Le Gall Inrap Grand Ouest Mars 2019 Arrêté de prescription SRA 2018-236 Système d’information Lambert 93
  • , CC48 Code Inrap D125622 n°- Entité archéologique - Nr site 29170 Code INSEE Diagnostic archéologique Rapport d’opération PLOMELIN Hent Ti Menhir (Finistère) Diagnostic archéologique en contexte mégalithique sous la direction de Valérie Le Gall Sommaire Données
  • 27 29 31 32 1 2 3 4 5 Circonstances de l’intervention Moyens mis en œuvre et méthodologie Contexte géographique et géologique Contexte archéologique Présentation des données 33 Conclusion 34 Bibliographie 35 Table des illustrations I. Données
  • administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du
  • 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de
  • leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits
RAP01940.pdf (INZINZAC-LOCHRIST (56). "poulherveno". rapport de diagnostic)
  • LE CLOIREC Gaétan
  • (malgré plusieurs demandes), les sondages sont implantés dans le cadastre sans côte d'altitude (le fichier Microstation reste néanmoins disponible pour effectuer les calculs) ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 62 030 m2 Surface diagnostiquée : 62 030 m2
  • Contexte géographique et géologique : Le terrain correspond à la partie haute et au versant sud d'une colline dont la pente est relativement douce. La limite sud des parcelles -partie basse- est soulignée par un ruisseau masqué par des arbres et des broussailles. Le substrat se compose
  • -physique Autres (précisez) % surface sondée : 5 % listes des archives consultées Cadastre de 1835, section F de Lochrist Profondeur des sondages ou carottages : 50 à 80 cm. Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : - terre végétale labourée
  • localisation de l'anomalie résulte d'un positionnement approximatifde cette dernière sur le cadastre. Une dépression comblée de pierres de granit a été retrouvée au milieu de l'emprise sous la terre végétale. Il s'agit d'un simple pierrier composé d'une accumulation des blocs arrachés à
  • tracés parcellaires visibles sur le cadastre de 1835. Les autres suivent des orientations cohérentes par rapport aux limites actuelles du terrain. La taille importante du champ rend très probable l'existence de divisions disparues. De très rares tessons ont été ramassés. Us présentent
  • /25000e) Localisation des sondages archéologiques sur le cadastre actuel (section YA, 1980) Relevés topographiques : D. Guimard, F. Briand ; DAO : G. Le Cloirec/ INRAP, octobre 2003. Localisation des sondages archéologiques sur le cadastre de 1835 (section F de Lochrist) Relevés
  • INSTITUT NATIONAL o E RECHERCHES ARCHÉOLOGIQUES PREVENTIVES Rapport de diagnostic 2003 Gaétan LE CLOIREC INZINZAC-LOCHRIST "Poulherveno" (Morbihan) 29.09.03 -03.10.03 Arrêté de prescription n° 2002-182 Projet INRAP n° 31 05 0381 01 INRAP Direction interrégionale Grand
  • -Ouest : 37, rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Cedex FICHE SIGNALETIQUE Site n°:| 5.6 || 0.9.0 || 0.1.01 Département : Morbihan Commune : Inzinzac-Lochrist Lieu-dit ou adresse : Poulherveno Cadastre : Année : 1980 Section(s) et parcelle(s) : YA 337, 241 Coordonnées
  • Lambert : Zone : Abscisses : 181,800 Ordonnées : 2329,720 Altitude : - m NGF Propriétaire du terrain : M. Huteau (YA 337), commune d'Inzinzac-Lochrist (YA 241). Protection juridique : Arrêté de désignation n° : 2003-102 Arrêté de prescription n° : 2002-182 Titulaire : G. Le Cloirec
  • Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention : projet de lotissement Exploitant : Dates de l'intervention : 29/09/03 - 03/10/03 Surface diagnostiquée : 62 030 m2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA: Yannick LECERF Inrap : Gaétan LE CLOIREC, Michel BAILLIEU
  • GIOVANELLI CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Prescriptions du S.R.A. Bretagne : « La totalité de la surface doit être intéressée par les sondages ponctuels. Le travail sera réalisé selon la technique des bandes parallèles effectuées à l'aide d'un engin muni
  • dans la partie sud du terrain du fait de la proximité d'un ruisseau. - La présence de taillis imposants a empêché la réalisation de sondages le long de cette limite du terrain. - Une ligne électrique traverse la partie est. - Les plans ne nous ayant pas été fournis par le géomètre
  • repérée en prospection aérienne n 'existe pas. L'anomalie qui a été signalée correspond à un affleurement granitique retrouvé sous 15 cm de terre végétale (alors que le substrat apparaît à une profondeur moyenne de 80 cm). Le décalage qui existe entre la zone rocheuse et la
  • l'affleurement rocheux au fil des charruages. La découverte d'un tesson de grès rapporte sa création à l'époque moderne. Quelques tronçons de fossés ont été retrouvés mais rien ne permet de les dater précisément. Seuls, deux d'entre eux peuvent être directement mis en relation avec d'anciens
  • des pâtes brunes plutôt grossières évoquant des productions médiévales ou protohistoriques. On notera enfin les nombreuses traces de sous-solages ne laissant guère d'espoir sur la conservation d'un site archéologique potentiel. Localisation du site sur la carte IGN 0720 ET (1
  • topographiques : D. Guimard, F. Briand ; DAO : G. Le Cloirec/ INRAP, octobre 2003. f 1 1 1 © ■ '5' J1 1 m (T) terre végétale labourée meuble, nombreuses racines. (g) (2) terre végétale compacte, brune, homogène. (7) terre limoneuse brun clair, homogène, meuble, nombreux (5
  • bois, (g\ limon sableux jaune et blanchâtre, homogène, très humide (proximité du ruisseau). (5) terre limoneuse marron / jaunâtre, légèrement plus brune © limon sableux brun homogène, très humide (proximité du ruisseau). dans le fond, racines. Coupes réalisées dans les fossés
  • mis en évidence dans les sondages (relevés et DAO : G. Le Cloirec / INRAP)
RAP00529.pdf (VANNES (56). Beaupré la Lande. rapport de sondage)
  • creusés dans le sol géologique. Description du fossé n 1 (cf. coupe F1). La tranchée située au Nord de la parcelle a mis au jour un premier fossé d'une largeur égale à 1,60 m., d'une profondeur maximale de 0,30 m. Celui-ci a un fond relativement plat. Son remplissage est
  • ce fond soit comblé par un autre contexte constitué d'une terre argileuse très orangée différente du sol géologique plus jaune—orangé. On remarque que sur les deux coupes du fossé n 2 nous retrouvons un alignement verticale de cailloux. HYPOTHESE : Partant de chacun des
  • fossés nous les avons suivis en décapant la surface jusqu'au sol géologique. Tous deux partaient en biais vers la droite pour venir se rejoindre hypothétiquement à une dizaine de mètres. En effet, nous perdons leur trace à quelques mètres de leur éventuel point de jonction. Il
  • semblait intérressant d'effectuer une comparaison entre les lignes que dessinaient les deux fossés et l'ancien parcellaire. Effectivement en supperposant le plan des sondages et l'ancien cadastre, on remarque que l'alignement des deux fossés correspond exactement à une ancienne
  • V/\MMEs SITE ( se ) : BEAUPRE-LA-LAN RAPPORT ETUDE ARCHEOLOGIQUE SEPTEMBRE-OCTOBRE 1992 S ■ R ■ A■ RENNES SONDAGES ARCHEOLOGIQUES VANNES / BEAUPRE LA LANDE 1992 En prévision d'un projet immobilier au lieu-dit Beaupré la Lande à Vannes , effectuer une opération le cas
  • échéant, nous avons été diagnostic amenés à permettant de fixer, les modalités d'une fouille de sauvetage. La parcelle considérée est cadastrée numéro 235 section BM. Ce terrain se trouve non loin d'une nécropole gallo-romaine découverte au XlXme siècle, lors de la construction
  • de l'hôpital militaire. Elle est située à l'extérieur de la ville antique de Vannes. La dite parcelle est délimitée à l'Ouest et au Nord par un talus boisé, au Sud par une clôture et à l'Est par un petit bois. Le centre de celle-ci est en friche. Le sol a un pendage assez
  • marqué vers le Nord. Le point d'altitude de référence est la borne NGF à 8,41 m. { cf. située au Nord-Ouest à l'extérieur de la parcelle plan général des sondages ). L'intervention sur le terrain a été réalisée par Bernard PICANDET avec la collaboration de Eric PIERRE. MINISTERE
  • DE L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA CULTURE ïous-Direction de l'Archéologie SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGI1 DE BRETAGNE AUTORISATION TEMPORAIRE DE SONDAGE N° 9 2-71 valable du 17 septembre au 16 octobre 1992 Le Préfet de la Région Bretagne confie à M. PICANDET prénom : Bernard
  • demeurant 16, allée du Poitou - 89000 AUXERRE Organisme: AFAN la réalisation d'un sondage archéologigue Département :Morbihan lieudit : Beaupré La Lande Commune :VANNES N° de site :56 260 057 Cadastre année : Section, parcelles : BM n° 235 Coordonnées Lambert : Abscisse : 218,850
  • Zone : 2 Ordonnée : 2.307,440 sur un terrain appartenant à Gisèle-Angéline LE PODER - Allée du Petit Beaupré à VANNES ► Cette autorisation est délivrée à la demande J i T ' \ pi ww ni ' ITII Conservateur Régional de l'Archéologie (rayer la mention inutile). NATURE DU
  • , gui devra iréciser en particulier la dévolution du mobilier éventuellement découvert. ■e titulaire tiendra régulièrement au courant le Service Régional de l'Archéologie de ses travaux et découvertes. !n fin de travaux, un rapport en deux exemplaires devra être remis au Service
  • Régional Le Ministère de la Culture et de la Communication i , comprenant plans de situation, photos, etc. décline toute responsabilité en cas d'accident pour toutes les interventions autorisées la demande de ,1*intéressé. y*- tressé •us-Direction de l'Archéologie :éfe ture C
  • — ■■ ■ c QFP 1992 Fait à RENNES, le \13 *cr* Pour le Préfet de la Région Bretagne, Le Conservateur Régional^de^l'Archéologie, lirie sndarraerie recteur Régional des Affaires Culturelles chives du Service Régional de l'Archéologie COMPTE-RENDU DES SONDAGES ARCHEOLOGIQUES Cinq
  • constitué d'une terre brune claire sablo-argileuse dans lequel nous avons recueilli quelques tessons de céramique à pâte orangée, de l'ardoise ainsi que de la faïence au fond du fossé. Description du fossé n 2 Un second (cf. coupes F2 S/N ; N/S): fossé a été découvert dans le
  • même terre végétale que le fossé n 1 . On remarque cependant une différence dans la forme du fond qui part comme pour le premier en pente douce, chute brusquement presque verticalement sur 0,10m. 0,15m. puis à jusqu'au fond quasiment plat sur une largeur de 0,75m. Il semble que
  • division de la parcelle. CONCLUSION : L'étude conjointe du mobilier retrouvé, du plan des fossés mis au jour et de l'ancien cadastre, permet d'établir que la plus ancienne trace visible d'activité humaine remonte seulement à l'époque moderne. A la vue des indices chronologiques
  • a * œ c ri 1 , III' «4 (9 ■ 'i ï o c: m 1 2 o "n 00 SUD NORD Description des contextes Légende : • Charbon de bois erre végétale brune claire sable -argileuse: Coupe ® Brique ou tuile Q 8) Sol géologique argilo-graveleux jaune-orangé Fossé 2 Ech 1/10 ^^Terre
  • argileuse très orangée 50 cm Beaupré la lande Pierre B.P VANNES SUD NORD 0(NGF.8,41 Description des contextes (^Terre végétale brune claire sablo-argileuse (J)Terre argileuse très orangée 50 cm (5^)Sol géologique argilo-graveleux jaune-orangé Coupe Beaupré la lande Fossé 2
  • Ech 1/1 0 B.P VANNES PRESENTATION DU MOBILIER CERAMIQUE. Seuls quelques tessons les plus représentatifs sont exposés ici. Fig.1 : Proposition de datation: post-médiévale. surface beige avec inclusion de mica. Pâte beige engobée rose-saumon. Fig.2: . surface blanc
RAP03244.pdf ((29). Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne. Rapport de PT 2015)
  • (29). Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne. Rapport de PT 2015
  •  recherches) tranche sur les  pratiques usuelles des préhistoriens dans d’autres régions et est de nature à créer des effets  de  connaissance  appréciables.  Les  domaines  géologiques  plutoniques  ou  métamorphiques  du Massif armoricain génèrent essentiellement des cavités de modestes
  •   discrétion  qui  a  assuré  la  préservation  du  contenu  des  cavernes armoricaines.     7    Figure 1. Le Massif armoricain, avec ses principales unités géologiques (DAO L. Quesnel).    Les  fouilles récentes menées dans le  Finistère sur  les  sites  de  Pont‐Glas (Plounéour
  •   s’avère  donc  indispensable  dans  l’optique  de  proposer des modèles paléo‐économiques dans la diachronie les plus complets possibles.    Nous  proposons  donc  de  réaliser  un  inventaire  par  zone  géographique  et  par  structure  géologique principale (cette donnée conditionne
  •   propices  pour  pénétrer  dans  les  secteurs  forestiers.  Le  choix  de  ces  zones  s’est  fait  à  partir  de  l’examen  des  cartes  topographiques  et  géologiques,  ou  alors  par  des  renseignements  obtenus  par  des  prospecteurs.     24    Figure 11. En rouge, zones où
  •   RAPPORT ANNUEL DE PROGRAMME DE  PROSPECTION THEMATIQUE 2015    Tous aux abris ! (T2A)  Inventaire et sondages  dans les cavités naturelles de Bretagne          Sous la direction de  GREGOR MARCHAND et NICOLAS NAUDINOT  Avec le soutien :   Service Régional de l’Archéologie
  •  de BRETAGNE  Conseil général du FINISTÈRE                    1            2    Tous aux abris !  Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne      Table des matières Remerciements
  •   Kerbizien à Huelgoat .................................................................................................... 14  Le Rocher de l’Impératrice à Plougastel‐Daoulas ..................................................... 16  1.4. Ambition du programme « Tous aux abris
  • Les missions de terrain .................................................................................................. 24  3.2. Mission d’inventaire à Huelgoat (Camp d’Artus et Rivière d’Argent) .................. 26  3.3. Mission d’inventaire à Loqueffret (gorges de l’Ellez à
  • ) ............................................... 40  3.9. Mission d’inventaire dans le sud Finistère ................................................................. 41  4. Bilan de la première étape ............................................................................................................. 43  Bibliographie
  •   Arramond  du  Service  Régional  de  l’Archéologie  de  Bretagne  ainsi  que  Mme  Sophie  Casadebaig  du  service Départemental de l’Archéologie du Finistère pour leur soutien à ce projet.    Nous  sommes  évidemment  gré  à  Annette  Flageul,  Patrick  Le  Flao,  Brigitte  Flageul
  •   et  le  signalement des abris.        5        6    1. Mise en perspective du programme « Tous aux abris » 1.1. Problématique ou pourquoi chercher des petites cavités   Après  de  larges  prospections  inventaires  menées  tant  en  Mésolithique  (Marchand,  2005,  2012
  •  2000. Elle a pris appui sur la caractérisation des roches taillées pour aider à discerner  des  territoires  et  sur  la  composition  fonctionnelle  des  outillages  lithiques,  à  laquelle  vient  s’ajouter,  exclusivement  pour  le  Mésolithique,  les  nombreux  restes
  • Les  multiples  apports  d’outils  au  cours  du  temps  ne  peuvent  être  discriminés,  non  plus  que  l’extension  de  chaque  campement  ;  comment  alors  traiter  de  leurs  complémentarités  au  sein  des  territoires  ?  La  recherche  de  petites  stations  est  devenue
  •   un  axe  crucial  des  travaux  de  terrain  (Marchand,  2007  ;  Marchand  et  Le  Goffic,  2009).  L’archéologie  préventive  ne  parvenant  pas  dans  ces  régions à isoler de petites occupations en fond de vallée, nous avons logiquement tourné nos  regards vers des contextes
  •  restreints par leur nature même, les abris‐sous‐roche.    En  parallèle  de  cette  recherche,  divers  bilans  documentaires  établis  ces  dernières  années  montrent la carence d’information sur la Préhistoire hors de la zone côtière, favorisée par les  données  géographiques  et
  •   humaines  (grottes  marines,  amas  coquilliers,  dépôts  de  lœss,  densité d’occupation préhistoriques). La construction d’un référentiel chrono‐stratigraphique  pertinent  en  zone  continental  gagnera  à  s’intéresser  aux  dépôts  sédimentaires  en  abris,  dès  lors que les
  •  précédentes fouilles en surface n’ont pas donné de résultats extraordinaires (par  exemple, Marchand, 2005).    L’exploration  d’occupations  humaines  en  abris‐sous‐roche  n’est  pas  une  voie  de  recherche  commune  sur  le  Massif  armoricain  pour  la  Préhistoire  récente,  à
  •   cause  des  apports  scientifiques jugés somme toute modestes de ces pièges sédimentaires en regard des habitats  de  plein‐air.  On  pourra  en  juger  dans  l’historique  des  travaux  proposés  dans  le  chapitre  suivant. En cela, cette orientation (ou plutôt non‐orientation des
  • ‐Ménez)  en  2007‐2008,  Kerbizien  (Huelgoat)  en  2011  et  le  Rocher  de  l’Impératrice  (Plougastel‐ Daoulas)  depuis  2013,  de  même  que  des  prospections  encore  aléatoires  dans  la  région  Bretagne, nous permettent aujourd’hui de commencer à dresser un bilan de ce
  •  potentiel en  cavités, en particulier dans les formations de granite ou de grès‐quartzites. En effet les karsts  sont exceptionnels dans le nord‐ouest de la France et ils sont creusés aux dépens de calcaires  d’âge primaire dans des enclaves, ainsi à l’est dans la vallée de l’Erve
RAP01827.pdf (MELESSE (35). "la Besneraie". dfs de diagnostic)
  • LE BOULANGER Françoise
  • comprises entre 98 m NGF et 102 m NGF. Le contexte géologique est celui du bassin de Rennes. Le substrat correspond donc à du limon de couleur ocre à jaune, avec parfois des blocs de quartz. L'épaisseur de terre végétale à retirer est variable suivant les endroits : de 0,50 m à 1 m. En
  • . En définitive, 5,1 % des 33 201 m2 ont été diagnostiqués. plan général des tranchées sur le cadastre. RESULTATS (Figure 2) Les résultats de cette opération sont très succincts. Sur les 28 tranchées ouvertes, la moitié n'a livré aucun vestige. Les quatorze restantes ont livré
  • pour l'essentiel des fossés de parcellaire, suivant deux orientations principales : SO-NE et NO-SE. Certains sont des fossés qui apparaissent sur le dernier relevé cadastral. Ils ne sont cependant plus visibles aujourd'hui. Les autres sont des limites de parcelles probablement plus
  • MELESSE "La Berneraie" (Ille-et-Vilaine) Arrêté de prescription n° 2002/107 Diagnostic archéologique sur une extension de la ZAC "Conforland" Sous la direction de Françoise LE BOULANGER Avec la collaboration de Stéphane JEAN Avec la collaboration de la Communauté de Communes
  • du Val d'IIle Ministère de la Culture et de la Communication S.R.A. Bretagne : Rennes INRAP 2002 REÇU LE 3 1 OCT. 2002 I.N.R.A.P. G.O. Les prises de notes et de photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective
  • (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit
  • à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n°78-753 du 17 juillet 1978, article 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de
  • contrefaçon puni par l'article 425 du Code pénal. SOMMAIRE Fiche signalétique Générique de l'opération INTRODUCTION 1 - Mise en place du projet 2- Contextes géographique et géologique 3- Conditions de réalisation du diagnostic RESULTATS FICHE SIGNALETIQUE LOCALISA TION DE L'OPERA TION
  • 35 SITE n° DEPARTEMENT : Lieu-dit ou adresse : La Berneraie Année cadastre : révisé Coordonnées Lambert Zone : xl =298,198 yl = 1062,47 x2 = y2 = COMMUNE : MELESSE Section(s) et parcelle(s) : AD, 28, 33 à 36, 40, 41, 30, 50 71 à 73 Altitude(s) : de 98 m à 102 m NGF x3 = y3
  • = IDENTITE DE L'OPERATION Arrêté de désignation n° 2002/144 valable à partir du 22/10/2002 Nature : EV Titulaire (NOM et prénom) : LE BOULANGER Françoise Organisme de rattachement : INRAP Propriétaire du terrain : Protection juridique : Communauté du Val d'IUe SP SU Motif de
  • du site : (dans la ou les parcelles concernées) Emprise menacée entièrement fouillée : OUI Fouille menée jusqu'au substrat : NON OUI NON sinon, altitude du fond de fouille : RESUL TA TS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) -Chronologie : Epoques moderne et
  • contemporaine -Vestiges immobiliers : fossés de parcellaire, rares fosses. -Vestiges mobiliers : tessons, verre, métal. COMMENTAIRE : Sur l'emprise considérée, la présence de 2 lignes aériennes à haute tension et d'une voirie récente a fortement diminué la surface à diagnostiquer. Sur les
  • Bretagne N° des 10 à 20 diapositives les plus représentatives (fouille et mobilier) : Néant REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS ANNEE : 2002 AUTEUR (NOM, prénom) : LE BOULANGER Françoise Collaborateur (s) : JEAN Stéphane TITRE : MELESSE "La Berneraie" (IlIe-et-Vilaine) - Diagnostic
  • archéologique à l'emplacement d'une future ZAC Sous-titre : Nombre de volumes : 1 nb de pages : 7 nb de fig.: 3 nb de planches : 0 GENERIQUE DE L'OPERATION Intervenants scientifiques et techniques : Responsable de l'opération : Françoise LE BOULANGER (arrêté n°2002/107 portant désignation
  • ) (INRAP, Chargée d'Etudes). Equipe : Anne-Françoise CHEREL (INRAP, Assistante d'Etudes). Relevé du plan général : Vincent POMMIER (INRAP, Topographe). Réalisation du plan: Stéphane JEAN (INRAP, Dessinateur, D.A.O.) Pour le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne : Monsieur
  • Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Régional de l'Archéologie; Madame Anne VILLARD-LE TIEC,Conservateur. Pour l'INRAP Grand-Ouest : Monsieur Gilbert AGUESSE, Directeur interrégional; Monsieur Michel BAILLIEU, Adjoint Administratif et Technique. Pour le maître d'ouvrage : La Communauté de
  • Communes du Val d'Ille, propriétaire d'un ensemble de parcelles d'une superficie totale de 3,3 ha, souhaite le lotir pour en faire une zone d'activités. Le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne a donc demandé un diagnostic archéologique préalable, en raison de la présence
  • d'indices d'un site du Bronze ancien à l'est du projet lors de sondages précédant la mise en place de la voie rapide Rennes - Saint Malo. L'opération a donc été réalisée pendant trois jours par deux personnes. 2- Contextes géographique et géologique: (Figure 1) L'emprise du projet se
  • trouve dans la partie occidentale de la commune de Melesse, au nord de l'agglomération rennaise. Il est limité par la voie rapide Rennes - Saint Malo à l'est, et des voies de desserte et des bâtiments sur les trois autres côtés. Le terrain est relativement plat, avec des altitudes
  • avec une pelle mécanique à godet lisse. L'ensemble de la surface du projet n'a pu être évaluée, en raison de la présence de deux lignes aériennes EDF de haute tension. Les distances de sécurité doivent être respectées. En outre, une voie goudronnée traverse l'emprise du nord au sud
RAP01990.pdf (CHARTRES-DE-BRETAGNE (35). "les Peupliers". dfs de diagnostic)
  • CHARTRES-DE-BRETAGNE (35). "les Peupliers". dfs de diagnostic
  • -Sévigné Cedex FICHE SIGNALETIQUE Site n°: 35 066 013 Département : Ille-et-Vilaine Commune : Chartres de Bretagne Lieu-dit ou adresse : Les Peupliers Année du cadastre : 1980 Section(s) et parcelle(s) : AS, n°14 Coordonnées Lambert : Abscisses : x = Ordonnées : y = Altitude :19 m
  • Surface diagnostiquée :386 m2 Contexte géographique et géologique : Le site se situe sur une moyenne terrasse de la Seiche qui coule à 500 plus au sud. La couverture végétale peu épaisse (0,25 m en moyenne) recouvre un horizon limono-argileux résultant de la décomposition des schistes
  • : Géo-physique Autres (précisez) Profondeur des sondages ou carottages : 0,35 m Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : cf. contexte géographique et géologique. Substrat atteint : oui/non (si non, précisez pourquoi) Observations : Malgré
  • Rapport de diagnostic 2004 Laurent AUBRY CHARTRES DE BRETAGNE "Les Peupliers" (Ille-et-Vilaine) Du 01/06/04 au .02/06/04 N° de prescription : 2004/023 N° de projet INRAP : DA 05 0028 01 INRAP Direction interrégionale du Grand-Ouest : 37, rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson
  • l'ouverture de 7 longues tranchées sur les 6002 m2 du projet, aucun indice archéologique ne permet de confirmer la présence de la voie antique de Nantes à Rennes. En effet, cette parcelle se situe sur son itinéraire supposé (voir plan). Seul un fossé parcellaire comblé de fragments de
  • démolition moderne a été repéré. 1 griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) •Ies Guiñáis laVeslaisJí Moc-Souris/ le Cormier ORennes l'Oisonmére n la Grande Porte, les Coursd'Ahaut 3 2 ^ J e s Grandes Malais le Marais les P e t j W Malais la Croix aux
  • Potiers lonnerie jes Hautes, fmitenay la Touche Blai izèriaire fa Houssaiss Doubé l ' -V I, ii^p'^feim Ì II Mairinnîœ lassue îles Montçfiaul £la Comme 1 i ''* í í v iS^y^ljVMarioiinais ;». la Chaijssairie St la Retenue lePp tissa les touchés la Bèe l Eftne • les
  • Tremblais le Relais ' V •>ftftiiihnlii-Be.s. i t e Mauers la Planche" ÀlaBulqtièri • ..'•••.'• L„M.rf la Tupinière • . la Croxi A É , A ' PontyPéan . - i '« T Í ' e I^JÖ^ÄheEon {- • IssJLandetlW' T f o n t a i n e Blanche MfeMk' de Man io «SV \ Annexe v-'r Inlluinin / f V
Moëlan-sur-Mer. Bellevue, diagnostic en contexte mégalithique (MOËLAN-SUR-MER (29). Bellevue, diagnostic en contexte mégalithique. Rapport de diagnostic)
  • LE GALL Valérie
  • 36 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Finistère, Moëlan, Bellevue Liste des figures Fig.1 Localisation du diagnostic sur le plan cadastral de 2018 (section AM) © V. Le Gall, Inrap Fig.2 Orthophotographie de la parcelle AM 28 Fig.3 Extrait de la carte géologique de
  • Résultats 25 1. Le cadre de l’opération 25 1.1 Circonstances de l’intervention 25 1.2 Moyens mis en œuvre et méthodologie 27 1. 3 Contexte géographique et géologique 29 1. 4 Contexte archéologique 31 2. Présentation des données 31 2.1 La parcelle AM 28 32 2.2 La parcelle AM29
  • Fig.1 Localisation du diagnostic sur le plan cadastral de 2018 (section AM) © V. Le Gall, Inrap Fig.1 : Localisation du diagnostic sur le plan cadastral de 2018 (section AM) 25m II. Résultats 1.2 Moyens mis en oeuvre et méthodologie 25 1. Le cadre de l’opération 1.1
  • géologique Moëlan sur Mer est une commune du littoral Atlantique localisée au sud du département du Finistère. Son territoire s’étend sur une superficie de 4 753 ha, il est limité à l’ouest par la rivière du Belon et à l’est par les rias de Brigneau et de Merrien. Le projet de
  • présente un profil plat et une altitude moyenne de 55 m NGF. Avant notre intervention, la partie non construite de la parcelle AM28 correspondait à un espace enherbé régulièrement entretenu. Les logs géologiques (fig.1, 4, 5) réalisés sur le bord nord de chacune des trois tranchées
  • révèlent une terre végétale constituée de limon arénacé brun foncé dont l’épaisseur varie de 0.28 m au sud (tranchée 1) à 0.50 m au nord (tranchée 3). Log 1 - Tranchée 1 Log 2 - Tranchée 2 TV Log 3 - Tranchée 3 TV TV a b a b’ b Fig.4 Relevés des logs géologiques © V. Le Gall
  • , Inrap Fig.5 Cliché du log 2 – tranchée 2 © V. Le Gall, Inrap a : Limon arénacé brun à jaune, mélange de terre végétale et d’arène b : Arène b’ : Affleurement d’orthogneiss 0 0,50m 1/20e Géologiquement Moëlan sur Mer appartient au domaine varisque sudarmoricain. Le substrat
  • géologique est constitué de l’orthogneiss de Moëlan ; ce dernier constitue l’un des quatre massifs orthogneissiques présent sur la carte géologique de Concarneau (fig.3). L’orthogneiss de Moëlan s’étend sur une ou deux bandes de 0,5 km à 3 km de large depuis le secteur de Névez à l’ouest
  • .). – Concarneau, Orléans, BRGM, 1996. 1 vol 129 p., 1 carte. (carte géologique à 1/50000 ; 382) Gueguen 1980 GUEGUEN (M.) - Moëlan sur mer (29), pont-vil, rapport de fouille, SRA Bretagne, 1980, 17p. Le Roux 1974 LE ROUX (C. T.) - Moëlan sur mer (29), Kercadoret, rapport de fouille, SRA
  • Moëlan sur Mer (feuilles n°382 Concarneau et n°383 Lorient) Fig.4 Relevés des logs géologiques © V. Le Gall, Inrap Fig.5 Cliché du log 2 – tranchée 2 © V. Le Gall, Inrap Fig.6 Carte archéologique de Moëlan sur Mer (© SRA-Atlas des patrimoines) © V. Le Gall, Inrap Fig.8 Clichés des
  • Diagnostic archéologique Le diagnostic réalisé dans le cadre de la construction d’un bâtiment de stockage industriel au lieu-dit Bellevue sur la commune de Moëlan sur Mer (29) couvre une superficie de 2 314 m². Ce diagnostic a été prescrit car la parcelle AM 28 faisait l’objet
  • d’un classement par le ministère de la culture en ZPPA (zone de présomption de prescription archéologique). Ce classement était induit par la présence d’un menhir et d’une dalle associée (EA 291500005) localisés en limite sud de la parcelle AM28. Le diagnostic réalisé sur cette
  • , Finistère, Moëlan sur Mer, Bellevue, Diagnostic en contexte mégalithique sous la direction de Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Valérie Le Gall Valérie Le Gall Inrap Grand Ouest Novembre 2018 29150
  • — Diagnostic archéologique Rapport final d'opération Code INSEE Nr site 29 150 0005 SRA 2018-229 Lambert 93 CC48 Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Diagnostic en contexte mégalithique sous la direction de Valérie Le Gall Inrap Grand Ouest D124792 Code
  • 32 33 33 33 L’ensemble A L’ensemble B L’ensemble C L’ensemble D 34 Conclusion 35 Bibliographie 36 Liste des figures 3 I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique
  • (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public
  • . L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • , cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes
RAP01205.pdf (VANNES (56). 19-23 rue Monseigneur Trehiou. rapport de diagnostic)
  • parcelle concernée sur le cadastre de 1988. - Fig.3: Localisation de la parcelle sur le cadastre de 1843. - Fig.4: Localisation de l'opération sur le plan de la ville de 1785. - Fig.5: Localisation des sondages sur la parcelle avec emplacement des coupes et des bâtiments détruits. - Fi
  • g. 6: Coupe nord du sondage 1. - Fig.7: Coupe sud du sondage 2. fig.l: Localisation de l'opération sur le plan de la ville. fig.2: Localisation de la parcelle concernée sur le cadastre de 1988. 3 Cliché 1: vue d'ensemble du site, vers la rue Mgr Tréhiou. 1
  • concernée (parcelle 94; section BY du cadastre de 1988), toutes jusqu'au socle granitique. La parcelle 93 n'a pu être sondée bien qu'étant incluse dans le projet car l'habitation la composant était encore en place. Le projet d'habitation collective comprend l'ensemble de la parcelle
  • être retrouvée, seul le plan de la ville de 1785 et le cadastre de 1843 ( cf: fig. 1 et 2 ) ont attesté une présence de bâtiments à l'époque moderne. En ce qui concerne l'établissement religieux situé à l'angle des rues Mgr Tréhiou et Des Ursulines, sa première édification est
  • Calmont à l'époque ) ( cf.fig.4.) Les diverses structures citées étant aménagées à même le substrat géologique, aucun niveau antérieur n'est présent dans ce sondage.( cf.cliché 4). Cliché 5: détail de la canalisation dans le sondage 2 ( us 1003 ). 3.3. Sondage 3. Longueur 10 m
  • Frédérick Béguin, responsable de l'opération,avec la collaboration d'Eric Pierre, archéologue fouilleur. A.F.A.N. Rennes / S.R.A. de Bretagne. 1994 Nous tenons à remercier les services de l'OPC.HLM de Vannes et plus particulièrement M.Bovany pour leur participation technique et
  • l'amabilité dont ils ont fait part. D'autres remerciements sont adressés à Mme M.A. Paulet-Locard pour la patience et le professionnalisme dont elle a fait part tout au long des pliases de ce travail. Sans oublier Mlle Hurtin S. et Mrs Desfonds A. et Melec F. pour leur aide technique et
  • morale. Les prises de notes et de photocopies sont autorisées pour an usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuel le). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ci pour les tiers, la possibilué de reproduire, de diffuser ou
  • d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet !978. art 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de conirefaçon puni pai l'amcle -125 du code pcnnl Sommaire. 1. Introduction p 4. 1.1. Données techniques...p 4. 2. Etude
  • documentaire...p 6. 3. Sondages plO. 3.1. Sondage 1 plO. 3.2. Sondage 2 pl4. 3.3. Sondage 3 :pl6. 3.4. Sondage 4.., pl7. 4. Conclusion pl8. Bibliographie pl 9. Liste des figures. - Fig.l: Localisation de l'opération sur le plan de la ville. - Fig.2: Localisation de la
  • du 5 février 1986, une opération d'évaluation du potentiel archéologique a été entreprise par le Service Régional de l'Archéologie. La mission a été confiée à deux archéologues contractuels de l'A.F.A.N.(*), placés sous le contrôle du conservateur régional de l'archéologie, en
  • application de la loi validée du 27 septembre 1941. Le budget global, intégralement alloué par l'aménageur s'élevait à 28 435,50 F. 1.1 Données techniques. Ce diagnostique archéologique, entrepris du 22 novembre au 05 décembre 1994 a été réalisé en deux phases: - Du 22 au 28 novembre
  • . (*) Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales . I fig.4: Localisation de l'opération sur le plan de la ville de 1785. Auteur anonyme, archives municipales de Vannes. 2. Etude documentaire. L'étude documentaire a été faite à partir des différents bulletins de la Société
  • attestée en 1614, date à laquelle s'installent ici des capucins ( soit presque un siècle après la création de l'ordre par ordonnance du Pape Clément VII: 1525 ). Ces derniers abandonnent le site en 1791. C'est en 1807 que les ursulines prennent possesion des locaux afin d'y créer un
  • pensionnat qui restera en activité jusqu'au XXème siècle. Cet établissement sera ensuite transformé en grand séminaire par les autorités écclésiastiques. Ces informations, bien que ne nous interressant pas directement entrent dans une étude globale du quartier. En conclusion, seule une
  • habitation privée semble avoir été édifiée aux alentours de 1780 sur la parcelle étudiée. 1 : Guyot- Jomard.A.;1888. "Notes historiques extraites des archives municipales de Vannes: Le siècle de Louis XIV - La ville de Vannes et ses murs." B.S.P.M. N" 31, p.26. Vannes. 2: Le Mené J.M
  • .; 1897;" Les ursulines de Vannes " B.S.P.M. N°41, p. 21. Vannes. 3: Le Mené J.M.; 1899, " Les capucins de Vannes" B.S.P.M. N°43 p. 21. Vannes. 4: Le Mené J.M.; 1901, " Le séminaire de Vannes" B.S.P.M. N" 45, p. 07. Vannes. 0 I 10m I : Localisation des sondages sur la parcelle
  • ;., * + ••■ » *■ +. + t 1001 10 SOO_ A =a \+ 1- ^1=^=±^'+ + + + + + + ,+ ++ 4 + +t1-+++i-++
  • cailloux tranchée de fondation du mur 1001 ( 1002). fond du sondage. fig.6: Coupe nord du sondage 1. 3. Sondages. Les tranchées de sondage ont été implantées de façon à englober le maximum de surface sur l'emprise des travaux.( cf.fig.5) Au total, quatre tranchées ont été ouvertes à
RAP01908.pdf (VITRÉ (35). " la Ménardière" . dfs de diagnostic)
  • . ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 16895m2 Surface diagnostiquée : 73822m2 Contexte géographique et géologique : Prairies naturelles actuellement non cultivées. Substrat géologique constitué par un limon argileux peu épais recouvrant le schiste altéré. Méthode de
  • -dit ou adresse : "La Ménardière" Cadastre : Année : Section(s) et parcelle(s) CP 34,35, 36, 37,43p, 47, 96, 101,103,104,108. Coordonnées Lambert : Altitude : n.c. Abscisses :351700 Ordonnées :337750 Propriétaire du terrain : Ville de Vitré. Protection juridique : Arrêté de
  • INRAP, Direction interrégionale : G. Aguesse, D. Dubant 3 CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Pas de site connu, mais l'ampleur de la zone concernée par le projet nécessite une vérification sur le terrain. CONTRAINTES TECHNIQUES La viabilisation du site
  • a déjà été réalisée. La voirie et les réseaux déjà installés n'ont pas permis de diagnostiquer la totalité de la surface du projet, d'autre part deux zones - l'une occupée par des bâtiments d'entreprises, l'autre par un parking utilisé au moment des sondages - n'ont pu être sondées
  • diagnostic : Tranchées en quinconce Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives J| % surface sondée : 3481m2 4,8% listes des archives Cadastre napoléonien consultées : Géo-physique Autres (précisez) Profondeur des sondages ou carottages : Profondeur
  • moyenne 0,30 m à 0,40m. Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : L'épaisseur de terre végétale est comprise entre 0,10 et 0,20m en moyenne. Cette dernière repose directement sur le substrat argileux. Quelques tronçons de fossés respectant les
  • orientations du parcellaire actuel ont été observés. Il s'agit de creusements peu profonds dont le remplissage limoneux ne contient aucun mobilier archéologique ancien. Ces faits correspondent à d'anciennes subdivisions des parcelles actuelles. Dans plusieurs cas ces derniers prolongent des
  • limites parcellaires encore marquées par des alignements d'arbres dans le voisinage. 5 Substrat atteint : oui Observations : Quelques éléments mobiliers datant du milieu du XXe s. provenant d'épandages de fumier révèlent des tentatives de mise en culture récentes de ces terrains
RAP01967.pdf (YVIGNAC (22). la Basse Boexière. dfs de diagnostic sur construction d'une stabulation)
  • Dessin Assisté par Ordinateur). 2 1 2 1.1 Cadre géographique et géologique L'aménagement du lotissement se place au lieu-dit "La Basse Boexière" à l'est d'Yvigniac la Tour sur la parcelles D1 184 du cadastre actuel (fig.3). Le site s'intégre entre la route d'Yvigniac au nord, et
  • : Département : CÔTE D'ARMOR Commune : YVIGNIAC LA TOUR Lieu-dit : LA BASSE-BOEXIÈRE Cadastre : D, n°184 Coordonnées Lambert : x = y= Altitude NGF : Propriétaire de terrain : Y. LE GRAND, La Basse Boexière 22350 Yvigniac la Tour L'opération archéologique : Arrêté n° : 2002 - 059 Odre de
  • s'étend du Cotentin à la Vendée et de la pointe de la Bretagne à l'Anjou. Tanguy Le Roux, 1985, p.20. Toutes les anomalies reçoivent systématiquement un numéro de fait de 1 à n pour l'ensemble des sondages et les anomalies géologiques ont été retirées. Un fossé ou autre structure
  • n'a pas apporté d'éléments significatifs, le secteur n'ayant quasiment pas été restructuré depuis. 4. Conclusion et notice synthétique Yvigniac (Côte d'Armor), lieu dit "La Basse Boexière ", parcelles D1 184 du cadastre actuel. Arrêté n°2002 - 059 Phase terrain : le 17/06/2002
  • . Figure 2 : Localisation du site sur la carte archéologique S.R.A. Bretagne d'après les données I.G.N 1/25000e. Figure 3 : Plan cadastral avec emprise des travaux (section D1). REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATIO PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE
  • l'opération 1 2 1. INTRODUCTION 3 1.1 Cadre géographique et géologique 3 1.2 Méthodologie 3 2. RÉSULTATS 4 3. CONCLUSION-NOTICE SYNTHÉTIQUE 5 4. BIBLIOGRAPHIE 5 Annexes 1 - Figures 2 - Documents administratifs Fiche signalétique Identité du site ; Numéro de site
  • mission INRAP : à partir du 17/06/2002 jusqu'au 17/06/2002 Titulaire : Eddy Roy Organisme de rattachement : INRAP Motifs de l'intervention : Construction d'un bâtiment agricole (stabulation pour vache laitière) Aménageur/maître d'ouvrage : Y. LE GRAND Surface totale des travaux
  • d'amménagement : 758 m Surface disponible pour l'intervention archéologique : 758 m Surface sondée : 116 m Dates de l'intervention sur le terrain : 17/06/2002 Dates de l'intervention en post-fouille : le 18/06/2002 2 2 2 Résultats : Côte d'apparition des vestiges : Entre 0,30 et 0,40 m
  • sous le niveau de sol actuel. Nature des vestiges : Fossés. Périodes : Indéterminée. Principaux résultats : Deux fond de fossés ont été relevés au niveau des deux sondages de diagnostic Lieu de dépôt du mobilier : Lieu de dépôt des archives : Service Régional de l'Archéologie de
  • . Introduction La construction d'un bâtiment agricole (stabulation) sur 758 m , au niveau d'un contexte archéologique sensible sur la commune d'Yvigniac la Tour dans les Côte d'Armor a amené le Service Régional de l'Archéologie à demander une évaluation du potentiel archéologique préalable
  • (fig. 1 et 2). En effet, quelques substructions et différents matériaux (fragments d'enduits peints, de dallage, de tégulae...) attribuées chronologiquement à l'époque gallo-romaine, ont été découverts en 1864 sur les parcelles avoisinantes. Des prospections pédestres et aériennes
  • effectuées en 1982 par Loïc Langouet ont confirmé la présence de vestiges archéologiques au lieu-dit La Basse Boexière à Yvigniac . Le site concerné par les nouveaux travaux d'aménagement couvre une superficie totale de 758 m hectares (fig.3). L'opération de diagnostic archéologique
  • la voie communale n°21 dit de la Boexière, au sud. L'emprise est implanté sur le Massif armoricain et le substrat est constitué de schiste recouvert d'une couche d'altération argilo-sableuse de couleur beige. Les structures apparaissent directement sous la terre arable épaisse de
  • 30 à 40 cm et sur ce niveau d'altération du banc de schiste. 2 1.2 Méthodologie Deux sondages de 2 m de large pour une longueur de 28 et 30 m ont été effectués à l'aide d'une pelleteuse à chenille munie d'un godet lisse, durant 3 heures. Selon le cahier des charges les tranchées
  • ont été rebouchées après l'intervention archéologique. Ces derniers travaux de comblement ont duré 2 heures. Deux faits archéologiques ont été découverts dans les deux tranchées systématiques. 3 1 2 Information Carte Archéologique, SRA Bretagne. Le Massif armoricain des géologue
  • importante ou longiligne possédé plusieurs n° de faits si il apparaît dans plusieurs sondages. 3 Le décapage mécanique consiste à retirer successivement plusieurs couches de terre jusqu'à l'apparition d'anomalies ou de vestiges archéologiques susceptibles d'être conservés en
  • substruction. Ces structures en creux sont repérables par simple contraste de couleur. Ces observations faites et vu le temps alloué, nous avons choisi de relever les structures en plan et de les sonder manuellement de façon ponctuelle. La totalité des tranchées effectuées représente une
  • surface de 116 m et 15,30 % des 758 m concernés par l'implantation du projet. 2 2 3. Résultats (fi 4) g Les deux structures immobilières découvertes sur le site d'Yvigniac sont des vestiges excavés de type fossé. Le fossé f. 1 est orienté nord/est - sud/ouest. Il apparait à 35 cm
  • sous le niveau de sol actuel et présente une ouverture de 64 cm et une profondeur de 18 cm à partir du niveau de décapage. Son comblement est constitué de limon ocre beige chargé de schiste altéré provenant d'un probable effondrement de parois. Le fossé f.2 est orienté est/ouest. Il
  • apparait également à 35 cm sous le niveau de sol actuel et présente une ouverture de 70 cm et une profondeur de 20 cm à partir du niveau de décapage. Son comblement est constitué de limon brun. Il comporte les traces d'une canalisation en bois perceptible par la présence d'un fragment