Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3989 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03263.pdf (PLUGUFFAN (29). Chemin de Ti Lipig. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLUGUFFAN (29). Chemin de Ti Lipig. Rapport de diagnostic
  • LE GALL Valérie
  • 29216 avec la collaboration de Valérie Le Gall Véronique Chaigne Julie Conan Emeline Le Goff - Nr site Arrêté de prescription SRA 2016-058 Système d’information Lambert 93, cc48 Code Inrap D113584 Entité archéologique sous la direction de n°- Code INSEE chemin de Ti
  • Diagnostic archéologique Rapport d’opération PLUGUFFAN (Finistère) Diagnostic archéologique chemin de Ti Lipig sous la direction de Valérie Le Gall Inrap Grand Ouest Mai 2016 Diagnostic archéologique Rapport d’opération PLUGUFFAN (Finistère) Diagnostic archéologique
  • France au 1.1000 000e (I.G.N-1993) Pluguffan 0 - 100 m 100 - 200 m 200 - 500 m 0 100 km Localisation du diagnostic 22.57 0 1/25000e © IGN 1000m 12 Inrap · RO de fouille PLUGUFFAN (Finistère), Chemin de Ti Lipig Notice scientifique Le diagnostic archéologique réalisé
  • chemin de Ti Lipig sur la commune de Pluguffan (29), concernait une emprise de 2413 m². Nous avons pu réaliser trois tranchées de sondages qui ont uniquement révélées la présence d’une haie probablement récente. État du site Les structures apparaissent à des profondeurs variant
  • de é bb ’A tl n Po C u ’ea te d ui ond 1337 Figure 1 : Localisation du diagnostic sur le plan cadastral actuel (section AN) Numéro de parcelle 63 1/600e 0 15m Tranchée de sondage Emprise diagnostiquée Emprise prescrite Numéro de tranchée 5 Inrap · RO de
  • fouille 1 62 22 PLUGUFFAN (Finistère), Chemin de Ti Lipig 23 II. Résultats 1. Circonstances de l’intervention Le projet de division de la parcelle 63 (section AN) de la commune de Pluguffan (29), à des fins de construction, a donné lieu à la prescription d’un diagnostic
  • entre le chemin de Ti Lipig et la route de Pont l’Abbé se situe à 3 km au sud du bourg de Pluguffan ; elle est limitrophe avec la commune de Plomelin. La parcelle se situe à une altitude variant de 80 m à 83 m NGF, sur un replat avant une rupture de pente vers le sud-est et un cours
  • . Conclusion A l’issue de ce diagnostic, il apparaît donc que la parcelle concernée par le projet ne présente aucun indice d’occupation archéologique. 28 Inrap · RO de fouille PLUGUFFAN (Finistère), Chemin de Ti Lipig Bibliographie Le Bihan 1991 : LE BIHAN (J.P.) – Pluguffan (29
  • , Fosse Diagnostic archéologique chemin de Ti Lipig – Pluguffan (29) Le diagnostic archéologique réalisé chemin de Ti Lipig sur la commune de Pluguffan (29), concernait une emprise de 2413 m². Nous avons pu réaliser trois tranchées de sondages qui ont uniquement révélées la présence
  • géographique et géologique Contexte archéologique Résultats du diagnostic Conclusion Bibliographie Table des illustrations I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 Inrap · RO de fouille PLUGUFFAN (Finistère), Chemin de Ti Lipig Fiche signalétique Localisation
  • Région Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Bretagne — Département Finistère (29) Commune Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest Proprietaire du terrain Responsable scientifique de l’opération Madame Rogel Valérie Le Gall
  • , Inrap Références de l’opération Organisme de rattachement Numéro de l’arrêté de prescription Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél : 02 23 36 00 40 Fax : 02 23 36 00 50 Pluguffan Adresse ou lieu-dit Chemin de Ti Lipig 2016-058 Codes code
  • INSEE 29 216 Numéro de l’arrêté de l’autorisation de fouille 2016-121 Référence du projet INRAP Numéro de l’entité archéologique - F113584 Dates d’intervention sur le terrain Du 12/04/2016 au 14/04/2016 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert II
  • Botanique Ere industrielle Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration … 10 Inrap · RO de fouille PLUGUFFAN (Finistère), Chemin de Ti Lipig Générique de l’opération Intervenants scientifiques Yves Ménez, SRA
  • Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, SRA Conservateur du patrimoine Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap Directeur adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Valérie Le Gall, Inrap
  • Assistante d’étude et d’opération Responsable scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap Secrétaire général Mise en place et suivi de l’opération Thomas Arnoux, Inrap Délégué du directeur adjoint
  • scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Valérie Le Gall, Inrap Assistante d’étude et d’opération Responsable scientifique Véronique Chaigne, Inrap Assistante d’étude et d’opération Fouille, enregistrement Emeline Le Goff, Inrap Topographe Topographie
  • Valérie Le Gall, Inrap Assistante d’étude et d’opération Responsable scientifique Emeline Le Goff, Inrap Topographe Topographie Julie Conan, Inrap Dessinatrice infographe PAO Intervenants administratifs Équipe de fouille Équipe de post-fouille I. Données administratives
  • , techniques et scientifiques 11 Localisation de l’opération Bretagne Finistère Pluguffan - Chemin de Ti Lipig Section(s) et parcelle(s): AN / 63 Coord. Lambert II étendu : X : 114846 Y : 2348740 Z : 80 à 83 m NGF Finistère Quimper infographie : S.Jean - INRAP D'après la carte de la
  • entre 0,40 m et 0,60 m sous le niveau de terre actuel. Les trois tranchées de sondage réalisées, représentent 251,60 m² de surface ouverte, soit 10,43 % de la surface diagnostiquée. Ces tranchées ont été rebouchées à la pelle mécanique à l’issue de l’opération. I. Données
RAP03695 (PLOMELIN (29). Hent Ti Menhir. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLOMELIN (29). Hent Ti Menhir. Rapport de diagnostic
  • LE GALL Valérie
  • , CC48 Code Inrap D125622 n°- Entité archéologique - Nr site 29170 Code INSEE Diagnostic archéologique Rapport d’opération PLOMELIN Hent Ti Menhir (Finistère) Diagnostic archéologique en contexte mégalithique sous la direction de Valérie Le Gall Sommaire Données
  • Diagnostic archéologique Rapport d’opération PLOMELIN Hent Ti Menhir (Finistère) Diagnostic archéologique en contexte mégalithique sous la direction de Valérie Le Gall Inrap Grand Ouest Mars 2019 Arrêté de prescription SRA 2018-236 Système d’information Lambert 93
  • administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du
  • terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement - Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest Proprietaire des terrains Responsable scientifique de l’opération Commune Plomelin Nexity (Gérant) Valérie Le Gall, Inrap Adresse ou lieu-dit Hent Ti Menhir
  • ), Hent Ti Menhir Notice scientifique Le diagnostic archéologique réalisé dans le cadre de la construction d’un lotissement au lieu-dit Hent Ti Menhir sur la commune de Plomelin (29) concerne les parcelles 170 et 346 de la section AB du cadastre. La parcelle 346 fait partie du
  • : Localisation du diagnostic sur le plan cadastral de 2019 (section AB) 27 II. Résultats 1 Circonstances de l’intervention Le projet de lotissement au lieu-dit Hent Ti Menhir à Plomelin (29) a donné lieu à la prescription d’un diagnostic archéologique de la part du service régional
  • cadastre napoléonien ont été mis au jour. Les tranchées et les fossés ont fait l’objet d’un relevé topographique à l’aide d’un GPS afin de les resituer dans leur environnement. 28 Inrap · RO de diagnostic PLOMELIN (Finistère), Hent Ti Menhir FzC Dépôts fluviatiles et lacustres
  • . Résultats 3 Contexte géographique et géologique Plomelin est une commune du Finistère localisée dans le sud du département. Elle se situe en aval de Quimper sur la rive droite de la ria de l’Odet. Le projet de construction de lotissement au lieu-dit Hent Ti Menhir, se localise au nord
  • diagnostic menée au lieu-dit Hent Ti Menhir à Plomelin a permis l’ouverture de quatre tranchées. Les tranchées 1, 2 et 3 ont révélées la présence de deux fossés parallèles d’orientation est/ouest (fig.1, 8). Fig. 8 : Cliché des fossés F1 et F2 - tranchée 2 La superposition du cadastre
  • 0,90 m pour le fossé sud (F2) et ils sont conservés sur une profondeur de 0,20 m. Leur comblement est constitué d’un limon argileux brun foncé humifère proche de la composition de la terre végétale. Fig. 10 : Cliché et coupe des fossés F1 et F2 – tranchée 3 N S TV 1 a 2 F1 F2 1
  • fossés répertoriés sur le cadastre napoléonien ont été mis au jour au cours de cette opération. 34 Inrap · RO de diagnostic PLOMELIN (Finistère), Hent Ti Menhir Bibliographie Arramond 2017 ARRAMOND (J.C.) – Plomelin (29), la villa du Pérennou, rapport de fouille, SRA Bretagne
  • cadastral de 2019 (section AB) Fig. 2 : Extrait de la carte géologique de Plomelin (feuille n°346 de Quimper © BRGM) Fig. 3 : Tranchée 2 vue vers le nord Fig. 4 : Relevés des logs géologiques Fig. 5 : Log géologique 1 – tranchée 1 Fig. 6 : Carte archéologique de la commune de Plomelin
  • – Diagnostic archéologique en contexte mégalithique Chronologie Sujets et thèmes Mobilier - Le diagnostic archéologique réalisé dans le cadre de la construction d’un lotissement au lieu-dit Hent Ti Menhir sur la commune de Plomelin (29) concerne les parcelles 170 et 346 de la section AB
  • 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de
  • leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits
  • des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste
  • et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle
  • d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale
  • . Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de
  • l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 8 Inrap · RO de diagnostic PLOMELIN (Finistère), Hent Ti Menhir Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Finistère (29) Statut du
RAP02135.pdf (les demeures aristocratiques de la cité des vénètes. rapport de prospection thématique.)
  • les demeures aristocratiques de la cité des vénètes. rapport de prospection thématique.
  • PROSPECTION THEMATIQUE Autorisation n° 2003/026 Les demeures aristocratiques de la Cité des Vénètes Sébastien DARE Rennes : S.R.A. Bretagne Mars 2004 Annexe I.. Déclaration de découverte archéologique Service Régional de fArchéologie de Bretagne A. Première mention
  • AC, n° 217 à 220) où se situent cette cour et cet habitat à la décoration luxueuse comme le montrent les pièces mises au jour en bordure de la cour (placage et dallage en calcaire, bloc de marbre rouge, enduits peints...), ne figurent pas parmi la liste de celles relatives au
  • Techniques de repérage : C.OftJ* ...r.£.R. ..- Nom OT X= Y Oc HEZO Section
  • .U.CA PAJt ...b £S.....ftL0CS...l>Ê:..lUS.Jei4smA BO N C nU.RS..£.N. ELElu An.O.W) C AORE ....S.r..kl'.Lce'.r ...,...C £RA ...EPOQUE. Oui g] Non ["J O.A.L.1.0 -RJÛH AME Lieu de conservaUon : b£....to,f>%.tÇi,Ti/iti. R.Af.f O.R.T {.If - IV - Sl'ÈCLES ..D£.P.O.T....D£ FOUI
  • Modification Af. J",-C.) ASiCMéaLO &i QO Eî OU HO *8iH4tf MORBIHAN o LE H É Z O ( MORBIHAN ) SECTION FEUILLE A N°1 Feuille dressée en 1844, revisée pour 1950 Edition à jour pour 1984 Echelle 50 4-0 —^5 h h de 1 / 1000 - 56 O 084 \ too .M . 50 o LE HÉZO A1 LA
  • correspond à une vaste zone (section Al, parcelles 9 à 12, 15 à 24 et 206) recouverte par un taillis et une végétation de lande, notée A. Cette zone couvre une plus grande superficie. Aux parcelles citées précédemment, il convient d'ajouter celles-ci les n° 2 à 8, 13, 14, 203 à 205, 207 à
  • la villa. La zone C : La zone, notée C sur le plan, occupe la partie la plus élevée des deux parcelles n° 24 et 25, section Al. Cette zone se caractérise par l'affleurement, à l'endroit où le talus séparant les deux champs a été supprimé pour permettre le passage des engins
  • (tegulae, imbrices, céramiques sigillée et commune), correspondant approximativement à un rectangle de 15 m x 10 m, a été repérée dans l'angle sud-ouest de la parcelle n° 51, section Al, le long du talus. Cette zone, notée D, s'étend dans le champ voisin, actuellement en prairie, où
  • toutefois que les découvertes de ce type d'amphore sur les sites de consommation de la cité des Vénètes demeurent encore assez rares (habitat de Keriaquer à Saint-Pierre-Quiberon ; villa de Mané-Vechen à Plouhinec entre autres). La présence de céramique modelée (n° 14 à 16) soulève le
  • problème d'une éventuelle occupation du site à l'époque gauloise. Si le fragment n° 16 appartient à un pot muni de deux anses en oreilles, forme caractéristique des ensembles du second Age du Fer, les deux autres formes, peuvent très bien datées de la période gallo-romaine. Il a par
  • ). Les pichets n° 16 et 17 se rapprochent de la forme Lis. F. 900. Ce type est, en outre, fréquent sur des sites du Illème siècle comme la villa de Mané-Véchen par exemple. On trouve également une coupe carénée à décor guilloché en terra nigra grise produite sans nul doute à l'atelier
  • = | B.A.R.E Responsable = P&QM É.CTiO.W Nature de ropêration = $£.6AS .T.!.E.kl LE Lieu-dit ( du Cadastre) : LE Organisme = Commune - .. A...RRAD.O.W. MA N.E. i jour) '. 86 à 81iecu'ûKi .Ze..-. MROEUUESL 70
  • ....FAÏCH.€ CÉMtU'.QUt e.T...f.f.Tf.r.....H.QÔiti'.f.6.. Chronologie proposée : ....&AJXO..T.BLQIIiUH...CX .A Mobilier | fc«0.ti.V.e*J....I.OAi Non |^| , MAÙ.ONÎ Lieu de conservation : Bibliographie : CAO«E RÉSERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué Code
  • vannetais, Charles de Fréminville, et d'un plan d'ensemble des bâtiments de la villa retrouvé dans les archives de la Société Polymathique du Morbihan, il a été possible de positionner avec précision sur le cadastre ancien de la commune d'Arradon, daté de 1852, la villa de Mané-Bourgerel
  • (fig. 01). Ensuite, ce travail a été effectué pour le cadastre de 1983 (fig. 02). De plus, j'ai étudié cette villa dans le cadre d'un D.E.A., soutenu à l'Université de Bretagne Occidentale sous la direction de M. G. Moîtrieux (les deux volumes de ce travail universitaire sont joints
  • au présent rapport de prospection). Les thermes occupent ainsi la parcelle 86, section AC, parcelle qui est non construite à l'heure actuelle (fig. 03) (ph. 01). Il apparaît donc, comme essentiel et urgent, d'attribuer le degré maximum de protection à ces vestiges archéologiques
  • en raison de la multiplication des constructions de nouvelles maisons à proximité immédiate du site. L'acquisition de la parcelle 86 ainsi que de la parcelle 87 (simple bande de terre en prairie bordant le site à l'est) par la commune d'Arradon ou tout autre collectivité locale
  • , semble le meilleur moyen de préserver cet édifice gallo-romain pour lequel les possibilités de mise en valeur sont réelles à l'instar de ce qui a pu être réalisé récemment par exemple pour les thermes du Hogolo à Plestin-lesGrèves (Côtes-d'Armor). Par ailleurs, à l'issue des fouilles
  • de 1858, l'édifice thermal a été remblayé et le magnifique opus sectile mis au jour laissé en place. On rappellera, en outre, que les murs étaient encore conservés sur plus d'un mètre de hauteur ainsi que le montrent les différentes coupes du bâtiment réalisées par C. de
  • Fréminville. La villa proprement dite se situe dans les parcelles : 70, 71, 72, 73, 167 et 396, section ZE. On ne peut cependant exclure une extension de la villa dans les parcelles attenantes à celles déjà citées. Elle ne paraît pas avoir subi de destructions importantes à l'exception de
RAP02478.pdf (PLUGUFFAN (29). occupations rurales du bronze moyen, du second âge du fer, de l'antiquité précoce, du bas Moyen Âge et de l'époque moderne à ti lipig 2. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLUGUFFAN (29). occupations rurales du bronze moyen, du second âge du fer, de l'antiquité précoce, du bas Moyen Âge et de l'époque moderne à ti lipig 2. rapport de diagnostic
  • contemporain. 7.2. Conclusions techniques. Bibliographie. Liste des clichés. Liste des planches Liste des figures. Planches et figures. im 1 : INTRODUCTION 1.1. Les conditions d'intervention. (Fig. 1 à 3) Le projet d'extension de la Z. A. de Ti Lipig, sur le territoire de la commune
  • vers le nord-est des parcelles Cl 72/175 11 Cliché 10 : vue vers le sud-ouest des parcelles Cl 79/180 1.3.2. Le contexte archéologique. (Fig. 7 et 8) Le secteur de Ti Lipig est inclus dans un zonage archéologique riche (documentation carte archéologique S.R.A.). Dès le XIXe
  • et d'amphores (Sanquer, 1975). Ces mentions ont motivé la réalisation d'un diagnostic et d'une fouille complémentaires en 1991 lors de la construction de la voie express et de l'échangeur. Cette opération (Ti Lipig 1) permit de mettre au jour (Le Bihan, 1992a) : - deux tumulus de
  • : vue vers le sud de l'Us. 01, au centre de la tranchée B. 1, avant décapage des extensions latérales mKjmMÉt^sfif m- vj-k. ' HËflWl i^Jj 11 n 1 -" WÊÈ 1 i ï* 4 Cliché 16 : vue vers le sud-est de l'Us. 01 18 r *• . 2.2.1. Les tranchées. Les tranchées S. 6 et S. 7 sont
  • demeurent cependant à l'intérieur de l'espace circonscrit par les tranchées et au niveau de l'interruption de ces dernières. Dans la moitié occidentale, ils semblent disposés, plus régulièrement, en arc de cercle. 19 Structure N' Dimensions (en centimètres) Type ff Longueur
  • - - 10 12 S. 52 F 60 - - 10 Rebord à cordons Fra^bord Us. 01 divers Extension nord - - - - - - Tessons + Silex TP :trou d e p o t e a u - T P i q :trou d e piquet - T R : petite t r a n c h é e - FY rfoyer - F : f o s s e o u euvette Tableau 2 : les structures de
  • . Avec ses 8 mètres de diamètre et une superficie habitable d'environ 50 m2, la maison de Ti Lipig 2 est comparable aux bâtiments de premier âge du Fer de Ouessant Mez-Notariou (Le Bihan, Villard, 2001a) d'un peu moins de 50 m2 ou la cabane laténienne du Braden 2 à Quimper et ses 50 à
  • Ti Lipig c'est un poteau central qui devait le soutenir et non pas des poteaux obliques en tipi. L'hypothèse d'une reconstitution de l'Us. 01 avec des poteaux obliques « en tipi », implantés notamment dans les trous disposés en arc de cercle, a été envisagée. Cependant, ce choix
  • possible de le restituer. A Penancreac'h, l'hypothèse de 28 bâtiment à plan ovoïde avait été suggérée. Le cas de Ti Lipig n'est donc pas, de ce point de vue, unique dans la région de Quimper. Ce type d'architecture n'est cependant pas la règle pour cette période. Au Moustoir 2, une
  • institut national de recherches archéologiques préventives OCCUPATIONS RURALES DU BRONZE MOYEN; DU SECOND ÂGE DU FER, DE L'ANTIQUITE PRECOCE, ÂGE ET DE L'EPOQUE MODERNE A Tl LIPIG 2 EN PLUGUFFAN, FINISTERE I m + + Réf. INRAP : DA PLUGUFFAN,TI LIPIG 2 (Insee 29 216
  • Finistère) Liberté • Egalité • Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE I i i I 05018301 ministère de la Culture et de la C o m m u r i c a t i o r DOCUMENT FINAL DE SYNTHÈSE Direction r é g i o n a l e d e s affaires culturelles de Bretagne DE DIAGNOSTIC ARCHÉOLOGIQUE I 1 I I I I I I
  • SECOND ÂGE DU FER, DE L'ANTIQUITE PRECOCE, DU BAS MOYEN ÂGE ET DE L'EPOQUE MODERNE A TILIPIG 2 EN PLUGUFFAN, FINISTERE PLUGUFFAN, TI LIPIG 2 (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHÈSE DE DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE Jean-François VILLARD I.N.R.A.P. QUIMPER COMMUNAUTE avec la collaboration
  • Responsable d'opération : VILLARD Jean-François Organisme de rattachement : Raison de l'urgence : Ii I l_ll Lieu-dit ou adresse : Tl Lipig 2 Arrêté préfectoral n° : § Oi Il FINISTERE S S S Q I I INRAP Projet immobilier Maître d'ouvrage des travaux : I.N.R.A.P. Surface
  • totale: 229 420 m2 (dont 128 460 m2 accessibles) Surface fouillée : 19 os 301,05 m 2 (soit 8,5% de la surface totale ou 15% de la surface accessible) Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : Bronze moyen, bas Moyen Âge
  • problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : - Problématique : diagnostic archéologique (dans un environnement de sépulture de l'âge du Bronze, de voirie antique, de parcellaire et habitat rural gaulois et antique) -Mise au jour: - de vestiges
  • réseaux de parcellaire médiéval tardif et d'Epoque moderne - de réseaux de parcellaire d'Epoque moderne et contemporaine Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Dépôt de fouille de Quimper im SOMMAIRE 1 : INTRODUCTION 1.1. Les conditions d'intervention. 1.2. Les moyens : 1.3
  • . Le contexte général. 1.3.1. Le site. 1.3.2. Le contexte archéologique. 1.4. Les contraintes d'intervention et la méthode de fouille. 1.4.1. Les contraintes d'intervention. 1.4.2. La méthode de fouille. 2 : LES VESTIGES DE L'AGE DU BRONZE 2.1. Présentation 2.2. Les vestiges de
  • l'Us. 01. 2.2.1. Les tranchées. 2.2.2. Le trous de poteaux. 2.2.3. Le foyer et la couche S. 60. 2.2.4. Les fonds de vases. 2.3. Organisation et interprétation de l'Us. 01. 2.3.1. Mobilier et datation. 2.3.2. Interprétation et organisation des structures. 2.3.3. Essai de
  • reconstitution et comparaisons. 2.4. Les autres structures de l'âge du Bronze. 2.4.1. La fosse S. 36 et le trou de poteau S. 10. 2.4.2. La fosse S. 45. 2.4.3. La fosse S. 46. 2.4.4. La fosse S. 50. 2.4.5. La fosse S. 51. 2.4.6. La fosse S. 52. 2.5. Conclusion. 3 : LES VESTIGES DE LA TENE ET
  • DE L'ANTIQUITE PRECOCE. 3.1. Présentation im 3.2. Le secteur B. 33 nord. 3.2.1. Présentation. 3.2.2. Le niveau Us. 18. 3.2.3. Les fossés T. 65 et T. 66. 3.2.4. Le fossé T. 64. 3.2.5. Les structures de combustion Us. 14/15 et 16. 3.2.6. Les foyers. 3.2.7. L'aménagement de
RAP00764.pdf (PONT-MELVEZ (22). tinevez mouric. rapport de fouille préventive)
  • PONT-MELVEZ (22). tinevez mouric. rapport de fouille préventive
  • constater la découverte. SITUATION : La {¡erme de. TI WEl/EZ MOURIC, ¿¿tuée, en limite BOURBRIAC, ¿e trouve 4 Km à l'ut parcelZu ouut de la commune de du bourg de PONT MELl/EZ. C'ut dam l'une d de cette commune que noué ut indiquée, la galerie., Le champ cadastré ¿oui le n° 13 de
  • toutefois pour obtenir lu vérifications souhaitées. Malgré tout ce travail, de déblaiement, aucun indice archéologique n ' ut mij> au jour. dégagée d'une pantie de son remplissage, la galerie présente le plan suivant : la pénétration dans le souterrain s'effectue sub-circulaire d'un
  • Y. LECERF +++ DECOUVERTE D'UN SOUTERRAIN DE L'AGE DU FER A TI NEVEZ-MOURIC en PONT-MELVEZ (COTES-DU-NORD) +++ DECOUVERTE V'UN SOUTERRAIN VE L'AGE VU FER à TI MEl/EZ M0UR1C en PONT MELl/EZ [CÔtU-du-NoAd] * * AIOAÒ que nom nom appAétiom à entAepAendAe la fouille de la
  • ¿épul- tuAe du COAT HUELLAN en BOURBRîAC, la découverte d'un AouteAAain nom était gnali òuA li teAAÂtoiJie di la commune. voiiine au lieu dit TI NEUEZ MOU RIC. Abandonnant momentanément notAe fouille, en -6ufi lu c COUAÎ,, nom nom Aendioni Lieux le 10 et 11 novembre pout y
  • la. section ZK ¿'incline ¿un le {¡lanc d'un plateau orienté au ¿ud dont la cajvte géologique ¿ignale un ¿oui-Aol de. gneÀJsi* à biotite nite. A une attitude moyenne de 234 métru, et ¿itlima- ¿1 plonge veu un vallon où coule le nuÎAieau du LEGUER. Le ¿outerrain ¿'ouvre dam le
  • d'effondrement du voutu de galentu VOLISI pas toujours adaptée à soutenrainu. le partage d'une ensileuse à mais qu'a mis au jour Le trou appanu {¡ut vite ag/umdi pan. lu agntculteun, étonnée d'une, découverte. Lu journaux locaux se faisaient l'écho de. Vévénement pariaient d'une cache
  • . son origine. Nombreux dans lu trois quant ouut de la Bretagne, iti ¿ont généralep. ment aménagée sur du plateaux dans du secteurs ou le sous-sol permet le creusement de ce type de "cave". Notre premier soucia consiste à vider le puits d'accès du soutenrain aJLors que le travail
  • , dans la galerie a pour but de reconnaître le plan de l'ensemble du ckambru et passagu d'accès. Trop encombrés par l'arène d'éffnitement et les déblais d'effondrement, nous abandonnons l'idée d'évacuer ce remplissage volumineux. Nous avons décidé une série de sondages, assez largu
  • diamètre moyen de 0,75 m, il par un puits d'accès (7) plonge verticalement dans l'arène jusqu'à 1,80 m de profiondeur pour descendre enbuite en une pente irrégulière au travers d
  • dont la longueur totale atteint 8,60 m, noub a permis d'obberver deb traceb anciennes deplc- bur la paroi bud de la batte n° 3 aux abordb de la chatière B. Noub avons par ailleurs été burprls de l'abbence d'un bol d'occupation danb la btratlgraphle du rempllbbage du chambrer. En
  • efifiet, aucun niveau de terre brune habltuettement prébent bur le bol du baltes, ne vient afifilrmer l'utilisation de l'aménagement. L'abbence totale de mobltleA archéologique, ou d'Indice comme peut être le charbon de bols, tant bur le bol ou danb l'arène d'éfifirltement que danb
  • le rempllbbage du puits d'accèb nous amène à conclure à la non utilisation par ailleurs du bouterraln. Cette pobblblllté bemble être confilAmée par la nature du bourrage du puits d'accèb. Habituel- lement, pour le rebouchage deb "caveb" de cette période, leb hommeb avalent pour
  • c'est encore un bable arenlsé parfialtement qui condamne le pult d'accèb. Ce matériau ebt trèb probablement le produit du creusement des galerleb. Var ailleurs, supposer un travail la faibli profondeur et la forme du paite, d'accès laisse Inachevé. Sa descente verticale
  • suivit soui la chatière A ne peAmet pas un accès des plus alié, d'une pente engouffrée surtout si Vutilisateur doit être changé d'un fardeau. Pan analogie aux découvertes précédantes, ou le.i puits descendent verticalement jusqu'au niveau deJ> sols des chambrer, ainsi le
  • déplacement et l'accès dans la galerie, facilitant nous avons le sentiment d'être en présence d'un travail abandonné. Tous ces éléments nous amènent À nous Interroger non utilisation sur ZQÀ- raisons de la probable de l'aménagement. Est-ce l'éffondrement de la chambre 4 au cours du
  • n'en garde pas moins tout son Yannick LECERF Commun« d« Co^i Scc-fioo £TcA*////2 ooo 101 Ti A/evex Houric -13 Cojvm an c/« Souterrain -f 3 L - / -íé / 17 C o m m u n e o/e t1fi£L P£577 VIF/V e Böi^Bfl/flcl PONT
  • MELVEZ T I NEVEZ MOURIC Puits d'accès Chatière e n t r e l e s chambres 2 e t 3 vue de l a chambre 3 r
  • ¿ud ut de la parcelle. Il ut cremé dani, un ¿ubitiatum ttèó arevuJ>é. Su coordonnéu LambeAt, Zone I Aont X = 99,130 et V = 187,00. Cette teAAe, propriété de Momieur JOUANET Emite de bouAg de la Chapelle Neuve Ut actuellement exploité paA Momieur THEPAULT GeoAgu de GueAduel
  • . CIRCONSTANCES VE LA VECOUVERTE Coupléu avec du modifications pancetlairu une topographie vallonnée, lu peut le.un change et lu à l'ontgine l'excavation. telle lourdu machines agnicolu vibrations qu' ettu ce cas, CL'ut d'aujourd'hui ¿ont, transmettent dam, le. sol, très souvent
  • d'anmu remontant à la dernière gaerre ce qui motiva la venue des gendarmu. LA FOUILLE : Notre visite coupait court à toutu lu suppositions, nous étions bien en présence d'un souterrain de l'Age du Feji. Lu canacténistiquu typiquu de la découverte, ne laissaient aucun doute, ¿un
RAP00296.pdf (VANNES (56). la cohue, rue des Halles. rapport de sondage.)
  • VANNES (56). la cohue, rue des Halles. rapport de sondage.
  • . Double tournois. Arches. Charles II. Double tournois 27 7 2 lier 3 La Roche 1 le Sedan. Frédéric Maurice. Double tournois. 2 les. Denier tournois n n it n n ti ii n n Il II M 1650 1651 Chateau-Renaud. François de Bourbon. Double. Sans date Sedan. Frédéric Maurice
  • Alain TRISTE ETUDE DES TERRES DE DEBLAIS PROVENANT DU SITE ARCHEOLOGIQUE DE LA COHUE VANNES 1989 Autorisation de sondage N° 89.07 AH Recherches effectuées par le Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan (C.E.R.A.M.) La Cohue de Vannes Les anciennes
  • salle n°2 de la nef Nord furent réalisés par le C.E.R.A.M., sous la direction de P. ANDRE. Ces sondages avaient mis en évidence les niveaux suivants : a - un niveau de la fin du Moyen-âge. b - une couche de mortier et moellons (XVème siècle) c - une couche d'ardoises brisées. (XVème
  • que la municipalité avait fait déposer sur un terrain clos. En effet début 1989, la municipalité décide de mettre la salle n°7 au même niveau que la salle n'8 du musée. Le sol de la salle n°7 sera abaissé d'environ 0,35m sur une surface de 70 m2. Durant près de deux mois l'équipe
  • XIII, et un lot de monnaies de la révolution (v. photo n'6) Elle ont été adressées pour étude au cabinet des médailles (M. Dhénin), comme le lot précèdent, découvert en 1981. (2) (1) - leur étude s'intègnera dans le prolongement du programme H 30, sur les céramiques de type
  • étude plus précise, par exemple sur les humérus d'oiseaux, pourrait nous révéler la présence de faune sauvage et donc nous donner des indications sur les habitudes alimentaires de l'époque PHOTO N°l - 349 mandibules de petits ruminants (moutons, chèvres) de ce type ont été
  • recueillies. L'estimation de l'âge d'abattage reste à déterminer. PHOTO N°2 - 85 mandibules de bovins. La photo montre très bien la trace de découpe. Il est difficile de préciser les raisons de cette découpe. On peut émettre l'hypothèse qu'elle avait pour but de retirer la langue. Une
  • étude de détail le confirmerait. PHOTO N°3 - 33 cornilions. La photo montre 9 adultes et 6 jeunes. L'étude déterminerait les espèces. PHOTO N°4 - 73 phalanges de grands ruminants. On peut observer une grande variation de taille qui peut avoir trois origines. -Présence de bovins
  • homogénéité dans les tailles des os: une étude ostéométrique pourrait nous renseigner sur les tailles au garrot de ces petits ruminants. 5 humérus d'oiseaux. 2 de grandes tailles, ne semblent pas appartenir à la même espèce. PHOTO N*l PHOTO N°5 PHOTO N°2 PHOTO N°3 ANALYSE D 'UN
  • LOT DE MONNAIES TROUVEES A LA COHUE DE VANNES. 1981 M . DHENIN. Cabinet des Médai1 LOT n° 1. 1 2 Double tournois Poitiers 1626 Lyon Poitiers 1611/15 1620 H Lyon . 1633 ii H La Roche 1 le 1640 6 M ii Atel ier 7 « it Ate1Ier Atel ier » • • Tours " " 3 ii H
  • ti H ii n n » n n Corbeil Ate 1 i er n n n n Atelier incertain 1639 n n 1642 n n 1639 n n 1642 La Roche 1 le 1642 n M n n ii n n n Il M Il II Il II Il II Rouen Tours, n n n n 1643 Atelier incertain 1638 Atel1er 1639 Bordeaux 1618/20 atelier incertain
  • XVIIIème siècle nous font connaître "marchands de pain blanc et marchands de pain seigle avec leurs coffres, marchands de toile et merciers avec leurs boutiques, bouchers avec leurs étals" (Arch. dép. du Morb, B496 cité par A. Degez) PHOTO N°6 Les monnaies découvertes en 1989
  • halles de VANNES, appelées aussi "Cohue" selon une expression fréquente dans la région Ouest, ont été édifiées au XlIIème siècle, agrandies au XVIème siècle, remaniées au XVIII et XIXème siècles. (1) Le rez de chaussée était occupé par les marchands (bouchers, boulangers, toiliers
  • , merciers). Au premier étage s'établirent les cours de justice. Lors de son exil à VANNES, de 1675 à 1690, le Parlement de RENNES s'empara des salles du Présidial. Enfin, utilisée comme tribunal sous la révolution, la Cohue servit de théâtre jusqu'à la dernière guerre. 1 emaniements
  • . FIG. 1. LA COHUE, PLAN DU REZ-DE-CHAUSSEE (1) -A. DEGEZ "Vannes. La Cohue" dans Congrès Archéologique de France - Société française d'archéologie, Paris,1986, p360 - 360. En 1981, dans le cadre de l'aménagement du futur musée de la Cohue, des sondages archéologiques dans la
  • siècle) d - une couche d'occupation datée du milieu du XVII1 siècle, par la présence de nombreuses monnaies à l'effigie de Louis XIII, associées à des fragments osseux de bovins. e - un niveau contemporain. Niveau XVII0 siècle ùiveau XV - XVI0 S, , m LU_ *— N;,,^ +v. i»v.Ao^t
  • Coupe réalisée en 1981. Sondage A PLACE ST-PIERRE +•++- SONDAGES A ET B REALISES EN 1981 /// DECAPAGE DE LA SALLE N ' 7 EN 1989 RAISONS ET CONDITIONS DE L'INTERVENTION L'intervention n'a pas consisté en une fouille mais en un simple tamisage des terres extraites du bâtiment, et
  • du C.E.R.A.M. va se relayer pour fouiller et tamiser les 25 m3 de terre stockés sur le dépôt minicipal. Un important matériel archéologique des XII et XlIIème siècles a été récupéré. Les niveaux plus anciens n'ont pas été touchés. Une dalle de béton les recouvre désormais. On été
  • médiéval du Vannetais. (2) - v. ci-apès, anlyse de ce lot de 1981, après étude par xM. DHENIN. Les ossements animaux Nous avons recueilli dans cette couche, un volume i mpress i onnant d1ossement s d'an i maux. Ces ossement s t émo i gnent de l'utilisation de cette partie des halles
  • nous sommes contentés d'un simple comptage, et de prises photographiques. Ces photos confiées à 1'archéozoologue, Magali PEREZ, permettent seulement de dire que les restes osseux proviennent principalement d'animaux domestiques (ovicaprinés, bovins, suidés). Il est évident qu'une
RAP02414.pdf ((56). autour du golfe du Morbihan et les communes à l'est de Vannes. rapport de prospection inventaire 2008)
  • (56). autour du golfe du Morbihan et les communes à l'est de Vannes. rapport de prospection inventaire 2008
  • = .CvEULA~M Commune « ....ARZ.O^ m : ....AJS ..T .parc£lle.n°..2.47
  • | N* d'enregistrement DRACAR 1 1 1111 1 1 I [ | | I I | | Code AP / AH Modification éch. : I/2000ème ARZON - Le Crouesty Cadastre actuel - section AS - parcelle n° 247. Port-N&valo. — 3 gisements se font suite i quelques mètres d'intervalle dans la coupe de la cote
  • Moustérian ; S, boudin de terre culte (Mesperleuch, Plouhinec, Finistère). La partie Inférieure est rugueuse et porte l'empreinte d'une pierre, la partie supérieure, lisse montre la trace du fond d'un auget ; cette remarque s'applique également aux n" 6 (Le Fort-Bloqué, Ploemeur, Morb
  • site attribué | I | 1111 1111 N* tfenregistrement DRACAR Code AP / AH Modification 1 1 [^J 1 I ! : GRANDCHAMP - Le moulin de Toulnay cadastre de 1850 - section E dite de Saint-Laurent - 1ère feuille LARRE - La lande du moulin Localisation du site (en rouge) sur la
  • : Bibliographie : CADRE RÉSERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N* de site attribué | N* cfenregistrement DRACAR | | | | [ | 1 I I [ Code AP / AH Modification | 1 1 Vue du château de Coëtcandec depuis le nord. LOCMARIA - GRANDCHAMP - Le château de Coëtcandec Deux vues de
  • archéologique «Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 4» n-t 4u C^pflsr e, Première mention = Organisme = Commune = LE PONXÛILL.O.CI1..QLJ1SI Lieu-dit ( du Cadastre) : Lieu-dit (de n .G.N.) : Nom du site : pi95p.6CtiQJl.iny.eataîie Nature de ropération = MORBIHAN. Département
  • 1 N* d'enregistrement DRACAR 1 | I I I I 1111 Code AP / AH I Modification [^} I I LOCMARIA GRANDCHAMP Le pont du Loch ouest cadastre actuel section ZN parcelle n° 93 cercle noir : enclos visible sur cliché aérien MARZAN - Le Guérie Localisation des découvertes (en
  • »«oi.0Gioue N* de sHe attribué 1 N* d'enregistrement DRACAR 1 I I I I I I 1111 I I I CodeAP/AH Modification | | | cadastre actuel - section YB - parcelles n° 45, 63 et 64. Cercle rouge : emplacement des découvertes (les chiffres renvoient à la planche de
  • bourg et à quelques centaines de mètres du château de Marzan. Trois étaient intacts, le quatrième brisé ; aucun n'avait de eouverele. ' En granit, sans aucune gravure, ils mesuraient l n! , 80 de longueur — 0 m , 60 de largeur à !a tête et 0 m , 30' au pied — et 0 ra ? 30 de
  • *¥ MUZILLAC - Château de Pen Mur Archives de la société polymathique du Morbihan - manuscrit n° 138 Vestiges de construction dégagés en 1858. MUZILLAC - Château de Pen MurArchives inédites de l'abbé Piédérrière - 10 juillet 1858 Les abords de la petite ville de Muzillae sont pleins de
  • Rapport de prospection inventaire (autorisation n°2008-251 jusqu'au 31/12/08) Alain Triste - Sébastien DARE Liberté • Egalité • Fraternité :.} RÉPUBLIQUE FRANÇAISE C.E.R.A.M. Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 6, rue de la Tannerie - 56000 Vannes
  • Service régional de l'archéologie, DRAC Bretagne Rapport de prospection inventaire 2008 (autorisation n°2008-251 jusqu'au 31/12/08) DRAC-SRA -2FE120Q9 COURRIER ARRIVEE Alain Triste - Sébastien DARE C.E.R.A.M. Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 6, rue de
  • la Tannerie - 56000 Vannes Service régional de l'archéologie, DRAC Bretagne La prospection-inventaire 2008 La prospection, menée en 2008 par le C.E.R.A.M., a permis d'étudier 33 sites se répartissant ainsi : - 25 nouvelles découvertes - 8 sites qui font l'objet de données
  • complémentaires ou d'une correction de localisation. Nouvelles découvertes (en gras : période médiévale) : Arradon : île de grande Logoden Arzal : La forge de la Lande Arzon : Le Crouesty Grandchamp : Le moulin de Toulnay Larré : La lande du moulin Le Cours : Le château de Trégouët Locmaria
  • : Grandchamp : Le château de Coëtcandec Locmaria : Grandchamp : Le pont du Loc'h - est Marzan : Le Guérie Marzan : Le château de l'Isle Marzan : La chapelle Saint-André Muzillac : Le château de Penmur Muzillac : Toul Coquenn Muzillac : Coëtsurho 3 Muzillac : Kerantré Péaule : Le Bocéno
  • Péaule : Le château Ploeren : La zone artisanale de Mané-Coëtdigo 1 Ploeren : La zone artisanale de Mané-Coëtdigo 2 Saint-Armel : La vache enragée - clos eur guen Saint-Avé : Saint-Thébaud Sarzeau : Kerassel-est Séné : Le Péchit Sulniac : La lande d'en bas - Le Peuh Le Tour-du-Parc
  • : Le manoir de Caden Données complémentaires : Ambon : Cromenac'h- 56 002 005 Arzon : Pointe Saint-Nicolas - Pen Castel - 56 005 00 1 AH Camors : Porh Hoet er Salo - 56 03 1 016 Elven : Saint-Christophe - 56 053 008 AH Limerzel : Crévéac - La lande de la chaussée - 56 111 002
  • Pluherlin : La Maillardière - 56 171 014 Sarzeau : Truscat - 56 240 004 AH Treffléan : Le petit Bézy - 56 255 002 La première catégorie est largement dominée par les sites de la période médiévale avec 13 déclarations sur 25. Il faut ainsi signaler les châteaux de Penmur (Muzillac), de
  • lTsle (Marzan), de Coëtcandec (Locmaria-Grandchamp), de Tregouët (Le Cours) et de Caden (Le Tour-du-Parc). A noter que le château de Coëtcandec est déjà classé monument historique. L'importance d'inscrire ces sites à la carte archéologique apparaît nettement avec le château de
  • Trégouët, ancienne demeure des seigneurs de Molac et sénéchaux de Rohan attestée dès la fin du Xlle siècle, et dont les derniers vestiges encore en élévation viennent d'être démolis pour récupérer les matériaux. Aujourd'hui, le terrain a fait l'objet d'un nivellement général. Trois
Rennes. 61-65 rue d'Antrain (RENNES (35). 61-65 rue d'Antrain. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • RENNES (35). 61-65 rue d'Antrain. Rapport de diagnostic
  • 61-65 rue d'Antrain sous la direction de Nicolas Ménez Nicolas Ménez Antiquité, Temps modernes, Époque contemporaine Le diagnostic archéologique réalisé au n°61-65 de la rue d’Antrain à Rennes (Ille-etVilaine) fait suite à un projet de construction d’une école et de logements
  • administrati es, techni ues et scientifi ues Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753
  • céramiques antiques Traitement des relevés topographiques 1 Inra R O de dia nostic Notice scientifi ue Le diagnostic archéologique réalisé au n°61-65 de la rue d’Antrain à Rennes (Ille-et-Vilaine) fait suite à un projet de construction d’une école et de logements collectifs déposé
  • la tranc ée 2 N Ménez, Inra ise en lace au sein Si les données recueillies fournissent de nouveaux éléments concernant le développement spatial de la ville antique de Rennes en direction du nord, cette tat du terrain a r s rebouc a e tranc e 1 N Ménez, Inra I onnées ad
  • ection A 0 arcelle n 250 m 0 0 1 km 250 m 0 1/25 000 1 km 5 km 1/250 000 5 40 60 80 100 km 10 km 1/250 000 2 km 1/25 000 0 20 2 km AN25 , I N 201 eo ortail ou r entions-le ales 1 Inra R O de dia nostic Arr té de prescription Rennes, Ille-et-Vilaine, 61-65
  • te d’inter ention Le diagnostic archéologique réalisé au n°61-65 de la rue d’Antrain à Rennes (Ille-et-Vilaine) fait suite à un projet de construction d’une école et de logements collectifs déposé par La Province de France de la Congrégation des Sacrés Cœurs. L’intervention
  • concerne la parcelle n° de la section AS qui couvre une superficie totale de m (fig 1). ne partie de cette emprise étant occupée par un ensemble de bâtiments formant le groupe scolaire de l’Adoration, lui-même associé à des zones de circulation ainsi qu’à un périmètre protégé au titre
  • le 16 et le juillet 1 , s’est quant à elle focalisée sur les secteurs situés au sud-est ( 6 m ) et au nord-est ( 5 m ) de la parcelle (fig ). ig a Vue énérale de uis le nord-ouest du secteur 1 a ant le dé arra e de l’o ération . énommé . énommés respectivement a N Ménez
  • , Inra ig b Vue énérale, de uis le sud-ouest, de la artie éridionale du secteur 2 a ant le dé arra e de l’o ération N Ménez, Inra ig c Vue énérale de uis le nord-est du secteur a ant le dé arra e de l’o ération N Ménez, Inra b c Secteur 1 Secteur et Secteur II Résultats 1 e
  • Alternances silto-gréseuses jaune verdâtre, tendres (fig 5). Le t at m, atteint entre , m F (tranchée ) et , 6 m F (tranchée ), se compose quant à lui d’altérite de schiste. 0 00 anneur int-Martin rue de ig ocalisation du dia nostic sur un e trait de la carte to o ra i ue de Rennes I N
  • . Localisés au n°1 de la rue du Moulin Saint-Martin1 , ils font l’objet d’une petite fouille de sauvetage ( 5 m ) dirigée par A. Bardel, qui permet de les rattacher à la faïencerie dite du 11 Pavé Saint-Laurent en activité entre 1 et 1 . En , à l’occasion d’un diagnostic mené à l’angle des
  • 21 8 16 6 NO 10 0 N 8 2 NO 10 0 N 8,50 NO 11 ,5 O II Résultats 5 15 hase de post-fouille A l’issue de l’opération, l’ensemble de la documentation a été inventoriée, les clichés photographiques triés et le plan général complété par les données de terrain. La
  • ig 1 Vues énérales des tranc ées a r s ou erture : A - ranc ée 1 artie orientale ue ers le udst N Ménez, Inra - ranc ée 2 ue ers le ud N Ménez, Inra C - ranc ée ue ers le Nord N Ménez, Inra - ranc ée ue ers le Nord- st N Ménez, Les terrassements y ont été réalisés jusqu’au niveau
  • - ranc ée 5 ue ers le ud-Ouest N Ménez, ecteur Inra - ranc ée 6 ue ers le Nord- st N Ménez, Inra G - ranc ée - ranc ée ue ers le Nord N Ménez, Inra ue ers le ud-Ouest N Ménez, Inra ab ableau réca itulati des ro ondeurs atteintes au sein des tranc ées de sonda e en N Ménez
  • 28, 6 N Les vestiges mis au jour se présentent sous la forme de structures en creux (fossés, fosses, puits et potentielles carrières d’extraction ), de maçonneries (murs, canalisations) et de niveaux de sol et d’occupation (fig.13). Ils sont complétés par de nombreuses strates
  • relevées ni même caractérisées par les archéologues pour des raisons de sécurité. ig 15 lan asse de la tranc ée 1 a ec our is, Inra localisation des lo s ig 16 et 11 oto ra ies redressées des lo s 10 A Ma é et N Ménez redresse ent eblanc, Inra 15 N Tr 1 otos : 11 m 0 16 m
  • épaisse couche de préparation, elle-même surmontée d’une niveau d’enrobé ( s 1 ). ig 1 Vue ers le nord du sonda e ro ond réalisé au sein de la tranc ée 1 a ec ise en A Ma é, Inra é idence du substrat roc eu . Il s’agit de la monnaie n° 1 in a Etude des monnaies II Résultats
  • , ). Inra R O de dia nostic Rennes, Ille-et-Vilaine, 61-65 rue d Antrain Tr 2 ig lan asse de la tranc ée 2 a ec localisation des lo s et des a es de cou e our is, Inra N 20 5 2 20 2 2025 m 202 200 m m 20 1 201 2010 m 2005 m 200 0 5 10 m Le substrat s 5 , constitué
  • - Log 8 CN2021 2056 CN2030 2051 rinci ales sé uences strati ra 5 2038 2037 2037 2041 0 10 2040 Tr 2 N 50 m plan 10 m coupe SE II Résultats ig Vue ers le nord du sonda e ro ond réalisé au sein de la tranc ée 2 N Ménez, Inra La deuxième séquence stratigraphique
  • Bâtiment Puits Fosse Fossé Maçonnerie Carrière Mobilier Céramique, Monnaie, Objet métallique, Objet lithique Ce diagnostic met en évidence une occupation diachronique des lieux entre le Ier et le XXIe siècle de notre ère. Les premières traces anthropiques prennent la forme de
RAP00983.pdf (QUIMPER (29). créac'h maria. rapport de fouille préventive)
  • QUIMPER (29). créac'h maria. rapport de fouille préventive
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • i a . En accord avec le propriétaire, Monsieur Le Ray Habitant 9 Rue Curie à Quimper, nous avons ri u noms livrer à une petite fouille â e sauvetage après obtention d'une autorisation de la lirection des Antiquités Historioues de Bretagne (Autorisation N ° 298015 sur site N° 29
  • Frugy riche en structures gallo-romaines et nous dominons le Chartier de L o c m a r i a , à proximité des récents et fertiles sondages de la Rue Michelet (parcelles 60-61 - CE) et d u lieu de découverte d'ian bol D*37 non ornementé mais entier (parcelle I5I-CK). Par ailleurs, u n
  • informateur anonyme signale, dans le Bulletin de la Société Archéologique de 1935, la découverte au village de Créach Maria "d'un four à poterie, une meule à terre glaise, u n mortier à grain et des quantités de poterie". (I) III LA FOUILLE L'excavation destinée à recevoir la future
  • envir o n , u n sondage de 4 m de long sur I m de lar^e a été ménagé à l'ouest de celle-ci. En B , nous nous sommes contentés d'un grattage de la stratigpaphie IV LA COUPE A (Cf. Ann.2) Le sol vierge présente le long de cette coupe de 12 m u n profil fortement perturbé avec, d'une
  • suppléméntaires a u minimum. Bn effet la taille de la coupe a mis envidence u n front de sol vierge granitique strictement parallèle à la tranchée et amorçant une taille en II vers sa "base.Ce front pouvait fort "bien représenter le flanc nord .de la tranchée. Un tel flanc n'existe plus au sud
  • de terre grise mêlée d'arène (N. 4 Bis A n . 2) ne fournit que quelques tessons de céramique commune difficilement ®atables. Seul u n petit rebord de terra-nigra annonce le lerS. dnè. la couche postérieure sera plus parlante. 2°) A' l'est du sondage une tranchée T 2 , plus étroite
  • relation. le fond du fossé T2,comblé de terre grise (.N4) , ne contient aucun tesson ; cependant le remplissage supérieur (N.3 ) est plus intéressant. Cette mince couche d'arène granitique écrasée livre en effet une quantité assez surprenante de clous (17 sur u n e surface très réduite
  • ) qui semblent avoir été plantés dans des planches très robustes. Un important fragment de coupelle Sigillée D.24/25 de Montans suggère, par ailleurs, le milieu du premier siècle comme date d'abandon de.la tranchée» 3 Q ) A l'ouest du sondage u n alignement nord/sud de pierres est
  • apparu dans la coupe. Un élargissement de la fouijle vers le sud. a permis de constater qu'il correspondrait à une nouvelle tranchée, T 3 , large de 0,80 m , peu profonde (0,20 m ) et creusée dans l'arène. 1"orientation en est abberrafate si l'on tente de la relier à TI ou T2. Il
  • semble bien qu'elle soit en fait postérieure à ce système TI-T2. Creusée pour supporter un nouveau mur (les moellons de fondation sont toujours en place), elle s'est naturellement interrompue lereçu'elle a rencontré la trace de TI, les pierres ont cependant été alignées et noup les
  • la fondation de ce m u s au plus tôt sous les règnes de Tibère-Claude et ne va pas à 1'encontre des observations faites en N.3 4°) Plus tard toute structure disparaît, le site est recouvert par une épaisse couche de terre brune remaniée (N.2 et ÏÏ.I) dont la profondeur varie de
  • 0,60 m à l'est à 2,20 m à l 1 o u e s t . Cette terre est le produit de glissements le long de la forte pente du Mont-Frugy. Elle a en outre été retenue par un. mur moderne à l'ouest. la couche N.2 livre tout de roème quelques' tessons intéressants: - Col de cruche à pate beige du
  • forme n o n identifiable. - une forme sigillée B i t t . 5 - un. fragment de vase à couverte m é "celle arc ente et à décor très u s é . la pate est rouge. - U n col de cruche à pâte crème et lèvre à bourrelet interne significatif du 1er S. Ceci confirme tout à fait les observations
  • responsable J . P . L e Bihan (I) B . S . A . F . , 1 9 3 5 , p.XXXVI ti EU VlODOw ^ecTipPJ Q a ni pe ß: SITUATA c RfcP\C'H CR. rifìi^m CP\Df\ST^fiL£ AüMfcXE -j re.ma.v\A. en PLfVVl C^uvrAPeR. CREECH C o u PE~ - Les Papiers C a n s ó n - Franci - Les Papiers Cansón
  • QUIMPER RUE DE GREAG 'H—MARIA 29 80 15 Rapport de fouille de sauvetage Alertés par Monsieur D a n i e l , demeurant 4 Rue Robespierre à Quimper, .u creusement d'une excavation destinée à recevoir une maison d ! 'habitauion , nous sommes intervenus au I , Rue de Creac'h M a r
  • maison étant déjà creusée, le travail a consisté essentiellement à reprendre et étudier les coupes stratigraphioues mises en évidence lors des travaux. Cela a été possible en deux endroits (Cf. AnnSxe I , coupes A et B ) . En A , outre un rattrapage de la coupe sur 0,50 m d'épaisseur
  • part deux dépressions,aux extrémités est et ouest, d'autre part une zone centrale élevée. Les dépressions correspondent à deux tranchées dont l ' u n e , à l ' e s t , T 2 , est presque perpendiculaire à la coupe tandis que l'autre, à l'ouest, T I , lui est pratiquement tangeante
  • . .. I .. 9 8 3 1°) la tranchée T I pénètre ârns la coupe à l'ouest d u sondage selon un angle de 6° 30s4. large de 1,10m à 0,50m au-dessus de sa partie la ¡glus profonde, nous en suivons, le talweg sur 4 m environ ; nous pensons qu'elle s'étirait vers l'est sur 5 m
  • de celle-ci et nous 'pouvons nous demander s'il a jamais e x i s t é . La tranchée pourrait correspondre à la fondation d'un m u r et il est très possible que l'habitation correspondante ait été pp i?tieHument creusée dans le roc et implantée au sud de notre coupe. le remplissage
  • (0,60 m ) , assez profonde R±xamxprsf±l (1,10 m ) et au profil a asymétrique , s'enfonce dans la coupe. la jonction entre 12 et TI n'a pu être faite n i étudiée. Cependant il faut noter que ces deux tranchées sônt perpendiculaires. Il est possible qu'elles aient été, à l'origine,en
RAP01510.pdf (SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES (35). cimetière de l'église. le bourg. rapport de diagnostic)
  • SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES
  • SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES (35). cimetière de l'église. le bourg. rapport de diagnostic
  • surface. Fig.2 - Vue générale des tranchées n°2 et n°3 2 . Les sondages Trois tranchées de sondages ont été implantées perpendiculairement à l'église et dans le sens de la pente ; elles s'étendaient depuis le bord de l'allée contournant l'église jusqu'au mur qui constitue aujourd'hui
  • campagne apparaissent dans le sud des sondages. Ils sont constitués de deux types de structures : - une couche de terre organique de type « terre végétale » dans laquelle sont creusées des sépultures récentes (tranchées n°l et 2), et, au nord de celle-ci, d'un horizon conservé sur une
  • faible largeur. TRANCHÉE n " ! SUD NORD . pt.0=120m. NGF amas de blocs de granité noyes dans le remblai et fragments de squelettes s o u s - j a c e n t s sépultures zone de terre sableuse damée brun orangée avec des petits morceaux de tuile gros bocs de granité / c o n t e n
  • que l'existence d'un ou plusieurs niveaux de sépultures sous-jacents n'est pas exclue. Fig. 8 - Les vestiges de sépultures de la tranchée n°l Globalement, les niveaux en place ne sont conservés que sur une faible longueur - 3,90 m (tranchée n°l), 2,80 m (tranchée n°2), et 1,60 m
  • (tranchée n°3) à partir de la limite sud des sondages - , et ils n'apparaissent qu'à une faible profondeur Voici leur côte d'apparition entre le début des tranchées, le long du mur du parking et leur point d'arrêt dans les tranchées : - tranchée n°l : entre 18,90 m et 19,40 m NGF
  • - tranchée n°2 : entre 19,10 m et 19,95 m - tranchée n°3 : entre 19,05 m et 19,55 m. L'altitude de ces niveaux a conditionné le profil des tranchées vers le nord, afin de respecter le cahier des charges initial : le but des sondages était en effet de repérer l'altitude des niveaux
  • plus important de pierres de granit, comme dans la tranchée n°l, ou de grès, comme dans la tranchée n°2 ; il s'agit peut-être des éléments d'un massif de soutènement du chemin dans la tranchée n°l et de blocs naturels erratiques dans les autres tranchées. Conclusion L'enlèvement
  • . BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE CONSULTEE BANEAT Paul (1929).- Le Département d'Ille-et-Vilaine, t.IV, p.94-95. BEUCHET Laurent (1992).- Rapport de prospection-inventaire des sites archéologiques Contribution à la révision du schéma directeur du Pays de Fougères, t.2, fiche n°96, rapport
  • l'Inventaire Général, Rennes, p236 p., ill. ; Saint-Sauveur des Landes : n°468. TILLET Louise-Marie (1982).- Bretagne romane. Ed. Zodiaque, 346 p., ill. ; Saint-Sauveurdes-Landes : n°16, p.61-62. a c c D O - n ZI > o X m m 0) o . o UÌ O (0 íD O. O-) —ti (D —1 (fl C D
  • SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES Cimetière de l'église S A I N T - S A U V E U R (Ille-et-Vilaine) n°35 310 002 A H D.F.S. de sondages d'évaluation (8 et 9/12/1997) Anne V I L L A R D et Olivier L A U R E N T Ministère de la Culture Direction Régionale des Affaires Culturelles de
  • Bretagne Service Régional de l'Archéologie /5I0 SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES Cimetière de l'Eglise Saint-Sauveur (Ille-et-Vilaine) A la demande de la commune de Saint Sauveur des Landes, le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne a été amené à réaliser des sondages, le 8 et 9
  • décembre 1997, dans l'ancien cimetière situé immédiatement au sud de l'église paroissiale Saint-Sauveur. La commune avait en effet présenté un projet d'aménagement de cette parcelle, qui visait à mieux voir la face sud de l'église depuis le petit parking aménagé entre la route et la
  • butte sur laquelle est construite l'église. L'objectif de ces sondages était de vérifier à quelle profondeur apparaissaient les premiers niveaux archéologiques et quel était l'état de conservation du cimetière, déplacé selon M. le Maire avant la dernière guerre et vraisemblablement
  • fort arasé. Le projet d'aménagement serait modifié en fonction des découvertes effectuées ou bien une fouille de sauvetage pourrait le cas échéant être mise en œuvre si les vestiges mis en évidence ne méritaient pas une conservation in situ. 1 . L'église Saint-Sauveur L'église
  • Saint-Sauveur appartient à un prieuré bénédictin, fondé vers 1050, dont quelques vestiges sont conservés dans les bâtiments situés au nord de l'église. La mention d'une chapelle antérieure retrouvée dans plusieurs publications ne repose à ce jour sur aucun document d'archivé attesté
  • autre - de cette période l'abside, l'appareillage du mur gouttereau du bas-côté sud, et les arcades qui limitent la nef au sud et qui présentent de beaux chapiteaux sculptés. L'ensemble prieural a été édifié à la limite d'une rupture de pente assez forte qui a été accentuée par la
  • mise en place d'une vaste plate-forme qui s'étendait largement vers le sud et, dans une moindre mesure, vers l'Est et l'Ouest de l'église. ( l ) c e rapport n'étant pas destiné établir l'historique de l'église, on se référera à la bibliographie pour de plus amples renseignements
  • . Fig.l - Plan de localisation des tranchées Le cimetière était établi sur ce promontoire. Si l'on peut penser que l'ensemble de l'église était fondée sur le substrat, il est toutefois difficile de se prononcer sur le profil initial du terrain naturel au le sud et à l'ouest du
  • monument . L'épaisseur du remblai est donc inconnu. Cette plate-forme a déjà connu quelques vicissitudes puisqu'elle a été fortement rabotée sur son côté sud par l'installation du petit parking installé le long de la route et par l'enlèvement des tombes qui a fortement perturbé sa
  • la limite entre la plate-forme et le parking, au sud (pl.l, fig.l et 2) Elles ont été réalisées à l'aide d'un tracto-pelle à godet lisse d'1,20 m de large. Seuls les niveaux perturbés ont été enlevés par cette méthode. Les seuls niveaux en place mis en évidence durant cette
RAP00900.pdf (le littoral breton. rapport de prospection inventaire.)
  • le littoral breton. rapport de prospection inventaire.
  • Marie-Yvane DAÏRE U.P.R. 403 du C.N.R.S. Prospection-inventaire ILES ET LITTORAL DE BRETAGNE et ARRIERE-PAYS LEONARD 1993 Autorisation n°93-20 du 15/04/1993 SOMMAIRE Page Préambule 1 PROBLEMATIQUE et PRELIMINAIRES AUX RECHERCHES DE 1993 2 Les îles et le littoral
  • (Coordonnatrice de l'opération île de Batz), Thierry AUGER, Paule COHIC, Daniel ROUE, Jean-Claude LE GOFF. Nous tenons à remercier ici M. LE GOFFIC, J.L. MONNIER, J. BRIARD, C.T. LE ROUX, N. ROUALEC, J. PLASSARD, S. JOUFFROY, C. SEITE, R. REYMANN et O. MAILLET, qui ont fourni de précieuses
  • l'A.M.A.R.A.1., n° 3, p. 35-40. DAIRE M.Y., 1989 - Archéologie insulaire en Bretagne : un point de vue sur les sites de l'Age du Fer. Revue Archéologique de l'Ouest, supplément n° 2, p. 269-278. DAIRE M.Y., 1990 a - Prospections dans le Golfe du Morbihan. Bulletin de l'A.M.A.R.A.L, n° 3, p
  • . 17-20. DAIRE M.Y. et LE BROZEC M., 1990 b - Un nouvel atelier de bouilleur de sel à Landrellec en Pleumeur-Bodou (22). Revue Archéologique de l'Ouest, n° 7, p. 57-71. DAIRE M.Y., 1990 c - Quelques aspects de l'archéologie des îles françaises de la Manche et de l'Atlantique
  • ., n° 19. DAIRE M.Y., 1991 c - Prospection archéologique aérienne dans le Léon. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, T. CXX, p. 105-132. DAIRE M.Y. et LE BROZEC M., 1991 d - L'atelier de bouilleur de sel de Landrellec en Pleumeur-Bodou (Côtes d'Armor). Bulletin de
  • Bretagne. Revue d'Archéométrie, n°17 (sous presse). -13- DAIRE M.Y., 1993 b - Recherche archéologique sur les îles et le littoral de Bretagne. Bulletin annuel de la Société d'Archéologie et d'Histoire du pays de Lorient, p. 5-10. DE BEAULIEU F., 1991 - Bref inventaire du patrimoine
  • archéologique de l'île aux Moines (56). Bulletin de l'A.M.A.R.A.L, n° 4, p. 33-46. LANGOUET L., DAIRE M.Y., 1990 - Les enclos protohistoriques et gallo-romains du nord de la Haute-Bretagne. In : Le passé vu d'avion dans le nord de la Haute Bretagne. Dossiers du Ce.R.A.A., n° M, p. 79-118. LE
  • GOFF J.C., ROUE D., 1990 - Découvertes de l'île Callot (Finistère). Bulletin de l'A.M.A.R.A.1., n° 3, p. 21-26. LE GOFF J.C., ROUE D., 1991 - Plouescat, le Frouden : un site lié à l'industrie du sel. Bulletin de l'A.M.A.R.A.L, n°4, p. 53-54. MOLINES N., 1992 - Le chopper de l'île
  • Molène et le chopper de l'île Ilur. Bulletin de l'A.M.A.R.A.L, n°5, p. 19-24. MORET F., 1993 - Prospection-inventaire archéologique et historique de l'île de Batz (Finistère). Bulletin de l'A.M.A.R.A.L, n°6, sous presse. ROBIC J.Y., 1991 - Prospection-inventaire sur l'île d'Ouessant
  • . -1k- RESULTATS DES OPERATIONS DE TERRAIN ET LISTE DES SITES -15- L' ARRIERE PAYS LEONARD Lors du dépouillement systématique des clichés de la mission n°8505 250 de l'I.G.N. (17 mai 1992), ce sont plus de 120 anomalies ou sites qui ont été repérés sur les photographies
  • mission couleur, permet, outre un grand apport en données archéologiques, d'engager une réflexion sur le plan méthodologique. 1 - PHOTOGRAPHIES A HAUTE ET/OU A BASSE ALTITUDES L'EXPLOITATION D'UNE MISSION DE L'I.G.N. L'exploitation systématique de la récente mission de l'I.G.N. n° 8505
  • - rogène. Les premières campagnes de prospection aérienne à basse altitude, et surtout celles de 1991 et 1992, ont révélé au total 129 sites dans le Léon (fig. 3) (Daire, 1991 et 1992b), auxquels viennent s'ajouter 135 traces ou structures décelées sur les clichés de la mission n° 8505
  • hivernaux et printaniers. Les résultats de l'étude de la mission n° 8505 250 de l'I.G.N., réalisée au printemps, abonde également dans ce sens. Outre le climat, la structure du paysage agricole du Léon conditionne les résultats des recherches et peut même, présenter des pièges
  • sur la morphogenèse du parcellaire conduisent, précisément, à envisager que la forme parcellaire possède - le plus souvent une forte charge archéologique (Zadora-Rio, 1987; Chouquer, 1991). 1. 1: Extraits de photographies aériennes couleur, c I.G.N., Paris, 1992. Mission n°8505
  • bretons L'arrière-pays léonard 2 3 MOYENS MIS EN OEUVRE et ORGANISATION DE LA CAMPAGNE DE PROSPECTION 1993 6 PRINCD7AUX RESULTATS DE LA CAMPAGNE 1993 8 LES PROLONGEMENTS DE LA PROSPECTION 10 PROGRAMME DE TRAVAIL A COURT TERME 11 Bibliographie 12 RESULTATS DES OPERATIONS DE
  • , Laboratoire d'Anthropologie de l'Université de Rennes I) a pour but de présenter les résultats de la campagne de prospectioninventaire de 1993 qui, comme les années précédentes, fut un travail d'équipe. Ont participé à la campagne de prospection-inventaire 1993 : Florence MORET
  • informations et collaborations dans le cadre de l'opération touchant l'île de Batz (29). Le présent rapport s'articule selon deux thèmes de prospection-inventaire développés : - d'une part, la poursuite des recherches littorales et insulaires en Bretagne (engagées depuis plusieurs années
  • ) ; - d'autre part, la prospection systématique de l'arrière pays léonard (nord du département du Finistère), qui constitue un thème de recherche engagé depuis 1991 (Daire, 1991). -2- PROBLEMATIQUE et PRELIMINAIRES AUX RECHERCHES DE 1993 Les îles et le littoral bretons Un programme de
  • prospection-inventaire diachronique centré sur l'étude du peuplement humain sur le littoral breton au sens large (îles et côtes) a été mis sur pied dès la fin de Tannées 1988 (cf. Rapports de prospection de 1989, 1990, 1991 et 1992). En effet, l'intérêt archéologique présenté par les
  • multiples îles et îlots des côtes françaises de la Manche et de l'Atlantique a pu être démontré par le passé, de manière ponctuelle (ex. Gavrinis ou Er Lannic, 56). Plus récemment, quelques études synthétiques ont montré que, de tous temps, les populations de la péninsule armoricaine se
RAP03359.pdf (PLUGUFFAN (29). Ti Lipig : un paysage anthropisé dès l'âge du Bronze jusqu'à nos jours. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLUGUFFAN (29). Ti Lipig : un paysage anthropisé dès l'âge du Bronze jusqu'à nos jours. Rapport de diagnostic
  • d’Acitivités de Ti Lipig et suite à la demande volontaire de réalisation de diagnostic de la part de l’aménageur. La superficie concernée par le projet que mène Quimper Communauté couvre 56 589 m². Il est situé en périphérie d’un précédent diagnostic (arrêté de prescription n° 2006/122
  • -XVe siècles. Une datation sur un charbon provenant de la fosse dans laquelle est placé le monolithe n°2 a donné une date de 880 +/- 30 BP, qui, calibrée à deux sigmas, est comprise entre 1045 et 1220 ouest 42 Inrap · RFO de diagnostic Pluguffan (29) – TI Lipig Fig. 21
  • -âge. Enfin, isolée dans le secteur 3, se trouve une petite construction quadrangulaire sur poteaux, de 3,70 x 2,80 m. Aucun mobilier n’a été repéré, interdisant toute attribution chronologique à ces vestiges. Bretagne, Finistère, Pluguffan, Ti Lipig : un paysage anthropisé dès
  • -Sévigné Bretagne Département Finistère (29) Commune Pluguffan Adresse ou lieu-dit Ti Lipig Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription 2016-233 Dates d’intervention sur le terrain Numéro de l’opération diagnostic D022575 du l4 novembre 2016 au 25 novembre
  • archéologique a été réalisé à Pluguffan, à l’ouest de Quimper, dans le Finistère, à la demande du Service Régional de l’Archéologie, dans le cadre de l’agrandissement de la Zone d’Activités de Ti Lipig et suite à la demande volontaire de réalisation de diagnostic de la part de l’aménageur
  • . La superficie concernée par le projet que mène Quimper Communauté couvre 56 589 m². Il est situé en périphérie d’un précédent diagnostic (arrêté de prescription n° 2006/122), réalisé en 2008 par Jean-François Villard (Inrap). Ce dernier avait alors mis au jour un bâtiment
  • période. La région de Pluguffan – Ti Lipig révèle ainsi sa richesse en vestiges de la Protohistoire ancienne et permet de dresser l’image d’un paysage largement occupé et maîtrisé à cette période. Dans le même secteur, quatre enclos, dont la chronologie s’étale de l’âge du Fer aux
  • 21 22 Inrap · RFO de diagnostic Pluguffan (29) – Ti Lipig I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de désignation 23 II. Résultats II. Résultats 27 1. Le cadre de l’opération 1.1 La prescription de diagnostic Un diagnostic archéologique a été
  • réalisé à Pluguffan, à l’ouest de Quimper, dans le Finistère, à la demande du Service Régional de l’Archéologie, dans le cadre de l’agrandissement de la Zone d’Activités de Ti Lipig et suite à la demande volontaire de réalisation de diagnostic de la part de l’aménageur. La superficie
  • issus du substrat rocheux, fracturé par les alternances de gel-dégel, pendant les périodes glaciaires. 28 Inrap · RFO de diagnostic Pluguffan (29) – TI Lipig Fig.3a et b Localisation du diagnostic dans son contexte géographique et topographique. © Marion Lemée-Demontfaucon
  • dans la tranchée 16, dans le niveau de colluvions brun. © Marion Lemée-Demontfaucon, Inrap Fig. 6 Coupes des niveaux géologiques de surface dans le secteur 3 (parcelle AN91). © Marion Lemée-Demontfaucon, Inrap Pluguffan (29) – TI Lipig II. Résultats Fig. 7 Coupes des niveaux
  • géologiques de surface dans le secteur 2 (parcelle C177). © Marion Lemée-Demontfaucon, Inrap 31 32 Inrap · RFO de diagnostic Fig. 8 Coupes des niveaux géologiques de surface dans le secteur 1 ouest (parcelle AN7). © Marion Lemée-Demontfaucon, Inrap Pluguffan (29) – TI Lipig II
  • . Résultats 33 Fig. 9 Coupes des niveaux géologiques de surface dans le secteur 1 est (parcelles C182, 181, 41 et 40). © Marion Lemée-Demontfaucon, Inrap 34 Inrap · RFO de diagnostic Pluguffan (29) – TI Lipig 1.3 Le contexte archéologique Fig. 10 Sépulture (monument A) de l’âge du
  • Bronze découverte en 1991 à Ti Lipig. © D’après Le Bihan, 1992, p. 32. Fig. 11 Plan des principaux vestiges antiques découverts à Ti Lipig en 2008. © D’après Villard, 2008, fig. 22, p. 136. 17 indices de sites et sites archéologiques sont reconnus sur la commune de Pluguffan
  • implantés dans le secteur de Ti Lipig, sur les versants nord et ouest du plateau qu’occupe le secteur 3 de notre diagnostic. Une maison circulaire sur tranchées de fondation légère et trous de poteaux a ainsi été fouillée lors de l’opération de diagnostic réalisée par Jean-François
  • Villard (Inrap) en 2008 (Villard 2008). Elle est installée sur le versant nord à environ 500 m à l’est du secteur 3. A Kereuret/Ti Lipig 1, 300 m à l’ouest du même secteur, deux sépultures de l’âge du Bronze ont été découvertes en 1991 par Jean-Paul Le Bihan, alors archéologue
  • secteur de Ti Lipig. Elle rejoindrait la voie principale gallo-romaine qui relie Quimper à Tronoën, siège d’un important sanctuaire antique. Elle suit quasiment à l’identique le tracé de l’actuelle départementale D785 puis les D156 et D57. A ce titre, la stèle repérée à Kermatheano
  • (29) – TI Lipig milliaires jalonnant la voie de Quimper à Tronoën » (Arramond et al, 2014, p. 18). La fouille de 1991 à Ti Lipig Kereuret avait d’ailleurs révélé le tracé de cet axe dans les zones I et II. Proche de l’établissement rural gaulois repéré lors de cette même opération
  • gallo-romaine, se trouve à proximité de cet axe principal, et semble destiné à desservir des établissements ruraux. Nous ne connaissons aujourd’hui aucune voie médiévale dans le secteur de Ti Lipig. En revanche, un site du Moyen-âge se trouve dans l’emprise du diagnostic réalisé en
  • du secteur de Ti Lipig : La Boissière (Maner ar Vugid), Kerascoet, et un peu plus loin, au nord, Maner Keriner. Ajoutons enfin les trois mottes castrales connues dans un rayon de moins de trois kilomètres. Nous le voyons, le secteur de Ti Lipig est un secteur riche en occupations
RAP00684.pdf (LANDÉVENNEC (29). Kerlaz. park men. rapport de fouille préventive)
  • LANDÉVENNEC (29). Kerlaz. park men. rapport de fouille préventive
  • chercher ailleurs à de le s i t e d o n t p a r l a i t les s o u r c e s de amere- ancien- C^D^stKÉ. SeoK'on feuille Z LoKeKe " A834 JLo \> ourc n- 1
  • u- o o H 4 F Cî MJ -4. II» de ljbldy " . Pain ÑrdvCí -88 - 87 — 8ó 85 -J v5 \ \ -•» ir—.v) (?•" y, mé^, -Si r'' ^eriang .— .y ^ f\ V > flufun X'.; •. 7^ = > '' '^s. """ Site G a l l o - R o m a i n dans le Bourg de L a n d é v e n n e c R a p p o r
  • parue dans Pax n°31 0 ) "Nous avons encore à faire m e n t i o n d'un e n c l o s , primitiv e m e n t appelé "Palais du roi G r a l l o n " , connu à p r é s e n t sous le nom de "Champ de p i e r r e s " . Nous n'y remarquâmes rien d'autre que des tas de pierres et nousne pûmes
  • conquérants romains qui avaient des postes à B r e s t , C r o z o n , D o u a r n e n e z et à la Pointe du R a z , ne pouv a i e n t n é g l i g e r le p r o m o n t o i r e de L a n d é v e n n e c , qui commande l'entrée par eau dans le coeur de la région»" Bullo S o c , Archéolo F i
  • dans PAPE (Lo) : L a Civitas des Osismes R o m a i n e , P a r i s , 19 , p. "LANDEVENNEC de des à l'Epoque - Bourg : tuiles et s u b s t r u c t i o n s l'abbaye." (Cite en r é f é r e n c e le bourg Gallo- non loin des ruines : n»(l) R 0 F 0 LE M E N , S t a t i s t i q u
  • e , 1875 , p 0 130 n 0 3 ) Po DU C H A T E L L I E R , I n v e n t a i r e , 1 9 0 7 , p 0 188o \ ' - 2 - A u c u n e de ces références n ' a p p o r t e de localisation p r é c i s e , mais la tradition était b i e n é t a b l i e , dans le bourg et aux a l e n t o u r
  • s , de la présence de"fondations" une parcelle située au centre du b o u r g , en face de la M a i - r i e , parcelle menacée par l'extension de A v a n t d'organiser nous sommes dans toutefois constructions„ les fouilles de s a u v e t a g e , nous livrés à des recherches
  • concernant la localisation exacte du s i t e , en p a r t a n t des deux lations du lieudit concerné. 1) Les matrices cadastrales partementales appel- consultées aux archives dé- de Quimper ont fait apparaître une seule par- c e l l e , située dans le bourg sous le nom de "Park
  • Tien" ("Champ de p i e r r e s " ) . Elle est située dans la section A et porte le n° 1125 dans les m a t r i c e s n° 1088 dans le cadastre de 1835 et de 1 9 1 3 , e t le le plus récent (1955)„ 2) L e s plans extraits du cadastre de 1 8 3 1 , section A, f o n t r e s s o r t
  • i r une parcelle de forme très r e p é r a b l e , sur laquelle e s t inscrite cette indication ; "Emplacement château du Roi G r a d l o n , p r o t e c t e u r de l'Abbaye" Elle porte le n° 1125 matrices cadastrales (cfo du PI» (correspondant donc au "Park Ken" de même é
  • p o q u e ) . On retrouve 2)„ des la m ê m e p a r c e l l e , la même indication et le même numéro sur les plans de 1927. Cette p a r c e l l e , après avoir subi quelques transforma- t i o n s , apparaît à nouveau sur les plans de 1 9 5 5 , sans dication s u s d i t e
  • , et avec le n° 1 0 8 8 , c o r r e s p o n d a n t au "Park Men" des matrices contemporaines» l'in- donc _ 3 - Les transformations dont on v i e n t de parler sont prin- c i p a l e m e n t la construction en 1939 d'une route d'accès au bourg de L a n d é v e n n e c
  • a b o u t i s s a n t à une place devant le bât i m e n t de la M a i r i e , c o n s t r u i t lui aussi à la môrae époque„ Deux autres maisons ont écorné la parcelle (cf c P l . 1) et ce qu'il en reste a absorbé le n° 1114 de l'ancien Ce qui subsiste de la p a r c e l l e
  • d'une conque couche d ' o c c u p a t i o n , ni m ê m e une terre r e m e n t caillouteuse naturel quel- particuliè- (cf. P l . 3 ) . L a proximité du substratum (60 à 80 c m . de p r o f o n d e u r ) , parait de même éton- nante dans un site où les f o n d a t i o n s des
  • murs et les ses-dépotoirs auraient dû l'entamer. M ê m e dans un site de faible i m p o r t a n c e et de r e s t r e i n t e , des fragments de tegulae et de d i s s é m i n é s dans les terrains alentours» surface céramiques, ainsi que des parcelles de charbon de b o i s
  • , se vé trace fos- retrouvent On n'en a pas trou- ici. L a seule hypothèse que l'on puisse avancer pour exp l i q u e r cette "disparition d'un site" serait le nivellement à l'aide d'une pelleteuse d'un champ où les "tas de pierres" g ê n a i e n t 1 'exploitation,. Ce n i
  • v e l l e m e n t aurait pu se f a i r e , sous toutes r é s e r v e s , au m o m e n t de la construction de la route» Les propriétaires d'alors ayant d i s p a r u , per- - 4 - s o n n e n ' a pu c o n f i r m e r Le fait que cette cette hypothèse. fouille n ' a i t
  • nécessité que peu temps e t aucune s u b v e n t i o n en a m o r t i t le c a r a c t è r e mière vue d é c e v a n t . De toutes f a ç o n s , l'enquête e t les prospections effectuées nes . pre- elle-même aux alentours nous ont né à la conclusion qu'il n'était pas envisageable
  • t de fouille de Plusieurs gallo-romain PERROT sauvetage» sources b i b l i o g r a p h i q u e s p a r l e n t d'un proche des ruines de l'ancienne A b b a y e site : : J o u r n a l de l'Association A r c h é o l o g i q u e du Pays de G a l l e s , 1 8 5 7 0 (Traduction
  • savoir si quelque chose de plus i m p o r t a n t y avait été d é c o u v e r t ; mais grâce à l f a c t i v e intervention du dernier P r é s i d e n t de l w A s s o c i a t i o n Bretonne" (section d ' A r c h é o l o g i e ) , on p e u t e s p é r e r que L a n d é v e n n e c
RAP02205.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006
  • LE CLOIREC Gaétan
  • . looÇ L Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée
  • . -GOULETQUER, P. et LEOPOLD, P., 1991 - Etat provisoire d'une prospection de longue durée : le site de Quillien (Le Cloître Saint-Thégonnec, Finistère). Revue archéologique de l'Ouest, n°8, p. 31-51. JOSSELIN J., MARCHAND G., PAILLER Y. avec la collaboration de MOALIC L., HAMON G. et LEROY
  • A., 2003 - Kerliézoc en Plouvien (Finistère). Regards croisés sur un habitat du Mésolithique final. Revue Archéologique de l'Ouest, n°20, p. 53-85. -KAYSER, O et BLANCHET, S., 1999 - Le Bilou (Feunteun Dost) - Le Conquet (Finistère). Rapport de sondage, Service régional de l'Archéologie
  • niveaux bathymétriques. Les travaux de N. Brault montrent qu'il existe en Bretagne intérieure des gisements de grès lustré peut-être exploités au Mésolithique. Les investigations seraient menées dans l'intention de reconnaître d'éventuels systèmes de gestion des matières premières
  • : illliutm loiiles cl rutarUtiles E5] : pntiil n à dnn miras (vij ; traiÉfs jnat«1l(|U« H flttfcs fig. 1 : carte simplifiée des sites archéologiques et des affleurements d'ultramylonites et cataclasites au sein du Massif Armoricain. 11 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 B) Un
  • PROGRAMME COLLECTIF DE RECHERCHE LE MESOLITHIQUE EN BRETAGNE ANNEE 2003 Estelle Yven et Grégor Marchand (coordination) Avec la participation de Yann Bougio, Catherine Dupont, Loïc Gaudin, Jean-Noël Guyodo, Dominique Marguerie, GaëUe Martin, Anne Tresset et Rodrigue Tsobgou
  • et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment
  • en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont
  • incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le
  • cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect
  • de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de
  • documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Table des Matières : I) Rappel de la problématique, (par Estelle Yven et Grégor Marchand). A) Le projet de recherche. B) Les activités
  • , (par Rodrigue Tsobgou). B) Un gîte d'approvisionnement en microquartzite, le Crann. (par Estelle Yven). C) Etude pétrographique des outils en ultramylonites armoricaines : détermination des zones d'approvisionnement en matières premières au Mésolithique final, (par Rodrigue Tsobgou
  • ). D) Rapport concernant le séminaire de terrain du 8 au 1 1 novembre 2003. (par Yann Bougio et Gaëlle Martin). TV) Des opérations de sondages en Finistère. A) Le Mésolithique en Finistère : chronologie et stratigraphie - Bilan d'une prospection thématique réalisée entre 2001 et
  • 2003. (par Grégor Marchand). B) L'assemblage lithique de l'Ile aux Moutons (Fouesnant, Finistère), sondages 2002. (par Jean-Noël Guyodo). V) Le Mésolithique final en synthèse - Aspects des néolithisations. A) Derniers chasseurs-cueilleurs et premiers agriculteurs sur la façade
  • atlantique de l'Europe, (par Grégor Marchand et Anne Tresset). B) Les niveaux coquilliers du Mésolithique final en Bretagne : fonctionnement des habitats côtiers et intégration territoriale, (par Grégor Marchand). VI) Analyses archéobotaniques - Pré-rapport d'une étude anthracologique
  • spatiale et territoriale des industries lithiques. Constantes et variantes dans l'occupation du substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne, (par Estelle Yven). Vni) Liste des articles réalisés sur le Mésolithique en Bretagne par
  • les membres du PCR entre 2001 et 2003. IX) Conclusions à trois ans de recherches et perspectives (par Grégor Marchand et Estelle Yven). 1 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Principaux acquis du programme « le Mésolithique en Bretagne » - 2001/2003. -Organisation
RAP03708 (CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo : étude complémentaire des aqueducs de Vorgium. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo : étude complémentaire des aqueducs de Vorgium. Rapport de fouille
  • d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures
  • -PLOUGUER (29) – ZAC de Kergorvo – 2019 46 7.6 Compte-rendu de visite n° 6 B RÉSULTATS SCIENTIFIQUES 47 RÉSULTATS SCIENTIFIQUES 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU SITE 1.1 Cadres géographique, géologique et topographique Les parcelles concernées par la présente étude (parcelles B 33
  • chronologique de découverte. Persivien 1 (fig 4 : n° 51, fig. 5) En 1978, les terrassements liés à la construction du lotissement de Persivien mirent au jour la grande canalisation sur une longueur de 4 m dans la parcelle AL 224. Fouillée par R. Sanquer, elle livra les indices d'une
  • , pour la première fois aux abords de la ville, de la canalisation en bois, alors interprétée comme un simple fossé (HervéLegeard 1999). Persivien 2 (fig. 4 : n° 50, fig. 6) Faisant suite à une prospection électrique et à une opération de diagnostic (Le Boulanger 2007 ; une copie des
  • et le haut Moyen Âge (VIIe s.), ont été étudiés. 51 CARHAIX-PLOUGUER (29) – ZAC de Kergorvo – 2019 52 Fig. 5 – Carhaix-Plouguer, Persivien 1 et ZAC du Poher (inv. n° 52) : tracé des deux canalisations et implantation des sondages. Dessin : C. Hervé-Legeard, S. Jean © Inrap
  • vers le nord-est de la frette 3146 in situ. Cliché : É. Philippe (source : Provost et al. 2013 : 152, fig. 233) CARHAIX-PLOUGUER (29) – ZAC de Kergorvo – 2019 54 Fig. 9 – Carhaix-Plouguer, Kergonan-Kergorvo (inv. n° 49) : plan général et tracé des canalisations antiques repérées
  • dans l'emprise du diagnostic de 2011. Dessin : S. Jean © Inrap, 2011 (source : Le Boulanger 2011 : 43, fig. 17) Fig. 10 Fig. 11 Fig. 10 – Carhaix-Plouguer, Kergonan-Kergorvo (inv. n° 49) : vue de la coupe ouest du sondage mécanique effectué sur la conduite 1 dans la tranchée 52
  • . Cliché : F. Le Boulanger © Inrap, 2011 (source : Le Boulanger 2011) Fig. 11 – Carhaix-Plouguer, Kergonan-Kergorvo (inv. n° 49) : vue des coupes réalisées sur la conduite 1bis - tranchée 77, coupe est. Cliché : F. Le Boulanger © Inrap, 2011 (source : Le Boulanger 2011) Fig. 12 Fig
  • . 12 – Carhaix-Plouguer, Kergonan-Kergorvo (inv. n° 49) : tranchée 210 – détail de la conduite 2, montant de l'extrados de la voûte en pierres partiellement dégagé. Cliché : P. Cocherel © Inrap, 2011 (source : Le Boulanger 2011) RÉSULTATS SCIENTIFIQUES Kergonan/Kergorvo (fig. 4
  •  : n° 49) 55 Les opérations de diagnostic prescrites préalablement à l'aménagement de la ZAC de Kergorvo sont venues compléter ces informations en amont de Persivien, au niveau du contournement de la colline du Moulin à Vent. Celle menée en 2010 par F. Le Boulanger permit en
  • la Société d'Aménagement du Finistère (prescription n° 2011-129, tranche conditionnelle). Suite à une modification du projet, les vestiges furent placés en réserve archéologique. Une nouvelle modification du projet d'aménagement, en vue de la construction de l'usine de lait
  • futur parking du siège de la Synutra pour les premières, et à celui d'une future usine de production de lait pasteurisé pour la troisième. La réalisation de ces différentes interventions justifia l'établissement d'un arrêté de prescription (n° 2017098) modifiant l'arrêté initial, et
  • 2.2.1 Le diagnostic réalisé par l'Inrap - Prescription par arrêté n° 2007-088 du 17 septembre 2007 portant modification de l'arrêté 2007-004 du 10 janvier 2007 ; - Réalisé du 12 avril au 6 mai 2010 et du 12 au 28 janvier 2011, sous la conduite de Françoise Le Boulanger sur les
  • -Empire), haut Moyen Âge. Structures : bâtiment, hydraulique, structure agraire, foyer, fosse. Mobilier : industrie lithique, céramique. 2.2.2 Le diagnostic réalisé par le centre départemental de l'Archéologie du Finistère - Prescription par arrêté n° 2011-327 du 5 décembre 2011
  • portant modification de l'arrêté n° 2011-132 du 28 juin 2011 ; - Réalisé du 9 janvier au 9 mars 2012, sous la conduite de Muriel Fily (centre départemental de l'Archéologie du Finistère) sur les parcelles B 33, 39, 41, 42, 52, 56p, 807, 820. - Localisation et résultats des sondages
  • l'arrêté n° 2017/256 du 17/08/2017 ; cf. Lotton, Brunet 2017). 5. Le site a été fouillé à l'automne 2018 par Éveha (arrêté n° 2017251 modifiant l'arrêté 2017-224 ; RO : A.-M. Lotton, Éveha ; rapport inédit). Fig. 16 – Emprise et remise en contexte du suivi de travaux de 2014
  • ), a permis d’étudier de nouvelles portions des trois conduites ayant successivement alimenté en eau le chef-lieu des Osismes durant le Haut-Empire. ZAC DE KERGORVO emboîtures métalliques (frettes) ; Cité des Osismes. Hydraulics, water conveyance, aqueduct, join of pipe, ditches. De
  • vingt-huit emboîtures métalliques, inédites en Gaule, et de plusieurs plaques en plomb interprétées comme des dispositifs de colmatage mis en place à l’occasion de réparations du tuyau. La canalisation bétonnée qui, sur le reste du tracé de l’aqueduc, vient remplacer la conduite en
  • bois, est à Kergorvo implantée à quelques mètres en amont de celleci, suivant un tracé strictement parallèle. Son état de conservation s’est avéré globalement médiocre, néanmoins, l’étude comparée des deux conduites fournit des éléments de réflexion intéressants sur les raisons qui
  • rapport de fouille L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique : « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de