Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3907 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00870.pdf (VANNES (56). boulevard de la Paix. rapport de fouille préventive)
  • Alain TRISTE SAUVETAGE ARCHEOLOGIQUE A VANNES - MORBIHAN Boulevard de la Paix - 1985 B.O. 121 Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Rapport transmis à Monsieur le Directeur des Antiquités de Bretagi ^0 « y* s VANNES (DARIORITUM) à l'époque romaine
  • + villa, édifice public autres vestiges : céramiques, monnaies. Vôîè romaine. î\t OJ Vers RENNES . 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 (Riedones) avenue V. Hugo : restes de substructions : fût,socle de colonne {le. Cornée, 1964) Rue Saint-Symphorien - villa - (Le Cornée, 1967) Rue A. de
  • , entreprend la destruction des édifices anciens, menaçantruin* qui occupent une partie du terrain, (fig* 7). En limite de parcelle, la coupe du talus bordant le trottoir laisse apparaître des indices d'occupation romaine: mortier blanc, tuiles, poteries, etc. La municipalité, alertée par
  • , fibule Ettlinger 9 (-20 à +25) en témoignent. Cette fosse doit donc être associée à une occupation précoce du site, antérieure à celle dont le mur dépend, être datée du début de l'occupation romaine. (I)- voir ci-dessous l'analyse de cette fibule. et qui peut CONCLUSION La
  • , Colchester (104 ex.). E.ETTLINGER 1973 P-55; M.FEUGERE 1985 p.264. 3) 18 ex. à Besançon (L.LERAT 1956 n*52-67); 5 en Chalonnais (M.FEUGERE 1977b n°l6-20); 29 en Gaule Méridionale (M.FEUGERE 1985 n°1190-1219); 5 dans les Pays de la Loire (E.DREYFUS 1979 n°39-42, 51); 14 en HauteNormandie
  • Commune de VANNES Autorisation de sauvetage n° Responsable Les fouilleurs permanents étaient 85-9 H Alain TRISTE : Alain TRISTE Pierre BARA Pierre-Yves LE FLOCH Michel DIQUERO Monique THUREAU Kaël NASLAIN François ARS Franck PAPAZOFF Franck LE VIAVANT Michel LE FALHER
  • Xavier MOUTET I - MOTIFS DE L1INTERVENTION Le Boulevard de la Paix est une des principales artères de VANNES. Ouverte en 1961, cette déviation de la R.N. 165 permettait d'éviter le centre-ville; c'était, avant la récente création de la voie-express^le principal axe de transit à
  • travers l'agglomération. Ce Boulevard traverse le quartier de Boismoreau qui fut,du 1° an 111° siècle, le coeur de la ville antique de Darioritum (plan 2) Il convient donc, dans cette zone sensible, de prêter attention à toute ouverture de chantier, les travaux risquant de mettre au
  • jour des vestiges antiques. Déjà, en 1961, des travaux sur la parcelle AO 232 avaient révélé des structures romaines du 11° siècle pour lesquelles un rapport avait été adressé à la Direction des Antiquités. Au début de l'année 1985, la municipalité, propriétaire de la parcelle
  • nous-même, nous fait savoir qu'elle n'a d'autre intention dans l'immédiat que de détruire ces immeubles dont l'état mettait en cause la sécurité des abords. Elle n'envisage donc pas d'évacuer les déblais ni, à plus forte raison, de décaper la terre végétale qui masque les vestiges
  • . Compte tenu dn délai qui parait séparer cette opération, de la restructuration du quartier^prévue dans le cadre d'une Z.A.C., nous exprimons alors le désir d'utiliser ces mois disponibles pour procéder aux travaux archéologiques indispensables. Avec l'accord de la municipalité, une
  • autorisation de sauvetage est délivrée par la Direction des Antiquités, et prend effet le 1er mai II - LES CONTRAINTES DU SITE. La fouille, conduite de mai à décembre compte d'un certain nombre de contraintes, 1985, a dû tenir fréquentes en milieu urbains -L'impossibilité
  • financière d'évacuer nant de les déblais prove- la destruction des immeubles nous a obligés à les repousser an fond de la parcelle, vestiges étaient afin de libérer la bande riveraine où les apparus. Ainsi s'offre à la fouille une aire de dix mètres de long et de cinq mètres de
  • profondeur -Letrottoir qui dessert la parcelle est, d'une palissade, mise en place par la ville. inscrit dans un quadrilatère étroit, limitées par des obstacles bâtis. (plan 4 et fig. où en partie, Le chantier est 8). clos ainsi les investigation sont vite III- LA FOUILLE
  • . a- Les structures mises au jour -(plan n°5) Le mur. Au début de la fouille, le niveau moyen du sol est à un mètre au dessus dn trottoir. Ce dernier est à la cote I.G.N. et 16,20m. (en limite Est), I6,40m(en limite Ouest) (plan n°4). L'enlèvement de la terre végétale par nos soins
  • , apparaître, (mortier) S.O. laisse soixante centimètres plus bas, une couche plus claire au centre de laquelles•inscrit rapidement nn mur, orienté .N.E. Le plan n°5 montre l'implantation de ce mur. Il mesure cinq mètres à partir du trottoir, jusqu'à l'angle intérieur.(fig•9) Cet
  • angle est le seul que la fouille a révélé, l'angle extérieur ( seulement constaté ) n'ayant pu être dégagé en raison des con~ - traintes évoquées plus haut. Ainsi apparait partiellement un édifice imposant: En effet le mur est large de 0,90m. Il est fondé dans le rocher, creusé
  • sur 0,20m. Cette tranchée de fondation apparait au contact avec le trottoir. Sur un blocage de pierres brutes reposent deux assises: La première est constituée de moellons mesurant en parement 0,20m , sur 0,10m de haut. Cette première assise sert de sup*- port à une rangée
  • régulière de moellons cubiques de o,I0m sur 0,10* ( fig. n° 9 et 10 )• Sur le retour du mur, cinq grandes briques subsistent d'un chaînage, qui a dix également exister dans la section S.O. N.E*, où l'on note des empreintes dans le mortier. La partie interne du mur, entre les deux
  • « d • P» 1 « BRUNE P« r a • 1 1■ PLAN N* 6 1 8 1 -5b-La Zone A . ( coupe A A* plan n°6) La faible extension de la fouille ne permet pas évidemment de déterminer la nature de ce bâtiment. L'intérieur de celui-ci (Zone A), du moins dans les vingt mètres.carrés fouillés
RAP02597.pdf (ELVEN (56). un possible sanctuaire gallo-romain découvert lors du diagnostic effectué au niveau de la ZAC le Gohélis. rapport de diagnostic)
  • ELVEN (56). un possible sanctuaire gallo-romain découvert lors du diagnostic effectué au niveau de la ZAC le Gohélis. rapport de diagnostic
RAP03042.pdf (QUIMPER (29). rapport préliminaire sur les fouilles exécutées, en juin 1952, dans la nécropole gallo-romaine de créac'h maria en ergué-armel)
  • QUIMPER (29). rapport préliminaire sur les fouilles exécutées, en juin 1952, dans la nécropole gallo-romaine de créac'h maria en ergué-armel
RAP00480.pdf ((22)(35). arrondissements de Dinan et Saint-Malo. rapport de prospection inventaire)
  • COULOMB 2 SAINT BROLADRE 2 LA RICHARDAIS 2 SAINT LUNAIRE 2 SAINT BRIAC 1 PLERGUER 1 SAINS 1 site sites sites sites sites sites site site site La liste des sites gallo-romains qui suit ne comporte que ceux pour lesquels tous les renseignements ont été obtenus (localisation du gisement
  • , étendue , parcelles cadastrales , plan ,etc.) * Une dizaine de sites ££&^ en complément d' information A ces sites gallo-romains , il faut ajouter des sites médiévaux , spécialement dans les Marais de DOL • Ils sont caractérisés par des poteries caractéristiques , locales (Xllème
  • siècle - XVème siècle). Ainsi , des habitats médiévaux disparus ont été localisée à : HIREL , Près la Planche - parcelles 256 et 257, L . HIREL , Près du Pignon Blanc - parcelles 152 et 153 , L. Pour les sites gallo-romains , la céramique sigillée a été soigneusement étudiée et les
  • les traces de constructions existent (murs , pilettes , mortier de tuileau en abondance , pierres taillées ,etc ... •) CENTRE RÉGIONAL ARCHÉOLOGIQUE D 'Ain Fo i uj ia Cité 35400 SAINT MALO Ce .R.A.A 1975 Résultats de la prospection gallo-romaine Sites identifiés» LANGUSNAN
  • - Au Sud-Kaèst des Hauts Champs - parcelles site gallo-romain SAINT COULOMB - A l'Ouest de la Houe - parcelles gallo-romain PLOUBALAY - Au Nord de la Tricherie - parcelles G3 - site gallo-romain PLOUBALAY - A l'Ouest de la Tourelle - parcelles site gallo-romain. SAINT BROLADRE - Les
  • , A , d'une part , 261,262,263,265,267,513,512,511 et 510, A , d'autre part . On pourrait considérer ces deux sites comme distincts (600 m de distance) LA RICHARDAIS - Le Perron - Parcelle 203, C - site gallo-romain SAINT LUNAIRE - La Ville au Coq - Parcelle 2872, B - site gallo-romain
  • , 71 8 et 65'f - site gallo-romain. GREHEN - La Vieuville - parcelle 626, B - site gallo-romaig. PLESLIN - Le Bois Pdf fier - parcelle 900 - site gallo-romain. SAINT BROLADRE - Les Tertres de la Claye site gallo-romain. - parcelles 1082 et 1079, D3 - SAINT BRIAC - La Haute Ville
  • - plan complet de l'édifice gallo-romain (MO -D2). La prospection aérienne permet tout d'abord de compléter les données d'une prospection au sol ; on obtient des éléments de plan. Les plans restent partiels car les structures correspondent à plusieurs parcelles et les cultures y
  • bonnes conditions sont réunies . A SAINT SERVAN , l'aérodrome est à 1 kilomètre de notre domicile et certains vols ont commencé à 6 heures du matin. Des photographies noir et blanc , servant d'illustrations , sont jointes à ce rapport , de même que le plan des édifices gallo-romains
  • , restitué. le 31 Novembre 1975 L.LTNGSJET HLob PLOUBALAY Edifice gallo-romain Au lieu dit La Ville Bague , sous le "Paradis". Surtout dans la parcelle 3°5 (Le clos real) , aussi dans 302 et J11 section G2. , Sur ce site , déjà signalé d'une manière h^pri c:\$e plans des
  • A« PLOUbALAï gisement gallo-romain Pràs ae la Ville Asselin , contre le lotissement. parcelles 1029 , i2* (probablement 124,127 eL 123 , prairies) , section AI. On y a recueilli de très nombreuses touulae et irabrices , des t sons cie sigillée , des tessons de céramique commune . Le site
  • - Au Nord-Est de la gare site gallo-romain. , route de Corseul - parcelle PLOUBALAY - A l'est de la Métrie Saudrais - Parcelles site gallo-romain , très riche. 3^+2 , B1 222,208 et 207 , F1 PLOUBALAY - Au lieu dit la Ville Bague - parcelle 305,302 et 311 , G2 site gallo-romain
  • , déjà signalé dans la bibliographie . On a obtenu sa localisation précise et des éléments chronologiques. PLOUBALAY - Au Nord Est de Recouvré - parcelles site gallo-romain. ^39,^31 et ^32 , B3 - SAINT LORMEL - La Ville Orien - parcelles 59 et 65 , ZI - site gallo-romain dont
  • on a l'étendue précise et des éléments chronologiques. BAGUER MORVAN - Au lieu dit la Lande Gretay , près de la Touche - parcelles 1 ^1 et 1^2 , B - site gallo-romain. SAINT MALO - Au Nord de Limoelou - parcelles site gallo-romain très étendu. 68,69,71,77,78,79,80 et 81 ,Q SAINT COULOMB
  • Rouxellières - parcelle 39 , ifOa ,38 et 37. 169,1$Q et 172 ,C - site ^76, 4?5, ^,818,^72 et 577 589-591 , 303, 222, E2 - 70 D1 - site gallo-romain. PLOUBALAY - Près de la Ville Asselin - Parcelles romain. 1029 , A1 - site gallo- LA RICHARDAIS - Près la Motte - parcelles 205 et 206
  • . PLESLIN - La Vieuxville - Parcelles 712,713 et 71^,6^9,650 et 651 , C , d'une part , 635,616 et 761 , C , d'autre part - site gallo-romain LANGROLAY - La Benatais - parcelle TRIGAVOU - Route D 256, B - site gallo-romain. 28 - Parcelle ^3 *f,B1 - site gallo-romain. TRIGAVOU - La
  • Tardivelais - Parcelle 588, A - site gallo-romain SAINT LUNAIRE - Tertre au' Lot - Parcelle 1123 ,B - site gallo-romain. TRIGAVOU - La Pelleterie - parcelle 33^ t A - site gallo-romain PLESLIN - La Gromillais - parcelle 368, C - site gallo-romain. PLESLIN - Saint Goudas - parcelles 71 7
  • - parcelles 603 et 60 *f , B3 - site gallo-romain • SAINT MALO - La Ville Es Nos - parcelles 18 et 144,X - site gallo-romain. PLERGUER - Belletre - parcelles 21-2 *f ,D1 - site gallo-romain. SAINS - L 1 Angevinière - parcelles 5^5,563 et 56^, A2 - site gallo-romain. soit 31 sites gallo
  • -romains, étudiés en 1975 Remarque . Un seul de ces sites a été étudié à la suite d'une mention Bibliographique (PLOUBALAY , La Ville Bague) . Tous les autres ont été décou verts en utilisant la méthodologie mise au point au sein du Ce .R.A.A. Prospection aérienne 1975 Le Ce .R.A.A
  • Château Malo - Structures linéaires et perpendiculaires - probablement site GR. SAINT MELOIR - La Mettrie aux Houets - Structures préhistoriques ? Plan partiel d'édifice inédit, trouvé lors d'un vol. SAINS - L' Angevinière - Edifice probable gallo-romain - Difficulté de vérification au
RAP01547.pdf (QUIMPER (29). sépultures de l'âge du fer et vestiges gallo-romains dans le sanctuaire de parc ar groas. 7-9 rue Anatole France. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). sépultures de l'âge du fer et vestiges gallo-romains dans le sanctuaire de parc ar groas. 7-9 rue Anatole France. rapport de diagnostic
  • LE BIHAN Jean-Paul
RAP00561.pdf (archéologie du milieu rural en haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine. rapport de projet collectif de recherche)
  • archéologie du milieu rural en haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine. rapport de projet collectif de recherche
  • LE PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE Le Projet Collectif de Recherche (P.C.R.) intitulé "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine" regroupe tous les chercheurs ou associations de chercheurs qui oeuvrent dans le domaine de la prospection
  • et désirent dépasser le simple stade de la découverte de site. La base de données disponibles par suite d'une mise en commun de toutes les découvertes concernant la période gallo-romaine comprend à ce jour 1487 sites (Fichier INVENT1.DON). Pour apprécier les progrès réalisés en un
  • Ce.R.A.A, 191 sites, - le Groupe des Prospecteurs de Vilaine, 130 sites. Tous les sites traités ne sont pas gallo-romains ; on peut évaluer à environ 270 le nombre de sites gallo-romains qui viendront alimenter le fichier INVENT1.DON du présent programme de recherche. Ainsi au niveau de
  • la publication envisagée en 1990, les synthèses pourront porter sur environ 1850 sites gallo-romains. Des réunions de travail ont été organisées pour : - des informations mutuelles de découvertes, - des exposés sur l'avancement de la recherche au sein du P.C.R., - la définition
  • gallo-romains. En 1988, Marie-Yvane DAIRE, aidée par François BARBIER, a poursuivi le remplissage des fiches qui permettent de rentrer les données dans le fichier implanté sur le disque dur du micro-ordinateur BULL Micral 90-50 D du Laboratoire d'Archéométrie (Université de Rennes I
  • ). M.Y. DAIRE a aussi assuré la rentrée des données informatisées. Près de 300 sites nouveaux ont été inclus dans le fichier INVENT1.DON, portant à 1487 le nombre de sites utilisables par le logiciel ATP. Le fichier des sites gallo-romains est réalisé en parallèle avec celui de
  • l'Institut Culturel de Bretagne (I.C.B.). Ce dernier a servi de base à deux ouvrages en cours d'impression : - le patrimoine rural gallo-romain de la civitas des Coriosolites (L. LANGOUET et M.Y. DAIRE), - le patrimoine rural gallo-romain de la civitas des Riedones (G. LEROUX), qui sont
  • édités en coédition par l'I.C.B. et le Centre Régional d'Archéologie d'Alet. La date de sortie de ces ouvrages est la mi-décembre 1988. En 1988, un effort particulier a été fait pour les sites gallo-romains du Morbihan. Le P.C.R. ayant pu disposer du fichier bibliographique de J
  • . ANDRE (Ce.R.A.M.), il restait à localiser les sites avec précision tant sur le terrain que sur des documents cadastraux. G. LEROUX s'est chargé de ce travail avec efficacité. En deux semaines, il a pu établir des dossiers complets pour 92 sites gallo-romains. La même opération sera
  • sites galloromains, en souffrance, de la région de LAMBALLE. On envisage la publication, pour 1990 l'édition d'un ouvrage intitulé : - le patrimoine rural gallo-romain de la partie orientale de la civitas des Vénètes, dans le cadre de la série lancée par l'I.C.B.. b) Les céramiques
  • sigillées. Les expertises de tessons de céramiques sigillées, réalisées en 1988 par B. HOFMANN, ont alimenté le fichier SIGILLE. DON. On dispose actuellement de 4399 tessons expertisés provenant des sites ruraux gallo-romains, prospectés par les uns et les autres en Haute-Bretagne. c
  • l'Agriculture (Le Nord du Clos-Poulet, près de SAINT-MALO, et le Penthièvre oriental, autour de LAMBALLE) ont alimenté le fichier INVENT1.DON. Il a pu obtenir des données pédologiques pour 115 sites gallo-romains et leur environnement. En 1989 la prise en compte d'environ 150
  • caractérisations pédologiques est prévue à partir des relevés de G. JUMEL et M. GAUTIER dans la vallée de la Vilaine. On disposera d'un bon échantillonnage pour tenter d'évaluer les environnements pédologiques des édifices gallo-romains en Haute-Bretagne. L'objectif est de remonter aux types de
  • différences de plans. En effet à côté d'enclos au tracés complexes, on observe des enclos rectangulaires aux fossés rectilignes et orthogonaux. Ces derniers peuvent dater de l'époque gallo-romaine et donc être plus tardifs que les premiers. Les études de fossés devraient permettre
  • trouve un argument fort, d'autant que simultanément, on note une quasi-absence de corrélation di- rectionnelle entre les structures gallo-romaines et les orientations moyennes des champs (page 10). Une liaison particulière entre la présence des champs courbes et la topographie (page
  • - Les sites pré-romains associés aux sites gallo-romains. La cartographie des pourcentages de telles associations (page 42) met en évidence une zone particulière dans le nord-ouest de la Haute-Bretagne. Sans éliminer l'hypothèse d'une sensibilité particulière des prospecteurs de ces
  • zones, on peut y voir le signe d'une mutation foncière particulière ; il y aurait eu continuité entre les exploitations pré-romaines et gallo-romaines. Il n'en est pas de même dans la partie orientale de la Haute-Bretagne où, malgré des échantillonnages abandants, donc significatifs
  • , cette relative absence de liaison semble montrer des déplacements plus importants des habitats. 6 - Les cadastres recouvrants. Sur la statistique cartographiée des cadastres recouvrants actuellement les sites gallo-romains (page 40), là où les échantillonnages sont significatifs
  • - Les histogrammes de distances. En Haute-Bretagne, statistiquement, les sites gallo-romains se trouvent majoritairement entre 50 et 100 mètres des sources (page 72), entre 200 et 300 mètres des plus proches talwegs (page 73). 77 % des sites se situent sur les versants de ces mêmes
  • SAU attachables à chaque site. Sur la base de la totalité des sites gallo-romains localisés en Haute-Bretagne à ce jour, les surfaces foncières (en Surface Agricole Utilisée) se situent majoritairement entre 80 et 200 hectares (page 77). 9 - Les implantations des sites. 79 % des
RAP00949.pdf (BÉDÉE (35). la Métairie Neuve : déviation de Bédée, liaison rd72-rn12. rapport de sondage)
  • une couche de tuiles gallo-romaines (tegulae), associée à d'autres couches difficiles à identifier en l'état actuel des recherches de terrain, laissait présager l'existence d'un habitat proche.. Principaux résultats des sondages (1) Les structures correspondant au site gallo
  • son remplissage, pourrait également être un fossé de parcellaire moderne. En revanche, la plupart des creusements mis au jour dans les autres tranchées semble bien appartenir à l'établissement gallo-romain. La présence de nombreux charbons de bois, de fragments de tegulae et de
  • . tegulae d'imbrices. Enfin, rien dans le mobilier ni les structures ne vient infirmer l'hypothèse de départ sur la nature de ce site, à savoir une ferme de l'époque gallo-romaine. Conclusion Les sondages sur le site gallo-romain de La Métairie Neuve ont permis de délimiter le site et
  • d'évaluer les vestiges présents sous la semelle de labour, et leur état de conservation : fossés de délimitation, fosses, trous de poteaux, couche de démolition, etc. Ils appartiennent incontestablement à un petit établissement rural gallo-romain ; ce type de site n'a pas fait souvent
  • -Empire, mais son l'implantation remontait à l'Indépendance gauloise (début du 1er siècle avant J.-C ). Il semble d'autre part que, à Bédée, le tracé routier traverse la zone bâtie de la ferme gallo-romaine ; les données sur l'habitat de ce type sont encore peu nombreuses en Bretagne
  • . Les deux opérations, loin d'être répétitives, apporteront donc des données complémentaires et permettront d'approfondir nos connaissances de l'occupation du monde rural de la fin de l'Age du Fer et de l'époque gallo-romaine. Bien que la surface concernée par les travaux routiers ne
  • d'argile grise, très marbrée de concrétions ferrugineuses; avec des tegulae. - cet ensemble très dense semble correspondre à une zone d'occupation de l'époque gallo-romaine assez intense ; il est vraisemblable que les couchse de tuiles proviennent de la démolition d'un bâtiment proche
  • gallo-romain (cf. US 17) large de plus de 3,50 m ; il marque probablement la fin de l'habitat antique, aucune autre structure gallo-romaine n'ayant été repérée dans les tranchées suivantes Tranchée 9 US 20 : -remplissage d'argile marron clair, marbrée gris - deux fossés parallèles
  • opération avait pour but d'évaluer avec précision la nature et l'état de conservation des vestiges archéologiques qui avaient été repérés lors une prospection au sol. La prospection avait en effet révélé la présence de fragments de tuiles et de tessons de poterie gallo-romains sur une
  • -romain connu par la prospection pédestre (1) Un descriptif sommaire des structures archéologiques figure en annexe de ce rapport. ont pu être circonscrites aux tranchées 1 à 8. En effet, dans les tranchées situées à l'est du terrain (T7 et T9), n'ont été découverts que les fossés
  • fragments de tuiles prouvent qu'au moins un des bâtiments avait été recouvert à la romaine, de et S'il est difficile de se prononcer sur la limite occidentale de l'habitat, il est plausible d'interpréter le ou les fossés US 17 ( T 6) et US 19 (T 8) comme la clôture orientale du site
  • de terrain justifient pleinement la programmation d'une fouille de sauvetage. L'intervention portera donc sur la portion de voirie ayant livré des structures gallo-romaines, qui s'étend par conséquent sur une longueur d'environ 150 m à partir des terrassements déjà effectués pour
  • 12 7 T4 US 12 TESSONS DE CERAMIQUE COMMUNE GALLO-ROMAINE (niveau de décapage) Dessins : Fr. LABAUNE DESCRIPTIF DES STRUCTURES ARCHEOLOGIQUES REPEREES EN SURFACE Tranchée 1 US 1 : - remplissage d'argile gris clair contenant de nombreux petits charbons - probable structure
  • gallo-romaine US 2 : - remplissage d'argile brun-gris marbrée, avec quelques inclusions d'argile cuite et quelques petits charbons de bois - probable fossé gallo-romain d'environ 1,50 m à 2 m de large Tranchée 2 US 3 : - remplissage d'argile brun-gris foncée, avec charbons de bois
  • et gros morceaux de tegulae ( = tuiles gallo-romaines) (cf. T 5) - fosse gallo-romaine US 4 : - remplissage d'argile gris clair plastique marbrée orange, avec charbons de bois et inclusions d'argile cuite (?) - petite poche d'argile grise marbrée orange, avec charbons de bois
  • - probables fosses gallo-romaines US 5 : -remplissage de terre brune argileuse homogène, avec un tesson, de fragments de tegulae, peu de charbons - probable fossé moderne (cf. orientation identique au parcellaire moderne et remplissage différent des autres structures gallo-romaines (plus
  • brun) entre US 4 et 5 : argile grise marbrée orange, avec charbons de bois - structure gallo-romaine ? mal délimitée Tranchée 3 US 21 : - remplissage d'argile gris clair plastique, avec charbons de bois - probable petit fossé gallo-romain d'environ 0,70 m de large US 6
  • : - remplissage d'argile brun-gris foncée, avec charbons de bois et quelques inclusions d'argile cuite - probable fosse gallo-romaine US 7 : - remplissage d'argile orange vif, homogène, avec quelques petits charbons de bois - probable foyer gallo-romain d'environ 1,50 m de diamètre US 8
  • : - remplissage d'argile brun sombre ("terreuse"), avec de nombreux charbons de bois, des tessons de poterie et de nombreux fragments de tuiles - structure gallo-romaine Tranchée 3 : trous de poteaux US 11 et fosses US 10 Tranchée 4 : Fossé gallo-romain US 12 recoupant FUS 11 US 9
  • : - ensemble de 5 structures au remplissage d'argile brun sombre, de 0,30 à 0,50 m de diamètre - probables trous de poteaux gallo-romains US 10 : - remplissage d'argile brun-gris formant 1 ou 2 structures, avec poche de terre noire dans la partie nord est - probable(s) fosse(s) gallo
RAP03082.pdf (QUIMPER (29). 5, rue de la Villemarqué. Rapport de diagnostic archéologique sur la parcelle CD.76 (résultats négatifs))
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • nord-ouest, à gallo-romains, qu'ils soient octogonaux A mis une centaine de mètres vers ou carrés. l'ouest, c'est un site archéologique important qui fut 1864 : les vestiges de Parc-ar-Groas. Ce site fouillé par R.-F. Le Men au interprété par cet auteur comme un poste
  • fortifié gallo-romain (Le Men, 1876). Les archéologues de la seconde moitié du XXe siècle ont révisé ce jugement en interprétant le site comme une villa romaine ceinte d'un mur de clôture et incluant un petit fanum dans son espace enclos (L. Pape, 1975, P. Galliou, 1983, J.-P. Le Bihan
  • , 1986). Les fouilles que nous avons menées en 1990 et en 1994 sur les parcelles voisines, situées en visà-vis de l'autre côté de la rue de Tourelle par rapport à celles touchées par le projet actuel, ont mis en évidence des vestiges d'époque gauloise et gallo-romaine. Les fossés
  • vestiges gaulois et gallo-romains ont été : souterrain de la Tène ancienne et dépôt de statuettes votives en terre blanche d'époque romaine (R.-F. Le Men). Il faut encore compter avec des fossés gaulois et gallo-romains mis au jour par ailleurs sur le sommet du plateau du Frugy. Au-delà
  • , découverts au sur XIXe siècle Le sommet du et gallo-romains : plateau a également livré de nombreuses traces de parcellaires gaulois Rue Treden de Lezerec et avenue Y. Thépot (Braden X). L'intérêt de fouilles menées sur les s'agit de vérifier si des vestiges s'y
  • archéologie Quimper, Parc-ar-Groas, Chronique d'archéologie antique : BIHAN, 1994 ; : La période gallo-romaine dans "Histoire de Ouimper édit. Privât. J.P. LE BIHAN 1994 : Sondage archéologique, 3 rue Treden de Le7.erec à Ouimper, Rennes, S.R.A Bretagne, 1994. J.-P. ar-Groas à
  • LE BIHAN 1995 : Les fouilles du sanctuaire gaulois et gallo-romain de Parc- Ouimper. D.F.S. R.-F. LE R.-F. MEN, 1876 LE MEN départementales. : : Un poste gallo-romain sur le Mont-Frugy Subterranean chambers at La Tourelle near . B.S.A.F. 1876. Ouimper. Archives L
  • chargés de véritables dépôts rituels et leurs réaménagements successifs ont permis de suggérer une nouvelle explication. Ce site serait un sanctuaire du second âge du Fer perdurant durant l'Antiquité (Le Bihan, 1990). au jour en XIXe siècle a été la voie romaine quittant Quimper
  • toutefois l'espace concerné par l'opération de diagnostic n'était pas urbanisé. C'est grâce à de telles observations que nous cernerons l'allure réelle de la ville gallo-romaine de Locmaria et des installation périurbaines. très 4.2. CONCLUSIONS TECHNIQUES L'étude archéologique menée
  • . (Lt), 1896 : GALLIOU, 1983 J.-P. LE et BIBLIOGRAPHIQUES Rapport de M. le Lieutenant Dizot, B.S.A.F.. 1896, 235-240. : L'armorique romaine, Brasparts, 1983. BIHAN, 1986: Aux origines de Ouimper J.-P. LE BIHAN, 1990 médiévale, B.S.A.F., 1990. J.-P. LE histoire et
  • . PAPE, 1975 : La cité des Osismes à l'époque gallo-romaine. Thèse de doctorat. -
  • DIAGNOSTIC 5 RUE DE LA ARCHEOLOGIQUE VILLEMARQUE A QUIMPER (29 232) 5 RUE DE LA VILLEMARQUE - QUIMPER (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN VILLE DE CENTRE DE RECHERCHE Rennes : QUIMPER ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. S.R.A. de
  • 1997 Bretagne CTi 23 S . Département Commune Lieu-dit : ou : adresse 5 : rue de la | I I CD 76 : Altitude: 65 ^ : : Valable du 1997 au: LE BIHAN Jean : parcelle Ordonnée: 2351.755 Propriétaire du terrain Protection juridique : Autorisation n
  • travaux : Surface fouillée : 80 m 2 Surface estimée du site : 80 m 2 MotS-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) : - - - la chronologie : sur la nature des vestiges immobiliers sur la nature des vestiges mobiliers : sur : problématique de
  • la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : Notice sur - Lieu de la Recherche d'habitats et de parcellaires antiques et protohistoriques dépôt du mobilier archéologique : Dépôt de fouille de Quimper d'après carte I.G.N. (N) 1/25000 0 Fig
  • . 1 - QUIMPER, 5 rue 10 m de la Villemarqué : localisation RAPPORT D'INTERVENTION 1. INTRODUCTION L'extension d'une maison particulière sur la parcelle cadastrale CD.76 - 1968 sondage archéologique préalable. Situé sur le plateau du MontFrugy, le terrain concerné se
  • trouve en effet dans la zone archéologique sensible de la commune de Quimper. nécessite la réalisation d'un Le sondage est confié par Monsieur le Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.-P. Le Bihan, archéologue municipal de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté
  • par Madame Y. Le Bihan du Centre de recherche archéologique du Finistère. 2. LE CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE Le terrain concerné par l'opération immobilière se situe sur le flanc sommet du Mont-Frugy, A connue l'ouest, à environ trois cents mètres, de Creac'h-Maria assure sur
  • le front du plateau, la nécropole bien la liaison entre la ville antique et son lieu de culte de Parc- ar-Groas. une distance sensiblement égale ce sont des vestiges de bâtiments et qui furent découverts sommairement décrits. Ils font fortement songer à des murs dt fana Au
  • en direction de Carhaix et de Vannes quitte les basses pentes de Locmaria et gravit le plateau en direction de l'est. Son itinéraire précis est perdu mais il ne peut être très éloigné des parcelles concernées par le présent diagnostic. En outre, le site de La Tourelle des
RAP00491.pdf ((22)(35). arrondissements de Dinan et Saint-Malo. rapport de prospection inventaire.)
  • poursuite de la prospection aérienne s'impose pour certains plans incomplets . Le meilleur exemple fourni est celui de l'édifice gallo-romain de La Lignerie en SAINT MEL0IR , pour lequel il a fallu deux ans de prospection aérienne pour avoir un plan plus éloquent. Parmi les résultats
  • obtenus , on doit souligner les plus importants : - le plan du centre de la ville gallo-romaine de C0RSEUL . Pour la première fois , on a un plan, partiel certes , mais éloquent , de la partie nord de la ville . 2 la découverte d'un fanum au bord de la Rance , à TADEN , près de la voie
  • Aumont. X MINIAC-MORVAN. ^"édifice gallo-romain , parcelles 842.C3 , I26 .C1 , 125 ,01 ,124 ,01, I23 ,C1 ,122, Cl ,121, Cl , près du lieu dit Le Moulin Farnel . PLERGUER. - retranchement , parcelle 135, section Bl , près du lieu dit Lessard SAINT JOUAN des Guerets
  • . ~~ - substructions gallo-romaines , parcelle 541 , section Bl , dans 1 rodrome. ^ ^ uJ^fxjcK(rt^ pe^cta^t a. jeA,c^, caaio^ SAINT MALO. " ^ ^(ùée '! - enclos avec fosse intérieure , non daté , parcelle 120 .section BH près du lieu dit Les Sept Pertuis. - structures rondes (préhistoriques
  • 14,15,16,17,18,67,66,54,53,71, 65 et 52a , section Y , près du lieu dit La Massuère. X - enclos avec double fossé , parcelle 116, section S , près du lieu dit le Moulin du bourg. \ - édifice gallo-romain , parcelles 181,182,180 et 186 , section C, et parcelle 125 , section F , près du lieu-dit La Lignerie
  • . X SAINT PERE. - retranchement (?) , parcelle 381 , section A4 , près du lieu dit Les Castillons. - ferme indigène , parcelles 408 et 407 , section A3 , près du lieu Xdit La Ville Mainguy. - édifice gallo-romain , parcelles 235 et 236 , section A , près du \ lieu dit le Chênot
  • . - substructions indatées , parcelle 437 , section B3 , près du Lieu \ dit La Ville Auffray. - structure gallo-romaine (?) , parcelle 381 , section A4 , près du lieu dit les Castillons. SAINT SULIAC. "édifice gallo-romain , parcelles 636,859,858 et 851 , section B4 près du lieu dit Gareau
  • . - habitats coriosolites (?) , parcelle 199 , section Ml , à l'ouest du bourg. - Temple et annexes , parcelles 771,774,775 et 776 , 767 et 801 , section H3 , près du lieu dit le Haut Becherel - substructions gallo-romaines , parcelles 508,509 et 510 , section M2 , près du lieu dit le
  • Perrier - substructions gallo-romaines , darcelles 327 et 331 , section M2 près du lieu dit La Ville Es Hues. LANGBENAN. - enclos , parcelles 163,177 et 175 , section Bl , près du lieu dit Les Rues. - enclos , parcelle 12 , section Bl , près du lieu dit Quinier - ensemble gallo-romain
  • , parcelles 41,42,86,84,83,31,37 et 36 section Bl , près du lieu dit Les Landelles. - substructions ou fossés , parcelle 293 , section Bl , près du lieu dit Lesmen. - édifice gallo-romain (?) , parcelle 225 , section C2 , près du lieu dit La Ville Goneuf - édifice gallo-romain , parcelles
  • 526,522,525,523 et 524 , section C3 , près du lieu dit Le Bas Callouës PLEDELIAC. - ensemble gallo-romain , parcelles 135 I , section D6 et 188, section AB , au nord du bourg. PLEUDIHEN. - édifice gallo-romain , parcelles 16,17,18,19,34,33,32,30,29,27,26 section Dl , parcelles 437 et 438
  • , section D2 , près du lieu dit La Magdelaine PLOUER/Rance. - édifice gallo-romain et enclos , parcelle 5 , section Al , près du lieu dit Les Vaux Saint Cyr. - édifice gallo-romain , parcelles 22,23,38,37,27 et 28 , section Cl près de la Rouxelais QUEVERT. - camp romain , parcelle 697
  • , section A2 , près du lieu dit La Ville Pierre. SAINT HELEN. - structure , parcelles 22 et 25 , section ZA , près du lieu dit Le Petit Osier. TADEN. - édifice gallo-romain , parcelle 632, section D6 . - édifice gallo-romain , parcelles 652 et 653 , section D6. - temple gallo-romain
  • l'arrondissement de SAINT MALO PLEINE-FOUGERES . Meule gallo-romaine ( ?) 6 . La Ville Vrard. SAINT COULOMB . Gisement gallo-romain . Paucelles 8 et 78 , section M , au sud du Préau SAINT MELOIR des Ondes . Gisement gallo-romain . Parcelles 2^,21,22,23 et 20, section A , près du lieu dit Le
  • Parc . fi SAINT PIERRE de PLESGUEN . Gisement gallo-romain . Parcelle 852 , section C , à l'est du bourg. BAGUER-MORVAN . Gisement gallo-romain . Parcelles 190,216 et 215 , section C1 près du lieu dit Le Croix Chemin. A" SAINT MELOIR des Ondes . Gisement gallo-romain . Parcelles
  • 152 et 195 , section B , près du lieu dit Le Champ d'Avoine. )^ SAINT MELOIR des Ondes . Parcelles 8k et 85 , section D , près de la Villeneuve. BAGUER-MORVAN . Gisement gallo-romain . Parcelles 612 et 613 , section F3 , près du lieu dit La Basse Poterie. JV" LE MINIHIC / Rance
  • . Gisement gallo-romain . Parcelles 272 et 273 , section A, ' près du lieu dit la Huliais. CANCALE . Gisement gallo-romain . Parcelles 26k et 263bis , section C1 de la Vieuville. , près ^ SAINT PERE Marc en Poulet . Gisement gallo-romain . Parcelles 351,350 et 3^9 section Ak , entre les
  • -romain . Parcelles 88 , 89 , 11 et 1 10 , section BE , près de la Grande Simonais. SAINT COULOMB . Gisement gallo-romain . Parcelle 73 » section S , près du lieu dit le Bel Etre. PLEINE FOUGERES . Gisement gillo-romain . Parcelles 1077,1069 et 1172 , section G3 , près du lieu dit
  • Vaumuran. SAINT MALO . Gisement gallo-romain . Parcelles 2^9,246 et 250 , section S. entre le Gué et le Carouget. SAINT COULOMB . Gisement gallo-romain . Parcelles 166 et 167 , section K, près du lieu dit Le Champin. SAINT LUNAIRE . Edifice gallo-romain . Parcelles 2883,2662,916 et
  • 915 , section B4 , à l'ouest du Moulin de Plate Roche. MONTOURS . Retranchement médiéval . Près du Manoir de Bonteville , dans les parcelles 1108,1109,1110,1111 ,1104 et 1103 , section A. TRANS . Edifice gallo-romain . en 1a parcelle 626 à Montmoy . Ramassage de mobilier gallo
RAP01538.pdf (QUIMPER (29). les pentes du Mont-Frugy. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). les pentes du Mont-Frugy. rapport de diagnostic
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • la chronologie : - sur la nature des vestiges immobiliers : - sur la nature des vestiges mobiliers : S g co § : Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : - Recherche de vestiges gaulois et gallo-romains dans la
  • bâtiments qui furent découverts et sommairement décrits. Ils font fortement songer à des murs de fana gallo-romains, qu'ils soient octogonaux ou carrés. A une centaine de mètres vers le nord-est, c'est un site archéologique important qui fut mis au jour en 1864 : les vestiges de Parc-ar
  • -Groas. Ce site fouillé par R.-F. Le Men au XIXe siècle a été interprété par cet auteur comme un poste fortifié gallo-romain (Le Men, 1876). Les archéologues de la seconde moitié du XXe siècle ont révisé ce jugement en interprétant le site comme une villa romaine ceinte d'un mur de
  • par le projet actuel, ont mis en évidence des vestiges d'époque gauloise et gallo-romaine. Les fossés chargés de véritables dépôts rituels et leurs réaménagements successifs ont permis de suggérer une nouvelle explication. Ce site serait un sanctuaire du second âge du Fer perdurant
  • concernées par le présent diagnostic.. Au-delà, sur le site de La Tourelle des vestiges gaulois et gallo-romains ont été découverts au XIXe siècle : souterrain de la Tène ancienne et dépôt de statuettes votives en terre blanche d'époque romaine (R.-F. Le Men). Il faut encore compter avec
  • des fossés gaulois et gallo-romains mis au jour par ailleurs sur le sommet du plateau du Frugy. L'intérêt de fouilles menées sur les terrains concernés apparaît donc aisément. Il s'agit de vérifier si des vestiges s'y trouvent et de compléter ainsi la carte de l'agglomération de
  • d'archéologie antique et médiévale, B.S.A.F., 1990. J.-P. LE BIHAN, 1994 : La période gallo-romaine dans "Histoire de édit. Privât. Quimper", J.-P. LE BIHAN 1995 : Les fouilles du sanctuaire eaulois et eallo-romain de Parcar-Groas à Quimper, D.F.S. R.-F. LE MEN, 1876 : Un poste gallo
  • durant l'Antiquité (Le Bihan, 1990). En outre, la voie romaine quittant Quimper en direction de Carhaix et de Vaniies quitte les basses pentes de Locmaria et gravit le plateau en direction de l'est. Son itinéraire précis est perdu mais il ne peut être très éloigné des parcelles
  • l'historien de la géographie antique de Locmaria de savoir que l'espace concerné par l'opération de diagnostic n'était pas urbanisé. C'est grâce à de telles observations que nous cernerons l'allure réelle de la ville gallo-romaine de Locmaria. 4.2. CONCLUSIONS TECHNIQUES L'étude
  • BIBLIOGRAPHIQUES DIZQT (Lt), 1896 : Rapport de M. le Lieutenant Dizot, B.S.A.F.. 1896, 235-240. P. GALLIQU, 1983 : L'armorique romaine, Brasparts, 1983. J.-P. LE BIHAN, 1986: Aux origines de Ouimver : histoire et archéologie J.-P. LE BIHAN, 1990 : Quimper, Parc-ar-Groas, Chronique
  • -romain sur le Mont-Frugy . B.S.A.F. 1876. R.-F. LE MEN : Subterranean chambers at La Tourelle near Quimper, Archives départementales. L. PAPE, 1975 : T.a cité des Qsismes à l'époque mllo-romaine, Thèse de doctorat.
  • (29 232 82 RUE DU FRUGY - QUIMPER (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. (29 232 84) 82 RUE DU FRUGY - QUIMPER (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Sous la
  • direction de Jean-Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. I i Q Siten°: 2 9 2 3 2 0 8 3 Département : FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : 82 rue du Frugy Cadastre -.QUIMPER Année : 1986 Section et parcelle : CE 296 Coordonnées
  • Lambert : Zone: III Abcisse : 120 . 050 Ordonnée : 2351 . 630 Altitude : 57 m Propriétaire du terrain : Protection juridique : Zone archéologique sensible de Quimper Autorisation n° : 1997/003 Valable du 13/01 au: 24/01 Is» if A Titulaire : 1997 LE BIHAN Jean - Paul Organisme
  • de rattachement : VILLE DE QUIMPER R a i s o n de l'urgence : Destruction totale par projet immobilier Maître d'ouvrage des travaux : Surface fouillée : 100 m ^ Surface estimée du site : 100 m ^ Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) - sur
  • particulière sur la parcelle cadastrale CE.296 - 1982 nécessite la réalisation d'un sondage archéologique préalable. Situé sur le flanc occidental du Mont-Frugy, le terrain concerné se trouve en effet dans la zone archéologique sensible de la commune de Quimper. Le sondage est confié par
  • Monsieur le Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.-P. Le Bihan, archéologue municipal de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté par J.G. Legier, objecteur de conscience auprès du service municipal d'archéologie. 2. LE CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE Le terrain concerné par
  • l'opération immobilière se situe sur le flanc sud-ouest du Mont-Frugy, A l'ouest, à environ deux-cents mètres, sur le front du plateau, la nécropole bien connue de Creac'h-Maria assure la liaison entre la ville antique et son lieu de culte de Parcar-Groas. Au nord ce sont des vestiges de
  • clôture et incluant un petit fanum dans son espace enclos (L. Pape, 1975, P. Galliou, 1983, J.-P. Le Bihan, 1986). Les fouilles que nous avons menées en 1990 et en 1994 sur les parcelles voisines, situées en visà-vis de l'autre côté de la rue de Tourelle par rapport à celles touchées
  • 1,20 m de large est effectués sur l'emplacement de la maison ceci sur une surface de 100 m^ Aucun vestige n'est découvert. 4. CONCLUSIONS 4.1. CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES En résumé les terrains fouillés n'ont pas livré de vestiges antiques. Il est toutefois très important pour
RAP00365.pdf (RENNES (35). square nantaise, la tour Duchesne. rapport de sauvetage urgent.)
  • remparts qui supportent l'exécole d'Artillerie à l'Est et la rue Nantaise à l'Ouest, il est apparu qu'une 1 fouille de sauvetage permettrait de vérifier certaines hypothèses sur le tracé et l'environnement de la muraille gallo-romaine construite à Condate. Rennes à la fin du Ille siècle
  • les fouilleurs et ont nécessité une nouvelle approche du problème. La Tradition veut que le rempart actuellement visible sur plus de 8 m de hauteur ait été élevé sur les substructions du rempart gallo-romain. Or il est évident que nos deux sondages vont à l'encontre de cette
  • opinion puisque nous avons été jusqu'au roc in-situ sans rencontrer le moindre ap- pareil de type gallo-romain. Toutefois les six assises inférieures du rempart (dans le sondage A) sont d'un travail soigné, avec ciment rose entre les pierres de schiste lie-de-vin de Pont-Réan, elles
  • d'un champ de foire puis de boutiques : ces travaux expliquent l'absence de tout reste d'époque gallo-romaine car le creusement fut poussé jusqu'au sol vierge. Dans ces conditions nous proposons l'hypothèse suivante pour comprendre la topographie des lieux : la base du mur gallo
  • effet un fruit très net d'un mètre environ (pour 8 m de haut). Ce fruit masquerait la construction gallo-romaine. En effet les autres portions connues de la muraille gallo-romaine de Rennes montrent que le rempart initial présentait un parement vertical vers l'extérieur. 2 La Tour
  • qu'aucune trace d'occupation gallo-romaine n'était décelable ; la fouille n'a livré qu'une masse informe de déblais et restes divers provenant de la destruction récente d'immeubles de l'époque moderne. Toutefois une gargouille (cf. plan joint) en granit de 1, 71 x 0, 50 x 0,28 gisait
  • , hors contexte archéologique, dans ces déblais. Un deuxième sondage (cf. Plan, Sondage B) à 28,70 m au Sud de la Tour Duchesne a également montré l'édification du rempart sur la roche en place et l'absence de vestiges gallo-romains. Ces résultats, apparemment négatifs, ont surpris
  • -romain serait située en retrait (vers l'Est) du mur actuel et à un niveau plus élevé ; au Moyen Age il a été nécessaire de protéger ce rempart et de le remanier par 1 - un soubassement situé à un niveau inférieur 2 - des constructions superficielles inclinées ; le rempart actuel a en
  • *,vec l'aide de M. BAH DEL de la Circonscription des Antiquités Historiques« auteur des deux plans joints et des photographies. 2 - Cf. P. BANEAT, Le Vieux Rennes, 2e édition, 1972» pp. 14, 368-370. L'auteur y écrivait : "On rencontre en différents endroits, non plus le mur gallo
  • Bibliothèque Circonscription lies Antiquités Historiques te BRETAGNE n9 Rapport de_la_Fgullle de sauvetage ^du^Square Hantaise à REMUES (ille et Vilaine) _ „ . " L . PAPE Rapport sur les fouilles exécutées à Rennes à l'emplacement du square de la Tour du Chesne (ou Duchesne
  • ) rue Nantaise (ex. n° 8 et 10) Les services techniques de la Ville de Rennes ayant manifesté l'intention de créer un jardin public le long des remparts Ouest de la ville antique et médiévale dans le secteur compris entre la Tour Duchesne au Nord, la place de la Mission au Sud, les
  • . Deux sondages ont été effectués (en mars 1976) dans l'espace délimité ci-dessus, le premier au Sud de la Tour Duchesne (cf. Plan, Sondage A) sur 8 m x 2,30 m x 3, 50 m de profondeur a révélé que le rempart reposait directement sur le roc (constitué ici de schiste briovérien ) et
  • contrastent avec le reste du mur, fort mal appareillé» Nous pouvons faire remonter cette portion inférieure à une époque médiévale indéterminée. Nous savons d'autre part que tout l'espace situé en avant et à l'Ouest de la section fouillée a été nivelée au XVIIe siècle pour l'implantation
  • Duchesne a été reconstruite en 1444 et son intégration dans le rempart n'est pas parfaite ; en C du plan il existe un orifice de 0,30 m vestige d'un état antérieur de la Tour» sans doute plus vaste que l'actuelle comme l'attesteraient les soubassements d-b de la face Sud de la Tour (cf
  • . Plan, Sondage A). En conclusion il me semble évident que les résultats, très fragmentaires, de ces sondages illustrent les nombreux remaniements subis par l'enceinte du Bas-Empire au cours des siècles et tout spécialement à l'époque médiévale. ! - Ce sauvetage a été mené à bien
  • -romain complet, mais celui du Moyen-Age, reconstruit sur ses fondations . . . au n* 10 de la Rue Nantaise". Nos observations permettent de nuancer cette affirmation. Louis PAPE Directeur du Laboratoire d'Archéologie Université de Haute-Bretagne - RENNES P - 3 - Deux plans. Deux
RAP00508.pdf ((22)(35). archéologie du milieu rural en haute Bretagne. rapport de projet collectif de recherche)
  • PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE LE MILIEU RURAL DE LA HAUTE-BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE RAPPORT 1989 Autorisation piuriannueile 1989-1990 Responsable : Loïc PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE LE MILIEU RURAL DE LA HAUTE-BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET
  • GALLO-ROMAINE RAPPORT 1989 Autorisation piuriannueile 1989-1990 Responsable : Loïc LANGOUET LE PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE Le Projet Collectif de Recherche (P.C.R.) intitulé "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine" regroupe tous
  • les chercheurs ou associations de chercheurs qui oeuvrent dans le domaine de la prospection et désirent dépasser le simple stade de la découverte de site. La base de données disponibles par suite d'une mise en commun de toutes les découvertes concernant la période gallo-romaine
  • ) présentant en détail les découvertes aériennes effectuées en 1989 par ce Centre ; - une alimentation exceptionnelle du fichier du P.C.R. en sites gallo-romains. Tous les sites traités ne sont pas gallo-romains ; pour 1989 on peut évaluer à environ 350 le nombre des nouveaux sites gallo
  • -romains qui viendront alimenter le fichier INVENT1.DON du présent programme de recherche. Ainsi au niveau de la publication envisagée en 1990, les synthèses pourront porter sur environ 2000 sites gallo-romains, les derniers sites localisés devant être inclus dans le premier semestre de
  • POSSIBLES LES ZONES DE PROSPECTION DES DIFFERENTS GROUPES DU P.C.R. • diaietre de plus de 250 ■ LA COLLECTE DES DONNEES a) Les sites gallo-romains. En 1989, Marie-Yvane DAIRE a poursuivi le remplissage des fiches qui permettent de rentrer les données dans le fichier implanté sur le
  • utilisables par le logiciel ATP. Le fichier des sites gallo-romains est réalisé en parallèle avec celui de l'Institut Culturel de Bretagne (I.C.B.). Ce dernier a servi de base à deux ouvrages en cours d'impression : - le patrimoine rural gallo-romain de la civitas des Coriosolites (L
  • . LANGOUET et M.Y. DAIRE), - le patrimoine rural gallo-romain de la civitas des Riedones (G. LEROUX), qui sont édités en coédition par l'I.C.B. et le Centre Régional d'Archéologie d'Alet. En 1989, l'effort a été poursuivi pour les sites gallo-romains du Morbihan. Le P.C.R. disposant du
  • sites gallo-romains. Ce fait explique que sur toutes les cartographies le Morbihan n'apparaît plus comme un désert (Figure 1). Par ailleurs P. NAAS a pu récupérer les données sur 36 sites de la région de GUER-MONTENEUF auprès du Maire de MONTENEUF, archéologue amateur ; les fiches
  • correspondantes ont alimenté aussi, d'une manière substantielle, le fichier du Morbihan. Par ailleurs P. OUTIN collabore avec J.Y. ROUXEL pour établir des fiches complètes pour 50 sites gallo-romains, en souffrance, de la région de LAMBALLE. On envisage la publication, pour 1991 l'édition d'un
  • ouvrage intitulé : - le patrimoine rural gallo-romain de la partie orientale de la civitas des Vénètes (P. NAAS et P. ANDRE), dans le cadre de la série précitée, lancée par l'I.C.B.. b) Les céramiques sigillées. Les expertises de tessons de céramiques sigillées, réalisées en 1988 par
  • B. HOFMANN, ont alimenté le fichier SIGILLE.DON. On dispose actuellement de 4782 tessons expertisés provenant des sites ruraux gallo-romains, prospectés par les uns et les autres en Haute-Bretagne. c) Les données pédologiques. En 1989, P. OUTIN a poursuivi la caractérisation
  • édifices gallo-romains en Haute-Bretagne. L'objectif est de remonter aux types de culture à associer à des établissements ruraux. d) Les datations archéomagnétiques. En 1989, P. LANOS a continué à dater des lots de tuiles et briques provenant de sites prospectés. En un an, il a déjà pu
  • d'histogrammes (versant d'implantation, cadastre recouvrant), - des cartographies de corrélation (structures baties-cadastre, habitats - topographie). ARCHEOLOGIE DU MILIEU RURAL EN HAUTE-BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE I - LE SITE Localisation. _ , Département
  • gallo-romaines seuls attestés »- | | bâties. Le repérage se fera dans le secteur Nord-Est à partir du Nord Géographique sur la base des plans de fouilles ou des plans décelés d'avion et reportés sur les plans cadastraux. 0 = orientations inconnues 1 = de 0° à 10° 2 = de 10
  • ancienne de 100 m à 500 m 7 = = distance à une voie ancienne de 500 m à 1000 m 8 = = distance à une voie ancienne de 1000 m à 1500 m 9 . = au delà de 1500 m d'une voie. Indiquer le chiffre correspondant à votre appréciation *■ | | La liaison entre les sites gallo-romain et pré
  • . »- | | La tradition orale. Le site gallo-romain est le support d'une tradition orale éventuellement .Selon le code ci-dessous : 0 = pas de tradition orale 1 = trésor 2 = château 3 = édifice religieux 4 = ville ancienne 5 = briqueterie 6 = cimetière 7 = autres Indiquer le fruit de
  • votre collecte. »• | | ARCHEOLOGIE DU MILIEU RURAL EN HAUTE-BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE CARACTERISAT ION PEDOLOG1QUE D'UN SITE Localisation Département Commune Lieu-dit Numéro d'inventaire D.A.B La caractérisation portera, d'une part, sur le site (Col. 1
  • et gallo-romaine". Cette publication regroupera divers études présentant les méthodes et les résultats obtenus après 6 années de recherche commune. Les coordinateurs des différentes participations sont mentionnés en gras dans le sommaire. ARCHEOLOGIE DU MILIEU RURAL EN HAUTE
  • -BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE Cadre pressenti : Supplément de la R.A.O. (20 articles, environ 300 pages) Sommaire prévisionnel INTRODUCTION (LANGOUET) (10 pages). I - METHODOLOGIE. - Les méthodes et le cadre d'étude (GAUTIER, JUMEL, LANGOUET, LEROUX, MONNIER et
RAP00490.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • Malabry , parcelle 139 , section Cl , cadastre 1963 .- Gisement de tegulae parsemé de quelques tessons difficilement datables à la simple vue. 7 - PLOUER , Le Petit Palais , parcelle 739 , section H , cadastre 1970 .- Gisement gallo-romain (tegulae céramiques sigillées , poteries
  • G2 , cadastre 1970 .- Gisement gallo-romain . En 1976 , un beau tesson de céramique sigillée avait été retrouvé dans la narcelle 416 de la même section (Cf Dossiers du Ce.R_JuA , n°4 p 14 et p 137). La poursuite de la prospection a permis de situer le g isemanTlI' om devait
  • - QUEVERT .parcelle 467 , section A3 .- Edifice gallo-romain en prospection aérienne des structures gallo-romaines . On doit peson de tisserand en brique . Les deux champs situés entre cet des toponymes très intéressants (le Petit et le Grand Rouget) , . Mrs VILBERT et ANDLAUER ont
  • Trietz) , parcelles 112 et !14 , section RI , cadastre Ï933 . Gisement gallo-romain attesté par de nombreux fragments de tenul^ae et dos tessons de céramique commune gallo-romaine . Les quelques tegulae , observées dans la parcelle 137 de la même section , pourraient correspondre à un
  • des tuiles plates minces et des tessons de céramique. 22 - HIREL , Le Clos du Mousset , parcelle 175 , section B , cadastre 1975 .- Gisements gallo-romain et post-médiéval superposés . Le premier est attesté par des tegulae et un tesson de céramique sigillée (Lezoux , Iîè s ap J.C
  • ) , et le second , par des tessons de céramiques du Marais de Dol ; des boulettes d'argile cuite et des tessons divers (approximativement XVIè siècle). r-D SiJ-e- Oû3fîH 23 - LA B0USSAC , La Claye , parcelles 164,275 et 276 1 , section C .- Gisement gallo-romain . Mr LEF0RT des
  • Ylousas , sur l'indication d'un fermier , a localisé ce site près duquel subsiste les probables C &f ^- vestiges d'une motte féodales (hauteur 2,5 - 3 mètres) . Ce gisement gallo-romain est assez proche u 0 ,CR (J \ de la fontaine Saint Martin où auraient été retrouvées en 1779 des
  • fragments de briques et tuiles. 31 - LE TRONCHET , Villegâte , parcelle 132 , section A2 , cadastre 1954 .- Gisement gallo-romain avec tegjilae et poteries communes , assez grossières. ~ 32 - MINIAC MORVAN , Les Champs Plançons , parcelles 303 , 309 , 311 et 337 , section D3
  • , cadastre 1959 . - Gisement gallo-romain avec tegulae , fragments de poteries sigillées (fond de Drag 37) et poteries communes . La prairie 310 doit aussi receler des vestiges. ^ 33 - MINIAC MORVAN , Le Prorn , parcelle 551 , section B3 , cadastre '.959 .- Gisement de tegulae , pierres
  • et scories . Pas d'élément chronologique. A" 34 - MINIAC MORVAN , Le Havre , parcelles 1032,114 et 1251 , section B4 , cadastre 1959 .- Gisement de tegulae et de céramiques communes , pouvant être gallo-romaines. A" 35 - MINIAC MORVAN , Les Saisonnières , parcelle II , section
  • Gl , cadastre 1959 .- Gisement de tuiles dont certaines semblent gallo-romaines et de céramiques des XVJè-XVIIè siècles. Y 36 - MINIAC MORVAN , Les Noes , parcelle 19 , section Dl , cadastre 1959 .- Structures archéologique orthogonales , découvertes et étudiées en prospection
  • moitié du Xëme siècle) . Ces découvertes orientent la datation vers le Haut Moyen Age. V. 44 - PLEURTUIT , Le Pont Touraude , parcelles IIGa , 1 10 , III et 1 1 3a , section ZM , cadastre 1959 .•• Gisement gallo-romain mieux délimité . En 1974 , ce gisement avait été partiellement
  • , n°4 , p 23-35), mais lors de nouvelles visites , d'autres tegulae et des fràgments~d*è céramique 'sigillée ont été recueillis , démontrant une origine gallo-romaine. Tjësïtë risque d'être atteint par les projets de Z.A.C en cette zone. 47 - SAINT MALO , Les Roussettes , parcelles
  • ensemble de bâtiments , gallo-romains puis médiévaux , ne constituaient pas un vicus . }Ç 50 - SAINT MELOIR des Ondes , entre Thion et le Pont , parcelles 74,75 et 76 , section C , cadastre 1972. Gisement gallo-romain avec tegulae et multiples tessons de céramiaues sigillées (dont 1
  • ici pour commodité) 39 sites ou découvertes Ille et Vilaine LA BOUSSAC Gisement gallo-romain parcelle 164 du domaine , à l'ouest du â 400 mètres ,275 et 276 , respectivement le Domaine, le haut du domaine , le bas section C lieu-dit la Claye au sud de la voie CORSEUL
  • AR VRO INSTITUT CULTUREL DE BRETAGNE Département ILLE ET VILAINE Commune HIREL Lieu-dit N° Le Clos du Mousset Identification du site : Nature Gisement gallo-romain Diamètre moyen Datation Gallo-romain Protection 35 /132 /QCb /H/ : m, 100 : MH IS SI SC
  • caractéristiques de celles-ci , on a aussi ramassé des tessons de céramique communes : certains présentant une apparence gallo-romaine , d'autres post-médiévaux. On préfère dans le doute classer ce gisement comme gisement de tegulae, sa prospection étant à refaire après d'autres labours
  • vols du 14 Juillet et du 1er Août , on a eu l'occasion d'observer , dans des champs de céréales. les traces visibles d'un édifice ancien , probablement gallo-romain. Lors de vérifications au sol , des débris de briques ont été retrouvés à proximité immédiate . Il faudra attendre
  • cependant les labours de fin d'année pour identifier plus sûrement le site. CENTRE RÉGIONAL ARCHÉOLOGIQUE D'ALET Fort de la Cité SSttffî SAINT. MALQ N°R : MO 1977 MINIAC MORVAN II le et Vilaine Gisement gallo-romain Les Champs Plançons , parcelles 308,309,311 et 337 , section D3
  • informes un fragment de mortier sigillé(Drag 45), divers tessons informes et difficilement datables. On est en présence d'un gisement gallo-romain dont il convient de poursuivre l'étude et le rammassage. CENTRE RÉGIONAL ARCHÉOLOGIQUE D'ALET Fort de la Cité 35400 SAINT MALO 1977
RAP01514.pdf (CORSEUL (22). le Pont Brûlé. rapport de diagnostic)
  • CORSEUL (22). le Pont Brûlé. rapport de diagnostic
  • CORSEUL, la présence de nombreuses tuiles gallo-romaines. Un sondage a été effectué le mercredi 29 avril 1998, dans le cadre de l'instruction d'un permis de construire déposé par le GAEC BARRE pour la construction d'un bloc de naissage de petits cochons. Cette opération a consisté en
  • l'ouverture, à l'aide d'un tracto-pelle, de trois tranchées à l'emplacement du projet.. Aucun vestige n'a été découvert, à l'exception de drains modernes, remployant parfois des moellons ou des fragments de tuiles gallo-romains. En conséquence, un avis favorable a été donné à la demande de
  • 5 M AI 1998 CORSEUL (Côtes d'Armor) f Le Pont Brûlé II Rapport d'évaluation archéologique Lors d'une prospection au sol effectuée en 1978, le Centre de Recherches Archéologiques d'Alet avait signalé dans la parcelle 222, section Ml du cadastre de 1959 de la commune de
  • permis le 30 avril 1998. Fait à RENNES, le 30 avril 1998 / Yves MENEZ
RAP01525.pdf (DOUARNENEZ (29). Trogouzel. rapport de fouille programmée)
  • Temple gallo-romain de Trogouzel en Douarnenez (Finistère) RAPPORT SCIENTIFIQUE LE SITE, p. 1 Au bord de la baie de Douarnenez, centre gallo-romain de la production du garum. LE TEMPLE, p. 2-3 - Fanum polygonal (octogonal ou hexagonal) à galerie concentrique. cella et
  • monuments historiques paraît souhaitable. ANNEXE BIBLIOGRAPHIQUE, p. 7-8. /5t?5 LE TEMPLE GALLO-ROMAIN DE TROGOUZEL en DOUARNENEZ (fiche descriptive de la carte archéologique n° 29 4 13 046 002). LE SITE. Le site archéologique de Trogouzel se trouve aux abords de Douarnenez
  • (Finistère), qui fut à l'époque romaine une ville prospère, au centre d'une région spécialisée dans l'industrie du garum et des salaisons. Parmi les nombreux vestiges gallo-romains découverts autrefois autour de la baie de Douarnenez, on recensait trois temples de type celto-romain
  • Lanèvry J-v^.. •..f'fq/nürc'h I J. I Lcnisjh.. V \pou!david Trouguar V:ÌJOamezen i — | I Trégouzel Raz 1 Vestiges gallo-romains de la baie de Douarnenez. d'après R„ Sanquer et P. Galliou (1972) . LE TEMPLE. Le grand fanum de Trogouzel, découvert au milieu du XIXe s., fut
  • concentriques.Durant ces deux campagnes de fouilles, un quart de la galerie entourant la cetta (aux murs épais de 2 m) a été dégagé. Un des aspects les plus remarquables du site est l'existence, sous les murs gallo-romains, d'une épaisse couche d'occupation de l'époque gauloise, qui a livré un
  • gallo-romain. Ils attestent une fréquentation du site très précoce, peut-être dès le 4e s. av. J.-C., dont une autre preuve était autrefois la présence non loin de là de plusieurs stèles de l'âge du fer. ~ 1er s. av. J.-C. Sous les différentes couches d'occupation gallo-romaine, le
  • , quelques tessons de céramique d'Argonne seulement) attestent un regain d'activité sur le site à cette époque. Il n'y a aucune trace de destruction brutale du temple à la fin du Ille' siècle, comme dans bien des vill^'J gallo-romaines d'Armorique, ou au IVe s. On doit plutôt penser à un
  • méritent une protection rapide. Si l'on excepte le temple du Haut-Bécherel à Corseul, beaucoup plus à l'est, ce sont les seuls témoins visibles de l'architecture religieuse gallo-romaine en Armorique. Ce simple fait confère aux vestiges de Trogouzel une place d'importance parmi les
  • définitivement. Mais il ne reste que des bribes architecturales de ces états antérieurs. En revanche pour le mobilier archéologique, il y a une séquence ininterrompue du début du 1er s. av. J.-C. jusqu'à la fin du 1er s. ap. J*-C. La monnaie romaine la plus ancienne découverte sur le site
  • Fer sont particulièrement concernés. Parmi les petits billons gaulois découverts, le Docteur Colbert de Beaulieu a reconnu toute une série provenant d'un même atelier, frappée bien après la conquête romaine, et tout à fait inconnue jusqu'à présent. - Les vestiges immobiliers
  • antiquités gallo-romaines d'Armorique. FOUILLE DE LA GALERIE vue aérienne • 7 i *>;• ' > •- i - * u = £ ' , ù. jr - * m • •s"" - i s- 's» J r i - y \ " xi v; V . «r Q&ktwy >, ~ * fJ"ï"' -• -v£ ' .JfJ " gal&iioL V •!* V W- v . , v -* I» „I JçÎ^V^v r i e ï ' o t i i
  • • > * aC'a t'K'ï "„..Äi. '-J ; *r.J*y ¿-* ? u- -..¿isfctauii^si ;'•'< s« i ,o Ea ANNEXE BIBLIOGRAPHIQUE 1) Articles et ouvrages anciens : 1894 : Halna du Fretay (baron Maurice), Temples romains dans le Finistère, B. S.A.F. j p. 160-166. 1894 : Id., Histoire du Finistère de la
  • formation quaternaire à la fin de l'ère gallo-romaine, Quimper. p. 137-145. 2) Articles et ouvrages récents : 1977 : M. Clément : Douarnenez, Trogouzel. Un temple romano-celtique, Archéologie en Bretagne3 15, 1977, p. 20. (P.J.). 1977 : R. Sanquer, CAAM, BSAf3 CV, 1977, p. 52-54.(P.J
  • .). 1978 : L. Fape, La Civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine3 thèse, Paris, 1978, A 94-95. (P.J.). 1978 : M. Clément, Douarnenez, Trogouzel. Un temple romano celtique, Archéologie en Bretagne3 20/21, 1978, p. 46 (P.J.). 3) Article sous presse : 1979 : M. Clément : Le tesson aux
  • précoce de céramique comme à Trogouzel en Douarnenez : la céramique globulaire à rebord mouluré, Archéologie en Bretagne3 1979. - M. Clément, le temple celto-romain de Trogouzel en Douarnenez (I), Bull, de la Soc. Arch, du Finistère3 1979.
  • - Fouille une première fois par Haina du Fretay en 1894. Nouvelles fouilles en 1977 et 1978 sous la direction de M. Michel Clément. CHRONOLOGIE DU SITE ET MATERIEL DECOUVERT, p. 3-5 - Première fréquentation du site dès le début du second âge du fer (stèles, céramique). - Très riche
  • niveau de la Tëne finale (monnaies en or, argent, bronze, céramique, etc...). - Construction et nombreux remaniements au 1er s. ap. J.-C. - Nouvelle occupation intense du site dans la 1er moitié du IVe s., puis abandon des lieux vers 350. CONCLUSION, p. 5 Un classement parmi les
  • : celui de Crozon et celui du Menez-Hom ont été détruits ; le fanwn de Trogouzel est le seul encore visible. @ — Mosaïque. CROZGN X _ Statue. I Leçquiffinec Morgt; ! . Inscription Krrn _ Sarcophage. \Lostmarc'h Hj-Gppe. SN ' IC U — Urne. \ .% \Cap, de Monnaie, i l — Cuve
  • fouillé une première fois en 1894 par le baron Halna du Fretay, qui en donna un plan complet. Des travaux routiers menaçant le site, la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne entreprit en 1977 une fouille de sauvetage, A SITUATION GEOGRAPHIQUE ^Cathaixl KERLAZ
  • direction de M. M. Clément DOUARNENEZ, PLAN DU FANUM DE TROUGOUZEL D'après L. Pape (1978) et Halna du Fretay (1894). Le plan de l'édifice est en fait assez différent de celui dressé par les soins d'Halna du Fretay. Le Temple est polygonal (octogonal ou hexagonal) à celta et galerie