Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3867 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02596.pdf (OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011)
  • OUESSANT (29). les limites orientales du site de Mez-Notariou. rapport intermédiaire de fp 2009-2011
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • moderne au sud du sondage, vue vers le sud-ouest Il est permis de penser qu'une grande partie de la surface des secteurs 9 et 10, sinon 11, fut empierrée, mais que l'on se trouve à l'extrême limite du village du Premier âge du Fer. Une tranchée de sondage, creusée par erreur puis
  • que des haches en pierre polie ressurgissent dans tous les niveaux postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges plus anciens, rendant très difficile une étude
  • Premier âge du Fer. Il est difficile d'établir un lien direct entre tous ces vestiges. L'hypothèse de l'inhumation sous tumulus de personnages importants, peut-être les fondateurs de ce village, ne peut être écartée. Dans ce cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les
  • 1988 à 1991 avaient mis au jour la partie centrale, habitée, du village. De 2008 à 2009, les investigations conduites en bordure nord de la zone archéologique accessible avaient découvert des vestiges datés de la fin du Premier âge du Fer 9 et, très vraisemblablement, dédiés à
  • . L'absence de fouille de site de référence dans la région se fait cruellement sentir, en particulier pour dater le mobilier avec précision. Si les éléments du Bronze final III évoqués précédemment se raccrochaient bien aux tous débuts de l'histoire du village du Premier âge du Fer, voire
  • a été mis en réserve car il recèle bon nombre de bâtiments du cœur du village du Premier âge du Fer, bâtiments à structure et modèle de fondations répétitifs et globalement compris. Le nouveau programme vise à mettre en évidence d'éventuels vestiges dans des secteurs encore
  • qui furent mises au jour à l'est du secteur 2 (Us. 106), là où, denses et serrées, elles constituaient un véritable empierrement d'esplanade périphérique du village du Premier âge du Fer. Dans le secteur 9, le lit de pierres est toutefois nettement plus distendu. Il est impossible
  • méridionale du village du Premier âge du Fer. Un date beaucoup plus ancienne avait été proposée pour les structures profondes associées à une poterie du Néolithique. Il ne serait pas illogique de suggérer une date aussi ancienne pour les fonds de trous mis au jour dans le secteur 11
  • incliné vers le sud-ouest, le sol naturel (Us. 17) est constitué d'un banc d'arène granitique relativement épais duquel émergent quelques filons de granité broyé. Au sud-est de la zone de fouille, la composante argileuse du substrat s'accroît. Dans la partie sud et sur la frange ouest
  • vue chronologique. Il s'agit de vases de la fin du Premier âge du Fer. Quelques outils en pierres sont également découverts parmi les pierres dispersées parmi le sédiment Us.355. Certains d'entre eux ont pu être inclus dans des calages de poteaux mal localisés. 2.3. LES TROUS DE
  • qu'elles sont plus hémisphériques sur les zones de granité broyé (au sud-ouest du sondage notamment). Si bon nombre de trous sont dénués de toute pierre, les trous cylindriques creusés dans l'arène et l'argile, les calages sont nombreux, sont parfois d'excellente facture. Les pierres
  • Fer 2.1.5. Des vestiges de sanctuaire du Second âge du Fer 2.1.6. Des vestiges complexes d'époque romaine 2.1.7. Un abandon au début du haut Moyen Age 2.2 LE PROJET TRISANNUEL 2.2.1. Le programme de fouille 2.2.2. Programme de publication 3. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE DE F O U I L
  • . ARCHÉOLOGIE D'UNE Î L E À LA POINTE DE L ' E U R O P E : Tome 2 2. ARCHÉOLOGIE D'UNE Î L E À LA POINTE DE L ' E U R O P E : Tome 3 CONCLUSIONS 1. L E S VESTIGES DÉCOUVERTS 1.1. LES VESTIGES MOBILIERS 1.2. LES VESTIGES IMMOBILIERS 1.3. UNE NOUVELLE LECTURE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER
  • talweg qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du précédent. Le sol du gisement archéologique descend donc en pente douce vers le sud - sud-ouest. L'assiette du site correspond à un banc arénitique (Us. 17) d'une
  • centaine de mètres de large du nord au sud, étendu entre le pied d'une croupe de roches granitiques et le rebord d'un talweg creusé dans des micaschistes. Ceci explique la formation du replat par érosion différentielle. Dans la zone fouillée et, semble-t-il, sur une aire plus vaste
  • infra). Dans l'état actuel des recherches, la longueur est-ouest de ces aménagements anciens atteint près de 150 m. La largeur nord-sud repérée n'excède guère 40 m. Il semble que l'habitat se soit appuyé sur les basses pentes de la colline pour se protéger des vents de nord-ouest et
  • de l'ensemble de la France du sud-ouest et du sud-est, mais aussi de domaines nettement continentaux de l'Europe de l'Ouest (Suisse, contrées rhénanes). Le caractère exceptionnel et l'intérêt de tels vestiges sont évidents et les vestiges de Mez-Notariou posent d'une manière très
  • de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes de l'âge du Bronze bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Il est également perçu
  • comme le résultat d'une adaptation à un territoire clairement défini par la nature et l'insularité (Le Bihan, Villard, 2001). 2.1.4.2. Un espace à activités rituelles La fouille du secteur 5 découvre une très vaste lentille de sédiments du Premier âge du Fer contenant de très
  • de suggérer l'existence d'un vaste espace réservé à ces activités rituelles, ceci à l'ouest de la zone d'habitat groupé (Le Bihan, 2005, D.F.S.). La méconnaissance de l'Histoire et des vestiges du Premier âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à tous ces vestiges
RAP01689.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire 2000 de fp 2000-2002)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • recouvrant la zone centrale du site (Us.07 et Us. 16). De nombreux éclats de silex et des haches en pierre polie ressurgissent dans tous les niveaux plus tardifs. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du 1er âge du Fer a détruit la majeure partie de ces
  • de pierres est plaqué au fond de cette dépression au Bronze ancien ou moyen (Us.60). Ensuite, au 1er âge du Fer, une voie en pierres, extrêmement robuste et soignée, emprunte cette dépression et pénètre dans le village (Us.63, fig.54 et 55). Malheureusement, au nord comme au sud
  • pente douce vers le sud, sud-ouest. L'assiette du site correspond à un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud, au pied d'une croupe de roches granitiques. Ceci explique la formation du replat par érosion différentielle. Dans la zone fouillée, et
  • à la fin de l'Antiquité romaine (Us. 157) suggère un prolongement des installations du Bronze ancien et moyen au nord-ouest du site (secteur 5). Cela porte la longueur est-ouest de ces aménagements anciens à près de 150 m. 2.1.3. Un village du premier âge du Fer Le 1er âge du Fer
  • situer vers 450 av. J.-C. La fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du 1er âge du Fer. Le village
  • le mobilier à caractère rituel du 1er âge du Fer évoqué précédemment, ces vestiges sont découverts dans la dépression gallo-romaine Us. 157. Des monnaies et du mobilier métallique accompagnent cet ensemble. L'hypothèse de transferts de dépôts et accumulations de ces mobiliers à
  • -ouest du site, et creusée à l'époque gallo-romaine (fig.7 à 9). Il faut achever le prélèvement d'un abondant et riche mobilier caractéristique (cf. supra) afin de permettre, à terme, les études complètes : . du mobilier céramique du premier âge du Fer de l'ensemble du village, . de
  • dans les couches de limons antérieures au village du premier âge du Fer. En 1999, de telles opérations se sont révélées déterminantes pour la compréhension de la dynamique de mise en place des différents habitats. 3. ORGANISATION DES CAMPAGNES DE FOUILLE En 2000, la campagne de
  • nord-ouest de la dépression subcirculaire Us. 166 contenant, notamment l'épaisse lentille de terre Us. 146 chargée en vestiges organiques du premier âge du Fer (ossements et coquillages). Les terres de remplissage de cette zone (Us.217) n'ont pas été fouillées. 2.4. LES
  • connaissances (fig.42 à 50). - Occupation au Bronze ancien et moyen (trous de poteaux dans l'Us. 157 et limons Us. 118-220 encore en place). Curieusement toutes les traces d'occupation du 1er âge du Fer ont disparu, arrachées par les occupants de l'époque antique. - Creusement des grandes
  • des sédiments Us. 120, 130, 147, 153) - Dépôts dans les dépressions Us.221 (Us. 121, 211, S. 3085 et 3097), Us. 119 et 166 (avec notamment les abondant dépôts organiques du 1er âge du Fer Us. 146 et le mobilier de la Tène finale Us. 145) - Recouvrement de l'ensemble par la couche
  • résultats des sondages effectués en 1999 dans les limons mis au jour sous les fondations du village du premier âge du Fer (Le Bihan, rapport 1999). Une observation des états de surface des sols naturels découverts lors des fouilles dans le secteur 2, de la morphologie et des micro
  • avec les dépôts secondaires à caractère rituel du secteur 5 n'est pas établi. 1.1.5. Second âge du Fer Les fragments de poterie mis au jour dans le secteur 5 confirment les hypothèses antérieures concernant l'existence d'une accumulation de mobilier à vocation cultuelle. 1.1.6
  • pas. En revanche il faut constater que les défrichements de l'île ont été précoces et très avancés dès le Néolithique. 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU 1.2.1. La topographie En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, le site est implanté sur le flanc sud-ouest
  • de la colline Saint-Michel, sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg septentrional qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent du précédent (fig.3). Le sol du gisement archéologique descend donc en
  • âge du Fer contenant de très abondants ossements et coquillages auxquels se mêlent des céramiques fines de qualité. L'état de conservation de ce mobilier est excellent. Le caractère sélectif du mobilier de terre et des ossements est assuré (70 à 80% des membres supérieurs droits
  • chez les mammifères et les oiseaux). Cela donne de la consistance à l'hypothèse d'un sanctuaire ou, tout au moins, d'activités d'abattage rituel. La méconnaissance de l'histoire et des vestiges du 1 er âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à cette fouille. En fait
  • , l'absence de fouille de site régional de référence se fait cruellement sentir, notamment pour dater précisément le mobilier. 2.1.4. Les vestiges du second âge du Fer Le second âge du Fer est représenté par un très abondant lot de céramiques, de belle qualité mais très fragmentées. Comme
  • archéologique de Mez-Notariou et le village du premier âge du Fer, au printemps 2001. Une coédition Centre de recherche archéologique du Finistère - Revue archéologique de l'Ouest est décidée. 2.3 LE PROJET TRISANNUEL Un nouveau programme trisannuel est mis sur pied pour la période 2000-2002
  • la faune du premier âge du Fer, . des mobiliers archéologiques céramiques et organiques de la Tène et de l'époque gallo-romaine, . des pratiques religieuses sur le site de Mez-Notariou - C'est aussi l'occasion de vérifier l'hypothèse de l'étendue de l'établissement du Bronze
RAP02781.pdf (OUESSANT (29). mez notariou : fondations de bâtiments du premier âge du fer. rapport intermédiaire de fouille programmée)
  • OUESSANT (29). mez notariou : fondations de bâtiments du premier âge du fer. rapport intermédiaire de fouille programmée
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • continental ; ceci dans une fourchette chronologique allant, grosso-modo, de la fin du XVIe siècle au XIIIe siècle avant J.-C. (Le Bihan, Villard, 2010). Dans l'état actuel des recherches, la longueur est-ouest de ces aménagements anciens atteint près de 150 m. La largeur nord-sud repérée
  • . activités à caractères rituels, ainsi que Le lot de mobilier céramique découvert est important. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France du sud-ouest et du sud-est, mais aussi de domaines
  • approfondie. Dans ce cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les vestiges du dépôt métallique évoqué ci-dessus aux premières activités rituelles de cet ces ces établissement hallstattien. A l'issue des dernières fouilles consacrées village du Premier âge du Fer un
  • d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon chronologique et culturel proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes de l'âge
  • laquelle, le modèle social du Bronze final III était toujours présent. Cela pose le problème général de la nature du Premier âge du Fer dans nos régions. 2.1.2.2. Un espace à activités rituelles A l'ouest du site, au-dessus des dépôts du Bronze moyen-final 1, la fouille du secteur
  • vestiges du Premier âge du Fer en Armorique intérêt particulier à tous ces vestiges. L'absence de fouille de site de référence dans un 14 la région fait cruellement sentir, en particulier pour dater le mobilier avec précision. Si les évoqués précédemment se raccrochaient bien aux
  • , un grand nombre de trous de poteaux mis au jour dans l'espace habité au Premier âge du Fer n'ont pas été précisément attribués à cette époque plus ancienne. Il ne faut donc pas écarter totalement l'hypothèse d'un habitat gaulois sur le site, si modeste fut-il. Un tel scénario n'a
  • moins dense. au Fer 15 2.1.4. Des vestiges complexes d'époque romaine La question se pose en des ternies assez semblables en ce qui concerne l'époque puisque l'essentiel du mobilier antique a été mis au jour dans des conditions analogues à celles du Second âge du Fer. Les
  • comprise entre le début du Premier âge du Fer, voire la fin du Bronze final III, et le Second âge du Fer. Ces fondations, seront étudiées dans une perspective d'analyse précise du mobilier. Leur exploration exige donc une fouille particulièrement minutieuse. Il faut rappeler que, lors
  • d'exécution du programme. La fouille des deux Us., 03 et 372, n'a donc pu être achevée. En revanche, elle a permis des découvertes remarquables en ce qui concerne l'organisation du cœur du village du Premier âge du Fer, la succession et le phasage des édifices accumulés dans ce secteur
  • , l'évolution du mobilier et, par voie de conséquence, l'étude plus générale du passage du Bronze final III au Second âge du Fer sur le site, sans doute également dans l'ouest de la France. 3.5.2. Publication En qui les publications, le travail essentiel a été réalisé par Jean-François
  • (tableau 2, lot B), mis au jour dans la zone d'activités rituelles (Us. particulier) et parmi les bâtiments à fondations légères de l'habitat, rattaché 146 et Us. 150 au en Hallstatt D. Un lot plus récent (tableau 3, lot C) correspondant au stade final du Premier âge du Fer et à une
  • recouvrements chronologiques étant possibles avec celles du secteur 1 - 2010. - lot Des céramiques de La Tène (tableau 5, lot E) découvertes dans la zone d'activités l'ensemble de l'espace habité du village du Premier âge du Fer montre que le site, et pourquoi pas le village, demeure
  • FONDATIONS DE ÂGE DU PREMIER BÂTIMENTS DU FER (OUESSANT À MEZ-NOTARIOU FINISTÈRE) - : 29 155 0022 AP RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE FOUILLE PROGRAMMÉE BISANNUELLE ANNÉE 2012 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CENTRE DE RECHERCHE ARCHÉOLOGIQUE S.D.A. - DU
  • 3.2.2. Les bénévoles 3.2.3. La publication et les programmes annexes 3.3. LA DURÉE DU CHANTIER 3.4. LES RELATIONS 3.5. LE TRAVAIL PUBLIQUES RÉALISÉ 3.5.1. Activité de chantier 3.5.2. Publication 4. L'HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE 4.1. DE
  • impacts de grands poteaux anciens systèmes de calages moyens 3.2.2.1. Un double réseau particulier 3.2.2.2. D'autres coïncidences 3.3. D'AUTRES BÂTIMENTS À FONDATIONS 4. CONCLUSION 5 PLUS LÉGÈRES CHAPITRE 4 : LES FOUILLES DU SECTEUR SUD-OUEST ET LES FONDATIONS DU BÂTIMENT Us
  • PREMIER 2.1. DES INTERROGATIONS 2.2. CHOIX DU LIEU 2.2.1. Du 2.2.2. Du point de vue topographique point de vue historique 2.2.3. Conclusion 2.3. UN SOL PRÉPARÉ? 6 ÂGE DU FER ÂGE DU FER 2.3.1. Aménagement 2.3.2. Datation CHAPITRE 6 : LES PUBLICATIONS 1. ARCHEOLOGIE
  • 1.3.2. Premier âge du Fer âge du Fer Antiquité 1.3.3. Second 1.3.4. 2. LES PUBLICATIONS 3. PERSPECTIVES 7 À PARTIR DE LA FIN DE L'ÂGE DU 3.1. À COURT TERME : UNE RÉVISION DU PROGRAMME EN COURS 3.1.1. Fouille recherche sur le site 3.1.2. Publication 3.1.3. Les moyens 3.2
  • . 3 à 5. En position relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, sur le flanc sudSaint-Michel, le site est implanté sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord
  • -sud, affluent du précédent. Le sol du gisement archéologique descend donc en pente douce vers le sud - sud-ouest. ouest de la colline L'assiette du site large du nord au correspond à un banc arénitique (Us. 17) d'une centaine de mètres de sud, étendu entre le pied d'une croupe
RAP02899_1.pdf (OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013)
  • OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • . Dans ce cas, et de la même manière, il faut peut-être rattacher les vestiges du dépôt métallique évoqué ci-dessus aux plus anciennes activités rituelles de cet établissement hallstattien. À l’issue des dernières fouilles consacrées au village du Premier âge du Fer, un regard nouveau
  • assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthogonal et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon chronologique et culturel proche de l'extrême fin de l'âge du Bronze ou des débuts du Premier âge du Fer. Le village apparaît comme un des derniers exemples des
  • , sans doute au-delà, de celles du nord-ouest de l’Europe. Ce sont certainement des schémas nouveaux qui se mettent en place et il conviendra de mesurer en quelle manière ceux-ci ne sont pas déjà annonciateurs d’un Second âge du Fer, en succédant à une période pendant laquelle, le
  • modèle social du Bronze final III était toujours présent. Cela pose le problème général de la nature du Premier âge du Fer dans nos régions. 2.1.2.2. Un espace à activités rituelles À l’ouest du site, au-dessus des dépôts du Bronze moyen-final I, la fouille du secteur 5 découvre une
  • âge du Fer en Armorique donne un intérêt particulier à tous ces vestiges. L'absence de fouille de site de référence dans la région se fait cruellement sentir, en particulier pour dater le mobilier avec précision. Si les éléments du Bronze final III évoqués précédemment se
  • pose en des termes assez semblables en ce qui concerne l’époque romaine puisque l’essentiel du mobilier antique a été mis au jour dans des conditions analogues à celles du Second âge du Fer. Les découvertes effectuées parmi les couches de destruction du secteur 5 révèlent une
  • âge du Fer, voire la fin du Bronze final III, et le Second âge du Fer. Ces fondations, seront étudiées dans une perspective d’analyse précise du mobilier. Leur exploration exigea donc une fouille particulièrement minutieuse. Il faut rappeler que, lors des fouilles antérieures (1988
  • STRUCTURES D’HABITAT ET MOBILIER DU VILLAGE DU DU PREMIER ÂGE DU FER DE MEZ-NOTARIOU (OUESSANT - FINISTÈRE) 29 155 0022 AP DOCUMENT FINAL DE SYNTHÈSE DE FOUILLE PROGRAMMÉE BIENNALE Tome 1 ANNÉES 2012 - 2013 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CENTRE DE RECHERCHE
  • néolithique ? 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final 1 2.1.1.3 Un site du Bronze final III ? 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.3. Les vestiges du Second âge du Fer 2.1.4. Des vestiges complexes d’époque romaine 2.1.5. Un abandon au début du haut Moyen
  • Âge 2.2. LE PROJET BIENNAL DE FOUILLE 2.2.1. Le programme de fouille 2.2.2. Le programme de publication 3. L’HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE 3.1. DE NOUVELLES APPROCHES 3.2. UNE AUTRE LECTURE ET DES RECHERCHES RENOUVELÉES 3.2.1. À partir du mobilier 3.2.2
  • , Us. 396 3.4. D’AUTRES BÂTIMENTS À FONDATIONS PLUS LÉGÈRES 4. CONCLUSION CHAPITRE 4 : LES FOUILLES DU SECTEUR SUD-OUEST ET LES FONDATIONS DE LA STRUCTURE Us. 382 1. INTRODUCTION : LA MISE AU JOUR DE LA STRUCTURE Us. 382 (2012) ET LA ZONE SUD-OUEST 6 1.1. LA DÉCOUVERTE EN 2012
  • ? 3.6.3.1. Plusieurs questions se rapportent à la structure Us. 382 3.6.3.2. Des remarques s’imposent 3.6.3.3. Hypothèses CHAPITRE 5 : LES FONDATIONS DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER 1. LES FOUILLES DU SECTEUR NORD-EST 1.1. L’ÉTAT DES LIEUX 1.2. LES SÉDIMENTS Us. 07 1.2.1. Les
  • sédiments 1.2.2. Le mobilier 1.3. LES SÉDIMENTS PROFOND (Us.16) 1.3.1. Les sédiments Us. 16 1.3.2. Le contact avec le substrat Us. 17 1.4. CONCLUSIONS 2. LA MISE EN PLACE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER 2.1. DES INTERROGATIONS 2.2. CHOIX DU LIEU 2.2.1. Du point de vue topographique
  • des sédiments et les structures néolithique 1.3.2. Bronze final III 1.3.3. Premier âge du Fer 1.3.4. Second âge du Fer 1.3.5. Antiquité 2. LES PUBLICATIONS 10 3. PERSPECTIVES 3.1. À COURT TERME : UNE RÉVISION DU PROGRAMME EN COURS 3.1.1. Fouille recherche sur le site 3.1.2
  • relativement centrale par rapport à l'ensemble de l'île, sur le flanc sudouest de la colline Saint-Michel, le site est implanté sur un replat délimité au sud par le vigoureux talweg qui traverse l'île d'est en ouest et, à l'ouest, par un autre talweg moins marqué, orienté nord-sud, affluent
  • du précédent. Le sol du gisement archéologique descend donc en pente douce vers le sud - sud-ouest. L'assiette du site correspond à un banc arénitique (Us.17) d'une centaine de mètres de large du nord au sud, étendu entre le pied d'une croupe de roches granitiques et le rebord
  • dépôts lœssiques postglaciaires dans ces couches datées des périodes anciennes de l’histoire du site archéologique. Colluvionnement et érosion éolienne ont participé à la formation de ces épais dépôts de sédiments. Un micro-talweg orienté nord-sud a favorisé le dépôt de ces limons
  • niveaux postérieurs aux époques néolithiques. Malheureusement, l'implantation des villages de l'âge du Bronze et du Premier âge du Fer a détruit la majeure partie des vestiges les plus anciens, rendant très difficile une étude cohérente d’un site néolithique sans doute assez important
  • final I de type assez continental ; ceci dans une fourchette chronologique allant, grosso-modo, de la fin du XVIe siècle au XIIIe siècle avant J.-C. (Le Bihan, Villard, 2010). Dans l’état actuel des recherches, la longueur est-ouest de ces aménagements anciens atteint près de 150 m
  • . La largeur nord-sud repérée n’excède guère 40 m. Il semble que l’habitat se soit appuyé sur les basses pentes de la colline pour se protéger des vents de nord-ouest et de nord-est. Il reste à déterminer dans quelle mesure il s’appuyait davantage sur les pentes de la colline. Des
RAP03448 (PLELO (22). La Braguette, ZAC du Haut Leff : nécropoles et habitats de l’âge du Bronze à l’âge du Fer. Rapport de fouille)
  • PLELO (22). La Braguette, ZAC du Haut Leff : nécropoles et habitats de l’âge du Bronze à l’âge du Fer. Rapport de fouille
  • LE GALL Valérie
  • et âge du Fer) 57 4.1 Un enclos circulaire du Bronze moyen 57 59 60 63 63 4.1.1 4.1.2 4.1.3 4.1.4 4.1.5 Le fossé La fosse centrale La sépulture secondaire La question du tertre Eléments de comparaison et discussion 64 4.2 Les sépultures en fosses empierrées 64 65
  • est 131 5.5 Conclusion 133 6 L'occupation du 1er âge du Fer 133 6.1 L'enclos principal 134 134 147 142 142 147 152 152 6.1.1 L'enclos interne - enclos 1 6.1.1.1  Le fossé sud (F320-F350) 6.1.1.2  Le fossé nord (F310) 6.1.2 L'enclos externe - enclos 2 6.1.2.1
  • Le fossé sud (F290-F340) 6.1.2.2  Le fossé nord (F280-F640) 6.1.3 Le mobilier céramique de l'enclos principal - enclos 1 et 2 (A.F. Cherel) 6.1.3.1  Typologie de l'occupation du 1er âge du Fer 152 6.1.3.2  Le mobilier céramique de l'enclos 1 159 6.1.3.3  Résultats des
  • , faisant de Plélo un corpus de référence dans la région. Une petite nécropole à incinération datée de la fin du 1er âge du Fer a également été découverte, celle-ci regroupait cinq urnes cinéraires renfermant les restes de quatre individus. Aucune réelle occupation postérieure n’a été
  • le Néolithique jusqu’à l’époque Médiévale. La fouille d’une emprise de 2,5 hectares a permis d’aborder l’étude des occupations afférentes aux périodes de l’âge du Bronze et du 1er âge du Fer. L’occupation de l’âge du Bronze s’étend du Bronze ancien jusqu’au Bronze final, le
  • pourtant une longue occupation de grande ampleur. La seconde période d’occupation importante mise en évidence au cours de la fouille concerne le 1er âge du Fer. Il s’agit cette fois d’un habitat ayant fonctionné entre la fin du Hallstatt D1 et le début de Hallstatt D2-D3. Cet habitat
  • . Aucun bâtiment n’a été découvert à l’intérieur de l’enclos central du fait de l’arasement des structures. Par contre les fossés le délimitant ont livré un important mobilier céramique encore inédit en Bretagne, faisant de Plélo un corpus de référence dans la région. Une petite
  • nécropole à incinération datée de la fin du 1er âge du Fer a également été découverte, celle-ci regroupait cinq urnes cinéraires renfermant les restes de quatre individus. Aucune réelle occupation postérieure n’a été mise en évidence sur l’emprise de la fouille. Quelques indices se
  • rapportant au 2d âge du Fer ont été mis au jour ; il s’agit d’un foyer daté de la transition entre le 1er et le 2d âge du Fer et de rares tessons de La Tène finale découverts sporadiquement. La dernière période d’occupation du secteur perçue au cours de cette fouille est matérialisée par
  • quatre structures de combustion probablement liées à une activité métallurgique et datées du haut Moyen Âge. Bretagne, Côtes d’Armor, Plélo La Braguette - ZAC du Haut Leff Nécropoles et habitats de l’âge du Bronze à l’âge du Fer sous la direction de Valérie Le Gall Valérie Le
  • Gall Chronologie Âge du Bronze Âge du Fer Haut Moyen Âge Rapport de Fouille Nécropoles et habitats de l’âge du Bronze à l’âge du Fer Inrap Grand Ouest Août 2017 Fouille archéologique Rapport final d'opération 22182 221820011 SRA 2009-070 Lambert 93-CC48 F024996 Code INSEE
  • Les fosses de grandes dimensions 81 4.4.1.2  Les fosses de petites dimensions 84 .4.2 Les fosses à proximité de l'enclos circulaire 4 4.4.3 Deux fosses isolées 4.4.4 Synthèse et discussion 85 86 88 4.5 Un ensemble funéraire de la fin du 1er âge du Fer 88 88
  • sépulture F293 4.5.2 Une nécropole à incinération de la fin du 1er âge du Fer (M. Le Puil-Texier) 4.5.2.1  Le traitement des défunts 95 4.5.2.2  Le mobilier d'accompagnement 95 4.5.2.3  Composante de la population 96 96 4.5.3 Etude du mobilier funéraire (A.F. Cherel
  •  La céramique de l'ensemble 1 (A.F. Cherel) 207 6.3.2.4  L'ensemble 7 209 6.4 L'assemblage lithique et macrolithique de l'occupation du 1er âge du Fer 211 211 (V. Brisotto) 6.4.1 Les matières premières 6.4.2 Les outils de mouture 6.4.2.1  Les meules : n°1, 4, 37 et
  • 38 212 6.4.2.2  Les molettes : n°6, 5, 15, 19, 22, 23 212 213 .4.3 Les percuteurs-bouchardes 6 6.4.4 Les autres outils 6.4.5 Synthèse 214 215 224 6.5 Synthèse de l'occupation du 1er âge du Fer 230 7 Les vestiges postérieurs à l'occupation du 1er âge du Fer
  • 230 7.1 Les fossés 230 233 233 7.1.1 Les fossés F180, F240 et F630 7.1.2 Le fossé F370 7.1.3 Les fossés F570 et F590 236 7.2 Des indices d'occupation du début et de la fin du 2nd âge du Fer 236 237 7.2.1 Le foyer F92 7.2.2 Le mobilier céramique laténien 238 7.3 Des
  • superficie de 22,4 hectares a révélé une longue occupation de l’ensemble du secteur depuis le Néolithique jusqu’à l’époque Médiévale. La fouille d’une emprise de 2,5 hectares a permis d’aborder l’étude des occupations afférentes aux périodes de l’âge du Bronze et du 1er âge du Fer
  • comprenant une sépulture centrale datée du Bronze moyen et une sépulture secondaire installée postérieurement dans le fossé d’enclos. Les deux autres structures funéraires étudiées sont deux sépultures empierrées caractéristiques de cette période. Une série de fosses non datables ont
  • dispersion de la céramique de cette période sur l’ensemble du secteur fouillé suggère pourtant une longue occupation de grande ampleur. La seconde période d’occupation importante mise en évidence au cours de la fouille concerne le 1er âge du Fer. Il s’agit cette fois d’un habitat ayant
  • mise en évidence sur l’emprise de la fouille. Quelques indices se rapportant au 2nd âge du Fer ont été mis au jour ; il s’agit d’un foyer daté de la transition entre le 1er et le 2nd âge du Fer et de rares tessons de La Tène finale découverts sporadiquement. La dernière période
RAP01562.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1997)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • mis au jour, voire d'architecture pour un certain nombre de bâtiments, demeure inédit sur toute la façade nord-ouest et atlantique de l'Europe en ce qui concerne la fin du Bronze final et le 1er âge du Fer. - Le mobilier du Bronze final est fort mal connu en Armorique péninsulaire
  • . Les études concernant le mobilier des périodes anciennes du 1er âge du Fer et ses relations avec celui du Bronze final sont inexistantes. - Aucun site d'habitat de l'âge du Bronze d'importance significative n'a été étudié dans cette région. - Hormis les nombreux spécimens de
  • -moyen. En outre, seule une partie de ces dépôts tardifs a été fouillée. - I l faut encore citer la mésaventure des archéologues qui, durant plusieurs années, s'acharnaient à inclure dans le modèle architectural du village du 1er âge du Fer des centaines de dalles perforées ; objets
  • d'habitat et/ou d'activité métallurgique du Bronze moyen. Le second touche le secteur 5 et une zone de dépôt de 150 m dans laquelle de nombreux ossements côtoient des poteries et du mobilier métallique des âges du Fer et de l'époque romaine ; i l pourrait s'agir du résultat de transferts
  • donc en pente douce vers le sud, sud-ouest. La vue n'atteint pas la mer mais est très dégagée et la terrasse se trouve surtout exposée aux vents dominants du sud-ouest, tout au moins dans les conditions actuelles de climat et de végétation. 1.2.2. Le sol L'assiette du lotissement
  • SITE D E M E Z - N O T A R I O U 1.3.1. La topographie 1.3.2. Le sol 1.4. HISTOIRE G E N E R A L E D U SITE D E M E Z - N O T A R I O U 1.4.1. A u Néolithique 1.4.2. A l'âge du Bronze ancien-moyen 1.4.3. D u Bronze final au 1er âge du Fer 1.4.3.1. Bronze final ou 1er âge du Fer
  • ? 1.4.3.2. La question des monuments funéraires 1.4.3.3. Le village du 1er âge du Fer 1.4.4. 1.4.5. 1.4.6. 1.4.7. A u 2e âge du Fer A l'époque gallo-romaine Durant l'époque médiévale Durant les époques moderne et contemporaine 1.5. L ' E T E N D U E ET LES L I M I T E S D U SITE 1.5.1
  • . 1.5.2. 1.5.3. 1.5.4. 1.5.5. 1.5.6. 1.5.7. 1.5.8. Le problème posé Le site néolithique Le site du Bronze ancien-moyen Le site du Bonze final et du 1er âge du Fer Le site du 2e âge du Fer Le site de l'époque gallo-romaine Les vestiges médiévaux Conclusion 2. HISTORIQUE D E L A R E C
  • 2.26.3.2. Datation - interprétation 2.26.4 Interprétation - Conclusions 2.26.4.1. Le gisement néolithique 2.26.4.2. Le village du 1er âge du Fer 3. A R C H I T E C T U R E E T S I T E A R C H E O L O G I Q U E 3.1. CLASSIFICATION 3.2. A R C H I T E C T U R E ET E N V I R O N N E M E
  • traîne 2.2.1.3. La poterie du 2e âge du Fer 2.2.2. Répartition 2 . 2 . 2 . 1 . Répartition des divers mobiliers 2.2.2.2. Répartition générale 2.2.2.3. Interprétation 2.3. L E M O B I L I E R L I T H I Q U E 2 . 3 . 1 . Le mobilier 2.3.2. Répartition 2.4. M O B I L I E R ET L A D A T
  • T U R E L L E 4 . 2 . 1 . Le village au coeur de l'île 4.2.2. Le site et la façade armoricaine 4.2.3. Le site et l'Europe du 1er Fer CONCLUSION 1. L E V I L L A G E DU P R E M I E R A G E DU F E R 2 . L E S I T E D E MEZ-NOTARIOU E T L ' I L E D'OUESSANT DANS L E C O N T E X T E
  • recherches". Avec raison. Pour ne point nous écarter du thème de cet ouvrage dans le temps ni dans l'espace, rappelons q u ' i l en fut ainsi des premières fouilles des fermes indigènes de l'âge du Fer conduites à partir de 1980, au Braden à Quimper par exemple. Les archéologues
  • craintives qu'a pu éprouver parfois la communauté scientifique à intégrer l'existence du village du 1er âge du Fer ou encore la poterie de l'âge du Bronze moyen de Mez-Notariou dans des décors de la façade atlantique de l'Europe des âges du Bronze et du Fer. I l a fallu admettre de vivre
  • vestiges archéologiques de Mez-Notariou par un ouvrage de présentation générale du site, des méthodes de recherche utilisées puis, pour l'essentiel, des structures du village du 1er âge du Fer. Le caractère d'originalité des méthodes et techniques employées ne suffit pas à justifier
  • village du 1er âge du Fer de Mez-Notariou sont très originales, nombreuses, relativement cohérentes ; i l ne semble pas que les prochains développements de la fouille entraîneront des découvertes spectaculaires au sujet de cet aspect du site. En effet, nous avons pu conclure, à l'issue
  • savons, en outre, que les clés principales de l'étude typologique de ce mobilier se trouvent dans des secteurs actuellement en cours d ' é t u d e , en particulier dans les dépôts rituels découverts au nord-ouest du site. Les grands traits et les principales caractéristiques des
  • . En revanche, les structures d'habitat et le matériel de l'âge du Bronze ancien-moyen pourront faire l'objet d'une étude simultanée. "Ouessant, Mez-Notariou. Le site archéologique et le village du 1er âge du Fer" devra donc être reçu comme la première d'une série de plusieurs
  • aménagements 9.2.4. Les aménagements récents du Bronze ancien-moyen 9.2.5. Fin du Bronze final - 1er âge du Fer 9.3. La perception globale 9.3.1. 9.3.2. 9.3.3. 9.3.4. Datation et chronologie Nature et répartition des modes de construction Orientation et organisation du site Les activités
  • Bronze moyen 3.3. Les structures du Bronze final ou du 1er âge du Fer 3 . 3 . 1 . Les éléments d'appréciation 3.3.2. Des suggestions ? 3.4. L ' é p o q u e gallo-romaine 3.5. Conclusion d'ensemble Ch.4. L E S V E S T I G E S D U S E C T E U R 5 1. I N T R O D U C T I O N 1.1. L'état
  • stratigraphiques 7.1.4. L'allure générale et la disposition des couches 7.2. L'histoire des zones centrale et occidentale du secteur 5 7.2.1. Au Bronze ancien-moyen 7.2.2. Au 1er âge du Fer 7.2.3. A l'époque gallo-romaine 7.2.4. L a fin de l'époque romaine Ch.5. B I L A N E T PERSPECTIVES 1. B
RAP03573 (IFFENDIC (35). Le Château de Boutavent, Rapport de sondage 2017)
  • IFFENDIC (35). Le Château de Boutavent, Rapport de sondage 2017
  • l’extrémité est de la pierre taillée. Son épaisseur n’a pas été déterminée. Le massif sud F 142 (fig. 12 et photo 14) Situé dans le prolongement du mur d’enceinte F 700, il mesure 8,80 m de longueur sur 2 m de largeur. Comme pour le massif nord, entre les parements soignés, le blocage
  • symétrique du retrait de maçonnerie du massif nord découvert en 2015 dans le passage (il avait été évoqué une feuillure de porte) n’a pas été retrouvé sur le massif sud. Il doit s’agir, en fait, des restes de l’ancien parement intérieur de la courtine F 100 montrant ainsi une chronologie
  • avec le massif sud de la tour-porte est très nette. Il n’y a pas eu d’ouvertures repérées dans la construction. A la base du sondage de la brèche, non loin du substrat, un léger débordement extérieur a été constaté mais il n’a pas été possible de vérifier la présence ou non d’une
  • ponctuellement du coté ouest. En 2015, le CERAPAR a été sollicité par le service régional de l’archéologie et Montfort Communauté afin de réaliser un sondage en préalable à la restauration d’une partie du mur sud-est de la basse-cour. Cette intervention, qui a permis d’étudier une tour de
  • restaurations des murs sud de la basse-cour, le CERAPAR a été de nouveau sollicité par le service régional de l’archéologie et Montfort Communauté afin de réaliser un nouveau sondage dans la continuité du précédent, toujours au sud-est de la basse-cour. Cette intervention avait deux
  • , le contexte géologique et le cadre archéologique Le château de Boutavent est situé sur la commune d’Iffendic, à 6,5 km au sud du bourg. (fig. 1). Il se trouve dans un espace naturel géré par Montfort Communauté. Implanté sur un éperon rocheux au bord d’un plateau en schiste
  • . A l’ouest et au sud du site, le sous-sol est composé de sédiments de formation briovérienne. Il s’agit d’une alternance de grès, argiles et schistes de couleur verdâtre ou beige à l’altération. Dans le bois de Boutavent, à environ 250 m au sud du château, un faciès est composé de petits
  • parties mises au jour ont été recouvertes de géotextile et de terre pour préserver les vestiges dans l’attente de leur restauration. La partie prévue à être restaurée en 2018 (massif sud de la tour-porte) a été recouverte uniquement de géotextile et d’une bâche plastique puis entourée
  • compléments de relevés. 6 Description Le massif nord F 140 (fig. 11 et photo 10) Il est perpendiculaire au mur est F 100. La maçonnerie a été dégagée sur 9,95 m de longueur sur une largeur maximale de 2,10 m. Ces cotes sont supérieures à celle du massif sud F 142. Suite à la découverte
  • . - L’extrémité ouest (fig. 11 et photo 11) La limite du mur n’a pas été repérée à l’ouest du fait des récupérations. Dans cette partie les pierres ne sont pas taillées et leurs dimensions sont très variées (45 x 40 x 10 cm pour les plus grandes). - Liaison mur de courtine-tour porte
  • les plus grandes et 35 x 27 x 10 pour les moyennes. Les petites pierres d’une dizaine de centimètres complètent les interstices. Un bloc de poudingue briovérien de 40 x ? x 12 cm apparaît dans la fondation. La limite ouest du parement est très nette avec un retour de 0,40 m se
  • .12 et photo 19) Lors du sondage, il est vite apparu qu’un parement se dessinait sur la démolition et à mi-largeur du mur sud de la tour-porte. Il correspond à un autre mur qui a une longueur de 5,70 m et une largeur de 1 m, le deuxième parement correspondant au parement extérieur
  • . A partir de cet endroit le parement s’interrompt sur moins d’1 m. Ce mur repose sur la démolition du mur F 142 sans préparation nette, de petites pierres venant caler au besoin. 8 - Le contrefort F 791 construit sur le massif sud (fig.12 et photo 20 et 21) C’est un contrefort
  • mur extérieur à la basse-cour, perpendiculaire au massif sud de la tour porte, a fait l’objet d’un dégagement complémentaire afin de relever son parement ouest. D’une largeur de 0,90 m sa longueur n’est pas connue limitant les hypothèses sur sa fonction. Le raccord avec le mur sud
  • de la tour-porte est difficile à percevoir car certaines pierres du F 144 semblent incluses dans ce dernier. Toutefois l’examen de la vue en plan montre clairement un appareillage différent entre les deux structures. Le parement ouest (élévation M-M’) est constitué de dalles de
  • construction sur la totalité de l’emprise de la tour-porte Les largeurs des massifs sont à peu près constantes mais leurs longueurs sont différentes La largeur du passage d’entrée encadré par les deux massifs varie de 3 m coté est à 3,50 m coté ouest. La hauteur des élévations subsistantes
  • sud (écart de 1,15 m) peut s’expliquer par le fait que ce massif de la tour-porte est 9 commun avec le mur d’un bâtiment intérieur à la basse-cour. Au nord-est du massif de maçonnerie, la découverte d’un niveau de sol compact (F 145) en petits éléments de schiste pourpre est un
  • probablement le sol du bâtiment adossé à la courtine est. Le massif sud a livré des maçonneries avec deux phases de construction différentes : la partie tour-porte F 142, très arasée, avec, au dessus, l’installation ultérieure du mur F 790 et de son contrefort F 791. Le parement sud de F
  • mur supérieur F 790 que pour le massif de la tour-porte F 142 permettant aussi de distinguer les deux états. Du coté est, le mur F 790 semble s’arrêter au droit du mur F 144 découvert en 2015 qui se dirige à l’extérieur de l’enceinte. Ce dernier semble plaqué contre le mur sud de
  • et le manque de parallélisme des murs de la tour-porte, notamment au niveau du passage de l’accès. 2.2.2 La muraille sud F 700 (fig. 12 et photo 25) Elle se trouve dans la continuité du mur sud de la tour-porte. Elle a été dégagée sur une longueur de 5 m. Bien que très dégradée
RAP03524 (PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille)
  • PONTIVY (56). Kernaud 2 : une ferme de l'âge du Bronze final. Rapport de fouille
  • géomorphologue expérimenté Un deuxième décapage sera réalisé, notamment dans les secteurs à faible densité de mobilier, simple épandage, etc. ? activités. Le but étant de caractériser l’occupation : habitat, secteur d’activité spécialisée, répartition du matériel
  • intellectuelle). Toute reproduction du texte accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte utilisation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication
  • Mots-clés des thésaurus Thésaurus « Chronologie »  Paléolithique  Âge du Fer  inférieur  Hallstatt (premier âge du Fer)  moyen  La Tène (second âge du Fer)  supérieur  Antiquité romaine (gallo-romain)  Mésolithique et Epipaléolithique  Néolithique  République
  • de l’édifice. Le mobilier y est abondant (vaisselier céramique, macro-outils lithiques, matériel de filage, tissage), permettant d’envisager une véritable zone d’habitation. Hors du niveau d’occupation, au sud de l’emprise, deux alignements de trous de poteau (palissade, clôture
  • , ont été découverts. Ces dernières prennent place dans des horizons stratigraphiques limoneux brun à jaune (US003 et US004). Les extrémités ouest et est de l’emprise ne livrent que peu d’indices archéologiques. Les structures sont rares et le substrat, limono-sableux, contient de
  • sécurité, d’hygiène et de protection Partie C : Accompagnement de l’équipe charges (décapage, fouille, études et rédaction du rapport) définies dans le cahier des charges, ainsi que les moyens déployés pour répondre au cahier des Partie B : La stratégie (organisation et
  • opération va permettre d’apporter archéologique de ce secteur avant tous travaux. Les connaissances dans la région du Blavet géomorphologique propice aux implantations humaines nécessitaient d’évaluer le potentiel La surface conséquente impactée par le
  • proposer une datation du site à la fin de La Tène moyenne ou La Tène découverts. Le mobilier recueilli (fragments de bracelet en lignite, de vases, d’amphores Dans les comblements de l’un de ces fossés, des vestiges d’activité de cuisson ont
  • fossés sont légèrement courbes, conservés sur Les fossés semblent se répartir en deux ensembles distincts à moins qu’ils n’illustrent une structures fossoyées (fosses, trous de poteaux) qui ont été mis au jour. une occupation de l’âge du Fer. Ce sont
  • permettra de recueillir des Le site s’inscrit dans un contexte archéologique sensible. L’analyse du site devra amener une préfectoral susdit. l’emprise devra être décapé et traité selon le cahier des charges scientifiques annexé à l’arrêté porte sur une
  • préventive –n°2016.07.07-JB - « Kernaud 2 », Cléguérec (Morbihan) fig. 3 : (Emprise de la fouille d’après le plan du diagnostic : Crowch 2015) 12 ainsi permettre de comprendre l’évolution du site et de définir dans quelles mesures cette d’identifier les
  • . compréhension du site et qui n’ont livré aucun mobilier. Il s’agira de déterminer de façon datations radiocarbones pourront être réalisées dans le cas de structures majeures pour la On insistera sur la question de la datation qui sera abordée par
  • période sur le terrain du responsable d’opération et d’un géomorphologue, dans le respect des Le décapage sera réalisé sous la surveillance continue de deux archéologues, avec la présence peuvent être relativement arasées par endroits. archéologique. Une
  • I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze final Avertissement Les rapports de fouille constituent des documents administratifs communicables au public dès leur remise au Service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions de la loi no 78-753 du 17
  • juillet modifiée relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, ils pourront être consultés ; les agents des Services régionaux de l’archéologie rappelleront à tout demandeur les droits de propriété littéraires
  • et artistiques possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont utilisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété
  • exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (Loi no78-753 du 17 juillet, art. 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du
  • BLANCHARD Avec les contributions de Annabelle DUFOURNET, Julie GEREZ, Mevenn LAINÉ, Geoffrey LEBLÉ, Chloé POIRIER-COUTANSAIS. Plans et mises au net : Audrey BLANCHARD, Annabelle DUFOURNET Mise en page : Sandrine SWAL I3I I Pontivy (56) « Kernaud 2 », une ferme de l’âge du Bronze
  • archéologiques...................................................................................51 2.3 Le niveau d’occupation de l’âge du Bronze (Épandage _ US003A).......................... 51 2.3.1. Les structures de la zone B
  • de l’âge du Bronze final....................................................................... 58 2.4.1 Les éléments de clôture......................................................................................................58 Palissade 1
RAP00243.pdf (PLUVIGNER (56). habitat et nécropole de Talhouët-Breventel. rapport final de fp2)
  • petits les concernés mé cette ont mis habitée, enclos par le site, en du site. 250 de m^ 1 d'eau. 000 dans truction de plan trapézoïdal accolée, au début de de 23 m^. m^ , 28 de Terre son Sur la les Finale, soignés et blocage A Ouest cet nous les
  • 1 ne m à lui l'origine, donne pas pour une un aspect la face Sud et dans une moindre partie Est, a un aspect plus imposant. On peut raisons qui dès lors ont motivé la face Sud du site pente se assez : poser les des questions ? les constructeurs
  • reconstitué récentes dans du remarquable, et endroits, destructions, la zone mur par est fouillée d'une d'autre part un il est assez part vrai, du régulier, il une décalage interruptout aussi de près de 10 m vers la Sud entre l'extré- mité Ouest et la section
  • poussée du aussi la dans à rattra- pente. C'est glissement d'une partie du parement. Il reste que, nous restitue mesure (fig. où 3). dans l'ensemble, une l'arrondi forme est le mur a bien quasi moins circulaire accentué vers tenu et dans le la Sud 7 Le
  • très coffre, L'état du monument, indique violation est provient du ainsi qu'un fragment de percuteur. surtout 1 de des la dégradations sépulture. silex discoïde ainsi dans la masse de la sépulture, parement externe, au Sud que la du coffre, Le hache en sont
  • sont par exemple rapportés dont des la bords tradition se à situe plus à l'Age du Bronze. Mais par leur texture et leur cuisson, on peut Fer, les attribuer à une phase ancienne de l'Age du sans être plus nos connaissances, précis. Et dans l'état actuel de
  • voir dans ces monuments une dégénérescence des pas de véritables sépultures monuments France. dans tumulus Hallstattien dont on ne connait ont du exemplaires aussi Sud-Ouest L'ensemble ce que quelques l'on de et une ces peut en Armorique. points partie
  • in Protohistoire de la Bretagne - 1979 - p. 217 - 360 18 Si à être Fer, l'habitat bien les connu, pratiques armoricain en tout de cas funéraires l'Âge celui le sont du Fer du commence second Âge beaucoup C'est au travers de recherches bien ciblées, moins. tant sur le
  • funéraire que sur l'habitat du "premier Âge du Fer" nos connaissances du processus 1'Armorique pourront évoluer. V de du "celtisation" que de 19 CONCLUSION Les fouilles de 1988 - 1989 ont montré la richesse et la diversité des structures du site. Elles ont mis en
  • DANIEL TANGUY FOUILLE PROGRAMMEE SUR LE SITE D'HABITAT ET LES SÉPULTURES DE L'AGE DU FER, COMMUNE DE PLUVIGNER AU TALHOUF.T (MORBIHAN) Années 1988-1989 DANIEL TANGUY FOUILLE PROGRAMMEE SUR LE SITE D'HABITAT ET LES SÉPULTURES DE L'AGE DU COMMUNE DE PLUVIGNER FER, AU
  • l'étude attachés à limites externes du tombelles situées l'habitat, ont fait de la reconnaître, site. au-delà dans De même, 1986, la plus tient 1) 1987, 1988. La synthétique, compte des mais à enclos s'est circulaire dernière, la concerne les de
  • du second Age du Fer de P luu i gnev (MORBIHAN) dans Dossiers de protohistoire n° 2 Architecture des Ages des Métaux - Fouilles récentes E. R. 314 du C.N.R.S. Laborato ire d'archéologie de l 'E.N.S. - 1988 - p. 71-80 2 PRESENTATION LA DEMARCHE 1987, En limites du semblable
  • m^. partie Tous Sud la présence éventuelle d'une entrée, du en élévation secteur avait et révélée en la les site des qui, aucune prospection 1988 efforts présentait rêt d'étudier une zone plane n'offrant visible l'entrée et ses se outre l'inté- structure
  • électrique anomalies dans du le sous-sol. Enfin, bien avec l'habitat cette notre dans orientation démarche sa des initiale globalité, recherches consistant sinon de à cadrait étudier façon systémati- fouilles avait donc que . Le choix de pour but de cette
  • Talhouet Armorique. réalisés en grande 403 du C.N.R.S. l'U.P.R. se financé du laboratoire, Frs habitats sommes, crédits dont la par muni- moitié à 2 mois consacré aux Fouilles de aux 000 Les partie il de l'âge du Fer en faut ajouter une subvention 5 000
  • SUD DU SITE Si connu, et la limite Nord caractérisée large de 1.80 du par m à un 2 site petit m, il est maintenant muret, n'en haut était bien de 0.50 pas de m même pour la limite Sud. Rappelons un mur est comprend les implanté un sur parement
  • d'une palissade. (fig.l). la assez plantées Le dégagement de le premier sommet Le noyau pierres du parement blocs autres. de le interne assises, uns dans les rant enseignements par ne un reste R . S.2 mur d'enclos alignement de blocs R.S.2 mur d'enclos
  • coffre occupe une position centrale dans ment de ; longueur 60 cm, Est. Les moellons l'axe longitudinal deux longueurs soigneusement constituées de pierres d'interpréter cm, postérieur. comme coffre est parler de La donc la le couverture dans quelques
  • éléments visibles laissent supposer une disposés à faible de largeur pierres site. Il et du que la les L'organisation de la parements ou de murs sur d'autres Par contre, une est Ouest. arrachece impossible de mesure où de faite pierres seuls fouilles
  • pas une le verra plus au encorbellement importantes une d'ensemble couverture coffre assez reste en de que est en d'assises verticalement, chevet, il Sud Les celle construction ; - 4) . posées moyenne Ouest ont correspondant soignée plat Nord ( f i
RAP02730.pdf (THEIX (56). Clérigo. rapport final d'opération 2011)
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Theix, Morbihan, Clérigo Découverte d’une zone d’habitat datée entre la fin de l’âge du Bronze et le premier âge du Fer, à Theix dans le Morbihan sous la direction de Eddy Roy Inrap Grand Ouest octobre 2011 Diagnostic
  • second âge du fer et les fossés anciens susceptibles d’être liés ces périodes. 22 Theix (56), « Le Clérigo » ______________________________________________Octobre/Novembre 2011 Quelques structures très récentes, dont la particularité réside dans leur comblement sombre et humifère
  • Normandie, 1996, p. 80. 10 Menez (Y.) et Arramond (J.C.), 1997.- L’habitat aristocratique fortifié de Paule (Côte d’Armor).- Gallia, n°54, CNRS édition. 11 Roy (E.), 2004 .- Découverte d’une petite zone d’habitat isolée du deuxième Âge du Fer (abandonnée à la Tène Moyenne) à Quessoy dans
  • comparaison datant du 1er âge du Fer sont inexistants. Seul un bâtiment à plan curviligne, protohistorique, découvert à Mur de Bretagne dans les Côtes d’Armor peu être comparé au bâtiment n°113 (fig.31). Figure n°31 : Comparaison entre le bâtiment n°1 (1er âge du fer) et celui découvert à
  • du fossé interne, 23 m de large et sa partie est 40 m de long, au niveau du fossé externe. Le fossé interne se prolonge en amorçant les côtés sud et ouest. Le fossé interne s’interrompt brutalement devant le petit fossé 162 dans l’angle S/E de l’enclos. Il semble possible qu’il
  • . 2.1 – L’occupation du site entre la fin de l’âge du Bronze et le 1er âge du Fer. 2.1.1 – Les constructions sur poteaux. Bâtiment n°1. Bâtiment n°2. Bâtiment n°3. Bâtiment n°4. 16 18 20 23 23 23 41 45 51 2.1.2 – Quelques impacts de trous de poteaux susceptibles d’appartenir à
  • fosses et de trous de poteaux n°14. 55 55 57 58 59 61 61 61 62 2.1.3 – L’enclos trapézoïdal à parcellaire associé. 62 2.1.4 – Les fossés de parcellaire. 65 2.2 – Les trois structures attribuée à la fin du second âge du Fer et au début de l’Antiquité. 67 2.3 – Les autres fossés
  • de niveaux sur l’emprise du diagnostic. L’emprise archéologique, est située sur un terrain légèrement vallonné dont le point bas, placé à 12 m ngf se trouve à l’extrémité sud/ouest. Le point haut culmine à 22 m ngf au nord/est de l’emprise. Les pendages varient de 2 à 5 % (fig.07
  • ). L’étude des structures, leur profil, comblement et orientation et la présence ponctuelle d’artefacts (fig.12), nous permettent de restituer en partie, un enclos d’habitat occupé entre la fin de l’âge du Bronze et le 1er âge du Fer, associé à un vaste système parcellaire. 21 Theix
  • (56), « Le Clérigo » ______________________________________________Octobre/Novembre 2011 Figure n°12 : Emplacements des prélèvements d’artefacts. Figure n°13 : Plan d’occupation du site entre la fin de 1er âge du Bronze et le 1er âge du Fer, les rares structures attribuées au
  • , ont également été relevées sur une grande partie de l’emprise archéologique. 2.1 – L’occupation du site entre la fin de l’âge du Bronze et le 1er âge du Fer Cette période est marquée par l’implantation d’un vaste système fossoyé comportant plusieurs impacts de trous de poteaux
  • implantation au centre et dans l’axe du bâtiment, nous suggère le support de poteaux faîtiers partant de fond. Le plot 101 semble en effet avoir un lien avec le plot 90 placé plus au sud et également dans l’axe du bâtiment. Ces éléments distant de 5,50 m, divisent le bâtiment en deux
  • » ______________________________________________Octobre/Novembre 2011 Figure n°29 : Structures liées au bâtiment n°1, ayant livré du mobilier daté entre la fin de l’âge du Bronze et le 1er âge du fer. Figure n°30 : Restitution architectonique partielle et hypothétique du bâtiment n°1 : paroi périphérique à poteaux porteurs et
  • suggèrent une probable mise en place d’un enclos d’habitat de plan trapézoïdal à parcellaire associé, vers la fin de l’âge du Bronze et le 1er âge du Fer. De nombreux fossés, dénués d’éléments datant, dont l’orientation coïncide avec ce premier état de parcellaire, sont susceptibles
  • d’appartenir à cette période. Il est très probable que l’orientation de l’ancien parcellaire ait perduré ou à influencé l’implantation de nouvelles limites jusqu’à la fin du second âge du Fer, à en juger la présence de quelques rares tessons de céramiques découvert dans une fosse et un
  • Commune Theix Année 2009 Section XO, Parcelles : n°03 Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Non communiqué Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné Dates d’intervention sur le terrain
  • ? Peinture Paléolithique Mésolithique et Épipaléolithique Chalcolithique Protohistoire âge du Bronze Structure agraire Sculpture Urbanisme Inscription Maison ... ancien Structure urbaine moyen Foyer récent Fosse âge du Fer Études annexes Sépulture Géologie Hallstatt
  • (premier âge du Fer) Grotte Datation (C14) La Tène (second âge du Fer) Abri Anthropologie Antiquité romaine (gallo- Mégalithe Paléontologie Artisanat Zoologie République romaine Argile (atelier) Botanique Empire romain Atelier Palynologie Haut-Empire (jusqu’en 284
  • dans un contexte archéologique sensible, au lieu-dit « Le Clérigo » au Nord de Theix dans le Morbihan, a amené le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne à demander une évaluation du potentiel archéologique (fig.01 à 05). En effet, les travaux envisagés sont susceptibles par
  • stockage des déchets inertes. Après un accord entre l’aménageur et les service de l’état (SRA Bretagne), et pour ne pas interrompre le bon déroulement du stockage des déchets inertes (comme il était stipulé dans les conventions), la partie S/O de 18 Theix (56), « Le Clérigo
RAP03194.pdf ((29). Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l'âge du Fer en Cornouaille. Rapport de PT 2015)
  • (29). Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l'âge du Fer en Cornouaille. Rapport de PT 2015
  • Archéologie - Centre départemental de l’archéologie (DCSJ/CDPM) du Conseil départemental du Finistère a souhaité reprendre un programme d’inventaire sur les stèles gauloises de l’âge du Fer, initié dans les années 1990. Si nombre d’entre-elles ne sont plus en contexte archéologique, les
  • complets ont systématiquement été relevés perpendiculairement : soit une vue de face et de coté dans le plan vertical de symétrie du monument. 17 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015
  • départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 Dans le cas des sommets à calotte sphérique, certains ont une surface aplanie, induisant un tassement dans la silhouette de ces stèles
  • environ deux siècles. En témoignent les rares sites funéraires fouillés, des nécropoles à incinérations de la fin de l’âge du Fer et du début du second âge du Fer, dont la présence devait être probablement signalée par ces monuments en élévation (cf. Melgven, Kerviguérou). Sur les 350
  • Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l’âge du Fer de CORNOUAILLE (29) Arrêté de prospection thématique SRA 2015-015 Bertrand GRALL (dir.), CDA Anne-Françoise CHEREL, INRAP Emeline LE GOFF, INRAP Quimper – Le Faou : Conseil départemental du Finistère
  • , Centre départemental de l’archéologie Décembre 2015 Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 Grall B., (dir.), Cherel A.F., Le Goff E., 2015, Rapport de
  • prospection archéologique et inventaire des stèles de l’âge du Fer de CORNOUAILLE (29). Quimper - Le Faou : Conseil départemental du Finistère, Centre départemental de l’archéologie - Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, 2015. Avis au lecteur Le présent rapport comporte les
  • destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de
  • »……………….-253-2-2 Hiérarchiser les critères de discrétisation………………………….-263-3 SIG (QGIS) : analyser et cartographier les stèles en Cornouaille……….…-293-3-1 Qu’est-ce qu’un SIG et dans quel dessein ?......................................-293-3-2 Architecture du SIG liée à la prospection
  • ?...........................................................................................-363-6 Bibliographie……………………………………………………………...……-36- -2- Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 4- Origine des stèles gneissiques du Finistère Sud. Etude
  • TREFLEVENEZ TREGARVAN TREGOUREZ TREGUENNEC TREGUNC LE TREHOU TREMEOC TREMEVEN TREOGAT LE TREVOUX Conseil départemental du Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 Introduction La Mission
  • 1-1-Historique de la prospection-inventaire A l’instigation de l’Institut culturel de Bretagne, un programme régional d’inventaire des stèles de l’âge du Fer est initié en 1987. Le territoire est découpé en 5 zones : le Trégor en Côtes d’Armor, le Léon et la Cornouaille en
  • Finistère, l’arrondissement de Lorient Pontivy et celui de Vannes en Morbihan. Le Service départemental du Finistère, par l’engagement de son archéologue, Michel LE GOFFIC, a pris en charge la direction du programme prospection et inventaire de la Cornouaille dans les limites
  • à nous interroger sur la définition du terme de « stèle » de l’âge du Fer, ou tout du moins à en affiner la description et les réalités physiques intrinsèques, nous conduisant ainsi à repenser le mode d’enregistrement. Au-delà d’une simple comptabilité, cet inventaire a pour
  • dégager des types et d’en rédiger les caractéristiques principales, voir de proposer une définition morphologique d’une stèle à la période de l’âge du Fer. Au regard de la typologie des stèles ainsi obtenue, l’objectif est de croiser le type par rapport à sa localisation géographique
  • les membres du CDA. Il est à noter ici l’apport substantiel dans cette étude, de la documentation de J.PEUZIAT. Celle-ci est constituée de photographies noir et blanc, relevés de cadastre, minutes de terrain au 1/10ème, notes et croquis. L’ensemble a été photocopié en noir et blanc
  • Finistère Prospection des stèles de l’Age du Fer de CORNOUAILLE Centre départemental de l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 2-3 Les relevés Dessiner une stèle de l’âge du Fer revient à lui reconnaître des attributs physiques et/ou ornementaux caractéristiques à cette
  • l’observation de plus 450 stèles par B. GRALL, sur le département du Finistère. Définition : Une stèle de l’âge du Fer est un monument monolithique taillé, en totalité ou en partie. Sa morphologie peut être générée à partir d’un bloc naturel et en trahir la forme originelle ou prendre une
  • l’archéologie Arrêté 2015-015 Bertrand GRALL 2015 Présentation de la fiche d’enregistrement (fig. 4) La fiche est organisée en 2 volets qui rassemblent, d’une part, les données administratives et géographiques et, d’autre part, les éléments descriptifs du monument. Les informations dans le
  • descriptive, il est apparu plus opportun de scinder le volume en deux tronçons bien qu’il soit constitué d’un sommet, d’un tronc et d’une embase. En effet la description du volume de l’embase n’a pas été retenue comme critère déterminant dans l’élaboration de cette approche typologique car
RAP02603.pdf (PCR Brécilien. étude interdisciplinaire d'une forêt mythique. bilan d'activités 2010. projet collectif de recherches)
  • rouge due à la présence d'un oxyde de fer, l'hématite (Fe203), disséminé la matrice. Ses formations se répartissent en bordure des plateaux ordoviciens et dans les vallées encaissées qui les creusent. En partie centrale du massif, les Grès armoricains succèdent aux schistes pourpres
  • fours découverts dans le sondage S2 du site de la Fenderie au Gué. 3.2 Production de fer médiévale Afin de mieux assurer la datation des ferriers à scories spongieuses du massif de Paimpont, de tenter d'estimer la durée de fonctionnement des ateliers et tenter de reconnaître
  • activité de défrichement. Nous nous intéresserons aussi aux questions reliant monachisme et métallurgie comme celle de la possible présence de forges monacales au XIIIeme siècle (Duval 1998) ou celle de l'origine du fer utilisé dans les bâtiments religieux. Il s'agira également de
  • dans un espace qui courait d'est en ouest de Campénéac à Montfort-sur-Meu et du nord au sud, de Concoret ou SaintMalon-sur-Mel jusqu'à Saint Malo-de-Beignon, ce qui représente un territoire d'environ trente kilomètres de long par une dizaine de large. Or, lorsqu'on se reporte à la
  • de la partie nord-ouest d'une grande unité sédimentaire qui a été déformée par des plissements à la fin de l'ère primaire : les synclinaux paléozoïques du Sud de Rennes. Contrairement aux formations classiques de la Vilaine, ce secteur présente des horizons sédimentaires dont le
  • autour du massif et dans les zones de plus faibles altitudes en son centre (Tréhorenteuc, Concoret). Il s'agit en fait de schistes et grès verdâtres à gris formés à partir de sédiments marins qui se sont déposés au cours du Briovérien, il y a environ 550 millions d'années. Par endroit
  • France) 4. Cadre pédologique. Le massif de Paimpont présente une grande diversité de sols qui résultent de la variabilité du substrat et du relief (Figure 7). Dans les secteur de fortes pentes et plus particulièrement en zone schisteuse, les sols sont lessivés et s'érodent. Des
  • Paimpont, montrant ainsi que les minerais de fer de ce domaine sont intensivement exploités depuis l'Age du Fer. Les travaux réalisés en 2010 sur le massif de Paimpont se déclinent en opérations de prospection thématique, sondages et fouille archéologique. Le lancement d'analyses
  • nouveaux ateliers métallurgiques, majoritairement des sites dits « à zone rouge », dans un secteur compris globalement entre Paimpont et Plélan-le-Grand, grâce à la persévérance de Jean Boucard, Guy Larcher et Marie-José Legarec notamment. Du sud au nord on recense (Figure 8) : - quatre
  • sites dans la partie boisée au sud de Le Cannée, dont l'atelier de Moustache, qui a fait l'objet cet été d'un sondage, et quelques indices de sites plus modestes, - six sites au nord de l'étang des Forges, dans la zone du Breuil au Seigneur, dont cinq ateliers qui ont pu être sondés
  • réduction du minerai de fer appartenant à priori au second âge du Fer, si l'on se réfère aux bouchons d'argile conique découverts sur ces ateliers. La fouille a permis de mettre au jour, de façon tout à fait inédite pour le secteur, un bas fourneau de section circulaire, dont la cuve
  • se serait ainsi déplacée depuis le nord-est du site, en hauteur, vers le sud-ouest de celui-ci en contrebas, aux abords du ruisseau de Trécélien. Si l'on en croît les analyses radiocarbone cette évolution s'étend au minimum sur un siècle. Compte tenu des fourchettes d'incertitude
  • dans cette partie sud du ferrier. On rappellera simplement que le volume de ce dernier est estimé à 850 m (environ 750 t). La partie nord du ferrier a livré les vestiges de deux autres bas fourneaux. Il serait utile de poursuivre cette recherche chronologique par le biais des
  • écoulement des scories dans une fosse sous le four (scories piégées) ou à l'extérieur du four (scories écoulées). Les deuxièmes correspondent à des scories écoulées très huileuses correspondant au fonctionnement de bas fourneaux de très petites dimensions ayant fonctionné à la fin du
  • dans la charge du four, et une richesse plus importante en éléments lithophiles (tous les éléments qui ne restent pas associés au fer) à cause du meilleur rendement (on enlève plus de fer, doit il reste en proportion plus des autres éléments). Il n'est pas possible de faire une
  • , (éléments que l'on retrouve en forte proportion dans des argiles et dans les passées gréseuses) et moins de Si. Par contre ils contiennent du Co, Cu, Ni, Zn (éléments métalliques qui peuvent se concentrent en même temps que le fer lors des phénomènes d'altération de surface, c'est ce qui
  • de sites paléométallurgiques déjà inventoriés dans la moitié occidentale du massif suggère que cette activité a joué un rôle important dans l'occupation de la forêt de Brécilien, aussi a-t-il été décidé de créer un troisième axe de recherche autour de cette thématique
  • Polymathique du Morbihan en 1893 sous le titre « Revenus de la forêt de Brocéliande ». Dans cet article, l'auteur retranscrit en totalité les recettes et dépenses détaillées, générées par la Forêt de Brécilien et la châtellenie de Plélan pour l'année 1419. Il est également fait mention du
  • • : lieux cités dans les "Usements" : commune cités dans les "Usements" 0 5 km : lieux cités dans les revenus de 1419 N. Girault. J.C.Oillic Figure 1 : Carte de répartition des lieux de résidences des usagers de la forêt de Brécilien mentionnés dans les archives du XVeme siècle
  • d'emprise du P.C.R Contexte de l'étude. 1. Cadre géographique. Le massif de Paimpont se situe en Bretagne, aux confins des départements de l'Ille-et-Vilaine et du Morbihan (Figure 3). D'une superficie d'un peu plus de 7000 ha, il s'étend principalement sur la commune éponyme de
RAP02376.pdf (PLOEMEUR (56). kerham-lann porz menec'h. rapport de fouille programmée)
  • . Bihan). Anne Villard-Le Tiec Conservateur au Service régional de l'archéologie de Bretagne 2 PLOEMEUR, Kerham - Lann Porz Menec'h (Morbihan) Un monument funéraire du premier âge du Fer ? Le site de Lann Porz Menec'h, au sud-ouest du hameau de Kerham, commune de Ploemeur
  • Bloqué (au nord-ouest) au Courégan (au sud-est), dont il avait fouillé la plupart des structures funéraires dans les années 1891-1896 (fig. 2). Fig. 1 : Carte de localisation du site de Ploemeur, Lann Porz Menec'h (Morbihan) (dessin C. Magiterri) Fig. 2 : Carte de l'environnement
  • disposée au centre du tumulus. Cette fosse, de 2,80 m sur 1,20 m et orientée nord-nord-ouest sud-sud-est, est creusée dans le limon jusqu'au socle granitique ; ses bords sont réguliers (fig. 7, coupe B-B') sauf le côté est qui semble remonter en formant une petite dépression (coupe D-D
  • : Reconstitution hypothétique de la seconde phase d'utilisation du site (dessin C. Magiterri) - dans le quart sud-ouest, deux structures ont été aménagées dans la masse de pierres : - des blocs provenant sans doute du parement effondré forment la bordure d'une fosse oblongue de 0,90 m x 0,35
  • premier et du second âge du Fer, bien qu'on dispose de peu d'associations avec du mobilier datant. - Le fond d'un vase, probable urne cinéraire adventice, a été découvert « immédiatement au nord de la sépulture n° 5 » (Lecornec 1997 p. 33), dans le chablis d'un arbre abattu par la
  • âge du Fer, peut-être en raison de l'absence de fouille méthodique des tertres et de leurs abords (cf. cidessus). Il n'est d'ailleurs pas impossible que des sépultures à incinération aient été déposées dans le monument circulaire comme dans le Tuchenn Pol. Un dessin de Le Pontois
  • dans le sud-ouest de la péninsule armoricaine, antérieurement au développement des cimetières à incinérations du Hallstatt D3 et de La Tène A. Si l'on tient compte du laps de temps écoulé entre la construction du tertre parementé et l'aménagement des tombes adventices dans les
  • DRAC-SRA - 3'JUIL 2007 * ARRIVEE PLOEMEUR Kerham - Lann Porz Menec'h (Morbihan) Un monument funéraire du Premier âge du Fer ? Rapport de Fouille programmée 2005 Anne VILLARD-LE TIEC avec la collaboration de Gilbert LE DELLIOU, Thierry LORHO et Caroline MAGITERRI Service
  • porté que sur le monument lui-même à l'ouest alors qu'il a été étendu un peu plus largement vers l'est. Le décapage manuel a été effectué sur la quasi totalité du tumulus, un dégagement plus fin n'étant pratiqué que sur la partie centrale et un quart sud de celui-ci. 7 Fig. 6
  • : Plan général du monument circulaire de Ploemeur, Lann Porz Menec'h (dessin : C. Magiterri) Deux bermes perpendiculaires ont été implantées de manière à conserver un témoin stratigraphique de la partie centrale du tertre et une coupe a été réalisée dans la partie sud-est du site
  • Pontois (cliché Le Pontois - fonds S. Bihan) - - - Une assise de pierres disposées sur le paléosol est partiellement conservée le long de la face interne du parement, notamment dans le quart sud de la structure (fig. 11); elle correspond très probablement aux vestiges du blocage
  • telles structures est difficilement identifiable en l'absence de fouilles récentes et de mobilier déterminant. On peut également attribuer à Le Pontois d'importantes perturbations comme l'absence de pierres le long de la face sud-ouest du parement délimitant le monument initial et
  • dans le quart ouest de la fouille, où les seuls blocs mis au jour proviennent exclusivement du parement, visiblement repoussé vers l'extérieur après le démontage du tumulus. Problème de la datation du monument initial Les constructions de tumulus aux parements de pierres
  • ). La nécropole s'est implantée autour d'un grand tumulus néolithique à couloir (n° 6), qu'elle intègre dans une ligne nord-est sud-ouest d'au moins sept tumulus de pierres parementés, trois tombelles en terre venant visiblement s'agréger à cet ensemble par la suite (n° 9 à 11). Le
  • 2,20 m x 1,10 m 1 (ou 3) stèle (s) intégrée(s) dans le parement du caveau ou du tertre 3 14,50 m x 0,30 8,60 m x 0,30 m 1,80 m x 1,10 m Fer de lance Le Bono, Le Rocher (Morbihan) - Groupe 2 En l'absence de mentions d'ossements incinérés et de charbons de bois, l'inhumation
  • d'habitat voisin, occupé depuis au moins La Tène A, et la présence de tessons à cordons digités gisant sous les éboulis du tumulus n° 1 accréditent une datation au premier âge du Fer au plus tard (Tanguy 1989,1997a). N Diamètre et hauteur du tertre Diamètre et hauteur du parement
  • l'âge du Bronze (Briard 1984, p. 66-70), sans que l'on sache si l'usage des coffres se poursuit jusqu'à la fin du premier âge du Fer. Comme précédemment et malgré l'absence d'éléments de datation des sépultures 1 et 2, nous proposons de les attribuer à une période antérieure à la
  • prononcer sur les pratiques funéraires observées dans ce monument à partir des archives laissées par le fouilleur. On notera l'absence apparente de sépulture au centre du monument, même si le vase n° 3 occupe une position relativement centrale, à l'extrémité d'une zone oblongue de 4,50 m
  • 1997b p. 29-31 et 60). En conclusion, et malgré l'absence d'éléments déterminants, il semble possible d'attribuer le monument circulaire de Lann Porz Menec'h au premier âge du Fer et, en l'absence de charbons de bois et d'ossements incinérés, à une phase où l'inhumation prédomine
  • un camp de l'âge du Fer à Landeleau (Finistère). Fouilles en 1980., B.S.A.F., t.CXIII, p.27-53, 12 fig. CHEREL A.-F., 1996 .- Ornementation et comparaisons des céramiques armoricaines du deuxième âge du Fer, Mémoire de D.E.A., Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, 233 p
RAP03321_2.pdf ((22). La Bretagne intérieure du Néolithique au seuil de l'Age du Bronze : implantation des sites et organisation des territoires. Rapport de PD 2016)
  • (22). La Bretagne intérieure du Néolithique au seuil de l'Age du Bronze : implantation des sites et organisation des territoires. Rapport de PD 2016
  • Emprise au sol : 60 m2 État de conservation : Ruiniforme Implantation dans le paysage : Géomorphologie : Massif de Quintin Altitude : 203 m Topographie : Replat de pente à mi-hauteur de versant sud-ouest Géologie : Schiste gréseux de Gouarec Réseau hydrographique : À 980 m au SE
  • conservation : Partiellement ruinée à détruites. Implantation dans le paysage : Géomorphologie : Massif de Rostrenen Altitude : 229 m Topographie : Replat sommital et mi-hauteur de versant Géologie : Schiste de Gouarec Réseau hydrographique : À 500 m au sud du Blavet et à 780 m à
  • vraisemblablement Bronze ancien État de conservation : Bon Implantation dans le paysage : Géomorphologie : Massif de Quintin Géologie : Granit de Quintin, faciès de Plésidy Topographie : Rupture de pente à mi-hauteur du versant Sud. Altitude : 242 m Réseau hydrographique : Une source
  • d’affleurement : nord et sud, faces d’arrachement : est et ouest. Remarque : Structure : Morphologie : Bloc dallaire dont les deux grandes faces sont orientées vers les rives du ruisseau et non dans son sens d’écoulement du sud vers le nord. Longueur :nr Largeur : nr Épaisseur : nr
  • du Blavet aménagé par le Canal de Nantes à Brest. Ouverture sur le paysage : Situé actuellement au coeur d'une petite prairie s'ouvrant largement au sud-ouest mais la vue est malheureusement obstruée par des haies arborées du nord au sud-ouest par l'est. Si couvert végétal de
  • , modifié) (2.), depuis le nord (3.), l’est (4.), le nord-ouest (5.), l’ouest (6.), le sud-ouest (7. et 8.), le talus directement au sud dans lequel se trouvent des éléments d’orthostates ou de dalles de couverture (9.). Le vase de style « pot de fleur » retrouvé au sein de la sépulture
  • niveau, de 10 km au nord jusqu'au du rebord du plateau de Quintin de 1,6 km au nord-est, de 15 km à l'est, de 300 m au sud-est, de 100 m au nord, de 120 m au sud-ouest. Peu probable que le locus ait un jour eu visage de marécage. Si couvert végétal de type friche, idem que pour les
  • : 210 m Géologie : Anticlinaux méridionaux gréseux du Bassin de Châteaulin Réseau hydrographique : A 730 m à l’est du ruisseau de Crennard. Ouverture sur le paysage : Visibilité actuellement limité au bosquet dans lequel le petit cairn se trouve hormis au sud. Si couvert végétal
  • État de conservation : Bon Implantation dans le paysage : Géomorphologie : Massif de Moncontour, Topographie : Replat sommital Géologie : Granit de Moncontour, faciès de Plémy Altitude : 192 m Réseau hydrographique : A 370 m au nord du ruisseau du Dreny. Ouverture sur le
  • paysage : Visibilité actuellement limité au bosquet dans lequel le menhir se trouve . Si couvert végétal de type clairière, visibilité d’1,5 km à l’ouest, d’1,5 km, au nord-ouest, de 170 m au nord, de 800 m au nord-est, de 2 km à l'est, d’1,1 km au sud-est, de 810 m au sud, de 3,5 km
  • déchaussés et redressés avec le concours du SRA Bretagne (Tinevez, 2015). Implantation dans le paysage : Géomorphologie : Massif de Moncontour Topographie : Replat sommital d’un éperon naturel Géologie : Granit de Moncontour, faciès de Plémy Altitude : 188 m Réseau hydrographique : À
  • ~ Menhirs Le Dreny 1 b et c 3. Menhirs Le Dreny 1 b et c 4. ~ 481 ~ 5. ~ 482 ~ 6. 7. ~ 483 ~ 8. ~ 484 ~ 9. 10. ~ 485 ~ 11. 12. Figure 258 : Menhirs du Dreny 1 b et c depuis le sud-ouest (1.) et l’ouest (2.), depuis le sud-est (3., 4., 5.), depuis le sud (6.), depuis
  • le sud-ouest (7. et 8.), l’ouest (9.), le nord (10.) et le nord-est (11.) (Clichés R. Jallot, 2014). J-Y Tinevez en compagnie du propriétaire de la parcelle et du maire à l’occasion du redressement des menhirs du Dreny (12.) (Ouest-France, 24/09/2015). ~ 486 ~ Menhir de
  • au sud-est-est, à 502 m au sud, à 475 m au sud-sud-ouest, à de 640 m au sud-ouest-ouest. Si couvert forestier de type chênaie mixte ou hêtraie, la visibilité se réduit à 10 m. Orientation : Implanté vraisemblablement pour indiquer la ou les sources du versant sud. Remarque
  • : Présence d’une très possible dalle de couverture de coffre funéraire attribuable au Néolithique final ou âge du Bronze, à quelques mètres seulement au Sud du monolithe. Structure : Morphologie : Menhir : Bloc oblong; pavage sous-jacent en double rang de pierres posées à plat sur le sol
  • . Dans le parc ar Peulven, menhir de granit quadrangulaire de 8,40 m de haut ; l’un des plus beau du département. Les faces sud et nord ont en moyenne 2 m de large, celles de côté 1,70 m. il est entouré à la base d’un pavage presque circulaire formé d’un double rang de pierre posées à
  • .), depuis le nord-ouest (6.), le menhir et la dalle depuis le sud-ouest (7.), la dalle depuis le sud (8.), le menhir et la dalle depuis le sud (9.), la dalle depuis le sud-est (10.) (Clichés, R. Jallot, 2013). ~ 496 ~ Menhir du Coat-Ty/Toul Dû Figure 262 : Localisation du lieu-dit
  • terrain : Privé Emprise au sol : 80 cm2 État de conservation : Bon Implantation dans le paysage : Géomorphologie : Massif de Quintin Topographie : Bas de versant Altitude : 226 m Géologie : Granit de Quintin, faciès de Plésidy Réseau hydrographique : A 30 cm à l’est du ruisseau
  • orientale (3., 5., 6. et 7.), vue dégagée en direction du nord et de l’écoulement du ruisseau du Touldu (4.), monolithe depuis le sud (8.), le sud-ouest (9.), l’ouest (10. et 11.), depuis le nord-ouest (12.), le nord-nord-ouest (13.), le nord-est (14.) (Clichés R. Jallot, 2014). ~ 510
  • : 2016 : YI 9 Nature du terrain : Privé Emprise au sol : 3,50 m2 État de conservation : Bon Implantation dans le paysage : Géomorphologie : Massif de Moncontour Topographie : Mi-hauteur de versant Altitude : 198 m Géologie : Granit de Moncontour, faciès de Plœuc-sur-Lié Réseau
RAP03193.pdf (BIGNAN (56). Le Grand Clézio. Rapport de sondage 2015)
  • BIGNAN (56). Le Grand Clézio. Rapport de sondage 2015
  • (fig. 35) 33. Le district, constitué d’au moins 80 ferriers et de plusieurs zones d’extraction du minerai de fer, forme une bande s’étirant sur une douzaine de kilomètres d’est en ouest et sur environ 4 km du nord au sud (fig. 36). Un travail de typologie a permis de définir quatre
  • nord, vers la zone industrielle du Barderff. Orientée est-ouest, l’enceinte est implantée en milieu de pente du versant sud d'un plateau, où elle domine une vallée au sein de laquelle coule le ruisseau de Keriolas (fig. 3). Le site profite d’une petite éminence, délimitée, à l’est
  • mémoire de Master 2 intitulé « Les sites fortifiés de l’âge du Fer dans le Morbihan (VIIIe-Ier siècles av. J.-C.) », soutenu à l’université Rennes 2 en septembre 2015, sous la direction de V. Defente 15. Un des axes de recherche développés lors de ce travail a été l’étude de
  • accessibles. En outre, au vu de la superficie importante de l’enceinte, l’hypothèse de l’identification d’un oppidum de la fin de l’âge du Fer avait été proposée 16. - 15 16 Dans cette perspective, le sondage a poursuivi deux objectifs principaux : documenter l’architecture interne du
  • automobilistes le déroulement de l’opération de sondage (fig. 12). Figure 12 : Vue du sondage depuis la route communale (cliché : Y. Dufay-Garel). 17 2. LE SITE FORTIFIE : TOPOGRAPHIE DES VESTIGES 2.1. Tracé et morphologie de l’enceinte 2.1.1. Les tronçons conservés, au sud-ouest A l’heure
  • angle sud-ouest (fig. 13, 22). Situé à cheval sur deux parcelles, il n'a pas pu être entièrement identifié. Les dimensions ne sont connues que pour le côté ouest (48 m). Les fossés nord et sud se prolongent vers l’est dans la parcelle voisine. La partie visible mesure 23 m pour le
  • accentuant la dénivellation. La datation de l’enceinte n’est pas connue. Elle semble s’appuyer contre le rempart, au sud, et pourrait donc lui être postérieure. Figure 21 : Photographie satellitaire de la partie ouest de l’enceinte du Grand Clézio. Le petit enclos quadrangulaire est
  • , selon un gradient nord-sud. Au sud, le micaschiste est altéré et se délite facilement en plaquettes décimétriques orientées est-ouest (Us. 40). Au nord, ce dernier présente un aspect décomposé (Us. 38), proche de l’argile bleu-jaune que l’on retrouve à l’extrême nord du sondage (Us
  • , limitées du fait de l’étroitesse du sondage, semblent être en adéquation avec les informations fournies par les habitants des villages voisins (Cöet er Sal, Le Petit Clézio). Dans la ferme du Grand Clézio, à 100 m au sud du sondage, des terrassements effectués dans les années 1980 ont
  • nord-ouest (cliché : Y. Dufay-Garel). 31 Figure 25 : Cliché du sondage en fin de fouille, vu depuis le sud (cliché : Y. Dufay-Garel). La masse du talus est constituée d’une succession de couches assez homogènes, amoncelées les unes sur les autres du sud vers le nord. L’ensemble
  • . 23 A cet emplacement, la coupe a davantage été reculée lors de l’arasement du talus en 1973. Cela explique la présence de terre végétale jusqu’au contact du parement. Le palier de sécurité a été reculé, dans un deuxième temps, afin d’obtenir une coupe propre dans la masse
  • coupe, au niveau du parement interne (cliché : Y. Dufay-Garel). 3.5. Mobilier Aucun mobilier datant n’a été recueilli lors du sondage. Les seuls artefacts archéologiques qu’a livré le sondage se résument à trois fragments de scories de fer, contenus dans la couche d’éboulis du
  • 37 4. CONCLUSIONS Réalisée dans le cadre d’un mémoire de Master 2 portant sur « Les sites fortifiés de l’âge du Fer dans le Morbihan (VIIIe - Ier siècles av. J.-C.) » 27, la demande de sondage a concerné le site du Grand Clézio dans la mesure où l’hypothèse d’un éventuel oppidum
  • non équarris, disposés en gradins. Le fossé jouxtant le talus, au sud, n’a pas pu être étudié dans la mesure où la route actuelle en reprend le tracé. On peut émettre l’hypothèse que ses dimensions devaient être approximativement similaires à celles du talus. Si l’on s’en tient aux
  • résultats de l’opération de sondage et aux informations obtenues concernant l’architecture du rempart, la fortification trouve autant de comparaisons régionales avec des sites de l’âge du Fer (Vieux Château, à Belle-Ile-en-Mer, dans le Morbihan 29 ; CastelPenledan, à Ploudaniel, dans le
  • à partir de la fin de l’âge du Fer et perdurent jusqu’au Moyen Age central. Figure 35 : Sites fortifiés et exploitation ancienne des ressources naturelles : ressources métallifères (exploitation diachronique) et sel (exploitation à La Tène finale). Le site du Grand CLézio est
  • l’intérieur de l’enceinte du Grand Clézio que dans son environnement immédiat, est source d’interrogations. L’implantation de ce site fortifié est-elle à mettre en relation avec la présence de minerai de fer ? Le site fortifié a-t-il eu pour fonction, à un moment donné, le contrôle de
  • nord-ouest de la France, actes du Séminaire archéologique de l’ouest (Rennes, 20 février 2015), Mémoires de Géosciences, à paraître. DARE, DUFAY-GAREL, 2015 - S. DARE, Y. DUFAY-GAREL, Autour du Golfe du Morbihan, les Landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine, rapport de
  • -GAREL, Les sites fortifiés de l’âge du Fer dans le Morbihan (VIIIe-Ier siècles av. J.-C.), mémoire de Master 2, université Rennes 2, Rennes, 2015, 2 vol. HERVE, 1989 - M.-L. HERVE, Inventaire des enceintes de terre dans le département du Morbihan, d’après les carnets de Sir Mortimer
  • , Er Hastel, rapport de sondage, SRA de Bretagne, Rennes, 2013. MAGUER, 1995 - P. MAGUER, Prospection thématique sur les enceintes fortifiées de l’âge du Fer dans le Finistère. Sondage sur la fortification de Castel-Penledan au Moulin du Folgoët (Ploudaniel), rapport de prospection