Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3930 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01283.pdf (VANNES (56). rue de l'Étang. rapport de fouille préventive)
  • VANNES (56). rue de l'Étang. rapport de fouille préventive
  • fouilles de reconnaissance permettant d'évaluer la nature et l'étendue du site. A emplacement exceptionnel, point haut de la colline de Boismoreau, correspondent des découvertes exceptionnelles. Les vestiges découverts fondaient l'hypothèse de la présence d'un forum, centre à la fois
  • politique et religieux du chef-lieu de la cité. La présence de cette parure monumentale imposait la poursuite de la fouille. LES RESULTATS DE LA CAMPAGNE 1989 I. Une basilique La campagne de 1989 a permis de mettre au jour le plus vaste monument romain découvert à VANNES. Ce grand
  • édifice de 55 m sur 27 m avec des murs larges de 1,50 m, semble, d'après son plan, avoir été une basilique romaine. La basilique dans le monde romain était le lieu affecté à l'administration de la justice, et celui où l'on traitait les affaires judiciaires d'un caractère civil et
  • de l'étang au duc, où elle rejoignait les axes desservant NANTES et RENNES. Elle emprunte son ancien nom - Gillard - à un évêque breton qui dirigea le diocèse de NANTES jusqu'à la mort de NOMINOE (851) et qui serait né dans cette rue, indication précieuse qui semblerait attester
  • l'ancienneté de cette voie. A la fin du Moyen-Age, la "Crouez-Cabelle" est mentionnée entre l'église Sainte-Catherine et l'étang au duc, où le voyageur Dubuisson-Aubenay vit en 1636 "un grand moulin à quatre roues à la mode de Bretagne pour moudre blay". Jusqu'au 18ème siècle, cette rue
  • abrite surtout des artisans du textile, drapiers et cardeurs de laine, métiers souvent rejetés en périphérie urbaine où, comme ici, ils trouvaient l'espace et l'eau nécessaires à leur activité, de même que les tanneurs de la proche rue de la Tannerie. Au 18ème siècle, le groupe qu'ils
  • formaient était désigné sous l'appellation vulgaire de "pis-mignettes" : en Avril 1789, ils furent les principaux acteurs des émeutes qui marquèrent les débuts de la Révolution à VANNES. Cette activité textile s'estompe et disparaît au 19ème siècle. A l'aube du 20ème siècle, la rue de
  • direction de) : Histoire de VANNES et sa région (1988) LES INTERVENANTS La campagne de fouilles 1989, rue de l'Etang, a pu avoir lieu grâce à la collaboration de la Municipalité de VANNES, de l'Etat, et du C.E.R.A.M. (Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan). La
  • l'Etat, 10 % du Département, permet de financer les deux tranches de l'opération. La gestion de ce budget est assurée par l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (A.F.A.N.). Le C.E.R.A.M. (Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan) a fourni
  • A.F.A.N., 2 mois) et Pierre-Yves LE FLOCH. Elle est placée sous le contrôle de Monsieur le Directeur de la Circonscription des Antiquités de Bretagne. NOTA Les données et documents contenus dans cette note sont fournis à titre d'information. Le responsable de la fouille se réserve
  • les droits de publication, obligation à laquelle il est réglementairement tenu. LES CONDITIONS DE L'INTERVENTION Depuis 1979, la Municipalité de VANNES et un certain nombre de propriétaires privés sont engagés dans une opération de rénovation immobilière dans le quartier de
  • apparaît ainsi comme une "zone à risque archéologique". Aussi la municipalité et la Direction des Antiquités ont-elles mis en place une procédure permettant le contrôle des permis de construire dans ce secteur. Cette politique de concertation a permis de mener à terme différentes
  • d'importation. Non loin, sur la couronne Nord et Est de la ville, les fouilles de la Rue de l'Abbé Jacob, de l'Avenue de Verdun et de l'Ecole Germaine de Staël ont attiré l'attention sur les quartiers résidentiels et les fouilles de la Rue Sainte-Catherine sur le quartier artisanal. Une
  • nouvelle vision de VANNES antique se dessine ainsi. En 1988, avant le démarrage de l'opération immobilière de la Z.A.C. de l'Etang, le C.E.R.A.M., avec l'accord de la Direction des Antiquités et celui de la Mairie, réalise, après décapage des terres végétales, une première campagne de
  • commercial. Il constituait dans les villes commerçantes le centre de la vie économique. Les basiliques étaient ainsi réservées à des usages les plus divers : réunions de tribunaux, sièges politiques, centres commerciaux, lieux privilégiés pour les flâneurs. En Armorique, on connaît par
  • fouillée en Armorique. Edifiée probablement à la fin du 1er siècle après J.C. sous les règnes de DOMITIEN et de NERVA (*), elle fut en service pendant le 2ème siècle. Siècle des Antonins, "âge d'or" de la période romaine, c'est le siècle de la "paix romaine", qui voit l'essor des villes
  • de Gaule, la construction de grands monuments et le développement de l'économie, période de prospérité avant la crise du 3ème siècle. .../... (*) Les datations nous sont fournies par les nombreuses monnaies trouvées sur le site : DOMITIEN (81 - 96), NERVA (96 - 98
  • ), TRAJAN (98 - 117), FAUSTINE"(épouse d'Antonin LE PIEUX), Antonin LE PIEUX (138 - 161), FAUSTINE JEUNE (épouse de Marc AURELE) (161 - 180) II. Des tours accolées Plus tardivement, au 3ème ou 4ème siècle après J.C., deux tours ont été accolées au mur Est de la BASILIQUE. Ces tours ont
  • l'urbanisme vannetais, antérieures à l'édification de la basilique ont été découvertes. Des installations sommaires avec trous de poteaux et fosses dépotoirs (très riches en mobilier domestique) ont été mises en place à la fin du 1er siècle avant J.C.. On assiste ainsi à la naissance du
  • D R A C 3 SEP. 1989 COURRIER ARRIVÉE LES PAGES QUI SUIVENT ONT POUR OBJET DE PRESENTER AUX ELUS UN PREMIER BILAN DES FOUILLES ARCHEOLOGIQUES ENTREPRISES A VANNES EN 1989, RUE DE L'ETANG, ET QUI DOIVENT SE POURSUIVRE JUSQU'EN 1990. A MI-CHEMIN DE CETTE LONGUE CAMPAGNE DE
RAP01282.pdf (VANNES (56). 1 rue de l'Étang. rapport de sondage)
  • VANNES (56). 1 rue de l'Étang. rapport de sondage
  • André en février 1981 sur la parcelle AO-232, correspondant à l'autre angle de la basilique. Quant à l'intervalle entre ce contrefort d'angle et le premier contrefort, il n'est que de 3,60m, alors que l'autre intervalle mesuré en 1981 était de 3,85 mètres!...Cette différence peut
  • possible de réaliser un sondage archéologique dans la maison de Mr BURBAN, 1 rue de l'étang, pendant les travaux de réhabilitation de cette maison. Ce sondage a été réalisé les 16 et 17 Mars 1991, juste avant que ne soit coulé la dalle de béton. Celui-ci avait pour but de retrouver
  • l'angle de la basilique gallo-romaine. découvert en 1989, Après avoir enlevé le carrelage du vieux sol de la maison, nous avons rencontré immédiatement en dessous, soit environ 0,10m, le contrefort d'angle de la basilique que nous recherchions. Ce contrefort de 2,10m de coté environ
  • rocher. Ce contrefort a été arasé par le nivellement d'un sol moderne (maison actuelle). Aussi, il a été possible en creusant sous le mur de la maison actuelle de trouver le mur de la basilique, qui mesure lm en fondation. Ce contrefort est donc identique à celui trouvé par Patrick
  • AI ain TRISTE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE 1 Rue de l'Etang à VANNES (MORBIHAN) S 6 2 6 ° 0 i3 le 16 et 17 Mars 1991 Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan SONDAGE (autorisation N° 91 10- AH) Département: Morbihan Commune: Vannes Lieu-dit: 1 rue
  • , aux angles très abimés, ne subsistait que sur une hauteur de 0,05m par rapport au rocher naturel qui l'entourait. Nous sommes donc sur les fondations de ce contrefort d'angle; l'absence de parement régulier le prouve. Par contre, les fondations semblent profondément ancrées dans le
  • s'expliquer par le fait que, l'élévation du contrefort d'angle découvert il y a 10 ans, dépassait d'au moins 0,50m le niveau des fondations (ces fondations étaient, par ailleurs, beaucoup plus larges). Maison BURBAN 1 rue de l'Etang .. Vannes
  • de l'étang Cadastre: 1977 BO P.122 Coordonnées Lambert: Ax 218,060 Ay 307,910 Propriétaire: Michel BURBAN Responsable du chantier: Alain TRISTE 13bis rue des 4 frères Crapel 56000 Vannes. Président du CERAM. SONDAGE ARCHEOLOGIQUE (autorisation n* 91—10—AH) Il nous a été
RAP00299.pdf (VANNES (56). 77 boulevard de la Paix. rapport de sondage.)
  • VANNES (56). 77 boulevard de la Paix. rapport de sondage.
  • ) et un sol interne en terre battue(US 337). Des caniveaux(US 328/346)viennent couper le sol externe à une époque difficile à pr éciser,mais de toutes façons antérieure à l'édification de l'entrée monumentale. La basilique borde l'area sacra du forum au nord-ouest (cf. fouilles 19
  • datation IV DESCRIPTION DU MOBILIER REMARQUABLE A. B. C. D. E. F. G. enduits peints pigments stuc céramique et statuettes terre blanche os travaillé objets en métal monnaies V PROBLEMATIQUE FUTURE 1. cadastre du chantier sur le plan 3. plan général 4. plan du forum de la fouille
  • au mur de la basilique,le long de la limite SE de la parcelle, une meilleure lecture des épandages qui se sont succédés lors des divers aménagements du site. C. PROBLEMATIQUE INITIALE. Dans la suite logique du programme de recherche sur le FORUM de Vannes,il convenait de
  • réaliser des recherches complémentaires permettant,d'une part,de retrouver la silique ,dont le contrefort suite du pignon NE de la ba- cornier avait déjà été découvert en 1981, d'autre part,d'affiner l'étude de l'espace sis entre la branche Nord du PORTIQUE et la BASILIQUE,sans
  • perdre de vue qu'en février 1991, la fouille de la parcelle P. 228 avait prouvé que le mur d'enceinte du forum se poursuit au moins 35 m au delà de la basilique,façade SE. -3DONNEES A. DESCRIPTION DES DE LA FOUILLE MURS. 1. PIGNON Nord Est de la BASILIQUE. M 71,: mur
  • et liant: similaires à M 71. Distance entre les faces opposées de deux contreforts: 3,70 m,soit 50 palmes. 2. AMENAGEMENT DE L'ENTREE LATERALE N-E DE LA BASILIQUE. M 74.(axe SE NW) Longueur fouillée: 5,40 m. Largeur: élévation: disparue. fondation: 0,80 à 0,85 m. Hauteur: Matériau
  • complexe ( US 332 à 335). -10US 337. SOL de terre battue à l'intérieur de la basilique,sous US 336 et sur le substrat rocheux. Il recouvre la fosse US 323. US 338. SOL damé à l'extérieur de la basilique. Appuyé sur le redan du pilier central. Mélange très compact (argile,arène sur
  • Auguste (12-14 ap.JC) (N°829) US 346. CANIVEAU creusé dans le substrat rocheux,parallèle au mur de façade nord est de la basilique (M 71). Sous US 327 et 329. Coupé par M 75. Longueur repéréç 8,50 m.Largeur: 0,30 m. Profondeur: 0,25 m au nord ouest,0,10 au sud est. Contemporain du
  • premier état de la basilique,et de 11 78? Ce caniveau semble associé au caniveau déjà décrit US 328, mais ne comporte pas de trace d'arrachement postérieur. US 347. iCANIVË'ÂU parallèle à M 7 5, creusé dans le rocher. L ongueur repérée: 2,30 m. LArgeur: 0,20 m. Profondeur: 0,20 m
  • l'état final du pignon nord-est de la basilique et de ses abords. Elle n écessite la destruction des contreforts du pignon proprement dit , correspondant peut-être au percement de nouvelles ouvertures. Le mur M 78 est également abattu. Un ensemble de murs perpendiculaires(M 74/75
  • ) très puissants viennent s'appuyer sur le pignon de la basilique. Au cours des travaux,M 80 (mur de soutènement d'un vide sanitaire du portique?) est presque entièrement détruit oar la tranchée de fondation de M 75 (US 303/313). La construction de cet ensemble a nécessité,de part et
  • préparation des enduits peints décorant la basilique? C. STUCS N°806 in US 305 Deux fragments moulurés. Longueur maximum: 35 mm! D. N°808 TERRE CUITE ET CERAMIQUE. in US 304 Statuette de terre cuite: fragment de Vénus anadyomène. Main gauche retenant le plissé du vêtement le
  • . a 3. quels étaient la forme et l'usage du four hypothétique qui été aménagé après l'abandon du jardin architectonique? 4.l'angle de 2,50 m de large fait-il vraiment partie du portique nord-est du forum ou appartient-il à un autre bâtiment public. Les vestiges découverts
  • G.RIDEL Alain MASAROTTI Gwendal MOULIN Muriel le PETHOUD Eric PIERRE Marc PLESSIER Germain RIDEL Yan ROBERT Alain TRISTE Mickaël TROADEC est le fruit de la collaboration et A.TRISTE. L'étude des monnaies a de J.HYVERT, été effectuée par Alain MASAROTTI. B. METHODE. La méthode
  • la fosse du coin interne M 76/M 77. fondation: blocs de granité anguleux et blocs de récupération. fondation: mortier de couleur jaune,étalés par couches successives alternant avec les moellons. Empreintes de chaussures M 77 tuffeau de à clous sur deux des couches de mortier
  • . (axe NE-SW) Longueur fouillée: 2,60 m. Largeur: fondât ion : 0,90 m. . Hauteur,matériau et liant similaires M 80 à M 76,dont M 77 est le retour. (axe NE-SW) Longueur fouillée: 2,10 m. Largeur de fondation conservée: 0,30 m (le reste est détruit par la fondation post érieure de M
  • (limite de fouille) Pas d'élévation et fouille des fondations non remplissage (voir US 322). terminée. Mur en négatif Parfaitement parallèle à M 77 et perpendiculaire à M 76: probable dont il faudra analyser la contemporanéité. 4. mur de refend LE MUR A ENDUIT PEINT.(M 78
  • cailloutis,mortier,débris de tegulae. US 304. EXCAVATION (4,00 X 1,60 m) atteignant le fond de la fondation de M 76 et coupant M 75. Même nature que US 303 (davantage de débris de tegulae,cependant). A perturbé partiellement US 303, postérieurement : fragments de sigillée
  • complémentaires. US 305. COUCHE DE DEMOLITION de M 78,qu'elle recouvre,s'étalant sur le sol US 306,au sud-ouest,entre M 75 et la limite sud-est de la fouille. Composée de mortier blanc jaunâtre semblable* à celui qui subsiste dans les fondations de M 78. T^^^vA^
  • forum). Pourrait- être contemporain de .. ■M 78.. -7US 307. SOL BETONNE , sous US 300 et ^ur.US 308. Mortier blanc sur hérisson de cailloux anguleux. Epaisseur totale: 0,15 m. Surface conservée: environ 4 a2. Détruit vers le sud par les fosses modernes US 301-302. S'appuie
RAP00682.pdf (VANNES (56). 110-112 boulevard de la Paix. rapport de sondage)
  • VANNES (56). 110-112 boulevard de la Paix. rapport de sondage
  • Programme archéologique concernant le quartier de la Z.A.C. de l'Etang à Vannes, établi en accord avec la municipalité, avait inclus en 1988 la fouille des parcelles B.O. 131 et B.O. 132, propriété communale et situées dans la zone Est de l'ensemble monumental FORUM. Dans le cadre de la
  • , aux propylées du Forum !... En 1992, la campagne de fouilles a essayé de délimiter l'extension maximale du Forum et la destination de ses structures; cela a nécéssité une technique de fouilles en aire ouverte sans berme, exploitant ainsi au maximum toutes les possibilités de
  • . III. DONNEES DK U FOIWIJR (voir flg. 5) Cette fouille appartenant à l'ensemble Forum, la technique de numérotation des murs, des unités stratigraphiques (U.S.) et des objets est la continuité de celle employée pour toutes les autres fouilles, sur le site du Forum. La structure mise
  • réponses quant à la destination et à la datation des structures exhumées au cours de la fouille de 1992. Des similitudes architecturales indéniables tendent à prouver que nous sommes encore à l'endroit exact de la fouille, sur l'aire dite du Forum Antique: -des similitudes dans les
  • techniques de la construction entre le portique de l'area sacra et de la basilique: U. -une profonde tranchée de fondation dans le substrat rocheux, en -un blocage de pierres anguleuses de gros calibres, en fondation, -une élévation des murs avec parement extérieur de qualité
  • Alain TRISTE-Christophe LE PENNEC SONDAGE ARCHEOLOGIQUE 110-112 Bd de la paix à VANNES (MORBIHAN) Juillet-Août 1992 C.E.R.A.M. Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan SONDAGE (autorisation N° 92-53-AH) (site N° 56-260-056 AH) Département: Morbihan
  • restructuration de ce quartier, deux maisons furent détruites en 1990, la ville de Vannes acquérant les deux parcelles afin de réaménager le carrefour routier à l'embranchement rue de l'Etang et Boulevard de la Paix. L'étude attentive des sources d'archives (plan et cadastres, voir figures 1
  • par par les les les les murs murs murs murs M85 et M87. M85, M86 et M87. M85, M86 et M88. M85 et M88. 1) PegQrïption çies murg: MÔ£: (voirfig. 12. 13. 14 et 15). Ce mur, orienté N/O-S/E, a été fouillé sur une longueur de 13,10m; il se prolonge au Nord dans la parcelle n°130
  • , et au Sud sous la rue de l'Etang; il a une largeur de 1,05m. Sa tranchée de fondation, taillée dans le substrat rocheux, a une largeur de 1,15m et une profondeur de 0,70m. De ce mur, il ne subsiste que 2 sections, dont le soubassement est constitué de gros blocs de granit sans
  • ) Structure dégagée sur une longueur totale de 10,90m; la partie inférieure, constituée de 2 parements de moellons, forme un canal d'une largeur et d'une profondeur de 0,30m. La tranchée de fondation taillée dans le substrat rocheux, a une largeur de 0,80m et une profondeur variant de
  • 0,40m à 0,50m, du Nord-Ouest au Sud-Est (pente d'écoulement). La partie supérieure est constituée de gros blocs de granit et de morceaux de sol bétonné romain (tuileau) récupérés pour la couverture. Le remplissage de ce collecteur composé de terre noire, contient de nombreux
  • le dessus pour recouvrir ce collecteur. US 436: Couche de démolition noire, d'une épaisseur variant de 0,15m à 0,25m. Elle se situe uniquement dans la pièce P3, et s'arrête d'ailleurs au bord de la tranchée du mur M86; on dénote l'absence de tubuli et tegulae. Elle repose sur
  • présence de pierres et ossements, s'ajoute celle d'un DBAG. 36. US 438: Fine couche de mortier blanc d'une épaisseur d'environ 0,01m, reposant sur le rocher de la pièce P3; il s'agit vraisemblablement d'un sol de travail datant de la période de construction de l'édifice. Fosse moderne
  • subcirculaire, d'un diamètre de 1,80m et d'une profondeur de 0,30m, qui a sectionnée le fossé US431 dans son extrémité Est. Son remplissage constitué de terre noire, comporte des fragments d'ardoises et de la céramique moderne (XVIIlème siècle). US 440: (voirfig. 18) Couche de démolition
  • trace de pilette sous la forme d'une lentille d'argile jaune de 0,15m de diamètre. b) fragment de sol, dont les dimensions tiennent dans un carré de lm de côté, et comportant 3 traces de pilettes, sous la forme de lentilles d'argile jaune, dont l'entraxe est proche de 0,60m (voir fig
  • dégradé par la chaleur de l'hypocauste (voir fig. 12). d) le 4ème lambeau de sol est situé au Nord de la pièce P2, en limite de la fouille et de la coupe stratigraphique, sur une longueur totale de 4,40m et sur une largeur d'environ 0,30m; celui-ci comporte 3 traces de pilettes
  • de 0,02m à 0,03m de mortier de tuileau ayant chauffé, affaissée au niveau du fossé ancien, au milieu de P2; sa surface très irrégulière fait penser à un "sol de travail". Elle est située sous la couche US444 et repose sur le substrat rocheux. US 447: (voir fig. 17 et 18) Grand
  • assez régulières, du fait de la présence de roche tendre. Son remplissage, constitué de terre argileuse mêlée d'éclats de roche, est homogène; on note que cette couche est plus fine dans le fond et sur les parois du fossé. Ce comblement, sans doute bref dans le temps (?), est
  • de la fouille, sous la couche US448 et repose en partie sur le sol de béton US450 et sur le substrat rocheux. Ce sol est complété à plusieurs endroits de sa surface, par une couche très dure de petits cailloux (portion de chaussée?). US 45Q: Sol de béton (aire de travail?), d'une
  • épaisseur de 0,05m à 0,10m, situé au Sud-Ouest du mur M85 et s'appuyant sur celui-ci; il s'agit vraisemblablement d'un sol de travail datant de la période de construction de l'édifice; il a un aspect très feuilleté et présente un pendage vers le Sud-Est; ce sol a été traversé
RAP00908.pdf (VANNES (56). rue de l'Étang. canalisation de gaz. rapport de fouille préventive)
  • VANNES (56). rue de l'Étang. canalisation de gaz. rapport de fouille préventive
  • informations archéologiques sur le forum et ses abords: la présence d'un nouvel édifice public gallo-romain au Sud-Ouest, séparé du forum par une voie de circulation. Alain TRISTE et Christophe LE PENNEC VANNES PLACE AVRIL fossés augustoCABELLO murs 1993 o présumes plaque d'égout I
  • / Estimation de l'étendue / Nature du gisement Ville Antique Nature des découvertes Fossé, Edifice publique,Voie Périodes chronologiques.... GALLO-ROMAIN DBSERVATIONS -Confirmation du plan du Forum sud-ouest. -nouvelle chaussée bordant le Forum. CONTENU DU DOSSIER Planches et
  • dessins Photographies légendées.... VANNES - nouvel édifice public au Sud-Ouest du Forum Rue de l'Etang / Place Cabello Cette opération de sauvetage, réalisée en Mai 1993, visait à la surveillance par le C.E.R.A.M., des travaux de réseaux dans la Rue de l'Etang, située sur le Forum
  • l'une des niches présumées du portique et se prolonge au Nord-Ouest, dans un axe décalé. Dans une autre tranchée, cette fois perpendiculaire au forum, d'autres structures ont été constatées, mais n'ont malheureusement pas pu être révélées: -Tout d'abord, le mur Sud-Ouest du portique
  • Alain TRISTE - Christophe LE PENNEC SAUVETAGE ARCHEOLOGIQUE Rue de L'Etang / Place Cabello à VANNES (MORBIHAN) 12 Mai au 12 Juin 1993 C.E.R.A.M. Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihai ERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE BORDEREAU RECAPITULATIF
  • . Elle n'a révélé la présence d'aucune structure, car le rocher apparaissait immédiatement sous la rue. En revanche, la surveillance de travaux de même type réalisés fin Avril 1993, Place Cabello, qui ne rentrait pas dans cette opération, a permi de découvrir des structures gallo
  • -romaines exceptionnelles. Dans une première tranchée quasiment parallèle au forum, est apparu un mur, dont seul subsistait la tranchée de fondation; parallèle à environ 7,50m du mur extérieur Sud du forum, il a été reconnu sur une longueur de 29m. Ce mur forme un angle, symétrique à
  • . -Les traces d'une chaussée, en coupe entre les deux murs découverts. -Enfin, sous cette chaussée, un fossé plus ancien, visible aussi en coupe, d'orientation proche de celle de l'ensemble forum. Ainsi, une simple surveillance des travaux de réseaux peut apporter de précieuses
  • 8,oooAy2 3 0 7 , 9 2Àlt„ 17m BX218,18(By 2307,870 Autorisation (N°, date).... N°93-42 DU 10 MAI 1993 Intervention (début et fin) 12 MAI au 12 JUIN Années antérieures d'intervention Responsable Mr TRISTE Alain Motif d'intervention Suivi de travaux de réseaux GDE
  • O chaussée 3 a place ; B Cabello Q Fossé Augusto-Tibérien et angle n°l d'un bâtiment repéré début 1993 en limite de l'excavation.
  • RAPPORT DE DUILLE PROGRAMMEE /__ / SAUVETAGE URGENT / X / \UVETAGE PROGRAMME / SONDAGE / / PROSPECTION / / r^CALISATION DATES INTERVENTION SITE / Département MOBIHAN VANNES Lieudit : du cadastre Rue de l'Etang, place Cabello 56.260.060 1977 B0 Voie publique ÀX2 1
RAP00298.pdf (VANNES (56). 11 à 15 rue de la Tannerie. rapport de sondage.)
  • VANNES (56). 11 à 15 rue de la Tannerie. rapport de sondage.
  • -temporelle de l'implantation urbaine gallo-romaine primitive; de plus à ces deux fossés s'associe un troisième fossé découvert surle forum (US 216) et présentant le même pendage, le même comblement et la même datation. Aussi, il nous est possible d'avancer l'hypothèse d'un premier
  • Frères CRAPEL 56000 VANNES Président du CERAM ' Après la démolition des trois maisons 11,13 et 15 de la rue de la Tannerie, à l'emplacement du jardin au n°ll (fig.1,2 et 3), il a été possible lors d'excavations pour la construction de parkings souterrains, de faire les constatations
  • de profondeur, par rapport à la surface conservé du rocher. * remplissage de terre brune mêlée d'éclats de taille et de quelques fragments de céramique gallo-romaine précoce. * l'Orientation, les Dimensions et le Comblement sont à rapprocher de ceux du fossé découvert sous la
  • ruelle bordant le mur (M39) du portique au S.O. du forum. Remarque : la datation de ce grand fossé découvert en bordure du forum a pu être précisée: période augustéenne, tibérienne. Ainsi contemporains, ces deux fossés sont les témoins précieux d'une première approche spatio
  • de 2,60m de diamètre -une seconde, plus modeste et moins bien conservée de 1,90m de diamètre Des prélèvements organiques et de bois ont été effectués sur la grande cuve en vue d'études postérieures. Sur le plan historique ces deux cuves sont le témoignage de l'activité artisanale
  • suivantes: un grand fossé (1,80m de large sur environ 10,00m de largeur) et les restes, d'un autre fossé(?) perpendiculaire de 0,50m de large sur 3,80m de longeur) sont apparus dans le substrat rocheux. -Le grand fossé: (fig. 3 et 5) US 298 * de section en v évasé à fond plat,d'1,00m
  • maillage urbain galloromain précoce. -Le second fossé(?) perpendiculaire: US 299 Cette structure semblerait être le négatif d'un mur volé, taillé dans le rocher (0,30m de profondeur, 0,50m de largeur et 3,80m de longeur). Comblement vierge. Ce mur plus haut en nivellement que le grand
  • fossé devait passer sur ce dernier, donc être postérieur, mais difficilement datable (absence de mobilier, etc..) -Lors de la destruction du site, deux cuves modernes de tanneurs avec traces de cerclage et de cuvelage ont été relevées (fig. 6): -une grande cuve parfaitement conservé
  • Département: Morbihan C ommun e : VANNE S Lieu-dit 11,13,15 rue de la TANNERIE \ \ Cadastre : J 1977 BO P 343 - 347 Coordonnées Lambert: Ax 218,160 Ay 307,850 Propriétaire: Mr L. BRUNET 10 RUE DES CHAMOINES 56000 VANNES Responsable: Alain TRISTE 13 Bis rue des 4
  • de ce quartier vannetais qui fonctionnait encore il y a quelques décennies. (Réf. Th LACROIX) Une fois de plus, un sauvetage urgent, de quelques dizaines de m2 (50m2) n'est pas à négliger car, situé à proximité immédiate du forum, il peut s'avérer majeur quant à l'interprétation
  • de l'occupation gallo-romaine vannetaise. F16 . 3
RAP00706.pdf (VANNES (56). 104, boulevard de la Paix. rapport de sondage)
  • VANNES (56). 104, boulevard de la Paix. rapport de sondage
  • la continuité de celle employée pour toutes les autres fouilles, sur le site du Forum. Ainsi, la première U.S. porte le n° 415, et le premier objet porte le n° 850. 1) Description des unités US 415: stratigraphiques (Fig. 2) (Surface). Couche de terre végétale noire
  • l'angle Est de la parcelle. Par ailleurs, située aux abords immédiats des précédentes fouilles du Forum, il était important d'y effectuer un sondage dans le but d'une meilleure approche de 1'area publica de l'ensemble Forum. Le sondage s'est déroulé en Février/Mars 1992, par
  • une équipe du C.E.R.A.M., sur une surface de 20m2 (voir Fig. et 3), n'a révélé la présence que d'un grand fossé. 1 II. DONNEES DE LA FOUTUE: Cette fouille appartenant à l'ensemble Forum, la technique de numérotation des murs, des unités stratigraphiques (U.S.) et des objets est
  • d'environ 0,20m, qui épouse les parois du fossé (voir Coupe A-B). Cette couche, traversée par les US 419 et 420, devait à l'origine remplir la totalité du fossé; elle contenait quelques fragments de céramique gallo-romaine, dont deux de fumigée (vase bobine). III, CONCLUSION Le sondage
  • -romain précoce initial (vase (US bobine 421), en contenant fumigée), un devait remplir la totalité du fossé. - Puis, des couches de démolition gallo-romaines (US 419 et 420), utilisées comme remblai sont venues surcreuser le comblement initial dans sa partie
  • Cadastre: 1977 BO P 128 Coordonnées Lambert: Ax 218,125 Ay 309,050 Propriétaire: Responsable du chantier Mme GUILLOUZO 17 rue de l'étang 56000 VANNES Alain TRISTE 13bis rue des 4 frères Crapel 56000 Vannes. Président du CERAM 1. INTRODUCTION Le Programme immobilier de la
  • , d'environ 0,50m d'épaisseur, recouvrant toute la parcelle; elle contient des pierres, des tuiles et de la céramique très fragmentée. US 41g: Couche de terre brune épaisse de 0,30m, totalité de la zone sondée. plus compacte, recouvrant la US 417: Dans l'US416, une profondeur de
  • noire contenait et le Pelves des du Ilème siècle), ainsi que de l'ardoise. US 419: Couche (Fig. 2 et 5) de démolition plus sableuse, sous l'US418, d'une épaisseur comprise entre 0,10m et 0,40m; elle comprend: -ossements de bovidés en grande quantité, -fragments de
  • partiel du grand fossé, Forum de moderne, était limité par taillé dans le rocher sur l'aire du les risques d'effrondrement d'un mur lui-même inscrit sur une zone qu'il perturbait. L'axe faible Vannes, du fossé longueur n'est (2m). pas complètement Néanmoins, il
  • précisé semble car être fouillé parallèle sur aux une autres grands fossés découverts sur le site du Forum. Malgré les perturbations intervenues à une époque récente (US 418), on constate deux états de comblement de ce fossé: - Tout d'abord, mobilier un comblement gallo
  • médiane, après la fin du Ilème siècle ap. J-C. Le comblement initial du fossé nous amène à penser que cette structure est à associer au réseau de drainage, appartenent au premier maillage urbain gallo-romain précoce. De toute évidence, se réaliser permettre très d'y
  • une surveillance des travaux de voirie qui doivent prochainement retrouver ce comblement et son orientation. dans fossé et la de rue de l'Etang, déterminer la devrait nature de nous son evard de la Paix n° 104 VANNES Mars 1992 Sondage Archéologique 104 Bd de
  • la Paix Fig. n°1 IO Fig. n°5: Fossé ancien taillé dans le rocher et ses comblements. (Coupe A-B)
  • Alain TRISTE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE 104 Bd de la paix à VANNES S 6 Z(ù o hJ- (MORBIHAN) Février-Mars 1992 C.E.R.A.M. ' hï h
  • parcelle voisine ("villa palatio") est venu empiéter sur la parcelle BO 128, du 104 Boulevard de la Paix (jardin privé). Dans la cadre du réaménagements des abords de cet immeuble, il nous a été possible, avec l'accord de son propriétaire, de pratiquer un sondage archéologique dans
  • 0,15m. fourni quelques monnaies fosse carrée est apparue, Son remplissage, fragments gauloises s N" de 850 céramique et 851 de 0,60m de côté, et d'une constitué de terre noire cendreuse, fumigée, (étudiées par ainsi M. que DHENIN; deux a belles Cabinet des
  • Médailles). 850: monnaie gauloise Armoricaine D- tête à droite. R- cheval à gauche. Réf.: Colbert de Beaulieu. 851: monnaie gauloise (Pictons ou Santons) Bronze VRIPPANOC. D- tête à droite. R- sanglier à droite. Réf.: de LA TOUR, US 419: Une grossièrement rocheux meuble fragments
  • ère l ligne, MAN. St GERMAIN. (Fig. 2 et 5) bande substrat assez Planche XIII, de sur et orientée une tuiles parallèle et N-E/S-O, épaisseur de au mur était d'environ céramiques moderne, taillée constituée 0,80m. romaines de Elle (CURLE 21 dans terre
  • pelves (Ilème siècle), -céramique sigillée (DRAG.33, DRAG.18). -céramique commune (absence de recollage), -fragments de tuffeau sculpté, (N° 854 et 856). dont deux très beaux de chapiteau -fragments de plaque de bronze (N° 855). US 420: (Fig. 2 et 5) Autre couche de démolition
  • , sombre; elle contient: aussi sableuse que l'US419, mais plus -grande quantité de tuiles, -grande quantité de pierres, -fragments de céramiques communes, -ossements de bovidés, -un morceau d'enduit peint rouge. US 421 : (Fig. 2 et 5) Couche de terre brune assez dense, épaisse
RAP03892 (VANNES(56). De ses origines à la fin du Moyen Age. Rapport d'activité 2019 - PCR)
  • programme collectif de recherche
  • VANNES(56). De ses origines à la fin du Moyen Age. Rapport d'activité 2019 - PCR
  • du SIG de la cathédrale et de la cohue, en fond le cadastre ancien de Vannes de 1844; à droite : plan des vestiges du forum à l’état 3, phase 3. Projet Collectif de Recherche La ville de Vannes et sa proche campagne de ses origines à la fin du Moyen Âge (fin du Ier siècle av. J
  • . Une évolution chronologique à revoir et à préciser pour les opérations anciennes : l’exemple du forum et des thermes voisins 2.2.4. La mise en place différée des niveaux hiérarchiques supérieurs 2.2.5. Les propositions de restitution : des données à prendre en compte
  • de Vannes, en fonction des lieux de découvertes et de la typologie (© S. Daré - Céram). Fig. 37 - Plan de répartition des éléments architecturaux, des plaques de revêtement et des enduits peints mis au jour lors des opérations archéologiques qui ont concerné le périmètre du forum
  • pour l’année 2019 circonscrit notre analyse aux 12 chantiers situés dans l’emprise du forum et des thermes accolés au sud-est, deux éléments majeurs de l’urbanisme antique de Vannes dont la bonne compréhension s’avère fondamentale à notre recherche. Le réexamen du corpus
  • méthode mise en œuvre et les résultats préliminaires sur une petite partie de l’ensemble de la rue du Four. L’étude en 2019 de la collection lapidaire découverte sur les divers chantiers touchant à l’emprise du forum s’avérait fondamentale pour la compréhension des édifices qui le
  • à la fin du Moyen Âge 12 2.2.3. Des évolutions chronologiques à revoir et à préciser pour les opérations anciennes : l’exemple du forum et des thermes voisins Le tableur « faits » a été complété. Si la rubrique « chronologie », c’est-à-dire les grandes périodes d’occupation
  • une basilique. MALIGORNE (Y.). - L’architecture romaine dans l’ouest de la Gaule. Collection archéologie et culture, PUR, 2006, p. 22-23. 9 - Cette reprise se justifiait d’autant plus que les rapports d’opération de la ZAC de l’Etang, des années 1989 et 1990 n’ont pas été rendus
  • orientale de la basilique avec un passage central d'environ 3 m de largeur. Creusement d'un puits dans l'angle sud-ouest de l'area sacra (une installation à l’état 2 n’est pas à écarter). Démantèlement des édifices composant le forum ; US 3100, 3152-3153, 3160, 3204, récupération des
  • matériaux ; comblement du puits situé dans 4290, 4294, 4295, 5303, 5304, 5311, 5313, 7418-7420 l'area sacra ; installation de sépultures. Reconstruction du triportique avec aménagement d'un cryptoportique ; construction d'annexes sur les façades ouest et nord de la basilique dont une
  • l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédées par les auteurs et les contraintes
  • qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes
  • ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit de la communication, exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de
  • des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures
  • d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le
  • SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du
  • code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute
  • nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès
  • prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de
  • ? 2.2.6. Le cadastre de 1844 et les plans anciens 2.3. La culture matérielle (Isabelle Brunie avec la collaboration de Sébastien Daré) 2.3.1. L’inventaire des collections vannetaises 2.3.1.1. Rappel méthodologique 2.3.1.2. Résultats des inventaires menés en 2019 2.3.2. Les
  • amphores : distribution, consommation, faciès (Lola Trin-Lacombe) 2.3.2.1. Les amphores de la rue du Four : méthodologie 2.3.2.2. Les amphores de la rue du Four : premières observations 2.3.3. Inventaire des éléments lapidaires du forum (Sébastien Daré avec la collaboration
RAP00041.pdf (VANNES (56). 87 boulevard de la Paix. rapport de sondage)
  • VANNES (56). 87 boulevard de la Paix. rapport de sondage
  • terrain est situé à moins de 25mètres de la Basilique, et dans l'axe du Portique Sud-Est. La problématique était simple: y-avait-il présence d'une voie gallo-romaine ou d'une zone d'habitat aux abords immédiats du Forum? L'opportunité d'une fouille s'est présentée car le propriétaire
  • ). CONCLUSION : Les structures et le type d'occupation à épandage confirment par association le même phénomène rencontré dans le comblement de la ruelle extérieure au mur à contreforts du N. Ouest du Forum (M39). (fig.6) Aussi, il est majeur de poursuivre l'étude spatiotemporelle de l'espace
  • vestiges d'un édifice gallo-romain avaient été découverts sur la parcelle voisine P-227 (fig.l et 2). De plus, située en périphérie de la zone archéologique sensible, elle était susceptible d'apporter un complément d'information aux fouilles de sauvetage programmé du forum. En effet, ce
  • , Mr SEROUDE, souhaitait réaliser des travaux d'agrandissement de son parking, qui amenaient la destuction du site. En 1987, la découverte des restes amputés d'un édifice ordonné autour d'une cour damée de ca'illoutis grossiers, et dont le seul mur subsistant ne suffisait pas à
  • . HYVERT, D. TAQUET et A. TRISTE. -2- III- LES DONNEES DE LA FOUILLE En fin de campagne de fouille, apparait un certain nombre de structures qui présentent la particularité d'être toutes orientées dans des axes très proches. Une seule est un mur en élévation (U.S.4); les autres sont
  • d'argile jaune, compacte, homogène, rares tessons (mélange de romain et de moderne). Remarque :U.S.1 coupe U.S.2. U.S.2 Epandage s ' édendant sur environ 30m2 au N.E. du mur à contreforts depuis le contrefort Nord jusqu'à la limite S.E. de la parcelle, au.dessus du substrat de granité
  • arénisé. Couche s'épaississant du N vers le S (de 0,10m à 0,30m). Terre très noire, meuble, hétérogène: argile sableuse et cendreuse; débris charbonneux, fragments de tégulae et cailloutis épars. Ossements d'animaux. Clous et scories de fer. La grande densité de scories récupérées
  • lisse, décor de cartouches à métopes superposées séparés par des motifs de démarcation perlés couronnés d'une astragale. Un cartouche présente: - dans la métope inférieure, un génie ailé et une draperie dans son dos formant vagues au niveau de la taille. Le génie est debout nu, de
  • face et légèrement appuyé sur son pied gauche; il lève le bras gauche et saisit de sa main droite le motif de démarcation perlé terminé par une astragale. - dans la métope supérieure, une chouette à droite, dans un cercle doublé faisant médaillon. Un deuxième cartouche comporte
  • des tortillons ou trifoliés. L'ensemble des cartouches est limité au bas par un cordon lisse. Le premier cartouche : Un bige (char avec conducteur à deux chevaux) en course vers la droite est mené par un aurige. L'aurige brandit un fouet de la main droite et tient les rennes de
  • l'autre. Tout autour de la scène, remplissage de bifoliés et de motifs végétaux. L'aurige dont le char déborde sur le motif de démarcation à gauche, semble démesuré. (Apollon ?). Le second cartouche: de taille plus modeste, le motif représente un personnage (Lune) dans un bige marin
  • gros fragments de lèvre, panse et pied recollent pour donner un profil archéologiquement complet. La pâte beige-rosé tire sur le blanc et la couverte vernie tend vers le marron chocolat.(fig.18) Sous une série d'oves à pendentifs accolé à droite, surmontant un cordon perlé, le décor
  • à gauche tourne la tête vers un enfant (AMOUR) juxtaposé à l'animal. - métope supérieure: un lièvre courant à droite. Le second cartouche est aussi la seule métope: - Diane chasseresse de profil à droite tient un arc dans la main gauche, et une biche éventrée dans la main droite
  • . - un guerrier (MARS) de trois quart à droite tient dans la main gauche un bouclier orné de motifs géométriques, et la main droite saisit une lance (mal imprimée). Diane et Mars sont campés sur un motif de remplissage. -5- Le troisième cartouche, comme le premier, comporte deux
  • (lévrier) courant à gauche. Ces motifs se répètent successivement trois fois panse du vase et sont caractéristique de la période. sur la Style: le vase est signé Félicio, et appartient à l'atelier de Montans. (100 - 175) Réf.: Guerrier (Mars), OSWALD fasc. 1 n° 170 Diane OSWALD fasc
  • emmancher ce couteau (dans la douille, restes du bois du manche) (N°67) Essai de datation : +III ème S. environ. U.S.11 Structure circulaire creusée dans le substrat rocheux au Sud Est de la parcelle. D. 1,10m Sous US2, coupée par les fossés US3 et US6 et donc antérieure, (fig. 3,5,7 et
  • 10) La gorge circulaire était remplie de suie. Le bombement central et les parois du canal circulaire sont profondement rubéfiés. Profondeur entre le sommet du bombement et le fond du canal: 0,20m. U.S.12 Structure circulaire entre les deux contreforts D. 1,10m. Rocher rubéfié et
  • Etat plus dégradé que creusée dans le substrat rocheux les plus au Nord de la parcelle: traces de suie. US11. Recouvert par US2. (fig.3) Essai d'interprétation des US11 et US12. La destination de ces deux structures circulaires pose problème mais l'interprétation la plus plausible
  • semble celle liée à l'artisanat de forge; s'agit-il de restes de moules (cerclage de roues) ? En tout état de cause, on peut rapprocher ces structures avec la forte densité de scories rencontrées en US2, 3 et 6. -8- U.S.14 Petite fosse romaine (D. 0,70m) creusée dans le substrat
  • de structures porteuses de caractère monumental à l'intérieur de l'espace circonscrit par le mur à contreforts qui est la réplique exacte du mur (M39) qui ferme le Forum au N.O.. (fig.: 6) Ce mur à contreforts délimite un espace "réservé" sans trace d'occupation, qui serait une
RAP00292.pdf (VANNES (56). 55 boulevard de la Paix. rapport de sauvetage urgent.)
  • VANNES (56). 55 boulevard de la Paix. rapport de sauvetage urgent.
  • fouille de la zone de la Z.A.C. de l'Etang (FORUM). II- DESCRIPTION DES U.S.: U.S. 400: Couche de remblais modernes d'une épaisseur moyenne de 0,40m immédiatement sous le goudron. U.S. 401: Importante couche de terre brune et vierge de tout mobilier; cette couche de nivellement repose
  • gauchissement . -hauteur estimée maximale: 0,45m. Une céramique du même type (archéologiquement complète), a été découverte dans le caniveau (US260) de la ruelle bordant l'Ouest du forum, à environ 40m. Seize fragments de sigillée lisse: Ritt. 8 Drag. 23 et 25 Très grande quantité de
  • Sainte Catherine et interprétée comme étant une importante voie romaine d'au moins 4,00m de large s 1 inscrivant dans un maillage du tissus urbain antique. 3 -le sol US 404 qui, d'eirublée fait penser à une vaste esplanade (?) aux abords immédiats du proto-forum (fouille de la Z.A.C
  • la tranchée prévue pour ] modification de l'immeuble d'exposition, sont apparus 1,00m de profondeur des niveaux archéologiques en plac nécessitant l'intervention immédiate de l'équipe c CERAM. Un accord a été aussitôt engagé entre 3 propriétaire de la parcelle et les Antiquité
  • Historiques afin de reporter de trois jours l'opératic immobiliaire. Trois jours durant, l'équipe du CER/ s'activa au décapage au fond des tranchées et travail] à l'étude stratigraphique de l'ensemble des vestige archéologiques qui, sis a quelques dizaines de mètres c Forum de la cité
  • Alain TRISTE Le texte du présent rapport est le.fruit de la collaboration de'MM. A. TRISTE et D. TAQUET. 3 I - LA CONDUITE DE LA FOUILLE: Le creusement d'une tranchée en L permettait d'asseoir la semelle de fondation du nouvel immeuble. Cette tranchée présentait deux sections
  • sur le sol US 404. remarque: le remplissage des fosses US 409 à 411, (exceptées les fosses US 412 et 413), est similaire à la nature de celui de cette même couche US401. U.S. 402; "Chaussée" comprenant deux niveaux bien distincts: - un lit de grosses pierres posées à plat et
  • liées à de la terre granuleuse jaune; il s'agit du hérisson de la "chaussée" d'une épaisseur moyenne de 0,25m et dont le module des pierres oscille entre 0,20m et 0,40m. - une^couche homogène compacte, très serrée, damée sur la partie somitale,d1 une épaisseur de 0,10m en moyenne
  • ( terre granuleuse jaune) recouvre le "hérisson". U.S. 403: Petite couche de terre grise de 0,10m d'épaisseur localisée entre la "chaussée" (US401) et le sol de cailloutis (US405). U.S. 40:4: Vaste couche d'argile formant sol sur une longueur de plus de 15m et d'une épaisseur moyenne
  • circulaire de 0,80m de diamètre, profonde de 0,50m. Elle sectionne la "chaussée" (US401), la couche de terre grise (US403) et le sol de cailloutis (US405). La partie basse de cette fosse est excavée dans le substrat rocheux granitique. Une dizaine de fragments de céramique commune et deux
  • égard aux fouilles antérieures périphériques de la Z.A.C. de l'Etang, de Sainte Catherine et de la ruelle du Recteur. Spatialement reconnues : et chronologiquement, certaines structures sont 1 — le sol de cailloutis US 405 qui présente la même configuration, la même qualité, la
  • même côte I.G.N. que celles du sol de cailloutis (US 140) de l'ensemble proto -forum (fouille de la Z.A.C. de l'Etang); le proto-forum est bien daté. Auguste-Tibère 2 -la "chaussée" US 402, à l'identique de celle découverte en 1987 dans la zone Sud/Ouest des fouilles de la rue
  • exhumé lors de ce sauvetage, soulève de sérieuses interrogations quant à la définition d'un espace implanté très tôt au coeur du noyau urbain antique. Il serait donc envisageable, dans la mesure du possible, de poursuivre et d'étendre les investigations archéologiques sur cette
  • parcelle entre le trottoir du Bd de la Paix et l'immeuble construit. Vérifier la trame viaire et donner une orientation d'une manière incontestable afin de mieux saisir l'occupation spatio-temporelle du noyau urbain antique révélé ces dernières années en est l'objectif majeur. 6 mm^ë
  • O 3 0 0! O' 0; O O S 1 O 3 O C C 0 >Ô. 3 0 0 0 O ; O O 3 0 00030030303-;303JOC300C. O0C003O-. - - o - : y o o „ s 0 O o o ; o o n« "o P 0 Alain TRISTE -r*.o~rr 01R M l'A «♦se**? 400 La "chaussée" US 402 avec son hérisson de pierres en coupe. Le sol d'argile US 404 et le
  • sol de cailloutis US 405. La "chaussée" US 402 avec son hérisson de pierres en coupe. Au fond de la tranchée la "chaussée US 402 en coupe qui repose sur les sols US 404 et US 405.
  • Alain SAUVETAGE 5 5 Bd à TRISTE ARCHEOLOGIQUE de la PAIX VANNES -MORBIHANDU 6 AU 8 DECEMBRE 1991 Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 1 SAUVE T A G E (autorisation N° 91-68 AH) SITE N° 56 260 055 AH Département Morbihan Commune Vannes
  • , perpendiculairement à la première section. de l'Hôpital, et connectée Malgré 1'exiguïté de la tranchée, la technique des U.S. à numérotation continue a été employée lors de ce sauvetage, prolongement logique de la méthode exploitée sur la fouille des 77 et 87, du Bd de la Paix ainsi que sur la
  • conservé, plan, très dense et bien calibré, damé d'une manière uniforme et dont les graviers présente une usure caractéristique. U.S. 406: Petite noire, longue de (US404). fosse longitudinale au remplissage de terre 0,90m, profonde de 0,20m; elle coupe le sol U.S. 407: Fosse
  • fragments de DRAG 32 ?. U.S. 408: Petite fosse circulaire de 0,40m de diamètre, profonde de 0,20m; elle coupe le sol (US404) et le sol de cailloutis (US405); le remplissage de terre brune est pauvre (2 tessons). U.S. 409: Grande fosse fouillée partiellement de 1,00m dans sa grande
RAP01670.pdf (RENNES (35). 8-14 quai Dugay-Trouin. rapport de sauvetage urgent)
  • RENNES (35). 8-14 quai Dugay-Trouin. rapport de sauvetage urgent
  • l'occasion de lui adresser de© remerciements» -des statuas destinées à être élevée© dans la basilique du temple de Mars Mullo avec ce texte inscrit» et» dans la même basilique»on lui a désigné les emplacements des statues qu'il avait décidé d'élever en l'honneur des divinités des
  • trouver sur l'emplacement du temple de Mare Mullo et de sa au et basilique ? Le mot. de basilique a une importance exceptionnelle dans non fanon) semble être le temple principal de la ville» et il doit se trouver» selon des parallèles connus» à l'Intérieur d'une vaste cour à
  • trouvés® de mais les fragments d'architecture nouvelles inscriptions, proviennent à l'évidence de deux bStiments, provisoirement identifiés comme le Temple (construit ©n tuffeau) et la Basilique (construite en granit). Temple possédait des colonnes, dont nous avons un fragment dont le
  • © faces une demicolonne engagée, flou© en avons trois pièces, dont la pierre à hauteur du chapiteau, une assîse normale et 1'assise inférieure au niveau de© orthostateo. Le© colonnes n'étaient La Basilique était pas cannelées# 2 La, partie centrale du chantier ne pourra être
  • 15 MINISTÈRE D'ÉTAT - 0 AFFAIRES CULTURELLES „ Rennes, le nouvelle DIRECTION DES ANTIQUITÉS .. , 53 , „ , 12 juillet ,96 U Faculté des Lettres, /SeSXR&eJEe HISTORIQUES POUR LA BRETAGNE ET LES PAYS DE LA LOIRE 1ÂPP0H s-m la toux Lis du mm gal o*mmm m reehes
  • édifices détruits s fragments d'architecture» bases de colonnes et fûts de colonnes. le romaine mur » En 1968» j'ai été avisé de la construction projetée d'un© annexe au cinéma Le Royal» entre l'actuelle salle et le quai Bugay-ïrouin» c'est à dire entre l'escalier du Cartage et
  • . Immédiatement à l'ouest de,1'escalier du Cartage» est apparue la poterne qui avait été marnée par A, TOULMOUCHE» et dont le dessein coté est donné dans son ouvrage IljgftPte c;q l'^>Qque..pfflUg'tQW ,4fr VUte XTII, Cette poteme» dans laquelle il hésitait beaucoup à retrouvér la "Porta
  • appris des détails extrêmement importants •,/ # • sur l'organisation politique» les cultes et la topographie de la ville de RENNES (Confiâte) 1' entourai «mt, correspondant d'îlle et Vilaine» Le texte des original en A annexe et de la elyitas des Redones qui à peu près à
  • l'actuel département deux inscriptions est donné dans le latin du présent rapport. En voici la traduction s f A Titus Flavius Postumlnus» prêtre de Roiae et d'Auguste à qui la cité des fiedones décerna pour la première fois le flaminieat perpétuel de Mars Mullo » deux fois auunvir
  • , ayant rempli ehes ses concitoyens la totalité des charges» la cité des Eiedones a élevé officiellement des statues avec leurs ornements» par le décret suivant s L, Tutilius Lupercue Pontianus et C, Calpurnius Atl3.ianus étant consuls» (à Eomne» ©n 135 après Jésus-Christ)» ils (les
  • districts (de la civitas), E ) En l'honneur de la Maison Divine et du pages (district) "Matons"» au Dieu Mercure Atepomaros» Titus Flavius Pestuinlnue» prêtre de.Rome et d'Auguste» que la cité des Méfions honora, le premier de tous» du flaminieat perpétuel de Mars Mullo» deux foi s
  • conclusions provisoires que l'on peut tirer de cette découverte sont les suivantes î Avant la date donnée par les Consuls de Rome» 135 après J,C, il existait dans l'oppidum dems Qondate un temple fie Mars Mullo avec sa basilique. Il est probable que les fragments d'architecture découverts
  • en fondation du mur d'enceinte p ©viennent en grande partie de cet ensemble cultuel incendié et profane' par les Barbares 3 après 275* les habitante de la REINES gallo-romaine ont "déblayer les ruines » et se sont hâtivement protégés par un mur haut et épais dans les fondations
  • duquel ils ont utilisé les morceaux du temple et de son environnement» y compris Un peu achevé de les inscriptions® On fait caractéristique est que* sur les trois inscription actuellement connues qui se rapportent à 1\ FL. Pastumlnue* deux ont été découvertes dans la partie eud de
  • l'enceinte et la troisième nord* dans la porte St Michel où elle a été retaillé remployée au 15eme siècle» Ces deux emplacements » au nord et au sud» doivent déterminer une des deux voies principales de 1 Oppidum, le cardo nord-sud» marqué à peu près aujourd'hui par la rue de Montfort0
  • eolanacles avec des calemes sur les quatre côtés qui est appelée proprement la basilique du temple"» On peut imaginer par exemple un arrangement tel que le temple d'Apollon à Pompé!» Cette hypothèse devrait3ogiquement trouver sa vérification dans un sondage à l'intérieur de l'église St
  • d'un puai établi en bordure de l'eau. L'exploration n'est pas encore achevée : on devra détruire complètement la maçonnerie du mur d'enceinte pour faire les dessalns et photographies de l'ensemble en rance uni. fois dégagé» Léo renseignements sur l'organisation politique et les
  • cultes que noue fournissent les Inscriptions ne sont pas moins importants. La ville de l'BHUSS et la eîvitas qui l'entourait étaient gouvernées par un sénat de décurions, comme les autres villes de la Game» ot la magistrature suprême était exercée par deux duumvîrl rééligibles
  • -136) » pratiquement intacte dans la magnifique écriture latine de l'époque* La prêtrise de Rome et d'Auguste existait à REHHBS comme dans les autres cités gallo-romaines e mais nous voyons Postuminue chargé pour la première fois de la fonction de flamine (flaaen. ©t non eacerdooà
  • 'oublier» la capitale des Coriosolites (Corseul) avait également son Fanum Hartis. il est vrai en dehors de l'agglomération. nom n'a pas pour le moment Postuminus a obtenu le droit d'élever- dans la "basilique les statues des divinités des nard Un autre ensemble d'inscriptions » au
RAP01364.pdf (VANNES (56). école Germaine de Staël. rapport de diagnostic)
  • VANNES (56). école Germaine de Staël. rapport de diagnostic
  • basilique (A. Triste, 1988-1991). Le site de "Germaine de Staël" se situe à moins de trois cent mètres au nord-ouest du forum, entre l'avenue Saint -Symphorien et la rue de Clisson (fig. 2). Ce quartier a fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles où des vestiges gallo-romains
  • . où l'urbanisation pour la période du haut empire semble concentrée autour du quartier Saint Patern. La fouille du forum située entre le boulevard de la Paix et la rue de l'Etang a mis en exergue une partie du quartier monumental de" DIARORITUM" où se développe le forum et la
  • contexte historique et archéologique p. 1 3. Les sondages de diagnostic de 1988 p. 3 4. Méthodes de fouilles p. 4 5. Réalisation du D.F.S p. 6 6. Fouille de la tranchée 1 p. 6 7. Fouille de la tranchée 2 p. 11 8. Fouille de la tranchée 3 p.14 9. Conclusion p. 16 FICHE
  • , a assuré le financement de l'opération. Sa gestion a été confiée à l'association pour les fouilles archéologiques nationales. 2. LE CONTEXTE HISTORIQUE ET ARCHEOLOGIQUE. De récents travaux de fouille indiquent un resserrement de l'occupation gallo-romaine sur la colline du boismoreau
  • d'importance ont été reconnus. En 1857, DE FREMINVILLE et gallo-romain autour de la chapelle auteurs, des éléments de thermes frigidarium, caldarium et solium ainsi GREGOIRE ont mis au jour un bâtiment Saint-Symphorien (fig. 3). D'après les auraient été découverts: apodytérium, que les
  • semble s'organiser différentes pièces. Le bâtiment B où 3 pièces ont été reconnues, reprend les orientations des vestiges mis au jour autour de la chapelle et qu'il n'a pas été possible de positionner sur ce plan. Malgré l'absence d'éléments de datation, ces vestiges témoignent de
  • parcelles 318 et 318-section AO, 1977 (M. Le Clinche 1993). Il aura permis la mise au jour d'une portion de voie gallo-romaine orientée approximativement nord-ouest sud-est et représentée par deux niveaux de circulation distincts (état 1: 13.10 NGF, état 2: 13.35 NGF). Cet axe devrait
  • traverser la rue de clisson à hauteur du n° 8 bis ou du n° 10, il pourrait ainsi limiter à l'est une zone d'habitat qui se développe entre l'école Germaine de Staël et les Archives Départementales. 3. Les sondages de diagnostic de 1988. Un premier diagnostic a été réalisé au mois
  • d'août 1988 (fig. 4), sous la forme de quatre tranchées non destructrices à l'intérieur de la cour de l'école (A. Provost, rapport de fouille, 1988). Les sondages 1 et 2 ont révélé une importante occupation gallo romaine concentrée essentiellement dans la moitié nord du site (fig. 4
  • et 5). La mise au jour des murs 101, 102, 111 et 114 a permis de reconnaître un espace organisé en cour intérieure de 8,50m de large sur plus de 9m de long et orienté nord-ouest, sud-est (fig.5). Les murs 107 et 115, situés respectivement au nord-ouest et au sud-est de la cour
  • limitent une galerie périphérique de 2,50m de large, matérialisée par un sol de béton de tuileau (110). Un sondage réalisé dans l'angle intérieur de la cour (murs 102 et 111) a révélé une faible stratigraphie (0,50m) et surtout l'absence de sol aménagé à cet endroit de la cour. Le
  • remblai de démolition 106 repose directement sur le paléosol 127 (fig.6, coupe 2). A l'extrémité ouest du sondage 1 (fig. 5), la fouille a mis en évidence une phase d'occupation antérieure à la cour. Une fosse dont les remplissages 143 et 144 ont livré du mobilier datable du début du
  • ). D'autres structures appartenant sans doute à la même phase d'occupation que la fosse (143-144) ont été reconnues dans la partie ouest du sondage 1. Les fosses 103 et 124 recoupées au sud par la fondation du mur (101), ainsi que la structure 123 sont datables de la première moitié du 1er
  • préciser que compte tenu de l'exiguïté des sondages la fouille n'a pas atteint le substrat. Elle s'est arrêtée à la côte de 13.80 sur un niveau de remblai d'argile jaune (149) dans lequel sont installés la fosse (155), le trou de poteau (154) et le four Sondages 1 et 2 Fig. 5
  • d'occupation se caractérise par une succession de sol et remblai d'argile (146, 146b, 147, 148, 135 pouvant indiquer des niveaux de cour (jardin) ou une aire de travail. Le niveau 135 est recouvert par les différents niveaux d'occupation de l'habitat en "dur" (129, 122, 110, 133, 132) de la
  • fin du 1er siècle (époque Flavienne) et qui perdure selon toute vraisemblance jusqu'à la fin du 2ème ou le début du 3ème s. ap J.C comme l'atteste le mobilier découvert dans les remblais de démolition situés dans la cour (A. Provost, rapport de fouille, 1988, p 8-9). La campagne de
  • semble perdurer au moins jusqu'à la fin du 2ème siècle. 4. Méthode de fouilles. L'implantation des tranchées-sondages a du tenir compte des contraintes techniques liées au terrain. Ainsi, les extrémités nord et ouest de la parcelle, toujours occupées par les locaux du dépôt de
  • de fouille, (fig. 8). Ainsi, T1 située à l'extrémité nord-est du site devait nous permettre de vérifier l'existence de la galerie est et de nous renseigner sur la nature de l'occupation située entre la cour et le mur de clôture est. La vignette T2, implantée au sud-ouest, à
  • l'intérieur de la cour de l'habitat de la fin du 1er s. ap. J.C. devait nous renseigner sur l'état de conservation des vestiges de cette période et des phases antérieures. Enfin, un troisième sondage à été réalisé en reprenant partiellement les limites du sondage 2 de la fouille précédente
  • 3 et 4 - sondages 1988, tranchées 1 et 2 plan A. PROVOST. 5 sondages T1, T2, T3 sont volontairement non destructifs pour ne pas déconnecter davantage l'enregistrement et l'analyse des données archéologiques. Le décapage s'est posé sur les différents sols bétonnés en T1 à la
RAP02693.pdf (VANNES (56). 7-9-11 rue des Quatre Frères Créac'h : étude d'une rue de la ville antique et de ses abords. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • VANNES (56). 7-9-11 rue des Quatre Frères Créac'h : étude d'une rue de la ville antique et de ses abords. rapport de fouille
  • s’inscrit entre le complexe monumental identifié au forum et le quartier de Saint-Symphorien, présumé appartenir à la périphérie de l’agglomération gallo-romaine. D’une superficie de 1650 m², la fouille concerne l’une des principales rues de la ville antique. Cette artère relie le
  • Chronologie Antiqu ité , Moyen-A ge, Moder ne. Sujets et thème s Voi rie, Urbani sme, Structures urb aines, Fosse s. La fouille préventive de la rue des 4 Frères Créac’h concerne le secteur nord-ouest de la ville antique de Vannes/Darioritvm, chef-lieu de Cité des Vénètes. L’opération
  • quartier situé au nord du forum à celui de Saint-Symphorien puis rencontre, à la sortie de l’agglomération, la voie Vannes/Corseul. L’étude d’un segment, dégagé sur près de 40 m, a révélé 4 états principaux. Le premier, sans doute contemporain de la création de la ville, se signale par
  • d’une nouvelle fondation et l’apparition de caniveaux, sans doute dans le courant de la seconde moitié du IIe siècle. La dernière séquence illustre une continuité de l’utilisation de l’axe de circulation, dont l’entretien est désormais sommaire. Cette fréquentation s’accompagne d’une
  • migration progressive en direction du nordouest de la bande de roulement et de la mise en place d’un nouveau réseau parcellaire. Il est en effet assuré que cet état dépasse largement l’Antiquité et concerne aussi le Moyen Age. La découverte d’une monnaie du XIVe siècle du duché de
  • a pu persister après la période gallo-romaine. L’existence au nord-ouest de la fouille d’une chapelle dédiée à Saint-Symphorien, détruite en 1964, et d’une petite nécropole pourrait aussi avoir joué un rôle dans sa conservation. Les façades des deux îlots comportaient des vestiges
  • de constructions très arasées. Une occupation dès la période augustéenne est envisagée à partir du mobilier, notamment un lot de céramiques découvert dans un puit. Les aménagements sont diffus et se limitent à des creusements. Peu à peu, le quartier va s’urbaniser et voit
  • Rapport final d’opération Vannes, 7, 9 et 11 rue des 4 frères Créac’h Etude d’une rue de la ville antique et de ses abords sous la direction de avec la collaboration de Romuald Ferrette Rozenn Battais Philippe Cocherel Richard Delage Arnaud Desfonds Laure Simon Inrap
  • un simple cailloutis installé sur le terrain naturel. Le deuxième état marque la mise en œuvre d’un radier de granite surmonté d’une série cailloutis de circulation délimités par des fossés latéraux. Le troisième se traduit par un programme global de réfection avec la création
  • Bretagne dans l’une des dernières recharges constitue un élément en faveur de cette proposition. La longévité de l’axe antique, qui doit finir par ressembler à un chemin creux, s’explique sans doute par son importance puisqu’il permet de rejoindre un itinéraire régional dont le tracé
  • apparaître plusieurs constructions à soubassements maçonnés ou sur sablières basses. Au milieu IIe siècle, l’îlot au nord de la rue semble ainsi occuper par une série de halles ou d’entrepôts à vocation économique. Ces bâtiments sont finalement détruits dans le courant du Bas-Empire
RAP01244.pdf (les villes antiques de l'ouest. rapport annuel de projet collectif de recherche)
  • projet collectif de recherches
  • les villes antiques de l'ouest. rapport annuel de projet collectif de recherche
  • PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE LE PHENOMENE DE L ECHEC URBAIN DANS L 'OUEST DE LA GA ULE : Le cas de trois chefs-lieux de Cités (Corseul, Jublains, Vieux) et d'une agglomération secondaire (Rezé). Service Municipal d'Archéologie de Corseul (Côte d'Armor) Service Départemental
  • RECHERCHE LE PHENOMENE DE L ECHEC URBAIN DANS L 'OUEST DE LA GA ULE : Le cas de trois chefs-lieux de Cités (Corseul, Jublains, Vieux) et d'une agglomération secondaire (Rezé). Nous avons élaboré, en 1993, un Projet Collectif de Recherche qui réuni des chercheurs qui travaillent sur les
  • sites de Corseul (Côtes d'Armor), Jublains (Mayenne), Rezé (Loire-Atlantique) et Vieux (Calvados). Trois de ces sites sont des capitales de Cités (Corseul, Jublains et Vieux), Rezé est une ville secondaire de la Cité des Pictons. Les destins de ces quatre villes sont similaires. En
  • effet, elles apparaissent après la conquête de la Gaule, elles atteignent leurs apogées au cours du Haut-Empire et, elles connaissent un déclin important à partir de IVeme siècle. Il était, de ce fait, intéressant de comparer les évolutions de ces quatre cités de l'ouest de la Gaule
  • afin de faciliter les comparaisons et les échanges de données entre les sites. Un thésaurus de termes archéologiques a ainsi été défini afin que sur les sites, chaque structure ou chaque fait soit dénommée de la même manière. L'objectif de 1994 était de poursuivre ce travail de
  • de l'année 1993 et à l'élaboration des objectifs pour 1994. En avril, au cours d'une deuxième rencontre, à Jublains, nous avons élaboré une fiche d'informations sur les faits archéologiques de chaque cité. Ces fiches comportent : - des informations sur la localisation du fait
  • difficilement identifié. Le P.C.R. regroupant ces quatre sites peut être l'occasion d'aborder ce problème et d'essayer d'établir une véritable typologie du mobilier de la période augustéenne dans l'ouest de la Gaule. Ce travail pour ce séminaire pourrait ensuite faire l'objet d'une
  • d'Archéologie de Mayenne Service Régional de l'Archéologie des Pays de la Loire Service Départemental d'Archéologie du Calvados 1994 PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE LE PHENOMENE DE L 'ECHEC URBAIN DANS L 'OUEST DE LA GA ULE : Le cas de trois chefs-lieux de Cités (Corseul, Jublains, Vieux
  • ) et d'une agglomération secondaire (Rezé). Service Municipal d'Archéologie de Corseul (Côte d'Armor) Service Départemental d'Archéologie de Mayenne Service Régional de l'Archéologie des Pays de la Loire Service Départemental d'Archéologie du Calvados 1994 PROJET COLLECTIF DE
  • archéologique - N° de site (n° carte arcghéologique) - Commune - Lieu-dit - nom du site - Année de la fouille - Responsable - Source (fouille récente ou découverte ancienne) - N° de chantier. Numéro affecté à chaque chantier dans la base de données utilisée à Corseul. Ce numéro comporte le n
  • (public, privé ou indéterminé) - Nom du fait (ex. Bâtiment 3 dit l'édifice public) - Définition du fait (bâtiment, cour, domus, voie...) - Datation du fait A partir de ces fiches, il nous est possible de rechercher sur ces sites voisins des faits identiques et ainsi de les comparer
  • . Ce fichier n'est pas pour le moment opérationnel. Différentes circonstances ont fait qu'il nous a été impossible de nous réunir de nouveau. Nous n'avons donc pas poursuivi nos travaux pendant le reste de l'année. Nous avons tout de même introduit cette fiche "fait" dans la base de
  • données utilisée sur le site de Corseul. Elle est reliée à d'autres fichiers : - Fiche Fiche Fiche Fiche référence JNSEE opération archéologique unité stratigraphique mobilier isolé par type de mobilier Toutes les fiches fonctionnent en parallèles et certaines rubriques se
  • remplissent automatiquement à l'appel du numéro de chantier. Ce numéro, utilisé seulement sur les fiches de Corseul, joue en fait le rôle de clé entre les fichiers "opération archéologique", "unité stratigraphique", "mobilier isolé" et "fait archéologique". Le travail réalisé au cours de
  • cette année est peu important. Nous aurions aimé pouvoir développer cette gestion informatisée sur les quatre villes. Le site de Rezé dispose déjà d'un tel système de gestion. Un des objectifs des prochains projets sera d'harmoniser ces outils. La collaboration entre les chercheurs
  • un bilan de nos connaissances. Ces travaux de recherche doivent pouvoir aussi aborder des problèmes plus concrets. Un séminaire d'archéologie de l'ouest est consacré, cette année, au mobilier de la période augustéenne. Nous pourrions envisager de réfléchir sur les lots de
  • céramiques issus de ces quatre villes et essayer de définir des correspondances entre ces sites. Nous pouvons aussi associer à ce travail d'autres chercheurs travaillant sur des sites en cours d'étude (Angers, Rennes, Vannes, Rouen...). Le mobilier céramique de cette période semble
  • publication collective sur ce sujet. Liste des termes définis dans le P.C.R. Définition de l'espace non bâti : Aire Cimetière Cour Champ Enclos Escalier Forum Friche urbaine Gué Ilôt Jardin Pont Port Route Rue Terrasse Trottoir Définition de l'espace bâti : Amphithéâtre Annexe Aqueduc
  • Architecture Atelier Auberge Baptistère Basilique Bâtiment Boutique Cabane Cave Chapelle Château d'eau Domus Eglise Entrepôt Forteresse Grenier Monastère Séchoir Temple Théâtre Thermes Définition de la structure : Bassin Borne Cailloutis Canalisation Caniveau Citerne Clôture Colonne
  • Bois Bronze Chaux Cuir Cuivre Définition de la fonction ou activité : Agriculture Architecture Artisanat Commerce Extraction Fer Métal Os Pierre Plomb Poterie Terre Textile Terre cuite Tuile Verre Viande Système d'étude et de gestion informatisé des données archéologiques de
RAP00833.pdf (VANNES (56). ruelle du Recteur, cour de l'immeuble de u.c.k. rapport de diagnostic)
  • VANNES (56). ruelle du Recteur, cour de l'immeuble de u.c.k. rapport de diagnostic
  • (André P. , Rapport de fouille inédit, 19861987). Ce quartier, situé à proximité du forum et d'une basilique, s'inscrivait dans une zone d'activité urbaine (zone artisanale) semblant s'établir sur les pentes sud et ouest de la colline du Boismoreau. Un "entrepôt", situé rue du Four
  • Bizien-Jaglin 33? SOMMAIRE FICHED'IDENTITE P- 3 CIRCONSTANCES p. 4 CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE ET SOURCES p- 5 -CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE VANNETAIS p. 5 -LES FOUILLES DE LA RUE SAINTE-CATHERINE p. 5 -SOURCES p. 6 p- 7 -METHODE ET SES LIMITES p- 7 -RESULTATS P- 7
  • au dépôt d'un permis de construire par la société DUCATEL acquéreur éventuel des parcelles 317 et 318 section BO de Vannes, appartenant actuellement à l'association U.C.K. et à la paroisse de Saint-Paterne et dans le cadre de l'application du décret du 5 février 1986, une étude de
  • diagnostique devait être menée sur les dites parcelles. La société DUCATEL a financé un budget de 23000,00 F permettant l'emploi d'un archéologue chargé d'étude d'impact durant 1 mois et d'assurer le fonctionnement des travaux nécéssaires à 1'étude. L'évaluation du potentiel archéologique
  • , de 1' intérêt scientifique et des mesures de conservations ou de protections à prendre concernant les parcelles 317 et 318 section BO, ne pouvait s'effectuer que grâce à une lecture rapide du sous-sol et à la lumière des résultats de fouilles effectuées sur le Vannes antique
  • , notamment la parcelle 99 section BO (P. André et A. Triste, Rapport de fouille inédit 1986 et 1987). Devant l'urgence des projets de construction le diagnostique archéologique ne pouvait s'éffectuer que sur des parties déjà dégagées. Seule la cour de l'U.C.K. se prêtait aux travaux
  • a remercier les différentes personnes qui nous ont aidé. -Les menbres de U.C.K. pour leurs compréhensions et leurs aides. -Le C.E.R.A.M. et notamment Messieurs Patrick André et Alain Triste pour leurs conseils et les renseignements qu'ils ont bien voulu nous communiquer concernant la
  • fouille, en attente de publication, de la rue Sainte-Catherine. 5 CONTEXTEARCHEOLOGIQUEETLESSOURCES CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE VANNETAIS Situées en plein coeur de la ville du haut empire, sur le flan sud-ouest de la colline de Boismoreau, les parcelles 317 et 318 s'inscrivent dans une
  • , et le port antique installés aux pieds de cette colline complètent l'image de ce quartier à fonction "économique". LES FOUILLES DE LA RUE SAINTE-CATHERINE Il est actuellement impossible de dissocier les parcelles 317 et 318 de la surface fouillée rue Sainte-Catherine. Situées
  • richesse des estampilles, et par la très bonne conservation des formes. La fonction du site semble être donnée par la grande quantité d'ossements animaux. Si une activité de boucherie semble évidente, il est probable que les structures soit liées à un artisanat de tannerie, et de
  • (César, La guerre des Gaules) et les traditions artisanales connues dans le quartier au XVe siècle. Réaménagé courant 1° siècle, deux axes de circulation orthogonaux (nord-est sud-ouest et sud-est nord-ouest), une rue et une ruelle, y sont créés. Des bases de murs de pierres semblant
  • Sainte-Catherine), et nos conclusions eussent été sans doute différentes" La couche archéologique de la rue Sainte-Catherine se matérialisait par un faible niveau extrêmement arénique, recouvrant directement le substrat rocheux. L'importance du site provient principalement de ses
  • fosses et de la qualité de leur contenu. SOURCES Le cadastre napoléonien (1814) conservé aux archives départementales de Vannes, présente ce secteur comme un vaste jardin. Toutefois, le plan le plus ancien consulté, (Plan des villes, port et faubourgs de Vannes, vers 1725) montre à
  • l'emplacement des parcelles 317 et 318, l'implantation de bâtiments sans toutefois préciser leurs fonctions. Concernant notre siècle, les bâtiments actuels ont été bâtis par des bénévoles dans le cadre d'un patronnage paroissiale vers 1930. Peu de plans ou de renseignements concernant la
  • , ont été éffectués. L'occupation du sous-sol de la cour par différentes canalisations (arrivée et évacuation d'eau, de gaz) ne nous a pas permis d'effectuer tous les sondages voulus. (D'où le faible pourcentage de surface observée.) On certain nombre de ces conduits ont été mis au
  • antique ou médiéval a rendu possible le décapage du substrat rocheux. Le profil général de la roche accuse un pendage est-ouest. Dans la partie occidentale du sondage, la roche devient "molle" et atteste d'un passage d'eau important. La résurgence était telle que, lors des travaux, il
  • l'aménagement d'un salon de coiffure au 32 de la rue des Fontaines. La stratification présente, outre les niveaux d'aménagement modernes de la cour, une couche noire d'origine organique avec peu de mobilier. Elle est la plus importante (1,40 m de haut) et présente un mobilier récent associé
  • un petit fossé aménagé à l'aplomb de la partie haute de la roche. Le remplissage de cette structure consiste en un sédiment noir organique auquel sont associés des fragments d'ardoises modernes et différents fragments de céramiques récentes et post-médiévales. A 9 m de la limite
  • , une fosse contenant du mobilier uniquement gallo-romain est en partie apparue (Fig.4, 3). Vingt-trois fragments de tegulae, imbrices, et un fragment de sigillée ont été récoltés en surface. Le sédiment nous a semblé grisâtre, quoique la présence de l'eau ne nous ait pas permis
  • A, les couches de sédiment vont d'une occupation post-médiévale à moderne. Ces niveaux ont été perturbés par le passage d'au moins deux tranchées de canalisations encore en usage, creusées jusqu'à la roche et parfois même dans celle-ci (Fig.5, 1) . Outre ces deux perturbations, un