Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3910 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03214.pdf (CESSON-SEVIGNE (35). Les Champs Blancs : un vaste établissement rural antique. Rapport de diagnostic)
  • CESSON-SEVIGNE (35). Les Champs Blancs : un vaste établissement rural antique. Rapport de diagnostic
  • trouvées au lieu-dit Bout-de-Bois, à 800 m au sud-ouest des Champs-Blancs, et 500 m au sud de la voie. Une autre voie est réputée passer plus au sud. Il s’agit de la voie de Rennes (Condate) / Le Mans (Vindunum). L’existence de cette voie semble certaine, bien qu’elle ne soit mentionnée
  • dans aucun des deux documents écrits.  Sortant de Rennes, elle suivait vraisemblablement la rue de Paris. L’ancienne Route Royale de Rennes à Paris, reprenant le tracé de la voie romaine de Condate à Subdinum. Elle traversait le campus de la faculté de sciences de Beaulieu, sur la
  • Mobilier Céramique Faune Objet métallique Verre Monnaie Terre cuite Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Etablissement rural Le diagnostic mené aux Champs-Blancs, sur la commune de Cesson Sévigné a permis de mettre au jour une vaste occupation gallo-romaine sur un peu
  • plus de 6 ha de l’emprise. Les traces ténues d’une occupation laténienne se limite à la découverte de quelques tronçons de fossés. L’occupation antique comprend les vestiges d’au moins un bâtiment principal de type villa, bordé au nord-ouest par une voie secondaire d’orientation Est
  • , niveau de fondation de bâtiment ?) marque la limite nord des vestiges découverts dans ce secteur. Le bâtiment principal s’apparente à une construction longitudinale orientée selon un axe Est/Ouest. Le plan indique une galerie de façade, de 3 m de large, au sud desservant des pièces
  • d’habitation au nord. Une cour d’environ 14 m de large se développe vers le sud et semble limitée par une galerie de clôture, également de 3 m de large. Plusieurs trous de poteaux empierrés et fossés complètent cet ensemble. L’ensemble est encadré par plusieurs fossés qui marquent
  • probablement la limite de la pars urbana. A environ 250 m au sud-ouest de ce bâtiment, une tombe a été mise au jour. Elle se caractérise par un dispositif funéraire original qui évoque les tombes à libation antiques, plus fréquentes dans le Sud de la France. Une fosse quadrangulaire
  • implantée à une cinquantaine de mètres au sud-est pourrait correspondre à une deuxième fosse à inhumation, la présence de plusieurs clous dans le remplissage allant dans ce sens et permettre d’envisager la présence d’une petite nécropole dans ce secteur. Rapport d’opération Chronologie
  • Age du Fer Antiquité Moyen Age Bretagne, Un établissement rural antique Bretagne, Ille et Vilaine, Cesson-Sévigné, Les Champs Blancs Bretagne, Ille et Vilaine, Cesson-Sévigné, Les Champs Blancs Un vaste établissement rural antique sous la direction de Sandra Sicard Le
  • mobilier archéologique découvert dans les structures est riche en céramiques et varié, associant des monnaies, des fragments d’enduits peints, des statuettes en terre cuire, du verre et de la faune terrestre et marine. Il permet d’envisager une occupation qui a pu débuter au Ier de
  • le bâtiment principal. Les limites de l’occupation sont assez nettes, matérialisées à l’ouest par deux fossés d’orientation Nord/Sud, et au nord par la vaste zone empierrée. Au sud et à l’est, l’emprise constitue par contre une limite artificielle, cela d’autant plus certainement
  • que de l’autre coté de la route communale qui borde le diagnostic au sud, S. Bourne a mis au jour un bâtiment thermal probablement lié à la villa. L’état de conservation des structures est correct même si aucun niveau d’élévation de maçonnerie n’a été perçu. Les murs sont arasés
  • mais conservent pour certains leur radier de fondation. Inrap Grand Ouest  37 rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson Sévigné Cedex Tél. 02 23 36 00 40  grand-ouest@inrap.fr www.inrap.fr Rapport d’opération Les données postérieures à la période antique sont représentées par un
  • probable réseau parcellaire médiéval et la mise en place de chemins qui perdurent plusieurs siècles puisqu’ils sont présents sur le cadastre napoléonien. Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tél : 02 23 36 00 40 Janvier 2016 Bretagne, Ille et Vilaine (35
  • ), Cesson-Sévigné, Les Champs Blancs 35051 avec la collaboration de Sandra Sicard Bezombes Paul-André Brisotto Vérane Cavanillas Julie Coffineau Emmanuelle Collado Emmanuelle Delage Richard Fécamp Elise Menez Nicolas Simon Laure 2015-050 sous la direction de Lambert 93 CC48
  • Bretagne, Ille et Vilaine, Cesson-Sévigné, Les Champs Blancs Données administratives, techniques et scientifiques 6 Fiche signalétique 7 Mots-clés des thésaurus 8 Intervenants 10 Notice scientifique 10 Etat du site 11 Localisation de l’opération 12 Arrêté de
  • prescription 18 Arrêté de désignation 19 Projet d’intervention Résultats 25 Présentation générale de l’opération 25 1. Le cadre de l’opération 25 1.1. Circonstance de l’opération 25 1.2. Contexte archéologique 27 1.3. Stratégie et méthodes mises en œuvre 33
  • 2. 33 2.1. Cadre géographique et topographique général 33 2.2. Contexte géologique 39 Le contexte géographique et géologique de l’opération Les résultats 39 1. Présentation générale 43 2. Les indices très ténus d’une fréquentation de la zone au
  • cours du second âge du Fer 43 2.1. Observations générales 43 2.2. Le fossé F6 de la tranchée 36 43 2.3. La structure empierrée F5 de la tranchée 46 I. Données administratives, techniques et scientifiques 3 45 45 45 2.4. 2.4.1. 2.4.2 Etude du mobilier
  • céramique (N. Ménez) Observations générales Description par tranchée 49 3. 49 3.1. 50 53 53 54 55 55 56 56 58 59 60 61 3.2. 3.2.1. 3.2.2 3.2.3 3.2.4. 3.2.5. 3.2.6. 3.2.7. 3.2.8 3.2.9. 3.2.10. 3.2.11. 62 62 63 3.3. 3.3.1. 3.3.2. 65 3.4. Les
RAP01360.pdf (CORSEUL (22). rectification de la rd 794. la Favrais/le Paradis. rapport de diagnostic)
  • CORSEUL (22). rectification de la rd 794. la Favrais/le Paradis. rapport de diagnostic
  • non loin de la sortie est du bourg de Corseul, ce secteur présentait le plus de risques de conservation de vestiges archéologiques. La voie Corseul/Le Mans y est coupée par une nouvelle sortie vers le hameau de la Touraudais. Il s'avérait nécessaire de rechercher sa structure ou
  • ^ iSâ\\0^ >V Giratoire énagé Carrefour aménagé "K A Carrefour aménagé ' I 0** V3 \ 7 \ ■ [7 Echelle:1/10 000 w il C / / I ^ |) I Corseul - Dinan (nouveau tracé 1995) Corseul - Dinan (Tracé XIX - XXème siècles) Ancienne voie romaine (Corseul - Le Mans) Corseul
  • - Dinan (cadastre napoléonien XlX™e siècle) SECTEUR I RD.794 CORSEUL-DINAN 100 mètres I Ancienne voie romaine (Corseul - Le Mans) Corseul - Dinan (cadastre napoléonien XIX^6 siècle) sondas Corseul - Dinan (Tracé XIX - XXe™ siècles) Corseul - Dinan (nouveau tracé SECTEUR III
  • RD.794 CORSEUL-DINAN 60 100 mètres 1 Ancienne voie romaine (Corseul - Le Mans) Corseul - Dinan (cadastre napoléonien XIX' _ SECTEUR IV RD.794 CORSEUL-DINAN 100 mètres
  • L'opération de rectification des virages de La Favrais en Corseul s'inscrit dans le programme d'amélioration du réseau routier du département défini dans le Schéma Routier Départemental. Ce schéma appelé Armoroute 92 a pour objectif : ■ - de garantir un maillage de qualité à l'ensemble du
  • territoire départemental, ■ - d'améliorer la desserte des pôles économiques et touristiques existants et d'anticiper la desserte des pôles de développement nouveaux, ■ - de raccorder le réseau majeur départemental aux axes structurants nationaux et européens. L'amélioration de la RD.794
  • - axe Dinan/Plancoët - se traduit par l'aménagement d'une section de près de trois kilomètres sur la commune de Corseul entre les lieux-dits Coëtfinet et l'Hôtellerie. Les travaux sont nécessités par un trafic important (4 640 véhicules par jour en moyenne journalière annuelle en
  • 1991, plus de 6 000 en Août) en augmentation régulière de 4% par an. Une zone de virages entre St-Uriac et l'Hôtellerie est aussi particulièrement dangereuse. L'objectif principal de l'opération est d'améliorer le confort et la sécurité des usagers en augmentant, sur cette section
  • , les possibilités de dépassements. Le projet comprend une route nouvelle et ses annexes sur une longueur de 2 700 mètres. L'étude d'impact du projet prévoyait la réalisation de sondages archéologiques dans les secteurs en déblais. Quatre zones ont été retenues. Secteur I : Implanté
  • d'éventuelles ouvrages enjambant le ruisseau qui parcoure le fond de cette vallée. D'autre part, la conservation de vestiges d'habitats ou de nécropoles était toujours possible près de cet axe reliant la ville antique au sanctuaire du Haut-Bécherel proche. Secteur II : Situé sur une pente
  • abrupte et peu accessible, ce secteur présentait moins de risques de conservations de vestiges. Malgré un déblais important, l'espace affecté par les travaux est resté limité. Les sondages ont alors été prolongés en dehors de l'emprise de la nouvelle voirie afin d'aborder plus
  • amplement ce versant de la colline. Secteur III : La courbe de la route au sud du hameau de la Penezais a simplement été atténuée par les travaux. Les déblais n'affectaient en fait qu'une longue bande de terre en bordure de l'ancienne chaussée. La présence de nombreux fragments de
  • tegiilae dans cette parcelle nous a incité à y réaliser un sondage sur toute la longueur de l'emprise. Secteur IV : Enfin, le dernier secteur se situe en face de l'usine de la source de SaintUriac installée à l'emplacement d'une nécropole du Vemc siècle avant Jésus-Christ. Il était
  • important de vérifier qu'aucune structure de cette période ou d'autres plus récentes ou plus anciennes puissent être affectée par le projet. Les sondages, sur l'ensemble du projet, n'ont livrés aucun vestige archéologique. Dans le secteur 1, la chaussée de la voie antique a complètement
  • disparue. L'utilisation du tracé jusqu'à une date récente a entraîné la destruction de la structure de la voie antique. Le substrat naturel, très vite atteint lors du sondage, sert de chaussée au chemin creux actuel. Deux ouvrages d'art enjambaient le ruisseau. Ils appartiennent à la
  • route crée au XX*™6 siècle. Le franchissement antique n'a pas été décelé. D'autre part, aucune structure n'a été mise au jour aux abords immédiats de cette voie antique. Les sondages II, III et IV n'ont aussi livrés aucune trace d'occupation. Dans le secteur III, les fragments de
RAP02340.pdf (SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL (35). la hutte aux Renards. rapport de diagnostic)
  • qui s'est développé à proximité du carrefour des voies romaines Rennes-Angers et Rennes-Le Mans, dans la commune voisine de Châteaugiron. Le chemin qui longe au nord le futur lotissement reprend le tracé de la voie romaine présumée reliant Rennes au Mans. Il conviendra donc de
  • : Anne Villard-Le Tiec Inrap : Fanny Tournier - Michel Baillieu Intervenants techniques Technicienne : Stéphanie Hurtin Terrassements mécaniques : Société Beaussire Intervenants administratifs Drac, SRA : Stéphane Deschamps Inrap, Direction interrégionale : Gilbert Aguesse - Arnaud
  • Dumas Aménageurs : Communauté de Communes du Pays de Châteaugiron CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Les prospections ont révélé un grand nombre de sites enclos dans un contexte proche, caractérisé notamment par l'important habitat gaulois et gallo-romain
  • vérifier plus particulièrement s'il existe des vestiges liés à cet aménagement le long de ce chemin en pratiquant des sondages perpendiculaires à l'axe routier et éventuellement des décapages ponctuels permettant d'évaluer l'état de conservation des vestiges liés à cette voirie
  • . CONTRAINTES TECHNIQUES Deux lignes aériennes moyenne tension traversent le terrain. Une zone de sécurité a donc été observée. ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 42781m2 Surface diagnostiquée : 42781m2 Contexte géographique et géologique : Le terrain est situé au
  • nord du bourg de Saint-Aubin-du-Pavail, sur une légère croupe, entre la D463 et le chemin supposé ancien qui est encaissé. Le sous-sol est constitué de schistes briovériens altérés en plaquettes. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce Tranchées continues Sur décapage
  • intégral Carottages Recherche en archives Géo-physique Autres (précisez) surface sondée : 7% listes des archives consultées : Profondeur des sondages ou carottages : entre 0,30 et 1,00 m Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : la
  • de profondeur) a été découvert au sud-est du terrain. Il ne contenait aucun mobilier. Cent cinquante mètres linéaires au nord du terrain longeaient le chemin supposé antique. Cette faible longueur qui a pu être diagnostiquée explique peut-être le résultat négatif de cette
RAP03395.pdf (GUIPAVAS (29). Avenue de Barsbuttel. Rapport de diagnostic)
  • du terrain, dans les tranchées 1 à 3. II. Résultats N° fait Nature 2 Résultats Forme Profil Comblement Dimensions (cm) Mobilier Datation Testé (?) 1 Fosse Ovoïde Bords évasés, fond plat LAB 100 x 80 x 20 Néant NC Man. 50 % 2 Fossé Linéaire NC LAB l : 80
  • Sujets et thèmes Structure agraire Fosse Fossé Structure indéterminée Mobilier Céramique Industrie lithique Diagnostic archéologique Le corpus des structures mises au jour lors de l’opération est trop restreint pour envisager une quelconque analyse spatiale sur ce site. Les
  • quantités de mobilier prélevé sont par ailleurs très réduites et composées d’éléments (fragments d’ardoise, vaisselle, éclat lithique) très peu datant. La nature des faits détectés sur les parcelles diagnostiquées correspond aux traces habituelles d’une activité agricole, pour les
  • Implantation des tranchées et description des logs 28 2.1.1 Implantation des tranchées et description des structures 30 2.1.2 Logs et topographie générale 30 2.2 Description des faits 30 2.2.1 Les structures linéaires 32 2.2.1.1 Les fossés F2 et F6 33 2.2.1.2 Autres structures
  • linéaires I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire 33 2.2.2 Les fosses 34 2.2.2.1 Les fosses de plantation 34 2.2.2.2 Les fosses allongées 35 2.2.2.3 Les possibles trous de poteau 36 2.2.2.4 Les autres fosses 37 2.3 Mobilier 38 3 Synthèse et
  • Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Yves Menez, SRA Conservateur régional Prescription et
  • scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Yves Menez, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Jean
  • -Charles Arramond, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Marc Pitty, IDP Aménagement-Promotion Aménageur Maître d'ouvrage Claude Le Potier, Inrap Directeur Interrégional GO Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap Secrétaire Général
  • affectées dans le cadre de l’opération Entreprise Beaussire TP Entreprise de terrassement errassement à 1 pelle de 20 t avec T un godet de curage de 3 m de large. Intervenants administratifs Intervenants technique Financement Redevance I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques Intervenants Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yannick Fouvez, Inrap Responsable d'opération Responsable scientifique Philip Miller, Inrap Technicien Travaux de terrain (fouille et relevés
  • ) Vincent Pommier, Inrap Topographe Relevés et plans Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yannick Fouvez, Inrap Responsable d'opération Coordination, rédaction SIG, DAO Françoise Labaune, Inrap Ingénieur d'étude Étude du
  • mobilier céramique Emeline Le Goff, Inrap Topographe Cartographie SIG, DAO, PAO Équipe de post-fouille 9 10 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Finistère, Guipavas, avenue de Barsbuttel Notice scientifique Etat du site Un projet de construction de ZAC sur la commune de
  • Guipavas a conduit à la réalisation d’un diagnostic archéologique. L’opération n’a permis de mettre en évidence qu’un petit nombre de structures d’origine probablement agricole (fossés, fosses, fosses de plantations) attribuables aux époques modernes et contemporaine. Le terrain
  • diagnostiqué a été assez peu aménagé, mais un état d’arasement assez important a été observé ; les vestiges mis au jour bénéficient donc d’un état de conservation variable allant de médiocre à correct. Tableau récapitulatif des résultats Chronologie Structures Mobilier Interprétation
  • Introduction 1.1 Circonstances de l'intervention Une opération de diagnostic archéologique a été mise en œuvre par l’Inrap entre le 13 et le 16 mars 2017, préalablement à l’aménagement d’une ZAC avenue de Barsbuttel à Guipavas (29). Une équipe de deux archéologues de l’INRAP, aidés d’une
  • pelle hydraulique de 20 tonnes, ont mené cette opération. Les conditions climatiques n’ont pas influé sur le déroulement de l’opération (fig. 1). 1.2 Cadre topographique Guipavas est située dans l’ouest du département du Finistère, dans l’agglomération brestoise. Elle est encadrée
  • par les communes de Saint-Divy, La Forest-Landerneau et Kersaint-Plabennec à l’est, Plabennec au nord, Brest et Gouesnou à l’ouest et Le Relecq-Kerhuon au sud (fig. 2). Fig 1 Vues du terrain (©Y.Fouvez, Inrap) II. Résultats 1 Introduction ¡ 7280000 BOURG-BLANC PLOUDANIEL
  • PLABENNEC SAINT-THONAN MILIZAC 25 KERSAINT PLABENNEC GOUESNOU SAINT-DIVY LANDERNEAU 7275000 7275000 BOHARS GUIPAVAS LA FOREST-LANDERNEAU GUILERS BREST DIRINON LE RELECQ-KERHUON LOPERHET 7270000 7270000 0 1 250 2 500 5 000 m ¡ 1152400 PLOUGASTEL - DAOULAS 1152300
  • de l’emprise du diagnostic (©IGN-BdCarto®, ©IGN-BdParcellaire®, ©IGN-BdCarthage®, ©IGN-BdOrtho®) 25 50 100 m 26 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Finistère, Guipavas, avenue de Barsbuttel 1.3 Contexte géologique ¡ 1160000 1150000 7280000 1140000 1130000 Les
  • parcelles diagnostiquées sont localisées de part et d’autre d’un petit relief. L’altitude moyenne des terrains concernés par le diagnostic est comprise entre 85 et 90 mètres NGF. D’après la carte géologique du BRGM au 1/250 000 (fig. 3), feuille de Brest, la parcelle diagnostiquée est
RAP02772.pdf (CESSON-SEVIGNÉ (35). LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire. rapport de diagnostic)
  • CESSON-SEVIGNÉ (35). LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire. rapport de diagnostic
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Cesson-Sévigné, Ille-et-Vilaine-, LGV Rennes-Le Mans LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire sous la direction de Sandrine Barbeau Inrap Grand Ouest septembre 2012 Diagnostic archéologique Rapport final
  • d’opération LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire 35051 Code INSEE Cesson-Sévigné, Ille-et-Vilaine-, LGV Rennes-Le Mans Arrêté de prescription 2012-083 Code Inrap DA05030807 sous la direction de Sandrine Barbeau Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577
  • 43 51 Inventaire des tranchées Inventaire du mobilier archéologique I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire Fiche signalétique Localisation Références de l’opération Région
  • LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Anne Villard-Le Tiec, SRA Conservatrice en charge du dossier Suivi de l’opération
  • : x : 1358600 y : 7222300 Cesson-Sévigné Rennes 20 0 20 40 60 80 100 km ◄ Re nnes La Chevalerie La Salmondière Le Ma ns 0 250 m 1/25 000 1 km 2 km ► 10 Inrap · RFO de diagnostic Arrêté de prescription LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire I
  • . Données administratives, techniques et scientifiques 11 12 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire I. Données administratives, techniques et scientifiques 13 14 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire
  • I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 16 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire I. Données administratives, techniques et scientifiques 17 18 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase
  • s’insère dans un vaste programme d’études préalable à la réalisation de la Ligne Grande Vitesse BretagnePays de Loire, reliant Rennes et Le Mans. Le tracé global a été divisé en secteurs d’une dizaine de kilomètres. Le secteur 1, objet d’une première étude en 2011, a révélé l’existence
  • équipe de 2 personnes sur le terrain du 7 mai 2012 au 6 juin 2012. LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire Inrap · RFO de diagnostic Y=7222200 500 32 Forge Secteur 2 : la Chevalerie R.D . emprise site n° 17 10 52 50 23 46 6 la Petite Salmondière R.D. 13
  • du 22 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire Fer et du haut Moyen Âge. On peut rappeler également la présence d’un site antique au Petit Benazé, à environ 1,5 km vers l’est sur la commune de Domloup. Sur Cesson-Sévigné, au lieu-dit la
  • 30, la fosse 90, longue de 28 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire . 286 50 R.D 46 53 ZP80 47 42 52 44 43 49 F105 F106 F94 45 48 1179 223 51 41 1172 F91 ZP81 27 F67 23 222 24 F66 1178 F78 F76 F77 F74 . 32 R.D
  • Localisation des vestiges des tranchées 1 à 14 et 30 à 40 à la Salmondière. N-O S-E limon argileux gris-brun, très rares charbons de bois 50 cm 1 2m 30 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire 1179 86 223 .2 R.D 56 222 214 55 F86 57 28
  • très ténus. De même les structures médiévales découvertes dans la tranchée 151 semblent spatialement très circonscrites et demeurent isolées. 34 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire 282 283 1216 281 135 1215 126 290 280 1214 134
  • · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire Une sépulture antique dans la tranchée 170 – Description de la fosse (Fig. 11) À proximité des deux sépultures antiques découvertes lors de la précédente opération de diagnostic, une fosse rectangulaire de
  • céramique historique. In BARBEAU (S.) – Noyal-sur-Vilaine, Domloup, Cesson-Sévigné, Ille-et-Vilaine, LGV Rennes-Le Mans, section 1. Occupations gauloises, antiques et médiévales : des pôles de développement : rapport final d’opération de diagnostic. Cesson-Sévigné : Inrap Bretagne, 2011
  • , inédit. 178 p. 38 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire – Le dépôt cinéraire – Myriam Texier Le contenu de l’urne L’urne en céramique, fragmentée, est comblée de limon argileux charbonneux et cendreux. Le sommet du comblement comprend des
  • cependant pas été localisé sur la surface de l’emprise du projet. 40 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire III. Inventaires techniques 42 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire III. Inventaires
  • 20x0,50 20x0,45 20x0,40 44 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire Tranchée Longueur, profondeur (en m) Cesson-Sevigné 11 20x0,40 Cesson-Sevigné 12 20x0,30 Cesson-Sevigné Cesson-Sevigné Cesson-Sevigné 12 Cesson-Sevigné 13 20x0,30
  • non 105 Fossé 2,30m non 102 Fossé 1m non 103 Fossé 0,80m non 104 Fossé 1m non non 46 Inrap · RFO de diagnostic LGV Rennes-Le Mans, section 1, phase complémentaire Commune Tranchée Longueur, profondeur (en m) Fait Cesson-Sevigné 51 20X0,60 Cesson-Sevigné
  • -Sévigné et Centre archéologique Inrap 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Sandrine Barbeau, Inrap Adresse ou lieu-dit la Chevalerie, la Salmondière Codes code INSEE Dates d’intervention sur le terrain Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Réseau Ferré de France BP
RAP03154.pdf (ERBREE (35). Le Petit Rocher, le Fourneau de Bretagne. Rapport de diagnostic)
  • ERBREE (35). Le Petit Rocher, le Fourneau de Bretagne. Rapport de diagnostic
  • et Le Fourneau de Bretagne, a été motivé par le projet de pose d’une ligne électrique souterraine. Celle-ci devait en effet longer, dans un premier temps, un itinéraire gallo-romain reliant Rennes (Condate) au Mans (Vindunum), puis croiser, ensuite, un second itinéraire ancien
  • . L’itinéraire Rennes-Le Mans, orienté selon un axe ouest-est et passant près du lieu-dit Le Petit Rocher, a fait l’objet d’une unique tranchée oblique par rapport au chemin de terre actuel et n’a livré aucun vestige. Le second itinéraire, orienté selon un axe nord-sud a, quant à lui, fait
  • archéologique L’examen des données de la carte archéologique du Ministère de la Culture signale effectivement la présence de deux chemins anciens, l’un de direction ouest-est et l’autre, nord-sud (Fig. 2). Le premier, l’axe Rennes-Le Mans, correspond à un itinéraire installé prioritairement
  • a prescrit un diagnostic archéologique destiné à reconnaître, dans un premier temps, les modes de construction des chemins et dans un second temps, d’approcher leur chronologie. Saint-Pierre -la-Cour N Tranchées 2 et 3 Erbrée Tranchée 1 Itinéra ire Ren nes - L e Mans Chemin
  • constatation qu’il est possible de faire concernant l’itinéraire Rennes-le Mans, à hauteur du Petit Rocher, c’est que l’assiette du chemin n’a pas évolué vers le nord. Si cette dernière a bougé vers le sud, nous n’avons pu, en revanche, l’observer. Pour ce qui concerne le « Chemin de
  • souterraine. Celle-ci devait en effet longer, dans un premier temps, un itinéraire gallo-romain reliant Rennes (Condate) au Mans (Vindunum), puis croiser, ensuite, un second itinéraire ancien reliant cette fois le Cotentin à la Gascogne, appelé localement le « Chemin de Cocaigne » et qui
  • translations à travers le temps, puisque nous n’avions pas la possibilité de trancher directement les chemins encore en activité. Cette opération s’est déroulée entre les 05 et 06 décembre 2013. L’itinéraire Rennes-Le Mans, orienté selon un axe ouest-est et passant près du lieu-dit Le Petit
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Commune d’Erbrée, Ille-et-Vilaine Le Petit Rocher, Le Fourneau de Bretagne sous la direction de Gilles Leroux Inrap Grand-Ouest Octobre 2015 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Le Petit Rocher, Le
  • l’opération Arrêté de prescription Projet scientifique d’intervention Arrêté de désignation 19 II Résultats 21 Introduction 21 Le contexte archéologique 23 Les modalités de l’intervention 25 Les découvertes archéologiques 26 Conclusion 26 Bibliographie 27 Légendes des
  • et1155 parcelle(s) Erbrée Adresse ou lieu-dit Le Petit Rocher, Le Fourneau de Bretagne Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription 2013-274 Numéro de l’opération Codes D 106163 code INSEE 2013 – 279 Numéro de l’autorisation de fouille 35105 Coordonnées
  • géographiques et altimétriques selon le système national de référence Le Petit Rocher X= 1397000 Y= 7219700 Lambert II étendu Z= 150.00 m NGF Le Fourneau de Bretagne X=1398200 Y=7220100 Lambert II étendu Z= 140.00 m NGF Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement RTE Nature de l’aménagement
  • sur le terrain fouille du 05/12/2013 au 06/12/2013 post-fouille du 19/10/2015 au 23/10/2015 6 Inrap · RFO de fouille Commune d’Erbrée(35) Le Petit Rocher,Le Fourneau de Bretagne Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paleolithique Mobilier Edifice
  • scientifiques Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Anne Villard-Le Tiec, SRA
  • génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Anne Villard-Le Tiec, SRA Conservateur en charge du dossier Prescription et contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap
  • de l’opération Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Gilles Leroux, Inrap Ingénieur d’études Responsable d’opération Arnaud Desfonds, Inrap Assistant d’études Fouille et relevés de terrain Intervenants administratifs
  • Équipe de fouille et post-fouille 8 Inrap · RFO de fouille Commune d’Erbrée(35) Le Petit Rocher,Le Fourneau de Bretagne Notice scientifique Le diagnostic archéologique réalisé en deux parties par l’Inrap sur la commune d’Erbrée, en Ille-et-Vilaine, aux lieux-dits Le Petit Rocher
  • reliant cette fois le Cotentin à la Gascogne, appelé localement le « Chemin de Cocaigne » et qui marque la frontière entre la Bretagne et le Maine. Dans la mesure où la connaissance archéologique concernant ces deux chemins en était restée aux affirmations des érudits du XIXème siècle
  • , ce projet de canalisation devenait une opportunité de valider leurs hypothèses et éventuellement d’apporter des indications chronologiques. C’est pourquoi, le Service régional de l’archéologie de Bretagne a prescrit une opération de diagnostic qui devait prendre la forme stricte
  • de tranchées perpendiculaires aux axes viaires, destinées à capter leurs éventuelles translations à travers le temps, puisque nous n’avions pas la possibilité de trancher directement les chemins encore en activité. Cette opération s’est déroulée entre les 05 et 06 décembre 2013
  • l’objet d’une tranchée perpendiculaire, à proximité du lieu-dit Le Fourneau de Bretagne, qui s’est également avérée négative. Dans les deux cas, il apparaît que l’assiette des chemins en question est restée spatialement stable et qu’elle n’a pas évolué, en direction du nord, pour le
RAP03084.pdf (FEINS (35). ZAC du Grand Clos. rapport de de diagnostic)
  • Sujets et thèmes Fossé parcellaire. Diagnostic archéologique Situé au sud-ouest du bourg de Feins (Ille-et-Vilaine), le diagnostic archéologique de la ZAC du Grand-Clos s’inscrit dans un contexte riche en vestiges anciens. Si l’on réfute actuellement l’identification de Feins
  • avec le Ad Fines de l’itinéraire d’Antonin, les nombreux sites et indices de sites antiques repérés sur le pourtour de l’étang du Boulet pourraient indiquer l’existence à cet endroit d’un vicus, situé au carrefour d’une ou plusieurs voies secondaires. Le diagnostic mené sur une
  • ancien a par ailleurs été identifié, sans qu’il ait été possible de le dater précisément. Rapport final d’opération Chronologie Campaniforme, Epoque moderne et contemporaine. Commune de Feins (Ille-et-Vilaine) ZAC du Grand Clos sous la direction de Stéphane Bourne avec la
  • campaniforme 31 32 II.1.1. Les vestiges de la tranchée 14 II.1.2. Les vestiges des tranchées 16 et 17 34 II.2. Le mobilier archéologique 35 II.3. Discussion sur l’occupation campaniforme 36 II.4. Un parcellaire ancien non daté 40 II.5. Un parcellaire moderne 41 III. Conclusion
  • scientifiques Fiche signalétique ________________________ Localisation Région Bretagne ___________________________ Statut du terrain au regard Des législations sur le patrimoine et l’environnement Département Ille-et-Vilaine (35) ? __________________________ Propriétaire du terrain
  • Commune SADIV Feins ___________________________ Codes Code INSEE 35110 ___________________________ Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence X=1356.000 Y=7246.550 Z : 98 à 99 m NGF ___________________________ Références cadastrales Commune
  • ___________________________ Dates d’intervention sur le terrain SADIV du 25 août au 5 septembre 2014 2014-158 du 16 avril 2014 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable ___________________________ Nature de l’aménagement Lotissement 8 Inrap · RFO de diagnostic Feins (Ille-et-Vilaine) ZAC du
  • Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Anne-Marie Fourteau-Bardaji, SRA Claude Le Potier, INRAP Michel Baillieu, INRAP Thomas Arnoux, INRAP Nathalie Ruaud, INRAP Olivier Laurent, INRAP Conservateur Régional Ingénieur d’études Directeur Interrégional
  • l’opération Location du matériel Gestion du matériel Prénom, Nom, Organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Bourne, INRAP Arnaud Desfonds, INRAP Vincent Pommier, INRAP Assistant d’études et d’opération Assistant d’études et
  • d’opération Topographe Responsable scientifique Fouille, relevés Topographie Prénom, Nom, Organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Bourne, INRAP Arnaud Desfonds, INRAP Théophane Nicolas, INRAP Assistant d’études et d’opération
  • ), le diagnostic archéologique de la ZAC du Grand-Clos s’inscrit dans un contexte riche en vestiges anciens. Si l’on réfute actuellement l’identification de Feins avec le Ad Fines de l’itinéraire d’Antonin, les nombreux sites et indices de sites antiques repérés sur le pourtour de
  • l’étang du Boulet pourraient indiquer l’existence à cet endroit d’un vicus, situé au carrefour d’une ou plusieurs voies secondaires. Le diagnostic mené sur une surface de 2,8 hectare a mis en évidence des indices diffus d’une présence humaine datée du Campaniforme. Aucun aménagement de
  • l’espace n’a pu être mis en évidence, et l’indigence des vestiges découverts n’a pas permis de caractériser la nature de cette occupation. Un parcellaire ancien a par ailleurs été identifié, sans qu’il ait été possible de le dater précisément. 11 I - Données administratives
  • , techniques et scientifiques Localisation de l’opération St Servan Dinard Dol-de-Bretagne N Antrain Combourg Fougères Feins St Méen-le-Grand Montfort-sur-Meu Vitré Rennes Argentré Châteaugiron Bretagne Ille-et-Vilaine Feins ZAC du Grand Clos Bais Janzé La Guerche de Bretagne
  • Bain de Bretagne Le Grand Fougeray Section et parcelle(s) : A – 1234, 1824 et 1935 0 10 25km Redon X=356.000 Y=7246.550 Z : 98 à 99 m NGF N 0 500m 1km Figure 1 : Cartes topographiques au 1/25 000e précisant la localisation de l’opération. 12 Inrap · RFO de diagnostic
  • 24 Inrap · RFO de diagnostic Feins (Ille-et-Vilaine) ZAC du Grand Clos 25 II -Résultats archéologiques I. Introduction I.1. Circonstances de l’intervention. Le projet d’une zone d’aménagement concerté élaboré par la SADIV a été à l’origine de la prescription d’une opération
  • de diagnostic archéologique. Les parcelles cadastrales 1234, 1824 et 1935 concernées par ce projet de lotissement s’étendent au sud-ouest du bourg de Feins et couvrent une surface de 2,8 hectares (Figure 1). L’emprise de nos travaux est située en bordure sud-ouest du bourg. Elle
  • est délimitée à l’ouest et au nord par des lotissements et à l’est par un chemin creux. Notre intervention sur le terrain s’est déroulée du 12 au 20 novembre 2014, et la rédaction du présent rapport a été menée en janvier 2015. La densité des vestiges archéologiques répertoriés sur
  • la commune de Feins, et la proximité d’un important système d’enclos au lieu-dit « les Cours Boulet » a conduit le Service Régional de l’Archéologie à prescrire ce diagnostic dans le but d’évaluer l’éventuelle relation pouvant exister entre cet enclos et l’occupation antique ou
  • médiévale de Feins. I.2. Contexte de l’opération. I.2.1 Cadre géographique et géologique. La commune de Feins se situe à 30 km au nord de Rennes. L’étang du Boulet, situé au nord du bourg, est le plus vaste plan d’eau du département d’Illeet-Vilaine (153 ha). Situé à une altitude de 71
RAP02869.pdf (VENDEL (35). domaine de la Fosse. rapport de diagnostic)
  • mausolée ou de toute autre construction gallo-romaine. En revanche, par le biais d’une tranchée creusée perpendiculairement à la route départementale 22, sensée perpétuer une liaison routière antique entre les cités gallo-romaines de Corseul et du Mans, nous avons enregistré l’existence
  • -romain découvert au XIXe siècle et lui-même construit le long d’un itinéraire antique qui reliait les capitales de cités gallo-romaines Corseul et Le Mans. Le contexte archéologique (C.A.G. 35, 1991, 226) L’examen des données de la Carte archéologique du Ministère de la Culture permet
  • derniers éléments ont permis d’étayer l’hypothèse de l’existence d’une entité politique de type pagus. C’est aussi justement sur le bord de la route Corseul-Le Mans, près du lieu-dit Le Bas Chemin, dans une parcelle appelée Le Châtelet, c’est-à-dire à une centaine de mètres du lieu de
  • qualifions volontiers de voyers. Cette hypothèse s’est vite imposée dans la mesure où nous étions sensés intervenir le long d’un itinéraire routier ancien, en l’occurrence la voie antique reliant les capitales de cités Corseul et Le Mans ; son tracé étant aujourd’hui repris localement par
  • Corseul à celle du Mans. 29 II -Résultats archéologiques Conclusion Au terme de cette étude, il apparaît clairement et sans ambiguïté que la majeure partie du futur projet de construction d’une stabulation au centre de la parcelle ZB 31 dite «  Le Domaine de la Fosse » ne menace
  • la Tranchée 1, creusée perpendiculairement à la route départementale 22, sont concernés par la présence des différentes évolutions d’un itinéraire routier sans doute ancien, celui-ci correspondant à un axe qui reliait les capitales de cités gallo-romaines Corseul et Le Mans. Mais
  • creusée perpendiculairement à la route départementale 22, sensée perpétuer une liaison routière antique entre les cités gallo-romaines de Corseul et du Mans, nous avons enregistré l’existence de deux états de voies qui se distinguent spatialement et morphologiquement. Toutes les deux
  • désignation II Résultats Introduction Le contexte archéologique Les modalités de l’intervention Les découvertes archéologiques Synthèse Conclusion 4 Inrap · RFO de diagnostic Vendel (Ille et Vilaine), Domaine de la Fosse I - Données administratives, techniques et scientifiques 6
  • Nature de l’aménagement Construction d’une stabulation Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest Adresse ou lieu-dit Domaine de la Fosse Codes code INSEE 35348 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence (Lambert 2) X : 7242200 Y : 1381700 Z
  • : environ 90m NGF Responsable scientifique de l’opération Gilles Leroux, Inrap Organisme de rattachement Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél : 02 23 36 00 40 Fax : 02 23 36 00 50 Date d’intervention sur le terrain Du 11/03/2013 au 25/03/2013
  • Numismatique Conservation Restauration 9 I - Données administratives, techniques et scientifiques INTERVENANTS Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Gilles Leroux, INRAP Chargé d’opération et
  • de recherche Responsable scientifique Intervenants administratifs Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Anne
  • Villard-Le Tiec, SRA Conservateur du patrimoine Prescription et contrôle scientifique Claude Le Potier, INRAP Directeur interrégional Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, INRAP Administrateur Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, INRAP Adjoint
  • Nathalie Ruaud, INRAP Assistant de gestion Logistique Olivier Laurent, INRAP Gestionnaire de base Gestion du matériel Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Équipe de diagnostic Prénom Nom, organisme d’appartenance Gilles Leroux, INRAP Chargé
  • commune de Piré-sur-Seiche, le SRA Bretagne a prescrit une opération de diagnostic sur une emprise de 77600m² sur le secteur est du lieu-dit ZAC de Bellevue. Elle a permis de mettre au jour les vestiges de deux axes de circulation gaulois préalablement repérés en photo aérienne par
  • Gilles Leroux (INRAP). Ils sont parallèles, distants d’environ 23m et sont orientés sud-ouest/nord-est. Installés dans un talweg suivant la pente la plus forte du terrain, ils se 10 Inrap · RFO de diagnostic Vendel (Ille et Vilaine), Domaine de la Fosse Notice archéologique Le
  • diagnostic archéologique réalisé par l’Inrap sur la commune de vendel, en Ille-et-Vilaine, à proximité du lieu-dit La Fosse, entre les 01 et 03 juillet 2013, a été motivé par un projet de construction d’une stabulation pour bovins. L’emprise de cette construction, bien que modeste
  • , s’inscrit dans un environnement archéologique particulier. En effet, notre intervention s’est produite sur le côté d’une voie ancienne et à proximité d’un site gallo-romain découvert en 1878 et interprété depuis comme un mausolée. La configuration topographique du secteur de La Fosse
  • correspond au centre d’un plateau découpé par la rivière Couesnon sur un axe est-sud-est/ouest-nord-ouest et qui sur son côté septentrional domine la large vallée du Couesnon. Nous avons pu rapidement constater que le projet ne touchait en rien une éventuelle extension spatiale du
  • de deux états de voies qui se distinguent spatialement et morphologiquement. Toutes les deux sont parallèles à la route moderne. Le premier état prend la forme d’un niveau de circulation directement aménagé sur le substrat schisteux et limité sur son côté nord par un fossé
RAP01990.pdf (CHARTRES-DE-BRETAGNE (35). "les Peupliers". dfs de diagnostic)
  • CHARTRES-DE-BRETAGNE (35). "les Peupliers". dfs de diagnostic
  • Tremblais le Relais ' V •>ftftiiihnlii-Be.s. i t e Mauers la Planche" ÀlaBulqtièri • ..'•••.'• L„M.rf la Tupinière • . la Croxi A É , A ' PontyPéan . - i '« T Í ' e I^JÖ^ÄheEon {- • IssJLandetlW' T f o n t a i n e Blanche MfeMk' de Man io «SV \ Annexe v-'r Inlluinin / f V
  • Rapport de diagnostic 2004 Laurent AUBRY CHARTRES DE BRETAGNE "Les Peupliers" (Ille-et-Vilaine) Du 01/06/04 au .02/06/04 N° de prescription : 2004/023 N° de projet INRAP : DA 05 0028 01 INRAP Direction interrégionale du Grand-Ouest : 37, rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson
  • -Sévigné Cedex FICHE SIGNALETIQUE Site n°: 35 066 013 Département : Ille-et-Vilaine Commune : Chartres de Bretagne Lieu-dit ou adresse : Les Peupliers Année du cadastre : 1980 Section(s) et parcelle(s) : AS, n°14 Coordonnées Lambert : Abscisses : x = Ordonnées : y = Altitude :19 m
  • Surface diagnostiquée :386 m2 Contexte géographique et géologique : Le site se situe sur une moyenne terrasse de la Seiche qui coule à 500 plus au sud. La couverture végétale peu épaisse (0,25 m en moyenne) recouvre un horizon limono-argileux résultant de la décomposition des schistes
  • : Géo-physique Autres (précisez) Profondeur des sondages ou carottages : 0,35 m Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : cf. contexte géographique et géologique. Substrat atteint : oui/non (si non, précisez pourquoi) Observations : Malgré
  • l'ouverture de 7 longues tranchées sur les 6002 m2 du projet, aucun indice archéologique ne permet de confirmer la présence de la voie antique de Nantes à Rennes. En effet, cette parcelle se situe sur son itinéraire supposé (voir plan). Seul un fossé parcellaire comblé de fragments de
  • démolition moderne a été repéré. 1 griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) •Ies Guiñáis laVeslaisJí Moc-Souris/ le Cormier ORennes l'Oisonmére n la Grande Porte, les Coursd'Ahaut 3 2 ^ J e s Grandes Malais le Marais les P e t j W Malais la Croix aux
  • Potiers lonnerie jes Hautes, fmitenay la Touche Blai izèriaire fa Houssaiss Doubé l ' -V I, ii^p'^feim Ì II Mairinnîœ lassue îles Montçfiaul £la Comme 1 i ''* í í v iS^y^ljVMarioiinais ;». la Chaijssairie St la Retenue lePp tissa les touchés la Bèe l Eftne • les
RAP02363.pdf (OSSÉ, SAINT-AUBAIN-DU-PAVAIL, CHÂTEAUGIRON (35). rd 463, déviation sud-est de Châteaugiron. rapport de diagnostic)
  • Rennes-Le Mans sur un axe nordest/sud-ouest. L'extension méridionale du site de La Perdriotais s'est soldée par la mise en évidence d'un réseau parcellaire propre à la périphérie d'un habitat et d'un chemin d'accès venant du sud-est desservant le cœur de cette occupation. Quant à
  • a permis de réfuter en grande partie les hypothèses concernant le tracé de la voie Rennes-Angers ; quant à l'axe Rennes-Le Mans, nous pensons que son appartenance chronologique à l'Antiquité était peu fondée, puisque ce chemin dit « des Saulniers » peut tout aussi bien appartenir au
  • découverte des enclos se trouve pratiquement au point de rencontre de la voie antique Rennes-Angers et de l'embranchement d'un autre itinéraire antique en direction du Mans. Le premier, dont le tracé, encore mal assuré, traverse peut-être le bourg de Veneffle sur un axe est-ouest
  • , constituait un point clef pour appréhender une des problématiques qui guidaient nos travaux, celle de la présence ou non de la voie antique RennesAngers et de son raccordement vers le Mans. La première était sensée avoir été partiellement fossilisée sous le chemin des Marettes, orienté est
  • part, nous optons plutôt pour une option le voyant fossilisé par la route départementale 234 qui traverse le village de Veneffles, dont il faudrait par conséquent revoir l'origine. En ce qui concerne le passage d'un itinéraire ancien entre Rennes et le Mans et son possible
  • voie Rennes- Le Mans à celle de Rennes-Angers. L'une des missions de ce diagnostic était bien entendu de le vérifier. Pour cela, nous avions la possibilité de réaliser deux coupes transversales sur son tracé. La première a été faite à Bel Air, sur le côté oriental de la route
  • hameau de Bel Air, dans l'alignement du chemin des Marettes et que l'identification du « Chemin des Saulniers » avec l'axe antique Rennes-Le Mans semble peu étayée. La présence du site gallo-romain au contact du ruisseau de Tébry (commune de SaintAubin-du-Pavail) vient compléter une
  • plus au sud par le village de Veneffles, ensuite parce la filiation du « Chemin des Saulniers » avec la voie Rennes-Le Mans semble compromise. C'est peut-être, paradoxalement, cette information par le vide ou par l'absence qui serait la plus intéressante, puisque le tracé des
  • DESFONDS 463 - DEVIATION SUD-EST de CHATEAUGIRON (communes d'Ossé,Saint-Aubin-du-Pavail,Châteaugiron) N° arrêté: 2006 128 DA 05018101 SOMMAIRE Fiche signalétique Générique de l'opération INTRODUCTION 1 - Cadre de l'opération 2 - Cadre géographique 3 - Le contexte archéologique 4
  • - Présentation des méthodes d'investigation 5 - Présentation des résultats PRESENTATION DES DONNEES ARCHEOLOGIQUES 1 - Les traces d'aménagement d'un chemin moderne au nord-est des Marettes (Châteaugiron) 2 - Vestiges d'un cheminement ancien au niveau de Bel Air, orienté sud-est/nord-ouest
  • (Châteaugiron) 3 - L'extension méridionale du site gaulois et antique de la Perdriotais (Châteaugiron) 4 - Un bâtiment médiéval isolé au sud-ouest du Petit Rollier 5 - Un itinéraire ancien sur la ligne de crête entre les R.D. 463 et 32 (Saint-Aubin-du-Pavail) 6 - Un site gallo-romain fossoyé
  • contre le ruisseau de Tébry CONCLUSION Fiche signalétique Identité du site Site n° Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine Communes : Châteaugiron, Saint-aubin-du-Pavail Lieux-dits : La Perdiotais, le Petit Rollier, Les Marettes, Bel Air Cadastre : année 2006 Propriétaires
  • et infrastructures) Surface totale de l'intervention : 158874 m2 Longueur : 4 kms Surface diagnostiquée : 15000 m2 % de la surface sondée : 10 Date de l'intervention sur le terrain : novembre-décembre 2007 Résultats : Côte d'apparition des vestiges : 0,40m à 0,80m sous le sol
  • actuel Chronologie : âge du Fer, Antiquité, Moyen-Age Nature des vestiges immobiliers : fossés, fosses et trous de poteaux Nature des vestiges mobiliers : poteries Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : L'intervention
  • l'emplacement de la future ZAC de 40 hectares de La Perdriotais, à l'automne 2006. Notre opération était également susceptible d'apporter de l'information sur les tracés présumés de deux vois antiques : la voie Rennes-Angers sur un axe est-ouest et le raccordement à cette dernière de la voie
  • l'environnement proche du site médiéval du Petit Rollier, il ne recelait qu'un grand bâtiment isolé sur poteaux. L'extrémité orientale de la future déviation, au contact du ruisseau de Tébry, a révélé partiellement un site antique fossoyé. La recherche sur les itinéraires antiques présumés
  • (technicienne) Topographie : Vincent POMMIER Photographies : Gilles LEROUX D.A.O. : Arnaud DESFONDS Intervenants administratifs : Service régional de l'archéologie de Bretagne : Stéphane DESCHAMPS (conservateur régional de l'archéologie) Anne VILLARD-LE TIEC (conservatrice du patrimoine, en
  • Routes et Infrastructures : Mr LAURENT (Chef de Service Etude et Travaux) Yvan GROSBOIS (chargé d'opération) INTRODUCTION 1. Cadre l'opération Le projet de construction de la rocade sud-est de Châteaugiron a nécessité une prescription archéologique de la part du Service régional de
  • l'archéologie dans la mesure où ces futurs travaux étaient susceptibles d'empiéter sur les possibles extensions des sites archéologiques précédemment reconnus. Ceux-ci avaient été caractérisés à l'occasion de diagnostics réalisés sur le doublement du gazoduc entre les lieux-dits Les Marettes
  • et Le Petit Rollier, ainsi que sur l'emprise de la future ZAC de la Perdriotais, dont la superficie dépasse les quarante hectares. L'emprise de nos investigations recouvre donc près de 16 hectares et se déroule sur 4 kms. 2. Cadre géographique (Figure 1) L'emprise générale de la
RAP03399.pdf (BADEN (56). 16 chemin du Manoir de Cardelan. Rapport de diagnostic)
  • Diagnostic archéologique Un projet de construction de logement sur les parcelles contigües du manoir de Cardelan a conduit à la réalisation d’un diagnostic archéologique. L’opération n’a permis de mettre en évidence qu’un petit nombre de structures (fossés, fosses de
  • Fouvez Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Avril 2016 2 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Côtes-d'Armor, Lanleff, Le Bourg Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 2 Sommaire 6 Fiche signalétique 7 Mots-clefs des
  • 38 3.2 Logs et topographie locale 39 4 Description des faits 39 4.1 Les structures en creux 39 4.1.1 Structures linéaires 43 4.1.2 Fosses de plantations et traces 43 4.1.2.1 Fosses de plantation 43 4.1.2.2 Le fait 5 I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques Sommaire 44 5 44 Le mobilier 5.1 Céramique et éléments en terre cuite 45 5.2 La céramique 46 5.1 Éléments du bâti 47 6 Synthèse 48 7 Conclusion 49 Bibliographie 50 Listes des figures Inventaire 54 Inventaire des faits 55 Inventaire des tranchées
  • (56) Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement __ Proprietaire du terrain Joseph Guillemot Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné cedex grand-ouest@inrap.fr Tél : 02 23 36 00 40 Fax : 02 23 36
  • dossier Patriarche non communiqué Numéro de l’entité archéologique non communiqué D14Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Joseph Guillemot 16 chemin de Cardelan 56870 BADEN Dates d’intervention sur le terrain préparation le 30/01/2017 diagnostic du 01/02 au 06/02/2017
  • post-fouille février 2017 Surface Diagnostiquée Emprise prescrite 2 103 m² Emprise diagnostiquée 2 51,5 m2 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x (L93) : 266194,34 y (L93) : 6745952,20 z (L93) : 39,50 m NGF Nature de l’aménagement
  • Restauration 8 Inrap · Rapport de ? Bretagne, Morbihan, Vannes, Place de Nazareth Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional Prescription et
  • Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Christine boujot, SRA Conservateur en charge du dossier Prescription et
  • contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional GO Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap Administrateur Mise en place et suivi de l’opération Michel-Alain Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de
  • Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Entreprise Beaussire Entreprise de terrassement Ouverture des tranchées de sondages Intervenants technique I. Données administratives, techniques et scientifiques Intervenants Équipe de fouille Prénom Nom
  • , organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yannick Fouvez, Inrap Responsable d'opération Responsable scientifique Yodrick Franel, Inrap Assistant d'étude et d'opération Fouille, relevés, photographies Pierrick Leblanc, Inrap Topographe
  • Relevés et plans Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yannick Fouvez, Inrap Assistant d'étude et d'opréation Responsable scientifique Emmanuelle Collado, Inrap Assistante d'étude et d'opération Infographie, PAO Yodrick
  • projet de construction de logement sur les parcelles contigües du manoir de Cardelan a conduit à la réalisation d’un diagnostic archéologique. L’opération n’a permis de mettre en évidence qu’un petit nombre de structures (fossés, fosses de plantations) attribuables aux époques
  • modernes et contemporaine. Le terrain diagnostiqué ayant été assez peu aménagé, les vestiges mis au jour bénéficient d’un état de conservation correct . I. Données administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération Localisation de l’opération Bretagne MORBIHAN
  • DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Département : MORBIHAN Commune : BADEN Section : ZR Feuille : 000 ZR 01 Échelle d'origine : 1/2000 Échelle d'édition : 1/2000 Le plan visualisé sur cet extrait est géré par le centre des
  • en œuvre par l’Inrap entre le 01 et le 06 février 2017 préalablement à la construction d’une maison individuelle au 16, route du manoir de Cardelan à Baden (56). Une équipe de deux archéologues de l’Inrap aidés d’une pelle mécanique de 5 tonnes ont mené cette opération. Des
  • : Y. Fouvez, Inrap) 1.2 Localisation Baden se situe au sud du département du Morbihan. Elle est encadrée par les communes de Larmor-Baden au sud, Arradon à l’est, Ploeren et Plougoumelen au nord et Le Bono à l’ouest (Fig. 2). 1.3 Contexte géologique L’emprise de l’opération est
  • localisée en zone littorale. L’altitude moyenne des terrains concernés par le diagnostic est de 16 mètres NGF. D’après la carte géologique du BRGM au 1/50 000, feuille de Vannes, la parcelle diagnostiquée est située sur des niveaux métamorphiques 27 28 Inrap · Rapport de diagnostic
  • ). Localisation de l’opération Granulite Fig. 3 Localisation sur la carte géologique 0 2.5 5 7.5 10 km Schiste micacé © E.Le goff 1.4 Etat des connaissances avant l’opération Le manoir de Cardelan, qui jouxte les parcelles investiguées, semble attesté, sous diverses graphies, depuis
RAP03142.pdf (CESSON-SEVIGNE (35). LGV Le Mans/Rennes, secteur 1, La Salmondière. Rapport final d’opération)
  • CESSON-SEVIGNE (35). LGV Le Mans/Rennes, secteur 1, La Salmondière. Rapport final d’opération
  • travaux de la Ligne à Grand Vitesse Le Mans-Rennes une fouille archéologique a été conduite en 2012 sur la commune de Cesson-Sévigné, au lieu dit La Salmondière. Elle porte sur une superficie de 6 hectares et a permis la mise au jour d’occupations allant du Bronze final au haut Moyen
  • -Sévigné, LGV Le Mans/Rennes secteur 1 La Salmondière Ille-et-Vilaine, Cesson-Sévigné LGV Le Mans/Rennes secteur 1 La Salmondière Chronologie âge du Bronze âge du Fer (Tène Bretagne, Ille-et-Vilaine, Cesson-Sévigné LGV Le Mans/Rennes secteur 1 La Salmondière Occupation diachronique
  • -ouest@inrap.fr Août 2015 Rapport final d’opération Fouille archéologique DB05030812 LGV Le Mans/Rennes secteur 1 La Salmondière Occupation diachronique du Bronze final au haut Moyen Âge sous la direction de : avec la collaboration de : Jean-Claude Durand Sandrine Barbeau Vérane
  • 4 Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 Inrap · RFO de fouille 421 422 422 422 423 423 426 431 432 432 434 2.8.1. Introduction 2.8.2. Matériel et Méthode 2.8.2.1. Principe de l’étude anthracologique 2.8.2.2. L’examen dendrologique 2.8.3
  • techniques 519 583 614 617 628 Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire Inventaire et datation des structures des mobiliers des prélèvements des minutes des photographies I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans
  • l’aménagement 63 000 m2 Ligne LGV Le Mans-Rennes Numéro de l’entité archéologique non communiqué Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence Opérateur d’archéologie Inrap Grand Ouest Responsable scientifique de l’opération RGF93CC48 Jean-Claude
  • Conservation Restauration Autre 8 Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 Inrap · RFO de fouille Intervenants Intervenants scientifiques Prénom, nom, organisme, appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération
  • Céramologue Etude céramique antique Julian Wiethold, Inrap Laboratoire archéobotanique Inrap Etude macro-restes végétaux Nolwenn Zaour Spécialiste des scories Etude des scories 10 Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 Inrap · RFO de
  • 2 pelles de 180 CV avec godet de curage de 3m de large et tracto-bennes Intervenants techniques 11 I. Données administratives, techniques et scientifiques NOTICE SCIENTIFIQUE Dans le cadre des travaux de la Ligne à Grand Vitesse Le Mans-Rennes une fouille archéologique a été
  • confirme l’importance de la place de ce domaine dans le contexte local. 12 Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 Inrap · RFO de fouille Localisation de l’opération St Brieuc Brest Rennes Quimper Vannes Nantes St Servan Dinard Dol-de
  • cadastre récent 13 14 Inrap · RFO de fouille Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 II. Résultats 15 16 Inrap · RFO de fouille Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives
  • , techniques et scientifiques 17 18 Inrap · RFO de fouille Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives, techniques et scientifiques 19 20 Inrap · RFO de fouille Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes
  • secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives, techniques et scientifiques 21 22 Inrap · RFO de fouille Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives, techniques et scientifiques 23 24 Inrap · RFO de fouille
  • Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives, techniques et scientifiques 25 26 Inrap · RFO de fouille Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives
  • , techniques et scientifiques 27 28 Inrap · RFO de fouille Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives, techniques et scientifiques 29 30 Inrap · RFO de fouille Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes
  • secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives, techniques et scientifiques 31 32 Inrap · RFO de fouille Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives, techniques et scientifiques 33 34 Inrap · RFO de fouille
  • Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 I. Données administratives, techniques et scientifiques 35 II. Résultats 39 II. Résultats 1. Contexte général 1.1. Introduction Le projet de construction de la Ligne à Grande Vitesse Le Mans-Rennes
  • Etrelles Argentré-du-Plessis Le Pertre Brielles Gennes-sur-Seiche ch e La ai n e L a Sei Vi l 0 - 100 m 100 - 200 m 200 - 500 m 0 5 Fig. 3 : carte de localisation des différents secteurs de la LGV Le Mans-Rennes 10 50 km 40 Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans
  • la LGV Le Mans-Rennes 1181 1188 1187 50 1180 53 224 6 . 28 R.D 46 1179 223 56 29 55 59 222 214 57 54 58 221 24 22 220 18 Y=7221000 . R.D 1168 210 1174 209 216 10 208 14 3 7 ZP6 1173 4 8 32 217 ZP0081 L a Sal mondi ère 20 1175 5 9 26
  • -Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 Inrap · RFO de fouille e Vilain Légende 0m 50 m 0 100 m Fig. 7 : plan de localisation du site de la Salmondière sur fond topographique 65 60 70 70 0 Fig. 8 : détail du site dans son contexte topographique
RAP01358.pdf (CORSEUL (22). l'hôtellerie. rapport de sondage)
  • coupe stratigraphique Des travaux de nettoyage, le long du CD.794, au lieu-dit l'Hôtellerie en bas du bourg de Corseul, ont permis la mise au jour d'une coupe stratigraphique contenant les vestiges de l'ancienne voie Corseul-Le Mans. La portion étudiée se situe apparemment en dehors
  • . L'importance de cette voie n'est certainement pas négligeable. On admet en général qu'elle relie la ville de Corseul aux chefs-lieux des Cités plus à l'est (Rennes (Redonnes), Avranches (Abrincates), Jublains (Diablintes), Le Mans (Cénomans)...). Une enquête auprès des propriétaires voisins
  • Kerébel fouille préventive 11 AB.79. 319 992-1994 22 048 043 H. Kerébel fouille programmée 11 AB.79 rue Rues, bâtiment commerciaux e 1993 22 048 054 H. Kerébel sondage archéologique 16 AB.321 vestiges non touchés par les travaux oc 1993 22 048 074 H. Kerébel
  • sondage archéologique 17 AB.349 sondage négatif H. Kerébel surveillance travaux sondage archéologique 18 AB.66 vestiges non touchés par les trav aux rural sondage archéologique sondage archéologique sondage archéologique rural 19 20 surveillance travaux surveillance travaux
  • programmée A. Provosl fouille programmée i 1 AB.319 YC.42 Rues, escalier1 Tranchée de 4 000 mètres de long YC.43 AB.119 Temple Voie extérieure AB.50 YH.23p M.898 Rue. Bâtiment indéterminé R.D. 44 M.995 à 1014 sondage négatif vestiges non touchés par les trav aux Effacement de
  • du périmètre de la cité, non loin d'une sortie de la ville. Il s'agit de la voie principale de la ville antique déjà, abordée sur le chantier de fouille de Monterfil EL Elle se dirige vers l'est en passant près du sanctuaire du Haut-Bécherel. La voie est coupée dans le sens de la
  • longueur, il n'a pas été possible de définir sa largeur ni son axe précis. Elle n'est cependant pas dans le prolongement exact de la rue qui traverse le chantier de Monterfil II. Cette route s'oriente légèrement vers le sud-est à la sortie de la ville. Ce changement d'axe au delà du
  • antique. Elle en est de plus située à plus d'un mètre en contrebas. En aval, le franchissement du petit vallon du ruisseau de l'Hôtellerie, situé à une centaine de mètre, devait probablement s'effectuer sur un pont. Nous sommes ici en dehors du périmètre de la ville antique
  • du sondage nous a également appris qu'aucun vestige maçonné n'avait été vu lors des terrassements nécessaires aux constructions de ces dernières décennies. Nous ne serions pas surpris que les abords de cette voie aient été occupés, au cours du Haut-Empire par des nécropoles. Il
  • pourrait être judicieux, dans les années à venir, de réaliser, chez des particuliers, des sondages restreints permettant peut-être de confirmer cette idée. Niveau de Remblai de schiste en plaquettes gravillons dames Réfection de la voie Petits blocs de schiste Chaussée de la voie
RAP01626.pdf ((35). aménagement de la rd 177. rocade est de Redon. 2e tranche. rapport de diagnostic)
  • , rue Saint-Jacques, 72 000 Le Mans : Conseil Général d'Ille-et-Vilaine (Direction des routes, des infrastructures et de l'environnement). p I I te > n ÏE # ; | Direction * :
  • ., Antenne interrégionale Grand-Ouest - 1 , rue Saint-Jacques 72 014 Le Mans Cedex. - Mr Dubois M., Contrôleur, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine > i» Equipe de fouille - Mr Pirault Lionel., (Assistant d'étude, Responsable d'opération, A.F.A.N.) - M r Leblanc Pierrick (Topographe
  • représentées par une forte amplitude de schiste rouge puissamment altéré. A l'est, l'émergence gréseuse le la Belle Anguille offre une position topographique culminante (de 60 à 75 m) très remarquable dans le paysage. Elle constitue l'unique relief accidenté (concerné par le tracé de la
  • rocade) en contrebas duquel s'étend à l'est le marais de Vilaine. Au niveau du Rozé, (au sud de la ferme du même nom) on enregistre la présence d'une courte dépression connexe à la plaine alluviale, d'une longueur de moins de 200 mètres. Elle correspond en fait à une vallée d'érosion
  • colmatée, peu encaissée, drainée par un cours d'eau dont la source est localisée près du croisement de RD 65 et de la VC 204. L'étude géotechnique réalisée parle C.E.T.E.O en décembre 1997 montre que le comblement de cette dépression est formé d'une alternance de dépôts récents à sub
  • -actuels (limon, tourbe, vase argileuse) dont il est difficile de préciser les principaux épisodes de sédimentation. Un sondage profond réalisé lors de la prospection archéologique, confirme bien la nature et la puissance du comblement (3,80 m à4 m) qui repose sur le substrat
  • usagers en évitant totalement la zone urbanisée de la ville de Redon et ses faubourgs industrialisés à l'est. L'aspect le moins évident mais peut-être le plus sensible réside dans la volonté d'affermir la qualité de vie des habitants de l'agglomération de Redon en ordonnant une plus
  • grande fluidité du trafic urbain, supprimant ainsi les nuisances qu'il génère inévitablement. Les contraintes physiques ajoutées à l'exigence de la conservation de I' environnement naturel de la vallée de la Vilaine ont permis de déterminer un tracé d'un coût compatible avec l'intérêt
  • public et offrant le meilleur compromis possible. Le tracé exact de cette future route (d'une longueur totale de 5200 mètres) sur la commune de Redon (de l'actuelle RD 1 77 à la Vilaine) est de 2900 mètres pour une emprise moyenne de 50 mètres. La portion de tracé située dans le
  • département de l'Ille-et-Vilaine comporte trois ouvrages d'art qui permettront de rétablir les servitudes des routes C2, RD 65 et VC 204. A l'extrémité ouest, la jonction avec la RD 177 s'effectuera au moyen d'un carrefour giratoire actuellement en service. A l'est, le franchissement de la
  • Vilaine sera assuré au moyen d'un viaduc de 620 mètres de long sur 22 mètres de hauteur. Cet important ouvrage prendra appui sur le haut-relief de l'éperon gréseux de la Belle-Anguille, hors du champs d'inondation de la plaine alluviale, au niveau du point d'inflexion du fleuve
  • . Résultats antérieurs Une première opération de diagnostic archéologique préalable à la construction des trois ouvrages d'art a été réalisée entre le 25 mai 1999 et le 02 juin 1999 (Béguin F., 1999). Pour des raisons de non accessibilité, certaines parcelles concernées par les travaux
  • n'ont pas pu être sondées. Seuls, les emplacements de deux ouvrages ( concernant la RD 177 et la VC 204) ont été intégralement explorés lors de cette première opération. Cette prospection mécanique n'a pas permis de reconnaître de vestiges archéologiques ni d'indices indiquant une
  • anthropisation sur la bordure de lazone humide proche de la VC 204. Résultats du diagnostic > * > e • L'étude archéologique du tracé de la future rocade devait permettre d'inventorier systématiquement à l'intérieur du fuseau d'étude, toutes les traces d'occupation ancienne vouées à la
  • mètres de tranchée soit une surface totale explorée de 2800 m2. Tous ces sondages sans exception se sont avérés négatifs. Au niveau du marais de Renac le sondage sd. 115 a permis de confirmer la présence d'une tourbière identifiée lors de l'étude géotechnique. Le profil de la
  • paléovallée au niveau de ce marais montre une intéressante stratigraphie qui offre deux niveaux tourbeux différenciés, étagés l'un à la base de la dépression, le second interstratifié entre le comblement sommita! du talweg (dépôt de pente) et un sédiment argilo-limoneux gris clair
  • partie centrale du talweg par Mr L. Visset, Directeur du Laboratoire d'écologie et des paléoenvironnements Atlantiques (UMR 6566 du C.N.R.S.). L'interprétation des diagrammes polliniques et les datations C14 des deux niveaux tourbeux permettront d'établir une chronostratigraphie
  • (locale ?) des principaux événements qui ont rythmé le comblement de cette dépression. Ces résultats permettront également une comparaison intéressante avec ceux déjà connus concernant le bas val de Vilaine entre Redon et Rieux (Durant S, Kerfourn MT., 1961). Conclusion Le diagnostic
  • archéologique réalisé préalablement aux travaux de percements de la rocade est de Redon (section lile-et-Vilaine), n'a pas permis de mettre en évidence le moindre indice concernant l'existence d'une occupation humaine ancienne même à proximité de lieux occupés depuis le Moyen Age tardif
  • distinguer sans équivoque au sud-est de Redon (autour des marais de Cran et de Isac), les traces d'une occupation humaine ancienne assez disséminée. Le suivi des travaux de cette même rocade sur la partie Loire-Atlantique au début de l'année 1999, n'a également fourni aucun indice
RAP03525 (GAVRES (56). Port Guerh. Rapport de diagnostic)
  • Sujets et thèmes Fosse Fossé Structure indéterminée Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Le diagnostic archéologique effectué à Gâvres - Port Guerh n’a pas permis de mettre en évidence la présence d’un site archéologique sur les parcelles concernées par les
  • aménagements. Néanmoins, les explorations ont révélé la présence de quelques indices matériels (allant de la Protohistoire à l’époque contemporaine). Les structures archéologiques sont peu nombreuses, éparses et mal conservées, on notera cependant la présence de mobilier archéologique hors
  • structures ; cette situation semble résulter d’aménagements ayant affecté les parcelles investiguées entre le XVIIe et la fin du XXe siècle. Port Guerh, Gâvres, Morbihan, Bretagne Chronologie Néolithique Protohistoire Âge du Bronze Antiquité romaine Époque médiévale Moyen Âge Temps
  • , Gâvres, Port Guerh Diagnostic archéologique Gâvres, Port Guerh sous la direction de avec la collaboration de Yannick Fouvez Xavier Hénaff Françoise Labaune-Jean Arrêté de prescription SRA 2017-151 Système d’information Lambert 93-CC48 Code Inrap D119424 Solène Le Padellec
  • 1.1 Circonstances de l'intervention 26 1.2 Localisation 26 1.3 Contexte topographique et géologique 27 1.4 Etat des connaissances avant l'opération (par S. Le Pallec) 28 1.5 Conditions d'intervention, stratégies et méthodes mises en œuvre 30 2 Résultats 41 .1
  • Implantation des tranchées et localisation des structures 2 2.1.1 Implantation des tranchées et localisation des structures 2.1.2 Logs et topographie locale 2.2 Description des faits 2.2.1 Les fosses 2.2.2 Les structures linéaires 2.2.3 Structures indéterminées 2.3 Le mobilier 2.3.1 Le
  • Bretagne Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l'environnement - Département Morbihan (56) Proprietaire du terrain Commune Mairie de Gâvres Gâvres Adresse ou lieu-dit Port Guerh Codes code INSEE 56062 numéro de dossier Patriarche non communiqué
  • céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 8 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Gâvres, Port Guerh Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de
  • Mise en place et suivi de l’opération Yannick Fouvez, Inrap Responsable d'Opération Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Ménez, SRA Conservateur régional de l'archéologie
  • Prescription et contrôle scientifique Anne-Marie Fourteau, SRA Conservateur régional de l'archéologie Prescription et contrôle scientifique Dominique Le Vouëdec, mairie de Gâvres En charge du dossier aménageur Propriétaire Claude Le Potier, Inrap Directeur Interrégional GO Mise en
  • génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Entreprise Beaussire TP Entreprise de terrassement errassement à 1 pelle de 20 t avec T un godet de curage de 3 m de large. Intervenants administratifs Intervenant technique Financement Redevance d'archéologie préventive
  • I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yannick Fouvez, Inrap Responsable d'opération, Archéologue Responsable scientifique Solène Le Padellec
  • , Inrap Technicienne d'opération Fouille, relevé et enregistrement Philippe Boulinguiez, Inrap Topographe Relevés et plans Lionel Doré, Beaussire TP Conducteur d'engin Conduite de pelle hydraulique Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre
  • de l’opération Yannick Fouvez, Inrap Responsable d'opération, Archéologue Coordination scientifique, rédaction SIG, DAO Solène Le Padellec, Inrap Technicienne d'opération Traitement du mobilier, inventaire, rédaction, étude documentaire Xavier Hénaff, Inrap Assistante
  • d'étude et d'opération Françoise Labaune-Jean, Inrap Ingénieure d'étude Philippe Boulinguiez, Inrap Topographe Traitement des levés topographiques Emeline Le Goff, Inrap Topographe SIG, DAO, PAO Équipe de post-fouille Etude du mobilier céramique (Protohistoire) Etude du
  • présence humaine a pu être détectée, avec une présence notable de mobilier céramique attribuable du Néolithique à la période contemporaine, celle-ci reste diffuse et assez mal cernée, les structures étant assez mal conservées et la majorité du mobilier ayant été mis au jour hors des
  • structures. Le terrain diagnostiqué a été assez largement impacté par les travaux de culture. L’état de conservation des structures est médiocre. Tableau récapitulatif des résultats Chronologie Structures Mobilier Interprétation Protohistoire Fosses, fossé Céramique Epoque
  • archéologique préalable. Cette opération été mise en œuvre par l’Inrap entre le 9 et le 13 octobre 2017, par une équipe de deux archéologues de l’INRAP aidés d’une pelle mécanique de 20 tonnes. 1.2 Localisation Gâvres est localisée à l’ouest du département du Morbihan, sur une presqu’île à
  • Localisation de l’emprise du diagnostique (©IGN-Scan25® ; ©Y. Fouvez, Inrap) 1.3 Contexte topographique et géologique Les parcelles diagnostiquées sont localisées (fig. 2) sur le domaine varisque sudarmoricain (Audren, Triboulet et al., 1993), au niveau du plateau 27 continental. Les
  • sols sont constitués de leucogranites de Ploemeur (notés y1), plus ou moins altérés (arène) et recouverts de sédiments superficiels (Béchennec, Hallégouët (dir), 2012). L’altitude des terrains concernés par le diagnostic est comprise entre 7 et 8 m NGF. Leucogranites de Ploemeur