Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4035 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01079.pdf (LA MARTYRE (29). le Bois Noir. rapport de fouille préventive)
  • LA MARTYRE (29). le Bois Noir. rapport de fouille préventive
  • — — 1079 1 ! ( P I N I h été averti, le 3 janvier 1372, par M . était en le la Iterine (E. E,), à la Martyre (Finistère). le 6 j'ai M* P . 5 m x 4 m, que la relié par il 1,10 de 0,60 (cf. fig, 1). Ì B J K « la 3 s un fragment île la C^yg^que^jgiBÜag. ' dans le style
  • di 100 à 300 ap. J . G.). la cite des 5 Vi s I, à 37 de la d*c 7225 -
RAP01782.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • L'ARCHEOLOGIE BRETAGNE Avenue Charles Foulon 35700 RENNES T è i : 02 99 84 59 0 0 TABLE DES MATIERES FICHE SIGNALETIQUE GENERIQUE 1 2 CREDIT DES ILLUSTRATIONS 3 1 - MOTIFS DE L'INTERVENTION 4 1.1 - OBJECTIFS 4 1 . 2 - METHODOLOGIE 1.2.1 1.2.2 1.2.3 1.2.4 - 4 Le relevé
  • d'élévation Le relevé topographique L'enregistrement et l'analyse du bâti L'étude documentaire 4 5 5 6 2 -IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE 7 2 . 1 - L E CHATEAU AVANT 1 2 6 3 7 2 . 2 - L E CHATEAU DE 1 2 6 3 A 1 4 2 0 7 2 . 3 - L E CHATEAU DE 1 4 6 0 A 1 5 1 3 8 3 - RESULTAT DE LA
  • RECHERCHE 9 3 . 1 - LOCALISATION ET ASPECT DU MONUMENT 9 3.1.1 - Localisation 3.1.2-Aspect 9 9 3 . 2 - L'ESPACE RÉSIDENTIEL 9 3.2.1 - Le donjon (zone 1) 3.2.2- Le logis, description générale (zones 2 et 3) 3.2.3 - L'éperon nord, description générale (zone 4) 9 10 11 3 . 3
  • , tours, donjon SRA Rennes Néant Résumé Les résultats de l'étude de bâti ont mis en valeur deux phases principales de travaux. La première phase est marquée par la construction des deux courtines et de la tour nord. La seconde se distingue par une réfection complète du côté sud-est
  • , ouvert de trois grandes baies sur deux niveaux minimum. La fouille du logis permettra de préciser l'impact de cette réhabilitation sur l'habitat seigneurial primitif. Le donjon ne possède aucune connexion architecturale avec les maçonneries précitées. Un épais massif quadrangulaire
  • Dupleix 29196 QUIMPER Cedex tél : 02 98 76 20 20 - fax : 02 98 76 20 16 SERVICE DEPARTEMENTAL DE L'ARCHEOLOGIE DU FINISTERE 1, rue du Général De Gaulle 29 590 LE FAOU tél : 02.98.81.07.20 - fax : 02.98.81.93.59 Michel LE GOFFIC MAIRIE DE LA ROCHE-MAURICE M. le Sénateur François
  • MARC M. le Maire Jean-François JAOUANET 29 800 LA ROCHE-MAURICE tél : 02.98.20.43.57 - fax : 02.98.20.43.55 Equipe archéologique Responsable : Jocelyn MARTINEAU Relevés manuels - DAO : Fabien SANZ-PASCUAL Topographie - Photoplan - 3D : Frédéric BOUMIER avec la collaboration
  • ) Remerciements M. Braz, président de l'Association des amis du château de Roc'h Morvan CREDIT DES ILLUSTRATIONS 3 Vue générale du château depuis l'est P1.01 1 - MOTIFS DE L'INTERVENTION 1.1 - Objectifs Cette étude archéologique a porté sur les vestiges de l'enceinte, du logis et de la
  • tour nord du château de la Roche-Maurice, préalablement aux travaux de restauration menée par l'Entreprise Novello sous la maîtrise d'ouvrage du Conseil Général du Finistère et la maîtrise d'œuvre de M. Bernard Léopold, architecte DPLG à Morlaix (29) (pl. 1). Les relevés
  • les Fouille Archéologique Nationale, dans le cadre d'une opération programmée annuelle. L'étude de bâti, découpée en deux campagnes de 5 et 10 jours, a débuté le 9 avril 2001 et s'est achevée le 13 juin 2001. Par ailleurs, une équipe de trois personnes dirigées par un membre du
  • Service Départementale de l'Archéologie du Finistère a décaissé manuellement, pendant plus d'un mois, les remblais stériles recouvrant les niveaux de démolition du logis, en vue de la fouille prochaine du secteur. Les résultats scientifiques de l'opération sont intégrés au travail de
  • recherche du responsable d'opération, doctorant au Centre d'Etude des Sociétés et Civilisations Médiévales (C.E.S.C.M.) de l'Université de Poitiers et membre du groupe de recherche sur la fortification médiévale de l'UMR 6589 du CNRS. Les résultats devraient permettre de définir le cadre
  • scientifique et technique d'une nouvelle demande d'opération programmée pluriannelle pour les années 2002, 2003 et 2004. 1 . 2 - Méthodologie 1.2.1 - Le relevé d'élévation L'objectif du relevé d'élévation est de conserver une preuve graphique des techniques de construction employées dans
  • les différentes campagnes de travaux identifiées sur les élévations extérieures de l'enceinte et de la tour nord. Les parements ont été relevés en pierre à pierre au l/20eme, avant la stabilisation et le rejointoiement des murs (pl.2). Les structures inaccessibles ont été dessinées
  • à partir de photos numériques redressées et géo-référencées sur le logiciel Photoplan. La réussite de la mission n'aurait pas été envisageable sans la compétence du dessinateur et du topographe et sans l'assistance de trois stagiaires bénévoles. La mise à disposition de
  • l'échafaudage ménagé autour du château par l'Entreprise de rénovation a également été un élément indispensable au bon déroulement de l'opération. 1 Relevés d'élévations P1.02 1.2.2 - Le relevé topographique La programmation de cette année 2001 prévoyait également de réaliser un levé
  • des parements externes, a imposé une autre stratégie. Il a été décidé de concentrer le travail du géomètre sur la jonction entre l'escarpement rocheux et la fondation des maçonneries talutées (pl.3). L'interprétation de données topographiques liées à l'analyse des techniques de
  • construction, devraient aboutir à un certain nombre de questions sur les difficultés de mise en œuvre du chantier médiévale sur un site d'éperon. Le deuxième enclos castrai situé en périphérie, beaucoup plus distendu, fera l'objet d'un relevé complémentaire l'an prochain, après avoir
  • rattaché les coordonnées indépendantes de l'année 2001 au système Lambert. Enfin, la morphologie du relief et des élévations du château font l'objet d'une relevé volumétrique qui aboutira à terme à la restitution du site en 3 dimensions. 1.2.3 - L'enregistrement et l'analyse du bâti La
  • nature et la mise en œuvre des matériaux (appareillages, joints, liant, dimensions) employés dans la construction d'un mur ou d'une structure (Ml), ont fait l'objet d'un enregistrement systématique en unité stratigraphique (US 1001) (pl.4). Les éléments architecturaux (portes
RAP01286.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). chemin de la Salette. rapport de sondage.)
  • profondeur, le godet de la pelle a mis au jour le sous - sol schisteux. A l'issue de cette opération, aucune structure archéologique en place n'a été perçue. Le permis de construire a été accordé sans prescription particulière. Fait à Rennes le 25 avril 1994. Michael BATT, Ingenieur
  • d'Etudes - Service Régional de l'Archéologie de Bretagne. commune*»: Section. Echelle: CAft^V" A M _ ^eulUa: M'/'^O O 0 CJum*~I di JA SJJk / CMUéiY-yUkW&Z f f r ê & e ) \o\ ABAT TO II DEPOT CINEMA ÎA SS^iCES/ \\TECHNIOUES \ ViUNICIPÂUX CINEHA 'erüu n U ANPE \ fis
RAP01006.pdf (SAINT-GOAZEC (29). le bourg. rapport de sondage)
  • SAINT-GOAZEC (29). le bourg. rapport de sondage
  • avoir remis son rapport écrit ; ce bref compte-rendu vaut donc rapport préliminaire, dans l'attente d'un document plus circonstancié demandé â l'intéressé. C.-T. LE ROUX A ool • •
  • CEDEX P o s t e 11-08 LE DIRECTEUR DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES DE BRETAGNE â MONSIEUR LE SOUS-DIRECTEUR DES FOUILLES ET ANTIQUITES S/C. de MONSIEUR LE DIRECTEUR REGIONAL DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE Objet : Finistère, St-Goazec, Sondage N° 79-09 du 22/05/79. Carte
  • archéologique : 29.2.09.249.002 A la suite de l'autorisation de sondage citée en référence, j'ai l'honneur de vous préciser que M. Pierre GAILL0T, titulaire de l'autorisation a effectivement pratiqué des sondages à la tige métallique dans les parcelles N° 12 et 16, section AB, menacées par
  • l'extension du terrain des sports, mais sans résultats. Il a ensuite suivi quotidiennement le déroulement du chantier qui n'a rencontré, lors des décapages, aucune structure archéologique, dans les limites tracées sur le plan joint. Il est toutefois difficièe d'affirmer que le gisement
  • préhistorique de ce secteur se limite aux deux tombes en coffre découvertes en 1946 et 1973 dans la parcelle N° 12 ou bien s'il se continue par d'autres sépultures sous les jardins environnants. Depuis cette opération, M . GAILL0T a quitté la gérance de son commerce à St-Goazec avant de nous
RAP03498 (Les zones côtières et les évènements climatiques. Rapport de PI 2017)
  • Les zones côtières et les évènements climatiques. Rapport de PI 2017
  • charbon. Lors de la visite de terrain, aucune stratigraphie claire n’a pu être établie, cependant, cette couche se trouve entre l’humus dans le niveau supérieur et un limon dans le niveau inférieur. INTERPRÉTATION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV PDWLqUH
  • DI¿[HV PDWLqUH PRUSKRORJLH RX DXWUH Structures (illimité) Doute (?) $I¿[H $I¿[H Quantité $PDV FRTXLOOLHU ,QKXPDWLRQ Commentaire sur les structures 'DQV OD SDUWLH QRUG GH O¶vOH SUpVHQFH G¶XQ HQVHPEOH G¶RVVHPHQWV KXPDLQV PpGLpYDX[ GDQV XQ DPDV FRTXLOOLHU GH
  • PDWLqUH PRUSKRORJLH RX DXWUH Structures (illimité) Doute (?) $I¿[H $I¿[H Quantité $PDV FRTXLOOLHU Commentaire sur les structures 3UpVHQFH G¶XQ DPDV FRTXLOOLHU SULQFLSDOHPHQW FRPSRVp GH SDWHOOHV INTERPRÉTATION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH
  • PRUSKRORJLH RX DXWUH Structures (illimité) Doute (?) $I¿[H $I¿[H Quantité $PDV FRTXLOOLHU Commentaire sur les structures 3UpVHQFH G¶XQ DPDV FRTXLOOLHU DX VXG RXHVW GH O¶vORW FRPSRVp PDMRULWDLUHPHQW GH SDWHOOHV INTERPRÉTATION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU
  • PRUSKRORJLH RX DXWUH Structures (illimité) Doute (?) $I¿[H $I¿[H Quantité $PDV FRTXLOOLHU Four 1LYHDX G¶RFFXSDWLRQ Commentaire sur les structures 3OXVLHXUV QLYHDX[ G¶RFFXSDWLRQV VRQW DFWXHOOHPHQW YLVLEOHV VXU O¶vOH INTERPRÉTATION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU
  • ALeRT Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre LES ZONES CÔTIÈRES ET LES ÉVÉNEMENTS CLIMATIQUES Arrêté d’autorisation n° 2016-355 Rapport de prospection inventaire 2016-2017 Vol. 2 Chloë MARTIN Avec la collaboration de Marie-Yvane DAIRE Annette FLAGEUL et le CFRA
  • Décembre 2017 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée
  • et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment
  • en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont
  • incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le
  • cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect
  • de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de
  • Commune principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Perros Guirec Ploumanac’h 2014 AB . 42 . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI
  • ¿[HV PDWLqUH PRUSKRORJLH RX DXWUH Structures (illimité) Doute (?) $I¿[H $I¿[H Quantité Foyer 1LYHDX G¶RFFXSDWLRQ Commentaire sur les structures 8Q IR\HU D pWp UHSpUp GDQV OH VHQWLHU F{WLHU DYHF OD SUpVHQFH GH FpUDPLTXH GH FOD\RQQDJH HW GH VLOH
  • [ INTERPRÉTATION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV PDWLqUH PRUSKRORJLH RX DXWUH Nature (limité à 2) $I¿[H $I¿[H Quantité Commentaire sur l’interprétation MOBILIER 0RELOLHU VLJQL¿FDWLI GpFULW HW FRPPHQWp &RQWH[WH GX PRELOLHU : /LHX
  • DUFKpRVFLHQFHV LE MIGNOT Y. 2000. 3RU] 5ROODQG 3ORXPDQDF¶K 5$3 UDSSRUW GH VRQGDJH 65$ %UHWDJQH S SODQFKHV &RPPHQWDLUH JpQpUDO VXU O¶($ /H VHQWLHU SDVVDQW j WUDYHUV OH IR\HU IUDJLOLVH FH GHUQLHU SDU OH SLpWLQHPHQW 6HXO XQ VXLYL SRXUUD PLQLPLVHU OHV SHUWHV GH GRQQpHV
  • «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««« ««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««« ««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««« ««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««« ««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««« ««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««« Cadre réservé au SRA 1ƒ (QWLWp 0RGL¿FDWLRQ 234 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Département : COTES D ARMOR Commune : PERROS-GUIREC Le plan visualisé sur cet extrait est géré par le centre des impôts foncier
  • principale Lieu-dit du cadastre Année Section(s) . Parcelle (s) Pleubian Porz Ran 2014 2$ . Commune secondaire(s) (s) Lieu-dit du cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV
RAP01070.pdf (REMINIAC (56). la Gréandais. rapport de sondage)
  • nous avons trouvé plusieurs tessons do^nt un col de carafe en terre orange. CARRE B 1 : Sol en terre batitue; murs intérieurs en petit appareillage bien assemblé. Peu de tessons. CARRE B2 : Dans ce carré nous avons trouvé le so 1 vierge, c'est à di: le shiste qui se trouve à environ
  • . Sur ce s nous avons trouvé plusieurs tessons do^nt un col de carafe en terre orange CARRE B 1: Sol en terre batifrue; murs intérieurs en petit appareillage bien assemblé. Peu de tessons. Dans ce carré nous avons trouvé le so 1 vierge, c'est à di CARRE B2 le shiste qui se trouve à
  • Rapport du sondage effectue enREMINIAC ( 56140) AU LIEU-DIT : " LA GREANDAIS" C'est après une interruption d'un an, durée de mon service militaire, que j'ai repris le sondage archéologique commencé en Mars 1971. Le site, à 2 kms du village , dans un creux, borde une des voies
  • romaines de la commune. Niveau du sondage : + 63 m. ETUDE STATIGRAPHIQUE DU SONDAGE Après quadrillage du terrain de 2 carrés A 1 et B 1 de 3m sur 3m, cette année nous avons continué le sondage par 4 carrés de mêmes dimensions ( voir plan), H 'i Dafcs le a^.rré D1, nous avons trouvé
  • l'angle de la construction. Sur cette façade , nous pouvons remarquer une frise de quelques tégulae et imbrices de 10 cm sur une longueur de 1m 50. Le sol extérieur se situe à 0 m 50 - 0 m 60 de profondeur. Sur ce sol nous avons dégagé quelques tessons de poterie commune, deux morceaux
  • de " dolium" , un morceau de verre fin, ainsi qu'un fragment de sigillée. Dans l'intérieur du carré D1 , nous avons remarqué que les éléments de la toiture effondrée sont presque intacts: nous avons trouvé des imbÊce; tegulae entières. CARRE Cl : Coté intérieur : Une partie du sol
  • ses dimensions. Nous pouvons dire dépendant que; 1°/ La façade principale coté Sud comporte un motif composé de tegulae et d'imbuees sur une longueur de 1m 50 environ. 2/ La façade nord n'existe plus, le terrain actuel ayant une pente différente de celle qu'il devait avoir à
  • l'époque- l'horizontalité du bâtiment le laissant prévoir. 3/ A quelques mètres de ce sondage nous avons remarqué un petit monticule de pierres recouvert de terr^d'un diamètre de 1m 60 environ, à proximité de souches d'arbees provenant d'un talus arrasé pendant lelremembrement. Ces
  • a 1 t i * Rapport du sondage effectue en R E M I N I A C ( 56140) AU LIEU-DIT : " LA GREANDAIS" C'est après une interruption d'un an, durée de mon service militaire, que j'ai repris le sondage archéologique commencé en Mars 1971. Le site, à 2 kms du village , dans un creux
  • , borde une des voies romaines de la commune. Niveau du sondage : + 63 m. ETUDE STATIGRAPHIQUE DU SONDAGE Après quadrillage du terrain de 2 carrés A 1 et B 1 de 3m sur 3m, cette année nous avons continué le sondage par 4 carrés de mêmes dimension ( voir plan). Dafos le a^rré D1, nous
  • avons trouvé l'angle de la construction. Sur cette façade , nous pouvons remarquer une frise de quelques tégulae et imbrices de 10 cm sur une longueur de 1m 50. Le sol extérieur se situe à 0 m 50 - 0 m 60 de profondeur. Sur ce sol nous avons dégagé quelques teesons de poterie commune
  • , deux morceaux de " dolium" , un morceau de verre fin, ainsi qu'un fragment de sigillée. Dans l'intérieur du carré D1 , nous avons remarqué que les éléments de la toiture effondrée sont presque intacts: nous avons trouvé des imbÉce tegulae entières. CARRE C1 : Coté intérieur : Une
  • dimensions. Nous pouvons dire dépendant que; 1°/ La façade principale coté Sud comporte un motif composé de tegulae et d'imb^ces sur une longueur de 1m 50 environ. 2/ La façade nord n'existe plus, le terrain actuel ayant une pente différente de celle qu'il devait avoir à l'époque
  • - l'horizontalité du bâtiment le laissant prévoir. 3/ A quelques mètres de ce sondage nous avons remarqué un petit monticule de pierres recouvert de terr^d'un diamètre de 1m 60 environ, à proximité de souches d'arbees provenant d'un talus arrasé pendant lejremembrement Ces souches étant dégagées
RAP00456.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • dessins Photographies légendées. r Alt. PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN HAUTE-BRETAGNE RAPPORT 1990 Tome I : texte de synthèse CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE D'ALET LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE DANS LE NORD DE LA HAUTE-BRETAGNE RAPPORT En 1990, cette activité a été encore
  • importante au sein du Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.RAA.). Une quinzaine de prospecteurs y ont travaillé en apportant chacun des données sur des sites généralement inédits. Parmi ces prospecteurs, deux, L. LANGOUET et L. ANDLAUER, ont assuré la prospection aérienne, les autres
  • ont travaillé essentiellement au sol. Les moyens accordés en 1990 ont été les suivants : - 20000 F par le Ministère de la Culture, - 20000 F par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine. Les résultats de ces prospections ont été les suivants : - 72 sites traités en Ille-et-Vilaine
  • , dont 56 % par voie aérienne, - 134 sites traités dans les Côtes-d'Armor, dont 82 % par voie aérienne. Le détail de ces découvertes est donné dans des volumes annexes joints à ce présent rapport. Ils seront publiés, comme les années antérieures, dans le volume ordinaire, N°18-1990
  • , de notre publication Les Dossiers du Ce.RAA. qui est diffusé à 350 exemplaires. L'année 1990, pour la prospection aérienne, n'a pas eu le même rendement qu'en 1989, la sécheresse n'ayant pas eu les mêmes caractéristiques. Toutefois les résultats ont été excellents et bénéfiques
  • pour la recherche archéologique et la protection des sites. Les sites gallo-romains ont déjà été rentrés dans le fichier informatisé qui regroupe les données du Projet Collectif de Recherche "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine". Ce
  • les apports de la prospection sont fondamentaux dans cette recherche collective ; d'autre part le Ce.RAA. y a une part très active. De plus les découvertes ont été déclarées au fur et à mesure à la Circonscription des Antiquités de Bretagne, ce qui a permis d'alimenter très
  • rapidement et substantiellement le Carte Archéologique de la France. 1990 a aussi été, pour notre Centre, une année de diffusion et de mise en valeur des apports de la prospection archéologique. Le volume supplémentaire N°L-1990 des Dossiers du Ce.RAA., intitulé "Le Passé vu d'avion dans
  • le nord de la Haute-Bretagne ; apports de la prospection aérienne et la sécheresse de 1989" a été diffusé à ce jour à plus de 400 exemplaires, en France et à l'étranger. D'ailleurs L. LANGOUET a été invité comme conférencier, le seul français, à la réunion annuelle des
  • prospecteurs aériens de GrandeBretagne pour présenter la typologie des enclos à fossés arasés élaborée par L. LANGOUET et M.Y. DAIRE et publié dans le N°L-1990. De plus le Ce.RAA. a activement participé à la réalisation d'une exposition grand public intitulée "Le Passé vu du ciel" conçue
  • par l'ensemble des prospecteurs aériens de la Haute-Bretagne. Cinq fascicules d'accompagnement ont simultanément été édités. Le Ce.RAA. a été le coordinateur financier. L'opération a été rendue possible par les aides financières assurées par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine
  • , par le Ministère de la Culture, par la Fondation Electricité de France et par l'Institut Culturel de Bretagne. En fait cette exposition se compose de quatre expositions s'appuyant sur quatre micro-régions de la Haute-Bretagne. Toutes les expositions connaissent un grand succès
  • comme le prouvent leurs circulations. Le Ce.RAA. a aussi animé des stages scolaires de sensibilisation à la prospection au sol et assuré de nombreuses conférences sur le thème de la prospection aérienne. De plus, en Décembre 1990, doit être déposée la maquette d'un dossier
  • pédagogique, conçu par L. LANGOUET et M. GAUTIER, au Centre Régional de Documentation Pédagogique de Rennes, demandeur d'un tel document pédagogique. En 1991 la prospection sera poursuivie par le Ce.RAA. dans le nord de la Haute-Bretagne et étendue au sud du département de la Manche, son
  • Conseil Général ayant déjà garanti un financement de 20000 F pour cette opération. L. LANGOUET Les Dossiers du Ce.RAA., 18, (1990) CHRONIQUE DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE 1990 EN HAUTE-BRETAGNE Loïc LANGOUET", Gabricllc FAGUET" et Louis ANDLAUER * Maître de Conférences à
  • l'Université de Rennes 1 ** Présidente de la Commission Prospection du Ce.RAA. En 1990, le Centre Régional dArchéologie d'Alct a obtenu des données nouvelles, inédites à raison d'environ 85 %, sur 206 sites ou structures archéologiques de la Haute-Bretagne. Le chiffre est légèrement
  • supérieur à celui des années précédentes (170 sites par an sur les dix dernières années), si on excepte les résultats exceptionnels de 1989 dus à la prospection aérienne (353 en 1989). Ces recherches ont été effectuées dans le cadre d'une opération prospection-inventaire (autorisation 90
  • -18 H de la Circonscription des Antiquités de Bretagne) soutenue financièrement par le Ministère de la Culture et de la Communication et par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine. La prospection aérienne a cependant gardé, en cette année de nouvelle sécheresse, une grande importance
  • puisque 82 % des sites traités dans les Côtes d'Armor et 56 % des sites traités en Ille-ct-Vilaine ont été étudiés par voie aérienne. Les prospecteurs aériens que sont L. ANDLAUER, P.R. GIOT et L. LANGOUET sont à l'origine de ces résultats. Celte année est aussi marquée par de
  • nombreuses découvertes de prospection effectuées au sol par G. FAGUET et J.L. ROUXEL. Pour se rendre compte des apports respectifs des prospecteurs et des informateurs, on peut les citer avec le nombre respectif des sites qu'ils ont traités ou fait traiter par le Ce.RAA. : AMOUREUX P. 4
RAP00486.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection diachronique.)
  • Naaén aatear Direction murs et fosses des C3Btr iles r e s erv e it xi te I i\U H/? Naaeri de |)iiti sa; le site (ii 0 s t i C33) rértlatriees lignes i (1) à indiquer dans (2) la a r les nés la aesire irises di itxsible. aires la décaatcrte . Date de lènjtiia
  • Départiaeit: SAINT FALO Caa ■ ne (1) Anée : Seetiii (s) et Q parcelle (s) 71 Limoëlou Lieudit : D-P0SIT10N le Ge.R.A.A. (LANGOUET) B - REFERENCES Carte DECOUVERTE EFFECTUEE : PROSPECTION Auteur : C -CADASTRE DE TOPOSRAPHiqUE I.G.N. SAINT MALO 7-8 28 m Altitude di
  • déeiiferte : 6 Août 87 ADMINISTRATIVES Côtes du Nord Dépirtmeit: JUGON LES LACS Ciame C -CADASTRE (1) Allée : Seetiu (s) tt 496 Parga Litudit : D-POSITION Carte CZ in celle (s) TOPDSRAPHIQUE I.G.N. ai 1/25 000 IOI7 est Broons 105 m Altitide di site : Cairdinaées
  • m) _ lignes _ dans la Mesure di passible. les Ties prises après la décsu verte . Date r è s e? t i a H de an—MU—M ■—■M— DECLAMATION ( partie A - RECHERCHE DE à DECOUVERTE remplir par EFFECTUEE : PROSPECTION Ce.R.A.A. Auteur •. B-REFERENCES le ARCHEOLOGIQUE
  • - - - (1) à indiquer dais la mesure di passible. (2) pur les vues prises après la découverte. i* 1 CM . Siti H ' /P JOINTES Anaalies - de site / Bip. IDENTIFICATION Direction révélatrices Niaén de plate sir le Site («1 (91 i 033 ) traces vertes Date de réeeptiei: LA
  • CENTRE REGIONAL ARCHEOLOGIQUE D'ALET RAPPORT 1987 LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN BRETAGNE 99 Les Dossiers du Ce.RAA., 15, (19S7) CHRONIQUE DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE 1987 EN BRETAGNE Loïc LANGOUET* et Gabrielle FAGUET** * Maître de Conférences à l'Université de Rennes
  • I ** Présidente de la Commission Prospection au Ce.RAA. Les lecteurs des Dossiers du Ce.RAA. sont habitués à être régulièrement informés des découvertes de l'année, effectuées en Haute-Bretagne par les prospecteurs du Ce.RA.A.. La présente chronique correspond à la fois à cette
  • préoccupation du Centre et au souhait de rendre hommage au travail réalisé sur le terrain. Voici la liste nominale des prospecteurs actifs avec l'indication du nombre de sites traités par chacun en 1987 AMOUREUX P.(15) LEROUX G.(18) ANDLAUER L.(4) MEURY J.(l) BOUGERIE H.(l) MOUTON D.(l
  • ) CLEMENT J.H.(15) NAAS P.(2) FAGUET G.(34) PIRAULT D.(l) LANGOUET L.(24) THENADEY D.(l) LE BOULANGER M.(l) C'est la quatorzième chronique de ce type qui est ainsi publiée. Elle correspond à une recherche menée collectivement dans la moitié orientale des Côtes-duNord et la moitié
  • septentrionale de l'IUe-et- Vilaine. 100 sites, inédits à près de 90 %, ont été traités cette année par les chercheurs du Ce.RAA.. Pour apprécier les découvertes correspondantes, le tableau 1 est très utile. On y note que les sites à tegulae (sites gallo-romains + gisement de tegulae
  • ) représentent 63 % des découvertes de cette année, ce qui correspond à un pourcentage analogue à celui des années précédentes. Ce chiffre relatif ne fait que souligner l'effort fait par le Ce.RAA. pour améliorer sa connaissance du milieu rural en Haute-Bretagne à l'époque gallo-romaine. Cet
  • objectif est d'autant plus nécessaire qu'en 1987, à la suite d'un programme A.T.P du C.N.R.S. un projet collectif de recherche, financé par le Ministère de la Culture, réunit en Haute-Bretagne les chercheurs-prospecteurs intéressés par ce thème. Un des objectifs de ce groupe de
  • recherche est la publication d'un ouvrage de synthèse sur les travaux menés tant sur le terrain qu'en laboratoire en 1989 ou 1990 au plus tard. En 1987, la prospection aérienne a été d'un rendement relativement bon. Malgré un début désastreux de l'été, d'assez nombreuses structures
  • archéologiques ont été découvertes. Les plans de Tableau 1 - Répartition des sites par période et par département. 22 35 56 Totaux Préhistoire 1 2 - J Protohistoire 7 2 - 9 Gallo-romain 29 21 1 51 Gis. de tegulae 6 5 1 12 Moyen-Age 1 13 - 14 Post-Moyen-Age 1 2
  • - 3 Divers 7 1 - S Totaux 52 46 2 100 ICO celles-ci figurent dans l'inventaire présenté à là fin de cet article ; ils sont dessinés à l'échelle de l/2000ème et le nord géographique est défini par le grand côté des pages. Les tableaux 2 et 3 présentent les découvertes
  • , effectuées en 1987, tant au sol que d'avion, par commune. Le plus souvent les données obtenues complètent les inventaires déjà ébauchés dans chaque commune. On aboutit à la longue à des chiffres impressionnants ; ainsi, dans la seule civitas des Coriosolites, on connait à ce jour 823
  • sites datant très probablement de l'époque gallo-romaine. Le Ce.R.A.A. poursuivra ses efforts de prospection en 1988. On ne peut que répéter que toute découverte archéologique nous intéresse dans notre recherche et que toute personne désireuse de prospecter sera la bienvenue
  • . Tableau 2 - Répartition des sites traités en 1987 pour les communes des Côtes-du-Nord. A indique le nombre total de sites traités par commune et B, celui des sites devant se rattacher à l'époque gallo-romaine. A B BOURSEUL CHAMPS GERAUX CORSEUL DOLO ERQUY EVRAN FREHEL HILLION JUGON
  • LAMBALLE-MAROUE LANCIEUX LANVALLAY-TRESSAINT LA MALHOURE MORIEUX PLEDELIAC PLELAN-LE-PETIT PLENEE-JUGON PLENEUF PLEUDIHEN PLOUER PLURIEN QUESSOY QUEVERT SAINT-ALBAN SAINT-CAST SAINT-MELOIR-DES-BOIS TADEN TREGON LA VICOMTE 1 1 1 2 2 1 3 1 1 1 2 1 1 1 1 2 1 4 1 4 . 2 4 1 3 1 2 2 1 3 1 1
  • 0 1 1 1 2 0 1 0 0 0 1 1 0 1 1 4 0 1 2 1 0 3 1 2 1 1 2 Totaux 51 30 (59%) Tableau 3 - Répartition des sites traités en 1987 pour les communes d'Ille-et-Vilaine. A indique le nombre total de sites traités par commune et B, celui des sites devant se rattacher à l'époque gallo
RAP00494_1.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire)
  • MANCHE ET MORBIHAN RAPPORT DE SYNTHESE par Loïc LANGOUET PRESENTATION. Du fait du grand nombre de sites ou structures découverts ou traités par le Centre Régional d'Archéologie d'Alet en 1989, soit 353, nous avons dû nous résoudre à réaliser le présent rapport en 7 tomes. Dans ces
  • volumes, chaque découverte est brièvement décrite et les plans cadastraux sont joints. Toutefois pour les sites résultant de la prospection aérienne, nous y avons ajouté des photographies significatives et le double de la feuille de déclaration. Nous avons arrêté notre bilan annuel à
  • la date du 30 Septembre comme les années précédentes. Au cours de l'année, chaque site a fait l'objet d'une déclaration auprès de la Direction des Antiquités au fur et à mesure de son traitement. En retour nous avons reçu les numéro attribués à chaque site déclaré par la D A.B
  • ., ce qui est nécessaire pour la tenue à jour du fichier du Projet Collectif de Recherche "Archéologie du milieu rural en Haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine". Pour les sites trouvés par voie aérienne, un jeu de photographies en couleurs a été associé aux feuilles
  • de déclaration. La Direction des Antiquités de Basse Normandie a reçu un rapport séparé pour les cinq sites localisés dans le département de la Manche. Pour apprécier les résultats de la prospection en 1989, nous avons joint au présent texte un tiré à part de la Chronique de
  • prospection qui sera publiée en Décembre 1989 dans le N°17-1989 de notre publication Les Dossiers du Ce.R~AA. (Annexe I). Il s'avère ainsi inutile de répéter ici toutes les données analytiques qui s'y trouvent. Toutefois la prospection aérienne de 1989 mérite un commentaire supplémentaire
  • un seul site a révélé plusieurs structures, superposées ou juxtaposées, d'où des dénombrements différents des sites et des structures dans ce rapport. Toutes les découvertes aériennes de 1989 n'ont pas été traités dans les délais que nous nous sommes fixés. Il reste environ 10
  • sites à traiter, ce que sera réalisé en 1990 ; ce solde est peu élevé vis à vis des 253 structures déjà étudiées et reportées sur plan cadastral. Ce dernier report a nécessité un travail important auquel Loïc LANGOUET a pratiquement consacré ses vacances. Parmi les documents joints
  • concernant la prospection aérienne (Annexes II et III), deux méritent un premier commentaire : - la cartographie des sites décelés d'avion (dans l'Annexe I) ; celle-ci a l'avantage d'illustrer la zone couverte par les prospecteurs aériens du Ce.RAA. ; - le taux de découverte par heure de
  • vol (dans l'Annexe II) ; le tableau et l'histogramme montrent nettement que ce fut au cours de la deuzième quinzaine de Juin que la prospection aérienne a été la plus bénéfique, avec des taux de près de 11 sites nouveaux par heure de vol. Pour exploiter au maximum ces derniers
  • documents, il nous faut attendre les bilans de la Météorologie Nationale et détailler les rendements selon les types de culture. Nous avons l'intention de le faire, en collaboration avec les autres prospecteurs aériens de la Haute-Bretagne, Alain PROVOST, Maurice GAUTIER et G. LEROUX
  • , dans un article à paraître dans le N°7-1990 de la Revue Archéologique de l'Ouest et portant sur les conditions d'obtention des photographies aériennes, particulièrement en 1989. Le Centre Régional d'Archéologie d'Alet a en plus ses projets propres : - une exposition itinérante sur
  • "LES APPORTS DE LA PROSPECTION AERIENNE EN 1989 DANS LE NORD DE LA HAUTE-BRETAGNE" (titre provisoire). Son inauguration est programmée pour Mai 1990 ; - un volume spécial (Supplément N° M-1990 des Dossiers du Ce.RAA.) traitant du même thème avec de nombreuses photographies en
  • couleurs et l'analyse du plan des différentes structures découvertes. Une excellente coordination a existé entre les prospecteurs aériens de Haute-Bretagne. Ainsi le département d'Ille-et-Vilaine a été entièrement couvert avec des financements très appréciables du Conseil Général. Il
  • articles dans les journeaux OUEST-FRANCE, LE FIGARO, LIBERATION, LE TELEGRAMME, dans les journeaux télévisés de FR3-BRETAGNE et de la chaîne TV M6, dans des revues comme AR MEN.... LE FINANCEMENT DE LA PROSPECTION-INVENTAIRE. Les financements de la prospection, au sol et aérienne, par
  • le Ce.RAA. ont été théoriquement assurés par : - la Sous-Direction de l'Archéologie, du Ministère de la Culture (30.000 F selon une lettre de la Direction des Antiquités de Bretagne en date du 18 Septembre 1989), - le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine (12.000 F), - le Centre
  • Régional d'Archéologie d'Alet (4.000 F). Toutefois à la date du 15 Octobre 1989, nous n'avons pas touché le moindre centime de la subvention de la S.D A.. Cela nous a obligé à faire des emprunts, ce qui se traduit par des intérêts à verser et diminue notre potentiel financier. Nous
  • voudrions souligner les problèmes que de tels retards dans le versement des fonds posent, particulièrement cette année onéreuse en heures de vol et en frais photographiques. A propos des financements nous suggérons qu'une réserve de fonds soit mise en place chaque année au niveau
  • national. Elle serait à la disposition des Directions des Antiquités, selon les besoins que telle ou telle condition climatique favoriserait dans des opérations régionales de prospections aériennes. PROJETS. Le Centre Régional d'Archéologie d'Alet a l'intention de poursuivre en 1990
  • ses opérations. 1990 ne fournira probablement pas le même nombre de découvertes par voie aérienne mais il va falloir faire un effort très important cette même année pour étudier tous les sites décelés en 1989 par des prospections au sol. Il est en effet nécessaire de collecter sur
RAP00494_2.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire)
  • parcelle 64, section DI, cadastre de 1966 Lieu-dit : Le Bas Houx Coordonnées Lambert I : X = 314.600 Y « 88.500 L. LANGOUBT, lors du vol du 27 Juin, a découvert un enclos à fossé. On y distingue nettement une entrée. CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE SAINT MALO DECLARATION (partie
  • de prise de rie (1) Bip. Ci». JOINTES Aiiaalies I »* Siti i H/P Niaéri de piatt sir le site (
  • (1) g Aat.alies riréiatriets : -89-25- Qfbh-CA Siti I H/P ■ Xa.éra it piati sir le site (
  • Direction Antiquités) Haaéri I IDENTIFICATION Niaèri aiteir Dite de prise de ne (2} (1) à iidiu" d'»* (2) pur les vies DES l> aesirt prises PHOTOGRAPHIES Directiu de prise de ne (1) di pissikle. après la déciuverte. JOINTES Aaaaalies rirélatriets de site li J i Di». Ci
  • ». site i* Siti / H/P JOINTES Axiailies Xxaéri it piati sir; le site (it 931 i 3!)) i rtrtlatricts ï i 1 (1) à la tttxtacr dais (2) pivr Its vaei la aesire prises di après la pissikle. déceurerte. i Date de réteptln: 1989 PLELAN LE GRAND 35 Fragment d'épée ou
  • site (le 801 i 3 3 3) i rtïtlatriets * ï -89-35-<~Oi ! j (1) à IidiMer dais (2) iiar les vues la aesire prises di après la pissiile. I Date de rteettlii: ! déceurerte. i "6 1989 PLERGUER 35 I Enclos rectangulaire de type gallo-romain parcelles
  • (1) -89-3-5^-03. . _3. S_>^AÀ_- Direction Antiquités) 'i sa tri f IDENTIFICATION la des O-J-"^ réservé JOINTES "? Anaalies révélatrices - Jî/LttOLjû- 4-- -NCS4fc>- - f Si|. ; ' dt site ! Cl». '. 1*1 Sltl H /P "" "i Niaèri de pbiti sir le site (di 901 i M
  • ) I î i I t | 't j \ 1 ^j (1) à iidiiier dais (2) pur les vies la aesirt prises di après la passible. -, — ' Date découverte . — de rtcc9t.1i: 1989 PLESDER 35 Structure carrée avec fossés annexes parcelle 193, section Bl, cadastre de 1983 Lieu-dit : La
  • ) : la r a ser va Direction Antiquités) Hsaéri de site J* IDENTIFICATION DES Date de prise de ne (2) Niaéri aiteir PHOTOGRAPHIES Directiai de prise de ne (1) Di». Ci» JOINTES Axiaalies Slti I H/P Xiaèra de pbati sir le site MI 531 i ois) rirélatricts l A (1
  • ) a lidipier dais (2) piar les Yaes la aesirt prises di après la passible. décaurerte. L
  • di passible. (2) ptar les vues prises après la déciuverte. --i ! Date de riteitlu : - i 1989 SAINT-DOMINEUC 35 Voie ancienne et structures de parcellaire parcelles 100 à 102,95 à 97, 154 et 550, section Al, cadastre de 1982 parcelles 567, 568, 572 et 296, section A2
  • Direction Antiquités) Niaéri IDENTIFICATION Date it prise it ne (2) DES PHOTOGRAPHIES Oirectiai de prise de ne (1) (1) à iidiiier dais la aenre di passible. (2) pur les vaes prises la des ! Niaéri aattir i) après la déetuterte. JOINTES Aaïaalies rirélatriets I Bip. Ci
  • deux ensembles voisins. CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE SAINT MALO DECLARATION [partie A -RECHERCHE DE DEC09YERTE remplir M par EFFECTUEE : PROSPECTION CENTRE A.t.ar: REGI0NAL le ARCNEILISIfUE prospecteur ) AERIENNE D'ARCHEOLOGIE „ ]t| „ ||4ii||||l . g
  • pkiti sari le site [it soi i osa } j révélatrices i : J ______ ! i i - - (1) i ladite" dais la aesirt l'a pissikle. (2) paar les ries prises après la déciuterte. j - Date de réceptlia -. r J j LA BAUSSAINE La Vieuville 1989 BAZOUGES LA PEROUSE Enclos à fossé
  • A -RECHERCHE DE à DEC09YERTE remplir par EFFECTUEE : PROSPECTION la prospecteur ) AERIENNE CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE Aitur : ARCRESLlBlfUE Dati it la iitiMïtrtt : â'Ï ^WiVL- 1989 (LANGOUET) B • REFERENCES ADMINISTRATIVES Il le-et-Vi 1 ai ne Diiarteneit : C - CADASTRE
  • -\%QC Sictin (s) Le LieaiTt : Carte : ^ZoOfrE^» L*V ^E^toLiî.Er (Jj Aiiic D-POSITION CiBataai it parcillt(s) : TDd ^éJk Hou* TOPOSRAPHiqUE -I .B.N. ai _Çtïl Altltlil il litl : Citriiaiées - < -^~ -A^AC 1/25 000 : Lambert Lambert : 1**9 prieiies 0
  • appnxiaatius Abscisse Ai : Oriniée Ay Abscisse Orientée Bj j Q Y = SS /ScrO 8x : (cadre réserve E • DOCUMENTAT ION à Stractires Castrât es repérées : aa des s a l (1) : I IDENTIFICATION Niaèn aiteir (2) pur les rees DES Date ie prise ie ne (2) (1) à liiii.nr dais la
  • aesire prises la il après la PHOTOGRAPHIES Directiai ie prise it ne (1) passible. iéctuierte. JOINTES Aatailies rerélatricts Direction Antiquités) H.atri 4e I I Du. Ci». ie le site (it ie LÀ_ Siti Suaéri Date site pbati 901 i J H/P sarj au) rtctptlii
  • : ■ Département SKOL-QHELARVRO INSTITUT CULTUREL DE BRETAGNE ILLE ET VILAINE Commune BAIN DE BRETAGNE Lieu-dit Le Bois Greffier N° Identification du site : 35 /012/ / / 1 Nature : Gisement gallo-romain 100 Diamètre moyen : Datation : Gallo-romain Protection : MH 1S m. SC SI
  • , a noté la présence d'un angle d'enclos inédit d'allure gallo-romaine. CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE SAINT MALO DECLARATION ( partie A -RECHERCHE DE * DEC09YERTE remplir fier EFFECTUEE : PROSPECTION CENTRE A.te.r : le A3CRE9L3SI9UE prospecteur) AERIENNE REGIONAL
RAP01156.pdf (ILE-DE-BATZ (29). penn ar cléguer. rapport de fouille préventive)
  • page. 1 plan. Photographies légendées. dis* P . THERENE Ingénieur en retraite Antony, le 13 juin 1981 5, av. Marquise du Deffand 92160 ANTONY Monsieur le Directeur, Voici le compte-rendu de l'intervention effectuée cet hiver à demande à la pointe de Pen-ar-Chleguer, sur
  • Estimation de l'étendue du gisement SITE Nature du gisement Nature des découvertes effectuées Périodes chronologiques OBSERVATIONS : : : ..: cimetière à coffres enfoui sous une dune Structures funéraires. Charbons de bois. A se d u Bronze ? Le s i t e apparaît j u s t i f i a b
  • l e , pour l'immédiat, d'une simple suveillance. Son e x p l o i t a t i o n r é e l l e , en cas de nécessité, dépassant nettement les p o s s i b i l i t é s du présent f o u i l l e u r . CONTENU DU Rapport scientifique.... DOSSIER Plans et coupes Planches de dessins 1
  • l'Ile de Batz : votre La prospection de la côte m'a permis de localiser trois tombes en coffre recoupées par l'érosion de la falaise et plus ou moins dégradées ; toutes semblent avoir été du même type que celles qui sont dégagées à l'intérieur du "jardin colonial" depuis les
  • travaux de M . de la Selle, avant-guerre, mais leur état ne permet plus d'en relever les dimensions de façon utile. La tombe 2 est la mâeux visible car elle est coupée franchement en travers ; les parois sont faites d'un empilement de moellons plats et la couverture de deux petites
  • dalles superposées. Il n'y a pas (ou plus) de dalle de fond. La profondeur conservée est d'environ 50 cm, la largeur de 60 cm et la hauteur intérieure de 35 cm. Ces trois tombes sont implantées dans une terre arénacée, épaisse de 1 m ou un peu moins, entre l'humus superficiel et le
  • granité altéré ; je n'ai pas reconnu de traces nettes de la gosse creusée pour les instalèer en raclant la coupe avec une truelle. Cependant, autour de la tombe NÔ 2 , et spécialement en-dessous, il y a une assez grande densité de grains de charbon de bois. J'ai prélevé de mon mieux
  • ceux-ci en raclant la coupe sur une dizaine de centimètres d'épaisseur et sur 2 m de long environ entre la base du coffre et le rocher. Ci-joint cet échantillon qui est malgré tout bien minime, je n'ai pas voulu aller plus avant pour ne pas risquer d'aggraxrer l'érosion de cette
RAP02371.pdf (RENNES (35). les fouilles du couvent de La Visitation. rapport de fouille préventive)
  • RENNES (35). les fouilles du couvent de La Visitation. rapport de fouille préventive
  • R. Ferrette avec la collaboration de P.-A. Besombes et Y. Maligorne LES FOUILLES DU COUVENT DE LA VISITATION •ÊÊHÊSÊÊMMM Evolution et abandon d'un quartier urbain de Condate entre le début du 1er siècle et les Ve- Vie siècles. • Esalile • Libellé Fraternité RÉPUBLIQUE
  • FRANÇAISE I N S T I T U T • i S E C H* A R C H É O L O G I PREV + + . JANVIER 2008 + Ö «A t B C H E S Q U E S ENTIVES * % t i l l i I I i y- i'f' •••ini iif* S i* H Remerciements : Une opération de cette ampleur ne peut arriver à son terme sans le concours de nombreuses
  • formats A3 32 planches céramiques 57 clichés 9 diagrammes stratigraphiques SOMMAIRE A- PREMIERE SECTION Données générales concernant l'opération, le site et son environnement (Pierre Chevet) A.I - DESCRIPTIF TECHNIQUE DE L'OPERATION A I . 1 - D É R O U L E M E N T E T CALENDRIER
  • A.I.l. 1 - Les zones d'intervention A.I. 1.2 - Le décapage A.I. 1.3-Lafouille 1 2 2 4 4 A.I.2 - CONSTITUTION DES ÉQUIPES 5 A.I.3 - MÉTHODES D'ENREGISTREMENT E T A R C H I V A G E DES DONNÉES 6 A.II - ENVIRONNEMENT NATUREL DU SITE A.II.l - MORPHOLOGIE A.II.2 - G E O L O G I E E
  • .3 - L E S COUPES GÉNÉRALES E T L E S SONDAGES 13 A.V.4 - LES PRELEVEMENTS D E MATERIAUX 14 B - DEUXIEME SECTION Présentation des vestiges et éléments de chronologie (Pierre Chevet, Romuald Ferrette, Laurence Daudin) B.I -PERTURBATIONS ET STRATIGRAPHIE DU SITE 16 B.II - L
  • E S VESTIGES PRESENTES INDEPENDAMMENT DES ZONES DE FOUILLE B.II.l - L A VOIRIE (decumanus et cardo) B.II. 1.1 - Trame de la présentation B.II. 1.2 - Date de création de la voirie B.II. 1.3 - Description du decumanus * Le decumanus du Haut-Empire - Les chaussées - Les fossés - Les
  • éléments de datation * La voirie tardive - Le creusement 2103 - Les chaussées - Les fossés - Les éléments de datation 19 19 20 21 21 21 22 23 24 25 25 26 29 29 * Eléments connexes à la voie tardive - Relation avec le fossé 4035=5057 - L'édicule maçonné 2092-2093 B.II.1.4
  • - Description du cardo - Les chaussées - Les fossés et caniveaux - Les éléments de datation B.II.1.5 - Description du carrefour B.II.1.6 - Résumé des principaux éléments caractérisant la voirie B.II.2 - La conduite 4138 (fig. 6) B.II.3 - Le fossé 4035=5057 B.II.4 - Les fossés 1099=4003 et
  • 1056=1070=1137=4001 B.II.5 - L'Unité Construite 22 30 30 31 32 32 35 36 38 40 41 43 44 45 B.III LES VESTIGES DE LA ZONE 1 B.III. 1 - Phase 1 B.III.2 - Phase 2 B.III.3 - Phase 3 B.III.4 - Phase 4 B.in.5 - Phase 5 B.III.6 - Phase 6 B.III.6.1 - Etat 6a B.III.6.2 - Etat 6b B.III.7
  • ? B.III.10.2-Phase 10b * Construction du mur 1068 * Fosses dépotoir B.III. 11 - Phase 11 B.III.12 - Conclusions générales sur la zone 1 47 47 48 49 51 53 56 56 58 61 62 64 66 67 67 71 73 73 73 73 74 75 75 75 76 76 B.IV - LES VESTIGES DE L A ZONE 2 B.IV.l - Vestiges antérieurs à la
  • voirie B.IV.2 - Vestiges contemporains de la voirie B.IV.2.1 - Phase 2 (milieu premier à milieu lue siècle), fig.9 et 10a * Le trottoir nord * Le trottoir sud B.IV.2.2 - Phase 3 B.IV.3 - Vestiges postérieurs à l'abandon de la voirie B.IV.3.1 - Phase 4 B.IV.3.2-Phase5 B.IV.3.3 - Phase
  • 6 77 77 79 79 79 80 81 82 82 83 83 B.V - LES VESTIGES DE LA ZONE 3 B.V.l-Phase 1 B.V.2 - Phase 2 B.V.2.1 - L'unité artisanale 1 B.V.2.2 - L'unité artisanale 2 B.V.2.3 - L'unité artisanale 3 B.V.2.4 - L'unité artisanale 4 84 84 85 85 85 86 88 B.V.2.5 - L'unité artisanale 5
  • B.V.3 - Phase 3 B.V.4-Phase4 B.V.5 - Phase 5 B.V.6 - Conclusions générales sur la zone 3 B.VI - LES VESTIGES DE LA ZONE 4 B . V U - Phase 1 B.VI.1.1 - Etat la B.VI.1.2-Etat lb B.VI. 1.3 - Le défrichage en zone lb B.VI.2 - Phase 2 B.VI.3 - Phase 3 B.VI.4 - Phase 4 B.VI.5 - Phase 5
  • B.VI.6 - Phase 6 B.VI.6.1 - Etat 6a B.VI.6.2 - Etat 6b B.VI.7 - Phase 7 B.VI.8 - Phase 8 B.VI.9 - Phase 9 B.VI.10-Phase 10 B.VI. 11 - CONCLUSIONS GÉNÉRALES SUR L A ZONE 4 88 88 89 89 89 90 91 92 75 94 96 97 98 99 100 101 103 104 107 108 109 109 B.VII - LES VESTIGES DE LA ZONE 5
  • B.VII.l - Phase 1 B.VII.2 - Phase 2 B.VII.2.1 - Etat 2a B.VII.2.2 - Etat 2b *L'UC23 * Les trottoirs - Le trottoir occidental - Le trottoir oriental * La voirie B.VII.2.3 - Etat 2c *L'UC23 * Les trottoirs 110 111 112 112 112 113 113 113 114 115 115 115 117 * Le cardo 118 B.VII.2.4
  • - Interprétation des vestiges mis au jour B.VII.3 - Phase 3 B.VII.4 - Phase 4 B.VII.5 - Phase 5 B.VII .6 - Conclusions générales sur la zone 5 118 119 120 120 121 C- TROISIEME SECTION Etude du mobilier archéologique C I - LA CERAMIQUE (R. Ferretté) C.I.l - LES TEMOINS LES PLUS ANCIENS C.I.1.1
  • - Les US 4238,4366,4392, 4411,4412 et 4413 C.I.1.2 - Les US 2210,2200, 2189, 2188,2187 C.I.1.3 - Discussion chronologique C.I.2 - DE TIBERE AUX FLAVIENS CI.2.1 - Les contextes de la zone 1 CI.2.2 - Les contextes de la zone 2 C.I.2.3 - Les contextes de la zone 3 C.I.2.4 - Les
  • contextes de la zone 4 123 124 124 128 129 130 130 132 134 134 C.I.2.5 - Conclusion C.I.3 - LE MOBILIER DU DEBUT DU SECOND SIECLE C.I.3.1 - Les US 1454, 1460,1465,1469 et 1491 C.I.3.2 - Les US 1582 et 1508 C.I.4 - LE MILIEU DU SECOND SIECLE C.I.4.1 -L'US 1354 C.I.4.2-L'US 1348 C.I.5
  • - LE MOBILIER DE LA FIN DU SECOND SIECLE C.I.6 - LES ENSEMBLES TARDIFS C.I.6.1 - Caractéristiques générales des lots C.I.6.2 - Mode de présentation des données C.I.6.3 - Les ensembles céramiques C.I.6.5 - Premiers éléments de synthèse sur les ensembles tardifs du site de la
  • Visitation Sur la chronologie Sur les catégories céramiques CI.6.6 - Conclusion sur les ensembles tardifs C.II - L E MONNAYAGE {Paul-André Besombes) C. III - TERRKCUITESARŒITECTUR^ (Yvan Maligorne) C.III.l - LES THOLOI EN TERRE CUITE DE RENNES C.III.I.l - DescnpAmdesstoxtuiœier^ * Le
RAP01739.pdf (LANDELEAU (29). menez banal. rapport de sauvetage urgent)
  • UNIVERSITÉ DE RENNES FACULTE DES SCIENCES LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE PRÉHISTORIQUE Rennes le 23-4-1968 Equipe de Recherche du C.N R.S. n" 27 Pànistère Avenue du Maréchal-Leclerc B. P. B 31 . 35 RENNES LAIiDELEAU Tél. (99) 36-48-15 Po.tes 20-95 20-96 20-97 Menez-Banal J
  • . BRIiiED P.J. : I plan cadastral I fig. I pl3.nche niiotos itAPPOaï SUE LÀ DEG0U7ERTS D'Ul COFFRE A l'iSSEZ-BAii MAL El lAHDELEAU , FIFIS2BES Le jeudi 15 Mars 1966, lir. Aruand. Puillande, propriétaire exploitant au village d:e .uenes-Banal en Landeleau, Finistère labourait au tracteur
  • une pièce de terre lorsque, sa charrue fut bloquée par une rocne qu'il lui fallut extirper. En réalité il s'agissait de deux dalles de acliiste qui recouvraient un petit caveau dont apparurent les parois verticales. La presse signala cette "mystérieuse découverte" aussitôt , ce
  • qur uiotiva l'interver tion de la Direction des Antiquités Préiaistoriques de Bretagne dont le Directeur Ir, P.-it„ (Jiot voulut bien Qe confier l'enquête sur place, La découverte eut lieu à environ 80 m. au sud-est du village de Henez-Banal, à quelques mètres à l'est au chemin
  • rural dit du Cleuziou, dans une parcelle qui autrefois aurait porté le nom évocateur de "Park-mysiexic" ( parcelle M^ 4 , section G2 du cadastr de la commune ie Landeleau de 1838, revisé en 1955; coordonnées Lambert, zone centrale: 147,8-377,5). L'intervention de sauvetage eut lieu
  • le 21 mars Iqôb. ' -"iv^ 'Â La fouille consista à dégager le coffre des déblais infiltrés, à fouiller le fond de la sépulture et son entoiirage iramédiat et à effectuer plans et photograpiiies. le propriétaire, Hr Armand Puillande, accompagné d'un de ses ouvriers agricoles aida
  • au travail de dégagement du coffre» Le coffre était formé de dalles en roche locale qui se prête facilement au débitage (schiste ardoisier de Ckà.teaulin de la Carte Géologique au 1/80.000). Cette roche forme le sous-sol local recouver de limon argileuz. Les dalles recouvrant le
  • monument avaient été déplacées par les inventeurs, 311es àè^ment se chevaucher légèrement pour permettre le recouvrement complet. Leur position a pu être restituée d'après les dires des inventeurs (fig. 2). Il faut noter que le plus souvent ces petits coffres sont recouverts d'une seule
  • piece de couverture. Les parois longitudinales étaient chacune composées de deux éléments, jointifs pour la paroi nord et s'imbriquant pour la paroi sud? Le fait est assez rare mais avait déjà été signalé dans la même région. Ces parois son;t peu inclinées vers l'intérieur et ne
  • présentent aucune traves de rainures pour i'emboîtement, Les dalles trans-versales étaient simplement bloquées à force entre les parois longitu dinales. A l'Bst; les parois longitudinales se prolongeaient d'environ 25 cm au délà de la paroi tranversale (Fig. 2 et photos). Tout se passe un
  • peu comme si l'on avait voulu prolonger un coffre trop petit à l'origine. Hais cette eonstruction résulte peut-être aussi de l'em ploi de dalles trop courtes à portée de la main. Les dimensions internes du coffre sont les suivantes: 135 cm. de longueur pour une largeur de 50 cm. et
  • une hauteur des parois de 50 Sm, L'épaisseur des dalles varie de 5 à 10 cm de moyenne. Le coffre avait été aménagé dans une fosse creusée dans le sous-sol argileux. Cette fosse se prolongeait plus profondément du coté nord d'au moins de 35 à 40 cm. que du coté sud où l'on asait
  • juste préparé l'emplacement nécessaire au levage de la paroi en schiste» Qmelqu: pierres bloquaient les éléments de sciiiste en surface. Peu nombreuse: elles avaient été prest:|>OLe toutes déplacées lors de l'enlèveaient des dalles de couverture. L'orientation du coffre était
  • grossièrement nord-ouest-sudfest ( iîord 65°). Il est probable que comme souvent il l'a été oîîservé, 1: tête du corps reposait à l'est ou au sud-est mais ce nJest là qu'une hypothèse, aucun vestige osseux n'ayant été retrouve dans la tombe. Le matériel recueilli tant dans la to;:ibe qu'à
  • l'extérieur est du reste insignifiant: de rares tessons et charbons de bois qui peutêtre proviennent d'infiltrations. Cependant le coffre de i-Ienes-Banal est intéressant à plusieurs égards. Tout d'abord par son type de construction à parois longitudinales en deux éléments, fait peu
  • fréquent. Toutefois un c ffre de la même région signalé par A. Jarno à Keranmoal en Chatea-oneuf-du- Faou aurait égalemnt eu des parois longitudinales en deix^c parties. Ensuite il est normal de retrouver dans une région schisteuse fournissant un matériel propi^re de tels coffres. Le
  • fait est fréquent sur les. côtes de la Bretagne (Locquirec; Plestin, Ploudalmezeau, Le Conquet etc..) mais a été peu signalé pour les zones de l'intérie\ En tofitt cas en n'en a que des relations succinctes. telle relat: a été faite pour Landeleau en 1904, toujours par A, Jarno
  • : trois coffres allaient été mis au jour près de la chapelle de Kotre-Daâie de Lannack, dans un champ appelé parc-bras-an traon. Les coffres hi étaient de forme rectangulaire, les parois longitudinales formées d'une seule pièce. Comme à Menez-Banal il n'est pas rencontré de dalle
  • de fond. Le seul mobilier recueilli dans les tombes de lannach avait été une petite rondelle d'ardoise ornée de rayons. là encore c'est un mobilier peu 4tile pour une datation quelconque. Toutefois la dotation de tels monuments par les rares mobilit trouvés ou le radiocarbone
  • montrent qu'ils appartienni^t le plus souvent à l'A^ du Bronze, surtou. pour les coffres les plus soigneusement appareillés. l'appartenance du monument de ..enea-Banal à l'A-e du Bronze est probable bien qu'iiypothètxcue. Il correspond en ôo^u" cas à la présence dans la région de
RAP01141.pdf (LOCMARIAQUER (56). Lehuie. rapport de sondage)
  • ). + le Le avaient Robien de le 1, ayant gardé une été repérés an- 1747 (cf au mois de juin 1987. 2, sondage substructions premier était le second alentours Nord et vecteurs 3, sondage 4 antiques et du a guidé la dis- : surplomb de la parcelle (élévation
  • RAPPORT DU SONDAGE AU LEHUIE A LOCMARIAQUER A la suite re déposée ment privé au LEHUIE terrain vestiges en LOCMARIAQUER (parcelle par M. plan joint). HB Le réalisé 365) avons et sondage projet de (56), construi- : 5 plan joint des cf sondage Lotissement
  • Bretacne a le ARCHEOLOGIQUE EFFECTUE présence dans toute mortier de chaux, et la tuiles ro- laissait supposer l'existance d'un édifice élévation importante L'ensemble des déterminer l'extension de sous ses décombres. sondages a donc eu pour but de cet édifice par des
  • sondages mécani- ques affectant le moins une meilleure Le sondage étude Ce porté un moellons de sondage repris de Le l'angle d'un bâtiment avec 1,50 m environ. le Sud présente sondage Il est Sa con- surmonté et talus en gros tout. un Sud Est que l'édifice
  • -ci mesure l'emplacement d'une toujours en pour but de 3. excavation nous présente contrefort. celui-ci. parment de l'Ouest qui nous donne Sur la façade de par un Sud du mur Est de au niveau du sol l'angle petit appareil. le voir sur les cli- seconde excavation
  • a eu 12,20 m hors et sur parcelle, 2. retour vers 1,20m. pond on peut la pierres sèches. l'extension vers le fice de vers Cette un Nord Est de apparu qu'il s'agissait du coin Nord de partiellement me sur l'angle fragment de mur antique en présence servation
  • est visible Le pour ultérieure. a mis en év/idance comme joint*la Il est archéologioue a apparaissait sondage chés la stratification du site 1. Il là où possible également Sud 1,20 m d'élévation et fenêtre dônt l'appui de brioue fait exceptionnel pour la
  • Façade lement Sud de l'édifice vers ont porté l'Ouest. sur l'extension Celle-ci a été éga- confirmée. CONCLUSION.. L'ensemble des sondages sous la parcelle appelée grande dimension et de qu'il s'agit de Robien. bourg. monuments par le théâtre qui I.T.A. à
  • intérêt qup les autres ce soit. BARDE L BRETAGNE repérés l'objet d'une la DIRECTION DES ANTIQUITES DE l'ensem- et les bâtiments avant quelque opération que O.P. apparait plan de appartient à sur la commune, et doit faire fouille d'ensemble Il romaine notée -A- du Il
  • mérite donc le même situés antique de conservation exceptionnelle. construction constitué l'existance d'un édifice Il s'agit d'un grand édifice ble complexe sous le la Ar Hastel, a montré C :vu lient Ion *7 \ \ ,J M./,. .•,.{
  • de l'angle Sud-Est du bâtiment - Extérieur - Appui de fenêtre en brique au milieu du mur Sud du bâtiment. Section du terrain à l'extérieur Sud du bâtiment montrant un pan de la maçonnerie d'un bloc sur le sol antique. antique abattue Vue du mur Sud du bâtiment
RAP00441.pdf (LE QUIOU (22). les Ruettes. rapport de sauvetage urgent)
  • LE QUIOU
  • LE QUIOU (22). les Ruettes. rapport de sauvetage urgent
  • 22 - LE QUIOU Les Ruettes R a p p o r t de sauvetage 1984 D I R E C T I O N DES A N T I Q U I T E S H I S T O R I Q U E S ET P R E H I S T O R I Q U E S DE BRETAGNE En Novembre 1983, la commune, de Le Quiou (22) informait la VÂAection des Antiquités de V existence d'un
  • projet de lotissement ¿U la parcelle B 294 "Les Ruettes" et signalait V éventualité de £a prés d'an .¿¿te archéologique SUA ce terrain. L'enqu&te de V¿Auction du Antiquités menée en collabor tion avec le Centre Régional Archéologique d'Alet confirmait, d'une que des tuiles
  • romaines avaient été collectées en 1938 lors de la réf tion de la fontaine Saint-Lunaire, implantée dans la parcelle concern à proximité du ruisseau, et d'autre part la présence de tegulae indiq une occupation gallo-romaine dans les moitiés Nord des parcelles 22 et 23, ainsi que dans
  • la parcelle 310. La répartition des indices issus de la prospection dans le terrains jouxtant la parcelle 294 montrait l'existence indiscutable gisement archéologique dans cette dernière, tout au moins dans sa moi Nord-Est. La présence d'une prairie recouvrant la parcelle 294
  • rend impossible la prospection au sol. Le projet de lotissement affectant cette parcelle nécessitait une opération destinée a évaluer Vimport des vestiges archéologiques en vue d'une protection éventuelle sous de sondages de reconnaissance [Autorisation de sauvetages n° 84-16 25
  • mars 1984). La parcelle 294, section B, est limitée au Sud par le chem communal de La busardiere et au Nord par un ruisseau. Elle descend en pente douce [4 %} du Sud au Nord. Le* sols se sont formés dans les dépôts pliocenes [sables, cailloux de quartz, etc...) reposant SUA des
  • 7 a 4 on alZa Sud au Moid) iont tAoti {oaei [itAuctuAoi 7, 1, 4) ot une poJJjto coni tAuctlon AectangulalAe [itAuctuAe 3). - do, AOAOA ÌQI> {0ii2J> 7 Ot L, CAOUiOOi dani ¿0. iol vIoAge, Ont livA {¡nja.gm2.nti, di tegulae et quelquei> 2io.mo.nti, do. cóA - La itAuctuAe 3
  • Aédultei (75 x 10 m) deitinée à otAo pnlio on compte dani la AépaAtition dei, conitAuctioni pnojeteei PLAN DE SITUATION le Besso g le-Fougeray la Lande 'Oritë Cogrieraief\ N 22 LE QUIOU "f 0 metres 1 2 Covrimene d u . CJulldll Ç 4= (22) lo N 22 LEQU/OU Projet de
  • lotissement communal Zone Archéologique \ \ r" \ Le b â t i m e n t r e c t a n g u l a i r e , vu du sud Le b â t i m e n t r e c t a n g u l a i r e . D é t a i l du béton et du m o r t i e r à l'angle S~U de la maçonnerie.