Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3852 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02569.pdf (Pré-inventaire des sites gallo-romains)
  • LE CLOIREC Gaétan
  • Mise à jour du thésaurus Propriété : Privée (E. HOUE, "Le Ruzo" 56 LANESTER) Protection : Décret 86.192 au P.O.S zonage ND (patrimoine) N° de rapport(s) en cas d'opération (s) : 201 (1980), 202 (1981) (fouille), 816 (1992), 884 (1993) (prospections-inventaires) Informations
  • : Parcelle(s): R4.438 Rostrenen 0718 est Coordonnnées : X : 178,225 Y : 2357,175 altitude : 248 m NGF Informations administratives Inventeur: R. LE COZ N° du site: 56163 006 Propriété : ? N° DRACAR : 1054 Mise à jour du thésaurus Protection : Décret 86.192 au P.O.S. N° de rapport(s
  • PRE-INVENTAIRE DES SITES GALLO-ROMAINS LES MIEUX CONSERVES EN BRETAGNE ETAT DE LA DOCUMENTATION A LA CARTE ARCHÉOLOGIQUE 3 mars / 15 avril 1997 (05 287 03 303) par Gaétan LE CLOIREC (A.F.A.N.) - DOCUMENT D'ARCHIVE - S.R.A. Bretagne 1997 Inventaire préliminaire (mars/avril
  • 1997) COREPHAE SUR LES SITES GALLO-ROMAINS DE BRETAGNE Département: 35 COMMUNE: BAIN-SUR-OUST Lieu-dit : La Roche du Theil 35 Nom du site : Le Pendant Année cadastre : 1983 Carte IGN : Parcelle(s): YI.7y Redon 1121 ouest Coordonnnées : X : 266,7 Y : 2307,4 altitude : 45 m
  • Informations administratives Inventeur: B. MONNIER N° du site: 35 013 002 Propriété : Privée N° DRACAR : 1643 Protection : Décret 86.192 au P.O.S. Mise à jour du thésaurus N° de rapport(s) en cas d'opération (s) : 560 (1987) Informations techniques Elévation: OUI Nature du site : Four
  • V I f 569 COREPHAE SUR LES SITES GALLO-ROMAINS DE BRETAGNE Département: 35 COMMUNE: BAIS Lieu-dit : La Gaudinière Nom du site : - Année cadastre : ? Inventaire préliminaire (mars/avril 1997) Ô Parcelle(s) : A2.521, 634, 635 Carte IGN : Rétiers 1319 ouest Coordonnnées
  • : X : 328,2 Y : 2343,05 Informations administratives Inventeur: G. CHESNEL N° du site: 35 014 042 Propriété: ? N° DRACAR : 9132 Mise à jour du thésaurus Protection : Décret 86.192 au P.O.S. zonage ND (patrimoine) N° de rapport(s) en cas d'opération (s) : Informations
  • techniques Elévation : ? Nature du site : Atelier de tuilier Description : Des reliefs seraient visibles dans les parcelles concernées (information A. VILLARD) Etat du site : à vérifier Observations : Entré en GAL/ATT. Pas resencé dans la Carte Archéologique de la Gaule. Ta Gidonnais
  • ""^3ja Babinière luttes Godefoup Morinafs Pas de Bœuf, fyjàrche N f-le-Briurïdal la-Jouaudière la Bura'iserie ^Haut du Bois A ^V5 » 1 r \vV> £r la Peil(atdefie^^ / erfeLéon sJe ïla Rougerie/ ïlCTasseXCotmr' Pâtis Efleline-j . M otn Georges trahir?—7' 1âT3iande/Noê
  • suasses Touche -Vi~ \ C-r If |/la-B^sse/Tresse. ^iyVyia^oucheyosger la Maiïtr r ? > L. 'lâTresse . 'yS^sXb^ùyéil^ii ourglSt: JS. Ja-Hïute Tfesse^»S?Wi__ ^^lahalaWr.^ V^, i)Rôùàsière\\ / la Cossonnais; \ %^'tesamtète/ 1 ^I , emena V» Kl ■ - A
  • jjardeK iïk n la^ichonnais \ y : . ' i * .llaJoucfîe Pierre' \_j^i£ _i i J==^^ % Bo,is = = = H/ ^^\ \ U ^Momiàné s la^raijoË'Villattè^ ^l !^ ^ibajidrie \t . . / ajllbnnêrïe i /le/Tfonquron' i Barrç. \ Ville Wtlej J la Vigne/ W"rOfe>^jfa^âsùre' nfjejJê^um^e Inventaire
  • préliminaire (mars/avril 1997) COREPHAE SUR LES SITES GALLO-ROMAINS DE BRETAGNE Département: 35 COMMUNE: BAZOUGES LA PEROUSSE Lieu-dit : Forêt domaniale de Villecartier Nom du site : Carrefour du Pinsonnet Année cadastre : 1987 Parcelle(s): Bl.45,46 Carte IGN : Pontorson 1216 est
  • Coordonnnées : X : 311,645 Y : 1093,6 rayon :50 m altitude :89 m Informations administratives Inventeur: G. FAGUET N° du site: 35 019 009 Propriété : Privée N° DRACAR : 5017 Mise à jour du thésaurus Protection : N° de rapport(s) en cas d'opération (s) : Informations techniques
  • Elévation: OUI Nature du site : Thermes ? Description : Ruines d'hypocautes avec murets encore visibles. Etat du site : Ce site serait régulièrement pillé par des fouilleurs clandestins (information S. BLANCHET) Observations : Entré comme GAL/THE et GAL/GSS. Voir bibliographie : Les
  • Dossiers du CERAA côte 63 PER 16 (SRA). Çfle Chaï^p de/fèvant ^$$$r% V 198 Sjè Gravier] (V - i: //SVill«e;.-ï "7~y^î^nenolais| , if »J& / PlaïcheV , 1 4a Couï^r^Y la Gaudais/ «6 '/ les Pestils ■MI/ yfillejîican v 54 > "î:Avéfvlarià île fa Forêt X.. \Etatfy VUU/cartier
  • "*' " la.tylésangère/f ia La ^«n iRTV / \ / 1 V/^— fi /N Bl 003 37 43 36 49 46 "H 45 50 53 Carr. Pinsonnet 0 a 100 ) m COREPHAE SUR LES SITES GALLO-ROMAINS DE BRETAGNE Inventaire préliminaire (mars/avril 1997) Département: 35 COMMUNE: GAHARD Lieu-dit : Les Marettes 1 35
  • Nom du site : Les Marettes Année cadastre : 1983 Parcelle(s) : D3.474, 476 Carte IGN : St-Aubin dAubigné 1217 est Coordonnnées : X : 313,2 Y : 1071,85 rayon : 50 m altitude : 56 m Informations administratives Inventeur : LE CHARPENTIER N° du site: 35118 003 Propriété : ? N
  • ° DRACAR : 5527 Mise à jour du thésaurus N° de rapport(s) en cas d'opération (s) : Protection : - 578 (1988), 238 (1989), 947 (1993) (prospectioninventaire) Informations techniques Elévation: OUI Nature du site : Four Description : Four à chaux découvert en 1988 correspondant à une
  • préliminaire (mars/avril 1997) COREPHAE SUR LES SITES GALLO-ROMAINS DE BRETAGNE Département : 35 COMMUNE : LA CHAPELLES DES FOUGERETZ Lieu-dit: Les Tertres 35 Nom du site Année cadastre : 1979 Parcelle(s) : A2.177, 178, 179, 413, 606, 132.373, 374, 377, 605, 606, 843 Carte IGN
  • : Rennes 1218 ouest Coordonnnées : X : 296,85 Y : 1060,75 altitude : 73 m Informations administratives Inventeur: AUBREE N° du site: 35 059 007 Propriété : Privée N° DRACAR : 2020 Mise à jour du thésaurus Protection : Décret 86.192 au P.O.S. et zonage ND (patrimoine) GAL/SAN N° de
RAP01098.pdf (QUIMPER (29). 29 bis rue François Menez. rapport de sondage)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • Jean - Paul O r g a n i s m e de r a t t a c h e m e n t : R a i s o n de l'urgence : Projet immobilier M a î t r e d ' o u v r a g e des travaux : Monsieur LE PELLEC S u r f a c e f o u i l l é e : 175 nf S u r f a c e e s t i m é e du site : 0 M o t s - c l e f s (thésaurus
  • SONDAGE ARCHEOLOGIQUE QUIMPER "29bis Rue François MENEZ (29 232 61) (Finistère) RAPPORT DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE PREALABLE ANNEE 1994 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER collaboration : CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. > Rennes : S.R.A
  • . de Bretagne 1994 4 1 0 9 » SONDAGE ARCHEOLOGIQUE QUIMPER "29bis Rue François MENEZ (29 232 61) (Finistère) RAPPORT DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE PREALABLE ANNEE 1994 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER collaboration : CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU
  • Coordonnées Lambert : Zone : A b c i s s e : 119,900 Ordonnée: 352,380 A l t i t u d e : 54 m Propriétaire du terrain : Monsieur LE PELLEC Protection juridique : A u t o r i s a t i o n n° : V a l a b l e du O ^ L o 5 \ % a u : < O) il s s Il Kl ^A.oT 1994 Titulaire : LE BIHAN
  • DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) ! - sur la c h r o n o l o g i e : - sur la n a t u r e des vestiges i m m o b i l i e r s : - sur la n a t u r e des vestiges m o b i l i e r s : S Sg N o t i c e sur la p r o b l é m a t i q u e de la r e c h e r c h e et les
  • nécessite la réalisation de sondages archéologiques préalables. En effet, cette opération se situe dans la zone très sensible du plateau du Frugy, à proximité des sites archéologiques très importants de La Tourelle et de Parc-ar-Groas. Les sondages sont confiés par Monsieur le
  • Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.P. Le Bihan, archéologue municipal de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté par J.F. Villard, technicien auprès du Centre de recherche archéologique du Finistère. Le décapage de la terre végétale, sous l'emprise de la future maison
  • , est effectué, à la pelle mécanique équipée d'un godet lisse, sur une superficie de 175 m2. Cette opération ne met en évidence aucun vestige archéologique. Jean paul LE BIHAN Archéologue municipal 2 331 RUE FRANÇOIS MENEZ : localisation cadastrale et position du sondage
RAP01538.pdf (QUIMPER (29). les pentes du Mont-Frugy. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). les pentes du Mont-Frugy. rapport de diagnostic
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • de rattachement : VILLE DE QUIMPER R a i s o n de l'urgence : Destruction totale par projet immobilier Maître d'ouvrage des travaux : Surface fouillée : 100 m ^ Surface estimée du site : 100 m ^ Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) - sur
  • (29 232 82 RUE DU FRUGY - QUIMPER (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. (29 232 84) 82 RUE DU FRUGY - QUIMPER (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Sous la
  • direction de Jean-Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. I i Q Siten°: 2 9 2 3 2 0 8 3 Département : FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : 82 rue du Frugy Cadastre -.QUIMPER Année : 1986 Section et parcelle : CE 296 Coordonnées
  • Lambert : Zone: III Abcisse : 120 . 050 Ordonnée : 2351 . 630 Altitude : 57 m Propriétaire du terrain : Protection juridique : Zone archéologique sensible de Quimper Autorisation n° : 1997/003 Valable du 13/01 au: 24/01 Is» if A Titulaire : 1997 LE BIHAN Jean - Paul Organisme
  • la chronologie : - sur la nature des vestiges immobiliers : - sur la nature des vestiges mobiliers : S g co § : Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : - Recherche de vestiges gaulois et gallo-romains dans la
  • particulière sur la parcelle cadastrale CE.296 - 1982 nécessite la réalisation d'un sondage archéologique préalable. Situé sur le flanc occidental du Mont-Frugy, le terrain concerné se trouve en effet dans la zone archéologique sensible de la commune de Quimper. Le sondage est confié par
  • Monsieur le Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.-P. Le Bihan, archéologue municipal de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté par J.G. Legier, objecteur de conscience auprès du service municipal d'archéologie. 2. LE CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE Le terrain concerné par
  • l'opération immobilière se situe sur le flanc sud-ouest du Mont-Frugy, A l'ouest, à environ deux-cents mètres, sur le front du plateau, la nécropole bien connue de Creac'h-Maria assure la liaison entre la ville antique et son lieu de culte de Parcar-Groas. Au nord ce sont des vestiges de
  • bâtiments qui furent découverts et sommairement décrits. Ils font fortement songer à des murs de fana gallo-romains, qu'ils soient octogonaux ou carrés. A une centaine de mètres vers le nord-est, c'est un site archéologique important qui fut mis au jour en 1864 : les vestiges de Parc-ar
  • -Groas. Ce site fouillé par R.-F. Le Men au XIXe siècle a été interprété par cet auteur comme un poste fortifié gallo-romain (Le Men, 1876). Les archéologues de la seconde moitié du XXe siècle ont révisé ce jugement en interprétant le site comme une villa romaine ceinte d'un mur de
  • clôture et incluant un petit fanum dans son espace enclos (L. Pape, 1975, P. Galliou, 1983, J.-P. Le Bihan, 1986). Les fouilles que nous avons menées en 1990 et en 1994 sur les parcelles voisines, situées en visà-vis de l'autre côté de la rue de Tourelle par rapport à celles touchées
  • par le projet actuel, ont mis en évidence des vestiges d'époque gauloise et gallo-romaine. Les fossés chargés de véritables dépôts rituels et leurs réaménagements successifs ont permis de suggérer une nouvelle explication. Ce site serait un sanctuaire du second âge du Fer perdurant
  • durant l'Antiquité (Le Bihan, 1990). En outre, la voie romaine quittant Quimper en direction de Carhaix et de Vaniies quitte les basses pentes de Locmaria et gravit le plateau en direction de l'est. Son itinéraire précis est perdu mais il ne peut être très éloigné des parcelles
  • concernées par le présent diagnostic.. Au-delà, sur le site de La Tourelle des vestiges gaulois et gallo-romains ont été découverts au XIXe siècle : souterrain de la Tène ancienne et dépôt de statuettes votives en terre blanche d'époque romaine (R.-F. Le Men). Il faut encore compter avec
  • des fossés gaulois et gallo-romains mis au jour par ailleurs sur le sommet du plateau du Frugy. L'intérêt de fouilles menées sur les terrains concernés apparaît donc aisément. Il s'agit de vérifier si des vestiges s'y trouvent et de compléter ainsi la carte de l'agglomération de
  • 1,20 m de large est effectués sur l'emplacement de la maison ceci sur une surface de 100 m^ Aucun vestige n'est découvert. 4. CONCLUSIONS 4.1. CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES En résumé les terrains fouillés n'ont pas livré de vestiges antiques. Il est toutefois très important pour
  • archéologique menée sur le site dans des conditions satisfaisantes a permis de mettre en évidence tout son potentiel historique. Il est donc possible de lever les mesures conservatoires ayant découlé de la demande de permis de construire sur ce terrain. Jean-Paul LE BIHAN REFERENCES
  • BIBLIOGRAPHIQUES DIZQT (Lt), 1896 : Rapport de M. le Lieutenant Dizot, B.S.A.F.. 1896, 235-240. P. GALLIQU, 1983 : L'armorique romaine, Brasparts, 1983. J.-P. LE BIHAN, 1986: Aux origines de Ouimver : histoire et archéologie J.-P. LE BIHAN, 1990 : Quimper, Parc-ar-Groas, Chronique
  • d'archéologie antique et médiévale, B.S.A.F., 1990. J.-P. LE BIHAN, 1994 : La période gallo-romaine dans "Histoire de édit. Privât. Quimper", J.-P. LE BIHAN 1995 : Les fouilles du sanctuaire eaulois et eallo-romain de Parcar-Groas à Quimper, D.F.S. R.-F. LE MEN, 1876 : Un poste gallo
  • -romain sur le Mont-Frugy . B.S.A.F. 1876. R.-F. LE MEN : Subterranean chambers at La Tourelle near Quimper, Archives départementales. L. PAPE, 1975 : T.a cité des Qsismes à l'époque mllo-romaine, Thèse de doctorat.
RAP03082.pdf (QUIMPER (29). 5, rue de la Villemarqué. Rapport de diagnostic archéologique sur la parcelle CD.76 (résultats négatifs))
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • travaux : Surface fouillée : 80 m 2 Surface estimée du site : 80 m 2 MotS-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) : - - - la chronologie : sur la nature des vestiges immobiliers sur la nature des vestiges mobiliers : sur : problématique de
  • DIAGNOSTIC 5 RUE DE LA ARCHEOLOGIQUE VILLEMARQUE A QUIMPER (29 232) 5 RUE DE LA VILLEMARQUE - QUIMPER (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN VILLE DE CENTRE DE RECHERCHE Rennes : QUIMPER ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. S.R.A. de
  • 1997 Bretagne CTi 23 S . Département Commune Lieu-dit : ou : adresse 5 : rue de la | I I CD 76 : Altitude: 65 ^ : : Valable du 1997 au: LE BIHAN Jean : parcelle Ordonnée: 2351.755 Propriétaire du terrain Protection juridique : Autorisation n
  • la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : Notice sur - Lieu de la Recherche d'habitats et de parcellaires antiques et protohistoriques dépôt du mobilier archéologique : Dépôt de fouille de Quimper d'après carte I.G.N. (N) 1/25000 0 Fig
  • . 1 - QUIMPER, 5 rue 10 m de la Villemarqué : localisation RAPPORT D'INTERVENTION 1. INTRODUCTION L'extension d'une maison particulière sur la parcelle cadastrale CD.76 - 1968 sondage archéologique préalable. Situé sur le plateau du MontFrugy, le terrain concerné se
  • trouve en effet dans la zone archéologique sensible de la commune de Quimper. nécessite la réalisation d'un Le sondage est confié par Monsieur le Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.-P. Le Bihan, archéologue municipal de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté
  • par Madame Y. Le Bihan du Centre de recherche archéologique du Finistère. 2. LE CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE Le terrain concerné par l'opération immobilière se situe sur le flanc sommet du Mont-Frugy, A connue l'ouest, à environ trois cents mètres, de Creac'h-Maria assure sur
  • le front du plateau, la nécropole bien la liaison entre la ville antique et son lieu de culte de Parc- ar-Groas. une distance sensiblement égale ce sont des vestiges de bâtiments et qui furent découverts sommairement décrits. Ils font fortement songer à des murs dt fana Au
  • nord-ouest, à gallo-romains, qu'ils soient octogonaux A mis une centaine de mètres vers ou carrés. l'ouest, c'est un site archéologique important qui fut 1864 : les vestiges de Parc-ar-Groas. Ce site fouillé par R.-F. Le Men au interprété par cet auteur comme un poste
  • fortifié gallo-romain (Le Men, 1876). Les archéologues de la seconde moitié du XXe siècle ont révisé ce jugement en interprétant le site comme une villa romaine ceinte d'un mur de clôture et incluant un petit fanum dans son espace enclos (L. Pape, 1975, P. Galliou, 1983, J.-P. Le Bihan
  • , 1986). Les fouilles que nous avons menées en 1990 et en 1994 sur les parcelles voisines, situées en visà-vis de l'autre côté de la rue de Tourelle par rapport à celles touchées par le projet actuel, ont mis en évidence des vestiges d'époque gauloise et gallo-romaine. Les fossés
  • chargés de véritables dépôts rituels et leurs réaménagements successifs ont permis de suggérer une nouvelle explication. Ce site serait un sanctuaire du second âge du Fer perdurant durant l'Antiquité (Le Bihan, 1990). au jour en XIXe siècle a été la voie romaine quittant Quimper
  • en direction de Carhaix et de Vannes quitte les basses pentes de Locmaria et gravit le plateau en direction de l'est. Son itinéraire précis est perdu mais il ne peut être très éloigné des parcelles concernées par le présent diagnostic. En outre, le site de La Tourelle des
  • vestiges gaulois et gallo-romains ont été : souterrain de la Tène ancienne et dépôt de statuettes votives en terre blanche d'époque romaine (R.-F. Le Men). Il faut encore compter avec des fossés gaulois et gallo-romains mis au jour par ailleurs sur le sommet du plateau du Frugy. Au-delà
  • , découverts au sur XIXe siècle Le sommet du et gallo-romains : plateau a également livré de nombreuses traces de parcellaires gaulois Rue Treden de Lezerec et avenue Y. Thépot (Braden X). L'intérêt de fouilles menées sur les s'agit de vérifier si des vestiges s'y
  • une surface de 80 m2 m de large est sur Aucun vestige n'est découvert. 4. CONCLUSIONS 4.1. CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES En résumé les terrains fouillés n'ont pas livré de vestiges antiques. Il est important pour l'historien de la géographie antique de Locmaria de savoir que
  • sur le site dans de mettre en évidence tout son potentiel historique. Il conservatoires ayant découlé de la demande de permis des conditions satisfaisantes a permis est donc possible de lever les mesures de construire sur ce terrain. Jean-Paul LE BIHAN REFERENCES DIZOT P
  • . (Lt), 1896 : GALLIOU, 1983 J.-P. LE et BIBLIOGRAPHIQUES Rapport de M. le Lieutenant Dizot, B.S.A.F.. 1896, 235-240. : L'armorique romaine, Brasparts, 1983. BIHAN, 1986: Aux origines de Ouimper J.-P. LE BIHAN, 1990 médiévale, B.S.A.F., 1990. J.-P. LE histoire et
  • archéologie Quimper, Parc-ar-Groas, Chronique d'archéologie antique : BIHAN, 1994 ; : La période gallo-romaine dans "Histoire de Ouimper édit. Privât. J.P. LE BIHAN 1994 : Sondage archéologique, 3 rue Treden de Le7.erec à Ouimper, Rennes, S.R.A Bretagne, 1994. J.-P. ar-Groas à
  • LE BIHAN 1995 : Les fouilles du sanctuaire gaulois et gallo-romain de Parc- Ouimper. D.F.S. R.-F. LE R.-F. MEN, 1876 LE MEN départementales. : : Un poste gallo-romain sur le Mont-Frugy Subterranean chambers at La Tourelle near . B.S.A.F. 1876. Ouimper. Archives L
RAP01302.pdf (VANNES (56). 38 avenue Édouard Henriot. rapport de diagnostic)
  • clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et les vestiges imrnobiliers) : - sur la chronologie : ^tkuf" - sur la nature des vestiges immobiliers : AICOXJ^ - sur la nature des vestiges mobiliers : ^iaMjh * Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats
  • / ^\^ ,%. . Ce» Haurv^îrde Kanzac En vertu du décret n°86-192 du 5 février 1986 et de l'article R 111-3-2 du code de l'urbanisme, le service régional de l'archéologie participe à l'instruction du dossier et donne un avis sur toutes les opérations soumises à autorisation de lotir, au permis
  • , certaines zones sont plus sensibles que d'autres. C'est particulièrement le cas des agglomérations anciennes. En ce qui concerne la ville de Vannes, un périmètre sensible inscrit au plan d'occupation des sols a été déterminé. Le projet de construction d'une maison d'habitation équipée
  • d'un sous-sol dans la parcelle BN 295, située à l'intérieur du périmètre « sensible » a par conséquent fait l'objet d'une réserve émise par le service régional de l'archéologie de Bretagne. Une opération de sondage diagnostic destinée à déterminer l'existence ou non de vestiges
  • archéologiques sur l'emprise du projet a été entreprise les 11 et 12 Octobre 1995. Cette opération, placée sous la responsabilité scientifique du conservateur régional de l'archéologie a été confiée à D.Pouille, contractuel de l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, assisté
  • de J. Nédélec détaché par le service régional de l'archéologie de Bretagne. Les tranchées-sondages ont été réalisées à l'aide d'un tracto-pelle équipé d'un godet de curage de 1,40m de large. La quasi totalité de la parcelle a ainsi pu être étudiée, à l'exception d'une bande de
  • terrain correspondant à un chemin récemment aménagé le long des bâtiments en ruines situés sur le haut du terrain (A,fig.2). Une surface représentant environ 450m2, n'étant pas affectée par le projet, n'a pas été sondée. Il s'agit en outre d'une zone située dans la partie basse du
  • terrain (B,fig.2), en deçà d'une limite de propriété nouvellement implantée et qui n'apparaît pas sur le plan initialement fourni par l'aménageur. Cette modification parcellaire repérable sur le terrain par le biais d'un piquetage ainsi que d'un panneau de mise en vente a par ailleurs
  • été confirmée par le propriétaire des lieux. Les sondages ont quant à eux permis de mettre en évidence l'existence d'une très faible épaisseur de terre végétale reposant directement sur le substratum rocheux cl.2 à 5. En certains points celle-ci ne dépasse guère 0,30m d'épaisseur
RAP01649.pdf (QUIMPER (29). 1 rue de la Troménie. rapport de diagnostic)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • : 180m2 Surface estimée du site : Société ESPACIL Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : - sur la nature des vestiges immobiliers : Néant - sur la nature des vestiges mobiliers : s s Notice sur la problématique de la
  • 1 RUE DE LA TROMENBE QUIMPER (29 232^Vinistère) RAPPORT DE DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE PREALABLE Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER collaboration : CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne 1999 Siten^:L2JL^ L A J L ^ L
  • du terrain : ESPACIL Protection juridique : Néant Autorisation n° : 1999 - 09 Valable du 6/09 au: 20/09 1999 Titulaire : LE BIHAN Jean - Paul Organisme de rattachement : VILLE DE QUIMPER Raison de l'urgence : Projet Immobilier Maître d'ouvrage des travaux : Surface fouillée
  • recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : Recherche de vestiges funéraires en bordure occidentale de la nécropole gallo-romaine de Quimper. Vestiges inexistants. Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Dépôt de fouille de Quimper RAPPORT D'INTERVENTION
  • de la rue de la Troménie, au contact direct avec la nécropole gallo-romaine de Creac'h-Maria (Le Bihan, dans Histoire de Quimper, sous dir. J. Kerhervé, 1994), La parcelle concernée, se trouve en forte rupture de pente, exposée à l'ouest. Les sondages sont confiés par Monsieur le
  • Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.-P. Le Bihan, archéologue de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté par Y.-L. Goalic, archéologue contractuel auprès de l'A.F.A.N. et d'O. Santré, collaborateur du Centre de recherche archéologique du Finistère. La société ESPACIL
  • prend en charge le salaire de Monsieur Goalic, les frais de terrassement et de réalisation du rapport. LES TRAVAUX REALISES Les décapages de la terre végétale sont effectués, à l'aide d'une pelle mécanique équipée d'un godet lisse, sous l'emprise du futur projet et sur les espaces
  • vierges de toute construction ancienne. Un sondage de 40 m de longueur et 4 m de largeur moyenne est ainsi réalisé. Une mise au net manuelle complète ce décapage. Cette opération met en évidence une section de fossé, isolé et creusé dans le sol naturel argileux. Il est comblé par une
  • terre brune et par quelques pierres. Ces éléments ne peuvent être datés, CONCLUSIONS Il est permis de conclure à l'absence de vestige et de site archéologique. Les travaux d'aménagements peuvent être conduits sans contrainte particulière en ce qui concerne cet aspect du dossier
  • . L'intérêt majeur de cette fouille est livrer les limites occidentales de la nécropole galloromaine et d'envisager une hypothèse selon laquelle cette nécropole ne s'est pas du tout installée en rebord de plateau ; tout au moins si l'on admet que les observations négatives ne résultent pas
  • des effets d'une puissante érosion (Le Bihan, Les vestiges archéologiques du site de Kervéguen n°8, parcelle ELIS, D.F.S., 1999). Wo» / ìT' f- .-TVN -4 StanïWiÎmXlô^*» /• VÄ M .^rfeffntj icwnXJi n rW'JpïK^ ii Â/y —'in' ymdo € h S^r J: /rr^^ V.v décharsi d'après
RAP01264.pdf (QUIMPER (29). 2 impasse Paul Gauguin. rapport de sondage)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • g o Titulaire : LE BIHAN Jean - Paul Organisme de rattachement : VILLE DE QUIMPER Raison de l'urgence : Projet immobilier 1a o Maître d'ouvrage des travaux : Monsieur LE CAM Surface fouillée : 210 m 2 Surface estimée du site : Mots-clefs 210 m2 (thésaurus DRACAR pour la
  • I H 0 SONDAGE ARCHEOLOGIQUE f QUIMPER "2 Rue Paul GAUGUIN" (29 232 68) QUIMPER - Finistère RAPPORT DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE PREALABLE ANNEE 1995 $ Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER collaboration : CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE
  • adresse : 2 IMPASSE P. GAUGUIN I Cadastre : QUIMPER £ 9 Année : 1982 Section et parcelle : CD 331 Coordonnées Lambert : Zone : Abcisse : Ordonnée : Altitude : 70 m Propriétaire du terrain : Monsieur LE CAM Protection juridique : Autorisation n° : Valable du 16/01 au: 15/02 1995
  • chronologie et le vestiges immobiliers) ! - sur la chronologie : GALLO-ROMAIN - sur la nature des vestiges immobiliers : - sur la nature des vestiges mobiliers : T U I L E S s s g Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique
  • : - R e c h e r c h e d e v e s t i g e s d ' é p o q u e l a t é n i e n n e et g a l l o - r o m a i n e s u r le s o m m e t d u m o n t F r u g y (habitat o u s a n c t u a i r e ) R é s u l t a t s : p a s d e v e s t i g e s e n dépit d e la p r o x i m i t é a p p a r e n t e
  • En effet, cette opération se situe sur le sommet du Mont-Frugy, à proximité du^site de La Tourelle sur lequel des vestiges gaulois et gallo-romains ont été découverts au 1 9 e m e siècle : souterrain de la Tène ancienne et dépôt de statuettes votives en terre blanche d'époque
  • romaine. En outre, le sanctuaire gaulois et antique de Parc-ar-Groas et la voie romaine quittant Quimper en direction de Carhaix et de Vannes sont proches du lieu d'implantation de ce projet immobilier. Les sondages sont confiés par Monsieur le Conservateur du Service régional de
  • l'archéologie à J.P. Le Bihan, archéologue municipal de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté par J.F. Villard, technicien auprès du Centre de recherche archéologique du Finistère. Un sondage est effectué sous l'emprise de la future maison à l'aide d'une pelle mécanique équipée d'un
  • godet lisse. La superficie du sondage est de 210 m 2 . Le sondage met en évidence la roche naturelle constituée de granités feuilletés (leucogranites) et de filons argileux. Des fragments de tuiles gallo-romaines sont découverts en assez grand nombre, ainsi que quelques rares tessons
  • de poterie de cette époque. Quelques éclats de silex, un tesson laténien et deux fragments de poterie médiévale complètent le mobilier. En revanche, aucune structure ancienne n'apparaît sous l'emprise de la maison. Il ne semble pas nécessaire de poursuivre les investigations sur
  • vestige archéologique susceptible de retarder ou d'interrompre le projet immobilier. Jean Paul LE B I H A N Archéologue municipal
RAP01097.pdf (QUIMPER (29). 17 rue du Belvédère. rapport de sondage)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • l'urgence : Projet immobilier Maître d'ouvrage des travaux : Monsieur FOUCAULT Surface fouillée : 75 m 2 Surface estimée du site : Inconnue Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : 2ème siècle ap. J.C. - sur la nature
  • f SONDAGE ARCHEOLOGIQUE QUIMPER "Impasse du Belvédère" (29 232 62) (Finistère) RAPPORT DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE PREALABLE ANNEE 1994 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER collaboration : CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de
  • Bretagne 1994 1 dOSf SONDAGE ARCHEOLOGIQUE QUIMPER "Impasse du Belvédère" (29 232 62) (Finistère) RAPPORT DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE PREALABLE ANNEE 1994 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER collaboration : CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE
  • : Zone : Abcisse : 119,475 O r d o n n é e : 352,150 Propriétaire du terrain : Monsieur FOUCAULT Protection juridique : Altitude : 53 m Autorisation n° : g o O S Valable du \ _ o Ç au: \ \ _ o S" 1994 Titulaire : LE BIHAN Jean - Paul Organisme de rattachement : Raison de
  • des vestiges immobiliers : FOSSE - sur la nature des vestiges mobiliers : CHARBON DE BOIS, TUILES, POTERIE SIGILLÉE EN Sg Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : - Sondage en zone péri-urbaine gallo-romaine
  • - Découverte d'une fosse isolée Conclusion : 2 objets découverts sur le lieu d'un dépôt isolé Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Dépôt de fouille de Quimper RAPPORT D'INTERVENTION 1. CONDITIONS D'INTERVENTION La construction d'une maison particulière sur la parcelle cadastrale
  • BY.67 nécessite la réalisation de sondages préalables dans le cadre de la politique de surveillance du patrimoine archéologique de la commune de Quimper. Les sondages sont confiés par Monsieur le Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.P. Le Bihan, archéologue municipal
  • de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté de Y. Robic, du service municipal d'archéologie et de J.F. Villard, technicien auprès du Centre de recherche archéologique du Finistère. Le décapage de la terre végétale, sous l'emprise de la future maison, est effectué sur une
  • superficie de 75 m2, à la pelle mécanique équipée d'un godet lisse. 2 LE CONTEXTE GENERAL 2.1. LE CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE Le site est inclus dans la zone sensible du plateau du Frugy, à proximité des sites archéologiques très importants de La Tourelle (souterrain de l'Age du Fer et dépôt
  • de statuettes gallo-romaines), de Parc-ar-Groas (sanctuaire gaulois et gallo-romain) et du centre urbain antique de Locmaria. 2.2. LE SITE La localisation du terrain, en arête septentrionale du plateau du Frugy est remarquable. La vue découvre un paysage très étendu. En effet
  • , l'oeil perçoit la vallée de l'Odet, toute la partie nord de l'espace communal et la limite occidentale de la chaîne de Montagnes Noire, à environ 20 km du Mont-Frugy. La pente extrêmement forte et la dénivellation de 50 m accentuent l'effet. Très prisé par les habitants actuels de la
  • ville, un tel site peut avoir suscité des aménagements particuliers, urbains ou ruraux, civils, cultuels ou militaires depuis fort longtemps. 2. LES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES La fouille met en évidence une fosse isolée creusée dans le sol naturel. 2.1. DESCRIPTION 2.1.1. Forme générale
  • Il s'agit d'une fosse oblongue orientée nord-sud, longue de 2,20 m, large de 1 m. La partie septentrionale est surcreusée sur une longueur de 1,30 m. Le fond, plat atteint respectivement 0,35 et 0,80 m de profondeur au sud et au nord sous le niveau du sol naturel. Les flancs sont
  • réguliers et curvilignes. La partie inférieure de la fosse septentrionale porte des traces de rubéfaction (sol et paroi). 2.1.2. Le remplissage 2 La partie supérieure du remplissage de la fosse, commune à l'ensemble de la structure, est composéee, du sommet vers la base : - De terre
  • rubéfaction. - Un lit de charbon de bois très dense. Il convient de noter la présence, sur les flancs de la fosse, d'amorces d'une couche de terre argileuse rubéfiée. Ces éléments résiduels peuvent traduire l'existence d'un niveau d'utilisation primaire de la fosse ultérieurement
  • surcreusée dans sa partie centrale, sans doute pour faire place à nouvelle opération de même type. , 2.2. LE MOBILIER Trois fragments de tuiles gallo-romaine et un tesson de poterie sigillée à pâte orangée de Lezoux de forme indéterminable sont découverts dans la couche de terre
  • cendreuse. 2.3. DATATION Il est possible de dater cette fosse de l'époque romaine, plus précisément du second siècle de notre ère. Les éléments de datation sont, toutefois, suffisamment discrets pour suggérer quelques réserves. 2.4. INTERPRETATION Faute d'éléments de structure et
  • déceler un éventuel décalage chronologique entre les deux parties de la dépression. Faut-il considérer que la partie profonde représente un élément particulièrement actif d'une structure de combustion à usage bien déterminé ? De type artisanal ou domestique ? Ce n'est pas impossible
  • . En ce cas, les cendres déposées au fond de la dépression septentrionale seraient les restes d'opérations successives de combustion ayant nécessité une assez forte quantité de bois. L'aspect rubéfié de la base de la paroi peut confirmer cette interprétation. Les fouilles
  • très prudent car un simple rejet de braises incandescentes aurait pu avoir le même effet. 3.CONCLUSIONS 3.1. CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES Il est impossible de déterminer la nature et l'usage de la fosse gallo-romaine découverte sur le site. En revanche, cette structure constitue un
RAP01429.pdf (QUIMPER (29). les vestiges du bas Moyen Âge du n° 8 de la rue Tiercelin. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). les vestiges du bas Moyen Âge du n° 8 de la rue Tiercelin. rapport de diagnostic
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • S Kl û î Raison de l'urgence : Maître d'ouvrage des travaux : Surface fouillée : 110 m 2 Surface estimée du site : m2 Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) - sur la chronologie : Bas Moyen-Age - sur la nature des vestiges immobiliers
  • LES VESTIGES DU BAS MOYEN AGE DU n°8 DE LA RUE TIERCELIN A QUIMPER (29 232) 8 RUE TIERCELIN - QUIMPER (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. i Rennes : S.R.A. de
  • Bretagne i 1997 AU 3 L LES VESTIGES DU BAS MOYEN AGE DU n°8 DE LA RUE TIERCELIN A QUIMPER (29 232) 8 RUE TIERCELIN - QUIMPER (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes
  • . 200 Ordonnée : 2354 . 050 Altitude : 50 - 55 m Propriétaire du terrain : M et Mme LE FLOCH Protection juridique : Autorisation n° : 1997 - 08 Valable du 10/03 au: 21/03 1997 g o Organisme de rattachement : VILLE DE QUIMPER g I Titulaire : LE BIHAN Jean - Paul Kl o S a O
  • : Murs, fossés - sur la nature des vestiges mobiliers : Poterie : S S Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : S - Traces d'habitat du bas Moyen-Age avec éléments de base de murs et fossés de talus ûi Lieu de dépôt
  • maison particulière sur la parcelle cadastrale AR.53 - 1968 nécessite la réalisation d'un sondage archéologique préalable. Situé sur la frange orientale du plateau de Kerfeunten, le terrain concerné par l'opération se trouve en effet dans la zone archéologique sensible de la commune
  • de Quimper. Le sondage est confié par Monsieur le Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.-P. Le Bihan, archéologue municipal de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté par Monsieur J.-F. Villard du Centre de recherche archéologique du Finistère. 2. LE CONTEXTE
  • ARCHEOLOGIQUE Le terrain concerné par l'opération immobilière se situe sur le flanc nord-est du plateau de Kerfeunten, en rupture de pente. Le site gallo-romain de Kermoguér sur lequel de nombreuses tuiles romaines ont été mises au jour (J.-P. Le Bihan, inédit) se trouve au contact direct du
  • site concerné. Un prospection récente préalable à l'opération du n°8 rue Tiercelin livre quelques tessons du 2e âge du Fer et des fossés anciens apparaissent dans les coupes de terrains effectuées lors de la création de la voirie moderne de ce secteur. 3. L'INTERVENTION
  • plus de précision à propos de la nature de ce mur, de proposer une datation de la fin du Moyen Age. 3.2. Les fossés Il sont peu profonds et l'érosion a fait son oeuvre sur cette pente très forte. Il est peut-être possible de réunir T.l et T.2 dans un même réseau. Ils auraient pu
  • contenir un talus intermédiaire. IL est,, possible que T.4 fasse aussi partie du réseau, ménageant une entrée avec le système T.1-T.2. Faut-il pousser l'analyse plus loin et suggérer que nous sommes en présence de l'ouverture de l'enclos dans lequel est bâti le mur S.l ? Bien entendu le
  • tesson de poterie à pâte onctueuse découvert dans T . l . (T. 1-1) ne contredit pas une telle hypothèse. Il convient toutefois de demeurer prudent. Le segment de fossé T.3 est recoupé par T . l . 4. CONCLUSIONS 4.1. CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES En résumé le terrain fouillé livre des
  • vestiges médiévaux tardifs. Le site est encore occupé par un corps de ferme de belle facture qui pourrait remonter au XVIIIe siècle. Il n'est pas impossible de penser qu'une ocupation rurale permanente s'est développée depuis la fin du Moyen Age sur ce secteur. La fouile se révèle donc
  • de la zone périurbaine de Quimper, même si à l'heure actuelle aucune fouille d'importance n'y a été conduite. 4.2. CONCLUSIONS TECHNIQUES L'étude archéologique menée sur le site dans des conditions satisfaisantes a permis de mettre en évidence tout son potentiel historique. Il est
  • donc possible de lever les mesures conservatoires ayant découlé de la demande de permis de construire sur ce terrain. Jean-Paul LE BIHAN REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES J.-P. LE BIHAN, 1986: Aux origines de Quimper ; histoire et L. PAPE, 1975 : La cité des Osismes à l'époque gallo
RAP01262.pdf (VANNES (56). 12 rue du Jointo. rapport de sondage)
  • Pierre, archéologue fouilleur. AFAN SRA d e BRETAGNE 1994 Les prises de notes et de photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte
  • , accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires et pour les tiers
  • , la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal FICHE SIGNA LÉTIOUE Siten
  • juridique : .. . Autorisation n * :.. / . Valable dn Û%Mftk ajjg / f /tffël** Titulaire Organisme de rattachement : : AtAA { Raison de l'urgence :_ Maître d'ouvrage des travaux : Surface fouillée : / ^ Surface estimée du site :—H ÛQJ¥1 * MotS-clefs (thésaurus DRACAR pour U
  • chronologie et les vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : - sur la nature des vestiges immobiliers : - sur la nature des vestiges mobiliers : * Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : Lieu de dépôt du mobilier
  • archéologique : IFMMES Aifôï Ai fou/lUs $&*L Sommaire. 1. Introduction 1.1 Données techniques 2. Sondages. 2.1. Tranchée 1. 2.2. Tranchée 2. 2.3. Tranchée 3. 2.4. Tranchée 4. 3. Conclusion. Liste des figures. .1: Localisation du site sur le plan de la ville de Vannes. Fig.2
  • : Localisation du site sur le cadastre de 1988. Fig.3: Localisation du site sur le cadastre de 1807. Fig. 4: Plan du site et implantation du projet. Fig.5: Coupe nord du sondage 1. Fig.6: Coupe est du sondage 2. a, R de la Tour U'Auvërghe ^ CoUVCIît du • yl Piie Ettinetld Fig. 1
  • : Localisation du site sur le plan de la ville de Vannes. 1. Introduction Une demande de permis de construire a été déposée auprès de la municipalité de Vannes pour la construction d'une habitation sur la parcelle BY 411 du cadastre de 1988. Ce terrain se situant à l'intérieur du périmètre
  • d'application du décret 86-192 du 5 février 1986, une opération d'évaluation du potentiel archéologique a été entreprise par le Service Régional de l'Archéologie. La mission a été confiée à deux archéologues contractuels de l'A.FA.N.(*), placés sous le contrôle du conservateur régional de
  • dont la durée fut de 5 jours ( dont une journée de recherche bibliographique). -Une seconde phase d'une durée équivalente consacrée à la mise en forme des données recueillies et la rédaction du présent rapport. 2. Sondages. Les tranchées de sondage ont été implantées de façon à
  • englober le maximum de surface sur l'emprise concernée par les travaux . Au total, quatre tranchées ont été ouvertes à l'aide d'un tracto-pelle de modèle Case 580 SK à godet lisse de curage de 180 cm. (*) Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales. Fig 3: Localisation
  • du site sur le cadastre de 1807.( archives municipales de Vannes). Fig.4: Localisation du site et implantation du projet. Localisation de la tranchée 2.1. Tranchée 1. Longueur: 9m. Sondage situé au centre de la parcelle, orienté est-ouest. Le socle granitique affleure ici à
  • une altitude moyenne de 25,50m,/NGF. Ce sondage profond n'incluait aucune structure de nature anthropique,seule une couche de terre marron-noire d'environ lm d'épaisseur et constituée essentiellement de débris végétaux recouvrait le socle granitique et son niveau supérieur
  • d'altération, matérialisé par une arène jaunâtre et des nodules éparses. Localisation de la tranché 2.2. Tranchée 2 Longueur: 4m. Sondage situé à l'extrémité sud de la parcelle, orienté sud-ouest, nord-est Le socle granitique affleure dans celle tranchée à une altitude moyenne de 24,90m
  • . Localisation de la tranchée 3 2.3. Tranchée 3. Longueur: 14m. Sondage situé le long de la limite ouest de la parcelle, orienté nord-ouest, sud ouest. Le socle granitique affleure ici à une altitude moyenne d'environ 25, JOm/NGF. Là-encore, le schéma stratigraphique est comparable à celui
  • des autres sondages, il est toutefois à noter la faible épaisseur de la couche de terre végétale, équivalente en moyenne à 0,50m dans cette tranchée. Localisation de la tranchée 4 2.4.tranchée 4. Longueur:4m Sondage situé à l'extrémité nord de la parcelle et orienté est-ouest Le
  • socle rocheux affleure à une altitude équivalente à 25m/NGF en moyenne dans ce sondage. Aucune différence stratigraphique notable avec les autres sondages n'a été relevée dans cette tranchée 7 4. Conclusion. A l'issue de cette opération, deux scénarios peuvent-être envisagés pour
  • expliquer l'absence de vestiges. Le premier, serait d'avancer l'hypothèse d'un complet remaniement qui aurait effacé toute trace de présence anthropique. Dans ce cas, des structures archéologiques en « négatifs » auraient put être décelées. Le second, le plus probable, serait d'imaginer
  • l'absence de présence humaine jusqu'à nos jours. Cela s'expliquerait d'une part, par le relatif éloignement du centre urbain antique supposé, d'autre part, par l'altitude du site, au sommet de la plus importante hauteur de Vannes, et éloigné de tout point d'eau, ressource nécessaire à
RAP03891 (CORSEUL (22). 9 rue de l'Hôtellerie. Rapport de diagnostic)
  • LE MERRER Audrey
  • législations sur le patrimoine et l’environnement - INRAP Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné Dates d’intervention sur le terrain Du 25/05/2020 au 25/05/2020 I. Données administratives, techniques et scientifiques Mots-clefs des thésaurus Mots-clefs des
  • Diagnostic archéologique Rapportfinal de diagnostic Rapport d’opération Le diagnostic a été réalisé le 25 mai 2020 à l’emplacement d’une future extension à une maison existante au 9 rue de l’Hôtellerie à Corseul (22). La surface prescrite de 35 m² était localisée entre deux
  • bâtiments en élévation et dans un secteur de la ville antique de Corseul (Fanum Martis) présentant un fort intérêt archéologique. Cependant, les sondages réalisés n’ont pas permis la découverte de quelconques structures archéologiques. Bretagne, Côtes-d’Armor Corseul, 9 rue de
  • l’Hôtellerie sous la direction de Audrey Le Merrer INRAP Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr INRAP Grand Ouest mai 2020 Rapport de Diagnostic Code INSEE 22048 - Arrêté de prescription 2020-067 N° dans le système national d’information - N° de
  • site Corseul, 9 rue de l’Hôtellerie sous la direction de avec la collaboration de Audrey Le Merrer Agnès Chéroux Vincent Pommier D132846 Code Inrap Bretagne, Côtes-d’Armor INRAP Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné mai 2020 2 Inrap · Rapport de
  • Diagnostic Bretagne, Côtes-d’Armor, Corseul, 9 rue de l’Hôtellerie Sommaire 3 Sommaire I. D onnées administratives, techniques et scientifiques 6 Fiche signalétique 7 Mots-clefs des thésaurus 8 Générique de l’opération 10 Notice scientifique 10 Fiche d’état du
  • et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978
  • modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment
  • en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont
  • incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le
  • cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect
  • de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de
  • de prospection au détecteur de métaux Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence L93 (EPSG 2154) x : 318 747 y : 6 832 520 z : 61,7 m NGF Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Mr Loïc Giboire Nature de l’aménagement Références
  • cadastrales Commune Construction d’une extension à une maison existante Corseul Opérateur d’archéologie Année - INRAP Grand-Ouest Section(s) Responsable scientifique de l’opération et organisme de rattachement AB Audrey Le Merrer Parcelle(s) 511 Statut du terrain au regard des
  • thésaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier Édifice public nb Industrie lithique Inférieur Édifice religieux Industrie osseuse Moyen Édifice militaire Céramique Supérieur Bâtiment Scories Structure funéraire Végétaux Voirie Faune Ancien Puits
  • Numismatique Conservation Restauration Anthracologie … 7 8 Inrap · Rapport de Diagnostic Bretagne, Côtes-d’Armor, Corseul, 9 rue de l’Hôtellerie Générique de l’opération Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre
  • en place et suivi de l’opération Audrey Le Merrer, INRAP Responsable d’opération Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur Régional de l'Archéologie
  • Prescription et contrôle scientifique Anne Villard, SRA Conservatrice en charge du dossier Prescription et contrôle scientifique Claude Le Potier, INRAP Directrice interrégionale Grand-Ouest Mise en place et suivi de l'opération Arnaud Dumas, INRAP Administrateur Mise en place et
RAP01352.pdf (COMBOURG (35). déviation de Combourg, 2e tranche. rd 795. rapport de diagnostic)
  • LE GOFF Elven
  • î g' m COMBOURG Déviation R.D. 795 (2 ème tranche) 35. 085. 62. (ILLE-ET-VILAINE) IX F. S. DE DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE 01/02/95 - 20/02/96 Sous la direction de Elven LE GOFF Àvec la collaboration de Servane JOV1N Avec le concours du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine A. F
  • . A. N. Grand-Ouest Ministère de la Culture et de la Francophonie Rennes : S. R. A. de Bretagne 1996 A* SZ. Les D.F.S. constituent des documents administratifs communicables au public dès leur remise au service régional de l'archéologie, suivant les prescriptions de la loi n° 78
  • -753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l'amélioration des relations entre l'administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour son application, ils pourront donc être consultés ; les agents des services régionaux de l'archéologie rappelleront
  • à tout demandeur les droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation
  • collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par
  • ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10.). Le non-respect de ces règles
  • : * Mots clefs (thésaurus /(, 2 X fA U s ^ " * ^ D R A C A R pour la chronologie e f j e s vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : "v •e-c-- - sur la nature des vestiges immobiliers : - sur la nature des vestiges mobiliers : . Ccurie^'-
  • ^ - * Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : 1> Jjl. Jaui i ^ c J L s huLi C 553 Lieu de dépôt du mobilier archéologique Joindre un extrait de la carte au 1:25 000e avec localisation qcJJbo - du site /554, gj^d' 555
  • 7 55^ ^ ^ 55^/55
  • : Elven LE GOFF Servane JOVIN • Mise au net de la documentation : Elven LE GOFF Servane JOVIN • Photographies : Elven LE GOFF • Rédaction et mise en page du D.F.S. : Elven LE GOFF 5 REMERCIEMENTS A l'issue de cette opération nous souhaitons adresser nos remerciements aux
  • personnes qui ont contribué à sa réalisation : • Le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine et la D.R.I. de St-Malo (Maître d'ouvrage et Financeur). • Anne VILLARD, Conservateur au S.R.A. de Bretagne, pour la mise en place et le suivi de l'opération. 6 Introduction La seconde partie du
  • destruction par les travaux. Aucun site n'était préalablement signalé au niveau de l'emprise du projet. Une équipe de deux personnes mandatée par l'A.F A N. (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales), sous-couvert du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, est chargée
  • d'intervenir. Elle est constituée d'un Responsable d'Opération et d'un Archéologue Fouilleur Qualifié. La durée prévue du diagnostic est d ' u n e semaine de sondages sur le terrain (du 05/02/96 au 09/02/96) et d'une autre semaine pour la réalisation d'un D.F.S. (Document Final de Synthèse
  • tranchées ont été effectuées, soit une longueur cumulée d'environ 880 m. L'ensemble des parcelles concernées par le projet a été sondé, à l'exception des parcelles n° 660 c, 656 c et 659 c qui présentaient des difficultés d'accès. Cependant, la faible zone qu'elles constituent ne paraît
  • en rien remettre en cause les conclusions finales de cette évaluation. Fig. 1 : Vue générale des sondages (Cliché E. LE GOFF) 9 Fig. 2 : Localisation du projet routier sur la carte LG.N. de Combourg (Série Bleue, n° 12170) au 1/25 000 ème. 10 593 42, 30 NGF LE MAROC
  • ROUILLON LES M A R E S ROUGES LES COUTURES Fig. 3 : Localisation des tranchées sur le cadastre de 1982 (Section C feuilles 1 et 2, et Section AB et AO) (S. JOVIN) Fig. 4 : Localisation des tranchées sur le cadastre de 1826 (Section C, feuille 1) (S. JOVIN) ° c jQOm Fig. 5
  • : Plan des tranchées du secteur 1 (parcelle n° 554 c) (S. JOVIN) 12 Résultats Seuls deux secteurs sur le tracé présentent des structures excavées et des fossés antérieurs au cadastre napoléonien de 1826. 1 - Secteur 1 Le premier secteur correspond à la parcelle n° 554 c
  • . Caractérisé par un schiste bleu en plaquettes parfois ponctué de veines et de poches argileuses jaune clair, le substrat est recouvert d'une couche de terre végétale d'environ 50 cm de puissance. L'ouverture de la tranchée 11 à mis au jour deux grandes structures d'une largeur minimale de
  • 5 m localisées au niveau d'un filon de roche saine. Un sondage au tractopelle, réalisé dans celle située plus au nord, a rapidement montré qu'il s'agissait de carrières d'extractions de pierres. Le remplissage de terre brune organique avec des plaquettes de schistes montre que la
  • le relevé de ces niveaux supérieurs. Nous nous sommes limités à une profondeur de sondage de 1,50 cm. L'absence d'autre structure environnante et l'impossibilité de préciser la nature archéologique ou non des carrières, malgré la présence de quelques fragments d'argile cuite dans
RAP00914.pdf (RENNES (35). la chapelle Saint-Yves. rapport de sondage)
  • : Surface estimée du site : 2 5 0 m2 * Mots-clefs (thésaurus D R A C A R pour la chronologie et les vestiges immobiliers) - SUT la chronologie - M é d i é v a l - m o d e r n e - sur la nature des vestiges immobiliers : C h a p e l l e xvpm-a X V l è m e - sur la nature des vestiges
  • mobiliers : — S I * Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : Evaluation tion S de la m e n a c e et d ' a m é n a g e m e n t vestiges des t r a v a u x de la c h a p e l l e archéologiques conservés de r e s t a u
  • r a sur les à l'intérieur de celle-ci. Lieu de dépôt du mobilier archéologique : «-rti-oî* A*, io cart«, nu 1.7S OOO* avec localisation du site 914 RENNES CHAPELLE SAINT -YVES 93 - 104 (IHe-et-Vilaine) RAPPORT DE SONDAGES 16/11/1993 - 30/11/1993 Sous la dir. de Yannick
  • l'édifice en tant que chapelle. Quatre sondages manuels ont été réalisés le long des murs à l'intérieur de l'édifice. D'autres n'ont pu être répartis sur l'ensemble de la chapelle en raison de la contemporanéité des travaux de restauration ainsi que de la démolition d'un bâtiment sur son
  • mur sud/est (cliché n° 1). * A.F.A.N.: Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales PLAN N°1 PLAN DE SITUATION /< 826 Ecole Dames -> i g l e r Bue L e Bouteiüer C arrefour de la Cafché drale Dottin Montfort Place du • ¡2 ts al v a i r e p Cliché n° 1 5
  • chaux (clichés n° 2 et n° 3). A u c u n matériel archéologique n'a pu être prélevé à proximité de ces tombes. Le remblai (1000) les recouvrant contient de nombreux ossements sans organisation provenant probablement de sépultures anciennes bouleversées par les derniers creusements
  • au niveau d'un enfeu dans la partie centrale du mur nord de la chapelle. L'intérieur de l'enfeu semble avoir préservé les niveaux archéologiques antérieurs aux creusements des fosses de sépultures suivant l'orientation de la chapelle. Un remblai hétérogène (2003) contenant du
  • schiste et quelques céramiques modernes a pu être observé. Il s'appuit contre le mur nord et donc a dû être installé peu après la fin de l'édification de la chapelle. Celui-ci repose sur une couche d'argile (2002) dont il ne reste qu'une lentille installée sur un radier de schiste
  • (2001) lui aussi perturbé. Du charbon de bois et quelques céramiques de la fin du Moyen-âge reposent sur ce niveau de sol (cliché n° 4). Ces deux éléments archéologiques peuvent être les traces d'une occupation antérieure à la construction de la chapelle à la fin du XVème siècle. La
  • limite de ces niveaux se situe dans le prolongement des murs qui ont été suivis par les multiples inhumations. Deux types de sépultures ont été observés dans ce sondage (cliché n° 5). Les sépultures SII1 et SII2 sont primaires (non perturbées), dans des cercueils et liées à de la
  • chaux. L'autre est secondaire (SII3) et se présente sous la forme d'un regroupement de plusieurs individus effectué peut-être lors du rebouchage de la fosse de la .sépulture SII2. Le remblai supérieur de ces sépultures (2000), hétérogène et riche en ossements, est identique à celui
  • observé dans le premier sondage (1000). SONDAGE II 30.05 x Chaux Ë S I Argile N 29,54i Cliché n ° 4 12 SONDAGE N° 2 Ce sondage se situe au niveau d'un enfeu dans la partie est du mur nord de la chapelle. Une sépulture (SIII1) avec cércueil a été mise au jour ainsi qu'un
  • bord de la fosse d'une seconde (cliché n° 6). Celles-ci se trouvent sous 70 cm d'un remblai riche en ossements (3000) déjà remarqué dans les sondages 1 et 2. Un niveau de remblai (3001) butant contre le mur nord de la chapelle a été préservé à l'abris de l'enfeu. Ce cas de figure
  • a déjà été remarqué dans le sondage 2 (U.S. 2003). Un dallage , correspondant au niveau de sol actuel, est visible en coupe avec son niveau d'installation . Ces deux éléments sont situés sur les couches 3000 et 3001. SONDAGE N° 2 Ce sondage est situé au centre du mur est de la
  • chapelle. Il a permis de mettre au jour un mur arraché (4001) excentré vers le sud et installé dans un remblai schisteux (4000) identique à 2003 et 3001 (cliché n° 7). L'arrachement se limite au bord ouest du sondage. Au-delà, nous retrouvons le mur à 10 cm sous le niveau de sol actuel
  • . Nous ne pouvons nous prononcer sur la nature de ce mur installé perpendiculairement au mur est de la chapelle. Il aurait été construit postérieurement aux murs nord, sud et ouest de la fin du XVème siècle mais antérieurement au mur est, bien plus récent. En effet le remblai (4002
  • ) rebouchant l'arrachement du mur 4001 a été coupé par le creusement de la tranchée de fondation du mur est. Le hérisson de ce dernier (4004) est constitué de matériaux divers (schiste, blocs de mortier, briques) liés à l'argile. Il sert d'assise à un premier niveau maçonné au mortier et
  • constitué de schiste rouge (4005) sur lequel repose enfin le mur de chevet actuel de la chapelle. Le vide créé par la différence de largeur entre le hérisson 4004 et la première assise 4005 a été comblé par un remblai (4003) constitué de blocs de schiste gris. Ce secteur semble avoir été
  • préservé des inhumations réparties sur l'ensemble de la superficie de l'édifice. Ceci est sans doute lié à une volonté de respecter le choeur de la chapelle. Le sondage est aussi implanté sur l'ancien emplacement d'un autel qui a dû préserver les niveaux sousjacents tels que le remblai
  • 4000 identique à 2 0 0 3 et 3001. SONDAGE N SYNTHESE-CONCLUSIONS Les sondages ont permis de mettre au jour quatre périodes chronologiques liées à l'occupation de la chapelle Saint-Yves. La première correspond au niveau de sol en argile installé sur le radier de schiste dans le
RAP00921.pdf (QUIMPER (29). 11 impasse Charles Lottet. rapport de sondage)
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • g fcq ^ c J Oe GjuyaPc 1 ^ Raison de l'urgence : wa vm-ôW y w § Maître d'ouvrage des travaux : ^ 5 Surface fouillée : Surface estimée du site : CL & ^ So O Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) - sur la chronologie : ^ à ^ - sur la
  • nature des vestiges immobiliers : ^ - sur là nature des vestiges mobiliers : g hj : Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : Lieu de dépôt du mobilier archéologique : RAPPORT D'INTERVENTION La c o n s t r u c t i o
  • o r t a n t s de P a r c - a r - G r o a s et du B r a d e n . Les sondages s o n t c o n f i é s p a r M o n s i e u r 1 le C o n s e r v a t e u r du Service régional de l ' a r c h é o l o g i e à J . P . Le B i h a n , a r c h é o l o g u e municipal de la v i l l e de Q u i
  • m p e r . Ce dernier est assisté par J.F, Villard, technicien auprès du Centre de recherche a r c h é o l o g i q u e du F i n i s t è r e . Le décapage d e la terre végétale, future maison, est. e f f e c t u é à la p e l l e godet lisse. sous l'emprise de la mécanique équipée
  • d'un Cette opération p e r m e t de mettre en é v i d e n c e un trou de poteau isolé, c r e u s é d a n s le sol n a t u r e l a r g i l e u x et c o m b l é de terre brune et de trois pierres de calage. Par ailleurs, quelques traces de terre rubéfiée apparaissent. A u c u n de
  • ces éléments ne peut être daté. Seule un t e s s o n d ' a n s e de v a s e à cuisson oxydante (cruche ou p e t i t e a m p h o r e ) d é c o u v e r t d a n s le s o n d a g e peut être daté de l ' é p o q u e gallo-romaine de Il site est donc permis archéologique. de
RAP01330.pdf (les villes de l'ouest. Corseul)
  • les villes de l'ouest. Corseul
  • , le travail a été poursuivi en 1995. Le thésaurus et l'inventaire bibliographique avaient été réalisés en 1994. Nous avons essayer de résoudre en 1995 la question du support informatique utilisé pour nos différentes fiches. Le logiciel Microsoft Word, utilisé par chacun, a été
  • concernées, le nom du site, un champ mots clés où sont utilisés les termes retenus dans le thésaurus, les renseignements sur la localisation du site, les sources (bibliographie, inédite. . . ), la date de la découverte, un champ commentaire libre. Ces fiches permettent d'obtenir une
  • nous réaliserons désormais tiendront compte des normes fixées dans le cadre de ce projet collectif de recherche. LES OBJECTIFS DU PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE : OUTILS : 1. Thésaurus ] THEMES : 1. Sanctuaires périurbains. SYNTHESES : urbains et 1. Origine de la ville et
  • lieux de 8. Systèmes défensifs. 9. Lieux de culte du HautMoyen-Age. MISE EN PLACE D'OUTILS DE TRAVAIL COMMUN : * Le thésaurus : Une liste de termes se rapportant aux vestiges archéologiques susceptibles d'être découverts sur les différents sites à été élaborée. Elle doit nous
  • oration d'outils communs 199 S Le projet collectif de recherche réunissant les sites de Corseul (Côtes d'Armor), Jublains (Mayenne) et Rezé (Loire Atlantique) a été mis en place en 1993. Les deux premières années ont surtout été réservées à la prise de contact entre les chercheurs
  • qui travaillent sur ces trois villes antiques. Chacun a pu, au cours de différentes réunions, faire connaissance avec les différents sites, les méthodes et les outils de travail employés. Chacun a aussi pu exposer ses axes de recherches, ses difficultés et ses projets à venir
  • . L'objectif du projet collectif de recherche est de proposer, dès que possible, des sujets de recherche communs aux trois villes. Pour celà, il est nécessaire d'établir des outils de travail identiques et utilisés sur les trois sites. Nous avions commencé à aborder ces questions en 1994
  • retenu pour la réalisation d'une base constituée de fiches inventaire archéologique. Celles-ci, très simples, regroupent les renseignements nécessaires pour la recherche de données sur un site précis : le numéro de site de la carte archéologique des Service archéologique des régions
  • vision rapide de l'ensemble des données disponibles sur un site. Les trois sites sont équipés du même logiciel, il s'avère aisé d'échanger les informations sous forme de disquettes informatiques. En 1993, nous nous posions le problème du choix du matériel informatique. Certains
  • chercheurs travaillent sur IBM-PC d'autres, sur Macintosh. Le logiciel de traitement Word permet un échange de données fiable entre les deux système d'exploitation. Une véritable base de gestion de données équipera aussi plus tard les trois sites. Le logiciel retenu, File Maker Pro 2. 0
  • , existe dans les deux standards informatiques (PC et Mac). Seul le site de Rezé est pour l'instant équipé de ce système. La gestion des données de Corseul s'effectue actuellement sur une base établie à partir du logiciel Microsoft Access. Nous essayerons en 1996 de développer un
  • système de transfert entre les deux logiciels afin de conserver les données déjà inclues, depuis quelques années, dans la base de gestion des données archéologiques de Corseul. Celle-ci, plus complète que celle de Rezé, sera aussi probablement conservée et rendue compatible avec celle
  • utilisée dans leP.C.R.. Les principales réflexions de l'année 1995 ont surtout concerné les questions de la standardisation des documents graphiques. Plusieurs formats de dessin, d'échelle ont été retenus : -1/10 000™°* pour un plan d'ensemble de l'agglomération et de son espace
  • lecteur de comprendre rapidement l'état de la connaissance sur les vestiges dessinés (fouilles, prospections, proposition...). Ceci nous amènera à proposer par exemple des plans des trois villes sur lesquels la trame viaire sera représentée avec différentes trames en fonction des
  • connaissances sur les rues. Nous serons ainsi obligé, pour le site de Corseul, de reprendre les travaux déjà réalisés à partir des photographies aériennes. Ceux-ci présentent un plan uniforme de la ville ne différenciant pas les rues fouillées, aperçues lors de prospections aériennes
  • , prolongées entre deux secteurs connus ou simplement supposées. Ces plans donnent généralement l'impression d'un ville déjà fouillée sur une superficie importante alors que moins de 1% de la superficie totale de la ville de Corseul a réellement été étudié. Tous les différents plans que
  • du développement urbain. 2. Bibliographie 4. Cartographie « codifiée » 2. Le parcellaire : - Mode de délimitation - Inventaire des données - Organisation des espaces. 5. Formats d'échange entre les systèmes d'enregistrements informatisés utilisés 3. La voirie et ses abords
  • (route, rue, galerie-portique, trottoir, hydraulique...). 3 . Inventaire archéologique 2. Organisation et évolution du cadre urbain. 3. L 'Antiquité tardive. 4. Les bâtiments publics. 5. L'habitat. 6. Les activités commerciales, boutiques et ateliers. 7. Nécropoles sépulture. et
  • permettre de faciliter les échanges de données entre les trois sites, chaque terme ayant pour chaque chercheur la même signification. * La bibliographie : Chaque chercheur dispose d'un listing bibliographique, le plus complet possible, concernant les trois villes antiques. La recherche
  • , puis les échanges, de documents sont ainsi facilités. * L 'inventaire archéologique : Les données archéologiques de chaque site sont répertoriées sur des fiches simples élaborées sur le logiciel de traitement de texte WORD. Les informations contenues dans cette fiche permettent