Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4105 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03672 (GEVEZE (35). La Croix du Vivier : occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • GEVEZE (35). La Croix du Vivier : occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale. Rapport de fouille
  • Mobilier Lithique, céramique, macrorestes végétaux, faune, objet métallique, outil, parure, monnaie, verre Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Fouille archéologique Rapport final d’opération L’aménagement de la
  • ZAC de La Croix du Vivier par la commune de Gévezé a conduit l’Inrap à fouiller une zone de près de 4,3 hectares au sud-ouest du bourg, sur un versant exposé au sud situé à 200 m du fond de vallée. Les vestiges mis en évidence témoignent d’une succession d’occupations datées de la
  • Préhistoire jusqu’au haut Moyen Âge. Les indices d’occupation les plus anciens sont attribués au Néolithique et sont matérialisés par des éléments mobiliers (dont une hache marteau cordiforme) et deux foyers à pierres chauffées. L’étude carpologique et la datation radiocarbone d’une graine
  • au Bronze final III B attestent la fréquentation du secteur durant cette période. Ces carporestes proviennent de cinq trous de poteaux isolés qui ne forment pas d’architecture cohérente. C’est vraisemblablement durant La Tène ancienne et La Tène moyenne que se met en place une
  • exploitation agricole autour de laquelle se développe un réseau de fossés parcellaires structurant l’espace à l’ouest de l’emprise. Entre la fin de La Tène finale (-70/-20 av. J.-C.) et le début de la période antique (Ier s. ap. J.C.), l’occupation semble se concentrer au nord de l’emprise
  • au sein d’un enclos délimité par un fossé. La découverte de mobilier antique montre que ce secteur est encore exploité après le changement d’ère et ce malgré le glissement du coeur de l’occupation vers l’est. En effet, au cours du Ier s. de notre ère, on assite au déplacement de
  • l’occupation et à la probable création d’un nouvel établissement à quelques centaines de mètres à l’est du site primitif gaulois. Un réseau de fossés dont le comblement est daté de la seconde moitié du Ier siècle et des premières décennies du IIe siècle, délimite des parcelles orthonormées
  • installées le long d’un axe nord-sud. Elles sont recoupées par un chemin contemporain qui traverse l’emprise du nord au sud. Dès la fin de l’Antiquité, un ensemble de parcelles quadrangulaires délimitées par des fossés se développe à l’est du parcellaire antique et témoignent d’une
  • occupation du haut Moyen Âge, entre le VIe et le VIIIe s. ap. J.-C. À l’intérieur des différentes parcelles mises en évidence, on retrouve des structures domestiques et agricoles, dont de nombreuses structures de combustion, qui confirment la vocation agro-pastorale de l’établissement
  • . L’étude carpologique des structures de combustion a fourni un corpus remarquable de macrorestes végétaux qui confirme que la majorité d’entre elles étaient principalement destinées au traitement des céréales, probablement le séchage ou le grillage des céréales. Enfin, des fossés et
  • haies modernes délimitent des parcelles agricoles dont la vocation reste inchangée jusqu’à nos jours et la construction de la ZAC de La Croix du Vivier. Bretagne, Ille-et-Vilaine, Gévezé, La Croix du Vivier : Occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale Sujets et thèmes
  • bâtiment, voirie, habitat rural, bâtiment agricole, foyer, fosse, sépulture Occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale Rapport final de fouille Chronologie Néolithique, âge du Bronze final, La Tène, Haut-Empire, haut Moyen Âge, Temps modernes, Époque contemporaine
  • Bretagne, Ille-et-Vilaine, Gévezé, La Croix du Vivier Occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale sous la direction de Emmanuelle Ah Thon Inrap Grand Ouest Janvier 2019 35120 Occupations laténienne, gallo-romaine et altomédiévale sous la direction de Arrêté de
  • Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Janvier 2019 par avec la collaboration de Emmanuelle Ah Thon Paul-André Besombes Vérane Brisotto Richard Delage Françoise Labaune-Jean Myriam Le Puil-Texier Yvan Paillier Julian Wiethold Nolwenn Zaour Rémy Arthuis Stéphane Jean
  • Laurent Juhel Emeline Le Goff Patrick Maguer Lydie Mano Hervé Paitier Patrick Pihuit Amandine Poupon Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 11 Fiche signalétique 12 Mots-clefs des thesaurus 13 Intervenants 15 Notice scientifique
  • 15 État du site 16 Localisation de l’opération 18 Implantation cadastrale 19 Arrêté de prescription initial 26 Arrêté de prescription modificatif 28 Définition des moyens 30 Projet scientifique 46 Arrêté d'autorisation de fouille
  • Résultats 51 I. Introduction 51 I.1 Circonstances de l'intervention 51 I.2 État des connaissances avant l'opération Le cadre géographique et géologique Le contexte archéologique 51 55 I.2.1 I.2.2 56 I.3 Stratégie et méthode mises en oeuvre Les objectifs
  • scientifiques de l'opération Les moyens mis en oeuvre 56 57 I.3.2.1 Le décapage 59 I.3.2.2 La fouille et l'enregistrement des données 57 I.3.1 I.3.2 60 I.3.2.3 Les contraintes 61 I.3.2.4 La post-fouille et les études connexes 63 II. Résultats
  • 64 II.1 Des indices d'une fréquentation des lieux au Néolithique et à l'âge du Bronze Les indices du Néolithique 64 II.1.1 65 II.1.1.1 Le foyer à pierres chauffées F92 65 II.1.1.2 Une hache-marteau cordiforme (ou hache coin) à emmanchement transversal
  • 68 II.1.2 69 II.2 Des indices d'une occupation de l’âge du Bronze ou du premier âge du Fer Une occupation du second âge du Fer 70 II.2.1 L'aménagement d'une trame parcellaire à La Tène ancienne-La Tène moyenne 71 II.2.1.1 L'angle d'une parcelle au sud-ouest de
RAP02429.pdf (SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE, NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). ZA mi-voie. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE, NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). ZA mi-voie. rapport de diagnostic
  • Rapport + N S T I T U T N A T I 0 N A De R E C H € R C H E S R C H É 0 L 0 G I Q U -E S P R -É V E N T I V E + + D E Diagnostic Février 2009 33Aiyyv y g j y y n o o 6002 « Dominique Pouille 0C vys-ovya Saint-Jacques de la Lande / Noyai Châtillon sur Seiche
  • « Z-A mi-Voie» (Ille-et-Vilaine - Bretagne) Dates d'interventions : 06/2008 - 09/2008 N° de prescription : SRA 2008-009 N° de projet INRAP : DA 05025701 INRAP -Direction interrégionale Gd. Ouest, 37 rue du Bignon 35510 Cesson-Sevigne - Tél.0223360040 Siège social : 7 rue de
  • Madrid 75008 PARIS - Tél 01 40 08 80 00 - Fax 01 43 87 18 63 - N° SIRET 180 092 26" 2L,Z3 — ~ FICHE SIGNALÉTIQUE Numéro de projet INRAP DA 05025701 Région : Bretagne Département : Ule et Vilaine Commune : Saint-Jacques de la Lande / Noyal-Châtillon sur Seiche. Lieu-dit ou
  • : altitude : m NGF Propriétaire du terrain : Arrêté de prescription n° :2008 009 en date du 4/02/2008 Arrêté de désignation n° : en date du Responsable désigné : Pouille Dominique Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : SEM Territoires Nature de l'aménagement
  • : Zone artisanale Opérateur chargé des travaux : INRAP interrégion Exploitant (s) : Surface du projet d'aménagement : 520948m2 Dates d'intervention sur le terrain : Juillet-Septembre 2008 Surface diagnostiquée : 27686m2 % de la surface sondée : 5,5% Problématique de recherche: « Le
  • diagnostic doit répondre à deux objectifs : détection et caractérisation du site comportant notamment : son emprise, sa nature, sa datation, son état de conservation, sa profondeur d'enfouissement et son potentiel environnemental ». Lieu de dépôt temporaire du matériel archéologique
  • : Base Inrap de Cesson-Sévigné 35. 1 MOTS CLÉS DES THESAURUS Chronologie : I Antiquité romaine (gallo-romain) J République romaine I Empire romain I Haut-Empire (jusqu'en 284) J Bas-Empire (de 285 à 476) _ Époque médiévale haut Moyen Age Moyen Âge _ bas Moyen Âge _ Temps modernes
  • Datation Anthropologie Paléontologie Zoologie Botanique Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Acq. des données Numismatique Conservation Restauration Autre INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : Paul-André Besombes Conservateur en
  • charge du dossier INRAP : Dominique Pouille / Laurent Aubry Responsable scientifique Michel-Baillieu Adjoint scientifique et technique Intervenants administratifs : DRAC de, SRA : Stéphane Deschamps INRAP interrégion Gilbert Aguesse Conservateur régional de l'archéologie Directeur
  • interrégional Aménageur : S.E.M. Territoires Financement : redevance Organigramme de l'équipe scientifique : Responsable d'opération : L.Aubry puis D. Pouille Technicien : A. Fauvel Topographe : Vincent Pommier Dessinateur : A. Desfonds Anthropologue : M. Texier Céramologue : F. Labaune
  • Intervenants techniques : Terrassement mécanique : entreprise MVTP Dinan (22), pelle équipée d'un godet de curage de 3,00 m. 3 TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS Chronologie Gallo-romain Structures Sépultures : 7 Mobilier Céramique commune Verre Clous 4 Interprétation Nécropole
  • incinération à
  • tout l'étendue importante concernée par la ZAC qui est à l'origine de cette opération. 1.2 ÉTAT DES CONNAISSANCES AVANT L'OPÉRATION Aucun site ou indice de site n'était recensé sur l'emprise concernée. Le tracé de la voie antique Rennes-Nantes, assez mal connu est toutefois
  • probablement situé à proximité de la limite méridionale de l'emprise du projet. 1.3 STRATÉGIE ET MÉTHODES MISES EN ŒUVRE Les sondages ont été réalisés systématiquement sur l'ensemble de l'emprise, en ayant pour objectifs la reconnaissance, l'échantillonnage et le relevé des structures
  • rencontrées. Ils ont été effectués à l'aide d'une pelle rétro munie d'un godet lisse de 3 m de large fig. 2. Les sondages couvrent une surface au moins équivalente à 5,5% de l'emprise du projet. Les tranchées ont été pratiquées sur une largeur de godet et une longueur moyenne de 18 m
  • , suivant un maillage en quinconce. En cas de découverte de vestiges archéologiques lors du diagnostic, un élargissement des sondages positifs a été pratiqué, afín d'appréhender au mieux les structures rencontrées et de pouvoir évaluer leur densité et leur stratigraphie. Les sondages
  • positifs et les structures archéologiques découvertes dans ceux-ci ont fait l'objet d'un relevé systématique précis par un topographe et d'un échantillonnage suffisant afin de permettre leur interprétation et leur datation. Dans le cas présent, en raison de la présence de vestiges sur
  • une emprise très limitée (nécropole) et du faible nombre de sépultures concernées (7 sépultures), il a été décidé d'un commun accord avec le Service de l'Archéologie et afin de libérer les terrains de toutes contraintes archéologiques, de fouiller immédiatement les sépultures
  • exhumées. 5 ialifcard POHI 'Morinas lintiftais" wöiais k Pélt Bel-Air, ta Martmièrt \ mskrb" JBeteSQiBnisffi, ST-JACQUES-DE-LA-LANDE frame h Gautrais^p jkBavnel. NÔYÂL-CHAT1LL0N-SUR-SEIQHE pus* KP« bis SJqÇ (la lande do Pnnl iire re^oi fijande Portei ¡a JIÏT'V
  • *: MalcotakjË du Hit , \ Sràmfes la Crox i Jr .aux£ itacs ùJïîllL rö ionneria MîjsonOâi! .CHARTRES» DE BRETAGNE l^f|ntensy !a Toueiiä, P^ftfflg |pomp - »te Pavais iMcm spps i M J f l Fig. 1 Localisation du diagnostic 1 mlÊÊÈÊÊM Fig. 2 : Plan d'ensemble d u diagnostic
RAP02455.pdf (MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). ZAC de la Brohinière. rapport de diagnostic)
  • MONTAUBAN-DE-BRETAGNE
  • opération préventive de diagnostic
  • MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). ZAC de la Brohinière. rapport de diagnostic
  • Rapport I N S T I T u T N A T I 0 N A L R E C H -E R C H E S A R C H É 0 L 0 G I Q U € S P R -É V E N T I V E S + + j. 0 E De Diagnostic Juin 2009 1 Ì JUIN 2009 Dominique Pouille COURRIER ARRIVEE Montauban de Bretagne « Zac de la Brohinière» (Ille-et-Vilaine
  • - Bretagne) Dates d'interventions : N ° de prescription : N° de projet INRAP : Janvier-Mars2009 SRA 2008-084/085 D A 05028101 INRAP -Direction interrégionale Gd. Ouest, 37 rue du Bignon 35510 Cesson-Sevigne - Tél.0223360040 Siège social : 7 rue de Madrid 75008 PARIS - Tél 01 40 08 80
  • 00 - Fax 01 43 87 18 63 - N° SIRET 180 092 264 00019 - APE 732 Z SOMMAIRE FICHE SIGNALETIQUE P. 3 M O T S CLES DES THESAURUS P.4 LISTE DES INTERVENANTS ET M O Y E N S MIS EN OEUVRE P.5 I. I N T R O D U C T I O N P.6 1.1. Circonstances de l'intervention P.6 1.2. Etat
  • des connaissances avant l'opération P.6 1.3 Stratégie et méthodes mises en oeuvre P.6 II. L ' O C C U P A T I O N A R C H E O L O G I Q U E II. 1. Les points d'occupation ponctuels et indices P.8 P.8 II.l.l L'ensemble 1 P.8 II. 1.2 L'ensemble 2 P.9 II. 1.3 L'ensemble 3
  • P. 10 II. 1.4 L'ensemble 4 P.10 II. 1.5 Des indices d'une occupation du début de l'époque moderne II.2. Les sites avérés P. 11 p.13 11.2.1 L'ensemble 5. La nécropole antique p.13 11.2.2 L'ensemble 6. Les vestiges d'un habitat protohistorique isolé? p.20 11.2.3
  • L'ensemble 7. Un site protohistorique de 1' Age du Fer p.21 11.2.4 L'ensemble 8. Un site d'habitat du Haut-Moyen-Age III. A N N E X E S p.33 P.37 10 Porch, la Pfltièfe ' •'«A «tf/tée le Coudray J a MssjWdiifg la Ville èì Jarnet «V vW&Sfc '« %ut PaviÖ "te Pavillon xNX X
  • '»floiiGioneti?''Ü-te Village" Oondelais la Gidcnnsis Carrier,-JtU; g. le Maine Gmidal ÌM3 Pestslais Èiand^s te Vergers' Ion Désii Wile Codi cETAGNE 1 la Haute Ruiwaie Mameli! a, la Nei Josse tes Saiilais 250 m 1/25 000 Montauban-de-Bretagne et-vilaine; FICHE SIGNALÉTIQUE
  • Numéro de projet INRAP DA 05025501 Région : Bretagne Département : Ille et Vilaine Commune : Montauba, de Bretagne Lieu-dit ou adresse : LA Brohinière Cadastre année : (voir liste dans l'arrêté de prescription joint en annexe) Coord. Lambert : X : Y : altitude : 72 à 68m NGF
  • Propriétaire du terrain : Communauté de communes du Pays de Montauban de Bretagne Arrêté de prescription n° :2008/084 en date du 21 mai 2008 Arrêté de désignation n° : en date du Responsable désigné : Pouille Dominique Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : Nature
  • de l'aménagement : ZAC économique Opérateur chargé des travaux : INRAP Grand Ouest Exploitant (s) : Surface du projet d'aménagement : 595922m2 Dates d'intervention sur le terrain : Janvier-Avril 2008 Surface diagnostiquée : 595922m2 Résultats Problématique de recherche et
  • principaux résultats : « Le diagnostic doit répondre à deux objectifs : détection et caractérisation du site comportant notamment : son emprise, sa nature, sa datation, son état de conservation, sa profondeur d'enfouissement et son potentiel environnemental ». Lieu de dépôt temporaire du
  • matériel archéologique : Base de Cesson-Sévigné (35) MOTS CLÉS DES THESAURUS Chronologie : B Antiquité romaine (gallo-romain) J République romaine | Empire romain I Haut-Empire (jusqu'en 284) J Bas-Empire (de 285 à 476) | Époque médiévale I haut Moyen Âge Moyen Âge bas Moyen Âge Temps
  • Atelier Artisanat Autre Nb • • It 10 Mobilier Études annexes Industrie lithique i Géologie Industrie osseuse H Datation Céramique Anthropologie Restes végétaux Paléontologie Faune Zoologie Flore Botanique Objet métallique Palynologie Arme Macrorestes Outil 1 An. de céramique
  • Parure An. de métaux Habillement Acq. des données Trésor Numismatique Monnaie Conservation Verre Restauration Mosaïque Autre Peinture Sculpture Inscription Autre INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : INRAP : Conservateur en charge du dossier
  • Responsable scientifique Adjoint scientifique et technique A. Villard D. Pouille M. Baillieu Autre : Intervenants administratifs : DRAC de Bretagne, SRA : INRAP interrégion Gd Ouest S. Deschamps G. Aguesse Conservateur régional de l'archéologie Directeur interrégional Aménageur
  • : Communauté de communes du Pays de Montauban de Bretagne Financement : redevance Organigramme de l'équipe scientifique : Responsable d'opération : D. Pouille Technicien : S. Barbeau, R. Battais, F. Le Boulanger, V. Guitton, M. Levan, S, Leforestier Topographe : F. Boumier Dessinateur : M
  • . Dupré Céramologue : F. Labaune Anthropologue : M. Texier Intervenants techniques : Terrassement mécanique : entreprise Beaussire, Carentan (Manche). 10 I. INTRODUCTION 1.1 CIRCONSTANCES DE L'INTERVENTION Le dépôt d'un projet d'extension de la zone artisanale de la Brohinière
  • , sur la commune de Montauban de Bretagne est à l'origine de ce diagnostic archéologique fig. 1. C'est avant tout l'étendue importante concernée par la ZAC (70 hectares au total), dont près de 60 diagnostiqués dans cette première tranche qui est à l'origine de cette opération. 1.2
  • ÉTAT DES CONNAISSANCES AVANT L'OPÉRATION Aucun site ou indice de site n'était recensé sur l'emprise concernée, en revanche des indices de site gallo-romain au lieu-dit Saint-Maurice, situé en marge méridionale de la future Zac, étaient connus. 1.3 STRATÉGIE ET MÉTHODES MISES EN
  • ŒUVRE Les sondages ont été réalisés systématiquement sur l'ensemble de l'emprise, en ayant pour objectifs la reconnaissance, l'échantillonnage et le relevé des structures rencontrées. Ils ont été effectués à l'aide de deux pelles rétro munie d'un godet lisse de 3 m de large fig. 2
RAP03708 (CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo : étude complémentaire des aqueducs de Vorgium. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo : étude complémentaire des aqueducs de Vorgium. Rapport de fouille
  • 2017, parcelle B 1234). Cliché : A.-M. Lotton © Éveha, 2017 CARHAIX-PLOUGUER (29), KERGORVO - EXTENSION SYNUTRA CARHAIX-PLOUGUER (29), ZAC DE KERGORVO ÉTUDE COMPLÉMENTAIRE DES AQUEDUCS DE VORGIUM 31 rue Soyouz - ESTER Technopole, 87 068 Limoges cedex Responsable : Anne-Marie
  • LOTTON RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Arrêté de prescription 2011/129 DU 27 JUIN 2011 MODIFIÉ PAR 2017/098 DU 4 AVRIL 2017 CARHAIX-PLOUGUER AVRIL 2019 Numéro de l'entité archéologique 029.024.0031 / 29.024.0453 29024 SRA BRETAGNE Code INSEE de la commune 29024 Auteur
  • Mots clefs : Antiquité (Haut-Empire) ; eau et hydraulique, adduction, aqueduc ; En offrant l’opportunité de procéder à un suivi de travaux en 2014, puis à deux opérations de fouilles préventives en 2015 et 2017, l’aménagement de la ZAC de Kergorvo, à Carhaix-Plouguer (Finistère
  • ), a permis d’étudier de nouvelles portions des trois conduites ayant successivement alimenté en eau le chef-lieu des Osismes durant le Haut-Empire. ZAC DE KERGORVO emboîtures métalliques (frettes) ; Cité des Osismes. Hydraulics, water conveyance, aqueduct, join of pipe, ditches. De
  • loin la mieux étudiée, la canalisation en bois a pu être décapée sur plus de 500 m linéaires, et faire l’objet de quarante-huit sondages. Ceux-ci ont permis de compléter l’étude de la section de la tranchée d’installation de la conduite. Ils ont également amené la découverte de
  • vingt-huit emboîtures métalliques, inédites en Gaule, et de plusieurs plaques en plomb interprétées comme des dispositifs de colmatage mis en place à l’occasion de réparations du tuyau. La canalisation bétonnée qui, sur le reste du tracé de l’aqueduc, vient remplacer la conduite en
  • bois, est à Kergorvo implantée à quelques mètres en amont de celleci, suivant un tracé strictement parallèle. Son état de conservation s’est avéré globalement médiocre, néanmoins, l’étude comparée des deux conduites fournit des éléments de réflexion intéressants sur les raisons qui
  • entraînèrent une correction du tracé de l’aqueduc au niveau du contournement de la colline du Moulin à Vent. Édifiée sous la dynastie sévérienne pour répondre aux besoins en eau accrus du chef-lieu de cité osisme, alors à son apogée, la seconde adduction de Vorgium a été appréhendée en 2015
  • et 2017 sur un peu plus de 250 m. Sondée à une vingtaine de reprises, elle se présente sous la forme d’une conduite maçonnée en moellons de schiste et de grauwacke liés au mortier de chaux, dont la voûte, bien conservée par endroits, a conservé cinq regards de visite. ANNE-MARIE
  • LOTTON (DIR.) RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Arrêté de prescription 2011/129 DU 27 JUIN 2011 MODIFIÉ PAR 2017/098 DU 4 AVRIL 2017 AVRIL 2019 Numéro de l'entité archéologique 029.024.0031 / 29.024.0453 SRA BRETAGNE Code INSEE de la commune 29024 SAFI Aménageur FOUILLE
  • PRÉVENTIVE CARHAIX-PLOUGUER (29), ZAC DE KERGORVO ÉTUDE COMPLÉMENTAIRE DES AQUEDUCS DE VORGIUM Auteurs ANNE-MARIE LOTTON (DIR.) VALENTINA BELLAVIA GUILLAUME BRON MARIE GRALL MARINE LAFORGE CHRISTOPHE LOISEAU MANON QUILLIVIC LAUDINE ROBIN VOL. 1/1 Utilisation des données d'un
  • rapport de fouille L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique : « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de
  • l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (article L122-4). Toutefois sont autorisées : - Les photocopies ou reproductions destinées à un usage exclusivement privé et non à une utilisation collective (article L 122-5, 2° ). - Les reproductions du texte, accompagnées
  • ou non de photographies, cartes ou schémas, réalisées dans le cadre d'analyses ou de courtes citations, si elles sont justifiées par le caractère (…) critique, scientifique ou d'information de l'œuvre à laquelle elles sont incorporées et sous réserve que soient indiqués clairement
  • le nom de l'auteur et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont
  • contenues ne sont pas considérées comme des informations publiques pouvant être librement réutilisées quand des tiers détiennent sur ce document des droits de propriété intellectuelle (articles 9 et 10 de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée relative à l'amélioration des
  • relations entre l'administration et le public). Le non-respect des règles qui précèdent peut constituer un délit de contrefaçon passible de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende (articles L335-3 et L335-2 du CPI). Pour citer ce document Lotton 2019 : LOTTON A-M
  • ., Carhaix-Plouguer (29), ZAC de Kergorvo, Étude complémentaire des aqueducs de Vorgium. Rapport final d'opération archéologique (fouille préventive), Éveha – Études et valorisations archéologiques (Limoges), 1 vol., SRA Bretagne, 2019. CARHAIX-PLOUGUER (29) – ZAC de Kergorvo – 2019 4
  • 1.1 Cadres géographique, géologique et topographique 51 1.2 Cadres historique et archéologique 57 10 2 GÉNÉRIQUE DES INTERVENANTS 2 PRÉSENTATION DE L’INTERVENTION ARCHÉOLOGIQUE 10 11 11 11 2.1 2.2 2.3 2.4 57 2.1 Contexte des interventions 57 57 58 2.2 Rappel des éléments
  • des diagnostics 2.2.1 Le diagnostic réalisé par l'Inrap 2.2.2 Le diagnostic réalisé par le centre départemental de l'Archéologie du Finistère 12 3 NOTICE SCIENTIFIQUE 59 2.3 Rappel des éléments du cahier des charges de la prescription 61 61 2.4 Stratégie et méthode de fouille
RAP03138.pdf (MONTGERMONT (35). ZAC Les Petits Prés : un établissement rural antique de la région rennaise. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • MONTGERMONT (35). ZAC Les Petits Prés : un établissement rural antique de la région rennaise. Rapport de fouille
  • aménageur TERRITOIRE & DÉVELOPPEMENT 2013-052 DU 16 JANVIER 2013 arrêté d'autorisation numéro de l'entité archéologique 35 189 0002 code INSEE de la commune 35 189 FOUILLE PRÉVENTIVE RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE ZAC, LES PETITS PRÉS RAPPORT FINAL D'OPÉRATION
  • ARCHÉOLOGIQUE SEPTEMBRE 2015 BRETAGNE Le site des Petits Prés comprend de nombreuses similitudes avec celui de Bais, Bourg Saint-Pair, fouillé en 2009 sous la direction de D. Pouille, bien qu'un décalage chronologique distingue les deux établissements, puisqu'une installation de la
  • transition entre La Tène finale et l'époque gallo-romaine est à l'origine de la villa de Bais (Pouille 2011 : 69-111). Il se rattache à la ceinture d'exploitations mise en évidence autour de Rennes-Condate. La principale période de fonctionnement de l'établissement, fixée entre le milieu
  • du IIe siècle et le milieu du IIIe siècle ap. J.-C., correspond d'ailleurs à une période de développement de la ville. En revanche, un décalage apparaît entre la fin de l'occupation de l'établissement et la rétractation de la ville antique dans une enceinte fortifiée à la fin du
  • IIIe siècle ap. J.-C. MONGERMONT (35), ZAC, LES PETITS PRÉS SRA La phase 3 (IVe - début Ve siècle) est contemporaine, et peut-être postérieure, du démontage de l'ensemble résidentiel. Quelques fossés et fosses révèlent un maintien de l'organisation spatiale. Par ailleurs, les
  • de l'occupation de la zone méridionale au cours de l'Antiquité tardive, avec une proportion inhabituelle de céramique de cette période, associée à la découverte de bracelets en alliage cuivreux produits dans le sud de la Bretagne romaine au IVe siècle. Une extension de
  • l'occupation vers l'est semble également devoir être liée à cette phase. MONGERMONT (35) La construction d'un petit temple situé à 7 m au sud-est du bâtiment principal intervient probablement lors du deuxième ou troisième état d'aménagement. De dimensions réduites (6,10 m sur 4,40 m
  • ), l'édifice est constitué de deux espaces : une cella de forme carrée, précédée d'un porche à l'est. Un autre bâtiment situé au niveau de l'entrée vient compléter ce dispositif. Long de 10,50 m sur 9 m de largeur, il est installé au niveau de l'entrée du secteur résidentiel. La zone
  • fouillée, au sud-est de la partie résidentielle de l'établissement, correspond à un secteur agricole. À la phase 2, l'occupation est dominée par de nombreux fossés de drainage. Ils sont accompagnés de nombreuses fosses réutilisées comme dépotoirs et comprenant un mobilier archéologique
  • abondant. 35189 La fouille du site de Montgermont, ZAC Les Petits Prés, a permis d'aborder une occupation rurale antique établie aux abords de Rennes-Condate. Les traces d’occupation précédant la mise en place de l'établissement sont ténues et se limitent à quelques fosses, ainsi
  • qu'un probable réseau parcellaire. Le mobilier céramique est caractéristique du dernier tiers du Ier siècle et du milieu du IIe siècle ap. J.-C. Un réseau viaire, comprenant un mobilier céramique révélateur d'une fréquentation continue au moins jusqu'à la fin de l'Antiquité, encadre
  • l'occupation. L'établissement de type « villa » se met en place semble-t-il vers le milieu du IIe siècle ap. J.-C. (phase 2). Sa durée de vie est assez courte, puisque le démontage des bâtiments intervient au début du IVe siècle ap. J.-C. La partie résidentielle connaît plusieurs états
  • d'évolution. Dans son état premier, le bâtiment résidentiel, de 26,20 m sur 8 m, s'inscrit au sein d'une cour, d'environ 2 400 m². Lors des états suivants, une modification de la disposition de la cour et de l'entrée accompagne l'agrandissement du bâtiment principal. La superficie totale
  • de la pars urbana avoisinerait les 3 300 m² et le bâtiment résidentiel est doté de nouvelles pièces et d'une galerie de façade. Il occupe, au sol, un espace de 37,20 m sur 12,30 m. Le dernier état de modification du bâtiment résidentiel est marqué par l'adjonction d'une nouvelle
  • pièce contre le pignon est et par un remaniement à l'angle est de la galerie, qui évoquent un probable aménagement balnéaire. Nettoyage du bâtiment principal au petit matin, cliché A. Le Martret ©Éveha 2013. Bretagne, Ille-et-Vilaine Fouille préventive du 09/09/2013 au 29/11/2013
  • Prescription n° 2012-193 du 4 octobre 2012 Aménageur : Territoire et Développement Opérateur archéologique : SAS Éveha 24, avenue des Bénédictins 87000 Limoges Responsable : Annaïg LE MARTRET Mots clefs : Chemin ; villa , établissement rural, temple, bâtiment d'entrée ; puits, puisard
  • , settlement, villa, temple, entrance, well, oven, drainage, field system, pond, grave, post-hole, refuse-pit. ; pottery, architectural terra-cotta, fauna, shell, metal, slag, coins, statuette, glass. couverture MONGERMONT (35), ZAC, LES PETITS PRÉS Un établissement rural antique de la
  • région rennaise Auteurs Annaïg LE MARTRET (dir.), Aménageur TERRITOIRE & DÉVELOPPEMENT FOUILLE PRÉVENTIVE MONGERMONT (35), ZAC, LES PETITS PRÉS UN ÉTABLISSEMENT RURAL ANTIQUE DE LA RÉGION RENNAISE Numéro de l'entité archéologique 35 189 0002 Code INSEE de la commune 35 189
  • Arrêté de prescription 2012-193 DU 4 OCTOBRE 2012 SEPTEMBRE 2015 SRA Bretagne RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Auteurs ANNAÏG LE MARTRET (DIR.), avec la collaboration de : ANNE-MARIE LOTTON (ADJOINTE), GUILLAUME BRON VANESSA BRUNET MÉLANIE DEMAREST SANDRINE GUILLIMIN MARINE
  • LAFORGE AURÉLIEN PIOLOT LAUDINE ROBIN FLORIAN SARRESTE 1 Utilisation des données d'un rapport de fouille L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique
RAP04027 (PLOEMEL (56). ZAC de la Gare. Des établissement ruraux au 1er âge du Fer à la fin de l'Antiquité. Rapport de Fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PLOEMEL (56). ZAC de la Gare. Des établissement ruraux au 1er âge du Fer à la fin de l'Antiquité. Rapport de Fouille
  • VOL. 1/1 PLOEMEL (56), ZAC DE LA GARE Bretagne, Morbihan (56) PLOEMEL (56), ZAC DE LA GARE Aménageur EADM Arrêté de prescription N° 2018/040 - 083 DU 09 MARS 2018 Numéro de l'entité archéologique 56.161.0032 FOUILLE PRÉVENTIVE Code INSEE de la commune 56161 Au second âge du
  • Fer un établissement rural se met en place, fermé par deux enclos fossoyés, emboîtés. Une entrée est reconnue au centre de la façade orientale de l'enclos trapézoïdal interne qui couvre 5 500 m². Il est compris dans un enclos en agrafe, ouvert vers l’est. Au cours de la seconde
  • moitié du Ier s. av. n. è. les fossés de l’enclos interne sont abandonnés, mais l'enclos en agrafe perdure jusqu'à l’époque augusto-tibériérienne. À l’est de l’occupation enclose, un probable axe de circulation et un réseau fossoyé dense organisent le territoire. RAPPORT FINAL
  • D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE La fouille du site de Ploemel – ZAC de la Gare – tranche 1, a offert l'opportunité de suivre l'évolution d'un terroir, densément occupé, sur une période longue. Une occupation du premier âge du Fer (VIIIe-VIe siècles avant notre ère) occupe la partie sud de
  • l’emprise de fouille. Elle est comprise dans une probable enceinte semi-circulaire et accueille un bâtiment curviligne sur tranchées de fondation comportant des indices d’activités artisanales, un grenier et un possible bâtiment quadrangulaire à pans arrondis. MAI 2021 Keywords : Rural
  • , Second âge du Fer, Antiquité ; Établissements ZAC DE LA GARE Responsable : Annaïg LE MARTRET. PLOEMEL Opérateur archéologique : sas Éveha 56161 Aménageur : EADM. Vue aérienne du site. Maurice Gautier, 2018 Prescription n° 2018-040 du 13 février 2018 modifié par l’arrêté 2018
  • /040-083 du 9 mars 2018. RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Fouille préventive du 03/09/2018 au 09/11/2018. Dans la continuité de cette occupation se met en place, au milieu du Ier siècle, un établissement antique de type villa qui suit un plan axial classique. À l'ouest, se
  • situe la partie résidentielle, fermée par d'imposants fossés et dotée, entre autres, d'un petit temple et d'un puits. Dans son prolongement, la pars rustica s'étend vers l'est et s'organise autour d'une cour centrale. Le domaine est complété par des espaces périphériques dédiés aux
  • activités agro-pastorales. L'occupation se prolonge jusqu'à la fin du IIIe siècle - début du IVe siècle. DES ÉTABLISSEMENTS RURAUX DU PREMIER ÂGE DU FER À LA FIN DE L'ANTIQUITÉ Auteurs ANNAÏG LE MARTRET (DIR.) MARINE GOURMELON (ADJOINTE) GUILLAUME BRON MÉLANIE DEMAREST KLET DONNART
  • MARIE GRALL MARINE LAFORGE OCÉANE LIERVILLE LAUDINE ROBIN SÉBASTIEN TORON Arrêté de prescription N° 2018/040 - 083 DU 09 MARS 2018 Numéro de l'entité archéologique 56.161.0032 Code INSEE de la commune 56161 Aménageur EADM RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE MAI 2021 SRA
  • BRETAGNE FOUILLE PRÉVENTIVE PLOEMEL (56), ZAC DE LA GARE DES ÉTABLISSEMENTS RURAUX DU PREMIER ÂGE DU FER À LA FIN DE L'ANTIQUITÉ Auteurs ANNAÏG LE MARTRET (DIR.) MARINE GOURMELON (ADJOINTE) GUILLAUME BRON MÉLANIE DEMAREST KLET DONNART MARIE GRALL MARINE LAFORGE OCÉANE LIERVILLE
  • LAUDINE ROBIN SÉBASTIEN TORON Utilisation des données d'un rapport de fouille L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique : « toute représentation ou
  • reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (article L122-4). Toutefois sont autorisées : - Les photocopies ou reproductions destinées à un usage exclusivement privé et non à une utilisation collective
  • (article L 122-5, 2° ). - Les reproductions du texte, accompagnées ou non de photographies, cartes ou schémas, réalisées dans le cadre d'analyses ou de courtes citations, si elles sont justifiées par le caractère (…) critique, scientifique ou d'information de l'œuvre à laquelle elles
  • sont incorporées et sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits de
  • propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont contenues ne sont pas considérées comme des informations publiques pouvant être librement réutilisées quand des tiers détiennent sur ce document des droits de propriété intellectuelle (articles 9 et 10 de la loi n° 78-753 du
  • 17 juillet 1978 modifiée relative à l'amélioration des relations entre l'administration et le public). Le non-respect des règles qui précèdent peut constituer un délit de contrefaçon passible de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende (articles L335-3 et L335-2 du
  • CPI). Pour citer ce document Le Martret et Gourmelon 2021 : LE MARTRET A. ET GOURMELON M., Ploemel (56), ZAC de la Gare - Tranche 1, Des établissements ruraux du premier âge du Fer à la fin de l'Antiquité Rapport final d'opération archéologique (fouille préventive), Éveha – Études
  • et valorisations archéologiques (Limoges), 1 vol., SRA Bretagne, 2021. PLOEMEL (56) – ZAC de la Gare - Tranche 1 – 2021 4 7 A 51 DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES B RÉSULTATS SCIENTIFIQUES 8 1 FICHE SIGNALÉTIQUE 53 1 INTRODUCTION 8 8 8 1.1 Terrain
  • DES INTERVENANTS 59 10 2.1 Suivi administratif et scientifique 61 1.2 Le cadre de l’intervention 1.2.1 Rappel du cahier des charges et problématiques de l’intervention 1.2.2 Le déroulement de l’opération : durée, équipe, adaptation de la stratégie d’intervention 1.2.3 La
RAP02426.pdf (GOUESNAC'H (29). pratiques funéraires de l'âge du bronze et de l'antiquité tardive : le tumulus et la nécropole du site de ty korn. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • GOUESNAC'H (29). pratiques funéraires de l'âge du bronze et de l'antiquité tardive : le tumulus et la nécropole du site de ty korn. rapport de fouille
  • : Pratiques funéraires de l'âge du Bronze et de l'Antiquité tardive à Gouesnac'h (Finistère) : le tumulus et la nécropole du site deTy Korn direction de. Stéphan HiNGUANT JQUS •• . .. .. .. . . • ' Paul-André BESOMBESrRozenn COLLETER, Xavier HENAFF, Stéphane: M.kk • • 3! y
  • . ^.HeryêMi 9#, 0 fm # M i I -, ; et de •; l'Antiquité tardive à Gouesnac'h (Finistère) : le tum^lus ét la nécropole du sitè de Ty Korn 4 / • f • " ' 4 "> i S ' • v. "''Il S ô u s la d i r e c t i o n de . S t é p h a n HINGUANT - ÉfliBS ^ Avec les c o n t r i b u t i
  • o n s de ,, ; P a u l - A n d r é B E S O M B E S , R o z e n n COLLETER," Xavier HENAFF,'-s S t é p h a n e J E A N , F r a n ç o i s e LABAUNE-JEAN', Hervé MORZADEC, Carole VISSAC „ •' . ^ * 8*- : - & - * -- • * ' t * - A • A~ . '' * " -Ml "> V-/' ' - Cl S f e . . ' « 1
  • - Rennes 2008 * ;. » .¿r n ,'mm • vd FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPÉRATION SITE N° 29 0 6 0 0 0 3 Département : Finistère COMMUNE : Gouesnac'h Lieu dit ou adresse : Ty Korn Cadastre, section et parcelle(s) : D2 / 1048 et 1 0 5 1 Coordonnées Lambert Zone : II x l = 1
  • 1 7 , 5 5 8 y l = 2 3 4 3 , 4 2 0 Altitude moy. : 42m. NGF IDENTITE DE L'OPERATION Arrêtés n°: 2006/024 et 2 0 0 7 / 0 4 7 Nature : Fouille préventive du 05-07-2005 et du 09-07-2007 TITULAIRE (nom et prénom) : Stéphan Hinguant Organisme de rattachement : INRAP Date
  • d'intervention : du 24-09 au 2 3 - 1 1 - 2 0 0 7 Propriétaires des terrains : Mr et Mme Jean-François DANIEL (parcelle 1048) et Mr Gabriel JURSZA (parcelle 1051) Protection juridique : zonage archéologique Motif de l'opération : permis de construire Maîtres d'ouvrage : Mr et Mme Jean-François
  • DANIEL, Mr Gabriel JURSZA Contraintes techniques particulières : néant Surface totale fouillée : 3520m 2 Emprise menacée entièrement fouillée : OUI NON Fouille menée jusqu'au substrat : OUI NON ait. moy. du fond de fouille : 40m. NGF RÉSULTATS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par
  • rubrique) - Chronologie : âge du Bronze, Antiquité tardive. Indices néolithique, campaniforme et âge du Fer. - Programmes : P16 « le monde des morts, nécropoles et cultes associés » et P23 « établissements religieux et nécropoles depuis la fin de l'Antiquité : origine, évolution
  • dans le paysage, et la chambre funéraire, anciennement pillée, ont fait l'objet d'une fouille préventive. Seule une dalle composant la chambre était encore en élévation mais la recherche des fosses de calage des autres blocs a permis de restituer le plan initial de celle-ci, plutôt
  • circulaire. Aucune trace du ou des dépôts primaires (restes humains, mobiliers) n'a été perçue à la fouille. Néanmoins, les données architecturales sur ce monument demeurent intéressantes. Semblant venir s'appuyer sur le flanc ouest du tertre, une nécropole attribuée à l'Antiquité tardive
  • a par ailleurs été mise au jour. Un total de 12 sépultures, orientées est-ouest, ainsi que 9 petits enclos carrés plus ou moins jointifs, composent cette partie du cimetière, dont l'extension hors emprise est fortement envisagée. Totalement inédites dans la région pour cette période
  • , les sépultures et enclos associés ont livré, à défaut de restes humains, un mobilier funéraire de très belle qualité (céramiques, verreries, mobilier métallique, monnaies). LIEU DE DEPOT : mobilier : Base INRAP Cesson-Sévigné puis dépôt de fouille départemental : fonds
  • documentaires : Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, Rennes REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU RFO ANNEE : 2 0 0 8 AUTEUR(S) (nom, prénom) : HINGUANT Stéphan (dir.) COLLABORATEURS : BESOMBES Paul-André, COLLETER Rozenn, HENAFF Xavier, JEAN Stéphane, LABAUNE-JEAN Françoise, MORZADEC
  • Hervé, VISSAC Carole TITRE : Pratiques funéraires de l'âge du Bronze et de l'Antiquité tardive à Gouesnac'h (Finistère) : le tumulus et la nécropole du site de Ty Korn Sous titre : Rapport de fin d'opération 1 volume, 1 4 0 pages, 8 4 figures, 13 tableaux 3 L E S AUTEURS Paul
  • -André Besombes : Conservateur du patrimoine, Service régional de l'Archéologie, Rennes, étude des monnaies antiques. Rozenn Colleter : anthropologue, Technicienne d'opération, INRAP Grand-Ouest et FRE 2960 laboratoire d'anthropobiologie, Université Paul Sabatier, Toulouse, étude
  • funéraire nécropole antique. Stéphan Hinguant : préhistorien et géomorphologue, Ingénieur de recherche, INRAP GrandOuest et UMR 6566 du CNRS (CReAAH), titulaire de l'autorisation de fouille, étude géomorphologique, étude du tumulus et étude du mobilier lithique. Xavier Hénaff
  • du CNRS (CReAAH), étude et dessin du mobilier céramique, métallique et de la verrerie de l'Antiquité tardive. Hervé Morzadec : protohistorien et géologue, Chargé de recherche, INRAP Grand-Ouest, DAO « tumulus ». Carole Vissac : géoarchéologue, Archéosphère, étude
  • micromorphologique. GENERIQUE DE L'OPERATION Suivi scientifique : Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, Rennes Stéphane Deschamps, Conservateur régional Jean-Yves Tinevez, Conservateur départemental Gestion : I.N.R.A.P., Direction interrégionale Grand-Ouest, Cesson-Sévigné Gilbert
  • Aguesse, Directeur interrégional Michel Baillieu, Adjoint scientifique et technique Équipe de fouille : François Briand, Véronique Chaigne, Julie Conan, Éric Gaumé, Xavier Hénaff, Stéphan Hinguant, Pierrick Leblanc (topographie), Solenn Le Forestier, Hervé Morzadec, Vincent Pommier
  • (topographie), Jean-François Royer. Consolidation et restauration du mobilier métallique et en verre: Valérie Matilla, Marina Biron (Inrap Grand sud-ouest, Bordeaux) REMERCIEMENTS Les auteurs tiennent à remercier pour leur implication, leur avis ou leur aide lors de la phase terrain ou de
RAP03564 (SAINT-JOUAN-DES-GUERETS (35). ZAC Atalante : du Néolithique à l'Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet. Rapport de fouille)
  • SAINT-JOUAN-DES-GUERETS
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • SAINT-JOUAN-DES-GUERETS (35). ZAC Atalante : du Néolithique à l'Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet. Rapport de fouille
  • -Jouan-des-Guérets, Ille-et-Vilaine, ZAC Atalante : Du Néolithique à l’Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet Sujets et thèmes Bâtiments, Structure funéraire, Puits, Habitat rural, Maison, Foyer, Fosse, Sépulture, Métallurgie du Fer La fouille du site de la Zac Atalante
  • en Saint-Jouan-des-Guérets fait suite à deux interventions de diagnostics archéologiques menées en 2008 et 2013 par Françoise Le Boulanger et Gilles Leroux (Inrap). Ces opérations s’insèrent dans le vaste projet d’aménagement d’une technopole mis en œuvre par la communauté
  • d’agglomération de Saint-Malo. Avec la mise au jour d’un important établissement enclos daté de l’âge du fer, ainsi que de plusieurs indices se rattachant aux périodes néolithiques, de l’âge du Bronze, et du haut Moyen Age, le secteur centré sur les pentes est et nord de la colline de Blanche
  • Roche s’est révélé particulièrement riche en vestiges archéologiques. La prescription d’une opération de fouille concernant 14.6ha de terrain a ainsi été émise le 20 novembre 2014 par le Service Régional d’Archéologie de Bretagne. Réalisée entre le 24 Aout et le 17 Décembre 2015, une
  • première tranche d’intervention a concerné 5.3ha de la surface prescrite, disposée de manière à contourner et englober le site enclos gaulois, qui sera abordé quant à lui à l’occasion d’une seconde fouille. Les résultats de cette première opération font état d’une occupation
  • diachronique, longue et variée des lieux. 3 à 5 bâtiments datés du Néolithique moyen 2 témoignent d’une première implantation durable sur un terroir sans doute très tôt reconnu et apprécié pour ses qualités agronomiques. 3 de ces édifices présentent des plans complets qui feront désormais
  • références, avec les sites de La Mézière-La ligne de La Gonzée (35) et Pléchatel-Le Bois (35) pour cette période du Néolithique en Bretagne. La toute fin du Néolithique est également représentée avec 8 fosses dites « en Y, V, W », réparties sur toute la surface de fouille. Interprétées
  • comme des fosses de piégeage, ces excavations profondes de 2 à 3m n’étaient à ce jour connues que de manière très ponctuelle en Bretagne. Ce corpus de 8 structures constitue aujourd’hui la série la plus importante de fosses de ce type pour tout le Grand-Ouest. A ce titre, il
  • contribue à documenter un thème de recherche encore très neuf en France. Pour ces mêmes périodes de transition entre le Néolithique et les débuts de l’âge du Bronze, une fosse ayant livré de nombreux restes carbonisés de noisettes accompagnés de céramiques campaniformes décorées
  • constitue un témoin complémentaire. Un cercle fossoyé isolé, à vocation probablement funéraire constitue le seul élément rattachable à l’âge du Bronze, ou au premier âge du Fer. Le second âge du Fer est représenté par deux séries de fossés placés à proximité immédiate de la limite est de
  • l’enclos, tel que celui-ci a été localisé au moment du diagnostic. Le premier groupe est constitué de 7 groupes de tracés parallèles aménagés en au moins deux phases au cours des deux derniers siècles avant notre ère. Un empierrement non structuré d’une surface de 430 m² recouvre
  • certains de ces tracés. La seconde série est disposée à 30 m au sud de la première et témoigne de quatre phases de fonctionnement impliquant divers aménagements: chemins, corridors et en dernier lieu 7 parcelles de plusieurs centaines de m², successivement greffées les unes sur les
  • autres. Deux forges, un four, et deux puits figurent également parmi les aménagements du secteur gaulois sud. La période gallo-romaine apparaît sur le site sous la forme de deux parcelles de forme rectangulaire placées sur le premier tiers sud du décapage. Trois tranchées-foyers sont
  • regroupées sur le même secteur sud, en recoupement des fossés antiques. Ils témoignent d’une présence humaine durant l’Antiquité tardive ou le haut Moyen Age. Les époques modernes et contemporaines figurent sur le site sous la forme des traces fossoyées des anciennes limites parcellaires
  • disparues à la suite des remembrements opérés dans les années 1930, Un chemin, de nombreuses caves à pommier et quelques rares restes maçonnés des bâtiments de la ferme de La Févrie complètent cette série. Enfin, de nombreuses structures non datées, souvent mal conservées, représentent
  • autant de vestiges rattachables à l’une ou l’autre de ces différentes périodes chronologiques. La seconde phase de fouille devrait contribuer à répondre aux nombreuses questions soulevées au cours de la première tranche d’intervention. Saint-Jouan-des-Guérets, Ille-et-Vilaine, ZAC
  • Atalante Du Néolithique à l’Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet sous la direction de Anne-Louise Hamon Anne-Louise Hamon Chronologie Néolithique, Protohistoire, âge du Bronze, âge du Fer, Haut-Empire, Haut Moyen Âge, Temps modernes Epoque contemporaine Rapport final
  • d’opération Saint-Jouan-des-Guérets, Ille-et-Vilaine, Du Néolithique à l'Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet Inrap Grand Ouest Avril 2018 Du Néolithique à l’Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet Code INSEE Fouille archéologique Rapport final d’opération
  • Saint-Jouan-des-Guérets, Ille-et-Vilaine, ZAC Atalante — 2015-077 — Entité archéologique Arrêté de prescription — F110722 Code Inrap Système d’information Nr site sous la direction de Anne-Louise Hamon par Vérane Brisotto Emmanuelle Coffineau Richard Delage Hélène Delneff
  • Véronique Guitton Xavier Hénaff Sandra Siccard Julian Wiethold Nolwenn Zaour Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon, CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 avril 2018 4 Inrap · RFO de fouille Ille-et-Vilaine, Saint-Jouan-des-Guérets, ZAC Atalante Sommaire Données
RAP03937 (SAINT-JOUAN-DES-GUERETS (35). ZAC Atalante : du Néolithique à l'actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet (tranche 2). Rapport de fouille)
  • SAINT-JOUAN-DES-GUERETS
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • SAINT-JOUAN-DES-GUERETS (35). ZAC Atalante : du Néolithique à l'actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet (tranche 2). Rapport de fouille
  • Fouille archéologique Rapport d’opération Saint-Jouan-des-Guérets, ZAC Atalante (Ille-et-Vilaine) Du Néolithique à l’Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet - Tranche 2 - Volume 1 : Le Néolithique, l'âge du Bronze et l'âge du Fer sous la direction de Anne-Louise
  • Hamon Inrap Grand Ouest Septembre 2020 Fouille archéologique Rapport d’opération Saint-Jouan-des-Guérets, ZAC Atalante (Ille-et-Vilaine) Du Néolithique à l’Actuel, une occupation diachronique en Clos Poulet - Tranche 2 - Volume 1 : 35284 sous la direction de Coauteurs Anne
  • Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap n°- Code INSEE Le Néolithique, l'âge du Bronze et l'âge du Fer Sommaire - Vol. I I - Données administratives, techniques et scientifiques 14 Fiche signalétique 15 Mots-clefs des thesaurus 16
  • Intervenants 19 Localisation de l’opération 20 Notice scientifique 21 État du site 23 Arrêté de prescription 34 Arrêté modificatif de prescription 38 Autorisation de fouille - Tranche 2 40 Projet scientifique d’intervention II - Résultats - Partie I 61 1 Mise en place de
  • l’opération 61 11 Contexte administratif 63 12 63 63 63 63 63 63 64 65 66 67 67 68 68 70 71 13 71 73 73 73 74 Conditions de l’intervention 121 Organisation du chantier, hygiène et sécurité 1 2 1 1 DICT, gestion des réseaux 1 2 1 2
  • Cantonnement 122 Mode opératoire 1 2 2 1 Méthode de travail et difficultés rencontrées 1 2 2 1 1 Le décapage 1 2 2 1 2 La fouille 1 2 2 1 3 Les méthodes d’enregistrement 1 2 2 2 Météorologie 1 2 2 3 Rebouchage des excavations 1 2 2 4  Le travail de postfouille 1 2 2
  • 5 Communication et diffusion des résultats 1 2 2 5 1 Visites de terrain 1 2 2 5 2 Diffusion des résultats de la fouille Contexte environnemental 131 Géographie, topographie, hydrographie 132 Géologie, sédimentologie 1 3 2 1 La géologie générale, 1 3 2 2 Le log
  • sédimentaire rencontré sur la fouille  1 3 2 3 l Le phénomène de litage des stratigraphies 75 14 76 76 76 76 77 77 77 77 78 80 80 80 81 81 82 82 82 82 82 83 85 87 2 90 21 Contexte archéologique 1 4 1 Le Néolithique 1 4 1 1 Les
  • sites dans les environs de la ZAC Atalante 1 4 1 2 Les diagnostics menés en 2008 et 2013 sur la Zac Atalante 142 Le Campaniforme 143 L’âge du Bronze et le premier âge du Fer 1 4 3 1 Dans les environs de la ZAC Atalante 1 4 3 2 Sur le site de la Zac Atalante  1 4 4 La
  • période gauloise  1 4 4 1 Dans les environs de la ZAC Atalante 1 4 4 2 Sur le site d’Atalante 145 La période gallo-romaine 1 4 5 1 Alet 1 4 5 2 Corseul 1 4 5 3 Le réseau viaire 1 4 5 4 Les vestiges gallo-romains mis au jour au cours des diagnostics 146 Le Moyen-âge
  • 1 4 6 1 Dans les environs de la ZAC Atalante 1 4 6 2 Sur le site de la ZAC Atalante 147 Les périodes moderne et contemporaine 148 Quatre interventions de sondages dans les alentours de la ZAC Atalante 149 Les résultats de la fouille de 2015 Les données de fouille Les
  • occupations du Néolithique 90 92 94 94 97 116 116 119 121 122 211 Un nouveau bâtiment du Néolithique moyen : le bâtiment 29 212 Les fosses de piégeage 2 1 2 1 Catalogues des fosses 2 1 2 1 1 Les fosses en W 2 1 2 1 2 Les fosses ovalaires et circulaires  2
  • 1 2 2 Commentaires et discussion sur les fosses de piégeage découvertes en 2015 et 2017 2 1 2 2 1 Les caractéristiques physiques des fosses 2 1 2 2 2 La répartition spatiale des fosses 2 1 2 2 3 L’appartenance chronologique des fosses 2 1 2 2 4 Insertion dans
  • 2597 148 2 2 3 5 La fosse 2623 148 224 Les structures annexes : petites fosses et trous de poteau 150 225 Le mobilier céramique (X. Hénaff) 151 226 Observations et commentaires sur le cimetière 151 2 2 6 1 Des convergences notables avec d’autres cimetières bretons
  • de l’âge du Bronze ancien 158 2 2 6 2 Insertion du site de Saint-Jouan-des-Guerets dans les problématiques bretonnes sur les cimetières de l’âge du Bronze 160 23 Un bâtiment circulaire (premier Age du Fer) : le bâtiment 23 160 160 163 163 164 165
  • 169 231 Descriptif 2 3 1 1 Le fossé circulaire F 2676  2 3 1 2 Des trous de poteaux en fond de tranchée : 2 3 1 3 Le trou de poteau central F 2672 2 3 1 4 Architecture du bâtiment 23 232 Discussion et comparaisons 233 Datation et interprétation du bâtiment 171
  • L’habitat élitaire du second âge du Fer 24 172 174 174 174 175 175 178 241 L’enclos 1 (200 à 150 av. n.è.) 2 4 1 1 Descriptif des fossés 2 4 1 1 1 Le côté nord : le fossé 1339 2 4 1 1 2 Le côté ouest : le fossé 943 2 4 1 1 3 Le côté sud : le fossé 980 2 4
  • 1 1 4 La façade est : les fossés 960 et 957 : 2 4 1 2 Commentaires sur l’enclos 1  179 181 181 186 190 190 242 L’enclos 2 (200 à 150 av. n.è.) 2 4 2 1 Descriptif des fossés 2 4 2 1 1 L’enclos principal 2 4 2 1 2 Les fossés complémentaires à
  • Le fossé ouest F940 2 4 3 1 3 Le fossé sud F1070 2 4 3 1 4 La façade est de l’espace 3A : les fossés 1300 et 1160 2 4 3 1 5 Commentaires sur l’enclos 3, espace A 2 4 3 2 L’enclos 3, les espaces annexes B et C 2 4 3 2 1 L’espace 3B : Les fossés 1100, 1248 et 1253
  • L’enclos 4 : les espaces 4A, 4B, 4C et 4D 2 4 4 1 Les espaces 4A et 4B : Le fossé nord F2000 2 4 4 2 L’espace 4B : Le fossé est : F1780 nord 2 4 4 3 L’entrée orientale de l’enclos 4 2 4 4 3 1 Les étapes de fouille (Fig 183) 2 4 4 3 2 L’empierrement 2737 2 4 4 3 3
RAP03423 (RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille )
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille
  • Mobilier Céramique, végétaux, faune, flore, objet métallique, arme, outil habillement, monnaie, verre, cuir. Les données recueillies concernent principalement les périodes allant de l’Antiquité tardive à la destruction du quartier en 1944, sur une épaisseur stratigraphique de
  • plus de 5 m. Elles documentent la naissance d’un quartier urbain au débouché d’un franchissement de la Vilaine, formant un accès majeur à la ville, son développement et son intégration intramuros, puis sa transformation au cœur de la ville moderne et contemporaine. La situation sur
  • la berge nord du fleuve a favorisé une excellente conservation de tous les matériaux en milieu humide. L’intervention sur la totalité de l’épaisseur sédimentaire, la conservation des matières organique a permis la réalisation d’études environnementales importantes, qui fixent le
  • cadre de l’implantation du quartier dans le cours majeur du fleuve et l’interaction continuelle entre les occupation humaines et le milieu naturel. La fouille livre également des lots de mobilier médiéval exceptionnels, notamment en cuir et en métal. Les nombreuses datations sur les
  • bois gorgés d’eau permettent l’établissement de chronologies précises. L’analyse proposée concerne donc des axes d’études extrêmement variés, touchant les questions d’urbanisme, d’histoire économique et sociale, de culture matérielle. Elle pose de nombreuses bases et ouvre de
  • nombreuses perspectives pour des recherches à venir. Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Fouille archéologique Rapport final d’opération Tome 1 Sujets et thèmes Édifice public, bâtiment, structure funéraire, voirie
  • , hydraulique, urbanisme, structure urbaine, fossé, sépulture, artisanat. La fouille de la place Saint-Germain a été réalisée dans le cadre de la construction d’une station de métro sous-terrain. Elle a été prescrite par le service régional de l’Archéologie de Bretagne et fait suite à une
  • étude documentaire réalisée en 2008 et un diagnostic réalisé en 2011 par l’Inrap qui avaient mis en évidence la présence d’un quartier ancien de la ville de Rennes, installé en bordure de la Vilaine. La fouille s’est déroulée d’août 2014 à février 2015, et s’est insérée dans le
  • calendrier très contraint d’une opération de génie civil complexe en centre-ville. Ille-et-Vilaine, Rennes, place Saint-Germain  : Naissance et évolution d’un quartier de Rennes, de l’Antiquité tardive à 1944 Chronologie Époque médiévale, haut Moyen Âge, Moyen Âge, bas Moyen Âge,Époque
  • moderne, Époque contemporaine Rapport final d’opération Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 Ille-et-Vilaine, Rennes, place Saint-Germain Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 Tome 1 sous la direction
  • de Laurent Beuchet Inrap Grand Ouest février 2017 Plan de « Rennes, ville capitale de Bretagne et siège du Parlement 1616 » (AM Rennes 1Fi42) 1618, 60x33. Fac similé d’un plan qui se trouve dans l’histoire de Bretagne d’Argentré, 3e édition de 1618. Fouille archéologique
  • Rapport final d’opération Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 35138 Code INSEE Ille-et-Vilaine, Rennes, place Saint-Germain Arrêté de prescription 2012-095 Code Inrap F025052 sous la direction de Laurent Beuchet Inrap Grand Ouest 37
  • rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné février 2017 avec la collaboration de Rémy Arthuis Delphine Barbier-Pain Gaël Barracand Vincent Bernard Paul-André Besombes Beta Analytic Inc. Aurélia Borvon Thibault Cardon Johanne Esnault Charlotte Hallavant Elsa Jovenet Françoise
  • Labaune-Jean Yannick Le Digol Pierre Poilpré Nicolas Portet Carole Vissac Sommaire Tome 1 Données administratives, techniques et scientifiques 14 Fiche signalétique 15 Mots-clefs des thesaurus 16 Intervenants 18 Notice scientifique 19 Localisation de l’opération
  • 21 Arrêté de prescription 31 Arrêté de désignation 33 Projet scientifique d’intervention 51 Définition des moyens 55 I Introduction I.1 Cadre de l’opération 55 55 55 I.1.1 L’étude documentaire de 2008 I.1.2 Le diagnostic du portail Saint-Germain 2009 I.1.3 Le
  • diagnostic de la place Saint-Germain en 2011 57 57 58 59 59 59 60 61 62 64 I.2 Des contraintes fortes I.2.1 Insertion dans un calendrier très contraint I.2.2 Une coactivité partielle I.2.3 Sécurité I.2.4 Un chantier en centre-ville I.2.5 Pollution I.2.6 Une fouille
  • en milieu humide I.2.7 Des vestiges peu dégradés, mais des contraintes de tenue d’ouvrage engendrant des restrictions de fouille I.2.8 Découverte d’un engin de guerre I.2.9 Suivi de chantier 64 64 68 68 69 72 I.3 Calendrier de l’opération, méthodologie, effectifs I
  • .3.1 Une intervention en plusieurs phases I.3.2 Ressources humaines I.3.3 Méthodologie de fouille, enregistrement et traitement des données I.3.4 Études spécialisées I.3.5 Communication 73 I.4 Cadre géographique et historique Résultats 81 84 84 88 88 92
  • 92 II Résultats II.1 Un méandre fossile ? II.2 Un secteur aux marges de la ville au premier millénaire II.2.1 Un chemin de l’antiquité tardive II.2.2 Une nécropole du premier Moyen Âge II..2.2.1 Présentation générale II.2.2.2 Gestion de l’espace funéraire II.2.3
  • Un suburbium du haut Moyen Âge ? 97 97 97 107 108 111 111 118 118 121 130 136 140 II.3 Des mutations importantes au tournant de l’An Mille II.3.1 Un pont du Moyen Âge central II.3.1.1 Données stratigraphiques II.3.1.2 L’architecture du pont II.3.2 Une
RAP03661 (HOEDIC (56). Les derniers chasseurs-cueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort : étude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic)
  • HOEDIC (56). Les derniers chasseurs-cueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort : étude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic
  • Les derniers chasseurscueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort Etude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic (Morbihan, France) Rapport de prospections géophysiques sur le site mésolithique de Hoedic « Port-Neuf » - Année 2018 Grégor Marchand
  • (Université de Rennes / CNRS) Pablo Arias (Université de Cantabria) Autorisation n° 2018-192 Prospections géophysiques    Hoedic, 2018      2    Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse
  • , sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce
  • auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces
  • rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes
  • de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de
  • courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance
  • et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  • . Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  Table
  •  des matières    Remerciements ___________________________________________________________________ 4  Résumé de l’opération _____________________________________________________________ 5  1. Nature et importance scientifique du site _________________________________________ 6  1.1
  • . Bref historique des fouilles sur Hoedic ___________________________________________ 6  1.2. Description du gisement _____________________________________________________ 10  1.3. Un témoignage archéologique fort incomplet _____________________________________ 12  1.4. Heurs et
  • malheurs des datations par le radiocarbone _______________________________ 14  1.5. Le Programme CIMATLANTIC (2015-2017) : un état des lieux sur Téviec et Hoedic ____ 15  2. Problématique de la recherche de 2018 _____________________________________________ 17  2.1. Etat sanitaire d’un
  • site majeur_________________________________________________ 17  2.2. L’histoire totale d’un espace restreint aux fortes contraintes _________________________ 18  3. Méthodologie et développement des travaux _________________________________________ 18  3.1. Généralités
  • résistivité éléctrique __________________________________________ 25  4. Analyses préliminaires des résultats obtenus en juin 2018 ______________________________ 27  5. Conclusions __________________________________________________________________ 40  5.1. La prospection géophysique
  •     Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  Remerciements Nous sommes grandement redevables à M. Jean‐Luc CHIFFOLEAU, Maire de Hoedic, pour  l’autorisation d’intervenir sur la commune dont il a la charge.    Nous  remercions  M.  Yves  MENEZ,  Conservateur  Régional  de  l’Archéologie
  • ,  et  M.  Olivier  KAYSER,  son  adjoint,  pour  l’autorisation  qui  nous  fût  accordé  pour  cette  prospection  géophysique.    Nous  avons  une  immense  gratitude  envers  M.  Pierre  BUTTIN,  acteur  scientifique  et  patrimonial de premier ordre sur l’île de   4
  •     Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  Résumé de l’opération   Fouillé entre 1931 et 1934, l’amas coquillier de Port‐Neuf à Hoedic est l’un des plus célèbre  sites  du  Mésolithique  européen,  qui  témoigne  à  la  fois  des  modes  d’habitat  des  derniers  chasseurs‐cueilleurs
  • ‐pêcheurs  du  6ème  millénaire  avant  notre  ère  et  de  leurs  pratiques  funéraires.  Une  révision  récente  de  tous  les  éléments  découverts  en  fouille  (programme  Cimatlantic) et une analyse de l’ADN ancien sur certains squelettes viennent d’être réalisés.    Depuis  les
  •   années  1930,  aucun  travail  de  terrain  n’a  été  réalisé  sur  ce  site  mésolithique  exceptionnel.  Dans  le  cadre  du  programme  international  « Símbolos  subterráneos:  Una  aproximación  al  pensamiento  de  los  cazadores‐recolectores  del  Tardiglacial  y  el  Holoceno
RAP02441.pdf (PLOUGONVELIN (29). ancienne batterie côtière de toul logot. rapport de sondages 2008)
  • PLOUGONVELIN (29). ancienne batterie côtière de toul logot. rapport de sondages 2008
  • 7,7*56R Bren. 5 Munition fabriquée aux USA pour les fusils Anglais Enfield et fusil-mitrailleur Parachutée en grand nombre dans les maquis. asb*8 40 Deutsh Waffen und Munition Fabriken AG (DWM) Berlin-Borsigwalde * : étui laiton 8 : huitième lot de 1940 Calibre : 7,92 8mm
  • Mauser 8*57JS Munition pour fusil Mauser ou mitrailleuse légère Allemande. 6 LC 43 Lake City 1943 Calibre : .30 Carbine 7,62*33 Munition pour carabine US (M1, M2, M3) P131*12 40 Deutsh Waffen und Munition (autre codification) * : étui laiton 12° lot de 1940 Calibre : 9mm
  • 30 avril 2009 DRAC-SRA I 1 MAI 2009 Plougonvelin ^Histoire Avenir 'Souvenirs ..Scoute COURRIER ARRIVEE Rapport sur les sondages effectués en juin 2008 sur le site de l'ancienne batterie côtière de TouD Logot en Plougonvelin (Finistère) Autorisation 2008-242 SRA Bretagne
  • RENNES 2008 2 1 - Désignation du Site : Région : Bretagne Département : Finistère Commune : Plougonvelin Cadastre: 1995. C.401. Lieu dit : Toul al Logot Numéro de site : 29 190 0022 Coordonnées Lambert : x = 80194 y = 2395968 Programme 2006 : 25 - 2006 25 Histoire des
  • techniques, de la protohistoire au 18 e siècle et de l'archéologie industrielle Programme de rattachement : Bénévole x X X L'opération de sondage a été autorisée par arrêté 2008 - 242 du Préfet de la Région Bretagne en date du 22 mai 2008 (annexe 1). Le responsable scientifique
  • désigné est Monsieur Jean Yves EVEILLARD, Maitre de conférences d'histoire ancienne honoraire, résidant à Plougonvelin. Le propriétaire du terrain : Conseil Général du Finistère a donné son accord l'exécution de ces fouilles par sondage. pour Les sondages ont été effectués dans la
  • période du 1er au 30 juin 2008 par des bénévoles de l'Association PHASE. 2 - Historique du site : Située sur une pointe rocheuse entre les plages de Porsmilin et de Porski (annexe 2) cette ancienne batterie côtlère, si elle n'a pas été édifiée par VAUBAN, a très certainement fait
  • l'objet d'un réaménagement et d'un complément d'équipement dans les années 1680-1690 à son instigation et à celle de ses ingénieurs. Celui-ci fut en effet chargé par le Roi Louis XIV d'assurer la défense du port de Brest, principal port d'attache de sa flotte de guerre, contre les
  • entreprises des Anglais parfois assistés de leurs alliés hollandais. 3 Après une première inspection en 1683, il fit entreprendre de très nombreux travaux d'aménagement dans toute la région, en particulier, pour ce qui concerne Plougonvelin, au fort de Bertheaume, et réarmer toutes les
  • batteries, dont celles qui défendaient l'anse de Bertheaume. En appui de ce fort, la batterie de Toul Logot empêchait tout mouillage de flotte ennemie dans la baie et tout débarquement de forces sur la plage du Trez-Hir qui était en outre battue par la redoute des Longs Sablons et ses
  • deux batteries de flanquement nord (Kerarstreat) et sud (St Yves). La bataille de Camaret en 1694, qui vit la défaite d'une force anglo-hollandaise débarquée sur la plage de Trez-Ruz, prouva l'efficacité de son dispositif. Le fort de Bertheaume et ses batteries en appui
  • participèrent à l'action, tout spécialement, de l'aveu même des Anglais, par leur effet dissuasif. Le rapport d'une inspection du 22 mai 1793 (AD 29 18C 98) fait état d'une batterie de six pièces, d'un magasin à poudre et d'une guérite en assez bon état : "... Cette position est très
  • avantageuse, pouvant fournir à la fois des feux directs vers le large et des feux biais qui se croiseraient d'un côté avec ceux du Château de Bertheaume et de la batterie de la redoute ... [des Longs Sablons Trez-Hir] ... et de l'autre côté avec les feux de la batterie de Ruvraz dont le
  • rétablissement est demandé. Cette batterie pourrait être montée provisoirement de quatre pièces de 18 sur affût de côte en employant les deux pièces destinées pour la batterie de Porsmilin dont la commission reconnaît le peu d'utilité et deux pièces de même calibre qu'on emprunterait à la
  • Marine et qu'on pourrait monter sur les deux affûts de côte trouver de trop au Fort Cezon ...[Aber Wrac'h]. Cette disposition n'exigeant que 20 hommes pour le service; une garde de cinq hommes coucherait sous la toile à cette batterie, le reste coucherait au corps de garde de la
  • batterie de la redoute des Longs Sablons ou dans quelques maisons du voisinage; le gardien de la batterie de la redoute servirait pour les deux..." Un dossier complet a été constitué en 1817 par le Génie Royal (règne de Louis XVIII) il comporte : - le plan général de la batterie avec
  • des mentions topographiques, une coupe de terrain, un plan sommaire des bâtiments : corps de garde, magasin à poudre et guérite. Une copie de ce dossier figure en annexe 3. Le corps de garde a donc été construit entre 1793 et 1817. Les bâtiments ont toujours été entretenus aux
  • frais de l'Etat, les parcelles sur lesquelles la batterie est implantée figurent au cadastre de 1841 au titre du "Domaine de l'Etat" (annexe 2). Sur les registres des naissances de la commune sont consignés les naissances de 6 enfants, de 1823 à 1833, dont le père, Jean PAPE ancien
  • canonnier garde-côtes, est domicilié à la batterie de Toul Logot. Ce même Jean PAPE, toujours résidant à la batterie, décède le 2 juin 1840. 4 Les progrès de l'artillerie ont rendu caduc ce dispositif et le 19 mars 1857 l'ensemble de la batterie est remis aux Domaines et vendu à des
  • particuliers. La petite histoire raconte que la dernière occupante du corps de garde, vers 1900, devait, faute de source à proximité, aller faire boire son unique vache au ruisseau de la grève de Porski à environ 1 Km. Sur une photo aérienne de 1919 (annexe 4) on peut voir que le corps de
RAP01233.pdf (PLÉCHÂTEL (35). la Hersonnais. habitat néolithique. rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996)
  • PLÉCHÂTEL (35). la Hersonnais. habitat néolithique. rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996
  • n, C.N.R.S., p. 255-256. - Dournes J., 1992 - Chronique de la forêt hallucinée. Terre Sauvage n° 63. - Dousset R. et Taillemite E., 1976 - Le Grand Livre du Pacifique. Edita Lazarus, Lausanne. Engelhardt B. und Seliger ch., 1989 - Ein frühurnenfelderzeitlicher (?). Grossbau von
  • MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE LA HERSONNAIS A PLECHATEL (ILLE-ET-VILAINE) Un vaste ensemble du Néolithique Programme final de fouille 1994-1996 Rapport intermédiaire 1994. Jean-Yves TINEVEZ avec la
  • coUaboration d'Eric NICOLAS. Avec la participation du Conseil Général d'Ule-et-Vilaine et de la Commune de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP. Autorisation de fouille programmée n° 1204. 1233 MINISTERE SERVICE DE LA CULTURE ET DE LA REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE FRANCOPHONIE DE
  • BRETAGNE LA HERSONNAIS A PLECHATEL (BLLE-ET-VILAINE) Un vaste ensemble du Néolithique final Programme de fouille 1994-1996 Rapport intermédiaire 1994. Jean-Yves TINEVEZ avec la collaboration d'Eric NICOLAS. Avec la participation du Conseil Général d'Dle-et-Vilaine et de la Commune
  • de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP. Autorisation de fouille programmée n° 1204. SOMMAIRE I) Historique des recherches: rappel. II) Les recherches en 1994. III) Le bâtiment B. a) Les tierces de trous de poteaux. b) Les structures bordières. c) Les entrées d) Le comblement
  • des structures. e) Etapes de construction. f ) Le mobilier archéologique. I V ) L'enclos sud. V ) Le bâtiment A V I ) Les analyses. V I I ) Expérimentation. VIII) Conclusion. I) Historique des recherches: rappel: Le site est découvert par prospection aérienne en 1989 ( G. Leroux
  • 1992): l'extrémité est d'un bâtiment à fossé périphérique et tierces de trous de poteaux se distingue très nettement dans la parcelle en culture immédiatement au sud du hameau de La Hersonnais. Le plan apparaît tronqué par une vaste aire décapée lors des travaux de la voie express
  • Rennes-Nantes, il y a une dizaine d'années. Sur cette aire ayant servi de stockage et fabrication de matériaux, après enlèvement de la terre végétale, les niveaux superficiels du substrat schisteux ont été décapés sur une épaisseur variant de 0,20m à 0,40m. Des matériaux stabilisants
  • , schiste et gravier, ont ensuite masqué le substrat. Un décapage supplémentaire est de ce fait nécessaire avant toute recherche de structure. En novembre 1991, trois sondages ponctuels sur l'une des tierces dans la parcelle cultivée ont mis au jour des fosses de fondation atteignant
  • près de deux mètres de profondeur dans le rocher et quelques artéfacts attribuables aux périodes récentes du Néolithique. Suite à ces résultats préliminaires positifs, une fouille programmée est engagée en 1992. Parallèlement, en raison d'un projet d'aménagement d'une aire de
  • services autoroutière, un diagnostic archéologique sur plus de trois hectares a permis d'étendre de façon conséquente nos connaissances du potentiel du site. Le tracé quasiment complet d'un édifice de plus de 100m de long, quelques fosses d'un enclos contigu, le pignon d'un second
  • bâtiment similaire ont ainsi été révélés par les tranchées de diagnostic. Après abandon du projet routier, les recherches ont repris le statut de fouille programmée en 1993, et cette campagne a été essentiellement consacrée à la fouille en profondeur des fondations du bâtiment A. De
  • nombreux détails d'architecture de bois ont ainsi été enregistrés, grâce notamment aux traces sombres du bois disparu mais également aux restes de bois calcinés, indices d'une destruction violente lors d'un incendie. H) Les recherches en 1994: Premier volet d'une opération trisannuelle
  • , les travaux en 1994 se sont déroulés en deux campagnes totalisant sept semaines de recherches de terrain. Ces travaux ont été consacrés à l'étude du bâtiment B et de son environnement d'une part, et à celle de l'extrémité ouest du bâtiment A, d'autre part. L'étude du bâtiment B
  • a rendu nécessaire une extension des décapages sur une surface de 3000m2. Les résultats négatifs de deux larges bandes supplémentaires décapées vers le sud-est confirment la présence d'une limite sud de l'occupation. L'étendue décapée depuis 1992 atteint ainsi une surface approximative
  • de 6000 m2 représentant environ le quart de la surface estimée et accessible du site. IH) Le bâtiment B: (fig. 4 et 5): Dès 1992, les tranchées de diagnostic mettaient au jour le pignon est de ce second bâtiment et de quatre trous de poteaux que nous avions interprétés comme le
  • secteur de l'entrée latérale sud, à titre d'hypothèse et en comparaison avec le bâtiment A (voir rapports 1992 et 1993). L'extension des décapages a largement confirmé cette hypothèse. Malgré l'arasement de la partie ouest et la destruction de la zone centrale par une carrière, le
  • plan d'un bâtiment morphologiquement similaire au premier se dessine. a) Les tierces de trous de poteaux: Quatre nouvelles tierces sont reconnues à l'extrémité ouest. L'extension de la zone décapée vers l'ouest dépassant nettement la portée entre deux tierces (d'un maximum de
  • 11,50m), la dernière tierce occidentale peut être considérée comme étant celle du pignon ouest. En tenant compte des tierces détruites à l'emplacement de la carrière (au nombre de quatre d'après les portées moyennes), l'édifice était soutenu par dix ensembles transversaux ( neuf
  • tierces et le pignon est), soit 31 poteaux profondément fondés dans le rocher. De cet ensemble, 20 structures sont conservées et elles ont été fouillées par moitié en 1994. La largeur des tierces est de 8,50m et elles sont distantes l'une de l'autre de 9m à 11,50m. A l'instar du
RAP01309.pdf (PLÉCHÂTEL (35). la Hersonnais. habitat néolithique. rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996)
  • PLÉCHÂTEL (35). la Hersonnais. habitat néolithique. rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996
  • SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE LA HERSONNAIS A PLECHATEL (ILLE-ET-VILAINE) Un vaste ensemble du Néolithique final Programme de fouille 1994-1996 Rapport intermédiaire 1995. Jean-Yves TINEVEZ avec la collaboration d'Eric NICOLAS, de Servane JOVIN et de Cécile
  • TALBO. Avec la participation du Conseil Général d'Dle-et-Vilaine et de la Commune de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP. Autorisation de fouille programmée n° 1204 SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE LA HERSONNAIS A PLECHATEL (ILLE-ET-VILAINE) Un vaste ensemble du
  • Néolithique final Programme de fouille 1994-1996 Rapport intermédiaire 1995. Jean-Yves TINEVEZ avec la collaboration d'Eric NICOLAS, de Servane JOVIN et de Cécile TALBO. Avec la participation du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine et de la Commune de Pléchâtel. N° de site: 35 221 012 AP
  • . Autorisation de fouille programmée n° 1204 SOMMAIRE I) Historique des recherches: rappel. II) L'avancement des recherches en 1995. III) L'ensemble A: nouvelles données. IV) L'ensemble B. V) L'ensemble C. VII) Le mobilier archéologique. VI) Les analyses. VÏÏI) Conclusion. I) Historique
  • des recherches: rappel: Le site est découvert par prospection aérienne en 1989 ( G. Leroux 1992): l'extrémité est d'un bâtiment à fossé périphérique et tierces de trous de poteaux se distingue très nettement dans la parcelle en culture immédiatement au sud du hameau de La
  • Hersonnais. Le plan apparaît tronqué par une vaste aire décapée lors des travaux de la voie express Rennes-Nantes, il y a une dizaine d'années. Sur cette aire ayant servi de stockage et fabrication de matériaux, après enlèvement de la terre végétale, les niveaux superficiels du substrat
  • schisteux ont été décapés sur une épaisseur variant de 0,20m à 0,40m. Des matériaux stabilisants, schiste et gravier, ont ensuite masqué le substrat. Un décapage supplémentaire est de ce fait nécessaire avant toute recherche de structure. En novembre 1991, trois sondages ponctuels sur
  • l'une des tierces dans la parcelle cultivée ont mis au jour des fosses de fondation atteignant près de deux mètres de profondeur dans le rocher et quelques artéfacts attribuables aux périodes récentes du Néolithique. Suite à ces résultats préliminaires positifs, une fouille
  • programmée est engagée en 1992. Parallèlement, en raison d'un projet d'aménagement d'une aire de services autoroutière, un diagnostic archéologique sur plus de trois hectares a permis d'étendre de façon conséquente nos connaissances du potentiel du site. Le tracé quasiment complet d'un
  • édifice de plus de 100m de long, quelques fosses d'un enclos contigu, le pignon d'un second bâtiment similaire ont ainsi été révélés par les tranchées de diagnostic. Après abandon du projet routier, les recherches ont repris le statut de fouille programmée en 1993, et cette campagne
  • a été essentiellement consacrée à la fouille en profondeur des fondations du bâtiment A. De nombreux détails d'architecture de bois ont ainsi été enregistrés, grâce notamment aux traces sombres du bois disparu mais également aux restes de bois calcinés, indices d'une destruction
  • violente lors d'un incendie. En 1994, première année d'un programme trisannuel 1994-1996, une campagne de sept semaines a été consacrée à l'étude du bâtiment B et de son environnement d'une part, et à celle de l'extrémité ouest du bâtiment A d'autre part. H) L'avancement des recherches
  • en 1995: (Fig. 4 et 5). Une augmentation très sensible des moyens sur le chapitre travaux a permis d'étendre notablement la surface décapée, en particulier dans la parcelle ZV143 encore cultivée au début des recherches en 1992. La technique utilisant le tractopelle à godet lisse
  • est précédée d'un décapage au bulldozer plus puissant de l'essentiel de la terre végétale, compte tenu de l'absence d'éléments archéologiques dans ce niveau maintes fois labouré. Ainsi, en prenant en compte les 8000m2 supplémentaires mis au jour, la surface décapée atteint
  • globalement 1,5 ha. Les recherches ont porté sur les secteurs suivants: - Du sud-ouest au nord-est du bâtiment A, la continuité de la palissade d'enclos est reconnue et un système d'entrée complexe est mis en évidence dans le prolongement du pignon est. - Au nord-est du bâtiment B, le
  • chapelet des fosses de l'enceinte se poursuit en dessinant un large ovale; elle est flanquée d'un système d'entrée similaire, - La zone comprise entre les extrémités est des deux ensembles précédents récèle un troisième ensemble (C), formé de deux séries de structures disposées en arc
  • de cercle. m ) Ensemble A: nouvelles données: ( Fig. 6, 7,11 et 12). Dès 1992, une série de grandes fosses ovalaires sont reconnues à l'ouest du bâtiment A. Ces structures distantes, l'une de l'autre de 2 à 3 m, forment un large arc de cercle vers le nord. Au sud-ouest, cet
  • ensemble marque une rupture nette d'orientation pour se poursuivre vers l'est par un alignement de trous de poteaux plus réduits orienté parallèlement à la façade sud du bâtiment et à une distance de 8m de celle-ci. L'extension des décapages montre que cet alignement est continu, mais
  • dessine une certaine sinuosité et un renflement par rapport à la régularité de la façade sud (la distance de 8m à l'ouest passe à 12m dans la partie médiane). Dans la parcelle ZV143, où le substrat n'a subit aucun arasement, les décapages mettent au jour un ensemble plus complet,grâce
  • à une meilleure conservation,en l'absence d'arasement du rocher.On peut distinguer plusieurs structures complémentaires: - A l'instar de la partie occidentale, une série de fosses ovales forme un arc de cercle orienté sud-est/nord-ouest et complète le plan d'un vaste demi-cercle
RAP00355.pdf (MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.)
  • MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.
  • siècle ap. J.-C., 12e supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise, éditions du CNRS, Paris, 1985, 503 p., 72 fig., 174 pl.. HAEVERNIK (T.-E.), Die Glasarmringe und Ringperlen der Mittel und Spätlatenezeit auf dem europaischen Festland, Bonn, 1960. HOFFMAN, La quincaillerie
  • PROGRAMME H 16 MORDELLES ( 35 ) SERMON SITE GAULOIS ET TEMPLE CELTO-ROMAIN RAPPORT DE SAUVETAGE PROGRAMME POUR 1987 MICHAEL BATT DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE MORDELLES (ILLE-ET-VILAINE) A SERMON SAUVETAGE PROGRAMME 1987
  • les Mares ~láT7iíi¡¡ Noublé le. Bois Choieti I la Huberdais\\«5 ie-Veit BoiiA la BassavP le Chene. Tes Clos ' souenaux la Rousselàis ' Ma Forge &ellais-^\ )\ Borr Espoir j f ^ . la G r o i x 'la Setsei \..rfl/VJ . /le Pont le Mauers 'éronnais la Hayï'^C^ I de
  • Morôelles Motte* t ronmere Vie Clos-fficl flnièreiles'Haiitt» Bàrres la Rabine ,ChâI—^ ^L^ > B ) v ies Aubier: les Etimbeatix>Y Tâ~PetîtèT^r M 1 Ville ! I,'"' ! Chevron 1 il 13 /'' / ^iT^ti • \ p s Aurais \ • ' ? ' ) le Chàtelet r^SU Vk - lis(ICommuns des Haies Sermotf' j
  • Mordilles -¡3 Biardsts rflèe^ 2
  • \-j , ..Ai Moulin. Cramoux ^Cfafnoux ij. ' la Haute3l .i.Cammerais Fig 2 Rapport de la fouille d'un site gaulois et temple gallo-romain 1987 En 1987, la Direction des Antiquités de Bretagne a poursuivi la fouille de sauvetage programmé du site de Sermon en Mordelles (I Ile-et
  • -Vilaine). Les campagnes de fouilles de 1985 et 1986 ont permis de mettres au jour un ensemble de fossés orienté est-ouest et nord-sud. Ces fouilles ont permis l'étude d'un système d'enclos qui a livré des fragments de vases de la Tène III ainsi que des premières importations de
  • céramiques galloromaines et romaines. La campagne de 1986 s'est attachée à reconnaître le plan et la fonction d'un bâtiment gallo-romain. Ce dernier s'est révélé être un temple de type celto-romain a cella hexagonale entourée d'un galerie de plan carré comportant une annexe à l'est. Ce
  • plan est particulièrement inédit en Gaule et inconnu pour l'instant dans d'autres provinces de l'empire romain. et se Le mobilier recueilli -à ses abords est abondant caractérise par des pièces importantes. On note ainsi la présence de monnaies gauloises dont une frappée par les
  • Riedones (trouvailles à mettre en rapport avec celle d'un trésor monétaire gaulois découvert à Mordelles au siècle dernier). La campagne de 1987 a eu pour objectif d'approfondir l'étude du temple celto-romain et de suivre le développement des occupations de la Tène III et gallo-romaines
  • au nord et à l'ouest du temple. L'intervention sur le terrain a eu lieu en deux phases, du 13 avril au 25 avril 1987 et du 7 septembre au 2 octobre 1987. Celle-ci a pu avoir lieu grâce à la municipalité de Mordelles, propriétaire du terrain de fouilles, qui a mis à notre
  • disposition deux classes mobiles dans l'école primaire ainsi que les Sanitaires de la Salles des Sports. Le repas du midi a été fourni par le C.E.S. de Mordelles à un prix abordable. La fouille quant à elle a pu se dérouler normalement dans les conditions climatiques difficiles (le mois de
  • septembre 1987 a vu une sécheresse avec parfois des températures maximales de 27° C) grâce au concours dévoué des bénévoles suivants : Liste des fouilleurs BORDAIS Hervé - étudiant BREGEON Véronique - infirmière CARRE Emmanuelle - étudiante CÛAJOU Dominique - manipulatrice radio
  • MATHALY Marc - étudiant MAUDET Patricia - agent comptable MAUXION Françoise - artiste céramiste NEWNHAM William - pilote (retraité) TONNELIER Valérie - étudiante L'équipe a été encadrée avec l'aide de Messieurs PIHUIT et Thierry CÔRNEC', objecteurs de conscience. LOCALISATION DU
  • SITE ( 35.196.012.AH Site n° Commune Mordelles L ieu-d it Sermon Cadastre : D 372 (1959) Coordonnées Lambert X y Situation du site et Fig 1 et Patrick 2) 289,425 2350,100 circonstances de la découverte Le Nous rappelerons brièvement la situation du chantier. site
  • arche ologique se situe sur un plateau limoneux à l'altitude NGF 39 et contrairement à la grande majorité des gisements de la région, i 1 n'est pas implanté sur le versant exposé au midi. Ce versant d escend en pente douce vers le sud jusqu'au Meu distant de 800 m. Le gisement est
  • encadré par deux chemins creux, larges et encais sés qui se croisent à angle droit. Le premier d ' orientâtiron nord-sud est à 100 m. à l'ouest de l'épicentre, le second or ienté est-ouest à 200 m. au nord. Ce dernier pourrait être la vo ie romaine " R e n n e s - V a n n e s " . Enfin
  • , à 200 m. au nord, à l'est du site, une fontaine dédiée à St Lunaire était l'objet d'un eu lté encore vivace, il y a quelques années. La superf icie couverte par les fragments de tu i les est ée à un hectare environ. Le s labours de 1 'h i ver- 1981 -82 tués par un entrepreneu r
  • de travaux agr ico les d an s la parcelle D 372 ont entraîné une expérience scientifique de la surface de cette parcelle. de prospection Cette prospection systématique de la surface de la parcelle, effectuée en Novembre 1382, a mis en évidence de nombreux éléments de
  • construction : moellons, tuiles et fragments de briques en forme de raquettes". Les photos aériennes prises au printemps 1984 ont permis de localiser l'emplacement d'un bâtiment probablement, gallo-romain (voir clichés 1). Un important projet routier menace la partie est du gisement, le