Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3854 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02658.pdf (VANNES (56). Campen Bernus secteur sud : les abords d'un établissement périurbain antique à l'ouest de la capitale vénète. rapport de diagnostic.)
  • VANNES (56). Campen Bernus secteur sud : les abords d'un établissement périurbain antique à l'ouest de la capitale vénète. rapport de diagnostic.
  • Rapport final d’opération Vannes (56), Campen Bernus, secteur sud Les abords d’un établissement périurbain antique à l’ouest de la capitale vénète Jean-François Villard Inrap Grand Ouest Mai 2011 Rapport final d’opération Vannes (56), Campen Bernus, secteur sud Les
  • Type fossé fossé fossé ou drain fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé sablière ? fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé ou drain fossé fossé Datation Antiquité Antiquité indéterm Antiquité Antiquité
  • Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité contemp. Antiquité Antiquité Antiquité contemp. Antiquité contemp. contemp. contemp. contemp. contemp. Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité M. M. M. M. M. M. M. M
  • . M. M. M. M. M. solin (Us. 02) solin (Us. 02) solin (Us. 02) solin (Us. 02) solin (Us. 02) solin (Us. 02) solin (Us. 02) solin (Us. 02) solin (Us. 02) solin (Us. 03) solin (Us. 03) solin (Us. 03) solin (Us. 06) Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité
  • Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord Nord B4 B4 B4 B4 B4 B4 B4 B4 B4 B5 B5 B5 B6 Trou de poteau fosse chablis Trou de poteau Trou de poteau Trou de poteau ? fosse
  • chablis chablis fosse Antiquité indéterm indéterm indéterm indéterm indéterm indéterm Antiquité indéterm indéterm Antiquité 4t 0 0 0 0 0 0 4t 0 0 0 Nord Nord Nord Nord Nord Nord Sud Sud Nord Nord Nord B1 B1 B1 B7 B7 B7 B 10 B 18 B3 B5 B5 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 S. 1 S. 2 S
  • cde Vannes Section G de Bernus, 3ème feuille,1844 Le Boisy
  •                                             Le Boisy
  •                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                ANNEXES Chronologie Antiqu ité Sujets et thème s Établissement p ériurb ain Fossé Bâtiment sur solin Sab lière basse Fosse d’e xtracti on Les abords d’un établissement périurbain antique à l’ouest de la capitale vénète Cette opération de diagnostic, réalisée sur un rebord
  • de plateau à l’ouest de Vannes, capitale de la cité des Vénètes, permet la mise au jour d’un établissement périurbain gallo-romain implanté au sud de l’itinéraire antique reliant Vannes à Locmariaquer par Arradon et le fond du Golfe du Morbihan. Cette occupation entièrement
RAP02657.pdf (VANNES (56). Campen Bernus secteur nord : un établissement périurbain antique à l'ouest de la capitale vénète. rapport de diagnostic)
  • fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé fossé ou drain fossé fossé Datation Antiquité Antiquité indéterm Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité
  • Antiquité contemp. Antiquité Antiquité Antiquité contemp. Antiquité contemp. contemp. contemp. contemp. contemp. Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité M. M. M. M. M. M. M. M. M. M. M. M. M. solin solin solin solin solin solin solin solin solin solin solin solin
  • solin Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité Antiquité indéterm indéterm indéterm indéterm indéterm indéterm Antiquité indéterm indéterm Antiquité 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 S. 1 S. 2 S
  • cde Vannes Section G de Bernus, 3ème feuille,1844 Le Boisy
  •                                             Le Boisy
  • l’ouest de Vannes, capitale de la cité des Vénètes, permet la mise au jour d’un établissement périurbain gallo-romain implanté au sud de l’itinéraire antique reliant Vannes à Locmariaquer par Arradon et le fond du Golfe du Morbihan. Cette occupation entièrement appréhendée est
RAP03333.pdf ((22)(29)(35)(56). Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR)
  • aussi bien l’archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société d’économie mixte, le propriétaire privé, etc.). Ces objets archéologiques, le plus souvent hors-sol
  • , courent le risque de disparaître ou de devenir illisibles sous une pression croissante des visites et des restaurations modernes ayant largement modifié la climatologie des espaces confinés. L’inventaire s’attache à enregistrer et représenter la gravure au même niveau que le support
  • auquel elle est étroitement associée, physiquement et symboliquement. La contextualisation en 3D des supports ornés, dans le cadre naturel ou architectural, s’impose tout autant, afin que ne se perde pas le lien historique et fonctionnel. Les enregistrements des surfaces sont de
  • surcroît l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule acquisition archéologique des tracés, mais relèvent les différents désordres dus aux colonisations biologiques, aux altérations chromatiques et minérales. On se propose ainsi d’effectuer un état des lieux qui résume
  • , notamment par cartographie, l’aspect altéré du support dans son environnement immédiat. Une expérimentation est également engagée avec pour objectifs de déterminer les outils possibles pour graver le granite, l’orthogneiss et le quartz, de lister les différentes techniques et chaînes
  • opératoires possibles pour la gravure et les préparations de surface, d’établir des ratios qualitatifs et quantitatifs en fonction de la nature du bloc support et des techniques retenues. Le mode de transmission du Corpus fait enfin partie de la réflexion devant mener à des propositions
  • concrètes en termes de stockage et d’archivage pérenne, en établissant par exemple la liste indispensable des métadonnées. Le mode de transmission par le biais d’un site sur l’Internet s’ajoute à ces préconisations, en déterminant une ligne éditoriale à partir de quelques pratiques
  • affleurement à cupules ont été enregistrés sur les 4 départements bretons, correspondant à 47 supports gravés. La lasergrammétrie, grâce au prêt d’un instrument du Consortium 3D SHS, et la photogrammétrie ont été associées à la compilation de photographies sous éclairages tournants et à la
  • décorrélation d’image afin d’obtenir les meilleurs résultats. Certains objets sont passés par toutes les étapes de la chaîne opératoire à la date du 6 décembre 2016, d’autres sont encore en cours de traitement. 7 Remerciements Remerciements Ce programme n’aurait pu aboutir sans le
  • concours appuyé et les conseils de Yves Menez, Christine Boujot, Jean-Michel Geneste, ainsi que l’aide de Marie-Dominique Pinel, Thierry Lorho (SRA Bretagne, Rennes) et Philippe Ballu (DRAC Bretagne). Les démarches auprès du CD56 ont été facilité par les interventions et l’aide de
  • déroulé sur plusieurs journées en 2016. La participation financière importante de notre laboratoire dans le cadre d’une acquisition de deux scanners à main (lumière structurée) doit être soulignée, grâce à l’intervention de son directeur, J.N. Guyodo, que nous remercions aussi pour
  • -BSHS3-0005-01 de l’ANR) et nous les remercions pour leur confiance. Les crédits de fonctionnement octroyés par le ministère de la Culture et le département du Morbihan ont été gérés par le responsable administratif de l’UFR Histoire, Histoire de l’art et archéologie, de l’université
  • de Nantes (Eric Burgaud) ; les commandes et missions sur le terrain ont été saisies par Evelyne Leveziel et Anne-Marie Thievin, secrétaires administratives de l’UFR et du LARA ; Jean-Noël Guyodo a toujours facilité nos démarches auprès de l’UFR et de l’OSUNA, et nous lui en sommes
  • très reconnaissants. Olivier Couvrand (Bureau financier Lettres) a établi le bilan financier et a bien voulu nous aider dans ces démarches administratives. Nous leur devons une gestion rigoureuse mais également souple et très attentive des crédits alloués. La maquette du rapport
  • a été réalisée par les soins de Laure Déodat (LARA). Nous sommes enfin très heureux de l’aide et de l’expertise obtenues de Laurent Charrieau (laboratoire LARA-POLEN), Yann Lejeune (DRAC Nantes), Guy Cornen et Bernard Lasnier (Université de Nantes) et Emilie Heddebaux (Paysages de
  • mégalithes, Carnac). Christian Obeltz n’a jamais compté son temps pour nous prêter main forte alors du nettoyage des sites, nous lui en sommes très reconnaissants. Delphine Aubin (chargée de mission patrimoine sur le Chantier des Mégalithes) a très aimablement accepté de faire intervenir
  • son équipe sur le site du Mané er Hroëck à la demande de Christine Boujot. De même, nous remercions Jacques Buisson-Catil (CMN) pour avoir diligenté une équipe technique lors du nettoyage du cairn de Mané Kerioned avant notre intervention. Un grand merci enfin à Gwénaëlle
  • WilhelmBailloud pour nous avoir laissé un libre accès aux archives de Z. Le Rouzic et G. Bailloud. Chaque monument étudié a souvent nécessité des autorisations aimablement accordées et des aides efficaces sur le terrain de la part de plusieurs propriétaires et collègues  ; nous leur
  • diffusion des résultats ��������������������������������������������100 3.7. Exploitations futures du corpus ������������������������������������������������������������������������������108 4. Les sites enregistrés pour l’année-test
  • ) ����������������������������������������������������������������������������������241 4.7. Gavrinis (Larmor-Baden, Morbihan) ��������������������������������������������������������������������243 4.8. Kermaillard (Sarzeau, Morbihan) �������������������������������������������������������������������������303 4.9. Tevenn (Le Conquet, Finistère
RAP03720 (LANGROLAY-SUR-RANCE (22). La villa de SDU les Vaux. Rapport de fouille)
  • LANGROLAY-SUR-RANCE (22). La villa de SDU les Vaux. Rapport de fouille
  • découverte, une fouille a été prescrite sur une surface de 2,5 hectares et sa réalisation confiée à l’Inrap, conformément à l’arrêté de prescription établi par le service régional de l’archéologie de Bretagne. Rapport d’opération Chronologie Antiquité, temps modernes Langrolay-sur
  • annexe 3 486 2.5.6 Séquence 7 : Antiquité tardive/haut Moyen Âge 490 2.5.6 Séquence 8 : période médiévale ou moderne ? 494 494 3.1 Phase 494 3. Synthèse 3.2 1 : Aux origines protohistoriques de l’occupation Phase 2 : Le premier établissement antique
  • , monnaie, verre, peinture, inscription La fouille, réalisée durant l’été 2016, a permis de dégager les vestiges de la partie résidentielle de la villa ainsi qu’une partie de ses aménagements annexes et les traces d’occupations antérieures. Cet important domaine rural occupe le sommet
  • d’un plateau et dispose d’un magnifique panorama sur le fleuve. Propriété d’une riche famille gauloise romanisée appartenant au peuple gaulois des Coriosolites, la villa est à la fois un lieu de villégiature et le centre d’un important domaine foncier. Organisée autour d’une cour
  • toiture en tuile et des murs recouverts de fresques. L’opulence de cette villa se retrouve également dans son édifice thermal. Avec 430 m² et 22 pièces, les thermes forment un ensemble architectural qui se singularise par le luxe de ses équipements. On y trouve quatre pièces chauffées
  • par le sol, deux baignoires d’eau chaude et deux piscines (dont une chauffée). Les sols sont revêtus de plaques de schiste et de marbre et les murs sont peints. Fouille archéologique L’opération archéologique au lieu-dit « Sur les Vaux » à Langrolay-sur-Rance (22) a été réalisée
  • dans le cadre du projet d’aménagement d’un lotissement initié par la mairie et réalisé par la société ARPI. La parcelle concernée était référencée depuis 1978 sur la carte archéologique comme un gisement antique. Elle avait en effet livré de nombreuses tuiles gallo-romaines qui
  • -Rance (Côtes-d’Armor) : La villa de « Sur les Vaux » Notice Bretagne, Côtes-d’Armor La villa de « Sur les Vaux » à Langrolay-sur-Rance Volume 1 : étude du site Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Rapport final
  • d’opération Volume 1 À l’issue de la fouille, les terrains ont été rendus à l’aménageur, mais l’édifice thermal a été préservé et fait l’objet, en 2019, d’une demande d’inscription et de classement au titre des monuments historiques. Protégé par du sable, les thermes de Langrolay
  • constituent un témoignage exceptionnel de la romanisation de la péninsule armoricaine entre le Ier et le IVe s apr. J.-C. et sont parmi les plus grands édifices de bains privés découverts actuellement en Gaule. sous la direction de Avec la collaboration de Bastien Simier Laura Barataud
  • Sammy Ben Makhab Paul-André Besombes Julien Boislève Vérane Brisotto Agnès Chéroux Emmanuelle Collado Jérémy Dolbois Catherine Dupont Véronique Guitton Françoise Labaune-Jean Gaétan Le Cloirec Florent Jodry Lydie Mano Hervé Morzadec Patrick Pihuit Stéphanie Raux Inrap Grand Ouest
  • Mars 2019 22103 Fouille archéologique Rapport d’opération Code INSEE 2014-347 F 109 815 Arrêté de prescription N° Patriarche 22 103 0003 Code Inrap Bretagne, Côtes d’Armor (22) La villa de « Sur les Vaux » à Langrolay-sur-Rance Volume 1 : étude du site sous la direction
  • de Avec la collaboration de Bastien Simier Laura Barataud Sammy Ben Makhab Paul-André Besombes Julien Boislève Vérane Brisotto Agnès Chéroux Emmanuelle Collado Jérémy Dolbois Catherine Dupont Véronique Guitton Françoise Labaune-Jean Gaétan Le Cloirec Florent Jodry Lydie Mano
  • 48 50 52 57 58 58 60 61 61 61 63 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 Le contexte d’intervention Le contexte géographique, topographique et géologique Les résultats du diagnostic Le contexte archéologique La prescription de fouille Descriptif technique de l’opération 1.7
  • 1.8 La valorisation La conservation des thermes 1.6.1 1.6.2 1.6.3 1.6.4 1.6.5 Le décapage La fouille L’enregistrement des données Le rendu des terrains La post-fouille 64 2. Présentation des vestiges 64 2.1 Les bâtiments 64 2.1.1
  • L’aile ouest 70 2.1.1.1 La galerie 74 2.1.1.2 La pièce AO-1 et l’abside AO-2 82 2.1.1.3 La pièce AO-3 86 2.1.1.4 Les pièces AO-4, AO-5 et AO-6 87 2.1.1.5 Les pièces AO-7, AO-8 et AO-9 89 2.1.1.6 Les pièces au sud de l’aile ouest : AO-10, AO-11, AO-12, AO-13, AO-14 et AO15
  • 94 2.1.1.7 La pièce AO-16 et les structures S. 2145 et 2195 105 2.1.1.8 Les fossés associés à l’aile ouest 106 2.1.1.9 Analyse métrologique 110 2.1.1.10 Synthèse : les différentes phases de construction de l’aile ouest 118 118
  • 2.1.2.1 Le corps de bâtiment 122 2.1.2.2 La galerie 126 2.1.2.3 Le mur gouttereau nord : les fondations MR 2097, 2136 et 2911 127 2.1.2.4 Le pignon occidental : MR 2671 et MR 2163 127 2.1.2.5 Le pignon oriental : MR 2098 127 2.1.2.6 La fondation MR 2122 127 2.1.2.7 La fondation MR 2129
  • 130 2.1.2.8 Les fondations MR 2761 et 2769 131 2.1.2.9 Les fondations MR 2130, 2132 et 1494 132 2.1.2.10 Les fondations MR 2069, 2133, 2916 132 2.1.2.11 Les fondations MR 2135 et 2674 134 2.1.2.12 Les structures bâties antérieures à l’aile nord 138 2.1.2.13 Les vestiges
  • d’ateliers de préparation de mortier associés à l’aile nord 156 2.1.2.14 Les fossés en lien avec l’aile nord 156 2.1.2.15 Les fossés antérieurs à l’aile nord 156 2.1.2.16 Les fossés antérieurs à l’aile nord, mais contemporains de l’éventuel temple 157 2.1.2.17 Les fossés contemporains
RAP00784.pdf (onze communes du département des Côtes d'Armor. rapport de prospection inventaire)
  • LE ROUX Charles-Tanguy
  • P.R. GIOT - C.-T. LE ROUX ++++++ PROSPECTIONS AERIENNES COTES-VU-NORV Direction lie la Circonscription fies Antiquités Préhistoriques de BRETAGNE PLOUGUERNEVEL, St-Jean foi AstiQuIlés Prsîîls de BRETAGNE PLOUAGAT, Guerbriac Direction fie la Circonscription
RAP01008.pdf (MELRAND (56). Talrest. rapport de fouille préventive)
  • spontané apparaissait en mare 1979 sous le dit chemin emprunté journellement par les tracteurs. Le propriétaire d'une parcelle voisine prévenait Monsieur F. André,correspondant dei Antiquités Historiques.Je me 26 Hiars uia rendu avt- lui sur lec lieux de la découverte le de façon
  • à entreprendre une fouille de sauvetage.Une autorisation d'intervei tion en date du 26 mars 1979 m'était adressée par Monsieur le Directeur des Antiquités Fréhistoriques de Bretagne.(N° 79-05) SITUATION DU SOUTERRAIN REFUGE. Le souterrain 3e situe sous la parcelle 50 section
  • a : participé au déga^ aient : J» Looorne~,oe3 'té trois journées de travail «Ont nt ae la otion, jadré,correspondant de la Direction des Antiquités Histori —, Ph* Le Breton,professenr à Auray,Ces Le Verger. A l'issue des travaux le remblsieiaont a été effectué par les
  • YI ,comrriuns du village dits Er GuraenneïuwCoordonn
  • cher se situe à 2tl0m sous le miveau du sol. La chatière se trouve h 0,60m au dessus du plancher de la chambre et mesure 0,50m de haut pour une largeur moyenne de 0,60M. Elle donne accès à une chambre haute entièrement comblée par des maté* riaux modernes et en fort mauvais état par
  • suite de sa situation proche de la surfa< du sol|son plancher est à I;40m sous le niveau du sol.Placée exactement sous l'anoi< chemin d'exploitation.également ancien chemin de Tal Reste au bourg de Melrand. elle iut antérieurement découverte puis comblée,C'est vraisemblablement à
  • ce niveau que devait se trouver le puits d'accès'La pente que prend le terrain au delà de oet ancien chemin ne permet pas d'envisager la présenoe d'une autre chambre» MOBILIER.! Aucun objet n'a 4(tt .reoueilli au cours de cette intervention» J. Lecomec Corr
RAP01006.pdf (SAINT-GOAZEC (29). le bourg. rapport de sondage)
  • SAINT-GOAZEC (29). le bourg. rapport de sondage
  • MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE L'ENVIRONNEMENT Fouilles et Antiquités Campus Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne de Beaulieu Laboratoire 35042 CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES 80 303 0 9 O C ! 1980 G 7 RENNES Tél. (99) 36-48-15
  • CEDEX P o s t e 11-08 LE DIRECTEUR DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES DE BRETAGNE â MONSIEUR LE SOUS-DIRECTEUR DES FOUILLES ET ANTIQUITES S/C. de MONSIEUR LE DIRECTEUR REGIONAL DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE Objet : Finistère, St-Goazec, Sondage N° 79-09 du 22/05/79. Carte
  • archéologique : 29.2.09.249.002 A la suite de l'autorisation de sondage citée en référence, j'ai l'honneur de vous préciser que M. Pierre GAILL0T, titulaire de l'autorisation a effectivement pratiqué des sondages à la tige métallique dans les parcelles N° 12 et 16, section AB, menacées par
  • l'extension du terrain des sports, mais sans résultats. Il a ensuite suivi quotidiennement le déroulement du chantier qui n'a rencontré, lors des décapages, aucune structure archéologique, dans les limites tracées sur le plan joint. Il est toutefois difficièe d'affirmer que le gisement
  • préhistorique de ce secteur se limite aux deux tombes en coffre découvertes en 1946 et 1973 dans la parcelle N° 12 ou bien s'il se continue par d'autres sépultures sous les jardins environnants. Depuis cette opération, M . GAILL0T a quitté la gérance de son commerce à St-Goazec avant de nous
  • avoir remis son rapport écrit ; ce bref compte-rendu vaut donc rapport préliminaire, dans l'attente d'un document plus circonstancié demandé â l'intéressé. C.-T. LE ROUX A ool • •
RAP01180.pdf (GARLAN (29). quef-du. rapport de sondage)
  • LE ROUX Charles-Tanguy
  • RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M I N I S T E R E DES A F F A I R E S 2 2 MA1197 3 CULTURELLES 2 , R u e d u T h a b o r , 3 5 - Rennes Tél. (99) 36-17-29 FOUILLES et A N T I Q U I T É S DIRECTION Le Directeur des Antiquités Préhistoriques de Bretagne des ANTIQUITÉS DE
  • PRÉHISTORIQUES h BRETAGNE C ô t e s - d u - N o r d , Finistère, llle-et-Vilaine, Morbihan / 3 50 OBJET s onoieur 1* Administrateur Civil Hors Glassa Chef du Bureau des Fouilles ©t Antiquités Finistère, GARLAN, Quef-Du, souterrain protohistorique Rapport de visite et d'intervention de
  • sauvetage. P. J, ; 1 copie du plan cadastral 1 planche de relevés 1 planche de 3 photos J'ai l'honneur de voua rendre compte de la petits intervention do sauvetage que j ' a i pu mener le 24 Avril 1973 à Quef-Du, en GARLAN (Finistère) dans la parcelle section A du cadastre révisé
  • , appartenant à îi. Louis CLECÏÏ, dé Quef~Du (Coordonnées LsKvlxsrt I s X»H9»4 "¿«118,6), sur le site d'un souterrain protohistorique découvert fortuitement quelques jours plus tôt à l'occasion d'un, labour, La découverte nous r. été signalée par l'intéraédiaire de H, LE BARS, correspondant
  • du journal "Ouest France" à Parlais, e t j ' a i été aidé par I . . LE GOFFIC, Correspondant. I l s'agissait d'un boyau creusé dans l'arène granitique du sous-sol, à environ 2,3m sous la surface. Les parois, très friables, étaient profondément dégradées oe qui explique que la
  • voûte ait cédé sous le poids du tracteur, une cloche d'effondrement s'étant constitué® dans une des salles. Corne le ontre le plan,la partie accessible comprenait trois chambres disposées grossièrement en couda, d'un développement total de près de 6m. La largeur moyenne de la galerie
  • était de 1,3m environ, avec des rétrécissements peu marqués entra les salles. La hauteur d'origine reste d i f f i c i l e à évaluer ; elle n'était que do 0,6m dans le seul endroit bien conservé, le passage entre les salles I et II* Les chambres I I et I I I étaient complètement
  • envahies par l'effondrement que nous avons renoncé h évacuer, le mauvais état des parois rendant l'opération dangereuse sans un boisage important. A l'extréssLté de la chambra I , on notait la base d'un cône d'ébeulie de terre brune foisonaée, provenant visiblement de la surface et
  • paraissant représenter le rebouchage ancien d'un aeeès. Un sondage effectué dans cette zone n'a livré que quelques grains de charbon de bols, insuffisant pour préciser la date de cette formation î i l a par contre montré que là aussi les parois étaient très fragiles. Dans ces conditions
  • , après avoir levé un plan et une coupe de la partie accessible et repéré topograent la position de cette crypte, nous avons autorisé ; :•. OLECH à reboucher ce trou gênant et dangereux au milieu de sa parcelle cultivéo. Le site est donc mis "en conserve" pour l'avenir, les
  • parties intéressantes se trouvant à plus de 2® sous terre. Malgré l'absence de mobilier, les caractéristiques de cette crypte sont SîiffisaîBsent explicites pour epe l'on puisse la rattacher aux très nombreux souterrains armoricains du Second Age du Fer. G.-T. IS ROUX ddSo GARLAN
  • - Quef-Du (Finistère). GARLAN Finistère Section AZ Revisé pour 1941 Ech. 1/2500 MINISTÈRE D'ÉTAT ANTIQUITÉS - AFFAiRÉi CUi.TUSii-l.feS PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne Dept. : 2 3 Commune : Lieu-dit: N° : ^ sondage humus j| W^Fi granite arene terre brune
RAP03616 (CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo 2-1. Rapport de diagnostic)
  • diagnostic archéologique Talus Fossés en correspondance avec le cadastre napoléonien Structures archéologiques (fossés, fosses, TP...) Fosses d’extraction Répartition du mobilier : Indéterminé Antiquité Protohistoire 0 100 m Fig. 9 Diagnostic archéologique de Carhaix-Plouguer, ZAC de
  • Cadre archéologique et historique 28 I.3 Stratégies et méthodes mises en œuvre 28 I.3.1 Les contraintes techniques 28 I.3.2 La phase terrain 30 I.3.3 La post-fouille 30 I.3.4 Les analyses 33 II. Les Résultats 33 II.1 Introduction 33 II.2 Un réseau fossoyé de
  • . Conclusion 50 V Bibliographie 51 Listing des figures 54 Annexes Inventaire des structures Inventaire des mobiliers I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code
  • d’intervention sur le terrain Numéro de l’arrêté de désignation Du 25/06/2018 au 29/06/2018 n° 2018-145 en date du 30/04/2018 _______________________________ _______________________________ Surface sondée Maître d’ouvrage des travaux d’aménagements 3068 m² soit 10.25 % de l’emprise
  • administratives, techniques et scientifiques _________________________________________________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DES THÉSAURUS Chronologie X Paléolithique Antiquité romaine (gallo-romain) Inférieur République romaine Moyen Empire
  • Prescription scientifique _________________________________________________________________________________________________________________ Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Grand Ouest
  • 2-1 (29) – 2017-232 I – Données administratives, techniques et scientifiques ________________________________________________________________________________________________________________ NOTICE SCIENTIFIQUE Le projet d’aménagement de la ZAC de Kergorvo 2-1 (tranche 1) sur la
  • commune de Carhaix-Plouguer (29) a conduit le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic archéologique sur l’ensemble des parcelles concernées, lesquelles totalisent une surface de 29925 m². Les résultats de ce diagnostic archéologique révèlent la faible
  • prégnance de vestiges archéologiques. Les éléments mis au jour correspondent à un réseau fossoyé antique, une large fosse d’extraction et un probable puits de datations indéterminées. Plus ponctuellement, les quelques rares tessons céramiques recueillis sont majoritairement de facture
  • I.1 Circonstances et objectifs de l'intervention Le projet d’aménagement de la ZAC de Kergorvo 2-1 (tranche 1) sur la commune de Carhaix-Plouguer (29) a conduit le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic archéologique sur l’ensemble des
  • -Plouguer, Kergorvo 2-1 Rennes Quimper Coordonnées Lambert 93 X : 215198 Y : 6817224 Z : 150 m NGF Vannes 0 100 km 0 1 km Département : FINISTERE Commune : CARHAIX PLOUGUER DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Le plan
  • visualisé sur cet extrait est géré par le centre des impôts foncier suivant : BANT DE CHATEAULIN PLACE DE KERJEAN 29150 29150 CHATEAULIN tél. 0298867900 -fax 0298863228 bant.chateaulinj@dgfip.finances.gouv.fr Section : B Feuille : 000 B 01 Échelle d'origine : 1/2500 Échelle d'édition : 1
  • ________________________________________________________________________________________________________________ I.2 État des connaissances avant l’opération I.2.1 Cadre topographique et géologique Le projet se situe sur le versant d’une colline qui culmine à 165 m NGF. L’emprise du diagnostic s’inscrit sur une déclivité dont les altitudes sont comprises entre 148 m et 152 m (fig. 3). Fig
RAP01055.pdf (COMMANA (29). Quillidiec. rapport de fouille préventive)
  • LE ROUX Charles-Tanguy
  • orotohistorique Naturo des découvertes effectuées Céramique (.Age du Fer) Périodes chronologiques * Rapport scientifique. Plans . Coupes ¡3 10 m" 2 environ (en souterra ^ H La Tòno intervention effectuée en accord avec M . le Directeur des Antiquités Historiques de Bretagne CONTENU
  • planches - 6 vues 1055 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 2, Rue d u T h a b o r , 35 - Rennes Tél. (99) 36-17-29 MINISTÈRE DES AFFAIRES CULTURELLES FOUILLES et ANTIQUITÉS DIRECTION Le Directeur des Antiquités Préhistoriques de Bretagne des ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES DE BRETAGNE Côtes-du-Nord
  • , Finistère, llle-et-Vilaîne, Morbihan RAPPORT SCIENTIFIQUE Sur la Fouille de Sauvetage du Souterrain protohistorique de Quillidiec C o a n » m de C O M M U A (Finistère) Le 9 février 1974» M . Yves ROLLAND, P.E.G.C., demeurant à Câteaulin, signalait § la Direction des Antiquités la
  • découverte d'une crypte paraissant ancienne, survenue à Quillidiec en GQMKAHA, dans la ferme des parents de l'un de ses collègues. Après avoir pris contact avec la mairieç. nous avons pu nous rendre sur place le lundi 18 février potir constater que l'anfraetuosité, mise au jour lors de
  • terrasements pour la construction d'un hangar, présentait tous les caractères d'un souterrain de l'Age du Fer en bon état de conservation. J Le propriétaire des lieux, H . Clément BARON, qui avait fort aimablement consenti à laisser les choses en l'état, se montrait néanmoins désireux de
  • combler cette excavation béante, dangereuse pour son bétail ; rendes-vous fut pris pour une fouille de sauvetage que nous avons m x é du 22 au 23 avril en collaboration avec M» J . PEUZÏAT, Chirurgisn-Lentiste à Douarnenea. ETAT DES LIEUX. I.je souterrain se trouvait presque sous le
  • talus limitant les deux parcelles 1° 402 et 391 » à mi-pente d'un coteau exposé à l'Est ; il est creusés dans un granité irrégulièrement arénisé sais assea solide, de sorte que sa découverte est 1© fruit du pur hasard d'un coupa» de pelleteuse. On peut noter la présence dans le talus
  • , juste au dessus, d'un gros bloc de granité paraissant sommairement taillé. A l'intérieur, outre les éboulls provoqués par la découverte brutale, le remplissage comprenait un lit irrégulière de terre sableuse et de pierres, et, à chaq chaque extrémité, un large c8ne d'éboulis terreux
  • , descendu par une cheminée d'accès à la surface. la fouille a donc consisté d'abord à évacuer les déblais récents puis à décaper par petites zones le remplissage ancien, en respectant les cheminées. DESCRIPTION Le souterrain comprend deux salles ovalaires se durant chacune un peu moins
  • extrémité» un puits relie les chambres à la surface % comme ils débouchent sous le talus, nous avons dû renoncer à les dégager, nous contentant d'en explorer la partie inférieur®. Ce sont des passages étroits d'environ 0,8® de diamètre qui, après un coude adouci, montent verticalement
  • . L'ensemble, aligné du Nord-Est au Sud-Ouest, occupe une longueur total® d'environ 7m, le fond des salir étant à un peu moins de 3m sous la surface du sol naturel. Quillitliec Soul err. COMMANA Section Al Ech„ 1/2500 Gmwkji/WL O l o 3 fBîîâii, scwfcewmte âs qiilMlô© Fas s
  • ^oêwtûe êa tifaaatâev ⧠cctmtsitcfcim dit Mapa'» ® Sesoâ» 1© s m ^ & s v s M et le bloc 2 » ta tfb&ttía» i»llaat le© êmar üäy^p» vas SbcI, Hoter la, fiassöt» ÇQWàM. m QaiilM4@S Coup© du puit& lord s Gros bloosreposantsur des poehes de eeaâr@g ïm oimtièra castrai® vue du lord
  • la «tetièr® TO? du Sud après la fouille de la diaEta® Sud Ouest AP, MINISTÈRE D ÊTAT - ANTIQUITÉS AFFAIRES CULTURELLES PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne Dept. :2$ Commune : Commun a Lieu-dit : QuiUvcLec N° : 2 Relevé :C Date : 3 rla. Mise au net : -1J?
RAP03214.pdf (CESSON-SEVIGNE (35). Les Champs Blancs : un vaste établissement rural antique. Rapport de diagnostic)
  • CESSON-SEVIGNE (35). Les Champs Blancs : un vaste établissement rural antique. Rapport de diagnostic
  • Age du Fer Antiquité Moyen Age Bretagne, Un établissement rural antique Bretagne, Ille et Vilaine, Cesson-Sévigné, Les Champs Blancs Bretagne, Ille et Vilaine, Cesson-Sévigné, Les Champs Blancs Un vaste établissement rural antique sous la direction de Sandra Sicard Le
  • , Cesson-Sévigné, Les Champs Blancs Rennes - Avranches Opérations archéologiques Entités archéologiques II. Résultats 29 1 : 35 051 0023 : Cesson-Sévigné, la Chapelle, la Touche Martin, atelier de verrier, Antiquité 2 : 35 051 0025 : Cesson-Sévigné, la Chapelle, la Touche Martin
  • : Cesson-Sévigné, Moucon, motte castrale, Moyen-âge 7 : 35 051 0007 : Cesson-Sévigné, les Champs Blancs, voie, Antiquité 8 : 35 051 0005 : Cesson-Sévigné, la Salmondière, occupation, villa, âge du Bronze, Moyen-âge 9 : 35 051 0005 : Cesson-Sévigné, la Cormerais, enceinte, Moyen-âge 10
  • : Cesson-Sévigné, Mouillepied, Pont Briand, enclos, âge du Fer 14 : 35 051 0021 : Cesson-Sévigné, le Pont Briand, motte castrale, Moyen-âge 15 : 35 051 0020 : Cesson-Sévigné, le Grand Gué, villa, Antiquité 16 : 35 001 0003 : Acigné, les Onglées, villa, nécropole, Antiquité 17 : 35 001
  • 0006 : Acigné la Piverdais, enclos, exploitation agricole, antiquité 18 : 35 001 0005 : Acigné le Breil, enclos, exploitation agricole, âge du Fer 19 : 35 001 0013 : Acigné, la Rougerais, occupation, Antiquité 20 : 35 334 0005 : Thorigné-Fouillard, le Pigeon Blanc, fossés, trous de
  • Mobilier Céramique Faune Objet métallique Verre Monnaie Terre cuite Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Etablissement rural Le diagnostic mené aux Champs-Blancs, sur la commune de Cesson Sévigné a permis de mettre au jour une vaste occupation gallo-romaine sur un peu
  • plus de 6 ha de l’emprise. Les traces ténues d’une occupation laténienne se limite à la découverte de quelques tronçons de fossés. L’occupation antique comprend les vestiges d’au moins un bâtiment principal de type villa, bordé au nord-ouest par une voie secondaire d’orientation Est
  • , niveau de fondation de bâtiment ?) marque la limite nord des vestiges découverts dans ce secteur. Le bâtiment principal s’apparente à une construction longitudinale orientée selon un axe Est/Ouest. Le plan indique une galerie de façade, de 3 m de large, au sud desservant des pièces
  • d’habitation au nord. Une cour d’environ 14 m de large se développe vers le sud et semble limitée par une galerie de clôture, également de 3 m de large. Plusieurs trous de poteaux empierrés et fossés complètent cet ensemble. L’ensemble est encadré par plusieurs fossés qui marquent
  • probablement la limite de la pars urbana. A environ 250 m au sud-ouest de ce bâtiment, une tombe a été mise au jour. Elle se caractérise par un dispositif funéraire original qui évoque les tombes à libation antiques, plus fréquentes dans le Sud de la France. Une fosse quadrangulaire
  • implantée à une cinquantaine de mètres au sud-est pourrait correspondre à une deuxième fosse à inhumation, la présence de plusieurs clous dans le remplissage allant dans ce sens et permettre d’envisager la présence d’une petite nécropole dans ce secteur. Rapport d’opération Chronologie
  • mobilier archéologique découvert dans les structures est riche en céramiques et varié, associant des monnaies, des fragments d’enduits peints, des statuettes en terre cuire, du verre et de la faune terrestre et marine. Il permet d’envisager une occupation qui a pu débuter au Ier de
  • le bâtiment principal. Les limites de l’occupation sont assez nettes, matérialisées à l’ouest par deux fossés d’orientation Nord/Sud, et au nord par la vaste zone empierrée. Au sud et à l’est, l’emprise constitue par contre une limite artificielle, cela d’autant plus certainement
  • que de l’autre coté de la route communale qui borde le diagnostic au sud, S. Bourne a mis au jour un bâtiment thermal probablement lié à la villa. L’état de conservation des structures est correct même si aucun niveau d’élévation de maçonnerie n’a été perçu. Les murs sont arasés
  • mais conservent pour certains leur radier de fondation. Inrap Grand Ouest  37 rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson Sévigné Cedex Tél. 02 23 36 00 40  grand-ouest@inrap.fr www.inrap.fr Rapport d’opération Les données postérieures à la période antique sont représentées par un
  • probable réseau parcellaire médiéval et la mise en place de chemins qui perdurent plusieurs siècles puisqu’ils sont présents sur le cadastre napoléonien. Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tél : 02 23 36 00 40 Janvier 2016 Bretagne, Ille et Vilaine (35
  • ), Cesson-Sévigné, Les Champs Blancs 35051 avec la collaboration de Sandra Sicard Bezombes Paul-André Brisotto Vérane Cavanillas Julie Coffineau Emmanuelle Collado Emmanuelle Delage Richard Fécamp Elise Menez Nicolas Simon Laure 2015-050 sous la direction de Lambert 93 CC48
  • Bretagne, Ille et Vilaine, Cesson-Sévigné, Les Champs Blancs Données administratives, techniques et scientifiques 6 Fiche signalétique 7 Mots-clés des thésaurus 8 Intervenants 10 Notice scientifique 10 Etat du site 11 Localisation de l’opération 12 Arrêté de
  • prescription 18 Arrêté de désignation 19 Projet d’intervention Résultats 25 Présentation générale de l’opération 25 1. Le cadre de l’opération 25 1.1. Circonstance de l’opération 25 1.2. Contexte archéologique 27 1.3. Stratégie et méthodes mises en œuvre 33
  • 2. 33 2.1. Cadre géographique et topographique général 33 2.2. Contexte géologique 39 Le contexte géographique et géologique de l’opération Les résultats 39 1. Présentation générale 43 2. Les indices très ténus d’une fréquentation de la zone au
RAP00894.pdf (HÉNON (22). la Touche Rouault. rapport de fouille préventive)
  • LE ROUX Charles-Tanguy
  • Objet en dépôt provisoire au siège de la circonscription dans l'attente du dénoueront de négociations en cours pour acquisition par le Musée des Antiquités Nationales, le Musée de Bretagne ou le Département des Cites-du-Nord • " CONTENU DU Rapport scientifique • DOSSIER Plans
  • proposition de sauvetage programmé faite le 27 janvier, une intervention F7I.A.S. fut décidée pour le printemps ; elle eut lieu du 2 au ' mai 1978 avec la participation de : MM. J. BRIARD, Maître de Recherche au C.N.R.S., C.-T. LE ROUX, Directeur des Antiquités Préhistoriques de Bretagne
  • , Y. LECERF, Agent Technique des Antiquités Préhistoriques, F. LE PROVOST et M. GAUTIER, Correspondant des Antiquités Préhistoriques, - 2 G. JOUVE, Correspondant des Antiquités Historiques, M. JOUAN, Instituteur. Les moyens mis en oeuvre ont été ceux d'une fouille par décapage
  • Bretagne, le "usée des Antiquités Nationales, le propriétaire et 1'exploitant-inventeur pour la dévolution définitive de l'ensemble. xxxxxxx Le site occupe le flanc nord d'une colline bien dégagée montrant un assez large panorama centré sur le bourn de Ménon ; le substratum est fait
  • Autorisation (n°, date) DATES 78 - 0? du 02.05.18 Intervention (début et fin) 2 au 29 mai 1978 Années antérieures d'intervention 1 INTERVENTION Séant Responsable C.«*ï. LE ROOX et Motif d'intervention Découverte fortuite suite à labours Surface fouillée Estimation de l'étendue
  • et coupes Planches de dessins Photographi es 1égendées 1 5 pages de texte 4 planches 4 planches (7 iti ¿¿N /#/•'" TV W\ /#/ ^ ^ V \ cr^/f/ H X^tïiil/ C.-T. LE ROUX et J. BRIARD RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE D'UN DEPOT DE HACHES A DOUILLE ARMORICAINES
  • sporadiquement depuis une quarantaine d'années dans un champ près de la Touche-Rouault, com- mune de Hénon, par l'exploitant qui n'y avait jusque là pas attaché d'importance et les avait soit rejetées, soit distribuées à différents amis comme curiosité, soit même mêlées à des matériaux
  • d'empierrement dans la cour ou les dépendances de sa ferme. Une visite sur place après le dernier labour lui permit de recueillir en surface, avec 1'exploitant, 39 haches dans une zone assez bien circonscrite de 10 x 10 m environ, au milieu de la parcelle N° 110, section D Lambert I : X
  • classique, aidée par une prospection au détecteur de métaux menée avec deux appareils, l'un du type émetteur-récepteur basse fréquence, appartenant 5 la Circonscription, et l'autre du type "poêle à frire" prêté par le laboratoire de Physique de l'Université de Rennes par l'aimable
  • entremise de M. LANCOUÈT, Maître-Assistant. Après la fouille, une prospection electro-magnétique complémentaire menée par C.-T. LE ROUX et 0. JOUVE, le ?ri- ^ai, T permis de retrouver 3 e autres haches dispersées dans la terre arable. Un décapage effectué, de 4 x 4 m, a été recomblé à la
  • fin de notre intervention, le remblai en terre végétale autorisant une réouverture la demande, pour prise d'empreintes par exemple ; L'ensemble des haches récupérées (39 lors de la prospection préliminaire du Dr JOUVE, 41? au cours de la fouille et 39 à nouveau lors de 1
  • ? prospection systématique de contrôle, soit un total de 490 pièces) est actuellement déposé au siège de la Circonscription, pour étude en collaboration entre M. J. BRIARD et C,.-T. LE ROUX. Parallèlement, des négociations sont en cours avec le Département des Côtes-du-Nord, le Musée de
  • d'argile d'altération assez compacte et la pente du terrain, assez forte, implique une érosion superficielle non négligeable, même avant V a r a s e r e n t systématique des talus. Les premières haches ont été rencontrées dans la terre arable, soit visibles en surface, soit repérées au
  • détectëar, soit dégagées lors du décapage. Leur pointage a été effectué de manière parfois approximative mais la répartition est bien significative d'un étalement principal ment à la pente, dans le sens des labours, doublé probablement liée au hersage. perpendiculaire- d'une dispersion
  • secondaire, Le nuage de dispersion se présente comme une "comète" irrégulière de 20 x 7 m environ dont le dépôt occuperait grossièrement le foyer sud-est. A noter toutefois une découverte ancienne de plusieurs pièces à sne cinquantaine de mètres à l'Est du dépôt, probablement par
  • enlèvement d'un paquet resté accroché à la charrue avant de se dissocier. & Sous la terre arable, le dépôt est apparu bien groupé malgré d'évi- dentes perturbations dues au passage de la charrue, en particulier au niveau de deux sillons légèrement surcreusés qui avaient entamé le sous
  • -sol. Les premières couches de haches enlevées, le reste de l'enfouissement était parfaitement en place, les haches H a n t sans ordre précis mais avec une nette tendance à se regrouper parallèlement par petits groupes de trois ou quatre. Les pièces de la périphérie étaient
  • disposées tangentiellement au bord de la fosse creusée dans le substratùm qui les contenait ; pratiquement aucune n'était très éloignée de la position horizontale de sorte que l'on peut penser a un arrangement sommaire plutôt qu'à une disposition spontanée d'objets mis en vrac. La fosse
  • conservée était approximativement circulaire, avec un léger ëvasement vers .Te bas et un arrondi raccordant le fond de la paroi. Le dia- mètre .moyen était de 0*7 m pour une profondeur de 0,25 m dans le substratum? Le fond, à 0,5 m sous la surface actuelle du champ, donne une capacité
  • maximale théorique j 200 litres environ tout juste suffisante pour contenir 1'en- semble des haches (que T o n peut estimer à plus de 600 compte-tenu des pertes et des dispersions du départ). Comme il îst peu probable que le sommet de l'enfouissement affleuré à l'origine, la
RAP00968.pdf (PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). la ville Pichard. rapport de sondage)
  • CULTURELLES PRÉHISTORIQUES Circonscription dé Bretagne Dept. .ZI Lieu-dit : N°: Commune : P LE la Ville Date: NEUF Pichard Juin 1380 Relevé :Y. ¿ecerf Mise au net : / / C h&mbre •-'A'" XV f. 1 u' n* H MINISTÈRE D'ÉTAT - ANTIQUITÉS AFFAIRES CULTURELLES PRÉHISTORIQUES
  • INTERVENTION DE SONDAGE SDR LE CAIRN MEGALITHIQUE DE LA VILLE-PÏCHARD PLENEUF-VAL-ANDRE (COTES-DU-NORD) Devant l'évolution extrêmement rapide de la situation foncière aux abords de l'agglomération balnéaire du Val-André, le Département des Côtes-du-Nord envisage
  • l'acquisition d'un "espace vert littoral". Face à cette situation, il importe donc de situer exactement par rapport au parcellaire actuel le cairn à trois dolmens de la Ville-Pichard, classé Monument Historique en 1965 (référence archéologique : 22/186/002), et par la même occasion d'en
  • vérifier l'état de conservation et d'en faire un relevé complet, dans son état actuel, les plans étant par trop schématiques. Cette opération a été effectuée les 4 et 5 juin 1980 sur une autorisation de sondage urgent. Le travail sur le terrain a pu être effectué avec le concours de M
  • . F . LE PROVOST, Correspondant pour le département cité et M . G. MENARD, affecté à la circonscription au titre du Service National Civil. Le monument se situe dans un landier qui surplombe la mer, au Nord du lieudit la Ville Pichard. Ses coordonnées Lambert sont : X • 240,3, Y
  • - 111,2 de la Zone I. La parcelle qui supporte le monument est cadastrée sous le N° 212 de la sectéon S. Avant de pouvoir entreprendre les relevés topographiques et plans divers qui motivaient notre intervention, nous avons dû nous livrer à une très longue séance de dëbroussaillage. Le
  • monument était invisible du chemin côtier tant les ajoncs et ronciers étaient denses sur toute cette lande. Ce travail que nous avons effectué à la faucille et au croissant, nous a permis de dégager un cairn très arrasé de forme oblongue dint la plus grande dimension atteint 20 m alors
  • que la largeur moyenne est de 12 m . 968 Trois chambres funéraires orientées Sud-Ouest - Nord-Est sont inscrites dans le c a i m , elles s'ouvrent par des couloirs assez étroits vers le Sud-Ouest. Le monument très dégradé ne comporte plus qu'une seule assise pierres au niveau de
  • l'extrémité sud-ouest du de couloir. Sur la façade sud- ouest deux à trois assises de petits blocs posés I plat forment le parement de maçonnerie sèche. Sur la partie sud du cairn un appendice composé de blocs et de terre vient se greffer. Il s'agit probablement des déblais de la
  • fouille ancienne par F . F0SNII1 a la fin du siècle dernier. Les chambres qui étaient probablement construites en tholos ont été écrêtées jusqu'au niveau du parement formé par les blocs plantés devant la maçonnerie de pierre sèche. Pour cette raison, elles sont mieux conservées que
  • le reste de la construction. Elles gardent une hauteur de mur voisine de 40 cm voire mime 80 cm par endroit dans la chambre N° III. La chambre N* I, sub-circuîaire d'un diamètre moyen de 3 m , est ouverte sur un couloir légèrement désaxé vers l'Est. Le couloir long de 4 m , très
  • de conservation. La chambre W II est c" culaire avec un diamètre de 3 m . Le cou- loir aux parois parallèles s'ouvre dans l'axe de celle-ci. Loçg de 4,20 m , il est mieux conservé que le précédent grâce lâ encore à la présence de blocs plantés en parement devant la maçonnerie
  • de pierres sèches. L'angle sud-ouest est cependant entamé. La chambre N" III est celle qui a le plus souffert. La Nord-Est du parement a complètement disparu. Ceci peut paraître surprenant puisque c'est dans cette chambre que les parois restantes sont conservées sur la plus
  • grande hauteur, elles atteignent en effet 80 cm. Cette salle paraît ©trïTô la plus grande, circulaire son diamètre moyen se situe â 3,20 m . Elle s'ouvre sur un couloir assez large, 70 cm, placé:dans son axe. Les deux parois parallèles du couloir ont été là aussi protégées par des
  • blocs plantés devant la maçonnerie sèche. Il est 8 noter cependant que ce dernier est plus court que les deux précédents, sa longueur totale n'excède pas 2,70 m . En conclusion, cette opération de levé de plan et de topographie nous a permis d'établir un plan précis de ce c a i m
  • mégalithique de la période néolithique, semblable à ses voisins que sont B a m e n e z , Gaignog et Cajm situés plus S l'Ouest sut la côte nord. Le travail topographique a situé avec la précision nécessaire le monument dans un parcellaire enfermé sous une végétation abondante* MINISTÈRE
  • D'ÉTAT - ANTIQUITÉS AFFAIRES CULTURELLES PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne Dept. : 2 2 Commune : P/éneu P Lieu-dit: N° : la V,lle Date: P i chard Juin 19 80 Relevé : Z/ecerP Mise au net : V I y 1 % i \ ( c h a m b r e Chambre H
  • \ \% MINISTÈRE D'ÉTAT ANTIQUITÉS - AFFAIRES CULTURELLES PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne Dept. :ZZ Lieu-dit: Commune : la N°: Ville Date: PLENEUF P i c h ard Jum 1980 Relevé : /¿eterf Mise au net : VJL c h a m b r e n° I MINISTÈRE D'ÉTAT - ANTIQUITÉS AFFAIRES
RAP01125.pdf (QUIMPER (29). 16-18 venelle des Potiers. rapport de fouille préventive)
  • -M25 Au mois de février 1981 la Direction des -Antiquités Historiques de Bretagne a été amenée à effectuer deux sondages aux numéros 16 et 18 de la venelle des Potiers où une opération immobilière en cours de réalisation par l'en- treprise LE SCOUL menaçait de destruction les
  • jusqu'aux bords des marécages occupant le vallon de la rue du Frugy. m/jp^fl ¿-g SECRÉTARIAT D'ÉTAT A LA CULTURE I Service des Fouilles et Antiquités CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITÉS D HISTORIQUES E BRETAGNE 29 4 35 232 015 AUTORISATION TEMPORAIRE DE valable du SAUVETAGE n° 5
  • appartenant à M. demeurant à 5 ¿ u 19 mars 1962, QUIMPER Entreprise LE SCOUL Cette autorisation est délivrée à la demande :-de4'-intêressé — du Directeur de la circonscription (Rayer la mention inutile). Le Directeur de& Antiquités si- CONDITIONS COMMUNES Nature du gisement et périodes
  • titulaire tiendra régulièrement au courant la direction des Antiquités de ses travaux et découvertes. En fin de travaux un rapport en deux exemplaires devra être remis à la direction, comprenant plans de situation, photos, etc. * Le Secrétariat d'État à la Culture décline toute
  • prolongements d'une aire d'occupation très précoce repérée par M LE BIHAN, correspondant, dans le terrain limitrophe, la propriétée FOUILLM. Deux sondages n° 1 et n°2 ont été ouvert dans la parcelle 255 a dont la partie Ouest couvre une ancienne voie antique descendant vers le Sud
  • . LOCALISATION. Cadastre : section CK 8 parcelle 255 a Coordonnées LAMBERT Zone II étendu X : 119.270 Y Î 2351.780 La ÌPUILLE SONDAGE n° 1 Un premier grand décapage a été effectué, au moyen d'un tracto-pelle de l'équipement, dans le sens Nord-Sud, paralléllement à la voie Ancienne et au
  • a rencontré pour effectuer ce décapage correctement sans s'enliser. Elle reposait sur le terrain arènisé naturel. Aucun niveau antique en place n'a été rencontré dans ce sondage. SONDAGE n° 2 Ouvert dans la moitié Est de la parcelle à 4 m . du précédent, il mesure 1,50 m . de coté. Ici un
  • remblais identique à celui du sondage I apparait sur une épaisseur de 1,00 m. en moyenne et recouvre Tin niveau romain, qui a livré du mobilier. Plusieurs lèvres de marmites en poterie octueuse ont été recueillies dans le remblai (n° 1 à 3). Le spécimen n° 3 semblerait plus ancien. Un
  • fragment pourrait bien être une production locale (n° 4). Sous le remblai post médiéval le niveau romain comporte de l'arène granitique, des tegulae, des moellons, et quelques morceaux de céramique, le tout reposant sur le sol vierge. Les éléments de poteries comportent m rebord
  • d'assiette sigillée Augusto-claudienne de forme Drag. 16 et le quart d'une écuelle en poterie commune à pâte grise, (cf. n° 5 pour la sigillée, et n°6 pour la céramique commune). CONCLUSION. L'ensemble des deux sondages effectués a montré que le vallon était inoccupé dans la zone des bas
  • -fonds. Cette espace a été remblayé car le ruisseau au lit instable et l'apparition des nappes phréatiques dans cet endroit en avait fait tan lieu marécageux. L'aire d'occupation à l'époque gallo-romaine était,dans ce secteur, comprise entre le flanc de la colline depuis l'Odet
  • : Superficie du sondage : CONDITIONS ADMINISTRATIVES C O M M U N E S Cette autorisation est délivrée sous réserve de l'autorisation écrite du ou des propriétaires du terrain ou de ses ayants droit, qui devra préciser en particulier la dévolution du mobilier éventuellement découvert. Le
  • responsabilité en cas d'accident, pour toutes les interventions de sondage ou prospection autorisées à la demande de l'intéressé. Origine et montants des crédits éventuellement attribués : DESTINATAIRES Intéressé Service des F et A Préfecture Mairie Gendarmerie Directeur Régional des
  • Affaires Culturelles Fait à Brest le. ¡recteur, 13 février 1981 venelle des Potiers, n- 225 a.
RAP00598.pdf (RENNES (35). 38 rue Saint-Melaine. rapport de sondage)
  • des Antiquités de Bretagne) SONDAGES ARCHEOLOGIQUES EPFECTUES AU 38 RUE SÏ-MELAINE A RENNES LE 6 DECEMBRE 1988 La ville de RENNES a décidé de construire un immeuble neuf au sud du n° 38 rue Saint Melaine, dans le jardin de l'Ecole des Beaux-Arts, situé dans une zone archéologigue
  • des Antiquités. Ils permettront d'évaluer la nature et l'importance des vestiges archéologiques et de fixer, si nécessaire, la durée d'une fouille de sauvetage préalable aux travaux de construction." Le 6 décembre 1988 avec l'aide d'un tractopelle, des tranchées de reconnaissance
  • . Le Directeur des Antiguités a donné un avis favorable à la demande de permis de construire avec les réserves suivantes : "L'emprise du projet étant située sur une zone archéologique, des sondages de reconnaissance devront être réalisés par un archéologue mandaté par le Directeur