Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3989 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01577.pdf (caractérisation des groupes lithiques des collecteurs tardi et postglaciares dans le massif armoricain et ses abords. rapport du projet collectif de recherche (programme 10. le mésolithique))
  • projet collectif de recherches
  • caractérisation des groupes lithiques des collecteurs tardi et postglaciares dans le massif armoricain et ses abords. rapport du projet collectif de recherche (programme 10. le mésolithique)
  • , Michel TESSIER Estel YVEN. Le programme est ouvert : nous souhaitons que de nouveaux venus se joignent à nous. I- RAPPEL GÉOGRAPHIQUE L'actuel projet concerne quatre régions : Basse-Normandie, Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes (Fig. 1). Cet ensemble résulte d'une part d'un
  • ), Séminaire du collège de France, éditions Errances, p. 26-37. FOUCHER, P. & SAN JUAN, C. (1993) - Fin Wurm/début Holocène sur le littoral charentais. Rapport de Projet collectif de recherche, Service régional de l'Archéologie de Poitou-Charentes. 66 p + fig.. FOUCHER, P. & SAN JUAN, C
  • . (1995) - Fin Wiirm/début Holocène sur le littoral charentais. Rapport de Prospection thématique, Service régional de l'Archéologie de Poitou-Charentes. 65 p, dont fig.. GHESQUDÈRE, E. (1995) Etude préliminaire du site mésolithique d'Auderville, Roc-de-Gîte. Mémoire E.H.E.S.S
  • turonien local. L'étude ne fait que débuter, mais elle devrait déboucher sur une réflexion sur le concept de Laborien. De nombreux indices ont été identifiés en Charente-Maritime, où cependant pointes aziliennes et de Malaurie se trouvent mêlées à des industries mésolithiques, parfois
  • présence occurrente d'un outil particulier : le couteau à encoches basilaires (Fig. 4), également connu sur les sites de Charente-Maritime (Chez-Jouneau à Brizambourg) et de Charente (niveau mésolithique de la grotte des Renardières aux Pins), mais guère au nord de la Loire (un seul
  • & al., 1991). Fig. 4: Exemples de couteaux à encoches basilaires. Charente-Maritime -del. F. Blanchet ; Sud-Nantais del. G. Gouraud 9 Plus au nord, dans la vallée de la Vilaine et ses affluents, les sites prospectés par S. Blanchet - Le Prieuré 2 (35 - Pléchâtel), par exemple
  • /'Federmesser. (Ghesquière & al., à paraître). Un effort attentif devra être réalisé afin de confirmer l'existence de ce groupe et son appartenance au Mésolithique ancien. La fin du Mésolithique ancien des Charentes a pu être minutieusement étudiée par G. Gouraud sur le site, fouillé par J
  • « désert », sans toutefois, soyons honnête, apporter un argument définitif à la résolution de ce problème. La nouveauté vient ici du département de la Charente-Maritime. Le site de Sous-La-Guyarderie (17 - Moragne), étudié par M. Favre, montre un assemblage, réalisé à partir d'un silex
  • de la Charente, sur le site Mésolithique ancien du Montoume (87 - Chéronnac)). Ce type d'assemblage se retrouve, à une quinzaine de kilomètres au nord, sur le site des Granges (17 - Surgères), fouillé par L. Laporte et G. Marchand (Fig. 7). La même tendance vers
  • constaterons simplement, à titre de conclusion provisoire, que l'espace géographique désertique entre les deux régions se peuple, en ayant bien conscience que des spécificités régionales existent (présence de très petits microburins en Charente-Maritime, d'armatures spécifiques dans le
  • Finistère). (Fig. 8) 3 Ceci pour information, l'étude de la faune n'étant pas actuellement une priorité de ce programme, au moins à très court terme. g. 8 : Moragne et Surgères, entre Sauveterrien et Groupe Bertheaume. 14 IV B - Le Mésolithique moyen, hors du Montclusien. Le
  • . 1 1 : L'armature à éperon (aire du Retzien) et les excentriques du Clos-Poulet. 22 VI - QUELQUES CONSIDERATIONS SUR LA TOPOGRAPHIE DES SITES La confrontation entre des terrains aussi différents que peuvent l'être par exemple le bassin de la Charente et celui de la Vilaine nous
  • 1 h JAN, 1999 PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE CARACTÉRISATION DES GROUPES LLTHIQUES DES COLLECTEURS TARDI ET POSTGLACIAIRES DANS LE MASSIF ARMORICAIN ET SES ABORDS Programme 10 - « Le Mésolithique » Préambule : Initié en 1998, ce programme devrait se dérouler sur plusieurs
  • années afin de livrer une synthèse exploitable. Nous avons là une limite à cette discipline qui ne procède que par touches successives, alimentées par des prospections de terrain qui amènent à un premier repérage d 'indices. Les séminaires de terrain organisés depuis plus de dix ans
  • par P. Gouletquer, puis ses élèves dans le Finistère, permettent, en regroupant plusieurs dizaines de prospecteurs sur un secteur donné, de donner assez rapidement une image de l 'existant. Par la suite, il paraît évident que pour confirmer l 'importance des indices identifiés
  • , pour avoir une idée satisfaisante de leur appartenance à un groupe technique ou chronoculturel donné, de nouveaux passages s'avèrent nécessaires, parfois échelonnés sur plusieurs années, ceci bien entendu en essayant de repérer les différentes concentrations de matériel éventuelles
  • afin de réduire les risques de mélanges. Cette technique est en quelque sorte le premier degré d'approche, aisément réalisable par tout prospecteur quelque peu rodé. Un second stade est la vérification de l'état de conservation de la couche archéologique par le biais de sondages
  • . Ceux-ci peuvent s 'avérer en fin de compte décevants : ainsi, le site de la Fillauderie (44 - Saint-Père-en-Retz), identifié en surface par M. Tessier, avait livré en surface des artefacts attribuables au Mésolithique ancien, au Mésolithique final, au Néolithique final. Un sondage
  • Mésolithique moyen. Dernière approche enfin, beaucoup plus exhaustive à l 'échelle du site : sa fouille. Pour la plupart d'entre nous, à ce stade de la réflexion, nous ne prétendons pas nous y lancer à court terme, du moins dans le cadre d'une fouille programmée au sein de ce programme
  • ancien/moyen de la Pierre-Saint-Louis ( 17 - Geay) ; ce devrait être le cas, dans le courant du printemps 1999, du site épipaléolithique des Chaloignes, sur le tracé de l 'A87, dans le Maine-et-Loire. Le second axe de ce travail, sur le terrain, est aléatoire. Il s 'agit du repérage
RAP02959.pdf (LILLEMER (35). rapport de fouilles 2013. rapport de fp)
  • LILLEMER (35). rapport de fouilles 2013. rapport de fp
  • partir de la surface supérieure de ce niveau. Nombre des pains modelés en terre crue qu’il contient ont été dégagés, puis prélevés. La faune est parfois conservée. Le niveau rubéfié proprement dit présente un pendage vers le sud, avec une forte rupture de pente à l’emplacement de ce
  • Rapport de fouille programmée 2013 Lillemer (Ille-et-Vilaine) Rapport de fouilles UMR 6566 CNRS, Rennes, Université de Nantes, CeRAA L. Laporte, C. Bizien-Jaglin, Y. Bernard, J.-B. Barreau G. Hamon, L. Jallot, 1 Conditions d’utilisation des documents Les rapports
  • l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de
  • faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela
  • implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références
  • exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • Etude du mobilier lithique : J.-N. Guyodo Datations dendrochronologiques : E. Werthe, V. Bernard Datations radiocarbone : Programme Artémis - via CDRC, Lyon Mise au net des plans : C. Bizien-Jaglin, D. Guérin, J. Bansard Remerciements Nous tenons à remercier les propriétaires de la
  • parcelle sondée, Monsieur et Madame Delépine, pour l’attention qu’ils ont toujours portés à nos travaux. Nous avons le plus grand plaisir à remercier la Mairie de Lillemer qui a mis une salle à notre disposition. Elle a toujours accueilli nos recherches avec beaucoup de sympathie. Le
  • CeRAA, à l’initiative de la découverte, a très aimablement facilité nos démarches sur place. Ces travaux n’auraient pas pu être réalisés sans le soutient financier du Conseil Général et celui actif du Service Régional de l’Archéologie, en particulier en la personne de P.-A. Bezombes
  • ), il restait à démonter la section de talus du Néolithique moyen qui recouvrait encore une partie des architectures en terre sous-jacentes. Cette section de talus mesure 2,5 à 3m de large pour un peu plus de 6m de long. Elle se situe entre les entrées A et B, bordées de blocs
  • dressées et dégagées au cours des campagnes précédentes sur ce sondage 5. Ces mêmes travaux avaient démontré l'existence d'une stratigraphie complexe au sein de la structure du talus, construit en plusieurs étapes et traversé par de multiples tranchées de palissade. Compléter le plan
  • général des constructions aux murs de terre crue sous-jacentes était également l'objectif de cette campagne de fouille. Celles-ci se sont révélées être le fruit d'une séquence également plus complexe que nous ne pouvions l'imaginer au départ. Le principe d'un plan d'agrégation
  • nettement distinct du modèle généralement admis pour l'habitat en bois sur poteaux planté du Néolithique moyen dans la région, a ainsi pu être validé. Les discussions qui on eu lieu sur le terrain nous ont toutefois montré la nécessité de valider certaines observations plus ponctuelles
  • par des regards extérieurs. Ce fut chose faîte au début de l'été. Dans le même temps, l'opportunité s'est présentée de réaliser un relevé 3D par scanner des vestiges dégagés en élévation, grâce à l'équipe du CNPAO. Le sondage 5 a été définitivement remblayé au cours de l'été. Cette
  • opération achève dix ans de fouilles sur la parcelle 733. La préparation de la Monographie correspondante a notamment été marquée par l'obtention d'une vingtaine de datations radiocarbone supplémentaires. G. Hamon a réalisé un voyage d'étude jusque dans le sud de la France et dans la
  • vallée du Rhône pour affiner le cadre général de la synthèse concernant l'étude du mobilier céramique recueilli sur le site de Lillemer. Pour une question de disponibilité l'étude complémentaire concernant les charbons de bois, initialement prévue en 2013, a été reportée au premier
  • semestre de l'année 2014. L'étude est en cours par F. Jude, mais elle n'est pas encore achevée à ce jour. Plusieurs articles de synthèse ont également été rédigés. L'un d'entre eux est à paraître dans les actes du colloque Crâbe Néo qui s’est tenu à l’Historial de Vendée en septembre
  • 2012. Un autre a été soumis à la revue Antiquity. Un premier travail pour la préparation de la monographie a consisté à mettre bout à bout tous les textes qui avaient déjà été écrits dans les différents rapports de fouilles depuis une dizaine d'année, et de les ordonner selon un
RAP02228.pdf (FOUESNANT (29). sondage sur l'île Saint-Nicolas. rapport de sondages.)
  • FOUESNANT (29). sondage sur l'île Saint-Nicolas. rapport de sondages.
  • Poitou-Charentes, 1998, p. 237-255 LE GOFFIC M., PICHON C 1996 - Observations réalisées sur les îles Saint-Nicolas et Brunec, archipel des Glénan, commune de Fouesnant. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, T CXXV, 1996, p. 77-82. MENS E., 1995 - Le mobilier céramique
  • fortement émoussée, qui pourraient induire leur utilisation pour le perçage d'une manière dure (pierre ou céramique). D'un point de vue typologique ils sont très comparables à ceux mis au jour à sur le site Néolithique final de Ponthezières à Saint-Georges-d'Oléron (Charente Maritime
  • submergés en Baie de Concarneau (Bretagne méridionale). Bulletin de l'Association française pour l'Etude du Quaternaire, n° 3, p. 27-38. DU CHATELLIER P. 1907 - Les époques préhistoriques et gauloises dans le Finistère. Rennes-Quimper, p. 251-252. GIOT P.-R, L'HELGOUAC'H J., MONNIER J.-L
  • site de Ponthezières à Saint-Georgesd'Oléron (Charente Maritime) - In. : Le Néolithique du Centre-Ouest de la France : actes du XXIe colloque inter-régional sur le néolithique, Poitiers, 14, 15 et 16 octobre 1994 / Xavier Gutherz, Roger Joussaume. - S.l. : Assoc. des archéologues de
  • gigogne Vieux Sléltott l a Bombe l'en Maryse Sémaphore âu sotec. Quignénec CONSEIL GENERAL Avec le concours financier du Ministère de la Culture et du Conseil Général du Finistère et le soutien de la Mairie de Fouesnant FINISTERE Perm-ar-Bed S.R.A. Bretagne, Rennes
  • du site 1.1. Cadre géographique, géologique et géomorphologique 1.2. Les premiers travaux archéologiques sur l'îlot 1.3. Autres occupations sur les îles de l'archipel 1.4. Raisons de l'intervention et moyens 1.5. Méthodologie 1.5.1. Fouille et prélèvement du matériel 1.5.2
  • 3.2. Problématique et étude envisagées (E. Mens) 11 11 11 REMERCIEMENTS Ces sondages ont bénéficié du soutien de S. Deschamps (Conservateur Régional de l'Archéologie de Bretagne) et J.-Y. Tinevez (Ingénieur au SRA de Bretagne, en charge du Finistère). Nous remercions le Conseil
  • Général du Finistère et le Ministère de la Culture d'avoir attribué cette année les subventions ayant couvert les frais de fonctionnement de l'opération ainsi que l'Association PRADO pour la gestion de ces financements. Nous remercions le Conseil Général du Finistère et la DAREN
  • d'avoir accepté la réalisation de cette opération sur un site d'une telle sensibilité et N Delliou (SEPNB Bretagne Vivante pour ses conseils et son intérêt pour nos recherches. Nos remerciements vont en particulier à la municipalité de Fouesnant pour son soutien logistique, à Mr le
  • Maire, Mr Le Goff, et Mr le Maire adjoint, Mr P. Kéroulin, ainsi que toute l'équipe de la Capitainerie du Port à Beg-Meil et particulièrement P. Maléjacq, qui nous ont une nouvelle fois accueillis à l'annexe de la mairie sur l'Ile Saint-Nicolas aux Glénan. Un grand merci enfin iront
  • . Présentation du site 1.1. Cadre géographique, géologique et géomorphologique L'île Saint-Nicolas se trouve à 13,5 km de la côte fouesnantaise et de 20 km de celle de Concarneau (figure 1). L'archipel est constitué de 7 îles principales, dont outre SaintNicolas, Penfret, Le Loc'h, Cigogne
  • , Drennec, Quignenec, Guéotec et Guiriden. Elle est la seule de l'archipel où arrivent les vedettes régulières venant du Continent et où peuvent mouiller les plaisanciers, et donc très fréquentée de juin à septembre. Une annexe de la Mairie de Fouesnant (où nous sommes hébergés et
  • remercions une nouvelle fois la municipalité pour son accueil) a été mise en place. Peu d'habitants sont présents à l'année : quelques pêcheurs et les exploitants des viviers, soit une dizaine de personnes. Le centre de plongée est ouvert seulement en pleine saison de même que le Centre
  • appartient à une plate-forme à écueils et à couverture de lithotamniées (maërl) prolongeant en mer le bloc basculé de Trégunc et Névez qui constitue un élément du grand décrochement Kerforne. Le substrat est un granité, présentant des filons de quartz, mais des affleurements de
  • micaschiste existent dans les environs proches, dans la Baie de Concarneau (massif de Karreg C'Haon). Les sédiments de la baie sont composés à l'ouest de sables et du maërl sur le flanc est. Le fond de la Baie de Concarneau est tapissé de vases et de sables vaseux qui se maintiennent
  • malgré la relative faible profondeur moyenne (20 à 40 m) grâce à l'abri formé par l'échine rocheuse prélittorale qui porte les îles (Delanoë et Pinot, 1977). La Baie de Concarneau communique avec le large par plusieurs chenaux, dont celui de l'« Ile Verte », à l'est de la Basse Jaune
  • (jusqu'à 50 m de profondeur) et celui entre la Basse jaune et les Glénan (35 m de profondeur), tapissé de sables coquiller. A l'époque néolithique, si la totalité des îles de l'archipel des Glénan ne pouvait bien en faire qu'une, la profondeur de « la chambre » c'est-à-dire la partie
  • interne ennoyée de l'archipel ne dépassant que rarement 5 mètres de profondeur, elles étaient complètement détachées du Continent et la distance à la côte devait déjà dépasser 10 km. L'île Saint-Nicolas est la seule de l'archipel où arrivent les vedettes régulières venant du Continent
  • . Elle est donc très fréquentée de juin à septembre. Une annexe de la Mairie de Fouesnant (où nous sommes hébergés et remercions une nouvelle fois la municipalité pour son accueil) a été mise en place. Peu d'habitants sont présents à l'année : quelques pêcheurs et les gérants des deux
  • bars restaurants et des viviers soit une dizaine de personnes. Le centre de plongée est ouvert seulement en pleine saison de même que le Centre Nautique des Glénans qui possède une base sur l'îlot de Bananec, que l'on peut rejoindre à marée basse à pied sec. L'île Saint-Nicolas est
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • projet collectif de recherches
  • les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche
  • , Grégor Marchand) . Nathalie Desse et Anne Tresset (études de faune) Grégor Marchand (sondages à Melgven) Bernard Ginet - Jean-Marc Lacot (prospections) Anne Tresset (étude de faune) Figure 1. Carte schématique des principales actions entreprises dans le cadre du PCR «Le
  • bloquent encore l'accès au Musée de Penmarc'h. Cette révision des faunes mésolithiques comprend également Téviec et Hoëdic. Il reste à compléter les datations par le radiocarbone, réalisées par Christine Oberlin à Lyon, tant sur les coquilles que sur les charbons. L'objectif est de
  • étude des collections Bougio en Finistère-sud PCR Séminaire de prospection dans le Finistère-sud (direction : Y. Bougio) Anne Tresset Etude de faunes Pailler - Pottier - Yven - Marchand Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Marchand - Tresset Organisation d'une table
  • Vilaine étaient des silcrètes, originaires du sud du département de l'Ille-etVilaine. Les analyses des faunes marines, dont les coquillages, ont été particulièrement développées au cours de l'année 2001. Catherine Dupont a entrepris des prélèvements sur les sites de Beg-an-Dorchenn
  • PROGRAMME COLLECTIF DE RECHERCHE LE MÉSOLITHIQUE EN BRETAGNE Année 2002 Grégor Marchand et Estelle Yven (coordination) Avec la participation de Yann Bougio, Nathalie Desse, Catherine Dupont, Pierre Gouletquer, Yves Gruet, Yvan Pailler, Ludovic Soler, Anne Tresset. PCR - Le
  • territoriaux connus pour le Mésolithique final de Bretagne. La diffusion des principales roches utilisées pour la confection des industries affecte une distorsion vers l 'intérieur de la péninsule. Les trois styles typologiques décelés parmi les armatures sont signalés par des reciangles
  • . Pour mémoire, la position du Retrien est indiquée au sud-est de la région. FL : mïcroquarxziu de la Forest-Landerneau ; UM : ultramylorwte de Mikaël ; GL : grès lustré : UT : uàramtylomte de Tréméven ; JSN : jaspe de satnt-Nazaire. i Les sites mésolithiques en Finistère
  • : chronologie et stratigraphie f t) , Ces travaux sont dédiés à la mémoire de Claude Audren 3 I. PROBLEMATIQUE 1 . LE PROJET DE RECHERCHE 3 2. ACTIVITES ENTREPRISES 4 EL ORGANISATION DE LA RECHERCHE 7 1 . COMPTE-RENDU DE LA DEUXIÈME REUNION (ESTELLE YVEN ET GREGOR MARCHAND) 7 2
  • . ENTRE L'ECORCE ET L'ARBRE: REFLEXIONS SUR LES PRATIQUES DE L'ARCHÉOLOGIE (PIERRE GOULETQUER) ... 1 0 m. 13 TRAVAUX SUR LE MESOLITHIQUE 1 . TEVIEC ET HOËDIC (GREGOR MARCHAND ET LUDOVIC SOLER) 13 2. BEG-AN-DORCHENN (NATHALIE DESSE) 15 3. SONDAGES SUR LE SITE DE LA TRINITÉ
  • A MELGVEN (GREGOR MARCHAND) 16 4. LE PROJET CORNOUAILLE : JOURNÉE D'ÉTUDE DU MATÉRIEL LITHIQUE (ESTELLE YVEN) 23 5. LE PROJET CORNOUAILLE : UN SÉMINAIRE DE TERRAIN EN NOVEMBRE 2002 (YANN BOUGIO) 38 43 IV. DE NOUVELLES SYNTHESES SUR LE MESOLITHIQUE ET LA NEOLITHISATION 1 DE TEMPS
  • EN TEMPS : L'ARCHÉOLOGIE FACE A LA CONTINUITÉ (PIERRE GOULETQUER) 43 2. LE MÉSOLITHIQUE FINAL EN BRETAGNE : UNE COMBINAISON DES FAITS ARCHÉOLOGIQUES (GREGOR MARCHAND) 49 3. LE FONCTIONNEMENT INTERNE DES TERRITOIRES AU MÉSOLITHIQUE (ESTELLE YVEN) 64 4. DE LA MER AU BETAEL EN
  • DOMAINE ATLANTIQUE : UNITÉ ET DIVERSITÉ DES PROCESSUS D'APPARITION DE L'ELEVAGE A LA MARGE NORD-OUEST DE L'EUROPE (ANNE TRESSET) 72 5. ESTIMATION DE LA RESSOURCE ALIMENTAIRE EN MASSE DE CHAIR D'APRÈS LES RESTES DE COQUILLES : APPLICATIONS AUX BERNIQUES PATELLA SP. ET AU 'BIGORNEAU
  • PROJET DE RECHERCHE Ce programme collectif de recherche réunit trente-deux chercheurs amateurs ou professionnels (CNRS Universités de Paris I, de Brest et de Belfast - S.R.A. - Service archéologique du Finistère) pendant une durée de trois ans. L'objectif est de coordonner les travaux
  • concernant la période mésolithique sur la Bretagne, en dégageant de nouvelles articulations entre les champs de connaissances parcourus par les participants. Ce dialogue concerne particulièrement les travaux sur l'organisation spatiale - très développés en Finistère - et les analyses de
  • la gestion des ressources animales et marines. Une attention particulière sera également accordée à la hiérarchisation et à la publication des faits archéologiques. Les thèmes de recherche développés sont : Autonome Hiérarchisation du corpus de sites en Finistère P. Gouletquer
  • Activités L'espace (organisation du territoire et économie de la matière première lithique) Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes-d'Armor et Illeet-Vilaine Les systèmes techniques Les fondements archéologiques Gestion et exploitation des ressources animales et marines
  • Budget Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Gofflc, P. Léoppld, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven Thèmes Campagne de sondages en Finistère Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et Hoëdic Nouvelles datations à Beg-anDorchenn
  • et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet de réservoir océanique Etude faunique Analyse des isotopes stables sur les R. Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles G Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie
  • physique Pratiques funéraires et L. Soler — R Schulting (recrutement, caractères domaine symbolique biologiques) Analyse et comparaison des S. Cassen systèmes symboliques mésolithiques et néolithiques Tableau 1. Organisation des travaux du PCR « Le Mésolithique en Bretagne » en 2001
  • . PCR PCR - Les thèmes articulés seront : - le mouvement (circulation des matériaux ou des individus, navigation et colonisation des milieux insulaires, la saisonnalité dans l'exploitation de l'environnement), - les contraintes géographiques et environnementales (effets de
RAP02399.pdf (LANDELA (29). rapport de sondage d'urgence sur un site de l'âge du bronze ancien, île Tariec Vraz. rapport de sondage)
  • LANDELA (29). rapport de sondage d'urgence sur un site de l'âge du bronze ancien, île Tariec Vraz. rapport de sondage
  • le Centre-Ouest : -Les vases tronconiques recueillis sur le site de la Palut à Saint-Léger-de-Pons (Charente-Maritime, Artenac et Age du Bronze ancien) (Fig. 21, n° 4-6 ; Bouchet et al., 2008). -Deux vases provenant du site chemin Saint-Jean à Authon-Ébéon (CharenteMaritime
  • , Vienne-Charente) (Fig. 21, n° 7-8 ; Ard, 2008, p. 358 et p. 359). Contexte d’habitat. -Un vase des Coteaux de Coursac à Balzac (Charente, Vienne-Charente) (Fig. 21, n° 9 ; Ard, 2008, p. 356). Contexte d’habitat. Le macro-outillage de Tariec Vraz (Klet Donnart) Une pièce trouvée en
  • datation 14 C. La faune (Lisandre Bedault) Le matériel de faune retrouvé dans les diverses couches attenantes au coffre n’a livré que très peu de restes osseux, une centaine au total dont 43 ont été identifiés au rang de l’espèce. Il s’agit principalement de restes de bovins
  • domestiques et de caprinés (chèvre ou mouton). Hormis les quelques fragments osseux de lièvre et d’oiseau, aucun animal sauvage n’a été enregistré dans ce petit échantillon. La liste de faune est donnée dans le tableau suivant (Fig. 24) : Bœuf Porc Caprinés Lièvre Oiseau Total NRD Total
  • fois les animaux et les hommes qui l’ont utilisée ou côtoyée. Elle permet de cerner les causes anthropiques pour expliquer les modifications de la composition des faunes au fil du temps. En effet, ces informations sur l’évolution des cortèges zoologiques sont d’autant plus
  • étendues : X = 83, 395 ; Y = 2422,720 Fig. 29 - Implantation des sites mentionnés dans le texte. Nous avons découvert des lambeaux d’un « vieux-sol » (limon quaternaire) après démaigrissement de la plage de galets située entre Tariec Vihan et Vraz, cette queue de galets étant en règle
  • -68. ARD V. (2008) – Traditions techniques et savoir-faire céramiques au Néolithique récent dans le Centre-Ouest de la France : le cas des sites d’habitat attribués au Vienne-Charente, Bulletin de la Société préhistorique française, t. 105, n° 2, p. 345-369. BEAUNE S. de (2000
  • .-M., BURNEZ C., ROUSSOT-LARROQUE J., VILLES A. (1990) – Le Bronze ancien de la vallée de la Seugne : la Palut à Saint-Léger (Charente-Maritime), Gallia Préhistoire, t. 32, p. 237-275. BRIARD J., GEBHARDT A., MARGUERIE D., NICOLARDOT J.-P., ROBINO P. (1990) – Habitats et
  • Yvan PAILLER, Yohann SPARFEL (dir.), Pierre GUEGUEN, Maëva ASSOUS-PLUNIAN, Lisandre BEDAULT, Yvon DREANO, Klet DONNART, Catherine DUPONT, Clément NICOLAS, Henri GANDOIS, avec la collaboration de Rodrigue TSOBGOU, Cécile LE CARLIER DE VESLUD. Décembre 2008 RAPPORT DE SONDAGE
  • .............................................................................................................. 5 - HISTORIQUE DES RECHERCHES ......................................................................................................................... 6 Le sondage
  • ..................................................................................................................................................... 8 1. LE SITE DE L’AGE DU BRONZE ANCIEN DE TARIEC VRAZ ..................................................... 14 - LA CULTURE MATERIELLE .............................................................................................................................. 14 La céramique
  • de Tariec Vraz (Maëva Assous-Plunian) .............................................................................. 14 Le macro-outillage de Tariec Vraz (Klet Donnart) ..................................................................................... 19 - ECONOMIE ET
  • ...................................................................................................................................................... 22 La faune (Lisandre Bedault) ........................................................................................................................ 22 Intérêt de l’étude des poissons du site de l’Age du Bronze de l’île Tariec (Yvon Dréano) ......................... 24 La
  • ...................................................................................................................................... 34 Remerciements Nous tenons à remercier Jean-Yves Tinevez (SRA Bretagne) pour la rapidité avec laquelle il nous a transmis l’autorisation de sondage. Merci également à Christophe Labous de nous avoir permis d’utiliser certains des clichés publiés sur le site internet de « La
  • Croix des Abers ». 3 Introduction - Le cadre géographique L’archipel de Tariec se situe sur la côte nord-ouest du Léon, encore appelé Pays d’Ac’h. Il se compose de 19 petites îles et îlots faisant face à Landéda et Lilia (Plouguerneau) (Fig. 1). Avec l’archipel de Molène, il
  • s’agit de la plus grande concentration d’îles de la côte léonarde. Le plateau qui les porte est coupé en deux par le chenal d’entrée de l’aber Wrac’h. Toutes les îles composant cet archipel sont rattachées à la côte à basse mer aux grands coefficients, à l’exception de l’île Geignoc
  • (Guilcher et Adrian, 1959), cette dernière étant bien connue des archéologues pour les monuments qu’elle renferme (Giot, 1987). Fig. 1 - L’archipel de Lilia et Landéda. (d’après Guilcher et Adrian, 1959, modifié). 4 Si l’on prend comme limite la courbe des -5 m sous les plus basses
  • mers pour se faire une idée du paysage au Néolithique moyen, on aurait alors une plaine littorale parsemée de petites collines s’étendant sur une distance de 1 à 2 km depuis le trait de côte actuel (Fig. 1). - L’environnement archéologique De nombreux vestiges archéologiques ont été
  • repérés sur l’île Tariec. Par ordre chronologique et sans prétendre à l’exhaustivité, on peut mentionner un cairn du Néolithique moyen, un menhir, des éléments de briquetage gaulois, les vestiges d’une chapelle, un ancien parcellaire et des structures de goémoniers. Fig. 2
  • . Sparfel). - Historique des recherches Ce petit monument a été repéré en coupe de falaise en 2000 par Yohann Sparfel (2001) alors qu’il effectuait des prospections et relevés de mégalithes dans l’archipel de Tariec dans le cadre de son mémoire de maîtrise. Nous disposons donc d’un
RAP02142.pdf (LE CONQUET (29). "île de Béniguet". fouille de l'amas coquillier. rapport de sondage)
  • LE CONQUET
  • LE CONQUET (29). "île de Béniguet". fouille de l'amas coquillier. rapport de sondage
  • noisetiers sur l'île ?). Il ne fait nul doute que mises en parallèle, toutes les études des vestiges organiques (incluant la macro-faune, la malacofaune et l'anthracologie) permettront d'ici peu de proposer une vision assez complète de l'économie des gens ayant vécu à Beg ar Loued, il y
  • . Bien que non achevée, un très important volume de refus de tamis restant à trier, l'analyse de la micro-faune offre des perspectives des plus importantes notamment sur la question de l'insularité de ces territoires à la fin du Néolithique. En effet, le nombre de taxons de
  • un rapace, cf. 1 celle ci est en général faible sur les petites îles. 6 rapport 2004), du processus d'insularisation de l'archipel : la faune continentale, piégée par la remontée des eaux sur de petits territoires, n'aurait pas encore eu le temps de s'appauvrir. Néanmoins
  • scientifique : Y. Pailler, S. Giovannacci, E. Ihuel Département : Finistère Commune : Le Conquet Coordonnées Lambert II étendu : X = 67,540 ; Y = 2396,875 Référence cadastrale : Proprétaires : l'île de Beniguet est la propriété de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS
  • , l'ormeau, la coquille Saint-Jacques, le murex, la praire et de nombreux autres petits coquillages minoritaires qui devront être déterminés spécifiquement. Certaines patelles présentent sur leur coque une faune fixée. Les différentes passes sont dominées 12 largement par la patelle
  • DRAC-SRA 2 3 JAN. 2008 COURRIER ARRIVEE Décembre 2005 Yvan PAILLER, Sandie GIOVANNACCI, Ewen IHUEL, Anne TRESSET (dir.) avec les contributions de Yann BOUGIO, Klet DONNART, Yvon DRÉANO, Rodolphe HOGUIN, Laurence LE CLEZIO, Yves-Marie PAULET, Marie-France DIETSCH-SELLAMI, Farid
  • SELLAMI, PROGRAMME ARCHEOLOGIQUE MOLENAIS, rapport n° 7 TOME 1 : Texte SONDAGE DU SITE DE BENIGUET - 3 (LE CONQUET) Opération n° 2005 - 202 FOUILLE PROGRAMMÉE DU SITE DE BEG AR LOUED (ILE MOLÈNE) Opération n° 2005 - 218 \ \ h\ l! t ••-s. V *V, w JPS \ J ètefat .. Me€jSSii J
  • BENIGUET (LE A/ PRÉSENTATION (Y. Pailler) 1. Rappel de la problématique 2. Conduite du sondage B/ OBSERVATIONS FAITES SUR LE TERRAIN MATÉRIELLE (Y. Pailler, S. Giovannacci) A PROPOS DE LA CULTURE a LE MATÉRIEL CÉRAMIQUE (S. Giovannacci) D/ LE TRI DU CARRÉ A DU SONDAGE DE MARS 2005
  • SUR L'ÎLE DE BENIGUET : PREMIER APERÇU (Y. Dréano) E/ ÉTUDE DES RESTES COQUILLIERS DE COQUILLES SAINT-JACQUES, MAXIMUS (Y.-M. Paulet) PECTEN F/NOTE SUR LES RESTES DE MICROVERTEBRES ISSUS DE L'AMAS COQUILLIER (A. Tresset). G/ OUVERTURES (Y. Pailler) III. ETUDE DE QUELQUES
  • (parcelle 19) 4. Beniguet-13(parcelle 20) 5. Beniguet- 22 (parcelle 40) E/ LES CHAÎNES OPÉRATOIRES PRÉSENTES DANS LES ASSEMBLAGES ÉTUDIÉS 1. Les matières premières 2. Les produits taillés F/ LA CÉRAMIQUE (S. Giovannacci) G/ ESSAI D'INTERPRÉTATION 2 IV. TROISIÈME CAMPAGNE DE FOUILLE
  • PROGRAMMÉE LOUED (ILE MOLÈNE) ~ Fiche signalétique SUR LE SITE DE BEG AR AJ PRÉSENTATION ET RAPPEL DE LA PROBLÉMATIQUE B/ MÉTHODES ET STRATÉGIE DE FOUILLE 1. Méthodes mises en œuvre 2. Stratégie de fouille C/ ARCHITECTURE : DESCRIPTION DES STRUCTURES MISES AU JOUR (E. Ihuel, Y. Pailler
  • ) 1. Description des structures et altérations modernes a) Mur de parcellaire moderne et mise en culture b) Extraction de matériaux c) Structures de chasse, les gabions 2. Description des structures archéologiques anciennes a) Structure 1 b) Structure 2 3. Quelques éléments de
  • comparaison D/ RAPPORT PRÉLIMINAIRE DE L'ÉTUDE GÉO-ARCHÉOLOGIQUE (F. Sellami) 1. Introduction 2. Le milieu physique. 3. Description de la stratigraphie 4. Échantillonnage 5. Discussion des données et des problématiques à traiter E/ COMPTE-RENDU DES MISSIONS TOPOGRAPHIQUES SUR L'ÎLE MOLÈNE
  • (Y. Bougio) F/ LA CULTURE MATÉRIELLE 1. L'industrie lithique taillée - sondage II et sondage V (L. Le Clézio) a) Le corpus b) Étude du corpus c) Les perçoirs d) La chaîne opératoire des perçoirs e) Éléments de comparaison f) Conclusion 2. Le macro-outillage (K. Donnart
  • -culturelle e) Approche expérimentale, du prélèvement de l'argile à la cuisson f) Bilan et perspectives 3 G/ L'ÉCONOMIE ALIMENTAIRE 1. Étude de l'ichtyofaune (Yvon Dréano) a) Méthode d'analyse du matériel ichthyologique b) Résultats de l'analyse archéo-ichtyologique c) Conclusion 2. Les
  • grands vertévrés (Anne Tresset) 3. La carpologie (M.-F. Sellami) H/ LE PEUPLEMENT ANCIEN DE MICRO-VERTÉBRÉS MOLÈNE (A. Tresset) DANS L'ARCHIPEL DE V. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 1. Résultats de terrain obtenus en 2005 2. Principales orientations pour la campagne 2006 DIFFUSION ET
  • PUBLICATION DES RÉSULTATS BIBLIOGRAPHIE 4 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur aide et leur soutien : -Le Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil Général du Finistère qui nous ont accordé les subventions nécessaires au bon déroulement de nos opérations
  • . -Les gestionnaires et propriétaires des îles sur lesquelles nous avons travaillé durant l'année. Pour la commune de Molène : Madame le Maire, Marie-Thérèse Callac et les élus du Conseil Municipal. Une mention spéciale doit être décernée à Philippe Richard, secrétaire de mairie, pour
  • son soutien et son amitié. Pour l'ONCFS : Louis-Gérard d'Escrienne, conservateur de l'île Beniguet et les gardes Fabrice Bernard, Michel Claize, Arnaud, ainsi que Pierre Yésou, responsable scientifique de la réserve. Pour la SEPNB -Bretagne Vivante : Louis Brigand, conservateur de
  • la Réserve naturelle d'Iroise, les membres du Comité consultatif et Jean-Yves Le Gall et David Bourles, gardes de la Réserve Naturelle d'Iroise. -La compagnie de transports maritimes Penn ar Bed pour nous permettre de bénéficier du tarif insulaire et avoir mis gracieusement à
RAP02402.pdf (MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniforme. rapport intermédiaire 2008 de fp 2007-2009)
  • MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniforme. rapport intermédiaire 2008 de fp 2007-2009
  • concernent toutes deux la tracéologie (osseuse et lithique). La charge de travail du spécialiste de tracéologie lithique ne lui a pas permis de mener à bien pour le moment son étude, pour la matière osseuse cette analyse ne pourra être entreprise que lorsque la grande faune du site sera
  • représentatif possible de la faune (vertébrés et invertébrés), dans une région généralement pauvre en ce type de vestiges. - protocole de tamisage : Chaque seau de chaque carré est généralement tamisé à 2 mm directement face au chantier dans les trous d'eau par le fouilleur. Puis les refus
  • DRAC-SRA 1 JAN. KKiLn. A R dir.), avec les contributions de Jean B A L B U R E , David B O U R G A R I T , Yolanda C A R R I O N , Philippe C H A M B O N , Jean-René D A R B O U X , Klet D O N N A R T , Y v o n D R E A N O , Colas GUERET, I GONIDEC, Aurélia S T A U B
  • 4 ri f i l i T R A N Q U I L L E • l'I \ N ASSOCIATION TUMULUS APrHFn7nn)n hicrnire Hoc cnriÁrÁc et des peuplements LI I S Office National dr u Chasse m,-b Faune Sauvage d« bresaole O COMMUNAUTÉ occidental* Pays d Iroise 0 £ COMflViïES Littoral
  • A - INTRODUCTION B - M E T H O D E S & STRATÉGIE D E F O U I L L E 1 - Méthodes mises en œuvre 2 - Protocole de tamisage et gestion des refus de tamis C - RECONNAISSANCE D E L A STRATIGRAPHIE 1 - Introduction 2 - Contexte physique 2.1 - Configuration géomorphologique 2.2 - Le cadre
  • paléogéographique 3 - Les formations sédimentaires 4 - Analyse micromorphologique 5 - Evolution spatiale de la stratigraphie 6 - Evolution spatiale des couches au sein de la bâtisse 21 21 21 21 23 23 23 23 24 24 26 27 28 7 - Synthèse et discussion 28 7.1 - Implication du milieu physique dans
  • le choix de l'implantation du site 28 7.2 - Formation et fonctionnement du site 29 7.2.1 - La dynamique du sol avant la construction de la bâtisse 29 7.2.2 - La dynamique du sol après la construction de la bâtisse 30 8 - L'origine des dépôts : dépotoir ou colluvions ? 30 9
  • - L'anthropisation des couches : héritage ou acquisitions 31 D - A R C H I T E C T U R E : DESCRIPTION DES STRUCTURES MISES A U JOUR 32 1 - Rappel des structures et altérations modernes découvertes 32 1.1 — Mur et parcellaire moderne 32 1.2 - Structures de chasse, les gabions 32 1.3 — Qui voit
  • Molène voit sa peine... Une sépulture contemporaine dans l'emprise du site 33 2 - Les structures archéologiques anciennes 37 2.1 - La maison, Structure 1 38 2.1.1 - Matériaux géologiques du site de Beg ar Loued à Molène 38 2.1.2 - Première phase de construction du bâtiment 38 2.1.3
  • - Deuxième phase de construction du bâtiment 39 2.1.4 - Troisième phase de construction du bâtiment 40 2.1.5 -La quatrième phase de construction. 41 2.1.6-Un parement externe 42 2.1.7 - Le mur de refend et l'alvéole 42 2.1.8 -A l'intérieur de la structure 1, aménagements internes (muret
  • R I E L L E A - E T U D E DU M O B I L I E R C E R A M I Q U E B - L'INDUSTRIE LITHIQUE T A I L L E E 1 - Introduction 1.1 - Rappel du rapport n°9 1.2 - Le corpus de l'étude de 2008 2 - Typologie 3 - Répartition spatiale 3.1 - Densité globale 3.2 - Densité des esquilles 3.3
  • - Galets biseautés à fût aminci : la série de Beg ar Loued s'étoffe 58 4 - Les disques : couvercles de pots ou plaques de cuisson? 59 5 - Réflexions préliminaires sur le débitage du grès armoricain 60 6 - Pour conclure 61 D DES INDICES D'UNE PROBABLE ACTIVITE METALLURGIQUE 63 1 - Le
  • moule en granité 63 1.1 - Le moule de Beg ar Loued 63 1.2 - Le moule de Plouharnel, Morbihan 64 1.2.1 - Un bref historique 64 1.2.2-Description de l'objet. 65 1.3 - Des éléments de comparaison 66 1.3.1 - Les moules monovalves 66 1.3.2 - Les objets piano-convexes 67 1.3.3 - Les haches
  • à section lenticulaire 68 2 - Le déchet supposé de métallurgie 69 2.1 - Problématique 69 2.2 - Conditions expérimentales 70 2.3 - Résultats 70 2.4 - Discussion 70 3 - Deux objets en tôle de cuivre (ou d'alliage cuivreux) 71 3.1 - Description des objets 72 3.2 - Eléments de
  • comparaison : les perles 72 3.2.1 - Perles du Sud-est de la France (Fontbouisse / Chalcolithique) 73 3.2.2 - Perles artenaciennes 73 3.2.3-PerlesS.O.M. 73 3.2.4 - Perles campaniformes du Nord de la France 73 3.3 - Eléments de comparaison : les objets en tôle d'or 74 3.4 - Dernier élément
  • de comparaison : les pendeloques 74 E - M A T E R I E L POLI E T OBJETS DE PARURE 75 1 - Inventaire et description 75 2 - Analyse du matériel 78 I V - E C O N O M I E E T ENVIRONNEMENT 80 A - E T A T D ' A V A N C E M E N T D E S T R A V A U X SUR L ' H I S T O I R E DU C O R T
  • A G N E S D E FOUILLES...102 B - L E S O R I E N T A T I O N S P O U R L A C A M P A G N E 2009 104 VII - DIFFUSION DES RESULTATS Article paru dans Ouest-France Article paru dans le Télégramme de Brest VIII - R E F E R E N C E S BIBLIOGRAPHIQUES 106 106 107 108 IX-ANNEXES
  • 115 BREVIARE DU LAVEUR 116 MANUEL DE SURVIE DU TRIEUR FOU 117 DECOUVERTE D'OSSEMENTS A QUEMENES : PROCES - VERBAL DE SYNTHESE 118 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur aide et leur soutien : - Le Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil Général du
  • Finistère qui soutiennent notre programme depuis 2000 en nous accordant chaque année les subventions nécessaires au bon déroulement de nos opérations. Merci encore au Conseil Général qui met gracieusement à notre disposition les anciens locaux du collège des îles du Ponant et les
  • logements du Sémaphore avec une mention spéciale à Bernard Jacques. - La Communauté de Communes du Pays d'Iroise qui a mis à notre disposition les moyens matériels et humains pour le débouchage (Christophe Berthelé) et le rebouchage du site (Gérard Caraven et Christophe Berthelé). - La
RAP02521.pdf (MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniformes, âge du bronze ancien. rapport final de fouille programmée 2007-2009)
  • MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniformes, âge du bronze ancien. rapport final de fouille programmée 2007-2009
  • façon générale sur toute l'étude spatiale du mobilier. Sur le plan archéozoologique la stratégie de tamisage et de tri correspond à la volonté d'avoir un panel le plus représentatif possible de la faune (vertébrés et invertébrés), dans une région généralement pauvre en ce type de
  • ò. S 'Cl Yvan P A I L L E R , Henri GANDOIS, Anne T R E S S E T dir., avec les contributions de Salvador BAILON, David BOURGARIT, Loïc BOURY, Cécile C^ Jean-Marie CARIOLET, Yolanda CARRION, Philippe CHAMBON, Jean-René DARBOUX, Laurence DAVID, Karyne DEBUE, Klet DONNART, Yvon
  • Office National u Chasse « A - U Faune Sauvage CONSEIL GENERAL FINISTERE lUU) uni» . - t e BRETAGNE ¿¿3, V I V A N T E ^tySEPI .3 d* bretigne Penu-ar-Bed 0 occidentale ex REMERCIEMENTS 7 FICHE SIGNALETIQUE 9 LISTE DES PARTICIPANTS I-RAPPORT FINANCIER U 2008 (H. Gandois
  • GNE DE FOUILLE PROGRAMMEE AR LOUED (ILE MOLENE) 19 SUR LE SITE DE BEG 20 A - INTRODUCTION 20 B - M E T H O D E S E T STRATÉGIE D E F O U I L L E 20 1 - Méthodes mises en œuvre 2 - Protocole de tamisage et gestion des refus de tamis 20 21 C - C O N T E X T E G E O M O R P H
  • - Le cadre paléogéographique 3 - Les formations sédimentaires 4 - Analyse micromorphologique 5 - Évolution spatiale de la stratigraphie 6 - Évolution spatiale des couches au sein de la bâtisse 7 - Synthèse et discussion 7.1 - Implication du milieu physique dans le choix de
  • moderne 1.2- Structures de chasse, les gabions 31 31 32 1.3 - Une inhumation de chien 33 1.4 - Qui voit Molène, voit sa peine... Une sépulture moderne dans l'emprise du site 33 2 - Les structures archéologiques anciennes 42 2.1 - La maison, structure 1 42 2.2 - La Structure 2 49 2.3
  • de tri Caractérisation générale de la série Analyse spatiale Discussion et perspectives B - L ' I N D U S T R I E L I T H I Q U E T A D L L E E (L. Le Clézio) 1 - Généralités sur le corpus lithique de Beg ar Loued 1.1 - L'approvisionnement en matière première 1.2 - La chaîne
  • opératoire de débitage 1.3 - Le mobilier obtenu 1.4 - L'utilisation du mobilier 2 - Particularités du corpus 2.1 - La répartition différenciée des outils « perçoirs/grattoirs » 2.2 - La répartition du cristal de roche 2.3 - La standardisation des outils (exemple des grattoirs) 2.4 - Les
  • 54 54 54 55 55 55 56 58 61 62 63 63 64 65 68 68 68 69 70 71 72 73 de 73 73 76 77 77 81 82 82 83 83 85 87 88 3.2 - Stratégies de collecte des supports 3.3 - Aperçu des activités se déroulant sur le site 4 - Association de fonctions 5 - Conclusion et perspectives E - D E S
  • INDICES D'UNE P R O B A B L E A C T I V I T E M E T A L L U R G I Q U E 1 - Le moule en granité (H. Gandois et Y. Pailler) 1.1 - Le moule de Beg ar Loued (Y. Pailler, H. Gandois) 1.2 - Le moule de Plouharnel, Morbihan (H. Gandois) 1.3 - Des éléments de comparaison (H. Gandois) 2 - Le
  • déchet supposé de métallurgie (D. Bourgarit et Y. Coquinot) 2.1 - Problématique 2.2 - Conditions expérimentales 2.3 - Résultats 2.4 - Discussion 3 - Deux objets en tôle de cuivre (ou d'alliage cuivreux) (H. Gandois) 3.1 - Description des objets 3.2 - Eléments de comparaison : les
  • perles 3.3 - Eléments de comparaison : les objets en tôle d'or 3.4 - Dernier élément de comparaison : les pendeloques 3.5 - Composition chimique de l'objet en tôle de cuivre F - M A T E R I E L P O L I E T O B J E T S D E P A R U R E (Y. Pailler) 1 - Inventaire et description 2
  • - Les variations holocènes du niveau marin en France et en Bretagne : état des connaissances 150 2.1 - La remontée du niveau marin au cours de PHolocène sur les côtes françaises 150 2.2 - Les variations holocènes du niveau marin en Bretagne occidentale 151 3 - Principes
  • méthodologiques de l'étude : des carottages à la fonction de transfert.... 154 3.1 - Pourquoi et où étudier le remplissage sédimentaire ? 154 3.2 - La méthode de sondage et de carottage : avantage et inconvénients 155 3.3 - Utilisation des foraminifères comme indicateur du niveau marin 156 3.4
  • DES RESULTATS. 184 A - ARTICLES DE PRESSE 184 B - JOURNAL TELEVISE 184 C - REALISATION D'UN COURT-METRAGE 184 D - MEDIATION 184 E-FORMATION 185 F - PUBLICATION, MEMOIRES, RAPPORTS EN LIEN DIRECT OU INDIRECT AVEC LES RECHERCHES MENEES SUR L'ARCHIPEL DE MOLENE DEPUIS 2000
  • remercier pour leur aide et leur soutien : - Le Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil Général du Finistère qui soutiennent notre programme depuis 2000 en nous accordant chaque année les subventions nécessaires au bon déroulement de nos opérations. Merci encore au
  • Conseil Général qui met gracieusement à notre disposition les anciens locaux du collège des îles du Ponant et les logements du Sémaphore avec une mention spéciale à Bernard Jacques. - La Communauté de Communes du Pays d'Iroise qui a mis à notre disposition les moyens matériels et
  • humains pour le débouchage (Christophe Berthelé) et le rebouchage du site (Gérard Caraven et Christophe Berthelé). Nous adressons nos plus vifs remerciements à André Talarmain (président de la CCPI) et Albert Rousseau (directeur des services techniques). - La compagnie de transports
  • aussi à remercier le personnel à terre et les équipages de la Penn ar Bed pour leur gentillesse et leur efficacité (spéciale dédicace à Claude Berthelé dit Le Bosco et à Robert Petton). - L'équipage du Bugale Mildiz (Milo, Sébastien, Aurélien, Ludovic, Vianney) pour leur amitié et
  • leur participation généreuse à l'effort de fouille par l'approvisionnement régulier de l'équipe en crabes, araignées et en poissons. - La flotille 32F de la Marine Nationale pour la couverture couverture aérienne du site. - Les gestionnaires et propriétaires des îles sur lesquelles
RAP03823 (PLENEUF-VAL-ANDRE (22). Kerdishéol, 108 rue Georges Clémenceau, parcelle 1. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLENEUF-VAL-ANDRE (22). Kerdishéol, 108 rue Georges Clémenceau, parcelle 1. Rapport de diagnostic
  • la présence de vestiges de quelque période que ce soit, va néanmoins permettre de recueillir d’importantes données d’ordre géomorphologique et stratigraphique sur le comblement d’un vallon au cours du Quaternaire et de l’Holocène. Diagnostic archéologique Diagnostic archéologique
  • défaut d’identifier la présence de vestiges de quelque période que ce soit, va néanmoins permettre de recueillir d’importantes données d’ordre géomorphologique et stratigraphique sur le comblement d’un vallon au cours du Quaternaire et de l’Holocène. Toutes les tranchées ont été
  • , en fond de baie et s’inscrivant entre deux buttes rocheuses, dans un cadre archéologique important, notamment pour les périodes anciennes. C’est en effet dans la baie du Val-André, au sein de puissants dépôts de sédiments quaternaires, que des indices et sites majeurs du
  • où se trouve l’actuel centre nautique, au nord de la baie, les dépôts de pente quaternaires ont livré une grande quantité d’ossements au sein d’une matrice sableuse carbonatée, correspondant aux restes d’animaux chassés et consommés par les néandertaliens, dont des grands
  • rebouchés et le terrain remis en état. II. Résultats II. 37 Résultats II. Résultats 39 1 Présentation des données 1.1 Préambule Dans ce secteur connu pour ses importants dépôts sédimentaires quaternaires et holocènes, la constitution d’un ou deux transects géomorphologiques
  • (études en cours) et à la bibliographie disponible, de compléter les informations géomorphologiques quaternaires et holocènes qui caractérisent la côte de la baie du Val-André. 42 Inrap · RFO de diagnostic Pléneuf-Val-André (22), Kerdishéol, 108 rue Georges Clémenceau, parcelle 1
  • période que ce soit, va néanmoins permettre de recueillir d’importantes données d’ordre géomorphologique et stratigraphique sur le comblement d’un vallon au cours du Quaternaire et de l’Holocène. Diagnostic archéologique Diagnostic archéologique Kerdishéol, 108 rue Georges Clémenceau
  • En préalable au projet de construction d’un pavillon individuel à proximité de la villa de Kerdishéol à Pléneuf-Val-André un diagnostic archéologique a été engagé sur la surface prescrite, soit environ 500 m². Dans le contexte paléoenvironnemental particulièrement favorable du
  • fond de baie, comprenant d’importants dépôts sédimentaires quaternaires, plusieurs indices et sites archéologiques majeurs, notamment du Paléolithique, se localisent à proximité de la parcelle étudiée. L’ouverture de deux sondages profonds dans la parcelle 1, à défaut d’identifier
  • diagnostic archéologique a été conduit par l’Inrap suite à une prescription du SRA Bretagne et sous le contrôle de ce dernier. Sous la direction de Stéphan Hinguant Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Inrap Grand Ouest
  • d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures
  • d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le
  • SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du
  • code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute
  • reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du
  • nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès
  • lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon
  • prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de
  • 22120 Hillion 22186 Nature de l’aménagement Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence X : 1290780 Y : 7280110 Z : de 17 à 20 m NGF Construction d’un pavillon individuel Surface du projet prescrite Emprise maximale prescrite : 507 m
  • rattachement Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Dates d’intervention sur le terrain Du 16/09/2019 au 20/09/2019 8 Inrap · RFO de diagnostic Pléneuf-Val-André (22), Kerdishéol, 108 rue Georges Clémenceau, parcelle 1 Mots-clefs des thesaurus Chronologie
RAP03331.pdf (PLOUEZOC'H (29). Sondage au sein de la chambre H du tumulus sud de Barnenez. Rapport de sondage)
  • PLOUEZOC'H (29). Sondage au sein de la chambre H du tumulus sud de Barnenez. Rapport de sondage
  • , Laporte 2010), ou plus ponctuellement pour la façade du monument B de Champs Châlon à Benon en Charente-Maritime (Joussaume 2006, Laporte 2010), voire plus récemment encore pour le monument de la Motte de la Jacquille à Fontenille, en Charente (Ard et al. à paraître). Peut-être avec
  • -201. Giot P.-R. 1986 ‒ Le tumulus de Barnenez, Ar Men, 3, p.p. 18-35. Giot, P.-R. 1987 – Barnenez, Carn, Guennoc ; Travaux du laboratoire “anthropologie-préhistoireprotohistoire-quaternaire armoricains », 2 vol. Giot, P.-R. 1960 ‒ Vers une échelle chronologique « absolue » pour la
  • , Hachette, Paris, 398p. Joussaume R., 2006 : Les tumulus de Champ-Chalon à Benon (Charente-Maritime), Groupe Vendéen d’Etudes Préhistoriques, 42, 90p. Joussaume R., Laporte L., 2006 - Monuments funéraires néolithiques dans l’ouest de la France. in Joussaume, Laporte & Scarre (dir.) 2006
  • sud de Barnenez, à Plouézoc'h (Finistère) Luc Laporte, Florian Cousseau, Primitiva Bueno Ramirez, Rodriguo de Balbin Behrman, François Legall, Philippe Gouézin, Laurent Quesnel. I. Les tumulus de Barnenez, à Plouézoc'h, dans le Finistère Le grand cairn de Barnenez, pour reprendre
  • le nom sous lequel il est aujourd’hui présenté au public, constitue en Bretagne l’une des réalisations de la Préhistoire récente parmi les plus emblématiques du Mégalithisme atlantique. Situé sur la commune de Plouézoc’h, dans le Finistère, sa découverte est somme toute assez
  • occidentale se distingue de la précédente par une façade construite avec des blocs de granit, de couleur claire. Elle contient six chambres funéraires, toutes desservies également par un couloir d’accès autonome. Les onze couloirs d’accès débouchent sur la façade méridionale d’un monument
  • l’encorbellement dans l’antichambre, au moment de la découverte. Vue depuis la chambre, 3/ L’antichambre en cours de fouilles, 4/ Détail du cliché 2, 5/ Sol du couloir, vu depuis l’antichambre, 6/ Sol au droit des orthostates H28, 31 et 37 dans le coin sud-est de la chambre. On remarquera la
  • présence de peinture sombre formant un grand chevron horizontal à la base de H28. Clichés P.R. Giot 1956, Archives du laboratoire Archéosciences. II. Le tumulus sud de Barnenez. Très peu de travaux archéologiques avaient été réalisés sur le tumulus sud de Barnenez depuis les années de
  • sa découverte. La mise en place d’une équipe de recherche internationale, et parallèlement celle d’un travail de thèse qui intègre l’étude de ce monument, ont eu pour but de renouveler nos connaissances sur l’un des mégalithes parmi les plus prestigieux en Bretagne (Fig. 1). L’un
  • des premiers résultats fut la découverte de peintures préhistoriques sur les parois de la chambre H (Bueno Ramirez et al. 2012). L’objet de la thèse concerne l’étude du bâti (Cousseau 2016). Depuis quelques années, l’état des recherches a considérablement évolué sur ce sujet, en
  • particulier pour ce qui est de son application à l’étude des Mégalithes (Laporte et al. 2014a). Dans l’ouest de la France, l’étude détaillée de monuments comme le tumulus C de Péré à Prissé-la-Charrière dans les Deux-Sévres (Laporte et al. 2002, Scarre et al. 2003, Laporte et al. 2010
  • ), parmi d’autres également (Joussaume 1985, Joussaume et Pautreau 1990, Giot et al. 1998, Laporte et Le Roux 2004, Joussaume 2006), conduit à un renouvellement profond des approches méthodologiques et des connaissances concernant ces toutes premières architectures en pierre d'Europe
  • occidentale (Laporte et al. 2011, Laporte, Scarre 2015). Plus récemment encore et pour ce qui concerne les travaux de notre équipe, nous avons d'abord été amenés à redéfinir les méthodes d'étude des masses tumulaires construites en pierre sèche (Laporte et al. 2014a). Une récente
  • projet architectural soigneusement élaboré (Laporte 2015a). Nous avons alors insisté sur le fait qu'il s'agit d'une forme nouvelle, et sans doute un peu illusoire, de domestication du temps et de l'espace (Laporte 2015b). Enfin, il nous avait paru utile de mieux définir les termes de
  • dolmens et menhirs, redonnant alors un peu d'unité à ce qui est désormais traité le plus souvent comme deux champs d'étude distincts (Laporte 2015c). L'ensemble de ce raisonnement avait conduit, très concrètement, à quelques observations au sein de la chambre H que nous étions alors
  • l'entrée du couloir, et la portion de couloir correspondante, viennent alors s'accoler parfaitement aux quatre dalles constituant le fond de la chambre. Elles dessinent ainsi un plan très proche de celui de la chambre B, la seule dans ce monument également coiffée d'une dalle de
  • couverture. Le nouvel espace que dessine alors la chambre H est totalement recouvert par sa dalle de couverture, sans aucune incompatibilité avec la hauteur ou la morphologie des pierres dressées le long des parois correspondantes (fig. 2). Inutile de préciser que sans un relevé scanner
  • de très haute précision, nous n'aurions pas pu vérifier la véracité de ces derniers propos. En l'état, la position du couloir a changé. Elle n'en reste pas moins centrée sur la dalle de chevet. Elle est désormais parallèle à l'axe de la même portion de couloir pour les chambres G
  • son plan et dans son agencement à la chambre B (Laporte in Laporte et al. 2014 - Rapport DRAC). Seules les quatre pierres dressées dans le fond de la chambre pourraient être restées en place, ainsi que la dalle de couverture. Afin que cette dernière ne bascule pas dans le vide
  • , deux dalles plus fines que les autres pourraient avoir été rajoutées provisoirement comme support, à ce moment-là. Les deux premières dalles de la chambre, ainsi que la portion de couloir attenante, ont été déplacées vers le sud. L'espace intercalaire, constituant désormais
RAP02151.pdf (QUIMPER (29). l'habitat de l'âge du fer de Kergariou. rapport de sondage)
  • QUIMPER (29). l'habitat de l'âge du fer de Kergariou. rapport de sondage
  • bénéficie d'un réel programme d'archéologie préventive, progressivement élaboré sous la conduite de JeanPaul Le Bihan et du Service régional de l'archéologie. Limité dans un premier temps à l'étude de la ville, il s'est ouvert depuis 1980 aux vastes espaces ruraux localisés à sa
  • périphérie. Dans le cadre d'un partenariat entre l'Etat, la Ville, le Conseil Général du Finistère et l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), les parcelles englobées dans l'extension du réseau urbain ont été sondées et les sites découverts ont été fouillés
  • avant d'être détruits par les terrassements. Lorsque le projet de construction d'une rocade contournant le nord-ouest de Quimper est parvenu au Service régional de l'archéologie de Bretagne, c'est donc tout naturellement qu'une procédure d'évaluation de l'impact de ce projet sur le
  • du projet (Roy, 2003). Le premier, localisé au lieu-dit Kergolvez (Fig. 2), correspond à un vaste habitat groupé organisé autour d'une voie qui franchit la rivière du Steïr. Ces vestiges ont été fouillés à la fin de l'année 2004 et durant le premier semestre de l'année 2005 sous
  • la direction de Elven Le Goff, de l'Inrap. Evalué dans un premier temps à 650.000 €, le montant de cette opération a dû être revu notablement à la hausse suite à la mise au jour, au cours de cette fouille, de vestiges mieux conservés que les sondages ne le laissaient entrevoir
  • . Dans le cadre de la négociation qui s'est alors instaurée entre le Conseil Général du Finistère, maître d'ouvrage du projet routier, l'Inrap et l'Etat, le Service Régional de l'Archéologie a proposé de prendre à sa charge la fouille des deux autres sites repérés sur l'emprise de la
  • déviation, qui semblaient d'une importance scientifique mineure au regard des découvertes effectuées à Kergolvez. En conséquence, l'opération dirigée par Elven Le Goff a pu être prolongée sur une durée de trois mois, avec des résultats scientifiques majeurs. Le deuxième site, localisé au
  • lieu-dit Kervouyec Nevez, à 800 m au nord-est de Kergolvez, a livré, lors des sondages effectués par Eddie Roy, les vestiges de deux fosses et de possibles trous de poteaux attribués au Néolithique moyen. Conformément à l'accord passé entre le Conseil Général et l'Etat, cet ensemble
  • a été fouillé dans le cadre d'un sondage effectué en mai 2005 sous la direction de Jean-Yves Tinevez, du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne. Le troisième site, localisé au lieu-dit Kergariou, à 300 m au nord-est du précédent (Fig. 2), avait livré lors emprise de la rocade
  • •'./tranchées de sondage ' archéologique 0 500 m de Kergariou. étudié par Y. Menez, de Kervouyec Nevez. étudié par J. Y. Tinevez. site de Kergolvez. étudié par E Le Goff Fig.2 : Localisation, sur le plan général des sondages, des trois sites découverts par Eddie Roy sur le tracé de la
  • rocade nord de Quimper (document extrait du rapport de diagnostic archéologique remis par Eddie Roy, élaboré d'après les données fournies par le Service des Etudes et Aménagements Routiers du Conseil Général du Finistère). L'habitat de l'âge du Fer de Kergariou à Quimper (Finistère
  • ) des sondages effectués par Eddie Roy les vestiges d'un petit fossé (n° 75, Fig. 3) et, distants de 80 m, ceux d'un souterrain creusé dans le gneiss altéré. Les tessons de céramiques découverts permettaient de faire remonter au V e siècle avant J.-C. le comblement de ces excavations
  • . L'absence de toute autre structure dans ce secteur, pourtant largement couvert par les sondages, justifiait paradoxalement la mise en place d'une intervention. En effet, elle laissait supposer la présence d'un habitat de l'âge du Fer rapidement déserté, dont les fondations n'auraient pas
  • été remaniées par les occupations postérieures, de La Tène moyenne et finale, si fréquemment rencontrées dans la péninsule armoricaine. On pouvait donc espérer la mise au jour du plan lisible d'une de ces petites fermes encloses qui, durant la fin du premier et le début du second
  • âge du Fer, se sont implantées sur les plateaux dans le cadre d'une première phase d'appropriation des terres (Menez, 1996). La prescription d'une fouille préventive classique étant exclue, il a fallu programmer la mise en place d'un sondage dans le cadre des financements limités
  • accordés par l'Etat à ce type d'intervention. En conséquence, cette opération, dirigée par Yves Menez, a été programmée pour une durée maximale de 4 jours sur le terrain, comprenant un jour de terrassement à l'aide d'une pelle mécanique, avec une équipe d'environ 5 personnes. L'objectif
  • était de recueillir le maximum de données sur ce site dans le temps imparti. Une première fouille a eu lieu du 10 au 13 mai 2005 sur une bande de 14 à 22 m de large et de 68 m de long, localisée le long d'un important merlon de terre édifié pour protéger la construction d'un pont
  • (Fig. 3). Dans un second temps, le 10 octobre, une partie du merlon a été enlevée et le décapage poursuivi sur une largeur de 8 m afin de compléter le plan de l'habitat découvert. Seule la mobilisation d'une petite équipe, que nous tenons à 3 remercier ici, a rendu possible la
  • réalisation de cette opération. Se sont succédés sur le site, en fonction de leurs disponibilités, Pierre Carrié, Muriel Fily, Joseph Le Gall, Richard Le Lamer, Nelly Cosquer, Henri Mayeux et Daniel Tanguy, bénévoles, puis Christine Boujot, ingénieur de recherche au Service Régional de
  • l'Archéologie de Bretagne. Thierry Lorho, ingénieur d'études, a effectué le positionnement de cette fouille et le relevé de certains des vestiges mis au jour à l'aide d'un GPS. José Gomez de Soto a étudié le mobilier métallique découvert. Mathilde Dupré a effectué la mise au net des
RAP03286.pdf (DOMLOUP (35). ZAC du Tertre, tranche 3 : un enclos funéraire du premier âge du Fer. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • DOMLOUP (35). ZAC du Tertre, tranche 3 : un enclos funéraire du premier âge du Fer. Rapport de fouille
  • apparaît plus qu’évidente. Deux céramologues, respectivement spécialistes de la période de l’âge du Bronze et de l’âge du fer assureront l’étude des mobiliers dans le respect des moyens provisionnés. Si la présence d’autres types de mobilier se confirmait (faune, métal…), leur étude
  • Fouille archéologique Un enclos funéraire du premier âge du Fer sous la direction de Sandra Sicard Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de fouille Sandra Sicard Mobilier Céramique Os brûlés Le projet de ZAC à vocation
  • d’habitation initié par la Snc le Tertre au lieudit Les fosses à Domloup en Ille-et-Vilaine avait conduit le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic archéologique sur l’emprise des futurs travaux, soit une surface de 64 220 m². Bien que peu nombreux, les
  • l’INRAP sur une surface de 750 m². Elle a permis de décaper intégralement une petite moitié sud-ouest de cet enclos, l’autre moitié se trouvant hors emprise. Dans la surface interne trois dépôts d’os brulés ont été découverts, correspondant, pour le premier aux restes très arasés d’une
  • incinération en fosse contenus dans une céramique, pour les deux autres à de petits dépôts d’os brûlés humains en pleine terre, mêlés de charbon. Un rejet anthropique également constitué d’os brûlés, de charbons et de fragments de céramique a également été découvert dans le comblement du
  • fossé de la façade sud de l’enclos. Il a donc été aisé de confirmer le caractère funéraire de cet enclos par la présence de ces dépôts osseux dans sa surface centrale et dans le fossé. Il a également été possible de déterminer la période de mise en place de ce monument funéraire
  • grâce à la présence dans le fossé d’une forme céramique caractéristique de la fin du Ier âge du Fer. Enfin, une série de datations ra confirmé cette appartenance chronologique homogène pour tous les dépôts osseux, tant dans le fossé que dans l’espace central. Rapport final
  • prescription 21 Autorisation de fouille 23 Projet scientifique d'intervention 34 Définition des moyens Résultats 38 1. 38 Introduction 1.1 Le projet 38 1.2 Stratégie d’intervention et enregistrement des données 38 1.2.1 Méthode de fouille 39 1.2.2 L’enregistrement des
  • Présentation générale des vestiges 47 3.2 L’enclos : F1 49 3.2.1 Le fossé d’enclos 49 3.2.1.2 Stratigraphie 54 3.2.1.3 Synthèse du fossé 55 3.2.2 La surface interne de l’enclos 58 3.2.2.1 les fosses à incinération 58 3.2.2.1.1 La tombe à crémation secondaire F5 59 3.2.2.1.2 La
  • tombe à crémation secondaire F6 59 3.2.2.1.3 L’ensemble F12 59 3.2.2.2 Les autres structures I. Données administratives, techniques et scientifiques 60 3.3 Etude du mobilier céramique 62 3.4 Le mobilier lithique 62 3.5 Les datations C14 62 3.6 Synthèse et éléments de
  • Bretagne, Ille-et-Vilaine, Domloup, ZAC du Tertre, Tranche 3 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Ille et Vilaine Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement ? Proprietaire du terrain Groupe Lamotte Organisme de
  • Les fosses 2013-273 en date du 22/10/2013 Dates d’intervention sur le terrain Fouille du 12/10/2015 au 23/10/2015 Numéro de l’arrêté d'autorisation de fouille — Codes code INSEE 35069 Numéro de dossier Patriarche — Numéro de l’entité archéologique 2015-243 en date du 7
  • septembre 2015 Référence du projet Inrap F 107 443 Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement La Snc Le Tertre Nature de l’aménagement — ZAC à usage d’habitation Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence Opérateur d’archéologie x (L93
  • dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Anne-Marie Foureteau, SRA Ingénieur d'étude Contrôle scientifique Michel-Alain Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération
  • Sandra Sicard, Inrap Responsable d'Opération Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Anne-Marie Foureteau, SRA
  • Ingénieur d'étude Contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional GO Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap Administrateur Mise en place et suivi de l’opération Michel-Alain Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise en place
  • suivi de l'opération Isabelle Giron-Audeoud, Inrap Ingénieur sécurité Mise en place et suivi de l’opération Olivier Laurent, Inrap Gestionnaire de centre Mise en place et suivi de l’opération Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le
  • cadre de l’opération Entreprise Charier Entreprise de terrassement Décapage de l'emprise Intervenants technique I. Données administratives, techniques et scientifiques Intervenants Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le
  • d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Sandra Sicard, Inrap Responsable d'opération Responsable scientifique Nicolas Ménez, Inrap Assistant d'étude et d'opérations Etude du mobilier céramique Myriam Texier, Inrap Anthropologue Étude des lots d'os
  • brûlés Équipe de post-fouille 9 10 Inrap · Rapport de fouille Bretagne, Ille-et-Vilaine, Domloup, ZAC du Tertre, Tranche 3 Notice scientifique Etat du site Le projet de ZAC à vocation d’habitation initié par la Snc le Tertre au lieu-dit Les fosses à Domloup en Ille-etVilaine
RAP02899_1.pdf (OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013)
  • OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • STRUCTURES D’HABITAT ET MOBILIER DU VILLAGE DU DU PREMIER ÂGE DU FER DE MEZ-NOTARIOU (OUESSANT - FINISTÈRE) 29 155 0022 AP DOCUMENT FINAL DE SYNTHÈSE DE FOUILLE PROGRAMMÉE BIENNALE Tome 1 ANNÉES 2012 - 2013 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CENTRE DE RECHERCHE
  • PROGRAMMÉE BIENNALE Tome 1 ANNÉES 2012 - 2013 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN Avec la collaboration de Jean-François Villard, CENTRE DE RECHERCHE ARCHÉOLOGIQUE DU FINISTÈRE CONSEIL GÉNÉRAL DU FINISTÈRE S.D.A. - MINISTÈRE DE LA CULTURE Rennes : S.R.A. de Bretagne 2013 1 2
  • AVERTISSEMENT AVANT-PROPOS CHAPITRE 1 : INTRODUCTION 1. SITUATION 1.1. LE MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU 2. LE PROJET BIENNAL DE FOUILLE PROGRAMMÉE 2.1. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES EN DÉBUT DE PROGRAMME 2.1.1. Les périodes anciennes 2.1.1.1 Un établissement
  • néolithique ? 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final 1 2.1.1.3 Un site du Bronze final III ? 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.3. Les vestiges du Second âge du Fer 2.1.4. Des vestiges complexes d’époque romaine 2.1.5. Un abandon au début du haut Moyen
  • Âge 2.2. LE PROJET BIENNAL DE FOUILLE 2.2.1. Le programme de fouille 2.2.2. Le programme de publication 3. L’HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE 3.1. DE NOUVELLES APPROCHES 3.2. UNE AUTRE LECTURE ET DES RECHERCHES RENOUVELÉES 3.2.1. À partir du mobilier 3.2.2
  • . À partir des structures 3.3. ÉTAT DE LA QUESTION À LA FIN 2011 4. ORGANISATION DES CAMPAGNES DE FOUILLE 4.1. LES MOYENS MATÉRIELS 4.2. LES MOYENS HUMAINS ET SCIENTIFIQUES 4.2.1. L’encadrement 4.2.2. Les bénévoles 4.2.2.1. En 2012 3 4.2.2.2. En 2013 4.2.3. La publication et les
  • programmes annexes 4.3. LA DURÉE DU CHANTIER 4.4. LES RELATIONS PUBLIQUES 4.4.1. En 2012 4.4.2. En 2013 4.5. LE TRAVAIL RÉALISÉ 4.5.1. Activité de chantier 4.5.1.1. En 2012 4.5.1.2. En 2013 4.5.2. Publication CHAPITRE 2 : LES FONDATIONS Us. 03 1. CONDITIONS ET STRATÉGIE DE FOUILLE 1.1
  • . ÉTAT DES CONNAISSANCES ET MISE EN PLACE D’UNE STRATÉGIE 1.2. ÉVOLUTION DE LA STRATÉGIE 2. LES VESTIGES DE L’Us. 03 2.1. LES LIMITES DE L’Us. 03 2.2. LES BANQUETTES 2.3. LES TERRES DE REMPLISSAGE 2.3.1. Les sédiments Us. 375 2.3.2. Les plaques de sédiments sableux 2.3.3. Le mobilier
  • mis au jour 2.4. LES CALAGES ET TROUS DE POTEAUX 2.4.1. Les trous de poteaux 2.4.2. L’organisation des poteaux au sein des travées 2.4.3.1. Les travées septentrionale et centrale 2.4.3.2. La travée méridionale 2.4.3. Le mobilier 3. PROPOSITION DE RESTITUTION DE PLANS ET ÉVOLUTION
  • DE L’Us. 03 3.1. DES BÂTIMENTS SUR TRANCHÉES 4 3.2. DES BÂTIMENTS SUR TROUS DE POTEAUX PROFONDS 3.2.1. Ensemble A 3.2.2. Ensemble B 3.2.3. Ensemble C 3.3.4. Ensemble D 3.3.5. D’autres ensembles ? 3.3. DES BÂTIMENTS À FONDATIONS PLUS LÉGÈRES 4. CONCLUSION CHAPITRE 3 : LES
  • FONDATIONS Us. 372 1. CONDITIONS ET STRATÉGIE DE FOUILLE 1.1. ÉTAT DES CONNAISSANCES 1.2. STRATÉGIE DE FOUILLE 2. LES VESTIGES DE L’Us. 372 2.1. LES LIMITES DE L’Us. 372 2.2. BANQUETTES ET TRAVÉES 2.2.1. État général 2.2.2. Les banquettes 2.2.2.1. La banquette septentrionale 2.2.2.2. La
  • banquette méridionale 2.2.3. Les travées 2.2.3.1. La travée centrale 2.2.3.2. La travée sud 2.2.3.3. La travée nord 2.3. LES SÉDIMENTS DE REMPLISSAGE 2.3.1. Les sédiments Us. 373 2.3.2. Les plaques de sédiments sableux 2.3.3. Le mobilier mis au jour 2.4. LES PETITES TRANCHÉES 2.4.1. La
  • tranchée Us. 379 2. 4.2. La tranchée Us. 377 2.4.3. La tranchée Us. 376 2.4.4. La tranchée Us. 387 2.4.5. La dépression longitudinale Us. 393 5 2.4.6. Le mobilier 2.4.7. Chronologie et datation 2.4.8. Fonction - interprétation 2.5. LES CALAGES ET TROUS DE POTEAUX 2.5.1. Les trous de
  • poteaux 2.5.2. Localisation et distribution des trous dans l’Us. 372 2.5.3. Les trous recoupés par la tranchée Us. 376 2.5.3.1. Le trou S. 4806 2.5.3.2. Le trou S. 4829 2.5.3.3. Les trous S. 4825 2.5.4. Les grands trous de poteaux de la zone nord-ouest 2.5.4.1. Le trou S. 4696 2.5.4.2
  • . Les calages S. 5042, S. 5048 et S. 5023 2.5.4.3. Un ensemble cohérent, Us. 394 ? 2.5.4.4. Datation 2.5.5. Le mobilier 2.6. DES VESTIGES TARDIFS 2.6.1. La fosse S. 4876 2.6.2. Le rang de pierres S. 4820 2.6.3. Un fragment de bracelet de verre 3. PROPOSITIONS DE RESTITUTION DE PLANS
  • , Us. 396 3.4. D’AUTRES BÂTIMENTS À FONDATIONS PLUS LÉGÈRES 4. CONCLUSION CHAPITRE 4 : LES FOUILLES DU SECTEUR SUD-OUEST ET LES FONDATIONS DE LA STRUCTURE Us. 382 1. INTRODUCTION : LA MISE AU JOUR DE LA STRUCTURE Us. 382 (2012) ET LA ZONE SUD-OUEST 6 1.1. LA DÉCOUVERTE EN 2012
  • 1.2. LA FOUILLE EN 2013 1.2.1. Les mises au jour 1.2.2. La fouille 2. LE SECTEUR SUD-OUEST 2.1. LES TRANCHÉES DE 1988 (2013) 2.1.1. La tranchée d’adduction d’eau 2.1.1.1. Mise au jour 2.1.1.2. Les coupes stratigraphiques 2.1.1.3. Conclusion 2.1.2. La tranchée de sondage 2.2.2.1
  • . Mise au jour 2.2.2.2. Coupe ouest 2.2.2.3. Coupe est 2.2.2.4. Conclusion 2.1.3. Conclusion 2.2. AU NORD-OUEST ET SOUS L’Us. 382 2.2.1. Les sédiments Us. 378 2.2.1.1. Les sédiments 2.2.1.2. Le mobilier 2.2.1.3 Interprétation 2.2.2. Les calages et trous de poteaux 2.2.2.1. Les
  • structures 2.2.2.2. Le mobilier 2.2.2.3. Quelques remarques 2.3. L’OUEST DE LA TRANCHÉE DE LA STRUCTURE Us. 382 2.3.1. Les sédiments 2.3.2. Les calages de poteaux 2.3.3. Des vestiges de sols ? 2.3.4. Interprétation 2.4. AU SUD DE LA STRUCTURE Us. 382 2.4.1. Des sédiments de recouvrement
  • 7 2.4.2. Les structures particulières 2.4.2.1. Des calages de poteaux 2.4.2.2. Des lambeaux de sols argilo-sableux 2.4.2.3. Des dalles horizontales 2.4.3. Interprétation 3. LA STRUCTURE Us. 382 3.1. LA TRANCHÉE Us. 381 3.1.1. Le tracé 3.1.2. Le remplissage 3.1.2.1. Premières
RAP03453 (BAIS (35). Le Frêne : un enclos funéraire du 1 er âge du Fer. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BAIS (35). Le Frêne : un enclos funéraire du 1 er âge du Fer. Rapport de fouille
  • conditions de mise à disposition du terrain négocié avec l’aménageur. B. Le décapage archéologique et le stockage des terres : De manière générale, le décapage sera conduit sur le sommet du substrat composé de schistes et d’altérites du Briovérien recouverts à l’époque quaternaire par
  • d’autres types de mobilier se confirmait (faune, métal…), leur étude serait confiée à des spécialistes afin d’en assurer la caractérisation et éventuellement la datation. Le rapport final d’opération comportera une présentation des problématiques générales et des connaissances
  • Sujets et thèmes Enclos funéraire Trou de poteau Fosse, Fossé, Parcellaire Mobilier Céramique, Os brûlé Bracelet en bronze Charbons de bois Dans le cadre de l’extension d’un projet de lotissement, portée par la commune sur le site du « Frêne» à Bais (35), un diagnostic
  • poterie avait laissé pensé à une incinération. Cela est remis en cause par la mise au jour de deux bracelets en bronze évoquant une inhumation, dont le squelette ne serait pas conservé en raison de l'acidité des sols. Donc soit le vase et les ossements correspondent à un dépôt
  • funéraire (peu fréquent en Bretagne), soit il s'agit de deux types différents de sépulture sous le même tertre. Cette fouille permet de compléter nos informations sur les gestes funéraires dans cette partie est de la Bretagne au I erâge du Fer. Fouille archéologique Chronologie Age du
  • Fer Epoque contemporaine Bais (Ille-et-Vilaine) «Le Frêne» - Un enclos funéraire du I âge du Fer Un enclos funéraire du I er âge du Fer Bretagne, Ille-et-Vilaine, Bais «Le Frêne» Un enclos funéraire du I âge du Fer er Rapport final de fouille sous la direction de Inrap Grand
  • fouille Code INSEE Nr site SRA2015-264 Lambert 93 CC48 Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap F 112 331 Ille-et-Vilaine, Bais/Le Frêne Un enclos funéraire du Ier âge du Fer. sous la direction de par Jean-Claude Durand Myriam Le Puil-Texier
  • Pauline Petit Hélène Seignac Carole Vissac Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Septembre 2017 avec la collaboration de Joël Cornec Arnaud Desfond Yann Letho-Duclos Serge Le Maho Delphine Mathonnat Hervé Morzadec Patrick Pihuit Cécile Talbo I. Données
  • structures 2.1.1. Le parcellaire 2.1.2. L'enclo 2.1.2.1. Le fossé 2.1.3. Etude micromorphologique des dépôts du fossé d'enclos Carole Vissac (GéoArchEon) 2.1.3.1. Problèmatique 2.1.3.2. Méthode 2.1.3.3. Résultats 2.1.4. La sépulture 2.1.4.1. La fosse 2.1.4.2. Le mobilier 2.1.5
  • . Inhumation et tombe à crémation secondaire ( ?) de la fin du premier et du début du second âge du Fer (approche anthropologique M. Le Puil-Texier Anthropologue, Inrap) 2.1.6. Les autres structures 2.1.7. Le mobilier céramique 2.1.8. Les bracelets en bronze par Pauline Petit, Inrap 2.1.9
  • . Les datation C14 2.1.10. Etude anthracologique de quatre échantillons provenant d’un enclos funéraire du premier âge du Fer par Hélène Seignac, anthropologue Inrap 2.1.10.1. Introduction 2.1.10.2. Matériel et Méthode 2.1.10.3. Analyse anthracologique 2.1.11. Les enclos funéraires
  • pour micromorphologie 97 Inventaire des documents graphiques 97 Inventaire des photographies 99 Inventaire des documents numériques 99 Inventaire documentation écrite I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 Inrap · Rapport de fouille Bais, Le
  • Frêne - 2015-264 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Ille-et-Vilaine Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Dates d’intervention sur le terrain — du 29/02/2016 au 11/03/2016 Proprietaire du terrain Mairie de
  • Bais Fouille Post-fouille juillet et aôut 2017 Commune Bais Références de l’opération Adresse ou lieu-dit Numéro de l’arrêté de prescription Le Fresne Codes code INSEE 35014 Numéro de dossier Patriarche Numéro de l’entité archéologique SRA 2015-264 Numéro de l’opération
  • F 112 331 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2016-084 Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement — Inrap Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence Nature de l’aménagement RGF93CC48 x : 1380400 y : 7210560 z): 70 à 72 m
  • Zoologie Epoque contemporaine Botanique Ere industrielle Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 8 Inrap · Rapport de fouille Bais, Le Frêne - 2015-264 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom
  • Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Yves Menez, SRA Conservateur régional adjoint Prescription et contrôle scientifique Anne-Marie
  • , organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Yves Menez, SRA Conservateur régional adjoint Prescription et contrôle scientifique Anne-Marie Fourteau
  • , SRA Conservateur chargé du suivi du dossier Contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional GO Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap Administrateur Mise en place et suivi de l’opération Michel-Alain Baillieu, Inrap Adjoint
  • suivi de l'opération Marie-Madeleine Nolier, Inrap Logisticienne Mise en place et suivi de l’opération Nolwenn Le Rudulier, Inrap Gestionnaire de convention Montage de la convention Isabelle Giron-Audeoud, Inrap Ingénieur sécurité Mise en place et suivi de l’opération
RAP02706.pdf (HOËDIC (56). groah denn. rapport de fp 2009-2011)
  • HOËDIC (56). groah denn. rapport de fp 2009-2011
  • (Géologie) p. 32 Stratigraphie (Sédimentologie) p. 51 Stratigraphies (Coupes) p. 65 Analyse structurelle p. 76 Phasage structurel p. 91 Dépôts d’objets p. 115 Structure funéraire p. 127 Technologie des blocs p. 188 Les éléments céramiques (1) p. 201
  • Les éléments céramiques (2) p. 217 Les éléments lithiques p. 269 Contextualisation p. 273 Analyses et perspectives PRÉSENTATION GÉNÉRALE La campagne 2011 de fouille programmée pluriannuelle (2009-2011) menée au Groah Denn à Hoedic complète l’ensemble du projet
  • archéologique concernant la pente d’Argol et prolonge l’action débutée les années passées. La fouille de l’alignement du Douet, ayant fait l'objet d'une programmation sur trois ans (2004-2006), formait le premier volet de l’action de terrain. Elle avait comme objectif de mieux cerner la
  • réalité chronoculturelle et technologique d’une file de pierres dressées. La fouille programmée pluriannuelle 2009-2011 s’ajoute à cet objectif par l’étude d’un autre complexe de pierres dressées, étude débutée par un sondage d’évaluation de la potentialité du site en 2007 dans le
  • , Valérie Deloze, Benoît Gailledrat, Danièle Gailledrat, Marion Kempa, Sylvie Labroche, Florent Large, Jean-Marc Large, Emmanuel Mens, Antoine Morin, Françoise Ravard, Jean-Claude Ravard, Denise Riffé, Michel Riffé, Emmanuelle Rogard, Emmanuelle Vigier. Le soutien de l'association Melvan
  • inclut le travail archéologique dans une démarche pluridisciplinaire concernant les îles de Houat et d'Hoedic. Ce partenariat permet un important maillage d'informations, faisant participer une partie de la population d'Hoedic et de Houat. L'aide technique de la commune de l'île
  • d'Hoedic a été essentielle pour la fermeture du chantier. Les principaux artisans de cette aide sont André Blanchet, Maire, Samuel Kerdual, Conseiller municipal et les employés municipaux, Patrick Blanchet et Laurent. La commune nous prête un petit local pour le rangement du matériel de
  • fouille. S’ajoutent des études thématiques intégrées au projet de travail de terrain : - Une recherche sédimentologique, animée par Valérie Deloze, géologue à l'INRAP Grand Ouest, antenne du Mans. Cette recherche a comme objectif de comprendre la dynamique de sédimentation pour le
  • site de Groah Denn 2. Un étudiant de Master 2, Antoine Morin, a réalisé une étude technique concernant le site de Groah Denn. - Une étude technologique, animée par Emmanuel Mens, archéologue associé à l’UMR 7055 Préhistoire et technologie Nanterre, Paris 10. Cette recherche a comme
  • objectif d’étudier les blocs de granite extraits du substrat et en élévation dans les dispositifs de pierres dressées. L’accent est mis sur l’aspect technologique de l’extraction, de la mise en œuvre dans la file et des éventuels aménagements qui ont pu être effectués sur les blocs
  • . - Une étude technologique et culturelle de la céramique, animée par Gwennaëlle Hamon, archéologue, collaboratrice CReAAH Rennes. Les recherches débutées au Douet permettent la mise en valeur d’un patrimoine mobilier inédit et symptomatique des premières sociétés agro-pastorales. La
  • céramique est un de ces indicateurs et nécessite une étude approfondie. Cette étude sera complétée par une analyse des pâtes des céramiques effectuée dans le cadre d’une thèse par Benjamin Gehres. - Une étude technologique et culturelle du lithique, animée par Lorena Audouard
  • , Doctorante au CReAHH Rennes, s’intègrera naturellement dans le travail de synthèse qu’elle élabore dans le cadre de sa thèse 1 et prenant en compte l’ensemble des îles et des îlots de Bretagne et de Basse-Normandie. - Une proposition de travail auprès de Kleit Donnart, Doctorant au
  • CReAHH, pour l’étude du macrooutillage, s’intègrera elle aussi dans le cadre de sa thèse. - Les ensembles du Néolithique récent, dont la présence a été bien établie sur la partie haute du site, au niveau du plateau sommital de la pente d’Argol, ont été étudiés par Audrey Blanchard et
  • Jean-Noël Guyodo qui dirige Audrey dans le cadre d’une thèse sur les cultures matérielles du Néolithique récent en Bretagne. - L’étude des deux lots de coquillages découverts dans l’US3, en lien avec les blocs M7b et M9, M13 et M14 a été effectuée par Catherine Dupont, Chargée de
  • l’UMR 7041 de Nanterre, auquel s’est ajouté Jean-Marc Patard en post-fouille pour l’analyse des dents de l’individu de la sépulture 1. - Plusieurs datations radiocarbone sont en cours pour caler au mieux les évènements structuraux du site. Le laboratoire de Lyon a donc été sollicité
  • , à la fois dans le cadre du projet Artémis (dates par accélérateur) et dans le cadre de demandes conventionnelles (datation des coquillages des deux lots). Ont rédigé ce rapport : BLANCHARD Audrey Chemin de la Censive du Tertre BP 81227 44312 Nantes Cedex 3 FRANCE Audrey.Blanchard
  • pierres dressées du Groah Denn est de structuration complexe et se pose comme un des jalons importants pour la compréhension des files de pierres dressées, au même titre que la file incurvée de Er Lannic (Morbihan), les alignements du Moulin dans la Lande de Cojou à Saint-Just (Ille-et
  • -Vilaine) et la file abattue du Grand Menhir à Locmariaquer. L’étude menée entre 2009 et 2011 complète celle du Douet, situé à quelques dizaines de mètres à l’est. Au Groah Denn, 13 phases structurelles ont été reconnues et posent d’emblée le problème de l’architecture évolutive de ce
  • type de monument. Sa complexité structurelle est telle que l’on ne peut plus considérer les lignes de pierres dressées comme un phénomène unique, figé, et peu structuré. Il s’agit toutefois d’un monument d’une ampleur toute relative. Tous les indicateurs nous disent que ce monument