Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4116 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01298.pdf (CONCARNEAU (29). stang vihan. rapport de fouille préventive)
  • fouille préventive
  • CONCARNEAU (29). stang vihan. rapport de fouille préventive
  • LE ROUX Charles-Tanguy
  • semaine avec une bonne grâce dont il convient de les remercier» Une fouille de sauvetage s'imposait donc d'Urgence; elle m'a été confiée par M. P.-R. Griot, Directeur des Antiquités Préhistoriques, et fut entreprise les 3 et 4 octobre. Dans ce travail, j'ai pu bénéficier de l'aide de
  • le premier travail consistait'il à fouiller ces parties du monument, aidé par M. ¡j^égen. t A - Stratigraphie du remplissage 1 * Tel qu'il a été révélé par la fouille, le remplissage des deux extrémités du • ' monument se présentait de façon comparable, avec seulement des
  • parallèles faisant penser à la céramique dite "de Gergovie". Pâte fine, sableuse, façonnée à la tournete» mais sans doute alors qu'elle était trop épaisse, ou trop riche en dégraissant, ce qui a permis le décollement à.l'usage de nombreuses écailles, surtout sur la face interne. Rebord
  • indiscutablement à la grande famille des Souterrains américains de l'Age du Fer, si commis en Armorique occidentale, au Second Age du Fer. Le matériel recueilli au cours de la fouille de sauvetage permet ici de préciser davantage? en effet, la céramique est en partie, sinon tournée, du moins
  • prospection systématique sera entreprise dès que les conditions de culture seront favorables, les moyens géophysiques permettant en particulier de déceler les cavités souterraines. .7Ee matériel provenant de cette fouille de sauvetage est actuellement en cours d'étude et de remontage au
  • Laboratoire d'Anthropologie Préhistorique de Bennes; Il est destiné h, enrichir les collections du Musée Préhistorique Pinistérien, à Penmarc'h. Le compte-rendu de la fouille et l'étude de son matériel sont destinés à une publication dans la revue "Les Annales de Bretagne". Les
  • circonstances de la découverte font que cet intéressant monument, déjà très fragile en lui-même, était absolument impossible a conserver. Aussi, dès la fouille terminée, a t'il été rebouché par l'entreprise effectuant les travaux qui avaient amené sa découverte, sous l'emplacement de la
  • entrepris en vue de la construction d'une route touristique reliant la plage des Sabies-bleucs, en Concarneau à La ForêtFouesnant. Ce chantier, comportant des terrassements très importants, est confié à l'entreprise Rohou, de Carhaix et supervisé par les Ponts et Chaussées de Concarneau
  • . Le 24 septembre dernier, les engins de 1' s'affairaient à niveler l'emplacement de la future chaussée, à environ 200 m au N de la ferme de Stang-Vihan, élargissant un petit chemin creux préexistant, quand soudain le sol se déroba sous leur poids, révélant une cavité large de
  • plus de Im,longue de 5 à 6m et profonde de près de 2 m. C'est M. LE ROUX, conducteur de travaux aux Ponts et Chaussées à Concarneau, qui prévint la Direction des Antiquités Préhistoriques, par l'intermédiaire de son gendre, m. instituteur à Lanriec-Ooncarneau, Dès le mardi 27
  • septembre, M. P.-L. Gouletquer, Attaché de Recherche au c.n.R.s accompagné de MM« J. BouxMs,ingénieur au C.N.R.S, et Y. Ornée, Dessinateur au C.N.R.S., 1 se rendit sur place, prit contact avec les responsables du chantier qui acceptèrent de ' laisser les choses en l'état pendant une
  • sommet d'un promontoire étroit et escarpé, séparant, au fond de la baie de la Forest, les deux petits abers connus sous le nom d'Anses > -, St-Jean et St-Laurent. L'altitude du site est de 50 m environ. La ferme de Stang-Vihan se dresse à 200m au S tandis que la vieille route de
  • Quimper à Concarneau (actuel V.O. N° 6) passe à une centaine df» mfrtws s» W. T.© m + w »
  • nouvelle route, mais était anciennement situé sous la parcelle 566, section F feuille 4 du cadastre révisé de Concarneau. Au point de vue géologique, le sous-sol local est constitué par les micaschiste de la "Bande Tréméoc-Pont-Aven" qui forment le flanc S de l'anticlinal de
  • pratiquement ÎT-S. Ajoutons que par suite des conditions géologiques et topographiques, le drainage du sous-sol est particulièrement efficace« les puits des fermés environnantes ont en effet plus de 10 m de profondeur, fait suffisamment rare en Bretagne pour être noté au passage. Toute ces
  • données ont d'ailleurs influé sur le site et permettent d'en comprendre certains aspects, à priori surprenants. III - LE SOUTERRAIN Une fois nettoyé de la masse de terre qui l'avait envahi (travail effectué en grande partie par lesouvriers dea PontB et Chaussées avant mon arrivée) le
  • souterrain se présentait comme une enfilade de 4 chambres quadrangulaires, dont une seule avait gardé sa voûte, d'ailleurs en très mauvais état. Ces salles seront dénommées de A à D en partant de la plus méridionale. Si les deux chambres médianes ne contenaient aucun remplissage
  • particulier, les salles terminales, au contraire, étaient en partie comblée» par une terre apparaissant d'emblée comme extrêmement riche en charbon de bois et débris de toute sorte paraissant s'y être étalée à partir de puits d'accès qui pouvaient se deviner au fond de ces chambres. Aussi
  • variations de détail tenant essentiellement dans la nature des trouvailles qui y ont été faites. Do bas en haut, on pouvait observer la succession suivante, étant bien entendu que la succession des couches se faisait obliquement pour former une sorte de cône de déblais s'étalant dans les
  • chambres à partir des puits d'accès. - Reposant sur le fond rocheux, une masse de terre noire, extrêmement riche en matière organique au point d'avoir conservé une odeur putride assez sensible. C'est au fond du puits d'accès à A qu'elle se présentait sous la plus forte épaisseur,près
RAP00430.pdf (CORSEUL (22). le champ Mulon. rapport de fouille ancienne)
  • fouille programmée
  • CORSEUL (22). le champ Mulon. rapport de fouille ancienne
  • dégagé l'an dernier t cela reste à vérifier. Banc cette partie (un do 3 a i G • 3, 0 du site, nous avons fait cinq carrée de fouille et quatre de 4 a t G ~ 4» H - 2, H - 3# et il - 4) qui noue ont permis de dégager la partie est d'un vaste hypocauste (fie;. n° )• Le tout mis
  • ). 2& oontiauaat la fouille vers l'ouest, nous nous sommes aperçus que la grande chambre de chauffe se prolongeait dans cette direction. liais le sol de B7b,our lequel reposent les six pilettos dégagées, so trouve 0,38 a plus haut (fig. n° ) que celui de la partie est de la chambre
  • bagiaettes vmù.vxém (figé n° >»09û)» • isrcdilocfoiis à la roulette (£ig* L&7?). • HgWW striées verticalee ou uoliqt»s# Cet eKioonble de trois décors est trôs fréquent fc 1* époque gaîloHraraalno précoce (1?)» De plus, les dous derniers sont typiques de Gergovie (16). c) Objets divers
  • tué au sud-est du bourg. De plus, J'ai surveillé les sondages effectués par n. Bu Clouaiou dans le parc de la propriété de ibnterfil (l), au nord-est du village, en foc© du "Cleo Julio*. Ces trois gLoenento sont intéressants du fait do lour situation (t^m^ par rapport à l'église du
  • village, centre préaaaé de la ville antique. ItouQ avono rolové sur les deux nouvemx sites on cours d^tude (Clos Julio, iSonterfil) uno série do coupes stratigrapliiques qui vont nous servir dans les . pages qui suivent à établir un éobantillan de lour chronologie respective
  • . Or» ccapûrées, ces cî^onologles locales peuvent permettre d'entrevoir les lignes de force do la ciironologlo d'ensemble de la ville antique» h condition toutefois, que l'on se serve pour cette ddbarohe d'élésente chronologiques comparables. î-3ais pour réaliser cette étude comparative» il
  • convient auparavant d'àaalyoor les résultats respectifs dos explorations du Qî-xx® ïtulon» du Clos Julio» et de îSonterfil. (1) Le propriétaire en est î-I. de PÛIIEBRL&IE), beau-pore do H. Du Clouaiou. il F I1M8I (v**n+nm*™M * n° t ) 7A i ïîous avons poursuivi lo dégagement do os
  • le but de dresser le plan de l'entrée sud de la naison A* 2/ A l'Ouest du chantier (ooetour a° 2), nous avons fouillé cinq, carnés. Un vaoto Ir/poott)*!» a été en x^artie dégagé. L»explaration de ces deux secteurs porte à t.300 ni2 environ la surface des constructions mises au
  • carrés do trois mètres (sur le plan II » a4, û6, et, &4, b5 et b6). La portio explorée représente un enchevêtrement complexe de constriastiono diverses. % établissant une différenciation dironologiquo de ces constructions, d'après l'observation otratigraphiquo, il est possible de les
  • replacer ensuite dans leur contexte. (2) La fouille stratigrapîrlquo était en effet doacenduo juoqu'ai oubotratum. (3) Cotte superficie était de 750 m2, l'an dernier, au terme de notre cinquième campagne. Rapport 1969» p. 1. 2 m 2/ Chronologie. toi total» noua avons drossé trois
  • crasse contenant du charbon do bois, beaucoup de ecxiuilieo d'huîtres. Cette strate a livré un Important matériel cérenique (flg. 1). Les sigillées lédosienneeet rutenes sont précoces : ce sont des fanaos D16, 15/ 17» 24» 25» 29» 35» idtt» 3A» qui ont été fabriquées sous le règae de
  • » trois monnaies recueillies au sommet do la couche en fixent le terminus 1 il s'agit d'un mcym-bzonse de Vespasion très usé par une longue circulation, d'un aoyon bronne de Néron avec cantre-marquo 8.P.Q.E. (6), et un moyen bronso de ïïomitien (7). La céramique do type traditionnel
  • Chaap Salon ï (o). H est enfin important de noter que noue avons rencontré cotte couche dans tout le secteur î» partie du site dépourvue de cens truelle»» de aôae époque» Cela veut dire que cet endroit était, durant la période Claude-T)oc&tisa, une cour» dont nous avons d'ailleurs
  • trouvé un morcoau du soi claudien (Photo nQ ) on béton (épaisseur 0,06 m). Sur la coupe n° 2» il est net qu'il a été établi sise le oubstratta» Les débris do toute sorte constituant la ooucho-dépotoir sont venue s'entasser par la suite. Quelles sont les particularités de chacune des
  • atratigmphique sert se au sol bétonné oonstantinion (iiul. Il) épais de 0,24 si* « La partie supérieure de la coupe a0 2 qui reproduit la paroi est; de 1 a4-b4 (Plan II) est un peu pins ©copies©. Au niveau 60, et entre les pointa né triques 0 et 2,5 (10), le eonraet cauclio-dépotoir du 1er
  • du Champ ilulon II. Il est possible de préciser cette fourchette chroao La fine couche d'argile comprise entre les doux sols contenait quelques pet oons de sigillée lédoaienno du Ile siècle (lî) qui datent convenablomont le plus ancion. Or, celui-ci est appuyé à l'est (Plan III
  • ) sur un grand tour la 0,30 m, de direction îfâ-Stf, et sur un petit nur de refend 13-8 (largeur 0,40 trait sur le sol bétonné de la cour claudieane t cela est très visible sur n° 2* L'attache du soi à ces doux ours est r allsée par un bourrelet de ci blanc (p.ra, 3 de la coupe n° 2
  • ). Oons lo cas du grand sur StMïE, par oxarapl bourrelet est attaché an décrochement marquant le retrait d'aplomb des assi périeures. Cela permet de conclure que le grand nur iftWES et son refond son près contemporains du sol autanin. (s) imm do, mgi nfc p. 6, (9) Cette couche
  • existe sur tout lo chantier. Les petit» brousses de Poetuou eus qu'elle nous a livrés l'an dernier lo datent crcevenobîonont. Happe* (10) Pour éviter un emploi trop fréquent de cette expression, nous utilises suite du texte l'abréviation p.m. (ît) Il faut signaler à l'appui do cela
  • qu'il y avait au-dessus du premier de la voie Sfô-HE (p. 5 ) c'est-à-dire au infibo niveau que le sol on tox dos tessons do sigillé arvorno antoaine t formes 337, î<er 79/00. carré b6 paroi ouest ^1 m 7 wm T J J25 rxrr :;jvX?ç?^1:.' J.J.J.S7TilTXCCrm i i, ) I i i i i I M
RAP01774.pdf (VANNES (56). le sanctuaire gallo-romain de Bilaire. rapport final de synthèse de fp2 1999/2000)
  • fouille programmée
  • VANNES (56). le sanctuaire gallo-romain de Bilaire. rapport final de synthèse de fp2 1999/2000
  • AFAN antenne inter régionale Grand Ouest Ministère de la Culture et de la Communication DRAC Service Régional de l'Archéologie de Bretagne VANNES : LE SANCTUAIRE GALLO-ROMAIN DE BILAIRE 56 260 036 (Morbihan) DFS de fouille programmée 1999-2000 VOLUME 1 Michel Baillieu
  • 1 2) La découverte du site et l'historique de la fouille 1 3) La stratégie de fouille 1 4) L'enregistrement des données de fouille 4 5) Etudes complémentaires et réalisation du D.F.S 4 II. Zone 3: le fanum gallo-romain 5 1 ) Phase 1 : Une occupation gauloise A) Analyse
  • forum de Vannes, implanté sur le sommet de la colline de Boismoreau apparaît à 15 m N.G.F. La distance qui sépare les deux édifices est de 1,2 km. La lecture des courbes de niveaux permet d'envisager leur covisibilité (fig. 1). 2) La découverte du site et l'historique de la fouille
  • stratégie de fouille A l'issue de ces deux diagnostics, la superficie du site avait été estimée à environ 1500 m2. Elle comprenait la surface d'un bâtiment hexagonal gallo-romain, lui même implanté sur les restes d'un site plus ancien. Aucun autre vestige n'avait été reconnu au delà des
  • limites du j.2 : Plan de situation du sanctuaire de Bilaire sur le cadastre de 1807. 2 bâtiment (fig. 3). C'est donc sur cette base que la problématique de la fouille a été élaborée. Le DFS de diagnostic (Baillieu, 1997), ainsi que la demande de fouille programmée a été examinée
  • complémentaire a été effectué en juin 2000, préalablement à la dernière campagne de fouille (cliché 2). Cette nouvelle zone (zone 2) se situe entre les zones 1 et 3. Le décapage de la zone 1 a été étendu à l'est et au nord là où les vestiges de l'occupation gauloise sation du site (cadastre
  • 1977, section AV, AW 224). 3 semblaient se développer. Il faut préciser que le secteur des carrières post gallo-romaines a également été appréhendé à la pelle mécanique. Ainsi, la fouille de Bilaire couvre une superficie totale de 2500m2 répartie en trois zones distinctes (fig. 4
  • l'opération, titulaire de l'autorisation de fouille encadrant une douzaine de stagiaires). Le travail préliminaire de traitement du mobilier (lavage, marquage et remontage) a été réalisé en parallèle à la fouille par Mlle L. Simon, assistante d'étude, encadrant de deux à cinq stagiaires en
  • fonction des besoins. Les modifications apportées au programme de fouille ont entraîné une réorganisation de la phase post-fouille dont la durée initiale était de huit semaines par an. En concertation avec le Conservateur Régional et après consultation de la CIRA, la phase d'étude
  • . Arnoux, topographe de l'AFAN. Ce quadrillage couvre l'intégralité des zones 1 à 3. Le positionnement des bâtiments et des principales structures de la fouille a été relevé selon la même méthode et situé précisément par rapport aux limites cadastrales existantes. Ce quadrillage
  • d'explorer la zone comprise entre la voirie qui limite le site à l'ouest et la galerie ouest du grand temple. La fouille de la zone 3 a mis en évidence trois phases d'occupation distinctes comprises entre le second Age du Fer et le Bas-Empire (cliché 3). Cliché 3 : Vue d'ensemble de la
  • la mise en place des structures romaines a permis de les fossiliser, il ne reste en revanche aucune trace d'occupation en dehors des limites du fanum et ce malgré une fouille fine menée en plusieurs points (sondages), en périphérie du bâtiment romain. On peut cependant remarquer
  • l'ensemble (C) dans le même alignement que les fosses 1339 et 1337 (fig 17 et 19). Cette fosse se situe dans le prolongement du fossé 1145. Elle est entourée des trous de poteaux 1383 et 1384 (cliché 22). La fouille ne permet pas d'établir de relation chronologique entre ces trois
  • de la fouille, une fosse de plus grande dimension (1330) a été mise au jour. Installée dans le substrat granitique, elle présente un surcreusement dans sa partie nord (fig. 17, carré 7). Un premier niveau de remplissage (1331) est constitué par le tassement d'une couche de
  • plan, les trous de poteaux 1383 et 1384 26 Cliché 23 : Détail de la fosse 1330 en cours de fouille. B) Interprétation des données et datation Les traces d'occupation les plus anciennes sont représentées par un mobilier caractéristique de la Tène moyenne ( vol. 2, p. 7
  • AVERTISSEMENT Le présent rapport a été élaboré dans le cadre d'une opération archéologique soumise à l'application de la circulaire du 5 juillet 1993 de la Direction du Patrimoine. Il constitue un document administratif au sens de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée relative à
  • l'amélioration des relations entre l'administration et le public. A ce titre, il est soumis aux dispositions du code de la propriété intellectuelle, notamment l'article L 122-5 qui stipule que les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non
  • destinées à une utilisation collective ; toute reproduction du texte accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, l'article 10 de
  • la loi n° 78-753 suscitée stipule que "Les documents administratifs sont communiqués sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique. L'exercice du droit à la communication (...) exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de
  • diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués". La circulaire du 5 juillet 1993 de la Direction du Patrimoine précisant que la consultation de la documentation issue des opérations archéologiques "se fera au Service Régional de l'Archéologie", toute demande en
RAP01636.pdf (LOCMARIAQUER (56). La table des Marchands. Er Grah. Rapport de fouille programmée)
  • fouille programmée
  • LOCMARIAQUER (56). La table des Marchands. Er Grah. Rapport de fouille programmée
  • LE ROUX Charles-Tanguy
RAP00826.pdf (LOCMARIAQUER (56). la table des Marchand. rapport intermédiaire de fouille programmée 1989-1991)
  • fouille programmée
  • LOCMARIAQUER (56). la table des Marchand. rapport intermédiaire de fouille programmée 1989-1991
  • LE ROUX Charles-Tanguy
RAP01013.pdf (QUIMPER (29). Rue Michelet. Locmaria. Rapport de fouille préventive)
  • fouille préventive d'urgence
  • QUIMPER (29). Rue Michelet. Locmaria. Rapport de fouille préventive
  • LE BIHAN Jean-Paul
RAP02747.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez-Drégan I : rapport de la campagne de fouille 2012 sur le gisement paléolithique inférieur. rapport intermédiaire 2012 de fp)
  • fouille programmée
  • PLOUHINEC (29). Ménez-Drégan I : rapport de la campagne de fouille 2012 sur le gisement paléolithique inférieur. rapport intermédiaire 2012 de fp
RAP02687.pdf (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan. rapport de campagne sur le gisement paléolithique inférieur de Menez-Dregan I. rapport de fouille programmée)
  • fouille programmée
  • PLOUHINEC (29). Menez-Dregan. rapport de campagne sur le gisement paléolithique inférieur de Menez-Dregan I. rapport de fouille programmée
RAP02517.pdf (PAULE (22). l'enceinte de Bressilien. rapport intermédiaire de fp 2009-2010)
  • fouille programmée
  • PAULE (22). l'enceinte de Bressilien. rapport intermédiaire de fp 2009-2010
  • LE GALL Joseph
RAP01522.pdf (QUIMPER (29). Surveillance de travaux place Laénnec. Rapport de sauvetage urgent)
  • fouille préventive d'urgence
  • QUIMPER (29). Surveillance de travaux place Laénnec. Rapport de sauvetage urgent
  • LE BOULANGER Françoise
RAP03934 (MENEAC (56). L’Epine fort : tranche 1. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • MENEAC (56). L’Epine fort : tranche 1. Rapport de fouille
  • LE FAOU Nolwenn
RAP03096.pdf (LAIGNELET (35). Rapport de sondage)
  • LAIGNELET (35). Rapport de sondage
  • situation : Plan cadastral N° 28 avec zone de fouille cerclé rouge 4  Equipements de fouille : Pelles, sceaux, truelles… Mini-pelle 5  Etat de fouille : Les premiers grattages du sol, nous ont permis de découvrir une différence de couleur plus sombre pensant à une
  • stagnation de fluide corporel.(Selon l’anthropologue américain) 6  Etat des fouilles : Fin de fouille 7  Conclusion : Suite à de nouveaux témoignages et selon la position de l’entrée de la ferme en 1944, les nouvelles fouilles s’orienteraient un peu plus en profondeur de la
  • Rapport de fouille à LAIGNELET 35 OCTOBRE 2014  Présentation: M VALET Oncle Mme Mme Neveu GUENNE GUENNE M NOHA Marc Interprète Présentation du témoignage de Mme GUENNE 13 ans à l’époque par M VALET adjoint au Maire, en charge des recherches, à M Marc NOHA Directeur de la
  • Fondation Américaine « History Flight » en Février 2012. 2  Recherche : Le recherche s’est effectuée par la Fondation Américaine « History Flight », fondation agréée par le gouvernement des Etats-Unis dans la recherche des disparus de guerres. Professeur PANTEL 3  Plan de
  • lisière du bois vers la gauche du point actuel. La présence de partie plus sombre sur le terrain démontre bien qu’il y a eu présence d’un corps (source Américaine). Celles-ci se sont arrêtées par manque de temps et de condition météorologique dégradée. 8
RAP02511.pdf (MAURON (56). le site de la Rochette, les multiples occupations d'un promontoire. rapport de fp 2003-2006)
  • fouille programmée
  • MAURON (56). le site de la Rochette, les multiples occupations d'un promontoire. rapport de fp 2003-2006
RAP02213.pdf (CRÉHEN (22). le château du Guildo. rapport final de synthèse de fp 3 (2004-2006))
  • fouille programmée
  • CRÉHEN (22). le château du Guildo. rapport final de synthèse de fp 3 (2004-2006)
  • MINISTERE DE LA CULTURE DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE CONSEIL GENERAL DES COTES D'ARMOR LE CHATEAU DU GUILDO COMMUNE DE CREHEN (Côtes d'Armor) FOUILLE PROGRAMMEE TRIENNALE 2004-2006 DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE
  • Laurent BEUCHET avec la collaboration de : T. Béthus - M. Dupré - S. Jean - J. Pilet-Lemière INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES PREVENTIVES  Laurent Beuchet Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006
  • : Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006 Stagiaires universitaires et fouilleurs bénévoles : AH THON Emmanuelle ANDRAULT Véronique ARNAUD-GODDET Caroline BATTAIS Rozenn BERNARD Guillaume BERTRAND François BESNARD Virginie BOCCAROSSA Florence
  •                             Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006
  •       XIVe   nouvelle extension de la fouille à l’angle nord-ouest du vers le milieu du XV e XV e XVIe  Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006
  •   La fouille s’est déroulée sur une durée totale de intervenant dans le cadre de stages inscrits à leur cursus  été affectées à la commande d’études des fragments mammifères) issus de la fouille des remblais liés à la Notons la forte augmentation des
  •     XVIIIe Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006          sans occasionner de circulation d’engin dans les zones Cette extension ainsi que la mise au jour de vestiges non
  •                                                      la cuisine du logis du XV e a mis au jour une e  Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006
  •                               Laurent Beuchet                                         Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006
  •             0 2m   XI e ou XIIe l’aire de stockage des déblais de fouille nous ont incité à différer la fouille de cette structure lors de l’extension  Laurent Beuchet    Le château du Guildo
  •                               Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006                          0
  • éventuel retour de la construction  Laurent Beuchet          Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006
  •          Laurent Beuchet            Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006 Ces caractéristiques sont
  • )                                  Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006                           Laurent Beuchet
  •                Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006    antérieurs à la construction de la cuisine dans l’angle montrant sur sa face externe une glaçure jaune et une XIII e XIV e    Laurent Beuchet
  •                           Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006            0 2m       Laurent Beuchet
  •        Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006   Cette maçonnerie n’est conservée que sur une assise
  • .                                                                                                       Figu re 38 : élévation cou rtine ouest, ph ase 3.                        Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004
  •                             Laurent Beuchet  des murs est variable en raison du fort fruit ménagé avait montré que cette tour a été construite en débord XV e     Le château du Guildo. Rapport de fouille programmée
  • château du Guildo. Rapport de fouille programmée triennale 2004-2006      mobilier gisant sur les sols extérieurs environnants XIVe    Laurent Beuchet
RAP00707.pdf (PLOUHINEC (29). Kervennec. rapport de fouille préventive)
  • fouille préventive d'urgence
  • PLOUHINEC (29). Kervennec. rapport de fouille préventive
  • LE GOFFIC Michel
  • P L 0 U H I N E C (FINISTERE) TOMBE EN COFFRE DE L'AGE DU BRONZE DE KERVENNEC Décembre 1984 Fouille de sauvetage n° 84-16 P Numéro de site : 29.4.33.197.013 Responsable : Monsieur LE GOFFIC Michel Archéologue Départemental /LA TOMBE EU COFFRE DE KERVENNEC/ /EN PLOUHINEC
  • (FINISTERE)/ I> CIRCONSTANCES DE LA DECOUVERTE ET MOTIF DE LA FOUILLE Le 28 Novembre 1984 en hersant une parcelle nouvellement emblavée, Monsieur Pierre GADONNA, demeurant à Kergoff en PLOUHINEC et exploitant un champ appartenant à Madame veuve Marie Marguerite PENNEC de Kervennec en
  • caveau de 1'Age du Bronze, prit les mesures de conservation immédiate et prévint les services intéressés. Prévenu le 30 Novembre, je me suis rendu sur les lieux le 3 Décembre, ai rencontré Monsieur GADONNA et ai obtenu 1'autorisation de procéder à la fouille avant la fin du mois de
  • Décembre, ceci afin de pouvoir libérer la parcelle avant la germination. La fouille a eu lieu les 17 et 18 Décembre. II> LOCALISATION L 'endroit de la découverte est situé à 2 km au nord du bourg de PLOUHINEC et à 200 m au Nord-Est du hameau de Kervennec. Les coordonnées Lambert
  • , compte-tenu de la faible épaisseur de terre arable surmontant la dalle de couverture, d'autres sépultures aient été détruites anciennement. III> EQUIPE DE FOUILLE La fouille a été réalisée par : - Monsieur Michel LE GOFFIC Archéologue Départemental, COMMANA. » - Monsieur Daniel
  • BARDON, retraité de 1'enseignement DOUARNENEZ. La fouille a eu lieu les 17 et 18 Décembre 1984. IV> CONDUITE DE FOUILLE Dans un premier temps un carré de fouille, centré sur le coffre, a été implanté de façon à reconnaître les éventuelles structures de calage des dalles
  • fouille proviennent du tas de déblais et quoique nous ayons de fortes présomptions pour avancer que la tête devait se trouver à l'Ouest, le doute subsistera. V> DESCRIPTION DE LA TOMBE La sépulture est constituée par quatre dalles de granité placées sur chant et légèrement inclinées
  • PLOUHINEC, déplaça, invonlontairement, une dalle de granité sur une distance de deux mètres, mettant au jour un caveau de pierres en forme de coffre. Intrigué par cette découverte fortuite, il désira en savoir plus et entreprit de vider le coffre, pensant qu'il s'agissait, peut-être
  • , d'une cachette. Au niveau du fond du caveau il rencontra un os long en mauvais état et comprit immédiatement qu'il était en présence d'une sépulture ancienne. Il avertit aussitôt Monsieur Henri CABILLIC, secrétaire de mairie de PLOUHINEC, qui se rendit sur les lieux, reconnut un
  • , zone II, sont les suivantes : - x = 92,000 y - 2 359,050 z = 65 m. Au point de vue topographique, la tombe est située sur le sommet d'un coteau surplombant le Goyen. De cet endroit l'on découvre un vaste pa norama. Le sous-sol est constitué par un granité diaclasé. Les
  • références cadastrales sont les suivantes : - année 1978, section ZI, parcelle 67 a. L 'endroit où a été découverte la sépulture se trouve à 1'emplace ment d'un talus, aujourd'hui arasé. Aucune mention n'est faite de découvertes d'autres tombes dans ce secteur, mais il est possible que
  • constituant le coffre. Ce carré a été fouillé sur une épaisseur de 40 cm. Dans un deuxième temps ce sont les terres du coffre gui ont été fouillées par carrés de 25 cm de côté et tamisées à 1 'eau sur un tamis à mailles de 3 mm sur une épaisseur de 5 à 6 cm, jusqu'au dallage de fond
  • . Enfin, toutes les terres extraites de la tombe lors de "l'exploration" de Monsieur GADONNA et qui avaient été rejetées en un tas près de la sépulture ont également été tamisées ce qui a permis la récupération des dents. Malencontreusement toutes les dents trouvées au cours de la
  • vers 1'intérieur de la tombe. Deux dalles, longues de 150 cm forment les parois longitudinales du coffre et s'appuient sur deux autres petites. dalles de forme trapézoïdale qui constituent les parois transversales. Compte-tenu du fait que les petits côtés sont de longueur
  • différentes, le plan de la tombe ne peut être rectangulaire. Il se rapproche davantage de la forme trapézoïdale, toutefois les deux grands côtés font un angle de 9 grades. Les dimensions sont les suivantes : - au fond : longueur entre 115 cm (côté sud), et 140 cm (côté nord) largeur
  • entre 67 cm (côté est), et 83 cm (côté ouest). - au sommet : longueur entre 97 cm (côté sud) et 114 cm (côté nord) largeur entre 52 cm (côté est) et 64 cm (côté ouest). L'axe du coffre (passant par le milieu des deux petits côtés) fait un angle de 107 grades avec le Nord
  • magnétique. Le fond de la tombe est constitué par un dallage de 5 plaques de granité. Les interstices sont comblés par de petites pierres. La couverture était assurée par une seule plaque de granité, longue de 123 cm, large de 89 cm et épaisse de 6 à 9 cm. Autour de la tombe, étaient
  • disposées quelques pierres plates constituant une assise dont le niveau supérieur était identique à celui des dalles sur chant. Sur ces pierres reposait la dalle de couverture. La profondeur du coffre est de 39 cm, tant dans la partie est que dans la partie ouest, par contre au centre
  • elle atteint 41 cm. Selon la typologie de Y. LECERF, nous sommes en présence d'un coffre à parois inclinées. VI> LE MOBILIER Dans les pierres de calage de la paroi nord était un percuteur élaboré à partir d'un galet de quartz laiteux ainsi que deux tessons de céramique commune
  • . Au moment de notre intervention, le remplissage de la tombe avait été assez fortement perturbé, une bonne partie des terres ayant été évacuée. Cependant nous pouvons affirmer que le dallage était recouvert de sable marin sur une épaisseur moyenne de 0,5 cm, ce qui a permis la