Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3910 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01959.pdf (PAIMPONT (35). "Trécélien". métallurgie de réduction directe du minerai de fer en fôret de Brécélien au XIVe - XVIe siècles. rapport de sondage dans le cadre de la prospection thématique)
  • PAIMPONT (35). "Trécélien". métallurgie de réduction directe du minerai de fer en fôret de Brécélien au XIVe - XVIe siècles. rapport de sondage dans le cadre de la prospection thématique
  • Culturelles Service Régional de FArchéologie de Bretagne Conseil Général d'Ille et Vilaine SIVU " Forges et métallurgie en Brocéliande " En tout premier lieu, je remercie le Conseil Général d'Ille et Vilaine pour le financement de l'opération archéologique de prospection thématique
  • intéressant la métallurgie antique et ancienne du département. De même, je suis reconnaissant au S.I.V.U. "Forges et métallurgie en Brocéliande", de son concours financier à l'opération de sondage archéologique sur le site de Trécélien, qui a permis notamment l'hébergement des fouilleurs
  • . Merci à l'association 'Histoire, Patrimoine et Métallurgie en Brocéliande', d'avoir bien voulu assurer le relais des crédits. Je tiens à remercier vivement Monsieur Alain LE GUALÈS, propriétaire de la parcelle sur laquelle se déroulait l'opération de sondage, en forêt de Paimpont
  • les fruits de leur connaissance du terrain : Fabrice ALCINDOR Mathilde ANDRE Catherine BIZIEN-JAGLIN Jean BOUC ARD Héloïse DORANLO Jean-François DUVAL Camille GANDONNJERE Yann GARTNER Nicolas G1RAULT Jacques GUILLEMOT Catherine HENRY Jérôme JEHANNES Guy LARCHER Marie-José LE
  • bonne réalisation du chantier, à Marie-José LE GARREC, pour son investissement très courageux et très précieux dans les travaux de relevés, ainsi qu'à Louis MARTEL pour la topographie et les calculs relatifs aux volumes des ferriers, à Jean BOUCARD pour les recherches de terrain sur
  • les chemins anciens, à Louis et Françoise BEAUVAIS pour leur accueil aux Maisons Bleues, à Jacqueline LAPERAS pour le lavage de la céramique, à Fabien LESGUER pour le remontage des poteries, et à Nicolas GIRAULT pour la mise en forme de certains dessins. Mes remerciements vont
  • l'activité métallurgique du massif de Paimpont aux XVe - XVIe siècles. Enfin, je remercie le Centre Régional d'Archéologie d'Alet, pour la gestion des crédits attribués par le Conseil Général, et pour son soutien logistique efficace, qui ont permis à l'opération de se réaliser dans de
  • du volume et de la masse des ferriers Série de sondages test sur les ferriers et leur environnement Minerai de fer près de la fontaine Présence précoce sous les niveaux de scories, à l'emplacement d'un abri de charbonnier moderne Accumulation pierreuse sur le versant ouest du
  • ruisseau Sondage sur le chemin ancien traversant le site, à hauteur de l'amas A6 Réseau de chemins anciens 19 23 28 34 35 37 39 40 C. ELEMENTS CERAMIQUES 43 D. CONCLUSION ET PERSPECTIVES 45 BIBLIOGRAPHIE PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES ANNEXES 1 à 5 : Exemples de forges 47 51 64 2 ème
  • PARTIE : ANALYSE DU MINERAI ET DES SCORIES CHAUVEL) 3 (J. -J. A. 1. PRESENTATION DU SITE ET PROBLEMATIQUE INTRODUCTION Le sondage réalisé cette année sur le site de Trécélien, dans le cadre de la prospection thématique sur la paléométallurgie du fer en Haute Bretagne, fait
  • suite à une première opération, menée au même endroit et dans le même contexte en 2002 (Vivet, 2001). Le site se présente sous la forme d'un ferrier en forêt constitué d'une douzaine d'amas de scories encore en élévation, dont le volume va de quelques mètres cubes à plusieurs
  • centaines de mètres cubes (fig. 1, 2, 3, 4, 5, 6). Ces résidus, générés par l'opération de réduction du minerai de fer en bas fourneau, présentent la particularité de montrer en section un bullage extrêmement prononcé, à tel point que l'on prendra l'option typologique de les dénommer ici
  • « spongieuses ». Une douzaine de sites de caractéristiques très semblables ont été recensés sur le massif de Paimpont (Larcher, 1990). La production du fer relève ici du procédé direct en bas fourneau, dans des installations de taille sans doute encore modeste, sans utilisation de la force
  • hydraulique. L'opération de l'an dernier a notamment permis d'aboutir à la mise au jour, en toute fin d'opération, d'une structure de chauffe très particulière, motivant la réouverture du sondage cette année. Les résultats de trois analyses minéralogique et chimique d'échantillons (deux
  • scories et un bloc de minerai chauffé) provenant du sondage 2003, nous étant parvenus , le présent rapport comporte une deuxième partie qui leur est consacrée (J.-J. CHAUVEL) 2. PRESENTATION DU SITE - RESULTATS ANTERIEURS La situation actuelle du site en pleine forêt
  • , a remarquablement bien conservé le site, qui livre directement sous une faible couche humique des niveaux archéologiques en place. La nette structuration de l'ensemble, déjà mise en évidence grâce au relevé topographique réalisé en 2001, permet d'envisager une approche plus globale du site
  • . Outre les amas de scories, l'environnement montre plusieurs secteurs susceptibles d'avoir joué un rôle dans son fonctionnement et dans l'évolution de l'activité (fig. 7). Un amas de scories complémentaire (Ail), excentré, découvert à 70 m environ au nord est de l'ensemble de ferriers
  • principal (secteur B) présente potentiellement, de ce fait, un intérêt pour la mise au jour d'un appareil de réduction du minerai de fer, et pour l'obtention d'éléments de chronologie relative (fig. 6). Deux concentrations de pierres importantes formant un bombement notoire dans le
  • 20 25n Echelle 1/200 Site de Trécélien en Paimpont dans son environnement Fig. 7 métallurgique ( secteur C). Enfin, une zone comportant plusieurs dépressions humides, située au sud-est du site (secteur D), pourrait avoir un rapport avec le travail du minerai. L'existence
  • d'autres appareils de travail métallurgique sur l'emprise du site, en particulier des bas fourneaux, est bien sûr également recherchée. Le sondage réalisé en 2002 a permis de préciser la datation de l'activité métallurgique de réduction : elle se situe dans la fourchette des XTV-XVT
RAP02272.pdf (Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007)
  • . INTRODUCTION II. APPROCHE CRITIQUE DES GRANDS OUTILS DE PENSÉE : LIGNÉES, COMPLEXES TECHNIQUES, CHAÎNES 9 OPERATOIRES AJ Qu'est-ce qu'une lignée technique ? Complexes, espaces et systèmes techniques La chaîne opératoire : intérêt, limites B/ Cl III. LES GRANDES LIGNÉES TECHNIQUES
  • DE PRODUCTION DES MÉTAUX FERREUX Al Réflexions d'ensemble sur la métallurgie du fer Les grandes lignées techniques de production des métaux ferreux B/ IV. APPLICATION A LA PALEOMETALLURGIE DU FER : LE BAS-FOURNEAU ET LA VENTILATION AJ Mise en place d'une grille de lecture
  • TECHNIQUE I. APPROCHE CRITIQUE DE LA LITTÉRATURE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE AJ Les principaux arguments de diagnostic des modes de ventilation : A II. AJ III. LA RECHERCHE D'UN REFERENTIEL TECHNIQUE Discussion sur les arguments permettant de diagnostiquer les modes de ventilation
  • PROCEDE DIRECT AVEC UNE VENTILATION NATURELLE 105 I. GENERALITES SUR LA REDUCTION DIRECTE AJ B/ Cl II. La structure Principes Mode opératoire LES ENSEIGNEMENTS D'UNE FOUILLE ARCHEOLOGIQUE SUR LE TRACE DE L'AUTOROUTE A/ B/ Cl Dl El III. La structure du four Analyse des
  • fragments Le système de ventilation La fosse de piégeage à scories Discussion et propositions LES EXPÉRIMENTATIONS A/ B/ Cl Dl IV. Premiers essais Proposition Premiers résultats Le four d'expérimentation démontable en terre cuite BILAN ET PROPOSITION D'INTERPRÉTATION Al B
  • 136 137 138 139 1 40 140 140 ANALYSE DES PRODUITS DE LA REDUCTION DIRECTE EXPERIMENTATION J.-B. VIVET 2002.151 I. LE II. LES ANALYSES CHIMIQUES AJ B/ Cl Dl III. MATERIEL ANALYSE L'argile de l'enduit interne du four Le charbon de bois Le minerai Les scories BILAN CHIMIQUE AJ
  • IV. Fractionnement des éléments CONCLUSION AJ B/ Les résultats positifs Les problèmes résiduels 1 51 152 153 153 155 155 156 1 56 159 159 160 TROISIEME PARTIE - EPURATION 166 QUESTIONS LIEES A L'EPURATION 167 I. INTRODUCTION II. RÉSULTATS AJ B/ Cl III
  • , minerai, fondant, ajout, ou outil, analyse fine de la chaîne opératoire et des objets, dont témoignent les publications les plus récentes. Mais du simple fait qu'elles ne reposent pas sur les mêmes sources, qu'elles n'interrogent pas les mêmes époques et les mêmes lieux, et qu'elles ne
  • mettent pas en œuvre les mêmes compétences, les mêmes cultures scientifiques et techniques, elles diffèrent bien souvent dans l'approche et dans la mise en œuvre des résultats: l'archéologue met à jour les traces et restes d'ateliers métallurgiques ; l'historien décrypte et interprète
  • ce que les énoncés techniques, fruits des cultures passées, lui offrent d'information ; l'ethnologue analyse ce qu'il voit faire sous ses yeux par des cultures différentes de la sienne. Certes, le croisement des approches existe; même il fut précoce : en 1937, le tout jeune
  • antiques; et la mise en commun des méthodes de l'archéologie avec la linguistique, la géographie et l'histoire des techniques pour comprendre l'invention du bronze (Brunet 1936-37). Un pas considérable fut franchi dans le milieu des années 1970, avec la création du G.M.P.C.A
  • ., initialement « Groupe des Méthodes Physiques et Chimiques Contribuant à l'Archéologie » devenu en 1987 le « Groupe des Méthodes Pluridisciplinaires Contribuant à l'Archéologie », après l'arrivée en son sein des sciences de la nature. Véritable outil pluridisciplinaire, fédéré par le terme
  • « archéométrie », le G.M.P.C.A. réunit des spécialistes appartenant à diverses disciplines (prospection, datation, analyse des matériaux, études environnementales, géologie, botanique, zoologie, anthropologie...) et contribue à la résolution de problèmes archéologiques. Plus de trente années
  • de travaux riches et fructueux ont validé cette démarche fondamentale, désormais Introduction générale - A. F. Garçon 5 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006j indispensable à l'archéologie. Cela étant, le G.M.P.C.A. ne prend pas en charge toute la
  • nouvelle étape se dessine, qui rapproche les études paléométallurgiques, du programme fixé en 1937 par l'équipe pionnière de l'Institut d'Histoire des Sciences et des Techniques à propos du bronze : la rencontre entre l'archéologie et les sciences humaines, tout particulièrement
  • l'histoire des techniques et l'ethnologie. Chacun sait la richesse des travaux réalisés en la matière ces vingt dernières années par Paul Benoit, Phillippe Braunstein, Philippe Fluzin, Alain Ploquin. Plus récemment, tirant tout le parti d'une pluridisciplinarité comprise dans son sens le
  • plus large, les chercheurs africains en même temps qu'ils mettaient à jour l'importance et de la spécificité des savoirs-faire des métallurgistes à l'échelle de leur continent, faisaient franchir un pas considérable à la compréhension des changements techniques dans le domaine de la
  • paléométallurgie (Yandia 2001, Bocoum 2002, Coulibaly 2006). En France, dans le même esprit, le très récent colloque international sur l'acier (Verna, Dillmann 2005), les travaux sur la paléométallurgie alpine (Braunstein, Baraldi, Belhoste 2001), les travaux sur les fers et tirants du Palais
  • des Papes (Dillmann, Bernardi 2003), renouvellent le champ, tant au plan des méthodes qu'à celui des résultats. Cet élargissement de la pluridisciplinarité doit beaucoup à l'émergence de l'archéologie expérimentale, comme discipline complémentaire de l'archéologie des produits et
  • matériaux, pour résoudre les problèmes posés par la conservation et la restauration de ce patrimoine culturel. Condition nécessaire à l'interprétation des faits, l'archéométrie n'en n'est pas en effet pour autant la condition suffisante : trente années de pratique ont abouti à ce constat
RAP00018.pdf (MUR-DE-BRETAGNE (22). coet-correc. rapport de sauvetage programmé.)
  • LE ROUX Charles-Tanguy
  • , notamment MM. François LE PROVOST e t Maurice COLOMBEL, Correspondants, Miquel CURA-MORENA e t Roso VILLARDELL, préhistoriens catalans, ainsi que Thierry CALLEC, Noyale COLOMBEL, Giorgio; NISBET, Geneviève HAMON, G i l l e s MATTHIEU, François QUERAT, Jean-Dominique ROBIN e t Hervé
  • LE ROUX RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE PROGRAMME DE LA SEPULTURE MEGALITHIQUE DE COET-CORREC A MUR-DE-BRETAGNE (COTES-DU-NORD) ++++++ Campagne de 1984 I l s'agit d'un monument bien connu, que l'on retrouve dans tous les inventaires archéologiques
  • départementaux (de La Chènelière, 1881, p. 127 ; Gaultier du Mottay, 1883, p. 527 ; Dictionnaire Archéologique de l a Gaule, 187?, e t c . ) malgré une grande imprécision dans l a description e t la l o c a l i s a t i o n gne qui hésite entre les communes de Caurel e t Mur-de-Breta- ( l
  • a limiite de cette dernière passe il est vrai à une centaine de mè- très à l^Ouest du Monument). Les descriptions elles-mêmes sont confuses de même que c e l l e s des autres mégalithes des environs e t il est d i f f i c i l e de savoir ce qui revient à l a mauvaise interprétation
  • i s p e t i t s caveaux en dalles de schiste et un p e t i t dépôt du Bronze moyen. Le monument f u t exploré en 1870 par l'Abbé C o l l e t , alors v i c a i r e de l a paroisse morbihannaise toute proche de Saint-Aignan. Un compte-rendu bref et imprécis ( B u l l e t i n de l
  • des années 1970, l a voûte en anse de panier qui surmontait l e mégalithe commença de s'affaisser pour s'effondrer vers 1980, écrasant sous son poids les tables e t p i l i e r s de schiste qui commençaient à se fendre. "* Devant cet "état de péril" une intervention f u t décidée
  • par l a Direction des Antiquités, en l i a i s o n avec M. Ronsseray, Architecte en Chef des Monuments Historiques e t Mme Le Louarn, Conservateur des Monuments Historiques e t avec l'accord de Mme Le Bars, propriétaire. ORGANISATION DE LA FOUILLE La première campagne e u t l
  • TORCHET. Financement i La f o u i l l e proprement d i t e a fonctionné grâce à une subvention de 10.000 F de 1'A.F.A.N. e t les travaux d'entreprise préliminaires ont été supportés, pour 14 198,20 F, par des crédits d'entretien M.H. avec les p a r t i c i p a t i o n s
  • départementale e t communale d'usage. On regrettera q u ' i l n ' a i t pu être attribué d'heures de vacations à ce chantier ; e l l e s ont f a i t cruellement défaut pour les travaux de postf o u i l l e e t leur absence explique notamment l a qualité graphique quelque peu sommaire des
  • plans j o i n t s à ce rapport. ¡1 Moyens techniques Les grosses manutentions e t abattages d'arbres ayant été f a i t e s sur crédit M.H. l a f o u i l l e s'est limitée aux techniques légères classiques d'un décapage calé à l a f o i s sur les structures mégalithiques v i s i b l
  • e s au départ e t sur un quadrillage métrique préliminaire du t e r r a i n . Des prestations en nature aimablement procurées par les municipalités intéressées sont venues aider très utilement l e fonctionnement du chantier : - Hébergement procuré gracieusement par l a commune de
  • Caurel. - Fourniture e t pose d'une clôture par l a commune de Mur-deBretagne. Mesures de protection - Animation Le s i t e , actuellement enclavé dans des terres de c u l t u r e , est habituellement peu visité ; la clôture légère mentionnée plus haut apparaît s u f f i s a n t
  • (on verra plus l o i n pourquoi) est actuellement en cours d'étude à l a Direction des Antiquités ; selon les termes de l'accord du propriétaire, i l est destiné "à une c o l l e c t i o n publique du département", la Direction des Antiquités. à proposer en son temps par PRINCIPAUX
  • a paroi de la chambre. « Les recherches ont porté sur l a p a r t i e ouest de l a chambre e t sur l e côté Sud du léger marne!onnement au contour indécis qui e n s e r r a i t la sépulture et' p a r a i s s a i t , sous Tes restes de dépeçage, correspondre à des restes de t e r t r e
  • . il i 1°) La chambre (zones 00 à 02) Le vidage de l a p a r t i e accessible a été facilité par l a dépose préalable d'une table de couverture (T3) effondrée entre les p i l i e r s ; cette opération a confirmé l'impression première d'un milieu déjà remanié, vraisemblablement par
  • l a f o u i l l e de 1870 e t peut-être par d'autres interventions sauvages ultérieures. Le remplissage était en e f f e t un mélange d'humus, d ' a r g i l e et d'esquilles de schiste. A la base, la f o u i l l e a retrouvé les restes d'un pavage en p l a quettes de schiste
  • dans l e pavage à 2 m plus à l ' E s t , entre les p i l i e r s S2 et D2. Les calages internes des p i l i e r s ont pu être reconnus ; quasiinéxistants au pied de W, S1, D1 et.S2, i l s étaient au c o n t r a i r e très développés devant D2 et surtout S3 et S4 où de grandes
  • écailles i n t e r c a l a i r e s venaient compléter les éléments porteurs pour régulariser l a p a r o i , sans t o u t e f o i s descendre jusqu'au niveau du pavage. En l'absence d'une s t r a t i g r a p h i e conservée, i l est impossible d'affirmer que ce d i s p o s i t i f est
  • bien o r i g i n e l et q u ' i l ne s'agit pas, au moins pour p a r t i e , d'un réaménagement à l'issue des f o u i l l e s de 1870 ou lors de la construction du c a l v a i r e en 1904. 2°) La t r a n c h é e Sud (zones K2 à N2) Le décapage a été pratiqué l e long du flanc
  • complètement séparé du précédent, entre 4 et 7 m de 1 'axe dans sa p a r t i e la plus développée (au pied du c a l v a i r e , i l semble avoir été perturbé par les fondations pourtant sommaires de c e l u i - c i ) . - • • - A l'extrémité de la tranchée, entre 7 et 8 m de l'axe, s'ob
RAP01769.pdf ((29). les sites mésolithiques en Finistère. rapport de prospection thématique avec sondage sur Plouvien)
  • (29). les sites mésolithiques en Finistère. rapport de prospection thématique avec sondage sur Plouvien
  • Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Prospection thématique Les sites mésolithiques en Finistère chronologie et stratigraphie Grégor Marchand Avec la collaboration de Pierre Gouletquer Gwenaëlle Hamon Jérémie Josselin Yvan Pailler John Perry J
  • >v si là . *--• k t; ... . 3 ->•-
  • 77 4. INDUSTRIE LITHIQUE 81 5. CONCLUSIONS 81 CINQUIEME PARTIE : BILAN DE LA CAMPAGNE 2001 ET PROJETS DES CAMPAGNES 20022003 82 1. UN BILAN DES METHODES DE FOUILLE 82 2. UN BILAN DES RESULTATS 82 3. PERSPECTIVES 82 BIBLIOGRAPHIE 83 1 Les sites mésolithiques en
  • Finistère : chronologie et stratigraphie AIDE A LA MISE EN ŒUVRE Le rapport ci-après est le résultat d'une longue chaîne opératoire. Je suis très heureux de remercier de nombreuses personnes, par l'ordre d'apparition dans le projet : - Pierre Gouletquer (CNRS) m'a initié à une nouvelle
  • façon de lire l'espace préhistorique, puis m'a confié son fichier de sites, tout en me conseillant sur les choix à opérer. La carte en couverture est issue de ses travaux (DAO : P. Gouletquer - P. Forré). - Jean-Yves Tinévez (SRA Bretagne) a accepté tous les atermoiements du projet
  • (1998, 1999, 2001), puis a assuré le suivi de l'affaire. Michel Vaginay (SRA Bretagne) et Stéphane Deschamps (SRA Bretagne) ont également accompagné ce dossier, trop longtemps en forme de « serpent de mer ». - Yvan Pailler (Université de Brest) m'a proposé un large panel de sites
  • , tout en me livrant des informations essentielles à leur exploration. Il a été partie prenante dans les négociations avec les propriétaires et exploitants agricoles : la mise en œuvre de ce programme lui doit beaucoup. - Michel Le Goffic (Service départemental d'Archéologie du
  • Finistère) m'a ouvert les collections lithiques conservées au dépôt du Faou. Il a bien voulu également me donner des informations pédologiques sur le site de la Presqu'île. - Rien ne pourrait se faire sans l'accord des propriétaires de terrains et les exploitants agricoles qui ont
  • accepté de nous insérer dans leur calendrier de travaux. Je suis donc particulièrement reconnaissant à Anne-Marie Pailler et Henri Abaléa à Plouvien, à Michel Bourlez, Jean-Pierre Catalan (pour la SHEMA) et Yves Corre (pour la Mairie) à Brennilis, à François Kerhervé et son fils à
  • Locunolé. - Boris Prouff (SEPNB) a suivi la fouille de la Presqu'île à Brennilis pour l'aspect environnemental. Il nous a par ailleurs donné un coup de main essentiel pour le débroussaillage. Enfin, je le remercie pour toutes les informations topographiques, géomorphologiques et
  • écologiques qu'il m'a communiquées après les opérations de terrain. - Les fouilleurs ont évidemment droit à ma gratitude étemelle, et en particulier ceux qui ont accepté de ne rien trouver (sous la pluie) ! Philippe Forré, Aurore Guillemot, Ewen Ihuel, Jeremy Josselin, Nicolas Lacoste
  • , Gildas Le Goff, Laurent Moalic, Yvan Pailler, John Perry, Peggy Pottier, Yohann Sparfel, Laurence Stevant, Estelle Yven, Fatima Martins, Thierry Giraud, Pierre Léopold, Jean-Guy Evrard, Jérôme Defaix, Ann-Aël Gicquel, Laurence Alberghi, Gwenaëlle Hamon, Audrey Lysoe, Sandie Giovanacci
  • . - Nous avons trouvé auprès de la famille Le Lann à Brennilis un accueil chaleureux et une attention encourageante pour nos travaux. Je remercie notamment Claude pour ses informations et ses coups de main multiples. En espérant que les travaux archéologiques vont se poursuivre à
  • l'avenir dans la cuvette infernale ! L'accueil de la famille Kerhervé à Locunolé fut aussi très attentionné et je les remercie pour toutes les commodités mises à notre disposition. - Bernard Ginet m'a fourni des photographies aériennes du site de la Villeneuve à Locunolé. - Gwénaëlle
  • Hamon a eu la gentillesse d'étudier les tessons découverts à Kerliézoc ; comme toujours, M.-Y. Daire a été de bons conseils dans cette analyse. - Michèle Tostivint (CNRS) a assuré de manière irréprochable le suivi financier des opérations, malgré la gestion financière vétilleuse et
  • souvent ubuesque de notre administration de tutelle. Le financement de ce programme mêle des crédits du Conseil Général du Finistère et des crédits du Ministère de la Culture, avec une gestion par le CNRS. 2 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie
  • Première partie : un premier bilan des sites mésolithique en Finistère 1. Problématique générale : pour une nouvelle définition archéologique des sites mésolithiques Les prospections de surface menées depuis la fm des années 80 en Finistère par Pierre Gouletquer et son équipe
  • (Gouletquer et alii, 1996), sur le thème de l'occupation du territoire au Mésolithique, ont suivi plusieurs objectifs, à mesure que les référentiels s'étoffaient et que la réflexion progressait. La répartition essentiellement péri-côtière des stations du Mésolithique est tout d'abord
  • apparue comme un artefact de la recherche archéologique, qu'il convenait de corriger. Les résultats des premières prospections ont permis d'élaborer des modèles de fonctionnement. Progressivement, l'étude de l'économie des matières premières dans la structuration de l'espace
  • préhistorique et dans la compréhension de son fonctionnement a gagné en vigueur. A l'heure actuelle, nous disposons de 1200 sites à silex sur le Finistère. Par une première lecture typologique, ils sont datés des périodes épipaléolithique et mésolithique (12000 - 5000 avant J.-C.). Suivant
RAP03005.pdf (GROIX (56). l'occupation paléolithique de l'île de Groix. rapport de pt 2014)
  • Avec le concours de : RAPPORT FINAL D’OPÉRATION 2014 L’OCCUPATION PALÉOLITHIQUE DE L’ÎLE DE GROIX (56) Clément Rouvière (Dir.). 2 rue de Saint-Tropez – CS 82400 – 56009 Vannes Cedex Tél 02 97 69 50 75 - Fax 02 97 47 68 47 Création / impression : Conseil général du Morbihan
  • Leroux N° autorisation fouille : n° 2014-040 Novembre 2014 L'occupation paléolithique de l'île de Groix (56) Page 3 AVIS AU LECTEUR Le présent rapport présente les résultats d’une opération de prospection thématique. Les rapports constituent des documents administratifs
  • communicables au public, après remise au Service Régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour
  • application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation
  • collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes du ou des auteur(s) et de
  • l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces
  • Historique des recherches archéologiques sur l’île de Groix 1.2. Le programme de recherche (C. Rouvière) Le postulat de départ Les objectifs de l’opération p.29 p.29 p.29 p.32 p.32 p.32 p.42 p.42 p.42 2. LA CAMPAGNE 2014 (C. Rouvière) 2.1. Présentation générale Calendrier 2.2
  • . Méthodologie Organisation Le mobilier 2.3. Médiation et valorisation Médiation Publications et colloques p.44 p.44 p.44 p.44 p.44 p.48 p.48 p.48 p.48 3. LES PRINCIPAUX RÉSULTATS p.50 3.1. Étude lithique (sous la direction de A.-L. Ravon) 3.1.1 Les collections d’Alain Le Guen 3.1.2 Les
  • collections de Serj Bihan 3.1.3 Les collections issues des autres prospections 3.1.4 Les collections issues des sondages de la Pointe des Chats (2004-2006) 3.1.5 Les collections de l’Éco-musée de l’île de Groix 3.1.7 Conclusion p.50 p.52 p.61 p.63 p.64 p.67 p.68 3.2. Étude géologique (M
  • de recherche p.68 p.68 p.71 p.77 p.79 p.80 L'occupation paléolithique de l'île de Groix (56) Page 5 4. BILAN ET PERSPECTIVES (C. Rouvière) 4.1. Bilan de la campagne 2014 4.2. Les perspectives 2015 Les objectifs L’organisation p.82 p.82 p.84 p.84 p.86 BIBLIOGRAPHIE p.88
  • SECTION 2 : Annexes p.93 1. Enregistrement du matériel issu de la fouille menée par N. Molines en 2006 (L. Dutouquet) p.95 2. Index de correspondance des sites et des séries p.107 3. Inventaire des collections d’A. Le Guen (A.-L. Ravon) p.111 4. Synthèse des inventaires des
  • collections lithiques étudiées durant l’opération (A.-L. Ravon) p.119 5. Catalogue photographique des séries d’A. Le Guen p.127 6. Catalogue photographique des séries de S. Bihan p.307 7. Catalogue photographique des séries collectées durant la campagne et de l’Écomusée p.333 p.361 8
  • ; Hinguant, 1997 ; Rouvière, 2013). Fig. 11. État de la carte archéologique nationale, positionnement des sites enregistrés pour le paléolithique sur l’île de Groix (DAO L. Quesnel – CReAAH, UMR 6566 du CNRS et C. Rouvière d’après la base Patriarche). Fig. 12. Aperçu des conditions de
  • travail durant la campagne de février 2014 (Clichés A.-L. Ravon et C. Rouvière). Fig. 13. Aperçu des relevés topographique sur la pointe des chats (V.-E. Leroux). Fig. 14. Poster présenté lors de la journée de l‘UMR 6566 du CReAAH, le 22/03/2014. (PAO C. Rouvière en collaboration avec
  • L. Dutouquet, M. Laforge et A.-L. Ravon). Fig. 15. Synthèse et décompte des séries étudiées pour l'île de Groix en 2014 (A.-L. Ravon). Fig. 16. Localisation des parcelles prospectées par A. Le Guen sur le fond cadastral (DAO C. Rouvière). Fig. 17. Collection lithique d'A. Le Guen
  • (Cliché C. Rouvière). Fig. 18. Collection lithique étudiée chez A. Le Guen lors de la campagne 2014. Types de matériel et matières premières correspondantes (A.-L. Ravon). Fig. 19. Données métriques des choppers de la collection d’A. Le Guen (A.-L. Ravon). Fig. 20. Chopper latéral en
  • quartizte (Pradino.1) et chopper repris en quartzite (Pradino.48). Coll. A. Le Guen (cliché S. Guégan, D.A.O. A.-L. Ravon). Fig. 21. Chopping-tools en quartzite du Pradino. Coll. A. Le Guen (clichés S. Guégan, DAO A.-L. Ravon). Fig. 22. Données métriques des chopping-tools de la
  • collection d'A. Le Guen (A.–L. Ravon). Fig. 23. Percuteur-enclume en quartzite, le Pradino. Coll. A. Le Guen (cliché S. Guégan, DAO A.-L. Ravon). L'occupation paléolithique de l'île de Groix (56) Page 9 Fig. 24. Bifaces partiels en quartz de Kerigant et Praceline. Coll. A. Le Guen
  • (clichés S. Guégan, DAO A.-L. Ravon). Fig. 25. Hachereau en quartzite (Pradino.38), en quartz (Praceline/12) et uniface en quartzite (Pradino.124). Coll. A. Le Guen (clichés S. Guégan, DAO A.-L. Ravon). Fig. 26. Outillage léger et matières premières correspondantes, collection A. Le
  • issue de diverses prospections étudiée en 2014 (A.-L. Ravon). Fig. 30. Données métriques des choppers issus des différentes prospections (A-L. Ravon). Fig. 31. Données métriques des chopping-tools issus des différentes prospections (A.-L. Ravon). Fig. 32. Décompte comparé entre le
RAP03892 (VANNES(56). De ses origines à la fin du Moyen Age. Rapport d'activité 2019 - PCR)
  • régional de l’Archéologie de Bretagne mai 2020 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan = 67 00 50 86 avec les contributions de Y 87 44 26 67 26 50 = 00 86 26 = = = 00 45 Y X X Sébastien Daré (coord.), Isabelle Brunie 5 SL5337
  • canalis niveau chauss chauss trottoir restituti limite d numéro Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de fouille archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public après remise au service régional de
  • l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédées par les auteurs et les contraintes
  • qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes
  • ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit de la communication, exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de
  • diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Illustrations de couverture - En haut à gauche : fragment d’angle d’un chapiteau corinthien (LAP 060 - 104 boulevard de la Paix - OA 051453) ; en bas à gauche : extrait
  • du SIG de la cathédrale et de la cohue, en fond le cadastre ancien de Vannes de 1844; à droite : plan des vestiges du forum à l’état 3, phase 3. Projet Collectif de Recherche La ville de Vannes et sa proche campagne de ses origines à la fin du Moyen Âge (fin du Ier siècle av. J
  • .-C. - XVIe siècle ap. J.-C.) Rapport d’activité 2019 (Arrêté d’autorisation n° 2019-150) Sébastien Daré (coord.), Isabelle Brunie avec les contributions de Alexandre Polinski, Lola Trin-Lacombe Service régional de l’Archéologie de Bretagne mai 2020 Conditions d’utilisation
  • des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures
  • d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le
  • SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du
  • code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute
  • reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du
  • nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès
  • lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon
  • prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de
  • travaux en 2019 1.4. Les intervenants 2. Les travaux réalisés en 2019 11 2.1. Le renforcement de la bibliographie 2.2. Le Système d’Information Géographique (SIG) 2.2.1. La poursuite du travail d’intégration des opérations récentes 2.2.2. Ajustement méthodologique 2.2.3
  • . Une évolution chronologique à revoir et à préciser pour les opérations anciennes : l’exemple du forum et des thermes voisins 2.2.4. La mise en place différée des niveaux hiérarchiques supérieurs 2.2.5. Les propositions de restitution : des données à prendre en compte
  • ? 2.2.6. Le cadastre de 1844 et les plans anciens 2.3. La culture matérielle (Isabelle Brunie avec la collaboration de Sébastien Daré) 2.3.1. L’inventaire des collections vannetaises 2.3.1.1. Rappel méthodologique 2.3.1.2. Résultats des inventaires menés en 2019 2.3.2. Les
  • amphores : distribution, consommation, faciès (Lola Trin-Lacombe) 2.3.2.1. Les amphores de la rue du Four : méthodologie 2.3.2.2. Les amphores de la rue du Four : premières observations 2.3.3. Inventaire des éléments lapidaires du forum (Sébastien Daré avec la collaboration
RAP02026.pdf (LE CONQUET (29). programme archéologique molenais. rapport n°6. sondage du site de Trielen nord (Le Conquet) et sondage du site de beg ar loued. rapport de prospection thématique avec sondages)
  • LE CONQUET (29). programme archéologique molenais. rapport n°6. sondage du site de Trielen nord (Le Conquet) et sondage du site de beg ar loued. rapport de prospection thématique avec sondages
  • écembre 2004 Yvan Pailler, Yohann Sparfel, Anne Tresset, avec les contributions de Nicolas Cayol, Yvon Dréano, Catherine Dupont, Sandie Yves Guéguen, Eisa Landais PROGRAMME ARCHEOLOGIQUE MOLENAIS, Rapport n° 6 SONDAGE DU SITE DE TRIELEN NORD (LE CONQUET) Opération n°2003 - 164
  • Dp: 1 A RFiTMP.RCHf SCIENTIflûUf: UMR 6038 du CNRS Magasin d'outillage Emeraude O ESA 8045 t 3 C S o 3 S O ns o Fcnn-ar-Bed M4 SOMMAIRE SOMMAIRE 1 REMERCIEMENTS 3 I. SONDAGE DU SITE GAULOIS DE TRIELEN-NORD (LE CONQUET) 4 FICHE SIGNALETIQUE 4 A) PRESENTATION 5 B
  • ) CONDUITE DU SONDAGE 5 C) DESCRIPTION DU FOUR 7 D) LE MOBILIER CERAMIQUE ET OSSEUX 1) Barquettes 2) La céramique domestique 3) L'aiguille en os 15 15 15 17 E) L'INDUSTRIE LITHIQUE (Y. Pailler) 17 F) ANALYSE PRELIMINAIRE DE LA MALACOFAUNE MARINE (C. Dupont) 21 G) LES RESTES DE
  • VERTEBRES (A. Tresset) 22 H) CONCLUSION 24 IL DEUXIÈME CAMPAGNE DE FOUILLE DU SITE DE BEG AR LOUED (ILE MOLENE) 25 FICHE SIGNALETIQUE 25 A) Présentation 26 1) Méthode de fouille 26 2) Description des niveaux mis au jour 26 3) Eléments de datation absolue obtenus sur les matériaux
  • . Résultats obtenus sur l'échantillon c. Conclusions et perspectives de recherches 67 67 68 69 4) Les éléments de parures (Y. Pailler) 70 E) L'ÉCONOMIE ALIMENTAIRE 71 1) Les grands vertébrés (A. Tresset) 71 2) L'exploitation des poissons (Y. Dréano) a. Introduction b. Quantité
  • ) PREMIÈRES DONNÉES SUR LE PEUPLEMENT ANCIEN DE MICROVERTÉBRÉS DE L'ARCHIPEL DE MOLÈNE (A. TRESSET) 79 1) Nature de l'assemblage de microvertébrés 2) Taxons représentés, données biogéographiques 3) Identification et description des espèces 4) Conclusion et perspectives 79 81 81 83 G
  • 93 2 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil Général du Finistère qui nous ont accordé les subventions nécessaires au bon déroulement de nos opérations. Les gestionnaires et propriétaires des îles de l'archipel : Bretagne Vivante- SEPNB
  • , Louis Brigand, conservateur de la Réserve naturelle d'Iroise, ainsi que les membres du Comité consultatif ; Louis-Gérard d'Escrienne, conservateur de l'île Béniguet, Pierre Yésou, conseiller scientifique ; Goulven de Kergariou, propriétaire de l'île Litiri. Mme le Maire de l'île
  • Molène, Marie-Thérèse Callac, et les membres du Conseil Municipal. Philippe Richard, secrétaire de mairie de l'île Molène, pour son soutien et son amitié indéfectibles. Michel Le Goffic pour sa visite sur le chantier de Beg ar Loued et les conseils pratiques qu'il nous a dispensés
  • , Grégor Marchand et Jean-Yves Tinevez pour leur soutien et l'intérêt qu'ils portent à nos recherches. Marion Lichardus, Laure Salanova, Jean-Yves Tinevez, Michel Le Goffic, Serge Cassen pour avoir accepté de donner leurs avis sur l'attribution culturelle de certains tessons décorés
  • découverts à Beg ar Loued. Marie-Yvanne Daire pour ses conseils concernant le mobilier céramique de l'Age du Fer récolté lors du sondage réalisé à Trielen. L'équipe de fouilleurs de Beg ar Loued : Romain Boucher, Yann Bougio, Alain Carré, Emilie Condron, Alexis Duvaut, Anne Garin
  • Carmagnani, Pierre Guéguen, Yves Guéguen, Eisa Landais, Pascal Le Bivic, Jessica Locq, Antoine Lourdeau, Alexis Martin, Laurent Moalic, Caroline Mougne, Jean-Pierre Nicol, Marina Pagli, John Perry, Oriane Rousselet, Vojtek et Margot Szydolwski, Claire Surry. La nouvelle campagne de
  • fouille de Beg ar Loued a été l'occasion de nouer de nombreuses amitiés nouvelles et de vérifier que les anciens amis étaient toujours bien présents. Parmi les personnes sans qui notre séjour à Molène n'aurait pas eu la même saveur, nous remercions Jean-Yves Le Gall et sa charmante
  • épouse Marianne, Lydie et Aurélien Masson, Eric et Paul Derval (merci pour les superbes photographies), Marie-Pierre Tanguy et Yann Le Goff, les propriétaires de la Chimère, Pierre Gasic, pour son efficacité lors du rebouchage, René Masson, Marcel Masson, le personnel de la supérette
  • le fruit de leurs prospections ainsi que le probable tumulus qui se trouve au fond de leur jardin, Yvette Masson pour nous avoir donné de son temps et partagé son savoir sur la terre de Molène, les personnes qui ont participé à "l'apéritif néolithique" organisé dans les jardins de
  • la Chimère, le personnel à terre et les équipages de la Penn ar Bed, ainsi que tous ceux qui ont visité le chantier, molénais, continentaux ou d'ailleurs, et qui n'ont pas hésité à venir à notre rencontre pour assouvir leur curiosité et nous faire partager leurs connaissances. I
  • . SONDAGE DU SITE GAULOIS DE TRIELEN-NORD (LE CONOUET) FICHE SIGNALETIQUE Numéro d'opération : 2003 - 164 Nature de l'opération : sondage Titulaire de l'autorisation préfectorale : Yohann Sparfel Département : Finistère Communes : Le Conquet Coordonnées Lambert II étendu : X = 61,675 ; Y
  • Bretagne Vivante-SEPNB. Coût de l'opération (en euros) : Hébergement : 30 Nourriture : 90 Frais de transport : 50 Financements : Aucun financement spécifique n'a été demandé pour cette opération. Les frais ont été reportés sur les subventions accordées pour la fouille de Beg ar Loued
  • . Figure 1 . Localisation du site de Trielen-nord A) PRESENTATION Dès notre première visite de l'île en septembre 2000, Jean-Yves Le Gall, garde de la Réserve naturelle d'Iroise, nous avait indiqué l'existence de ce site (figures 1 et 2) où apparaissaient, en coupe de micro-falaise
  • , de nombreuses coquilles de patelles, des éclats en silex et en grès, des tessons de céramique et quelques galets en gneiss. La lecture du compte-rendu des prospections menées par B. Hallégouët à la fin des années 1970 nous apprend que "les vieux sols taillés en falaise livrent de
RAP02433.pdf (PAIMPONT (35). caractérisation des sites paléosidérurgiques et miniers du massif de Paimpont. rapport de prospection thématique et sondages sur les Glyorels III et la Haute Rivière II. volume 1)
  • PAIMPONT (35). caractérisation des sites paléosidérurgiques et miniers du massif de Paimpont. rapport de prospection thématique et sondages sur les Glyorels III et la Haute Rivière II. volume 1
  • Responsable prospection thématique : Jean-Bernard VIVET • Responsable sondages sur les sites des Glyorels III et Haute-Rivière II : J-B VIVET • Responsable du sondage sur le site de Péronnette : Nicolas GIRAULT D.R.A.C. Bretagne - Service Régional de l'Archéologie SIVU "Forges et
  • • Responsable des sondages sur les sites des Glyorels III et Haute-Rivière II Jean-Bernard VIVET • Responsable du sondage sur le site de Péronnette : Nicolas GIRAULT D.R.A.C. Bretagne - Service Régional de l'Archéologie SIVU "Forges et métallurgie en Brocéliande" (Paimpont/Plélan-le-Grand
  • ) U.M.R. 6566 - Rennes I, EA 127 et UMR 7041 -PARIS I Sorbonne Centre Régional d'Archéologie d' Alet (Ce.R.AA.) Je remercie les acteurs du ministère de la Culture (D.RA.C. Bretagne, Service Régional de l'Archéologie), pour le financement principal de cette opération archéologique de
  • prospection thématique, portant sur la métallurgie antique de la Haute-Bretagne. Je suis également très reconnaissant au S.I.V.U. "Forges et métallurgie en Brocéliande", de l'intérêt porté à ces travaux et du concours financier accordé à cette opération située sur le territoire du massif
  • de Paimpont / Plélan-le-Grand. Je remercie vivement Monsieur Alain LE GUALÈS, pour son aimable autorisation, permettant le bon déroulement de ces opérations, ainsi que Monsieur Jean-Marc BOUSSAIS, garde forestier, pour les aspects pratiques d'organisation. Je tiens à souligner
  • ici le rôle tout à fait essentiel tenu par Guy LARCHER, Jean BOUCARD, Marie-José LE GARREC et Jean-Charles OILLIC , tant pour la découverte et l'observation précise des sites en prospection que pour leur investissement permanent dans l'organisation pratique et relationnelle des
  • opérations. Merci à Cécile LE CARLJER et à Nadège JOUANET pour l'enregistrement et la quantification spécifique et patiente du mobilier métallurgique sur le terrain. Merci à Florence NICOLLIN, aux étudiants du département Géosciences de l'université de Rennes I, pour la mise en œuvre des
  • travaux de prospection géophysique sur le site de La HauteRivière n. Je souhaite également remercier le Centre Régional d'Archéologie dAlet (Ce.R.A.A., St Malo), pour son soutien logistique. Mes remerciements vont aussi bien sûr aux équipes de fouille qui ont participé avec
  • persévérance et dynamisme aux opérations de : • Les Glyorels III et La Haute-Rivière II : Xavier B ACHETER Philippe BARDY Jean BOUCARD Marie BRUNET Oregan DELAUNAY Laetitia DEMAY Julien GAUCHER Marie GROUSSET Nadège JOUANET Guy LARCHER Rozenn LE MOEL Fabien LESGUER Joséphine LORENDEAU
  • Julie MORTREUIL Léonce Kl Raphaëlle ODOT Jean-Charles OILLIC Christian RAGUIN Catherine STRUNZ • Péronnette : Alexandre BOUCHER Kevin CORBION Cécile LE CARLIER Anne DELAPLACE Marie GROSSET Marie GROUSSET Fabien HAMM Elisabeth JENSSONNTE Fabien LESGUER Jean-Charles OILLIC
  • Concernant ce dernier sondage, nos plus vifs remerciements vont : - à la Communauté de Commune de Brocéliande, - à l'Association Archéolithe, - au Service Archéologique Départemental des Yvelines, pour les aides financières et matérielles, venant compléter celles citées antérieurement
  • , pour la bonne conduite de l'opération. 2 SOMMAIRE INTRODUCTION p. 2 I. LE SITE DES GLYORELS III EN PAIMPONT : Un atelier de réduction de la série des « sites à zone rouge ». P. 5 II. LA HAUTE RIVIERE II : Indices d'un atelier de réduction à scories écoulées. p. 22 III
  • . ANALYSES CHIMIQUES DES MINERAIS ET SCORIES. p. 33 IV. CONCLUSION GENERALE ET PERSPECTIVES. P. 51 BIBLIOGRAPHIE INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUE Les opérations de prospection thématique réalisées ces dernières années en HauteBretagne (Vivet, 1999 à 2007), ainsi que celles et
  • effectuées plus anciennement par l'équipe de Guy Larcher (1989 à 1993), ont permis d'explorer sur le massif de Paimpont des ateliers comportant des bas fourneaux appartenant au Hallstatt / début de La Tène ancienne (Le Bois Jacob), à La Tène moyenne (L'Etang du Perray, Les Landes, Les
  • Glyorels I et II), à l'époque gallo-romaine (Couesdan) et au moyen Age (Trécélien, Vert Pignon II et III). Ces travaux s'inscrivent dans le cadre du programme 2006-25 sur l'histoire des techniques, en liaison avec l'U.M.R. 6566 « CReAAH, Centre de Recherche en Archéologie
  • , Archéosciences, Histoire » de l'Université de Rennes 1. Us visent à terme, à fournir une caractérisation chronologique et technique des gisements de scories et sites métallurgiques de Haute-Bretagne s 'inscrivant entre le 1 er Age du Fer et le XVIlf me siècle. H s'agit en particulier de
  • renseignées (La Tène final, bas Empire-haut Moyen-âge) ou des procédés différentiés au sein d'une même période. L'apparition et le développement de fourneaux à scories coulées, dense (non bulleuse) sont très mal connus en Haute-Bretagne. Le présent rapport se décompose en deux volumes
  • : • Le premier volume (1) porte sur deux sondages intéressant les ateliers à scories denses piégées (site des Glyorels III) et écoulées (site de La Haute-Rivière II) - responsable des opérations : Jean-Bernard VIVET, • Le second volume (2) concerne le sondage réalisé sur le site
  • teslVerjtei 152 LesGlyo^fel?, 111 Ç^gj_ 4, Chaussée WWâriw. du Pas " la Butte' ta dek ffîi Gtvoreis Cav*f ^ -;\ r—— / TV \t1es Ghore/à i $2 vlM RuesMaliron ,î— les Rues du \ + \ j i » 1 ^ (a Hai\te Rivièrt •' |La Haute Riviè^ Hauts Rivière I Carrefour cfe
  • : çêre par e cenee deslrro;-sforde r &j *ant: Cet exbot de par «us esl délivre par ■£20:7 Mhiste'e dL suaget ces xnctee pinles e: I de ia 'snaan pj>-qje Fig. 2 et 3 : site des Glyorels III et de La Haute Rivière II, carte IGN et extrait cadastral. I. LE SITE DES GLYORELS III EN
RAP03182.pdf ((22) (29) (35) (56). Projet Alert : vulnérabilité du patrimoine culturel côtier. Rapport de prospection thématique)
  • SANTEC, rapport d’opération Section 1 – Générique de l’opération Introduction p.9 Fiche signalétique p. 10 Documents cartographiques p. 11 Arrêté d’autorisation p. 14 Liste d’intervenants p. 15 Fiche d’état du site Section 2 – Rapport d’opération 1. LE CONTEXTE DE ROC’H
  • SANTEC, ÉTAT DES CONNAISSANCES p. 23 1.1 Le cadre géographique p. 23 1.2 Historique des découvertes p. 27 Les prospections de Daniel Roué (1985-2010) Suivi archéologique Alert 2014 1.3 L’environnement archéologique p. 31 2. LA CAMPAGNE 2015 2.1 Motivation de l’intervention p
  • . 35 Un site en danger : étude de la vulnérabilité des sites littoraux de Santec Le projet Alert de suivi de la vulnérabilité des sites archéologiques côtiers 2.2 Présentation générale p. 43 2.3 Méthodologie p. 45 2.4 Description de l’opération p. 49 Zone 1 p. 53 Zone 2 p
  • . 61 Zone 3 p. 66 Zone 4 p. 69 3 2.5 Le mobilier archéologique p. 72 2.5.1 Etude technologique et typologique de l’industrie lithique de Roc’h p. 73 2.5.2 Étude du mobilier céramique protohistorique p. 79 3. L’ENVIRONNEMENT DE ROC’H SANTEC p. 85 3.1 Exploitation des
  • est situé à 1,5 km de la côte. L’accès à l’île n’est pas facile, vu l’éloignement du littoral, il faut profiter d’une marée basse d’au moins 90 de coefficient pour y accéder, en traversant l’estran rocheux de l’île Verte (Enez Glaz). La difficulté d’accès fait que le site n’a pas
  • souffert d’une importante pression anthropique et les vestiges présentent un bon état de conservation ; mais en même temps, cette contrainte gêne l’accès et le suivi de l’érosion régulière des restes archéologiques à cause des différents épisodes de tempêtes hivernales. Le site avait
  • été découvert et signalé aux autorités par un prospecteur bénévole de Santec, Daniel Roué, en 1985, mais jusqu’à l’année dernière (2014), aucun archéologue ou autorité compétent s’avait rendu sur place pour évaluer le site. Seulement deux petites notices avaient présenté très
  • brièvement les principales découvertes du mobilier entre 1985 et 2010, date de la dernière visite du site de la part de D. Roué. Dans le cadre du projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre) (Barreau et al. 2013 ; Daire et al. 2012 ; López-Romero et al. 2013 ; Olmos et
  • al. 2014) et d’un suivi plus complète de la vulnérabilité des sites archéologiques littoraux du littoral de Santec, nous nous sommes rendus sur le place pour la première fois le mois de juillet 2014 et accompagnés de D. Roué et grâce à son témoin et à la documentation
  • photographique disponible, nous avons pu constater ensemble les importants dégâts sur le site suite à l’érosion naturelle, accélérée à cause des tempêtes de l’hiver 2013-2014. L’importance des vestiges, avec une occupation allant du Paléolithique Moyen jusqu’à la fin de l’âge du Fer et
  • , surtout, la fragilité des vestiges, très endommages par les tempêtes et l’érosion du littoral ont motivé la demande d’une intervention de sauvetage afin de constater l’état de conservation des vestiges, de définir et identifier stratigraphiquement les différents niveaux d’occupation et
  • de faire des prélèvements afin d’obtenir des datations précises et réaliser les premiers analyses paléo environnementales. Le site étant situé dans le Domaine Public Maritime est compétence directe du Département de Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-marines (DRASSM
  • ), même si le déroulement de l’intervention est celui d’une intervention terrestre classique. Cette opération n’aura pas pu être conduite sans le support d’Olivia Hulot et de l’équipe du DRASSM, ni sans la contribution de Catherine Louazel et des gestionnaires du laboratoire
  • sagesse le transport du matériel et des fouilleurs sur le site, dans de conditions météorologiques parfois compliqués. La structure de recherche de l’UMR 6566 CReAAH a pourvu les besoins en équipement et en personnel. 9 Fiche signalétique Façade maritime : Atlantique Région
  • marine : 7151 Altitude NGF : 12 m Responsable scientifique : Pau Olmos Benlloch Organisme de rattachement : CNRS UMR 6566 CReAAH Université de Rennes 1 Dates d’intervention sur le terrain : 25-31 mars et 9-10 septembre 2015 Mots clés : archéologie insulaire, âge du Fer, habitat
  • DRASSM Équipe de recherche : Nicolas Naudinot - Maitre de Conférences/Chaire d'excellence CNRS UMR 7264 CNRS – CEPAM, préhistorien. Meritxell Monrós González – Docteur en archéologie, Institut Catalan d’Archéologie Classique, photographies terrain. Lorena Audoudard – Docteur en
  • archéologie, chercheuse associée CNRS UMR 6566 CReAAH. Michel Le Goffic – Archéologue départemental CG29 (ER), bénévole. François Le Gall – Archéologue amateur Plougasnou, bénévole, photographies terrain. Daniel Roué – Archéologue amateur Santec, bénévole. Laurent Quesnel – Ingénieur
  • basse d’au moins 90 de coefficient pour y accéder, en traversant l’estran rocheux de l’île Verte (Enez Glaz). La difficulté d’accès fait que le site n’a pas souffert d’une importante pression anthropique et les vestiges présentent un bon état de conservation ; mais en même temps
  • , cette contrainte gêne l’accès et le suivi de l’érosion régulière des restes archéologiques à cause des différents épisodes de tempêtes hivernales. Le site avait été découvert et signalé aux autorités par un prospecteur bénévole de Santec, Daniel Roué, en 1985, mais jusqu’à l’année
  • dernière (2014), aucun archéologue ou autorité compétent s’avait rendu sur place pour évaluer le site. Seulement deux petites notices avaient présenté très brièvement les principales découvertes du mobilier entre 1985 et 2010, date de la dernière visite du site de la part de D. Roué
RAP03359.pdf (PLUGUFFAN (29). Ti Lipig : un paysage anthropisé dès l'âge du Bronze jusqu'à nos jours. Rapport de diagnostic)
  • funéraire, habitat rural, artisanat du métal, aménagement de zone humide, structuration parcellaire Un diagnostic archéologique a été réalisé à Pluguffan (29), à l’ouest de Quimper, à la demande du Service Régional de l’Archéologie, dans le cadre de l’agrandissement de la Zone
  • d’Acitivités de Ti Lipig et suite à la demande volontaire de réalisation de diagnostic de la part de l’aménageur. La superficie concernée par le projet que mène Quimper Communauté couvre 56 589 m². Il est situé en périphérie d’un précédent diagnostic (arrêté de prescription n° 2006/122
  • , à seulement 5 km de la vallée de l’Odet et proche de Quimper, rendaient en effet propice la découverte de traces humaines importantes. Le diagnostic réalisé en novembre 2016 a révélé plusieurs occupations, dans la continuité des vestiges découverts en 2008, et regroupés pour
  • l’essentiel dans le secteur 1. La plus spectaculaire d’entre elles, par sa rareté, est un groupement de quatre probables structures funéraires de l’âge du Bronze, dont trois seraient intactes, installées dans ce qui reste de l’empreinte d’un tumulus de terre. Chacune se caractérise par un
  • monument, sans qu’il soit possible d’en assurer la stricte contemporanéité. Une activité de la fin de l’âge du Bronze ou du premier âge du Fer, mal définie dans le cadre de l’opération, a par ailleurs été repérée dans le secteur oriental de l’emprise. Il s’agit d’une petite
  • période. Dans le même secteur, quatre enclos, dont la chronologie s’étale de l’âge du Fer aux débuts de l’Antiquité, permettent d’étendre cet établissement déjà connu vers le nord, sur le sommet du plateau. L’enclos le plus imposant, et probablement l’un des plus anciens, mesure 70 x
  • peut-être associés. Malheureusement, très peu de mobilier a été recueilli dans le cadre du diagnostic et nous ne pouvons être affirmative sur ce point. Un autre enclos, dont une partie avait été détectée en 2008 et qui serait le plus récent, semble être à la fois le siège d’un
  • habitat et d’une activité liée au travail du métal. Celle-ci se traduit par la présence de fosses charbonneuses, de scories et d’objets en métal. Il serait donc possible d’étudier dans le détail l’évolution d’une occupation rurale, au moment de la transition entre l’époque gauloise et
  • les débuts de l’époque gallo-romaine. L’aménagement d’une zone humide au cours du bas Moyen-âge se trouve 300 m au nord de l’établissement rural contemporain reconnu en 2008. Il s’agit de deux murs maçonnés en gros blocs de granit et enduits d’argile, disposés en T. Le mur oriental
  • , d’orientation nord-ouest/sud-est, marque la limite de la zone humide. L’ensemble est implanté suivant l’orientation d’un talweg. Contre le mur d’orientation sud-ouest/nord-est, une légère dépression ovale de 5,40 x 4,40 m a été remblayée par de gros blocs de granit. Il s’agissait
  • probablement d’assainir le secteur pour accéder à la mare, peut-être pour ménager une sorte d’abreuvoir à bestiaux. Plusieurs réseaux de fossés et chemins semblent se succéder au cours de la période moderne (comblements brun foncé), jusqu’à l’établissement du cadastre de 1835. Au
  • parcellaire laniéré qui semblait déjà se dessiner dans les parcelles méridionales du diagnostic de 2008 vient s’ajouter un ensemble de terrains allongés, orientés globalement nord/sud et bordés de chemins. Les terres ainsi balisées sont dédiées à l’agriculture, et ce depuis le bas Moyen
  • -âge. Enfin, isolée dans le secteur 3, se trouve une petite construction quadrangulaire sur poteaux, de 3,70 x 2,80 m. Aucun mobilier n’a été repéré, interdisant toute attribution chronologique à ces vestiges. Bretagne, Finistère, Pluguffan, Ti Lipig : un paysage anthropisé dès
  • prescription Pluguffan, Finistère sous la direction de avec la contribution de avec la collaboration de Marion LeméeDemontfaucon Richard Delage Myriam Le Puil-Texier Yoann Dieu Philippe Boulinguiez Dominique Guimard Emeline Le Goff Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577
  • de prescription 20 Projet scientifique 23 Arrêté de désignation Résultats 27 1. Le cadre de l’opération 27 1.1. La prescription de diagnostic Les contextes géographique et géologique Le contexte archéologique Stratégie et méthodes mises en oeuvre 27
  • 1.2. 34 1.3. 36 1.4. 41 2. Résultats de l’opération 41 2.1. Les vestiges protohistoriques 41 De probables sépultures de l’âge du Bronze 41 2.1.1.1. Description des vestiges 41 2.1.1.2. Eléments de datation et discussion 44
  • 2.1.2. Des fosses de la fin du Néolithique - début de l’âge du Bronze 45 2.1.3. Des structures de combustion de l’âge du Bronze final ou du premier âge du Fer 2.1.1. 45 2.1.3.1. Le foyer de la tranchée 14 : F. 14.5 45 Les structures de combustion de la
  • tranchée 16 45 Le foyer F. 16.1 46 Le four F. 16.2 2.1.3.2. 46 2.1.3.3. Le foyer de la tranchée 17 : F. 17.3 46 2.1.3.4. Discussion 49 2.1.4. Un enclos de l’âge du Fer 49 2.1.4.1. Description des fossés 52 2.1.4.2. Commentaires
  • relatifs à ces coupes stratigraphiques 53 2.1.4.3. Eléments de datation et discussion 55 2.2 Une occupation de la transition entre la Tène finale et les débuts de l’époque gallo-romaine : la continuité des vestiges découverts en 2008 55 2.2.1. Bref rappel
  • des vestiges découverts en 2008 52 2.2.2. Prolongement de ces vestiges vers le nord 59 2.2.3. Conclusions sur l’occupation antique 62 2.3. Les vestiges de l’époque médiévale 65 2.4. Les vestiges des époques moderne et contemporaine 65 2.4.1. Les
RAP03650 (PORT-LOUIS (56). Citadelle : diagnostic archéologique du bastion Desmouriers. Rapport de FP 2017)
  • OPERATION ARCHEOLOGIQUE PROGRAMMEE Rapport final 2018 Dates d'intervention : 28/08/2017 au 03/09/2017 Autorisation d'opération n° 2017-129 N° patriarche de la citadelle : 56-181-0001 Avec le soutien du Conseil Départemental du Morbihan et du Musée national de la Marine Sous
  • la direction de Nicolas Morelle, Avec la participation d’Amaury Berthelon, Romain Bertin, Grichka Bredow, Morgan Grall, Caroline Laffay et Joachim LeBomin avec la collaboration de : Aurélien Creuzieux Clément le Guédard Jean Soulat 4 Conditions d’utilisation des documents Les
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou
  • non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la
  • source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel
  • elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par
  • les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 2 Illustration de couverture : Vue du bastion Desmouriers. "L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises
  • de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schéma, n'est possible que
  • dans le cadre de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Toute utilisation des données du rapport à des fins lucratives est interdite en vertu de l'article 10 de la loi modifiée du 17 juillet 1978 relative à l'amélioration des relations
  • entre l'administration et le public. Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal." "The use of data of archaeological report is ruled by the provisions of the Intellectual Property Code on the literary and artistic property
  • under article 425 of the Criminal Code. " 3 Je remercie le Musée national de la Marine et Anne Belaud de Saulce, administratrice du musée de Port-Louis, pour son aide à mettre en place l’étude et son soutien au projet scientifique, également Yves Menez, Conservateur régional de
  • remercie le Conseil Départemental du Morbihan et Olivier Agogué, directeur du SDAM à Vannes pour son aide financière et le prêt du tachéomètre et Anne Pariente, directrice du SAVL pour le prêt de matériel de terrain. Un grand merci à toute l'équipe de fouille et amis de longue date
  • , Morgan Grall, Joachim LeBomin, Grichka Bredow, Amaury Berthelon et Romain Bertin et à ma compagne Caroline Laffay. Je remercie Clément le Guédard de l'association CERAM, Jean Soulat du laboratoire LandArc et Aurélien Creuzieux pour leurs collaborations dans nos études spécialisées. Je
  • remercie aussi le Service Historique de la Défense et le conservateur en chef de l’antenne de Lorient, Jean-Claude Leroux. De nombreux documents sont encore en cours de numérisation afin de rendre les archives militaires de Port-Louis accessibles sur d’autres supports. Je remercie Diego
  • , Emmanuel Bernot, Stéphane Carrara, Benjamin Egasse et l’association 1846 avec Lionel Duigou et Patrick Jadé. Nos échanges fructueux m’ont permis d’améliorer ma compréhension du site et des éléments défensifs, notamment pour le contexte de la fortification régionale. 4 PRESENTATION
  • par le conservateur régional de l'archéologie Titulaire : N. Morelle, Organisme de rattachement : bénévole, LA3M, UMR 7298 CNRS/UNIVERSITE AIXMARSEILLE Motif de l’opération : opération de fouille programmée du bastion Desmouriers. Architecture militaire moderne. Défense des côtes
  • mobilier métallique et en os manufacturé, LandArc, Docteur en archéologie, CNRS, Craham UMR 6273 Clément le Guédard, céramologue, CERAM (Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan) Sébastien Daré, archéologue, spécialiste du verre, CERAM (Centre d'Etudes et de
RAP02046.pdf (PAIMPONT (35). paléosidérurgie diachronique du massif de Paimpont. le vert pignon III : découverte de fours métallurgiques en activité autour du XVe siècle. rapport de prospection thématique avec sondages)
  • PAIMPONT (35). paléosidérurgie diachronique du massif de Paimpont. le vert pignon III : découverte de fours métallurgiques en activité autour du XVe siècle. rapport de prospection thématique avec sondages
  • OPERATION DE PROSPECTION THEMATIQUE, fi ÎQft PALEOSIDERURGIE DIACHRONIQUE DU MASSIF DE PAIMPONT (35) *** LE VERT PIGNON III : DECOUVERTE DE FOURS METALLURGIQUES EN ACTIVITE AUTOUR DU XVe SIECLE. 2004 Responsable d'opération : Jean-Bernard VIVET Direction Régionale des
  • Affaires Culturelles Service Régional de l'Archéologie de Bretagne SIVU " Forges et métallurgie en Brocéliande " Paimpont - Plélan-le-Grand êok6 Autorisation n° 2004/95 OPERATION DE PROSPECTION THÉMATIQUE 2004 PALEOSIDERURGIE DIACHRONIQUE DU MASSIF DE PAIMPONT (35) *** LE VERT
  • -le-Grand i En tout premier lieu, je remercie le Ministère de la Culture, représenté par le Service Régional de l'Archéologie, pour son soutien et pour le financement de cette opération archéologique de prospection thématique, intéressant la métallurgie antique et ancienne de la
  • Haute-Bretagne. De même, je suis reconnaissant au S.I.V.U. "Forges et métallurgie en Brocéliande", de l'intérêt porté aux opérations de sondage archéologique du territoire de Paimpont et Plélan-le-Grand, et de son aide financière précieuse, pour la restauration des fouilleurs, la
  • location du matériel de mesures, ainsi que pour les datations C14. Merci à l'association 'Histoire, Patrimoine et Métallurgie en Brocéliande', d'avoir bien voulu assurer le relais des crédits. Je tiens à remercier vivement Messieurs Alain LE GUALÈS, Olivier GUEPJN et Vital BOSCHERIE
  • , propriétaires des parcelles sur lesquelles se déroulaient les opérations de sondage, pour leur aimable autorisation, ainsi que Monsieur Jean-Marc BOUSSAIS, garde forestier, et Monsieur Jean-Christophe PORTEMONT, exploitant, pour leur accueil et les modalités pratiques de mise en œuvre. Je
  • remercie sincèrement Monsieur BRICON, Maire de Paimpont, le conseil municipal et le personnel de la mairie, pour son concours actif aux opérations, qui concernent partiellement des terrains communaux, tant au niveau de l'aide aux terrassements que de l'accès à la cantine municipale. De
  • ce travail, et qui ont partagé les fruits de leur connaissance du terrain : Virginie ALLAIN Mathilde ANDRE Laïla AYACHE Xavier BACHETER Jean BOUCARD Lisa CALISTE Matthieu CHARLES Jean-Pierre COLLIN Elsa-Frédérique DEHIER Héloïse DORANLO Camille GANDONNIERE ? Nicolas GIRAULT
  • Catherine HENRY Jacqueline LAPERAS Guy LARCHER Marie-José LE GARREC Aurore LE JOSNE Quentin LEMOULAND Michaël LEROUX Fabien LESGUER Mylène MALATESTA Raphaël MONTOLIN Pierre-Emilien MOUSSARD Pierre-Eric MOUSSARD Alexandra NESPOULOUS PHALIPPOU Jean-Charles OILLIC Simon PELLEQUER Virginie
  • PENQUERCH Christian RAGUIN Philippe ROBERT Olivier ROUX Merci en particulier à Guy LARCHER, pour son investissement permanent et sa collaboration active à toutes les opérations, à Marie-José LE GARREC et Louis MARTEL, de 1TUT de Génie Civil de Rennes, pour les multiples travaux de
  • relevés topographiques, à Maurice GAUTHIER pour les clichés aériens, à Jacqueline LAPERAS pour le lavage de la céramique, et à Nicolas GIRAULT pour son concours aux travaux de post-fouille (dessins en particulier). On doit la bonne réalisation des travaux de prospection géophysique au
  • unité. Merci à Monsieur René RUAULT, de la société ABEM, pour son aimable concours dans ces opérations. Enfin, je remercie le Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.RA.A., St Malo), pour son soutien logistique efficace et indispensable, qui a permis à l'opération de se réaliser
  • dans de bonnes conditions. 2 SOMMAIRE I. DATATIONS RADIOCARBONE 1. 2. 3. 4. 5. p. 4 Nature et objet des analyses C 14 Lotissement de Brocéliande / Roi Arthur Les Plaintes (ruisseau des Plaintes) - secteur du Cannée. Le Bas Chesnais II - secteur de Trélat, commune de TADEN (22
  • antérieurs - problématique. Mesures Géophysiques Sondages archéologiques Conclusion IV. LE VERT PIGNON II - TELHOUËT EN PAIMPONT p. 20 V. p. 22 1. 2. 3. 4. LE VERT PIGNON III EN PAIMPONT Problématique Présentation du site Prospection géophysique Sondages VI. CONCLUSION GENERALE
  • deux échantillons du massif de Paimpont, prélevés sur les lieux dits ' Lotissement de Brocéliande / Roi Arthur ' et ' Les Plaintes ' (commune de PAIMPONT) et sur un échantillon provenant du bassin de Rance, au nord de Dinan, au lieu-dit 'Le Bas Chesnais' (commune de TADEN). Le
  • rapport d'analyse détaillé, fournissant les résultats bruts, réalisé par la société BETA ANALYTIC INC. (Miami, Floride, U.S.A.) est reporté en fin de chapitre. Les travaux d'analyse radiocarbone, ont continué à porter, en 2004, sur une série de scories de fond de four circulaires
  • orifices de ventilation. Le secteur où sont installés ces 4 Photo n°l : .Terrassements sur le lotissement de Brocéliande / Arthur - sédiment ferrugineux ayant livré les scories piégées. Photo n°2 : scorie de fond de four piégée N°l Photo n°3 : scorie de fond de four piégée N° 2
  • Photo n°4 : scorie de fond de four piégée N°3 Photo n°5 : scorie de fond de four piégée N°9 Photo n°2 : scorie de fond de four piégée N°14 PLANCHE 1. Photo n°7 e 8 : Les Plaintes en PAIMPONT (35) - scorie de fond de four piégée - datation C14 i Photo n° 9 et 10 : Le Bas
  • Chesnais II en TADEN (22) scorie de fond de four piégée -datation C14 - vue de profil (jalon de 1 m) et vue du dessous. PLANCHE 2 éft° 5. DIAMETRES INTERNES DES BAS FOURNEAUX EN BRETAGNE - SYNTHESE DIACHRONIQUE Les fourneaux observés jusqu'ici sont tous circulaires ou pseudo
  • -circulaires. Dans l'évolution des procédés, le diamètre interne des fours, en tant que variable technique conditionnant très fortement la conduite des appareils (l'expérimentation archéologique le montre), constitue un élément de caractérisation important des sites paléosidérurgiques (fig
RAP03284.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015)
  • éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015
  • Compte‐rendu d’activité 2015 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de  l’âge du Bronze en Bretagne  Le cadre chronologique et les formes de l’habitat  Stéphane BLANCHET (coordination), Vérane BRISOTTO, Anne‐Françoise CHEREL, Klet  DONNART, Muriel
  •  FILY, Maurice GAUTIER, Caroline HAMON, Xavier HENAFF, Emeline  LE GOFF, Mikaël LE MAIRE, Océane LIERVILLE, Serge MENTELE, Clément NICOLAS, Yvan  PAILLER, Sandra SICARD, Laurianne TONNERRE Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  AUTEURS DU RAPPORT 2015  Stéphane
  •   Responsable d’opérations, Inrap Grand‐Ouest. xavier.henaff@inrap.fr  Emeline LE GOFF  Référente SIG et topographe, Inrap Grand‐Ouest. emeline.le‐goff@inrap.fr  Mikaël LE MAIRE  Etudiant en Master 2 recherche, Université de Nantes. mikael.le.maire@yahoo.fr  Océane LIERVILLE  Céramologue
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  SOMMAIRE  LISTE DES PARTICIPANTS  p.5  1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p.7  2. L’ACTIVITE EN 2015 p.9  2.1 Typologie des céramiques de l’âge du
  •  Bronze final et du début du 1er âge du Fer (XIIIe ‐  VIIe siècles av. J.‐C.) par A.‐F. Cherel et O. Lierville  p.13 2.2 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : premiers éléments de réflexion  par X. Hénaff  p.43 2.3 Le macro‐outillage à l’âge du Bronze dans le Massif
  •  Armoricain par V. Brisotto, K.  Donnart et C. Hamon  p.63 2.4 Les enclos circulaires dans le nord‐ouest de la France : regard croisé entre les  monuments de Bretagne et des Pays de la Loire par M. Le Maire  p.81 2.5 Proposition d’outils méthodologiques pour exploiter les données du PCR
  •  Bronze :  p. 93 exemples d’analyses spatiales portées sur les enclos circulaires par E. Le Goff    2.6  Étude  archéo‐anthropologique  des  squelettes  de  l’âge  du  Bronze  en  Bretagne  par  L.  Tonnerre  p. 107 3. PRINCIPALES PERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2016 P.133  DOCUMENTS
  •  ANNEXES  Le  Bronze  moyen  et  l’origine  du  Bronze  final  en  Bretagne  par  S.  Blanchet,  M.  Mélin,  T.  Nicolas et P. Pihuit  Le  macro‐outillage  lithique  sur  les  sites  de  l’âge  du  Bronze  armoricain :  quelques  hypothèses fonctionnelles pour aborder la notion
  •  de recherche émérite, âge du Bronze.  HENAFF Xavier  INRAP GO  HAMON Caroline  CNRS, UMR 8215 Trajectoires  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire  ancienne.  Chargée de recherche, spécialiste du macrooutillage.  LE BIHAN Jean Paul  CRAF  Archéologue
  • , Protohistoire.  LE CARLIER Cécile  CNRS, UMR 6566 CReAAH  Ingénieure de recherche, spécialiste du métal.  LE GOFF Emeline  INRAP GO  Référente SIG  LE MAIRE Mickaël  Université de Nantes  Etudiant en Master 2  LEMEE Marion  INRAP GO  Technicienne de fouille  LE PROVOST François
  •   ancienne.  Enseignante, Chercheur bénévole  TONNERRE Laurianne  Université de Rennes 2  Etudiante en Master 2  TORON Sébastien  Responsable d’opérations, Protohistoire.  EVEHA, UMR 6566 CReAAH  Cette liste rassemble les personnes qui sont associées ou participent au projet. Elle
  •  n’est bien sûr pas  figée et évolue en fonction des problématiques, des travaux mis en place mais aussi des besoins. La  trame grise signale les agents de l’Inrap bénéficiant de jours PAS.  5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 6 Projet Collectif
  •  de Recherche    Rapport d’activité 2015  1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels    Dans ce rapport d’activité 2015, nous ne reviendrons pas sur la présentation détaillée de ce PCR, déjà  largement  développée  dans  les  rapports  et  les  comptes‐rendus  produits  les  années
  • ‐chronologie  des  productions  céramiques  mais  aussi  lithiques et en constituant un véritable corpus de datations 14C.   Les ensembles mobiliers valorisables – notamment la céramique dont les découvertes se sont  longtemps  limitées  aux  structures  funéraires  –  permettent
  •   aujourd’hui  de  reprendre  largement  la  question de la culture  matérielle et de la chronologie des sociétés de  l’âge  du  Bronze  régional.  Avec  le  développement  de  l’archéologie  préventive,  nous  disposons  effectivement d’ensembles suffisamment importants et nombreux pour
  •  proposer un premier  séquençage des productions sur la base des formes et des thèmes décoratifs. Des datations  14 C sur les suies ou les caramels de cuisson présents à la surface des vases viennent préciser  cette chronologie. La tranche chronologique couverte par le projet se situe
  •  entre la seconde  moitié du IIIe millénaire et le premier quart du Ier millénaire av. J.C..  Concernant l’industrie lithique taillée et le macro‐outillage, les corpus disponibles devraient  permettre de mieux appréhender tous ce qui concerne l’artisanat et les productions à l’âge  du
  •  Bronze. Ils serviront à préciser les marqueurs chronologiques et culturels.     fournir un premier référentiel sur les formes de l’habitat et l’occupation du sol.  En  lien  avec  le  thème  précédemment  évoqué,  l’étude  des  formes  de  l’habitat  nous  permet  bien évidemment de
  •  remettre en contexte les corpus céramiques mis au jour ces dernières  années.  Les  données  –  provenant  des  diagnostics  et  des  grands  décapages  mais  aussi  des  prospections  aériennes  menées  sur  la  région  –  sont  nombreuses  et  permettent  surtout  d’aborder la
  •  question des formes, des rythmes de l’habitat et plus largement la question de  l’occupation  du  sol  et  des  espaces  de  production.  Les  éléments  actuellement  exploitables  comprennent  à  la  fois  des  architectures  (constructions  sur  poteaux,  sur  tranchées  de  fondation
RAP02769.pdf (ÎLE-DE-MOLÈNE (29). programme archéologique molenais, rapport n°17, beg ar loued : un habitat en pierres s7ches du campaniforme/âge du bronze ancien. rapport de fouille programmée 2011)
  • Yvan PAILLER, Henri GANDOIS, Anne TRESSET dir., avec les contributions de Loréna AUDOUARD, Marie BALASSE, Philippe CHAMBON, Klet DONNART, Catherine DUPONT, Cécile Le CARLIER, Klet DONNART, Benjamin GEHRES, Caroline MOUGNE, Clément NICOLAS, Laure SALANOVA, Pierre STEPHAN. VOLUME
  • ............................................................................................................. 18 II – NEUVIEME CAMPAGNE DE FOUILLE PROGRAMMEE SUR LE SITE DE BEG AR LOUED (ILE MOLENE, FINISTERE)........................................... 20 A – INTRODUCTION......................................................................................................... 20 B
  • .................................................. 21 C – POINT SUR LA STRATIGRAPHIE ET LES UNITES ARCHITECTURALES (Y. Pailler* & C. Nicolas**) ...................................................................................................... 22 1 – Introduction
  • ................................................................................................................ 22 2 – Le milieu physique (F. Sellami*) ............................................................................... 23 3 – La maison, structure 1 ................................................................................................ 26 4 – En marge de la maison ovale
  • : un jalon essentiel à la compréhension des économies préhistoriques sur les îles de la façade bretonne ............ 36 2 4 – Publication de l’industrie lithique de Beg ar Loued................................................... 37 C – LE MACRO-OUTILLAGE DE BEG AR LOUED
  • . Donnart).. 40 3 – Les lests de Beg ar Loued........................................................................................... 41 D – DE NOUVELLES DONNEES CONCERNANT LA METALLURGIE (H. Gandois* & C. Le Carlier
  • l’empreinte du moule en granite......... 48 IV – PALEOENVIRONNEMENT ET ECONOMIE ...... 50 A – LES RESTES DE GRANDS VERTEBRES ISSUS DE LA CAMPAGNE 2011 (A. Tresset
  • *) .............................................................................................................................. 50 1 – Etat, nature et répartition du matériel......................................................................... 50 2 – Spectre de faune, comparaison avec les niveaux récents ........................................... 52 3 – Comparaison du spectre obtenu pour les niveaux
  • – ANALYSE DES FORAMINIFERES ET VARIATIONS RELATIVES DU NIVEAU MARIN DANS LE NORD-OUEST DE LA BRETAGNE (P. Stéphan*) .......................... 58 1 - Rappel des travaux réalisés en 2009 et an 2010 : analyse des archives sédimentaires et positionnement des anciens niveaux marins
  • .................................................................... 58 2 – Analyses micropaléontologiques : collection des analogues modernes dans le marais de Tresseny à Guisseny .................................................................................................... 59 E - BILAN DE L’APPORT DES OPERATIONS ARCHEOLOGIQUES MENEES DANS
  • de microvertébrés de Beg ar Loued dans le contexte de l’histoire de la biodiversité insulaire nord-ouest européenne................................................................... 67 2 – Quelques jalons pour l’histoire Holocène de l’avifaune en Iroise et plus généralement sur
  • le littoral de la Bretagne ............................................................................................. 73 3 - Contribution à la préhistoire de l’élevage en Bretagne............................................... 77 V – ELEMENTS DE DATATIONS ABSOLUES (H. Gandois
  • (LE CONQUET, FINISTERE) (P. Chambon*) ................................................................................................................... 110 C – COQUILLAGES ET CRUSTACES DE LA FOSSE NEOLITHIQUE 107 DU TERTRE DE LEDENEZ VIHAN KEMENEZ (LE CONQUET, FINISTERE)(C
  • .................................................................................................................. 112 3 – Les invertébrés identifiés dans la fosse F107........................................................... 112 4 – Les caractéristiques générales du biotope des coquillages de la fosse F107............ 114 ROCHEUX
  • .............................................................................................................. 119 D – UN NOUVEL AMAS COQUILLIER SUR MOLENE (H. Gandois) ........................ 120 4 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur aide et leur soutien : - Le Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil Général du Finistère qui soutiennent notre programme
  • depuis 2000 en nous accordant chaque année les subventions nécessaires au bon déroulement de nos opérations. Merci encore au Conseil Général, avec une mention spéciale à Bernard Jacques, qui nous prête les logements du Sémaphore pendant la durée de la campagne de fouille. - La
  • Communauté de Communes du Pays d'Iroise qui a mis à notre disposition les moyens matériels et humains pour le débouchage et le rebouchage du site (Gérard Caraven & Emmanuel Masson). Nous adressons nos plus vifs remerciements à André Talarmain (président de la CCPI) et Albert Rousseau
  • container qui nous sert de cabane de chantier. Nous tenons aussi à remercier le personnel à terre et les équipages de la Penn ar Bed pour leur gentillesse et leur efficacité (spéciale dédicace à Claude Berthelé, à Robert Petton et à Nicole Cariou). - L'équipage du Bugale Mildiz (Milo
  • , Sébastien, Aurélien, Ludo) pour leur amitié et leur participation généreuse à l'effort de fouille par l'approvisionnement régulier de l'équipe en crabes, araignées et autres poissons. - Les gestionnaires et propriétaires des îles sur lesquelles nous travaillons depuis 2000 : • Pour la
  • commune de Molène : Monsieur le Maire, Jean-François Rocher et les élus du Conseil Municipal ainsi que tout particulièrement le secrétaire de Mairie, Philippe Richard. • Pour l’ONCFS : Pierre Yésou, conservateur de l’île Béniguet et les gardes Fabrice Bernard, Michel Claize, Stéphane
RAP02904.pdf (QUIMPER (29). Kervouyec II : de multiples occupations protohistoriques. rapport de fouille)
  • , sépultures Menée sur une superficie de 30 000 m , la fouille réalisée sur le site de Kervouyec II, sur la commune de Quimper, a permis de mettre au jour sur les deux emprises étudiées de nombreux vestiges archéologiques. Leur datation couvre un large intervalle chronologique s’étendant
  • depuis le Néolithique jusqu’à l’époque moderne. Si les premières traces d’occupation sont anecdotiques, les vestiges se font plus nombreux dès l’âge du Bronze ancien avec notamment six sépultures en coffre. Un enclos curviligne du premier âge du Fer fait parti des éléments
  • archéologique Code INSEE 29 232 Quimper, Finistère Kervouyec II De multiples occupations protohistoriques sous la direction de par Eric Nicolas Vérane Brisoto et Valérie Le Gall Anne Françoise Cherel Valérie Deloze Bertrand Grall Caroline Hamon Solenn Le Forestier Valérie Le Gall
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 5 6 7 9 9 10 11 12 19 21 Fiche signalétique Mots-clefs des thésaurus Générique de l’opération Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Cadastre Arrêté de prescription contenant le cahier des charges
  • Projet d’intervention approuvé ou autorisé par le préfet de la région 1 Arrêté de désignation du responsable scientifique 1 Les résultats 25 25 26 27 28 1. 1.1 1.2 1.3 1.4 Le cadre de l’opération Découverte et évaluation du site Descriptif technique et scientifique de l’opération
  • Le contexte topographique et géologique Stratégies et méthodes mises en œuvre 33 33 35 38 39 2. 2.1 2.2 2.3 2.4 Etude géologique Cadre géologique Description des profils géologiques du site de Kervouyec II Corrélations et interprétations Conclusion 41 41 42 3. 3.1 3.2 Le
  • parcellaire moderne et les vestiges associés Le parcellaire du cadastre de 1830 Des limites parcellaires et des aménagements non cadastrés associés au 43 3.3 Des fosses associées à des pratiques d’épierrage contemporaines ou 45 3.4 Conclusion 47 47 51 4. 4.1 4.2 Des traces
  • d’occupations antérieures à l’âge du Fer Le Néolithique L’âge du Bronze ancien 63 63 75 89 5. 5.1 5.2 5.3 La zone A Les systèmes parcellaires Les aménagements associés à l’enclos du premier âge du Fer Le mobilier du premier âge du Fer 99 99 120 6. 6.1 6.2 La zone B Les systèmes
  • parcellaires Les deux zones d’activité domestique 137 137 141 159 163 163 165 169 7. 7.1 7.2 7.3 7.4 7.5 7.6 7.7 Le mobilier de La Tène moyenne à la Conquête Méthodologie Le secteur 1 Le secteur 2 Conclusion La céramique proto-onctueuse Les amphores Conclusion schéma de 1830 modernes
  • 2 Inrap – RFO de fouille Quimper – Kervouyec II 2013 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 171 8. Le mobilier de transition La Tène finale –début de 171
  • 196 208 209 8.1 8.2 8.3 8.4 Catalogue par contexte de découverte Informations du mobilier La céramique dite « de transition » dans l’ouest Conclusion l’Antiquité Les meules du site de Quimper Kervouyec II 211 9. 211 9.1 Les matières premières 211 9.2 La zone A – Une occupation
  • du premier âge du fer 214 9.3 La zone B – Une occupation de la Tène moyenne, finale et du début de la période gallo-romaine 224 9.4 Synthèse sur les outils de mouture 229 230 236 238 10. 10.1 10.2 10.3 L’outillage lithique et macrolithique Le macro outillage Les autres objets
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fiche signalétique ___________________________ Localisation Région ___________________________ Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Bretagne Département Finistère ___________________________ Propriétaire du terrain Commune Quimper
  • ___________________________ Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert II étendu X : 120165 Y : 2355279 Z : 52m / 37m NGF ___________________________ Références cadastrales Commune Quimper ______________________ Références de l’opération ___________________________ Dates d’intervention
  • sur le terrain Numéro de l’arrêté de prescription Du 27/06/2011 au 13/12/2011 2010-140 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2011-095 ___________________________ Surfaces Référence du projet INRAP Emprise prescrite DB05032502 ___________________________ Maitre
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Générique de l’opération Intervenants Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Eric Nicolas, Inrap Responsable d’opération Valérie Le Gall, Inrap Responsable de secteur, vérification de l’enregistrement
  • Géomorphologue Delphine Barbier-Pain, Inrap Palynologue Carole Vissac, GéoArchEon Micromorphologue Équipe de post-fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Eric Nicolas, Inrap Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Rédaction, DAO, mise en forme du RFO
  • Claire Baillieu, Inrap Tamisage des sédiments Vérane Brisoto, Inrap Rédaction Anne Françoise Cherel, Inrap Rédaction Valérie Deloze, Inrap Rédaction Bertrand Grall, CDA29 Rédaction Caroline Hamon, CNRS UMR 8215 Trajectoires Rédaction Solenn Le Forestier, Inrap Rédaction
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Carole Vissac, GéoArchEon Rédaction Intervenants techniques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Fly HD Julien Basse Photographe Clichés verticaux Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération
  • Intervenants administratifs Prénom Nom, organisme d’appartenance Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Emile Bernard, SRA Ingénieur Prescription et contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur Interrégional Grand-Ouest Mise