Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3912 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03766 (SAINT-MALO (35). Les Fougerays, tranche 2. Rapport de diagnostic)
  • SAINT-MALO (35). Les Fougerays, tranche 2. Rapport de diagnostic
  • d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures
  • d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le
  • prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de
  • éditée en 2009 par le BRGM évoque, pour le substratum sous-jacent, une migmatite appartenant à l’unité briovérienne de Saint Malo (Le Goff et al 2009). (fig. 5) Les comblements des structures en creux sont principalement composés d’un sédiment sablo - argileux brun à gris, plus ou
  • colluvions formé au cours des périodes historiques. En tranchée 62, il se décompose en deux niveaux, plus brun vers la surface, plus gris et riche en nodules de substrat orangé en profondeur. Les niveaux postglaciaires se matérialisent par une première couche de lœss lessivés, sableux et
  • . Il sera par la suite déposé au dépôt départemental de l’Ille-et-Vilaine, sous la responsabilité du Service Régional de l’Archéologie. Les documents de fouille liés à l’opération seront confiés au SRA de Rennes pour être archivés. II. Résultats 1.4 Mise en place et réalisation
  • de la collection. Théophane Nicolas, céramologue protohistorien, a assuré l’étude des fragments de poterie antérieurs à notre ère. Françoise Labaune-Jean, céramologue des périodes antiques et historiques, s’est prononcée sur le mobilier des périodes gallo-romaine à aujourd’hui. La
  • Sédiment sablo-argileux brun foncé céramique. substrat (arène ocre) écrasé en inclusions 0 Fig 11 Vestiges mis au jour en tranchée 90 © DAO AL Hamon S 2.5m Le contexte de découverte de la hache polie en fosse 100 en 2018, reste original dans la mesure où la stratigraphie observée
  • témoigne des conditions humides permanentes du secteur, avec un faciès de sédiment sablo-argileux à dominante gris bleu. Le fossé recoupant celui-ci présente un remplissage plus orangé, oxydé (fig. 17). Le tracé général des fossés 8 et 104 dessine une courbe englobant un secteur situé
  • en surface (fig. 18). La partie est de la fosse 5 se fragmente en petits fossés avant de rencontrer le fossé 105 nord-sud, retrouvé sur le cadastre napoléonien. Le fait 108 correspond à une tache de sédiment limoneux gris foncé, très oxydé de rouille. Un sondage manuel sur un
  • Mobilier Céramique Diagnostic archéologique Faisant suite à un premier diagnostic réalisé sur le lot 1 de la future ZAC des Fougerays, à Saint-Malo, la seconde tranche de sondages archéologiques menée en Juin 2019 sur la partie nord du projet a donné lieu à la découverte de
  • quelques indices d’occupation disséminés. Dans l’angle nord-ouest de l’emprise, un fossé et des fosses polylobées témoignent de la présence d’un site pérenne daté du IVe siècle de notre ère, soit au cours du bas-empire romain. Au sud, les fossés dits « interrompus » interprétés en 2018
  • également à la période gallo- romaine. Rapport final d’opération Sujets et thèmes Habitat rural Structure agraire Saint-Malo, Les Fougerays, tranche 2 Les Fougerays, tranche 2, Saint Malo, Ille-et-Vilaine, Bretagne Chronologie Âge du Fer Hallstatt Temps modernes Époque contemporaine
  • Bretagne, Ille-et-Vilaine, Saint-Malo, Saint-Malo, Les Fougerays tranche 2 sous la direction de Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Anne-Louise Hamon Anne-Louise Hamon Inrap Grand Ouest Août 2019 Conditions
  • SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du
  • code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute
  • reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du
  • nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès
  • lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon
  • Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Diagnostic archéologique Rapport final d'opération — — 35288 Nr site Entité archéologique Code INSEE Saint-Malo, Les Fougerays tranche 2 sous la direction de avec la collaboration de Anne-Louise Hamon Françoise
RAP03417.pdf (ERBREE (35). La Huperie : un établissement agricole du second âge du Fer. Rapport de fouille)
  • Affaires Culturelles, Service Régional de l’Archéologie), dont, notamment les objectifs et les principes méthodologiques sont précisés dans le cahier des charges scientifique. Le présent projet scientifique d’intervention, a été élaboré sur la base de ce document par Michel Baillieu
  • terrain. Ce procès verbal dressé de façon contradictoire avec l’Inrap, permet de constater le respect du délai et la possibilité pour l’Inrap d’occuper le terrain constituant l’emprise de la fouille, qui en conséquence, est placé sous sa garde et sa responsabilité. Ce document permet
  • document constate la fin de l’opération de fouilles 10/14 I. Données administratives, techniques et scientifiques 35 archéologiques sur le terrain, la cessation de l'occupation par l’Inrap des zones d’emprise de fouille, qui ne peut plus être considéré comme responsable de la garde
  • conditionnement et d’inventaire de données. Le traitement de la documentation graphique sera conçu avec un souci de clarté afin de répondre à la fois aux exigences du rapport final d’opération (RFO) et à celles d’une future publication qui, au regard de l’intérêt du gisement apparaît plus
  • Sujets et thèmes Bâtiment, Trou de poteau Foyer, Fosse, Four, Fossé, Forge, Puisard Enclos, Palissade, Parcellaire, Grenier L’implantation d’une plateforme logistique pour Intermarché sur la commune d’Erbrée (Ille-et-Vilaine) au lieu dit « La Huperie », a incité le Service
  • a été réalisée par l’Inrap de novembre 2014 à fin février 2015. Le site se compose d’un habitat fossoyé gaulois inclus dans cinq enceintes successives, toutes ouvertes côté est. Il est desservi par deux chemins, l’un situé au nord et l’autre à l’est. Ces deux chemins ont une
  • utilisation pérenne jusqu’à la période contemporaine. Ils sont bordés aux époques moderne et contemporaine par une haie, cette dernière ayant gardé le tracé du fossé de l’un des enclos. Mobilier Céramique, Objet métallique, Scorie, Amphore, Terre cuite, meule Plaque foyère L'occupation
  • est assez longue pour la période gauloise car il ya quelques indices d'une présence de la fin du premier âge du Fer mais l'habitat s'est principalement développé de la fin de La Tène ancienne à la fin de La Tène finale. La fouille a livré le mobilier habituel que l'on peut
  • sur le chemin est ainsi que par deux éléments de palissade, mais sans vraiment attester d’une continuité de l’occupation. Il en est de même pour la période médiévale avec quelques tessons de céramique dans un fossé. La particularité de cette opération c'est d'intervenir sur une
  • grande surface permettant d'appréhender l'ensemble de l'habitat ainsi qu'une partie du parcellaire. Ce site offre également une bonne conservation pour un certain nombre de bâtiments sur poteaux avec parois rejetées conservées. Il permet de compléter le corpus d'habitat dans ce
  • géographique et géologique 46 1.3. Contexte archéologique 47 1.4. Méthode 49 1.5. Données du diagnostic 49 1.6. Les objectifs scientifiques Résultats 50 2. Phases d'occupations 50 Introduction 50 2.1. Période contemporaine 54 2.1.1. le chemin 1002-1003 56 2.2. Période
  • gauloise 56 2.2.1. Traces d'une occupation ancienne 57 2.2.2. Occupation de La fin de La Tène ancienne à La Tène finale 60 2.2.2.1. L'enclos E1 73 2.2.2.2. L'enclos E2 81 2.2.2.3. l'enclos E3 91 2.2.2.4. L'enclos E4 119 2.2.2.5. L'enclos E5 129 2.2.3. Les chemins 129 2.2.3.1
  • . Le chemin nord 129 2.2.3.2. Le chemin est 135 2.2.4. Le parcellaire gaulois 139 2.2.5. Les bâtiments 140 2.2.5.1. Les petits modules à quatre poteaux de forme carrée sans tranchée 142 2.2.5.2. Les modules à poteaux porteurs et parois rejetées 164 2.2.5.3. Bâtiment sur
  • tranchée sans organisation interne évidente de module de supports 171 2.2.5.4.Les bâtiment sur poteaux sans tranchée apparente 178 2.2.6. Les fosses 178 2.2.6.1. Les puisard ou puits 182 2.2.6.2. Les fours à pierres chauffées 183 2.2.6.3 Les fosses gauloises 188 2.2.7. Etude de la
  • Durand 215 2.2.9. Les fragments de terre des fosses 1174 et 1179 du site de La Huperie à Erbrée (35) Patrick Maguer 216 2.2.9.1. Les pâtes 216 2.2.9.2. Les fragments avec empreintes de perches 218 2.2.9.3. Plaque sans empreinte de perche 225 2.3. L’occupation gallo-romaine 225
  • Introduction 225 2.3.1. Le parcellaire gallo-romain 228 2.3.2. Les palissades 228 2.3.3. Les fosses gallo-romaines 234 2.3.4. le four gallo-romain 235 2.3.5. Céramiques gallo-romaines Richard Delage 263 2.3.6. Etude du petit mobilier métallique Pauline Petit 263 2.3.6.1. Mobilier des
  • structures de l’âge du Fer 266 2.3.6.2. Mobilier dans les structures antiques 269 2.3.7. L'outillage macrolithique de la « Zac de La Huperie » à Erbrée par Vérane Brisotto 269 2.3.7.1. 1ère phase d’occupation : LTA ? 277 2.3.8. Expertise des déchets métallurgiques Nolwen Zaour
  • des minutes I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 Inrap · Rapport de fouille Erbrée La Huperie 2014-244 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Ille-et-Vilaine Communes Erbrée Statut du terrain au regard des législations sur le
  • patrimoine et l’environnement Dates d’intervention sur le terrain — du 03/11/2014 au 27/02/2015 Proprietaire du terrain Communauté de Commune du Pays de Vitré Références de l’opération Adresse ou lieu-dit La Huperie Codes code INSEE 35 105 Numéro de dossier Patriarche 35 105 0012
  • Numéro de l’entité archéologique — Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence RGF93CC48 x : 139 4200 y : 7218400 z : 132 m NGF Références cadastrales Commune Erbrée Section E Parcelles : 539, 542, 545, 1500, 1501, 1502, 1503, 1634, 1636, 1491
RAP03752 (SENE (56). Rue de Limur. Rapport de diagnostic)
  • Illustration de couverture Vue aérienne de la fouille (rue des Spatules) et du diagnostic (rue de Limur). © Gilles Leroux « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un document administratif communicable au public dès sa remise au service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions
  • droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de
  • prescription 19 Projet scientifique d’intervention 21 Arrêté de désignation Résultats 25 1. Introduction 25 1.1  La prescription du diagnostic 26 1.2 Le contexte archéologique et historique local 1.3  Contexte environnemental  29 1.3.1  Topographie, hydrographie
  •   Méthode standard de travail 30 1.4.3.2 Communication et diffusion des résultats 31 1.4.4 La postfouille 33 2. Résultats 33 28 28 28 29 30 2.1 Les aménagements en lien avec la métairie de Quenfaux 33 2.1.1  Les documents 33 2.1.1.1 Les
  • 1. Inventaire des tranchées 47 2. Inventaire des faits archéologiques 49 3. Inventaire du mobilier céramique 50 4. Liste des figures I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • l’aménageur a clôturé l’opération à la suite du rebouchage de la totalité des sondages, le 23 Mai 2019. 1.2 Le contexte archéologique et historique local En 2018, un diagnostic archéologique réalisé sur le projet de lotissement de la rue des Spatules, situé immédiatement au sud-ouest du
  • dépôts essentiellement composés de sédiment argilo-sableux brun foncé, très organiques. II. Résultats 29 0 1250 m Fig. 5 Contexte géologique. © BRGM, Anne-Louise Hamon 1.3.3 Couverture végétale, configuration du terrain Scindé en deux parcelles séparées par les restes d’une
  • récolté sera entreposé pour étude pour une durée de cinq années maximum dans les locaux de l’Inrap de Cesson Sévigné. Il sera par la suite déposé au dépôt départemental des Côtes d’Armor. Les documents de fouille liés à l’opération seront confiés au S.R.A. de Rennes pour être archivés
  • surface totale de 1638m² soit 11.55% de la surface du projet. - 76 structures archéologiques ont été inventoriées, murs, fosses, fossés, trous de poteaux, mais également drains contemporains. 2.1 les aménagements en lien avec la métairie de Quenfaux 2.1.1 Les documents 2.1.1.1 Les
  • avec le mur 70. Elle est posée sur un niveau de sédiment sablo-argileux brun foncé mêlé d’inclusions d’arène orangée. Au cours du nettoyage du mur 70 a été découvert un élément de panse en céramique très cuite de couleur brun clair, à âme grise, comportant à sa surface trois
  • leur remplissage. Comblés de sédiment argiloarénacé brun foncé, meuble, ils atteignaient 0.08m de profondeur, excepté le fait 58 creusé sur 0.14m. La découverte d’un petit tuyau de pipe en terre blanche dans le comblement du fait 61 laisse entendre que cette construction a été
  • , de datation médiévale, dans le comblement du fossé 4. F.41 F.47 F.42 F.45 Tr.9 Tr.7 Tr.14 F.49 F.48 Tr.15 F.46 Tr.8 Tr.11 ? Tr.13 Tr.12 Tr.10 0 10.69m ngf NO F48 3 2 F49 SE 1 11.38m ngf SO 50m T11 F45 NE 1 2 3 F48 2 - sédiment arénacé et argileux gris
  • conduite d’évacuation sanitaire en fibrociment issue du bâtiment, un aménagement que l’on peut situer dans le courant du xxe siècle. Un fossé sous-jacent nord-sud (F75) de 1.3m de large y a également été découvert, dont le comblement de sédiment sablo-argileux brun foncé recelait des
  • en cours de fouille de la rue des Spatules, et à la proximité du château de Limur daté du xviiie siècle, le diagnostic mené sur le projet de la rue de Limur a principalement donné lieu à la découverte de vestiges d’époque moderne dont certains ont pu être interprétés à partir des
  • de la Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, il pourra être consulté ; les agents des Services Régionaux de l’Archéologie rappelleront à tout demandeur les
  • droits de la propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du
  • code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du
  • propriétaires 35 2.1.1.2 Les cadastres du xixe siècle : 1810 et 1844 37 2.1.2 Les vestiges archéologiques 40 2.2 Un parcellaire médiéval ou moderne 42 2.3 Quelques autres informations obtenues 42 2.4 Conclusion 44 3. Bibliographie Inventaires techniques 47
RAP03712 (GAHARD (35). Lotissement des Fontaines. Rapport de diagnostic)
  • la céramique 75 Inventaire de la faune 76 Inventaire du métal 76 Inventaire des matériaux de construction 76 Inventaire de la terre architecturale 3 I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • (Inrap) s’est révélé négative, notamment concernant la vente des biens nationaux, dont aurait pu faire partie le Manoir des fontaines après la Révolution. On citera cependant Paul Banéat, dans son inventaire des monuments historiques d’Ille-et-Vilaine de 1929 ; il y décrit ainsi les
  • , 1929 vol. 2, p. 86-88). Cette description succincte correspond assez bien à la seule gravure du manoir, représentée dans le dossier des Services de l’Inventaire des monuments historiques et que nous avons choisi de faire figurer en première de couverture du présent rapport. Deux
  • sousjacent, un grès appartenant à la formation de Gahard (Paris et Dadet 1988). Les comblements des structures en creux sont principalement composés d’un sédiment sablo-argileux brun à gris, plus ou moins riche en inclusions minérales, selon la nature du substrat encaissant. La
  • stratigraphie généralement rencontrée sur le projet se compose de 0,3 m de terre végétale, et d’un à deux niveaux de sédiment sablo-argileux, souvent assez arénacé et compact, brun. Sur la moitié sud-est de la parcelle 1258, près du manoir, on remarque, sous les niveaux de terre végétale, la
  • documents de fouille liés à l’opération seront confiés au S.R.A. de Rennes pour être archivés. 1.4.3.2 Difficultés techniques rencontrées sur le terrain En accord avec le Service régional de l’Archéologie, il n’a pas été procédé au sondage de la parcelle D1024p, du fait des difficultés
  • d’aspect naturel, bien pauvre en information. Sur la partie nord du fait 70 figure la fosse 120 comblée de sédiment hétérogène orangé à blanc, d’aspect détritique. Le fait 120, qui perce le comblement de F70, peut être rapproché des opérations de démantèlement du bâtiment voisin, qui
  • tracés parallèles, murs et fossés, qui s’étendent dans le quart sud-ouest de la parcelle1258. Leurs aspects diffèrent dans les dimensions : qui s’étendent de 0,5 m (F41, F43, F44) à 1,8 m (F42) et dans les comblements, empierrés non structurés, ou comblés de sédiment sablo-argileux
  • surabondance de tracés interroge sur le rôle de certains d’entre eux. Un cheminement, peut avoir existé, reliant le chemin creux ouest au manoir, voire à la ferme actuelle, mais aucune trace n’en subsiste sur les documents : plans anciens ou photos aériennes. On distinguera les deux petits
  • fossés F43 et F44 en tranchée 35, dont les comblements, essentiellement composés de pierres d’une dizaine de centimètres, diffèrent des fossés voisins 45 et 46 quant à eux remplis par un sédiment caractéristique, sablo-argileux et très sombre. Ces fossés sont placés en amont et en
  • Sujets et thèmes Structure agraire Hydraulique Artisanat Mur de clôture Diagnostic archéologique Le diagnostic archéologique mené sur la première tranche d’aménagement du projet de lotissement de Saint-Fiacre, à Gahard (Ille et Vilaine) a été prescrit notamment en raison de la
  • proximité immédiate de l’emplacement de l’ancien manoir des Fontaines, daté du XVe siècle, et détruit au siècle dernier. Les abords du site, aujourd’hui recouvert par des bâtiments agricoles, ont livré les restes de murs ayant clôturé les jardins du manoir, ainsi qu’un caniveau, installé
  • plus récemment, également impliqué dans l’aménagement des environs du château. Une mare exploitée durant les mêmes périodes a également été localisée à quelques dizaines de mètres de l’ancienne bâtisse. Rapport final d’opération Epoque médiévale haut Moyen Âge bas Moyen Âge Temps
  • 29 Arrêté de désignation Résultats 33 1 Cadre de l’intervention 33 1.1 La prescription du diagnostic 34 1.2 Le contexte archéologique local 37 1.3 Le contexte environnemental 37 1.3.1 Topographie, hydrographie 38 1.3.2 Géologie, sédimentologie 38 1.3.3 Couverture
  • rencontrées sur le terrain 42 1.4.4 la post-fouille 44 2 Résultats 46 2.1 Les abords du manoir des Fontaines 46 2.1.1 Une mare 49 2 1 2 Un ensemble de clôtures de jardin 51 2.1.2.1 Le mur F25/89/53/85 51 2.1.2.2 Le radier (?) F22/88/51/83 51 2 1 2 3 Le caniveau F96/84/55 52 2
  • 1 2 4 Les empierrements 115 et116, et la relation entre les aménagements I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire 55 2.1.3 Le mobilier céramique médiéval et moderne (Emmanuelle Coffineau) 59 2.1.4 Commentaires et conclusion sur le secteur du manoir
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
RAP03689 (SAINT-MALO (35). ZAC des Fougerais. Rapport de diagnostic)
  • Inventaire des éléments lithiques 69 Inventaire des minutes de terrain 3 Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage
  • …) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des
  • susbtratum sous-jacent, une migmatite appartenant à l’unité briovérienne de Saint Malo (Le Goff et al. 2009) (Fig. 5). Les comblements des structures en creux sont principalement composés d’un sédiment sablo-argileux brun à gris, plus ou moins riche en inclusions minérales, selon la
  • des cultures sur une partie seulement de l’emprise, absence de plan détaillé sur le document de prescription), une surface de 2 500 m² n’a pas été sondée (Fig.  6). Toutes les tranchées ont été rebouchées au cours ou en fin d’intervention, avec tri des terres végétales et stériles
  • l’Inrap de Cesson Sévigné. Il sera par la suite déposé au dépôt départemental des Côtes d’Armor. Les documents de fouille liés à l’opération seront confiés au S.R.A. de Rennes pour être archivés. 1.4.4 La post-fouille Le travail de post-fouille a compris une phase de traitement du
  • 10 12 8 DH282 39 16 11 41 7 15 3 4 6 DH283 5 DH29 2 DH31 1 DH28 0 Fig 7 Plan général du diagnostic (©DAO A.-L. Hamon). 75 m II. Résultats 39 Hormis les traces des aménagements fonciers effectués au cours des périodes historiques, comme les anciennes haies
  • axe sud-ouest/nord-est légèrement incurvé vers le nord. Larges de 0.7 m à 1.3 m, ces fossés au profil en cuvette de 0.3 à 0.6 m de profondeur sont comblés de sédiment argilo-arénacé brun-gris foncé homogène, parfois taché de blanchâtre (F106, F107) (Fig. 12). 42 Inrap · Rapport
  • F11, un creusement de 1.7 m de longueur et 1.3 m de largeur a livré 46 tessons datés de l’âge du Bronze ancien (cf. infra 2.5). Le sondage qui a été pratiquée sur sa moitié nordouest a permis de lui reconnaitre une profondeur de 0.1 m seulement et un comblement de sédiment fin
  • T17 F105 T17 F45 N 36.55m ngf 1 1 Sédiment argilo-sableux brun gris à taches rouille quelques pierres céramique en sommet de couche 36.45m ngf Sédiment sablo-argileux meuble, brun gris, riche en charbon de bois 0 2,5 m Fig 13 Tranchées 8, 16 et 17 (©DAO A.-L. Hamon). Les
  • 0.9 m de long et 0.4 m de large (Fig.  14 et 15). Les pierres, qui ont subi l’action du feu, sont calibrées à une vingtaine de centimètres, et disposées sur les parois et le fond de la cavité. Un sédiment légèrement charbonneux compose le fond de la fosse, un indice complémentaire
  • naturelle de type chablis. Aucun signe d’anthropisation du comblement n’y a été décelé. Le dernier fait fouillé, F26, se réduit à une faible épaisseur de sédiment gris pouvant correspondre au dépôt d’un limon cendreux. De la même manière qu’en tranchée 8, une vignette de 85 m² a été
  • de profondeur. Les deux sont comblés d’un sédiment sablo-argileux brun clair à gris beige. II. Résultats 47 Tr.21 Tr.19 65 64 62 53 60 52 54 55 56 57 129 130 Tr.12 34 113 Tr.20 35 33 128 Trame parcellaire ancienne Sondages 0 Tr.39 T.20 F55 Tr. 20 F113 38.4 m
  • sédiment argilo-sableux brun-gris, quelques pierres,gravillons charbons de bois céramique 37.8m ngf Sédiment argilo-sableux brun-gris, quelques pierres 0 2,5 m Fig 16 Tranchées 20 et 21 (©DAO A.-L. Hamon). De la même manière, un second fossé longe à 3.5m de distance le côté ouest
  • grossière également très indurée, mêlée de limon brun foncé à charbons de bois et inclusions de sédiment rubéfié de couleur saumon, auquel s’ajoutent quelques petites pierres. Le trou de poteau F99 voisin, de 0.4 m sur 0.24 m, était comblé sur 0.12 m de limon arénacé compact brun très
  • Sujets et thèmes Structure agraire Métallurgie du fer Mobilier Céramique Scorie Monnaie Bretagne, Ille-et-Vilaine, Saint-Malo, Les Fougerays ZAC des Fougerais sous la direction de avec la collaboration de Anne-Louise Hamon Théophane Nicolas Vincent Pommier Inrap Grand
  • Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Anne-Louise Hamon Evoquant les sites enclos de Lamballe-La Tourelle (22) et Quimper-Kervouyec 2A (29), tous les deux occupés à la fin du VIe siècle avant notre ère, les fossés de la ZAC de
  • Fougerays font vraisemblablement partie d’un ensemble fossoyé protohistorique complexe, constituant pour le premier âge du Fer un point de référence inédit pour l’est armoricain. Diagnostic archéologique Le diagnostic archéologique réalisé au niveau du lot 1 du projet de la ZAC des
  • Fougerays, à Saint-Malo a donné lieu à la découverte de vestiges issus de plusieurs phases d’occupation. Le Néolithique est représenté de façon ténue par un groupe de trois fosses dont l’une a livré un fragment de hache polie en dolérite. A l’âge du Bronze ancien sont installées deux
  • longs fossés articulés en T, dont l’un est de type à tracé interrompu. Les deux peuvent être rattachées à l’âge du Fer, mais seule la seconde peut être datée plus précisément de la période hallstattienne à partir de la localisation d’une dizaine de tessons de céramique dans son
  • comblement. Rapport final d’opération Chronologie Age du Bronze ancien Age du Fer (La Tène) Temps modernes Époque contemporaine Les Fougerais, Saint-Malo, Ille-et-Vilaine, Bretagne Commune de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), ZAC des Fougerais Inrap Grand Ouest Mars 2019 Diagnostic
RAP03053.pdf (CANCALE (35). ZAC des Prés Bosgers. rapport de fouille)
  • , gutter, way, enclosure wall, kin, hearth, field system, well, pottery, lithic industry, coin, metal objets, architectural terra-cotta. couverture CANCALE (35), ZAC DES PRÉS BOSGERS Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • °, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont contenues ne sont pas considérées comme des informations publiques pouvant être librement réutilisées
  • quand des tiers détiennent sur ce document des droits de propriété intellectuelle (articles 9 et 10 de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée relative à l'amélioration des relations entre l'administration et le public). Le non respect des règles qui précèdent peut constituer un
  • 1.1 Terrain 1.1.1 Localisation du site 1.1.2 Références cadastrales actualisées 27 1.1 Cadre géographique, géologique et topographique 7 1.2 Opération 27 27 31 1.2 Cadre historique et archéologique 1.2.1 Le cadre historique 1.2.2 Le contexte archéologique 7 1.3 Mots clefs
  • composée de lœss pédogénéisés reposant sur des sables éoliens tronqués ou sur le substrat rocheux très fortement arénisé (cf. étude géomorphologique). 1.2 Cadres historique et archéologique 1.2.1 Le cadre historique François Pinaud Une étude documentaire a été réalisée sur les
  • parcelles concernées par la fouille et son environnement immédiat. Le but de cette recherche est de comprendre le contexte historique du site et de ses alentours, afin de trouver d’éventuelles données concernant l'occupation du site. Nous présenterons rapidement le contexte historique de
  • – Photo aérienne I.G.N. de 1977 (I.G.N.F. PVA 1-0 1977-08-10 CLIPI-0401 1977 FR2889LOT4 0461). RÉSULTATS SCIENTIFIQUES Cette recherche documentaire succincte n'a malheureusement livré aucune source susceptible de documenter les parcelles concernées par la fouille. La présence du
  • DÉCEMBRE 2014 BENJAMIN LEROY (DIR.), NOLWENN LE FAOU (RS) SRA RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE ZAC DES PRÉS BOSGERS CANCALE (35) 35 049 La fouille de la ZAC des Prés Bosgers à Cancale (Ille-et-Vilaine) a permis de mettre au jour une série d'aménagements allant de la
  • Protohistoire ancienne aux périodes médiévale et moderne. Les principales occupations, objets de la prescription, correspondent à un établissement antique ayant connu au moins trois états, ainsi qu'à une enceinte alto-médiévale. L'important brassage de mobilier des différentes phases
  • d'occupations antiques, lié aux nombreux curages et recreusements de fossés opérés dès l'Antiquité, et aux opérations de récupération de matériaux, rendent difficile le phasage précis de l'ensemble. L'étude du mobilier céramique tend cependant à montrer que les deux principales occupations
  • ne se sont pas succédé sur plus d'un siècle, entre la seconde moitié du Ier et la seconde moitié du IIe s. après J.-C. Le premier état est matérialisé par la mise en place d'un système parcellaire et d'un réseau de circulation axé sur deux trames orthogonales légèrement
  • divergentes, tendant à montrer que l'établissement s'installe à la zone de jonction de deux finages préexistants. Le second état est matérialisé par la mise en place de deux enclos fossoyés. L'enclos nord, de forme trapézoïdale et ouvert au sud, présente un système de clôture composé de
  • fossé. Hormis un puits implanté en partie interne de l'enclos à quelques mètres au sud de l'entrée et dont la construction remonte au tout début de l'Antiquité, aucun autre aménagement n'y est clairement rattachable. Le troisième état est un établissement dont le statut exact (ferme
  • édifiée à la romaine ou villa) n'est pas établi. Il est implanté sur les vestiges de l'enclos nord, dont une partie des fossés semble volontairement comblée. Une série d'aménagements de franchissement de fossés est mise en place au niveau du parcellaire associé et permet de bien
  • observer l'organisation du réseau viaire de ce dernier état. L'entrée principale de l'ancien enclos est conservée et un accès oriental est également pratiqué. En partie occidentale de l’établissement, est enfin implanté un bâtiment résidentiel dont le corps primitif est bâti sur solin
  • ; il est séparé de la partie orientale par une limite maçonnée et un probable bâtiment de passage. Son plan est malheureusement incomplet. Suite à l'abandon du site, les études de mobilier ont montré une poursuite de la fréquentation des lieux durant l'Antiquité tardive et le haut
  • Moyen Âge ; c'est à ces périodes qu'ont été presque intégralement récupérées les maçonneries de la villa. Dans le courant du haut Moyen Âge, une dernière enceinte se met en place en partie sud de l'emprise, recoupant en partie l'ancien enclos sud. Elle a livré plusieurs structures
  • foyères et de nombreux trous de poteau ne dessinant pas de plan particulier. Le puits de l'ancien enclos sud, intégré au sein de l'enceinte alto-médiévale, sera utilisé jusqu'à la du Moyen Âge. Quelques sections de fossés médiévales tardives et modernes annoncent enfin le parcellaire
RAP03453 (BAIS (35). Le Frêne : un enclos funéraire du 1 er âge du Fer. Rapport de fouille)
  • BAIS (35). Le Frêne : un enclos funéraire du 1 er âge du Fer. Rapport de fouille
  • pour micromorphologie 97 Inventaire des documents graphiques 97 Inventaire des photographies 99 Inventaire des documents numériques 99 Inventaire documentation écrite I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 Inrap · Rapport de fouille Bais, Le
  • d’intervention, a été élaboré sur la base de ce document par Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique en charge de la région Bretagne, avec l’étroite collaboration de Thomas Arnoux pour l’étude des moyens techniques (adjoint de l’AST, région Bretagne). Il rappelle les objectifs
  • contradictoire avec l’Inrap, permet de constater le respect du délai et la possibilité pour l’Inrap d’occuper le terrain constituant l’emprise de la fouille, qui en conséquence, est placé sous sa garde et sa responsabilité. Ce document permet aussi de constater le respect de l’ensemble des
  • installations et au démontage de la plateforme. Lorsque les terrains auront été libérés par l’Inrap, un procès verbal de fin d’opération sera signé entre l’Inrap et l’aménageur. Ce document constate la fin de l’opération de fouilles archéologiques sur le terrain, la cessation de l'occupation
  • actuel des données, la phase étude est prévue pour une durée d’une semaine et demi (8 jours ouvrés) pour le responsable d’opération. Il sera assisté d’un dessinateur. Le traitement de la documentation graphique sera conçu avec un souci de clarté afin de répondre à la fois aux
  • photographique. Par contre, un problème technique a empêché de réaliser une couverture aérienne de l'ensemble. Des prélèvements de sédiment riche en charbons de bois ont été effectués dans les fossés ou les fosses. Deux de ces derniers ont donné lieu à des datations C14 et le reste à une
  • Sujets et thèmes Enclos funéraire Trou de poteau Fosse, Fossé, Parcellaire Mobilier Céramique, Os brûlé Bracelet en bronze Charbons de bois Dans le cadre de l’extension d’un projet de lotissement, portée par la commune sur le site du « Frêne» à Bais (35), un diagnostic
  • poterie avait laissé pensé à une incinération. Cela est remis en cause par la mise au jour de deux bracelets en bronze évoquant une inhumation, dont le squelette ne serait pas conservé en raison de l'acidité des sols. Donc soit le vase et les ossements correspondent à un dépôt
  • funéraire (peu fréquent en Bretagne), soit il s'agit de deux types différents de sépulture sous le même tertre. Cette fouille permet de compléter nos informations sur les gestes funéraires dans cette partie est de la Bretagne au I erâge du Fer. Fouille archéologique Chronologie Age du
  • Fer Epoque contemporaine Bais (Ille-et-Vilaine) «Le Frêne» - Un enclos funéraire du I âge du Fer Un enclos funéraire du I er âge du Fer Bretagne, Ille-et-Vilaine, Bais «Le Frêne» Un enclos funéraire du I âge du Fer er Rapport final de fouille sous la direction de Inrap Grand
  • fouille Code INSEE Nr site SRA2015-264 Lambert 93 CC48 Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap F 112 331 Ille-et-Vilaine, Bais/Le Frêne Un enclos funéraire du Ier âge du Fer. sous la direction de par Jean-Claude Durand Myriam Le Puil-Texier
  • Pauline Petit Hélène Seignac Carole Vissac Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Septembre 2017 avec la collaboration de Joël Cornec Arnaud Desfond Yann Letho-Duclos Serge Le Maho Delphine Mathonnat Hervé Morzadec Patrick Pihuit Cécile Talbo I. Données
  • 65 66 68 69 69 70 72 77 1.2. Contextes avant la fouille 1.2.1. 1.2.2. 1.2.3. 1.2.4. 1.2.5. Contexte topographique et géologique Contexte archéologique Données du diagnostic Les objectifs scientifiques Méthodes 2. Les données archéologiques 2.1. Les
  • structures 2.1.1. Le parcellaire 2.1.2. L'enclo 2.1.2.1. Le fossé 2.1.3. Etude micromorphologique des dépôts du fossé d'enclos Carole Vissac (GéoArchEon) 2.1.3.1. Problèmatique 2.1.3.2. Méthode 2.1.3.3. Résultats 2.1.4. La sépulture 2.1.4.1. La fosse 2.1.4.2. Le mobilier 2.1.5
  • . Inhumation et tombe à crémation secondaire ( ?) de la fin du premier et du début du second âge du Fer (approche anthropologique M. Le Puil-Texier Anthropologue, Inrap) 2.1.6. Les autres structures 2.1.7. Le mobilier céramique 2.1.8. Les bracelets en bronze par Pauline Petit, Inrap 2.1.9
  • . Les datation C14 2.1.10. Etude anthracologique de quatre échantillons provenant d’un enclos funéraire du premier âge du Fer par Hélène Seignac, anthropologue Inrap 2.1.10.1. Introduction 2.1.10.2. Matériel et Méthode 2.1.10.3. Analyse anthracologique 2.1.11. Les enclos funéraires
  • Frêne - 2015-264 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Ille-et-Vilaine Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Dates d’intervention sur le terrain — du 29/02/2016 au 11/03/2016 Proprietaire du terrain Mairie de
  • Bais Fouille Post-fouille juillet et aôut 2017 Commune Bais Références de l’opération Adresse ou lieu-dit Numéro de l’arrêté de prescription Le Fresne Codes code INSEE 35014 Numéro de dossier Patriarche Numéro de l’entité archéologique SRA 2015-264 Numéro de l’opération
  • F 112 331 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2016-084 Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement — Inrap Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence Nature de l’aménagement RGF93CC48 x : 1380400 y : 7210560 z): 70 à 72 m
  • Zoologie Epoque contemporaine Botanique Ere industrielle Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 8 Inrap · Rapport de fouille Bais, Le Frêne - 2015-264 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom
RAP03329_1.pdf (BAIS, LOUVIGNE-DE-BAIS (35). Carrière des Vallons, Étang de Daniel, ensemble 1 : occupations laténiennes et gallo-romaines. Rapport de fouille)
  • pour les tâches de traitement, de conditionnement et d’inventaire de données. Le traitement de la documentation graphique sera conçu avec un souci de clarté afin de répondre à la fois aux exigences du rapport final d’opération (RFO) et à celles d’une future publication. L’étude du
  • Fouille archéologique Bretagne, Ille-et-Vilaine, Bais /Louvigné-de-Bais, Carrière des Vallons, Etang de Daniel Ensemble 1 Occupations laténiennes et galloromaines Vol. 1 Les structures et études spécialisées Type 1a Type 1b 0 10 cm sous la direction de : Jean-Claude
  • archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap F 025 054 Ille-et-Vilaine, Bais/Louvigné-de-Bais, Carrière des Vallons, Étang de Daniel - Ensemble 1 Occupations laténiennes et gallo-romaines Vol. 1 - Les structures et études spécialisées sous la direction de Jean
  • -Claude Durand Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Novembre 2016 par avec la collaboration de Sandrine Barbeau Paul-André Besombes Vérane Brisotto Jean-Claude Durand Sébastien Facchinetti Myriam Le Puil-Texier Gilles Leroux Hervé Morzadec Théophane
  • Nicolas Hervé Paitier Patrick Pihuit Hélène Seignac Sandra Sicard Nolwen Zaour Philippe Boulinguiez Stéphane Bourne Julie Cavanillas Julie Cosseron Claire Guého Emmanuelle Gousse Aurélien Herber Gwendal Jouon des Longais Géraldine Jouquand Fabrice Lecampion Loïc Leday Solenn Le
  • Forestier Pierre Le-Sayec Delphine Mathonnat Philippe Miller Camille Robert Tiphaine Robin Jean-François Royer 2 Inrap · Rapport de fouille Bais/Louvigné-de-Bais, Carrière des Vallons, Étang Daniel Ensemble 1 - 2012-126 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques
  • méthode 47 1.5. Données du diagnostic 48 1.6. Les objectifs 53 2. Phases d'occupation 53 2.1. Période contemporaine 53 2.2. Le parcellaire moderne et les chemins 61 2.3. Protohistoire ancienne 61 2.3.1. Chablis et/ou fosses d'extraction ? 63 2.3.2. La céramique, par Théophane
  • Nicolas 63 2.3.2.1. Des indices d'occupation du Néolithique moyen 63 2.3.2.2. Un récipient de l'âge du Bronze ancien 63 2.3.2.3. Un élément de forme attribuable au Bronze moyen 64 2.3.2.4. Des indices d'occupation de la fin de l'âge du Bronze ou du premier âge du Fer 64 2.3.3. Le
  • mobilier lithique par Sandra Sicard 71 2.4. Occupation gauloise et gallo-romaine 71 2.4.1. Introduction 71 2.4.2. Les chemins 71 2.4.2.1. Le chemin 1 78 2.4.2.2. Le chemin 2 85 2.4.3. Les enclos 85 2.4.3.1. Enclos E1 97 2.4.3.2. Enclos E1b 97 2.4.3.3. Enclos E1c 99 2.4.3.4
  • . Enclos E2 112 2.4.3.5. Enclos E3 130 2.4.3.5. Enclos E4 138 2.4.3.6. Enclos E5 142 2.4.4. Les autres fossés 154 2.4.5. Les ensembles à l’intérieur des enclos 175 2.4.6. Les fosses I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire 206 2.5. Étude du petit
  • mobilier métallique par Sébastien Facchinetti Master 2 Rennes 2) 206 2.5.1. La zone sud 2210 2.5.2. La zone nord 214 2.6. Le macro outillage de Bais, Carrière des Vallons – Vérane Brisotto 217 2.6.1. Aperçu des matières premières 217 2.6.2. Détermination et répartition des matières
  • premières 218 2.6.3. Le matériel de mouture et de broyage 218 2.6.3.1. Les meules 222 2.6.3.2. Les éléments de broyage 227 2.6.3.3. Les outils de polissage 228 2.6.3.4. Les outils de percussion 228 2.6.3.5. Les disques, palets et plaques de schiste 229 2.6.3.6. Autres éléments 233
  • 2.7. Étude pétrographique du macro outillage par Hervé Morzadec 233 237 2.8. Structure 5020 : Vestiges d’une tombe à crémation secondaire ou fosse à résidus de bûcher ?  par Myriam Le Puil-Texier 237 2.8.1. La fosse 5020 237 2.8.1.1. Les ossements 241 2.9. Le sanctuaire
  • 241 2.9.1. Le fanum 246 2.9.1.1. Les radiers 246 2.9.2. L’enceinte 246 2.9.2.1. Le porche 248 2.9.2.2. Les tranchées de récupération de murs 253 255 2.10. Étude des monnaies par P.-A. Besombes Sra-DRAC Bretagne 255 2.10.1. Monnaies romaines 256 2.10.2. Monnaies médiévales
  • gauloise 262 2.11.3.1. Les fours de potier de la Tène Finale : St 5000 et St 5663 266 2.11.3.2. Le fossé gaulois : F 5043 267 2.11.4. Analyse anthracologique des échantillons de l’occupation gallo-romaine 267 2.11.4.1. Résultats d’analyse 273 2.11.4.2. Interprétation paléo
  • -de-Bais, Carrière des Vallons, Étang Daniel Ensemble 1 - 2012-126 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Ille-et-Vilaine Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Dates d’intervention sur le terrain — du 04/03
  • l’entité archéologique Inrap — Nature de l’aménagement Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence RGF93CC48 x : 1377700 y : 7213100 z): 88,5 à 93 m NGF Références cadastrales Commune Bais Section ZA Parcelle 23 Commune Louvigné-de-Bais Section
  • Inrap · Rapport de fouille Bais/Louvigné-de-Bais, Carrière des Vallons, Étang Daniel Ensemble 1 - 2012-126 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA
  • Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Yves Menez, SRA Conservateur régional adjoint Prescription et contrôle scientifique Anne Villard-Le Tiec, SRA Conservateur chargé du suivi du dossier Contrôle scientifique Michel-Alain Baillieu, Inrap Adjoint scientifique
  • et technique Mise en place et suivi de l’opération Jean-Claude Durand, Inrap Chargé d'opération et de recherche Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA
RAP03323.pdf (LANLEFF (22). Le Bourg. Rapport de diagnostic)
  • LANLEFF (22). Le Bourg. Rapport de diagnostic
  • LE BOULANGER Françoise
  • géologique 24 1.3 Contexte historique : état des connaissances 28 1.4 Conditions de réalisation de l’opération archéologique 33 2. Les résultats du diagnostic archéologique 33 2.1 Les tranchées 1 et 2 dans la parcelle 442 33 33 35 37 37 40 2.1.1 2.1.1.a. 2.1.1.b. 2.1.2 2.1.2
  • . L’église en question, souvent dénommée « temple de Lanleff », a suscité une grande curiosité dès la période moderne en raison de son plan circulaire. Pour reprendre les termes de la liste des édifices protégés au titre des monuments historiques dans le département des Côtes-d'Armor, la
  • massifs, gris-beige, et de pélites (siltites) en lits sombres se délitant aisément » (Egal 1995 : 47). 1.3 Contexte historique : état des connaissances L’ancienne église Notre-Dame a généré une abondante littérature. Des articles récents écrits par P. Guigon font le point sur la somme
  • de documents (écrits, dessins, photographies) produits sur ce monument depuis la période moderne (Guigon 2013 ; Guigon 2015 ; Guigon 2016). Le plan circulaire de l’édifice a suscité de nombreuses interprétations sur la fonction et la datation de l’édifice. Dans le premier tiers
  • succession de niveaux de remblais volontairement apportés, probablement dans le but d’atténuer la forte pente naturelle du terrain (fig.8). Ils sont constitués de sédiments limoneux plutôt meubles, avec des petits cailloux de schiste. Ils totalisent une épaisseur passant de 2,10 m à 1,60
  • dégagement au dessus de la fosse 1.2. La fosse 1.2 est la seule structure perçue dans l’encaissant schisteux (fig.8). Les paliers de sécurité mis en place en raison de l’épaisseur des sédiments à retirer, le volume important à stocker de ces derniers et la petitesse de la parcelle sont
  • les trois facteurs qui ont empêché un plus grand dégagement de la structure, dont une seule petite portion curviligne a été atteinte. La nature de la structure 1.2 est donc incertaine. Son remplissage sommital, qui se trouve à une altitude de 42,85 m NGF, se compose d’un sédiment
  • longueur totale de 13 m, a nécessité la mise en place de deux paliers en raison de la forte épaisseur des remblais récents. Du sud au nord de la tranchée, le substrat schisteux est atteint après avoir retiré de 1,60 m de sédiments (US.1 à 10). En conséquence, le fond de tranchée n’est
  • naturelle y est donc forte, avec une différence de 3,75 m du sud au nord de ce petit champ. L’accumulation de sédiments en bas de pente est donc logiquement plus importante. Dans la tranchée 4, longue de 25 m, les vestiges sont masqués par une épaisseur de terre végétale (0,30 m
  • Sujets et thèmes Parcellaire Fosse Foyer Le projet d’infrastructures d’assainissement auprès de l’église romane de Lanleff a conduit le SRA Bretagne à prescrire une opération de diagnostic sur une emprise de 1 500 m² réalisée en juillet 2016. Quelques vestiges mis en place à
  • partir de la 2e moitié du Moyen Âge et en relation avec un habitat ont été mis au jour. Diagnostic archéologique Lanleff, Le Bourg Le Bourg, Lanleff, Côte-d’Armor, Bretagne Chronologie é poque médiévale Temps modernes é poque contemporaine Bretagne, Côtes-d’Armor, Lanleff
  • , Lanleff, Le Bourg Mobilier Céramique sous la direction de Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Françoise Le Boulanger Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest Novembre 2016 Arrêté de prescription 2016-128
  • Système d’information Lambert 93 CC48 Code Inrap D 114277 Nr site — Entité archéologique — 22108 Code INSEE Diagnostic archéologique Rapport final d'opération Bretagne, Côtes-d’Armor, Lanleff, Lanleff, Le Bourg sous la direction de Françoise Le Boulanger Inrap Grand
  • prescription contenant le cahier des charges 17 Projet d’intervention 20 Arrêté de désignation Résultats 23 1. Introduction 23 1.1 Raisons de la mise en place du diagnostic archéologique 23 1.2 Données physiques 23 1.2.1. Contexte géographique 24 1.2.2. Contexte
  • .a. 2.1.2.b. La tranchée 1 Les données archéologiques Le mobilier céramique (F. Labaune-Jean) La tranchée 2 Les données archéologiques Le mobilier céramique (F. Labaune-Jean) 41 2.2 Les tranchées 3 et 4 dans la parcelle 437 41 41 43 44 44 45 2.2.1 2.2.1.a. 2.2.1.b. 2.2.2 2.2.2
  • .a. 2.2.2.b. La tranchée 3 Les données archéologiques Le mobilier céramique (F. Labaune-Jean) La tranchée 4 Les données archéologiques Le mobilier céramique (F. Labaune-Jean) 47 3. Conclusion 49 4 Sources et bibliographie 4.1 4.2 Sources Bibliographie Inventaires techniques 53
  • Inventaire 1 : les faits par tranchée 55 Inventaire 2 : le mobilier céramique 55 Inventaire 3 : les archives de terrain 4 5 I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 7 FICHE SIGNALETIQUE ________________________ Localisation Région Bretagne Département Côtes
  • d’Armor Commune Lanleff Adresse ou lieu-dit Le Bourg __________________________ Codes Code INSEE 22108 __________________________ Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence (L 93) X : 7294 700 Y : 1255 350 Z : de 44m (sud) à 38m (Nord
  • ) __________________________ Références cadastrales Commune Lanleff Année Section et parcelle(s) Section B : parcelles 437, 442, 325p Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement __________________________ Propriétaire du terrain Mairie __________________________ Références de
  • __________________________ Nature de l’aménagement Construction d’un assainissement collectif __________________________ Opérateur d’archéologie INRAP Grand-Ouest __________________________ Responsable scientifique de l’opération Françoise Le Boulanger ______________ Organisme de rattachement INRAP Grand Ouest
RAP01804.pdf (DINAN (22). ancien couvent Sainte-Catherine. dfs de diagnostic)
  • LE BOULANGER Françoise
  • ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n°78-753 du 17 juillet 1978, article 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du
  • d'évaluation archéologique 2- Le contexte historique 3- Contexte géographique et géologique 4- Méthode d'intervention et d'exploitation des données p.6 p.6 p.6 p.8 p.8 RESULTATS DU DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE Sondage 1 Sondage 2 Sondage 3 Sondage 4 Sondage 5 Les fossés Trou de poteau et
  • Nationales (A.F.A.N.). 2- Le contexte historique : L'ancien Couvent Sainte Catherine est installé sur le domaine du couvent des Jacobins à partir de la fin des années 1650 (Ollivier, 1985, p.28). D'abord installées dans le centre de la ville, les Sœurs emménagent dans ces nouveaux
  • bâtiments et de l'épaisseur importante des sédiments. Des sondages géotechniques nous en avaient fourni une moyenne. Les autres vignettes (n°3 à n°8) étant creusées dans des parkings toujours en fonction, leur localisation et leur étendue ont été influencées par le souci de préserver un
  • accès et des places de stationnement. Dans le cas du parking Honoré Le Du (sondages n°6 à 8), l'épaisseur des sédiments, plutôt importante, a aussi été prise en compte. Les vignettes devaient être suffisamment larges pour mettre en place des banquettes de sécurité en rapport avec la
  • de fondation coupe un niveau de terre végétale (U.S.6) : là, le mur l'occupe complètement. Elle est plus large (3 m au moins) quand elle coupe le mur Ml. Dans ce cas, une fois le mur installé, le reste de la tranchée est comblé par des sédiments sablo-limoneux hétérogènes (U.S.3
  • et 4). Le mur luimême est fait de blocs plutôt réguliers, hormis à la base (0,55m de haut), où il s'agit plutôt d'un bourrage de pierres et de sable. Dans sa partie encore en place, M2 apparaît après avoir ôté 1,34 m de niveaux hétérogènes, faits d'un sédiment limono-sableux mêlé
  • l'aménagement du parking actuel est peu importante. Cela est lié au relief naturel. Le comblement supérieur de la carrière est très hétérogène, mélangeant un sédiment limoneux brun à des fragments de briques, de tuiles, et de céramiques. Ces dernières appartiennent à des productions du XIXe
  • : us 1 Sédiment sableux jaune. Sédiment sableux gris-jaune. us 3 Sédiment sableux riche en charbon de bois. 1m Figure 9: SONDAGE 5 - Plan de détail et coupes. Réalisé sur le parking Victor Basch, le sondage 5 est le plus vaste : 80,75 m2 (L=9,50 m; 1=8,50 m). Les vestiges
  • creusement en U à fond plat a une profondeur conservée de 0,24 m. Son remplissage se compose d'un sédiment limoneux brun clair avec de rares fragments de granité brûlé. Ce fossé est postérieur à la fosse F7 et au fossé F5. Le fossé F5 est également coupé par les fossés F3, F2 et Fl. Sa
  • . Son comblement supérieur se compose d'un sédiment limoneux brun clair avec des fragments de granité brûlé. Les fossés F6 et F5 sont les plus anciens de ce sondage et probablement des fossés parcellaires. L'identification de leur période de fonctionnement est problématique : ils
  • m sous le niveau de circulation actuel. Le reste du sondage a permis de mettre au jour une probable carrière, dont le comblement sommital correspond à un sédiment sableux mêlé de déchets de taille (petits blocs de granité). Le sondage profond a permis de reconnaître un des bords
  • carrière apparaît un sol en mortier blanc (niveau 4) épais de 0,05 m. Il est recouvert par deux recharges en terre battue de couleur ocre, les niveaux 3 puis 1. Entre ces derniers s'intercale le niveau 2, probablement pour stabiliser le dernier sol en place. Il se compose d'un sédiment
  • (déchet de carrière). us 21 - Sédiment brun très sableux. Figure 12: SONDAGE 8 - Plan de détail et coupes. Photo 15 : Sondage 8 : Vue générale prise du sud: un niveau empierré de jardin installé sur les remblais d'une probable cave - Fosse F3 à l'ouest Canalisation contemporaine au
  • sédiment argileux, des blocs de mortier, des pierres en vrac et des fragments d'ardoises, elle a aussi livré trois individus céramiques, parmi lesquels se démarque un bord de récipient de forme indéterminée, avec une lèvre en crochet rentrant (P1.7). Il peut s'apparenter avec les
  • DINAN "Ancien Couvent Sainte-Catherine" (22 050 005) (Côtes df Armor) DFS de diagnostic archéologique A l'emplacement du futur C.R.E.C. Sous la direction de Françoise LE BOULANGER Avec la collaboration d'Arnaud DESFONDS Et de Françoise LABAUNE Avec la collaboration de la
  • Mairie de Dinan A.F.A.N./I.N.R.A.P. S.R.A. Bretagne : Rennes Ministère de la Culture et de la Communication 2002 Les prises de notes et de photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la
  • propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour
  • Code pénal. Photo de couverture : Les sondages 3 et 4 dans le parking Victor-Basch avec, en arrière-plan, l'église Saint Sauveur (F.Le Boulanger). SOMMAIRE Fiche signalétique p.2 Générique de l'opération p.3 Remerciements p.4 INTRODUCTION 1- Mise en place des sondages
  • fosses Bilan Sondage 6 Sondage 7 Sondage 8 Une carrière médiévale Une probable cave Un mur problématique Un dallage de pierres de l'époque Moderne Les aménagements postérieurs Bilan p.ll p.ll p. 16 p.20 p.23 p.25 p.25 p.27 p.27 p.29 p.32 p.34 p.34 p.34 p. 3 9 p.39 p.40 p.40
RAP00829.pdf (ERDEVEN (56). lann er crac'h. lannec er gadouer. rapport de sondage)
  • 21 AP Autorisation temporaire de sauvetage n° 93-17 Sommaire Remerciements 1- Les motifs de l'intervention p. 4 2- Historique des recherches. L'environnement archéologique p. 5 3- Topographie du gisement P- 6 4- Déroulement des travaux 4.14.24.34.4- Les coupes 1 à 6 Le
  • dans d'excellentes conditions ; M. Bailloud qui nous a fait connaître plusieurs documents souvent inédits de F. Gaillard et Z. Le Rouzic pour le plus grand bénéfice de nos enquêtes; M. Daugas qui nous a laissé un libre accès au matériel informatique performant du SRA des Pays de la
  • l'entrée du bourg d'Erdeven. 2- Bref historique des recherches. L'environnement archéologique. C'est en 1878 que l'on trouve pour la première fois mentionnés le tertre et ses menhirs « indicateurs », et curieusement dans un ouvrage célèbre de J. Fergusson sur les « Monuments
  • plan, semble couchée, à proximité, sur le versant du monument. La hauteur maximale du tertre ne dépasse pas 1,60m et la masse globale des sédiments rapportés donne l'image d'un tertre long d'une soixantaine de mètres et large d'une trentaine. L'aspect extérieur et les dimensions
  • apparu que les sédiments qui composaient ce tertre se divisaient en deux grands ensembles : d'une part, une masse centrale constituée de limons roux et jaunâtres, très probablement recueillis en surface dans l'environnement immédiat du site et, d'autre part, comme bordant cette unité
  • centrale, deux larges plaquages de sédiments gris à blanchâtres, très proches par la couleur et la texture des limons hydromorphes déterminés à Locmariaquer pour le tertre d'Er Grah (Le Roux et al. 1991), et qui ont également participé à l'édification des autres grands tumulus régionaux
  • {Mané Lud, St Michel, Le Moustoir...). Des blocs de granité, seuls éléments lithiques visibles en coupe, aux bas de ces masses de sédiments gris compacts, nous laissaient supposer qu'une structure pierreuse limitait à l'origine l'emprise du tertre; cette hypothèse fut par la suite
  • humifère, qui est directement au contact des sédiments du tertre sur sa partie supérieure, est en revanche séparé de ceux-ci, au niveau des versants, par une couche de terre sombre grasse, organique, qui est peut-être le résultat d'une évolution pédologique liée au couvert végétal
  • totale de contrastes dans les sédiments des niveaux supérieurs aurait certainement empêché la lecture des structures en creux et donc la découverte du second fossé. Il est en définitive plus que probable que la ou les structures funéraires internes n'ont pas été détruites par
  • monuments quadrilatères. Rey et al. 1992 : REY (A.), TOMI (M.), HORDE (T.), TANET (G).— Dictionnaire historique de la langue française. Paris : Dictionnaires Le Robert, 1992, 2 vol. Liste des figures Fig.l : Distribution des architectures monumentales néolithiques dans la région
  • granité piqueté et "décoré" (cupules); HS. Photo n° 3 : Secteur sud, coupe 1. A gauche, le paléo-sol est recoupé par le fossé; au centre et à droite, la masse de sédiments gris-blanchâtre compacts. Photo n° 4 : Secteur nord, coupe 4. Le fossé au fond duquel quelques dalles de granité
  • se sont effondrées; en haut à gauche, les sédiments gris du tertre. yi3 ERDEVEN 1993 Lannec-er-Gadouer Equidistance des courbes de niveau= 10 cm FIG. 3 Fossés indatés Fossé néolithique Décapage manuel paléosol © Erdeven- 1993 Lannec er Gadouer Plan d'ensemble O 5m
  • Plan d'ensemble Photo n* 3 : Secteur sud, coupe 1. A gauche, le paléo-sol est recoupé par le fossé; au centre et à droite, la masse de sédiments gris-blanchâtre compacts. ■ Photo n° 4 : Secteur nord, coupe 4. Le fossé au fond duquel quelques dalles de granité se sont effondrées
  • ; en haut à gauche, les sédiments gris du tertre. Alignements de La Chaise de César
  • Erdeven (Morbihan) - Mai 1993 Le tertre de Lannec er Gadouer (Evaluation des destructions et diagnostic archéologique) Serge Cassen Service Régional de l'Archéologie, Rennes CNRS, Laboratoire de Préhistoire Armoricaine, Nantes N° de site : 56 0 54 0 21 AP Autorisation
  • temporaire de sauvetage n° 93-17 Erdeven (Morbihan) - Mai 1993 Le tertre de Lannec er Gadouer (Evaluation des destructions et diagnostic archéologique) Serge Cassen Service Régional de l'Archéologie, Rennes CNRS, Laboratoire de Préhistoire Armoricaine, Nantes N° de site : 56 0 54 0
  • secteur Nord La façade orientale Le secteur Sud 5- Éléments de datation P- 6 P- 8 P- 8 P- 8 P- 9 6- Conclusions préliminaires P- 10 Bibliographie P- 12 Liste des figures P- 13 2, Remerciements La fouille de sauvetage du tertre de Lannec er Gadouer, réalisée en Mai 1993
  • rapidement sollicité afin de tenter d'établir un bilan des destructions opérées et des structures préservées; M. Rollando, Maire d'Erdeven, qui nous a toujours accueilli avec chaleur et qui a pourvu à notre hébergement dans l'enceinte du château de Kéravéon. En outre, le personnel
  • appartenant au chantier de Locmariaquer dont il est responsable; M. Vellet (Sagemor - Vannes) qui a donné son accord pour que le véhicule de service du chantier de Locmariaquer nous soit prêté durant tout le temps nécessaire à cette intervention afin d'assurer le transport des fouilleurs
  • Loire grâce auquel nous avons pu mener à bon terme, et à titre expérimental, le traitement partiel de ce rapport en DAO; Enfin, nous ne saurions terminer cette page de remerciements sans citer les fouilleurs bénévoles expérimentés qui ont bien voulu se déplacer, parfois de fort loin
RAP03880 (VITRE (35). Le Grand Fougeray. Rapport de diagnostic)
  • VITRE (35). Le Grand Fougeray. Rapport de diagnostic
  • Code INSEE 35360 Rapport de diagnostic Bretagne, Ille-et-Vilaine, Vitré Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Avril 2020 par Frédéric Boumier Richard Delage Fabrice Edin Patrick Pihuit « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un document
  • citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués
  • . Contexte topographique et géologique 25 1.3. Localisation 25 1.4. Contexte historique et archéologique 27 1.5. Méthode et contraintes 31 2. Les Données de terrain 31 2.1. Les structures 31 2.1.1. Les structures de la fin de la période médiévale 35 2.1.2. Les structures de
  • Bibliographie 45 Listing des figures III. Inventaires 50 Inventaire des structures 52 Inventaire du mobilier 52 Inventaire des plans 53 Inventaire des photographies 3 I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports
  • l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de
  • (fig. 3). Il est bordé sur son flanc est par un ancien chemin creux bordant une rue permettant d’accéder au lotissement. 1.4. Contexte historique et archéologique Comme le montre le recensement des indices archéologiques à Vitré et aux alentours, ils sont très nombreux. Le passé
  • historique et notamment médiéval de la ville est très bien documenté et afin de ne pas être redondant, nous renvoyons aux études de Laurent Beuchet, pour cette phase médiévale avec son rapport de diagnostic sur le château de Vitré (Beuchet, 2012, p. 28 à 30) ou pour les périodes plus
  • est-sud-est/ouest-nord-ouest a été suivi sur une longueur de 14,50 m, pour une largeur de 1,12 m dans le sondage 2 et une profondeur conservée de 0,38 m. Le profil est en V avec un fond arrondi. Le comblement est tout d’abord constitué d’un sédiment limono-argileux brun clair
  • 2 : sédiment limono-argileux brun clair, mélangé au substrat 0 0,20 0,40 m Fig. 9 : coupe nord-ouest du fossé St 6 sondage 2 © Jean-Claude Durand Fig. 10 : vue en plan du fossé St 6 sondage 2 (à partir du sud-est) © Jean-Claude Durand 35 II. Résultats 2.1.2. Les
  • profil est en V et le fond arrondi (fig. 12). La première phase de comblement est constituée d’un sédiment limono-argileux brun clair avec cailloutis de schiste. Il est ensuite recouvert d’un sédiment limono-argileux brun foncé avec cailloutis. La fouille a livré un fragment de jatte
  • de St 5 est composé d’un sédiment limono-argileux gris clair meuble, homogène avec cailloutis de schiste. La fouille a livré en surface de St 2 un petit fond de vase balustre, deux petits fragments de col à lèvre éversée et 2 tessons de panse, le tout datable de La Tène finale
  • . L’ensemble est scellé par un sédiment limono-argileux gris clair hydromorphe, homogène meuble avec cailloutis de schiste. La fouille n’a pas livré de mobilier mais le contexte permet de le dater de la même période (fig. 17). 2.1.2.2. Les fosses et trous de poteaux Au moins deux fosses
  • fosse à caractère artisanal ou de stockage de denrées de type légumineuses. Le comblement du fond est constitué d’un sédiment limono-argileux gris clair homogène. Il est ensuite recouvert d’un sédiment limono-argileux gris foncé hétérogène avec plusieurs fragments de plaque foyère
  • abruptes et le fond est arrondi (fig. 14 et 15). Dans l’état actuel il n’est pas possible de lui attribuer une fonction mais dans une vision plus large elle peut constituer un élément d’une construction sur gros trous de poteaux. Le comblement du fond est constitué d’un sédiment limono
  • , hétérogène très charbonneux avec blocs de quartz et faune 3 : sédiment limono-argileux brun clair homogène second âge du Fer Oui 36 Oui Oui Bas Moyen-Âge Inrap · Rapport de diagnostic 52 Vitré (35) Le Grand Fougeray - 2019-374 Inventaire du mobilier Fait Tranchée Sondage 1
  • Sujets et thèmes Fosse, Fossé, Trou de poteau Mobilier Céramique, plaque foyère Un diagnostic archéologique a été réalisé du 09/03/2020 au 11/03/2020 sur la commune de Vitré (Ille-et-Vilaine) au lieu dit « Le Grand Fougeray ». Il a été prescrit par la DRAC, Service Régional de
  • l’Archéologie de Bretagne en raison de l’extension d’un lotissement par la société Acanthe, sur une superficie de 20 877 m². Quatre tranchées ont été ouvertes permettant de mettre en évidence en limite nord-est de l’emprise, les traces d’une occupation de la fin de La Tène finale. Elles
  • indigène. Diagnostic archéologique Chronologie Tène finale Second Moyen-Âge Rapport d’opération Vitré (35) : Le Grand Fougeray Bretagne, Ille-et-Vilaine, Vitré Le Grand Fougeray Ce diagnostic confirme la présence des enclos repérés en prospection aérienne et leur datation à la
  • période gauloise. Il faut noter que d’après l’étude céramique, les lots de mobilier correspondent à des productions de la deuxième moitié du Ier s. av. n. ère provenant des ateliers de Bais Carrière des Vallons. sous la direction de Jean-Claude Durand Inrap Grand Ouest 37, rue du
  • Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Inrap Grand-Ouest Tel. 02 23 36 00 40 grand-ouest@inrap.fr www.inrap.fr Avril 2020 Le Grand Fougeray sous la direction de Jean-Claude Durand Code Inrap D131195 Système d’information Lambert 93 Arrêté de prescription 219-374 N° d'opération
RAP03602 (BAIS (35). Carrière des Vallons, Le Tertre, ensemble 2 : Habitat de La Tène finale et production potière de la fin de La Tène finale jusqu'au début du IIè s ap JC)
  • BAIS (35). Carrière des Vallons, Le Tertre, ensemble 2 : Habitat de La Tène finale et production potière de la fin de La Tène finale jusqu'au début du IIè s ap JC
  • puits F305 485 Inventaire des minutes 487 Inventaire des photographies 491 Inventaire des données de terrain 491 Inventaire des données numériques 5 I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • objectifs et les principes méthodologiques sont précisés dans le cahier des charges scientifiques. Le présent projet scientifique d’intervention, a été élaboré sur la base de ce document par Michel Baillieu, directeur adjoint scientifique et technique en charge de la région Bretagne
  • au démontage de la plateforme. Lorsque les terrains auront été libérés par l’Inrap, un procès verbal de fin d’opération sera signé entre l’Inrap et l’aménageur. Ce document constate la fin de l’opération de fouilles archéologiques sur le terrain, la cessation de l'occupation par
  • sur une superficie totale d'environ 15000 m2, se décompose en deux 2 secteurs distincts. Le premier secteur, a livré une occupation datée principalement de la fin de l'époque gauloise, début période gallo-romaine. Elle se compose d'un triple enclos avec entrée monumentale, dont un
  • des fossés externe a été repris au gallo-romain précoce. Au fond de l'enclos le plus central, se trouve un bâtiment sur poteaux, face à l'entrée. Dans les extrémités des fossés, des rejets de production locale de céramique ainsi que des fragments2de barre en terre cuite, montrent
  • . Il faut y ajouter un puits dont la fouille sur 9 m de profondeur a livré des pièces de bois ainsi que de la céramique gallo-romaine. Le second secteur situé à l'ouest, a livré un autre grand bâtiment sur poteaux des fosses ainsi que 4 incinérations d'époque gallo-romaine, sans
  • oublier des chemins creux de la fin de la période gauloise perdurant jusqu'à l'époque gallo-romaine traversant la parcelle du sud-ouest vers le nord-ouest et rejoignant le secteur 1. Il faut surtout signaler pour cette période, la mise au jour d'un four de potier de la seconde moitié
  • du Ier s. ap. J.-C., avec un bel ensemble céramique, dans le four et dans la fosse de travail. Quelques segments de fossés de La Tène finale ainsi que deux fosses du bas Moyen Âge, viennent compléter l'inventaire des structures. Fouille archéologique Chronologie Age du Fer
  • Antiquité romaine Epoque médiévale Epoque contemporaine Bais (Ille-et-Vilaine) «Le Fresne 2» - Une occupation principalement antique Habitat de La Tène finale et production potière de la fin de La Tène finale jusqu’au débute du II s. ap. J.-C. Bretagne, Ille-et-Vilaine, Bais Carrière
  • des Vallons, Le Tertre - Ensemble 2 Habitat de La Tène finale et production potière de la fin de La Tène finale jusqu'au début du II e s. ap. J.-C. Cette opération a confirmé, comme pour les deux autres secteurs de La Carrière des Vallons fouillés précédemment, la présence
  • , Bais Carrière des Vallons, Le Tertre - Ensemble 2 Habitat de La Tène finale et production potière de la fin de La Tène finale jusqu'au début du IIe s. ap. J.-C. sous la direction de par Jean-Claude Durand Vérane Brisotto Richard Delage Véronique Guitton Serge Kosseev Hervé
  • Morzadec Myriam Le Puil-Texier Nicolas Ménez Pauline Petit Hélène Seignac Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Août 2018 avec la collaboration de Frédéric Boumier Emmanuelle Collado Julie Cosseron Fabrice Edin Salim El Hattab Alexandre Léger Emeline Le
  • Goff Maud Le Saint-Allain Yann Letho-Duclos Delphine Mathonnat Philippe Miller Patrick Neury Emmanuel Petit Patrick Pihuit Benoît Poisblaud Vincent Pommier I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire Sommaire I. Données administratives, techniques et
  • . Résultats 43 1. Introduction 43 1.1. Circonstances de l’intervention 44 1.2. Contextes avant la fouille 44 1.2.1. Contexte topographique et géologique 47 1.2.2. Contexte archéologique 50 1.3. Les contraintes 50 1.4. La méthode 51 1.5. Données du diagnostic par Serge Mentele
  • (rapport diagnostic) 51 1.6. Les objectifs 57 2. Phases d'occupation 57 2.1. Présentation 59 2.1.1. Les secteurs 60 2.1.2. Les structures contemporaines 60 2.1.3. Les haies modernes 61 2.1.4. Les chemins 61 2.1.4.1. Le chemin 1 67 2.1.4.2. Le chemin 2 74 2.1.5. Les
  • structures du secteur 1 74 2.1.5.1. L’occupation gauloise du secteur 1 151 2.1.5.2. L’occupation antique du secteur 1 182 2.1.5.3. L'occupation haut Moyen-Âge 202 2.1.5.3. Les structures non datées du secteur 1 205 2.1.6. Les structures du secteur 2 205 2.1.6.1. La période gauloise
  • 210 2.1.6.2. La période antique 217 2.1.6.3. Les structures non datées 229 3. Céramique, terre cuite et artisanat de la poterie 229 3.1. Les ateliers de potiers de Bais 229 3.1.1. Mobiliers céramiques des ateliers de l’Horizon I (La Tène D2) 229 3.1.1.1. Rappel des
  • · Rapport de fouille Bais, Carrière des Vallons, Le Tertre - Ensemble 2 - 2012-152 249 3.1.2.4. Commune de mode A 251 3.1.2.5. Commune de mode B 255 3.1.2.6. Comparaisons et synthèse 257 3.2. Catalogue analytique des contextes 258 3.2.1. Horizon I (La Tène D2) 258 3.2.1.1
RAP03191.pdf (PLECHATEL (35). Les Landes. Rapport de fouille)
  • PLECHATEL (35). Les Landes. Rapport de fouille
  • et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont contenues ne sont pas
  • et le public). Le non respect des règles qui précèdent peut constituer un délit de contrefaçon passible de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende (articles L335-3 et L335-2 du CPI). Pour citer ce document Leroy 2015 : LEROY B., Pléchâtel (35), Les Landes, Rapport
  • FOURIAUX ; Florian SARRESTE ; Christophe SEVIN – ALLOUET ; Sébastien TORON. 2.3 Équipe d'étude post-fouille Nettoyage et reconditionnement du mobilier Marianne ALASCIA-MORADO ; Simon COUBEL ; Bertrand DOUX. Tamisage des sédiments Benjamin LEROY ; Nolwenn LE FAOU. Étude de la
  • du grès armoricain. Notons la découverte de ce type de roche sur le site des Landes lors de la fouille, sous forme de blocs de tailles variables. 1.2 Cadres historique et archéologique Nolwenn Le Faou L'étude de l'environnement archéologique sur et à proximité de la commune de
  • proches. Relevé et DAO : É. Degorre, N. Le Faou et G. Rousset, © Éveha, 2015. Fig. 12 – Vue en plan de la structure F114 en cours de fouille en quarts opposés. Cliché : M. Alascia-Morado, © Éveha, 2015. RÉSULTATS SCIENTIFIQUES Description des coupes de la figure 11 114.01, sédiment
  • , sédiment altéritique schisteux homogène, beige, charbons, blocs de grès. Le premier aménagement, F114, de plan approximativement circulaire, est long de 2,10 et large de 1,70 m. Il est conservé sur 0,24 m d'épaisseur. Son niveau supérieur (US 114.01) est constitué d'une importante
  • COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE MOYENNE VILAINE ET SEMNON 2011/147 DU 18 JUILLET 2011 aménageur arrêté de prescription FOUILLE PRÉVENTIVE RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE LES LANDES PLÉCHÂTEL (35), LES LANDES Auteurs numéro de
  • l'entité archéologique 35 221 104 code INSEE de la commune 35 221 DÉCEMBRE 2015 BRETAGNE SRA PLÉCHÂTEL (35) BENJAMIN LEROY (DIR.), NOLWENN LE FAOU (RS) 35221 La fouille de la ZAC des Landes, à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine) a permis de mettre au jour une série d'aménagements
  • s'échelonnant de la Protohistoire ancienne à la période contemporaine. Les vestiges les plus anciens remontent au Néolithique moyen : il s'agit de deux foyers à pierres chauffées mis au jour en partie nord de l'emprise de fouille, auxquels pourraient s'ajouter les fondations d'un bâtiment
  • sur poteaux. Le Néolithique final est caractérisé par une série de trous de poteau localisés en partie occidentale de la fouille, en bordure d'emprise. La nature exacte de ces constructions est difficile à appréhender mais leur localisation, en surplomb d'un gué permettant
  • d’accéder au plateau sur lequel sont implantés les grands bâtiments du Néolithique final de la Hersonnais, pourrait faire penser qu'il s'agit d'un aménagement en lien avec ce franchissement. La principale occupation étudiée est une nécropole en activité de l'âge du Bronze ancien au
  • s'apparente à un établissement de réduction du fer. Son organisation est difficilement interprétable, mais il semble avoir fait l'objet après son abandon d'un démantèlement qui a également affecté les structures voisines (arasement possible d'un tumulus, nivellement d'une structure
  • funéraire). Ce dernier établissement semble enfin avoir influencé l'organisation du parcellaire présent dès le début du XIXe s. et encore en usage dans les années 1950. Vue aérienne du site en cours de fouille. Cliché : F. Marchand © 2013 Baloon-photo.com. Bretagne, Ille-et-Vilaine
  • funéraire, nécropole, sépulture sous dalle, tumulus, habitat, production métallurgique, réduction, enclos fossoyé, fossés parcellaires, foyers, fosses, trous de poteau, Néolithique Moyen et Final, âge du Bronze ancien et moyen, Moyen Âge. couverture PLÉCHÂTEL (35), LES LANDES
  • PLÉCHÂTEL (35), LES LANDES Auteurs BENJAMIN LEROY (DIR.), NOLWENN LE FAOU (RS), Avec la collaboration de : SÉBASTIEN TORON ; ÉMELINE DEGORRE ; SANDIE GIOVANNACCI ; OCÉANE LIERVILLE ; KLET DONNART ; FLORIAN SARRESTE. 1 Utilisation des données d'un rapport de fouille L'utilisation
  • des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique : « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants
  • droit ou ayants cause est illicite » (article L122-4). Toutefois sont autorisées : - Les photocopies ou reproductions destinées à un usage exclusivement privé et non à une utilisation collective (article L 122-5, 2° ). - Les reproductions du texte, accompagnées ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, réalisées dans le cadre d'analyses ou de courtes citations, si elles sont justifiées par le caractère (…) critique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à laquelle elles sont incorporées et sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur
  • considérées comme des informations publiques pouvant être librement réutilisées quand des tiers détiennent sur ce document des droits de propriété intellectuelle (articles 9 et 10 de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée relative à l'amélioration des relations entre l'administration
  • final d'opération archéologique (fouille préventive), Éveha – Études et valorisations archéologiques (Limoges), SRA Bretagne 2015. PLÉCHÂTEL (35) – Les Landes – 2015 2 5 A 33 B RÉSULTATS SCIENTIFIQUES DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 6 1 FICHE
RAP03142.pdf (CESSON-SEVIGNE (35). LGV Le Mans/Rennes, secteur 1, La Salmondière. Rapport final d’opération)
  • CESSON-SEVIGNE (35). LGV Le Mans/Rennes, secteur 1, La Salmondière. Rapport final d’opération
  • 49 49 50 51 51 1. Contexte général 1.1. Introduction 1.2. Les contextes de l’intervention 1.2.1. Contexte topographique et géologique 1.2.2. Contexte archéologique et historique 1.2.2.1. Le cadastre récent 1.2.2.2. Le cadastre napoléonien de 1820 1.3. Les objectifs de la fouille
  • ) LGV Le Mans - Rennes secteur 1 - 2012-084 1.2.2. Contexte archéologique et historique Le contexte archéologique de ce secteur est riche. C’est à partir du recensement de la carte archéologique du SRA (fig. 10) regroupant à la fois les prospections pédestres, aériennes ainsi que
  • Sujet et thèmes fossé, fosses, puisard, four, bâtiment, trou de poteau, foyer de forge, enclos, parcellaire, marre, grenier, étable ou bergerie Mobilier céramique, métal, scorie, amphore, verre, terre cuite, plaque foyère, meule, charbons de bois, céréales Dans le cadre des
  • travaux de la Ligne à Grand Vitesse Le Mans-Rennes une fouille archéologique a été conduite en 2012 sur la commune de Cesson-Sévigné, au lieu dit La Salmondière. Elle porte sur une superficie de 6 hectares et a permis la mise au jour d’occupations allant du Bronze final au haut Moyen
  • Âge, avec des hiatus. En effet à l’habitat du Bronze final, composé de maisons ovalaires et de greniers sur poteaux, a suivi l’implantation d’une ferme indigène à partir de la fin du IVe siècle av. J.-C. jusqu’au IIIe siècle ap. notre ère. Le site sera de nouveau occupé à partir du
  • d’autres enclos ou cours pouvant correspondre à des activités spécifiques dont l’accès se fait vers l’est par une double entrée monumentale. Le site est abandonné au début de la période augustéenne et remplacé par une ferme antique ne prenant pas en compte l’organisation précédente
  • et des vergers viennent modeler le paysage. Le site de l’âge du Fer a livré une structure particulière pouvant être liée au stockage de l’eau ainsi qu’une grande structure de combustion de plus de 4 m de longueur. Il faut ajouter un bel ensemble céramique de La Tène finale avec
  • atelier mixte, produisant pour le domaine mais également pour la demande locale. Ce qui confirme l’importance de la place de ce domaine dans le contexte local. Fouille archéologique Antique (Ier au IIIe siècle) haut Moyen Âge (VIe au IXe siècle) Moderne Ille-et-Vilaine, Cesson
  • -Sévigné, LGV Le Mans/Rennes secteur 1 La Salmondière Ille-et-Vilaine, Cesson-Sévigné LGV Le Mans/Rennes secteur 1 La Salmondière Chronologie âge du Bronze âge du Fer (Tène Bretagne, Ille-et-Vilaine, Cesson-Sévigné LGV Le Mans/Rennes secteur 1 La Salmondière Occupation diachronique
  • -ouest@inrap.fr Août 2015 Rapport final d’opération Fouille archéologique DB05030812 LGV Le Mans/Rennes secteur 1 La Salmondière Occupation diachronique du Bronze final au haut Moyen Âge sous la direction de : avec la collaboration de : Jean-Claude Durand Sandrine Barbeau Vérane
  • Etienvre Quentin Favrel Marion Foucher Frédérique Gorain Aurélie Guesnon Gwendal Jouon des Longais Joseph Le Gall Hugo Le Guennic Gildas Le Marchand Loïc Leday Philippe Millier Anne-Sophie Paranthöen-Alaoui Adeline Richard Aude Valérien 2 Cesson-Sévigné, La Salmondière (35) LGV Le
  • 1.3.1. Les contraintes 1.3.2. Le décapage 1.3.3. La fouille 1.3.4. La post-fouille Résultats 54 54 54 59 59 60 71 71 72 74 74 76 76 77 79 79 80 82 82 82 82 82 86 87 87 130 148 150 159 211 211 2. Les occupations archéologiques 2.1. L’occupation du Bronze final 2.1.1. Présentation
  • 2.1.2. Les constructions 2.1.2.1. Les habitations 2.1.2.2. Les greniers 2.1.3. Les mobiliers par Anne-Françoise Cherel 2.1.3.1. La céramique 2.1.3.2. La perle en pâte de verre 2.1.3.3. Le tranchet à soie en bronze 2.1.3.4. Le peson ou contre-poids 2.1.4. Étude d’une perle annulaire
  • en verre bleu par Bernard Gratuze 2.1.4.1. La méthode d’analyse utilisée 2.1.4.2. La composition des objets protohistoriques de parure en verre et en faïence d’Europe occidentale 2.1.4.3. Le matériel étudié 2.1.4.4. Résultats 2.1.4.5. L’origine des petites perles annulaires en
  • verre bleu des sites de l’âge du Bronze final du l’est de la France 2.2. L’occupation du IIe âge du Fer 2.2.1. Présentation générale 2.2.2. Chronologie 2.2.3. Les chemins 2.2.3.1. Le chemin 1 2.2.3.2. Le chemin 2 2.2.4. Ensemble 1 2.2.4.1. L’enclos E1 2.2.4.2. L’enclos E2 2.2.4.3. Le
  • . Organisation spatiale du nouveau domaine 2.3.2.1. Chemin 3 2.3.2.2. Chemin 4 2.3.2.3. L’enclos gallo-romain 2.3.2.4. Le parcellaire antique 2.3.2.5. La zone de forge 2.3.3. Étude céramique antique par L. Simon (avec la collaboration de R. Delage) 2.3.3.1. Données générales 2.3.3.2
  • . Commentaire des structures ayant livré du mobilier céramique significatif 2.3.4. Le verre 366 366 366 370 385 390 393 393 393 2.4. L’occupation médiévale du site de La Salmondière à Cesson-Sévigné 2.4.1. Données générales 2.4.2. Chemin 5 2.4.3. Enclos médiéval 1 2.4.4. Enclos 2 2.4.5
  • . Enclos 3 2.4.6. Étude du mobilier du haut Moyen Âge Par Françoise Labaune-Jean 2.4.6.1. La composition des lots et le traitement 2.4.6.2. Présentation des lots (PL. 25) 396 396 396 397 398 398 401 2.5. Étude métallurgique par S. Barbeau et N. Zaour 2.5.1. La chaîne opératoire de la
  • production du fer : 2.5.2. La paléométallurgie 2.5.2.1. Protocole d’analyse métallurgique 2.5.2.2. Typologie et assemblage des déchets métallurgiques à Cesson – La Salmondière 2.5.2.3. Les produits métalliques 2.5.3. Cesson-La Salmondière – la phase antique (fig. 295) 406 406 411 2.6
  • . Étude du mobilier métallique par S. Barbeau 2.6.1. Pour la période de l’âge du Fer 2.6.2. Pour la période antique 416 2.7. Le matériel de mouture et de broyage de La Salmondière à Cesson- Sévigné par V.Brisotto et H. Morzadec) 2.7.1. L’occupation gauloise 2.7.2. L’occupation