Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2917 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00148.pdf (ARZON (56). Petit-Mont. rapport de fouille programmée.)
  • Jîouzic y entreprit diverses restaurations en 1905,1926 et dans la période l933-I936.De nouveaux vestiges gallo-romains et néolithiques étaient à nouveau découverts ;c'est au cours de la première restauration que furent remarquées pour la première fois les gravures des supports
  • XVIIIe (pl.I n° 4 à 7).Le n°7 présente un diamètre extérieur mesuré en bordure de marlis de 33 cm et le diamètre au col est de 30cm,alors qu'un fragment de fond plat (pl.I n° 7a)lui appartenant vraisemblablement donne un diamètre-de 3cm. 2 tessons gallo-romains de vase utilitaire. IIb
  • partiellement ruiné. Le mobilier découvert,peu abondant,était constitué en majeure partie de vestiges gallo-romainsjquelques tessons de vases campaniformes et une hache marteau accompagnant trois perles en variscite complétaient ce premier mobilier. Classé monument historique en I904»Z» Le
  • . Gradeau Ollivier,journaliste,Lillebonne 76I7O. Guerard Christian,Chercheur au CNRS,Paris. Guerard Dominique,professeur,Paris. Guillier-Chevé Gérard,étudiant en Droit,Le Mans 72000. Eerbinot Jean Pierre,Technicien DDE,Coueron 44220. Kayser Ollivier,Conservateur Direction Antiquités
  • Préhist. Bretagne,Rennes 35000. Laborderie Yvon,chauffeur routier,Vannes 5°000. Lacour Jean Marie,étudiant en Médecine,--ontreuil 93100. 3Lehmann Hans Bckhard,sellier,Kulpin,Rép„ Féd. d'Allemagne. Lelièvre Christelle,lycéenne,Lillebonne 76I7O. Le Roux Yànn,instituteur,Merdrignac
  • dernière semaine de notre séjour. Ollivier Gradeau - Lillebonne (76) A La campagne de fouille I983 est la seconde à laquelle je participe;les travaux entrepris l'an passé m'ayant intéressé et l'ambiance m'ayant plu,je décidai donc de revenir cette année pour deux semaines. Ma
  • romain. - Construction d'un fort médiéval. -Destruction partielle de l'édifice par la construction de deux bunkers au cours de la seconde guerre mondiale. On n'a pas encore pu découvrir de chambre dans le cairn primitif,mais un affaissement à la surface dénote la présence d'une voûte
  • conversations libres et les conférences du soir sur les édifices préhistoriques et autres. Bien que nous n'ayons pas entrepris cette année de"fouilles fines",quelques objet intéressants ont attiré l'attention de certains collaborateurs:une tête de statuette romaine,des tessons d'argile de
RAP00322.pdf (LA CHAPELLE-DE-BRAIN (35). Lezins ou la butte des buis. rapport de sondage)
  • 10 OCTOBRE AU 10 NOVEMBRE 1970, SUR LE GISEMENT GALLO-ROMAIN DE LA BUTTE DES BUIS, PARCELLES n° 2222-2223, SECTION RAPPEL Iy A LEZINS A LA CHAPELLE ST M EL AINE - ILE ET' VILAINE. : Au mois de Mars 1970, Mr Laigle, exploitant à Lezins, nous faisait part de la mise à jour d'un
  • mur en fer à cheval, lors du labour/âge. Une prospection au sol nous permettait, par la présence rie tegulae, imbrices, fragments de mortiers, tessons de céramique sigillée, de reconnaître un gisement gallo-romain d'environ 2Jàa, situé sur un promontoire dominant le marais et le
  • , se trouve une motte antique appelée la Butte des Buis où l'on a découvert des briques gallo-romaines. Tout le monde sait que les dénominations de lieux, tirées de la culture des Irais, rappelent souvent une origine romaine". Enfin, la coutume des villages voisins parle de
  • thermes en l'occurence une "baignoire" et une salle chauffée, tépidarium ou caldarium' avec l'amorce de bâtiçments attenants, sans-doute d'une villa Gallo-romaine occupé principalement au Ile siècle remaniée au IV, occupant un site admirable sur une pointe de terre s'avançant dans les
  • du labourSrage. Une prospection en règle, nous permettait, par la présence de tegulae, imbrices, tessons de céramique sigillée, de reconnaître un gisement gallo-romain de I ha -àwsè environ. Le gisement est situé sur un promontoire dominant le marais de REDON, au Confluent de La
  • une motte antique appelée "La Butte aux Buis" où l'on a découvert des briques gallo-romaines. Tout le monde sait que les dénominations de lieux, tirées de la culture des buis rappellent souvent une origine romaine" ï Enfin, la coutume du village voisin parle de l'existence
  • Melaine et audelà, vers le village de Augon près duquel nous avons repéré des traces d'occupation gallo-romaine. Il est problable qu'il s'agit là du chemin que reliait la villa de la Butte des buis au réseau des voies importantes que l'on rencontre un peu plus au nord à savoir : Blain
  • pièces chauffées du balnéaire : tépidarum du caldaritm : Les thermes de Lillebonne (Grenier "Monuments des eaux" p. 345) possèdent une salle assez proche de celle que nous avons mise à jour. » Les. plaques lisses du sol supportaient des pilettes de briques, d'où la masse
  • une petite villa rurale. Qu'étéit cette villa ? / Notre découverte ayant un caractère limite, il est difficile de formuler une hypothèse. Toutefois, le soin apporté à la construction, la ressemblance relative des bâtiments avec une partie du balnéaire de Lillebonne, nous incitent à
RAP01536.pdf (VANNES (56). 27 rue de la Tannerie. rapport de diagnostic)
  • : Fouille menée jusqu'au substrat : OUI OUI (NON) (NON) Sinon, altitude du fond de fouille : 2,60 m NGF RÉSULTATS SCIENTIFIQUES iflOTS CLES : (3 À 5 par rubrique) Chronologie : gallo-romain, Haut-Empire, médiéval et moderne Vestiges immobiliers : Vestiges mobiliers
  • : :OMMENTAIRES : murs, poutres, lambourdes, caniveaux de bois, sols de mortier etc. céramique et petit mobilier gallo-romain, céramique médiévale et moderne bâtiment monumental de type théâtre, plan incomplet, associé à de l'habitat en dur et en bois IEU DE DEPOT : du mobilier : SRA
  • A - Implantation des sondages B - Réalisation du DFS C - Protocole de traitement du mobilier p. p. p. p. 4. Premières observations à l'issue du décapage mécanique p. 8 2 2 4 6 5. L'occupation gallo-romaine p. 11 6. Mise au jour d'un édifice public p. 19 7. Conclusion p. 25
  • campagne de relevé topographique a été menée du 28 avril au > mai, à la suite de l'extention du décapage mécanique à l'est, le long du mur onumental gallo-romain. Ce travail a été réalisé par T. Arnoux, topographe de rmation et objecteur de conscience au S.R.A de Bretagne, assisté de O
  • sites d'habitat gallo-romain de type "domus" ont été mis au jour entre la rue des Frères Crapel, la rue de la Tannerie et également le boulevard de Verdun à l'est de l'Etang au Duc (Fig. 2). Il convient de préciser que le site qui nous intéresse se situe à la base de la colline où le
  • premiers remblais gallo-romain, il a été décidé de procéder à une extension du décapage. Un sondage de 23 m de long sur 16 m de large a donc été réalisé, tout en respectant les paliers de sécurité. Le décapage de surface s'est arrêté au sommet des niveaux archéologiques à 4,50 m NGF à
  • l'ouest et 4 m NGF à l'est. A l'extrémité nord de la parcelle, le niveau de décapage a été sensiblement remonté, en raison de la mise au jour vers 5,20 m NGF, d'un mur gallo-romain au tracé elliptique ou circulaire et de la présence de niveaux de circulation venant s'appuyer contre ce
  • destruction majeure. Les vestiges les plus caractéristiques de l'occupation gallo-romaine ont été épargnés (constructions en pierres ou structures en bois). Seuls, des niveaux de sols et de remblais gallo-romains ont été recoupés sur environ 1,30 m d'épaisseur. Les sédiments extraits de
  • fond de ce sondage correspond au niveau d'affleurement des vestiges gallo-romains en place (3,91m NGF), puisque dans ce secteur d'importants remblais et niveaux d'occupation médiévaux ou modernes ont été mis en évidence (Fig. 4). CL. 1 : Vue d'ensemble de la fouille à l'issue du
  • plus, ces éléments ont été considérés dans un cadre historique plus large, en tenant compte de l'état de nos connaissances dans ce secteur du Vannes gallo-romain. Cela permet d'émettre quelques hypothèses à propos de la fonction et de la chronologie du site de la Tannerie. - C
  • par un important remblai d'argile brune 1064 (fig. 5, coupe 10). Ce mur a coupé un premier remblai d'abandon gallo-romain (1001) qui apparaît a 4,80 m. Les coupes C7, C11 et C12 montrent que l'accumulation des remblais gallo-romains et postérieurs s'est faite de manière homogène
  • l'orientation des vestiges gallo-romains du site. Ce pendage est particulièrement marqué au nord où les remblais remontent fortement contre le mur monumental (1020) contre lequel ils s'appuient (fig. 5, coupe 7 et 11). Au nord, le décapage s'est arrêté sur l'arase d'un mur gallo-romain (1020
  • ). Dans ce secteur, et particulièrement le long du mur, on ne retrouve pas la superposition des remblais gallo-romains et modernes tels qu'ils sont apparus dans la moitié ouest. Les niveaux gallo-romains ont été, à l'image du mur 1020, nettement perturbés par une occupation moderne ou
  • médiévale des lieux. C'est ce qu'a confirmé le sondage mécanique S7, installé le long du mur 1020 et qui a mis en évidence une succession de remblais hétérogènes d'époque moderne jusqu'à 3.90 m NGF. Un mur (1081) a été mis au jour le long du mur gallo-romain 1020. Il est posé sur un
  • du mur 1020, au nord de ce dernier et donc à l'intérieur du bâtiment gallo-romain que délimite le mur 1020 (fig. 3). Une succession de sols qui présentent des caractéristiques identiques (sols de cailloutis damés avec un liant argilo-sabloneux et présence en surface d'ardoises
  • m NGF soit 10 cm sous le niveau d'arase du mur gallo-romain 1020. Son remblai d'installation 1026 (pierres + argile brune), contient quelques tessons de mobilier médiéval (onctueuse et céramique vernissée verte). Ces niveaux d'occupation médiévaux et modernes recouvrent des
  • remblais d'abandon gallo-romains 1027 et 1028. L'exiguïté du sondage (1,20m x 0,50m) n'a pas permis de fouiller au-delà de la cote 4,60 NGF, la couche (1028) n'a donc été que partiellement fouillée. 10 Cl. 4 : Vue de détail du sondage 1. Des sols de circulation (cour ou voirie
  • couleur blanchâtre, seulement conservé sur environ 10 cm d'épaisseur. En l'absence des éléments de datation en chronologie absolue, on peut tout de même observer que son installation est venu recouper les remblais gallo-romains 1021 et 1023 (Fig. 8, coupe 9). De plus, le fond de la
  • détail du fond d'une cuve de bois (1006). En arrière plan le sondage 3 après remontée de la nappe phréatique. 5. L'OCCUPATION GALLO-ROMAINE : A l'intérieur de la surface sondée, le décapage s'est arrêté sur le sommet des structures archéologiques gallo-romaines qui affleurent en
  • moyenne à 4 m NGF (fig. 7). Un remblai de démolition (1031 et 1037), composé d'argile sablonneuse mêlée à des matériaux de démolition (tuiles, pierres et briques) vient sceller l'ensemble des constructions en pierres et bois. Les premiers remblais gallo-romains (1001, 1021, 1022..) ont
RAP03367.pdf (DINEAULT, PLOMODIERN, ROSNOEN (29). Prospection diachronique sur l'estuaire de la vallée de l'Aulne. Rapport de PD 2016)
  • » : coordonnées plus précises, bibliographie étoffée et ajout de nombreuses « taches » visibles sur ©Géoportail). Préhistoire Néolithique Age du Bronze antique Age du Fer Gallo-romain Haut Moyen Age Médiéval Non daté tracé supposé des voies romaines principales 0 5 km SIG/DAO : C. Gandini
  • mobilier gallo-romain ont été signalées. Fig. 10 : Statue de la déesse celto-romane Brigit (Brigitte), trouvée sur les flancs du Ménez Hom en 1913 et 1928 (musée de Bretagne, Rennes). Clichés : C. Gandini, 2016.   19 Concernant la période médiévale, à peine 2 sites ont été
  • ont été classés parmi la céramique antique. Ils proviennent de 5 parcelles (Annexe 5), dont quatre d’entre elles ont également livré des fragments de tuiles gallo romaines. Sur deux de ces parcelles (Keravel ar Goulid 2016 YS 40, 41 et Kervijen 2016 YO 16) des tessons
  • : DU CHATELLIER (P.), Les époques préhistoriques et gauloises dans le Finistère. Rennes, 1907. Ferrette 2003 : FERETTE (R.) avec la collaboration de KEREBEL (H.), La céramique gallo romaine du site de Monterfil II à Corseul (Côtes-d'Armor). Études d'ensembles de l'époque augustéenne
  • nom du lieu-dit), soit plus de la moitié des sites est mal localisée. site enregistré dans la base Patriarche du SRA nouveau site tracé supposé des voies romaines principales 0 5 km SIG/DAO : C. Gandini, 2016. Fig. 7 : Répartition des découvertes avant et après l’enquête
  • Kergoustance en Plomodiern (Musée de la Préhistoire finistérienne de Penmarc'h). Cliché E. Jegou, 2016. Pour la période romaine, on notera que Dinéault et Plomodiern sont traversées par la voie romaine allant de Vorgium (Carhaix) à la pointe de Dinan dans la presqu'île de Crozon (Fig. 7 et
  • 8, site 172 016). Une section de voie romaine a été signalée au sud la commune de Plomodiern, de Penfont à Lestrevet où elle rejoint la Lieue-de-Grève (site 172 015). Ce tracé reste toutefois à confirmer. En plus de ces deux voies, nous pouvons recenser 12 établissements pour
  • signalé (site 172 011), des « habitations » sans plus de précisions (sites 172 010, 172 012), un site de réduction du minerai de fer (site 172 013), ainsi qu’une nécropole (site 172 030). Sur la commune de Rosnoën, une section de voie romaine (site 240 005) et 3 concentrations de
  • site Géobretagne, qui présente en vis a vis la couverture aérienne de 2012 et une couverture des années 1950. e Les cadastres du XIX siècle ont également été systématiquement consultés. A l’exception d’un tronçon de la voie romaine Carhaix-Crozon visible sur les clichés verticaux
  • encadrée par deux ruisseaux, celui de Kerharo au sud et le ru qui se déverse sur la plage de Lestrevet au nord. Situé entre 18 et 58 m d’altitude, ce secteur présente une topographie variée, favorable à l’implantation humaine. Il est traversé par la voie romaine PenfontLestrevet et sept
  • sites y ont été signalés (Fig. 13, Annexe 3a) ! Site archéologique préhistorique protohistorique antique Tracé supposé de la voie romaine Fig. 13 : Localisation de la zone-test n°1 de prospection systématique, commune de Plomodiern. © Carte topographique IGN ; DAO : C. Gandini
  • qui correspond à celui de l’ancienne voie romaine). Elle est classée au titre des Monuments historiques par arrêté du 28 octobre 1916. Ce secteur est traversé par la voie romaine Carhaix-Crozon qui est repris, de Menez-Ty-Dévet à Stang ar Vennig, par le tracé de la route actuelle
  • rectangulaire (site 172 019), repérée en 1981 par R. Sanquer (Sanquer 1981 : 93) (cf. Annexe 6). Site archéologique préhistorique non daté Tracé supposé de la voie romaine Fig. 14 : Localisation de la zone-test n°2 de prospection systématique, commune de Plomodiern. © Carte topographique
  • IGN ; DAO : C. Gandini, 2016. Kergoat Côme Stang ar Vennig Ste-Marie du Menez Hom Fig. 15 : Tracé de la voie romaine Carhaix-Crozon visible sur les clichés ariens de l’IGN, après Stang ar Vennig en Plomodiern. Source : © Géoportail. Pour l’instant, en raison de problèmes
  • (R.), La céramique du IIIe siècle dans la Basse Vallée de la Seine : exemples issus de Rouen et de Lillebonne (Seine-Maritime), in SFECAG, Actes du Congrès de Chelles, 2010, p.477-520. Bachelot de La Pylaie 1850 (1970) : BACHELOT DE LA PYLAIE (J.-M.), Études archéologiques et
  • (R.) avec la collaboration de LADURON (D.), La Céramique Romaine en Gaule du Nord, Dictionnaire des céramiques, La vaisselle à large diffusion, Brepols, 2010, 462 p. Delumeau 1971 : DELUMEAU (J.), Documents de l’histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1971. Dizerbo 1987
  • : DIZERBO (A.H.), « La chapelle de Sainte-Marie-du-Menez-Hom en Plomodiern », in : BSAF, CXVI, 1987 : 113-134. Driard 2011 : DRIARD (C.), Les établissements littoraux de la province romaine de Lyonnaise. Contribution à l’étude de l’habitat dispersé et de l’exploitation des ressources
  • au début du IVe siècle, Archéologie et Histoire Romaine, 9, éditions Monique Mergoil, Montagnac, 2003, 224 p. Fily 2008 : Fily (M.) : Les Monuments funéraires et les dépôts métalliques dans le paysage rituel de l’âge du Bronze  : L’exemple du Centre-Ouest de la Bretagne et du
RAP03724 (DINEAULT, PLOMODIERN, ROSNOEN (29). Prospection diachronique Basse vallée de l'Aulne. Rapport de PI 2018)
  • !' !' ( & $ ! !$ ) $ ' $ ) ' " $ & $! ! * . ! -+&' ! +$ & ! & #' ! $! !'$% - ' Fig. 6 : Localisation de la zone d’étude dans la cité gallo-romaine des Osismes. SIG : Gandini 2018. Les principaux objectifs de ce projet sont donc les suivants : - cerner les modes d’occupation et d’exploitation du sol (formes et organisation du peuplement) ; - appréhender les
  • difficile. Néanmoins, nous leur devons les premiers éléments de la carte archéologique ; la bibliographie ancienne ne peut pas être négligée. Fig. 7 : Temple gallo-romain fouillé en 1894 par le baron Maurice-Clément-Marie Halna du Fretay, sur les pentes du Menez Hom (la localisation
  • établissements gallo-romains ont été déclarés. La plus célèbre trouvaille correspond à la statuette en bronze identifiée, par Renée Sanquer, à la déesse Minerve, et aujourd’hui exposée au Musée de Bretagne à Rennes (fig. 12). Elle a été mise au jour en deux fois (en 1913 et 1928), sur le
  • (sites 172 010, 172 012), un site de réduction du minerai de fer daté du I -II s. ap. J.-C. et 24 réoccupé au haut Moyen Âge (site 172 013) , trois concentrations de mobilier gallo-romain et une nécropole. © Musée de Bretagne, Rennes. Fig. 12 : Statue de la déesse Minerve trouvée à
  • et 172 005); - un site de salaison antique à Goulit-ar-Guer en Plomodiern (site 172 011) ; - deux sections de voies romaines : la voie Carhaix-Crozon qui traverse Dinéault et Plomodiern et le tronçon Pen-ar-Vern/Rosvoalen à Rosnoën ; - un site de réduction du fer du Haut-Empire
  • 2017. 16 Fig. 5 : Répartition des sites de réduction du minerai de fer recensés dans la zone d’étude, sur fond géologique simplifié et en fonction des aptitudes pédologiques des sols. SIG : Gandini 2019. Si on s’intéresse plus particulièrement à l’époque romaine, on peut noter
  • Mésolithique, et repris par Grégor Marchand au début des 13 J.-M. BACHELOT DE LA PYLAIE, Études archéologiques et géographiques, Bruxelles (réed. Quimper 1970), 1850, 569 p. M. HALNA DU FRETAY, « Temples romains dans le Finistère
  • de vases placés debout contre les parois. L’usage des souterrains disparaît vers 100 av. J.-C., pour des raisons encore ignorées. Pour la période romaine, Dinéault et Plomodiern sont traversées par la voie allant de Vorgium (Carhaix) à la pointe de Dinan dans la presqu'île de
  • Crozon. Une section de voie romaine a par ailleurs été signalée au sud-ouest de la commune de Plomodiern, de Penfont à Lestrevet où elle rejoint la Lieue-de-Grève (site 172 015). Ce tracé – que nous avons commencé à suivre sur le terrain – reste toutefois à confirmer. La commune de
  • Rosnoën est également traversée par un tronçon de voie romaine, entre Pen-ar-Vern et Rosvoalen (site 240 005). En revanche, aucun aménagement pour franchir les rivières n’a été recensé dans ce secteur, pour les périodes protohistorique et romaine. En plus des voies, douze
  • Dinéault. Source : © Géoportail. 29 Fig. 17 : Tracé de la voie romaine Carhaix-Crozon visible sur les clichés verticaux de l’IGN, après Stang ar Vennig en Plomodiern. Source : © Géoportail. Le premier relevé foncier réalisé à l’échelle de la parcelle de culture pour tout l’Empire
RAP01301 ((29). L'aqueduc gallo-romain. Rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996)
  • (29). L'aqueduc gallo-romain. Rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996
RAP01218 (CARHAIX-PLOUGUER (29). L'aqueduc gallo-romain. Rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). L'aqueduc gallo-romain. Rapport intermédiaire de fouille programmée 1994-1996
RAP02504.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport final de fp 2007)
  • MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) - Chronologie : Antiquité gallo-romaine. - Vestiges immobiliers : chaussée, caniveaux, fontaine, portiques, bâtiments, domus, puits. - Vestiges mobiliers : céramique, bronze, fer, verre, os, éléments lapidaire, monnaies, peints. C O M M E N T A I R E
  • et les coupes stratigraphiques générales ont été relevées. Désormais, l'ensemble des informations disponibles est donc rassemblé pour une publication de la phase principale du quartier gallo-romain. 8 1. Cadre de l'intervention 1.1. Résumé des recherches La fouille de la
  • au local de fouille avait imposé la préservation d'une zone bitumée assez large à l'angle sud-ouest de la maison qui se trouve à l'entrée du site. Malheureusement, la mise au jour des vestiges a rapidement montré que le mur de façade d'un édifice gallo-romain important filait sous
RAP03548 (DINEAULT, PLOMODIERN, ROSNOEN (29). Prospection diachronique Basse vallée de l'Aulne. Rapport de PD 2017)
  • . 10 11 Le chef-lieu, Vorgium (Carhaix), se trouve à une soixantaine de kilomètres. P. GALLIOU op. cit., p. 87-88. 17 Fig. 6 : Localisation de la zone d’étude dans la cité gallo-romaine des Osismes. SIG : Gandini 2017. Les principaux objectifs de ce projet sont donc les
  • les premiers éléments de la carte archéologique ; la bibliographie ancienne ne peut pas être négligée. Fig. 7 : Temple gallo-romain fouillé en 1894 par le baron Maurice-Clément-Marie Halna du Fretay, sur les pentes du Menez Hom (la localisation exacte du site demeure actuellement
  • voie romaine, entre Pen-ar-Vern et Rosvoalen (site 240 005). En revanche, aucun aménagement pour franchir les rivières n’a été recensé dans ce secteur, pour les périodes protohistorique et romaine. En plus des voies, douze établissements gallo-romains ont été déclarés. La plus
  • de fer daté du I -II s. ap. J.-C. et 24 réoccupé au haut Moyen Âge (site 172 013) , trois concentrations de mobilier gallo-romain et une nécropole. Fig. 11 : Statue de la déesse Minerve trouvée à Kerguilly en Dinéault, en 1913 et 1928. Musée de Bretagne, Rennes. Concernant la
  • les pentes du Menez Hom (site 044 014)) ; - deux souterrains de l’âge du Fer (sites 044 003 et 172 005); - un site de salaison antique à Goulit-ar-Guer en Plomodiern (site 172 011) ; - deux sections de voies romaines : la voie Carhaix-Crozon qui traverse Dinéault et Plomodiern et
  • particulièrement à l’époque romaine, on peut noter que cette zone est située à l’écart des principales agglomérations de la cité des Osismes ; la plus proche étant Quimper, à une 10 trentaine de kilomètres au sud (fig. 6). À l’issue de la collecte des données, il sera donc intéressant de
  • DE LA PYLAIE, Études archéologiques et géographiques, Bruxelles (réed. Quimper 1970), 1850, 569 p. M. HALNA DU FRETAY, « Temples romains dans le Finistère », Bull. Soc. Arch. Finistère, 21, 1894, p. 165, 192. 15 A. VOURCH, « Tombelles et enceintes du Menez Hom », Bull. Soc
  • . L’usage des souterrains disparaît vers 100 av. J.-C., pour des raisons encore ignorées. Pour la période romaine, Dinéault et Plomodiern sont traversées par la voie allant de Vorgium (Carhaix) à la pointe de Dinan dans la presqu'île de Crozon. Une section de voie romaine a par ailleurs
  • . 16). Il n’est cependant pas facile de les déchiffrer car ils peuvent relever de multiples phénomènes, géologiques, archéologiques, etc. Fig. 17 : Tracé de la voie romaine Carhaix-Crozon visible sur les clichés verticaux de l’IGN, après Stang ar Vennig en Plomodiern. Source
RAP02597.pdf (ELVEN (56). un possible sanctuaire gallo-romain découvert lors du diagnostic effectué au niveau de la ZAC le Gohélis. rapport de diagnostic)
  • ELVEN (56). un possible sanctuaire gallo-romain découvert lors du diagnostic effectué au niveau de la ZAC le Gohélis. rapport de diagnostic
RAP03042.pdf (QUIMPER (29). rapport préliminaire sur les fouilles exécutées, en juin 1952, dans la nécropole gallo-romaine de créac'h maria en ergué-armel)
  • QUIMPER (29). rapport préliminaire sur les fouilles exécutées, en juin 1952, dans la nécropole gallo-romaine de créac'h maria en ergué-armel
RAP00904.pdf (CARHAIX (29). aqueduc gallo-romain. rapport de prospection thématique)
  • CARHAIX (29). aqueduc gallo-romain. rapport de prospection thématique
  • Alain PROVOST et Bernard LEPRETRE L'AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE CARHAIX (COTES-D 1 ARMOR - FINISTERE) PROSPECTION THEMATIQUE ET SONDAGES Autorisation 93-51 du 10 juin 1993 RAPPORT 1993 TOME 1/3 PRESENTATION GENERALE LA PROSPECTION L'AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE CARHAIX ( COTES -D
  • de sections de l'ouvrage. On verra à la lecture de ce rapport que les résultats obtenus ouvrent un large champ d'investigations méritant un programme de recherches pluri-annuel ! 4 L'ETAT DE LA QUESTION AVANT NOTRE INTERVENTION Les études globales sur l'aqueduc gallo-romain de
  • des faits nouveaux? Pouvait-on mettre en relations ces diverses données éventuelles afin d'établir de manière définitive le tracé de l'aqueduc gallo-romain de Carhaix. L'écoulement gravitaire en suivant le terrain naturel, principe des adductions antiques, suffit-il en soi à
  • . Ainsi nous sommes passés de 10 sites à 35 sites. Incidemment, cette campagne de prospection a permis de repérér d'autres gisements archéologiques inédits: gisement gallo-romain de Kernevez à Carhaix en bordure de la voie antique Rennes-Carhaix ; mobilier pré-romain à Trougaou et
  • tunnel (Guyomard 1980). A proximité immédiate, gisement pré-romain ou gallo-romain précoce marqué par une couche de déblais brûlés dans le lit du drain et 2 tessons d'amphore dont l'un indubitablement tardorépubl icain . PAULE, Trougaou 1 L'aqueduc sectionné par un fossé de
  • , sur une longueur de 60m en suivant la courbe de niveau. Les vestiges de la maçonnerie se voyaient encore dans la paroi du chemin creux, aujourd'hui remblayé et bitumé, descendant vers le canal de Nantes à Brest. Alain PROVOST et Bernard LEPRETRE L'AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE
  • CARHAIX (COTES-D'ARMOR - FINISTERE) PROSPECTION THEMATIQUE ET SONDAGES Autorisation 93-51 du 10 juin 1993 RAPPORT 1993 TOME 2/3 LES SONDAGES L'AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE CARHAIX (COTES-D'ARMOR - FINISTERE) PROSPECTION THEMATIQUE ET SONDAGES 1993 autorisation n' 93-51 du 10 .juin
  • de la prospection Inventaire des sites de l'aqueduc Carte des sites de l'aqueduc 10 10 10 13 76 2 INTRODUCTION "L'aqueduc romain de Carhaix est un monument bien connu". Tel est le discours souvent entendu dans le milieu des érudits locaux ... et dans le cercle des
  • valorisation des richesses du patrimoine de cette région est déjà enclenché avec la rénovation du canal de Nantes à Brest et les projets d'ouverture au public des anciennes ardoisières du Moulin de la Lande en Maël-Carhaix . 3 OBJECTIFS DE L'OPERATION L'étude de l'aqueduc romain de
  • (Sanquer, 1978, 1979, 1980). Maël Carhaix CARHAIX 0 -—-j^- Tracé de I aqueduc 2 PARCOURS DE L'AQUEDUC 4 km ROMAIN DE CARHAIX Le tracé de l'aqueduc selon Rolland (Galliou, Le tracé de l'aqueduc selon Guyomard L'aqueduc Ôourceê et Cuisseaux 1987) 6 Dans la cité même, le
  • beaucoup trop basse par rapport à la section visible rue de 1 'aqueduc romain et beaucoup trop basse pour alimenter les quartiers nord de la ville antique! La villa de Persivien et l'aqueduc (Sanquer, 1978) Carte des vestiges archéologiques de Carhaix (Pape, • 1978) Nécropole e
  • BIBLIOGRAPHIE DE L'AQUEDUC Bizeul , 1849 -E.Bizeul, Les voies romaines sortant de Carhaix, Bull. Ass. Bretonne, 1849, p. 8-40. Gaultier du Mottay, 1884 -J. Gaultier du Mottay, Répertoire archéologique du département des Côtes-du-Nord , Mém. Soc. Archéol. et Hist. des Côtes-du-Nord, 1884, p
  • . 77. Rolland, 1900 -L. Rolland, Aqueduc romain de Carhaix, Soc. Archéol. du Finistère, XXVII, 1900, p. 55-96. Bull. Merlat, 1955a -P. Merlat, Informations archéologiques, V° circonscription historique, Gallia, XIII, 1955, p. 151-152. Merlat, 1955b -P. Merlat, Notes sur les
  • situer qu'à 150 mètres (à plus ou moins 50 mètres) à l'est de la section connue de la rue de 1 'aqueduc romain. Les distances ont été mesurées au curvimètre après report du tracé sur les cartes de l'Equipement au 1/5000 et au 1/10000. Les résultats obtenus permettent de proposer un
  • "sentier de l'aqueduc romain", prolongement est du chemin d'exploitation dominant le bief du Moulin de Kerogiou, se voient les vestiges d'un piédroit de l'aqueduc sous la forme d'un monceau de pierres de schiste mortayées. MAEL-CARHAIX, Moulin de Keroguiou 3 Piédroit de l'aqueduc
RAP03607 (CARHAIX-PLOUGUER (29). Kergorvo-Kerconan zone 6 : site d'extraction pluriséculaire et occupation funéraire antique. Rapport de fouille)
  • sépultures à incinérations – en plus Code INSEE de la commune romain de Vorgium-Carhaix doit être écartée, une fréquentation du site à l’époque SEPTEMBRE 2018 Si l'hypothèse de carrières ouvertes à l'occasion de la construction de l'aqueduc SRA Bretagne avec sans doute des
  • limons superficiels sont presque totalement absents, le rocher apparaissant généralement directement sous la semelle de labour. 1.2 Le contexte historique et archéologique Située à environ 2 km de Vorgium-Carhaix, chef-lieu des Osismes à l'époque romaine, l'emprise fouillée s'implante
  • Boulanger 2007). La période romaine est mieux documentée. Les aqueducs qui alimentèrent en eau le chef-lieu de cité durant l'Antiquité ont fait l'objet d'une synthèse récente (Provost et al. 2013), que sont venues compléter plusieurs opérations de fouilles préventives en 2014, 2015 et
RAP00480.pdf ((22)(35). arrondissements de Dinan et Saint-Malo. rapport de prospection inventaire)
  • COULOMB 2 SAINT BROLADRE 2 LA RICHARDAIS 2 SAINT LUNAIRE 2 SAINT BRIAC 1 PLERGUER 1 SAINS 1 site sites sites sites sites sites site site site La liste des sites gallo-romains qui suit ne comporte que ceux pour lesquels tous les renseignements ont été obtenus (localisation du gisement
  • , étendue , parcelles cadastrales , plan ,etc.) * Une dizaine de sites ££&^ en complément d' information A ces sites gallo-romains , il faut ajouter des sites médiévaux , spécialement dans les Marais de DOL • Ils sont caractérisés par des poteries caractéristiques , locales (Xllème
  • siècle - XVème siècle). Ainsi , des habitats médiévaux disparus ont été localisée à : HIREL , Près la Planche - parcelles 256 et 257, L . HIREL , Près du Pignon Blanc - parcelles 152 et 153 , L. Pour les sites gallo-romains , la céramique sigillée a été soigneusement étudiée et les
  • les traces de constructions existent (murs , pilettes , mortier de tuileau en abondance , pierres taillées ,etc ... •) CENTRE RÉGIONAL ARCHÉOLOGIQUE D 'Ain Fo i uj ia Cité 35400 SAINT MALO Ce .R.A.A 1975 Résultats de la prospection gallo-romaine Sites identifiés» LANGUSNAN
  • - Au Nord-Est de la gare site gallo-romain. , route de Corseul - parcelle PLOUBALAY - A l'est de la Métrie Saudrais - Parcelles site gallo-romain , très riche. 3^+2 , B1 222,208 et 207 , F1 PLOUBALAY - Au lieu dit la Ville Bague - parcelle 305,302 et 311 , G2 site gallo-romain
  • , déjà signalé dans la bibliographie . On a obtenu sa localisation précise et des éléments chronologiques. PLOUBALAY - Au Nord Est de Recouvré - parcelles site gallo-romain. ^39,^31 et ^32 , B3 - SAINT LORMEL - La Ville Orien - parcelles 59 et 65 , ZI - site gallo-romain dont
  • on a l'étendue précise et des éléments chronologiques. BAGUER MORVAN - Au lieu dit la Lande Gretay , près de la Touche - parcelles 1 ^1 et 1^2 , B - site gallo-romain. SAINT MALO - Au Nord de Limoelou - parcelles site gallo-romain très étendu. 68,69,71,77,78,79,80 et 81 ,Q SAINT COULOMB
  • - Au Sud-Kaèst des Hauts Champs - parcelles site gallo-romain SAINT COULOMB - A l'Ouest de la Houe - parcelles gallo-romain PLOUBALAY - Au Nord de la Tricherie - parcelles G3 - site gallo-romain PLOUBALAY - A l'Ouest de la Tourelle - parcelles site gallo-romain. SAINT BROLADRE - Les
  • Rouxellières - parcelle 39 , ifOa ,38 et 37. 169,1$Q et 172 ,C - site ^76, 4?5, ^,818,^72 et 577 589-591 , 303, 222, E2 - 70 D1 - site gallo-romain. PLOUBALAY - Près de la Ville Asselin - Parcelles romain. 1029 , A1 - site gallo- LA RICHARDAIS - Près la Motte - parcelles 205 et 206
  • , A , d'une part , 261,262,263,265,267,513,512,511 et 510, A , d'autre part . On pourrait considérer ces deux sites comme distincts (600 m de distance) LA RICHARDAIS - Le Perron - Parcelle 203, C - site gallo-romain SAINT LUNAIRE - La Ville au Coq - Parcelle 2872, B - site gallo-romain
  • . PLESLIN - La Vieuxville - Parcelles 712,713 et 71^,6^9,650 et 651 , C , d'une part , 635,616 et 761 , C , d'autre part - site gallo-romain LANGROLAY - La Benatais - parcelle TRIGAVOU - Route D 256, B - site gallo-romain. 28 - Parcelle ^3 *f,B1 - site gallo-romain. TRIGAVOU - La
  • Tardivelais - Parcelle 588, A - site gallo-romain SAINT LUNAIRE - Tertre au' Lot - Parcelle 1123 ,B - site gallo-romain. TRIGAVOU - La Pelleterie - parcelle 33^ t A - site gallo-romain PLESLIN - La Gromillais - parcelle 368, C - site gallo-romain. PLESLIN - Saint Goudas - parcelles 71 7
  • , 71 8 et 65'f - site gallo-romain. GREHEN - La Vieuville - parcelle 626, B - site gallo-romaig. PLESLIN - Le Bois Pdf fier - parcelle 900 - site gallo-romain. SAINT BROLADRE - Les Tertres de la Claye site gallo-romain. - parcelles 1082 et 1079, D3 - SAINT BRIAC - La Haute Ville
  • - parcelles 603 et 60 *f , B3 - site gallo-romain • SAINT MALO - La Ville Es Nos - parcelles 18 et 144,X - site gallo-romain. PLERGUER - Belletre - parcelles 21-2 *f ,D1 - site gallo-romain. SAINS - L 1 Angevinière - parcelles 5^5,563 et 56^, A2 - site gallo-romain. soit 31 sites gallo
  • Château Malo - Structures linéaires et perpendiculaires - probablement site GR. SAINT MELOIR - La Mettrie aux Houets - Structures préhistoriques ? Plan partiel d'édifice inédit, trouvé lors d'un vol. SAINS - L' Angevinière - Edifice probable gallo-romain - Difficulté de vérification au
  • sol car ces structures se trouvent sous une vieille prairie. SAINT BROLADRE - La Croix - édifice gallo-romain ,fanum central? Plans de sites décelés antérieurement au sol. SAINT MALO - Limoëlou - bâtiment gallo-romain rectangulaire , élément d'un ensemble (78 - Q) . SAINT M1L0IB
  • - Trémeheuc - plan de l'ensemble gallo-romain . Certaines pièces doivent comporter des hypocaustes (humidité mieux conservée). Petit fanum au centre d'une cour ? (182 -C) SAINT COULOMB - La Ville Es Offrans - plan de l'édifice gallo-romain (387 et 388 - S). SAINT BROLADRE - La Morgadière
  • - plan complet de l'édifice gallo-romain (MO -D2). La prospection aérienne permet tout d'abord de compléter les données d'une prospection au sol ; on obtient des éléments de plan. Les plans restent partiels car les structures correspondent à plusieurs parcelles et les cultures y
  • bonnes conditions sont réunies . A SAINT SERVAN , l'aérodrome est à 1 kilomètre de notre domicile et certains vols ont commencé à 6 heures du matin. Des photographies noir et blanc , servant d'illustrations , sont jointes à ce rapport , de même que le plan des édifices gallo-romains
  • , restitué. le 31 Novembre 1975 L.LTNGSJET HLob PLOUBALAY Edifice gallo-romain Au lieu dit La Ville Bague , sous le "Paradis". Surtout dans la parcelle 3°5 (Le clos real) , aussi dans 302 et J11 section G2. , Sur ce site , déjà signalé d'une manière h^pri c:\$e plans des
RAP01251.pdf (CARHAIX (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • ouvrages dont XInventaire Général des Monuments et des Richesses artistiques de la France, canton de Carhaix-Plouguer en 1969 et d'autre part, la thèse de L. PAPE La civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine en 1978. C'est à partir de 1969 que L. PAPE entreprend un inventaire
  • le travail de recherche effectué par Louis PAPE dans le cadre de sa thèse achevée en 1978 La civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine. Il s'agit notamment du Répertoire critique des vestiges gallo-romains de la cité des Osismes, 26 deuxième partie de cette thèse. Ce
  • répertoire regroupe toutes les mentions de découvertes de vestiges archéologiques gallo-romains connues depuis le XVIIIe siècle et jusqu'en 1972. Selon son auteur, ce travail a été réalisé pour diverses raisons. L'une de ces raisons est que les derniers travaux de ce type étaient déjà
  • elles sont parues dans des revues locales peu diffusées, sans parler des travaux inédits. Lorsque L. PAPE établit son Répertoire critique des découvertes gallo-romaines, il a pris le parti ne retenir que ce qui lui paraissait indubitable en raison de "l'interprétation des
  • ordonnée sur une fiche "Source : Bibliographie". Nous n'avons donc pas procédé à un nouveau dépouillement bibliographique des ouvrages généraux ou spécialisés et des revues des Sociétés savantes traitant de la découverte de vestiges gallo-romains sur la commune de Carhaix-Plouguer
  • compilation des découvertes de vestiges gallo-romains connues à Carhaix-Plouguer depuis le XVIIIe siècle. L'auteur a également réalisé un dépouillement bibliographique des ouvrages et revues édités entre le XVHJe siècle et 1989. Cet ouvrage nous a donc permis de recenser de nouveaux sites
  • monuments historiques: L'aqueduc romain est classé monument historique depuis 1 862 ; Le clocher de l'église Saint Trémeur est classé monument historique depuis 1921 ; L'église Saint Pierre de Plouguer est classé monument historique depuis 1914; La façade de la maison "dite du Sénéchal
  • mieux gérer au quotidien le patrimoine archéologique. 16 1 RECENSEMENT DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE 1-1 Historique des recherches sur la commune. L'importance de Carhaix-Plouguer à l'époque romaine est un fait depuis longtemps connu des historiens, archéologues et érudits bretons
  • l'Aqueduc romain, rue de Kerniguez) mais ceci ne permet pas pour l'instant d'établir une véritable programme de recherche ni d'engager une politique de valorisation de ce patrimoine. En dehors des diagnostics archéologiques ponctuels, les dernières interventions d'importance datent de