Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2203 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00076.pdf (MELGVEN (29). Kerviguerou. rapport de sondage)
  • sont décorés de motifs particulièrement intéressants et bien conservés. En haut de la colonne, quatre registres de motifs horizontaux sont gravés : une ligne de grecques, surmontée de grandes esses horizontales enroulées, d'un nouveau bandeau de grecques, et enfin d'une fine ligne
  • intempéries depuis une trentaine d'années, il est recouvert de mousses et de lichens - à Inguiniel dans le Morbihan. Un fragment d'une stèle provenant de Tréguennec (Finistère) pourrait appartenir à une colonne proche de celle de Melgven ; elle présente un décor de grecques alternant avec
  • des labours profonds, est un argument complémentaire pour justifier la poursuite de nos investigations sur ce site. Le programme de fouille comprendra : - le décapage manuel de la terre végétale dans un périmètre de 5 m autour des urnes, qui ne sera pas une contrainte insurmontable
RAP01307.pdf (MORLAIX (29). Keravel Bras. le cimetière de l'âge du fer de Kervellec. rapport de fouille préventive)
  • partiellement écrêté par un coup de pioche malheureux, rempli de débris osseux calcinés. M. Jean GUEZENNEC, un voisin avec qui il eut une conversation à propos de ses découvertes, lui proposa d'appeler le Service Départemental d'Archéologie pour expertiser le vase et les tessons de poterie
  • peu marquées et s'estompant vers le bas de la pierre. Les mesures conservatoires provisoires nécessaires furent alors prises en l'attente d'une visite et d'une décision du Service Régional d'Archéologie. Au cours de la visite du 22 mai, il fut décidé de procéder à une fouille de
  • sauvetage urgent concernant la zone de travaux en cours, correspondant à seulement quelques mètres carrés au nord de l'extension et le Service Départemental d'Archéologie accepta d'en prendre la charge. 2. Localisation L'endroit où a eu lieu la découverte se trouve au nord de la commune
  • , d'autant plus que l'une d'elles est gravée d'une croix grecque. Une manière moins drastique consiste à les entreposer dans des enclos paroissiaux, comme cela est arrivé à celle de Henvic (contre le porche sud de la vieille église), aux trois qui se trouvent devant la façade ouest de
  • réalisée par le Service Départemental d'Archéologie comprenant : Michel LE GOFFIC, archéologue départemental, responsable de la fouille Bertrand GRALL, technicien territorial. La totalité du financement de la fouille et des opérations d'après fouille a été assurée, exceptionnellement
  • dans les locaux du Service Départemental d'Archéologie. La fouille de l'urne n° 7 et de l'urne n° 9 a été réalisée par couches de 1 à 2 cm d'épaisseur et les sédiments ont été tamisés à l'eau, sur tamis à maille de 1 mm. Le Dr J. Peuziat a accepté de réaliser l'étude des ossements
  • Schwappach, mais ces motifs sont disposés irrégulièrement, de telle sorte qu'il est difficile de dire si l'on a voulu réaliser une frise de croix grecques ou de croix de saint-André. La surface externe est brune et montre des traces de lissage, sauf au niveau de la carène qui est
  • , il ne restait pas assez de place pour insérer un motif rectangulaire, aussi le potier a placé le même type de motif mais de forme carrée, - une frise de grecques, le dessin du poinçon comportant deux fois le motif de base de la grecque, - une frise de croix de saint-André dont
  • disque réservé, - une frise semblable à la précédente mais le motif est renversé et placé en opposition au précédent ; ces deux frises sont donc associées et déterminent des losanges réservés, - une frise de grecques semblable à celle décrite plus haut, - une cannelure horizontale de
  • exemples. Si le décor de grecques est connu sur plusieurs stèles comme celles de Kermaria et Keralio à Pont-l'Abbé (Duval, 1977), Tréguennec (Giot et al., 1979), Kerviguérou à Melgven (Villard, 1992), c'est la première fois, à notre connaissance, qu'on voit apparaître ce motif sur un
RAP01571.pdf ((29)(56). décor architecturaux dans l'armorique romaine. le léon)
  • mai 1994 portant création des organismes consultatifs en matière d'archéologie nationale ; après avis de la commission interrégionale de la recherche archéologique Ouest, en date du 04/02/98 ; ARRETE Article 1er : Monsieur MALIGORNE Yvan est autorisé à procéder à une opération de
  • . cf. R Ginouvès et R Martin, Dictionnaire méthodique de l 'architecture grecque et romaine, Tome I, Paris, 1985 4. Voir par exemple R. Amy et P. Gros, La Maison Carrée de Nîmes, 38è suppl. à Gallia, Paris, 1979 ; M. Janon, Le décor architectonique de Narbonne, Les rinceaux, XTÏÏè
  • élément inhabituel, mais rien ne permet de l'attribuer à l'utilisation du tour ; les traces relevées sur le bloc laissent au contraire présager une taille entièrement manuelle. 12 13 PLOMODIERN Porz-ar-Vag 8 - Base de colonne avec fragment de fût. • Granité • Date et circonstances
  • latéralement et longitudinalement ; la base est largement abattue. • Lieu de conservation : Chez M. Le Flao, Goulit ar guer, Plomodiem. • Bibliographie R. Sanquer, "Chronique d'archéologie antique et médiévale",. B.SA.F., 1978, p. 68-69. R. Sanquer, "Informations archéologiques", Gallia
  • sont abattus sur une section importante, l'arête du fut porte des épaufrures et l'épiderme de l'ensemble du bloc est érodé. • Lieu de conservation : jardins du Musée de Préhistoire et d'archéologie de la Société polymatique. Vannes. • Bibliographie : L. Marsille, « Les fana du
RAP01296.pdf (PONT-L'ABBÉ (29). Keralio. rapport de fouille préventive)
  • HINGUANT Bertrand GRALL Cartographie, mise au net des plans et des coupes stratigraphiques : Mise au net du plan du souterrain : Photographies verticales : Stéphan HINGUANT Bertrand GRALL Jean-Paul LE BIHAN (Centre de Recherche d'Archéologie du Finistère) Photographies Stéphan
  • , Conservateur au SRA, pour leurs nombreuses visites sur le site et les conseils qu'ils nous ont prodigués. Jean-Paul LE BIHAN, protohistorien, et les membres de son équipe du Centre de Recherches d'Archéologie du Finistère qui ont assuré la couverture photographique verticale du site
  • tenu des délais impartis à la fouille (prolongation comprise), il a fallu adopter une stratégie de fouille à la fois rapide et scientifiquement efficace. Tous les fossés sont fouillés par sections, d'abord manuellement, puis, devant le nombre, à l'aide d'une mini-pelle. Les fosses
  • de grandes dimensions sont fouillées par moitié tandis que les trous de poteau le sont intégralement. Les coupes sont rectifiées manuellement avant réalisation des levés stratigraphiques. Les zones empierrées, étendues, ont d'abord fait l'objet de relevés "pierre à pierre" avant
RAP02431.pdf (PAIMPONT (35). le Bois Jacob : activité minière et métallurgie de réduction directe. rapport de fp 2008)
  • de l'Archéologie SIVU "Forges et métallurgie en Brocéliande" (Paimpont/Plélan-le-Grand) U.M.R. 6566 - Université Rennes I Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.R.A.A.). ^ OPERATION DE FOUILLE PROGRAMMÉE - ACTIVITÉ MINIÈRE ET RÉDUCTION DIRECTE AU 1er AGE DU FER - PROGRAMME
  • "Forges et métallurgie en Brocéliande" (Paimpont/Plélan-le-Grand) U.M.R. 6566 - Université Rennes I Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.R.A.A.). Je remercie le ministère de la Culture (D.RA.C. Bretagne, Service Régional de l'Archéologie), pour le financement principal de cette
  • du Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.R.A.A., St Malo), qui permet à l'opération de se réaliser dans les meilleures conditions. Enfin, je tiens à témoigner toute ma reconnaissance aux personnes qui ont participé bénévolement, et avec dynamisme, à cette opération ; qu'ils
  • plus tard en fouille manuelle (élément T1 sur la fig. 7). Leur profil, leur diamètre, et leur pâte, montre qu'ils appartiennent à la même poterie (fig. 9, n°l). Les tessons T2 et T3 de la figure 4 remontent entre eux et paraissent bien venir également de ce même pot. Les quatre
RAP02599.pdf (MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). ancien cimetière. rapport de diagnostic)
  • préventive, modifiée ; V U le décret n° 2004-490 du 3 juin 2004 relatif aux procédures administratives et financières en matière d'archéologie préventive ; VU, la saisine par courrier e n date du 29 janvier 2009, complété le 6 février 2009 par Monsieur le Maire de Montauban demandant en
  • sur les résultats obtenus. 5 Article 2 : Le diagnostic sera réalisé sous la maîtrise d'ouvrage de l'opérateur d'archéologie préventive retenu. Les conditions de sa réalisation seront fixées contractuellement en application des article 28 â 34 du décret n° 2004-490 susvisé. Il
  • sera exécuté conformément au projet d'opération élaboré par cet opérateur sur la base des prescriptions annexées au présent arrêté. Article 3 : Le mobilier archéologique recueilli au cours de l'opération de diagnostic est conservé par l'opérateur d'archéologie préventive retenu le
  • tranchées et/ou en vignettes. D'une manière générale, des sondages manuels seront effectués en fonction des besoins afin de préciser la complexité stratigraphique des structures, sur la base d'un échantillonnage raisonné. Objectifs .L'emprise de la ZAC se développe aux abords immédiats
  • comblement et du remblai encaissant. Le plus souvent, ce niveau a été décapé jusqu'à l'apparition des premières boîtes crâniennes. Des nettoyages manuels ont été effectués sur la totalité de la tranchée 11 et une grande partie des tranchées 12 et 14. La tranchée 15 n'a fait l'objet que
  • décennies. Le substrat n'a été reconnu à aucun endroit de la tranchée, les fosses les plus récentes recoupant des niveaux remaniés correspondant sans doute à d'anciennes sépultures. De nombreux recoupements ont été observés entre les fosses. Après nettoyage manuel du fond de la tranchée
  • cimetière. Elle a fait l'objet d'un nettoyage manuel sur la moitié ouest de sa largeur, mettant en évidence une douzaine de fosses d'inhumation. L'extrémité sud de la tranchée a permis d'étudier la relation entre le cimetière et le mur de terre clôturant la parcelle de ce côté
  • dépôt d'une monnaie dans une tombe est une pratique ancienne remontant à l'Antiquité grecque et romaine2 et qui perdure aux époques médiévale, moderne, voire contemporaine. Les monnaies de tombes soulèvent toujours les mêmes interrogations : ont-elles été prélevées dans la
RAP01348.pdf (PAULE (22). le camp de Saint-Symphorien. rapport de synthèse fouille programmée 1993-1995)
  • fouilles de 1989 et 1990 ont montré l'intérêt d'une fouille pratiquée manuellement à la pioche ou, pour certains niveaux, à la truelle, dans les sédiments qui remplissent ces vastes structures. La vision stratigraphique fournie par ce procédé est plus fine et, surtout, permet d'isoler
  • coupes, devient évidente. La fouille manuelle, généralement effectuée à l'aide de pelles et de pioches, se concentre alors sur tous les points qui me paraissent cruciaux pour la compréhension de ces structures : portes, intersections et, de manière générale, tous les endroits où des
  • schéma n'est remis en question que lorsque l'abondance du mobilier apparaît dès le décapage et sur la totalité de l'emprise du fossé. Les premiers sondages sont alors effectués manuellement, avec toutes les difficultés que cela suppose quant à une isolation pertinente des objets
  • l'allure de "massacre". Dans certains cas, lorsque la nature des sédiments ou les objets recueillis lors de la fouille manuelle permettent d'espérer la présence de petits éléments porteurs d'informations non visibles lors du creusement à la pioche, une procédure de tamisage est
RAP00321.pdf (LA CHAPELLE DES FOUGERETZ (35). le Bas Plessis. rapport de sauvetage urgent.)
  • exemplaires)(Brenot, 1969,384). -verre jaune. Dioulouard-Scarponne(Moselle) (Gallia,XXVIII,1970 , 2,285,fig 7). Lion: - Aerre jaune. Asie Mineure.Musée de Munich(Brandt,1972,n° 3539) (avec croix grecque). - verre jaune. Tarshiha(Palestine) (iliffe,1934,11,n°l). Avec étoile et croissant
  • ,1938= dora CaVrol et dorn Lcclercq»Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie. Tome 13 ,Paris,1938. -Carnegie,1908= H.CarnegieCed.) Catalogue of the collection of antique gems formed by James,ninth earl 6f Southesk,London,1908. -Dalton,1902= 0.M Dalton,Catalogue of early
  • Pasteur et les scènes pastorales dans la sculpture funéraire des Chrétiens, Mélanges d'archéologie et d'histoire, t V,1885,p 161-180. -Hägen,1937= U.Hagen, Kaiserzeitlichen Gagatarbeiten aus der rheinischen Germanien,Bonner Jahrbücher,124,1937,p 77-144. - Henig,1974= M.Henig
RAP01314.pdf (CARNAC (56). les alignements. rapport de diagnostic)
  • . L'exploration de ces derniers a été dans tous les cas réalisée manuellement du fait de l'extrême difficulté à appréhender chacune des structures repérées. IV -Les parcelles 84 M et 86 M (Mané Kermario). Ces deux parcelles se situent dans la partie nord de l'extrémité ouest de l'alignement
  • -1767, Recueil d'antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises, 7 vol, Paris, (p 380-383 ; 384-385 alignements ). - CAYOT-DELANDRE M., 1847, Le Morbihan, son histoire et ses monuments, Vannes, 559 p. - CHAPELET H., 1908, A propos d'une hache herminette provenant
RAP01581.pdf (PAULE (22) . camp de Saint-Symphorien. rapport final de synthèse de fp 1996-1998)
  • de gros tessons, notamment d'amphores, à l'exclusion des petits fragments de céramiques de teinte brunâtre ou d'objets en fer peu discernables au cœur des terres extraites. Les fouilles de 1989 et 1990 ont montré l'intérêt d'une fouille pratiquée manuellement, à la pioche ou, pour
  • évidente. La fouille manuelle, généralement effectuée à l'aide de pelles et de pioches, se concentre alors sur tous les points qui me paraissent cruciaux pour la compréhension de ces structures : portes ou intersections pour les fossés et, de manière générale, tous les endroits où des
  • schéma n'est remis en question que lorsque l'abondance du mobilier apparaît dès le décapage et sur la totalité de l'emprise de l'excavation. Les premiers sondages sont alors effectués manuellement, avec toutes les difficultés que cela suppose quant à une isolation pertinente des
  • probablement eu l'allure de "massacre". Dans certains cas, lorsque la nature des sédiments ou les objets recueillis lors de la fouille manuelle permettent d'espérer la présence de petits éléments porteurs d'informations non visibles lors du creusement à la pioche, une procédure de tamisage
RAP01722.pdf ((29). les ateliers de salaisons en baie de Douarnenez. rapport de prospection thématique)
  • . : Compte Rendu de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Paris) D. A. : Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines E. T.A.M. : Etudes et travaux d'Archéologie marocaine Gallia : Gallia Fouilles et Monuments archéologiques en France Métropolitaine (Paris) J.S. : Journal des
  • des Travaux historiques et Scientifiques (Paris) B .A.M. : Bulletin d'archéologie Marocaine B.D.H.A. : Bulletin Diocésain d'histoire et d'archéologie (Quimper) B.M. : Bulletin Monumental ( Paris) B.S .A.B. : Bulletin de la Société Académique de Brest (Brest) B.S.A.F. : Bulletin de
  • . : Bulletin de la Société Préhistorique Française (Paris) B. S.P.M. : Bulletin de la Société Polymatique du Morbihan ( Vannes) C. A.F. : congrès Archéologique de France ( Paris) Ce.R.A.A. : Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Saint-Malo) C.I.L. : Corpus des Inscriptions Latines C. R.A.I
  • Savants M.A.I. : Mémoire de l'académie des Inscriptions et Belles Lettres M .C.V. : Mélanges de la casa Vélasquez (Madrid) M .E.F.R.A. : Mélanges de l'Ecole Française de Rome Antiquité (Rome) M .S.H.A.B. : Mémoire de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne (rennes) R.A
  • DE KERMORVAN "Les ruines Gallo-romaine en Combrit", B.S.A.F., 26, p.304-309. DANIEL 1996 = DANIEL A, "Notice d'archéologie finistèrienne", B.S.A.F., 125, p.41-42. DARDA1NE 1983 = DARDAINE S., "Histoire des fouilles", in, Bello II, De Broccard, publication de la casa Velasquez
  • , p. 109-1 21 . PAPE 1977 = PAPE L., "Nouvelles brèves d'archéologie historique en Bretagne", n°15, p.25-26. PEUZIAT 1995 = PEUZIAT J., "La rivière de Pouldavid depuis l'antiquité jusqu'au XIXeme siècle", Le pays de Douarnenez de la fin du Moyen-âge à nos jours, mémoire delà ville
RAP02172.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. rapport final de synthèse de fp 3 2003-2005)
RAP01877.pdf (Un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve arhéologique. rapport final de synthèse de fouille programmée triennale (2000-2002))
RAP01418.pdf (LOCMARIAQUER (56). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • d'archéologie, ne remonte pas au delà de l'année 1813, et c'est à Maudet de Penhouët que nous la devons. A cette époque, la petite Société Alréenne, présidée par M.Renaud, d'Auray, avait déjà, deux ans auparavant (1811), fouillé sous le dolmen des Marchands. Au mois de juin 1813, M Renaud se
  • alréenne d'archéologie, sans qu'il en existe un rapport. Mémoire produit en septembre 1892 à la Société polymatique par M. de Closmadeuc sur la restauration de ce - Plan du dolmen des Pierres Plaies (d'après Z. Le Rouzic) el plan des principales SÏÏM^T n erieUr " ' ^ C0Ul0i
RAP01439.pdf (MORLAIX-PLOUJEAN (29). Kervellec. le cimetière de l'âge du fer. rapport de fouille préventive)
  • coup de pioche malheureux, rempli de débris osseux calcinés. M. Jean GUEZENNEC, un voisin avec qui il eut une conversation à propos de ses découvertes, lui proposa d'appeler le Service Départemental d'Archéologie pour expertiser le vase et les tessons de poterie préservés, ce qui
  • et s'estompant vers le bas de la pierre. Les mesures conservatoires provisoires nécessaires furent alors prises en l'attente d'une visite et d'une décision du Service Régional d'Archéologie. Au cours de la visite du 22 mai, il fut décidé de procéder dans un premier temps à une
  • contrainte archéologique. Le Service Départemental d'Archéologie du Finistère accepta de prendre la charge de ces opérations échelonnées sur deux années (1995 et 1996). Fi g. 2 : Vue de la façade nord de l'extension avant la fouille. 2. Localisation L'endroit où a eu lieu la
  • grecque. Une manière moins drastique consiste à les entreposer dans des enclos paroissiaux, comme cela est arrivé à celle de Henvic (contre le porche sud de la vieille église), aux trois qui se trouvent devant la façade ouest de l'église de Sainte-Sève et surtout à Ploujean où l'on
  • fouille La fouille de sauvetage urgent s'est tenue du 7 au 14 juin 1995 et a été réalisée par le Service Départemental d'Archéologie comprenant : Michel LE GOFFIC, archéologue départemental, responsable de la fouille Bertrand GRALL, technicien territorial. En 1995, la totalité du
  • Départemental d'Archéologie. La fouille de l'urne n° 7 et de l'urne n° 9 a été réalisée par couches de 1 à 2 cm d'épaisseur et les sédiments ont été tamisés à l'eau, sur tamis à maille de 1 mm. Le Dr J. Peuziat a accepté de réaliser l'étude des ossements calcinés. La fouille préventive s'est
  • tenue du 01 au 25 juillet 1996 et y ont participé : M. LE GOFFIC, Archéologue départemental, responsable de la fouille, B. GRALL, Technicien territorial au service départemental d'archéologie, Nerin AR C'HORR, Yann BOUGIO, François CONAN, Gwenaëlle HAMON, Valérie JESTIN, Samir