Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4043 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • EAST BRITTANY SURVEY EAST BRITTANY SURVEY SEPTEMBER Introduction B409 (Carentoir ZA161) Fig. A92 1, 2 (Ruffiac ZK67) Fig. A3 1/79 3 (Ruffiac ZN119) Fig. 4 Fig. 5 H 132 (Ruffiac ZL40) Fig. 674 6 (Carentoir YB29) Fig. 7 L26 (Ruffiac YA224) Fi g . 8 D153
  • ) was si ted in the north-east part of the field where there was a coïncidence of pre— medi eval and médiéval pottery. A test pi t (T37) was also dug in the south west , over a squar e wh i c h had produced n o t. a b 1 e qu ant i t i e s of pre- medi eval pottery and brick and tile
  • fill (25) which contained 6 sherds (including a ri m) of t e r r a - n i g r a-type pottery (Fabric 65) , 1 sherd of a grey coarse ware (Fabric 57), some roofing tile (Fabric 1, 0. 894kg) , and 4kg quartz, 1kg quartz i te and part, of a black roofing slate. This was seal ed
  • underneath the présent track. Trench 29 The plough soil s (3 and 4) were removed to the level that was reached at the end of the? 1986 season. A modem pit (7 and 8) was rel ocated aïs was ai ditch (5) in the north of the trench. A shallow and i rr egular modem trench was also found (18
  • dug parallel, 6.4m apart. Ditch 19, 1.75m wide and 0.6 m deep, had within its fill (20) two sherd s of late Iron- Age/ear 1 y Roman pottery (Fabric 13) and 6 small pièces of iron— working slag. The more northerly ditch, 2:4, had a primary silt (60) with no finds and then a loam
  • and ditches. A f 1 at-bottomed ditch, 0.5m wide and 0.2m deep (42), was e:;cavated; its fill (41) contained a ri m of a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 13) and 7 sherds of grey coarse wares (Fabrics 57 and 100) with a small quanti t. y of ceramic roof tile (Fabric. 1, 0.81kg
  • 0.3kg per square) of brick and tile. The field is lowlyinq and located 100m east of the Château de la Ruée, to the? east of Ruffiac (fi g. 6). The a n c ien çadas t. r e records this field as permanent meadow in the early nineteenth century but it also shows that it forméd part
  • marks the north b oun d ar y of t h e field. None of the trenches produced structural évidence though the plough soil contai ned large blocks of stone which were cl early derived from a building. It is qui te possible that the buildings were located right. on the ridge, and therefore
  • that this ditch was filled (and perhaps eut) at a later date than ditches 5 and 10. Indeed it may have been filled during the 9 destruction o-f the buildings. Comment The fabric and forms of the pottery, similar to the material from HSO (excavated in 1986: Asti 11 and Davies 1987, 120-1
  • with médiéval pottery wouid suggest that the scatter of médiéval pot recovered in f i el dwal k i ng , and the 6 sherds recovered from the plough soi î , were not produced by occupation of this location. The earthwork on the upper slope of the field may be a 1 yhchet that was produced after
  • the second century, or even in the prehi stor i c period, since i t does not respect, any of the? demonstrâbly Roman ditches or pits (see fig. 4). It is, however, différent from other s that have been excavated: the 1 ynchet lacks a ditch or bank at its core, as did Tl , T2, and T35 (see
  • , i.e. with hand too] s and a 5/1 sample kept for sieving to check recovery rates. In ail 173 working days were spent here, with an average team of 6. Trenches 32 and 38 Although the area opened was very small it revealed a séries o-f structural and floor levels, associated
  • : diameter lm, filled with 37) and a ditch, perhaps a drain, which ran diagonally across T32 (32: 0.8m wide, filled with 34); at its north-west end i t. was shallow and f 1 at-bottomed , but at the south east it had become deeper and had a 'V' shaped profile (fig. 6). Fi ve other post
  • vel y rare (5 cases), as were the globular jars with cylindrical necks (7 examples). Most cooking SL2» wares had variations on the common "T ' shaped rims (63 cases), although the everted rim pot was represented too (12 cases) . The analogy o-f the Landes de Lan vaux -forms
  • pottery (maximum 5 sherds per square) was more evenly spread. Smal 1 quanti ti es of brick and tile (maximum 0 .5kg per square) were uhevenl y distributed, but tended to concentrate in the south of the field, away from the cl Lister i ng of pre—médiéval and médiéval pottery
  • ) of introduced stone pink siltstone (K-01M) , Brioverian shale (B2-3) , sandstone (02) and many lumps of fine black siltstone (03-4), of a quality often used for roofing, material which occurs natural ]y about lkm, away (58kg, 317. of stone excavated ) . A layer of yel 1 owi sh-brown sandy
  • o-f the trench because o-f lack of space for the spoil, so the trench was reduced in size to 6 X 3m. The pottery from this layer (2), like the stone fragments, provides a complète contrast with that of the plough soil. 61 sherds were found, ail of which were Irôn Age, the most
  • OÔO O0OOO0Q oOOÔ 00 00 O 000 oO O oOofJOOOOOOOOO 1 000000 00 O OO00 000O0OO000 O o o o O o OO oc o OO0000 c 00 Oo OOOO OoOOQOOOOOO OOOOo 0O0O0QQO 0 OOOO o OOOO OCJO o o o| o o o o o o o 00O0OO0OO 000 o 0000 o OOO0OO00 oOOOf" I cO OO O 0QQ0 0 00000 OOOO 00000 0| 00 00 000 00000 000
  • produced several -features. On the highest part o-f the slope there was an irregular pit (44) appro;: i matel y 1.8m in diameter and 0.1m deep, whose -fill (45) produced 1 sherd o-f late Iron—Age/early Roman pottery (Fabric 12), 1 sherd o-f grey coarse ware (Fabric 57) and some roofing
  • ). There was a sub-rect anqul ar pit në;
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • ay above the natural bedrock. No a\rchaeol og i c a 1 f eat ur es wer e f oun d ,. Trench 13 This machine—eut trench was o b s e r v e d i n s e c t. i on o r p 1 a n « Trench 14 T h i s mac h i n e - c u t t. r e n c h w as 28 m 35m long long and and did no features
  • of a new fabric. The ri m forms were similar to those recovered from the médiéval settlements of Plumelec and Melrand, and are probably of t. we 1 f t h t o t h i r t een t h -c en t ur y date ( An d r e , 19 74 , 32-3 5 An d r e , 1982, 168-9); see fig. 6, H145-1, 2, 3. A thick (40cm
  • - 13 1, 2 14 H 145 15 K446 18 Fig. 3 19 H80 Fig» 22 4 23 A92 ' 28 9 Fig. 5 Fig. 6t h e r Work, 32 1985- 6 33 General Comment and Acknowl edgements 34 Re-f erences 35 P 1 a t. e s 1 - 1 0 f ollowing 35 The fifth and sixth seasons in a programme
  • intervais, using collection units of 100m; field EAST BRITTANY SURVEY 1986 | TRANSECT J TRANSECT B "t— TRANSECT D TRANSECT A TRANSECT E -h— .y. : 75 m ■ ci3 " S Ym .o-v. Tréal Lo 50ml—' O O .... □ ; C? (Rutfiac g SO TRANSECT G l'ï «2. cm. fl\ □ 1-5km apart
  • as H80, and indeed H145, as a p r o d u c t. o f m a n u r i n g . The évidence that. has corne from K446 and more certainly H80 would suggest that small surface scatters of prehistoric pottery
  • % médiéval and 68% post-medi eval 5 six worked flints were? collected. One possible platform, a mound and ten lynchets were also noted. In accordance with the usual conventions, concentrations of surface material (total 51) may b e c 1 a s s i f i e d as f o 1 1 o w s r, Si tes ' ' Pr
  • obabl e ' Possi b 1 e ' N 4 .8 Î7 M ( 27. ) (8.97.) (13.3%) 3%) Total s 4 (1.9%) 20 (9.67.) 27 (12.97.) Fields wal ked 203 6 209 Tab 1 e Of thèse concentrations 9.87» produced some Roman and pré—Roman sherds; 9.87» had predomi nanti y médiéval, 54.97. prédominant! 1/ post
  • sel f . K446 (Ruffiac ZA106) Ruf f i ac K446 is si tuât ed on the eastern outskirts of Becul eu 1 n
  • , and Subsoil and schiste I ay i mmed i ai t e 1 y b e (45) . At the eut into this natural s e v e r a 1 f e a t u r e s had been 35cm deep (44) , southern end a v shaped diteh, 60cm wide and produced two médiéval pottery sherds (fabric group 1). The most K446 prominent feature
  • ) 8 (197.) 14 (17?/.) 42 .82 D 1(1.7) 3(5) 6(10) 10 (16.77.) 60 the E 3(4.2) 2(2.8) 8(11.3) 13 (18.37;) 71 Table 1 (Figures in brackets are percentages of concentrations G 3(16.7) 5(27.8) 3(16.7) 11 (61.1?/.) 18 fields J 1(8.3) - 1 (8.3?/.) 12 walked, (total Total
  • material; field E230, where there was also a large tile scatter, provided a parti cul arl y good example of this. Comparison of the distribution of surface material was made with the early n i neteenth-cent ur y p atterri of 1 and -use and settlement, as e v i d e n c e cl b y
  • 193 -.. > >.^'v... i-. ■ M") 4km apart CP ^ Carentoir 44 50m 0° SNicolas-du-Tertrç «A.•0 ■75m"C3 •so* CI 1 ..Q i il '-. ('?• - •--50m-- .. c -.- 7s m . . lields site. A • 9 probable A o Q possible I I \ / 1 walked in 1966 A • m 100m ..I
  • EAST BRITTANY SURVEY 1986 EAST BRITTANY SURVEY EAST BRITTANY SURVEY EASTER AND SEPTEMBER SEASONS 1986 Easter Season 2 Fi el dwal ki ng at 50m intervais 2 Fi g . A 3 Sampling outside the core 6 7 Fig. B Excavations Al 16 8 Fi g. C 10 September Season Fi g
  • and for providing a means of référence to them; they do not necessarily dénote the position of former sett 1 emen t s „ ) In accordance with the conventions, 57) may be classified as followss 'Sites' 'Probable' 'Possible' Ail types Fields wal ked A 1(2.4) 4(9.5) 3(7.1) B 2(2.4) 9(11) 3(3.7
  • a 1 1 er n s i n t h emse 1 ves 31); such cadastral suggestions coincided and Davi.es 1982b. 21f o-î with a concentration >ur ace material at the 'probable site B85. As usual , the 1 opographic position of the sites was also analysed. Again, a third of them loo. OA) were on fiât
  • 145 10m 0 10 20 F i g. 2 \4- 30 UQ 50 m H145 (Tréai ZB154a) This field was classified as a 'possible site' (médiéval) after •f i el dwal ki ng at 50m intervais in 1984» Intensive collection •from the whole of its surface in March 3.986 indicated smal 1 quanti ti es
  • century and nothing suggests that the structure was of greater antiquity than that. Ditch détails IA = Iron Age pottery No. Width Depth Shape (m) (m) T15/4 .50-70 .50 ^ J . 85 . 80 2-2 . 70 . 78 . 78 .50 . 48 . 70 . 90 1 50 T16/8 . 58 T16/9 . 70 T16/56 T16/23 1 . 70 . 30 T 16/24 1.0
  • ... • • . J. I sites sites f N./< commune médiéval \ boundories sites post médiéval i undated sites 500m 0 sites TRANSECT M I A3 conditions, f eatures, présence of varieti£?s of schiste and local pronunci at i ons were noted on standardised recording forms. 285 fields were
  • in the core, and more are on south- (32.7), north(18.47.) and west--facing (12.27.) slopes - again reflecting the h i g h er t op og r ap h y „ Excavations. Al 16 Excavation was designed to sample the medieva\l settlement. of Al 16, located by fieldwalking and classified as a "site
  • . Overal 1 , 481 mandays were spent on the September season, including travelling time and time off§ 437 of thèse were working days. The weather was poor during the second week, with considérable rainfall, but only two complète days were lost in t 11 e field. \3> EBS 86 Fi g. 1 H
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • réunion du 24 février 2001 à Carnac : présentation des travaux Participants : D. Leroy, A.-E. Riskine, E. Yven, G. Marchand, P. Forré, G. Tournay, S. Blanchet, Y. Pailler, J.-M. Lacot, B. Ginet, R. Schulting, A. Tresset, P. Pottier, J. Perry, C. Dupont, G. Hamon, J-N. Guyodo, G. Le
  • ). Sondages sauf n"4, 7 et 9 surface 2001. I : denticulé sur éclat ; 2 et 5 : troncatures sur éclat ; 3 : pièce esquillée ; 4 : troncature inverse sur éclat ; 6 et 8 : nucleus unipolaires ; 7 ; nucleus bipolaire sur une même face ; 9 : nucleus à éclats sur éclat. Figure II/-9. Kerlièzoc
  • nord de Pont-Ivy (Morbihan), de S. Blanchet à l'est du Bassin de Rennes (Ille-etVilaine), de B. Ginet et J.-M. Lacot entre Blavet et Aven, de R. Le Floch et P. Gouletquer dans la région de Concarneau (Finistère), de Y. Pailler dans le Nord-Finistère et de E. Yven dans l'ouest des
  • (Plouvien). 1-8 : surface 2001 ; 9 : carré A 17 niveau l. I : pointe à soie ; 2-7 : trapèzes symétriques ; 8 : nucleus leva/lois à éclat préférentiel ; 9 : nucleus unipolaire principal (exploitation faciale). Silex, hormis 2-3 et 8-9 : microquartzite FL. Figure 111-10. La Presqu 'île
  • 2001 Ces travaux sont dédiés à la mémoire de Anne-Elisabeth RISKINE Table des matières L PROBLEMATIQUE 3 1. Le projet de recherche 3 2. Activités entreprises 5 3. Un rapport, pour dire quoi ? 7 II. REUNION 8 Compte-rendu de la réunion du 24 février 2001 à Carnac
  • animales et marines Activités Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Goffic, P. Léopold, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven P. Gouletquer, G. Hiérarchisation du corpus de sites en Marchand Finistère S. Blanchet, J. Josselin, P. Etudes de collections
  • Gqff, S. Cassen, P. Léopold, L. Soler, M. Le Gqffic, J. Josselin. Excusés : S. Philibert, P. Gouletquer, J.-Y. Tinévez, O. Kayser. Cette première réunion du programme collectif de recherche sur « Le Mésolithique en Bretagne » s'est tenue au Musée de Préhistoire de Carnac, grâce à
  • (51 L) n° de parcelle ancienne Figure III-6. Kerliézoc (Plouvien). 1-6, 9, 11-22 et 27 : trapèzes symétriques ; 7 : trapèze symétrique à retouches bifaciales sur une troncature ; 8 et 10 : trapèzes asymétriques ; 23-25 : monotroncatures ; 26 : trapèze symétrique cassé. Figure
  • : lame utilisée ; 3 : grattoir sur éclat ; 4 et 9 : éclats utilisés ; 5 : troncature sur lame ; 6 : troncature sur éclat ; 7 : burin sur éclat, 8 : lame brute ,10 : lame à dos concave ; Il : grattoir sur éclat épais ; 12 : nucleus à éclats, à deux tables orthogonales (silex hormis 6-7
  • II/-7. Kerliézoc (Plouvien). Sondages 2001. 1-7 et 9-10 . triangles scalènes ; 8 . triangle isocèle : 11 : pièce à dos 12 : pointe à troncature oblique : 13 : segment ; 14-22 : troncatures ; 23 : grattoir sur éclat ; 24 : denticulé sur éclat. Figure I/I-8. Kerliézoc (Plouvien
  • scalène ; 25 armature triangulaire ; 26 tirangle scalène ; 27 : monotroncature : 28 : raclette ou flèche tranchante ; 29 : lamelle à dos (23-27 et 29 : silex ; 28 : grès lustré). Figure III- II. La Presqu'île (Brennilis). Rivage 2001 (1 à 6) et planigraphie (7 à 12). I : coche ; 2
  • particulière aux individus de Téviec et Hoëdic. Anne Tresset étudie l'arrivée des taxons domestiques de mammifères en Europe occidentale. Elle propose un panorama de cette question, de la Bretagne à l'Irlande aux 6 ème et 5 ème millénaires avant J.-C. Ses travaux sur Beg-er-Vil et Beg
  • nos cartons, mais nous ne le savons pas ! Paléolithique 2% Epipaléolkhique Figure III-J. Répartition des sites datés (N = 155) parmi les 555 sites déterminables au sein des 1213 sites et indices du fichier Gouletquer. 4. Principaux résultat de la campagne 2001 4 .1. TROIS SITES
  • : présentation des travaux 8 III. LES SITES MESOLITHIQUES EN FINISTERE : CHRONOLOGIE ET STRATIGRAPHIE 12 1. Problématique générale : pour une nouvelle définition archéologique des sites mésolithiques 12 2. Objectifs des nouvelles recherches de terrain 12 3. Mise en place d'une base de
  • données - Exploitation du fichier Gouletquer 13 4. Principaux résultat de la campagne 2001 14 5. Bilan de la campagne 2001 et projets des campagnes 2002-2003 24 IV. LE MESOLITHIQUE EN COTES D'ARMOR 25 1. Sondages sur le site mésolithique de Kervilien (Côtes d'Armor) 25 2. De
  • Hoëdic 0. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, R Schulting PCR Nouvelles datations à Beg-anDorchenn et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet de réservoir océanique R Schulting - A. Tresset PCR Campagne de sondages en Finistère Etude faunique Analyse des isotopes stables sur les R
  • chacun, avec des réunions 2003 à une publication collective des des fondements théoriques qui sous- 2. Activités entreprises La réunion inaugurale s'est déroulée au Musée Miln-Le Rouzic à l'invitation de sa conservatrice M. A.-E. Riskine, membre de ce programme collectif de recherche
  • résumées dans le tableau 2 et dans la figure 1. Elles prolongent pour certaines les travaux entrepris depuis bientôt quinze ans dans la région à l'incitation de P. Gouletquer. Elles ouvrent pour d'autres de nouveaux champs de recherche. La plupart verront leur aboutissement en 2002 ou
  • direction de C. Dupont avec la collaboration de Y. Gruet, G. Marchand, Y. Pailler et E. Yven. Il a été possible également de dégager un mois de contrat pour C. Dupont sur des crédits d'analyses. Un prélèvement a pu être réalisé in extremis sur l'amas coquillier de Hoëdic, sur un pan
  • lustrés ne sont pas favorables à ce genre d'examen. S. Blanchet et E. Yven ont proposé à C. Oberlin (Centre de datation par le radiocarbone - Université de Lyon) de réaliser deux datations par le radiocarbone, pour améliorer la connaissance de la chronologie tout en résorbant le passif
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • ' 'Possible' L 4 (2.3%) 26 (14.9%) 34 (19.5%) F 5 (3.2%) 22 (14%) 40 (25.5%) C 9 (6.8%) 21 (15.9%) 26 (19.7%) Total s 18 (3.9%) 69 (14.9%) 100 (21.6%) Ail types 64 (36.8%) 67 (42.7%) 56 187 (40.4%) (42.4%) Fields 174 157 132 463 wal ked (Percentages of fields walked per transect
  • Research Fund and University Collège London; the buildings survey is financed by the Leverhulme Trust; we are in ail sensés indebted to thèse bodies for their support. We are also especially grateful to Professor P.-R. Giot, Dr L. Langouet, Professor G. Mei ri on-Jones and Dr S. Wright
  • , Sussex Bell, M. 1983 'Valley sédiments as évidence of prehistoric land-use on the South Downs', Proceedings of the Prehistoric Society, xlix, 119-150. 1+ EAST BRITTANY SURVEY 1985 £J3 fields walked m 1965 ■— — commune boundaries A • ■ sites A c* U probable • médiéval si tes
  • acing slopes. Upland concentrations were less notable than in 1984 (transects H, J, K) with only a quarter lying between the 50m and 75m contours; more than half 1 ay between 25m and 50m (59.9%), as in the other Carentoir transects. Only 35.3% of sites 1 ay within 250m of streams
  • area, with 11% of fabric 5, a soft cream fabric used for médiéval table wares. There was a small proportion of both Roman and early médiéval types (3% [fabrics 13 and 16] and 2% [fabric 10] respecti vel y; see below, 10). The absence of the highly fired quartz-tempered wares
  • """Centre Régional Archéologique d'Aï et, no. G, 251-60. Astill, G. and Davies, W. 1984c Bretagne. Résultats de la Dossiers du CRAA, xi i , 49-59. 'Prospection campagne de Bell, M. 1977 Excavations Archaeol ogi cal Collections, cxv. at dand l'Est de la Mars-Avril 1984', Bishopstone
  • and two adjacent transects in Carentoir (F and C), which had been inadequately covered in 1983 because of the height of the crop, were rewalked; F included the cadastral and modem village of Carentoir (see fig. 1). Except for a small area in the north of C, and for fields previously
  • , but sixteen worked flints were recovered, three from transect L, three from C and ten from F, and also a stone axe, the stone of which has yet to be identified (F117). Two possible areas of ridge and furrow were noted, along with fourteen lynchets and eight (mostly substantial) old banks
  • . The remaining concentrations (25.7%) had a prédominance of building material, at présent treated as undatable. 2 As usual , the topographical position of the sites was analysed. About a third of them (29.4%) were on flat 1 and while 17.1% were on south-facing and 16.6% on south-east-f
  • , concentrations of surface material were most frequently found in the basin to the south of Ruffiac village (the centre of L) and in the nei ghbourhood of Trignac, in the north of Carentoir commune (F); however, sites were common throughout the southern halves of F and C, particularly
  • excavation of the trenches. In Trench 1 work was concentrated in areas where features had been observed in the machine-cut trench: 64% (9 of the 14 mètre squares) was dug. As no features were seen in the machine trench, alternate squares were excavated in Trench 2 and hence 50% (9
  • ) in order to record the depth of the subsoil (see fig. 2). Trench 1. A shallow ditch was located, eut into the subsoil and natural schi ste. It had a slightly sloping bottom (33cm wide) and was situated 5m north of the crest of the présent lynchet; the ditch was on approximatel y
  • ploughing of the field to the north, at least during the médiéval period (see fig. 3). The trial holes up the slope to the north of Trench 1 showed that the subsoil occurred at a shallow depth (about 30cm), in contrast to that recorded at the north end of Trench 1 (lm), and at the crest
  • . It produced only seven pièces of brick and tile and 47 sherds of pottery. Most of the pottery was of fabric 1 (44.7%); there was also a notable proportion of the médiéval tableware, fabrics 5 (12.5%) and 6 (21.3%). The post-medieval wares were mainly nineteenth-century types (8.5
  • not look profitable to pursue this work in the near future. The preliminary stages of analysis of the pedology and sedimentol ogy of the soils have been initiated. Dr Marie-Agnès Courty and M. N. Fedoroff, with their assistant Anne Gebhardt, visited the study area during the season
  • in the area. Samples were taken from Trench 1 and Trench 2; more will be taken during the summer; and micromorphological analysis will begin in September. The samples taken from 'total' collection sites in 1984 for phosphate analysis have ail been processed and a study was made
  • introduced into the field bounded by the lynchets and eut by Trench 1, need some further investigation. The next season Next year will see two main seasons of fieldwork: fieldwalking and small excavation from 22 March - 5 April 1986 and three weeks of excavation during September
  • EAST BRITTANY SURVEY: QUST-VILAINE UATERSHED REPORT ON FIELDWORK IN MARCH-APRIL 1985 The fourth season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, multi-discipl inary study of the rel ati onshi p between land-use and seulement during the last two thousand years, took
  • samples for future phosphate analysis were taken from the topsoil in ail squares, at 5m intervais, and soil magnetic suscepti bi 1 i ty readings were also taken at 5m intervais, at the spot from which samples had been lifted. Fluxgate gradiometer readings were not taken since 1984
  • of brick and tile (50.82g). The assemblage included second-century Roman wares, fifteen fragments of tegul a and one of imbrex. Médiéval and post-medieval pottery were gênerai 1 y distributed over the field but both Roman pottery and brick and tile cl ustered in the north-eastern third
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • : chronologie et stratigraphie f t) , Ces travaux sont dédiés à la mémoire de Claude Audren 3 I. PROBLEMATIQUE 1 . LE PROJET DE RECHERCHE 3 2. ACTIVITES ENTREPRISES 4 EL ORGANISATION DE LA RECHERCHE 7 1 . COMPTE-RENDU DE LA DEUXIÈME REUNION (ESTELLE YVEN ET GREGOR MARCHAND) 7 2
  • Mésolithique en Bretagne - Rapport 2002 Style du Finistère-Nord 1* M 100 Km Phtanite il \ Styie du Mcriahan -s ) Styie du Finistère-Sud i H ■îf--~ IX r « il Gîte connu ; Zone préférentielle de dfffusion des matériaux j Retaen Figure 7. Carte schématique des traceurs
  • , G. Marchand PCR Etudes de collections et définition d'un protocole d'analyse commun S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, G. Marchand, Y. Pailler, E. Yven - G. Marchand Autonome O. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, R. Schulting PCR R. Schulting - A. Tresset PCR
  • Budget Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Gofflc, P. Léoppld, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven Thèmes Campagne de sondages en Finistère Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et Hoëdic Nouvelles datations à Beg-anDorchenn
  • . ENTRE L'ECORCE ET L'ARBRE: REFLEXIONS SUR LES PRATIQUES DE L'ARCHÉOLOGIE (PIERRE GOULETQUER) ... 1 0 m. 13 TRAVAUX SUR LE MESOLITHIQUE 1 . TEVIEC ET HOËDIC (GREGOR MARCHAND ET LUDOVIC SOLER) 13 2. BEG-AN-DORCHENN (NATHALIE DESSE) 15 3. SONDAGES SUR LE SITE DE LA TRINITÉ
  • ' MONODONTA LINEATA DE SITES MESOLITHIQUES ET NEOLITHIQUES (CATHERINE DUPONT ET YVES GRUET) 88 5. BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE (PARTIES III ET IV) V. UNE BIBLIOGRAPHIE DU MESOLITHIQUE EN BRETAGNE : EST-ELLE EXHAUSTD7E 110 ? 123 1. GENERALITES 123 2. MESOLITHIQUE ANCIEN-MOYEN 3
  • processus de néolithisation sur la façade atlantique de l'Europe (7-4 ème millénaires avant J.-C.) ». L'objectif affiché est de parvenir en 2003 à une publication collective des faits archéologiques, des modèles proposés (même contradictoires) et des fondements théoriques qui sous
  • . Plovan, décembre 2002 Gouletquer, P., 1 987 - Notre préhistoire, Etudes sur la Bretagne et les pays celtiques, Mélanges offerts à Yves Le Gallo. Cahiers de Bretagne occidentale, n°6 ; Centre de recherche Bretonne et Celtique, Brest, pp. 127-133 1 Gouletquer, P., 1991 - Les problèmes
  • physique Pratiques funéraires et L. Soler — R Schulting (recrutement, caractères domaine symbolique biologiques) Analyse et comparaison des S. Cassen systèmes symboliques mésolithiques et néolithiques Tableau 1. Organisation des travaux du PCR « Le Mésolithique en Bretagne » en 2001
  • A MELGVEN (GREGOR MARCHAND) 16 4. LE PROJET CORNOUAILLE : JOURNÉE D'ÉTUDE DU MATÉRIEL LITHIQUE (ESTELLE YVEN) 23 5. LE PROJET CORNOUAILLE : UN SÉMINAIRE DE TERRAIN EN NOVEMBRE 2002 (YANN BOUGIO) 38 43 IV. DE NOUVELLES SYNTHESES SUR LE MESOLITHIQUE ET LA NEOLITHISATION 1 DE TEMPS
  • EN TEMPS : L'ARCHÉOLOGIE FACE A LA CONTINUITÉ (PIERRE GOULETQUER) 43 2. LE MÉSOLITHIQUE FINAL EN BRETAGNE : UNE COMBINAISON DES FAITS ARCHÉOLOGIQUES (GREGOR MARCHAND) 49 3. LE FONCTIONNEMENT INTERNE DES TERRITOIRES AU MÉSOLITHIQUE (ESTELLE YVEN) 64 4. DE LA MER AU BETAEL EN
  • . MESOLITHIQUE RECENT-FINAL 4. ENVIRONNEMENT VI. LES MEMBRES DU PCR « LE MESOLITHIQUE EN BRETAGNE » 124 '. 125 128 129 1 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie I. Problématique 1. LE
  • et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet de réservoir océanique Etude faunique Analyse des isotopes stables sur les R. Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles G Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie
  • -tendent cette réflexion. 3 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie 2. ACTIVITES ENTREPRISES Cette année 2002, les activités collectives au sein du PCR « le Mésolithique en Bretagne » sont restées en retrait par rapport à l'année passée. Mais cette
  • définir la valeur de l'effet de « réservoir océanique » qui entraîne un vieillissement des échantillons marins. Un travail à partir des films réalisés par S.-J. Péquart, déposés à l'Institut de Paléontologie Humaine, est en projet. Il s'agira de restituer l'organisation des sépultures
  • -ronde sur la néolithisation Tableau 2. Un bilan des actions entreprises en 2002. 5 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie II. Organisation de la recherche 1. COMPTE-RENDU DE LA
  • aussi le débitage suggèrent de rattacher ce site au début du Mésolithique moyen. Le tamisage à l'eau systématique a permis de collecter des microlithes hyperpygmés, inférieurs à un centimètre de long. Ils se répartissent entre triangles (2/3 dont 95% scalènes), pointes à troncature
  • distinction entre les coquilles consommées et les coquilles servant à la parure. A Beg-an-Dorchenn, 3 1 espèces ont été déterminées, mais la patelle domine largement (50 %), suivie par la coque, la palourde, l'huître et le scrobiculaire. En ordre décroissant, les principales espèces sont à
  • posés par le Mésolithique de Basse-Bretagne ; les moyens de les résoudre, in Mésolithique et Néolithisation. Actes du 113° Congrès national des Sociétés savantes, 5-9 Avril 1988, Strasbourg, p. 177-196. 11 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les
  • déposées à l'Institut de Paléontologie Humaine, à Paris., grâce à l'amabilité de Ms. H. De Lumley et D. Vialou. Comprenant moins de 300 pièces des fouilles Péquart sur l'îlot de Téviec, cette collection n'est qu'un mince échantillon de l'industrie initiale. Ces pièces portent le plus
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • + M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, Y. PCR Guéguen, M. Le Goffic, P. Léopold, G. Marchand, Y. Pailler, J. Perry, R. Tsobgou, G. Tournay, E. Yven. Hiérarchisation du corpus des sites en Finistère Etudes de collections et définition S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, d'un
  • Pièces esquillées Nucléus unipolaires Nucléus multipolaires Percuteur 6 78 5 8 5 23 212 5 90 16 21 362 1 4 10 2 32 115 27 375 334 2 267 45 11 5 12 3 2 0,25% 3% 0,25% 0,5% 0,25% 1% 8,5% 0,25% 3,5% 0,5% 1% 14,5% 0,5% 1,5% 4,5% 1% 15% 13,5% 10,5% 2% 0,5% 0,25% 0,5% 4 enlèvements. 9
  • 2 x utilisation 11,5% 40% 28 13% 10 1 x utilisation 5 48 11% 6% 24% 13,5% 1 x utilisation 4 25% 40% 17 53% 1 5 4% 1,5% 2 2 1% C) Des phases de test et de décorticage des volumes. Certains cassons ont été rejetés à cause de la mauvaise qualité de la matière première
  • - Etat provisoire d'une prospection de longue durée : le site de Quillien (Le Cloître Saint-Thégonnec, Finistère). Revue archéologique de l'Ouest, n°8, p. 31-51. JOSSELIN J., MARCHAND G., PAILLER Y. avec la collaboration de MOALIC L., HAMON G. et LEROY A., 2003 - Kerliézoc en Plouvien
  • . SCHULTING, R.-J., 1999 - Nouvelles dates AMS à Téviec et Hoëdic (Quiberon, Morbihan). Rapport préliminaire. Bull, de la Société Préhistorique française, T.96, numéro 2, p. 203-207. SCHULTING, R.-J. et RICHARDS, M.-P, 2001 - Dating Women and Becoming Farmers : New Palaeodietary and AMS
  • protocole d'analyse commun G Marchand, Y. Pailler, E. Yven PCR Campagne de sondages en G. Marchand Finistère Bilan archéologique des sites de O. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, Beg-an-Dorchenn, Téviec et R. Schulting. Hoèdic Nouvelles datations à Beg-an- R. Schulting Dorchenn et à Beg
  • loiiles cl rutarUtiles E5] : pntiil n à dnn miras (vij ; traiÉfs jnat«1l(|U« H flttfcs fig. 1 : carte simplifiée des sites archéologiques et des affleurements d'ultramylonites et cataclasites au sein du Massif Armoricain. 11 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 B) Un gîte
  • en forme testés 120 13 5% 0,5% Entames Eclats corticaux 52 86 2% 3,5% 13 Retouches % produits retouchés 8x2 enlèvements 7 x 1 enlèvement 1x7 éclats 1 x esquillements 1 6x1 enlèvement 3 x esquilles 4x2 éclats 1x4 éclats 5x4 enlèvements. 5x1 enlèvement. 2 x décortiqués 1x3
  • -er-Vil et calcul de l'effet réservoir océanique Nouvelles datations au Biiou, à S. Blanchet, E. Yven et G. Marchand Quillien et à Kerliézoc A. Tresset Etude faunique Gestion et exploitation des ressources animales Analyse des isotopes stables sur R. Schulting les ossements
  • expéditives et en nombre limité, ont servi à obtenir des produits de morphologie variable (figure 3, n°l). Les nucléus sur éclats s'apparentent aux pièces en phtanite insérées dans le type D, décrites lors de l'étude du sitecarrière de Kerhuellan. Les autres nucléus se caractérisent par un
  • . looÇ L PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Table des Matières : I) Rappel de la problématique, (par Estelle Yven et Grégor Marchand). A) Le projet de recherche. B) Les activités entreprises en 2003. H) Organisation de la recherche - Compte-rendu de la troisième réunion, (par
  • Estelle Yven). C) Etude pétrographique des outils en ultramylonites armoricaines : détermination des zones d'approvisionnement en matières premières au Mésolithique final, (par Rodrigue Tsobgou). D) Rapport concernant le séminaire de terrain du 8 au 1 1 novembre 2003. (par Yann Bougio
  • territoire et économie de la matière première lithique) Les systèmes techniques Les fondements archéologiques ACTIVITES Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes d'Armor et Illeet-Vilaine. Prospections géologiques BUDGET PROMOTEURS S. Blanchet, Y. Bougio, B. Ginet, J.- Autonome
  • provenaient toutes du carré 8b (figure 1). La datation a été réalisée par le Centre de datation par le Radiocarbone de l'Université Claude Bernard Lyon I. Elle a permis d'obtenir la date de: 8805 +/- 60 B.P. ; tandis que la calibration à 2 sigmas a donné l'intervalle de - 8202 à - 7613
  • à 5325 avant J.-C. (1 sigma) avec un maximum de probabilité entre 5480 et 5360 avant J.-C. L'industrie lithique de cette passe comprend notamment un petit triangle scalène en microquartzite et une monotroncature en silex. Dans cette même passe du niveau 1, les carrés voisins ont
  • (Finistère). Regards croisés sur un habitat du Mésolithique final. Revue Archéologique de l'Ouest, n°20, p. 53-85. -KAYSER, O et BLANCHET, S., 1999 - Le Bilou (Feunteun Dost) - Le Conquet (Finistère). Rapport de sondage, Service régional de l'Archéologie, Région Bretagne, Inédit
  • et cela pourrait aussi supposer une origine plus profonde de ces gisements de roche sombre. domaine armoricain n/rd LeCcsquer domaine armoricain central c N.A : cisaillement nord armoricain C R.A ; cisaillement sud armoricain B. S, : branché sud B.N ; branche nord : illliutm
  • l'intervalle 6650 à 6220 avant J.-C, au moment de la transition Boréal-Atlantique. Les fouilleurs notent qu'une « contamination est peu probable du fait de la bonne qualité des charbons, malgré les difficultés du gisement (couches peu profondes et mal scellées par des éclats sans matériel
  • confrontation avec les collections réalisées à Reun Huella ainsi qu'à Coat-Mez. La collection étudiée pèse 23,643 kilogrammes et comprend 3 pièces en quartz, 5 en silex et 2507 pièces en microquartzite, fragments inférieurs à 1 centimètre non compris. Sauf lorsqu'ils sont retouchés, ces
  • lamellaires Eclats minces Eclat Vi crête Lames lA ex Lames Lamelles V2 ex Lamelles Esquilles corticales Esquilles avec ex Esquilles Micro-esquilles inférieures à 7 mm de long Fragments inférieurs à 1 cm Fragments supérieurs à 1 cm Fragments supérieurs à 4 cm Fragments supérieurs à 10cm
RAP02205.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006
  • -Vilaine. Prospections géologiques BUDGET PROMOTEURS S. Blanchet, Y. Bougio, B. Ginet, J.- Autonome + M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, Y. PCR Guéguen, M. Le Goffic, P. Léopold, G. Marchand, Y. Pailler, J. Perry, R. Tsobgou, G. Tournay, E. Yven. Hiérarchisation du corpus des sites en
  • % 2% 0,5% 0,25% 0,5% 4 enlèvements. 9 2 x utilisation 11,5% 40% 28 13% 10 1 x utilisation 5 48 11% 6% 24% 13,5% 1 x utilisation 4 25% 40% 17 53% 1 5 4% 1,5% 2 2 1% C) Des phases de test et de décorticage des volumes. Certains cassons ont été rejetés à cause de la
  • 4 cm Fragments supérieurs à 10cm Pièces esquillées Nucléus unipolaires Nucléus multipolaires Percuteur 6 78 5 8 5 23 212 5 90 16 21 362 1 4 10 2 32 115 27 375 334 2 267 45 11 5 12 3 2 0,25% 3% 0,25% 0,5% 0,25% 1% 8,5% 0,25% 3,5% 0,5% 1% 14,5% 0,5% 1,5% 4,5% 1% 15% 13,5% 10,5
  • Finistère Etudes de collections et définition S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, d'un protocole d'analyse commun G Marchand, Y. Pailler, E. Yven PCR Campagne de sondages en G. Marchand Finistère Bilan archéologique des sites de O. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, Beg-an-Dorchenn
  • . -GOULETQUER, P. et LEOPOLD, P., 1991 - Etat provisoire d'une prospection de longue durée : le site de Quillien (Le Cloître Saint-Thégonnec, Finistère). Revue archéologique de l'Ouest, n°8, p. 31-51. JOSSELIN J., MARCHAND G., PAILLER Y. avec la collaboration de MOALIC L., HAMON G. et LEROY
  • , Région Bretagne, Inédit. SCHULTING, R.-J., 1999 - Nouvelles dates AMS à Téviec et Hoëdic (Quiberon, Morbihan). Rapport préliminaire. Bull, de la Société Préhistorique française, T.96, numéro 2, p. 203-207. SCHULTING, R.-J. et RICHARDS, M.-P, 2001 - Dating Women and Becoming Farmers
  • : illliutm loiiles cl rutarUtiles E5] : pntiil n à dnn miras (vij ; traiÉfs jnat«1l(|U« H flttfcs fig. 1 : carte simplifiée des sites archéologiques et des affleurements d'ultramylonites et cataclasites au sein du Massif Armoricain. 11 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 B) Un
  • % Eclats de mise en forme Eclats de mise en forme testés 120 13 5% 0,5% Entames Eclats corticaux 52 86 2% 3,5% 13 Retouches % produits retouchés 8x2 enlèvements 7 x 1 enlèvement 1x7 éclats 1 x esquillements 1 6x1 enlèvement 3 x esquilles 4x2 éclats 1x4 éclats 5x4 enlèvements
  • , Téviec et R. Schulting. Hoèdic Nouvelles datations à Beg-an- R. Schulting Dorchenn et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet réservoir océanique Nouvelles datations au Biiou, à S. Blanchet, E. Yven et G. Marchand Quillien et à Kerliézoc A. Tresset Etude faunique Gestion et exploitation
  • en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • , scellée par une ancienne structure ; elles provenaient toutes du carré 8b (figure 1). La datation a été réalisée par le Centre de datation par le Radiocarbone de l'Université Claude Bernard Lyon I. Elle a permis d'obtenir la date de: 8805 +/- 60 B.P. ; tandis que la calibration à 2
  • sigmas a donné l'intervalle de - 8202 à - 7613 avant Jésus-Christ avec cinq pics de probabilité : -7880, - 7920, -7929, -7940 et - 7955 avant Jésus-Christ (Yven et Léopold, 2003). -S. Blanchet et O. Kayser ont entrepris des sondages-diagnostiques sur un site identifié par M. Le Goffic
  • -1010), soit l'intervalle calibré 5513 à 5325 avant J.-C. (1 sigma) avec un maximum de probabilité entre 5480 et 5360 avant J.-C. L'industrie lithique de cette passe comprend notamment un petit triangle scalène en microquartzite et une monotroncature en silex. Dans cette même passe
  • A., 2003 - Kerliézoc en Plouvien (Finistère). Regards croisés sur un habitat du Mésolithique final. Revue Archéologique de l'Ouest, n°20, p. 53-85. -KAYSER, O et BLANCHET, S., 1999 - Le Bilou (Feunteun Dost) - Le Conquet (Finistère). Rapport de sondage, Service régional de l'Archéologie
  • peu présente et cela pourrait aussi supposer une origine plus profonde de ces gisements de roche sombre. domaine armoricain n/rd LeCcsquer domaine armoricain central c N.A : cisaillement nord armoricain C R.A ; cisaillement sud armoricain B. S, : branché sud B.N ; branche nord
  • Bretagne, p. 271-278). Les prospections menées par E. Morel et par B. Hallégouët aux alentours de la vallée de l'Elorn ont permis de recenser des gisements de microquartzite explorés et exploités (Giot et al., 1977) (figure 2), même si les investigations systématiques manquent encore
  • site à 7580 +/- 105 B.P., soit l'intervalle 6650 à 6220 avant J.-C, au moment de la transition Boréal-Atlantique. Les fouilleurs notent qu'une « contamination est peu probable du fait de la bonne qualité des charbons, malgré les difficultés du gisement (couches peu profondes et mal
  • -corticaux et les nucléus autorise une confrontation avec les collections réalisées à Reun Huella ainsi qu'à Coat-Mez. La collection étudiée pèse 23,643 kilogrammes et comprend 3 pièces en quartz, 5 en silex et 2507 pièces en microquartzite, fragments inférieurs à 1 centimètre non compris
  • de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de
  • ). D) Rapport concernant le séminaire de terrain du 8 au 1 1 novembre 2003. (par Yann Bougio et Gaëlle Martin). TV) Des opérations de sondages en Finistère. A) Le Mésolithique en Finistère : chronologie et stratigraphie - Bilan d'une prospection thématique réalisée entre 2001 et
RAP03819 (SAINT-GLEN (22). La Touche ès Pritiaux : le site du premier âge du Fer. Rapport de FP 2019)
  • au niveau du sondage E peut être expliquée par une forte densité de pierres dans le substrat. 24 ± 115-3 115-2 115-4 1/20 0 110 108 1m 0,5 115-2 coupes 118 115-3 F 1/50 0 1 2 3 4 m - 1,66 plan 119 G - 1,64 - 1,62 115-3 - 1,72 E - 1,53 115-3 124 145
  • - 1,42 - 1,43 115-7 v3 17 v7 16 v2 D 15 26/128 13 v1 14 144 129 12 8 18 v6 - 1,64 148 v4 19 120 bis 20 10 9 - 1,93 22 - 1,48 11 123 23 C 125 21 - 1,57 115-5 24 115-11 126 141 - 1,73 122-3 115-11 122-2 140 B - 1,58 107 - 1,68 138 A 102
  • , peu compact 149 124-2 146 124-1 1/50 0 1 2 3 4 m plan 145 124 v3 16 15 v2 17 v5 v7 26/128 13 v1 144 129 12 14 143 8 18 148 v4 19 120bis v6 9 20 10 22 125 126 23 24 21 11 123 25 15 127-4 127-2 limon argileux brun sombre homogène, peu compact
  • charbon peu compact 102-2 limon brun sombre à gris hétérogène avec inclusions d’arène, peu compact présence de charbons et de nodules de terre cuite 103-2 limon noir à gris sombre hétérogène charbonneux, peu compact E O 105-2 105-1 105-4 105-3 105-2 limon argileux brun foncé
  • pylône électrique situé sur la parcelle voisine (mesures reportées sur la fig. 14). A l’issue de la fouille, un relevé photogrammétique par drone a été effectué par Yann Bernard (Virtual-Archéo, UMR 6566 ; fig. 10). 22 ± 110 108 0 1 2 3 4 118 m 119 149 146 121 124 v3 17
  • 139-2 limon brun-gris hétérogène avec inclusions d’arène, peu compact 136-1 136-2 limon brun hétérogène avec inclusions d’arène, peu compact 107 105 102 137-2 140-2 140-1 139 137 136-2 O 106-1 127-2 127-3 E 2015 105-4 limon brun-beige hétérogène avec inclusions
  • présence de résidus végétaux ayant pu servir de protection des haches, plaide en faveur de l’interprétation de ce dépôt comme une cachette destinée à être récupérée. 5 Copie de l’arrêté d’autorisation nº 2019-133 (page 1/2) 6 Copie de l’arrêté d’autorisation nº 2019-133 (page 2/2
  • effectués, dont deux provenant de la tranchée de fondation 115 du bâtiment circulaire ont fait l’objet de datations radiocarbones (Annexe 1). 2. 5. Techniques d’enregistrement Les structures et les unités stratigraphiques ont été numérotées (de 100 à n pour celles découvertes en 2019) et
  • - 1,55 115-2 115S - 1,68 105 - 1,97 104 101 K - 1,41 m 122-1 106 139 137 115-2 115-3 - 1,85 103 - 1,82 122-2 limon gris-brun clair hétérogène avec inclusions d’arène et charbons, peu compact 122-3 limon gris-brun sombre homogène, avec rares inclusions d’arène
  • , présence de charbons, peu compact J 115SE 115-11 limon brun-jaune avec rares inclusions, meuble - 1,52 - 1,45 - 1,58 115-3 limon brun-gris hétérogène avec inclusions arénacées peu compact 115-4 substrat remanié 115-10 115-2 115-2 115-2 115-3 115-10 115-10 115-2 115-7 limon
  • argileux brun-gris homogène peu compact 122-2 122 - 1,95 136 115-2 limon brun hétérogène avec poches de substrat, présence de charbon, peu compact - 1,90 115-4 115-3 115-4 I 25 127 120 115-2 143 - 1,57 v5 115-7 149 146 115-2 115-7 Fig. 13. Plan et coupes de la
  • 120 20 106-2 limon brun à jaune hétérogène avec inclusions d’arène peu compact 122 141 127 115 140 127-1 127-3 limon brun-beige hétérogène avec inclusions d’arène 127-4 substrat remanié 136 106 139-2 138 104 101 137-1 115SE 103 137-2 limon argileux brun sombre
  • intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à
  • .............................................................................. 13 1. 2. Contexte archéologique et historique locaux ................................................................... 13 1. 3. Circonstances de l’opération ............................................................................................ 13 1. 4. Enjeux
  • .................................................................. 25 2. 4. Les aménagements centraux et les vestiges de foyers ...................................................... 26 2. 5. De possibles aménagements annexes ............................................................................... 27 3. Les autres faits
  • en 2015 et 127) a été fouillée au sud de cet ensemble. Enfin, au nord-ouest du sondage de 2015 a été détectée la fosse 124 au comblement rubéfié, à proximité de la paroi (fig. 16 et 17). 26 ± 110 108 1/20 0 118 1m 0,5 124-2 coupes 119 limon argileux brun-rouge homogène
  • hétérogène avec inclusions d’arène, peu compact limon brun hétérogène avec inclusions d’arène peu compact 115S 138-1 E E 103-2 O 101-2 E O 102-2 138-2 limon brun homogène peu compact 103-1 102-1 101-1 101-2 limon brun-gris hétérogène, avec inclusions d’arène présence de
  • hétérogène avec inclusions d’arène présence de charbons et de nodules de terre cuite, peu compact O 104-1 104-2 limon argileux brun sombre hétérogène avec poches grises charbonneuses inclusions d’arène, peu compact Fig. 16. Plan et coupes des fosses à l’intérieur du bâtiment. 139-1
  • aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne
  • ................................................................................................... 5 PARTIE I. PRESENTATION DE L’OPERATION ....................................................... 13 1. État des connaissances avant l’opération ................................................................. 13 1. 1. Contexte géographique et géologique
RAP03902 (PLUGUFFAN (29). Ti Lipig. Une Longue Occupation du Néolitique au Moyen-Age. Rapport de fouille)
  • d’archéologie Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert 93 CC48 X : 1165350 Y : 7220809 Z : 73,50 m à 76,50 m NGF Références cadastrales Commune : Pluguffan Année : 2018 Section(s) : AN Parcelle(s) : 7, 75p, 182p Statut du terrain au regard des législations sur le
  • 106 107 3.3.2.1 Le mobilier céramique (A.F. Cherel) 108 3.3.2.1 Le mobilier lithique (V. Brisotto) 111 119 3.4 Un lot d’outils en silex à la transition du Campaniforme – Bronze ancien (S. Hinguant) 4. Des structures de stockage de La Tène ancienne 119 4.1 Un
  • 603 166 5.5 Des greniers associés ? 5.5.1 L’ensemble 3 167 5.5.2 L’ensemble 8 169 5.5.3 L’ensemble 9 170 5.5.4 L’ensemble 10 166 172 5.6 Le mobilier céramique (A.F. Cherel) 5.6.1 L’enclos A 172 5.6.2 L’enclos B 172 5.6.3 L’enclos C 173 5.6.4 Le puits
  • L’enclos 1 307 6.6.2 L’enclos 2 et le fossé F800 307 6.6.3 L’enclos 3 309 6.6.4 L’enclos nord 307 307 7 8 Inrap · RO de fouille 309 309 309 310 311 311 311 325 PLUGUFFAN (Finistère), Ti Lipig 6.6.5 Le chemin F70 et ses fossés bordiers 6.6.6
  • d’activités d’une emprise foncière de plus de 23 ha (tranche 1 et 2) portée par Quimper Communauté au lieu dit « Ti Lipig » sur la commune de Pluguffan (29). Elle répond à la prescription n° 2017-099 en date du 4 avril 2017 émise par l’Etat (Préfecture de la Région Bretagne, Direction
  • L’enclos C 175 5.7.3.1 Le fossé 200 175 5.7.3.2 Le fossé 320 175 175 176 182 5.7.4 Le puits 603 5.7.5 Le trou de poteau 353 (ensemble 9) 5.7.6 Les fosses 243 et 284 5.8 Comparaison et discussion I. Données administratives, techniques et scientifiques 185 6 Un
  • établissement à la transition de l’âge du Fer et de l’Antiquité 6.1 l’évolution des enclos fossoyés 6.1.1 L’enclos 1 (phase 1) 189 6.1.2 L’enclos 2 (phase 2) 185 185 189 6.1.2.1 La façade est – F460.F710 191 6.1.2.2 La façade nord – F410.F440 193 6.1.2.3 La façade ouest
  • d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code
  • - Identification administrative de l’opération Région Département Commune Lieu-dit Cadastre Surface à fouiller Maître d’ouvrage Bretagne Finistère Pluguffan Zone d’activités de Ti Lipig Section AN, parcelles n° 7, 75p, 182p Assiette de la prescription : 36 500 m² Surface à décaper : 34 750
  • du diagnostic de Ti Lipig (Villard 2008, p.91). 5/13 I. Données administratives, techniques et scientifiques 39 Enfin, Il convient de préciser qu’en l’état des recherches, ce site constitue une véritable opportunité d’étude et ne trouve que peu de précédant à l’échelle du
  • /31,5 et mise en place sur toute la surface sur une épaisseur de 7/13 I. Données administratives, techniques et scientifiques 41 0,3 m. La plate-forme sera nivelée de façon à lui assurer une planimétrie horizontale continue. Un minimum de compactage sera effectué pour assurer à
  • superficie de la fouille et de la nature des occupations, cette phase de décapage est estimée en global à environ 4 semaines (16 jours ouvrés) et prévoit la mise en place de deux ateliers de terrassement (1 pelle à chenille et 2 tracteurs-bennes par atelier). A priori, le sens du décapage
  • objectifs prioritaires tels qu’énoncés dans le cahier des charges scientifiques et qui sont les suivants : 1) définir l’organisation générale des occupations 2) restituer la chronologie relative à chacun des ensembles ou des entités archéologiques. 3) recherche d’éléments mobiliers
  • 3.1.1.5 Le mobilier lithique des sépultures (V. Brisotto) 95 3.1.1.6 Discussion et comparaison sur les sépultures à inhumation 97 3.1.2 Des sépultures à crémation du Bronze moyen – Bronze final : approche archéoanthropologique (M. Le Puil-Texier) 97 3.1.2.1 Objectifs
  • fosse F428 135 4.4.3 Conclusion 130 137 4.5 Le mobilier lithique de La Tène Ancienne (V. Brisotto) 4.5.1 Méthodologie 137 6 Inrap · RO de fouille PLUGUFFAN (Finistère), Ti Lipig 139 4.5.2. Les matières premières (H. Morzadec) 139 4.5.2.1 Le contexte
  • Les fosses 334 6.7.2.6 Les Trous de poteaux 334 6.7.3 Conclusion 335 6.8 Etude du mobilier lithique des structures de la fin de La Tène finale et de l’Antiquité (V. Brisotto) 6.8.1 Les fossés d’enclos 335 335 6.8.1.1 L’enclos 1 336 6.8.1.2 L’enclos 2 et le fossé
  • Annexes 418 Annexe 1 : Résultats des datations 14C Annexe 2 : Catalogue du mobilier métallique (E. Godet) 426 III Inventaires 439 454 459 464 468 471 473 476 478 480 482 486 488 490 Inventaire des faits archéologiques Inventaire des sondages
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • d’activités de « Ti Lipig » à Pluguffan (29) Occupations diachroniques depuis l’âge du Bronze jusqu’à la période médiévale Projet scientifique d’intervention Par : Michel Baillieu, Directeur adjoint scientifique et technique Région Bretagne 1/13 I. Données administratives, techniques
  • archéologique et le stockage des terres ................................................................. 8 C. La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques ................................ 8 D. Estimation des moyens de la phase terrain
RAP03455 (Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2016)
  • l’âge du Bronze ancien en Bretagne : De nouvelles donnes ? par S. Blanchet, Q. Favrel, M. Fily, C. Nicolas, T. Nicolas, Y. Pailler, J. Ripoche p. 71 3. PRINCIPALES PERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2017 P. 97 3 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 LISTE DES
  • ., POILPRE P., SEIGNAC H., VISSAC C. (2010) – Plouédern (Finistère), Leslouc’h. Une longue occupation de la Protohistoire au Moyen-âge. Rapport final d’Opération, Inrap Grand-Ouest, 470 p. BLANCHET S., BESOMBES P.-A., BRISOTTO V., DELAGE R., HURTIN S., LABAUNE-JEAN F., LE PUIL-TEXIER M
  • Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 SOMMAIRE LISTE DES PARTICIPANTS p. 4 1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p. 5 2. L’ACTIVITE EN 2016 p. 7 2.1 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : les registres décoratifs par X. Hénaff p.11 2.2 Analyse
  • Rapport d’activité 2016 Fig. 8 – Dichotomie des décors entre la Bretagne occidentale et la Bretagne orientale (DAO : X. Hénaff). 22 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 Bibliographie BLANCHET S., HAMON C., HENAFF X., L ABAUNE-JEAN F., LE BOULANGER F., NICOLAS T
  • -rendu d’activité 2015, Rennes, Inrap Grand-Ouest, CNRS-UMR6566, Ministère de la Culture, p. 43-62. LE BIHAN J.-P., VILLARD J.-F., GAUME E., MENIEL, P., ROUSSOT-L ARROQUE J. (2010) – Archéologie d'une île à la pointe de l'Europe : Ouessant. Tome 2. L’habitat de Mez-Notariou des
  • ., NICOLAS T., SIMIER B., SIMON L. (2016) – Lannion (Côtes-d’Armor), Penn an Alé. Occupations rurales de l’âge du Bronze et antiques. Rapport final d’Opération, Inrap Grand-Ouest, 387 p. BRIARD J. (1984) – Les tumulus d'Armorique. Paris, Picard (L'âge du Bronze en France ; 3), 304 p
  • origines à l’âge du Bronze. Quimper, Centre de Recherche archéologique du Finistère, 588 p. LEROUX G., NEVEU E., NICOLAS T., LE PUIL-TEXIER M. (2013) – Bédée (Ille-et-Vilaine), ZAC du Pont aux Chèvres. Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Âge. Rapport final d’opération
  • Société préhistorique française, t. 106, n°1, p.p. 73-93. SALANOVA L. (2000) ‒ La question du Campaniforme en France et dans les iles anglonormandes : Productions, chronologie et rôle d’un standard céramique. Paris, CTHS et SPF (Documents préhistoriques ; 13), 392 p. STEVENIN C. (2000
  • fonctionnelle des outils macrolithiques impliqués dans la métallurgie du cuivre et du Bronze de la fin du IIIe au IIe millénaire avant notre ère en Bretagne par C. Hamon, S. Blanchet, V. Brisotto, C. Le Carlier, K. Donnart p. 25 2.3 Le « petit mobilier » en bois des tumulus armoricains
  • : première approche par V. Guitton p. 33 2.4 Les tumuli de l'âge du Bronze dans le nord-ouest des Côtes-d'Armor par M. Le Maire p. 43 2.5 Les Formes de l’habitat et l’occupation du sol en Bretagne par S. Blanchet, M.Levan, S. Sicard, S. Toron p. 53 2.6 Le Campaniforme et la genèse de
  • verront plus loin. C’est donc la raison principale pour laquelle nous avons utilisé dans nos descriptions les termes et la méthodologie mise en place par L. Salanova et M. P. Pietro-Martinez (Salanova 2000, Pietro-Martinez & Salanova 2009) que nous avons adaptés à notre corpus. En
  • , tant du point de vue de la chronologie que des formes de l’habitat et de l’occupation du sol. 5 Projet Collectif de Recherche 6 Rapport d’activité 2016 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 2. L’ACTIVITE EN 2016 Dans le cadre de la programmation 2016, le PCR
  • Bronze final avec celles du premier âge du Fer sera effectuée. Rappelons, que ces travaux comportent de nombreuses analogies avec ceux déjà réalisés au sein de l’ACR intitulée « Typo-chronologie des mobiliers des VIè-Ier siècles av. J.-C. dans l’Ouest » (dirigée par Y. Menez) et
  • bois des tumulus armoricains : première approche). La quatrième contribution est elle aussi étroitement liée à la dynamique générée par le PCR. Engagé à l’automne 2013 dans le cadre d’un Master I puis d’un Master II par M. Le Maire, un travail sur les enclos circulaires a été
  • en Bretagne). Il a été accepté par le comité de lecture. Enfin, suite à une synthèse sur la transition IIIe/IIe millénaire en Bretagne que nous avions présentée à l’EAA de Glasgow en 2015 puis au Congrès Préhistorique de France organisé à Amiens cette année (session 5 : « La fin
  • outre, pour ce qui concerne l’âge du Bronze à proprement parler, plusieurs essais de classement ont été réalisés parmi lesquels nous retenons principalement ceux de J. Briard (Briard 1984) et plus récemment de C. Stévenin (Stévenin 2000). Les motifs en creux sont constitués d’une
  • cordon s’élargit afin de se confondre avec l’anse. Fig. 1 – groupes et sous-groupes des motifs imprimés/incisés (DAO : X. Hénaff). 13 Projet Collectif de Recherche Fig. 2 – groupes et sous-groupes des motifs imprimés/incisés (DAO : X. Hénaff). 14 Rapport d’activité 2016
  • Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 Fig. 3 – Groupes des motifs plastiques (DAO : X. Hénaff). Une première variante consiste à imprimer verticalement une ligne continue de coups de spatule régulièrement espacés (4A2). Une seconde variante est apportée par des
  • » (DAO : X. Hénaff). 17 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 Fig. 5 – Thèmes décoratifs de l’ensemble céramique de Ouessant « Mez Notariou » (DAO : X. Hénaff). 2.1.4. Support et organisation du décor (fig. 6)  Répertoire des formes décorées Morphologiquement
  • interruption de la bande décorée marquée alors par une ou plusieurs lignes verticales, voire une adaptation du motif à la forme de l’obstacle à contourner. Fig. 7 – Quelques exemples de modification des décors au contact des moyens de préhension (DAO : X. Hénaff). 20 Projet Collectif de
RAP02649.pdf (LILLEMER (35). le Haut Charles. rapport de fouille)
  • (J.- N. Guyodo) : zone 2, vue du sud après décapage Cl.5 (J.- N. Guyodo) : z one 1, vue du sud a près déca page. La diffé rence de nivea u au premier plan correspond au dé bouchage (à droite) de la tranchée de diagnostic n° 2. Dès le décapage mécanique, plusieurs structures ont
  • de 0,25m. Reconnue dans les deux zones, il est néanmoins interrompu en zone 1, côté ouest. Ce creusement correspond à la réunion de cuvettes coalescentes de deuxtrois mètres de longueur (fig. 7-10 ; Cl.7), ce qui suggère Cl.9 ( J.-N. Guyodo) : zone 2, fosse 21. A gauche , c
  • en bois (dite n° 2), deux fosses (3 et 19) et quelques trous de calage de poteaux organisés et alignés en plusieurs séries parallèles. Ceux-ci sont positionnés de part et d’autre de la tranchée de palissade 2 (fig. 16), soit au nord de celle-ci (structures 2, 5, 6, 7, 8, 20) soit
  • désormais de l’orme et du frêne qui complètent l’ensemble. Beaucoup de bois blanc, notamment à la base (passe 7), ont été identifiés. Cl.12 (J.-N. Guyodo) : z one 1, tourbière (partie nord), em pierre ment situé à l’interface des US 3 sup et US 3 inf. (vue de l’est). A l’interface des
  • passe s 5-7 (US 3 inf) Fig. 34 Le Haut Charles (Lille mer), zone 1, tourbiè re Fig. 35 Le Haut Charles (Lille mer), zone 1, tourbiè re Plan compilé passe s 8-10 (US 4) 58 Plan compilé passe s 1-2 (partie haute US 3 sup), données architecturales Fig. 36 Le Haut Charles (Lille
  • compilé passe s 1-3 ( US 3 sup) Fig. 48 Le Haut Charles (Lille mer), zone 2, tourbiè re Fig. 49 Le Haut Charles (Lille mer), zone 2, tourbiè re Plan compilé passe s 4-6 (US 3 inf) 72 Plan compilé passe s 7-8 (US 4) Fig. 50 Le Haut Charles (Lille mer), zone 2, tourbiè re Plan
  • compilé passe s 1-3 ( US 3 sup), donné es architectur ales Fig. 51 Le Haut Charles (Lille mer), zone 2, tourbiè re 74 Fig. 52 Le Haut Charles (Lille mer), zone 2, tourbiè re Plan compilé passe s 4-6 ( US 3 inf), données architecturale s Plan compilé passe s 7-8 (US 4), donnée s
  • ) Un bloc de schiste plus volumineux que les autres a été découvert au sein de la tourbière (zone 1, carrés F-G / 5-6), dans un horizon ancien (US 3 inf ; Cl.13). Il mesure 1,25m de longueur pour 0,40 m de largeur maximum et quelques centimètres d’épaisseur. Bien que ce bloc ait été
  • code INSEE Numéro de l’opération N° DB05003402 Numéro de l’entité archéologique n° Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence (Lambert II étendu) x : 290,300 y : 2404,890 z : 1 à 5m NGF Numéro de l’arrêté de désignation du responsable n
  • hampe. Localisation de l’opération Bre tagne, Ille- et-Vila ine, Lillemer Lie u-dit Le Haut Charle s X = 290,300 Y = 2404,890 Z = 1 à 5m NGF Copyright IGN - Echelle 1 :250000 Fig. 1 Loc alisation de la commune de Lillemer, sur fond de ca rte IGN a u 250000e . Copyright IGN
  • - Echelle 1:25000 Fig. 2 Loca lisa tion de la fouille du Haut Charles (Lillemer) sur f ond de carte IGN au 25000 e. 14 Fig. 3 Loca lisa tion de la fouille du Haut Charles à Lillemer sur fond de photo aérienne (en rouge, pa rcelles A 1085, 1087, 1089). Fig.4 Loc alisation de la
  • structure fossoyée linéaire (fossé de parcellaire moderne) orienté nord-sud localisé près de la berme ouest de la zone 1 (carrés A-B / 38-22), seul témoignage en creux récent rencontré (fig. 7). Cl.8 (J.-N. Guyodo) : zone 1, fossé. Empreintes des baguettes de bois piégé es à la base du
  • Haut Charles (Lille mer), zone 2, Coupe Sud-Nord, berme Ouest Coupe intermédiaire Nord-Sud, berme est Fig. 21 Le Haut Charles (Lille mer), zone 2, talus 42 Zone humide Cl.11 (J.- N. Guyodo) : zone 1, berm e nord, coupe Ouest- Est. Les blocs correspondent à l’e mpierr ement
  • Responsable de sec teur Dom inique Doye n, Inrap Technicien Mar c Dumas, Inrap Technicien Matthias Dupuis, Inrap Technicien Fabrice Eden, Inrap Technicien Olivier Ezanno, Inrap Technicien Philippe Forr é, Inrap Technicien Laurenc e Gauber t, Inrap Technicien Eric Gaumé, I
  • elles appartiennent systématiquement aux mêmes horizons sédimentaires sur l’ensemble de la surface ouverte : zone 1 (tourbière, 120m²), les passes 1-4 (US 3sup), 5-7 (US 3inf) et 8-10 (US 4) renvoient partout aux mêmes ambiances stratigraphiques et par là chronologiques. Bien que
  • Archéosciences de Rennes, dont le rendu lacunaire est développé infra (cf. Paléoenvironnement). 12 Cl.2 (J.-N. Guyodo) : zone 1, carré C1 (be rme ouest) , c olonne prélevée pour analyses polliniques. De la même manière, mais en d’autres endroits, des colonnes sédimentaires ont été
  • . J.-N. Guyodo) ainsi que sur d’autres parcelles en fouille programmée (ex. 733). Cette étude du foyer de la zone 1, seule structure de combustion mise au jour sur l’emprise de la fouille 2005, renvoie à une problématique développée est orientée vers la reconstruction du
  • com blement. Cl.7 (J.- N. Guyodo) : zone 1, fossé. Au premier plan talus, à l’a rriè re-plan tourbière. Vue du sud. La première structure assurément néolithique, la plus au nord, est un fossé creusé dans le substrat schisteux mesurant 2m de largeur pour une profondeur conservée
  • plusieurs lits est détaillée dans un prochain chapitre (cf. infra Analyses des résidus organiques et fig. 106). Cl.10 (J.-N. Guyodo) : zone 1, structure de c ombustion. Vue de l’ouest, après décapage. Fig. 7 Le Haut Charles (Lillem er), zone 1, partie ter restre (sud), plan de la
  • passe 1 28 Fig. 8 Le Haut Charles (Lillem er), zone 1, partie ter restre (sud), plan de la passe 2 partie ter restre (sud), plan de la passe 3 Fig. 9 Le Haut Charles (Lillem er), zone 1, 30 partie ter restre (sud), plan de la passe 4 Fig. 10 Le Haut Charles (Lille mer
RAP03284.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015)
  •   Etude du mobilier céramique  A.‐F. Cherel, Q. Favrel, X. Hénaff, O. Lierville, T. Nicolas, J. Ripoche  Etude du Mobiliers lithique  V. Brisotto, K. Donnart, C. Hamon, M. Lemée  Formes de l’habitat  S. Blanchet, M. Gautier, M. Le Maire, G. Leroux, P. Pihuit, S. Sicard  Tombes de l’âge
  • S. Mentele 2014 P.-Y. Milcent, 1992 E. Nicolas, G. Marchand, 2010 F. Bordas Morand Dupuch 2014 Briard 1965, fig. 87 P.-R. Giot, 1973 E. Roy, 2015 JF Villard, 2011 JF Villard, 2011 L. Aubry 2012 T. Allen, 2012 T. Allen, 2012 T. Allen, 2012 T. Allen, 2012 V. Le Gall
  • ).   Travaux 2015  Participants 2015  Inventaire  S.  Blanchet,  V.  Brisotto,  A.‐F.  Cherel,  Y.  Escats,  Q.  Favrel,  M.  Fily,  M.  Le  Maire, T. Lorho, S. Mentele, C. Nicolas, T. Nicolas, Y. Pailler, J. Ripoche, S.  Sicard  Datations  S. Blanchet, C. Nicolas T. Nicolas, S. Toron
  • , 2013 E. Nicolas 2009 L. Aubry, 2010 L. Aubry, 2010 L. Aubry, 2010 E. Mare, 2005 Y. Escats, 2013 Y. Escats, 2013 Y. Escats, 2013 S. Blanchet 2016 J. Briard, J.-P. Nicolardot,1981 S. Blanchet 2010 S. Blanchet 2010 E. Roy, 2010 G. Hamon, 2001 Responsable T. Nicolas J
  •  Bronze final et du début du 1er âge du Fer (XIIIe ‐  VIIe siècles av. J.‐C.) par A.‐F. Cherel et O. Lierville  p.13 2.2 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : premiers éléments de réflexion  par X. Hénaff  p.43 2.3 Le macro‐outillage à l’âge du Bronze dans le Massif
  • .-Y. Robic A.-F. Cherel A.-F. Cherel A.-F. Cherel J.-F. Villard E. Roy E. Roy E. Le Goff T. Nicolas T. Nicolas P.-Y. Milcent T. Nicolas T. Nicolas JF Villard JF Villard A.-F. Cherel O. Lierville O. Lierville O. Lierville O. Lierville T. Nicolas A.-F. Cherel T
  • cours L. Aubry 2005 J.C. Durand, 2013 S. Hinguant, 2012 Responsable Fig. 2 – Inventaire général des ensembles attribués à la période couvrant les XIIIe et VIIe siècles av. J.‐C. (extrait).  Clérigo Clérigo Kerhon Le Parc aux Bœufs ZI de Kerguilloten Pen Mané 3 Pen Mané 3
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  SOMMAIRE  LISTE DES PARTICIPANTS  p.5  1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p.7  2. L’ACTIVITE EN 2015 p.9  2.1 Typologie des céramiques de l’âge du
  • Précisions Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne G. Leroux, en cours J.-Y. Robic, 1989 J.-P. Le Bihan, 1999 J.-P Le Bihan, 1999 J.-P Le Bihan, 1999 J.-P. Le Bihan, 1996 et 1998 E. Roy, 2000 E. Roy, 2000 S. Hinguant, E. Le Goff, 1998 S. Mentele 2014
  • . Nicolas T. Nicolas T. Nicolas E. Mare T. Nicolas T. Nicolas T. Nicolas T. Nicolas J. Briard, J.-P. Nicolardot,1981 A.-F. Cherel A.-F. Cherel T. Nicolas G. Hamon Etude SAINT-SAUVEUR-DESLANDES ARZON BRANDIVY CARNAC CAUDAN 35 56 56 56 56 ROUDOUALLEC THEIX THEIX
  •  Armoricain par V. Brisotto, K.  Donnart et C. Hamon  p.63 2.4 Les enclos circulaires dans le nord‐ouest de la France : regard croisé entre les  monuments de Bretagne et des Pays de la Loire par M. Le Maire  p.81 2.5 Proposition d’outils méthodologiques pour exploiter les données du PCR
  •  du Bronze dans le Finistère  C. Nicolas, M. Fily, Y. Pailler  Mémoires Universitaires  Master  2 : Mickaël  Le  Maire.  Les  enclos  circulaires  en  Direction : S. Boulud (Université de Nantes). Tutorat : S. Blanchet (INRAP)  Bretagne.   Master  2  :  Laurianne  Tonnerre.  Etude
  •   Anthropologique  et  Direction :  C.  Marcigny (Université  de  Rennes  2).  Tutorat :  S.  Blanchet  et  archéologique des squelettes de l’âge du Bronze en Bretagne  R. Colleter (INRAP)  Fig. 1 ‐ Travaux 2015 et mémoires universitaires.  12 Projet Collectif de Recherche Rapport
  • 2015 Giot, Briard 1962 M. Levan, en cours Clément, 1981 J. Lecornec, 1973 J. Lecornec, 1984 S. Blanchet, 1996 S. Sicard, 2013 S. Bourne, 2010 S. Sicard, 2008 S. Sicard, 2008 S. Sicard, 2008 L. Juhel, 2012 Y. Escats, 2011 S Barbeau, 2010 S. Hinguant et al. 1997 S
  • . Hinguant et al. 1997 S. Hinguant et al. 1997 S. Hinguant et al. 1997 S. Hinguant et al. 1997 A. Provost, 1982 E. Ah Thon, 2014 E. Ah Thon, 2012 G. Leroux 1992 V. Le Gall, L. Juhel, 2013 V. Le Gall, L. Juhel, 2013 J.C. Durand, en cours J.C. Durand, en cours J.C. Durand, en
  • J. Lecornec S. Blanchet T. Nicolas T. Nicolas A.F Cherel A.F Cherel A.F Cherel A.F Cherel S. Blanchet T. Nicolas E. Le Goff E. Le Goff E. Le Goff E. Le Goff E. Le Goff A. Provost T. Nicolas T. Nicolas G. Leroux T. Nicolas T. Nicolas A.F Cherel A.F Cherel
  •  Bronze :  p. 93 exemples d’analyses spatiales portées sur les enclos circulaires par E. Le Goff    2.6  Étude  archéo‐anthropologique  des  squelettes  de  l’âge  du  Bronze  en  Bretagne  par  L.  Tonnerre  p. 107 3. PRINCIPALES PERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2016 P.133  DOCUMENTS
  •  ANNEXES  Le  Bronze  moyen  et  l’origine  du  Bronze  final  en  Bretagne  par  S.  Blanchet,  M.  Mélin,  T.  Nicolas et P. Pihuit  Le  macro‐outillage  lithique  sur  les  sites  de  l’âge  du  Bronze  armoricain :  quelques  hypothèses fonctionnelles pour aborder la notion
  •  d’artisanat par C. Hamon et S. Blanchet   FICHES D’ENREGISTREMENT DE DECOUVERTE  3 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne                                                                                                       4 Projet Collectif de
  •  rappeler qu’il  s’agit d’un prolongement tout à fait naturel de l’enquête nationale sur l’âge du Bronze pilotée par M.  Talon,  C.  Marcigny  et  L.  Carrozza  mais  aussi  d’autres  travaux  passés  ou  en  cours  (PCR  Bronze  en  Normandie, PCR Bronze Pays de La Loire…).   A l’instar
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
  • QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020
  • postopératoires 6 (années 1990 et 2000) 2. 2012-2018 : Retour à Beg-er-Vil 7 3. Une vie domestique en bord de mer… 8 Seconde partie : Etudes menées en 2020 10 1. L’équipe de recherche en 2020 10 2. Le tri intégral des sédiments 12 2.1. Plaidoyer de l’intérêt scientifique du
  • 34 5. Projet d’étude anthracologique 35 6. Premières observations carpologiques 37 7 Etudes post-fouille – 2020 Troisième partie : bilan provisoire 39 1. Ce qui est fait et ce qui reste à faire 39 2. La diffusion des résultats 40 2.1. Articles publiés sur les travaux
  • -Maria (fig. 1). Figure 1 - Localisation du site de Beg-er-Vil (DAO : L. Quesnel) 4 Fouille de Beg-er-Vil Figure 2 - Vue aérienne du site en 2014 réalisée par H. Paitier, depuis le nord-est de la pointe. Le site est entre le parking et la ligne de côte (photo : Hervé Paitier
  • d’applications de XR interactives, application à l’archéologie, INSA / Université Bretagne-Loire, 166 p. (co-direction B. Arnaldi et G. Marchand). Un film a été réalisé également, visible avec ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=S19W-i8bT1U Fonction Responsable Nom Grégor Marchand
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • Table des matières Résumé des travaux en 2020 1 Remerciements 3 Première partie : problématique de l’intervention 4 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence 5 1.1. Les fouilles d’Olivier Kayser (1985-1988) 5 1.2. Une longue période d’analyses
  • , élevée de seulement 5 m NGF (fig. 2). Le substrat est un leucogranite moyen à grossier, orienté, à biotite et muscovite. Ces roches d’aspect grossièrement feuilleté s’étendent de la presqu'île de Quiberon jusqu'au Croisic, en intégrant les îles de Houat et Hoëdic, en contraste
  • paléoéconomiques laissés dans l’ombre par les travaux de M. et S.-J. Péquart sur les deux sites morbihannais. Même si il est tentant d’accoler à tous ces sites à niveau coquillier un même label « chasseurs-cueilleurs maritimes », des évolutions sont tout à fait possibles entre Beg-erVil et
  • lors des stages à la loupe binoculaire pour identifier les classes animales et les espèces. Personne par jour Inscrits Encadrant Jour / homme 2mm (N) 4mm (N) 2mm (Poids g) 4mm (Poids g) Total (Poids g) Figure 2– Présentation des problématiques de recherche de Beg-er-Vil
  • Diesch-Sellami (Inrap GSO, ISEM /UMR 5554,) Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne 3 5 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • tamisage à Beg-er-Vil 12 2.2. Bilan du tri des refus de tamis (C. Dupont) 15 3. Bilan de l’étude géoarchéologique de l’occupation mésolithique de Beg-er-Vil 21 3.1. État d’avancement de l’étude de l’amas coquillier 22 3.2. Diffusion et valorisation des résultats 27 3.3
  • destinées à la formation des étudiants. L’objectif était de poursuivre le traitement des refus de tamis issus de la fouille de 2013 et 2014 et de faire un test sur les échantillons tamisés en 2017 sur les fossesfoyères prélevées en 2016 et 2017 (structures L, V et AA). Les conditions
  • programmés lors du premier confinement sont pour certains décalés dans le premier trimestre 2021. Les premiers tests sur les apports du tamisage à maille fine et du tri qui y est associé ont été réalisés sur les crabes (C. Dupont). Ils montrent clairement que les comportements des
  • encore trop tenues pour décrire et exploiter des données qui seront issues des nombreux charbons découverts à Beg-er-Vil (N. Marcoux). Ils sont très attendus car ils permettront de décrire un environnement végétal peut connu pour cette période qu’est le 1 Etudes post-fouille – 2020
  • Mésolithique en Bretagne. L’analyse sera adaptée aux différentes structures observées à la fouille. De même, l’analyse des graines est en cours (M.-F. Dietsch-Sellami). Elle sera basée principalement sur les macrorestes. Les premiers tests de tri faits sur les structures de 2017 n’ont pas
  • ténacité. • Tous les membres de l’équipe scientifique qui rament dans le même sens pour que le navire Beg-er-Vil fonce sur les flots. 3 Etudes post-fouille – 2020 Première partie : Marchand) problématique de l’intervention (G. 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de
  • notamment avec les micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et 5 Etudes post-fouille – 2020 des aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la
  • d’une plage fossile avec une nette troncature sédimentaire, à environ trois mètres au-dessus des plus hautes mers et il est coiffé d’un couvert dunaire qui en a assuré le scellement et la protection. Le site a été découvert par G. Bernier en 1970, puis fouillé sur 23 m² par Olivier
  • toujours comprise dans les deux derniers siècles du millénaire (Thomas et al., 2007 ; Kobashi et al., 2007). 6 Fouille de Beg-er-Vil 2. 2012-2018 : Retour à Beg-er-Vil En réponse à la dégradation évidente de la falaise meuble qui borde le site à l’ouest, il a été décidé en 2012, en
RAP03621 (QUIMPER (29). Kersaliou : Un habitat groupé du Bronze moyen/final. Rapport de fouille préventive)
  • 17 Localisation de l’opération Bretagne, Finstère, Quimper, Kersaliou Saint-Brieuc x : 1349050 y : 7230880 (Lambert CC48) z : 86 à 89 m NGF Quimper Vannes 0 localisation de la fouille archéologique. Rennes 100 km 0 1 km 18 Inrap · Rapport de fouille archéologique
  • Le bâtiment 6 3.8.2 Le bâtiment 7 3.8.3 Le bâtiment 8 3.8.4 Le bâtiment 10 3.8.5 Éléments de datation pour les bâtiments à quatre poteaux 3.8.6 Interprétation et discussion 152 3.9 L’ensemble 1 - un ou plusieurs bâtiment(s) au plan indéterminé 152 3.9.1 Description 3.9.2
  • techniques 259 282 297 326 326 328 331 332 340 346 348 348 Annexe 1. Résultats des analyses 14C Annexe 2. Étude micromorphologique par Carole Vissac Annexe 3. Inventaire des structures Annexe 4. Inventaire des sondages Annexe 5. Inventaire des isolats Annexe 6. Inventaire des
  • ............................................................................... 6 C. La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques............................................... 7 D. Estimation des moyens de la phase terrain ............................................................................................... 9 E
  • 3.6.3 Comparaison et discussion 142 3.7 Le bâtiment 9 139 141 144 3.7.1 Description 3.7.2 Éléments de datation 3.7.3 Comparaison et discussion 144 3.8 Les bâtiments quadrangulaires sur quatre trous de poteau (6, 7, 8 et 10) 142 144 145 146 147 149 150 151 3.8.1
  • prélèvements Annexe 7. Inventaire des minutes Annexe 8. Inventaire des photographies Annexe 9. Inventaire de la céramique et de la terre cuite Annexe 10. Inventaire de l'industrie lithique Annexe 11. Inventaire des autres mobiliers Annexe 12. Liste des figures I. Données administratives
  • . Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • : 7230880 z : 86 à 89 m NGF 2017-007 Nature de l’aménagement Construction d'un lotissement Références cadastrales Commune Quimper Année 2017 Maître d'ouvrage des travaux d'aménagement OPAC de Quimper-Cornouaille 85, rue de Kergestin CS 23005 29 334 Quimper Cedex section(s) HE
  • Lieu-dit Cadastre Surface à fouiller Maître d’ouvrage Bretagne Finistère Quimper Lotissement de Kersaliou Section HE n°336p et 350p 9 960 m² OPAC de Quimper-Cornouaille 85 rue de Kergestin – CS 23005 – 29 334 Quimper Cedex Contexte actuel Nature archéologique Milieu rural
  • 52 52 52 53 53 53 55 55 57 60 1.4.1 Contexte archéologique local avec la collaboration de J.-F. Villard 1.4.1.1 La transition Néolithique/âge du Bronze 1.4.1.2 L’âge du Bronze 58 58 60 Les dépôts métalliques 61 Les sépultures 61 Les habitats 61 Les
  • 1 : une charpente reposant sur des poutres d’entrait 3.3.3.1b Élévation 2 : une charpente reposant sur une structure rayonnante 3.3.3.1c La paroi du bâtiment 3.3.3.2 Hypothèse 2 : une construction sans couverture 3.3.3.3 Discussion : la fonction du « bâtiment 3 » 3.3.3.3a Une
  • autre réseau parcellaire plus récent 231 6.3 Datation 233 7. Synthèse 225 233 7.1 Les habitats du Campaniforme à la fin de l’âge du Bronze en Bretagne : état de la recherche 235 7.1.1 La transition Néolithique final/âge du Bronze ancien (Campaniforme) 7.1.2 L’âge du
  • associé au bâtiment 1 ? 247 8. Conclusion 249 9. Bibliographie 249 Bibliographie générale 254 Bibliographie de l’étude géomorphologique 254 Bibliographie de l’étude de la céramique du Campaniforme et du Bronze ancien 254 Bibliographie de l’étude du mobilier lithique
  • de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de
  • de réalisation du diagnostic 2014-194 du 27 mai 2014 Inrap Jean-François VILLARD 19 mai 2016 Janvier 2015 3/13 I. Données administratives, techniques et scientifiques II. 33 Définition de l’opération de fouille Le projet d’intervention présenté ici répond à la
  • limitée de la fouille (environ 1 ha) et de la nature des occupations, cette phase de l’opération, est estimée à 5 jours ouvrés maximum (1 semaine). Elle prévoit la mise en place de deux ateliers de décapage placés sous la direction du responsable de l’opération qui sera assisté d’un
  • l’organisation générale des occupations 2) restituer la chronologie relative à chacun des ensembles ou des entités archéologiques. 3) recherche d’éléments mobiliers (chronologie absolue) pour les ensembles les plus remarquables (bâtiments, enclos spécifiques, structures à vocation funéraire
  • ; spécialiste qui sera associé à la fouille et à l’étude de ces ensembles dès la phase terrain. 7/13 I. Données administratives, techniques et scientifiques 37 Les structures en creux attribuables à l’âge du Bronze feront l’objet d’une fouille manuelle. Le choix sera arrêté sur la base
  • . © Stéphane Jean « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un document administratif communicable au public dès sa remise au service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions de la Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l’amélioration des relations entre
  • pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies
RAP02851_1.pdf (CHÂTEAULIN (29). penn ar roz : un site d'activité métallurgique protohistorique et antique. rapport de fouille)
  • . Tableau 3 Décompte des types de nucléus. Types de négatifs nb % Laminaire 5 46 Lamellaire 2 18 Laminaire et lamellaire 1 9 Éclat 3 27 Total 11 100 Tableau 4 Largeurs des derniers enlèvements sur les nucléus laminolamellaires (en mm). Objectifs et méthode de
  • , constat traduisant plutôt un abandon volontaire des blocs que pour des raisons techniques. N° largeurs moy. 4067 10/10/9/10/8 9,4 4111 12/16/6 11,3 4148 17/15/10/9/13 12,8 4096-2 15/15/12/13 13,7 4073 16/16/15/12 14,7 4126 16/14 15,0 4139 19/18/13/11 15,2 4096-1
  • réalisés en bout de lame et présentent des fronts semicirculaires larges (fig. 6, n° 4146-1, 4161-2 et 4173) ou étroits (fig. 6, n° 4143-3). La transformation des supports a été réalisée par une retouche directe, rasante et régulière. Les supports sont des lames de bonne voire très
  • fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 5 6 7 9 9 10 11 12 19 21
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 10 Localisation de l’opération Bretagne Finistère Châteaulin Penn ar Roz Parcelle ZE 351 X : 125131 Y : 2375961 Z : 82 m / 94 m NGF 11 Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013
  • proximale de l’éperon topographique délimité par le méandre de l’Aulne à Châteaulin à l’aval du méandre de Saint-Coulitz (fig. 2 à 4). Il s’agit d’une partie d’un plateau culminant vers 80 à 85 m d’altitude IGN dans laquelle l’Aulne est encaissée de 75 à 80 m environ. Le site de Penn ar
  • (14 pièces, soit 8 % du corpus) (tab. 2)). Aucun type d’outil ne domine vraiment le corpus, la variété typologique s’exprimant par un ou quelques éléments des grandes catégories classiques. Avec 4 exemplaires pour les premiers et 3 pour les seconds, ce sont les grattoirs et les
  • , qui comprend alors 3 pièces. Type nb Armatures 3 21,4 Grattoirs* 3 21,4 Burins* 2 14,3 Grattoir-burin* 1 7,2 Pièces esquillées 2 14,3 Éclats retouchés 1 7,2 Encoches/Denticulés 2 14,3 Total 14 100 fig. 5 Sélection de produits laminaires. © Stéphan
  • bonne régularité et un exemplaire double est façonné sur une lame à crête (fig. 6, n° 4146-1). Les deux exemplaires cassés montrent une fracture en flexion sur leur face dorsale qui semble résulter de l’utilisation de l’objet, cassure exploitée dans l’un des cas pour fabriquer un
  • lamelles, ce que traduisent les derniers négatifs d’enlèvements pour lesquels la largeur moyenne se situe vers 13 mm (tab. 3 et 4, fig. 7 à 10). La recherche de lames de bonne régularité et surtout de parfaite rectitude semble même être la priorité des tailleurs, cinq exemplaires
  • altimétriques selon le système Lambert II étendu X : 125068 Y : 2376008 Z : 255m / 250m NGF Numéro de l’arrêté de désignation du responsable Emprise du décapage DB05026702 DB05026703 ___________________________ Maitre d’ouvrage des travaux d’aménagement ZAC
  • burins qui sont les mieux représentés (dont un outil double grattoir-burin). Tableau 2 Décompte général de l’assemblage. * Dans l’étude de l’outillage, le grattoir-burin apparaît à la fois dans la catégorie des grattoirs, ainsi portée à 4 individus et dans la catégorie des burins
  • Hinguant % Signalons ici que de nombreux produits lamino-lamellaires sont bruts (une trentaine de pièces dont 10 entières) et qu’il peut s’agir de supports qui, peu ou pas retouchés, ont pu servir pour leurs tranchants et donc participer ainsi à la panoplie de l’outillage (fig. 5, n
  • burin (fig. 6, n° 4173). fig. 6 Grattoirs, burin et bitroncature. © Stephan Hinguant Les burins sont quant à eux réalisés sur deux supports différents : un est placé sur l’angle d’une lame régulière à la faveur d’une cassure en partie mésiale (fig. 6, n° 4173), un autre sur un
  • bitroncature qui présente des critères morphologiques compatibles avec ceux récemment mis en évidence sur des sites de la fin du Tardiglaciaire (Naudinot, 2010) (fig. 6, n° 4166-3). Malgré des dimensions et une épaisseur légèrement plus grandes du support laminaire utilisé, qui pourraient
  • Nucléus 4148-1. © Stephan Hinguant fig. 9 Nucléus 4096-2 et 4139-1. © Stéphan Hinguant Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013
  • Arrêté de désignation du responsable scientifique 1 Arrêté de prescription contenant le cahier des charges 2 Projet d’intervention approuvé ou autorisé par le préfet de la région 2 Arrêté de désignation du responsable scientifique 2 Les résultats 35 35 36 38 38 1. 1.1 1.2 1.3 1.4
  • stratigraphique L’assemblage lithique Attribution chronoculturelle 51 52 61 67 73 3. 3.1 3.2 3.3 3.4 Les systèmes parcellaires Un probable enclos Un réseau de chemins protohistoriques Un réseau parcellaires et une voirie antiques Un fossé parcellaire tardif 77 77 83 91 102 111 120 4. 4.1
  • 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 Les vestiges d’une activité artisanale Les bas fourneaux Les fosses à charbonnage Les foyers quadrangulaires enterrés Les foyers quadrangulaires bas Des foyers et des fosses oblongs et étroits Des fours à céréales 133 133 136 156 5. 5.1 5.2 4.3 Les vestiges
  • L’occupation de La Tène finale L’occupation à l’époque de la Conquête ou la transition LTF/GR La céramique proto-onctueuse Le briquetage Conclusion Etude des amphores Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013