Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

1367 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03185.pdf ((22)(29)(35)(56). Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR)
  • of the Palaeolithic landscape at the western most tip of continental Europe: The shoreline seen by the Menez-Dregan dwellers. Environmental Archaeology, sous presse. MONNIER J.-L., RAVON A.-L., 2015 - Terra Amata et Menez-Dregan. Des industries du Paléolithique inférieur à rares bifaces et riches
  • systèmes techniques au Paléolithique ancien : quelle actualité ?, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Paris, 0810/10/14, pp. 47-51. RAVON A.-L., MONNIER J.-L., LAFORGE M., 2015 – Menez-Dregan, layer 4 : a transitional layer between the Lower and Middle Palaeolithic in Brittany
  • intéressent tout particulièrement ici. Jersey faisant tout comme la Bretagne partie du Massif armoricain, les mêmes matières premières ont été mises en œuvre au cours du Paléolithique. D’un point de vue techno-typologique, les industries jersiaises et bretonnes sont relativement homogènes
  • périodes froides, et couverts par une végétation steppique favorable à la vie des grands herbivores (Monnier, 1982b). Concernant les industries, plusieurs groupes semblent exister (Monnier, 1998) : des industries caractérisées par la présence, généralement abondante, d’outils sur
  • supports bifaciaux ; des industries comportant accessoirement des bifaces, pas systématiquement sur éclats et souvent de «type acheuléen»; des industries apparemment sans bifaces. Le Paléolithique supérieur armoricain est bien moins connu. Les quelques gisements connus ont été mis au
  • ) se rattache aussi à cette période. Il a livré une industrie gravettienne (Le Mignot, 2000) découverte au sommet d’un head à matrice loessique reposant sur une plate-forme d’abrasion marine (Monnier, 1982a). Il est alors rattaché au MIS 2, après le dépôt des lœss du Pléniglaciaire
  • supérieur (Monnier et al., 2011). Le site de Ty-Saozon sur l’Ile de Batz (Finistère) livre une industrie gravettienne et quelques vestiges lithiques pris dans un head sous-jacent à un lœss. Il est rattaché, d’après les auteurs, au MIS 2, entre 30 et 23 ka (Le Goffic et al., 2003). Enfin
  • . Stratigraphie, structures de combustion, industries riches en galets aménagés. L’Anthropologie, sous presse. MONNIER J.-L., LEFORT J.-P., CLIQUET D., HINGUANT S., HUET B., PIGEAUD R., RAVON A.-L. 2015 – Des mammouths et des Hommes en Armorique. Occupations humaines et variations de
  • pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne, Livret de la Journée scientifique de l’UMR 6566 du CNRS, p. 6-7. RAVON A.-L., MONNIER J.-L, 2015 – Les industries lithiques de Menez-Dregan : entre Colombanien et Acheuléen. Actes de la Table-ronde Identités culturelles et
  • , Quaternary International, http://dx.doi.org/10.1016/j.quaint.2015.07.066. RAVON A.-L., GAILLARD C., MONNIER J.-L., 2015 - Menez-Dregan (Plouhinec, Far Western Europe): the lithic industry from layer 7 and its Acheulian components, Quaternary International, sous presse. 5.2
  • – Communications 11/02/2015 : RAVON A.-L., “The Lower Palaeolithic in Brittany : between Acheulean and Colombanian”, Lithic Studies Society, Franks House, Département de Préhistoire du British Museum. 18/02/2015 : RAVON A.-L., “The Lower Palaeolithic in Brittany : between Acheulean
  • /03/2015 : RAVON A.-L. & LAFORGE M., “Presentation of a new regional project: The first human settlements in North-Western France: pleistocene deposits and palaeolithic occupations in the Brittany region”, Jersey Research Meeting, Institute of Archaeology, Londres. 02/04/2015
  • of palaeoenvironmental change on the palaeolithic settlements in Brittany?”, Conférence Unravelling the Palaeolithic, Southampton, 13-16 janvier 2016. - SHAW A., BATES M., BATES R., POPE M., RAVON A.-L., SCOTT B. : “Petit Portelet, Jersey: A new Neanderthal site in primary context”, Conférence
  • Unravelling the Palaeolithic, Southampton, 1316 janvier 2016. - RAVON A.-L., LAFORGE M. : « Variabilité climatique pléistocène en péninsule armoricaine : quelle peut être l’influence des changements paléoenvironnementaux sur les peuplements paléolithiques de Bretagne ? », Colloque Q10
  • of the Middle Paleolithic site of Piégu (Brittany, France). A multi-material approach. In : 13th International Conference on Luminescence and Electron Spin Resonance Dating, Torun, Poland, 10-14 July 2011, Quaternary Geochronology, LED2011 Special Issue, 10, 424-429. - BATES M.R., BATES C.R
  • ., GIBBARD P.L., MacPHAIL R.I., OWEN F.J., PARFITT S.A., PREECE R.C., ROBERTS M.B., ROBINSON J.E., WHITTAKER J.E., WILKINSON K.N. (2000) - Late Middle Pleistocene deposits at Norton Farm on the West Sussex coastal plain, southern England. Journal of Quaternary Science, 15 (1), 61-89
  • for Middle and Upper Pleistocene landscape evolution in the Sussex/Hampshire Coastal Corridor, UK. Proceedings of the Geologists’ Association, 121, 369-392. - BIGOT B., MONNIER J.-L. (1987) - Stratigraphie et sédimentologie des lœss récents du nord de la Bretagne. Données nouvelles
Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne (2018) (Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR 2018)
RAP02397.pdf (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. rapport final de fp 2006-2008)
  • Paléobotanique : Nancy Marcoux Paléoparasitologie : Françoise BOUCHET Datations : Christophe Falguères, Jean-Jacques Bahain, Norbert Mercier Etude des industries lithiques : Nathalie MOLINES & Luc Le Doussal UMR 6566 du CNRS « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université
  • question et défend certaines hypothèses. Si l'on peut parler de faciès régional pour les industries à galets aménagés du littoral sud-armoricain, il est difficile de le distinguer totalement de l'Acheuléen du nord de la France. Ces industries armoricaines pourraient en effet
  • prudence, car elle ne serait guère fondée que sur la présence (ou l'absence) d'un seul type d'outil (le biface). Des analogies sont possibles entre les industries du littoral sud-armoricain et celles des sites de Tautavel (Pyrénées-Orientales) ou de Terra Amata (Alpes-Maritimes). Des
  • marins et industrie lithique dispersée, présence de gros blocs granitiques anguleux. Les caractères granulométriques sont identiques. Dans le diverticule oriental, les galets de la couche 4b sont redressés contre la paroi. • Couche 4c: matériel sablo-limono-graveleux englobant
  • . 4) et de petits fragments de charbons de bois. Quatre successions ainsi définies se superposent et composent cette séquence sur 0,30 à 0,40 m d'épaisseur, jusqu'au niveau 5d\ le plus riche en artefacts. Globalement, la couche 5 montre une extrême richesse en industrie lithique
  • -dire disposées à plat, directement sous la croûte sommitale et sur le premier lit sableux. • Couche 6: épandage de galets dont le démontage a mis en évidence la richesse en industrie lithique et l'aspect désorganisé des galets (par rapport à un cordon naturel) sur les 20/30 premiers
  • 8b' au sommet de la plage 8 remaniée par les occupations humaines. La couche 7 est également caractérisée par une forte présence anthropique (charbons de bois, graviers rougis, lentille de sable rubéfié associée à des blocs rougis, industrie lithique). C'est la seconde couche
  • humaine. Au-dessous, la plage en place est caractérisée par une matrice limoneuse. La couche 5 apparaît comme la couche la plus fortement anthropique du gisement, extrêmement riche en industrie lithique et conservant des structures. L'abondance de matières charbonneuses organiques
RAP03316.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez-Dregan 1 : des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de FP)
  • paléogénétiques (Geigl 1996, Geigl et al. 2004). Les niveaux d’occupation sont très riches en industrie lithique. Dans son ensemble, cette industrie correspond au faciès Colombanien (Monnier 1996), contemporain de l’Acheuléen mais distinct typologiquement car le macro-outillage est
  • , Gaillard and Monnier 2016, Ravon, Monnier and Laforge 2016). Un nouveau travail de master a permis d’inventorier les galets aménagés de la couche 4 du site (Linda KHAMSITTHIDETH, 2015). La gestion des ressources minérales utilisées pour la production de cette industrie a été étudiée
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • years, took place from 20 March - 4 April in the communes surrounding Ruffiac, Treal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the departments of Morbihan and 1 1 1 e-et-Vi 1 ai ne in eastern Brittany. The aim of the study is to détermine when, how and why the exploitation
  • . However, P, an area topographi cal 1 y characterized by the drop of land down to the River Oust, was not dissimilar to the eastern section of M, where the land dropped down to the River Vilaine; here, for a comparable distance, 6.77. of fields walked had notable concentrations
  • of Bruc — for a distance of some 2.5km; thèse 'blank' fields begin already in the eastern part of Sixt commune though do not reach as far as the présent boundary of Pipriac on the east. Everything, including the shape of the fields, suggests that this is an area of late exploitation
  • material and not pink. Pink schi stes are found, however, in some discrète areas: close to south-eastern Carentoir, in western parts of the Bruc 'blank', in odd fields near Pipriac, around Patis de la Porte, Château La Frèche, La Glonnais, Malon and in small quantities around Les
  • north east to Comblessac, as also north from Comblessac to the Lande de Craon. The pattern of occurrences of the schi stes in thèse transects suggests that the pink schi stes . i.e. material from the Guer quarries, may wel 1 have been the earliest to be used in the roofing industry
  • examination o-F it. Preliminary examination of the pottery suggests that there are some distinctions between the fabrics collected between Pipriac and the Vilaine (Transect M, eastern portion) and those characteri sti c both of the core and of sample transects near it (N, P, R
  • and the western section of M). Some of the Roman fabrics in eastern ti had not been noted before, and included a late Roman roi 1 er-st amped sherd of Argonne ware from M447, near 'Château Gaillard', 2.5km east of Pipriac bourg ■ This ware has an essentially coastal distribution, although
  • there are finds from the Rance/ Vi 1 ai ne river Systems and one sherd from Pipriac is already known (Galliou 1977: 91-2). The médiéval fabrics from this eastern région seem to have less mica, fewer spi cul es and more grog. Some of the fields with Roman material are of particular interest
RAP03499 (PLOUHINEC (29). Ménez-Drégan : Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2017)
  • retrouvé (Monnier et al., 1996 a et b). Les niveaux d’occupation sont très riches en industrie lithique. Dans son ensemble, cette industrie correspond au faciès Colombanien (Monnier, 1996), caractérisé par un macro-outillage essentiellement constitué de galets taillés, mais qui
  • gestion des ressources minérales utilisées pour la production de cette industrie a fait l’objet d’un master (Dréano, 2010, 2011) et d’une publication (Tsobgou Ahoupé et Monnier, 2012). 12 Figure 4 : Carte des sites européens antérieurs à 400 000 ans (DAO L. Quesnel). L'étude des
RAP00021.pdf (PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). Piegu. rapport de sondage)
  • of the settlement seems to be proved by the geological study of the site. The industry could be compared to an Old Middle Palaeolithic or to an «Epi-Achculian». Mots clés : Paléolithique, stratigraphie, Pleistocène , scdimcntologie, outillage lithique, typologie. Key-words : Palaeolithic
  • conduisant à plusieurs publications (J.L. Monnier, 1973 ; J.L. Monnier, 1976 ;J.L. Monnier, 1980, J.L. Monnier et al. 1985). L'origine exacte de cette industrie n'avait toujours pas été observée de manière directe ; des considérations d'ordre stratigraphique et sédimentologique
  • abondants. Un petit biface 3 a été trouvé sur le site, sans que l'on puisse affirmer qu'il appartient à la série principale. Les industries récoltées sur l'estran de Piégu se rattacheraient au Paléo- lithique ancien et moyen ou à un Epi-Acheuléen. Elles proviendraient de niveaux
  • : SOL EBOULIS SANS MATRICE EBOULIS AVEC MATRICE SABLEUSE CALCAIRE EBOULIS SANS MATRICE EBOULIS A GROS BLOCS EBOULIS A MATRICE SABLEUSE CALCAIRE EBOULIS A GROS BLOCS EBOULIS A MATRICE SABLEUSE CALCAIRE HEAD A MATRICE SABLEUSE DECARBONATEE SOL AVEC INDUSTRIES HEAD REMANIANT
  • plus souvent cimentés par le carbonate de calcium, constituant un début de bréchification dans un head sans matrice. Le sol d'occupation humaine reconnu, correspond vraisemblablement à celui qui a fourni les industries ces dernières années, sur l'estran devant le quai de Piégu. 5
  • shelter at the bottom of a cliff which was frequented on a marine recessive period. It was very well situated and aspected. The industry is mainly of flint and has been collcctcd on the beach. Its outstanding features arc a levalloisian technique, a very distinctive levalloisian faciès
  • (particularly numerous levalloisian points), well-made side-scrappers, a lot of natural backed-knives, the rarity of notches, dcnticulatcs, retouched backed-knives and tools of Upper Palaeolithic type, and also the presence of infrequent hand-axes (of Achculian type). The saalian age
  • c l a t s ( m m ) 10 L a r g e u r des talufis ( m m ) l:|Misseur des talons ( m m ) Angle t a l o n / f a c e d ' é c l a t e m e n t (degrés) II % 11,11 1,39 0,46 10,6} 2,7« 0,92 4,17 64,35 3,2» Nuclcm achculccns 2 0,9 J Tabi. 2 : Industrie de I'icgu. Classification
  • des nucicus. levai i n d i c c Icvallois loi s : (IL) 2 4,33 non Icvallois total ï a c c t t a g c large (IFl) 53,26 20,27 28,20 f a c c t t a g c strict (IFs) 36,41 11,00 17,10 laminaire (llam) 11,00 5,85 7,10 Tabl. 3 : Industrie de l'iégu. Indices techniques
  • 9 22 2 3,2 101 à 102 120 80 8,2 105 à 106 145 75 9,9 Tabl. 4 : Industrie de Piegu. Typométric des éclats. IO 4 - L'INDUSTRIE LITHIQUE DE PIÉGU les minéraux lourds (taux de grenat beaucoup plus faible). Ce taux de grenat relativement bas nous conduit à rapprocher
  • ) ne sont pas significatives. Typométrie maximum % 11,11 1,39 0,»6 10,6) Nuclcus prismatiques à un plan de frappe 6 2,7« Nuclcus prismatiques à deux plans de frappe 2 0,92 Nucleus informes 139 64,35 Nucleus globuleux 7 «,17 3,2« 0,93 Tabi. 2 : Industrie de Picgu
  • . Classification des nucleus. i n d i c e levai levallois loi s : (IL) 2 1 , 3 3 non levallois total ( a c c t t a g c large (1F1) 53,26 20,27 28,20 i a c c t t a g c strict (Il s) 36,41 11,00 17,10 laminaire (llam) 11,00 5,85 7,10 Tabi. 3 : Industrie de Picgu. Indices
  • des talons ( m m ) Angle t a l o n / l a c e d ' é c l a t e m e n t (degrés) Tabi. 4 : Industrie de Piégu. Typométric des éclats. 12 cônes de percussion levallois simples 77,90 multiples indices et groupes typologlqués réels essentiels avec couteaux à dos essentiels
  • 0,68 0,99 moustérien (II) 22,15 30,34 73,27 Paléolithique supérieur (III) 1,80 4,08 5,94 denticulés (IV) 1,50 3,40 4,95 non levallois total % 80,14 % 79,60 20,99 % 17,44 % 1,11 % 2,42 % non marques Tabi. 5 : Industrie de Picgu. Analyse des cônes de
  • 101 1,90 Tabl. 6 : Industrie de Picgu. Distribution typologique selon la méthode Bordes. Décomptes réel, essentiel avec couteaux à dos naturel, essentiel sans couteaux à dos naturel. Les numéros 45 à 50 (retouches) ne sont pas pris en compte. été effectués de manière exhaustive
  • dans l'ensemble peu émoussée bien qu'ayant séjourné sur l'estran, elle n'a pas conservé de façon lisible les traces d'utilisation, de sorte que ce critère n'a pu être pris en compte pour la détermination des couteaux à dos naturel. Tabi. 7 : Industrie de Piégu. Indices et groupes
  • silex qui proviennent des cordons de galets du littoral. Quelques éclats et lames levallois sont repré- Fig. 6 : Industrie de Piégu. Raeloirs divers (légende détaillée dans le texte). Fig. 7. : Industrie de Piégu. Racloirs, couteaux, biface atypique, divers (légende détaillée
  • légèrement envahissantes. Racloir à dos aminci : également une seule pièce rap- Fig. 8 : Industrie de Piégu. Bifaee, choppers et chopping-tools (légende détaillée dans le texte). 17 portée à ce type (fig. 7, n° 2). Il s'agit d'un petit racloir à retouche scalariforme fait à partir
  • partie du bord gauche, 100 _ 75 50 25 IL IFs IF1 Ilam 9 10 11 12 18 21 22 25 26 27 26 29 24 17 20 I II III IV ILty IR IAu IB Ire 32 34 3 6 3 8 39 40 41 42 4 3 44. 45 46 48 50 51 52 53 54 55 57 59 62 63 33 35 37 47 49 56 56 61 Fig. 9 : Industrie de Piégu. Diagramme
  • ) présente deux enlèvements sur une face et quatre sur l'au- % Fig. 10 : Industrie de Piégu. Diagrammes lypologiques cumulatifs (méthode Bordes) en décompte essentiel. Les numéros en abscisses renvoient à la liste-type (voir tableau 6). En tircté : diagramme sans les couteaux à dos
RAP02270.pdf (PLOUHINEC (29). rapport sur la campagne de fouille 2007 du gisement paléolithique inférieur de menez drégan 1. rapport 2007 de fp 3 (2006-2008))
  • : Françoise BOUCHET Datations : Christophe Falguères, Jean-Jacques Bahain, Norbert Mercier Etude des industries lithiques : Nathalie MOLINES & Luc Le Doussal UMR 6566 du C N R S « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », C N R S , Université de Rennes 1, Ministère de la Culture
  • Marguerie & Brigitte Van-VIiet Lanoë Paléobotanique : Nancy Marcoux Paléoparasitologie : Françoise BOUCHET Datations : Christophe Falguères, Jean-Jacques Bahain, Norbert Mercier Etude des industries lithiques : Nathalie MOLINES & Luc Le Doussal UMR 6566 du C N R S « Civilisations
  • certaines hypothèses. Si l'on peut parler de faciès régional pour les industries à galets aménagés du littoral sud-armoricain, il est difficile de le distinguer totalement de l'Acheuléen du nord de la France. Ces industries armoricaines pourraient en effet correspondre à des aires
  • guère fondée que sur la présence (ou l'absence) d'un seul type d'outil (le biface). Des analogies sont possibles entre les industries du littoral sud-armoricain et celles des sites de Tautavel (Pyrénées-Orientales) ou de Terra Amata (Alpes-Maritimes). Des comparaisons intéressantes
  • marins et industrie lithique dispersée, présence de gros blocs granitiques anguleux. Les caractères granulométriques sont identiques. Dans le diverticule oriental, les galets de la couche 4b sont redressés contre la paroi. • Couche 4c: matériel sablo-limono-graveleux englobant
  • (coupes E - F et E'-F', fig. 4). Quatre successions ainsi définies se superposent et composent cette séquence sur 0,30 à 0,40 m d'épaisseur, jusqu'au niveau 5d', le plus riche en artefacts. Globalement, la couche 5 montre une extrême richesse en industrie lithique, d'où provient
  • lentille dans la zone Ouest, sur la plage 6 et sous la couche 5e proprement dite (cf. photos infra) Le sédiment est marqué par des illuviations en bandes particulièrement nettes 19 • Couche 6: épandage de galets dont le démontage a mis en évidence la richesse en industrie lithique et
  • par une forte présence anthropique (charbons de bois, graviers rougis, lentille de sable rubéfié associée à des blocs rougis, industrie lithique). C'est la seconde couche archéologique du gisement. L'absence de mélange de stocks granulométriques marque une certaine homogénéité dans
  • anthropique du gisement, extrêmement riche en industrie lithique et conservant des structures. L'abondance de matières charbonneuses organiques (charbons de bois, petits fragments osseux carbonisés...), associées à ces structures, confirme la présence de feux entretenus. Les lits fortement
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • of the relationship between land-use and settlement during the 1 ast two thousand years, took place from 25 August - 1 October in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the department of Morbihan in eastern Brittany. The ai m of the study is to détermine when
  • some pièces were 5mm across. This layer varied in thickness -from 0.75m on the eastern, up-slope, side o-f the trench to 0.38m on the west. At the east end the top sur-face o-f 2 curved as i -f the layer had been mounded up. This layer could not be total ly excavated over the whole
  • and A79 were first walked at 50m intervais in 1982; the material which was recovered concentrated where the two fields joined and was classified as a 'probable médiéval site'; Roman pottery was also noted. The field boundaries were subséquent 1 y changed and the eastern part of A31 has
  • southerly, 0.S lm wide and 0.4m deep (51: filled with 50), appears to have been reçut, for a smaller ditch (80: fill 81) 0.5m wide and 0.15m deep had removed the eastern side of ditch 51. Neither ditch produced finds. Ditch 53 was wider (1.2m) and deeper (0.5m) and its fill (52) contai
  • to have been a Spanish amphora; the upper fill (58) produced no finds. The eastern edge of the ditch had been eut into by a group of four pits. Pit 77 was dug first, and then three more -71, 73 and 75: none of the fills produced finds (76, 70, 72, 74). A mètre down slope
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • place between 21 March and 13 April in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Nicol as-du-Tertre and Carentoir in the Morbihan in eastern Brittany. The aim of the study is to détermine when, how and why the exploitation of the environment changed direction within the historic period
  • of brick and tile (50.82g). The assemblage included second-century Roman wares, fifteen fragments of tegul a and one of imbrex. Médiéval and post-medieval pottery were gênerai 1 y distributed over the field but both Roman pottery and brick and tile cl ustered in the north-eastern third
  • of évidence suggests intensive cultivation in the late middle âges that was limited in the early modem period with changes in the social status of the 1 andowner and in his method of 1 and management. 8 Envi ronmental , Pottery, Architectural and Language Work, 1984-85 In the course
  • and magnetic suscepti bil i ty readings were taken at mètre intervais along transects intersecting in the middle of an unexcavated building. In gênerai both magnetic susceptibil ity readings and phosphate quantities were very low, at less than 10 Si/kg and lOOppm, but over the site
RAP03790 (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I, des prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de fouille)
  • surtout de sa longue stratigraphie, de son occupation semi-continue, et de son industrie lithique abondante. 14 Problématique de la recherche et principaux travaux Des avancées considérables ont été réalisées depuis la découverte du premier site de type Colombanien en 1980. Il est
  • travail de master avait permis de démarrer l’inventaire des galets aménagés de la couche 4 du site (Linda Khamsitthideth, 2014). La gestion des ressources minérales utilisées pour la production de cette industrie a fait l’objet d’un master (Dréano, 2010, 2011) et d’une publication
  • sur cordon littoral à galets, d’une épaisseur variable (US 6). Les 20 à 30 derniers centimètres de cette unité sont perturbés par une occupation humaine dont témoigne une abondante industrie lithique, la base de la couche restant quant à elle stérile (Monnier et al., 1996a). Cet
  • compose de 4 lits brun noir (5a à 5d) très riches en charbons et à humification coprogène, qui alternent avec 5 lits plus clairs qui sont principalement constitués par une industrie lithique très abondante. L'unité stratigraphique 5 est un complexe sédimentaire puissant, qui inclut à
  • , a livré une industrie abondante, dont il serait intéressant de reprendre l’étude afin d’effectuer de nouvelles comparaisons et interprétations à la lumière des informations dont nous disposons à présent concernant l’industrie lithique de Menez-Dregan I. Ainsi, les gisements de MDI
  • , MDII, MDIII et MDIV se situent tous à l’abri de couloirs d’érosion et conservent tous des lambeaux d’anciens cordons littoraux au sein desquels les différents groupes humains qui se sont succédé dans le secteur ont pu se fournir en matière première pour confectionner leur industrie
RAP03161.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des Préandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2015)
  • très altérés ont pu être retrouvés et identifiés (équidé, bovidé) par des analyses paléogénétiques (Geigl 1996, Geigl et al. 2004). Les niveaux d’occupation sont très riches en industrie lithique. Dans son ensemble, cette industrie correspond au faciès Colombanien (Monnier 1996
  • 2016). La gestion des ressources minérales utilisées pour la production de cette industrie avait fait l'objet d'un travail de master (Dréano 2010, 2011) et d’un article (Tsobgou-Ahoupé et Monnier, 2012). Un nouveau travail de master a permis d’inventorier les galets aménagés de la
RAP02164.pdf (PLOUHINEC (29). gisement du paléolithique inférieur de Ménez Drégan. rapport final de synthèse de fp 3 2003-2005)
  • ) Fig. 1 : Menez-Dregan. Plan général du site et découpage des secteurs de la banquette supérieure. 4 i C = 10,778 % k J, ^ = 10,697 A = 10,881 Altitude en m N.G.F. Bloc Galet marin Industrie lithique Pièce rubéfiée Couche charbonneuse organique inférieure (C 2.1) Sédiment
  • (et la présence de pièces brûlées semble le confirmer), ces structures devaient probablement être positionnées 6 Photo 2 : Menez-Dregan. Foyer 5d (cliché S. Hinguant). 7 A Altitude en m N.G.F. Bloc Galet marin Industrie lithique Pièce rubéfiée VA AC prélèvement sédiment
  • sol 7 (cf. gros bloc effondré en coupe E-F). Quoi qu'il en soit, ces blocs seront à prendre en considération dans le traitement de l'organisation de l'habitat, en terme de répartition spatiale des industries lithiques mais également dans leur rapport avec d'éventuels aménagements
  • effondrée Relevé : S. Hinguant et R . Colleter. D A O : R . Colleter / I N R A P \ Xi?--« P'/V- 1=7- ^ O^a-Q. : 2b 2c 3a 3b 4a 4b 6 7 8b sup. X = 8b inf. 8a Ilm 10 11 Fig. 5 : Menez-Dregan. Colonne stratigraphique synthétique. 13 o oí O < Q 4 - INDUSTRIES LITHIQUES Au
  • ") 2m 5»' Si3 station i (S; 8.88/;. 2m 5b Fig.l 1 : Menez-Dregan, répartition des vestiges dans les niveaux 5a-5d' selon YZ. 20 Fig.12 : Menez-Dregan, remontages des pièces en quartz dans la couche 5. 21 Industries, structuration de l'espace et activités spécialisées Les
RAP02565.pdf ((29). les sites paléolithiques en Finistère. éléments pour une réflexion sur l'étude et la protection des gisements. rapport d'étude)
  • concernent plutôt les sites de plein estran (sans véritable lien stratigraphique) (Hinguant, 1996, type 5), ou des associations estran/falaise de dépôts meubles avec des industries en place (types 1 et 2). Nous retrouvons également les sites de type 4, occupations au pied de chaos rocheux
  • industrie lithique réduite. FVA (fond de vallée) : concerne les sites occupant un fond de vallée (en l'occurence des rias sur le littoral breton), même si les ramassages sont effectués sur estran. C'est ici le caractère "vallée" qui prime sur celui "d'épandage". GRO (grotte
  • ). La puissance des dépôts dépasse 20 m. Une des couches repérées recèle une industrie sur galet attribuable au Paléolithique inférieur (fig. 6, couche 4). Il s'agit d'un podzol humo-ferrique hydromorphe contenant par ailleurs des charbons de bois. Les pièces sont façonnées sur silex
  • d'épaisseur, en bas de versant. (Monnier, 1975 et 1976). La stratigraphie est reconnue sur une profondeur de près de 5 m. Les niveaux supérieurs de terre arable présentent une industrie en position remaniée. Les limons supérieurs (couches 2a et 2b) contiennent de possibles traces
  • , remplissant les interstices du rocher en place et livrant une industrie homogène. La majeure partie des éclats provient de la couche 2 et une concentration importante de l'outillage semblait exister au nord, bien qu'aucune disposition intentionnelle n'ait été repérée (Giot et al, 1977a
  • . Une industrie en quartz a été découverte en divers points de la falaise bordant la plage de Raguenès et la petite île toute proche du même nom (carte 34). Les pièces recueillies se situent soit dans le head soit dans un cordon littoral peu épais et discontinu, reposant sur ce head
  • succèdent des alternances de niveaux marins (plages anciennes) et de couches anthropiques riches en industrie lithique, charbons de bois et ossements. Les niveaux de colmatage définitifs de la cavité, marquant son abandon, sont constitués d'éléments remaniés et de sable dunaire datés
RAP03055.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des prénéandertaliens aux néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. rapport final de fp 2012-2014)
  • ossements très altérés ont pu être retrouvés et identifiés (équidé) par des analyses paléogénétiques (Geigl 1996). Les niveaux d’occupation sont très riches en industrie lithique. Dans son ensemble, cette industrie correspond au faciès Colombanien (Monnier 1996), un faciès du
  • 2010, 2011, Ravon et Monnier, 2013) et se depuis la rentrée 2012 grâce au financement d'une thèse de doctorat par l'ARED-Bretagne (Ravon, en cours). La gestion des ressources minérales utilisées pour la production de cette industrie avait fait l'objet d'un travail de master (Dréano
  • parler de faciès régional pour les industries à galets aménagés du littoral sud-armoricain, il est difficile de le distinguer totalement de l'Acheuléen du nord de la France. Ces industries armoricaines pourraient en effet correspondre à des aires d'activités spécialisées, comme cela
  • (ou l'absence) d'un seul type d'outil (le biface). Des analogies sont possibles entre les industries du littoral sud-armoricain et celles des sites de Tautavel (Pyrénées-Orientales) ou de Terra Amata (Alpes-Maritimes). Des comparaisons intéressantes peuvent aussi s’orienter vers