Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4017 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03188.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). Château de Roc'h Morvan : enceinte basse. Rapport de FP 2015)
  • terrain : Conseil général du Finistère N° INSEE : 29 237 002 Protection juridique : Inscription M.H. en 1924 Opération archéologique Nature de l’opération : Fouille programmée Arrêté(s) de prescription n°: 2015-020 en date du 15 avril 2015 Responsable de l’opération : Ronan PERENNEC
  • (Conseil départemental du Finistère – DCJS-CDPM – Mission Archéologie / Centre départemental de l’archéologie) Maître d’ouvrage : Conseil départemental du Finistère Localisation : enceinte basse, plate-forme orientale Surface décaissée ou fouillée : Fouille menée jusqu’au substrat : non
  • laquelle elle s’adosse. Cet ensemble fortifié est en effet encore relié au rocher du donjon par les vestiges d’une courtine ruinée côté nord. La courtine sud avait quant-à elle totalement disparu du paysage, tandis que la courtine orientale, initialement noyée sous les remblais de
  • de la partie principale. La partie orientale de l’enceinte concernée par la fouille est, d’un point de vue de la topographie actuelle des lieux, un ensemble à part. Elle est aussi plus facilement accessible dans un premier temps, pour des raisons de sécurité des personnes. En
  • préliminaire a été reconduit sur la plate-forme orientale, pour y agrandir la surface fouillée, et en contrebas des affleurements rocheux côté sud, afin de vérifier l’hypothèse de la présence d’une deuxième tour ; et pour suivre les éventuels prolongements des courtines sud mises au jour
  • (cl. R. Pérennec, CD29/Mission Archéologie). 3-3) Enregistrement des données et relevés Le secteur fouillé a été divisé en 9 zones d’importance inégale, correspondant à des Unités d’Habitats (UH) : intérieurs de bâtiments, fortifications successives d’un même front, etc. Fig. 4
  • jour après démontage de la berme de soutènement du mur M33 (fig. 5 et 6). Fig. 5 : Parement US 2560, sous la façade du logis oriental M33, en UH2. Vue prise du sud-ouest. Cl. E. Simonet, 2015, CD29/Mission Archéologie. Le parement US 2051 rapporté sur le mur M33 au XVIIe siècle
  • 1. DAO B. Grall, 2015, CD29/Mission Archéologie. Cette structure peut être raccordée à un angle de murs partiellement mis au jour en UH1, présentant des orientations similaires. Il s’agit d’un parement de moellons liés à l’argile US 2079, lui aussi orienté nord-sud, et d’un
  • départemental de l'Archéologie La Roche-Maurice, château arrêté n° 2015-020 Fig. 8 : Angle de murs US 2079 et US 2112, en UH1. Cl. E. Simonet/ B. Grall, 2015, CD29/Mission Archéologie. Aucun sol fouillé n’a directement été mis en relation avec le bâti. Toutefois, le surcreusement d’une
  • , en légère pente vers le nord, puis par un niveau d’argile brune US 2115, de même pendage (fig. 26). Nous sommes désormais assurés que l’implantation sur la plate-forme orientale s’est faite assez tôt, antérieurement à l’enceinte du XIIIe siècle. Les données recueillies sont
  • pu être cernée. 19 Conseil départemental du Finistère Centre départemental de l'Archéologie La Roche-Maurice, château arrêté n° 2015-020 Fig. 11 : Plan de phasage de la phase 2 en UH1-UH2. DAO B. Grall, 2015, CD29/Mission Archéologie. 1-3) Phases 3 et 4 (fig. 15) 1-31) Etat
  • . Fig. 15 : Plan de phasage des phases 3 et 4 en UH1-UH2. DAO B. Grall, 2015, CD29/ Mission Archéologie. En UH2, à l’intérieur du bâtiment nord, les niveaux de sols et de remblais sont en pente vers l’ouest (fig. 16, coupe CC’-DD’). Ils sont marqués par un remblai argileux gris US
  • Fig. 17 : Foyer US 2577, dans le bâtiment nord. Cl. E. Simonet, 2015, CD29/ Mission Archéologie. Cette occupation est scellée par un remblaiement de 8 à 10 cm d’épaisseur, pouvant ponctuellement en atteindre près de 0,20 m (côté sud-est). A moins que les niveaux sous-jacents
  • d’argile rubéfiée US 2578, devant l’escalier d’accès aux latrines. Cl. E. Simonet, 2015, CD 29/ Mission Archéologie. 24 Conseil départemental du Finistère Centre départemental de l'Archéologie La Roche-Maurice, château arrêté n° 2015-020 Dans le logis oriental, en UH1, un remblai
  • chaux 2561. Vue prise du sud. Cl. E. Simonet, 2015, CD29/ Mission Archéologie. Fig. 23 : Foyer US 2558. Vue du nord-ouest. Cl. R. Pérennec, 2015, CD29/ Mission Archéologie. 1-3-2) Etat 2 : phase 4, XVe siècle Une réfection partielle des sols rubéfiés du bâtiment nord, en UH2, est
  • : Estrade US 2548, dans le bâtiment nord. Vue de l’ouest. Cl. R. Pérennec, 2015, CD29/ Mission Archéologie. Une importante structure maçonnée en dalles et moellons de schiste liés à l’argile US 2548 est construite à l’est du bâtiment nord (fig. 24). L’emprise bâtie est de l’ordre de 3 x
  • stratigraphiques en UH1. Relevé E. Lagneau, DAO E. Simonet et B. Grall, 2015, CD29/ Mission Archéologie Cette structure est elle aussi engagée sous la berme, donc incomplète. Mais elle présente un aménagement de pierre plate au fond, supportant des pierres sur chant (US 2088) disposées le long
  • LA ROCHE-MAURICE (FINISTERE - BRETAGNE) Château de Roc’h Morvan : enceinte basse Rapport de fouille programmée Arrêté de prescription SRA 2015-020 Ronan PERENNEC (dir.) Bertrand GRALL, Envel SIMONET Quimper – Le Faou : Conseil départemental du Finistère, Mission Archéologie
  • , rapport de fouille programmée 2015. Le Faou - Quimper : Département du Finistère, Centre départemental de l’archéologie - Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, 2015. Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de fouille archéologique. Les
  • consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code
RAP03532 (LA ROCHE-MAURICE (29). Château de Roc'h Morvan, enceinte basse. Rapport de FP 2017)
  • , globalement parallèles, laissent entrevoir un aménagement de toute la partie orientale de l’enceinte, pour en évacuer les eaux de pluies (fig. 83). La surface rocheuse, malgré 28 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237
  • (2012) : Section AA, parcelles : 130 Coordonnées RGF93 CC48 : - X : 1168055,04, Y : 7277474,33 Propriétaires du terrain : Conseil départemental du Finistère N° INSEE : 29 237 002 Protection juridique : Inscription M.H. en 1924 Opération archéologique Nature de l’opération
  • : Fouille programmée Arrêté(s) de prescription n°: 2017-163 en date du 17 mai 2017 Responsable de l’opération : Ronan PERENNEC (Conseil départemental du Finistère – DCJS-CDPM – Mission Archéologie / Centre départemental de l’archéologie) Maître d’ouvrage : Conseil départemental du
  • / Mission Archéologie), Anne BADICHE-DESILLE (CDPM/ Mission Patrimoine architectural), Patricia LOUBOUTIN (CDPM/comptabilité, marchés) Équipe archéologique : Centre départemental de l’archéologie : Ronan PERENNEC – responsable d’opération Bertrand GRALL – topographe dessinateur Emilie
  • . DAO B. Grall, CD29/Mission Archéologie. 7 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2017-163 I) Présentation I-1) Emprise du secteur étudié L’étude porte sur une enceinte située en contrebas, et à
  • l’est de la partie aristocratique, sur laquelle elle s’adosse. Cet ensemble fortifié est en effet encore relié au rocher du donjon par les vestiges d’une courtine ruinée côté nord. La courtine sud avait quant à elle totalement disparu du paysage, tandis que la courtine orientale
  • aussi la mise en relation des dépôts sédimentaires et des maçonneries. 8 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2017-163 Fig.2 : Plan topographique et structures mises au jour. DAO B. Grall, CD29
  • Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2017-163 II Les Résultats 1) Le secteur nord-est de l’enceinte : les UH1, UH2 et UH3 (fig. 11 et fig. 3) 1-1) Une occupation dès le haut moyen-âge ? En UH3, la surface du rocher est plus
  • orientale de l’enceinte, en UH1, la partie basse des fondations du mur M 2112 présente une anomalie de construction : les pierres y ont semble-t-il été appareillées avec un soin qui tranche sur ce qui a pu être observé par ailleurs (Cf. p. 16-21, et Cf. fig. 7, fig. 9 et fig. 10) 2
  • l’abbaye de Landévennec, mais surtout les mottes de Lesquelen en Plabennec (Irien 1981), et de Lamber en Ploumoguer (Sanquer 1979). 3 Laboratoire Beta Analytic Inc., référence Beta-482204 : LRM2017-2159. Cf. fig. 118. 2 13 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La
  • . Pérennec, CD29/ Mission archéologie 14 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2017-163 Fig. 6 : La courtine sud en UH3, adossée au socle rocheux. Vue du nord-est. Cl. R. Pérennec, CD29/ Mission
  • du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2017-163 Fig. 7 : Angle des murs M 2079 et M 2112, en UH1. Vue prise du sud-ouest. Cl. R. Pérennec, CD29/ Mission archéologie. Enfin, côté ouest, en UH2, un parement de moellons
  • démontage partiel de la structure postérieure M 2548. Cl. R. Pérennec, CD29/ mission archéologie. A l’ouest, la partie rocheuse la plus importante est visible sur 2,48 m de largeur pour 1 m de hauteur. Les moellons sont maçonnés en léger débord du rocher. Bien que l’US 2708 soit liée à
  • sur 2,70 m de longueur. En retour perpendiculaire, à 10 m à l’ouest de la façade occidentale du logis oriental M33, un mur M 2717, de près de 0,90 m de largeur, a été arasé par des aménagements contemporains (fig. 17). 24 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La
  • Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2017-163 Fig. 15 : Elévation nord du mur M 2528, en UH2. Orthophoto R. Louessard, DAO C. Pfister, E. Lagneau et B. Grall, CD 29/ Mission archéologie. 25 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La
  • Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2017-163 26 La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan Fig. 16 : Vue zénithale de la moitié orientale de l’enceinte basse, en cours de fouille. Cl. M. Menanteau, orthophoto R. Louessard. Conseil départemental du
  • d’arasement se situe 4,40 m plus haut que le niveau du dallage US 2720. Fig. 17 : Mur M 2717 arasé, et vestiges du dallage US 2720 (à gauche). A l’arrière-plan, mur M 2528 et retraits d’aplombs US 2718 et US 2719. Vue du nord. Cl. R. Pérennec, CD29/ Mission archéologie. Plus au sud, en
  • 2167, que recouvre une US limono-argileuse marron clair US 2166, avec blocs de schiste en vrac (fig. 20). Fig. 20 : Tranchée de fondation de la courtine du XIIIe siècle M31, ayant en partie démoli le mur M 2079. Vue de l’est. Cl. J. Bourmeyster, CD 29/ Mission archéologie. 30
  • M 2112, et le creusement s’est arrêté sur l’US 2159, qui en constitue le fond (fig. 12, coupe EF). Fig. 21 : Fin de creusement de la tranchée US 2140/ 2155. Vue du nord. Cl. E. Lagneau, CD 29/ Mission archéologie. La fouille a mis en évidence que l’US construite 2144 n’était
  • La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2017-163 Fig. 22 : Parement est du mur M33, en UH1. Orthophoto R. Louessard. Conseil départemental du Finistère Mission archéologie 32 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice
RAP03671 (LA ROCHE-MAURICE (29). Château de Roc'h Morvan, enceinte basse. Rapport de FP 2018)
  • rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations
  • 002 Protection juridique : Inscription M.H. en 1924 Opération archéologique Nature de l’opération : Fouille programmée Arrêté(s) de prescription n°: 2018-158 en date du 16 mai 2018 Responsable de l’opération : Ronan PERENNEC (Conseil départemental du Finistère – DCJS-CDPM
  • administratif : Ronan BOURGAUT (CD29/ Mission Archéologie), Ronan PERENNEC (CD29/ Mission Archéologie), Anne BADICHE-DESILLE (CD29/ Mission Patrimoine architectural), Patricia LOUBOUTIN (CD29/CDPM/comptabilité, marchés) Équipe archéologique : Centre départemental de l’archéologie : Ronan
  • Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2018-158 I) Présentation I-1) Emprise du secteur étudié L’étude porte sur l’enceinte orientale du château. Cet ensemble fortifié, en contrebas de la tour maîtresse, est relié au rocher du donjon par les vestiges d’une
  • de la structure US 2548 a permis cette année de mettre en évidence la continuité du mur M 2528, sur une bande rocheuse, et sa liaison avec M 2560 : M2528 a été reconstruit a posteriori sur ce nouveau segment mis au jour. (fig.15). Fig. 15 : Mur M2528, section orientale du
  • , et partiellement masquée. La partie haute de cette bande de quartzite est particulièrement bien apparente, en UH1, mais aussi à l’est de l’UH2 (fig. 15). 23 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n
  • départemental du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2018-158 1-3) Phase 2 : Le XIIIe siècle (fig. 13) En UH2, un niveau de limon brun très compact US 2728 est épais de 1 à 8 cm. Cette terre battue compacte est en pente vers le
  • Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2018-158 1-5) Phase 4, XVe siècle Quelques informations complémentaires ont été apportées sur l’occupation de cette partie de l’enceinte en phase 4, en UH3. Le démontage des vestiges d’un
  • archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service régional de l’archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n°78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils
  • pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2018-158 Sommaire Fiche signalétique Générique de l’opération p. 1 p. 3 p. 4 Arrêté d’autorisation p. 5
  • Présentation p. 10 I-1) Emprise du secteur étudié p. 10 I-2) Moyens mis en oeuvre p. 10 I-3) Enregistrement des données et relevés p. 10 II Les Résultats p. 13 1) Le secteur nord-est de l’enceinte : les UH1, UH2 et UH3 p. 13 I 1-1) Une occupation dès le haut moyen-âge
  • -2) Phase 3 : le XIVe siècle p. 67 3-3) Phase 4 : le XVe siècle p. 70 3-4) Phase 5 : le XVIe siècle p. 74 3-5) Phase 6 : Le XVIIe siècle p. 79 2) 2-6) 3) 1 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie 3-6) p. 80 Conclusion p. 82 Bilan et perspectives
  • mobilier en fer p. 181 3) Le mobilier en alliage cuivreux p. 187 4) Le mobilier en plomb et en verre p. 191 4) Le mobilier lithique p. 193 Diagrammes stratigraphiques p. 195 Table des illustrations p. 202 IV IV-A) IV-B) Annexe 2 EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2018-158
  • Phase 7 : Les XIXe-XXe siècles III Annexe 1 La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan 2 Conseil départemental du Finistère Mission archéologie La Roche-Maurice Château de Roc’ Morvan EA : 29 237 0002 Arrêté n° 2018-158 Fiche signalétique Identité du site Région : Bretagne
  • Mission Archéologie / Centre départemental de l’archéologie) Maître d’ouvrage : Conseil départemental du Finistère Localisation : enceinte basse Surface décaissée ou fouillée : Fouille menée jusqu’au substrat : oui, partiellement Dates d’intervention sur le terrain : 2 juillet au 14
  • du mobilier archéologique : Centre départemental de l’archéologie (Conseil général du Finistère) – Le Faou / Dépôt de fouilles archéologiques du Finistère Résumé : L’intervention 2018 a permis d’affiner la datation des différents états successifs. Cela concerne avant tout le logis
RAP02603.pdf (PCR Brécilien. étude interdisciplinaire d'une forêt mythique. bilan d'activités 2010. projet collectif de recherches)
  • Paimpont, montrant ainsi que les minerais de fer de ce domaine sont intensivement exploités depuis l'Age du Fer. Les travaux réalisés en 2010 sur le massif de Paimpont se déclinent en opérations de prospection thématique, sondages et fouille archéologique. Le lancement d'analyses
  • 2010 2. Fouilles archéologiques 2.1 Ateliers de La Boissière Les opérations de sondage menées sur les ateliers de La Boissière (responsable J.-B. Vivet) visaient à explorer une zone étendue (plus de 7 ha) afin de comprendre l'articulation, entre eux des sites apparus en
  • a été faite avec des scories de forge issues de sites archéologiques, situés, malheureusement en dehors de la zone de Paimpont. En prenant en compte les éléments majeurs seuls, ces scories en culot sont assez difficilement différenciables des scories de forge. Cependant, en prenant
  • signatures chimiques des minerais et moyennant le tout. Les sites d'habitat et autres occupations En début d'année, la carte archéologique de Bretagne recensait 516 sites sur le territoire concerné par ce programme de recherche (Figure 11). Malgré une répartition assez homogène au
  • d'un sonar. Cette opération a révélé la présence d'une ancienne digue, de probables aménagements piscicoles ainsi qu'un éventuel tertre (Figure 14). Figure 11 : Carte archéologique de la zone PCR en 2009(données SRA Bretagne) Figure 12 : Secteurs prospectés depuis 2008 (en rouge
  • Elise Merdy Jean-Bernard Vivet SI VU Forge, métallurgie en Brocéliande ,«•.''"•.1,, 1 1 i BfocélÎQnde MAISON DES SCIENCES DE L' OMME EN BRETAGNE k j. ■! , );...■■. ■ ::L UNIVERSITE DE RENNES 4 1603 Crédits photographiques : Bas-fourneau (N. Girault) Relevé sonar de
  • climatique 4. Cadre pédologique La paléométallurgie 1. Prospection 2. Fouilles archéologiques 2.1 Ateliers de La Boissière 2.2 Atelier de Moustache 2.3 Fouille du site de Péronnette 3. Analyses C14 3.1 Sites protohistoriques 3.2 Production de fer médiévale 4. Analyses métallurgiques (C
  • cours de ce programme de recherche, il s'agit de comprendre l'évolution du territoire de l'ancienne forêt de Brécilien tant sur le plan des implantations humaines que du point de vue environnemental. Afin de répondre à cet objectif, le projet se décompose en quatre axes. Les deux
  • premiers intitulés « populations anciennes» et « populations religieuses chrétiennes» concernent les implantations humaines passées. La création de ces deux axes proches s'explique par la richesse apparente de la zone PCR en édifices religieux (cf. supra). Ensuite, le nombre important
  • la période médiévale. La première de ces sources s'intitule « la coutume de Brécilien » et date de 1467. Ce texte a été publié par Arthur de La Borderie comme « Eclaircissements » à la suite de ses Prolégomènes du Cartulaire de l'Abbaye Saint-Sauveur de Redon en 1863. Puis il
  • a été retranscrit et réédité par A Puton en 1879. Il s'agit d'un texte qui peut être décomposé en deux parties. Dans la première partie, rédigée 1467, mais reprenant en partie un texte plus ancien, l'auteur décrit, au travers de 72 articles, l'ensemble des droits et devoirs qui
  • laquelle l'auteur décrit la forêt et attribue diverses vertus à certains lieux s'y trouvant. La seconde partie de ce texte a été rédigée le 30 août 1467 sur la volonté de Guy XIV de Laval. Elle se compose de 19 articles qui visent à réduire les abus qui peuvent avoir lieu en forêt tant
  • Polymathique du Morbihan en 1893 sous le titre « Revenus de la forêt de Brocéliande ». Dans cet article, l'auteur retranscrit en totalité les recettes et dépenses détaillées, générées par la Forêt de Brécilien et la châtellenie de Plélan pour l'année 1419. Il est également fait mention du
  • , il est possible de replacer géographiquement ces derniers afin d'obtenir le fond de carte présenté en figure 1. L'examen de ce document permet de constater que les personnes qui pratiquaient le territoire de la forêt de Brécilien au cours des XVeme et XVIeme siècles résidaient
  • dans un espace qui courait d'est en ouest de Campénéac à Montfort-sur-Meu et du nord au sud, de Concoret ou SaintMalon-sur-Mel jusqu'à Saint Malo-de-Beignon, ce qui représente un territoire d'environ trente kilomètres de long par une dizaine de large. Or, lorsqu'on se reporte à la
  • équivalait à 4,677km on obtient alors des dimensions équivalentes à 32,7km par 9,3 et plus., ce qui correspond approximativement à l'espace défini plus haut par l'analyse de la carte présentée en figure 1. Prieuré saint Nicolas Prieuré saint Jean. • • Monrfort .Abbaye de Monrfort
  • situées en Ille-et-Vilaine seront : Bédée, Bléruais, Breteil, Cintré, Gaël, Iffendic, La Nouaye, Le Verger, Maxent, Monterfil, Montfort-sur-Meu, Paimpont, Plélan-le-Grand, Saint-Gonlay, Saint-Maugan, Saint-Malon-sur-Mel, Saint-Péran, Talensac et Treffendel (Figure 2). Figure 2 : Zone
  • d'emprise du P.C.R Contexte de l'étude. 1. Cadre géographique. Le massif de Paimpont se situe en Bretagne, aux confins des départements de l'Ille-et-Vilaine et du Morbihan (Figure 3). D'une superficie d'un peu plus de 7000 ha, il s'étend principalement sur la commune éponyme de
  • autour du massif et dans les zones de plus faibles altitudes en son centre (Tréhorenteuc, Concoret). Il s'agit en fait de schistes et grès verdâtres à gris formés à partir de sédiments marins qui se sont déposés au cours du Briovérien, il y a environ 550 millions d'années. Par endroit
  • , se trouvent les poudingues de Montfort. Ils ont un faciès très durci et une forte hétérogénéité entre leurs gisements, contrairement aux conglomérats de Gourin. Cette formation se compose essentiellement de grès fins répartis en horizons pluridécimétriques sur près de 100 m
RAP03361.pdf (LA ROCHE MAURICE (29). Château de Roc'h Morvan : enceinte basse. Rapport de FP 2016)
  • . Pérennec, CD29/Mission archéologie. Nous sommes désormais assurés que l’implantation sur la plate-forme orientale s’est faite assez tôt, antérieurement à l’enceinte du XIIIe siècle. Les données recueillies à partir de la seule UH1 sont toutefois encore trop lacunaire pour en définir le
  • L. Clouet. DAO L. Clouet et B. Grall, CD29/ Mission Archéologie. La courtine orientale M31 (maçonnerie US 2117), est elle aussi rebâtie en même temps que M32 (US 2119). Comme dans le cas de la courtine nord, elle aussi est reportée plus à l’est : le château s’agrandit de tous
  • . Le Faou - Quimper : Département du Finistère, Mission Archéologie. Centre départemental de l’archéologie - Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, janvier 2017. Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de fouille archéologique. Les rapports
  • 002 Protection juridique : Inscription M.H. en 1924 Opération archéologique Nature de l’opération : Fouille programmée Arrêté(s) de prescription n°: 2016-034 en date du 25 mars 2016 Responsable de l’opération : Ronan PERENNEC (Conseil départemental du Finistère – DCJS-CDPM
  • archéologiques du Finistère Résumé : L’intervention a permis de mettre en évidence une évolution chronologique concernant six principaux états successifs, depuis le XIIe siècle. Elle a mis en évidence la création de l’enceinte basse depuis au moins le XIIe siècle, soit au même moment que la
  • ), Jean-Charles ARRAMOND (contrôle scientifique) Suivi administratif : Bernard JACQ (CDPM), Ronan PERENNEC (CDPM/ Mission Archéologie), Anne BADICHE-DESILLE (CDPM/ Mission Patrimoine architectural), Patricia LOUBOUTIN (CDPM/comptabilité, marchés) Équipe archéologique : Centre
  • laquelle elle s’adosse. Cet ensemble fortifié est en effet encore relié au rocher du donjon par les vestiges d’une courtine ruinée côté nord. La courtine sud avait quant à elle totalement disparu du paysage, tandis que la courtine orientale, initialement noyée sous les remblais de
  • départemental du Finistère Centre départemental de l'Archéologie La Roche-Maurice, château arrêté n° 2015-020 Fig. 3 : Vue générale, en cours de fouille, du dispositif d’évacuation des déblais (cl. R. Pérennec, CD29/Mission Archéologie). 3-3) Enregistrement des données et relevés Le
  • secteur fouillé a été divisé en 11 zones d’importance inégale, correspondant à des Unités d’Habitats (UH) : intérieurs de bâtiments, fortifications successives d’un même front, etc. Fig. 4 : Plan des secteurs fouillés (DAO B. Grall, CD29/Mission Archéologie). 13 Conseil
  • , CD29/Mission Archéologie. Le parement US 2051, rapporté sur le mur M33 au XVIIe siècle côté ouest est en effet majoritairement construit sur un affleurement de quartzite, et sur cette structure arasée US 2560, qui présente une orientation franchement nord-sud, très différente de
  • arrêté n° 2015-020 Fig. 6 : Parement US 2144 partiellement visible sous la structure postérieure US 2142. Au premier plan, vestiges du mur US 2112, et à droite, empierrement postérieur US 2134. Vue prise de l’est. Cl. L. Clouet, CD29/ Mission archéologie. L’US 2144 peut être mis en
  • l’élévation postérieure de la courtine orientale M31 (fig. 24), n’était mis au jour que sur 1,40 m de longueur. La poursuite des recherches a permis de mettre en évidence son prolongement vers le sud-ouest sur environ 6,40 m, malgré une récupération importante de matériaux au XIIIe siècle
  • , se traduisant par une tranchée de mur volée US 2148. Fig. 10 : Parement courbe du mur 2133/2079, en glacis et enserrant la roche. Le parement interne était posé au sommet de celle-ci. Vue prise de l’est. Cl. R. Pérennec, CD29/Mission archéologie. Les deux parements ne sont pas
  • /2133. Vue du nord. Cl. R. Pérennec, CD29/ Mission Archéologie. Etant donné la forme très irrégulière des reliefs rocheux, il est en effet vraisemblable que le parement US 2133 soit à la fois plaqué et posé sur la roche, en pente vers l’est. Ces différents segments de parements
  • du nord. Cl. L. Clouet, CD29/ Mission Archéologie. En parallèle, le terrain situé au nord du mur US 2112 est désormais intégré au château : Un vaste empierrement US 2134, de 4,30 m de longueur pour 1,17 m dans sa plus grande largeur visible, est disposé en butée sur 2112. Il va
  • gauche). Au premier plan, le mur 2079/2133. A l’arrière-plan, la structure d’escalier US 2090 et US 2122. Vue prise de l’est. Cl. L. Clouet, CD29/ Mission Archéologie. En 2015, une analyse radiocarbone avait été faite sur un creusement postérieur de plusieurs siècles, l’US 2073
  • , jusqu’aux vestiges du mur 2079, là où il a été conservé pour servir de fondation à la courtine M31. Fig. 22 : Fosse US 2129 et US 2131. Vue de l’est. Cl. L. Clouet, CD29/ Mission Archéologie. Fig. 23 : Vue générale de l’UH1 en cours de fouille, vue du sud. Au premier plan à gauche, les
  • orientale M31. DAO B. Grall, CD29/ Mission archéologie. Conseil départemental du Finistère Centre départemental de l'Archéologie 31 Conseil départemental du Finistère Centre départemental de l'Archéologie La Roche-Maurice, château arrêté n° 2015-020 Chronologiquement, les courtines
  • PFISTER, Pierre-Marie GUIHARD Quimper – Le Faou : Conseil départemental du Finistère, Mission Archéologie Centre départemental de l’archéologie, janvier 2017 Pérennec R. (dir.), LA ROCHE-MAURICE (Finistère), château de Roc’h Morvan : enceinte basse, rapport de fouille programmée 2016
  • en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de
RAP03375.pdf (GOUESNOU (29). Penhoat, tranche 2 : urne gallo-romaine, occupations médiévales, parcellaire médiéval, parcellaire ancien, parcellaire napoléonien. Rapport de diagnostic)
  • /néolithique Néolithique/âge du Bronze Figure 10. Tableau récapitulatif des entités archéologiques enregistrées à la carte archéologique en 2016 29 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29) – Penhoat Arrêté 2015-313 30 Muriel FILY 2017 Conseil
  • , parcellaire ancien, parcellaire napoléonien, Rapport de diagnostic archéologique, Le Faou - Quimper : Conseil départemental du Finistère, Mission Archéologie, Conservation départementale du patrimoine et des musées - Service Régional de l’Archéologie de Bretagne. Avis au lecteur Le
  • départemental du Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29) – Penhoat Arrêté 2015-313 Muriel FILY 2017 2) Dans l’excroissance St 1602 ................................................................................................ 69 un Prolongement de l’ensemble en Tr15 et Tr46-47
  • ; Y =106100.703 ; Z= 90.132 Propriétaires du terrain : Brest Métropole Aménagement Protection juridique : - Opération archéologique Nature de l’opération : Diagnostic archéologique Arrêté(s) de prescription n° : 2015-313 en date du 10 novembre 2015 Responsable de l’opération
  • : Muriel FILY (Conseil départemental du Finistère – Mission Archéologie) Arrêté de désignation n° : 2016-269 en date du 06 septembre 2016 Opérateur : Conseil départemental du Finistère, DCJS/CDPM, Mission Archéologie (CDA) 16, route de Térénez, 29590 LE FAOU, tèl 02 98 81 07 20 Nature
  • principaux résultats de l’opération archéologique : Mise en évidence de la présence ou de l’absence de vestiges archéologiques sur les parcelles concernées par l’aménagement et caractérisation des éventuels vestiges Lieu de dépôt temporaire du mobilier archéologique : Centre
  • départemental de l’archéologie (Conseil départemental du Finistère) – Le Faou / Dépôt de fouilles archéologiques du Finistère Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29) – Penhoat Arrêté 2015-313 Muriel FILY 2017 Générique de l’opération Prescripteur et suivi
  • qu’un parcellaire napoléonien. Plusieurs enclos ou réseaux de fossés médiévaux ont aussi été mis en évidence près des occupations médiévales identifiées. Enfin deux carrières récentes ont été inventoriées. 19 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29
  • de ces parcelles pourrait être incluse dans la tranche 3. En février 2012, la demande anticipée de réalisation d’un diagnostic archéologique préalable à l’aménagement d’un quartier sur un terrain situé à Gouesnou, ZAC de Penhoat (29), déposé par le Président de Brest Métropole
  • Aménagement, a généré la prescription d’un diagnostic (arrêté SRA n°2012-041 du 24 février 2012) sur la zone impactée, qui prévoyait deux tranches pour l’opération. La première tranche (arrêté 2012-042 du 24 février 2012) a été réalisée en 2012 par la Mission Archéologie du Conseil
  • et 30 n’a donc pu être diagnostiqué et aucune observation archéologique n’a pu y être menée : seules trois tranchées, au lieu des quatre prévues, ont pu être ouvertes. Le diagnostic devait mettre en évidence et caractériser la nature, l’étendue et le degré de conservation des
  • vestiges archéologiques éventuellement présents sur l’emprise de l’aménagement visée par les arrêtés de prescriptions SRA n° 2015-313. Il devait également permettre d’estimer les moyens à mettre en œuvre dans le cadre d’une éventuelle fouille, par les données recueillies et analysées au
  • cours du diagnostic. 22 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29) – Penhoat Arrêté 2015-313 Muriel FILY 2017 Figure 2. Plan général des tranchées et de la nouvelle voirie qui empiète sur la zone à diagnostiquer et sur une parcelle diagnostiquée en
  • (Centre archéologique départemental et Dépôt des fouilles archéologiques du Finistère). Les tranchées ont été reparties selon un maillage en quinconce, et espacées en moyenne d’une douzaine de mètres. Leur décapage a été réalisé en mode rétro à l’aide d’une pelle mécanique de 24 T à
  • godet lisse de curage large de 2 m jusqu’au substrat naturel C. Contexte géologique et archéologique 3. Traitement des archives du sol 1. Le contexte géologique Les indices archéologiques mis en évidence ont été enregistrés sur le terrain et relevés par le topographe au
  • Saint-Renan Kersaint, constitué en grande partie de granit de Kersaint (faciès grossier à porphyroide). Il s’agit d’un granit calco-alcalin à dominante potassique (fig.9). 27 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29) – Penhoat Arrêté 2015-313 Muriel
  • Muriel FILY 2017 32 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29) – Penhoat Arrêté 2015-313 Muriel FILY 2017 II. Résultats mobilier se compose de cinq objets en silex et un macro-outil en grès (fig. 12 et 13). Seulement deux pièces ont été trouvées dans
  • St 7805 découverte en tranchée Tr78 37 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29) – Penhoat Arrêté 2015-313 Figure 16. Urne funéraire St 7805 Figure 17. Vue de profil de l’urne St 7805 en place 38 Muriel FILY 2017 Conseil départemental du
  • Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29) – Penhoat Arrêté 2015-313 Figure 18. Urne 7805 avant son prélèvement sur le terrain Figure 19. Urne 7805 après son déballage en laboratoire : une partie des sédiments et des rebords de la céramique se sont effondré 39 Muriel FILY 2017
  • ) – Penhoat Arrêté 2015-313 Figure 22. Urne lors de la passe 2 de fouille en laboratoire Figure 23. Passe 3 de la fouille de l’urne 7805 41 Muriel FILY 2017 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Gouesnou (29) – Penhoat Arrêté 2015-313 Muriel FILY 2017 Figure 24
RAP03244.pdf ((29). Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne. Rapport de PT 2015)
  •  ................................................................................................................ 19  3. Réalisation des inventaires de terrain en 2015 ........................................................................... 24  3.1. Les missions de terrain .................................................................................................. 24  3.2. Mission
  •  ..................................................................................... 33  3.5. Mission d’inventaire à Plougastel‐Daoulas ................................................................ 37  3.6. Mission d’inventaire en Presqu’île de Crozon ........................................................... 37  3.7. Mission d’inventaire Guiclan (Vallée de la
  •  archéologique  avait  été  partiellement  détruit  en  1983  (Marchand  et  al.,  2014).  Les  multiples  occupations  mésolithiques n’ont donc pu y être documentées en place ; en revanche, un niveau résiduel  de  l’Azilien  a  livré  un  assemblage  lithique  original  par  sa  structure
  • Huelgoat   L’abri‐sous‐roche de Kerbizien s’ouvre dans un des nombreux blocs granitiques de la  partie orientale du massif de granite de Huelgoat, sur la commune du même nom, au centre  du Finistère. Ouvert vers l’ouest en partie amont d’un petit thalweg très pentu, en sommet  de
  • Rocher de l’Impératrice à Plougastel‐Daoulas   L’opération  archéologique  en  abri  la  plus  récente,  toujours  en  cours,  a  eu  lieu  à  Plougastel‐Daoulas dans le Finistère, sur le site du Rocher de l’Impératrice (Naudinot, 2013,  2014,  2015).  Cette  cavité  est  localisée
  •  la nature de l’abri, en premier lieu). La fiche  d’inventaire  sera  calquée  sur  celle  de  la  Carte  Archéologique  et  nous  la  soumettrons  au  préalable  à  ce  service  pour  validation.  Des  sondages  de  vérification  seraient  appréciables,  pour améliorer nos clefs
  •   a  ainsi  été  possible  de  mettre  en  place  une  base  de  données  des  abris  sous  roches  du  Finistère.  Comme  annoncé  dans  notre  programme,  cette  base  a  été  constituée  afin  d’être  aisément  réinjectée  dans  la  carte  archéologique.  Afin  de  pouvoir
  •   se  multipliaient  de  manière  fort  stimulante. Nous avons décidé de désormais centraliser les informations et de les saisir nous‐ mêmes, après vérifications systématiques sur le terrain.   3. Réalisation des inventaires de terrain en 2015 3.1. Les missions de terrain     Au
  •  de BRETAGNE  Conseil général du FINISTÈRE                    1      Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au
  • public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent
  • , au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la
  • propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont
  • /Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018       2    Tous aux abris !  Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne      Table
  • des matières Remerciements ...................................................................................................................................... 5  1. Mise en perspective du programme « Tous aux abris
  •  » ............................................................. 7  1.1. Problématique ou pourquoi chercher des petites cavités ........................................... 7  1.2. Histoire des recherches cavernicoles en Bretagne ....................................................... 9  1.3. Trois exemples de fouilles récentes, trois modèles
  •  d’inventaire à Huelgoat (Camp d’Artus et Rivière d’Argent) .................. 26  3.3. Mission d’inventaire à Loqueffret (gorges de l’Ellez à Saint‐Herbot) ..................... 31  3.4. Mission d’inventaire à Lopéret
  •  Penzé « autour de Roc’h Toul ») ........ 39  3.8. Mission d’inventaire Loc‐Eguiner (Vallée de l’Elorn) ............................................... 40  3.9. Mission d’inventaire dans le sud Finistère ................................................................. 41  4. Bilan de
  • ,  Sophie  Hérisson, Carole Vigouroux, Nicolas Astier, Patrick Picard, Annie Chantan, David Duvollet,  Fanch Pustoc’h, Gaëlle‐Anne Denat, Véronique Duigou, Lionel Duigou, Didier Cadiou, Jorge  Calvo  et  Simon  Even,  pour  leur  soutien  indéfectible  lors  des  missions  de  terrain
  •   et  le  signalement des abris.        5        6    1. Mise en perspective du programme « Tous aux abris » 1.1. Problématique ou pourquoi chercher des petites cavités   Après  de  larges  prospections  inventaires  menées  tant  en  Mésolithique  (Marchand,  2005,  2012
  •   un  axe  crucial  des  travaux  de  terrain  (Marchand,  2007  ;  Marchand  et  Le  Goffic,  2009).  L’archéologie  préventive  ne  parvenant  pas  dans  ces  régions à isoler de petites occupations en fond de vallée, nous avons logiquement tourné nos  regards vers des contextes
RAP00900.pdf (le littoral breton. rapport de prospection inventaire.)
  • . 17-20. DAIRE M.Y. et LE BROZEC M., 1990 b - Un nouvel atelier de bouilleur de sel à Landrellec en Pleumeur-Bodou (22). Revue Archéologique de l'Ouest, n° 7, p. 57-71. DAIRE M.Y., 1990 c - Quelques aspects de l'archéologie des îles françaises de la Manche et de l'Atlantique
  • mission couleur, permet, outre un grand apport en données archéologiques, d'engager une réflexion sur le plan méthodologique. 1 - PHOTOGRAPHIES A HAUTE ET/OU A BASSE ALTITUDES L'EXPLOITATION D'UNE MISSION DE L'I.G.N. L'exploitation systématique de la récente mission de l'I.G.N. n° 8505
  • archéologiques repérées sur les clichés de cette mission, une analyse globale des anomalies permet cependant de les sérier, en fonction du type de structure et des conditions de détection (tab. 1). Sur le plan de l'analyse typologique, les enclos constituent, de loin, la part la plus
  • prospection-inventaire diachronique centré sur l'étude du peuplement humain sur le littoral breton au sens large (îles et côtes) a été mis sur pied dès la fin de Tannées 1988 (cf. Rapports de prospection de 1989, 1990, 1991 et 1992). En effet, l'intérêt archéologique présenté par les
  • sont établies dans des zones propices du bord de mer qui leur offraient des ressources alimentaires variées, un climat relativement clément et la possibilité de pratiquer des activités en liaison avec la mer, ce qui explique le grand nombre de sites archéologiques du littoral (au
  • sens large) de la péninsule armoricaine. Ainsi, à travers des prospections aussi systématique que possibles, il s'agit d'analyser ce fort potentiel archéologique en vue d'exploitations et d'études synthétiques sur des problèmes spécifiquement côtiers (exploitation des matières
  • patrimoine archéologique. Il existe cependant une nécessité de recenser les sites archéologiques insulaires et d'en assurer le suivi ; en effet, bon nombre d'entre eux se trouvent en falaise et sur estran, l'érosion des côtes étant un facteur de découverte de ces vestiges mais aussi une
  • menace de destruction qui peut être rapide. La prospection-inventaire des îles et du littoral de Bretagne vise donc à permettre le recensement et l'étude de ce patrimoine archéologique, à partir duquel des travaux de synthèses thématiques pourront être menés à bien. En préambule aux
  • recherches de terrain, un premier fichier des sites archéologiques insulaires avait été réalisé en 1988, avec l'aide de l'Institut Culturel de Bretagne, à partir de dépouillements bibliographiques et d'archives (évaluation du potentiel d'étude et des connaissances). Au début de l'année
  • -Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine" fut une excellente initiation ; elle nous permit d'envisager des recherches d'un type nouveau pour le nord du département du Finistère (à fort potentiel archéologique, sous exploité) selon une démarche dont la valeur a été mise en
  • Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les îles) et du Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire de l'Université de Rennes I, notamment en ce qui concerne la logistique de terrain et de laboratoire, la réalisation des fichiers et des rapports. En 1993, le Ministère de la Culture et
  • accroissement des exigences purement administratives (obligation de gérer conjointement le fichier scientifique de l'opération et le fichier de la Carte Archéologique, par exemple), on ne sera pas étonné que 1993 soit une année de régression en ce qui concerne ces recherches, la baisse se
  • pris une orientation différente de celle des années précédentes (Daire, 1991 et 1992). L'hiver 1992-1993 et le premier semestre 1993 ont été consacrés au dépouillement systématique d'une mission de l'I.G.N. couvrant en grande partie le territoire léonard, la mission 8505 250 du 17
  • mai 1992, réalisée en couleur (Daire, 1993 ; cf. annexe). N.B. : La série des clichés au 1/25000 (format 24X24) de cette mission fut acquise à la fin de l'année 1992 sur des moyens propres (U.P.R. 403 du C.N.R.S.) ; selon la réglementation en vigueur, n'autorisant pas la
  • ) a révélé que ces anomalies correspondent à des structures parcellaires ou à d'anciens chemins et ne méritent pas pour l'instant (en l'absence de données significatives) de figurer à la Carte Archéologique. Les 31 sites ou indices de sites (enclos à fossés complets ou partiels, pour
  • littoral permettent donc de recenser, parfois in extremis, des gisements en situation précaire. Grâce à ces recherches et aux contacts qu'elles suscitent, le nombre de personnes sensibilisées à la connaissance de ce patrimoine archéologique est croissant, ce qui permet d'intervenir plus
  • efficacement et en temps utile. La connaissance et la protection du patrimoine archéologique léonard. Les deux premières campagnes de prospection (1991 et 1992) menées dans le Léon (Finistère) avaient montré la valeur du potentiel archéologique de cette région bretonne, sous exploité pour
  • une part, avec un bilan de 130 sites archéologiques inédits ; l'exploitation des clichés verticaux, amorcée en 1992-1993, tels ceux de l'I.G.N. vient confirmer ce point et se présente comme un intéressant potentiel d'étude, très complémentaire des autres méthodes d'approche. Les
  • publications Les opérations de prospection en cours font d'ores et déjà l'objet de publications sous forme d'analyses, méthodologiques notamment, et de synthèses provisoires. Certaines de ces publications paraissent dans le Bulletin de l'A.M.A.R.A.I. , dans la Revue Archéologique de l'Ouest
  • Culturel de Bretagne ; ce volume consacré à l'île d'Ouessant est publié en co-édition entre l'I.C.B. et l'A.M.A.R.A.I. et regroupe des contributions d'une dizaine de chercheurs appartenant à divers organismes (Centre de Recherche archéologique du Finistère, Service départemental
RAP02755.pdf (ELVEN (56). sondages systématiques avant la construction d'une maison individuelle)
  • : Monsieur V. Klewais et MmeN. Blancho à Elven L'opération archéologique : Arrêté portant prescription de diagnostic archéologique : n°2004-014 Arrêté portant désignation du responsable scientifique Ordre de mission INRAP A : 03/5769 : partir du 21/06/2004 jusqu'au 22/06/2004
  • les terres, après archéologique. Résultats et conclusion Aucune découverte mobilière sur pour une le site. (même en surface) ou immobilière n'a été effectuée Figure n°1 : Localisation d'Elven. Figure n'2 : Localisation du site sur la carte I.G.N 1/100000e. Figure n°3
  • , Officier de l'Ordre national du mérite La Préfète de la la VU loi la du archéologiques 27 septembre le décret n° financières en modifiée portant réglementation des fouilles ; VU la loi n° 2001-44 du 17 VU 1941 janvier 2001 relative à l'archéologie préventive
  • Affaires Culturelles de Bretagne, Service Régional de l'Archéologie ; CONSIDERANT que, en raison de leur d'affecter des éléments du patrimoine parcelle concernée la connu sur par localisation, les travaux envisagés sont susceptibles archéologique ; en effet, un site
  • archéologique est permis de construire le CONSIDERANT qu'il est nécessaire de mettre en évidence et de caractériser la nature, l'étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques éventuellement présents afin de déterminer le type de mesures dont ils doivent faire l'objet
  • ; ARRETE Article 1er: Un aménagements, Région BRETAGNE : Département Commune Lieu-dit : Cadastre Le diagnostic archéologique sera réalisé sur le terrain faisant l'objet des travaux susvisés, sis en : ouvrage ou : : Morbihan Elven Lescastel : section : ZA parcelles
  • archéologiques préventives. Les conditions de sa réalisation seront fixées contractuellement Il sera exécuté recherches en application des article 25 et 26 du décret n° 2002-89 susvisé. conformément au projet d'opération élaboré par l'Institut national de sur la base des
  • prescriptions annexées au présent archéologiques préventives arrêté. Article 3 : Le mobilier archéologique recueilli au cours de l'opération de diagnostic est conservé par l'Institut national de recherches archéologiques préventives >le temps nécessaire à son étude qui, en tout
  • madame Nadia BLANCHO pétitionnaire: Emprise du diagnostic archéologique : 1 275 m2 Principes méthodologiques : Utilisant un engin de travaux publics travaillant en mode rétro avec un godet lisse, le diagnostic consistera en tranchées successives complétées le cas échéant et en
  • différents points, en particulier la présence éventuelle de niveaux d'occupation en place. Objectifs : Le terrain concerné par site gallo-romain attesté le diagnostic est très sensible puisque situé à l'emplacement d'un (n° 56 053 004 de la carte archéologique), peut-être un habitat
  • DRAC-SRA f 2 5 AOUT 20041 COURRIER ARRIVEE Sondages systématiques avant la construction d'une maison individuelle à Elven dans le Morbihan. V Rapport de diagnostic archéologique Réf. INRAP Eddie : DA 05 00 24 01 Roy et Eric Nicolas Juin 2004 INRAP Service Antenne
  • Titulaire Eddie : Organisme de rattachement : INRAP Roy Motifs de l'intervention : Construction d'une maison individuelle Aménageur/maître d'ouvrage : Monsieur V. Klewais et Mme N. Blancho Surface totale de l'intervention Surface sondée : 203 sur Dates de l'intervention en
  • Lieu de : : 1275 m2 (totalisant 15,96 % des 1275 Dates de l'intervention Résultats archéologique le terrain post-fouille m2) du 21/06/2004 : : m2 au 02/06/2004 Le 23/06/2004 Diagnostic négatif dépôt des archives : Service Régional de l'Archéologie de Bretagne
  • , Conservateur du patrimoine. Archéologiques Préventives, antenne Grand-Ouest (37 Bignon CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex), Gilbert Aguesse, Chef d'Antenne, Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique. Institut National des Recherches rue du - - Aménageur : Monsieur V
  • supérieur, INRAP). Intervenants scientifique et technique durant la phase post-fouille : Eddie 1 - Roy (rapport), Eric Nicolas (DAO) Introduction La construction d'une maison individuelle sur un terrain de 1275 m2, au niveau archéologique sensible sur les communes de Elven dans
  • le Morbihan a Régional de l'Archéologie à demander une évaluation du potentiel archéologique (fig. 1 à 4). d'un contexte amené le Service Le terrain concerné par les travaux d'aménagement se romain (n°56 053 004 de la carte archéologique). L'opération archéologique
  • , (dont une journée de préparation de post-fouille a nécessité 1 jour pour la rédaction et la mise en forme du rapport (Eddie Roy), et 1 jour pour le dessin assisté par ordinateur (DAO, Eric Nicolas). La 1.1- Cadre géographique et géologique (superficiel) L'emprise des travaux Le
  • -jacente végétales, de pédogenèse et de mises 1.2 - en sont issues de l'exhaussement naturel des terres cultures alternées du secteur. Méthodologie longueur de 10 à 50 mètres et d'une profondeur moyenne de 40 centimètres ont été effectuées à l'aide d'une pelleteuse à chenilles
  • Emprise du projet et du site sur le cadastre actuel. \ REPUBLIQUE FRANÇAISE ÏNISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE * ARRETE n° 2004 - 014 port; région Bretagne, Préféré du département d'Ille-et-Vilairt^chevalier de Légion d'honneur
  • 99 diagnostic archéologique comprend, outre une phase d'exploration du terrain, une phase qui s'achève par la remise du rapport sur les résultats obtenus. d'étude Article 2 : Le diagnostic sera réalisé sous la maîtrise d'ouvrage de l'Institut national de recherches
RAP01899.pdf ((56). forêt domaniale de Floranges. rapport de prospection inventaire)
  • structure, la « Mission Archéologie », a pour objectifs l'inventaire du patrimoine archéologique présent dans les forêts gérées par l'ONF, la protection et la mise en valeur de ce patrimoine ainsi que la sensibilisation du personnel forestier à l'archéologie. Depuis quatre ans
  • prospection fine, 5 Mission Archéologie - FD Floranges - Inventaire archéologique - 2002 - compléter ces informations par des photographies, des relevés GPS, et éventuellement des relevés archéologiques, - déterminer, en concertation avec le SRA et les forestiers des mesures de
  • forêt 9 Mission Archéologie - FD Floranges - Inventaire archéologique - 2002 - Degré de protection du SRA : degré prescrit par le SRA qui peut être faible, moyen, fort ou absolu (Monuments Historiques) - Protection juridique : type de protection juridique si il y en a une
  • paysager adapté à la mise en valeur du monument. Degré de protection du SRA: absolu Protection juridique: classement MH Année: ^934 Mission Archéologie - FD Floranges - Inventaire archéologique - 2002 Photo 8 : ALIGNEMENT DE KORNEVEC : vue de plusieurs menhirs couchés. 450 ♦ 35
  • Direction Générale de l'Office National des Forêts Service Régional de l'Archéologie de Bretagne Janvier 2003 Mission Archéologie - FD Floranges - Inventaire archéologique - 2002 REMERCIEMENTS Nous tenons tout d'abord à remercier Madame Anne-Marie Granet et Monsieur Patrice Hirbec
  • de la Direction Technique de l'ONF sans qui ce projet n'aurait jamais vu le jour. Connaissant le travail de la Mission Archéologie et conscients de l'intérêt et de la légitimité d'une telle structure, ils ont souhaité que la méthode d'inventaire et de prise en compte du patrimoine
  • historique et archéologique mise en place en Îlede-France soit testée ailleurs, sur une forêt en cours de réaménagement. Nous espérons que cette étude sera suffisamment pertinente pour que l'archéologie soit désormais prise en compte au niveau national dans l'aménagement des forêts
  • ce qui concerne la prise en compte l'inventaire archéologique dans l'aménagement. Enfin, nous remercions beaucoup Monsieur Yannick Lecerf, Mademoiselle Christine Boujot et Monsieur Thierry Lohro du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne pour les échanges qu'il y a eu entre
  • importante de caractère mobilier ou immobilier et les mesures nécessaires à la conservation provisoire de ces vestiges devront être prises en accord avec lui. Article 3 : destination du matériel archéologique découvert. Le statut juridique et le lieu de dépôt du matériel archéologique
  • des affaires culturelles est chargé de l'exécution du présent arrêté. Fait à Rennes, le 28/10/2002 Pour le Directes Régional Des Affaires Caitiitefes Mission Archéologie - FD Floranges - Inventaire archéologique - 2002 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE DE L'ÉTUDE 5 1.1
  • . CIRCONSTANCES DE L' INTERVENTION 5 1 .2. PRÉSENTATION DE LA FORÊT DOMANIALE DE FLORANGES 6 1.3. DÉROULEMENT DE L'ÉTUDE 6 2. INVENTAIRE ARCHÉOLOGIQUE DE LA FORÊT DE FLORANGES 3. PRISE EN COMPTE DANS L'AMÉNAGEMENT DE LA FORÊT 9 48 3.1. ANALYSE DES BESOINS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX
  • » 53 CONCLUSION TABLE DES PHOTOGRPAHIES 59 61 Mission Archéologie - FD Floranges - Inventaire archéologique - 2002 1. CADRE DE L'ÉTUDE 1 . 1. CIRCONSTANCES DE L'INTERVENTION La région Île-de-France est caractérisée par une forte proportion de forêts périurbaines très
  • au colloque intitulé « L'héritage bioculturel forestier » tenu à Gap en septembre 2002, la Direction Générale de l'ONF a souhaité appliquer dans d'autres régions les méthodes de travail mises en place par la Mission Archéologie en Île-de-France. Elle souhaitait plus
  • forêt en cours de réaménagement située en Bretagne : la forêt domaniale de Floranges (Morbihan). Cette étude sur la forêt de Floranges avait plusieurs objectifs : - rassembler les informations archéologiques (SRA, ONF, autre), - vérifier ces informations sur le terrain par une
  • de granité feuilleté de Lanvaux. Neuf sites archéologiques étaient répertoriés au Service Régional de l'Archéologie de Bretagne (SRA), dont deux classés « Monuments Historiques ». Ces informations ont été communiquées il y a quelques années à l'ONF afin qu'elles soient prises en
  • sites ont été répertoriés. 6 I 3 S 3 5 S S ■ S S ■ S Localisation de la forêt domaniale de Floranges (Morbihan) Â Floranges 0 5 iliiiili Mission Archéologie - FD Floranges - Inventaire archéologique - 2002 Tous ces sites ont fait l'objet d'une prospection fine, de
  • photographies et de relevés GPS. A cette fin, un protocole de saisie des données a été mis en place par la Mission Archéologie. Il permet de caractériser les points enregistrés en fonction de la nature du relief (positif, négatif, nul), de la nature du point (levée de terre, fossé, mur
  • site. 8 Mission Archéologie - FD Floranges - Inventaire archéologique - 2002 2. INVENTAIRE ARCHÉOLOGIQUE DE LA FORÊT DE FLORANGES Cet inventaire comprend : - les fiches descriptives de tous les sites (elles sont classées par numéro de parcelle), - une ou plusieurs pages
  • . Présence imporante de fougères et ronces, Proscrire l'utilisation d'engins lourds dans la zone archéologique et ne pas laisser se développer les arbres de gros diamètre à rproximité des menhirs, Degré de protection du SRA: fort i Protection juridique: Année: ^ Mission Archéologie
  • Office National des Forêts Mission Archéologie Direction Territoriale Île-de-France - Nord-Ouest RAPPORT DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE FORÊT DOMANIALE DE FLORANGES (Morbihan, communes de Camors, la Chapelle-Neuve, Pluvigner) Cécile DARDIGNAC Guillaume BÉNAILY Thomas VIGNEAU
RAP02018.pdf (MAURON (56). le site de la Rochette. rapport intermédiaire 2004 de fp (2004-2006))
  • . GAUTIER M., 1993 - Les révélations archéologiques des "providentielles" missions de l'I.G.N. des 16 et 17 juin 1976, en Pays Porhoët. Journée préhistorique et protohistorique de Bretagne. Rennes, p.60-62. GAUTIER M., 1994 - Centre Bretagne et bassin oriental de la Moyenne Vilaine
  • . V) Les structures archéologiques:(fig. 6) En raison des difficultés de détection des structures de type trous de poteau, les résultats obtenus en 2004 sur l'aire fouillée sont certainement incomplets et certains secteurs devront faire l'objet d'une étude complémentaire en 2005
  • haut, vue d'ensemble à partir du bord externe au nord. En bas, détail de la coupe orientale au contact du bord interne. Les éboulis de schiste en pied de paroi sont encore en place (US 6 de la coupe CD, fig. 12). Plusieurs hypothèses de réutilisation peuvent être proposées en
  • être rapproché du talus mis en évidence sur le site de Beaumont à St-Laurent-sur-Oust (Morbihan) comparable sur le plan topographique et archéologique à celui de La Rochette. Afin d'en tester la nature, un sondage de 8,5 m x 3,5 m a été ouvert dans le prolongement de la série de
  • mis au jour sur l'interface entre la couche de base et le substrat. Afin de confirmer cette absence apparente d'aménagement en bordure d'éperon, il serait souhaitable d'ouvrir de nouveaux sondages similaires. VI) Le mobilier archéologique ( fig. 23 et 24): Les résultats de la
  • avec notamment les effondrements successifs de matériaux contre le bord interne, interprétés comme une dégradation progressive d'un talus en bordure interne du barrage. Le matériel archéologique prélevé montre une occupation du site du Néolithique final au Moyen Age avec des points
  • références sont très nombreuses et plusieurs sites ont fait l'objet d'études poussées. Les prospections aériennes ont multiplié les découvertes dans le sud de la Vendée et deux sites à fossés multiples ont fait l'objet de fouilles archéologiques (Péridy, 1999) mettant en évidence des
  • nature du substrat (schiste altéré) et des difficultés pour distinguer les faits archéologiques, des reprises partielles du secteur 2004 sont à envisager et une semaine de fouille supplémentaire est sollicitée en 2005, avec le financement complémentaire correspondant. 14
  • nord. En bas, détail de la coupe orientale au contact du bord interne. Les éboulis de schiste en pied de paroi sont encore en place (US 6 de la coupe CD, fig. 12). 18 Fig. 14 : Mauron - La Rochette ; vues d'ensemble du secteur fouillé en 2004 avec le grand fossé interrompu au
  • . Coordonnées Lambert - Carte IGN n° 1018 O de Merdrignac. x = 253,300, y = 1052,900, z = 70m. N° d'entité archéologique : 56 127 018. Code base Patriarche : 8377. Autorisation préfectorale n° 2004-51 du 2 avril 2004 Titulaire : J-Y Tinévez - Service régional de l'Archéologie, U.M.R. 6566
  • , Elin Sôderman, Benoit Thierry. Dates de l'intervention : 2 juin-5 juin ; 23 juin-12 juillet 2004. Emprise estimée du site : 1,6 ha. Emprise fouillée 2520 m2. 2 Sommaire I) Présentation générale du site II) Problématique III) Rappel des résultats obtenus en 2003 JV) Méthodologie
  • 1- relevé topographique 2- la zone de fouille V) Les structures archéologiques 1- le fossé segmenté I 2- les ensembles de trous de poteau VI) Le mobilier archéologique VII) Eléments de comparaison VIII) Conclusion Remerciements Bibliographie Liste des figures Annexe I
  • ) Présentation générale du site : Le site de La Rochette, localisé à l'ouest de la commune de Mauron, a été découvert par Maurice Gautier en prospection aérienne en 1992. Il s'agit d'un promontoire naturel de forme triangulaire limité par la confluence de l'Yvel et d'un petit ruisseau, en
  • aériens réalisés à diverses reprises, les anomalies phytologiques font apparaître nettement cinq structures fossoyées disposées en arc de cercle et barrant l'accès nord-est du plateau (fig. 4 et 5). La structure externe est composée d'un large fossé segmenté (fossé I) dont quatre
  • triangulaire du promontoire est également nettement marqué sur le cadastre napoléonien (fig. 3) ; une parcelle en arceau ceinturant la pointe se superpose quasi parfaitement au tracé du double fossé III/TV, indiquant probablement l'existence d'un barrage en élévation au moins jusqu'au XTXe
  • siècle. En revanche, le fossé I segmenté ne laisse aucune trace dans l'orientation de ce parcellaire. Secteur de terre pauvre pour l'agriculture, le promontoire est habituellement utilisé en prairie et ce fut le cas lors de la campagne 2004. Cependant, en 2003, la parcelle XB.55 était
  • semée de colza dont la croissance différentielle avait mis en évidence de façon spectaculaire le tracé des fossés III, IV et V barrant la pointe de l'éperon. D'après un ancien exploitant, cette parcelle était sous landes jusqu'aux années soixante. Les versants sont en revanche
  • densément boisés, de feuillus à l'ouest, de chênes essentiellement, de résineux au sud. En ce qui concerne la géologie, le site est implanté sur le schiste Briovérien supérieur caractéristique de la zone centre armoricaine. Localisé à la limite des départements du Morbihan, Côtes d'Armor
  • et Ille-et-Vilaine, entre les collines des Landes du Méné au nord et la forêt de Brocéliande au sud, le paysage environnant est légèrement vallonné, à forte composante agricole et largement ouvert à la suite de remembrements extensifs. Le contexte archéologique local est marqué
  • extrait des cartes IGN de St-Méenle-Grand (n° 1018 E) et Merdrignac (n° 1018 O). Fig. 2 : Mauron - La Rochette ; localisation du site sur le plan cadastral de 1971, section XB, parcelles n° 50 et 55. restent indéterminés en chronologie, mais ils sont révélateurs cependant d'une
RAP03277.pdf (PLOMELIN (29). Quartier Saint-Philibert. Rapport de diagnostic)
  • m jusqu’au substrat naturel. - 14 - Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Plomelin (29) – quartier Saint-Philibert Arrêté 2015-286 diagnostic archéologique. D’après leur rapport de sondage, le sous-sol est composé en majorité de granite peu altéré et
  • -Philibert Figure 3. Tableau récapitulatif des entités archéologiques enregistrées à la carte archéologique en 2016 - 16 - Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Plomelin (29) – quartier Saint-Philibert Arrêté 2015-286 Muriel FILY 2016 II. Résultats Figure 4. Plan
  • A., Clouet L., Grall B., Pérennec R., 2016, Plomelin (Finistère Bretagne), quartier Saint-Philibert, occupation médiévale, Rapport de diagnostic archéologique, Le Faou - Quimper : Conseil départemental du Finistère, Mission Archéologie, Conservation départementale du patrimoine et des
  • Lambert 93 CC48 : Propriétaires du terrain : Commune, SAFI (AB 266 et 335) et propriétaires privés (Mr et Mme Le Gall - parcelle B 2173) Protection juridique : - Opération archéologique Nature de l’opération : Diagnostic archéologique Arrêté(s) de prescription n° : 2015-286 en date
  • du 12 octobre 2015 Responsable de l’opération : Muriel FILY (Conseil départemental du Finistère – Mission Archéologie) Arrêté de désignation n° : 2016-047 en date du 18 janvier 2016 Opérateur : Conseil départemental du Finistère, DCJS/CDPM, Mission Archéologie (CDA) 16, route de
  • l’opération archéologique : Mise en évidence de la présence ou de l’absence de vestiges archéologiques sur les parcelles concernées par l’aménagement et caractérisation des éventuels vestiges Lieu de dépôt temporaire du mobilier archéologique : Centre départemental de l’archéologie
  • (Conseil départemental du Finistère) – Le Faou / Dépôt de fouilles archéologiques du Finistère -4- Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Plomelin (29) – quartier Saint-Philibert Arrêté 2015-286 Muriel FILY 2016 Générique de l’opération Prescripteur et suivi
  • diagnostic réalisé par la Mission Archéologie du Conseil départemental du Finistère dans le futur quartier SaintPhilibert de Plomelin a permis la mise en en évidence d’un bâtiment en pierres sèches du Moyen-âge. Celui-ci, long d’environ 7,8 m et large de 4 m, de plan non orthonormé
  • Interprétation Moyen-âge Bâtiment en pierres/ autres aménagements en pierres/fossés/fosses Céramique occupation Epoque moderne fossé parcellaire Epoque contemporaine occupation fossé parcellaire/tranchées de canalisation - 12 - Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie
  • diagnostic (arrêté SRA n°2015-286 du 12 octobre 2015 modifiant l’arrêté 2014-068 du 30 janvier 2014) sur la zone impactée. Le diagnostic devait mettre en évidence et caractériser la nature, l’étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques éventuellement présents sur
  • des « archives du sol » Les indices archéologiques mis en évidence ont été enregistrés sur le terrain et relevés par le topographe au tachéomètre. Ils ont été dotés, d’un code numérique composé d’un numéro d’ordre de 1 à n par tranchées et du nom de la commune Plomelin, St-Phi 2016
  • - décapage de la tranchée Tr38 - 19 - Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Plomelin (29) – quartier Saint-Philibert Arrêté 2015-286 Muriel FILY 2016 Figure 7. Bâtiment médiéval mis en évidence lors du diagnostic (vu depuis le NO) Figure 8. Bâtiment (vu depuis le
  • SO) - 20 - Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Plomelin (29) – quartier Saint-Philibert Arrêté 2015-286 Muriel FILY 2016 Figure 9. Plan général du bâtiment mis en évidence dans la Tr38 (DAO B. Grall et M. Fily) - 21 - Conseil départemental du Finistère
  • étapes du bâtiment en deux phases A et B (DAO B. Grall et M. Fily) - 23 - Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Plomelin (29) – quartier Saint-Philibert Arrêté 2015-286 Muriel FILY 2016 Figure 11. Plan interprétatif du bâtiment A et B avec possibles emplacements
  • Figure 18. Vue en second plan du mur nord du bâtiment A orienté NE/SO et en premier plan du mur nord du bâtiment B orienté E/O - 29 - Muriel FILY 2016 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Plomelin (29) – quartier Saint-Philibert Arrêté 2015-286 Muriel FILY 2016
  • pierres St368 ont été mises en évidence (fig.39). Ce décapage test s’est arrêté à l’apparition des pierres et ne s’est pas poursuivi jusqu’au substrat. Figure 38. Structure St325 (Tr32) Figure 39. St368 (Tr36) - 42 - Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Plomelin
  • premier plan la structure St325, au second plan la structure St368 et en arrière plan le bâtiment A-B St382-3803, vus depuis l’ouest Figure 42. Au premier plan le bâtiment A-B, et en arrière plan la structure St325, vus depuis l’est - 44 - Conseil départemental du Finistère Mission
  • PLOMELIN (FINISTERE - BRETAGNE) Quartier Saint-Philibert Occupation médiévale Rapport de diagnostic archéologique Arrêté de prescription SRA 2015-286 Muriel FILY (dir.) avec la collaboration d’Annie BARDEL, Léa CLOUET, Bertrand GRALL, Ronan PERENNEC Quimper – Le Faou
  • : Conseil départemental du Finistère, Mission Archéologie, Conservation départementale du patrimoine et des musées Juin 2016 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Plomelin (29) – quartier Saint-Philibert Arrêté 2015-286 Muriel FILY 2016 Fily M., (dir.), Bardel
  • musées - Service Régional de l’Archéologie de Bretagne. Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de diagnostic archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service régional de
RAP03421.pdf (SAINT-RENAN (29).Collège Route de Plouzane. Rapport de Diagnostic)
  • diagnostic dans l’atlas des patrimoines en 2017 Figure 4. Extrait de l’état de la connaissance archéologique, Géobretagne, mai 2017 17 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 18 Muriel FILY 2017 Conseil
  • , Saint-Renan (Finistère Bretagne), Collègue de route de Plouzané, Rapport de diagnostic archéologique, Le Faou - Quimper : Conseil départemental du Finistère, Mission Archéologie, Conservation départementale du patrimoine et des musées - Service Régional de l’Archéologie de Bretagne
  • terrain : Conseil départemental du Finistère Protection juridique : - Opération archéologique Nature de l’opération : Diagnostic archéologique Arrêté(s) de prescription n° : 2016-340 en date du 15 novembre 2016 Responsable de l’opération : Muriel FILY (Conseil départemental du
  • Finistère – Mission Archéologie) Arrêté de désignation n° : 2017-039 en date du 06 février 2017 Opérateur : Conseil départemental du Finistère, DCJS/CDPM, Mission Archéologie (CDA) 16, route de Térénez, 29590 LE FAOU, tèl 02 98 81 07 20 Nature de l’aménagement : Collège Maître d'ouvrage
  • la recherche et les principaux résultats de l’opération archéologique : Mise en évidence de la présence ou de l’absence de vestiges archéologiques sur les parcelles concernées par l’aménagement et caractérisation des éventuels vestiges Lieu de dépôt temporaire du mobilier
  • archéologique : Centre départemental de l’archéologie (Conseil départemental du Finistère) – Le Faou / Dépôt de fouilles archéologiques du Finistère Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 Générique de
  • Arrêté 2016-340 Muriel FILY 2017 Plusieurs trous de poteaux y ont été observés près de fossés. Un tesson trouvé dans l’un d’eux paraît protohistorique. Notice scientifique Le diagnostic archéologique réalisé par la Mission Archéologie du Conseil départemental du Finistère sur le
  • , nous l’espérons, d’apporter par la suite quelques éléments plus fiables de datation. Un second secteur d’occupation, moins dense, a été mis en évidence dans la Tr23. 13 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté
  • des structures mises au jour dans ces secteurs. En octobre 2016, la demande anticipée de réalisation d’un diagnostic archéologique préalable à la construction du futur collège situé à Saint-Renan, route de Plouzané, au lieu-dit Quilimerrien (29), déposé par le Conseil
  • devait mettre en évidence et caractériser la nature, l’étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques éventuellement présents sur l’emprise de l’aménagement visée par l’arrêté de prescription SRA n° 2016-340. Il devait également permettre d’estimer les moyens à mettre
  • en œuvre dans le cadre d’une éventuelle fouille, par les données recueillies et analysées au cours du diagnostic. Les indices archéologiques mis en évidence ont été enregistrés sur le terrain et relevés par le topographe au tachéomètre. Ils ont été dotés, d’un code numérique
  • diagnostic. 2. Méthodologie Durant la période d’étude, la documentation primaire produite et le mobilier archéologique découvert ont été 25 tranchées (de Tr1 à Tr25) ont été réalisées (fig. 3). Leur longueur moyenne 15 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint
  • -Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 Muriel FILY 2017 20 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 Muriel FILY 2017 Toutefois, aucun plan complet de bâtiment n’a pu être mis en évidence
  • moins en partie, dans la sablière St1912. 30 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 Muriel FILY 2017 Figure 19. Montage ortho photographique des aménagements de pierres St1917 et St1914 (Claire Gallen
  • Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 Figure 24. Vue du probable parement dans la partie de l’aménagement de pierres St1917 Muriel FILY 2017 Figure 25. Autre vue du parement de St1917 depuis le sud (en cours de sondage) Figure 26. Vue de
  • pierres St1914 et St1917 Figure 28. Vue d’une partie de la coupe ouest AA’ et de l’aménagement de pierres St1914 avec différentes US de pierres en partie haute et basse 35 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté
  • puissent appartenir au même ensemble que celui décrit en Tr19. Figure 36. Vue des trous de poteaux repérés dans la Tr16 40 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 Muriel FILY 2017 Figure 37. Plan des
  • St1614 Figure 47.Structure St1617 45 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 Muriel FILY 2017 3. Un prolongement des structures vers l’ouest en Tr13 et Tr11 Quelques autres structures, qui pourraient
  • Figure 54. Relevés des structures fouillées en Tr11 et 13 48 Muriel FILY 2017 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 Muriel FILY 2017 comblement limoneux brun jaune mêlé du substrat de limon jaune avec
  • large de 63 cm pour une profondeur conservée de 15 cm. Il apparaît à 41 cm sous la surface du sol actuel. De profil en U, il présente un 49 Conseil départemental du Finistère Mission Archéologie Saint-Renan (29) – Collège route de Plouzané Arrêté 2016-340 Muriel FILY 2017
RAP00790.pdf (NOUVOITOU (35). tranche 1 de la ZAC des Landes. rapport de diagnostic)
  • GEODIS (GEODIS, 2009), ce niveau a été repéré jusqu'à la profondeur d'arrêt de leurs sondages, à 2,6 mètres de profondeur. La carte archéologique de la commune de Nouvoitou répertorie 18 sites archéologiques. La voie romaine Rennes / Angers passe en limite orientale de la commune. Les
  • SIGNALETIQUE 2 LISTE DES INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE 3 NOTICE SCIENTIFIQUE 3 TABLEAU R E C A P I T U L A T I F DES RESULTATS 3 I. INTRODUCTION 5 1.1. Circonstances de l'intervention 5 1.2. Contexte géographique et archéologique 6 1.3. Stratégie et méthodes mises en
  • pages : 18 Nombre de figures : 12 Lieu de dépôt temporaire du matériel archéologique : Base de Cesson-Sévigné 2 INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : INRAP : Anne Villard Stéphane Bourne Conservateur en charge du dossier Responsable
  • courbe de niveau I - INTRODUCTION 1.1 C I R C O N S T A N C E S D E L ' I N T E R V E N T I O N Le projet d'une zone d'aménagement concerté a été à l'origine de la mise en place d'une opération de diagnostic archéologique. Ce projet s'étend sur une surface de 43 hectares et se
  • archéologique de la commune de Nouvoitou, 2010, Service Régional d'Archéologie de Bretagne, Cellule carte Archéologique, Rennes Nouvoitou - ZAC de la Lande - étude géotechnique d'avant-projet - mission G12 Voiries, G E O S I S , Rennes, 2009, 11 p. 9 TABLE DES ILLUSTRATIONS Figure 1
  • que, en raison de leur localisation, les travaux envisagés sont susceptibles d'affecter des éléments du patrimoine archéologique ; en effet, la limite est de la ZAC correspond à l'emplacement reconnu de fa voie antique Rennes-Angers. Par ailleurs plusieurs enclos d'époque gauloise
  • seront réalisées selon le calendrier prévisionnel suivant : Tranche 1 de 33 446 m2 en novembre 2010 Tranches ultérieures à déterminer » Le diagnostic archéologique comprend, outre une phase d'exploration du terrain, une phase d'étude qui s'achève par la remise du rapport sur les
  • fixées contractueilement en application des article 28 à 34 du décret n" 2004-490 susvisé. Il sera exécuté conformément au projet d'opération élaboré par cet opérateur sur la base des prescriptions annexées au présent arrêté. Article 5 : Le mobilier archéologique recueilli au cours de
  • Préfecture de région Liberté • Égalité * Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE le Préfet de la région de Bretagne, Préfet d'Iile-et-Vilaine, Prescriptions de diagnostic archéologique annexées à l'arrêté préfectoral numéro 2010-163 région : Bretagne
  • diagnostic, face aux intempéries ou au vandalisme, devront être mises en oeuvre si besoin. Ces précautions pourront inclure le remblai des surfaces ouvertes. Objectifs ; Le diagnostic, doit répondre à deux objectifs : détection et caractérisation des vestiges archéologiques. Les éléments
  • i Inrap -r «? jA" Êt iER ARRIVEE W o u v o l t o u , Slïe-et-Viiaîne, Z Â C d e fa L a n d e Nouvoitou, Tranche 1 de la ZAC des Landes par Stéphane Bourne Inrap Grand-Ouest Décembre 2010 Institut national de recherches archéologiques préventives SOMMAIRE FICHE
  • œuvre 6 IL L'OCCUPATION ARCHEOLOGIQUE 7 III. CONCLUSION 8 BIBLIOGRAPHIE 9 TABLE DES ILLUSTRATIONS 10 LES INVENTAIRES 11 Inventaire des structures archéologiques 13 Inventaire des minutes de terrain 17 Inventaire des photos 17 1 FICHE SIGNALÉTIQUE Localisation de
  • Propriétaire du terrain : Territoires Arrêté de prescription n° : 20010-095 en date du 23 juin 2010 Arrêté modificatif n° : 2010-163 en date du 4 novembre 2010 Responsable désigné : Stéphane Bourne Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : INRAP Nature de
  • , société Beaussire NOTICE SCIENTIFIQUE Le diagnostic archéologique effectué sur la tranche 1 du projet de la ZAC de la Lande, sur la commune de Nouvoitou, n'a pas livré de traces d'occupations anciennes. Mise à part un tesson de céramique trouvé hors contexte et daté de la
  • 39, et à l'Ouest par un chemin piétonnier. Elle est située sur la rive gauche de la Yaigne, à une altitude de 59 mètres, et en contrebas du promontoire sur lequel est construit le bourg médiéval de Nouvoitou (figure 4). A notre arrivée, les parcelles A E 4 / 5 / 6 / 7 étaient
  • couverte d'herbe et la parcelle. La parcelle AE 44 se présentait quant à elle sous la forme d'une friche (plusieurs barrières de fil de fer, cabanes en tôle). Les conditions climatiques ont perturbé l'opération, si bien que nous n'avons pas pu nous rendre sur le diagnostic pendant toute
  • une journée (neige et routes glissantes). Les objectifs de cette opération étaient de vérifier l'existence et l'état de conservation des vestiges archéologiques et de caractériser leur nature et leur chronologie. Cliché 64 : vue générale des parcelles diagnostiquées à l'est de
  • entre 30 et 100 cm est subdivisé en plusieurs sous couches, qui sont toutes constituées d'un limon argileux brun à beige incluant, dans diverses proportions, des plaquettes de schiste et des nodules de manganèse (horizons 2). C'est au Nord-Est de l'emprise, que ces nodules de
  • manganèse sont les plus nombreux. Ils apparaissent vers 30 cm de profondeur, et indiquent une saturation d'eau de cet horizon en période pluvieuse. Du schiste altéré compact qui apparaît entre 50 et 100 cm. (horizon 3). Son épaisseur est variable. D'après les sondages effectués par
  • de taille millimétrique à centimétrique, nodules de manganèse en de proportion variable selon les secteurs H2c : limon très argileux de décomposition du schiste, marbré d'orange, de rouge et de gris bleuté, hétérogène et compact, nombreux nodules de manganèse H2d : schiste en
RAP01967.pdf (YVIGNAC (22). la Basse Boexière. dfs de diagnostic sur construction d'une stabulation)
  • d'amménagement : 758 m Surface disponible pour l'intervention archéologique : 758 m Surface sondée : 116 m Dates de l'intervention sur le terrain : 17/06/2002 Dates de l'intervention en post-fouille : le 18/06/2002 2 2 2 Résultats : Côte d'apparition des vestiges : Entre 0,30 et 0,40 m
  • : Y. Legrand. Entreprise de terrassement : T.P. Buard, La Dalibotière, Languédias. Intervenants scientifiques et techniques durant la phase terrain : Yves Menez et Michel Baillieu : mise en place et suivi de l'opération archéologique. Eddy Roy, (assistant d'études), titulaire de
  • effectuées en 1982 par Loïc Langouet ont confirmé la présence de vestiges archéologiques au lieu-dit La Basse Boexière à Yvigniac . Le site concerné par les nouveaux travaux d'aménagement couvre une superficie totale de 758 m hectares (fig.3). L'opération de diagnostic archéologique
  • importante ou longiligne possédé plusieurs n° de faits si il apparaît dans plusieurs sondages. 3 Le décapage mécanique consiste à retirer successivement plusieurs couches de terre jusqu'à l'apparition d'anomalies ou de vestiges archéologiques susceptibles d'être conservés en
  • évaluation du potentiel archéologique préalable. En effet, quelques substructions et différents matériaux (fragments d'enduits peints, de dallage, de tégulae...) attribuées chronologiquement à l'époque gallo-romaine, ont été découvertes en 1864 sur les parcelles avoisinantes. Des
  • prospections pédestre et aériennes effectuées en 1982 ont confirmé la présence de vestiges archéologiques au lieu-dit La Boexière à Yvigniac. Deux tranchée, longues de 30 m ont été effectuée sur la zone concernée par les nouveaux travaux d'aménagement et ont révélé la présence de deux fonds
  • . Figure 2 : Localisation du site sur la carte archéologique S.R.A. Bretagne d'après les données I.G.N 1/25000e. Figure 3 : Plan cadastral avec emprise des travaux (section D1). REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATIO PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE
  • ° 2002-059 en date du 2 mai 2002 portant prescription d'un diagnostic archéologique à réaliser à YVIGNAC LA TOUR (Côtes d'Armor) La Basse Boexière ; CONSIDERANT que le responsable d'opération n'a pas été désigné par l'arrêté susvisé ; ARRETE Article 1 er : Monsieur Eddy ROY est
  • YVIGNIAC "La Basse Boexière" (Côtes d'Armor) SONDAGES ARCHÉOLOGIQUES SYSTÉMATIQUES SUR L'EMPLACEMENT D'UN FUTUR BÂTIMENT AGRICOLE À YVIGNAC (CÔTE D'ARMOR). RAPPORT DE DIAGNOSTIC ARCHÉOLOGIQUE Arrêté n° 2002 - 071 portant désignation du responsable scientifique de l'opération
  • d'archéologie préventive prescrite par l'arrêté n° 2002 - 059 en date du 2 mai 2002. EDDY ROY et ERIC NICOLAS INRAP Antenne Grand-Ouest 35577 Cesson-Sévigné. Service Régional de l'Archéologie Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne. Pn»ftI >\1 aaKfV111il-f Ju? YVIGNIAC
  • "La Basse Boexière" (Côtes d'Armor) SONDAGES ARCHÉOLOGIQUES SYSTÉMATIQUES SUR L'EMPLACEMENT D'UN FUTUR BÂTIMENT AGRICOLE À YVIGNAC (CÔTE D'ARMOR). RAPPORT DE DIAGNOSTIC ARCHÉOLOGIQUE Arrêté n° 2002 - 071 portant désignation du responsable scientifique de l'opération d'archéologie
  • préventive prescrite par l'arrêté n° 2002 - 059 en date du 2 mai 2002. EDDY ROY et ERIC NICOLAS INRAP Antenne Grand-Ouest 35577 Cesson-Sévigné. Service Régional de l'Archéologie Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne. Sommaire Pages Fiche signalétique Générique de
  • : Département : CÔTE D'ARMOR Commune : YVIGNIAC LA TOUR Lieu-dit : LA BASSE-BOEXIÈRE Cadastre : D, n°184 Coordonnées Lambert : x = y= Altitude NGF : Propriétaire de terrain : Y. LE GRAND, La Basse Boexière 22350 Yvigniac la Tour L'opération archéologique : Arrêté n° : 2002 - 059 Odre de
  • mission INRAP : à partir du 17/06/2002 jusqu'au 17/06/2002 Titulaire : Eddy Roy Organisme de rattachement : INRAP Motifs de l'intervention : Construction d'un bâtiment agricole (stabulation pour vache laitière) Aménageur/maître d'ouvrage : Y. LE GRAND Surface totale des travaux
  • , Conservateur du Patrimoine. Institut Nationale des Recherches Archéologiques Préventives, antenne Grand-Ouest (37 rue du Bignon CS 67737 - 35577 Cesson-Sévigné cedex), - Gilbert Aguesse, Chef d'Antenne, - Didier Duban, adjoint, - Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique. Aménageur
  • . Introduction La construction d'un bâtiment agricole (stabulation) sur 758 m , au niveau d'un contexte archéologique sensible sur la commune d'Yvigniac la Tour dans les Côte d'Armor a amené le Service Régional de l'Archéologie à demander une évaluation du potentiel archéologique préalable
  • (fig. 1 et 2). En effet, quelques substructions et différents matériaux (fragments d'enduits peints, de dallage, de tégulae...) attribuées chronologiquement à l'époque gallo-romaine, ont été découverts en 1864 sur les parcelles avoisinantes. Des prospections pédestres et aériennes
  • ont été rebouchées après l'intervention archéologique. Ces derniers travaux de comblement ont duré 2 heures. Deux faits archéologiques ont été découverts dans les deux tranchées systématiques. 3 1 2 Information Carte Archéologique, SRA Bretagne. Le Massif armoricain des géologue
  • substruction. Ces structures en creux sont repérables par simple contraste de couleur. Ces observations faites et vu le temps alloué, nous avons choisi de relever les structures en plan et de les sonder manuellement de façon ponctuelle. La totalité des tranchées effectuées représente une
  • apparait également à 35 cm sous le niveau de sol actuel et présente une ouverture de 70 cm et une profondeur de 20 cm à partir du niveau de décapage. Son comblement est constitué de limon brun. Il comporte les traces d'une canalisation en bois perceptible par la présence d'un fragment