Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2668 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03189.pdf (BRANDIVY (56). L'abbaye cistercienne Notre-Dame de Lanvaux. Rapport de PT 2015)
  • BRANDIVY (56). L'abbaye cistercienne Notre-Dame de Lanvaux. Rapport de PT 2015
  • L'ABBAYE CISTERCIENNE NOTRE-DAME DE LANVAUX Arrêté d'autorisation n° 2015-037 Rapport de prospection thématique 2015 Merlin Muzellec Master 2 archéologie des périodes historiques, Université Rennes 2 Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport de prospection thématique L'ABBAYE
  • CISTERCIENNE NOTRE-DAME DE LANVAUX Arrêté d'autorisation n° 2015-037 Rapport de prospection thématique 2015 Merlin Muzellec Master 2 archéologie des périodes historiques, Université Rennes 2 Décembre 2015 2 Table des matières FICHE DESCRIPTIVE
  • données ! Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport de prospection thématique FICHE DESCRIPTIVE Cette fiche a été réalisée sur le modèle de celles réalisées par Jean-Baptiste Vincent dans le cadre de sa thèse, reprenant ainsi les mêmes critères d'observation. Le modèle original des ces
  • : Le site de l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux s'étend principalement sur deux parcelles. L'anthropisation des lieux est fortement palpable, avec de nombreuses maçonneries en élévation ou affleurant en surface. Le site a cependant subi des destructions importantes. La maison abbatiale
  • . Organisme : Nombre de fiches supplémentaires : ] 20.3. Collection privée : [ Numéro provisoire du site : ] Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport de prospection thématique Contexte géologique, pédologique,géographique, botanique et humain actuel 22. CONTEXTE GÉOLOGIQUE : 22.1
  • antérieure : 31.7. Date de la saisie en bien national : 1791 31.8. Transformation de la fonction de l’abbaye : Verrerie, plus récemment en poulailler industriel puis en gîte. 32. FILIATION CISTERCIENNE : 32.1. Fille de : Notre-Dame de Bégard 32.2. Petite-fille de : L'Aumône ? 33
  • dégâts de cette dernière implantation « marquante » pour le site. Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport de prospection thématique Description morphologique 36. COMPOSITION GÉNÉRALE DE L’ABBAYE : 36.1. Nombre, nature, forme et orientation des parties constitutives : Le site de
  • l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux a perduré jusqu'à aujourd'hui malgré les nombreuses destruction subies suite à la Révolution. Une concentration importante de vestiges subsiste, permettant une étude de leur organisation pour tenter de saisir le plan des bâtiments conventuels. 36.2
  • [ ] Sec 39.3.1.5. Profondeur d’enfouissement : 39.3.1.6. Sens du courant : 39.3.1.7. Départ : 39.3.1.8. Arrivée : 39.3.1.9. Pente : 39.3.1.10. Fonction du réseau : inexplorée [ ] Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport de prospection thématique 39.3.1.11. Dimension de la
  • cependant impossible de les replacer avec précision pour le moment. Les vestiges conservés concernent seulement des bâtiments du carré claustral. Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport de prospection thématique Étude architecturale détaillée La description des édifices est soit en
  • totale : - Longueur : - Largeur : - Hauteur conservée : 47.3. Altitude : 47.4. Plan de construction : 47.5. Mode de construction : 47.6. Charpente : 47.7. Dates de construction : 47.8. Pièces visibles : 47.9. Commentaire libre ] restituées [ ] Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport
  • : 53.1.4. Destination du matériau : Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport de prospection thématique Mobilier dispersé 54. ELEMENT ARCHITECTONIQUE : 55. CERAMIQUE : 56. PAVEMENT : De nombreux carreaux de pavement en terre cuite ont été collectés sur le site par le propriétaire. Ces
  • . Photographies obliques : 61. BIBLIOGRAPHIE : ANNIC 1983 : ANNIC Pierre, « Notre-Dame de Lanvaux », dans Les abbayes Bretonnes, Biennale des Abbayes Bretonnes, Le Sarment, Fayard, Rennes, 1983, p. 373-380. CLOSMADEUC 1888 : CLOSMADEUC Gustave-Thomas (De), « Sépultures de l'ancienne abbaye de
  • -et-Vilaine, regroupant les deux tomes. L'article est en plusieurs parties, expliquant la numérotation de pages dispersée. 1896 : GUILLOUX Jean-Marie, Baronnie de Lanvaux, Vannes, 1896, 73 p. Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport de prospection thématique DANIGO 1983: DANIGO
  • concernent le même article. Cependant il semblait important de signaler les deux, à la fois pour des question d'exhaustivité et d'accessibilité de ces dits documents. MUZELLEC 2015 : MUZELLEC Merlin, Notre-Dame de Lanvaux (1138-1791), une abbaye cistercienne en Bretagne, approche
  • échantillons : Datation : 18 SYNTHESE INTERPRETATIVE L'abbaye Notre-Dame de Lanvaux se trouve dans le département du Morbihan, à une vingtaine de kilomètre au nord-ouest de Vannes (fig. 1). Elle se situe au nord de la commune de Brandivy, à 3,2 kilomètres du centre-bourg (fig. 2
  • ). Ancienne trève de Grand-Champ, Brandivy est érigée en paroisse en 1802 et en commune en 1862. L'abbaye est une fille de Notre-Dame de Bégard, située dans les Côtesd'Armor. Figure 1 : Carte des abbayes cisterciennes médiévales dans les anciens évêchés de Bretagne. Abbaye Notre-Dame de
  • Lanvaux : rapport de prospection thématique Figure 2 : Localisation multiscalaire de l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux. Notre-Dame de Lanvaux aurait été fondée en 1138 à la demande du seigneur Alain de Lanvaux. Cependant l'absence d'acte de fondation et de textes primitifs laisse un
  • . En 1488 l'abbé aurait fait reconstruire et élargir le chevet de l'église abbatiale 3. Suite à cela il faut attendre le XVII e et surtout le XVIIIe siècle pour obtenir de nouvelles informations sur les aménagements de Notre-Dame de Lanvaux. Plusieurs textes, comme une carte de
  • . Abbaye Notre-Dame de Lanvaux : rapport de prospection thématique Figure 4 : Section A de Lanvaux, 4e feuille, échelle 1/2000, parcelles n° 276-398. ( Cadastre et remembrement, 3P62/5, Archives départementales du Morbihan). De la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours, l'abbaye a connu
RAP03808 (KERPERT (22). L'abbaye Notre-Dame de Coatmalouen, étude topographique du bâti et de l'environnement. Rapport de PT 2019)
  • KERPERT (22). L'abbaye Notre-Dame de Coatmalouen, étude topographique du bâti et de l'environnement. Rapport de PT 2019
  • Rapport d’opération archéologique -2019Merlin Muzellec L’abbaye Notre-Dame de Coatmalouen Etude topographique du bâti et de l’environnement Commune de Kerpert Côtes-d’Armor EA 22 092 0010 Dates de l’opération : 6 au 15 avril 2019 N° d’autorisation : 2019-131 N° INSEE de la
  • commune : N° d’entité : Cadastre : Kerpert – 2018 - 000 ZD 01 Association ARVALES – 12 rue des Lilas, 35136 SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE (SIRET 503 377 970 00028 – APE 9499Z) Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement Illustration de
  • ://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 EA 22 092 0010 - Kerpert - Côtes-d’Armor -3- Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude
  • . Implantation de l’abbaye Notre-Dame de Coatmalouen .................................................. - 23 A.1. Eléments historiques sur la fondation de l’abbaye ................................................... - 23 - A.2. Le vallon du Dourdu : morphologie et choix du site
  • .a. L’aile occidentale .................................................................................................. - 89 -5- Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement A.1.b. Le cloître
  • ........................................................................................................................ - 132 - -6- EA 22 092 0010 - Kerpert - Côtes-d’Armor Données administratives, scientifiques et techniques Notice scientifique : L’ancienne abbaye Notre-Dame de Coatmalouen est située au nord-est de la commune de Kerpert, dans le département des Côtes-d’Armor, à 18 kilomètres au
  • médiévales de Bretagne. L’objectif était ici de réaliser un plan géoréférencé des vestiges bâtis mais également des aménagements réalisés sur le coteau et dans le vallon du Dourdu pour permettre l’implantation et le fonctionnement de l’ancienne abbaye. Notre-Dame de Coatmalouen est
  • différents bâtiments, qu’il s’agisse de l’église, des bâtiments -7- Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement conventuels ou des structures annexes dont il ne reste aujourd’hui que les écuries modernes réaménagées. La distribution tardive des
  • probable que ces différents édifices reprennent l’emplacement de structures antérieures. Ainsi, Notre-Dame de Coatmalouen apparaît comme un site dont l’implantation a été clairement réfléchie en termes altimétriques et planimétriques. Les moines ont profité de la pente douce d’un
  • /thème : - Moyen Age - Édifice religieux - Bas Moyen Age - Bâtiments - Epoque moderne - Implantation - Système hydraulique - Géomorphologie -9- Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement Générique de l’opération : Suivi
  • 0010 - Kerpert - Côtes-d’Armor Copie de l’arrêté : - 11 - Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement - 12 - EA 22 092 0010 - Kerpert - Côtes-d’Armor Localisation et extrait du plan cadastral : Localisation de la commune de Kerpert
  • (fond de carte : Service Régional de l’Archéologie) Localisation du site sur fond de carte topographique au 1 : 25000 (fond de carte : IGN) - 13 - Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement Emprise du relevé topographique sur fond de
  • cadastre 2018 (source cadastre : DDFIP) - 14 - EA 22 092 0010 - Kerpert - Côtes-d’Armor Introduction Cadre d’opération Cette opération de prospection et de relevé topographique autour de l’abbaye Notre-Dame de Coatmalouen s’inscrit dans le cadre, plus large, d’une thèse en
  • général géographique, géologique et hydrographique L’abbaye Notre-Dame de Coatmalouen est installée dans l’actuelle commune de Kerpert (INSEE 22 092), dans les Côtes-d’Armor (fig. 1). Le site se trouve à 3,5 km au nord-est du bourg de ladite commune, soit à 18 km au sud-est de
  • toponyme « Dourdu » est visible sur le cadastre de 1840. On trouve la forme « Dordu » dans l’acte de confirmation de la fondation de l’abbaye. 2 - 15 - Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement Figure 1 : Localisation générale du site (1
  • Indéterminée Parcellaire, fossés 22 294 0004 Age du fer Enclos, habitat 22 294 0012 Antiquité Enclos, exploitation agricole 22 294 0013 Age du bronze – âge du fer Enclos - 17 - Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement Pour l’Ancien
  • des diocèses historiques (1 : 500000e) Historiographie Si le Chevalier de Fréminville ne consacre que deux pages à Notre-Dame de Coatmalouen en 1837 dans ses Antiquités de Bretagne, déçu de l’absence de vestiges médiévaux, l’histoire des lieux a su intéresser les auteurs qui ont
  • (Chevalier de) C.-P., 1837, p. 334-336. PRESSE A., 1993. 7 DUVAL M., 1983 et 1986 ; BOURGES A.-Y., 1991 ; DUFIEF A., 1997 ; 6 - 19 - Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen - Étude topographique du bâti et de l’environnement Il faut aussi relever la notice du dossier du service régional
  • cloître et des bâtiments du carré claustral. Le site est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1964. Problématiques Cette étude sur l’abbaye Notre-Dame de Coatmalouen aspire à documenter ces traces matérielles de l’occupation monastique et à replacer
  • importantes rapidement et a l’avantage d’être non-destructeur, limitant ainsi l’impact des recherches sur l’état de conservation du site. Mise en œuvre La prospection pédestre et le relevé topographique du site de l’abbaye Notre-Dame de Coatmalouen se sont déroulé du 6 au 15 avril 2019
RAP01442.pdf (VANNES (56). 12 rue Victor Hugo. rapport de diagnostic)
  • partie de l'intra-muros (rue Notre-Dame, ses impasses et le manoir épiscopal de la Motte)1. Ce territoire comprenait également la rue de la Boucherie, la rue Traversière, la rue du Moulin, la rue de l'Abattoir et l'avenue Victor Hugo (ex rue de Coessial). La rue de la Coutume et la
  • rue du Mené limitaient son extention à l'est et au sud. Tout ce quartier formait avant 1789 le faubourg de Bourg-Maria. La fondation de l'église de Notre-Dame du Mené, anciennement nommée NotreDame de Vannes, semble remonter au 12ème siècle. Un acte de l'évèque ROUAUD de 1144 en
  • fait mention comme chapelle castrale2. Elle était située sur une hauteur non loin de la porte Notre-Dame entre la rue de la Coutume et l'avenue Victor Hugoi. Ce premier édifice religieux avait la forme d'une croix latine et était orienté comme les églises de Saint-Pierre et de Saint
  • -Patern. En 1706, il fut uni au séminaire tenu par des Lazaristes3 . Au début du 18è siècle (1716), Notre-Dame du Mené menaçait ruine. En 1718 le porche s'écroula et la destruction de l'église fut entreprise le 24 mai 1719 après le consentement d'Olivier GIBON, premier prééminencier4
  • paroisse ne lui ayant pas été réattribué en 1802, l'église devint une 1 2 P. THOMAS-LACROIX, Le Vieux Vannes, 1975, p. 68-69. J. LE BRAS, "Les Chapelles Castrales", Bull.de la Société Polymatique du Morbihan, 1925, p. 28-33. 3 R. GRAND, "Vannes, Notre-Dame du Mené", Congrès
  • . L'urbanisation galopante des années 1960 mis un terme à l'histoire de l'église de Notre-Dame du Mené. Sa fermeture le 12 septembre 1964 fut suivit très rapidement de sa destruction complètes. Elle fut remplacée en 1969 par l'actuel magasin "Monoprix"/ Sa démolition permis de financer un
  • éch. 1/40 1. coupe 2. plan rigure }A }A' }A" m 5 1R VIGNETTES 3 (figure 3) Ce sondage d'une superficie de 31m2a été implanté au plus près du bâtiment actuel et perpendiculairement à son axe, afin de retrouver les éventuelles substructions de l'église de Notre-Dame du Mené
  • secteur. Cliché 7 : Vue générale de la vignette 3, pratiquée à l'emplacement de l'ancienne église Notre-Dame du Mené (1739). 17 VIGNETTE 4 (figure 3) L'ouverture de cette vignette d'environ 41 m2 n'a pas permis de déceler la présence de vestiges archéologiques (cl. 8). Un remblai
  • en particulier ceux concernant les fondations de l'ancienne église de Notre-Dame du Menée. Seules quelques structures relatives à l'aménagement du jardin au 18è où 19è siècle ont été mises au jour dans la partie sud. Toutefois, il convient de préciser que le secteur de l'oratoire
  • , 1977. M. DE GALZAIN, Passants du passé, 1980. *R. GRAND, "Vannes, Notre-Dame du Mené", Congrès Archéologique de France, BrestVannes, 1914, Paris, 1919. A. GUYOT-JOMARD, La ville de Vannes et ses murs, 1888. A. LALLEMAND, Les origines historiques de la ville de Vannes, de ses
  • S.R.A. b - Méthodologie : Nous avons été confrontés à deux problèmes lors de cette opération de diagnostic. Notre premier souci fut de circuler avec un engin de terrassement dans un espace réduit, du fait que de nombreux arbres jalonnaient notre parcour (cl. 1). Le second problème
  • Archéologique de France, Brest-Vannes, 1914, Paris, 1919, p. 420. 4 J. -M. LE MENE, Topographie Historique de Vannes, 1897, p. 91-94. 7 R simple chapelle de séminaire en 1803. Elle garda cette fonction jusqu'en 1864, où l'ensemble du domaine devint propriété des Dames de la Retraite4
RAP01920.pdf (PLOUHINEC (56). la villa de Mané-Véchen, étude des peintures de la salle ab. rapport d'étude dans le cadre de la fouille programmée)
RAP02505.pdf (RENNES (35). église Notre-Dame en Saint-Melaine , anciens fonts baptismaux. étude du bâti et surveillance de travaux.)
  • RENNES (35). église Notre-Dame en Saint-Melaine , anciens fonts baptismaux. étude du bâti et surveillance de travaux.
  • RENNES (35) EGLISE NOTRE-DAME en SAINT-MELAINE Anciens fonts baptismaux Novembre 2 0 0 9 R)RAR SRA 2 6 m. ms ' COURRIER arrivee Joseph MASTROLORENZO Mairie de Rennes - Service des bâtiments : 12, rue de Viarmes BP 3126 - 35031 RENNES Service Régional de l'Archéologie de
  • Bretagne : avenue Charles Foulon - 35700 RENNES - 25o5 I Photo de couverture : Galerie ouest du cloître (J.M.). i FICHE SIGNALETIQUE Site n° : 35.238.XXX Région : Bretagne Département : Ille et Vilaine (35) Commune : Rennes Adresse : Eglise Notre-Dame en Saint-Melaine, Place
  • /2008 au 31/08/2009 Titulaire : Joseph MASTROLORENZO Surface étudiée : Anciens fonts baptismaux Surface estimée du site : Eglise Notre-Dame en Saint-Melaine Mots-clefs : Chronologie : Moyen-Age, Epoque Moderne et contemporaine Vestiges immobiliers : Bas-côté nord de l'église, murs du
  • Equipe archéologique : Joseph MASTROLORENZO (archéologue, responsable d'opération) Claire MOREAU (archéologue-fouilleur) SOMMAIRE 1. INTRODUCTION p. 5 1.1 L'église Notre-Dame en Saint-Melaine p. 5 1.2 Objectifs et méthodes de l'opération archéologique p. 7 2. LES DIFFERENTES
  • PHASES DE CONSTRUCTION p. 9 2.1 La phase 1 : Constructions antérieures aux XlVe - XVIe s. p. 9 2.2 La phase 2 : XlVe - XVIe s. p. 13 2.3 La phase 3 : XVIIe s. p. 20 2.4 La phase 4 : XIXe - XXe s. p. 25 3. CONCLUSION p. 29 4 1. INTRODUCTION 1.1 L'église Notre Dame en
  • entièrement restaurée puis un nouveau cloître est réalisé. Elle devient hôpital après la Révolution française puis paroissiale sous le vocable de Notre Dame en Saint-Melaine, et, à même fait office de cathédrale entre 1803 et 1844. D'importants travaux d'embellissement ont été entrepris
  • , notamment, en 1855, date à laquelle la tour du clocher est surélevée d'un étage et surmontée d'une statue de la Vierge (Figures 2 et 3). 5 Figure 2 : Plan de la tour de Notre Dame de Rennes. Appel à la foi catholique pour la restaurer. (Archives municipales de Rennes). Figure 3
  • : Église Notre-Dame en Saint-Melaine, Rennes. Projet d'achèvement de la tour. Lithographie d'après nature et d'après le projet de l'architecte MELLET. (Archives municipales de Rennes). Endommagée lors de la seconde guerre mondiale, elle bénéficie d'une nouvelle restauration
  • XVIIe s. (Phase 3) éclairant la lere travée du bas-côté nord. 28 LISTE DES FIGURES Figure 1 : Vue générale de l'église Saint-Melaine (J.M.). Figure 2 : Plan de la tour de Notre Dame de Rennes. Appel à la foi catholique pour la restaurer (Archives municipales de Rennes). Figure 3
  • : Eglise Notre-Dame en Saint-Melaine, Rennes. Projet d'achèvement de la tour. Lithographié d'après nature et d'après le projet de l'architecte MELLET (Archives municipales de Rennes). Figure 4 : Galerie ouest du cloître (J.M.). Figure 5 : Ressaut de fondation à l'aplomb du piédroit
RAP03360.pdf (LANDEDA (29). Abbaye Notre Dame des Anges. Rapport de diagnostic)
  • LANDEDA (29). Abbaye Notre Dame des Anges. Rapport de diagnostic
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Bretagne, Finistère Landéda, Abbaye Notre Dame des Anges sous la direction de Didier Cahu Inrap Grand Ouest Janvier 2017 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Landéda, Abbaye Notre Dame des Anges 29101
  • diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Finistère (29) Commune Landéda Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Proprietaire du terrain Inrap Grand
  • Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 CESSON-SEVIGNE Cédex M. Mme Tétrel Robert Dates d’intervention sur le terrain — Références de l’opération Adresse ou lieu-dit 470 route des Anges Abbaye Notre Dame des Anges Numéro de l’arrêté de prescription 2015-324 Numéro de
  • Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Michel Baillieu, Inrap Directeur adjoint scientifique et technique Prescription et
  • et scientifiques 9 Notice scientifique Nous sommes dans l’abbaye de Notre Dame des Anges, sur la côte nord du Finistère, face à la mer, au sein de la paroisse de Landéda. Ce diagnostic ne concerne pas l’intérieur de l’église, mais ses abords immédiats côté nord, est et sud. Il
  • (Tinevez 2009), et représenter un état antérieur complètement inconnu. 10 Inrap · RFO de diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges Tableau récapitulatif des résultats Chronologie XXe siècle- XXIe siècle XIXe- XXe siècle Structures et interprétation
  • , © MMC 2014 SCAN25®, © IGN 2011 0 250 m 1/25 000 1 km 2 km 12 Inrap · RFO de diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Département : FINISTERE Commune
  • 1142550 7293650 7293650 Emprise diagnostic 1142550 1142600 I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 13 14 Inrap · RFO de diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques Arrêté de désignation 15 II. Résultats 18 Inrap · RFO de diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges 1. Cadre général de l'intervention archéologique Le projet d’aménagement de l’abbaye de Notre Dame des Anges est l’occasion de réaliser
  • investigations archéologiques d’ampleur au sein de cet ensemble monastique fondé au début du XVIe siècle. Celles-ci ne concernent toutefois pas l’intérieur de l’église, mais ses abords immédiats côté nord, est et sud. 1.1 Cadre local et naturel L’abbaye de Notre Dame des Anges est implantée
  • moderne. L’abbaye Notre Dame des Anges a été fondée en 1507 le 1er dimanche de mai par Tanguy de Chastel et son épouse Marie de Juch sur une terre appartenant à la seigneurie de Kernavan (Menut 1970, et contexte historique fondé largement sur une analyse fournie par J.-C. Arramond
  • de religieux pour se réduire à 4 à la révolution française. En 1692, un incendie ravage une partie des constructions originelles, une phase 20 Inrap · RFO de diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges N° EA Lieu-dit Structure Période 1 Cosquer
  • Notre Dame des Anges Fig. 4 Plan schématisé de l’abbaye Notre Dame des Anges en 1792, par Gérard Danet 2008. Fig. 5 Extrait du cadastre de 1842, Section C1 de Kersalou, paroisse de Landéda. Vers 1830, l’ensemble devient une auberge. En 1911, elle prend le nom d’ « hôtel des Anges
  • la foulée de leur arrivée, par un arrêté du 11 février 2002, l’abbaye Notre Dame des Anges est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Cela comprend l’ensemble des bâtiments conventuels, y compris la fontaine, les sols des deux cours, des jardins et
  • cloître disparu. Cette opération de diagnostic s’est réalisée à deux personnes sur trois semaines entre le 25 janvier et le 12 février 2016. 24 Inrap · RFO de diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges Fig. 8 Implantation préétablie des sondages. 1.3.1
  • 7293690 Mais o n principa le Galerie cloître Sd 10 Sd 01 Sd 11 Sd 09 Sd 06 Sd 08 Sd 02 Sd 07 Sd 03 1142600 Sd 05 1142600 Finistère (29) Commune de Landéda ‘‘Abbaye Notre Dame des Anges’’ Fichier : Landeda_NotreDameDesAnges_D112460.dwg Emprise prescrite Sd 04 1142610
  • · RFO de diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges Fig. 10 Effondrement des coupes. Sondage 3, coupes entièrement effondrées. Sondage 6, deux photos à moins d’une minute d’intervalle. Mais nous devons dire que janvier- février est une période très
  • base de cet écrit et se retrouve dans les différents inventaires à la fin de ce volume. 11001 28 Inrap · RFO de diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges 2. L'occupation archéologique Onze sondages archéologiques ont été réalisés au cours de ce
  • (29)- Abbaye Notre Dame des Anges Face à l’instabilité des sédiments, nous avons préféré ne pas dépasser la côte de 4,70 m NGF, soit 1,60 m sous la surface actuelle. Seule la coupe sud a été relevée. Ce sont d’abord deux strates de surface (Us 1001 et 1002) qui résument un état de
  • Inrap · RFO de diagnostic Inrap Grand Ouest Landéda (29)- Abbaye Notre Dame des Anges Pour ces quatre inhumations, nous avons touché les ossements vers 5,30 m NGF, soit 1 m sous le niveau de circulation actuel. Tout au nord, pour 2013, seul le crâne a été mis au jour. Pour 2011 et
RAP03755 (PLOUHINEC (56). Loquénin. Rapport de diagnostic)
  • au moins durant l’époque carolingienne, ce qui pose donc la question de la fondation de la chapelle Notre-Dame, qui jusqu’à présent était fixée à la période romane. Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Édifice religieux, Morbihan, Plouhinec, Locquénin Rapport d’opération
  • opération. En effet, cet espace funéraire fonctionne au moins durant l’époque carolingienne, ce qui pose donc la question de la fondation de la chapelle Notre-Dame, qui jusqu’à présent était fixée à la période romane. Au terme de l’opération, les sondages ont été rebouchés avec les
  • mise en place du diagnostic archéologique La présente opération fait suite à une demande volontaire de diagnostic archéologique de la part de la Commune de Plouhinec. Cette dernière a pour projet d’aménager les abords de l‘église Notre-Dame de Locquénin. La réalisation de ces
  • complètent cet ensemble. Directement concernée par l’opération, la chapelle Notre-Dame de Locquénin serait établie au XIIe siècle (fig. 2). Orientée est-ouest, elle était dotée de deux bas-côtés séparés de la nef par des arcades en plein cintre, dont il ne subsiste aujourd’hui que le bas
  • l’augmentation de la population locale (ref : http://patrimoine.bzh). Fig. 2 Vue de l’église Notre-Dame de Locquénin depuis le sud-ouest. © Elsa Jovenet 1.4 Conditions de réalisation de l’opération archéologique L’implantation des sondages a été conditionnée par la présence de multiples
  • chapelle Notre-Dame, de fondation romane, soulève ainsi la question de ses origines : pourrait-elle succéder à un bâtiment préexistant, en lien avec le cimetière mis au jour ? Seules des investigations plus poussées permettraient de préciser l’emprise et la chronologie de l’espace
  • /chapelle-puis-eglise-paroissiale-notre-dame-de-locquenin/5009204f-d73d-45f2-b84a374b7dddd9cc Provost 2007 PROVOST( A.) – Plouhinec (56). Villa maritime gallo-romaine de Mané-Véchen. Rapport de fp 2007. Fouille programmée, RAP02375, Service régional de l’archéologie de Bretagne. Créé le
  • P1020559 sondage 1, coupe 1 EJ 4/24/2018 sud-ouest Vue de la coupe sud du SD 1 coupe P1020560 église EJ 4/24/2018 nord Vue de l’église Notre-Dame de Locquénin général P1020561 EJ 4/24/2018 sud Vue de l’emprise du SD 3 avant sa réalisation général P1020562 église EJ
  • 4/24/2018 nord-est Vue de l’église Notre-Dame de Locquénin général P1020563 église EJ 4/24/2018 nord-est Vue d’un détail de l’église Notre-Dame de Locquénin détail P1020564 sondage 2 EJ 4/24/2018 est Le SD 2 en cours de rebouchage général P1020565 sondage 2 EJ
  • figures Fig. 1 : Profil altimétrique N/S de l’emprise du diagnostic © IGN 2017 – www.geoportail.gouv.fr/mentions-légales. Fig. 2 : Vue de l’église Notre-Dame de Locquénin depuis le sud-ouest © E. Jovenet, Inrap. Fig. 3 : Plan des réseaux et positionnement des sondages. © E. Jovenet
  • durant l’époque carolingienne, ce qui pose donc la question de la fondation de la chapelle Notre-Dame, qui jusqu’à présent était fixée à la période romane. Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Édifice religieux, Morbihan, Plouhinec, Locquénin Rapport d’opération Chronologie
  • . Localisée à environ 400 m de notre emprise, la villa de Mané Vechen est connue depuis le début du XXe siècle. Elle fait l’objet de sondages dès la fin des années 1960, puis d’un programme de fouille exhaustive entre 2000 et 2007 dirigé par Alain Provost. Cette villa maritime vénète se
RAP01241.pdf (REDON (35). place Saint-Sauveur - place de Bretagne. rapport de sondages)
  • . On notera qu'au Sud de cet angle, le rempprt tend de nouveau à s'épaissir. En quelque sorte l'aménagement du XVIe siècle se "raccrocherait" au rempart du XlVe siècle. II - LA TOUR DE LA PLACE SAINT-SAUVEUR Destinée à défendre les abords de la porte Notre-Dame, la grande tour située
  • moellons à peine équarris parfois. Il s'agit ici de réfections sans doute tardives liées à une transformation de la porte et de ses abords. Le petit mur grossièrement parallèle participe à ces mêmes travaux peut-être légèrement antérieurs à la date de destruction de la porte Notre-Dame
  • distingue la tour située sous la place Saint-Sauveur et attachée à l'origine à la défense de la porte Notre-Dame. Il n'est pas certain qu'elle date du XlVe et qu'il s'agisse de la Tour de Redon dont fait allusion un document daté du 7 mai 1369 (2). Les plans du XVIIIe siècle démontrent à
  • du rempart et l'existence d'angles morts. On remarquera le contraste important qui distingue le rempart de la place de la République (faible épaisseurs du mur, traitement grossier de ses parements) du rempart de la porte Notre-Dame. D'une part, ils ne sont sans doute pas
  • Remblais / XVÏÏJ- Canalisation XUG (travaux) R E D O N : L'ENCEINTE URBAINE Base moulurée de la grande tour située place Saint-Sauveur. III - SONDAGES ARCHEOLOGIQUES SUR LA PORTE NOTRE-DAFIE (détruite vers 1763) Les sondages conduits le 3 février 1987 sur la place Saint
Aubigné. Le Prieuré : extension du cimetière (AUBIGNÉ (35). Le Prieuré : extension du cimetière. Rapport de diagnostic)
  • structures Les structures de la tranchée 2 47 3. Inscription des inhumations du Prieuré dans l’histoire et la topographie de la « ville » d’Aubigné (par Richard Delage) 47 50 55 3.1 3.2 3.3 Plusieurs églises dans la « ville » d’Aubigné Le prieuré Notre-Dame
  • bien être l’église actuelle dédiée à Notre-Dame. Dans son étude (voir §.3), P. Poilpré revient sur la thématique de ces deux églises et propose une hypothèse alternative. Si la paroisse existait sans doute dès le XIe siècle, la fondation de l’édifice qui nous occupe est attribuée
  • Sujets et thèmes Edifice religieux, Fosse, Sépulture Mobilier Une étude documentaire permet d’identifier l’emplacement du prieuré qui donne son nom à l’opération au nord de l’édifice religieux. C’est dans cet espace que s’est déroulée notre intervention. Deux tranchées ont été
  • son nom à l’opération au nord de l’édifice religieux. C’est dans cet espace que s’est déroulée notre intervention. Deux tranchées ont été ouvertes sur une surface de 800 m². Un ensemble de sépultures a été mis au jour, dont la datation semble s’accorder avec la période de fondation
  • , notre exploration s’est vue limitée par la présence d’un réseau, mais il semble plus que probable que le cimetière s’y poursuive. Tr. 1 N 120 sépulture alignement 118 117 130 115 0 1 5m II. Résultats 37 2.1.2 Les sépultures fouillées En accord avec le Service Régional
RAP02287.pdf ((35). étude documentaire. étude documentaire préalable à la mise en valeur du couvent des jacobins de Rennes)
  • du XLXe siècle ne pouvaient que se référer aux ouvrages des pères dominicains, traitant essentiellement du culte de Notre-Dame de Bonne Nouvelle, né dans ce couvent . Le sujet a bénéficié encore récemment d'un article de synthèse . Les grands érudits de l'histoire de Rennes ont
  • cependant relevé la richesse de la documentation concernant la fondation du couvent, à la fin du XTVe siècle. Les 1 2 * Jacobins ou Dominicains. Le couvent de Notre-Dame de Bonne Nouvelle (selon le vocable de l'église) est désigné comme le couvent des frères prêcheurs, ou Dominicains
  • au Moyen Age. Ces derniers sont plus fréquemment appelés les Jacobins à l'époque moderne, par référence au premier couvent de cet ordre, SaintJacques, à Paris. Le Grand, Albert, « Histoire de la fondation du couvent et chapelle miraculeuse de Notre-Dame de BonneNouvelle lez Rennes
  • Vierge à Rennes, Rennes, 1872 ; Poisson, Abbé Henri, Histoire du culte de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, Rennes, 1938. Provost Georges, « Le vœu de Bonne nouvelle à Rennes (1632-1794) », Bulletin et mémoires de la société archéologique d'Ille-et-Vilaine, t. CVIII, 2004, p. 65-86. 2
  • la ville, et en particulier à l'abbé de Saint-Melaine dont l'accord est requis . Le 6 7 1 Arch. Municip. Rennes, 18H2. Yves Pinsard, Le triomphe du vœu de Rennes à Notre-Dame de Bonne Nouvelle, 1634. Repris par PierreStanislas Vert, Notice historique sur le voeu de Notre-Dame
  • cette époque au couvent de Bonne Nouvelle. 28 29 30 31 32 33 34 35 Le culte de Notre dame de bonne nouvelle Les historiens du couvent citent le légat du pape, Etienne Nardino archevêque de Milan, pour montrer la dévotion dont le tableau de Bonne Nouvelle est déjà l'objet en
  • 1470. Ce dernier relate : « I l y a dans le cloistre des Frères Prescheurs de Rennes une image peinte de la Sainte-Vierge que l'on appelle Notre-Dame de Bonnes Nouvelles, et que les peuples entourent d'une extrême vénération comme nous l'avons vu de nos yeux w . Comme le note Paul
  • ancienne, car le devis de l'église, en 1371, mentionne trois tabernacles, dont un pour «le ymage de Notre-Dame » . Dès la fin du XVe siècle, nous trouvons trace, dans les archives des Dorninicains, de la dévotion des particuliers : dans son testament, en mars 1492, Jean Chesnel de
  • Maillebat désire être inhumé « à Rennes en léglise de notre dame de Bonne Nouvelle devant l'image dicelle » . Notons que ce testament est rédigé quelques mois après les fiançailles d'Anne de Bretagne et de Charles VDI qui, selon les historiens bretons, ont été célébrées dans la chapelle
  • de Notre Dame de Bonne Nouvelle en 36 37 3S 39 2 8 29 Martin, Hervé, les ordres mendiants en Bretagrie, op. cit., p. 46. Ibidem, p. 49. 3 0 28 avril 1372, Mandement du lieutenant de Bretagne au receveur de Févêché de Rennes pour l'emploi des 4000 livres à la construction
  • l'événement en ce lieu. Il institue une procession annuelle des écoliers à la chapelle de Notre-Dame de Bonne Nouvelle, le 17 novembre, pour commémorer la date du traité signé par la duchesse Anne . Ce n'est qu'une dizaine d'années plus tard que nous trouvons preuve dans le chartrier de
  • réunissent les Etats . Il faut supposer que ce logis était assez vaste pour une telle réunion. Avec près d'une quarantaine de religieux auxquels s'ajoutent de j \ 48 Etasse, « Une date historique précisée et une cérémonie religieuse à Notre-Dame de Bonne-Nouvelle... », B u l l e t i n e
  • XVille siècle sont conservés . Les plus anciennes inhumations mentionnées dans le chartrier se font dans le chœur de l'église. Par la suite, les emplacements proches du tableau de Notre-Dame de Bonne Nouvelle semblent les plus prisés. Les particuliers expriment souvent le souhait
  • de l'autel l'image notre dame au cloistre w . En 1605, messire le Levier fonde un enfeu « en la 3 voûte de la chapelle de la SainteVierge». Le document est annoté : « l'enfeu est la première voûte saint-Vitre après la grande arcade du côté de l'évengile au nord de la chapelle de
  • . Ille-et-Vilaine, 18 H 22. Arch. Dép. Ille-et-Vilaine 18 H 21, un dossier est consacré aux sépultures de cette famille. En 1597, Perronne Chauchart, dame de la Haulte Touche, exprime sa volonté d'être inhumée « en son enfeu estant en sa chapelle à costé de l'autel l'image notre dame
  • certaines sépultures remarquables sont disposées près du tableau de Notre Dame de Bonne Nouvelle sans pour autant êtres logées dans un enfeu. Celle du sire de la Martaudaye se distingue par les armoiries du défunt gravées sur la pierre tombale : « Les armoyries dudit deffunct sieur
  • [...] laquelle pierre tombale sera de / cinq pieds de long et de troye pieds de large » . Une annotation à la marge de ce document concernant une fondation indique que le lieu de la sépulture est «droict a viz l'image de notre dame de Bonne Nouvelle joignant les balustres de la chappelle
  • cependant de rester prudent car les pierres tombales, voire les corps, I pouvaient être déplacés très rapidement. En 1683, M . et Melle Peret veulent être enterrés « dans la chapelle de Notre Dame à la porte qui descend de la chaise du prédicateur » et souhaitent mettre une pierre
  • » . A cette époque, les inhumations dans le couvent des Dominicains de Rennes sont très nombreuses, et l'engouement des fidèles reflète le développement considérable du culte de Notre Dame de Bonne Nouvelle. 81 82 83 84 85 Un lieu de pèlerinage Le tableau du couvent représentant la
  • Vierge de Bonne Nouvelle est toujours l'objet d'un culte important au XVIe siècle et surtout à partir des années 1590. On peut logiquement supposer qu'il a été relancé par le miracle d'une femme ressuscitée en 1593 à l'invocation de Notre-Dame de Bonnes Nouvelles. Ce récit a été
RAP03734 (ROSTRENEN (22). Rue Traversière. Rapport de diagnostic)
  • construction d’une maison individuelle. Le terrain est situé en périphérie de l’agglomération ancienne, à moins de 100 m de l’église paroissiale (ancienne collégiale Notre-Dame). Les trois tranchées réalisées ont mis au jour deux vestiges de maçonneries liées à des aménagements de jardin ou
  • cadastre de Rostrenen a été effectué sur prescription du service régional de l’archéologie, en préalable à la construction d’une maison individuelle. Le terrain est situé en périphérie de l’agglomération ancienne, à moins de 100 m de l’église paroissiale (ancienne collégiale Notre-Dame
  • périphérie de l’agglomération ancienne, à moins de 100 m de l’église paroissiale (ancienne collégiale Notre-Dame, fig. 1) église Fig. 1 Localisation de la parcelle dans le cadastre actuel. © Stéphane Jean emprise du diagnostic archéologique. 0 100 mètres Les origines de Rostrenen
  • , rasé après les Guerres de Religion, mais il semble avoir été situé au sudouest de l’église actuelle. Le cadastre ancien montre une agglomération qui semble conserver son organisation médiévale, centrée autour de la collégiale Notre-Dame (fig. 2). L’ensemble pouvait être enclos dans
  • cadastre de Rostrenen a été effectué sur prescription du service régional de l’archéologie, en préalable à la construction d’une maison individuelle. Le terrain est situé en périphérie de l’agglomération ancienne, à moins de 100 m de l’église paroissiale (ancienne collégiale Notre-Dame
RAP01370.pdf (VANNES (56). rue Victor Hugo / rue de la Coutume. rapport de diagnostic)
  • de Coessial avec sa cour et jardin et prée. situés proche l'église de Notre-Dame du Méné du faubourg de cette viiïe, en faveur de la somme de 7000 Ivres qui lew. fut paiés aux fins de facte de remboursement du 12e juin 1679... ... Le 23 juBet 1706 messieurs du chapitre et
  • chanoines de Vannes présanterent leur requête devant monseigneur fevesque de Vannes tandante à l'union de la dite paroisse [Notre-Dame du Méné] au séminaire Observations Floréal an XI Type source Notes et correspondance Type info Rens. annexes 52 Date texte Floréal an XI Folio(s
  • d'acquest du 30 octobre 1665 signé le derc notaire royal à Vanne registrateur, messieurs du clergé de ce diocèse y dénommés, acquirent pour y bâtir un séminaire, de rrwssire Julien Gibon seigneur du Grisso et de dame Anne de Querboutierson épouse, de cette vSe de Vannes, la maison noble
  • dames de la Retraite Transcription Observations 30 octobre 1863 Type source Notes et correspondance 34 Type info Notes Date texte 30 octobre 1863 Folio(s) Contenu Conservation AD56 Cote 1V202 Analyse Séminaire : travaux d'entretien, métrés, états de situation Lettre du cabinet
  • de Vannes et ses dépendances appartiennent à rEtat en vertu d'un acte passé devant le préfet c Morbihan le 1 février 1864, approuvé par la loi du 4 juin 1864 (bulletin des lois 1213, n°12382) aux termes duquel Congrégation des Dames de la Retraite a cédé à rEtat la propriété du
RAP00391.pdf (SAINT-SULPICE-LA-FORÊT (35). l'abbaye. rapport de sondage.)
  • RAPPORT DE LA CAMPAGNE 1980 A L ABBAYE DE NOTRE DAME DU NID AU V '' MERLE EN SAINT SULPICE LA FORET. -LISTE DES F0U1LLEURS (©SITUATION:Commune ,lieu dit,coordonnées «•DESCRIPTION RAF1DE DU MONUMENT ET OBSERVATIONS. •HISTORIQUE SUCCINT -NETTOYAGE ET SONDAGE -CROQUIS -PHOTOS
  • l'heure aetu- lie,le bâtiment d'habitation et de réception des Aînesses,le moulin banal,la Chapelle de Notre Dame sur l'eau,la Maison de 1'„eu ,1a Grange et l'endroit des Gibel En outre un*Abbaye d'hommes était édifiée non loin à la"Butte aux Moines"située entre le lieu lit,"Le Font
  • l'édifice primitif que l'Abbesse éleva pour ses vassaux.(Elle fut,dit-on fortifiée). L'Abbaye: Appelée aussi autrefois "Abbaye Notre Dame?", le chiuiiin qui y co duisait était nommé le'Tavé". Au début du Xll° siècle,1. mdine Raoul de la Futaye vivait avec son compagnon Aubert dans la
  • » I "I mi mm> La chapelle de Notre Dame eue l'Eau fut reconstruite vers 1407 sur les ruines de l'ancien é 5 : fi ce.De style flamboyant,elle fut édifiée par l'Abesse Jehanne Milan qui plaça ses armes au dessus de la porte.Cet écu sans d o u U m a r t e l é ^liarévolution^n'est
  • Bre tagne en coupe réglée .William LaJ timer,un desel^fs anglais av-it 1. garde le la place de Bécherel qui comprenait une centaine de paroisses.Il fut prouvé en 1376 qui il avait volé aux Bretons une somme équivalente à pluë de Trente millions de notre monnaie actuel le( Les
  • plus lisible de nos jours.. IV NETTOYAGE ET SONDAGE. Notre équipe de bénévoles a -premièrement passé du desherbant et du défolliant sur toute la surface du sol du monument et ce quinze jours avant l'ouverture du chantier afin de laisser le temp au produit de faire effet. Pendant
RAP03605 (BRANDIVY (56). Notre-Dame de Lanvaux, abbaye Cistercienne. Rapport de PT 2015)
  • BRANDIVY (56). Notre-Dame de Lanvaux, abbaye Cistercienne. Rapport de PT 2015
  • 2018 Rapport de prospection thématique avec sondages Notre-Dame de Lanvaux Abbaye Cistercienne 56 022 BRANDIVY (Morbihan-Bretagne) Relevé topographique et sondages Merlin MUZELLEC Avec la collaboration de Jean-Baptiste VINCENT Dates des opérations : 28 septembre au 4 octobre
  • Lanvaux 2018 – Rapport de prospection thématique avec sondages Notice scientifique : Les vestiges de l'ancienne abbaye cistercienne se situent dans la vallée du Loc'h, dans l'actuelle commune de Brandivy, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Vannes. Fille de Notre-Dame de
  • , couplée d'une investigation topographique et archéologique sur le milieu et le bâti des rares vestiges encore en place. Les opérations archéologiques effectués à l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux (arrêtés n°2015-037 et 2016-030) s'inscrivent dans le cadre d'un Master 1 et 2 d'Archéologie
  • d’altitude entre les niveaux actuels et anciens permet désormais de reconsidérer la morphologie du site ainsi que les élévations conservées, plus importantes que ce qui apparait en surface. 11 Certaines questions demeurent en suspens concernant l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux, notamment
  • – Rapport de prospection thématique avec sondages 1. Cadre d’opération Deux opérations ont été menées sur le site de l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux. Tout d'abord une prospection archéologique, à savoir un relevé topographique du site au cours de l'année 2015, puis en 2016, l’ouverture
  • par le Conseil Départemental du Morbihan à hauteur de 1400 euros. 1.1 Localisation géographique, contexte topographique et géologique L'abbaye bretonne de Notre-Dame de Lanvaux se trouve dans le département du Morbihan, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Vannes. Elle
  • thématique avec sondages 1.2.2 Bilan historiographique Fondation et implantation L’abbaye Notre-Dame de Lanvaux est fondée vers 1138 à la demande du seigneur Alain de Lanvaux7. Les origines du lignage de Lanvaux et son rôle dans la fondation sont cependant problématiques : aucun membre
  • ) de Notre-Dame de Lanvaux9. Ainsi, les données que nous possédons sur le processus fondateur, dont la date de 1138, sont issues d'une longue tradition historiographique, dont la reconsidération est aujourd’hui nécessaire10. Peu de sources textuelles sont disponibles pour les
  • actes conservés pour Notre-Dame de Lanvaux, datés d’après 1182, font état de différents entre les moines et certains propriétaires voisins13. 7 Ces éléments semblent provenir de la Chronique de Bégard (EVANS 2012). La date de 1138 se retrouve également sur un document de 1750
  • conservé aux A.D. Morbihan (2 H 36). A noter qu’un document non daté de la même liasse indique une fondation en 1137. 8 ROSENZWEIG, 1895 ; JEANNERET, 2016. 9 Le cas est similaire pour Notre-Dame de Bégard et toute sa filiation, à l’exception de l’abbaye de Coëtmalouen pour laquelle des
  • la mauvaise gestion des abbés20. Avec le XVe siècle nous parviennent les plus anciennes cartes de visite pour l’abbaye de Lanvaux, selon les pratiques de l’ordre cistercien21. En 1478, l’abbaye ayant besoin de réparations, le cas de Notre-Dame de Lanvaux est porté au Chapitre
  • se résolvent qu’au siècle suivant26. Au XVIIe siècle, l’ordre cistercien connaît une réforme visant à rétablir une austérité et une simplicité chère aux idéaux cisterciens primitifs. Pour la communauté de Notre-Dame de Lanvaux la mise en place de l'Étroite Observance, en 1661, ne
  • , les moines réformés sont réintégrés à Notre-Dame de Lanvaux et, en 1662, la communauté s'étend à six moines28. En 1680, le fils de Jean, André de Robien, vicomte de Kerambourg, renouvelle les prétentions de René de Malestroit, en contestant à son tour la juridiction de l'abbaye de
  • . 152. 31 droits décidés pour les deux partis, dont la juridiction de Pluvigner pour les moines 29. Malgré ces événements ayant rythmé la vie des religieux de Notre-Dame de Lanvaux, il est important de noter que le XVIIe siècle voit l'édification d'une maison abbatiale en 1695
  • communauté de Notre-Dame de Lanvaux manque d'être supprimée, suite à un décret lui imposant d'avoir à son actif dix religieux, la communauté ne comptait alors que 5 frères, dont un novice. De la Révolution à nos jours A la suite de la Révolution, en 1791, les moines sont chassés de Notre
  • -Dame de Lanvaux et le choix leur est laissé de rejoindre la communauté de Notre-Dame de Prières, maintenue pour le département en dépit de la saisie des biens, ou d'abandonner l'habit monastique. Le dernier membre de la communauté, Michel Georgelin, ne suit pas ses camarades à la
  • Dufief, publiée en 1997 et représentant actuellement la synthèse la plus complète sur l’ordre cistercien en Bretagne, n’accorde que de rares passages à l’abbaye de Lanvaux, soulignant le manque de connaissances historiques et la documentation lacunaires. Ainsi, concernant Notre-Dame
  • des premiers siècles d’existence de l’abbaye. 1.2.4 État actuel du site Les vestiges de l’abbaye sont la propriété de la famille Thirion et la propriété est aujourd’hui en vente. Malgré les destructions, le site de l'abbaye Notre-Dame de Lanvaux ne semble pas avoir eu à souffrir
  • propriétaires actuels sont sensibilisés à la protection de ce patrimoine, la mise en vente du site peut, à terme, nuire à la conservation des vestiges et de l’information archéologique. 1.3 Problématiques L’approche archéologique du site et des vestiges de l’abbaye Notre-Dame de Lanvaux
  • Bégard (Côtes-d'Armor), l'abbaye aurait été fondée en 1138 à la demande d’Alain de Lanvaux, un seigneur local. Cependant, l'absence d'acte de fondation et d’actes des premiers siècles de l’abbaye laisse un hiatus important dans notre connaissance du processus fondateur et de
RAP03688 (SAINT-SENOUX (35), Les Fossé. Rapport de diagnostic)
  • déjà détruit. Il précise en effet que le menhir a été récupéré pour l'édification de la grotte Notre-Dame de Lourdes, monument édifié dans les années 1930 dans le bourg de Saint-Senoux (Lemarié, 2016). Un des blocs les plus gros collectés pour construire ce lieu de culte serait en
  • l'une de ses faces... d'une longueur de 2 m ; hauteur 1 m ; épaisseur à la base 0,70 m" (Bézier, 1883, p. 88). Encore visible dans les soubassements de la grotte Notre-Dame, à droite de l'entrée, un bloc de quartzite de couleur jaune-beige, bien qu'en partie fragmenté, pourrait
  • comme l'alignement de la Boutinière, au sud de la commune, qui comptait un bloc de 4 m de hauteur, détruit vers 1850 et dont des vestiges ont pu servir de carrière opportune. Fig. 3 Saint-Senoux, grotte Notre-Dame de Lourdes. Vue générale du monument construit avec des très gros
  • archéologique, Inrap, SRA Bretagne, 217 p., annexes. JUMEL G., 1982 - Étude du peuplement de la vallée de la Vilaine (des origines à l'occupation romaine). Mémoire de Maîtrise, Rennes, Université de Haute-Bretagne, p. 46-48. LEMARIÉ F. et coll. (2016) - La grotte Notre-Dame de Lourdes de