Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3069 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • . Marine Gardeur établit le cadre théorique des travaux qu’elle a commencé à mener sur la faune mammalienne de Beg-er-Vil (collections Kayser et Marchand/Dupont), axant notamment ses travaux sur la taphonomie. Enfin, nous avons également travaillé à une synthèse sur les différentes
  • , aujourd’hui masqué par les dunes. L’habitat mésolithique se matérialise par un niveau de terre noire épais de 0,50 à 0,60 m, rempli de coquilles marines et autres vestiges fauniques, de silex taillés et de morceaux de granite brûlés. Il repose au-dessus d’une plage fossile avec une nette
  • démontré le très large spectre alimentaire de ces populations, mais cette notion un peu fourre-tout dissimule la nature même de la variabilité de la composition de la zone dépotoir, tout comme celles des techniques et des savoir-faire impliqués dans la vie 13 Beg-er-Vil (Quiberon
RAP02769.pdf (ÎLE-DE-MOLÈNE (29). programme archéologique molenais, rapport n°17, beg ar loued : un habitat en pierres s7ches du campaniforme/âge du bronze ancien. rapport de fouille programmée 2011)
  • l’empreinte du moule en granite......... 48 IV – PALEOENVIRONNEMENT ET ECONOMIE ...... 50 A – LES RESTES DE GRANDS VERTEBRES ISSUS DE LA CAMPAGNE 2011 (A. Tresset
  • .................................................................... 58 2 – Analyses micropaléontologiques : collection des analogues modernes dans le marais de Tresseny à Guisseny .................................................................................................... 59 E - BILAN DE L’APPORT DES OPERATIONS ARCHEOLOGIQUES MENEES DANS
  • L’ARCHIPEL DE MOLENE AUX CONNAISSANCES SUR LA BIODIVERSITE DES VERTEBRES TERRESTRES ET SON EXPLOITATION DEPUIS 5000 ANS (A. Tresset *)........................................................................................................................................... 67 1 – La faune
  • fine, reflètent une forte dynamique érosive qui a progressivement affecté le paysage. Cette dynamique confère au site une position légèrement surélevée si l'on fait abstraction du lissage moderne de la topographie. En effet, l’emprise du site est limitée à l’est comme à l’ouest par
  • profil topographique de la pente. Il en résulte la formation en leur sein du sol en accueillant les dépôts en provenance des points hauts dominant le site et probablement aussi depuis le replat. Dans ce dernier cas, le transport ne peut pas être de longue distance car la sédimentation
RAP03275_2.pdf (CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille)
  • ) Sep de 1 à 127 : fouillées en 2013 Sep de 128 à sep 150 : fouillées en 2012 Abréviations utilisées dans le catalogue des tombes : Altitude supérieure et inférieure : Dimensions fosse (L/l/prof) : moyenne des altitudes Longueur, largeur, profondeur en cm ND : non déterminé
  • mauvais US comblement 1616 Age [15-19 a] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.92 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.98 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 150/30/14 Relation
  • stratigraphique sur sep 77/ sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) SO/NE Position ND Cliché : vue zénithale de la sép 1 © Inrap. Cliché : détail des restes dentaires conservés in situ © Inrap. Restes osseux et dentaires disponibles pour l’étude après le
  • Sépulture 2 Données archéologiques Données biologiques N° sépulture 2 Sujet en place vide US creusement 1751 Etat de conservation nul US comblement 1752 Age [IMM] Type de dépôt ND Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.48 m NGF Caractère
  • discret ND Altitude inférieure 56.28 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 120/58/20 Relation stratigraphique sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position ND Cliché : vue zénithale de la sép 2 © Inrap. Restes osseux et
  • mauvais US comblement 1758 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe coffre schiste Stature 160.3 +/- 4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.48 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.38 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l
  • Etat de conservation mauvais US comblement 1748 Age [1-4 a] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.41 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.39 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) ND
  • comblement 1863 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre/linceul/logette Stature 156.6 +/- 4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.43 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.29 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof
  • pleine terre Stature 166.1 +/- 3.83 cm (fémur) Altitude supérieure 56.42 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.92 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 200/80/50 Relation stratigraphique sur autre individu (sujet A) dans le même creusement / sous PM
  • 1737 Etat de conservation mauvais US comblement 1738 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre Stature 147.5 +/- 4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.44 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.35 m NGF Pathologie
  • ND Dimensions fosse (L/l/prof) 160/50/9 Relation stratigraphique sous sep 53 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Cliché : vue zénithale de la sép 7 © Inrap. Restes osseux et dentaires disponibles pour l’étude après le lavage Chasné
  • biologiques N° sépulture 8 Sujet en place 1 US creusement 1885 Etat de conservation mauvais US comblement 1886 Age [ND] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.47 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure
  • 56.38 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 160/50/9 Relation stratigraphique sous PM 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Cliché : vue zénithale de la sép 8 © Inrap. Restes osseux et dentaires disponibles pour l’étude
  • 1771 Etat de conservation mauvais US comblement 1772 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre Stature 158.9+/-4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.38 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 55.67 m NGF Pathologie
  • comblement 1888 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe cercueil trapézoïdal. Pas de clous. Calage pierre. Stature 157.9+/-4.18 cm (tibia) Altitude supérieure 56.33 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 55.81 m NGF Pathologie ND
  • biologiques N° sépulture 11 Sujet en place 1 US creusement 1745 Etat de conservation mauvais US comblement 1746 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe cercueil trapézoïdal Stature ND Altitude supérieure 56.51 m NGF Caractère discret ND
  • Altitude inférieure 55.06 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 240/70/45 Relation stratigraphique sur sep 71/ sous TP 1741 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD US 1741 Plan 3 - fond de fosse A B US 1745 Axe de coupe 1/20 0
  • Données biologiques N° sépulture 12 Sujet en place 1 US creusement 1779 Etat de conservation mauvais US comblement 1780 Age [AD ?] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.44 m NGF Caractère discret ND
  • Altitude inférieure 56.29 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 220/60/15 Relation stratigraphique sur sep 18/sous TP 1890 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) SO/NE Position ND Cliché : vue zénithale de la sép 12 © Inrap. Restes osseux et
  • 13 Sujet en place 0 US creusement 1763 Etat de conservation nul US comblement 1764 Age ND Type de dépôt ND Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.41 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.19 m NGF Pathologie ND Dimensions
RAP02521.pdf (MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniformes, âge du bronze ancien. rapport final de fouille programmée 2007-2009)
  • A P H I E (Y. Pailler, C . Nicolas & H . Gandois) 29 E - A R C H I T E C T U R E : D E S C R I P T I O N DES S T R U C T U R E S MISES AU JOUR (Y. Pailler & H. Gandois) 31 1 - Rappel des structures et altérations modernes découvertes 1.1- Murs, aires empierrées et parcellaire
  • moderne 1.2- Structures de chasse, les gabions 31 31 32 1.3 - Une inhumation de chien 33 1.4 - Qui voit Molène, voit sa peine... Une sépulture moderne dans l'emprise du site 33 2 - Les structures archéologiques anciennes 42 2.1 - La maison, structure 1 42 2.2 - La Structure 2 49 2.3
  • perles 3.3 - Eléments de comparaison : les objets en tôle d'or 3.4 - Dernier élément de comparaison : les pendeloques 3.5 - Composition chimique de l'objet en tôle de cuivre F - M A T E R I E L P O L I E T O B J E T S D E P A R U R E (Y. Pailler) 1 - Inventaire et description 2
  • - Conservation et origine du dépôt 3 - Données paléobiogéographiques 142 142 142 143 144 145 D - L E S MICRO VERTEBRES HOLOCENES EN MER D'IROISE : EVOLUTION DES C O R T E G E S , VARIATIONS P H E N O T Y P I Q U E S . APPORTS A U X P R O B L E M A T I Q U E S SUR L A F R A G M E N T A T I
  • topographique qui confère au site une position légèrement surélevée si l'on fait abstraction du lissage moderne de la topographie. 2.2 - Le cadre paléogéographique L'identification précise de l'unité géomorphologique locale comportant le site et la compréhension de son fonctionnement nous
  • provenant de la pente. La couche C3 (10 à 15 cm) : sables gris très friables, voire poussiéreux. Ils sont marqués par la diminution de la matrice limoneuse et surtout de la matière organique qui y est en voie de minéralisation. La surface de cette couche est légèrement ondulée. C4 (10
RAP02130.pdf (BRÉAL-SOUS-VITRÉ (35). le bourg. approche d'un cimetière du haut Moyen Âge à l'époque moderne. rapport de fouille préventive)
  • BRÉAL-SOUS-VITRÉ (35). le bourg. approche d'un cimetière du haut Moyen Âge à l'époque moderne. rapport de fouille préventive
  • Connexions Costo-Vertebr. Etroites Lâches Déplacés) • s ¡zoom (Ceinture scapulaire) > Cre Creusement Coffrage ? F. appar. scapulas k>OOC=] M II II 13 MétiUrse Première partie : Naissance, développement et mort d'un espace funéraire du haut Moyen Age à l'époque Moderne : le site
  • BREAL-SOUS-VITRE "Le Bourg" (Ille-et-Vilaine) (arrêté de prescription n°2002/165) c V< % • ?Q0s K '^Vx. ' DFS de Fouille Archéologique (8 janvier-30 avril 2003) Approche d'un cimetière du haut Moyen Age au début de l'époque Moderne Sous la direction de Françoise LE
  • archéologique Généralités La fouille des sépultures Le démontage et l'enregistrement La post-fouille des p.8 p.8 p.8 p.8 sépultures l ere PARTIE: NAISSANCE, DEVELOPPEMENT ET MORT D'UN ESPACE FUNERAIRE DU HAUT MOYEN AGE A L'EPOQUE MODERNE : LE SITE ET SES TROIS GRANDES PHASES (Françoise
  • Age à la fin de l'époque Moderne (18e siècle) -Vestiges immobiliers : murs - sépultures en fosse; en coffre d'ardoise, en calcaire coquillier fosses - 2 moules à cloches, 1 four associé. -Vestiges mobiliers : épingles, clous, 2 bagues en bronze, scories de bronze, fragments
  • , l'étude anthropologique permet d'établir un corpus de référence pour les études à venir de populations médiévales et modernes, dans le cadre régional. LIEU DE DEPOT : du mobilier : Dépôt de fouilles de Rennes des fonds documentaires : SRA Rennes REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS
  • cimetière du haut Moyen Age au début de l'époque Moderne Nombre de volumes : 1 nb de pages : 183 nb de fig.: 26 nb de planches : 2 5 GENERIQUE DE L'OPERATION Intervenants scientifiques et techniques : Responsable de l'opération : Françoise LE BOULANGER (INRAP, Chargée d'Etudes
  • d'âge (périnatal, immature, adulte) ainsi que des observations liées à la taphonomie du squelette : la position des différents os, leur connexion et leur face d'apparition pour certains d'entre eux (crâne, rachis, mains, pieds). Chaque fiche de squelette a ensuite été couplée sur le
  • (H.Paitier- cliché pris au moment du diagnostic). 15 H O : coffres en ardoise - dalles de tond. EC3 : zone non fouillée. : perturbations modernes. Fig. 4 : Coffres en ardoise. Niveau d'apparition avec les couvercles en place (sous l'U.S 1000). 0 Phase 1 : L'espace funéraire au
  • , fonctionnerait au cours de toute la phase 1. 17 155,1 i156,211 ••m \ calcaire coquillier datation C14. ES zone non fouillée, perturbations modernes, coffre non fouillé. Fig. 5 : Plan général des coffres en ardoise et du sarcophage en calcaire coquillier après fouille. PHASE 1
  • l'extraction à la mise en forme définitive du sarcophage au cours du haut Moyen Age. Les analyses pétrographiques du calcaire de sarcophages provenant de découvertes fortuites ou pas, ont permis de reconstituer les réseaux d'échanges commerciaux. Bréal et ses environs y appartiennent. Mais
  • composition et une nature totalement différentes du calcaire coquillier. existe pas d'autres au-delà, ou encore que certains n'ont pas été détruits ou déplacés. Ont en effet été notés de très nombreux fragments de calcaire coquillier dans le comblement de la grande fosse Fo.14. Par contre
RAP02046.pdf (PAIMPONT (35). paléosidérurgie diachronique du massif de Paimpont. le vert pignon III : découverte de fours métallurgiques en activité autour du XVe siècle. rapport de prospection thématique avec sondages)
  • deux échantillons du massif de Paimpont, prélevés sur les lieux dits ' Lotissement de Brocéliande / Roi Arthur ' et ' Les Plaintes ' (commune de PAIMPONT) et sur un échantillon provenant du bassin de Rance, au nord de Dinan, au lieu-dit 'Le Bas Chesnais' (commune de TADEN). Le
  • -mass-spectrometer (AMS) located at one of 9 collaborating research facilities, who return the raw data to us for vérification, isotopic fractionation correction, calculation calendar calibration, and reporting. The Radiocarbon Age and Calendar Calibration The "Conventional 14 C
  • , spécial cases "collagen extraction" The material was first tested for friability ("softness"). Very soft bone material is an indication of the potential absence of the collagen fraction (basai bone protein acting as a "reinforcing agent" within the crystalline apatite structure
  • ). It was then washed in de-ionized water and gently crushed. Dilute, cold HCI acid was repeatedly applied and replenished until the minerai fraction (bone apatite) was eliminated. The collagen was then dissected and inspected for rootlets. Any rootlets présent were also removed when replenishing
  • the acid solutions. Where possible, usually dépendant on the amount of collagen available, alkali (NaOH) was also applied to ensure the absence of secondary organic acids. Typically applied to: bones 1 i "acid etch" The calcareous material was first washed in de-ionized water
  • radiation and, recently, large scale burning of fossil fuels and nuclear devices testing. Geomagnetic variations are the probable cause of longer term différences. The parameters used for the corrections hâve been obtained through précise analyses of hundreds of samples taken from known
  • moderne (Vivet, 2003). Dans l'état actuel de la question il s'avère encore difficile de déterminer quelle est la part des sites sidérurgiques du massif devant être attribuée à l'époque gallo-romaine et celle se rapportant à l'Age du Fer, exception faite de ceux ayant livré des bouchons
  • . Le petit sondage SI a permis d'observer la composition du sol. Sous un niveau d'une petite quinzaine de centimètres seulement de terre végétale, on rencontre presque sans transition une couche d'argile où alternent en diverses proportions les phases limoneuses blanches et les
RAP03278_2.pdf (RENNES (35). Métro ligne B, station place Sainte-Anne : de la ville antique à l'Hôpital Sainte-Anne. Rapport de fouille)
  • ville et étudié lors de la fouille de la première station de métro en 1998. 14 6 Chronologie Antiquité romaine, Epoque médiévale, Temps modernes, Epoque contemporaine. Rennes (Ille-et-Vilaine) Métro ligne B, Station place sainte-Anne - De la ville antique à l’Hôpital sainte-Anne
  • partie située au nord du mur en question ayant subit des dégradations modernes, jusqu’aux niveaux antiques conservés, la présence de sépultures y était impossible à déterminer. L’objectif était de comprendre au sud de cette limite physique, les relations entre le mur (fondations) et
  • les creusements pour les tombes. La surface d’intervention était limitée par la présence d’une canalisation moderne au sud et une excavation récente de nature indéterminée à l’ouest perforant la zone funéraire sur la totalité de sa stratigraphie. Deux coupes ont été effectuées du
  • base fut sondé soit moins de 1m2 pour les niveaux supérieurs. Puis, la surface traitée fut agrandie sous la canalisation moderne à partir de la sépulture 63 pour atteindre un peu plus de 1,5 m2. Trente sujets ont été fouillés et prélevés dans cette fenêtre, correspondant à vingt
  • deux facettes de la population rennaise pour la période moderne (inhumations de prestige et population privilégiée pour les Jacobins et inhumations simples pour la place Sainte Anne). Pour la métrique effectuée strictement sur les sujets adultes, quatorze mesures ont été recherchées
  • De la ville antique à l’Hôpital sainte-Anne, Métro ligne B, Station place sainte-Anne, Rennes (Ille-et-Vilaine) 2.1.2 La zone B Etape 1 - Zone B mur du c Etape 2 - Zone B mur imeti ère S7 du c imeti ère 2118 2118 S8 S 44 S 46 canalisation moderne canalisation
  • moderne canalisation moderne Etape 3 - Zone B mur S 62 du c imeti ère 2118 S 47 canalisation moderne N 0 1 Ech : 1/25e Etape 4 - Zone B 2118 S 63 S 64 S 80 S 79 Etape 5 - Zone B 2118 S 66 S 81 S 67 Fig. 12 : répartition spatiale des tombes de la zone B
  • ) canalisation moderne Sép 8 Sép 7 Sép 46 Sép 47 Sép 44 Sép 64 Sép 62 Sép 81 Sép 63 Sép 80 Sép 79 Sép 67 Sép 100 Sép 87 Sép 99 Sép 88 Sép 105 Sép 104 Sép 66 Sép 103 Sép 107 Sép 106 Sép 102 Sép 108 Sép 101 Sép 111 Sép 112 Sq 113=Sq118=Sq 119 MR 2118 remblais Âge au
  • espace délimité au nord par le mur US 2118, au sud et à l’est par une perturbation moderne (canalisation) et à l’ouest par un espace vide, décapé en profondeur avant notre intervention sur le terrain. Les tombes sont superposées le long de la maçonnerie US 2118. L’analyse des
  • canalisation moderne au sud. A l’ouest, une bonne partie des sépultures n’est représentée que par les pieds ou les membres inférieurs (sondage). Toutes sont dirigées NO/SE, la tête strictement au NO (annexe 6, données taphonomiques par sépulture) Elles apparaissent dans une côte
  • de ces deux fenêtres d’observation a permis de dégager des squelettes encore bien préservés, cependant du fait de la configuration des deux sondages, et des perturbations modernes de nombreuses tombes sont incomplètes (recoupées ou encore laissées dans les bermes). Par conséquent
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet de réservoir océanique Etude faunique Analyse des isotopes stables sur les R. Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles G Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie
  • Finistère : chronologie et stratigraphie analyses sur les isotopes stables. A titre indicatif, les sites néolithiques d'Er-Yoh, de Port Blanc et de Conguel (Morbihan) sont également mentionnés. L'étude des ossements de ces stations indique une absence d'alimentation marine au Néolithique
  • sites à proximité des tourbières (Avis aux prospecteurs !). Elle rappelle ses recherches portées sur les ossements mésolithiques provenant des amas coquilliers bretons. Yvan Pailler expose ensuite ses travaux concernant l'inventaire et l'analyse spectrographique des bracelets en
  • pierre attribués aux premières phases du Néolithique breton. Jean-René Darboux, géologue à l'Université de Brest, a effectué une dizaine de lames minces sur des objets provenant de la région de Laniscat et de Pontivy (prospections Gérard Tournay et séminaire Estelle Yven). Leur examen
  • pourcentage de fouilles programmées, se précisant au fil des ans comme l'enveloppe de tout le reste. La partie visible et présentable qui édulcore la violence du rapport que le monde moderne entretient avec son patrimoine. Ramener la définition de l'archéologie aux cernes de croissance du
  • souvent un marquage « 1929 » et plus rarement « 1937 ». Le Musée de Carnac recèle d'autres pièces, provenant principalement du site de Hoëdic. Le silex est une matière blonde translucide, avec une patine faible, souvent un simple voile ; le cortex est peu épais. Plusieurs modalités de
  • chaque population à Téviec et Hoëdic et entre ces populations à partir de l'extraction et l'analyse de l'ADN fossile peut être suggérée. Cela ne se ferait pas sans contraintes : coût relativement élevé, problème de conservation et de pollution de l'ADN. il est à noter cependant que de
RAP03791 (RENNES (35). Parc des Tanneurs. Rapport final de fouilles)
  • (stage de licence). Par ailleurs le lavage du mobilier archéologique des deux campagnes successives, ainsi que les ossements provenant de la fouille de la nécropole, ont été lavés au LAHM de l’Université de Rennes II, par des étudiants d’archéologie sous la direction d’Emmanuelle
  • le courant du XIXe siècle Fig.1-1. Auparavant, à l’époque moderne, la zone a été occupée par des carrières ainsi que des tanneries qui ont considérablement modifié le paysage originel. L’aménagement du parc dans les années 1840, notamment la création d’un vaste amphithéâtre de
  • ” et de fosses dépotoir modernes. Malheureusement, malgré la relative précision des observations effectuées, il n’existe aucun plan de situation permettant de localiser l’emplacement des vestiges, ce qui est fort dommageable, car il est pour l’instant impossible d’exploiter
  • inhumations, établie à partir du mobilier en verre, les situe dans le courant du IVe s. (Galliou 1989, p. 57). Fig.1-4 : Sarcophage en plomb provenant du Castel Saint-Martin © Musée de Bretagne Le rapport de fouille mentionne qu’il s’agissait sans doute également d’un garçon d’âge voisin
  • ° 385-2 du catalogue. 6 14 Fig.1-9 Gobelet de verre provenant de l’une des sépultures identifiées lors du diagnostic © H. Paitier Inrap Enfin, plus récemment, en 2013 un diagnostic concernant le reste de l’emprise du parc a été entrepris (Pouille 2013). A l’exception de deux
  • stratigraphie. Ce dernier a été occasionné par le creusement de multiples sépultures ainsi que par des récupérations de matériaux anciennes. Des zones plus sombres matérialisent également des emplacements de perturbations remontant au plus tôt à l’époque moderne © D. Pouille Inrap Fig.1-13
  • surface du sol. Cette particularité est imputable à la réalisation de terrassements ayant affecté cette zone à l’époque moderne. Ces derniers ont eu pour effet d’amputer la partie supérieure de la stratigraphie. Le témoin visible sur le côté gauche du cliché correspond à l’unique
  • vestige des fondations d’un probable mur de galerie appartenant à la domus. Il illustre parfaitement cet écrêtement qui a touché le reste du secteur. La présence de mobilier moderne et notamment de nombreux liards et doubles tournois situés directement au contact des niveaux antiques
  • (moderne à contemporain) a mobilisé plusieurs fouilleurs pendant la quasi-totalité de cette campagne. Le curage de cet ensemble, considéré initialement comme une perturbation récente, ne pouvant être effectué mécaniquement en raison de la configuration des lieux, visait à tenter de
  • 2047 FS 1119 1100 2018 1037 2105 2015 1076 1073 2089 2101 2011 2137 2172 1246 2238 2027 1131 2242 Perturbation moderne ou contemporaine 2118 1218 1359 2004 1040 1203 MR 1159 1278 1164 1367 MR 1159 FS 1107 2254 2124 2108 2258 FS 1402 2182 2225 2044
  • partie étudiée grâce à l’existence de multiples sépultures à inhumation (une vingtaine au total). Celles-ci ont été fouillées et ont ainsi permis d’entrevoir les vestiges des installations qui l’ont précédé. Plusieurs perturbations remontant à l’époque moderne et contemporaine
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • Hoëdic 0. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, R Schulting PCR Nouvelles datations à Beg-anDorchenn et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet de réservoir océanique R Schulting - A. Tresset PCR Campagne de sondages en Finistère Etude faunique Analyse des isotopes stables sur les R
  • " Dupont, Yves Gruet et Anne Tresset (coquilles marines, crabes et faune) Rick Schulting (dates et isotopes à Beg-er-Vil) )|C Figure 1. Les travaux réalisés en 2001 autour du Programme collectif de recherche Sondage, fouille ou prélèvement PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport
  • ont terminé et publié un travail fondamental à partir des squelettes des amas coquilliers de Téviec et Hoëdic (fouilles Péquart - Schulting et Richards, 2001). Leurs recherches sur les isotopes stables tirés du collagène des ossements montrent bien la forte domination des protéines
  • travaille sur les processus de néolithisation en Europe de l'Ouest et notamment sur les changements dans la diète des populations révélés par l'analyse des isotopes stables d'ossements humains. Ses analyses ont porté sur Téviec et Hoëdic et doivent continuer, tant au Musée de Carnac qu'à
  • nombre particulièrement important de sites et de vestiges de cette période. De cette dichotomie, on tirera certes un premier bilan quant à la composition des équipes de professionnels : l'identification des «petits cailloux » réclame une formation particulière et une connaissance des
RAP02603.pdf (PCR Brécilien. étude interdisciplinaire d'une forêt mythique. bilan d'activités 2010. projet collectif de recherches)
  • . Le Carlier) 4.1 Présentation de la banque de données 4.2 Une signature générale du secteur de Paimpont ? 4.3 A Paimpont, une signature possible des différents types de scories ? 4.4 - A Paimpont, une influence du type de minerai sur la composition des scories ? Les sites d'habitat
  • analyse, conventionnelle, tandis que la deuxième est plus faible, provenant d'une analyse AMS), les fourchettes de datations calibrées se recouvrent essentiellement. Celles-ci ne se distinguent donc pas à l'échelle d'un peu plus d'un siècle. Il est possible que ces deux phases soient
  • paléométallurgiques à Paimpont en 2002, des analyses chimiques ont été réalisées sur des échantillons provenant de quelques sites. Cependant, pour pouvoir mieux cerner les différences possibles, soit entre les différentes zones de la forêt, soit entre les procédés utilisés aux différentes époques
  • minerais ne sont parfois plus visibles. On peut noter que les minerais de Segré sont en moyenne plus riches en Sr et que les minerais du Mans sont légèrement plus riches en moyenne en MnO. Même les rapports entre éléments chimiques (que l'on reproduit sur des diagrammes ternaires) ne
  • ), tandis que les cories de forge d'élaboration n'ont la signature chimique que des ajouts mis sur le métal afin que celui-ci ne s'oxyde pas trop vite au feu. On peut voir que les minerais de Paimpont sont assez riches en en Cr et Sr. Les scories de réduction sont donc elles-mêmes riches
  • même époque et provenant d'ateliers alentours. 10,00 AI203 ♦ scorie bulleuse ■ scorie en culot 9,00 A scorie en galette 8,00 > scorie de forge 7,00 • scorie de forge ♦ ♦ 6,00 5,00 4,00 ■ 3,00 2,00 * • • • 1,00 Si02 ▲ 0,00 0,00 400 10,00 30,00 20,00 40,00
  • ♦ scorie bulleuse Sr(ppm) ■ scorie en culot A 350 scorie en galette ♦ « scorie de forge • scorie de forge 300 ♦ ■ 250 ♦♦ 200 * ■ 150 A 100 50 Cr(ppm) » 0 0 50 100 150 200 250 300 350 400 Les grosses scories en galette trouvées dans une fosse sur le site des
  • composition chimique avec les scories en culot est très nette, et montre que ces deux types de scories n'ont pas la même origine. Actuellement, pour les époques de l'Age du Fer, aucune activité de post-réduction n'a été mise en évidence à travers l'analyse des scories. Certaines scories à
  • Haute Rivière présentent des formes trapues et arrondies pouvant ressembler à des csories en culot. La composition chimique de l'ensemble indique plutôt qu'il s'ait de scories internes, scories restées piégées au fond du four tandis qu'une autre partie des scories s'écoulaient en
  • dehors du four. 4.4 - A Paimpont, une influence du type de minerai sur la composition des scories ? Avec la base de données dont nous disposons, nous pouvons commencer à approcher la variabilité chimique des minerais présent dans la forêt de Paimpont. En effet, plusieurs types de
  • conservés in-situ ou re-sédimentés dans des cuvettes après transport, ou correspondre à des dépôts de type latéritique (cuirasse) développés sous climat chaud et humide. La diversité dans la génèse de ces minerais de fer peut conduire à une diversité de composition chimique. Ainsi
  • , synthétiquement, à partir des fragments analysés on peut remarquer des différences. • Le minerai de Coat Quidan est très riche en Bi, Ga, Sr et W/ difficile de comprendre cette association d'éléments. • Les fragments autour de Paimpont ne contiennent pas de Ti, Bi, Hf, Nb, Ta, Th, Zr, Al
RAP03499 (PLOUHINEC (29). Ménez-Drégan : Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2017)
  • plage fossile correspond probablement au premier stationnement de la mer au niveau de la grotte, il y a environ 1,2 Ma (Tableau 1). Ce stade serait responsable du façonnement de la plate-forme marine et de la formation du couloir d’abrasion qui constitue la grotte dont l’entrée, à
  • l’origine, était probablement double. Sur cette plage basale repose la couche archéologique 9, où est enregistrée la première occupation humaine du site, et les premières traces de foyers, vers 465 ka (selon les 1 Marine Isotopic Stage 8 datations par RPE / ESR). La séquence se
  • particulier la paléogénomique qui a bénéficié d’énormes progrès techniques au cours des dernières années. Par ailleurs, des kystes de parasites intestinaux fossiles avaient été mis en évidence dans la couche 7 (Bouchet et al., 2003) et ce type d'étude doit être poursuivi surtout dans les
  • de concentration de charbons et graviers rougis en zone Centre D et Est A/B (fouille 2014). - La couche 6’ contient un foyer circulaire au sommet du cordon de galets de la plage fossile 6 (fouille 2009). - La couche 5 est très complexe : trois structures de foyers marquent de
  • ensembles anthropiques. Elle confirme que les épandages de pièces lithiques peuvent être perçus comme des palimpsestes de niveaux de circulations successifs, et non pas comme des accumulations aléatoires mises en place par le simple jeu de l’érosion ou de la taphonomie du site. L’absence
RAP03033.pdf (QUIBERON (56). tertre de roch priol. rapport de diagnostic)
  • de pâtes provenant de forêts gérées de façon durable. Octobre 2014 Département du Morbihan Direction générale de l’éducation et de la culture Direction de la culture Service départemental d’archéologie 2 rue de Saint-Tropez – CS 82400 – 56009 Vannes Cedex Tél. 02 97 54 80 00
  • Age du fer Hallstatt ou premier âge du Fer La Tène ou deuxième âge du Fer Antiquité romaine (Gallo-romain) République romaine Empire romain Haut Empire (jusqu’en 284) Bas Empire (de 285 à 476) Époque médiévale  Haut Moyen Age Moyen Age Bas Moyen Age Temps modernes Ère industrielle
  •   substrat.  Stérile à part quelques tessons modernes récents à l’interface terre végétale / US 03.    Sondage 2  Dans  le  prolongement  du  précédent  vers  le  sud  (entre  sondage  1  et  l’auberge  de  jeunesse),  tranchée  mécanique de 9 m de long. Le substrat rocheux apparaît entre
  •  quelques tessons modernes récents et des os animaux au sommet de l’US 03.      Figure 8 : Quiberon, Roch Priol, sondage 2. L’orientation Est‐Ouest du substrat rocheux est bien visible    Sondage 3  Tranchée mécanique de 7 m de long, au sud de l’emprise. Il s’agit de la seule réalisée
  •   surmonté par une faible épaisseur (10 à 40 cm en partie nord de l’emprise) de limon sableux brun gris (US  03) (Fig. 21). Le mobilier qui a pu être recueilli dans cet horizon est moderne et contemporain.    26      Figure 21 : Quiberon, Roch Priol, coupe du sondage 2. A l’arrière‐plan
  • ,  alors  que  la  partie sud, pourtant la moins développée en épaisseur est plus structurée et compacte. Les blocs de granit  dominent la composition des US formant la masse du tertre, mais si au sud, on peut évoquer un blocage de  pierres  en  faible  élévation  (une  quarantaine  de
RAP02599.pdf (MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). ancien cimetière. rapport de diagnostic)
  • feîkj zone polluée par hydrocarbures ¡¡¡¡¡S aménagement avec dalles de schiste bleu I , „ 1 substrat remanié jaune/blanc et poches d'argile BififfiP perturbations modernes O crâne/os US Î1001 nd«*ififiud«âAIWn US 11SJ2 taon » ÈM f S, hanaj»--* US HO» US lie®«rnè-iangetewferuvgn
  • of the sample, background, and modern reference standards. Measured 13C/12C ratios (delta 13C) were calculated relative to the PDB-1 standard. The Conventional Radiocarbon Age represents the Measured Radiocarbon Age corrected for isotopic fractionation, calculated using the delta 13C
  • -ci a effectivement été retrouvé et circonscrit. Lieu de dépôt temporaire du matériel archéologique : base Inrap, Cesson-Sévigné Informations sur la composition du rapport Nombre de volumes : 1 Nombre de pages : 35 Nombre de figures : 24 Nombre d'annexes : 2 1 MOTS CLÉS DES
  • Moyen Âge moyen récent Temps modernes Époque contemporaine Ère industrielle Chalcolithique Protohistoire Âge du Bronze ancien moyen récent ge du Fer Hallstatt (premier âge du Fer) La Tène (second âge du fer) Sujets et thèmes : • • Édifice public Edifice religieux Edifice
  • cercueils assemblés à l'aide de clous. Une prospection au détecteur de métaux, systématique sur l'ensemble des sondages, a permis de recueillir une douzaine d'objets métalliques, essentiellement des médailles et des monnaies modernes. Ces indices chronologiques sont confirmés par les
  • datations radiocarbone réalisées sur les ossements des trois sépultures fouillées, toutes postérieures à 1680. Les éléments recueillis permettent de situer le fonctionnement du cimetière durant l'époque Moderne. Le cimetière médiéval devait entourer l'église paroissiale, située à peu de
  • distance au nord-ouest. Le nombre de sépultures conservées peut être estimé à plus de 8 000. Hors de l'ancien cimetière, seuls des fossés parcellaires modernes on été mis au jour. TABLEAU RÉCAPITULATIF DES RÉSULTATS Chronologie Structures époque Moderne sépultures Mobilier
  • Moderne n'a été observé. Figure 3 : exemple de tranchée réalisée dans la zone sud-est (tranchée 5, cliché L. Beuchet/Inrap). 15 Figure 4 : implantation des tranchées dans l'ancien cimetière 16 Le cimetière Les trois parcelles correspondant à l'ancien cimetière sont actuellement
  • argileux mêlé d'éléments du substrat, de fragments de schiste ardoisier et de granité. Les fragments d'os humains épars y sont nombreux. Les premières fosses d'inhumation apparaissent à ce niveau. Leur lecture reste cependant difficile en raison de la similitude de composition de leur
  • 1,90m ; sa largeur maximale, à l'est atteint 0,70m ; sa largeur minimale, à l'ouest peut être estimée à 0,45m. A l'intérieur de la fosse, une limite très nette dans la texture et la composition des comblements permet de situer l'emplacement d'un cercueil. Un liseré brun, épais de
  • magnétique de la tranchée ont livré 6 objets, appartenant tous à l'époque Moderne (n° 5 à 10, Cf plan de localisation et identification en annexe). Figure 12 : sépulture 14002, vue générale depuis l'est (cliché F. Le Boulanger/Inrap) 23 i 1 sépultures • • argîte blanche remaniée
  • tranchée qui a livré deux médailles et une monnaie appartenant à l'époque Moderne (n° M i l à M l 3 , figure 13 et identification en annexe). Figure 14 : Tranchée 11, vue générale depuis le nord (cliché F. Le Boulanger) 25 profil du contrefort st/f 78») m - o Irace de cercueil
  • peuvent s'étager jusqu'à des périodes très récentes (début du XXe siècle). Ces datation sont corroborées par le mobilier mis au jour, dont l'identification est également présentée en annexe, et dont aucun élément n'apparaît antérieur à l'époque Moderne. Synthèse Le diagnostic réalisé
  • le cadre restreint du diagnostic, dues à la gestion du cimetière. Aucun élément ne permet de valider une datation du cimetière antérieure à l'époque Moderne. L'analyse rapide du plan cadastral ancien peut corroborer cette observation. En effet, le cimetière semble installé en
  • -19.5 o/oo 100.1 +/- 0.5 pMC Beta - 282775 SAMPLE: MONTAUBAN SEP. 14001 ANALYSIS : AMS-Standard delivery MATERIAL/PRETREATMENT : (bone collagen): collagen extraction: with alkali 2 SIGMA CALIBRATION : Cal AD 1680 to 1740 (Cal BP 270 to 210) AND Cal AD 1800 to 1940 (Cal BP 150 to 20
  • ) Cal AD 1950 to 1960 (Cal BP 0 to 0) Beta-282776 0+/-40BP -19.7 o/oo 90+/-40 BP SAMPLE: MONTAUBAN SEP. 14002 ANALYSIS : AMS-Standard delivery MATERIAL/PRETREATMENT : (bone collagen): collagen extraction: with alkali Cai AD 1680 to 1770 (Cal BP 270 to 180) AND Cai AD 1800 to 1940
  • (Cal BP 150 to 10) 2 SIGMA CALIBRATION : Cai AD 1950 to 1960 (Cal BP 0 to 0) Beta-282777 0+/-40BP -20.4 o/oo 80+/-40 BP SAMPLE : MONTAUBAN SEP. 15021 ANALYSIS : AMS-Standard delivery MATERIAL/PRETREATMENT : (bone collagen): collagen extraction: with alkali 2 SIGMA CALIBRATION : Cai
  • AD 1680 to 1740 (Cal BP 270 to 210) AND Cai AD 1800 to 1940 (Cal BP 150 to 20) Cai AD 1950 to 1960 (Cal BP 0 to 0) Dates are reported as RCYBP (radiocarbon years before present, "present" = AD 1950). By international convention, the modern reference standard was 95% the 14C
  • ( C a l B P 1 4 0 to 3 0 ) and C a l A D 1 9 5 0 to 1 9 6 0 ( C a l B P 0 to 0 ) 80±40 BP Bone collagen 220 60 • 40 • 20 - 0 -60 — 1600 1 1650 1 1700 1 1750 1 1800 Cai AD 1 1850 1 1900 1 1950 References: Database used 1NTCAL04 Calibration INTCAL04 Database
  • 3 0 ( C a l B P 2 6 0 to 2 2 0 ) and C a l A D 1 8 1 0 to 1 9 2 0 ( C a l B P 1 4 0 to 3 0 ) and C a l A D 1 9 5 0 to 1 9 6 0 ( C a l B P 0 to 0 ) 90±40 BP T Bone collagen © g 100 1 co •e s 10ra a: so 60 40 20 0 -20 H -40 • -r— —I— 1600 1650 " r 1700 1750 1—r
RAP03790 (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I, des prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de fouille)
  • d’étude, en particulier la paléogénomique et la recherche de protéines qui ont bénéficié d’énormes progrès techniques au cours des dernières années. Par ailleurs, des kystes de parasites intestinaux fossiles avaient été mis en évidence dans la couche 7 (Bouchet et al., 2003) et ce type
  • étudiait les dépôts de plages fossiles dans le secteur. C’est en dégageant des coupes en falaise sur la pointe du Souc’h qu’il découvrit le gisement, ce qui le conduisit à alerter J.-L. Monnier (UMR 6566 CReAAH). S’en suivirent deux années de sondages exploratoires en 1988 et 1989 sur