Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2175 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • EAST BRITTANY SURVEY: QUST-VILAINE UATERSHED REPORT ON FIELDWORK IN MARCH-APRIL 1985 The fourth season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, multi-discipl inary study of the rel ati onshi p between land-use and seulement during the last two thousand years, took
  • . As in previous years there were considérable variations in the concentration of recovered material, and the same conventions are hereby used to distinguish between them: fields in which more than two neighbouring units each produced five or more sherds of the same broad period (or five
  • of the last year pollen analysis has been carried out on samples taken during 1984, in particular from buried soils beneath banks in woods near Le Vivier (not far from the excavation site) and Le Rond Point (Carentoir), areas of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Although
  • of phosphate concentrations at the deserted médiéval settlement at Kerlano. This site, partially excavated by M. Patrick André nearly twenty years ago, is located in the granité upland of the Landes de Lanvaux, 30km west of the study area, and is the nearest known surviving médiéval
  • as coniferous) can hardly be more than two hundred years old. In such ways surface scatters, in association with other évidence, are beginning to suggest precisely localisable changes in land-use, especially during the 1 ast millenium. This year also saw a major attack on the problem
  • to concentrate upon the excavation. Overall , 434 mandays were spent on this year's season, including travelling time and time off; 364 of thèse were working days. Two of the main team spent most of their time assisting in a survey of standing buildings already in hand when the season started
  • covered, ail fields under plough and with young crop within the three transects were walked at 50m 1 intervais, using collection units of 100m; field conditions, features, présence of schi ste and local pronunci ations were noted on standardised recording forms. 463 fields were thus
  • that are mapped, far less than in 1984, while a further 39% were up to 500m, and 25.6% more than 500m, away; it was largely sites in F that caused this anomaly. Comparison was systematical ly made with the early nineteenth-century pattern of land-use and settlement, as evidenced by the ancien
  • in nineteenth-century meadow and/or pasture (3.8%), marginal 1 ande (unculti vated land, not fallow - a high 8.6%), woodl and (0.5%), curtilage and areas of mixed land-use; ail but the latter suggest some measurable change in land-use by indicating pre-nineteenth-century arable or settlement
  • . In some parts cadastral land-use, naming and road patterns themselves indicate former settlement sites, especially where very small fields of very mi scell aneous^ land-use are arranged in relation to tracks, like the curti 1 agesand clos that surround settlements both now
  • tests suggested that thèse were only useful if taken at much narrower intervais. Schiste was collected, totally from A107, D221 and B216, and in a limited sample from B347 (from one square in every nine). This was subsequently classified in three colour catégories (black/grey, green
  • farms) of La Touche Gourelle, Bas Coetion, Ruis, Gayon, and Le Vivier. The surroundings of the château seem to have been deliberately landscaped with long, straight, tree-lined approach roads, copses and a fish pond, and the farms are surrounded by the large rectangul ar blocks
  • interests put their mark on this landscape. The bank, which lies in an area of nineteenth-century meadow and is not shown on the ancien cadastre, may therefore relate to earlier land-use; the lynchet lies at the edge of the château arable, about which - at least - it should furnish some
  • useful information. After three days préparation, excavation took place over eight days with a team of nine people, making a total of 52 working days. The weather during this period was appalling, with torrential rain and high winds: one complète day was lost and extremely difficult
  • conditions prevailed on another three. Excavation therefore had to be more limited than was intended. The excavation strategy was similar to that used by Martin Bell to sample lynchets and valley bottoms in the south of England (Bell 1977; 1983). A 2m-wide trench, 14m long, was eut across
  • the large lynchet (Site Tl), and a lm-wide trench, 18m long, across the bank (Site T2). This was done using a JCB, a method that would allow a preview of the stratigraphy . lm-wide trenches were excavated to the side of the machine cuts, and thèse were divided into mètre squares
  • to facilitate excavation and recording. Soil was excavated using trowels and ail the finds, with the exception of schiste, were three-dimensional ly recorded. Because of the quantities recovered and the lack of time, the schi ste was collected in 5cm spits. The bad weather prevented total
  • of the 18 mètre squares) was dug. Soil samples for micromorphol ogical and pollen analysis were taken in columns from the sections, using purpose-made meta! containers. Small test holes were also eut by machine at every 15m to the north of Trench 1 (up the side of the south-facing valley
  • area, with 11% of fabric 5, a soft cream fabric used for médiéval table wares. There was a small proportion of both Roman and early médiéval types (3% [fabrics 13 and 16] and 2% [fabric 10] respecti vel y; see below, 10). The absence of the highly fired quartz-tempered wares
  • and tile coul d indicate that this happened before brick and tile were in common use. Both trenches have shown that lynchets could have a complicated history, with their origins in other features. From the point of view of land-use history, the pottery suggests that this area of Ruffiac
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
  • révélant bientôt. Devant le parement du rempart se voyait aussi la partie supérieure du rempart de type Fécamp de ptiase 3 (Us 344), accumulé devant la muraille de ptiase 2. La porte était, quant à elle, entièrement comblée d'un amas serré de dalles de granit, présentant généralement
  • des angles vifs (Us 345). Nous avons pu observer que, par endroits, ces pierres recouvraient le parement de la porte, ce qui prouve sans conteste que celui-ci n'était pas plus élevé au moment de ce comblement. Afin d'examiner l'état de conservation et la stabilité de ce passage
  • vers l'avant de ceux des blocs de parement qui avaient été conservés in situ. Cet effondrement eut pour conséquence de combler partiellement les niveaux inférieurs du passage de la porte d'un niveau de pierres (Us 347) qui, montrant en surface des traces de tassement et d'usure
  • , avait manifestement été exposée à l'air libre pendant un certain laps de temps. Par la suite, on reconstruisit le côté de ce passage en y entassant des dépôts de terre sableuse de couleur grise, grossièrement parementés de gros blocs de granit (Us 346). Ce niveau avait 1,1m
  • examinerons ciaprès les raisons de cette modification. Au-dessus de cette reconstruction, et comblant en partie le passage, se voyait une masse compacte de dalles de granit redéposées (Us 345), niveau qui nous livra une petite quantité de céramiques du Bas Empire romain. Fig. 5. Le
  • en évidence les horizons formant le rempart de phase 3, ici constitué d'un niveau de pierres à angles vifs (Us 291), sur lequel reposait une couche tassée d'arène granitique jaune (Us 290). Nous avons pu montrer que ce dépôt de sable passait par-dessus le parement externe du
  • reconnaître plus avant la nature de ce mur tardif au pied de la pente du rempart. Son parement est édifié sur un niveau de grosses pierres à angles vifs (Us 283), descendant en une pente abrupte vers le sud. Il est possible, sans que nous puissions le prouver que ces pierres proviennent du
  • la partie méridionale de la tranchée. La séquence stratigraphique la plus ancienne était constituée d'un sol mince (Us 355), contenant deux petits tessons de céramique protohistorique (Age du Bronze ?), que scellait une mince couche de sable redéposé et tassé (Us 354). Cet horizon
  • constitue le premier niveau associé à la construction du rempart F 446. Ce dernier est formé de grosses dalles de granit solidement liées par une matrice de sol sableux de couleur jaune (Us 351). Les rares tessons de poterie découverts dans cet ensemble sont tous de type pré-laténien
  • , mais de présentent pas de formes reconnaissables et datables. Une fine lentille de terre (Us 352), ainsi que la couche de terre sableuse de couleur jaune qui la recouvre (Us 377) appartiennent peut-être à la structure du rempart ou, ce qui est moins probable, résultent de l'érosion
  • de la zone située en avant de celui-ci. La coupe n'ayant pu être poussée jusqu'au sol naturel dans la totalité de la tranchée, nous ignorons l'épaisseur exacte de cette structure en pierres sèches. A l'extrémité nord de la tranchée, une couche de terre (Us 295) passant pardessus
  • cette structure, a livré quelques tessons de La Tène Finale. Ce niveau était recouvert par une couche de dalles de granit à angles vifs (Us 294), correspondant sans doute à la couche de pierres associée au rempart de phase 2 Etant donné cette séquence stratigraphique, il nous paraît
  • probable que la structure de pierres sèches que nous venons de décrire (Us 351/F 446) soit un ouvrage défensif antérieur aux fortifications de La Tène Finale. Si l'on examine les courbes de niveau de cette zone, on voit que cet ouvrage s'achève à un mètre ou deux du bord occidental de
  • . La première structure rencontrée fut une plate-forme, à la surface quasihorizontale, bâtie au nord d'un gros rocher de granit. Cette plate-forme est formée de grandes dalles de granit d'origine marine, déposées à plat et mêlées d'un sol gris (Us 363). Selon toute probabilité
  • impossible que la plate-fonne décrite ci-dessus (Us 363) ait servi à consolider le sol avant l'érection d'une telle structure, mais nous ne pouvons pour l'instant le prouver avec certitude. Le rempart 2 est formé d'une masse considérable de pierres (Us 361) adossée à un parement externe
  • vertical (F 490) bâti sur des dépôts de pierres et de sable. Le premier ensemble de pien-es déversées à cet effet (Us 361) est formé de grandes dalles de granit à angles vifs, les vides conséquents qui les séparent montrant que cette masse avait été déversée rapidement au cours d'une
  • d'éboulement. Elle nous a montré que les blocs non liés qui forment ce noyau à proximité du parement externe (Us 453) appartenaient à la même opération de construction que celui-ci, les pierres les plus proches du parement ayant été déposées obliquement afin d'assurer une plus grande
  • stabilité à l'ensemble. Plus en arrière, ce noyau était constitué de gros blocs, parfois longs de plus d'un mètre, qui avaient été empilés sans soin particulier. Ils étaient recouverts d'une couche de gros sable gris (Us 452), contenant des fragments de charbon de bois et des tessons de
  • poterie laténienne. Ces matériaux avaient été délibérément déversés sur cet amas de blocs et soigneusement tassés. Dans une zone limitée, à l'arrière du parement, se voyaient des dépôts de gros sable gris ou jaune (Us 461). Un niveau continu de gros blocs de granit, à angles vifs pour
  • la plupart, liés par de l'arène granitique contenant des pierres plus petites (Us 433) recouvrait cet ensemble. A proximité du parement, cet horizon était scellé par un niveau de sable fin de couleur jaune, d'origine loessique (Us 434), à la surface duquel reposait une autre
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • .......................................................................................................................... 122 3. Objectifs scientifiques pour 2017 .................................................................................... 123 BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................... 125 ANNEXE 1
  • . Vous pouvez également être confrontés à des remplissages et déblais de fosses, toujours complexes à détecter à leur niveau d’ouverture, mais aussi à foyers ou à des vidanges de foyer. L’objectif est de fouiller indépendamment chacune de ces unités stratigraphiques (US), puis de les
  • site. Cette configuration apparait comme idéale, car elle permet une grande souplesse dans l’organisation de la fouille, tout en assurant la correction des données rapidement. 3. La fouille est réalisée par passes successives au sein des différentes US, avec un tamisage à sec puis à
RAP03423_4.pdf (RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille )
  • (US) ont fait l’objet de prélèvement de sédiments, lavés puis triés1 en vue de récolter les plus petits vestiges fauniques comme les restes ichthyologiques, notamment dans le cas de l’US 1695. Cette US fait l’objet d’une fouille mécanique, à la minipelle, avec prélèvement d’un
  • d’opération il a été décidé de procéder à l’analyse d’environ 200 litres de refus de tamisage. Environ 100 litres de sédiments supplémentaires ont été tamisés sur une maille de 1 mm en laboratoire. Les deux fractions ont été regroupées du fait de leur homogénéité. Trois autres US ont fait
  • volumes prélevés de 8 à 12 litres (US 10208 : 12 litres, US 2403 : 8 litres et US 2405 : 10 litres). N° US Nature US Datation 1883 seconde moitié XIe aménagement de sol, fascine de bois 10208 prairies inondables, limons de débordement et apports anthropiques milieu XIe 10212
  • première moitié XVe 1894 comblement puits tonneau fin XIVe-XVe 2403 comblement latrine fin XVe-XVIe 2405 comblement latrine 10446 remblai, comblement de fossé fin XVe-XVIe fin MA, époque moderne Tabl. 1 Liste et description des Unités Stratigraphiques (US) étudiées
  • . L’astérisque * indique les US ayant fait l’objet d’un prélèvement. 1 Le lavage et le tri des vestiges a en partie été effectué par différents intervenants – archéologues, carpologue, étudiants – que nous tenons à remercier ici. 1432 Inrap · RFO de fouille Rennes (35) place Saint
  • Équidés, ont aussi été utilisées et seront citées quand nécessaire. L’enregistrement des données a été effectué par US. Pour chaque espèce, les paramètres classiques de quantification sont utilisés : le Nombre de Restes (NR), la Masse des Restes (MR) et le Nombre Minimum d’Individus
  • les taxons mammaliens livrant plus de 100 restes par US, les parties du squelette sont détaillées en taux pondéré de présence (TPp). Dans les tableaux, sont alors précisés : le nombre de restes (NR) et le nombre minimum d’organes (NMO), droit et gauche. Ce dernier est ensuite
  • mesurent entre 0 et 2 cm. Parmi ces vestiges non identifiés sont rencontrés quelques pièces brûlées (~ 1%), souvent de coloration blanche et pratiquement tous issus du tamisage. Parmi les restes identifiés de mammifères, la présence d’un os humain, un morceau de tibia d’adulte (US 1695
  • 2 14 16 6 38 125 4 6637,8 496 457,4 21,6 MR 157 29 20 1 Total second MA début EM À vue NR 0,02 2 98 3 81 11 2 164 45 3 55 1 7 36 4 110 66 30 6 722 1388 86 734 2208 2930 1082 4,68 0,1 0,84 3,56 0,3 1,66 1,8 0,3 16,4 0,5 0,3 1,0 0,6 19,2 4,93 2,14 5,1 63,41 27,1 1,01 10
  • 90 61 57 1 1 18 4 1 247 90 77 1 2 1 8 5 1 3 1 18 4 1 2 2 86 86 87 2 14 16 6 38 125 1 283 6531 365 42 3 6941 7224 1 370 6533 379 58 9 6979 7349 4 2 6 10 2 103 25 2 1 3 1 1 5 3 7 113 27 2 1 3 1 1 5 3 7 10 10 2 1 5 1 2 1 1 1 13 3 1 5 1 1 2 67 Homo sapiens 15 0-2
  • – Les niveaux xie siècle La plupart des US correspondant aux niveaux du xie siècle livre des ossements de bovins. L’US 10631 est particulièrement riche puisqu’elle livre à elle seule près des trois quarts des restes de ces niveaux avec 351 restes (Tabl. 7) pour une masse de près de
  • 65 kg. Dans ce lot et comme dans l’ensemble des US correspondant au xie siècle, les pièces constitutives des têtes osseuses sont extrêmement nombreuses, et particulièrement les mandibules, en fréquence absolue comme relative (Tabl. 8 et 9, Fig. 3). Les chevilles osseuses et/ou
  • derniers présentent des dents moyennement usées : sur les 89 troisièmes molaires observables, le stade le plus fréquent est le stade g, avec 35 dents. 6  Éventuellement Mytilus galloprovincialis ; US 1695 : 767 fragments pour au moins 28 valves ; US 2405 : 6 morceaux qui semblent
  • correspondre à une seule et même valve. 7 US 1695 : 1 fragment ; US 2403 : 1 morceau, US 2405 : 43 fragments qui paraissent appartenir à une seule et même valve. 8 Membre honoraire de la Faculté des Sciences, université de Nantes que nous remercions chaleureusement ici. 9 Les Mollusques
  • autour de 2 ans plus de 2 ans US G G D G D 10208 1 3 3 1 5 10212 1 21 27 45 39 D 10630 10631 1 7 8 10653 1 10706 2 Total 9 8 27 1 1 31 4 4 50 50 Tabl. 10 Synthèse des données d’âge pour le Bœuf d’après l’observation des dents jugales mandibulaires
  • . Forest et I. Rodet-Belarbi (2000, modifié) [NR : nombre de restes, min : valeur minimale, moy : moyenne, max : maximale]. V. Études complémentaires 1445 Fig. 4 Incisions relevées sur une mandibule droite de bovin (US 10631). © A. Borvon De manière à bien comprendre comment ces
RAP03731 (DINAN (22). Place Saint-Sauveur. Rapport de diagnostic)
  • archéologiques repérés en plan ont été relevés au 1/50e. Les vignettes ont été numérotées de 1 à 4, et dans chacune d’entre elles, les niveaux et structures mis au jour ont été identifiés par numéro d’unités stratigraphiques (US) observées (creusement compris). Chaque numéro se compose de
  • quatre chiffres, le premier étant celui de la vignette. Un inventaire des US a été réalisé au fur et à mesure de leur identification, et le mobilier associé enregistré. Les relevés des coupes ont été effectués au 1/20e. Le levé topographique a été réalisé par la cellule topographique
  • 50 cm, son remplissage se compose exclusivement de blocs de granit de taille moyenne (L = 15 cm, l = 10 cm) (US 4003). Quelques tessons de poteries y étaient mêlés. Le reste de l’US 4003 est plus hétérogène : elle mélange des cailloux de dimensions plus petites en bonne densité à
  • Boulanger Trois autres US identifiées en plan ont été rattachées à ce creusement, sans certitude. Elles pourraient correspondre à des rejets localisés posés sur 4003 et participant au comblement de la partie haute de 4005 (Fig. 8). Contre la paroi sud est noté un niveau d’ardoises de
  • toiture en vrac et très fragmentées (US 4004). L’US 4023, une terre sableuse brun-jaune mêlée de boulettes de mortier de chaux et de petits cailloux, est un niveau très localisé. Enfin, l’US 4026 en ferait également partie. Il s’agit d’un niveau limoneux gris-rosé charbonneux et
  • nombreuses diaclases. Une petite cinquantaine de tessons a été découverte dans le remplissage de 4005. La grande majorité provient de l’US 4003 (43), le restant de l’US 4004 (cf. étude du mobilier céramique, US. 4004 et 4003). Il s’agit pour l’essentiel de productions locales sans
  • effectué a permis d’y mettre au jour une quinzaine de tessons de céramiques produites localement et attribuables aux XVe-XVIe siècles, la même phase chronologique que la fin d’utilisation de la fosse 4005 (cf. étude du mobilier céramique, US.4001). Le niveau 4001 pourrait être aussi en
  • de leur important arasement lié à la mise en place des pavés actuels. Cet état de fait explique la conservation médiocre des ossements. Néanmoins, leur nettoyage sommaire a permis de constater la conservation de certains os longs en place (US 4008, 4013, 4014, fig. 11). Les fosses
  • espaces funéraires et témoignent de la gestion du cimetière. Les fosses semblent accolées pour la plus grande part, il n’y aurait qu’un cas de chevauchement (l’US 4011 semble couper la fosse 4012) (Fig. 8). Le remplissage des fosses se compose d’une terre brune très meuble (US 4024
  • ) dont le nettoyage n’a pas permis d’y distinguer l’emplacement de cercueil ou autre aménagement en bois dans la tombe. Le nombre de sépultures décompté ici est un minimum, lié au nettoyage en plan des structures. Il est évident que le niveau de terre de cimetière (US 4002) qui
  • mobilier céramique, US.4002). Quand des parties de squelette encore en place sont observées, il apparaît alors que les individus en question ont été inhumés la tête à l’est. C’est en général la constatation inverse qui est faite dans les cimetières : les personnes inhumées sont très
  • fois dans les terres foisonnantes du cimetière (US 4002) et coupant l’US 4001 (la mire est posée dessus). Dans l’angle supérieur gauche, on aperçoit également le bras gauche du squelette de la sépulture affleurante 4013. © Françoise Le Boulanger 2.2.5 Un caveau maçonné Le caveau
  • profondeur conservée est de 0,36 m. Ses parois verticales ont été recouvertes de blocs de granit superposées, sans liant (US 4017). Les dimensions internes du caveau sont alors de 2 m de long pour 0,40 m à 0,55 m de large de l’ouest vers l’est. La fouille du caveau a permis de mettre en
  • valeur le squelette d’un individu (US 4019) (Fig. 13). Fig. 13 Sondage 4 – vue du dessus de l’individu 4019 en fin de fouille ; on remarque des os longs surnuméraires disposés le long des parois internes du caveau en pierre. © Agnès Cheroux 44 Inrap · Rapport de diagnostic
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • . MESOLITHIQUE RECENT-FINAL 4. ENVIRONNEMENT VI. LES MEMBRES DU PCR « LE MESOLITHIQUE EN BRETAGNE » 124 '. 125 128 129 1 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie I. Problématique 1. LE
RAP02142.pdf (LE CONQUET (29). "île de Béniguet". fouille de l'amas coquillier. rapport de sondage)
RAP02367.pdf (BERNÉ (56). rapport de sondages archéologiques sous des pieds de fragon petit houx en forêt domaniale de Pont-Calleck)
  • valeur indicatrice de sites archéologiques en Limousin. Il propose de discuter du statut de cette plante en fonction des régions. Ghestem (2006) considère cette espèce comme potentiellement indicatrice de sites médiévaux en Limousin. Dans l'Allier, en forêt de Tronçais, Humbert (2002
  • fleurs mâles et femelles de cette plante sont généralement sur des pieds différents (Kay, 1985). La morphologie des fleurs fait penser à une pollinisation par les insectes, cependant Kay n'a pu observer le moindre insecte s'intéresser à ces fleurs. Finalement les pieds de
  • de fructification, cette plante est souvent considérée comme endozooehore1. Certains pensent notamment que les oiseaux contribuent à la dissémination des graines (Herrera, 1982, 1984; Parent, 2002). Aucune espèce n'est pointée en particulier. D'ailleurs, aucune graine n'a jamais
  • (1957) émet sa possible introduction au niveau de certains châteaux en Auvergne. Pour le Nord de la France, Decocq (2004) va jusqu'à considérer cette espèce comme une plante castrale. Il entend par-là une espèce 2 balai de boucher 3 pique souris 4 épine de souris page 10
  • -qui a fait l'objet du sondage VII- est situé sur la rupture de pente, au sud du plateau occupé. Ces trois sondages sont dans une ancienne zone de taillis, mise à blanc aux alentours de 1980. Depuis, la parcelle a fait l'objet d'une plantation en lignes déjeunes plants de Hêtre
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
RAP01549.pdf (SAINT-GERMAIN-EN-COGLÈS (35). le Breil Rigaud. a84 Rennes/Avranches. rapport de fouille préventive)
  • VALERIANACEAE PRIMULACEAE Potentina tnc inq ROSACEAE FABACEAE LAMIACEAE RANUNCULACEAE Centaurea type iacea Centaurea fíumex Cannatis/Humulus Secale Cerealia type
  • . L'exploitation des données de terrain a été réalisée avec le système Archéo-data mis en place pour les fouilles des Jardins du Can-ousel. Les secteurs sont numérotés de 1 à 2 suivant l'ordre de leur décapage, les unités stratigraphiques suivant l'ordre de leur fouille ou analyse (US 1000, US
  • noirâtre, très fortement organique de type ligneuse contenant quelques graviers (US 1023) témoignant d'une eau stagnante. - séquence 2: couche tourbeuse claire de type herbacée (US 1022,1032, 1033) marquant une nappe d'eau libre. - séquence 3: couche tourbeuse et fibreuse brune, très
  • fortement organique (US 1012, 1031). Elle comprends de nombreuses brindilles en surface ainsi que de noisettes. La partie supérieure de cette séquence a montré des filets tourbeux noirâtres s'intercalant à des fins litages de limons beiges. Eau stagnante avec quelques variations d'eau
  • plus libre. - séquence 4: couche limono- tourbeuse claire (US 1025, 1028, 1029). Ces différentes couches témoignent donc des variations du niveau d'eau (alimentation du cours d'eau, sources, battement de nappes) qui seront à mettre en relation avec les structures mises au jour au
  • cours de la fouille. En bordure de la zone humide, nous avons pu observer des pseudo-gleys s'interstratifiant dans la tourbe (US 1015). lis correspondent à de l'apport latéral lié aux variations de la nappe phréatique. La croissance de la tourbe colmatant au cours de sa formation le
  • fond initial du vallon a provoqué un rehaussement progressif du fond de la zone humide fossilisant les trois ensembles successifs de bois gorgés d'eau. L'ensemble est recouvert par une terre végétale (US 1006, 1013) puis des remblais récents (argile jaune) (US 1000). E IT) LU
  • Fraxinus Salix o p IO - _ Alnus Betula Cor y 1 us Fagus Tilia Ulmus Quercus ilex Pi'nus o me °1 -'I me 0) Cm
  • ). Trois spectres de cette zone DD'2 sont porteurs de plantes d'eau {Typha, Sparganium et Potamogeton). La présence de tels taxons est révélatrice de l'existence à ces niveaux d'une nappe d'eau libre au fond du vallon. Les niveaux -55 et -32 cm sont d'ailleurs en correspondance avec des
  • pas pour autant exacerbée : les pollens des plantes rudérales et cultivées conservent leur taux habituels. Le caractère agraire du milieu est à son maximum dans le niveau -22 cm pouvant correspondre stratigraphiquement au XVe siècle. Dans un paysage ouvert dégagé de l'aulnaie, les
RAP03720 (LANGROLAY-SUR-RANCE (22). La villa de SDU les Vaux. Rapport de fouille)
  • (us.) Inventaire des figures 8 Inrap · RFO de fouille Langrolay-sur-Rance (22) - Sur les Vaux I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Conditions d’utilisation des documents Les rapports
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • détection des peintures. Une lampe de Wood a été approchée des colorations suspectes, sans réaction positive. Des prélèvements ont donc été effectués sur L6 et P2. Sur ce dernier support, une nouvelle campagne de mesures au spectromètre à fluorescence X n’a pas permis de détecter des
RAP03047.pdf (QUIBERON (56). beg er vil : un habitat du mésolithique sur le littoral du Morbihan. rapport intermédiaire de fp 2013-2015)
  • milieu du niveau mésolithique (il correspond probablement à des pierres de notre US 5.3). En septembre 2011, c’est toute la plage fossile à la base de la coupe qui était largement attaquée, mettant évidemment en péril les niveaux supérieurs. Figure 1.7. Visite du site de Beg-er-Vil
RAP01714.pdf (PLOUHINEC (29). "ménez-drégan I". rapport intermédiaire 2000 de fp 3 (2000-2002))
  • une certaine constante. A savoir des longueurs majoritairement comprises entre 80 et 120 mm (80 %) et des largeurs entre 55 mm et 75 mm (75 %) pour les galets de grès ; et pour les galets de gneiss des longueurs entre 85 mm et 125 mm (85 %) et des largeurs entre 60 mm et 85 mm (80
  • 00 / 00 "8 t. • S? S O O SE r S q i' S Í I I.S- IH J »• o A, • / 5.1 - DNA infossil bones can survive longer than 100.000 years in an insoluble form "IV. International Conference on Bone Diagenesis", 4-7 Mai 2000, Albarracin, Espagne résumé intitulé "Bone diagenesis IV
  • " Depurination of DNA in solution occurs at a rate which has led to the prediction that DNA older than 5000 years could not be preserved'. However, mitochondrial DNA in fossils estimated to be around 40.000 years old has been amplified^ showing the limits of this extrapolation. Indeed
  • , particular fossilisation processes could protect DNA molecules in some fossils from microbial, oxidative and hydrolytic attack and preserve them for a much longer time. I have shown^ that this is indeed the case and that DNA can be found preserved in 465.000 years-old tbssil bones
  • the presence of this DNA using a molecular hybridisation technique with modern genomic DNA as probes. This technique which is insensitive to enzyme inhibitors present in all fossil extracts and less sensitive to contaminations with modem DNA allowed me to identify the taxa of the bones
  • {Perissodactyla or Artiodactyla in the various bones analysed) by comparison with control experiments using DNA of extant species^ Furthermore, the technique allows the analysis of the original fossil DNA molecules without modifying them which is impossible using PCR. The exceptional stability
  • of Neanderthal DNA form the northem Caucasus. Nature, 2000, 404:490-493 Leonard, H.A., Wayne, R.K., and Cooper, A. Population genetics of Ice Age brownbears. Proc. Natl Acad. Sci. USA, 2000, 97(4): 1651-1654 3 Geigl, E.M. DNA diagenesis in lower palaeolithic bone. Ancient Biomolecules, 1998
  • résumé intitulé "Ancient DNA V" Extrapolation of the rate of DNA degradation m solution has led to the prediction that DNA older than 5000 years could not be preserved. However, the existence of DNA in fossils estimated to be around 30.000 years old has been reported showing
  • to render it soluble. I show herein that this is indeed the case and that DNA can be found preserved m 465.000 years-old fossil bones (originating from a layer dated by ESR of the Lower Palaeolithic site of Menez-Dregan, Brittany, France). This DNA is present in an insoluble form
  • associated to the mineral matrix and resists standard extraction procedures up to now. Although PCR analyses cannot be performed on such insoluble material, I could demonstrate the presence of this DNA using a molecular hybridisation technique. This technique allowed me to identify
  • the taxa of the bones (Perissodactyla or Artiodactyla in the various bones analysed) by comparison with control experiments using DNA of extant species. This surprising preservation might be due to the very particular taphonomical history of these bones: they have presumably been heated
  • couche 7 avec un très gros galet. A l'arrière plan, la courbure de la voûte conservée se dessine parfaitement, (cliché S. Hinguant). Longueur 90 80 70 90 185 55 100 100 90 75 95 90 155 105 80 68 90 70 90 95 105 160 115 75 110 120 80 75 115 130 80 85 70 80 125 75 65 80 100 125 60 90
  • 80 85 70 85 90 75 75 95 75 75 80 110 105 70 Largeur 65 70 60 65 125 50 75 55 80 55 65 58 124 55 55 50 60 50 70 50 65 120 75 50 55 80 60 55 70 75 75 70 50 60 95 50 40 50 95 90 45 70 55 55 55 40 70 50 40 80 45 60 53 80 80 55 Matière Cornéenne à andalousite Cornéenne à andalousite
  • Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé 80 75 70 90 110 90 110 70 105 75 70 75 65 100 70 140 90 95 125 85 80 60 80 100 60 70 110 80
  • 85 70 70 65 65 85 115 90 115 125 115 120 110 120 100 100 90 110 115 95 115 80 170 105 125 130 105 95 85 90 115 90 80 85 90 65 115 70 90 80 120 45 50 65 60 70 175 70 60 70 60 40 90 60 60 50 55 50 65 50 45 50 55 105 65 80 95 80 110 60 80 85 60 70 95 75 50 70 45 11 75 85 110 75 65
  • Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé Gneiss peu déformé 105 100 125 75 75 70 45 100 80 80 70 80 90 55 95 75 70 100 100 90 80 75 75 80 85 85 125 70 80 130 95 80 90 110 90 80 85 85 80 90 125 95 90 90 70 70 110 1 lu 75 110 80 65 70 160 110 110 90 75
  • 70 120 130 125 115 100 100 100 95 70 75 90 90 100 55 95 80 85 70 80 100 105 130 125 100 120 110 110 140 65 70 90 150 70 70 60 50 70 40 60 75 65 50 55 50 80 95 85 70 60 80 40 75 65 70 60 80 65 85 100 95 70 85 70 80 80 55 65 70 60 90 55 75 55 55 70 75 60 80 110 80 90 70 85 85 90 50
  • déformé Grès assez fin peu déformé Grès assez fin peu déformé Grès assez fin peu déformé Grès assez fin peu déformé Grès assez fin peu déformé 90 115 95 95 100 110 70 100 120 70 90 95 100 106 90 120 130 110 120 105 80 160 125 55 90 120 105 120 80 90 90 70 120 140 85 60 110 100 50 80
  • recristallisé 50 75 70 80 110 95 125 170 70 90 90 85 125 175 90 70 75 75 115 140 100 140 110 40 65 80 100 90 120 105 140 120 150 100 120 65 45 70 50 80 50 110 95 130 55 90 100 40 170 75 110 60 110 70 100 85 130 30 60 45 60 55 75 85 115 50 60 50 50 85 115 75 50 40 55 70 70 60 70 85 30 40
  • recristallisé Grès déformé recristallisé Grès déformé recristallisé Grès déformé recristallisé Grès déformé recristallisé Grès déformé recristallisé Grès déformé recristallisé Grès déformé recristallisé Grès déformé recristallisé 90 95 130 75 105 95 125 150 80 75 115 120 125 130 90 80 95