Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"
  • Coverage > NOYAL-SUR-VILAINE DOMLOUP CESSON-SÉVIGNÉ (retirer)

1 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02677.pdf (NOYAL-SUR-VILAINE, DOMLOUP, CESSON-SÉVIGNÉ (35). LGV Rennes/Le Mans section 1 : occupations gauloises, antiques et médiévales : des pôles de développement. rapport de diagnostic)
  • NOYAL-SUR-VILAINE DOMLOUP CESSON-SÉVIGNÉ
  • NOYAL-SUR-VILAINE, DOMLOUP, CESSON-SÉVIGNÉ (35). LGV Rennes/Le Mans section 1 : occupations gauloises, antiques et médiévales : des pôles de développement. rapport de diagnostic
  • Céramologue Étude du mobilier céramique Mathilde Dupré, Inrap Dessinatrice DAO, PAO Arnaud Desfonds  9  Dans le cadre de l’opération de diagnostic archéologique mené sur le secteur 1 du tracé de la future Ligne Grande Vitesse entre Rennes
  • et Le Mans, 7 indices de sites archéologiques ont été répertoriés. Les trois premiers sites rencontrés, situés sur la commune de Noyal-sur-Vilaine couvrent 3 périodes : Rodais, une occupation du xie-xiii e s. à La Rebourserie et un site d’habitat relativement étendu datant du haut
  •   19 21   Le diagnostic archéologique réalisé sur les communes de Noyal-sur-Vilaine, Domloup et Cesson-Sévigné s’insère dans un vaste programme d’études préalables aux travaux de réalisation de
  • a donc porté sur environ 9 km. Le présent diagnostic a été prescrit par le SRA en raison, d’une part, de l’étendue de l’aménagement aux abords de la ville antique et médiévale de Rennes, et d’autre part, de la présence de gisements de surfaces pour la période antique notamment au
  • Petit Benazé et à La Ménerie sur la commune de Domloup et à La Salmondière sur CessonSévigné. L’objectif de l’intervention était donc de mettre en évidence et de caractériser la nature, l’étendue et le degré de conservation des vestiges.  Les principes
  • 50 m de large, des tranchées continues ont été ouvertes dans les parcelles le permettant. De larges ouvertures complémentaires ont été effectuées aux lieux-dits La Rodais, Gervis, La Rebourserie et La Primaudière sur la commune de Noyal-sur-Vilaine puis au Petit Benazé sur la
  • commune de Domloup et à La Salmondière, Le Petit Pré et Forges sur Cesson-Sévigné pour délimiter et comprendre l’organisation des vestiges appréhendés. Techniquement, la présence de nombreux réseaux électriques, eaux, gaz et téléphone tout au long du tracé a parfois obligé à réduire
  • les ouvertures pour des raisons de sécurité. L’emploi d’une minipelle sur 8 jours a été nécessaire sur le site du Petit Benazé pour effectuer les tranchées sous les lignes à très haute tension qui partent de la centrale électrique de Domloup. Au total 532 tranchées ont été ouvertes
  • ce qui représente 37 510 m², soit environ 6,8 % de la surface totale de l’emprise (). Les tranchées ont été numérotées de T1 à n dans l’ordre chronologique de leur ouverture et les structures de F1 à n. sur l’ensemble du tracé. Le même procédé a été utilisé avec
  • un enregistrement de 1000 à n pour les La profondeur des tranchées varie de 0,40 m à 0,80 m. L’opération a été réalisée avec une équipe de 4 à 5 personnes sur le terrain du 14 février 2011 au 12 avril 2011. 22
  •     Sur l’emprise du tracé les altitudes sont comprises entre 91 m NGF, point le plus haut sur la commune de Domloup et 48 m NGF à l’extrémité ouest du projet, aux abords de la rocade de Rennes. Le projet passe au sud du Bois de Gervis mais ne franchit aucune zone boisée. Il traverse
  • des exploitations agricoles essentiellement destinées à l’agriculture céréalière et fourragère puis des pâtures pour l’élevage bovin. Il existe deux secteurs où d’anciens bocages sont bien conservés : La Basse Thiaulais au sud du bois Gervis à Noyal-sur-Vilaine et le Pré du But à
  • Domloup. Dans le dernier cas, la conservation remarquable s’accompagne de très anciennes haies de grands chênes et châtaigniers. Des lambeaux de bocages sont encore visibles à La Chevalerie avant d’arrivée sur la « 4 Voies ». Ces territoires « bocagés » correspondent aux zones basses
  • humides, l’une traversée par le ruisseau du Bois Gervis et la deuxième alimentés par l’important ruisseau du Blosne. Hormis ces deux cours d’eau, le réseau hydrographique rencontré sur le tracé est peu conséquent.  carte archéologique de Noyal-sur
  • Salmondière Cesson-Sévign é Site 4 – Le Petit Bénazé Site 3 – La Primaudière Domlou p Site 2 – La Rebourserie Noyal-sur-Vilaine 0 1 5 Site 1 – La Rodais 10 km C. R .12 2 0. 0m m 0.0m 0. 0m V. C. 3 II.  26
  •   27   (Sur les vues en plan, les numéros de faits indiqués en bleu renvoient à des plans de détails présents dans ce rapport).   Noyal-sur-Vilaine  La Rodais  D0065-D0063-D0389- D391-D0385
  •  X : 365725 Y : 6783630   0,40 m à 0,50 m  1 ha 8 %  2-25-1029-1030 Le site de La Rodais est installé sur le rebord ouest d’un plateau qui culmine à 77 m d’altitude
  • comblement identique composé d’un limon brun meuble. Les fosses F74 dans la tranchée 26, F 1002 et 1003 dans la tranchée 1002 sont toutes semblables et sur le même alignement réalisant ainsi une longueur de 50 m (). Un deuxième alignement parallèle au premier et à une dizaine de
  • au même. Il n’est pas possible d’établir s’ils fonctionnent avec les trous de poteau précédents participant ainsi à la construction d’un même bâti. 62 63 61 55 Tranchée 2 54 60 57 6 56 64 59 52 7 53 58 51 5 4 50 49 71 65 foye r F75 66 48 3 81 77 76 0 1 1/250
  •     semblables ( ). De plan sub-rectangulaire, elles font respectivement 1,60 et 1,80 m de long pour 0,80 et 1,10 m de large. Elles sont conservées sur une profondeur de 0,30 à 0,40 m. Les parois sont verticales et le fond plat. Ces fosses de rejets domestiques sont comblés par un