Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"
  • Creator > AGOGUE Olivier (retirer)

10 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03033.pdf (QUIBERON (56). tertre de roch priol. rapport de diagnostic)
  • propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle
  •  s’intercale aujourd’hui entre la parcelle  sondée et l’affleurement, et par la présence jusqu’à une période très récente (2008) d’une auberge de  jeunesse sur le terrain, qui a contribué à remodeler le relief et rogner la bordure ouest du tertre. Dans le  cadre de cette évaluation par
  •   connaissances sur la presqu’île de Quiberon.  Le  responsable  d’opération  ne  peut  que  se  féliciter  et  être  admiratif  de  l’enthousiasme,  du  talent  et  de  l’indéfectible bonne humeur de l’équipe de terrain : Mesdames Aurélie Crowch, Morgane Le Roch et Astrid  Suaud‐Préault.  6
  •       1. CONTEXTE DE L’INTERVENTION  Dans le cadre d’un projet de construction de logement HLM, la mairie de Quiberon a délivré un permis de  construire  rue  de  Roch  Priol  (Fig.  1).  S’apercevant  qu’un  tumulus  était  recensé  sur  l’emprise,  la  mairie  a  alerté la DRAC
  •  service départemental d’archéologie du Morbihan (SDAM, CG 56). L’opération  a pu être réalisée en février 2014, une fois le terrain rendu accessible par l’abattage des arbres présents sur  la parcelle.    Finistère Côtes- d’Armor Ille et Vilaine Morbihan QUIBERON Roc’h Priol N 1
  •   également  recensés  sur  la  presqu’ile de Quiberon, en lien ou non avec des tertres (LE PESSEC, 2012).      2.2. La roche gravée de Roch Priol (Astrid Suaud‐Préault)    Le tertre de Roch Priol est accolé à un point remarquable du paysage, la roche gravée de Roch Priol (Fig. 3
  • , une roche plate sur laquelle se trouvent rangées, en ligne,  quatre paires de creux, dont la première, celle du nord, représente l’empreinte de deux pieds humains fort  bien faits, avec leurs cinq orteils. » (LE ROUZIC, 1920).            Figure 3 : l’affleurement rocheux de Roch
  •  Priol (Quiberon), et ses « empreintes » de pieds gravés. A gauche, clichés Z.  Le Rouzic en 1920 ; à droite clichés A. Suaud‐Préault en 2014      Sur  la  partie  haute  de  cette  même  roche  sont  aussi  représentées  quatre  autres  paires  de  pieds,  irrégulièrement  placés
  •  interprète comme des sortes de lests ayant pu tenir  un linceul. A proximité, il exhume un autre individu, inhumé dans un cercueil de pierres dressées sur chant,  « dont les pierres de recouvrement avaient disparu », (ou qui aurait pu être couvert en bois ou d’un autre  matériau
  •  périssable).    Saint  Clément  a  probablement  connu  une  phase  d’occupation  romaine  comme  en  attestent  les  coffres  rectangulaires  en  tegulae  posées  sur  chant  et  recouverts  de  pierres  plates  trouvés  par  P.‐M.  Lavenot.  Il  attribue,  par  ailleurs  un  couvercle
  •  anciennement à Roch Priol sur le cadastre  actuel  (Feuille  AX  01) :  étoile  bleue :  tumulus,  points  rouges ;  coffres  de  pierre ;  polygone  vert :  menhir.  D’après  CLOSMADEUC, 1892 et HERVE, 1892. Recherche documentaire et DAO A. Suaud‐Préault    Ces  recherches  anciennes
  •   confirment  la  présence  d’un  monument  préhistorique  mais  restent  assez  laconiques et ne sont accompagnées d’aucun plan ou relevé publié.  Les fouilles menées par G. de Closmadeuc sur les tombeaux de Beg‐er‐vil (CLOSMADEUC, 1886) ou Manné‐ Beker‐Noz  (CLOSMADEUC,  1865)  sont
  •   relativement  mieux  documentées  puisque  des  croquis  et  relevés  existent (Fig. 2) mais leur ancienneté maintient une certaine ambiguïté sur leur attribution chronologique.  12    Au  début  du  XXème  siècle,  Zacharie  Le  Rouzic  s’est  également  intéressé  à  Roch  Priol
  •  construites au plus près de l’affleurement, en partie sur le tertre.  Celui‐ci  ainsi  que  l’affleurement  gravé  sont  cependant  bien  enregistrés  en  tant  qu’entités  archéologiques  dans la Carte archéologique nationale et figurent dans le porté à connaissance du PLU d’Arzon, ce qui
  •  a in  fine incité la ville à avertir la DRAC du permis de construire.  Notre intervention sur les parcelles 324 et 327 se place donc sur la dernière zone non bâtie sur l’emprise de  ce site.    4. METHODOLOGIE ET DEROULEMENT DE L’OPERATION ARCHEOLOGIQUE  4.1. Contraintes structurelles
  •  durant une des tempêtes que nous avons essuyée), ce qui a dissuadé de s’approcher trop  près avec des moyens mécaniques.  ‐ De gros arbres étaient présents sur l’emprise du tertre ; ils ont été coupés préalablement à notre  intervention  mais  les  souches  et  racines  ont  tout
  •  secteur de la presqu’île. Le granit est bien observable sur le  front de taille de carrière encore visible à l’Est. La sédimentation est apparue très faible sur le rocher (de 20  à  60  cm).  L’environnement  immédiat  passe  rapidement  à  un  ensemble  de  sables  jaunes  dunaires
  •  parcelle 324, bien souligné par le mur de clôture (Fig. 5). Ce relief correspond au tertre, dont seule  une partie est présente sur l’emprise du diagnostic, le relief se poursuivant dans les parcelles 1211 et 796  (déjà bâties). Le mur de séparation passe au point le plus haut actuel
  • .      13      Figure 5 : relief du tertre (souligné par le mur de clôture) sur la parcelle avant ouverture des sondages         4.3. Mode de réalisation de l’évaluation  Compte‐tenu  de  ces  contraintes,  de  l’urgence  de  mise  en  place  de  l’opération  et  du  cahier  des
  •   charges  annexé  à  l’arrêté  de  prescription,  le  diagnostic  a  été  effectué  par  tranchées  ouvertes  à  la  petite  pelle  mécanique  (5T)  à  godet  lisse  mais  avec  un  important  travail  manuel  et  un  très  fort  accent  sur  l’emplacement du tertre afin de bien
RAP03220.pdf (PLOUHARNEL, CARNAC (56). Goah Lêron : les monolithes enfouis de Goah Lêron et du Pusso. Rapport de diagnostic)
  • PLOUHARNEL, CARNAC (56). Goah Lêron : les monolithes enfouis de Goah Lêron et du Pusso. Rapport de diagnostic
  •  le sud    49    RFO de diagnostic ‐  Plouharnel  2015‐216 « Goah‐Lêron »      Figure 31 : bloc 7, détail de l’angle sud‐ouest et remontage du chicot    Ces blocs sont bien en position secondaire, reposant sur un sédiment chargé en débris d’altération du granite  (US 3
  •  électriques (CIP)  Morgane Le Roch et Alexandra Klinger  Emilie Heddebaux  Dylan Guillemot      7    RFO de diagnostic ‐  Plouharnel  2015‐216 « Goah‐Lêron »  Localisation de l’opération   Figure 1 : Localisation de l'opération sur carte IGN (d’après carte IGN 0821OT au 1/25000ème
  •  sur la commune de Plouharnel, le nord sur celle de  Carnac, la limite étant matérialisée par le ruisseau (Fig. 2 : partie I, p. 11).  Le  terrain  sondé  est  à  environ  250  m  au  nord‐ouest  du  bourg  du  Cosquer,  à  environ  2,5  km  au  nord  de  Plouharnel et moins de 2 km
  •   local  plus  large.  Sur  cette  dernière,  seuls  les  ouvrages  de  pierres  dressées  (menhirs,  alignements,  enceintes,  quadrilatères...)  ont  été  reportés  afin  d’en  donner  une  lecture géographique cohérente (sinon la forte densité de monuments perturbe cette lecture
  •   sur le fond cadastral. Le groupe de Goah Lêron est au sud‐ouest, le groupe du Pusso au nord, de part et d’autre du ruisseau. (DAO A.  Suaud‐Préault)    29    RFO de diagnostic ‐  Plouharnel  2015‐216 « Goah‐Lêron »       Figure 6 : plans de l’enceinte mégalithique du Cosquer
  •   zénithale  au  moment  de  leur  découverte  après  défrichage  puis  après  fouille  le  cas  échéant. Ils ont été numérotés de 1 à n et enregistrés dans un premier temps sur les fiches descriptives et des  fiches synthétiques pour chaque bloc.  Les monolithes fouillés ont dans un
  •  second temps fait l’objet d’un enregistrement détaillé basé sur le protocole  des « fiches menhirs », élaboré à partir des travaux de Dominique Sellier (Sellier, 1991, 1995) et de Christine  Boujot  (Boujot,  Mens,  2000)  à  Carnac  et  développé  sur  les  fouilles  préventives  de
  •   sites  mégalithiques  à  la  Trinité‐Sur‐Mer (Fromont et al., 2011) et particulièrement à Belz (Hinguant, Boujot, 2008).  Les sondages ont donné lieu à une description stratigraphique par logs associant photographies des coupes et  schéma stratigraphique du sol actuel au substrat
  •   sédimentaire  est  observée,  hormis  sur  la  butte  qui  correspond à une émergence du granite : les tranchées 1 et 9 sont le seul endroit où le rocher a été atteint à  faible profondeur (30 à 40 cm en partie sommitale) (Fig. 11 et 12).  Tous les blocs dégagés sont en position secondaire
  • , reposant sur du sédiment et non sur le substrat. Ceux qui  ont été laissés majoritairement enfouis doivent l’être également si l’on suit la logique topographique : ils sont  situés  en  fond  de  vallon,  affleurant  du  niveau  du  sol  actuel,  là  où  l’épaisseur  des  dépôts
  •  fossés semble concorder avec le parcellaire figuré sur le cadastre napoléonien (Fig.  14). Bien que n’ayant livré aucun mobilier datant, ces deux fossés rectilignes réguliers ont vraisemblablement  donc  une  origine  historique,  très  probablement  moderne, liée  au  découpage
  •   poursuit  au  nord  du  ruisseau.  L’actuelle  ligne  électrique aérienne reprend le tracé de ce chemin. Les ornières sont encore bien marquées et visibles sur le sol  actuel défriché. Le talus bordant la parcelle 226 a été implanté après abandon de ce chemin (cf. 2.2.3.).          37
  •     RFO de diagnostic ‐  Plouharnel  2015‐216 « Goah‐Lêron »      Figure 14: emprise du diagnostic reportée sur le cadastre napoléonien (source : archives départementales du Morbihan)  2.2.3. Les talus  L’examen  des  talus  en  élévation  perceptibles  avant  le  défrichement
  •  partir de l’interruption) après défrichage, avant nettoyage par les  archéologues. Le parement reste largement masqué    Ce  talus  est  postérieur  au  cadastre  napoléonien :  le  chemin  qui  est  figuré  sur  celui‐ci  le  long  de  la  limite  parcellaire (Fig. 14) a été évoqué
  •   on  fait  l’objet  d’une  description  normalisée  sur  la  base  des  fiches  créées  par  Christine  Boujot  (Annexe  ‐  le  modèle utilisé est celui du rapport de la fouille préventive de Belz : Hinguant, Boujot, 2008).    2.3.1. Les monolithes du talus parementé    Plusieurs  grands
  •   fissures  et  décrochements  émoussés.  Sur  les  côtés  (non  entièrement  observables),  aucune  figure  d’érosion  postmégalithique  (Sellier,  1991,  1995)  n’est  attestée.  Le  sommet  présente  un  large  sillon  émoussé  (Fig.  18)  40    II‐Résultats  parallèle  à  la
  • . 8). Il s’agit de petits blocs de moins d’1 m  de plus grande longueur manifestement déplacés relativement récemment : ils se trouvent « posés » sur le sol  actuel (Fig. 21).          Figure 21 : blocs 1 (à gauche), 4 (au centre) et 5 (à droite ‐ à noter à l’arrière‐plan le
  •  talus parementé et le bloc T01 inséré dans le  parement)     La position actuelle de ces blocs résulte des activités récentes sur le site, probablement les actions d’entretien  de la végétation dans le fuseau de la ligne électrique. Primairement, ils ont pu être mobilisés lors de
  •  certainement, l'OSL sur ce type de matériau et de vestiges a été tenté à différentes reprises  avec des résultats plus ou moins probants, la difficulté résidant dans le prélèvement et la recherche de cristaux ayant  été suffisamment insolés après la phase de sculpture et l'enfouissement du
  •  des zones  d'intérêt.  44    II‐Résultats  Concrètement, il serait nécessaire de dégager ces zones, et nous interviendrons de nuit pour éviter l'influence de la  lumière solaire sur les cristaux qui seront à dater.   Parallèlement, nous aurons à prélever de la matière
RAP03425.pdf (ARZON(56). ZAC du Rédo 3 : près du grand tumulus)
  • pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une
  • remplissage limoneux grisâtre au sein de l’arène sablo-argileuse jaunâtre. Log SW 5 ..................................................................................................................................... p.166 ANNEXE 8 : hétérogénéité au sein de l’US B sur le Log SW 9 avec la
  • ............................................................................................................................. p. 167 ANNEXE 10 : liste des échantillons sédimentaires (Yoann Chantreau) ................................................... p.168 ANNEXE 11 : rapport de Beta Anaytics sur les dates radiocarbones ............................................................. p. 170 ANNEXE 12
  • : l’opale résinite sur le Massif armoricain : un état des lieux (Gwenolé KERDIVEL) .................. p. 184 ANNEXE 13 : caractérisation chimique et minéralogique de sédiments issus de la fouille du site archéologique de la ZAC du Redo 3 à Arzon (Mikaël GUIAVARC’H
  • . Remerciements L’opération a pu aboutir grâce au concours des services d’EADM et de la Ville d’Arzon qui ont facilité la vie de l’équipe sur place. Merci à Grégor Marchand, Emmanuel Mens, Marylise Onfray, Guirec Querré pour leurs conseils avisés lors de leur passage sur le terrain. Merci à
  • Christine Boujot pour son suivi de la fouille et ses orientations sur les choix dans la conduite du chantier. Un grand merci spécial à Yannick Dissez qui a su récupérer les données inachevées de JP Cugno. 6 Arzon (Morbihan) ZAC du Rédo 3 - 2012-139 - Section 1 - données
  • ) a été réalisé par l’INRAP en février 2012 (Hénaff, 2012) sur une emprise de 60 000 m². Les résultats du diagnostic ont conduit à la prescription d’une fouille préventive (arrêté 2012-139) sur la partie centrale du projet d’aménagement, sur une emprise de 11 000 m². Le maître
  • limons hydromorphes, dont est en partie composée la masse du tumulus, interrogeait sur le lien entre ces limons en position primaire et ceux mobilisés pour ériger le monument. Le cahier des charges annexé à l’arrêté de prescription de fouille 2012-139 oriente prioritairement
  • l’intervention sur les traces d’occupation de la période Néolithique, par la fouille et la mise en relation chronostratigraphique des structures, et par l’approche géomorphologique de la séquence stratigraphique afin de déterminer les 21 Arzon (Morbihan) ZAC du Rédo 3 - 2012-139 -Section 2
  • la route RD 780, au nord par la zone d’activité du Rédo déjà lotie, à l’est par un dépôt des services techniques de la ville d’Arzon implanté sur une zone en fort remblais, et au sud par le supermarché Super U. Un large et profond fossé entaillant le substrat, ancien chemin creux
  • bermes ou dans d’autres zones qui l’ont justifié au fil de l’avancée de la fouille. 22 Arzon (Morbihan) ZAC du Rédo 3 - 2012-139 -Section 2 - Résultats - I. Présentation et contexte Figure 3 : Arzon, ZAC du Rédo 3 - implantation des deux zones de fouille sur le plan cadastral
  • décrites sur une fiche descriptive normalisée. Trois catégories de vestiges ont été rencontrées et appréhendées différemment :  Les fossés et structures linéaires (voie) ont été topographiées et ont fait l’objet d’une couverture photographique en plan. Après comparaisons avec les
  • analyse, une sélection des taxons les plus propices a fait l’objet d’une série de de datations radiocarbones par le laboratoire Beta Analytics (cf. Annexe 11). Les charbons donnent également des informations sur le contexte environnemental du site. Une analyse complémentaire
  • sur le terrain durant la fouille, a échangé avec l’équipe et a procédé à une série de prélèvements. Les résultats de l’étude géomorphologique et archéologique ont conduit à ne pas finaliser l’analyse micromorphologique sur les colonnes prélevées : la question de la préservation de
  • niveaux de sols d’occupation qui s’est posée à la fouille sur l’épandage F20 003 n’étant pas retenue par l’étude géomorphologique et archéologique (cf. II.7.2). Néanmoins, ces prélèvements sont conservés. Une analyse biogéochimique en lien avec les structures de combustion a également
  • Rédo se situe à l’entrée actuelle de la commune en venant depuis Sarzeau, à 500 m à l’ouest de la butte de César et 500 m au sud-ouest de l’étang de Pen Castel (Fig. 5). Tout comme le tumulus de Tumiac, le site fouillé se localise approximativement sur la ligne de partage des eaux
  • entre l’océan proprement dit au sud et la « petite mer » du Golfe du Morbihan au nord. Depuis le sommet de Tumiac, le panorama offre un point de vue sur la presqu’île et l’eau la bordant sur trois côtés sud, ouest et nord. C’est donc un emplacement remarquable mais exposé aux
  • il se présente sous un aspect massif (pluton), il apparaît plutôt au sein du Golfe du Morbihan sous la forme d’un réseau filonien recoupant les migmatites selon des directions nord-sud en presqu’île de Rhuys (Augier et al., 2011). Figure 6 : positionnement du site sur la carte
  • . Cette configuration explique l’hydromorphie très importante observée sur le site, comme nous le développerons plus tard. I.5.3. Contexte archéologique La presqu’île de Rhuys présente des indices d’occupation depuis le Paléolithique (Bilgroix), un site mésolithique non loin du Rédo
  • cairn de Gavrinis (sur la commune de Larmor-Baden), le cairn de Petit-Mont et le tumulus de Tumiac (Butte de César), ce dernier étant le plus proche de la fouille du Rédo 3 (Fig. 9). Au-delà de ces monuments bien connus, plus d’une vingtaine d’occurrences est recensée pour le
RAP03035.pdf (CARNAC (56). parc Belann. rapport de diagnostic)
  • propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle
  •  ............................................................................................................................................................. 53  Annexe 1 : emprise du diagnostic sur le plan cadastral et matérialisation des zones positives  Annexe 2 : inventaire des tranchées  Annexe 3 : inventaire des structures  Annexe 4 : inventaire des unités stratigraphiques  Annexe 5 : inventaire du mobilier  Annexe 6 : inventaire
  • exceptionnelle pour la période sur le territoire de Carnac. La situation topographique en covisibilité avec le tumulus Saint-Michel en fait un site d’autant plus important. LIEU DE DÉPÔT TEMPORAIRE DU MATÉRIEL ARCHÉOLOGIQUE ET DES ARCHIVES DE FOUILLE Service Départemental d’archéologie du
  •  diagnostics archéologiques ont été prescrits par la DRAC Bretagne (service régional de  l’archéologie). Les deux opérations ont été réalisées en suivant par le service départemental d’archéologie  du Morbihan (SDAM, CG 56).  Le présent rapport présente les résultats du diagnostic sur
  •  la  baie de Quiberon est à environ 1,5 km au sud, à Carnac‐Plage.  L’emprise se place essentiellement sur une colline au sud du tumulus Saint‐Michel, séparée de celui‐ci par  l’actuelle route de la Trinité‐sur‐Mer (annexe 1). Le terrain évalué se prolonge en contrebas côté Sud‐est
  •  forte volonté de marquer durablement le paysage (Boujot, Vigier 2012).  En  dehors  du  mégalithisme,  les  sites  d’habitat  préhistoriques  restent  méconnus  sur  le  territoire  de  la  commune. Le site fortifié du Camp du Lizo (Le Rouzic, 1933 ; Lecerf, 1986) peut ressortir en
  •     Quelques opérations préventives récentes confirment une occupation préhistorique « non mégalithique »  sur  le  territoire  de  Carnac,  dès  le  Mésolithique  à  La  Croix  Audran  (Blanchet,  2002)  et  au  Néolithique  à  Montauban (Hinguant, 2010), marqué par un nombre conséquent de
  •  structures à pierres chauffées. Pour  ce type de sites, signalons aussi les cas du Runel à Carnac (Blanchet, 2005) et non loin de Mané‐Roullarde à  la Trinité‐sur‐Mer (Blanchet, 2007 ; Gâche, Fromont, 2010).   Plusieurs tertres néolithiques ont été réoccupés au campaniforme (Hamon, 2003
  • ). Pour la Protohistoire, les  données sur Carnac sont en majorité à des vestiges funéraires (Jacq, 1940 ; Miln, 1881). Comme sur tout le  8    littoral armoricain, des sites de briquetages liés à l’exploitation du sel sont également présents, notamment  à Saint‐Colomban (Gouletquer
  •   Conformément à l’arrêté de prescription, le diagnostic a été effectué à la pelle mécanique à godet lisse de 3  m  de  large,  par  passes  fines,  par  tranchées  implantées  régulièrement  sur  l’emprise  (Fig.  4).  La  partie  centrale  et  la  pente  vers  le  Sud‐ouest  n’ont  pas  été
  •   sableux  stérile  de  30  cm  d’épaisseur  se  développe sur un fin niveau arénacé d’altération du substrat rocheux proprement dit (Fig. 8). La couche de  limon sableux est fortement impactée par les nombreuses racines de pins.      Figure 8 : Carnac, Parc Belann, secteur 3 ; log
  •  couche. A noter, en partie  Ouest  des tranchées 16  et 17, la présence  de poches d’argile claire compacte sur le rocher (Fig. 9), l’une  linéaire  rencontrée  dans  les  tranchées  16  et  17,  l’autre  localisée  uniquement  dans  la  tranchée  17.  Cette  argile n’a été rencontrée
  •  nulle part ailleurs ; elle se limite à une couche homogène peu épaisse.      Figure 9 : Carnac, Parc Belann, secteur 3, tranchée 17. Poches d’argile sur le rocher    16    Hormis  cette  argile,  secteur  stérile  au  niveau  des  structures  archéologiques  mais  présence
  •   cm  dans  la  tranchée  14  (30  cm  de  terre  végétale,  et  50  cm  de  limon  brun  homogène)  avant  d’arriver  sur  le  socle  granitique, sans ici de niveau arénacé (Fig. 10).  En remontant, vers le sud (tranchée 16), le rocher arrive à nouveau à moins de 50 cm du sol
  •     6.5. Secteur 5  Côté  Est  (tranchée  12  et  extrémités  Est  des  tranchées  8  à  11),  le  substrat  granitique  est  directement  présent sous 30 cm de terre végétale. Au nord de la tranchée 12 et sur les 2/3 Ouest des tranchées 8 à 12,  le limon brun US 04 se développe sur 30
  •  module (cf. 8.1.)  et il se répartit sur une épaisseur de 20 à 25 cm sans aucune concentration ni organisation perceptible.       7. DESCRIPTION DES STRUCTURES ARCHEOLOGIQUES  Les  structures  mises  au  jour  se  concentrent  dans  deux  zones :  le  secteur  1  (tranchées  2,  20
  • .    Tranchée 8 : structure 03  Une poche circulaire de 95 cm de diamètre est apparue sur l’arène granitique en coupe nord à l’ouest de la  tranchée,  avec  un  bloc  de  granite  à  l’intérieur.  Le  creusement  est  apparu  très  peu  profond  dans  l’arène,  avec un comblement unique de
  • . 21). Cette fosse a  donc  connu  une  forte  combustion  sur  place.  Le  lit  de  pierres  chauffées  (Fig.  22)  évoque  un  radier  surmontant le foyer proprement dit.    26        Figure 20 : Carnac, Parc Belann, secteur 5, tranchée 9. Coupe et plan de la structure 5 (DAO
  •  type habitat sur  poteaux ; l’analyse du mobilier archéologique associé va contribuer à affiner cette proposition.  32          Figure 27 : Carnac, Parc Belann, secteur 5, tranchée 10, structure 21 (DAO A. Suaud‐Préault)      8. LE MOBILIER ARCHEOLOGIQUE    8.1. Céramique
  •  mobilier céramique    L’essentiel du mobilier provient des tranchées 9 et 10, qui ont livré respectivement 49 et 46 fragments de  céramiques  pour  281  et  1325  g.,  soit  54  %  du  nombre  total  de  restes  et  75  %  de  la  masse  totale  des  céramiques. Les tranchées 20 et 21
RAP02846.pdf (CARNAC (56). lann granvillarec 5. rapport de diagnostic)
  • . Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées
  • résultats L’évaluation archéologique menée en urgence sur le site de Lann Granvillarec 5 (Carnac, Morbihan), suite au démarrage de la construction d’une maison, a permis de repositionner le monument au sein de la parcelle. Elle a fourni des éléments sur l’organisation du tertre et des
  • final d’opération Nombre de volumes : 1 Nombre de pages : 45 + 10 Annexes dont : Nombre de planches : 7 Nombre d’inventaires : 3 Relevés de coupe et plans sur le terrain : Aurélie CROWCH Photographies terrain : Clément ROUVIERE, Aurélie CROWCH, Astrid SUAUD-PREAULT Traitement et
  • -Baptiste Vincent et Raphaël Morand qui ont assuré le cheminement NGF et l’implantation topographique. 1. CONTEXTE DE L’INTERVENTION Suite au démarrage d’un chantier de construction d’une maison individuelle sur l’emplacement du tumulus de Lann Granvillarec 5 à Carnac (Morbihan), une
  • partie du monument. La terre végétale et le relief du tumulus ont donc été oblitérés préalablement à l’intervention archéologique. En conséquence, les limites du tumulus n’étaient plus perceptibles sur le terrain. L’objectif de l’évaluation était donc de reconnaître son extension et
  • son positionnement dans la parcelle, d’évaluer son état de conservation et de le caractériser sur le plan chronologique. 2. CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE Situé au nord de la commune de Carnac (Fig. 1), le monument de Lann Granvillarec 5 est reconnu depuis la fin du XIXème siècle ; il
  • , ainsi que dans le secteur des landes de Lanvaux. Dès 1825, le chanoine Mahé décrit à Nivillac, au débouché de la Vilaine sur le Mor Bras, la présence de quatre tertres allongés constitués de « cendres » (Boujot, Cassen, 2000). Ces tertres allongés à coffres multiples sont placés en
  • carnacéens. Les recherches récentes menées sur le tertre de Lannec er Gadouer à Erdeven, révèlent des techniques de construction communes à ces deux types de monuments et suggèrent des éléments de continuité depuis les tertres vers les tumulus carnacéens (Bailloud et alii, 2009). Figure
  • (Fig. 4). Ces tertres reposent généralement sur un « vieux-sol », antérieur ou contemporain de la construction du monument. Les caveaux présents dans les tertres, sont souvent inclus dans une épaisse couche de vase, ellemême recouverte d’une couche de terre et de pierres qui
  • alors laisse percevoir des pierres de toutes dimensions, rougies par le feu, apparentes au fond et sur les bords du sondage. Les vestiges visibles sont interprétés par J. Miln comme la présence d’une « ruche de crémation » éventrées. Miln après avoir relevé le plan du site, prend la
  • décision d’ajourner les recherches sur ce site. Figure 5 : plan du tertre de Lann Granvillarec 1, d’après Lukis 1868, in Boujot, Cassen, 2000 L’article que Miln publie, constitue une première tentative d’étude de ce nouveau type de monument, l’auteur y compare les trois tertres
  • étudiés sur la commune de Carnac. Miln constate une localisation identique sur des « hauteurs », une morphologie (forme quadrangulaire plutôt trapézoïdale) et des dimensions (40 x 15 m) semblables pour ces trois monuments, et la présence 10 dans le voisinage de ces sites de dolmens
  • et très noire. De plus, Miln observe sur ces tertres la présence d’une couche de terre rapportée à l’intérieur de leur enceinte. En 1897, Zacharie Le Rouzic rappelle l’intervention de J. Miln sur ce site de Mané Clud er Yer, dont il corrige d’ailleurs le nom en Mané Granvillarec
  • , et détaille l’environnement archéologique de ce monument. Il indique la présence dans les landes situées au nord de la route nationale d’Auray à Quiberon, de cinq petites élévations placées sur une ligne allant du sud au nord. Le monument relevé par J. Miln correspond à la
  • première de ces buttes. Zacharie Le Rouzic indique l’intervention de l’abbé Collet (fouille dont aucun document n’est connu) sur les deux buttes situées le plus au nord, soit la quatrième et la cinquième. Il décide alors de s’intéresser au deuxième et au troisième tertre. Il fouille
  • sur le dallage, tandis qu’un vase apode est retrouvé dans l’autre structure. Ce vase, déposé au musée de Carnac a été étudié par G. Hamon (Fig.XX) (Hamon, 2003). Il soupçonne l’existence d’un mur quadrilatère par la présence de quelques pierres alignées autour de ces tertres ainsi
  • classés. Beaucoup plus tard, en 1979, on note la mention par C. T. Le Roux du site de Lann Granvillarec, redécouvert suite à un feu de pinède et de landes en 1976 et au débardage réalisé à cette occasion (Le Roux, 1979). 3.3.Synthèse et actualité de la recherche En 1993, la
  • « Redécouverte » du tertre de Lannec er Gadouer sur la commune d’Erdeven et le démarrage des premières fouilles menées sur le site l’année suivante par S. Cassen lance un renouvellement des études sur cette problématique des tertres. Des fouilles sont également menées par le même chercheur en
  • 1994 sur le tertre néolithique de Brétineau à Guérande. Ces deux fouilles insufflent une vraie dynamique au thème de recherche plus large de la Néolithisation de la France de l’Ouest. En 1995, un programme de recherche sur la Néolithisation de l’Ouest de la France est divisé en
  • sols et 11 de structures antérieurs ou contemporains de leur édification, sont propices aux prélèvements permettant des analyses paléo environnementales ou des datations. L’étude de ces tertres permet de tester les hypothèses proposées par C. Boujot sur l’évolution des structures
RAP03433 (PLOEMEL (56). ZAC de la Gare : un établissement inédit de la fin de l’Âge du Fer et de l’Antiquité. Rapport de diagnostic)
  • artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du
  • ....................................................................................................... p. 126 Inventaire des minutes ............................................................................................................................. p. 144 Note concernant les photographies de terrain
  • ......................................................................................... p. 144 ANNEXE : rapport sur les dates radiocarbones sur os de l’incinération F140 (BETA ANALYTIC) .............. p.145 DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1 Ploemel (Morbihan) - ZAC de la Gare - Diagnostic archéologique 2017-051 - Données administratives
  • protohistorique mais les dates radiocarbones obtenues sur deux os brûlés situe l’incinération au gallo-romain précoce, probablement au premier siècle. Le mobilier archéologique, essentiellement céramiques et tuiles, mais également des fragments de torchis en zone Ouest, est assez abondant dans
  • . Le nombre de fossés repérés et le fait que plusieurs fossés testés témoignent de recreusements illustrent la complexité de ce site qui a fonctionné et a été réaménagé sur plusieurs siècles. La présence, quoique ténue, de vestiges de l’âge du Bronze et de phases plus anciennes de
  • de notre ère voire au début du IVème siècle. Etat du site Les tranchées ont été intégralement rebouchées avec compactage sommaire. Remerciements L’opération a pu aboutir grâce au concours des services d’EADM et de la Ville de Ploemel qui ont facilité la vie de l’équipe sur place
  • , particulièrement Mélanie HUET pour EADM et Christian BOUILLY, élu de Ploemel, qui a assuré un suivi régulier du chantier. Merci à M. Jean-Luc LE TALLEC, maire de Ploemel. Merci à Christine Boujot (DRAC Bretagne, SRA) pour son suivi et ses orientations sur les choix dans la conduite du chantier
  • fait archéologique (numéroté F de 1 à n par ordre d’identification) et unité stratigraphique lorsque des structures ont été identifiées. Le décapage a été arrêté soit sur le niveau d’apparition des structures archéologiques, soit à l’apparition du substrat. Sur une bande à l’Est de
  • substrat rocheux ancien est souvent recouvert d’un faciès d’altérites qui prend l’aspect d’un limon arénacé sur le granite dont l’épaisseur peut être variable mais couvre et suffit à masquer le substrat rocheux proprement dit (Fig. 5). C’est à ce niveau d’altération sous la couverture
  • sédimentaire limoneuse qu’apparaissent les creusements archéologiques qui entaillent ce substrat arénacé. Figure 5 : tranchée 41 (zone Est), limon d’altération arénacé et poches d’apparition du substrat rocheux granitique altéré Sur l’emprise du diagnostic, le substrat rocheux n’a ainsi
  • été observé que localement sur les parties les plus hautes et les plus érodées au nord de la zone Ouest et au centre-est de la zone Est. Parmi le socle rocheux granitique, deux veines de schiste bleuté (peut-être à rapprocher du schiste de Baud évoqué ci-dessus) ont été rencontrées
  • de schiste bleuté constitue le niveau d’arrêt du décapage sur l’essentiel de la tranchée Au niveau topographique, ce secteur est constitué de reliefs doux, dominé par des collines de faibles reliefs. L’emprise forme la partie sud d’un petit plateau qui pourrait être issu de
  • l’érosion d’une de ces petites collines dont le point haut se situe au nord de la zone Ouest. La pente est la plus marquée vers le sud, passant de 34 m à 31 m NGF, mais également vers l’Est et le nord de la zone Est (Fig. 7). Sur le plan hydrographique, le terrain se place entre deux
  • topographique AG2M ; DAO Olivier Agogué (SDAM) 21 Ploemel (Morbihan) - ZAC de la Gare - Diagnostic archéologique 2017-051 - Résultats - 1. Présentation de l’opération Figure 8 : représentation schématique de l’emprise (en noir) sur plan IGN présentant le réseau hydrographique actuel
  • . Fond de carte © IGN géoportail 1.4. Contexte archéologique Sur la carte archéologique nationale, les sites recensés environnant le projet sont dominés par l’ensemble mégalithique de Mané Bogad, dont les premiers éléments se rencontrent à environ 500 m au sud-est (Fig. 9
  • archéologique 2017-051 - Résultats - 1. Présentation de l’opération Le cadastre napoléonien du secteur montre une grande stabilité parcellaire par rapport à l’actuel (Fig. 10). Il est à noter sur le cadastre de 1811 que le cimetière n’est pas encore positionné à son emplacement actuel. Ces
  • : positionnement schématique de l’emprise du projet sur le cadastre napoléonien dressé en 1811. Source Archives Départementales du Morbihan. En encart : cadastre actuel (voir également Fig. 2) 24 Ploemel (Morbihan) - ZAC de la Gare - Diagnostic archéologique 2017-051 - Résultats - 2
  • -ouest : à ces endroits, le développement de couches limonoargileuses entre la terre végétale et les couches d’altération du substrat sur parfois plus d’1 m de puissance à l’est (tranchées 03, 04, 16 et 17 – cf. Fig. 3). Elles paraissent ici correspondre à un colluvionnement des
  • pentes qui a alors adouci le relief. Figure 11 : illustration de la séquence stratigraphique sur l’emprise à partir des logs par grandes unités sédimentaires, avec indication du niveau d’apparition des structures (du moins de lisibilité de celles-ci en plan) 1 - limon brun clair à
  • vestiges archéologiques Les structures archéologiques sont apparues nombreuses sur l’essentiel de la zone Est et la partie nord de la zone Ouest (Fig. 12). Avant de les décrire, l’étude du mobilier céramique permet déjà une orientation chronologique. Figure 12 : plan général des
RAP03662 (LA TRINITE-SUR-MER (56). ZA de Kermarquer : indices d'occupations diachroniques et de paléométallurgie du fer. Rapport de diagnostic)
  • LA TRINITE-SUR-MER
  • LA TRINITE-SUR-MER (56). ZA de Kermarquer : indices d'occupations diachroniques et de paléométallurgie du fer. Rapport de diagnostic
  • ......................................................................................................... p. 47 Note concernant les photographies de terrain ........................................................................................... p. 49 DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1 2 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique
  • : 2015-361 CODE INSEE : LA TRINITÉ-SUR-MER 56258 Olivier AGOGUÉ Avec la participation de Morgane LE ROCH Astrid SUAUD-PRÉAULT Rapport : DÉCEMBRE 2018 Terrain : SEPTEMBRE 2018 Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service
  • respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la
  • Morbihan : Olivier AGOGUÉ : coordination et rédaction Morgane LE ROCH : photos et inventaires CERAM : Isabelle BRUNIE : détermination céramique 5 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques Notice
  • services techniques de la ville de La trinité-sur-Mer pour la mise à disposition de la salle et des sanitaires et à Arnaud Levasseur (AQTA) pour le suivi administratif du dossier ; Merci à Christine Boujot (DRAC Bretagne, SRA) pour sa confiance et son suivi scientifique et technique
  • ; Merci à Lucie Benneteau, Isabelle Brunie, Yann Dufay-Garel et Sébastien Daré pour leurs regards sur le mobilier. C’est peut-être mon dernier rapport de diagnostic, spéciale dédicace à l’équipe du SDAM, magnifiques combattantes de l’archéologie morbihannaise. 6 Conditions
  • code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute
  • administratives, scientifiques et techniques Arrêté de désignation 14 RÉSULTATS 15 16 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Résultats - 1. Présentation de l’opération 1. PRESENTATION DE L’OPERATION 1.1. Contexte de l’intervention Le projet
  • d’extension de la zone d’activité de Kermarquer au nord de la Trinité-sur-Mer (Morbihan) (fig. 1) a entrainé la prescription préalable d’un diagnostic archéologique par arrêté préfectoral n° 2015-361 en date du 16 décembre 2015. Le service départemental d’archéologie du Morbihan, agréé
  • ) L’extension de la zone d’activité est prévue sur plusieurs secteurs, Nord, Est, Sud et Ouest (fig. 2) ; le secteur Sud a été exempt de diagnostic car implantée sur une zone ayant fait l’objet de plusieurs mètres de remblais ; le 17 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic
  • archéologique 2015-361 - Résultats - 1. Présentation de l’opération secteur Est correspond à une zone boisée qui sera maintenue essentiellement comme telle dans le projet ; l’arrêté de prescription de diagnostic prévoit donc une méthodologie orientée sur une prospection pédestre. Seuls les
  • de l’opération Figure 3 : positionnement de la zone de sondages mécaniques sur le plan cadastral (© IGN, source Géoportail) 1.2. Méthodologie Le diagnostic a donc suivi deux modes opératoires : une prospection pédestre par quadrillage dans la zone boisée de l’extension Est et
  • , ont été ouvertes, pour une surface d’environ 3 800 m², soit environ 9,5 % de la superficie prescrite (40 500 m²). 19 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Résultats - 1. Présentation de l’opération Figure 4 : vue générale depuis le sud de la
  • parcelle AT 3 Figure 5 : implantation des tranchées de diagnostic. Levé Nicolas Associés ; DAO O. Agogué 20 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Résultats - 1. Présentation de l’opération 1.3. Contexte géologique et topographique Le site se
  • localise sur le substrat rocheux du granite dit de Carnac (fig. 6), dans un secteur à faible couverture sédimentaire, où le rocher est parfois quasiment à l’affleurement et dont l’accessibilité lui a permis d’être le support des stèles dressées composant les alignements de Carnac et des
  • dominé par le Néolithique, le site étant au cœur d’une zone de densité exceptionnelle de monuments mégalithiques (fig. 7), dont les plus célèbres sont les alignements de Carnac (Boujot, Vigier, 2012). Les tronçons de Kerlescan (Carnac) et du Petit Ménec (la Trinité-sur-Mer) se situent
  • rouge) par rapport aux alignements de Carnac (Kermario, Le Manio, Kerlescan et le Petit-Ménec) (traits jaunes) et au dolmen de Kermarquer (rond jaune). Photo aérienne source Géoportail (© IGN) 23 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - 2
  • La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - 2. Résultats du diagnostic archéologique 2.2. Les sondages des secteurs Nord et Ouest 2.2.1. Stratigraphie générale et apparition des vestiges La séquence stratigraphique est homogène sur toute l’emprise
  • sédimentation est plus importante (fig. 11). Figure 11 : illustration de la séquence stratigraphique sur l’emprise à partir des logs par grandes unités sédimentaires dans les tranchées positives. TV : terre végétale, limon brun à cailloutis ; 02 : limon brun moyen compact et homogène ; 08
  • (petits blocs granitiques) et racines, présence éparse de scories et céramique 25 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - 2. Résultats du diagnostic archéologique Hormis les endroits où le rocher est sub affleurant, sous la terre végétale se place
RAP03596 (GUIDEL (56). Contournement est. Rapport de diagnostic)
  • auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • ) ..................................................................................................... 47 2.7.1. Stratigraphie ................................................................................................................................ 47 2.7.2. Les vestiges archéologiques (du mobilier céramique protohistorique ancien dispersé) ..............49 2.8. Le secteur 8
  • .............................................................................................................. 91 Inventaire du mobilier archéologique ................................................................................................................ 93 Note concernant les photographies de terrain
  • chemins modernes figurant sur le cadastre napoléonien ont également été croisés. Globalement les vestiges archéologiques sont ténus ; le mobilier relativement indigent est rarement associé à des structures. Etat du site Les tranchées ont été intégralement rebouchées avec compactage
  • ), soit de terrassements contemporains existants. Ainsi, 5,65 % de la surface prescrite ont été sondés mécaniquement et 8 % de la surface accessible. Figure 1 : localisation du projet sur carte au 1/25 000ème. Fond de carte © IGN 1.2. Méthodologie et contraintes Le diagnostic
  • a consisté, conformément au cahier des charges annexé à l’arrêté de prescription, à effectuer des tranchées à la pelle mécanique 20T jusqu’au niveau d’apparition des vestiges archéologiques, ou, à défaut, du substrat géologique. Les tranchées ont été positionnées régulièrement sur toute
  • vestiges sur le cadastre napoléonien (fig. 8) confirme que la plupart des fossés mis en évidence sont en lien avec l’évolution de la trame parcellaire moderne. Figure 8 : Guidel contournement Est, secteur 1, superposition du cadastre napoléonien (source Archives Départementales du
  • partie nord et le développement d’une couche de limons bruns homogènes (parfois bioturbés) en interface entre la terre végétale et l’arène dans le bas en partie sud (fig. 13). Les sondages profonds ont montré que les limons arénacés se développent sur une puissance de plus d’un mètre
  • proche, la surimposition des vestiges sur celui-ci montre qu’une bonne partie des fossés peuvent correspondre au réseau parcellaire figuré (fig. 14). Il y aurait donc ici trace d’une trame en place depuis le moyen-âge et ayant peu évolué jusqu’à l’époque moderne. La tranchée 18 en
  • restées complètement stériles et apparaissent très arasées (fig. 16 droite). Seul le F29 dans la tranchée 18 présente une profondeur de 40 cm sous le niveau de décapage et une accumulation de petits blocs de granite sur toute son épaisseur en partie centrale (fig. 16 gauche), mais
  • extrêmement simple sur tout le secteur 3 : le substrat rocheux ou son arène d’altération apparait immédiatement sous 30 à 50 cm de terre végétale (fig. 20). Le couvert boisé a favorisé une terre humique riche en matériau organique de teinte sombre mais la sédimentation dans cette zone en
  • (Raudin, 2017). 2.4.1. Stratigraphie La séquence stratigraphique reste ici assez simple avec un limon brun de faible épaisseur (30 à 40 cm) surmontant le limon arénacé d’altération ou le rocher sur le sommet ; vers le sud la séquence s’épaissit jusqu’à atteindre 1 m de limons de
  • passage d’un énorme fossé d’axe sud-nord, rencontré dans les tranchées 50, 53, 54 et 56, coupé dans le sondage 52 et la tranchée 53, bordé sur son côté Est d’un fossé parallèle plus étroit (fig. 22). Ce gros fossé à une voie de circulation figurée sur le cadastre napoléonien (fig. 23
  • qu’il a été définitivement comblé assez récemment même si son fonctionnement était abandonné depuis plus longtemps. Outre deux fossés d’axe nord-ouest / sud-est bordant la zone humide au sud du secteur 4 repérés dans la tranchée 57 et se raccordant avec une limite figurant sur le
  • 60 à 68) Ce secteur se positionne sur un replat de fond de vallon au nord du ruisseau le Saut du Renard, de part et d’autre de la route du Gouéric (fig. 27), portant à l’Ouest de celle-ci sur un champ cultivé et à l’Est sur une parcelle déjà terrassée lors de la création du
  • du Gouéric, les deux tranchées implantées dans la partie non terrassée (tranchées 66 et 67) montre un grand développement de la séquence limoneuse alluviale sur plus d’1,2 m de puissance (ex. fig. 27, tranchée 66). 2.5.2. Les vestiges archéologiques Aucune structure archéologique
  • de la première phase de diagnostic. Les limites d’emprise n’étant pas piquetées, les tranchées ont été implantées bien à l’intérieur par sécurité et ne pas déborder sur le terrain du voisin (opposé au projet routier). 2.6.1. Stratigraphie Sur le plateau, la sédimentation est
  • le diagnostic, même si cela reste très pauvre et peu diagnostic (cf. 3). Ce mobilier n’est pas associé aux structures mais est issu des couches de limons de colluvions sus-jacents, épars horizontalement et verticalement sur plusieurs dizaines de centimètres. Si quelques éléments
  • ancien (cf. 3). Les structures mises au jour sont encore une fois essentiellement des fossés, dont la plupart figure sur le cadastre napoléonien (fig. 32). Il peut s’agir de fossés assez imposants en plan, ce qui peut être dû à des réaménagements marquant des limites parcellaires bien
RAP03495 (BADEN (56). Port-Blanc : un établissement de l'Antiquité tardive au cœur du Golfe du Morbihan. Rapport de diagnostic)
  • respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la
  • ............................................................................................................................... p. 63 Note concernant les photographies de terrain ........................................................................................... p. 63 DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1 2 Baden (Morbihan) - Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112
  • important afflux de véhicules, les parkings existants sont divisés en trois niveaux (fig. 2) : le plus bas (Z1), au niveau de la rue du Lannic, est déjà recouvert d’enrobé ; sur le second (Z2), seule la voirie est aménagée ; le troisième (Z3), au sud, essentiellement utilisé en haute
  • saison, reste enherbé hormis les cheminements enrobés ou matérialisés en castine (fig. 3). Figure 1 : localisation du projet sur carte au 1/25 000ème (en haut) et au 1/10 000ème (en bas). Fond de carte © IGN 17 Baden (Morbihan) - Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112
  • géologique. Les tranchées ont été positionnées régulièrement sur toute l’emprise (fig. 4) afin de pouvoir mettre en évidence l’extension et l’organisation des occupations. Leur implantation a été conditionnée par les aménagements existants : elles ont été ainsi placées hors des zones de
  • coupes géoréférencées, photographiées et relevées (pour les fossés anciens). 1.3. Contexte géographique, géologique et topographique L’emprise se place sur une pointe de la côte nord du Golfe du Morbihan, face à l’Ile-aux-Moines, à l’Est de l’estuaire de la rivière d’Auray
  • vigilance supplémentaire sur la sensibilité archéologique du lieu. Le cadastre ancien et les photographies anciennes de ce secteur témoignent de parcelles à vocation agricoles, sans bâti au sein de l’emprise du diagnostic (fig. 7). Figure 7 : la pointe de Port-Blanc sur le cadastre
  • . RESULTATS DU DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE 2.1. Stratigraphie générale et apparition des vestiges La stratigraphie observée est assez simple sur toute l’emprise : sous un limon brun à cailloutis de 20 à 40 cm d’épaisseur formant la terre végétale apparaissent les niveaux d’altération arénacés
  • les couches d’altération sur une vingtaine de centimètres d’épaisseur. Tr 31 Tr 30 10,6 m NGF 14,4 m NGF 11 11 13.0 12.00m 42 12.50m X= 1259560 X= 1259520 du X= 1259480 Lannic X= 1259440 Rue m X= 1259400 .00 Tr 01 41 0m TR32 TR31 9.00m 11. 511 17,4 m NGF
  • / contemporain) a été récolté au décapage dans les parties sommitales, des fragments de TCA orange type imbrex / tegula sont présents à la base (en partie visible sur la photo de la coupe fig. 18). Ce fossé parait se poursuivre dans la tranchée 29 voisine, plus étroit en plan et moins profond
  • correspondent exclusivement à des matériaux gallo-romains (tegula et imbrex). L'état de conservation du matériel est médiocre. Les céramiques sont très fragmentaires avec des parois fortement érodées. Quelques tessons conservent des traces de suie sur leurs parois. Des remontages ont pu être
  • antique : M : Menez, 1985 ; Lis : Daré, Triste, 2014. Ces références sont complétées par les correspondances avec le catalogue de formes élaboré dans le cadre de ma thèse sur "La céramique galloromaine de la péninsule armoricaine de la fin du Ier siècle av. J.-C. au IVème siècle ap. J
  • .-C." (Brunie, 2017). - Pour la céramique médiévale et moderne, la numérotation des formes renvoie au catalogue de formes de la région Bretagne élaboré dans le cadre du PCR sur "La céramique médiévale dans les Pays de la Loire et en Bretagne du XIe au XVIe siècle", coordonné par Y
  • ://iceramm.univ-tours.fr/ Cf. le projet collectif de recherche sur "La céramique médiévale dans les Pays de la Loire et en Bretagne du XIe au XVIe siècle", initié en 2012 sous la coordination d'Y. Henigfeld (Université de Nantes). Henigfeld 2012 ; Henigfeld 2013 ; Henigfeld 2014 ; Henigfeld
  • première moitié du XIIe s. au XVIe s., sur les sites de Pen-er-Malo à Guidel (56), de Sainte-Geneviève à Inzinzac-Lochrist (56) et du Moustoir à Quimper (29) (cf. respectivement : Le Guédard, à paraître ; Le Guédard 2015 ; Le Bihan, Villard 2005, 369372). Aucun critère morphologique
  • ), nombre d'individus minimum (NMI) et poids (en grammes) du mobilier céramique de la tranchée TR 1 / F 1 / US 12, en fonction de leur attribution chronologique. US 71 : L'US 71 (TR 1 / F 7) comprend une panse d'amphore de Bétique. Les amphores de cette région sont diffusées sur une
  • cours du IIIe s. et des premières décennies du siècle suivant (Daré, Triste 2014, p. 492). La fabrication d'au moins six formes d'amphore à fond plat sur ce site ne permet pas une attribution précise (Daré, Triste 2014, p. 487-489). Les rares indices chronologiques de ce lot, en
  • INSEE : BADEN 56008 Olivier AGOGUÉ Isabelle BRUNIE Avec la participation de Émilie GODET Morgane LE ROCH Astrid SUAUD-PRÉAULT Rapport : DÉCEMBRE 2017 Terrain : OCTOBRE 2017 Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service
  • Régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour application, ils pourront donc être consultés en
  • propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes du ou des auteur(s) et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à
RAP03557 (CRAC'H (56). Le Bocéno Est. Rapport de diagnostic)
  • CRAC'H (56). Le Bocéno Est. Rapport de diagnostic
  • auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies
  • , avec la proximité de monuments mégalithiques. Cependant, les sondages n’ont pas permis de mettre en évidence d’occupation archéologique. Le corpus mobilier mis au jour est épars et se répartit de manière sporadique sur l’ensemble de l’emprise du projet d’aménagement. Il est
  • diagnostic se situe au sud de Crac’h, dans le canton d’Auray (Morbihan). La commune de Crac’h est bordée à l’est par la rivière d’Auray et à l’ouest par la rivière de Crac’h qui débouchent au sud, sur l’Atlantique. Le substrat géologique de la zone se compose d’un sol granitique à
  • du bourg de Crac’h (fig. 7). 20 RFO de diagnostic - Crach (Morbihan) « Le Bocéno Est » Figure 6 : emprise du projet sur photographie aérienne de 1950 et d’aujourd’hui (source IGN Géoportail) Figure 7 : cadastre de 1831 (Archives Départementales du Morbihan) 21 II-Résultats
  • arénacées d’interface avec le substrat ; 05 : limon beige arénacé d’altération granitique : 06 : apparition du substrat rocheux granitique altéré 22 RFO de diagnostic - Crach (Morbihan) « Le Bocéno Est » La séquence stratigraphique s’est révélée similaire sur toute l’emprise, avec des
  • centrale sud. Mais il s’agit de la même succession : sous la terre végétale, un limon brun sombre est présent sur une épaisseur de 20 à 40 cm, puis un limon plus clair de 15 à 30 cm d’épaisseur, avant l’apparition du substrat arénacé, parfois précédé d’un limon mixte d’interface ; le
  • météorique, notamment de type coupole (Sellier, 1995) (fig. 10). Ceci montre que cette remontée rocheuse a été exposée à l’air libre suffisamment longtemps pour qu’elle soit modelée par les éléments naturels. Le fait que ce limon brun sombre soit présent sur la quasi intégralité des 6 Ha
  • 13 : tranchée 50, pierres chauffées F05 2.3. Mobilier mis au jour Le mobilier archéologique est pour ainsi dire anecdotique, avec 44 prélèvements répartis sur les 68 tranchées (annexe 4). Il s’agit pour l’essentiel de fragments céramiques attribuables à la période moderne ou
  • spécifique. 3. CONCLUSION Le diagnostic archéologique mené sur le périmètre du projet de lotissement le Bocéno Est n’a pas permis de mettre en évidence d’occupation archéologique sur l’emprise. Les traces de fréquentation humaine sont sporadiques et les seules structures probantes
  • , Locmariaquer, La Trinité-sur-mer, Saint-Philibert (Morbihan). Rapport de prospection thématique, Avril – Septembre 1995, p.82. LE ROUZIC Z., 1965) - Inventaire des monuments mégalithiques de la région de Carnac. L'arrondissement de Lorient, dans Bulletin de la Société polymathique du
  • Morbihan, 92, Vannes, p. 3-88. SELLIER, 1995 - Eléments de reconstitution du paysage prémégalithique sur le site des alignements de Kerlescan (Carnac, Morbihan) à partir de critères géomorphologiques. Revue archéologique de l’Ouest, 12, 1995, p.21-41. 5. LISTE DES FIGURES Figure 1
  • 143 18 0,5 - Arène 0,3 0,2 - Tr 47 143/144 24,5 1,25 - Arène/granite 1,05 0,25 - Tr 48 142 24,5 1,45 - Arène 1,25 0,3 Tâche sur arène Tr 49 142 - 0,7 - Granite 0,6 0,3 - Tr 50 142 28,5 0,75 - Limon arénacé 0,55 0,25 F 05 Fait angle nord
  • 2 rue de Saint-Tropez – CS 82400 – 56009 Vannes Cedex Tél 02 97 69 50 75 – Fax 02 97 47 68 47 Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service Régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753
  • du 17 juillet 1978, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes du ou des auteur(s) et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité
  • de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. RAPPORT FINAL D’OPÉRATION / DIAGNOSTIC
  • durable. Avril 2018 CRAC’H ( Morbihan ) - LE BOCÉNO EST N° de prescription : 2017-315 CODE INSEE : CRAC’H 56046 Olivier AGOGUÉ Claire GALLOU Avec la participation de : Astrid SUAUD-PRÉAULT Rapport : AVRIL 2018 Terrain : MARS 2018 DGEC / Direction de la culture Service
  • départemental d’archéologie du Morbihan CRAC’H (Morbihan) - Le Bocéno Est _____________________ Rapport final d’opération / diagnostic N° de prescription : 2017-315 CODE INSEE : CRAC’H 56046 Olivier AGOGUÉ Claire GALLOU Avec la participation de Astrid SUAUD-PRÉAULT Rapport : AVRIL 2018
  • Terrain : MARS 2018 Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service Régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978, relative à l’amélioration des relations entre