Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"
  • Creator > COURBOT Cécilia (retirer)

1 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02567.pdf (REDON (35). carte archéologique communale. rapport d'étude)
  • divers informations recueillies sur la commune. Il se compose d'un dossier de presse et de différentes notes sur l'architecture et l'histoire de quelques monuments redonnais, comme l'église, l'hôtel du Plessis, le n°50 de la Grande Rue... Ce centre de documentation possède, en outre
  • de l'Ecole Normale Supérieure, Mr Tonnerre de l'Université d'Angers ainsi qu'à Manuella Heulot pour avoir tapé les longs tableaux présentés en annexe, à Marie-Dominique Pinel, pour le regard neuf qu'elle a porté sur les remparts et à Eric Pierre, pour avoir fait la mise au propre
  • , l'abbaye et le rempart, une portion de ce dernier ayant fait l'objet de plusieurs campagnes de sondages. Cette étude préliminaire devait donc être menée afin de servir de base à une réflexion sur la gestion du patrimoine archéologique redonnais. En effet l'utilisation des moyens
  • état des lieux de la documentation et une synthèse des connaissances déjà acquises. Le potentiel historique de Redon s'est avéré tel qu'il n'a pas été possible durant le temps imparti, un mois réparti sur l'ensemble de la durée du stage, d'aller au delà et d'exploiter réellement les
  • données inventoriées. Les conclusions présentées dans ce rapport ne constituent qu'une première réflexion sur le patrimoine de Redon, afin d'en montrer la potentialité. Cette recherche pourra ainsi, je l'espère, servir d'outil à des travaux et recherches ultérieurs. INVENTAIRE DES
  • souvent le sentiment d'être un peu oubliée des administrations sises dans la métropole régionale, la sous-préfecture de Redon reste toutefois, avec ses quelques 10 000 habitants, une des principales villes du Pays de Vilaine, unité qui regroupe neuf cantons sur deux régions. Bien que
  • en place du bassin à flot vient, en outre, détruire la physionomie du quartier du port, si florissant et essentiel à la vie économique du Redon médiéval. La ville se trouve, ainsi, dès le XIXe siècle, coupée de sa structure passée et son développement doit alors se fonder sur une
  • se composait majoritairement de terrains marécageux, inondés l'hiver. - Installation de la ville Face à cette zone inondable, la ville, et tout d'abord le monastère, se sont installés sur un promontoire appelé Ros qui a donné son nom à la ville. Il est composé de trois collines
  • : celle sur laquelle s'installe la ville forme un triangle encadré par le Thuet et la Vilaine, dominée par la butte de Galerne et la grée de Beaumont et Bahurel. La ville de Redon se trouve ainsi installée sur un site naturellement protégé comme cela est déjà dit dès le Xlle siècle
  • ce noeud de communication. C'est donc sur une position privilégiée, à la fois naturellement fortifiée et ouverte sur l'extérieur, que vient s'implanter le monastère de Saint Cornwoïon. 1. 1. 3. Contexte historique Redon ne semble apparaitre qu'à la fin du Haut Moyen-Age avec la
  • monastère se trouve ainsi détenteur de salines dans la région guérandaise. Surtout elle acquiert très rapidement des privilèges fiscaux qui lui permettent de transporter son sel sur la Vilaine, sans subir les différentes taxations ducales et en bénéficiant d'un régime de faveur au
  • passage de Rieux. Le sel arrive donc très peu imposé dans les salorges du port de Redon, faisant la richesse de l'abbaye qui jouissait de nombreux droits sur le sel, mais aussi celle de la ville qui redistribuait celui-ci vers l'intérieur des terres (Touehard, 1967, 69). C'est la
  • conjonction du rayonnement de l'abbaye, qui lui apporte possessions et privilèges, et d'un milieu favorable, avec le port sur la Vilaine, qui détermine l'essor du commerce du sel à Redon et qui en fait sa principale richesse. Il suffit qu'au début du XVe siècle, les taxes ducales
  • s'appliquent aussi sur le transport du sel de l'abbaye pour que le port périclite. Redon, lieu naturellement fortifié à l'entrée de la Bretagne, ville abbatiale, ancienne seigneurie de marche et ancien port principal du commerce du sel en Haute-Bretagne, se trouve actuellement, malgré son
  • savantes dans le domaine de l'histoire et du patrimoine. Elle est à rattacher à des noms comme R. de Laigue ou A. de la Borderie qui ont publié de nombreux travaux sur l'histoire de la Bretagne. La multiplication de guides indiquant les différents monuments et curiosités locales montre
  • est axée sur le monastère et les guerres de Bretagne, avec une accumulation de données brutes provenant d'archives, souvent mal ou pas référencées. Les transformations alors récentes, et brutales, apportées par les grands aménagements -bassin à flot, canal, chemin de fer, sont
  • INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON Après une certaine éclipse, Redon fait de nouveau l'objet de publications d'articles dans les années 80. Les intérêts se concentrent sur les monuments religieux avec des analyses plus architecturales qu'historiques (Mussat, 1986, 427-433) et
  • sur le cartulaire de Redon avec notamment les travaux de N. Y. Tonnerre. Ponctuelles et pointues, ces études sont symptomatiques d'une conception éclatée du patrimoine redonnais. 1. 2. 2. Les découvertes archéologiques. - Les découvertes anciennes dans l'abbaye Dans son étude sur
  • pourtant, au travers des mémoires des Sociétés Savantes et des écrits d'historiens locaux, retrouver des bribes d'informations, qui laissent entrevoir les découvertes effectuées (figure 3, p. 8). , R. de Laigue mentionne dans ses notes le témoignage d'un enfant de choeur qui aurait
  • -1913 que semblent reprendre les fouilles, cette foisci dans l'abbatiale et sous la direction de L. Maître (figure 3, p. 8). Les notes de R. de Laigue sont, là encore, une des sources d'informations les plus détaillées. Il nous décrit la découverte et son emplacement: [Les fouilles