Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"
  • Creator > MARCHAND Sandra (retirer)

1 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02107.pdf (PACÉ (35). "ZAC de Beausoleil". dfs de diagnostic)
  • lotissement Equipe archéologique : S. Marchand J.Y. Noël Etude céramique : F. Labaune Relevés topographiques : V. Pommier Rédaction du DFS : S. Marchand Suivi scientifique : P.A. Bezombes, S.R.A. Bretagne Résumé Les sondages exploratoires réalisés sur les parcelles concernées par la
  • siècle av. J.C. et le 1er siècle de notre ère. Si la contemporanéité de ces trois zones reste à démontrer, leur complémentarité fonctionnelle constituerait une information rarement obtenue pour cette période sur le massif armoricain. PRESENTATION DE L'OPERATION Le diagnostic a été
  • sur la commune de Pacé (Ille-et-Vilaine), au lieu-dit « Beausoleil » (fig. 1). Il concerne les parcelles cadastrales suivantes : 13p et 14p (AO), 12p (AP), 54 et 55p (AT), qui représentent une surface de 76 634 m2. Grâce à la très active association du CERAPAR, et sous la direction
  • d'Alain Provost, de nombreux indices de sites gallo-romains ont été recensés sur la commune de Pacé (Fig. 2). Pour la plupart, il s'agit de gisements de surface, constitués de tegulae, de briques et de céramique. Des sites plus importants sont toutefois à mentionner. Le premier est sis
  • : • Circonscrire au mieux le périmètre archéologique • Obtenir un plan le plus cohérent possible des structures mises au jour. Sur les 80 tranchées, quinze d'entre-elles ont fait l'objet d'un élargissement afin de suivre l'axe d'un fossé ou de confirmer la présence de structures (fig. 3). Un
  • une altitude moyenne de 50 mètres NGF. Elle est formée d'un promontoire prolongé par deux versants, l'un orienté est, l'autre sud, délimités en partie basse par le ruisseau de Champalaune. Le paysage actuel est ouvert suite au remembrement, les limites parcellaires visibles sur le
  • cadastre napoléonien ont aujourd'hui totalement disparu (fig. 3). Cela a eu un impact certain sur l'érosion sédimentaire qui a touché principalement le versant ouest de la parcelle. Cette érosion a certainement eu une incidence directe sur l'état de conservation des rares structures
  • rencontrées sur la pente. Corrélativement, en bas de pente, on observe un fort colluvionnement. Le substrat Le substrat est constitué de schistes briovériens plus ou moins profondément altérés, et le plus souvent complètement argélisé. Ces argiles sont micacées et offrent de petits
  • nodules de kaolinite ainsi que de très nombreux quartz. 7 Fig. 3: Localisation des tranchées, structures et cadastre napoléonien sur l'emprise du diagnostic Fig. 4 : F'roposition de phasage chronologique des différentes structures rencontrées au cours du diagnostic Les
  • formniatîoïïiis superficielles Sur le plateau, la terre végétale est épaisse de 0,30m. Elle recouvre un limon brun argileux peu épais6. Ce dernier repose directement sur une argile d'altération importante, contenant quelques blocs de quartz. A mi pente, la terre végétale et le limon brun sont
  • importante, près de 1,20m. Les bords sont droits sur 0,70m puis s'inclinent vers le fond plat, au moins dans la partie centrale. Le remplissage montre un niveau basai d'argile grise avec de nombreuses inclusions de charbons de bois concentrés dans la partie supérieure, surmonté par un
  • niveau de limon brun fortement mélangé à l'encaissant. Le comblement terminal est constitué par un limon brun homogène contenant quelques tessons de céramique. Il pourrait éventuellement s'agir d'une structure semi enterrée couverte par une superstructure sur poteaux. Il faut bien
  • de cette structure (F71, F75, F76 et F77) ont un diamètre de 0,50m. Le F71, qui a été coupé manuellement, offre une profondeur conservée sur seulement 0,12m. Il s'agit d'une petite cuvette en U dont le remplissage est constitué d'un unique comblement de limon gris et de quelques
  • cette tranchée. Ils correspondent à ceux de la tranchée 59. Ils offrent aussi une orientation est-ouest. Le F46 a été testé à la pelle mécanique. Son creusement est conservé sur 0,46m, son profil est en U et son remplissage semble indiquer un comblement lent et naturel. Le F48, que
  • l'on retrouve dans la tranchée 61 (F54) et dans la tranchée 59 (F93), a été testé et correspond à une haie moderne. Photos 5 et 6 : Fossés F48 et F49 en surface et coupe de F46 Le F46 a été testé. Il apparaît au sommet de l'US 2. Il est conservé sur 0,46m de hauteur. Il a un
  • matérialisé par au moins un bâtiment dont le plan reste à définir. Aucun recoupement entre les structures n'a été observé dans cette zone. Elles apparaissent toutes sur le même niveau, à la base de l'US 2, et peuvent être contemporaines. H n'est cependant pas possible de proposer de
  • l'Age du fer alors que le mobilier de la structure quadrangulaire est antique. La zone 2 : fosses et structures de combustion (fïg. 6) Cette zone est constituée de grandes structures de combustion, de grandes et petites fosses et de trous de poteaux, le tout concentré sur une
  • est de 0,60m. Le comblement, uniforme sur toute la hauteur, est constitué d'un limon argileux gris/brun hétérogène avec des inclusions d'argile jaune, de nombreux charbons de bois et de terre cuite ainsi que des quartz et schistes brûlés. Le creusement de la fosse est dissymétrique
  • s'agit de F64 et F65, de même diamètre, 0,68m. Le comblement de surface est un limon brun contenant de nombreux charbons de bois et des pierres brûlées. La structure F65 a été testée manuellement (fîg.6). Elle n'est conservée que sur 0,10m d'épaisseur. Ses bords sont peu marqués et le
  • /noir, de 0,40 à 0,60m de diamètre, est associée aux fosses. Il s'agit probablement de trous de poteaux disposés sans organisation apparente sur la surface ouverte. Situés en limite de la tranchée, les contours sont généralement partiels. Aucun mobilier n'était présent en surface