Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"
  • Creator > QUILLIVIC Manon (retirer)

2 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03059.pdf (SAINT-TUGDUAL (56). l'enceinte de talvern-panner. rapport de pt 2014)
  • Section : ZL Parcelle : 77 a Lieu-dit : Talvern-Panner Propriétaire : Particulier -Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Néant OPÉRATION Arrêté de l’opération : n° 2014-037 Nature de l’opération : prospection thématique Responsable
  • : Manon Quillivic Organisme de rattachement : Association ARVALES - 12 rue des Lilas, 35136 SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE Date d’intervention sur le terrain : 16/06/2014 au 23/06/2014 MOTS CLEFS - Chronologie Indéterminé - Interprétation Vestiges immobiliers : enceinte Vestiges
  • à trois reprises le poste de responsable de secteur sur ces chantiers. Ce mémoire est une étude diachronique globale des systèmes enceints répartis sur cette zone géographique. L’opération de relevé de l’enceinte de Talvern-Panner s’inscrit donc à la fois dans un cadre associatif
  • d’enceintes, réétudiée par Alain Provost grâce aux prospections inventaires menées dans le Centre-Ouest Bretagne jusqu’en 20084, s’étendant sur les contreforts méridionaux des Montagnes Noires. Ces opérations ont eu pour but d’une part de mieux comprendre l’organisation de ces sites et
  • . Des hypothèses de datation peuvent être émises grâce à des comparaisons typologiques. Les résultats de cette opération enrichissent les connaissances que nous avons actuellement sur cette concentration de sites d’enceinte et d’enclos repérée dans le centre Bretagne. Ils permettent
  • 0006, coordonnées Lambert II étendu : X= 176 899, Y= 2360 470) se situe sur la commune de Saint-Tugdual (INSEE 56 238) dans le département du Morbihan. L’enceinte est implantée sur le pied de versant sud-est d’une colline, à 225 m NGF, au nord-est de la commune (fig. 1, 2 et 3). Le
  • a eu lieu du 16 au 23 juin 2014 avec une équipe de 6 personnes en moyenne. Ces 6 personnes étaient réparties en trois équipes : deux binômes se sont concentrés sur le relevé, et un binôme s’est consacré au débroussaillage. Le relevé s’est étendu sur une zone mesurant 7420 m2. Cette
  • cordiérite clairsemée). Le site de TalvernPanner s’implante sur des sols granitiques à grains fins à deux micas. 14 1.3 Environnement archéologique 6 De nombreuses entités (21) sont enregistrées à la carte archéologique pour la commune de Saint-Tugdual (fig. 5). Ces vestiges datent
  • 2009. Le système de défense se révèle être assez imposant et l’ensemble de l’occupation, observable grâce à la mise au jour d’un souterrain de stockage et d’un petit monument funéraire, s’étend sur une courte durée au début du second Âge du Fer. La motte de Kerminisy, mesurant 30 m
  • en pierre sèche de 8 m par 4 m, à l'époque conservé sur 0,80 m de hauteur et abritant un sol de mortier blanc 12 . Il note que "la topographie et l'allure générale de l'enceinte rappellent Locronan" 13. Un relevé rapide du site accompagne la description existant dans la
  • publication de la thèse 14 (fig. 6). Le site est ensuite revisité par Alain Provost lors des prospections inventaires menées dans le Centre-Ouest Bretagne jusqu’en 2008 et est décrite par celui ci comme suit : « Enceinte ovalaire de 85 m par 70 m installée sur une plateforme en pied de
  • colline, séparée d’icelle par un fossé profond de 3 à 5 m bordant un talus de 3 à 6 m de hauteur pour 4 à 8 m de largeur à la base. Le rempart se compose de deux éléments : à la base, une puissante levée soigneusement parementée sur sa face externe et, au-dessus, un talus de terre de
  • une lente érosion, notamment le talus du côté ouest dont le parement se dégrade en plusieurs endroits. » 15 Aucun mobilier n’a été découvert lors des prospections pédestres sur la parcelle, et le site est daté du Moyen Âge dans la base de données PATRIARCHE du Service régional de
  • possibilité, de part son élévation conséquente, de permettre un relevé micro-topographique très intéressant. La couverture végétale sur le site date au moins des années 1940 puisque sur les couvertures photographiques aériennes de l’IGN, l’on constate que les mêmes arbres, des feuillus
  • : Photographie aérienne du site en 2003 (IGN, géoportail) 20 Le site est repérable sur le cadastre napoléonien grâce à la forme de la parcelle (fig. 10). Celle-ci se situe sur la troisième feuille de la section D dite du Bourg du cadastre de 1842 et porte le numéro 501. Fig. 10
  • : Localisation du site sur le cadastre napoléonien (source : Archives Départementales du Morbihan) 21 Fig. 11 : Courbes de niveaux espacées de 0,20 m (en m NGF) ;6,-9#?@;=;AB"A#C .D*
  • entrée est ouverte à l’est et son espace interne (à partir de la base des talus) est composé d’une terrasse de 2500 m2 (fig. 12), creusée dans la colline et occupée par des bâtiments dont le plan semble former un « U ». L’ensemble du site est implanté sur une forte pente. Le dénivelé
  • l’enceinte 40 m K%49"#$&J >CDE&'&:F&G6/%%/,/"H&I*(JB 24 L’extérieur (le système de défense) (fig. 17) Partie basse du site: Le creusement de la terrasse constitue le talus à l’ouest, à peine surélevé par rapport au niveau de la pente. Les talus nord et sud partant de ce talus ouest
  • aujourd’hui. Le dénivelé entre l’intérieur de l’enceinte et le fond du fossé mesure environ 6 m de haut. Le fossé (fig. 14, 2) fait environ 6 m de large sur toute sa longueur. Sur les côtés nord et sud ils ont des bords évasés et un fond plat et font environ 2 m de profondeur. Sur les côté
  • pour lever les talus nord et sud de l'enceinte ainsi que la partie sommitale du talus ouest. Une légère rupture de pente correspondant peut-être à cet apport peut être observé sur le terrain et sur le relevé. Ce creusement crée une impression de talus à l’intérieur du site. À
RAP03358.pdf (SAINT-TUGDUAL (56). L'enceinte de Talvern-Panner. Rapport de sondage 2015)
  • législations sur le patrimoine et l’environnement Néant OPÉRATION Arrêté de l’opération : n° 2015-038 Nature de l’opération : opération de sondage Responsable : Manon Quillivic Organisme de rattachement : Association ARVALES - 12 rue des Lilas, 35136 SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE Date
  • d’intervention sur le terrain : 21/06/2015 au 12/07/2015 MOTS CLEFS - Chronologie : haut Moyen-âge, Moyen-âge Indéterminé - Interprétation Vestiges immobiliers : enceinte Vestiges mobiliers : céramique, lithique, métallique 5 Générique de l’opération INTERVENANTS SCIENTIFIQUES : Service
  • -Tugdual, Morbihan, Sondages, 2015 9 Notice Scientifique L’association ARVALES a entamé depuis 2008 une série de recherche s’orientant sur les enceintes terroyées non datées ni catégorisées de centre Bretagne. Ces recherches prennent la forme de prospections, relevés
  • dans la partie S-E du site. Il est composée d’une nef (20 m2 ) et d’une abside à chevet plat (5 m2) dont les murs sont conservés sur 1 m de haut. Les pièces sont carrées et l’ensemble est orienté. Le bâtiment abrite les vestiges (sur 0,70 m environ de haut) de la base d’un autel
  • adossé au milieu du chevet plat et installé sur un sol de terre aménagé sur un radier. Ce bâtiment évoque une chapelle. Les bâtiments sont construits de granite, en moellons irréguliers liés par de la terre et les angles constitués de blocs taillés (d’1 m de long pour la chapelle
  • cadastre actuel et scan 25 (source : IGN, DAO : Manon Quillivic). Fig. 3 : Localisation du site sur le cadastre napoléonien (source : Archives Départementales du Morbihan, DAO : Manon Quillivic). 12 L’enceinte de Talvern-Panner, Commune de Saint-Tugdual, Morbihan, Sondages, 2015
  • d’enclos dans la haute vallée du Scorff. J’ai depuis 2009 participé annuellement aux opérations de l’association portant sur ce type de site et je me suis progressivement orientée sur ces recherches, en occupant notamment à trois reprises le poste de responsable de secteur sur ces
  • dans le Morbihan. Ce relevé a donné des résultats concluants sur l’organisation générale de ce site fossoyé et a permis de s’appuyer sur une topographie précise du terrain pour proposer une opération de sondage. Cette opération s’inscrit donc dans la continuité d’un mémoire
  • grâce aux prospections inventaires menées dans le Centre-Ouest Bretagne jusqu’en 20087, s’étendant sur les contreforts méridionaux des Montagnes Noires. Ces opérations ont eu pour but de mieux comprendre l’organisation de ces sites et de les dater. 1 M. Quillivic - à paraître 2 M
  • , Y= 2360 470) se situe sur la commune de Saint-Tugdual (INSEE 56 238) dans le département du Morbihan. L’enceinte est implantée sur le pied de versant sud-est d’une colline, à 225 m NGF, au nord-est de la commune (fig. 1, 2 et 3). Le site se situe au sud d’un bras de la rivière de
  • du site est implanté sur une forte pente. Le dénivelé entre le point le plus haut (l'extérieur du fossé à l'ouest) et le point le plus bas (l'extérieur de l'entrée) est de 20,5 m (fig. 10 et 11). L’opération de sondages s’est déroulée du 29 juin au 11 juillet 2015 avec une équipe
  • de 12 personnes sur l’ensemble de la période et de 10 personnes en permanence. Ces dernières étaient réparties sur deux sondages. La fouille s’est étendue sur environ 85 m2 (fig. 4 et 13). Une station totale Leica builder 309, prêtée par le CERAA9, a été utilisée pour effectuer le
  • bornes du cadastre présentes sur le terrain. 8 M. Quillivic - 2014 9 Centre Régional d’Archéologie d’Alet 14 L’enceinte de Talvern-Panner, Commune de Saint-Tugdual, Morbihan, Sondages, 2015 s restitués Plan général de l’enceinte de Talvern-Panner Commune de Saint-Tugdual
  • colluvions de fond de vallée déposées par les différents affluents de l'Aër. Nous rencontrons enfin au sud-ouest de la commune un massif de granite du Croisty (granite porphyroïde, à deux micas et cordiérite clairsemée). Le site de TalvernPanner s’implante sur des sols granitiques à
  • sèches de 8 m par 4 m, à l'époque conservé sur 0,80 m de hauteur et abritant un sol de mortier blanc 17 . Il note que "la topographie et l'allure générale de l'enceinte rappellent Locronan" 18 . Un relevé rapide du site accompagne la description faite dans la publication de la thèse
  • site est ensuite revisité par Alain Provost lors des prospections inventaires menées dans le Centre-Ouest Bretagne jusqu’en 2008 qui en fait la description suivante : « Enceinte ovalaire de 85 m par 70 m installée sur une plateforme en pied de colline, séparée d’icelle par un fossé
  • profond de 3 à 5 m bordant un talus de 3 à 6 m de hauteur pour 4 à 8 m de largeur à la base. Le rempart se compose de deux éléments : à la base, une puissante levée soigneusement parementée sur sa face externe et, au-dessus, un talus de terre de moindre largeur. À l’est, l’enceinte est
  • des prospections pédestres sur la parcelle, mais le site est daté du Moyen-âge dans la base de données PATRIARCHE du Service Régional de l’Archéologie de Bretagne. La couverture forestière sur le site date au moins des années 1940 puisque sur les couvertures photographiques
  • aériennes de l’IGN, nous constatons que les mêmes arbres, des feuillus, couvrent le site de 1948 à aujourd’hui. Cela peut, peut-être en partie, expliquer l’excellente conservation des vestiges. Le site est repérable sur le cadastre napoléonien grâce à la forme de la parcelle. Celle-ci se
  • situe sur la troisième feuille de la section D dite du Bourg du cadastre de 1842 et porte le numéro 501 (fig. 3). 20 A. Provost - 2006 21 Fig. 10 : Courbes de niveaux espacées de 0,20 m (en m NGF, DAO : Manon Quillivic). ;6,-9#?@;=;AB"A#C .D*