Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

4 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00485.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • ARCHÉOLOGIQUE D'ALET Rue de Gaspé 35413 SAINT - MALO Cédex BP GO Tél. : 99. B2. 63. 73 PRESENTATION DU RAPPORT Le rapport sur la prospection-inventaire menée par le Ce.R.A. est régulièrement publié dans notre publication LES DOSSIERS DU Ce.R.A. A* Comm l'article était prêt, nous avons
  • Dossiers du Ce.RAA. ne seront pas étonnés de retrouver l'habituelle chronique de prospection. Elle n'est possible que par le travail important réalisé par différents prospecteurs sur le terrain ou dans les airs. Pour leur rendre respectivement un hommage, voici la liste nominale de ces
  • chronique de prospection archéologique figurent d'une part des découvertes effectuées dans les arrondissements de Dinan, SaintBrieuc et Saint-Malo, zone de recherche traditionnelle du Ce.RAA., d'autre part un ensemble de sites localisés par G. LEROUX dans le département du Morbihan sur
  • la base du fichier J. ANDRE. Cette dernière recherche a été motivée par la nécessité d'un rattrapage des connaissances sur les sites gallo- romains ruraux dans ce département ; il existait en effet un net retard de la qualité des informations dans le Morbihan, ce qui s'avérait
  • très gênant pour l'étude menée dans le cadre du Projet Collectif de Recherche financé par le Ministère de la Culture et portant sur l'ensemble de la Haute-Bretagne. Au total 191 sites ont été traités (localisés ou étudiés) par les chercheurs du Ce.RAA en 1988, ce qui en fait une
  • revoir en 1988 des structures qui n'avaient pas été revues depuis la célèbre année de sécheresse, 1976. On a ainsi pu obtenir, par voie aérienne, des renseignements importants sur les structures de 33 sites archéologiques. Les plans des structures décelées figurent dans l'inventaire
  • , des tessons protohistoriques. ERQUY, Le Châlet, parcelle 1297, section D5. Gi-C.Jt sement de tegulae et d'imbrices localisé par P. ooS"» t+ AMOUREUX et J. H. CLEMENT. EVRAN, Bord du canal, parcelle 284, section AB. Gisement gallo-romain. G. FAGUET a localisé, sur indication de J. P
  • (complément d'information). Par suite d'arrachages dus à l'ouragan d'Octobre 1987, le site a pu être mieux localisé et défini. Le site se présente comme un monticule d'environ 20 m sur 20 m. Deux zones de fouilles anciennes sont visibles. On y a collecté de très nombreux fragments de
  • . Atelier de tuilier gallo-romain. G. FAGUET a localisé un gisement dense de tegulae et imbrices, avec de nombreux ratés de cuisson. Mobilier gallo-romain et pré-romain associé. LA FONTENELLE, Le Vieux Presbytère, parcelle 425, section B. Gisement médiéval. Sur une indication de Mme
  • , a décelé cette pêcherie inédite. SAINT-MALO, sur la grève, entre la plage de Bon Secours et le Grand Bé. Découverte d'une monnaie romaine. M. SCHALEKAMP a récupéré, dans une poche d'argile, un moyen bronze de l'empereur Constantin. SAINT-MELOIR-DES-ONDES, La Basse Madei • 11 om no x
  • parcelles 458 à 460 et 200, section Dl. Site de la Tène finale. L. LANGOUET, lors du vol du 7 Mai 1988, a décelé un ensemble de fossés dans la parcelle 200 proche du site mentionné antérieurement. Une visite sur le site a révélé la présence de nombreux tessons de la Tène finale. Une
  • MORBIHAN ALLAIRE, Le Hero-La Hillaie, parcelle 168b, section ZP. Gisement gallo-romain avec un temple carré et des substructions proches, localisé par G. LEROUX sur la base du fichier J. ANDRE. AMBON, Brouel, parcelles 243 à 245, 260, 262 à 266, 273, 275 et 276, section El. Gisement
  • petit appareil. Localisation de G. LEROUX sur la base du fichier J. ANDRE. ARRADON, Roguedias, parcelles 86, 90 et 91, section ZD. Présence de murs gallo-romain en petit appareil. Localisation de G. LEROUX d'après le fichier J. ANDRE. ARRADON, Brambouis, parcelles 64 à 66, 167, 71
  • d'après le fichier J. ANDRE. PLESCOP, Gusquel, parcelles 408, 409 et 964, section C3. Gisement de tegulae. Présence de mortier et de pierres brûlées. Localisation de G. LEROUX sur la base du fichier J. ANDRE. ' PLESCOP, Lezurgen, parcelles 791, 792, 794, 804 à 806, section G Gisement
  • fragments de verre, de céramiques communes et sigillées, etc ... QUESTEMBERT, Kercabon, parcelles 48 et 49a, section YR et la, section YP. Gisement de tegulae et de scories associé à une enceinte quadrangulaire de 55 m sur 47 m. Localisation de G. LEROUX d'après le fichier J. ANDRE
  • . QUESTEMBERT, Le Maguéro, parcelles 39a, 39b, 40a, 40b, 49b, 104b et 104c, section ZO. Gisement de tegulae, d'imbrices, de cendres et de charbons de bois localisé par G. LEROUX sur la base du fichier J. ANDRE. QUESTEMBERT, Kermorin, parcelle 2, section XK. Gisement gallo-romain matérialisé
  • substructions de 18 m sur 15 m. Localisation de G. LEROUX d'après le fichier J. ANDRE. SAINT-AVE, Saint-Michel, parcelle 172, section A2. Gisement de tegulae et de briques associé à des substructions. Localisation de G. LEROUX d'après le fichier J. ANDRE. SAINT-AVE, Tréviantec, parcelles 107
  • briques et de cendres localisé par G. LEROUX d'après le fichier J. ANDRE. SENE, Kerarden, parcelles 490, 491, 496 à 498, 500, 579 à 581, 572, 584, 585, 708 et 1094, section F5. Gisement de tegulae localisé par G. LEROUX sur la base du fichier J. ANDRE. SENE, Ozon, parcelles 104 à 106
  • , parcelles 104 à 106 et 605, section Al. Gisement de tegulae situé par G. LEROUX sur la base du fichier J. ANDRE. SURZUR, Kervorin, parcelles 30a et 427, section Hl. Gisement de tegulae avec substructions situé par G. LEROUX d'après le fichier J. ANDRE. THEIX, Sincé, parcelles 40, 44b, 48
  • et 49, section YR. Gisement de tegulae localisé par G. LEROUX d'après le fichier J. ANDRE. Présence de j pierres brûlées de petit appareil, de briques et tuiles. THEIX, Tréfleher, parcelles 85c et 85d, section ZC. Gisement de tegulae matérialisé par des fragments de tuiles et de
RAP01585.pdf (bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire.)
  • Maurice GAUTIER PROSPECTION-INVENTAIRE BASSIN OCCIDENTAL DE LA VILAINE ET CENTRE BRETA GNE SOMMAIRE INTRODUCTION REMERCIEMENTS LE CADRE GEOGRAPHIQUE DES RECHERCHES PROBLEMA TIQUE DE LA RECHERCHE QUELQUES REFLEXIONS METHODOLOGIQUES APPRECIATION GLOBALE SUR LES
  • RECHERCHE. Les travaux de détection aérienne entrepris sur l 'ensemble de la région depuis cinq ans ont permis la révélation d'une petite région naturelle au peuplement jusqu'à lors, insoupçonné : le Porhoët. La qualité et l'originalité du fonds documentaire réuni sur ce secteur permet
  • de dépasser la seule préoccupation d'inventaire pour constituer une véritable recherche sur les processus d'anthropisation du milieu aux époques pré-romaine et galloromaine : thème de notre thèse d'Université. 1 QUELQUES REFLEXIONS METHODOLOGIQUES. Il faut bien le signaler
  • les informations partielles réunies les années précédentes pour obtenir quelques cartographies significatives sur l'extrême densité de l'occupation ancienne du sol de certains terroirs. La compilation des données autour de la ferme du Verger en Guilliers (56) est tout à fait
  • révélatrice de cette procédure qui permet d'apprécier l'ensemble des faits fossoyés réuni sur un espace restreint (Fig.2). Nous avons également, sur certains secteurs extrêmement favorables, compilé les différents faits parcellaires pour comprendre et apprécier les éventuelles permanences
  • leurre archéologique avec « le pseudo-fanum » de Loyat (Fig.4). Il faut également signaler que des indices sur sols nus ont révélé l'existence d'un important éperon barré inédit, en bordure de l'Oyon, sur la commune de Porcaro (56). Le cliché montre la présence d'un énorme talus/fossé
  • arasé et d'une probable tour (Fig.5). APPRECIA TION GLOBALE SUR LES DECOUVERTES DE 1998. Une première hiérarchisation des découvertes permet d'isoler au sein des enclos découverts par voie aérienne quelques sites qui méritent des commentaires particuliers. C 'est ainsi qu 'un bel
  • enclos de forme trapézoïdale a été détecté sur la commune de Néant, au lieudit le Balachien, à proximité d'un habitat de type « ferme indigène ». La taille, la largeur des fossés et surtout la présence de structures internes apparemment fossoyées le distingue nettement des autres
  • considérés comme sensibles, surtout quand le repérage à vue ne semble donner aucun indice visible. Le relevé et la cartographie de nombreux faits fossoyés enregistrés sur trois années au lieu-dit les Boisseries, sur la commune de Loyat a permis de produire un document de travail fort
  • intéressant sur le probable finage d'une exploitation antique (Fig.10). L'ensemble des données cartographiées incite à voir des tracés d'arpentage liés aux potentialités agronomiques du terroir. 2 // faut terminer ce rapide tour d'horizon de la prospection par une mention spéciale pour
  • la découverte fortuite d'un souterrain armoricain, au lieu-dit la Souche sur la commune de Mauron (56). Nous avons pu effectuer les relevés nécessaires avec O. KAYSER et J-P BARDEL, et une petite fouille est envisagée en février. Signalons également que les contrôles au sol
  • assidus de Madame Bernard de Laniscat ont permis de faire connaître un petit dépôt « augustéen » sur la commune de St-Igeaux. PERSPECTIVES. Ces travaux s'inscrivent dans le cadre d'une thèse de doctorat dont l'intitulé provisoire est le suivant : « Le Porhoët pré-romain et gallo-romain
  • travaillant sur quelques domaines spécifiques comme le rapport entre le positionnement des enclos et certaines formations superficielles . Ce travail se fera en collaboration avec Monsieur JeanMarie Rivière, pédologue à l'INRA. Par ailleurs l'approche et l'étude des parcellaires
  • , MEURETJC, NAAS P., 1999 - Enclos gaulois et gallo-romains entre Blavet et Mayenne (Titre provisoire). A paraître en 1999 dans Documents d'Archéologie de l 'Ouest avec une préface de Roger Agache. Conférence à l'Université du Temps Libre de Mauron, le 20 avril 1998, sur les révélations
  • de l'archéologie aérienne (Cf. Annexe). Conférence à la Société d'Histoire de l'Art Dentaire, St-Malo, le 13 juin 1998, sur l'archéologie aérienne en Bretagne (Cf. Annexe). Conférence dans le cadre de la semaine arhurienne à Ploërmel, le 23 juillet 1998. Intitulé : « Le mythe de
  • leurre tout fait intéressant. Fig. 5- PORCARO (56). La Vallée Bouillante. Anomalies sur sol nu révélant un éperon barré par un large talus/fossé arasé ; une possible tour est également discernable. Fig. 6 - NEANT/YVEL (56). Le Balachien. Enclos à larges fossés et structures
  • superficie moyenne d'un a deux hectares, de très nombreuses fermes indigènes ont été découvertes sur le pays de Mauron et sur le Porhoët en général. I I I I I Un public nombreux pour un sujet passionnant. Les traces de la voie romaines Rennes-Quimper, qui passe par Mauron et Saint
  • sous forme de grands enclos souvent emboîtés les uns dans les autres ». < Patrimoine archéologique Maurice Gautier insiste sur l'importance « du patrimoine archéologique insoupçonné qui a été révélé ». Les découvertes sont en effet d'une grande variété. Outre les fermes et les
  • 18ime siècle à Toulouse. Avec la participation de : Bretagne Services Dentaires 6 allée du Chêne Vert 35650 LE RHEU Concessionnaire Kavo-Ritter-Anthos Tel : 02 99 14 78 58 Marc CHEVREL Fournitures dentaires La Vignette 35770 VERN SUR SEICHE Tel : 02 99 00 46 72 CYCLE DE
  • mythique et sa fonction. par Jean-Loïc Le Quellec (Centre de recherche sur l'Oralité). 16 h : Le loup dans la mythologie eurasiatique (1), par Chiwaki Shinoda (Université de Nagoya, Japon). Mardi 21 juillet 10 h : Arthur et Gorlagon : le roi et le loup-garou, par Philippe Walter
RAP02220.pdf (bassin occidental de la moyenne Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • l'accoutumé volontairement succinte car la méthodologie mise en œuvre et les résultats obtenus sur cette vaste zone de prospection ont déjà été largement discutés et commentés dans une publication récente (Gautier, 2003). REMERCIEMENTS. Les recherches ont bénéficié d'une subvention de
  • Porhoët et la région de Corlay dans les Côtes d'Armor (Fig.l). La qualité et l'originalité des fonds documentaire réunis sur ces deux secteurs permettent de dépasser la seule préoccupation d'inventaire pour constituer une véritable recherche sur les processus d'anthropisation du milieu
  • blé et d'orge ont livré en juin et juillet des sites particulièrement remarquables (Fig.2 et première de couverture). En août, une nouvelle fois de bons résultats ont été obtenus sur les maïs, surtout des micro-reliefs à l'aplomb des fossés comblés (Fig.3). Plus d'une centaine de
  • TION DES DECOUVERTES. Comme les années précédentes, des concentrations de découvertes sont à signaler, notamment aux sources de l'Oust, dans la région du Haut-Corlay. Si sur l'ensemble de la zone survolée, les enclos ou ensembles d'enclos restent prédominants (Fig.4), l'année 2006
  • 10 février à la réunion annuelle du Cérapar : « L 'archéologie aérienne en Bretagne ». Livraison d'un fonds photographique sur les oppida bretons pour l'atlas des oppida celtiques ( A la demande de Vincent GUICHARD, Centre de recherche archéologique de Bibracte). 3 LISTE DES
  • constituent les deux espaces privilégiés de nos travaux (Fig.l). La partie synthétique de ce rapport se veut comme à l'accoutumé volontairement succinte car la méthodologie mise en œuvre et les résultats obtenus sur cette vaste zone de prospection ont déjà été largement discutés et
  • vingtaine d'années ont permis la révélation de deux petites régions naturelles au peuplement jusqu'à lors insoupçonné : le Porhoët et la région de Corlay dans les Côtes d'Armor (Fig.l). La qualité et l'originalité des fonds documentaire réunis sur ces deux secteurs permettent de dépasser
  • la seule préoccupation d'inventaire pour constituer une véritable recherche sur les processus d'anthropisation du milieu, notamment aux époques gauloise et gallo-romaine. En outre, le Porhoët a livré des traces de parcellaires anciens, nombreuses et variées, qui font de ce secteur
  • été obtenus sur les maïs, surtout des micro-reliefs à l'aplomb des fossés comblés (Fig.3). Plus d'une centaine de points d'information archéologique ont été enregistrés et ils de répartissent comme suit : 15 sites pour le département d'Ille-et-Vilaine. 35 sites pour le département
  • . Si sur l'ensemble de la zone survolée, les enclos ou ensembles d'enclos restent prédominants (Fig.4), l'année 2006 aura vu la révélation de bâtiments gallo-romains inédits. A St-Just (35), des fondations de plan rectangulaire (15mxl0m) sont apparues à 100 m au sud de la grande
  • a été réalisée sur la commune de Bréal-sous-Montfort (35), en bordure du Meu. Un ensemble inédit comprenant deux enclos avec fosses, trous de poteaux et des bâtiments s 'organisant autour d'une vaste cour a été révélé en août dans une parcelle de maïs (Fig.l). Les contrôles au sol
  • poursuite des recherches aériennes sur la zone habituelle mais nous envisageons de survoler l'Ouest du bassin de Rennes qui ne fait plus l'objet depuis une dizaine d'années de survols systématiques. Ce secteur en voie d'urbanisation devrait livrer, si les conditions climatiques le
  • Massif Armoricain (En collaboration avec les autres collègues bretons), Presses Universitaires de Rennes, En préparation. Conférence le samedi 10 février à la réunion annuelle du Cérapar : « L 'archéologie aérienne en Bretagne ». Livraison d'un fonds photographique sur les oppida
  • Morbihan 2220 0.4*+ Le bassin occidental de la moyenne Vilaine et le Centre Bretagne ont fait l'objet d'une vingt deuxième campagne de prospection-inventaire durant l'été 2006. Ces recherches ont essentiellement mis en œuvre deux techniques de prospection : la détection aérienne à
  • basse altitude et les reconnaissances au sol. Comme les années précédentes des informations inédites ont été recueillies dans le Porhoët et le la région de Corlay qui constituent les deux espaces privilégiés de nos travaux (Fig.l). La partie synthétique de ce rapport se veut comme à
  • Morbihan. Rappelons ici qu'une subvention affectée en octobre peut difficilement servir à couvrir les frais occasionnés par des vols qui s 'effectuent surtout en Juin et Juillet ! Nous tenons à remercier les différentes personnes et collectivités territoriales qui ont largement soutenu
  • notre recherche et plus particulièrement Monsieur Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Régional de l'Archéologie et les Conservateurs , responsables départementaux. Il nous faut, comme chaque année, remercier également Philippe GUIGON et JeanJacques PREUDHOMME qui furent nos disponibles
  • et talentueux pilotes de cette campagne 2006. Au niveau local, des aides et de précieuses informations, notamment en ce qui concernent les contrôles au sol, nous ont été apportées par Gilles MONTOBERT de Mauron (56), par Jean-François CHARPENTIER de Plumieux (22) et surtout par
  • Claudine Bernard de Laniscat (22). LA PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE. Les travaux systématiques de détection aérienne réalisés entre Rennes et Carhaix depuis une vingtaine d'années ont permis la révélation de deux petites régions naturelles au peuplement jusqu'à lors insoupçonné : le
  • , notamment aux époques gauloise et gallo-romaine. En outre, le Porhoët a livré des traces de parcellaires anciens, nombreuses et variées, qui font de ce secteur géographique un laboratoire privilégié pour l 'étude et la restitution des formes agraires protohistoriques et antiques. Ces
RAP02141.pdf (Bassin occidental de la moyenne Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • détection aérienne à basse altitude et les reconnaissances pédestres au sol. La campagne 2005 a permis une nouvelle fois de recueillir des informations inédites sur le Porhoët et le Centre-Est Bretagne qui constituent les deux espaces privilégiés de notre recherche (Fig 1). La partie
  • synthétique du rapport se veut donc, comme à l'habitude, volontairement succinte car la méthodologie mise en œuvre et les résultats obtenus sur ce vaste espace, depuis une vingtaine d'années, ont été largement discutés et commentés dans une publication récente (Gautier, 2003). Nous avons
  • lors insoupçonné : le Porhoët et la région de Corlay dans les Côtes-d'Armor. La qualité et l 'originalité des fonds documentaires réunis sur ces deux secteurs géographiques permettent de dépasser la seule préoccupation d'inventaire pour constituer une véritable recherche sur les
  • avancer nos connaissances sur les habitats préhistoriques, protohistoriques et antiques. Ainsi le survol assidu de la périphérie du site emblématique de St-Symphorien, à Paule (22) a-t-il permis la reconnaissance de trois enclos inédits en 1999. L 'un d'entre eux, entièrement fouillé
  • informations inédites dans l'Ouest de la France sur l 'occupation interne des éperons barrés à la fin de la Préhistoire. QUELQUES REMARQUES METHODOLOGIQUES ET LE BILAN L 'année 2004 aura été marquée par un déficit pluviométrique printanier et estival qui aurait pu favoriser très nettement
  • touché les prairies et les cultures de maïs et quelques belles structures fossoyées ont pu être photographiées sur ces couvertures végétales (Fig 4 ,Fig.5 et Fig.6). Près de 150 points d'information archéologique ont été enregistrés et ils se répartissent comme suit : 10 sites pour le
  • GLOBALE ET PREMIERE HIERARCHISATION DES DECOUVERTES Comme les années précédentes, les structures fossoyées constituent l'essentiel des découvertes aériennes même si quelques rares fondations ont pu être identifiées sur les communes de Chavagne (35) et Loyat (56) (Fig. 7 et 8). La
  • parcelle de maïs début juillet. Sa position topographique est assez remarquable car elle est située sur le flanc sud de la ligne de crête des Montagnes Noires face à un beau panorama. La fonction et la chronologie de cette enceinte restent indéterminées (Fig. 10). De nouveaux
  • emboîtés à dominante curviligne a été repéré à l'est du hameau de Clissia sur cette même commune. Le site de Kerboar à St-Igeaux (22) a livré un nouvel enclos probablement gallo-romain qui vient confirmer toute la complexité de ce site aux multiples dépôts de l'Age du Bronze (Ménez
  • , 2005). Quelques parcellaires fossiles ont été identifiés sur la commune de Néant/Yvel et de Guilliers (56). Ce sont principalement des chemins qui sont réapparus en totale discordance avec le bocage enregistré sur le cadastre napoléonien. Nous avons précisément survolé la déviation
  • données ont été transmises aux responsables d 'opération de l 'Inrap. PERSPECTIVES. Nous envisageons donc la poursuite des travaux de détection aérienne sur l 'ensemble de la zone. L 'année 2006 sera également consacrée à la rédaction des fiches de découverte pour les sites qui n 'ont
  • subsiste que les traces « fantômes » qui apparaissent sur les céréales, comme ici à Muel (35), un vaste enclos composite. (Photos G.R. et DR) Les longs jours d'été venus, le professeur des écoles Maurice Gautier se sent pousser des ailes. Après la fin des cours, il laisse tomber ses
  • Général des Côtes-d'Armor Le bassin occidental de la moyenne Vilaine et le Centre Bretagne ont fait l'objet d'une vingtième campagne de prospection-inventaire pour la Carte Archéologique de la France. Ces travaux ont essentiellement mis en œuvre deux techniques de prospection : la
  • plutôt opté pour un court résumé et pour la présentation des clichés les plus significatifs. REMERCIEMENTS Les recherches ont bénéficié d'une subvention de l'Etat de 4650 euros, de crédits du Conseil Général du Morbihan d'un montant de 2350 euros et d'une subvention du Conseil Général
  • des Côtes d'Armor s'élevant à 2350 euros. Ces crédits conséquents, attribués à temps, ont permis de couvrir les frais occasionnés par les reconnaissances aériennes, l 'acquisition de feuilles cadastrales, les fournitures et travaux photographiques ainsi que les indispensables
  • contrôles au sol. Nous tenons à remercier les différentes personnes et collectivités territoriales qui ont largement soutenu notre dossier, à savoir Monsieur Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Régional de l 'Archéologie, Monsieur Yves MENEZ, Conservateur chargé du département des Côtes
  • d'Armor, Mademoiselle Christine JABLONSKY, Conservateur chargée du département du Morbihan, les membres de la CIRA Grand-Ouest ainsi que les Conseils Généraux des Côtes- d'Armor et du Morbihan. Il nous faut aussi remercier Philippe GUIGON et Michel MESLET, talentueux pilotes de l 'aéro
  • -club d'ïïle-et-Vilaine, toujours disponibles et passionnés par ces recherches. Au niveau local, des aides et de précieuses informations, notamment en ce qui concernent les vérifications au sol, nous ont été apportées par Gilles MONTGOBERT de Mauron (56), par Jean-François
  • CHARPENTIER de Plumieux (22) et surtout par Claudine Bernard de Laniscat (22). LA PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE. Les travaux systématiques de détection aérienne réalisés entre Rennes et Carhaix depuis 20 ans ont permis la révélation de deux petites régions naturelles au peuplement jusqu'à
  • processus d'anthropisation du milieu, notamment aux époques gauloises et galloromaines. En outre, le Porhoët a livré des traces de parcellaires anciens, nombreuses et variées, qui font de cette zone un laboratoire privilégié pour l'étude et surtout la restitution des formes agraires