Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4132 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02714.pdf (NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE (35). avenue des Monts Gaultier. rapport de diagnostic)
  • NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE
  • opération préventive de diagnostic
  • NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE (35). avenue des Monts Gaultier. rapport de diagnostic
  • __________________________________________________________________________________________ NOTICE SCIENTIFIQUE Cette intervention archéologique d’une superficie de 6418 m² a été entreprise sur la commune de Noyal-Châtillon-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine) du 7 au 8 décembre 2011. Les tranchées de sondage réalisées sur l’emprise du projet nous ont permis d’identifier un réseau
  • Rapport d’opération Diagnostic archéologique Commune de Noyal-Châtillon-sur-Seiche, Ille-et- Vilaine Avenue des Monts Gaultier sous la direction de Laurent Aubry Inrap Grand Ouest Janvier 2012 Rapport d’opération Diagnostic archéologique Code INSEE 35 206 Commune de
  • Noyal-Châtillon-sur-Seiche, Ille-et- Vilaine Arrêté de prescription SRA 2011/184 Code Inrap DA 05046101 Avenue des Monts Gaultier sous la direction de Laurent Aubry avec la collaboration de Julie Conan Philippe Boulinguiez Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577
  • Cesson-Sévigné Janvier 2012 SOMMAIRE I. Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Arrêté de désignation II Résultats LES
  • __________________________ Propriétaire du terrain Région Bretagne Conseil général d’Ille-et-Vilaine et Société SCI les Monts Gaultier __________________________ Références de l’opération Département Ille-et-Vilaine (35) Communes Noyal-Châtillon-sur-Seiche Adresse ou lieu-dit Avenue des Monts Gaultier
  • __________________________ Codes INSEE 35 206 __________________________ Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert 93 X : 351675 Y : 6781428 Z : 23 m NGF __________________________ Références cadastrales Commune Noyal-Châtillon-sur-Seiche Année 2011 Section(s) et parcelle(s) AS n°25
  • et 405 AO n°701 et 815 Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Numéro de l’arrêté de prescription 2011-184 Numéro de l’opération DA 05046101 Numéro de l’arrêté de désignation 2011-310 __________________________ Maître d’ouvrage des
  • ______________________ Organisme de rattachement INRAP Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné ______________________ Dates d’intervention sur le terrain 07/12/2011 au 08/12/2011 Surface brute à diagnostiquer 6418 m² Surface sondée 981 m² soit 15% Niveau d’apparition des vestiges Entre 0,60
  • contrôle scientifique du Service Régional de l’Archéologie de Bretagne. ETAT DU SITE Les tranchées réalisées sur l’emprise de la parcelle prescrite ont été rebouchées à l’issue du diagnostic. L’emprise totale des sondages est de 981 m² soit 15 % de la surface prescrite par le SRA de
  • PLAN CADASTRAL INFORMATISÉ ------------- Section : AS Feuille : 073 AS 01 Échelle d'origine : 1/1000 Échelle d'édition : 1/1000 Le plan visualisé sur cet extrait est géré par le centre des impôts foncier suivant : RENNES (Pole Topographie et Gestion Cadastrale) Accueil 2
  • __________________________________________________________________________________________ Les raisons et les objectifs de l’intervention Le projet d’implantation d’une enseigne commerciale, sur une parcelle de 6418 m², située sur l’avenue des Monts Gaultier à Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35), a conduit le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne à prescrire un
  • diagnostic sur la surface menacée par la future construction (fig. 1 et 1a). La réalisation de ce diagnostic a été motivée par la présence relativement proche de la villa gallo-romaine de « la Guyomerais » et de l’habitat Laténien qui l’a précédée1. Ainsi, le présent diagnostic avait pour
  • couleur pour les vestiges excavés (réseau fossoyé). Les sondages d’un échantillon de fossés ont été réalisés à l’aide de la pelle mécanique munie d’un godet de 2 m de large. Tous les vestiges sondés ont été relevés en coupe à l’échelle 1/20ème. Si nécessaire, des clichés
  • photographiques ont été réalisés sur support numérique. L’enregistrement des données de terrain a été entrepris sur des fiches simplifiées. Chaque tranchée et/ou vignette réalisée a reçu une numérotation de 1 à N. Par contre, seules les structures ayant fait état d’un descriptif et d’une
  • localisé sur le territoire de Noyal-Châtillon-sur-Seiche, commune située dans le bassin rennais, à environ 10 kilomètres au sud de Rennes (fig. 1 et 1a). Plus précisément, la parcelle concernée pas nos travaux se développe directement à l’est de l’avenue des Monts Gaultier. Les
  • , la parcelle présente une nette déclivité en direction du nord. Les altitudes relevées sont de 25 m NGF pour le sud de l’emprise et de 22 m NGF pour l’extrémité nord de la parcelle. La partie basse du terrain offre de ce fait des sols beaucoup moins drainants, et est marquée par de
  • comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat 7215000 7215000 7215100 7215100 1351500 0 50m Echelle 1:1000 1351500 Figure 2 : Localisation de l’emprise du diagnostique sur le cadastre napoléonnien (Châtillon-sur-Seiche, Section B3 du Bourg, 1812). 0
  • Monts Gaultier II. Résultat __________________________________________________________________________________________ La carte géologique éditée par le BRGM2 montre que le sous-sol de la zone est au contact de formations superficielles constituées de schistes briovériens
  • profondément altérés (fig. 3), complètement argilisés par endroit (altérites argileuses). C’est dans ces niveaux qu’apparaissent plus ou moins nettement les structures fossoyées. Elles sont recouvertes de formations anthropiques argilo-limoneuses à structure moyenne et drainante de couleur
  • brune et épaisses en moyenne de 0,60 m. Le niveau de terre végétale inclus dans cette couche est d’une épaisseur de 0,25 m. Contexte archéologique environnant La carte archéologique recense à ce jour 11 sites et/ou indices de site sur le territoire de Noyal-Châtillon-sur-Seiche. Neuf
RAP03136.pdf (QUIMPER (29). La carte archéologique de Quimper. Rapport de FP)
  • QUIMPER (29). La carte archéologique de Quimper. Rapport de FP
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • également très nombreuses mais de précision et de fiabilité variable. Elles soulignent l'importance du patrimoine encore enfoui dans le sous-sol. Elle ne peuvent toutefois prétendre à l'exhaustivité. A titre d'exemple, la zone du Braden couvrant 30 ha et sur laquelle aucun vestige
  • etc.). Répartition des sites par mode de découverte (fig. 4 à 11) - - - Fouille archéologique Confirmation par 3.4.1. La fiche 122 (17+105) prospection Sur dossiers d'archives 3.4. LES DOCUMENTS La mise : : au sol et visite de site : 23 37 CARTOGRAEHIOUES
  • . sur un par XIXe Le résultat traduit par l'instruction de 268 dossiers concernant 185 sites différents et couvrant d'une manière relativement équilibrée toutes les périodes allant du Néolithique aux se Temps modernes. Ces dossiers touchent des sites phares tels que Le Braden
  • pour l'époque gauloise ou la place Laennec pour le bas Moyen Age, mais rapportent des informations recueillies par prospection, consultation d'archives et surtout lors de fouilles parfois modestes. sur des sites La caractéristique du dossier de la carte archéologique de Quimper
  • après étude de la documentation existante. sur à la soixantaine de sites Les vestiges d'époque gallo-romaine, et gauloise depuis 1980 avec les découvertes des ont alors fait l'objet de fouilles importantes. Une problématique de recherche, fondée sur l'analyse diachronique et
  • l'objet d'une étude et d'une protection : exceptionnelles - Sur le - Sur le plan scientifique plan de l'aménagement urbain 4 Il s'agit donc d'une ville qui dispose d'archives remarquables à propos de son histoire ancienne. 1.1.2. Les problèmes Les vestiges évoqués
  • dispersion: de vulgarisation, anciennes archives publiques ou privées antérieures à la législation place de services régionaux étoffes et efficaces. - - Services - accessible ou récentes. sur les fouilles et à la mise en archives de fouilles récentes dont les notes et
  • des archives personnelles de ces chercheurs ou de fonds publics pour lesquels aucune véritable structure d'accueil n'a existé avant 1990. moyen ou animateurs de l'activité Cette pèse en particulier sur les résultats des fouilles exécutées depuis vingtaine d'années, donc des
  • régulièrement les principaux résultats des fouilles et localise les chantiers d'une manière satisfaisante. Par ailleurs, une plaquette réalisée par l'archéologue municipal et financée par la Ville de Quimper et le Ministère de la Culture permet de faire le point sur ces questions ("Aux
  • recherches importantes menées depuis plus de deux décennies sur le territoire de la commune, il est difficile de répondre clairement et rapidement aux questions posées par : nombreuses et les chercheurs ; notamment parce que - d'études - les pas encore fait l'objet complètes. les
  • responsables de la gestion du patrimoine. aménageurs de Quimper souhaitant avoir des renseignements précis risques et hypothèques archéologiques pesant sur tel ou tel secteur de la commune. - sur de nombreux sites n'ont les urbanistes et En outre, l'histoire ancienne de la ville de
  • Quimper demeure très mal connue des enseignants et du grand public. Bien des idées anciennes relevant du fantasme et de l'imagination ont libre cours et sont véhiculées, en particulier par les médias. 1.2. LES OBJECTIFS 1.2.1. Les - Porter sur un archéologiques de la
  • .. 1.3. LA CARTE ARCHEOLOGIQUE 1.3.1. Le contenu Il s'agit de réunir toute la documentation écrite, graphique et iconographique existante. L'analyse et la critique de cette documentation sont confortées par les vérifications sur place. L'effort porte sur l'horizon chronologique le
  • plus large possible : de siècle. En ce qui concerne les périodes médiévales et plus récentes, la la Préhistoire au XVIIIe prise en compte des sites 7 s'appuie sur les critères de la pratique archéologique. Sont instruits des dossiers concernant des opérations ayant déjà fait
  • l'objet de travaux de type archéologique ou des sites sur lesquels des vestiges connus, mais enterrés, sont susceptibles de donner lieu à de telles opérations (anciens cimetières, chapelles ou manoirs détruits). 1.3.2. Les documents réalisés Une - bibliographie complète concernant
  • le patrimoine archéologique quimpérois. Un fichier exhaustif et raisonné de tous les sites - Une informatisation des données concernant sur connaître : . . . . Des - commune. chaque site. Chacun fait l'objet de fiches base de données FileMaker Pro II. Pour
  • vestiges archéologiques. 1.3.3. La programmation du travail Un tel programme est très ambitieux. Sa réalisation est prévue sur trois années. Mise en place à l'initiative de Monsieur le Conservateur du service régional de l'Archéologie et de la Ville de Quimper elle est confiée au
  • travaux de dépouillement des archives dispersées, de reclassement initial de la conception des outils de travail sont achevés. Il reste un important travail en forme des fiches, de vérification sur place et de prospection complémentaire à C'est l'objet du programme financé par le
  • des bénévoles participent également à l'élaboration du projet (enquête bibliographique), Y. Le Bihan-Gourmelon (recherche N. Calvez, archiviste vérifications en La mise archives pour historienne contractuelle - en sur CDD. : C. Tymen le terrain). au C.R.A.F
  • de l'I.G.N. et documents cadastraux des zones ces mêmes fouilles. fouillées. 2.1.3.2. Traitement de texte et bases de données Le Centre Le travail se fait dispose de configurations informatiques de type P.C. et de type Macintosh. sur traitement de texte WordS ainsi que
RAP03169.pdf ((56). Prospection inventaire archéologique diachronique Morbihan ouest. Rapport de FP 2015)
  • (56). Prospection inventaire archéologique diachronique Morbihan ouest. Rapport de FP 2015
  • la découverte Circonstance de la découverte 2015 Prospection sol Inventeur/informateur Le Colleter Claude SAHPL SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice pages concernées Commentaire général sur l'EA
  • découverte Circonstance de la découverte 2015 Prospection sol Inventeur/informateur Le Colleter Claude SAHPL SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice pages concernées Commentaire général sur l'EA
  • -La Madeleine Commune de Riantec Code INSEE 56193 -Le Guennic Méthodologie : – Repérage préalable de sites archéologique potentiels sur photographies aériennes (« Géobretagne ») par contraste visuel (principalement par anomalies phythologiques sur parcelles cultivées
  • Circonstance de la découverte 2015 Prospection sol Inventeur/informateur Bernard Ginet SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice Commentaire général sur l'EA : Armature perçante pédonculée en silex « miel foncé » Ailerons
  • de la découverte Circonstance de la découverte 2015 Prospection sol Inventeur/informateur Ginet Bernard SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice pages concernées Commentaire général sur l'EA : Fragments de tegulae
  • :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice Commentaire général sur l'EA : Découverte fortuite lors d'un vol sur le secteur de prospection pages concernées LE BAIL_L/56169/photos aériennes/2015/6 FICHE D'ENREGISTREMENT DE
  • Commune de Landévant Code INSEE 56097 -Kerneno-Le-Val Commune de Melrand Code INSEE 56128 -Ste-Prisce Commune de Merlevenez Code INSEE 56130 -Kervenant Commune de Nostang Code INSEE 56148 -Talhouët Commune de Plouhinec Code INSEE 56169 -Kerbavec Commune de Riantec Code INSEE 56193
  • Tessons de poterie roses et grises Période indéterminée Carte indiquant le contour de la zone prospectée et la mise en couleur des communes avec résultats positifs PROSPECTION-INVENTAIRE ARCHEOLOGIQUE DIACHRONIQUE ANNEE 2015 MORBIHAN OUEST Autorisation Administrative par arrêté
  • (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) Doute (?) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire sur les structures INTERPRÉTATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la
  • équaris bien dégagés Taille de la pièce : 30 mm A retouche couvrante sur support épais; retouche bifaciale Poids de la pièce : 3 g pages concernées GINET_B/56076/armature/2015/10 Guern-56 Kerlen Dessin d'Alain Le Guen FICHE D'ENREGISTREMENT DE DÉCOUVERTE Année : 2015 Première
  • , morphologie ou autre ) Structures (illimité) Doute (?) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire sur les structures INTERPRÉTATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Nature (limité à 2 ) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire
  • ) IDENTIFICATION DESCRIPTION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) Doute (?) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire sur les structures INTERPRÉTATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes
  • cadastre Année Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) Doute (?) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire sur les structures INTERPRÉTATION (les affixes 1
  • et d'imbrices visible au pied et dans la partie basse des murs de la chapelle en réfection ainsi que sur le placitre. GINET_B/56097/fragments de tegulae et imbrices/2015/03 FICHE D'ENREGISTREMENT DE DÉCOUVERTE Année : 2015 Première mention = X Données complémentaires
  • (?) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire sur les structures INTERPRÉTATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Nature (limité à 2 ) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire sur l'interprétation MOBILIER Mobilier significatif
  • Détruit : NON En élévation : NON CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE Année de la découverte Circonstance de la découverte 2015 Prospection sol Inventeur/informateur Bernard Ginet SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice
  • Commentaire sur les structures Enclos paracurviligne à fossé simple et portion d'enclos circulaire à fossé simple emboîté INTERPRÉTATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Nature (limité à 2 ) Affixe 1 Affixe 2 Quantité
  • affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) Doute (?) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire sur les structures INTERPRÉTATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou
  • Section (s) Parcelle (s) IDENTIFICATION DESCRIPTION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) Doute (?) Affixe 1 Affixe 2 Commentaire sur les structures 1 portion d'enclos quadrilatéral à fossé simple et 2
  • liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) Doute (?) Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire sur les structures INTERPRÉTATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Nature (limité à 2 ) Affixe 1
RAP03977 (CARNAC (56). 17 bis Route de Penn er Lann. Rapport de Diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARNAC (56). 17 bis Route de Penn er Lann. Rapport de Diagnostic
  • granitique locale n’est pas perceptible sur le terrain même si des affleurements sont connus dans les alentours. Elle est ici recouverte par une formation de terre sableuse humique brun noir, formée aux dépens de l›arène. Le sol est mal drainé mais l’hydromorphie n’est cependant marquée
  • auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte
  • , la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données
  • dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction
  • chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement
  • 7 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Maître d'ouvrage des travaux d'aménagement M. Arnaud Quéric 53, rue de la Madeleine 72650 La Bazoge Morbihan (56) Carnac Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement
  • Adresse ou lieu-dit — Commune 17 bis, route de Penn er Lann Références de l’opération Codes Numéro de l’arrêté de prescription code INSEE 2019-229 56034 Numéro de l’opération Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système Lambert 93 x : 243313 y : 6739308 z : 18,50
  • Stéphan Hinguant, Inrap parcelle(s) 18 Propriétaire du terrain M. Arnaud Quéric 53, rue de la Madeleine 72650 La Bazoge Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Dates d’intervention sur le terrain 30 novembre au 2 décembre 2020
  • Équipe de fouille Équipe de post-fouille 10 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Morbihan, Carnac, 17, route de Penn er Lann Notice scientifique État du site En préalable au projet de construction de trois pavillons individuels au 17bis, route de Penn er Lann, sur la
  • , justifiait l'intervention. À l’issue de l’opération, toutes les tranchées ont été rebouchées et le terrain remis en état. L’ouverture de quatre tranchées montrera cependant l’absence de vestiges sur cette parcelle, à l’exception d’une portion de voirie (chemin ?) d’époque contemporaine
  • néolithiques du Menec et, plus largement, sur les nombreux vestiges de cette période connus ou détectés dans les environs. L’objectif de l’investigation est alors de confirmer ou non la présence d’occupations humaines sur le site, en lien ou non avec ces vestiges, d’en apprécier l’état de
  • parcelle et par la présence des souches et arbres subsistants. L’ouverture de quatre tranchées linéaires, dont deux orientées dans le sens de la longueur, a permis d’étudier un peu plus de 12 % de la surface prescrite (soit environ 200 m² sur 1700 m²) (fig. 3). Le mode opératoire
  • . Présentation des données 2.1 Généralités La sédimentation reconnue sur le terrain est très peu développée. Il s’agit d’une terre sableuse humique brun noir, d’environ 20/30 cm d’épaisseur, qui recouvre ponctuellement directement le toit du substrat en place (granite altéré), plus
  • des souches des arbres présents sur la parcelle juste avant notre intervention ont fortement perturbé la structure du terrain (remontée d’arène, ornières profondes, excavations, racines enchevêtrées...) et rendu le diagnostic plus délicat (fig. 5). Cependant, la stratification
  • naturelle des couches était encore perceptible, de même que les contrastes de couleur permettant d’identifier les éventuels excavations anthropiques. Aucun vestige mobilier n’a été découvert au cours du diagnostic en position secondaire dans les couches identifiées. 30 Inrap · Rapport
  • de diagnostic archéologique Morbihan, Carnac, 17, route de Penn er Lann Fig. 5 Vues générales vers le nord du diagnostic montrant la nature du terrain et les perturbations du sol. © Rozenn Colleter 2.2 Un chemin de l’époque contemporaine Aux extrémités nord des tranchées Tr. 1
  • structure mise au jour à l’extrémité nord et détail de vestiges mobiliers issus du comblement supérieur. © Rozenn Colleter Nous ignorons à quel aménagement peut se rattacher cette structure, d’orientation sud-ouest/nord-est. Sur le cadastre napoléonien de 1833, aucune habitation, aucun
  • chemin ou quelconque voirie ne sont représentés dans le secteur concerné, ici occupé par des parcelles en lanière orientées nord/sud (fig. 7). Sur un cliché aérien de l’IGN daté de 1952, l’absence de bâti et de voies de circulation est également noté. La couverture forestière est
  • moins développée que de nos jours, au profit de l’exploitation agricole (fig. 8). Néanmoins, on distingue sur la photo, traversant diagonalement le parcellaire arboré et se poursuivant au-delà de la route de Penn er Lann, vers le nord-est, l’axe sud-ouest/nord-est de ce qui pourrait
  • diagnostic Tranchée de diagnostic 0 SCR : Lambert 93 - RGF93 Fig. 7 Position de l’emprise et des tranchées de diagnostic sur le plan cadastral napoléonien (1833, section N de Kerlann, 2e feuille). © Rozenn Colleter 250 m II. Résultats 0 SCR : Lambert 93 - RGF93 33 250 m Emprise
RAP03715 (CARHAIX-PLOUGUER (29). 4, 6, 8, 10 rue du Docteur Menguy. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). 4, 6, 8, 10 rue du Docteur Menguy. Rapport de diagnostic
  • LE CLOIREC Gaétan
  • -Plouguer Adresse ou lieu-dit 4, 6, 8, 10, rue du docteur Menguy Codes Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Intégré au zonage archéologique sensible Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription 2014-229 modifié 2018-376
  • . Ainsi, le premier relevé figure une juxtaposition de quatre éléments quadrangulaires qui évoquent des façades de bâtiments. Leur couleur rosée est d’ailleurs en accord avec la façon dont est indiqué le bâti sur le reste du plan. Par contre, le cadastre napoléonien est plus équivoque
  • puisqu’il ne présente qu’un aplat de couleur rosé à l’emplacement des parcelles qui nous concernent. Or, les bâtiments sont clairement représentés en rouge sur l’ensemble du document. Il n’est donc pas impossible que les terrains n’étaient pas véritablement bâtis au début du xixe s. Fig
  • explique que les couches supérieures ont été écrêtées dans la partie nord au moment d’ouvrir le sondage (fig. 13). La coupe n° 1 montre que des sols de terre argileuse alternent ici avec des couches d’occupation et des épandages rubéfiés sur une cinquantaine de centimètres d’épaisseur
  • sont contemporains à l’ouest. La stratigraphie présente une succession de sols de terre battue et de couches d’occupation sur une cinquantaine de centimètres d’épaisseur. Quelques maçonneries recoupent ces couches et témoignent d’une ultime phase de construction plus imposante mais
  • photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit
  • documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique 8 Mots-clefs des thesaurus 9
  • Intervenants 10 Notice scientifique 10 État du site Localisation de l’opération 11 13 Arrêté de prescription 21 Projet scientifique d’intervention 23 Arrêté de désignation Résultats 27 1. Le cadre de l'opération 27 1.1. Le contexte administratif 27 1.2. Le contexte
  • l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies
  • , d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la
  • Numéro de l’opération code INSEE 29024 D108406 Numéro de l’arrêté de désignation Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système CC48 x : 1212490 y : 7251410 z : 135 m NGF 2018-387 Nature de l’aménagement Aménagement d'un parking Pétitionnaire Références
  • cadastrales Commune Ville de Carhaix-Plouguer Carhaix-Plouguer Opérateur d’archéologie Année Inrap Grand Ouest — section(s) Responsable scientifique de l’opération AO Gaétan Le Cloirec, Inrap parcelle(s) 4, 5, 6, 348 Dates d’intervention sur le terrain 28 janvier au 1 février
  • archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, 4, 6, 8, 10, rue du docteur Menguy Notice scientifique État du site Les parcelles AO 4, 5, 6 et 348 du cadastre de Carhaix-Plouguer doivent être aménagées en parking dans le cadre du projet de réfection de la rue du docteur Menguy et des accès
  • caniveau dans lequel est installée une petite construction quadrangulaire qui rappelle l’édicule mis au jour sur le site de la réserve archéologique. Les vestiges identifiés dans le reste du terrain correspondent aux occupations de l’îlot qui se développe à l’ouest de la rue. Ils sont
  • à l’issue du diagnostic. À noter qu’un puits a été découvert lors de la démolition du bâtiment qui se trouvait sur la parcelle AO 4. Nous l’avons positionné sur le plan des vestiges mais n’avons pas jugé utile de nous y intéresser plus particulièrement. Son niveau d’apparition et
  • du quartier autant que sur ses fonctions essentiellement résidentielle et commerciale (fig. 1, n° 2). Ainsi, la présence d’un autre decumanus majeur permet de positionner les parcelles à sonder vers le milieu de la zone qui sépare les deux rues. L’espacement de 400 pieds (environ
  • . Les conditions d’intervention des archéologues de l’époque et l’exiguïté de la tranchée suffisent à expliquer l’absence de données sur l’environnement immédiat du conduit (fig. 2). Fig. 2 Conduit en briques mis au jour rue Cazuguel. © Jean-Pierre Bardel Une dernière mention de
  • découvertes concerne des observations effectuées en 1988 à une quinzaine de mètres au nord-ouest des parcelles à diagnostiquer (fig. 1, n° 6 ; Le Cloirec 2008a, p. 248, n° 108). C’est effectivement là que plusieurs témoins indiquent la présence de sols bétonnés, de fragments de mosaïques
  • limité au nord par le decumanus retrouvé dans la cour de l’école primaire (supra). La possibilité que cet ensemble architectural se prolonge au sud du couvent des ursulines devait donc être envisagée. II. Résultats 29 Une rapide vérification sur le plan de 1772 et sur le cadastre
  • de 1819 semble indiquer que l’emprise de la prescription correspond à une zone urbanisée depuis la fin de l’époque moderne au moins (fig. 3 et 4). On s’interroge cependant sur la nature de l’occupation des lieux dans la mesure où les représentations sont quelque peu énigmatiques
RAP03219.pdf (RETIERS (35). ZA Les Touches et Bellevue. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • RETIERS (35). ZA Les Touches et Bellevue. Rapport de diagnostic
  • NGF. La carte géologique éditée par le BRGM montre que le sous-sol sur lequel se déroule l’opération est constitué de formations du protérozoïque supérieur et du paléozoïque inférieur (briovériens). Le sous-sol est composé d’une alternance de zones de schiste briovérien, de filons
  • , Ille-et-Vilaine ZA Les Touches et Bellevue sous la direction de Laurent Aubry © Hervé Inrap Grand Ouest Février 2016 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Commune de Retiers, Ille-et-Vilaine Code INRAP Arrêté de prescription SRA 2015-220 D111704 Code INSEE 35
  • signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Projet de diagnostic Arrêté de désignation II Résultats 19 1 PRESENTATION DE L’OPERATION ARCHEOLOGIQUE 19 19 22 22 1.1 1.2 1.3 1.4 Les raisons et
  • désignation : 2015-335 Adresse ou lieu-dit ZA Bellevue et les Touches __________________________ Code INSEE __________________________ Maître d’ouvrage des travaux d’aménagements 35 239 __________________________ Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de
  • et scientifiques __________________________________________________________________________________________________________________ NOTICE SCIENTIFIQUE La présente intervention archéologique réalisée sur la commune de Retiers (Ille-et-Vilaine) résulte du projet d’une zone
  • artisanale qui se développera à terme sur une superficie de près de 5 ha Cette opération a été effectuée par une équipe de deux archéologues de l’INRAP du 11/01/2016 au 20/01/2016. Le maillage resserré des tranchées de sondage, environ 8 % de la surface totale, ne nous a pas permis
  • Montfort-sur-Meu Vitré Rennes Bretagne Ille-et-Vilaine Retiers ZA Bellevue et les Touches Argentré Châteaugiron Bais Janzé La Guerche Retiers de Bretagne Bain de Bretagne Section et parcelle(s) : Bellevue : ZT 174, ZT 0277 et ZT 283 Les Touches : YP 38 Le Grand Fougeray 0 10
  • d'origine : 1/2000 Échelle d'édition : 1/4000 Le plan visualisé sur cet extrait est géré par le centre des impôts foncier suivant : Rennes (Pole Topographie et Gestion Cadastrale) Accueil 2, boulevard Magenta 35023 35023 RENNES Cedex 9 tél. 02.99.29.37.55 -fax 02.99.29.37.85 ptgc.350
  • – PRESENTATION DE L’OPERATION ARCHEOLOGIQUE 1.1 – Les raisons et les objectifs de l’intervention Le projet de création d’une zone activité sur la commune de Retiers (Ille-et-Vilaine) a conduit le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic sur la totalité des
  • type de mesures à prendre avant le démarrage des travaux. 1.2 – Cadre géographique et géologique de l’opération Implanté à 1,5 kilomètre au sud du bourg de Retiers, le diagnostic de La future zone artisanale « Les Touches et Bellevue » se développe sur deux secteurs géographiques
  • diagnostic. Topographiquement, la parcelle « Les Touches » est implantée sur un versant septentrional pentu situé entre les côtes 95 m et 104 m NGF. Les parcelles du secteur de Bellevue se développent quant à elles sur un versant nord-ouest peu pentu, situé entre les côtes 87 m et 92 m
  • fossoyées. Elles sont recouvertes par des formations anthropiques limono-argileuses à structure fine et drainante de couleur brun clair, épaisses de 0,50 m à 0,90 m selon la situation géographique des sondages. Le niveau de terre végétale inclus dans cette couche est d’une épaisseur
  • moyenne de 0,30 m. Figure 1 : Extrait de la carte géologique de Janzé – BRGM au 1/50 000 (1999). 19 Localisation de l’opération St Servan Dinard Dol-de-Bretagne N Antrain Combourg Fougères St Méen-le-Grand Montfort-sur-Meu Vitré Rennes Argentré Châteaugiron Janzé Bais La
  • Guerche Retiers de Bretagne Bain de Bretagne Le Grand Fougeray 0 10 25km Redon N 0 1km Figure 2 : Localisation du diagnostic réalisé sur la commune de Retiers (35), ZA Les Touches et Bellevue, sur extrait de carte IGN. © Géoportail IGN Inrap –- RFO de diagnostic Retiers
  • (35) ZA les Touches et Bellevue, II. Résultats __________________________________________________________________________________________________________________ Figure 3 : Localisation géographique du diagnostic réalisé sur la commune de Retiers (35) ZA Les Touches et Bellevue
  • diagnostic réalisé sur commune de Retiers (35) Les Touches et Bellevue, le cadastre napoléonien. du la ZA sur 21 Inrap –- RFO de diagnostic Retiers (35) ZA les Touches et Bellevue, II. Résultats
  • __________________________________________________________________________________________________________________ 1.3 – Contexte archéologique environnant Les diverses campagnes de prospection systématique, terrestre et aérienne, entreprises depuis plus de 20 ans sur le département de l’Ille-et-Vilaine, ont permis de détecter plusieurs centaines de sites archéologiques appartenant à des
  • périodes multiples allant de la Préhistoire au Moyen Age. Un nombre important de sites et indices de sites archéologiques sont répertoriés sur la commune de Retiers (fig. 5). Les plus proches (moins de 200 m), correspondent à deux enclos datés pour l’un, de l’âge du Bronze (site de « La
  • couverte est de 8 %, ce qui correspond à la prescription demandée par le SRA (fig. 6). Ainsi, les sondages ont donc consisté à retirer les niveaux de terre anthropique jusqu'à l’apparition de structures archéologiques conservées, repérables par simple contraste de couleur pour les
  • __________________________________________________________________________________________________________________ réalisés à l’aide de la pelle mécanique. Tous les vestiges sondés ont été relevés en plan et/ou en coupe à l’échelle 1/20è. L’enregistrement des données de terrain a été entrepris sur des fiches simplifiées. Chaque tranchée et/ou vignette réalisée a reçu une numérotation de 1 à N. Par
RAP03517 (PLEMY (22). Le Drény : Heurts et malheurs des menhirs du Drény. Rapport de sondage)
  • PLEMY (22). Le Drény : Heurts et malheurs des menhirs du Drény. Rapport de sondage
  • limon d’altération fin et homogène, de couleur ocre-jaune. En un seul endroit au sud-est du sondage, le substrat granitique à gros grain du massif de Moncontour affleure sur une surface d’environ 2 m par 1 m, fortement rainurée de traces de labours (fig. 4 et 6). Les deux fosses de
  • trace sombre de terre végétale à la base indique un enfouissement de 0,90 m dans le sol, soit environ le tiers de sa hauteur. Une face d’arrachement est perceptible sur la tranche ouest de la pierre. M2 est plutôt fusiforme avec une base plus étroite, sa hauteur est de 3,10 m et la
  • à 0,90 m dans une vase grisâtre assez compacte correspondant probablement au vieux-sol lors de l’érection, recouvert depuis d’environ 1 m de sable dunaire. Le menhir du Vivier, dalle de granite de 2,90 m de haut, est implanté sur la côte sauvage de la presqu’île de Quiberon
  • sondage urgent en 1987 (Le Roux, 1987). La fosse de calage, partiellement détruite par le fossé de la chaussée, ne dépassait pas 0,80 m de profondeur sous le niveau de sol actuel pour atteindre le substrat granitique résistant ; quelques blocs de granite sur le flanc est, le seul
  • , au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la
  • propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont
  • donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions
  • de Bretagne, Hôtel de Blossac, 6, rue du Chapitre, CS 24405 – 35044 Rennes Cedex. Unité Mixte de Recherche n° 6566, CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Date d’intervention sur le terrain : Du 14 au 17 septembre 2015. Surface étudiée : 300 m². 4
  • , par l’exploitant agricole de la parcelle, de deux des trois menhirs du Drény, localisés au sud-ouest de la commune, bien connus localement et enregistrés au Service de l’Archéologie. Une réunion sur le site aussitôt organisée en présence de M. le Maire de Plémy, du propriétaire du
  • terrain et de l’exploitant a permis de constater le transfert des deux blocs sur une cinquantaine de mètres à l’aide d’une pelle mécanique et de leur dépôt sur le talus nord de la parcelle. L’emplacement d’origine n’était plus discernable suite à la remise en culture de la parcelle
  • financement de ces opérations étant à la charge de l’exploitant responsable de la dégradation. Après repérage grâce au géoréférencement du cadastre, un sondage de 300 m² centré sur l’emplacement des menhirs a été réalisé entre le 14 et le 17 septembre 2015. Une fois l’étude des structures
  • géologiques orientées globalement nord-est/sud-ouest. La partie nord est localisée sur le massif granitique de Moncontour dont la frange méridionale est au contact d'une alternance de bancs de quartzites et schistes très alumineux. La partie sud est caractérisée par des schistes gris-verts
  • mentionne une carrière à ciel ouvert au Drény à partir de laquelle le minerai, hématite et limonite, a été exploité en minière au 18 e et première moitié du 19e siècles. Aucun élément de cette roche n'a été repéré lors du sondage. Cette zone de contact est marquée sur la carte par une
  • poche de limon sur roche in situ , limon mis au jour sur la majeure partie du sondage et dans lequel ont été creusées les fosses de calage des pierres dressées. La topographie du secteur : La commune de Plémy présente un relief de plateau assez vallonné, de 200 m NGF d'altitude
  • menhirs du Drény sur fond topographique, à une altitude de 190 m NGF, en versant de plateau orienté au sud-ouest vers la confluence du ruisseau du Drény et l’un de ses affluents (D.A.O. Laurent Quesnel). 8 Les connaissances sur le contexte néolithique du secteur : D'après
  • l'inventaire archéologique du Service régional de l'archéologie, sur la commune de Plémy, l'ensemble mégalithique du Drény est la seule entité attribuable au Néolithique et, dans un rayon d'une quinzaine de kilomètres autour de la commune, les indices d'occupation de la Préhistoire ne sont
  • du Lié. Les autres pierres dressées sur ce secteur de contreforts ouest des collines du Méné sont à une distance variant de 6 km au sud pour les menhirs du Saut Thebauld à Langast et Les Bréviers à La Motte, à plus de 12 km vers le sud-ouest pour ceux du Moulin à Uzel et La
  • plus de 15 km. À mi-chemin entre l'agglomération briochine au nord et celle de Loudéac au sud, ce secteur reste à l'écart des zones d'activités et n'a fait l'objet que de peu d'opérations archéologiques préventives et de prospections au sol ; de ce fait, les traces d'occupation
  • recensées pour le Néolithique restent rares et se limitent au signalement de ramassage de lames de haches en pierre polie, principalement en dolérite, sur les communes de Hénon, Plessala et Bréhand. 3 – La réalisation du sondage : Après localisation de l’emplacement d’origine des pierres
  • m de large, les déblais étant stockés temporairement de part et d’autre du sondage. Ce dernier est localisé sur une légère pente orientée à l’ouest et l’épaisseur de la terre végétale varie de 0,40 à 0,50 m du haut en bas de la pente. Ce niveau labouré repose directement sur un
RAP02289.pdf (SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX (22). étude archéologique de l'église Saint-André. rapport de prospection thématique dans le cadre d'une étude préalable du bâti)
  • SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX
  • SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX (22). étude archéologique de l'église Saint-André. rapport de prospection thématique dans le cadre d'une étude préalable du bâti
  • du XIe s. pour l'église de Saint-André-des-Eaux5". Cette datation haute est encore reculée en 1958 par R. Grand, qui consacre une notice au site dans son ouvrage de synthèse sur l'art roman de la péninsule31. En effet, selon lui : « L'aspect général du monument, son appareil, le
  • est située dans le département des Côtes d'Armor et dans les limites du canton d'Evran, à 10 km au sud-est de Dinan (Pl. I ; Pl. II, fig.l). Elle comptait 260 habitants en 2005. Son territoire est caractérisé par un habitat dispersé regroupant plusieurs 2 hameaux sur une superficie
  • , sur un petit promontoire matérialisé par le mur de clôture du cimetière paroissial qui entoure l'édifice. Avant l'aménagement de l'étang, cette zone était souvent inondée durant les périodes de crue, l'eau pouvant parfois cerner entièrement l'enclos paroissial, donnant ainsi au
  • diversité de formations rocheuses, représentant plusieurs faciès dans une zone relativement restreinte'. Le site lui-même, implanté dans la vallée plate de la Rance, ainsi que ses environs immédiats le long du fleuve, reposent sur un socle sédimentaire du quaternaire, formé d'alluvions
  • anciens (Pléistocène) et des sédiments accumulés depuis. Il s'agit d'une zone de cailloutis, de sables et d'argiles qui s'étend sur plus de dix kilomètres entre le massif granitique de Bécherel au sud et le bourg de Calorguen au nord. Cette formation se compose de dépôts de blocs, du
  • de « trêve » est dérivé du celte « treba ». Cette thèse, qui se base sur la toponymie, a été développée par R. Largillière ( L A R G I I X I E R E , R., Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, Rennes, 1925). La notion de paroisse intermédiaire
  • des enclaves du diocèse de Dolde-Bretagne dans le diocèse de Saint-Malo. Le territoire du diocèse de Dol se caractérise en effet par son éclatement, plus de trois quarts de sa superficie étant enclavée sur les territoires d'autres diocèses'1. F. Merlet y voit l'empreinte de la
  • domination qu'exerça l'évêque de Dol Wicohen sur les évêchés de Bretagne du nord dans la seconde moitié du Xe s.14. Selon H. Guillotel cette situation s'explique plutôt par l'implantation du diocèse sur le territoire de l'abbaye antérieure, dont les enclaves constitueraient une partie du
  • 1182 énumérant les biens des templiers'1. • Lj cadre seigneurial2" Bien que nous ne disposions pas d'informations sur le statut précis de SaintAndré-des-Eaux, il est intéressant de remarquer que le paysage politique de la région est dominé aux alentours de l'an mil par
  • N 1925, p. 280. 11 C H E D E V I L L E , T O N N E R R E 1987, p. 290. 12 L E M A S S O N 1925, p. 300. 13 Voir M E R L E T (F.), « Les limites des diocèses à la veille de la révolution dans le département actuel des Côtes-du-Nord et considérations sur l'origine des enclaves du
  • 988) qui reprend à son compte les prétentions métropolitaines de l'évêché, au dépend de Tours2'. La seigneurie épiscopale de Dol, dont la constitution s'assoit probablement sur les anciennes possessions foncières de l'évêché, s'étend alors sur vingt-six paroisses. Vers 970, Conan
  • la charge épiscopale de 1010 à 1040. Un de ses frères, Josselin, est probablement le même homme qui fonde la seigneurie de Dinan en 1040. Cette dernière résiste à l'assaut de Guillaume le Conquérant en 1064. Au XIe s. la seigneurie de Dinan s'étend sur une soixantaine de paroisses
  • , érige la châtellenie de Combourg tout en étendant son pouvoir sur la seigneurie de Dol. D'autres petites seigneuries sont mentionnées à cette période, comme celle de Tinténiac et celle de Hédé, qui apparaît dans les textes en 1085. c) Le paysage bâti Les témoins matériels de cette
  • souvent mentionné pour la qualité des sculptures de son porche, qui remonteraient au XIIe s.29. Le château du Besso, à Saint-Andrédes-Eaux, situé sur un terrain privé, a été partiellement détruit au cours du XXe s. Il en subsiste une tour d'escalier octogonale. 3. L'ancienne église
  • moment de la grande imposition du clergé de France"1. On trouve la mention ecclesia de Sancto Andréa dans les registres paroissiaux à partir de 158132. La plus ancienne preuve écrite de l'existence de l'édifice consiste en réalité en une inscription gravée sur des pierres de l'église
  • 118738. Les registres paroissiaux conservés aux archives départementales des Côtes d'Armor couvrent la période s'étendant de 1582 à 1792. Ces documents, qui n'ont pas pu être examinés dans le cadre de cette campagne d'étude, contiennent probablement des informations précieuses sur
  • l'histoire du monument pendant l'époque moderne. C'est probablement d'après cette source que R. Couffon donne la date de 1696 pour la construction de la sacristie^9. Les archives départementales des Côtes d'Armor conservent également deux pièces manuscrites qui nous renseignent sur l'état
  • matériel de l'église au début et à la fin du XIX e s. La première4", datée du premier thermidor de l'an douze de la République, consiste en un devis estimatif effectué sur demande du conseil municipal de la commune afin d'évaluer les réparations à effectuer dans l'église. Le bâtiment
  • SAINT-ANDRE-DES-EAUX, Etude archéologiquedel'ancienne église Saint-André-, 2007 de la mairie, sur le hameau des Mares où avait été transféré le siège de la commune en 1864. La première pierre est posée le 10 septembre 1893, puis sa bénédiction solennelle à lieu le 27 octobre 189543
  • . Il semble ensuite que les murs de la vieille église soient cédés ou revendus à un particulier, afin de procéder avec ces matériaux à la construction du mur de clôture du cimetière actuel, sur la route de Calorguen. Ces travaux de destruction sont interrompus sur demande d'un
RAP03374.pdf ((35). Rapport annuel de prospection inventaire. Rapport de PI 2016)
  • (35). Rapport annuel de prospection inventaire. Rapport de PI 2016
  • choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) Zone de rejet Affixe 1 Doute (?) Fer Affixe 2 Terre cuite Quantité 1 Commentaire sur les structures Rejet de scories et parois de four sur un sol de couleur brun/orangé contrastant avec la
  • Doute (?) Fer Affixe 2 Terre cuite Quantité 1 Commentaire sur les structures Rejet de scories et parois de four sur un sol de couleur brun/orangé contrastant avec la couleur claire du sol environnant (zone labourée pour plantation de jeunes pins). La zone concernée a une forme
  • , photographies etc…) : notice Commentaire général sur l'EA : Ce site se trouve à une distance de 190 m environ du site « Les Sept Chemins 1 » Cadre réservé au SRA N° Entité : Modification pages concernées Code INSEE : 35 211 Commune : Paimpont Lieu-dit : Carrefour des Sept Chemins N
  • , archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice Commentaire général sur l'EA : Cadre réservé au SRA N° Entité : Modification pages concernées Code INSEE : 35 031 Commune : La Bouëxière Lieu-dit : Etang de Forges N° d’EA : La Bouëxière Vers La Bouëxière Tertre Enclos
  • ) Structures (illimité) Pieu Affixe 1 Doute (?) Bois Affixe 2 Quantité 50 Commentaire sur les structures Voir notice INTERPRETATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Nature (limité à 2 ) Affixe 1 Affixe 2 Pierre Moulin à eau
  • Notice explicative Suite à un abaissement du niveau de la Vilaine d’environ 1,05 m en décembre 2016, une prospection visuelle a été menée depuis les berges sur la commune de Cesson-Sévigné. Sur la rive droite, sont apparus des éléments en bois sur le bord de la berge et dans le lit de
  • documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice Commentaire général sur l'EA : Cadre réservé au SRA N° Entité : Modification pages concernées Code INSEE : 35 133 Commune : Iffendic Lieu-dit : Bois de la Roche Trébulente N° d’EA : Iffendic
  • affixes matière, morphologie ou autre ) Structures (illimité) Sol d’occupation Affixe 1 Doute (?) Tuiles Affixe 2 Terre cuite Quantité Commentaire sur les structures Concentration de terre cuite architecturale et de moellons de pierre dans un espace de 10 m par 10 m à l’intérieur
  • bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice Commentaire général sur l'EA : Cadre réservé au SRA N° Entité : Modification pages concernées Paimpont Code INSEE : 35 211 Commune : Paimpont Lieu-dit : Carrefour des Noës Blanches N° d’EA : FICHE
  • couleur claire du sol environnant (zone labourée pour plantation de jeunes pins). La zone concernée a une forme circulaire d’un diamètre de 15 m environ. INTERPRETATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre ) Nature (limité à 2
  • Inventeur/informateur Guy Larcher SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice Commentaire général sur l'EA : Ce site se trouve à une distance de 190 m environ du site « Les Sept Chemins 2 » Cadre réservé au SRA N° Entité
  • , photographies etc…) : notice Banéat P. - Le département d’Ille-et-Vilaine, tome 3, 1929 Brand’Honneur M. - Les mottes médiévales d’Ille-et-Vilaine, 1990 Corre A, Leprêtre B. Rapport de sondage archéologique SRA 2015 pages concernées 110 80 Commentaire général sur l'EA : Cette fiche a été
  • Résultats : - Tableau sur les prospections de gués de voies anciennes Commune : Numéro INSEE : La Bouëxière Campel Cesson-Sévigné Iffendic (2 sites) Paimpont (5 sites) Plélan-le-Grand Saint-Just Le Theil-de-Bretagne (2 sites) 35031 35048 35051 35133 35211 35223 35285 35333 La
  • - Fontaine Léron - Le Château du Bois - Les Noës Blanches - Les Sept Chemins 1 - Les Sept Chemins 2 Saint-Just : 35285 - Le Val Hamon Le Theil-de-Bretagne : 35 333 - La Beucherie 2 - Forêt du Theil Ce rapport apporte également un complément de datation sur le site du manoir de
  • Bernohen en Plélanle-Grand (sondage 2014) suite au résultat de l’analyse C 14. 2 - La problématique archéologique et les résultats : Afin d’éviter ces destructions accidentelles de sites, surtout ceux identifiables en élévation, les efforts ont été centrés tout d’abord sur les forêts
  • de Paimpont a livré trois sites métallurgiques, un site gallo-romain et une hache à douille en bronze découverte par un prospecteur local sur un site gallo-romain à Fontaine Léron. La prospection dans le bois de la Roche Trébulente en Iffendic à mis en évidence un site gallo
  • a permis de détecter une série de pieux en bois fichés dans le lit de la rivière ou dans la berge. La découverte de joues de roues de moulin sur le site plaide en la faveur d’un moulin datable probablement de la période médiévale. Après l’incendie du 1er septembre 2009 sur le site de la
  • Lande de Cojoux en Saint-Just, le CERAPAR a effectué en 2010 une prospection thématique. Suite à cette prospection, de nombreux relevés ont été réalisés sur des sites inconnus ou oubliés. Depuis, les recherches se poursuivent, avec chaque année des interventions complémentaires sur
  • les monuments non fouillés. Cette année, des relevés complets ont été réalisés sur les tertres dits de " Grémel" au sud du bourg. L’opération a montré l’importance de ce site mégalithique avec quatre tertres comportant au moins trois dolmens. Ce type de sépulture fait tout de suite
  • penser aux trois dolmens de la Croix-Saint-Pierre sur les Landes de Cojoux datés, lors des fouilles du début des années 90, vers 4 500 ans avant J.-C. Comme chaque année, afin de compléter les données existantes, des levés topographiques ont été menés sur des structures terroyées. Ils
RAP03104.pdf (ERGUE-GABERIC (29). Park Al Lann, tranche 1. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • ERGUE-GABERIC (29). Park Al Lann, tranche 1. Rapport de diagnostic
  • Hotel de Ville agglomération Adresse ou lieu-dit Parc Ar Lan PP.1759 29107 Quimper Dates d’intervention sur le terrain Préparation Le 29/01/2015 Fouille Codes Références de l’opération Code INSEE Numéro de l’arrêté de prescription Non communiqué n° 2014/180, 2014/181 et
  • – Méthodologie. 20 2 – Les vestiges archéologiques. 23 2.1 – Les fossés de parcellaire du XVIIIe ou XIXe siècle. 25 2.2 – Deux portions de fossés indéterminés. 25 3 - Conclusion et notice synthétique. 27 Bibliographie. 27 Liste des figures. 27 Inventaires techniques 28
  • des Organisme de rattachement Région législations sur le patrimoine et Inrap Grand Ouest Bretagne l’environnement 37 rue du Bignon Non communiqué CS 67737 37577 Cesson-Sévigné Département Finistère (29) Propriétaire du terrain Commune Quimper Communauté Ergué Gabéric
  • à demander une évaluation du potentiel archéologique (fig.01 à 03). Les travaux envisagés sont susceptibles, par leur surface, d’affecter des éléments du patrimoine. En effet, l’emprise des travaux est placée sur un secteur très favorable aux implantations humaines, puisque
  • quelques mégalithes et un tumulus sont répertoriés sur la Commune d’Ergué Gabéric1. Des vestiges protohistoriques ont également été trouvés lors d'un autre diagnostic INRAP sous la responsabilité de J.F Villard en 20112. Le manoir de « Kerfors » était implanté en fond de vallée, en
  • potiers sur la commune d'Ergué Gabéric dans les actes et aveux des 15e et 17e siècles. L’opération financée en partie par Quimper Communauté a nécessité pour la phase terrain, l'embauche de deux contractuels INRAP : Eddie Roy, assistant d’études, responsable d’opérations et Julie
  • concernent exclusivement les structures archéologiques, toutes représentées sur les plans généraux et répertoriées en annexe (tableau récapitulatif). 1.1 - Cadre géographique et géologique (superficiel) La tranche n°1 du projet d’agrandissement de la Zone Industrielle, sur une surface de
  • 35,513 m², est située sur un flanc de plateau. Le terrain présente un très léger dénivelé vers le Sud4. Le projet se développe au N/E d’Ergué Gabéric au lieu-dit « Park Al Lann», et flanque l’actuelle Zone Industrielle sur son côté Est (fig.02). L’épaisseur des terres végétales varie
  • de 0,35 m à 0,40 m et le substrat est constitué de limon ocre brunâtre issu de l’altération du banc de schiste sous-jacent. 1.2 – Méthodologie Sur les 35,513 m² du projet d’aménagement, quelques parcelles restent inaccessibles à un engin de terrassement, essentiellement au niveau
  • : Emplacement des tranchées de diagnostic sur les parcelles concernées par le projet immobilier. 21 Noyal Pontivy (56), « Kerguilloten » _____________________________________________ Octobre 2014 Figure n°05 : Structures archéologiques toutes périodes confondues. 22 Noyal Pontivy (56
  • ), « Kerguilloten » _____________________________________________ Octobre 2014 24 tranchées de 3 m de large pour une longueur de 10 à 120 m et une profondeur comprise entre 0,35 et 0,45 m ont été effectuées sur les parcelles concernées par les travaux d’aménagement (fig.04). Les tranchées
  • linéaires ont été implantées sur plusieurs rangées espacées de 17 m. Le décapage mécanique consiste à retirer successivement plusieurs couches de terre jusqu’à l’apparition d’anomalies ou de vestiges archéologiques susceptibles d’être conservés en substruction. Ces structures en creux
  • sont souvent repérables par simples contrastes de couleurs. Après vérification, plusieurs éléments se sont avérés être de simples anomalies géologiques ou des perturbations animalières et ont été annulés. Au total, onze faits6 archéologiques ont été découverts dans les 24 tranchées
  • anciennes (fig.06 et 07). Ces vestiges apparaissent entre 0,30 et 0,45 m sous le niveau de sol actuel. Il s’agit uniquement de fossés de parcellaire. 6 Le fait correspond à un ensemble structuré volontairement, qui peut être isolé et étudié en tant que tel, et auquel se trouve rattaché
  • plusieurs unités stratigraphiques (U.S.). 7 Annexe : Tableau récapitulatif 23 Noyal Pontivy (56), « Kerguilloten » _____________________________________________ Octobre 2014 Figure n°06 : Superposition des vestiges sur le plan cadastral du XIXe siècle. 24 Noyal Pontivy (56
  • ), « Kerguilloten » _____________________________________________ Octobre 2014 L’étude de ces structures (comblements et orientations), la présence d’un fragment de céramique et leur superposition sur le plan cadastral napoléonien (fig.06), nous permet de restituer une seule phase d’occupation
  • du site : entre le XVIIIe et le XIXe siècles. Deux portions de fossés dont les comblements paraissent anciens ont également été relevées sur l’emprise du diagnostic. Cependant, aucun élément ne permet de les attribuer chronologiquement –fig.07). 2.1 - Les fossés de parcellaire du
  • XVIIIe ou XIXe siècle. Neufs portions de fossés représenté sur les plans cadastraux du XIXe siècle ont été retrouvé lors du diagnostic. Ces éléments comblés de sédiments foncés n’ont pas été sondés (fig.06). Seul la structure 55 a livré un petit fragment de céramique à glaçure verte
  • Industrielle sur une surface de 3,5 hectares, au lieu-dit « Park Al Lann» au N/E d’Ergué Gabéric dans le Morbihan, a amené le Service Régional de l’Archéologie à prescrire une évaluation du potentiel archéologique. Le diagnostic a permis la découverte de quelques fossés de parcellaire
  • Zone d’industrielle de « Parc Al Lann » à Ergué Gabéric. Figure n°03 : Parcelles concernées par l’agrandissement de la Zone Industrielle. Figure n°04 : Emplacement des tranchées de diagnostic sur les parcelles concernées par le projet immobilier. Figure n°05 : Structures
RAP03688 (SAINT-SENOUX (35), Les Fossé. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • SAINT-SENOUX (35), Les Fossé. Rapport de diagnostic
  • Commune de Saint-Senoux (35) Les Fossés Notice scientifique En préalable au projet de construction d’un pavillon individuel au lieu dit Les Fossés sur la commune de Saint-Senoux, un diagnostic archéologique a été engagé sur la parcelle prescrite, soit environ 1260 m². L’environnement
  • . Vues des deux pseudo-menhirs situés sur la parcelle (© D. Gache). Sur la foi de ces sources finalement peu précise, et en l'absence de vestiges dans le sous-sol permettant d'en accréditer l'existence, il est peu raisonnable de statuer sur le type de monument mégalithique qui a pu
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Sujets et thèmes Megalithe, Foyer. En préalable au projet de construction d’un pavillon individuel au lieu dit Les Fossés sur la commune de Saint-Senoux, un diagnostic archéologique a été engagé sur la parcelle prescrite
  • @inrap.fr Mars 2019 Inrap Grand-Ouest Mars 2019 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Les Fossés 35312 Code INSEE Commune de Saint-Senoux, Ille-et-Vilaine sous la direction de D126331 Code Inrap Système d’information Arrêté de prescription 2018-359 Entité
  • l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies
  • , d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la
  • administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Localisation Références de l’opération Dates d’intervention sur le terrain Région Numéro de l’arrêté de prescription fouille Bretagne 2018-359 Du 04/02/19 au 05/02/19 Département Numéro de l’opération mars 2019 Ille
  • -et-Vilaine Commune D126331 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable Saint-Senoux 2019-019 Adresse ou lieu-dit Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Les Fossés M. Ronan Pavoine Codes code INSEE 35312 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système
  • Bretagne et sous le contrôle de ce dernier. 11 I. Données administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération Localisation de l’opération St Servan Dinard Dol-de-Bretagne N Antrain Combourg Fougères St Méen-le-Grand Montfort-sur-Meu Vitré Rennes Argentré
  • VILAINE Commune : SAINT-SENOUX DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Section : ZN Feuille : 000 ZN 01 Échelle d'origine : 1/2000 Échelle d'édition : 1/1000 Le plan visualisé sur cet extrait est géré par le centre des impôts
  • . Résultats Présentation de l’opération Origine et objectifs du diagnostic archéologique Le Service régional de l’archéologie de Bretagne a prescrit une opération de diagnostic archéologique sur l’emprise d'un futur pavillon individuel au lieu dit les Fossés, commune de Saint-Senoux. La
  • néolithiques...), et malgré la faible superficie de la parcelle prescrite, la question est de savoir si des vestiges enfouis peuvent confirmer ou non la présence d'un ancien monument mégalithique sur les lieux et le cas échéant d’en apprécier l’état de conservation et d’en préciser
  • l'existence d'un monument mégalithique dans les environs. 26 Inrap · RFO de diagnostic Commune de Saint-Senoux (35) Les Fossés T1 N T2 O S 0 50 E 100m Echelle : 1/1250 Fig. 1 Saint-Senoux, les Fossés. Localisation du diagnostic archéologique sur le plan cadastral napoléonien
  • Echelle : 1/1000 N O T1 T2 Fig. 2 Saint-Senoux, les Fossés. Plan général du diagnostic archéologique, localisation et numérotation des tranchées sur le plan cadastral actuel . En noir, structure mise au jour (© A. Desfonds). 0 Echelle : 1/1000 50 m E S 28 Inrap · RFO de
  • lieux, compte tenu de la mention de menhirs détruits dans les alentours, le diagnostic n'a pas permis d'attester la présence d'un monument sur place. La recherche d'éventuels trous de calage de pierres dressées était un objectif de l'opération qui aurait pu permettre de confirmer
  • les Fossés, avec des coordonnées Lambert qui correspondent à l'emplacement, peu ou prou, de la parcelle diagnostiquée (X = 293,10 ; Y = 2330,12). Mais nous ignorons sur quelle base l'auteur se fonde pour avancer cette précision car au moment de son inventaire, le monolithe était
  • effet, selon les sources, un menhir provenant du champ du Bordais (ou du Bordel) près du village des Fossés, et pourrait correspondre au bloc décrit par Paul Bézier dans son inventaire des mégalithes d'Ille-et-Vilaine comme étant "une pyramide quadrangulaire de quartzite, couchée sur
  • l'une de ses faces... d'une longueur de 2 m ; hauteur 1 m ; épaisseur à la base 0,70 m" (Bézier, 1883, p. 88). Encore visible dans les soubassements de la grotte Notre-Dame, à droite de l'entrée, un bloc de quartzite de couleur jaune-beige, bien qu'en partie fragmenté, pourrait
  • correspondre par ses dimensions à ce monolithe (fig. 3). Dans son opuscule sur l'histoire de la grotte, F. Lemarié précise ainsi qu'une des pierres les plus grosse mise en œuvre dans les fondations est un menhir provenant des Fossés, sort qu'ont dû connaître d'autres mégalithes de la région
  • individuel au lieu dit Les Fossés sur la commune de Saint-Senoux, un diagnostic archéologique a été engagé sur la parcelle prescrite, soit environ 1260 m². L’environnement archéologique de la commune est riche de plusieurs entités concernant notamment le Néolithique et la parcelle
RAP03006.pdf (QUIMPER (29). 237 route de Bénodet. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • QUIMPER (29). 237 route de Bénodet. rapport de diagnostic
  • CS 67737 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél : 02 23 36 00 40 Fax : 02 23 36 00 50 Quimper Adresse ou lieu-dit 237 route de Bénodet ___________________________ Codes ______________________ Références de l’opération ___________________________ Dates d’intervention sur le terrain
  • Mots-clefs des thésaurus Générique de l’opération Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Cadastre Arrêté de prescription contenant le cahier des charges Les résultats 19 19 19 21 22 23 23 1. 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 Présentation des données Les motifs de
  • du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Bretagne Département Finistère ___________________________ Propriétaire du terrain Commune M. Georges BENEAT ___________________________ Organisme de rattachement Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon
  • Etat du site Menée sur une superficie de 1985 m2, le diagnostic réalisé au 237 route de Bénodet sur la commune de Quimper n’a révélé que de rares traces associées à des pratiques agricoles de l’époque moderne. A l’issue de l’opération de diagnostic les quatre tranchées ont été
  • concernée par l’arrêté de prescription se situe au sud de la commune de Quimper, au sommet du versant nord du plateau de Kernoter (fig. 1). Ce point de vue offre une belle perspective sur l’Odet et le port du Corniguel à l’ouest. Cependant cette position implique une pente assez marquée
  • archéologique recense par ailleurs plusieurs indices de site de différentes périodes situés au voisinage proche de la zone à diagnostiquer (fig. 1 et 3). Les limites fossoyées abordées sur le chantier de Kernoter 3 étaient susceptibles de trouver leur prolongement sur le terrain du 237 route
  • 2014 21 Le substrat géologique rencontré s’apparente à celui observé lors des diagnostics précédents sur le secteur de Kernoter. Sur la majeure partie de la surface décapée c’est un sable limoneux brun à jaune mêlé de galets de quartz qui est apparu. Ces galets, de taille
  • arène granitique. La présence de cette arène a justifié, sur l’ensemble du secteur, la mise en place de carrières destinées à prélever le sable. Le banc de granite quant à lui a pu être observé dans trois des tranchées. 1.3 Méthodologie de fouille mise en œuvre L’emprise prescrite
  • Bénodet correspond à la limite nord d’une vaste excavation associée à une carrière de sable selon le témoignage du propriétaire. A cet endroit le substrat géologique a été décaissé sur trois mètres de profondeur (fig. 5). fig. 4 Localisation des tranchées de diagnostic et des
  • contraintes d’implantation. fig. 5 Photo 1. fig. 6 Photo 2. Sur le reste du terrain la présence d’arbres et d’arbustes fruitiers et d’ornement a fortement limité les possibilités d’implantation des tranchées (fig. 6 et 7). Un petit bâtiment à usage agricole situé dans la partie sud-est
  • pelle de 20 tonnes mais dont le godet est de plus petite dimension. Quatre tranchées ont ainsi pu être réalisées, de longueur et de largeur variables en fonction des obstacles rencontrés sur le terrain. Leur superficie cumulée atteint 279 m² soit 14% de l’emprise totale du projet
  • . L’ouverture des tranchées a révélé de rares structures qui sont apparues par contraste de couleur après le décapage de la terre végétale et de l’interface limono-sableuse (fig. 9). fig. 9 Plan d’ensemble des découvertes. 1.4 Les résultats Seules trois anomalies ont pu être mise au jour
  • sur l’emprise décapée. L’une d’elle située à l’extrémité est de la tranchée 1 s’est avérée être un chablis. Il a été sondé pour confirmation et son comblement n’a pas livré de mobilier piégé. Les deux autres anomalies associent un creusement très peu marqué à des traces de
  • rubéfaction. Cette structure est conservée sur une profondeur maximale de 0,05m. Son comblement a livré un unique tesson attribuable à l’époque moderne sans plus de précision (fig. 10). Le fait 1 de la tranchée 3 présente quant à lui un creusement de forme quadrangulaire de 1,30m de côtés
  • du sous-sol local. 1.6 Bibliographie Villard. 2014 VILLARD (J-F.) – Quimper Kernoter5 (29) Les vestiges protohistoriques, antiques et médiévaux. Rapport de diagnostic archéologique, 2014, 84 p. Chronologie Epoque moderne et contemporaine Sujets et thèmes Traces d’activité
  • agricole 237 route de Bénodet Menée sur une superficie de 1985 m2, le diagnostic réalisé au 237 route de Bénodet sur la commune de Quimper n’a révélé que de rares traces associées à des pratiques agricoles de l’époque moderne. Mobilier Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Quimper, Finistère 237 route de Bénodet sous la direction de Eric Nicolas     Inrap Grand Ouest Septembre 2014 Rapport final d’opération Diagnostic archéologique Code INSEE 29 232 Quimper, Finistère 237 route
  • de Bénodet sous la direction de SRA 2014-168 D107883 Code Inrap Arrêté de prescription Eric Nicolas   Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, www.inrap.fr Septembre 2014 1 Inrap – RFO de diagnostic Quimper – 237 route
  • l’intervention archéologique Le contexte général Méthodologie de fouille mise en œuvre Les résultats Conclusion Bibliographie 2 Inrap – RFO de diagnostic Quimper – 237 route de Bénodet 2014
  • Numéro de l’arrêté de prescription Du 18/08/2014 au 25/08/2014 2014-168 Code INSEE Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 29 232 nc ___________________________ Surfaces Référence du projet INRAP Emprise prescrite D107883 1985 m² ___________________________ Maitre
RAP01191.pdf (VANNES (56). centre hospitalier Chubert. magasin de stockage. rapport de diagnostic)
  • VANNES (56). centre hospitalier Chubert. magasin de stockage. rapport de diagnostic
  • . P. CHUBERT Surface fouillée : 100 M2 Surface estimée du site : * Mots clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et les vestiges immobiliers) : -sur la chronologie : contemporain - sur la nature des vestiges immobiliers : - sur la nature des vestiges mobiliers : * Notice sur
  • services, qui nous a permis de mener à bien cette opération. Les prises de notes el de photocopies sont autorisées pour an usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte
  • , la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal FICHE SIGNALÉTIQ UE Siten
  • . Introduction p.2 2. Etude documentaire p.5 3. Sondages p.7 3.1 sondage 1 3.2 sondage 2 3.3 sondage 3 3.4 sondage 4 3.5 sondage 5 3.6 sondage 6 3.7 sondage 7 4. Conclusion p. 18 Bibliographie p. 19 Liste des figures. Figure 1 : Localisation de l'emplacement des sondages sur le
  • plan de la ville. Figure 2: Localisation des sondages sur le cadastre de 1988. Figure 3: Localisation des sondages sur le cadastre de 1807. Figure 4: Localisation des sondages avec emplacement des coupes. Figure 5: Localisation des sondages sur les courbes de niveaux. Figure 6
  • : Coupes des sondages 1,2 et 3. Figure 7: Coupe nord-sud du site avec localisation des sondages. Figure 1: Localisation de l'emplacement des sondages sur le plan de la ville. 1. Introduction. Une demande de permis de construire pour un magasin de stockage sur les terrains de
  • tranchées ont été ouvertes, toutes jusqu'au socle géologique sur la parcelle concernée, (parcelle 311, section AY). Elles se situent toutes au sud -est de cette dernière, entre le pavillon Decker de l'hôpital et les immeubles d'habitation de la parcelle voisine ( parcelle 299, section AY
  • ). (*) Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales. 2 Figure 3: Localisation des sondages sur le cadastre de 1807. 2. Etude documentaire. L'étude documentaire a été faite aux archives municipales de Vannes, à partir des différents bulletins de la Société Polymathique du Morbihan
  • extrait de l'ordonnance de Louis XIV, datant de 1684 autorisant la ville à construire un hôpital général. Ce dernier a été édifié l'année suivante (1685) sur les terres de la métairie du Cosquer, métairie identifiable sur le cadastre de 1807.(cf: fig 3 ) A.Guyot-Jomard, dans un
  • XIXème siècle,un séminaire fut construit, lui aussi sur les champs de la métairie du Cosquer, il fut ensuite acheté par l'Armée et converti en hôpital militaire. Ce dernier, situé au nord de la parcelle sondée a été racheté depuis par le centre hospitalier P.Chubert. Depuis les années
  • les deux ou trois derniers siècles, le tout installé sur d'anciens champs. 1:Marsille,H.;1987,171p., Index des BSPM de 1826 à 1986. Vannes. 2 Guyot-Jomart,A.; 1888, BSPM N°24, P167. 3: Guyot-JomartA; 1888; BSPM N°32, P219. Figure 4: Localisation des sondages avec emplacements
  • des coupes. 3. Sondages. Les tranchées de sondage ont été implantées de façon à englober le maximum de surface sur l'emprise des travaux, à l'exclusion d'une bande de circulation coupant en deux la parcelle et étant encore utilisée. Au total, sept tranchées ont été ouvertes à
  • ...).Ce niveau\ est d'une épaisseur variant entre 0,54 et 0,70m. La couche supérieure, située juste sous le niveau de sol actuel, se compose de terre sablonneuse jaunâtre, de granité en décomposition (nodules de tailles diverses) et contient elle-aussi quantité de matériaux de
  • tranchée 1, perpendiculaire à cette dernière.,d'orientation nord-sud. Dans ce sondage, le socle granitique affleure à une altitude moyenne de 14,14m/NGF. La couche reposant sur le substrat géologique est de nature identique à celle du sondage 1, elle est ici d'une épaisseur moyenne
  • socle granitique affleure ici à une altitude moyenne de 14,07m/ NGF. Les deux couches précédemment citées se retrouvent ici. La couche de terre végétale est épaisse de 0,80m en moyenne, elle se décompose toutefois ici en deux niveaux assez distincts: Le niveau inférieur, installé sur
  • le substrat géologique, est d'une couleur marron-jaune et cette distinction s'explique par le fait qu'ici plus qu'ailleurs le granité en décomposition se soit mêlé à la couche lui étant superposée. Celle-ci est épaisse en moyenne de 0,42 à 0,57m. La couche de terre végétale à
  • proprement dite est épaisse quant-à elle de 0,35m en moyenne. La couche supérieure de remblai est d'une épaisseur variant entre 0,62 et 0,71m. 3.4 Sondage 4. Longueur: 5m. Ce sondage a été implanté au nord -ouest de l'emprise, sur le point d'altitude le plus élevé, perpendiculairement à
  • sud des sondages 4 et 5, dans l'alignement du sondage 5.,d'orientation est-ouest. Dans cette tranchée le socle granitique apparaît à une altitude de 13,38m/ NGF. Ici, seule la couche de terre végétale est présente sur une épaisseur moyenne variant entre 1 et 1,20m. 3.7 Sondage 7
  • . Longueur: 10m. Ce sondage est implanté au sud du sondage 6, perpendiculairement à ce dernier.,d'orientation nord-sud. Dans cette tranchée, le socle granitique appararaît à une altitude moyenne de 13,38m/ NGF. Là encore, seule la couche de terre végétale est présente sur une épaisseur
  • d'ensemble du sondage 6. Figure 5: Localisation des sondages sur les courbes de niveaux. Figure 7: Coupe nord-sud du site avec localisation des sondages.(S.4, S.5, S.6, S.7) Cette figure, aux échelles volontairement exagérées, illustre le fait que la topographie générale est
RAP04021 (BAIN-DE-BRETAGNE (35). Le Rheu. Rapport de diagnostic)
  • BAIN-DE-BRETAGNE
  • opération préventive de diagnostic
  • BAIN-DE-BRETAGNE (35). Le Rheu. Rapport de diagnostic
  • -Bretagne Ille-et-Vilaine (35) Bain-de-Bretagne Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Adresse ou lieu-dit — Commune Le Rheu Références de l’opération Codes Numéro de l’arrêté de prescription code INSEE 2020-070 35012 Numéro de l’arrêté
  • techniques Équipe de fouille Équipe de post-fouille 10 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Ille-et-Vilaine, Bain-de-Bretagne, Le Rheu Notice scientifique État du site Le projet d’aménagement d’un site de méthanisation agricole au lieu-dit Le Rheu, sur la commune de Bain
  • obtenus dans les sondages 1, 3 ou 8 apparaissent plus évasés. La largeur du fossé reste constante avec une moyenne de 1,20 m à l’ouverture, sur le niveau d’apparition du sous-sol. En tenant compte du pendage de ses parois, on peut lui restituer une largeur originelle de 2 m. Les
  • Mobilier Céramique Le projet d’aménagement d’un site de méthanisation agricole au lieu-dit Le Rheu, sur la commune de Bain-de-Bretagne, est à l’origine d’un diagnostic archéologique qui avait pour but d’investiguer sur un petit enclos quadrangulaire précédemment découvert par
  • Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Inrap Grand Ouest mai 2021 Diagnostic archéologique Rapport d’opération Diagnostic archéologique 35012 Code INSEE Ille-et-Vilaine, Bain-de-Bretagne, Le Rheu — D133426 Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap 2020-070
  • modifié 2020-192 sous la direction de Gilles Leroux Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné mai 2021 Illustration de couverture Vue aérienne de la découverte de l’enclos quadrangulaire du Rheu sur une culture de maïs en 2009. © Gilles Leroux, Inrap « Le
  • consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10
  • ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologique Campus
  • Mme LEDUC Le Rheu 35470 Bain-de-Bretagne Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Dates d’intervention sur le terrain septembre 2020 Surface diagnostiquée Surface de l'emprise maximale prescrite 12 179 m2 Surface de l'emprise diagnostiquée 1530 m
  • opération a trouvé tout son intérêt dans la perspective de combler ce déficit. Fig. 1 Vue aérienne de la découverte de l’enclos quadrangulaire du Rheu sur une culture de maïs en 2009. © Gilles Leroux, Inrap 1.1 Le contexte géographique de l’opération Le lieu de notre intervention se
  • tient sur la frange méridionale de la commune de Bain-de-Bretagne, dans une zone de contact entre une excroissance du bassin de Messac, marquée par un sous-sol schisteux et des hauteurs constituées de bancs de grès armoricains. Plus précisément, l’emprise de ce diagnostic occupe la
  • 0 75 Fig. 2 Le site du Rheu dans son environnement géographique, sur fond de carte IGN. emprise du diagnostic archéologique © Stéphane Jean, Inrap enclos restitué Fig. 3 Vue plongeante du versant sur lequel est implanté l’enclos, au premier plan et la dépression du ruisseau
  • , Stéphane Jean, Inrap 1 3 5 2 6 4 7 8 0 emprise du diagnostic structures 20 mètres 32 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Ille-et-Vilaine, Bain-de-Bretagne, Le Rheu Fig. 9 Probable entrée de l’enclos ménagée par l’interruption de son fossé sur le côté occidental
  • . © Gilles Leroux, Inrap À quelques degrés près, son orientation est calée sur les quatre points cardinaux. La totalité des dix sondages qui ont occasionné des relevés de coupe sur le fossé d’enclos proposent une similitude des profils et des profondeurs de creusement dans le substrat
  • couleur brungris. Les seules variations qui interviennent correspondent à une charge caillouteuse plus ou moins forte et plus ou moins stratifiée. Les sondages 8 et 10 comportent chacun une importante couche de petits blocs de grès dont l’origine est impossible à déterminer. II
  • opération de diagnostic sur un petit enclos découvert au préalable par prospection aérienne. Le premier consiste en la confirmation de la présence d’un fossé d’enceinte quadrangulaire de 52,50 m de côté. Son plan strictement carré est dessiné par un fossé très régulier dont le gabarit
  • drainage réalisés autour du plan d’eau du Rheu © Gilles Leroux, Inrap © Gilles Leroux, Inrap Fig. 2 Le site du Rheu dans son environnement géographique, sur fond de carte IGN. Fig. 6 Vue d’ensemble du site après l’ouverture des tranchées de diagnostic. © Stéphane Jean, Inrap Fig
RAP03861 (PLENEUF-VAL-ANDRE (22). Chemin des Dîmes. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLENEUF-VAL-ANDRE (22). Chemin des Dîmes. Rapport de diagnostic
  • , Chemin des Dîmes Notice scientifique Etat du site Le diagnostic mené sur le projet de lotissement du Chemin des Dîmes, à Pléneuf-Val-André n’a donné lieu à aucune découverte archéologique majeure. Seuls quelques fragments de poteries mis au jour dans des niveaux de colluvions
  • lisse de 3 m de largeur. 1 jour a été nécessaire pour achever le rebouchage des tranchées. Les rares structures archéologiques ont pu être identifiées en fond de tranchées sous la forme d’anomalies sédimentaires de couleur brune à grise tranchant sur l’encaissant naturel de limon
  • Mobilier Céramique Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Sujets et thèmes Structure agraire Le diagnostic mené sur le projet de lotissement du chemin des dîmes, à PléneufVal-André n’a donné lieu à aucune découverte archéologique majeure. Seuls quelques fragments
  • leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits
  • des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste
  • . Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de
  • parcelles E 91p, 1119p, 1116p Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l'environnement - 8,22 % Centre archéologique Inrap de Cesson-Sévigné Lotissement résidentiel Commune Année Surface ouverte 1 146 m2 Références cadastrales Pléneuf-Val-André
  • Emprise prescrite sur l'arrêté 139 396 m2 D130831 22186 Février et mars 2020 Arrêté 2019-345 Codes code INSEE post-fouille Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné grand-ouest@inrap.fr Tél : 02 23 36 00 40 Fax : 02 23 36 00 50 Lieu de
  • -Val-André, Chemin des Dîmes 1 Cadre de l’intervention 1.1 La prescription du diagnostic Dans le cadre de la loi 2001-44 du 17 janvier 2001 sur l’archéologie préventive, un diagnostic archéologique a été prescrit par le Service régional de l’Archéologie de Bretagne au lieu-dit Le
  • Archéologiques Préventives (INRAP), par l’arrêté préfectoral numéro 2019-345 édité le 18 Septembre 2019. L’opération s’est déroulée sur trois jours entre le 3 et le 5 Février 2020, sous la direction d’Anne-Louise Hamon (Inrap), avec la collaboration de Yodrik Franel (Inrap). Elle a concerné
  • .3 1025 76 844 1118 995 40 1117 622 841 843 Tr.2 1022 969 842 1115 1116 1024 621 968 72 1023 798 851 91 73 797 Fig 2 Localisation du diagnostic sur le fond cadastral actuel - ©AL Hamon, Inrap 1.2 Le contexte archéologique local Six indices de sites
  • gauloise étendue et transformée au cours de l’Antiquité (Langouet, 1984 p. 22, et 1990 p. 5). En 2006, un diagnostic mené sur les terrains ouest attenant au projet du Chemin des dîmes avait révélé la présence de plusieurs fossés datés de la période de la Tène, et de la transition vers
  • collines et de vallons relativement encaissés. Au niveau du projet du Chemin des dîmes, le terrain suit, de sud-est en nord-ouest, une pente de 7.6 %. Il domine, vers le nord-ouest, un paysage au modelé modéré, ouvrant sur la mer. 1.3.2 Géologie, sédimentologie Le substrat géologique
  • rencontré en fond de sondage est récurrent, avec un lœss sablo-argileux fin de couleur brune à orangée, parfois d’aspect altéritique, plus ou moins riche en cailloux de quartz. La carte géologique éditée en 2005 par le BRGM évoque, pour le substratum sous-jacent, une formation cambrienne
  • 1. Sous 0.4 m de terre végétale s’observe une épaisseur variable de limons de colluvions et de loess. Sur les parties basses du terrain, ces accumulations sablo-argileuses peuvent atteindre 1.2 m. 1.3.3 Couverture végétale La parcelle traitée était exploitée en prairie au
  • la durée de l’intervention, sur un petit parking de la rue des Dîmes, situé à une centaine de mètres de l’emprise du projet. • Difficultés techniques rencontrées sur le terrain, accès aux parcelles Aucune difficultés d’accès n’a été rencontrée sur le site. Les rapides remontées
  • des nappes d’eau superficielles ont limité nos possibilités d’observation des fonds de tranchées, en particulier sur les parties basses du terrain. Toutes les tranchées ont été rebouchées au cours ou en fin d’intervention, avec tri des terres végétales et stériles, et chenillage de
  • sablo-argileux orange. Marquées au sol dès leur mise au jour à la bombe de peinture fluorescente ou par chanfrein de leurs limites, les structures ont été numérotées, inventoriées, avant d’être relevées manuellement à l’échelle 1/100e. A partir de ces plans et du relevé topographique
  • jour en tranchée 1. Les deux ne sont pas datés Le fossé 6 a quant à lui été repéré en tranchée 4, au niveau du passage d’une limite parcellaire moderne visible sur le cadastre napoléonien de 1846 (fig. 6). Tr.1 Tr.2 Tr.3 Tr.4 F.6 0 125m Fig 6 Résultats du diagnostic sur le fond
  • cadastral de 1847 (feuille E4) - ©AL Hamon, Inrap Les traces de comblement d’un talweig ont par ailleurs été localisées sur les quatre tranchées. Préalablement envisagé comme un éventuel chemin, ce fossé comblé de limon gris brun atteint jusqu’à 9 m de large en tranchée 3. Un sondage